Chapitre 2. Méthodes d analyse par faisceau d ions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 2. Méthodes d analyse par faisceau d ions"

Transcription

1 Chapitre 2 Méthodes d analyse par faisceau d ions 2.1. Introduction L analyse par faisceau d ions est un terme générique qui reprend toutes les méthodes d analyses qui sont basées sur les interactions aux niveaux nucléaire et atomique d un faisceau de particules chargées avec un échantillon-cible. Lorsqu une particule chargée énergétique (de l ordre du MeV) pénètre dans un matériau, elle interagit avec les électrons et les noyaux des atomes constitutifs. Les effets sur celle-ci sont un ralentissement et une éventuelle modification de sa trajectoire. En outre, une émission secondaire de rayonnements X, γ ou corpusculaire caractéristiques des éléments constitutifs de l échantillon peut aussi se produire. Une analyse spectroscopique de ce rayonnement secondaire peut donc permettre d obtenir diverses informations sur le matériau bombardé, telles que: composition élémentaire et détermination des concentrations en surface ou en profondeur; détermination de la nature, la position, l épaisseur ou du gradient de concentration de plusieurs couches d éléments ou de composés. 5

2 Technique Particules incidentes Interaction Détection PIXE p, α Ionisation Rayons X RBS α Diffusion nucléaire α PIGE p Réaction nucléaire Rayons γ NRA p, d Réaction nucléaire Particules chargées Table 2.1. Description des techniques d analyse par faisceau d ions La nature du rayonnement secondaire détecté définit le type d analyse. La table 2.1 reprend les principales techniques avec les particules incidentes généralement utilisées ainsi que le type d interaction et le rayonnement détecté. Les quatre méthodes d analyse les plus courantes sont: la PIXE (Particle Induced X-ray Emission - Emission de rayons X Induits par des Particules): cette méthode d analyse est basée sur l ionisation des couches internes (K, L ou M) de l atome cible par la particule chargée et sur la détection du rayonnement X produit par le réarrangement électronique; comme ce rayonnement X est caractéristique de l élément ionisé, on peut tirer de l analyse du spectre X obtenu des informations sur la composition élémentaire de l échantillon. le RBS (Rutherford BackScattering - Rétrodiffusion de Rutherford): le principe du RBS repose sur la détection de particules chargées diffusées élastiquement par les noyaux constitutifs du matériau à analyser; cette méthode permet de séparer les éléments en fonction de leur masse atomique et de déterminer leur distribution en profondeur. la PIGE (Particle Induced γ-ray Emission - Emission de rayons γ Induits par des Particules) et la NRA (Nuclear Reaction Analysis - Analyse par Réaction Nucléaire): dans ce cas-ci, les ions accélérés interagissent avec le noyau des atomes de l échantillon. Des noyaux composés se forment dans un état fortement excité et se désintègrent ou se désexcitent en émettant des particules chargées (NRA) et/ou un rayonnement γ (PIGE). Contrairement aux deux autres méthodes où la section efficace de production évolue de façon monotone avec l énergie et le numéro atomique, la détection d un élément dépend de l existence éventuelle d une réaction nucléaire appropriée et de sa section efficace correspondante. De plus, pour produire ces réactions nucléaires, il faut que les particules incidentes puissent vaincre la barrière coulombienne du noyau. Comme leur énergie est généralement inférieure à 3 MeV, cette méthode ne peut détecter que les éléments légers en surface de numéro atomique inférieur à 15. 6

