PUBLICATIONS PÉRIODIQUES QUILVEST BANQUE PRIVEE S.A.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PUBLICATIONS PÉRIODIQUES QUILVEST BANQUE PRIVEE S.A."

Transcription

1 PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) QUILVEST BANQUE PRIVEE S.A. Société anonyme au capital de Siège social : 243, boulevard Saint-Germain, Paris R.C.S. Paris. États financiers consolidés pour l'exercice clos le 31 décembre Ceci est une traduction française faite à partir d une version originale en anglais. En cas de divergences, la version originale en anglais prévaut. I. Bilan consolidé au 31 décembre (En Euros.) Actifs Notes Trésoreries et comptes à vue auprès des Banques Centrales 6.1, Actifs financiers détenus à des fins de 6, Prêts et créances sur les établissements de crédit 6.2, Prêts et créances sur la clientèle 6, Actifs financiers disponibles à la vente 6, Actifs financiers désignés à juste valeur par le biais du compte de résultat 6, Participations dans les entreprises mises en équivalence 6, Immobilisations corporelles 6, Immobilisations incorporelles 6, Actifs d'impôts exigibles et différés 8, Autres actifs Total des actifs Les notes ci-jointes font partie intégrante de ces états financiers consolidés. Passifs et capitaux propres Notes Dettes envers les Banques Centrales 7, Passifs financiers détenus à des fins de 7, Dettes envers les établissements de crédit 7, Dettes envers la clientèle 7, Autres passifs financiers au coût amorti 7, Avantages sociaux 8, Provisions 8, Passifs d'impôts exigibles et différés 8, Autres passifs 7, Total des dettes Capitaux propres Capital souscrit Prime d'émission Réserve de réévaluation Autres réserves

2 Perte de l'exercice, part du groupe Total des capitaux propres du groupe 8, Participations ne donnant pas le contrôle, présentées au sein des capitaux propres Total passifs et capitaux propres Les notes ci-jointes font partie intégrante de ces états financiers consolidés. II. Compte de résultat global consolidé. Notes Intérêts reçus et produits assimilés 9, Intérêts payés et charges assimilées 9, Dividendes 9, Commissions perçues 9, Commissions payées 9, Résultat net sur les instruments financiers non évalués A juste valeur au compte de résultat 9, Résultat net sur les instruments financiers détenus à Des fins de 9, Résultat net sur les instruments financiers Désignés à juste valeur au compte de résultat 9, Ecarts de change Autres produits d'exploitation nets 9, Total produits d'exploitation Frais de personnel 9, Autres frais généraux et administratifs 9, Amortissement des immobilisations corporelles Amortissement des immobilisations incorporelles Provisions 8, Dépréciation des actifs non désignés à juste valeur au compte de résultat 9, Dépréciation d'actifs non financiers 9, Total des charges d'exploitation Résultat net des sociétés mises en équivalence 6, Perte avant impôt Impôt exigible et différés 9, Perte de l'exercice Eléments susceptibles d'être reclassés au compte de résultat au cours des exercices suivants Réévaluation des actifs financiers disponibles à la vente, nette d'impôts 6, Eléments qui ne seront pas reclassés au compte de résultat au cours des exercices suivants : Réévaluation des gains actuariels et les pertes pour les régimes à prestations définies Ecarts de conversion des devises Résultat global net Les notes ci-jointes font partie intégrante de ces états financiers consolidés. Compte de résultat global consolidé(suite)

3 Résultat net attribuable aux Actionnaires de la maison mère Participations ne donnant pas de contrôle, présentées au sein des capitaux propres Résultat global net attribuable aux Actionnaires de la maison mère Participations ne donnant pas de contrôle, présentées au sein des capitaux propres Les notes ci-jointes font partie intégrante de ces états financiers consolidés. III. Tableau consolidé des fluxde trésorerie. Flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles: Intérêts reçus et produits assimilés Intérêts payés et charges assimilées Frais et revenus de commissions reçus Frais et revenus de commissions payés Paiements aux employés et aux fournisseurs Autres flux nets d'exploitation Variations des actifs et des passifs d'exploitation : Flux net de trésorerie provenant des prêts/avances de/à des établissements de crédit Flux de trésorerie net provenant des prêts et avances de / à la clientèle Flux net de trésorerie provenant des instruments financiers détenus à des fins de Flux net de trésorerie provenant des autres actifs et passifs d'exploitation Flux net de trésorerie provenant des activités opérationnelles: Flux de trésorerie provenant des activités d'investissement : Cession/acquisition des actifs financiers disponibles à la vente et à la juste valeur par le compte de résultat Acquisition d'immobilisations corporelles Acquisition d'actifs incorporels Cession/acquisition de filiales Dividendes reçus de filiales Flux net de trésorerie provenat des activités d'investissement: Flux de trésorerie provenant des activités de financement : Produit de l'émission d'actions nouvelles Dividendes versés Augmentation/diminution du financement à long-terme Augmentation/diminution du financement à court-terme Intérêts reçus/payés Flux net de trésorerie provenat des activités de financement: Variation due à la différence de cours de change entre les deux exercices Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de l'année (Note 6.2) Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de l'année (Note 6.2) Variation nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie Les notes ci-jointes font partie intégrante de ces états financiers consolidés

4 IV. État de variation des capitaux propres consolidés. (En Euros) Capital souscrit Prime d'émission Réserve de réévaluation Autres réserves Perte de l'exercice Total des capitaux propres du groupe Participations ne donnant pas de contrôle Total des capitaux propres Solde au 31 Décembre Total du résultat global de l'exercice : Perte de l'exercice Autres éléments du résultat global, nets d'impôts Réévaluation des actifs financiers disponibles à la vente Ecarts de conversion des devises Transactions avec les actionnaires, reconnues directement en capitaux propres: Emission d'actions nouvelles Affectation du résultat de l'exercice clos le Décembre 2011 Absorption de la perte de 2011 de la Société par une réduction de la prime d'émission Solde au 31 Décembre Effet de l'adoption d'ias 19 révisée Solde au 1er Janvier Total du résultat global de l'exercice : Perte de l'exercice Autres éléments du résultat global, nets d'impôts Réévaluation des actifs financiers disponibles à la vente Ecarts de conversion des devises Réévaluation des gains et pertes actuariels des régimes à prestations définies Transactions avec les actionnaires, reconnues directement en capitaux propres: Emission d'actions nouvelles Affectation du résultat de l'exercice clos le Décembre 2012 Solde au 31 Décembre V. Annexe. Note 1. Résumé des activités. Quilvest Wealth Management SA (ci-après «QWM» ou la «Société») est une société constituée le 3 mai 2011 sous la législation luxembourgeoise après le regroupement des activités de gestion de fortune du groupe Quilvest et la Compagnie de Banque Privée SA (alors rebaptisée Compagnie de Banque Privée Quilvest SA). La Société est une Compagnie financière holding sous la supervision consolidée de la Commission de Surveillance du Secteur Financier. La Société contrôle directement les entités suivantes : Compagnie de Banque Privée Quilvest SA, Luxembourg, une banque basée à Luxembourg sous l'autorité de surveillance de la CSSF (ci-après «CBPQ»); Quilvest Banque Privée SA, en France, une banque basée à Paris, sous l'autorité de surveillance de l'acp (ci-après «QBP»); Quilvest (Switzerland) Ltd. (anciennement Quilvest Switzerland Ltd.), une entité basée à Zurich, qui a reçu une licence bancaire en septembre 2012 (anciennement licence de "securities dealer") sous l'autorité de surveillance de la FINMA (ci-après«qvs»).

5 Le 27 décembre 2013, la Société a constitué une nouvelle filiale, Quilvest AM SA (ci-après "QAM"). QAM a demandé une licence de gestionnaire de fonds d'investissement alternatifs auprès de la CSSF, conformément à la loi du 12 juillet Au 31 décembre, 2013, cette entreprise n'a pas encore d'activité. Au 31 décembre, 2013, le siège social de la Société est situé au 7 rue Thomas Edison, L-1445 Luxembourg-Strassen. Le 27 mars 2014, il a été transféré au 48, rue Charles Martel L Luxembourg. L'exercice de la Société commence le 1 er janvier et se termine le 31 décembre de chaque année, sauf pour la période se terminant le 31 décembre 2011, qui a commencé le 3 mai 2011 (date de constitution). Les premiers états financiers consolidés disponibles sont pour la période du 3 mai 2011 (date de constitution) au 31 décembre Les états financiers consolidés de la Société aux et pour les exercices clos les 31 décembre 2013 et 2012 comprennent la Société et ses filiales (ensemble le «Groupe» et individuellement, les «entités du Groupe», voir la note 4). Les états financiers de la Société et de ses filiales directes, comme indiqué ci-dessus, sont inclus dans les états financiers consolidés de Quilvest SA, 3 boulevard Royal L Luxembourg (précédemment 84, Grand-Rue L Luxembourg), formant le plus grand ensemble de participations dont la Société et de ses filiales directes font partie comme filiales. Les états financiers consolidés de Quilvest SA sont le plus petit ensemble de participations dont la société fait partie en tant qu'entreprise filiale. Les états financiers consolidés et le rapport consolidé de gestion sont disponibles au siège social de Quilvest S.A. Le groupe est principalement actif dans la banque privée et la gestion de patrimoine, y compris la gestion d'actifs, le conseil en placement et les services de Family office. Le conseil d'administration de la Société confirme que les états financiers consolidés de la Société ont été préparés conformément aux Normes internationales d'information financière (IFRS) telles qu'adoptées par l'union européenne. Note 2. Base de préparation Déclaration de conformité. Les états financiers consolidés ont été préparés conformément aux Normes internationales d'information financière (IFRS) telles qu'adoptées par l'union européenne. Ces états financiers consolidés ont été arrêtés par le Conseil d'administration le 9 avril Base d'évaluation. Les états financiers consolidés ont été préparés sur la base du coût historique sauf pour les éléments suivants : Évaluation à la juste valeur : Les actifs et passifs détenus à des fins de ; Les instruments financiers désignés à la juste valeur au compte résultat ; Les actifs financiers disponibles à la vente ; Avantages sociaux des pensions à prestations définies (note 3.16). Autre méthode d évaluation : Investissement dans les entreprises associées, selon la méthode de la mise en équivalence (note 3.1) Monnaie fonctionnelle et de présentation. Les états financiers consolidés sont présentés en et arrondis au millier le plus proche, en cas de besoin Recours à des estimations et des jugements. La préparation des états financiers consolidés conformément aux IFRS exige que la direction fasse des jugements, des estimations et des hypothèses qui affectent l'application des méthodes comptables et les montants reportés pour les actifs, les passifs, les produits et les charges. Les résultats réels peuvent différer de ces estimations. Les estimations et les hypothèses sous-jacentes sont revues sur une base continue. Les révisions des estimations comptables sont enregistrées dans la période au cours de laquelle l'estimation est révisée et dans les périodes futures concernées. Les estimations et les hypothèses les plus significatives concernent l'évaluation des actifs et passifs financiers évalués à la juste valeur, l'évaluation des écarts d'acquisition, les hypothèses actuarielles relatives aux régimes de pensions à prestations définies des salariés, les pertes de valeur des prêts et avances à la clientèle et les provisions. Note 3. Principes conventions comptables Principes de consolidation : a) Regroupements d'entreprises : Les regroupements d'entreprises sont comptabilisés selon la méthode d acquisition à la date d acquisition, qui est la date à laquelle le contrôle est transféré au Groupe. Le contrôle est le pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles de l'entité afin d'obtenir des avantages de ses activités. Pour apprécier le contrôle, le Groupe prend en compte les droits de vote potentiels qui sont actuellement exerçables. Le Groupe évalue le goodwill à la date d'acquisition comme le total de : la juste valeur du prix ; plus le montant comptabilisé de toute participation ne donnant pas le contrôle dans l'entreprise acquise ; de plus, si le regroupement d'entreprises est réalisé par étapes, la juste valeur de la participation existante dans l'entreprise acquise ; moins le montant net comptabilisé des actifs identifiables acquis et passifs pris en charge. Les coûts liés à l'acquisition, autres que ceux liés à l'émission de titres de créance ou de capitaux propres, que le Groupe engage dans le cadre d'un regroupement d'entreprises sont enregistrés en charges lorsqu'ils sont encourus. b) Filiales : Les filiales sont des entités contrôlées par le Groupe. Les états financiers des filiales sont inclus dans les états financiers consolidés à partir de la date où le contrôle commence jusqu'à la date où le contrôle cesse. Les conventions comptables des filiales ont été modifiées lorsque nécessaire pour les aligner sur les politiques adoptées par le Groupe. Les pertes applicables aux participations ne donnant pas le contrôle dans une filiale, sont attribuées aux actionnaires sans contrôle, même si cela a pour conséquence pour les participations sans contrôle d'avoir un solde déficitaire. c) Les entreprises associées : Les entreprises associées sont des entités dans lesquelles le Groupe exerce une influence notable, mais n'exerce pas de contrôle, sur les politiques financières et opérationnelles. Les états financiers consolidés incluent la quote-part du Groupe dans les résultats des entreprises associés sur base d une mise en équivalence, à partir de la date à laquelle l'influence notable commence jusqu'à la date à laquelle l'influence notable cesse. Quand une entreprise associée fait des pertes, la part des pertes du Groupe est reconnue jusqu'à ce que la valeur comptable de l'entreprise associée soit réduite à zéro. La reconnaissance de nouvelles pertes est interrompue sauf si le Groupe a une obligation de couvrir ces pertes. d) Transactions éliminées en consolidation : Les soldes intra-groupe et les produits et charges (à l'exception des gains ou pertes de change de devises) résultant de s intra-groupe sont éliminés lors de la préparation des états financiers consolidés. Les pertes latentes sont éliminées de la même façon que les profits latents, mais seulement dans la mesure où il n'existe aucune preuve de dépréciation Devises :