3 Cette thèse étant basée sur la recherche de nouveaux domaines d applications pour l analyse par faisceau d ions et plus particulièrement pour les analyses PIXE et RBS, une description succincte du pouvoir d arrêt et de ces deux techniques s avère nécessaire Pouvoir d arrêt Quand un faisceau de particules chargées de quelques MeV pénètre dans la matière, il perd son énergie graduellement avec la profondeur jusqu à éventuellement son arrêt complet. La perte d énergie est principalement due aux interactions coulombiennes inélastiques avec les électrons liés. Le pouvoir d arrêt S(E) (cm 2 MeV/g) d un ion d énergie E (MeV) est défini comme étant la perte d énergie par unité de masse superficielle traversée: de SE ( ) = 1 ρ dx Eq. 2.1 où ρ (g/cm 3 ) est la densité de la matière traversée et x la profondeur (cm). De nombreuses mesures expérimentales des pouvoirs d arrêt sont disponibles 1. Ces données ont été ajustées par des relations semi-empiriques qui sont maintenant utilisées pour obtenir les pouvoirs d arrêt de tous les éléments du tableau périodique 2. Le pouvoir d arrêt de composés est facilement obtenu à partir de ceux des éléments constitutifs grâce à la loi d additivité de Bragg-Kleemann: n SM( E) = wi Si ( E) i= 1 Eq. 2.2 où w i est la fraction de masse de l élément i. La pénétration R d un ion est alors aisément calculée par l intégration du pouvoir d arrêt: R 0 de = E 0 SE ( ) Eq

4 10 2 Range (µm) H-Os He-Os H-Laiton He-Laiton E(keV) Figure 2.1. Pénétration moyenne R (µm) de faisceaux de protons et d hélium dans de l os et du laiton. où E 0 est l énergie de l ion incident. Comme les ions ne sont que légèrement déviés par les électrons, on a alors une bonne estimation de leur profondeur d arrêt (Fig. 2.1). On peut donc voir que la PIXE, qui utilise généralement des protons, sera sensible jusqu à des profondeurs de quelques dizaines de µm, tandis que le RBS, qui utilise principalement des faisceaux d hélium ne pourra analyser que les premiers µm de la surface Aperçu de la méthode PIXE Introduction L article fondateur de la méthode PIXE date de Dans celui-ci, Johansson et al. 3 démontrent que l émission de rayons X caractéristiques produits lors du bombardement d un matériau par des protons de quelques MeV peut être à la base d une analyse élémentaire très sensible (Fig. 2.2). Dans la majorité des cas, les faisceaux incidents de particules chargées, généralement des protons de 1 à 4 MeV, sont produits par de petits accélérateurs (cyclotron, accélérateur van de Graaff). Comme un même faisceau peut être utilisé pour différentes techniques, une étude simultanée par PIXE et d autres techniques d analyse par faisceau d ions (souvent la PIGE et le RBS) est souvent possible, conduisant ainsi à une couverture plus large des éléments, notamment vers les éléments légers pour 8

5 E p (MeV) < 0.5 ppm ppm 1-2 ppm 2-4 ppm > 4 ppm Z Figure 2.2. Limite de détection (ppm) en fonction de l énergie incidente des protons et du numéro atomique des éléments analysés 4. lesquels la PIXE n est pas sensible, et/ou à une information sur leur distribution en profondeur. Le potentiel de la PIXE pour résoudre de nombreux problèmes d analyse des éléments en traces a été largement étudié et démontré 5,6. Un avantage important de la méthode PIXE est sa grande versatilité vis-à-vis des échantillons étudiés. En effet, la PIXE peut s appliquer aussi bien à des échantillons de petite ou grande taille, fin ou épais. En plus de l analyse sous vide, les approches en faisceau extrait (sous air ambiant ou sous un flux d hélium) ont été réalisées et sont très utiles spécialement pour l analyse d échantillons fragiles ou de grande taille, comme on le verra ultérieurement pour l analyse d oeuvres d art. Les limites de détection constituent le trait le plus important d une technique d analyse. En PIXE, la plus grande sensibilité est obtenue pour les éléments de numéro atomique compris entre 20 et 40, et supérieur à 75 (de l ordre du µg/g). La bonne sensibilité de la PIXE par rapport aux autres méthodes d analyse est encore plus prononcée quand on considère les limites de détection en valeur absolue. Pour des échantillons minces, c est-àdire des échantillons pour lesquels la perte d énergie des protons dans l échantillon est négligeable, il est possible de détecter des éléments en traces au niveau du picogramme. Comme on peut le voir sur la figure 2.3, un spectre PIXE typique consiste en la superposition de raies X caractéristiques des atomes présents dans l échantillon et d un bruit de fond continu. Celui-ci est principalement dû au rayonnement de freinage (ou bremsstrahlung) émis par les électrons secondaires pour la partie en-dessous de 10 kev et 9

6 Ti 10 3 Fe Ca Ti As Coups/Canal Mn Fe Cu+Zn Cu Zn As Zr Zr Figure 2.3. Spectre PIXE typique. Energie (kev) d une partie à haute énergie produite par le bremsstrahlung des protons eux-mêmes. A partir de la surface de ces pics, il est possible de déterminer la concentration des différents éléments de l échantillon. Les systèmes d analyse PIXE comportent certaines parties essentielles: un accélérateur de particules pour la production du faisceau de particules chargées; un système de collimateurs pour obtenir une forme précise du faisceau; un dispositif de mesure du nombre de particules incidentes sur l échantillon; un porte-échantillon; un détecteur de rayons X; une chaîne électronique d acquisition. Une description plus détaillée des dispositifs expérimentaux sera faite pour chaque application développée dans ce travail car des différences importantes peuvent exister selon le cas envisagé. 10

7 Principe de la méthode La production de rayons X caractéristiques dépend des transitions entre les orbites électroniques des atomes du matériau analysé. Quand un électron est éjecté par une particule chargée, l atome devient ionisé et est laissé dans un état excité. L excédent d énergie est égal à l énergie requise pour extraire un électron de l orbite excitée vers un état de repos non lié. Cette énergie peut être libérée par la transition d un électron d une couche supérieure qui est accompagnée par l émission d un rayon X. La figure 2.4 montre un diagramme de niveaux avec les transitions permises par les règles de sélection. Les transitions vers le niveau K sont dénotées raies K. Si l électron vient du niveau L, on note la raie K α et s il vient du niveau M, K β. Dû à la structure fine, les raies K α et K β sont des doublets. Les transitions vers les niveaux L sont notées raies L. Ces dernières ont de nombreuses composantes, surtout pour les éléments lourds. Un spectre X complet est donc généralement assez compliqué. Toutefois, certaines composantes ont à peu près la même énergie (e.g. les raies Kα et K 1 α 2 ) et apparaissent donc comme une seule raie. De plus, certaines transitions ont une faible intensité. En résumé, lors d une analyse PIXE, les éléments légers et moyens sont détectés seulement par les deux raies K α et K β : ( ) + ( ) ( ) Kα = Kα K LIII Kα K L 1 2 II Kβ = Kβ ( K MIII ) + Kβ K MII 1 2 Dans le spectre L des éléments lourds, on regroupe généralement les raies en trois groupes principaux: M L α 1 α 2 β 1 β 3 β 4 η l α 1 α 2 β 1 β 2 K Série K Série L Figure 2.4. Diagramme d énergie des transitions X. 11

8 ( ) + ( ) L α = L α L III M V L α L III M 1 2 IV Lβ = Lβ ( LII MIII ) + Lβ ( LIII NV ) + Lβ ( LI MIII ) Lγ = Lγ ( LII NIV ) + Lγ ( LI NII ) + Lγ ( LI NIII ) L analyse des éléments d un échantillon se fera donc préférentiellement soit par ses raies K, soit par ses raies L, suivant son numéro atomique. Les rayons X émis par l échantillon irradié sont enregistrés grâce à un détecteur de type Si(Li) ou LEGe. C est le développement de ce type de détecteur qui a rendu possible la PIXE en permettant une détection en énergie avec une grande efficacité. La résolution en énergie est proche de 150 ev (à 5.9 kev) ce qui permet de séparer la plupart des raies K d éléments voisins. L efficacité des détecteurs Si(Li) est quasi constante dans l intervalle 5-25 kev mais chute rapidement pour les énergies supérieures et inférieures alors que les détecteurs de type LEGe gardent une efficacité quasi constante jusque 80 kev. Cette caractéristique du détecteur détermine en partie quelle série X on utilise pour l analyse d un élément particulier. Il est clair que les éléments dans l intervalle 20<Z<50 seront analysés via leurs raies K tandis que les éléments de Z>50 le seront par leurs raies L (Fig. 2.5). D autre part, un atome excité peut aussi retourner à son état fondamental par l éjection d un de ses propres électrons d un état moins lié. Cette transition non radiative est appelée effet Auger et les électrons éjectés, électrons d Auger. Généralement, la probabilité d avoir un effet Auger augmente avec la diminution de la différence entre les états d énergie correspondants et est maximale pour les éléments de Z petit. 50 Energie X (kev) K α L α Z Figure 2.5. Energie des rayons X K α et L α en fonction du numéro atomique. 12