6 a) Les principes de conversion au niveau de l'entité : Les éléments inclus dans les états financiers de chacune des entités du Groupe sont évalués dans leur monnaie fonctionnelle, qui est la monnaie de l'environnement économique principal dans lequel l'entité opère. Les s en devises étrangères sont converties dans la monnaie fonctionnelle appropriée en utilisant le taux de change en vigueur à la date de la ou le taux de change moyen pour un mois. Les actifs et passifs monétaires libellés en devises étrangères sont convertis à la date de clôture dans la devise fonctionnelle appropriée, au taux de change en vigueur à cette date. Les gains ou les pertes résultant de la conversion sont comptabilisés en résultat. b) Les principes de conversion des activités étrangères : Les produits et charges des entités qui ont une monnaie fonctionnelle différente de la monnaie de présentation du Groupe et qui sont pleinement intégrées sont convertis en euros au taux moyen de l'année. Les actifs et passifs de ces entités, y compris les écarts d'acquisition et ajustements de juste valeur découlant de la consolidation, sont convertis aux taux en vigueur à la date du bilan. Les écarts de conversion sont inclus dans les capitaux propres. Les flux de trésorerie sont convertis au taux moyen de l'exercice. La variation due à la différence de cours de change est calculée en réconciliant les mouvements convertis au taux moyen de l exercice avec la variation de la trésorerie et équivalents de trésorerie au début de l exercice convertis au taux de change en vigueur à la date de clôture de l exercice précédent et au taux en vigueur à la date de clôture du présent exercice. c) Taux de change : Les taux de change suivants ont été utilisés pour convertir les francs suisses et les dollars de Singapour, qui sont les devises les plus importantes utilisées dans le Groupe. EUR/CHF EUR/SGD Clôture de l exercice Moyenne de la période (janvier- décembre) EUR/CHF EUR/SGD Clôture de l exercice Moyenne de la période (janvier- décembre) Trésorerie et équivalents de trésorerie. La trésorerie et les équivalents de trésorerie comprennent les comptes de caisse, les soldes des réserves libres auprès des banques centrales et les actifs et passifs financiers très liquides et avec des maturités courtes. La trésorerie et les équivalents de trésorerie sont comptabilisés au coût amorti dans le bilan Actifs et passifs financiers a) Comptabilisation et évaluation initiale : Le Groupe comptabilise initialement les prêts et avances et les dépôts à la date à laquelle ils sont créés. Tous les autres actifs et passifs financiers sont initialement comptabilisés à la date valeur à laquelle le Groupe devient partie prenante aux dispositions contractuelles des instruments. Un actif ou passif financier est évalué initialement à la juste valeur augmentée, pour les éléments non à la juste valeur par le biais du compte de résultat, des coûts de qui sont directement attribuables à l'acquisition ou à l'émission. b) Classification : Les actifs financiers qui tombent dans le périmètre de la norme IAS 39 sont classés à la juste valeur par le biais du compte de résultat, en prêts et créances, en actifs financiers détenus jusqu'à l'échéance ou en actifs financiers disponibles à la vente. Les passifs financiers qui tombent dans le périmètre de la norme IAS 39 sont classés comme des passifs financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat ou en passifs financiers au coût amorti. Instruments financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat : Le Groupe classe ses investissements dans des instruments de dette et de capitaux propres et dans des instruments dérivés comme actifs ou passifs financiers détenus à des fins de ou désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat lors de la classification initiale. Instruments financiers détenus à des fins de : Les actifs et passifs financiers détenus à des fins de sont ceux qui sont acquis ou contractés principalement en vue d'être vendus ou rachetés à court terme. Au sein du Groupe cette catégorie est exclusivement utilisée pour les instruments dérivés. Les instruments dérivés sont comptabilisés en actifs financiers détenus à des fins de lorsque leur juste valeur est positive et en passifs financiers détenus à des fins de lorsque leur juste valeur est négative. La comptabilité de couverture n est pas utilisée. Instruments financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat lors de la classification initiale: Les actifs et passifs financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat lors de la classification initiale sont ceux qui sont gérés et leur performance évaluée sur base de leur juste valeur. Ces actifs financiers comprennent des investissements en dette directe et en capitaux propres ainsi que des investissements dans des fonds communs de placement. Prêts et créances : Les prêts et avances sont des actifs financiers non dérivés avec des paiements fixes ou déterminables qui ne sont pas cotés sur un marché actif. Actifs financiers disponibles à la vente : Les actifs financiers disponibles à la vente sont des actifs financiers non dérivés qui sont désignés comme étant disponibles à la vente, ou qui ne sont pas classés comme des prêts et créances, ni comme des placements détenus jusqu'à leur échéance, ni comme des actifs financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat. Au sein du Groupe, les actifs financiers disponibles à la vente comprennent principalement des titres à revenu fixe. Passifs financiers au coût amorti : Cette catégorie inclut les dépôts des établissements de crédit, les dépôts des clients bancaires et les autres passifs financiers. c) Décomptabilisation : Le Groupe décomptabilise un actif financier lorsque les droits contractuels sur les flux de trésorerie de l'actif financier expirent ou quand il transfère l'actif financier lors d une par laquelle la totalité des risques et avantages inhérents à la propriété sont transférés ou par laquelle le Groupe ne transfère ni ne conserve les risques et avantages de la propriété et il ne conserve pas le contrôle de l'actif financier. Lors de la décomptabilisation d'un actif financier, la différence entre la valeur comptable de l'actif reçu (y compris tout nouvel actif obtenu moins tout nouveau passif assumé) est reconnue en résultat. Le Groupe décomptabilise un passif financier lorsque ses obligations contractuelles sont éteintes ou annulées ou échues. d) Compensation : Les actifs et passifs financiers sont compensés et le montant net présenté au bilan si, et seulement si, le Groupe dispose d'un droit légal de compenser les montants comptabilisés et a l'intention soit de régler le montant net, soit de réaliser l'actif et régler le passif simultanément. e) Evaluation ultérieure :

7 Evaluation au coût amorti: Les prêts et créances et les passifs financiers sont initialement comptabilisés à la juste valeur majorée de coûts supplémentaires éventuels, puis sont évalués au coût amorti en utilisant la méthode du taux d'intérêt effectif. Le coût amorti est calculé en prenant en compte toute décote ou prime lors de l'acquisition et les frais ou coûts qui font partie intégrante du taux d'intérêt effectif. Pour les actifs et passifs financiers évalués au coût amorti, le Groupe n'applique pas le taux d'intérêt effectif dans la mesure où le taux d'intérêt effectif est presque égal au taux d'intérêt nominal, l'impact de la différence entre les deux taux étant non matériel. Évaluation à la juste valeur : Instruments financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat : Après la comptabilisation initiale, tous les actifs et passifs financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat sont évalués à la juste valeur. Les gains et pertes latents et réalisés résultant des variations de la juste valeur sont présentés dans l'état du résultat global sous "Résultat net sur instruments financiers détenus à des fins de» et «Résultat net sur instruments financiers à la juste valeur par le biais du compte de résultat". Actifs financiers disponibles à la vente: Après la comptabilisation initiale, les actifs financiers disponibles à la vente sont évalués à la juste valeur. Les variations de juste valeur sont comptabilisées dans les «Autres éléments du résultat global" sous "Réserve de réévaluation des actifs financiers disponibles à la vente». Les intérêts courus sont présentés sous la rubrique des actifs financiers disponibles à la vente et les revenus d intérêts sont présentés sous la rubrique «Revenus d'intérêts» dans le compte de résultat. En cas de cession, les gains et les pertes comptabilisés en réserve de réévaluation sont transférés en résultat sous la rubrique «Résultat net sur actifs et passifs financiers non évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat". L amortissement des primes/décotes des titres à revenu fixe est comptabilisé dans le compte de résultat selon la méthode du taux d'intérêt effectif. f) Détermination de la juste valeur : La juste valeur est le montant pour lequel un actif pourrait être échangé, ou un passif éteint, entre des parties bien informées et consentantes dans le cadre d une effectuée dans des conditions de concurrence normale à la date d évaluation. Lorsque disponible, le Groupe évalue la juste valeur d'un instrument à l'aide des prix cotés sur un marché actif pour cet instrument. Un marché est considéré comme actif si des cotations sont facilement et régulièrement disponibles et représentent des s de marché réelles et régulières à des conditions de concurrence normale. Si le marché d'un instrument financier n est pas actif, le Groupe détermine la juste valeur en utilisant une technique d'évaluation. Un modèle de valorisation reflète ce que le prix de la serait à la date d'évaluation dans des conditions de concurrence normale dans le cadre habituel des activités, à savoir le prix que le détenteur de l'actif financier recevrait dans une courante autre qu'une liquidation ou une vente forcée. Les techniques d'évaluation comprennent l'utilisation de s de pleine concurrence récentes entre des parties consentantes (si disponibles), la référence à la juste valeur actuelle d'autres instruments qui sont en substance sensiblement identiques, les analyses de flux de trésorerie actualisés et les modèles de valorisation d options. Le modèle de valorisation doit tenir compte de tous les facteurs que les opérateurs de marché prendraient en considération lors de l'évaluation d'un actif. Les conditions actuelles du marché doivent être prises en considération pour déterminer la juste valeur d'un instrument financier. Toutes les données observables disponibles doivent être inclues dans le modèle. g) Identification et évaluation de la dépréciation : A chaque date de clôture, le Groupe évalue s'il existe une indication objective de dépréciation des actifs financiers non comptabilisés à la juste valeur par le biais du compte de résultat. Un actif financier ou un groupe d'actifs financiers est déprécié lorsque des preuves objectives démontrent qu'un événement est survenu après la comptabilisation initiale des actifs, et que cet événement générateur de pertes a un impact sur les flux de trésorerie futurs estimés des actifs, qui peut être estimé de manière fiable. La preuve objective que les actifs financiers sont dépréciés peut inclure des difficultés financières importantes de l'emprunteur ou de l'émetteur, un défaut de paiement d'un emprunteur, la restructuration d'un prêt ou d'une avance par le Groupe à des conditions que le groupe ne ferait pas autrement, des indications que l'emprunteur ou l'émetteur va faire faillite, la disparition d'un marché actif pour un titre, ou d'autres données observables liées à un groupe d'actifs tels que des changements défavorables de la solvabilité des emprunteurs ou émetteurs du groupe, ou des conditions économiques qui sont en corrélation avec les défauts afférents dans le groupe. Les actifs qui sont évalués individuellement et pour lesquels aucune dépréciation n existe sont regroupés avec les actifs financiers présentant des caractéristiques de risque de crédit similaires afin d être soumis à un test de dépréciation sur base collective. Les pertes de valeur sur les actifs comptabilisés au coût amorti sont évaluées comme étant la différence entre la valeur comptable de l'actif financier et la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs estimés, actualisée au taux d'intérêt effectif initial de l'actif. Les pertes de valeur sont comptabilisées en résultat et prises en compte dans un compte de provision sur les prêts et avances. Les intérêts sur les actifs dépréciés continuent d'être reconnus. Quand un événement subséquent entraine une diminution de la perte de valeur, celle-ci est extournée par le biais du compte de résultat. Si une preuve de dépréciation d'un investissement en capitaux propres classifié en actifs financiers disponibles à la vente existe, une correction de valeur est comptabilisée en résultat. Les pertes de valeur relatives aux investissements en capitaux propres classifiés en actifs financiers disponibles à la vente ne sont pas extournées dans le compte de résultat. Le groupe passe en perte les prêts et avances et titres de placement quand ils sont jugés irrécouvrables Immobilisations corporelles. Les immobilisations corporelles sont évaluées au coût diminué des amortissements cumulés et des corrections de valeur cumulées. Les dépenses sont comptabilisées en immobilisations distinctes, seulement lorsqu il est probable que les avantages économiques futurs associés à un élément iront au Groupe et que le coût de cet élément peut être évalué de façon fiable. Les réparations et l'entretien sont comptabilisés en résultat lorsqu'ils sont encourus. L'amortissement est comptabilisé en résultat sur une base linéaire sur la durée de vie utile estimée des actifs. Les durées de vie utile estimées sont les suivantes: Aménagements des biens en location : 10 ans Matériel informatique : 3 ans Agencements et installations : 2-10 ans Véhicules : 5 ans 3.6. Immobilisations incorporelles : a) Ecart d'acquisition : L'écart d'acquisition qui provient de l'acquisition de filiales est inclus dans les actifs incorporels. Pour l évaluation de l'écart d'acquisition lors de la comptabilisation initiale, voir la note 3.1.a). Après la comptabilisation initiale, le goodwill est soumis annuellement à un test de dépréciation et est évalué déduction faite des pertes de valeur cumulées. b) Autres actifs incorporels : Les logiciels acquis par le Groupe sont comptabilisés au coût diminué des amortissements cumulés et des corrections de valeur cumulées. L'amortissement est comptabilisé en résultat sur une base linéaire sur la durée de vie utile estimative des actifs, à partir de la date à laquelle ils sont prêts à être utilisés. Les durées de vie utile estimées sont les suivantes : Logiciel bancaire : 5-10 ans Autres logiciels : 3-5 ans Marque : 5 ans Relations clientèles et dépôts: ans Les méthodes d'amortissement, les durées de vie utile estimées et les valeurs résiduelles sont revues à chaque date de clôture et ajustées si nécessaire. Le Groupe ne détient pas d'actifs incorporels générés en interne Dépréciation des actifs non financiers. Les valeurs comptables des actifs non financiers du groupe, autres que les actifs d'impôts différés, sont examinées à chaque date de clôture afin de déterminer s'il existe une indication de dépréciation. Si une telle indication existe, la valeur recouvrable de l'actif est estimée. Pour le goodwill et les actifs incorporels ayant une durée d'utilité indéterminée ou qui ne sont pas encore disponibles pour l'utilisation, la valeur recouvrable est estimée chaque année au même moment.

8 Une perte de valeur est comptabilisée si la valeur comptable d'un actif ou de son unité génératrice de trésorerie excède sa valeur recouvrable. Une unité génératrice de trésorerie est le plus petit groupe identifiable d'actifs qui génère des flux de trésorerie qui sont largement indépendantes des autres actifs et groupes. Les pertes de valeur sont comptabilisées en résultat. Les pertes de valeur constatées sur les unités génératrices de trésorerie sont d'abord affectées en réduction de la valeur comptable de tout goodwill affecté à l'unité, puis en réduction de la valeur comptable des autres actifs de l'unité sur une base proratisée. La valeur recouvrable d'un actif ou unité génératrice de trésorerie est la valeur la plus élevée entre sa valeur d'utilité et sa juste valeur diminuée des coûts de la vente. Pour évaluer la valeur d'utilité, les flux de trésorerie futurs estimés sont actualisés à la valeur actuelle en utilisant un taux d'actualisation avant impôt qui reflète les appréciations actuelles du marché de la valeur temps de l'argent et des risques spécifiques à l'actif. Une perte de valeur sur les écarts d'acquisition ne peut être extournée. En ce qui concerne les autres actifs, les pertes de valeur comptabilisées au cours de périodes antérieures sont revues à chaque date de clôture pour déterminer si la perte a diminué ou n'existe plus. Une perte de valeur est extournée s'il y a eu un changement dans les estimations utilisées pour déterminer la valeur recouvrable. Une perte de valeur n'est reprise que pour autant que la valeur comptable de l'actif n'excède pas la valeur comptable qui aurait été déterminée, nette des amortissements ou des dépréciations, si aucune perte de valeur n'avait été comptabilisée Autres actifs et passifs. Les autres actifs comprennent principalement les produits et revenus à recevoir, les charges constatées d avance et les autres montants à recevoir. Les autres passifs comprennent principalement des dettes d'exploitation et des produits constatés d avance. Les autres actifs et passifs sont évalués selon la norme applicable, en tenant compte de toute provision pour dépréciation s'il y a lieu Provisions. Une provision est comptabilisée si, à la suite d'un événement passé, le Groupe a une obligation juridique ou implicite qui peut être estimée de manière fiable, et s il est probable qu'une sortie d'avantages économiques sera nécessaire pour éteindre l'obligation. Les provisions sont déterminées en actualisant les flux de trésorerie futurs attendus à un taux avant impôt qui reflète les appréciations actuelles du marché de la valeur temps de l'argent et, le cas échéant, les risques spécifiques à ce passif Avantages au personnel! a) Avantages à court terme : Les obligations à court terme découlant des avantages au personnel sont évaluées sur une base non actualisée et comptabilisées lorsque le service correspondant est rendu. Une dette est reconnue pour le montant qui devrait être versé à court terme sous forme de bonus en espèces si le Groupe a une obligation juridique ou implicite de payer ce montant en contrepartie de services passés fournis par l'employé et si l'obligation peut être estimé de manière fiable. Les avantages à court terme incluent principalement les rémunérations et les droits aux congés payés. b) Avantages complémentaires de retraite : Le Groupe met en œuvre des régimes de retraite selon les réglementations nationales des pays dans lesquels elle opère. Régimes à prestations définies En France et en Suisse, les régimes de retraite en vigueur sont considérés comme des régimes à prestations définies en vertu de la norme IAS19. Les coûts des avantages au personnel sont déterminés conformément à la méthode des unités de crédit projetées. Les calculs actuariels sont effectués sur une base annuelle. Tout excédent de l'obligation au titre des prestations définies sur la juste valeur des actifs des régimes est comptabilisé initialement et présenté sous les obligations provenant d avantages au personnel. Un actif n est reconnu que dans la mesure où il représente des avantages économiques sous la forme de remboursements ou de réductions des cotisations futures. Régimes à cotisations définies : Au Luxembourg, les régimes de retraite en vigueur sont considérés comme des régimes à cotisations définies en vertu de la norme IAS 19. Les obligations relevant des régimes de retraite à cotisations définies sont comptabilisées en charges dans le compte de résultat au cours des périodes où les services sont rendus par les employés. c) Autres avantages sociaux : En 2012, le Groupe a mis en place un régime d'intéressement de la direction, qui est structuré comme un plan d'option et dont la valorisation de référence est un indice décorrélé de la valeur des capitaux propres du Groupe. Par conséquent, il est considéré comme un avantage social en vertu de la norme IAS 19. Ainsi, le coût des avantages sociaux doit être reconnu dans l'année où le bénéfice est acquis à l'employé, plutôt que lorsqu il est payé ou payable. Le Groupe évalue les biens ou services acquis et le passif encouru, à la juste valeur du passif. Jusqu'à ce que le passif soit réglé, le Groupe procède à une nouvelle évaluation de la juste valeur de la dette à chaque date de clôture et, à la date de règlement, les variations de juste valeur sont comptabilisées dans le résultat de la période Revenus et charges d'intérêts. Les produits et charges d'intérêts sont comptabilisés au compte de résultat selon la méthode du taux d'intérêt effectif pour tous les instruments portant intérêt. Le taux d'intérêt effectif est le taux qui actualise exactement les futurs décaissements et encaissements sur la durée de vie estimée de l'actif ou du passif financier (ou, le cas échéant, une période plus courte) à la valeur comptable de l'actif ou du passif financier. Les revenus et charges d'intérêts présentés dans l'état du résultat global comprennent les intérêts sur les actifs et passifs financiers évalués au coût amorti et les revenus et charges d'intérêts sur les actifs et passifs financiers détenus à des fins de. Les intérêts courus sont enregistrés au bilan dans le même compte que l actif ou le passif financier correspondant Commissions perçues et commissions payées. Les honoraires et commissions découlant des activités du Groupe sur la durée de l'opération sous-jacente sont comptabilisés sur base de la méthode d engagement. Les commissions de performance sont reconnues quand elles sont définitivement acquises et toutes les conditions suspensives ont été levées. Les autres honoraires et commissions sont comptabilisés en résultat que les services sont rendus ou reçus Produits et charges sur instruments financiers : a) Résultat net sur instruments financiers non désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat : Cette rubrique comprend les gains et pertes sur instruments financiers non désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat, à savoir principalement les actifs financiers disponibles à la vente. b) Résultat net sur les instruments financiers détenus à des fins de : Cette rubrique comprend les ajustements à la juste valeur et les gains et pertes réalisés sur les instruments financiers détenus à des fins de. c) Résultat net sur instruments financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat : Cette rubrique comprend les ajustements à la juste valeur et les gains et pertes réalisés sur les instruments financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat Dividendes. Les revenus de dividendes sont comptabilisés lorsque le droit de recevoir des dividendes est établi. Les dividendes sont présentés dans le compte de résultat en fonction de la classification sous-jacente de l'investissement en actions Impôt sur le résultat. L'impôt sur le bénéfice ou la perte de l'exercice est composé de l'impôt exigible et différé. L'impôt exigible et différé est comptabilisé dans le résultat, sauf dans la mesure où il se rapporte à des éléments comptabilisés directement en capitaux propres ou en autres éléments du résultat global. L'impôt exigible est l'impôt estimé à payer sur le revenu imposable de l exercice, en utilisant les taux d'imposition en vigueur à la date du bilan, ainsi que tout ajustement d'impôt dû au titre des années précédentes.