9 Une conséquence importante de l effet Auger est que le nombre réel de rayons X produits est plus petit qu attendu. La probabilité qu une vacance soit remplie via une transition radiative est appelée rendement de fluorescence (Fig. 2.6). Pour les raies K, on note ce rendement de fluorescence ω K ω K σ K X = σ K I Eq. 2.4 X où σ K est la section efficace de production de photons émis et σ I K la section efficace d ionisation. La définition du rendement de fluorescence pour les orbites supérieures est plus compliquée car celles-ci sont composées de plusieurs sous-orbites. De plus, des transitions de Coster-Kronig peuvent se produire. Ces transitions sont de type non radiatives et se déroulent entre les sous-couches d une couche ayant le même nombre quantique principal. S il n existe pas de transitions de Coster-Kronig, le rendement de la sous-couche i de la couche s (s=k, L, M,...) est donné par: ω si σ i = Eq. 2.5 σ s X s I i et le rendement total de la couche s est donc donné par ω K ω L1 ω ω L2 ω L Z Figure 2.6. Rendements de fluorescence en fonction de Z. 13

10 ω k s = Ns ω i s i i= 1 Eq. 2.6 où les N si sont les sections efficaces relatives d ionisation de la sous-couche i de la couche s: N s i = σ i s I i σ s I i Eq. 2.7 la somme des N si étant égale à 1. En présence de transitions de Coster-Kronig, qui modifient la distribution des souscouches ionisées en transférant l ionisation d une sous-couche à une autre moins énergétique, on peut calculer les rendements de fluorescence par ω k s = Vs i ωs i i= 1 Eq. 2.8 où les V si sont les sections efficaces relatives d ionisation de la sous-couche i de la couche s, en incluant les ionisations provenant des transitions de Coster-Kronig. Leur somme est supérieure à 1 et ils sont égaux à 0.6 f 12 f 13 f f ij Figure 2.7. Transitions de Coster-Kronig. Z 14

11 V s = N s Eq s Vs = Ns + f12 Ns Eq s s s s Vs = Ns + f23 Ns + ( f13 + f12 f23) Ns Eq s où les f ij sont les probabilités de transition de Coster-Kronig pour déplacer l ionisation de la sous-couche i à la sous-couche j (Fig. 2.7). Bien que les rendements de fluorescence de la couche K peuvent être calculés théoriquement, des données expérimentales 7 sont en général utilisées et peuvent être modélisées par la relation suivante: ωk 1 ω 14 / 7 3 = Z Z Eq K Cette relation permet de déterminer les rendements de fluorescence de la couche K pour les éléments de Z compris entre 10 et 60 avec une erreur de 1 à 5 %. Par contre, les rendements de fluorescence et les transitions de Coster-Kronig des couches L 8-17 ne sont pas connues avec beaucoup de précision (Table 2.2). Ces incertitudes sur les rendements de fluorescence peuvent donc engendrer une erreur non négligeable lors du calcul des sections efficaces de production des différentes raies L en fonction des sections efficaces d ionisation, comme nous le verrons dans le chapitre suivant. 8,9,10,11,12,13,14,15,16,17 Z ω K <1 <1 ω 1 > ω 2 > ω 3 > f f f 23 > Table 2.2. Erreurs (%) sur les rendements de fluorescence et transitions de Coster-Kronig pour les couches K et L. 15