9 L'impôt différé est comptabilisé au titre des différences temporelles entre les valeurs comptables des actifs et des passifs aux fins de l'information financière et les montants utilisés à des fins fiscales. Un impôt différé n'est pas comptabilisé pour: La différence temporelle découlant de la comptabilisation initiale des actifs et passifs dans une qui n'est pas un regroupement d'entreprises et qui n'affecte ni le résultat comptable ni le résultat fiscal ; Les différences temporelles liées à des participations dans des filiales dans la mesure où il est probable qu'elles ne seront pas extournées dans un avenir prévisible ; L'impôt différé est évalué selon les taux d'imposition attendus lorsque les différences temporelles se résorberont, sur la base des lois qui ont été adoptées ou quasi adoptées à la date de clôture. Un actif d'impôt différé est reconnu pour les pertes fiscales non utilisées uniquement dans la mesure où il est probable que des futurs bénéfices imposables seront disponibles, sur lesquels l'actif pourra être utilisé. Les actifs d'impôts différés sont revus à chaque date de clôture et sont réduits dans la mesure où il n'est plus probable que l'avantage fiscal y afférent sera réalisé Nouvelles normes, normes modifiées et interprétations adoptées par le Groupe à compter du 1 er janvier Les conventions comptables adoptées dans la préparation des états financiers consolidés sont conformes à celles suivies dans la préparation des états financiers annuels du Groupe pour l'exercice clos le 31 décembre 2012, à l'exception de l'adoption des nouvelles normes et interprétations en vigueur le 1 er Janvier 2013 décrites ci-dessous : a) IAS 19 - Avantages du personnel (révisé) (amendement, ci-après «IAS 19R») : IAS 19R comprend un certain nombre de modifications à la comptabilisation des régimes à prestations définies, y compris les gains et pertes actuariels qui sont maintenant comptabilisés dans les autres éléments du résultat global et de manière permanente exclus du compte de résultat; le rendement prévu des actifs des régimes ne sont plus reconnus dans le compte de résultat, au contraire, il y a une obligation de comptabiliser les intérêts sur le passif net au titre des prestations définies (actif) dans le compte de résultat, calculé en utilisant le taux d'actualisation utilisé pour évaluer l'obligation au titre des prestations définies, et; les coûts des services passés non acquis sont maintenant reconnus en compte de résultat au plus tôt entre la période où la modification se produit et la période où les restructurations ou de cessation d'emploi connexes sont constatés. Les autres modifications comprennent de nouvelles informations à présenter dans les notes aux comptes, telles que des informations quantitatives de sensibilité. A partir du 1 er janvier 2013, le Groupe a adopté la norme IAS 19R. L'effet rétroactif de l'application de la norme IAS 19R sur l'état consolidé de la situation financière au 31 décembre 2012 se présente comme suit : 31/12/2012 comme publié Effet IAS 19 R 31/12/2012 comme retraité Total actifs Obligations de prévoyance IAS 19 R Autres passifs Total du passif Capital souscrit Prime d'émission Réserve de réévaluation Résultats reportés Perte de l'exercice Total des capitaux propres du groupe Participations ne donnant pas le contrôle, présentées au sein des capitaux propres Total du passif et des capitaux propres b) Norme IAS 1 - Présentation des états financiers (amendement) : Les amendements à IAS 1 exigent que les sociétés qui établissent des états financiers conformément aux IFRS regroupent les éléments dans les autres éléments du résultat global qui pourraient être ultérieurement reclassés en compte de résultat. La présentation de l'état consolidé du résultat global a été révisée en conséquence. c) Norme IFRS 7 - Instruments financiers: informations à fournir (amendement) : Les modifications apportées à IFRS 7 relatives aux exigences en matière d informations à présenter dans les notes aux comptes exigent des informations sur tous les instruments financiers comptabilisés qui sont compensés conformément au paragraphe 42 de la norme IAS 32. Les modifications exigent également la divulgation d'informations sur les instruments financiers comptabilisés sous réserve d'exécution d'accords généraux de compensation et accords similaires, même s ils ne sont pas compensés suivant la norme IAS 32. Au 31 décembre 2013 il n y avait pas d'actifs financiers et des passifs financiers qui : étaient compensés dans le bilan du Groupe ; ou faisaient l'objet d'un accord cadre exécutoire ou d'un accord équivalent qui couvre des instruments financiers similaires, indépendamment du fait qu'ils sont compensés dans l'état de la situation financière. Par conséquent, les amendements à IFRS 7 ne nécessitent pas d'informations spécifiques. d) IFRS 13 - Évaluation de la juste valeur : IFRS 13 établit une source unique de directives en vertu des IFRS pour toutes les évaluations de la juste valeur. IFRS 13 ne modifie pas les cas dans lesquels une entité est tenue d'utiliser la juste valeur, mais fournit des indications sur la façon de mesurer la juste valeur selon les IFRS lorsque la juste valeur est exigée ou autorisée. L'application de la norme IFRS 13 n'a pas d impact sur les évaluations de la juste valeur effectuées par le Groupe. Le Groupe n'applique pas les ajustements de valeur de crédit (CVA), les ajustements de valeur de débit (DVA), ni les ajustements de crédit propres (OCA) dans l'évaluation de ses dérivés et les emprunts Normes et interprétations publiées mais non encore entrées en vigueur. Les normes et interprétations suivantes ont été émises et sont susceptibles d'être pertinentes pour le Groupe :

10 Standard / interprétation Contenu Applicable pour les exercices ouverts à compter du / après IFRS 10 États financiers consolidés 1er janvier 2014 IFRS 12 Informations à fournir sur les participations dans d'autres entités 1er janvier 2014 IFRS 9 Instruments financiers partie 1 : Classement et évaluation 1er janvier 2015 IAS 39 Novation de dérivés et poursuite de la comptabilité de couverture 1er janvier 2014 IAS 36 Divulgations de la valeur recouvrable des actifs non financiers 1er janvier 2014 a) IFRS 10 - États financiers consolidés : Les états financiers consolidés reposent sur les principes existants d'identification du concept de contrôle, comme le facteur déterminant si une entité doit être incluse dans les états financiers consolidés de la société mère. La norme fournit des directives supplémentaires pour aider à la détermination du contrôle lorsque cela est difficile à évaluer. La nouvelle norme aura un impact du périmètre de consolidation dans le domaine des véhicules à des fins spéciales et de leurs investissements sous-jacents. Il ne devrait pas avoir d'impact sur les états financiers du Groupe. b) IFRS 12 - Informations à fournir sur les participations dans d'autres entités : Les exigences de divulgation d informations sur les participations dans d'autres entités comprend les obligations d'information pour toutes les formes de participations dans d'autres entités, y compris les partenariats, les entreprises associées, les entités ad hoc et autres véhicules hors bilan. Le groupe évalue actuellement l'impact complet de la norme IFRS 12 et a l'intention d'adopter IFRS 12 au plus tard lors de la période comptable commençant le 1 er janvier c) IFRS 9 - Instruments financiers partie 1 : Classification et évaluation : IFRS 9 a été publié en novembre 2009 et remplace les parties de la norme IAS 39 relatives à la classification et évaluation des actifs financiers. Les principales caractéristiques sont les suivantes : Les actifs financiers doivent être classés en deux catégories: celles à évaluer ultérieurement à la juste valeur, et celles à évaluer ultérieurement au coût amorti. La décision doit être faite lors de la comptabilisation initiale. Le classification dépend du modèle d'affaires de l'entité pour la gestion de ses instruments financiers et des caractéristiques des flux de trésorerie contractuels de l'instrument. Un instrument n est ensuite évalué au coût amorti que s il est un instrument de dette et si, à la fois, l'objectif du modèle d'affaires de l'entité est de conserver l'actif pour recueillir les flux de trésorerie contractuels, et les flux de trésorerie contractuels de l'actif ne sont constitués que de paiements en capital et d'intérêts (autrement dit, il ne dispose que de "caractéristiques d'un prêt»). Tous les autres titres de créances doivent être évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat. Tous les instruments de capitaux propres doivent être évalués ultérieurement à leur juste valeur. Les instruments de capitaux propres qui sont détenus à des fins de seront évalués à la juste valeur par le biais du compte de résultat. Pour tous les autres titres de capitaux propres, un choix irrévocable peut être faite lors de la comptabilisation initiale, de comptabiliser les gains et les pertes latents et réalisés à la juste valeur en résultat global plutôt qu en compte de résultat. Il n'y aura pas de recyclage des gains et pertes de juste valeur en compte de résultat. Ce choix peut être fait instrument par instrument. Les dividendes doivent être présentés dans le compte de résultat, tant qu'ils représentent un retour sur investissement. IFRS 9 est en vigueur pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2015, l'adoption anticipée étant permise. L'IASB a décidé d'envisager de faire des modifications limitées à la norme IFRS 9 pour régler des questions pratiques et autres problèmes. Le Groupe étudie les implications de la norme, l'impact sur le groupe et le moment de son adoption par le Groupe. d) Amendements à IAS 36 «Les informations de la valeur recouvrable des actifs non financiers», applicable pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier Le Groupe est pour l'instant en train d'évaluer l'impact de cet amendement et a l'intention de l'adopter au plus tard pour la période comptable commençant le 1 er Janvier e) Amendements à IAS 39 «Novation de dérivés et poursuite de la comptabilité de couverture», applicable pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier Le Groupe évalue actuellement l'impact de cet amendement et a l'intention de l'adopter au plus tard pour la période comptable commençant le 1 er janvier Il n'y a pas d'autres interprétations IFRS ou IFRIC qui ne sont pas encore en vigueur qui pourraient avoir un impact significatif sur le Groupe. Note 4. Périmètre de consolidation et liste des filiales et participations Regroupements d'entreprises. Le 3 mai 2011, la Société a été constituée par apport en nature d'actions dans les trois entités présentées à la note 1. Grâce à cette, la Société a obtenu le contrôle des trois entités, qui sont consolidées par intégration globale pour les besoins de ces états financiers consolidés. Les actions de Quilvest Switzerland Ltd., de Quilvest Banque Privée SA et de la Compagnie de Banque Privée Quilvest SA ont été évaluées en fonction de plusieurs méthodologies de marché et fondées sur les revenus pour respectivement 119,4 millions, 44.2 millions et de 106,4 millions. La juste valeur des actifs incorporels acquis, qui comprennent les relations clients, les actifs incorporels liés aux dépôts de la clientèle et la marque, s'élève à 61,0 millions à la date d'acquisition. La juste valeur de ces actifs incorporels a été déterminée en actualisant les flux de trésorerie futurs attendus par l'utilisation continue des actifs existants à la date d apport. Le calcul de la valeur d'utilité est fondé sur le business plan à 5 ans de chaque filiale à la date d'acquisition. Les taux d'actualisation se sont situés dans une fourchette de 9,5 % à 13,0 %. La durée de vie utile estimée est dans une fourchette de 10 à 30 ans pour les relations clients et les dépôts des clients et 5 ans pour les marques. L'impact global du regroupement d entreprises à la date d'acquisition est résumée dans le tableau ci-après. (En milliers d'euros) Compagnie de Banque Quilvest banque privée Quilvest (Switzerland) Privée Quilvest S.A. S.A. Ltd. (*) Total % De détention à la date de contribution 100 % 99,53 % 100 % n.a. Actifs et passifs de bilan acquis : Immobilisations 2 575, , , ,0 Investissements dans les entreprises associées 527,0 527,0 Prêts et avances aux banques , , , ,6 Prêts et avances à la clientèle , , , ,3 Autres actifs financiers , , , ,3 Autres créances , , , ,7

11 Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales , ,7 225, ,3 Prêts et avances des banques ,3-188, , ,0 Prêts et avances des clients , , , ,9 Autres passifs , , , ,3 Provisions -305,4-318, , ,5 Participations ne donnant pas de contrôle -507,1-507,1 Actifs et passifs identifiables acquis nets , , , ,3 Autres actifs incorporels identifiables acquis Relation clientèle , , , ,7 Dépôt de la clientèle 1 740,0 100, , ,5 Marque 1 130,0 830,0 795, ,8 Autres actifs incorporels identifiables acquis , , , ,1 Impôts différés , , , ,7 Juste valeur de la contreprtie , , , ,4 Ecarts , , , ,8 (*) Les montants indiqués pour Quilvest Switzerland Ltd. ont été convertis à partir de CHF en EUR au taux en vigueur à la date de la. (**) La contrepartie versée représente des actions et une prime d'émission émises en rémunération de l'apport des actions des trois entités (voir note 8.4). La n'inclut pas de contrepartie conditionnelle Test de dépréciation des écarts d'acquisition. Dans le cadre du test de dépréciation des écarts d'acquisition en date du 31 décembre 2013, la valeur recouvrable des trois entités bancaires a été évaluée individuellement. La valeur recouvrable a été déterminée en ajoutant à la situation nette des fonds propres la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs attendus pour chacune des entités bancaires. L'approche par les flux de trésorerie attendus a été fondée sur des projections de flux de trésorerie multiples, pondérés, établis sur une période de 5 ans. Pour Quilvest Switzerland Ltd et Compagnie de Banque Privée Quilvest SA, la valeur recouvrable excède la valeur comptable au 31 décembre Pour Quilvest Banque Privée SA, la valeur comptable était supérieure à sa valeur recouvrable et une correction de valeur de 17,2 M de valeur a été comptabilisée afin d'ajuster la valeur comptable à 29,9 M. La correction de valeur a été entièrement affectée à l'écart d'acquisition. Hypothèses clés utilisées pour l'actualisation des flux de trésorerie attendus : Les principales hypothèses utilisées dans le calcul des valeurs recouvrables sont : les nouveaux banquiers privés engagés, la croissance des actifs sous gestion, le rendement des actifs sous gestion ainsi que les taux d'actualisation et les taux de croissance de la valeur terminale. Les hypothèses d'affaires ont été déterminées en utilisant une combinaison de tendances à long terme et des estimations internes. Les taux de croissance à long terme se situent dans une fourchette de 1,50 % à 2,00 %. Les taux d'actualisation se situent dans une fourchette de 8,67 % à 11,36 %. Sensibilité aux changements d'hypothèses :: Pour Quilvest Switzerland Ltd et la Compagnie de Banque Privée Quilvest SA, des changements raisonnablement possibles des hypothèses clés n entraineraient pas la comptabilisation d une correction de valeur. Pour Quilvest Banque Privée SA, deux analyses de sensibilité différentes ont été réalisées en plus du test de dépréciation : Une analyse du taux d actualisation, où le taux d'actualisation a été augmenté/diminué de 1 % Une analyse des taux de croissance de la valeur terminale, où le taux de croissance a été augmenté/diminué de 0,5 % Les tests de sensibilité utilisant à la fois un taux d'actualisation plus élevé (+1 %) et un taux de croissance de la valeur terminale (-0,5 %) a indiqué que l'écart d'acquisition aurait été déprécié pour un montant supplémentaire de 2,8 millions. L'utilisation de l une des hypothèses modifierait le montant de la perte de 14,5 M à 19,4 M Filiales consolidées par intégration globale. Au 31 décembre 2013 et 2012 la Société contrôle et consolidé par intégration globale les entités suivantes : Nom de la société Pays % De détention Quilvest wealth Management S.A. Luxembourg N.A. Compagnie de Banque Privee Quilvest S.A. Luxembourg 100,00 % CBP Quilvest Holdings Ltd Singapour 85,70 % CBP Quilvest Trust Ltd Singapour 85,70 % CBP Quilvest Wealth Advisory Ltd Singapour 85,70 % CBP Quilvest trust (Nz) Ltd Nouvelle-Zélande 85,70 % Quilvest Banque Privee S.A. France 100,00 % Multigestions Finances Holding S.A. France 100,00 % Quilvest Gestion S.A. France 100,00 % Multigestion Courtage S.A. (*) France 100,00 % Quilvest Assurances SNC (*) France 100,00 % Quilvest Family office S.A.S. France 100,00 % Quilvest Switzerland Ltd Suisse 100,00 % SIF Investment Company Ltd Suisse 100,00 %

12 QSAM Ltd Suisse 100,00 % Quiltrust Ltd Suisse 100,00 % Societe Internationale de Finance S.A. Suisse 100,00 % Quilvest family Office Uruguay S.A. Uruguay 100,00 % Quilvest Uruguay S.A. Uruguay 100,00 % Quilvest Strategic S.À R.L. Luxembourg 100,00 % Quilvest AM S.A. (constituée le 27 Décembre 2013) Luxembourg 100,00 % (*) Multigestion Courtage SA et Quilvest Assurance SNC n'ont pas été consolidées par intégration globale dans ces états financiers consolidés car l'impact sur le bilan consolidé n'est pas significatif. Toutefois, le résultat net 2013 des deux sociétés a été inclus dans le résultat consolidé pour un montant total de (2012 : ). Toutes les entreprises comprises dans la consolidation ont une date de clôture au 31 décembre. sous-consolidées aux 31 décembre 2013 et La consolidation est établie sur base de liasses 4.4. Liste des entreprises associées. Au 31 décembre 2012, la Société détenait des actions dans l'entité suivante : Nom de la société Pays % De détention GASPAL FINANCE S.A. France 33,4 % Le 18 décembre 2013, les actions détenues dans cette entité ont été cédées à une entité ne faisant pas partie du groupe QWM, détenue par les mêmes bénéficiaires ultimes (note 6.8). Note 5. Gestion des risques financiers. Le Groupe présente des expositions aux risques suivants : Le risque de crédit, Le risque de liquidité, Le risque de marché, Le risque opérationnel. Cette note présente des informations sur les expositions du Groupe à chacun des risques ci-dessus, les objectifs du Groupe, ses politiques et ses processus d évaluation et de gestion du risque, ainsi que la gestion du capital du Groupe. Ces risques sont principalement limités aux établissements de crédit du Groupe Cadre de gestion des risques. Les politiques de gestion des risques du Groupe sont établies par le Comité exécutif du Groupe et approuvées par le conseil d'administration, qui a la responsabilité globale de la mise en place et la surveillance du cadre de gestion des risques du Groupe. Le Comité exécutif est chargé de surveiller la mise en œuvre des politiques au sein des entités du Groupe. Les politiques de gestion des risques du Groupe sont établis pour identifier et analyser les risques encourus par le Groupe, pour fixer des limites et des contrôles de risque appropriés, et pour surveiller les risques et le respect des limites. Les politiques de gestion des risques sont régulièrement revues afin de refléter les changements des conditions du marché, les produits et services offerts. Le Comité exécutif du Groupe a mis en place un comité de gestion de l'actif et du passif (ALCO) qui, entre autres responsabilités telles que la surveillance des expositions de contrepartie et la gestion des portefeuilles de placement et de fonds propres du Groupe, supervise la position de risque de liquidité du groupe QWM. Afin de mettre en œuvre les politiques de risque de crédit du Groupe, le Comité exécutif a délégué certaines responsabilités aux comités de crédit locaux en fonction des règles locales, qui sont responsables de l'octroi de crédit, des opérations de structuration et de l'acceptation de tous les types de limites de contreparties dans les limites fixées par le Comité Exécutif. La gestion quotidienne des risques est exécutée par le Chief Risk Officer de QWM en coopération avec les Chief Risk Officers locaux. Le Chief Risk Officer du Groupe gère le risque de crédit, le risque de marché, le risque de contrepartie, le risque de liquidité et le risque opérationnel Le risque de crédit : Description. Le risque de crédit est le risque de perte financière pour le Groupe si un client ou une contrepartie à un instrument financier manque à ses obligations contractuelles, et provient principalement des prêts et avances du Groupe à la clientèle et aux établissements de crédit et des titres de créances. L'exposition du Groupe au risque de crédit est principalement concentrée sur les contreparties suivantes : Le risque de crédit lié aux clients découlant de l'octroi de facilités de crédit, Le risque de crédit lié aux contreparties bancaires, découlant de placements interbancaires ou des titres de créance détenus dans le portefeuille de placements et Le risque de crédit lié à d'autres contreparties telles des expositions sur des entreprises ou des états découlant des titres de créances détenus dans le portefeuille de placements. Le portefeuille de placements du Groupe, détenu majoritairement au niveau de CPBQ, découle de la nécessité de répondre aux besoins de réinvestissement de la trésorerie et est composé d'obligations de haute qualité ("investment grade"), émises par des contreparties bancaires, des gouvernements des pays de l'ocde et, seulement dans une faible mesure, par des entreprises. Tous les investissements doivent être en conformité avec les directives de placements du Groupe en ce qui concerne le type d'émetteur, la notation de l'émetteur, la maturité, etc. Chaque dans le portefeuille de placements nécessite l'approbation de la direction locale et la ratification par l'alco. Au 31 décembre 2013, la notation de crédit moyenne du portefeuille de placements était «A +». Pour simplifier le processus de prise de décision, le Comité exécutif délègue son autorité aux comités de crédit mis en place pour chaque établissement de crédit ou entité assimilée au sein du Groupe. Cette délégation est basée sur des règles spécifiques fixées dans la politique de crédit du Groupe. Le Comité exécutif demeure l'organe de décision ultime pour toutes les demandes de prêt allant au-delà de l'autorité de prise de décision des comités de crédit locaux ou qui présentent un niveau de risque jugé important. Globalement, le Groupe a adopté une politique de crédit prudente. La grande majorité des crédits à la clientèle sont accordés sur la base d une couverture totale composée de garanties acceptables, tel que déterminé dans la politique de crédit du Groupe. De même, un groupe de lignes directrices internes doit être respecté pour tous les placements dans des titres de créances tels que la qualité de crédit de l'émetteur de la dette, le type de dette, la classe de risque, la diversification et la durée, dans le cadre de limites individuelles et globales de contrepartie prédéfinies.

13 Gestion du risque de crédit. Le risque de crédit est suivi sur une base régulière au niveau des entités, à la fois pour les risques de crédit et pour la valeur des garanties. Sur une base trimestrielle, toutes les entités fournissent des informations au Chief Risk Officer de QWM sur leurs encours de crédit, les manques de garanties et les mesures correctives le cas échéant. Le Chief Risk Officer du Groupe présente l'évolution du risque de crédit du Groupe au Comité exécutif sur une base trimestrielle. Le Comité exécutif a délégué la responsabilité de la surveillance du risque de crédit au comité de crédit du Groupe, assisté par le Chief Risk Officer du Groupe, qui est responsable de la gestion du risque de crédit du Groupe, y compris : Formuler des politiques de crédit, les exigences en terme de garanties, l'évaluation et la revue des crédit et le reporting périodique, les procédures documentaires et juridiques, et la conformité aux exigences réglementaires et légales ; Mettre en place la structure d'autorisation pour l'approbation des facilités de crédit, à la fois au niveau de l'entité et du groupe ; Examiner et évaluer le risque de crédit ; Limiter les concentrations d'exposition à des contreparties: par secteur, par type d'émetteur, par émetteur, par notation de crédit, par la liquidité du marché et par pays ; Fournir des conseils, des orientations et des compétences spécialisées aux entités locales. Chaque entité locale est tenue de mettre en œuvre les politiques et procédures de crédit du Groupe, avec les autorités d'approbation de crédit délégués par le Comité de crédit du Groupe. Chaque entité possède un Chief Risk Officer et un Credit Officer, rapportant à la direction locale et au Chief Risk Officer de QWM. Des audits internes réguliers dans les entités locales sur l'application des politiques, des procédures et de la surveillance du risque de crédit sont effectués par le service d'audit interne. Conformément à la circulaire CSSF 06/273, telle que modifiée, tous les risques de crédit du groupe QWM à l égard de clients ou groupes de clients représentant plus de 10 % du capital réglementaire de QWM doivent être déclarés sur une base trimestrielle à la CSSF. Ce rapport des grands risques est préparé par le Chief Risk Officer de QWM sur base des informations reçues de toutes les entités du Groupe et comprend l'exposition nette de crédit après l'application de la méthode de substitution utilisée dans l'approche standard. L'exposition maximale aux clients ou groupes de clients individuels est limitée à 25 % du capital réglementaire de QWM, avec une exception pour les expositions sur les institutions financières pour lesquelles la limite s élève à 100 %. Au cours de 2013, aucune violation des limites maximales ci-dessus n a été observée. Outre la concentration du risque de crédit sur les prêts à la clientèle pour laquelle les restrictions réglementaires s appliquent à la fois aux entités et au niveau du Groupe, le Groupe accorde une attention particulière à la gestion des risques de concentration qui peuvent découler de différentes sources : Risque de concentration sur les garanties reçues pour couvrir les prêts à la clientèle: QWM est principalement exposée au risque résiduel en cas de mouvements importants affectant la valeur de marché des garanties financières détenues par les clients de la banque privée. Cependant, la politique de crédit du Groupe définit les orientations qui contribuent à une faible exposition à ce risque, en particulier des critères d'éligibilité et de diversification stricts et des décotes internes prudentes appliquées de manière uniforme à travers les entités, qui font l objet d un suivi minutieux par les Chief Risk Officers locaux ; Concentration des contreparties dans le portefeuille d'investissement du Groupe : en sus de la réglementation sur les limites des grands risques, le Groupe a défini des règles de diversification dans sa politique d'investissement en ce qui concerne le type de risque, la durée, la qualité de crédit (notation), etc, qui sont suivis par les Chief Risk Officers locaux et par le Chief Risk Officer de QWM. À cet égard, les limites globales de contrepartie ont été approuvées par le conseil d'administration et sont gérées par l'alco du Groupe et par le Chief Risk Officer de QWM sur une base régulière ; Concentration des actifs sur un client ou groupe de clients représentant une source importante de revenus pour le Groupe : ce risque est traité dans le rapport annuel ICAAP en effectuant un test de stress sur la perte des clients importants ; Concentration des actifs sous gestion provenant d une équipe commerciale en cas de départ de cette équipe : ce risque est traité dans le rapport annuel ICAAP en effectuant un test de stress sur la perte des clients importants. Au cours de 2013, le Groupe n'a pas subi de pertes sur les prêts à la clientèle. À la fin de l'exercice 2013, la quantité de positions non dénoués s'élevait à (2012 : ), représentant des créances douteuses ouvertes depuis plus de 3 mois. 100 % de ce montant a été déprécié. Au 31 décembre 2013, l'exposition maximale au risque de crédit, y compris les positions hors bilan, s'élevait à (2012 : ) Exposition par région géographique. Au 31 décembre 2013, la répartition géographique des expositions de crédit sur base du domicile des contreparties est la suivante : 31/12/2013 LUX EU Hors UE Total Actifs financiers : Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales Actifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés détenus à des fins de Prêts et avances Titres de créances Prêts et avances à des établissements de crédit Prêts et avances à la clientèle Actifs financiers disponibles à la vente Instruments de capitaux propres Titres de créances Actifs financiers à juste valeur de résultat Instruments de capitaux propres Titres de créances Hors-bilan : Total des actifs financiers Garanties et assimilés

14 Exposition maximale au risque de crédit Au 31 décembre 2012, la répartition des expositions de crédit par type de contrepartie est la suivante: 31/12/2012 Lux Eu Hors UE Total Actifs financiers : Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales Actifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés détenus à des fins de Prêts et avances Titres de créances Prêts et avances à des établissements de crédit Prêts et avances à la clientèle Actifs financiers disponibles à la vente Instruments de capitaux propres Titres de créances Actifs financiers à juste valeur de résultat Instruments de capitaux propres Titres de créances Total des actifs financiers Hors bilan : Garanties et assimilés Exposition maximale au risque de crédit Exposition par type de contrepartie. Au 31 décembre 2013, la répartition des expositions de crédit par type de contrepartie est la suivante : 31/12/2013 Banques centrales Etablissements de crédits Autres sociétés financières Sociétés non financières Personnes physiques Actifs financiers : Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales Actifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés détenus à des fins de Prêts et avances Titres de créances Prêts et avances à des établissements de crédit Prêts et avances à la clientèle Actifs financiers disponibles à la vente Instruments de capitaux propres Titres de créances Actifs financiers à juste valeur de résultat Instruments de capitaux propres Titres de créances Hors bilan : Total des actifs financiers Garanties et assimilés Exposition maximale au risque de crédit Au 31 décembre 2012, la répartition des expositions de crédit par type de contrepartie est la suivante: Total

15 31/12/2012 Banques centrales Etablissements de crédits Autres sociétés financières Sociétés non financières Personnes physiques Actifs financiers : Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales Actifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés détenus à des fins de Prêts et avances Titres de créances Prêts et avances à des établissements de crédit Prêts et avances à la clientèle Actifs financiers disponibles à la vente Instruments de capitaux propres Titres de créances Actifs financiers à juste valeur de résultat Instruments de capitaux propres Titres de créances Hors bilan : Total des actifs financiers Garanties et assimilés Exposition maximale au risque de crédit Risque de marché : Description et gestion. Le risque de marché est le risque lié à l évolution des facteurs de marché, tels que les prix des actions et des obligations, les taux de change et les taux d'intérêts, affectant les revenus du Groupe ou la valeur de son portefeuille d'instruments financiers. Les risques de marché sont gérés au niveau de l'entité par les Chief Risk Officers locaux et sont consolidés au niveau du Groupe par le Chief Risk Officer de QWM. Le Groupe ne permet pas de négociation pour compte propre et, par conséquent, ne détient pas de portefeuille de négociation. Les détails sur les techniques d'évaluation utilisées pour les instruments financiers sont disponibles dans la note Risque de taux. Le Groupe est exposé aux fluctuations des taux d'intérêts, à la fois sur ses positions d actifs et de passifs financiers, entraînant possiblement la réalisation de pertes ou de gains. Afin de surveiller l'exposition au risque de taux d'intérêt du Groupe, le Chief Risk Officer de QWM calcule régulièrement la sensibilité du Groupe aux mouvements de taux d'intérêt. La sensibilité aux taux d'intérêts, selon la méthode Basis Point Value, mesure la variation de la valeur économique nette de bilan du groupe si les taux d'intérêts augmentent ou diminuent de 2 % au vu de la courbe des taux. Ceci est en ligne avec le stress-test semi-annuel obligatoire requis par le régulateur du Groupe. Au 31 décembre 2013, l'impact d'une hausse des taux d'intérêts de 2 % aurait entraîné une perte de (2012 : bénéfice de ) pour le groupe, alors que dans le cas d'une baisse de 2 %, le Groupe aurait réalisé un bénéfice de (2012 : bénéfice de ). Au cours de 2013, la sensibilité du Groupe aux variations du risque de taux d'intérêts s est inversée en raison de l'effet du remboursement anticipé de la participation du Groupe dans le programme de LTRO européen (opération de refinancement à long terme) pour un montant total de 120 millions d'euros, dont 100 euros millions d'euros pour CBPQ et 20 millions d'euros pour QBP. En général, l'exposition au risque de taux d'intérêts est limitée au niveau du Groupe car la plupart des actifs sont rémunérés à des taux d'intérêts variables avec des échéances à court terme et l'exposition à des taux d'intérêts fixes avec des échéances à long terme est limitée. Dans le cas d'une augmentation de 2 % des taux d'intérêts, l'exposition du Groupe se décompose comme suit : CBPQ contribue négativement pour à la sensibilité au risque de taux d'intérêts du Groupe après remboursement en 2013 de la participation au LTRO (voir ci-dessus), principalement en raison de la portion des titres de créances à taux fixe dans son portefeuille d'investissement, alors que la grande majorité du portefeuille est systématiquement couverte par des swaps de taux ; QBP contribue négativement pour seulement à l'exposition du Groupe après remboursement en 2013 de la participation au LTRO (voir ci-dessus). Leur exposition au risque de taux d'intérêts est principalement liée à leur offre de prêts à taux fixe (maximum 5 ans) qui sont financés par les dépôts des clients à court terme ; et QVS contribue négativement pour à l'exposition du Groupe puisque la majeure partie de leurs prêts à la clientèle est à échéance trimestrielle, alors qu'ils financent la plus grande partie de leurs prêts à la clientèle par les dépôts des clients à court terme (comptes courants) Risque de change. Le risque de change est l'exposition du Groupe à un impact provenant des fluctuations des cours des devises. Le risque est que les fluctuations défavorables des cours des devises entraînent une perte en euros pour le Groupe. La politique du Groupe consiste à exclure les positions de change spéculatives pour compte propre. QBP n'est pas exposée au risque de change car les devises pour les opérations et les s sont l euro dans les deux cas. Au niveau de CBPQ, le risque de change est très limité car il ne représente que les positions des clients résiduels pour lesquels des limites «intraday» et «overnight» sont mises en œuvre et suivies sur une base quotidienne. Au contraire, QVS est plus exposée au risque de change car une partie de ses revenus sont libellés en USD alors que les charges d'exploitation sont en CHF. Pour QVS, ce risque spécifique de change est couvert en permanence tout au long de l'année par des contrats de change à terme Risque de liquidité. Le risque de liquidité est le risque que le Groupe ne puisse pas faire face aux obligations découlant de ses passifs financiers, qui sont réglés soit en espèces soit par la remise d autres actifs financiers. La liquidité est considérée comme un facteur essentiel dans la viabilité du groupe et à cet égard, une politique du risque de liquidité a été approuvé par le conseil d'administration. Cette politique comprend un plan de financement d'urgence décrivant toutes les sources de financement, la procédure de déclenchement et le rôle et les responsabilités de tous les acteurs impliqués. L'approche du Groupe pour gérer le risque de liquidité est de s'assurer, dans la Total

16 mesure du possible, qu'il disposera toujours des liquidités suffisantes pour respecter ses obligations à leur échéance, à la fois dans des conditions normales et difficiles, sans encourir de pertes inacceptables ou porter atteinte à la réputation du Groupe. Le risque de liquidité est géré quotidiennement au niveau des entités du Groupe par la direction locale et les responsables de trésorerie locaux. Les contrôles indépendants sont effectués par les Chief Risk Officers locaux. Au niveau du Groupe, la responsabilité sur le risque de liquidité du Groupe incombe à l'alco. Le Groupe place ses ressources dans des actifs très liquides, comme les dépôts à la banque centrale, les investissements en obligations de haute qualité (principalement chez CBPQ) et dans une moindre mesure, les placements interbancaires à court terme. Le Groupe dépose également la majorité des obligations éligibles auprès des banques centrales afin d'être en mesure de mobiliser des financements à tout moment via des opérations de pension, si nécessaire. QBP, QVS et CBPQ sont soumis à des ratios de liquidité imposées par leur régulateur local. En 2013, aucune violation de ces ratios n a été signalée. QBP ne refinance pas ses activités sur le marché interbancaire. Au contraire, QVS refinance une partie de son portefeuille de crédit au moyen de prêts interbancaires et bénéficie localement de lignes de crédit confirmées. CBPQ finance la totalité de son portefeuille de crédit par les dépôts des clients et n'a pas besoin de financement externe. Toutefois, en raison de la grande quantité de dépôts de la clientèle à court terme, elle est exposée au risque de liquidité en cas de retrait massif ou d'investissement. Pour mitiger ce risque, CBPQ dispose d'une grande réserve de liquidités en espèces et en titres et surveille de près ses insuffisances de liquidité sur une base quotidienne. Ses rapports de liquidité tiennent compte des conditions normales de marché ainsi que de conditions de stress et des projections de liquidités sont régulièrement établies par le Chief Risk Officer. 31/12/2012 < 3 mois De 3 mois à 1 an De 1 à 5 ans >5 ans Sans échéance Total Actifs financiers Tréso et comptes à vue auprès des banques centrales Actifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés à des fins de Prêts et avances Titres de créances Prêts et avances à des établissements de crédit Prêts et avances à des clients Actifs financiers disponibles à la vente Instruments de fonds propres Titres de créances Actifs financiers à juste valeur par le compte de résultat Instruments de fonds propres Titres de créances Total des actifs financiers Garanties et assimilés Exposition maximale au risque de crédit Passifs financiers Dépôts des banques centrales Passifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés à des fins de Passifs financiers au coût amorti Montants dus aux établissements de crédit Montants dus aux clients Total des passifs financiers /12/2013 < 3 mois De 3 mois à 1 an De 1 à 5 ans >5 ans Sans échéance Total Actifs financiers : Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales Actifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés détenus à des fins de Prêts et avances Titres de créances

17 Prêts et avances à des établissements de crédit Prêts et avances à la clientèle Actifs financiers disponibles à la vente Instruments de capitaux propres Titres de créances Actifs financiers à juste valeur par le compte de résultat Instruments de capitaux propres Titres de créances Total des actifs financiers Garanties et assimilés Exposition maximale au risque de crédit Passifs financiers : Dépôts des banques centrales Passifs financiers détenus à des fins de Instruments dérivés détenus à des fins de Passifs financiers au coût amorti Montants dus aux établissements de crédit Montants dus à la clientèle Total des passifs financiers Risque opérationnel. Le risque opérationnel est le risque de pertes directes ou indirectes résultant de facteurs divers et variés liés à l implication du Groupe dans des instruments financiers, y compris les processus, le personnel, la technologie, l'infrastructure et de facteurs externes autres que les risques de crédit, de marché et de liquidité tels que ceux découlant des exigences légales et réglementaires et des normes généralement reconnues en terme de conduite. L'objectif du Groupe est de gérer le risque opérationnel de manière à éviter les pertes financières et les dommages à la réputation du Groupe en assurant une efficience globale au niveau des coûts et à éviter des procédures de contrôle qui limitent initiative et créativité. Le Groupe consacre d'importants efforts pour s assurer que les risques opérationnels résultant de toutes les activités commerciales sont constamment évalués et surveillés. Chaque entité du Groupe a mis en place des mesures internes pour réduire les pertes découlant du risque opérationnel dans le respect des exigences réglementaires locales, telles que : Système de contrôle interne renforcé, y compris une large application du principe de contrôle des quatre yeux et des contrôles de deuxième et troisième niveau dans la structure de gouvernance du risque. La mise en place de fonctions de compliance et de risques au niveau de QWM renforce la surveillance globale du profil de risque au niveau du Groupe ; Des informations sur les incidents opérationnels via la collecte de données sont remontées trimestriellement au Chief Risk Officer de QWM pour analyse et inclusion dans le tableau de bord des risques consolidés présentés au Comité exécutif du Groupe; Un Business Continuity Plan (BCP) et / ou un plan de reprise après sinistre (DRP) existent au niveau local, avec des examens et des tests réguliers. Les résultats du dernier test effectué en 2012 ont été concluants ; La couverture des incidents individuels par une police d'assurance générale à chaque entité. L'adéquation des contrôles en place pour gérer les risques opérationnels identifiés est régulièrement remise en question, conduisant à une amélioration continue des processus et des contrôles internes. En 2013, les incidents opérationnels signalés au niveau du Groupe s'élèvent à un montant total absolu de (2012 : ) équivalent, ce qui représente moins de 2 % du montant des exigences de capital réglementaires pour le risque opérationnel Gestion des fonds propres. Les principaux objectifs de la gestion des fonds propres du Groupe sont de se conformer aux exigences réglementaires et d'avoir en tout temps un niveau confortable de fonds propres couvrant ses activités et de ses risques inhérents. Le Groupe respecte toutes les exigences réglementaires relatives au capital réglementaire depuis sa création et suit l'évolution de son ratio de solvabilité sur une base trimestrielle. Aux 31 décembre 2013 et 2012, le ratio de solvabilité du Groupe se présente comme suit : (En milliers d'euros) Capitaux propres (Note 8.4) , ,7 Filtres prudentiels pour réserve liée aux actifs fin. Disponibles à la vente -665, ,6 Intérêts minoritaires 126,5 179,5 Actifs incorporels, déduction faite des passifs d'impôts différés , ,2 Actifs d'impôts différés non utilisables dans les 2 ans -139,4-139,4 Capitaux propres Tiers , ,0 Participation >10% dans les sociétés financières non consolidées ,3 Fonds propres réglementaires , ,7 Exigence de fonds propres totale pour le risque de crédit , ,4

18 Exigence de fonds propres totale pour le risque opérationnel 9 340, ,3 Exigence de fonds propres totale pour les autres risques 1 106, ,1 Exigence de fonds propres totale , ,8 Ratio de solvabilité 20,5 % 16,6 % Chaque établissement de crédit du Groupe est soumis à des exigences de fonds propres par son autorité de tutelle respective. Au cours de l'exercice clos le 31 décembre 2013, aucun manquement n'a été signalé. QWM a actualisé son rapport ICAAP (processus d'évaluation interne de conformité du capital), qui a été approuvé par le Comité d'audit et des risques du Groupe le 7 avril Il s'agit d'un processus interne qui doit permettre aux établissements de crédit de déterminer le niveau de fonds propres qu'ils jugent approprié afin de couvrir tous les risques auxquels ils sont ou pourraient être exposés. Les attentes réglementaires pour l ICAAP sont définies par la CSSF et le champ d'application inclut le niveau consolidé (QWM) ainsi que le niveau de l'entité juridique locale (CBPQ). L'ICAAP est une inspection interne prospective du profil de risque et de capital, où des prévisions financières utilisées comme base pour le plan d'affaires sont utilisées pour simuler l'évolution de la solvabilité sur une période de trois ans allant de 2014 à 2016, tant dans des conditions normales que des conditions de stress. Sur base de l'analyse résumée dans ce rapport, le Comité exécutif de QWM estime que les fonds propres internes disponibles et les réserves de liquidité actuelles détenus par le Groupe sont suffisants pour couvrir tous les risques (notamment le risque de liquidité) à qui il est ou pourrait être exposé conformément à son plan d'affaires à 3 ans. Note 6. Notes relatives à l'actif du bilan consolidé Trésorerie et comptes à vue auprès des banques centrales. Au 31 décembre, 2013 la trésorerie et les comptes à vue auprès des banques centrales sont les suivants: Réserves obligatoires auprès des banques centrales Autres dépôts auprès des banques centrales Caisse Total Trésorerie et équivalents de trésorerie. Pour l'établissement du tableau des flux de trésorerie, la trésorerie et les équivalents de trésorerie peuvent être ventilés comme suit : Caisse Dépôts auprès des banques centrales (hors réserves obligatoires) Prêts et avances à/dépôts des établissements de crédit Total Les soldes de trésorerie et d'équivalents de trésorerie excluent les réserves obligatoires auprès des banques centrales, qui s'élèvent à (note 6.1) au 31 décembre, 2013 (2012 : ), mais comprennent les comptes courants auprès d'autres établissements de crédit et des dépôts des établissements de crédit avec une échéance restante de moins de 3 mois (sauf comptes vostro), qui s'élèvent à sur une base nette (Notes 6.4 et 7.3) au 31 décembre 2013 (2012 : ) Actifs financiers détenus à des fins de. La valeur comptable des actifs financiers détenus à des fins de s'élève à au 31 décembre 2013 (2012 : ).Analyse par nature: Valeur comptable 31/12/2013 Montant notionnel Taux d'intérêts Swaption Swaps de taux d'intérêts Capitaux propres Equity option Change FX instruments à terme FX futures FX options Total des instruments dérivés détenus à des fins de

19 Valeur comptable 31/12/2012 Montant notionnel Taux d'intérêts Swaption Swaps de taux d'intérêts Capitaux propres Equity Options Change FX instruments à terme FX futures FX options Total des instruments dérivés détenus à des fins de Prêts et avances aux établissements de crédit : Comptes courants Dépôts à terme Titres de créances Intérêts courus Total Les prêts et avances aux établissements de crédit (sauf comptes Vostro) d'une durée résiduelle de moins de trois mois sont considérés comme trésorerie et équivalents de trésorerie (note 6.2). Au 31 décembre 2013, les titres de créances représentent un certificat de dépôt (Euro Commercial Paper) délivré par un établissement de crédit à échéance du 7 janvier 2014 (2012 : 4 janvier 2013) et portant intérêt à 0,05 % (2012 : -0,10 %) Prêts et avances à la clientèle : Comptes courants Dépôts à terme Intérêts courus Total En 2013 et 2012, le Groupe n'a pas comptabilisé de perte de valeur sur les prêts et avances à la clientèle Actifs financiers disponibles à la vente : Instruments de capitaux propres Actions Titres de créances Dette souveraine Etablissements de crédit Autres Total Au 31 décembre 2013, des titres de créances pour un montant total de (2012 : ) ont été placés auprès des banques centrales, y compris les titres de créances émis par les établissements de crédit pour un montant total de (2012 : ) et les titres de créances émis par d'autres émetteurs pour un total de (2012 : ). Au 31 décembre 2012, une partie de ces titres de créances ont été utilisés comme garantie pour des dépôts des banques centrales. Au 31 décembre 2013, le Groupe n'a plus de dépôts de banques centrales (Note 7.1). Au 31 décembre 2013, des tests de dépréciation n'ont montré aucune dépréciation permanente sur les actifs financiers disponibles à la vente. Le tableau ci-après présente les ajustements de juste valeur sur les actifs financiers disponibles à la vente : Placements à taux fixe Placements à taux variable Total

20 Solde au 1er Janvier Augmentation / (diminution) des gains non réalisés Augmentation / (diminution) des pertes non réalisées Impôts différés Solde au 31 Décembre Actifs financiers désignés à la juste valeur par le biais du compte de résultat : Instruments de capitaux propres Actions 626, Titres de créances Titres de créance souveraine 30,991, Titres de créance émis par des établissements de crédit 142,204, Titre de créance émis par d'autres émetteurs 8,257, Total 182,079, Au 31 décembre 2013, des titres de créances pour un montant total de (2012: ) ont été placés auprès des banques centrales, y compris les instruments de dette souveraine pour un total de (2012 : ), des titres de créance émis par des établissements de crédit pour un montant total de (2012 : ) et des titres de créance émis par d'autres émetteurs pour un total de (2012 : ). Au 31 décembre 2012, une partie de ces titres de créance ont été utilisés comme garantie pour des dépôts des banques centrales. Au 31 décembre 2013, le Groupe n'a plus de dépôts de banques centrales (Note 7.1) Investissement dans les entreprises associées. Au 31 décembre 2012, le Groupe détenait un placement (33,4 %) dans Gaspal Holding SAS, tel que décrit dans la note 4.3, pour Le 18 décembre 2013, ces actions ont été cédées. Pour la période du 1 er janvier 2013 au 18 décembre, 2013, la part du Groupe dans le résultat net de Gaspal Holding SAS s'élève à (2012 : ). L'information financière sur l'entreprise associée au 31 décembre 2012 et pour l'exercice clos le 31 décembre 2012 était de ce qui suit : 2012 Actifs courants Actifs non-courants Passifs courants Fonds propres et passifs non-courants GASPAL HOLDING S.A.S Revenus Charges Résultat net GASPAL HOLDING S.A.S Immobilisations corporelles et incorporelles : Immobilisations corporelles. Les mouvements sur les immobilisations corporelles pour l'exercice clos le 31 décembre 2013 ont été les suivants (en ). Valeurs brutes : Investissements immobiliers Mobilier/ équipements Equipements informatiques Véhicules Solde au 01/01/ Augmentations Cessions et sorties d'actifs Transferts Ecarts de change Solde au 31/12/ Amortissements et dépréciations cumulés : Solde au 01/01/ Augmentations Cessions et sorties d'actifs Ecarts de change Solde au 31/12/ Valeur comptable au 01/01/ Total

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales

2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales Présentation des RÉSULTATS ANNUELS 2013 Comptes de Bouygues et de ses filiales 26 février 2014 32 Hoche - Paris Table des matières GROUPE BOUYGUES...2 Bilan consolidé...2 Compte de résultat consolidé...3

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES

PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES PRINCIPES ET MÉTHODES COMPTABLES 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES IMMOBEL (ci-après dénommée la «Société») est une société anonyme de droit belge dont le siège social est établi Rue de la Régence 58 à 1000 Bruxelles.

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Comptes consolidés Page 2

Comptes consolidés Page 2 Comptes consolidés Page 2 COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Exercice clos le 31 décembre 2010 000 2010 2009 Chiffre d'affaires Note 3 857 060 885 937 Achats consommés (261 874) (255 957) Charges de personnel

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES

COMPTES CONSOLIDES DU GROUPE BOUYGUES BILAN CONSOLIDE AU 30 SEPTEMBRE 2008 ACTIF 09/2008 12/2007 09/2007 Net Net Net Immobilisations corporelles 5 948 5 564 5 271 Immobilisations incorporelles 1 166 1 073 1 013 Goodwill 5 164 5 123 5 086 Entités

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2014

COMPTES CONSOLIDÉS 2014 COMPTES CONSOLIDÉS 2014 Société anonyme au capital de 4 525 352,30 euros 6, Place colonel Bourgoin 75012 Paris 418 093 761 R.C.S. Paris www.hi-media.com COMPTES CONSOLIDÉS 2014 2 Sommaire NOTES SUR LES

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats

Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats Informations financières concernant le patrimoine, la situation financière et les résultats Informations financières historiques Compte de résultat consolidé Milliers d'euros Notes 31 mars 2014 31 mars

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCECF EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Decembre 2014 Présentation des états financiers 1 CONSIDÉRATIONS SUR L'ENSEMBLE Date d'entrée en vigueur : Exercices ouverts à compter du 1 er

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

GROUPE INGENICO Comptes consolidés

GROUPE INGENICO Comptes consolidés GROUPE INGENICO Comptes consolidés 31 décembre 2014 Ingenico - Comptes consolidés 31 décembre 2014 I. COMPTES DE RESULTAT CONSOLIDES Au titre des exercices clos les 31 décembre 2014 et 2013 (en milliers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

20.3 ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 AU 31 DÉCEMBRE 2014 Bilan consolidé 86 État du compte de résultat consolidé 88 État du résultat global consolidé 89 Variation de la trésorerie consolidée 90 Variation des capitaux propres consolidés 91

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

RECOMMANDATION. n 2013-04 du 7 novembre 2013. Cette recommandation annule et remplace la recommandation 2009-R.04 du 2 juillet 2009.

RECOMMANDATION. n 2013-04 du 7 novembre 2013. Cette recommandation annule et remplace la recommandation 2009-R.04 du 2 juillet 2009. RECOMMANDATION n 2013-04 du 7 novembre 2013 Relative au format des comptes consolidés des établissements du secteur bancaire établis selon les normes comptables internationales Cette recommandation annule

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE FRANCHE-COMTE 11 Avenue Elisée Cusenier 25 084 BESANCON CEDEX 9 COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2015

CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE FRANCHE-COMTE 11 Avenue Elisée Cusenier 25 084 BESANCON CEDEX 9 COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2015 CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE FRANCHE-COMTE 11 Avenue Elisée Cusenier 25 084 BESANCON CEDEX 9 COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2015 (Ayant fait l objet d un examen limité) Examinés par

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21.

CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS VALEUR COMPTABLE NETTE AU TERME DE L'EXERCICE... 211 21. CONSO 4.8.2 CONCESSIONS, BREVETS, LICENCES, SAVOIR-FAIRE, MARQUES ET DROITS SIMILAIRES Valeur d'acquisition au terme de l'exercice... 8052P xxxxxxxxxxxxxxx 54.544 Acquisitions, y compris la production

Plus en détail

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés intermédiaires du résultat Pour les périodes de trois et de neuf mois (en milliers de dollars

Plus en détail

Passage aux normes IFRS

Passage aux normes IFRS Passage aux normes Exercice 2004 Compte de résultat consolidé en millions d'euros 31 décembre 2004 Revenu 3 832 Charges de personnel (2 271) Autres charges opérationnelles (862) Résultat opérationnel courant

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC

Association LANDANA CADA 21 RUE HENRI DUPARC 21 RUE HENRI DUPARC Dossier financier de l'eercice en Euros Période du 01/01/2013 au 31/12/2013 Activité principale de l'association : Autres hébergements sociau Nous vous présentons ci-après le dossier

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

31.12.2013 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités)

31.12.2013 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (Comptes non audités) 31.12.2013 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (Comptes non audités) Sommaire Etats financiers consolidés Bilan consolidé 1 Compte de résultat consolidé 3 Etat du résultat net et gains et pertes comptabilisés

Plus en détail

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE

LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE COMMUNAUTAIRE LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ÉTATS FINANCIERS 31 DÉCEMBRE 2013 Rapport de l'auditeur indépendant Aux administrateurs de LE RÉSEAU CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Nous avons effectué

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS 31 AOÛT 2012

CLUB SOCIAL DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS 31 AOÛT 2012 AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. RAPPORT DE MISSION D'EXAMEN ET ÉTATS FINANCIERS AUTOMOBILE DU QUÉBEC (C.S.S.A.A.Q.) INC. ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES Rapport de mission d'examen 3 Résultats

Plus en détail

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la

ANNEXE 5. Rapport du contrôleur des comptes indépendant. accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la ANNEXE 5 Rapport du contrôleur des comptes indépendant accompagné des états financiers au 31 décembre 2013 de la Fédération internationale de judo, Lausanne Ernst & Young Ltd Téléphone +41 58 286 51 11

Plus en détail

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES

NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES NOTES ANNEXES AUX COMPTES CONSOLIDES Préambule I. Faits marquants Page 6 II. Principes comptables, méthodes d'évaluation et modalités de consolidation II.1. Principes et conventions générales Page 6 II.2.

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2014

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2014 BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2014 Le Conseil d Administration du 24 février 2015 a arrêté et autorisé la publication des comptes consolidés de Safran et celle du compte de résultat ajusté

Plus en détail

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés intermédiaires du résultat Pour les périodes de trois et de six mois closes les 3 mars (en milliers

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires au 6 septembre 2014 et au 7 septembre 2013 (3ème trimestre) (non audités)

États financiers consolidés intermédiaires au 6 septembre 2014 et au 7 septembre 2013 (3ème trimestre) (non audités) États financiers consolidés intermédiaires au 6 septembre 2014 et au 7 septembre 2013 (3ème trimestre) (non audités) États financiers consolidés États consolidés du résultat 2 États consolidés du résultat

Plus en détail

COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005

COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 COMPTES SEMESTRIELS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 (En millions d'euros) ACTIF I. - Bilan consolidé (IFRS) PASSIF RUBRIQUES 30/06/2005 31/12/2004 30/06/2004 RUBRIQUES 30/06/2005 31/12/2004 30/06/2004 IFRS

Plus en détail

Rapport de mission d'examen 2. Résultats 3. Réserve 4. Bilan 5-6. Flux de trésorerie 7. Notes complémentaires 8-12

Rapport de mission d'examen 2. Résultats 3. Réserve 4. Bilan 5-6. Flux de trésorerie 7. Notes complémentaires 8-12 COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ DE SANTÉ DE PORTNEUF-SAINT-BASILE RAPPORT FINANCIER SOMMAIRE Rapport de mission d'examen 2 Résultats 3 Réserve 4 Bilan 5-6 Flux de trésorerie 7 Notes complémentaires 8-12 Renseignements

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (ARTICLES L 225-115, 1 et R 225-83, 6 DU CODE DE COMMERCE)

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES. (ARTICLES L 225-115, 1 et R 225-83, 6 DU CODE DE COMMERCE) ETATS FINANCIERS CONSOLIDES (ARTICLES L 225-115, 1 et R 225-83, 6 DU CODE DE COMMERCE) Les comptes consolidés du groupe SCOR pour l exercice clos le 31 décembre 2012 sont présentés ciaprès. 1.1 BILAN CONSOLIDÉ

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Charges payées d avance 86,2 77,6

Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Charges payées d avance 86,2 77,6 BILANS CONSOLIDÉS Aux (en millions de dollars canadiens) Actifs Actifs courants Trésorerie et équivalents de trésorerie 455,2 $ 510,2 $ Créances 381,7 362,0 Stocks (note 4) 900,8 825,3 Charges payées d

Plus en détail

Rapport semestriel 2015

Rapport semestriel 2015 Rapport semestriel 2015 1 SITUATION SEMESTRIELLE AU 30 JUIN 2015 GROUPE Digigram I. Rapport d activité semestriel II. Comptes semestriels consolidés résumés au 30 juin 2015 1- Etat de situation financière

Plus en détail

Rapport financier. Comptes annuels consolidés et notes

Rapport financier. Comptes annuels consolidés et notes 162 05 Rapport financier Comptes annuels consolidés et notes 1. Compte de résultats consolidé...164 2. Etat consolidé du résultat global...164 3. Etat consolidé de la situation financière...165 4. Etat

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

Numericable Group. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2014. (Non auditées)

Numericable Group. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2014. (Non auditées) Informations financières consolidées sélectionnées au Tour Ariane 5, place de la Pyramide 92088 Puteaux La Défense Cedex Informations financières consolidées sélectionnées au COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE

Plus en détail

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74

68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 ÉTATS FINANCIERS 68 Bilan consolidé 70 Compte de résultats consolidé 71 État consolidé du résultat global 72 État consolidé des variations des capitaux propres 74 Tableau des flux de trésorerie consolidé

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 décembre 2013 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 4 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2013 4 ETAT DU RESULTAT NET ET DES VARIATIONS D ACTIFS ET DE PASSIFS COMPTABILISEES

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Transat A.T. inc. Rapport annuel 2013 RAPPORT DE LA DIRECTION

Transat A.T. inc. Rapport annuel 2013 RAPPORT DE LA DIRECTION RAPPORT DE LA DIRECTION Les états financiers consolidés de Transat A.T. inc. sont la responsabilité de la direction et ont été approuvés par le conseil d administration. La responsabilité de la direction

Plus en détail

Devis de Construction Canada

Devis de Construction Canada États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2011 Table des matières Rapport de l'auditeur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État de l'évolution des actifs nets 4 État des résultats 5 États

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards)

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) CONTEXTE En application du règlement européen n 1606/2002 adopté le 19 juillet 2002, les sociétés faisant appel public à l épargne

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II

Préparation à Solvabilité II Préparation à Solvabilité II Traduction partielle des spécifications techniques EIOPA du 30 avril 2014 : valorisation du bilan prudentiel 16 mai 2014 version 1.0 Avertissement L Autorité européenne des

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉNONCÉ DE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT À L INFORMATION FINANCIÈRE La direction est responsable de la préparation et de la présentation des états financiers consolidés

Plus en détail

Tradition Securities and Futures

Tradition Securities and Futures COMPTES ANNUELS au 31 décembre 2007 de Tradition Securities and Futures Tradition Securities & Futures BILAN AU 31 DECEMBRE 2007 (En milliers d euros) Notes 31.12.2007 31.12.2006 ACTIF Opérations interbancaires

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées)

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées) 1, Square Bela Bartok 75015 Paris COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE (NON AUDITE) Période de 3 mois close le (en millions d'euros) 31 mars 2015 31 mars 2014 Chiffre d'affaires 2 740 328 Achats externes (1 489)

Plus en détail

Groupe Ipsos *** Comptes consolidés

Groupe Ipsos *** Comptes consolidés Groupe Ipsos *** Comptes consolidés pour l exercice clos le 31 décembre 2013 Comptes consolidés du groupe Ipsos au 31 décembre 2013 Page 2/61 SOMMAIRE 1. Compte de résultat consolidé... 4 2. Etat du résultat

Plus en détail

LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012

LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE. États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 LA MAISON FRANCO- MANITOBAINE LTÉE États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 LA MAISON FRANCO-MANITOBAINE LTÉE États financiers Pour l'exercice terminé le 31 mars 2012 Matière Rapport de

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2013

BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2013 BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉS AU 31.12.2013 Le Conseil d Administration du 19 février 2014 a arrêté et autorisé la publication des comptes consolidés de Safran et celle du compte de résultat ajusté

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS. 31 décembre 2013

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS. 31 décembre 2013 31 décembre 2013 SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDÉS COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ 3 ÉTAT DU RÉSULTAT GLOBAL CONSOLIDÉ 4 BILAN CONSOLIDÉ 5 VARIATION DES CAPITAUX PROPRES CONSOLIDÉS 7 TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ

COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ 3 ème trimestre 2 ème trimestre 3 ème trimestre Chiffre d'affaires 40 580 44 715 60 363 Droits d'accises (5 683) (5 446) (6 141) Produits des ventes 34 897 39 269 54 222 Achats,

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER 2012

RAPPORT FINANCIER 2012 RAPPORT FINANCIER 2012 BILAN CONSOLIDÉ IFRS AU 31 DÉCEMBRE 2012 Actif (en milliers d euros) Notes Montant brut Exercice 2012 Amort. Prov. Montant net Exercice 2011 Montant net Actifs non courants Immobilisations

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

Groupe CVTech inc. État consolidé de la situation financière (non audité)

Groupe CVTech inc. État consolidé de la situation financière (non audité) États financiers consolidés intermédiaires résumés Pour le trimestre clos le 2013 État consolidé de la situation financière (non audité) (en milliers de dollars canadiens) 31 décembre 2013 2012 Actif Actifs

Plus en détail

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois.

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Annexes PREAMBULE L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Le total du bilan de l'exercice avant affectation du résultat

Plus en détail

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités

EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités Actif EXFO inc. Bilans consolidés intermédiaires condensés non audités (en milliers de dollars US) Au Au 31 août Actif à court terme Espèces 43 418 $ 25 864 $ Placements temporaires 958 1 487 Comptes débiteurs

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

Compte de Résultat Consolidé

Compte de Résultat Consolidé Compte de Résultat Consolidé (en millions d'euros) 30.06.2004 31.12.2003 30.06.2003 Chiffre d'affaires 4 984,4 8 780,3 4 235,9 Coûts des ventes (2 854,5) (5 063,1) (2 460,3) Recherche et développement

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Notes annexes. 1. Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Principales méthodes comptables Description des Activités La Financière

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101

4.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100. 4.2 Bilan au 31 décembre 2008 101 États Financiers consolidés.1 Compte de résultat de l exercice 2008 100.2 Bilan au 31 décembre 2008 101.3 Tableaux de passage des capitaux propres du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2008 102. Tableau

Plus en détail

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5

1 Normes IFRS applicables... 1. 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3. 3 Plan comptable... 5 Chapitre 34 Table des matières 1 Normes IFRS applicables... 1 1.1 Références... 1 1.2 Champ d application... 1 1.3 Définitions... 2 2 Types de droits et engagements hors bilan... 3 2.1 Engagements au titre

Plus en détail

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES ETATS FINANCIERS 2010 ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES 2010 EDENRED COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES Compte de résultat pro forma p.2

Plus en détail