12 R Kα R Kβ R R LI β R LI γ R LII β R LII γ R LIII α 0.2 R LIII β Figure 2.8. Taux de transition relatif pour différentes raies 18. Z La section efficace de production d une raie particulière j (α 1, α 2, β 1,...) d une orbite s i (K, L I, L II,...) peut être évaluée à partir de la section efficace d ionisation de cette orbite s i via la relation: X sj sj s s s I i i i i σ = R ω V σ Eq où R sj est le taux de transition relatif de la raie j de la couche s i i. La figure 2.8 représente ce facteur R sj pour les orbites K et L. i Bruit de fond Le bruit de fond continu présent dans un spectre PIXE est la principale cause de limitation de la détection d un élément. Ce bruit de fond provient du bremsstrahlung (rayonnement de freinage) des protons incidents, du bremsstrahlung des électrons secondaires et des rayons gamma provenant de réactions nucléaires. Le bremsstrahlung dû aux protons incidents est beaucoup moins intense que dans le cas où les particules incidentes sont des électrons. En effet, l intensité du bremsstrahlung primaire émis par une particule chargée est proportionnelle au carré de sa décélération. Comme les forces coulombiennes sont les mêmes pour les protons et les électrons mais que la masse diffère d un facteur 1836, l in- 16

13 BEQL Tr = 1 2 mevp 2 Intensité BES BA Tm me e p = 4 Mp Energie Figure 2.9. Bruit de fond dû au bremsstrahlung. tensité du bremsstrahlung primaire est négligeable par rapport à celui produit par un faisceau d électrons. La principale contribution au bruit de fond en PIXE provient du bremsstrahlung associé non à la décélération des protons mais plutôt aux électrons éjectés suite à des collisions inélastiques (Fig. 2.8). Le bremsstrahlung des électrons secondaires (BES) est émis quand un électron éjecté est diffusé par le champ coulombien d un noyau atomique d un des éléments de l échantillon. Pour une collision frontale entre un ion de masse M p et d énergie E p et un électron libre, l énergie cinétique maximum T m qui peut être transmise à l électron est 4 (m e /M p ) E p. L intensité du spectre BES décroît très rapidement au-dessus de l énergie T m. Le bremsstrahlung des électrons quasi libres (BEQL) provient du fait que la vitesse du projectile v p est tellement grande par rapport à la vitesse des électrons que ceux-ci peuvent être considérés comme au repos. Un électron peut donc être diffusé par le champ coulombien du projectile et émettre du BEQL. En prenant le système de référence du projectile, on voit que l énergie maximum est de T r =1/2m e v p2, une valeur qui ne change pas beaucoup lorsque l on repasse dans le système de référence du laboratoire. Pour des protons de 3 MeV, T m =6 kev et T r =1.6 kev. Quand un électron retombe dans son état lié initial dans l atome ionisé, du bremsstrahlung atomique (BA) est émis. Le BA est la principale composante du bruit de fond pour des énergies supérieures à T m. 17

14 Nous avons donc une compréhension adéquate des processus intervenant dans le bruit de fond continu en PIXE. Toutefois, cela ne nous donne pas encore accès à une expression universelle qui puisse être utilisée pour décrire le bruit de fond continu en routine pour l analyse des spectres PIXE. L autre source de bruit de fond est la radiation gamma produite par les réactions nucléaires. Ce bruit de fond nucléaire a deux sources possibles: les réactions nucléaires qui sont produites lors du transport du faisceau de protons de la sortie de l accélérateur jusqu à l échantillon et les réactions nucléaires qui sont produites via des éléments légers présents dans l échantillon lui-même. La première source peut être assez facilement minimisée en utilisant des collimateurs en éléments lourds. La deuxième source est évidemment impossible à éviter. Comme ce rayonnement gamma a des énergies de plusieurs centaines de kev, leur interaction avec le détecteur X dans la région 1-30 kev se fera via l effet Compton et donnera un bruit de fond plat Analyse quantitative Comme la perte d énergie encourue par le proton dans chaque collision inélastique dans un échantillon d épaisseur finie est très petite, sa trajectoire est quasi en ligne droite. Le profil énergétique le long de cette ligne est connu grâce au pouvoir d arrêt de la matrice (Eq. 2.2). Pour un constituant distribué de façon homogène et ayant un numéro atomique Z, une masse atomique A Z et une concentration C Z, le nombre dn de rayons X émis pour une raie particulière produits sur une distance dx est donné par dn N p N av C Z σ si( Z, E ) = de AZ SM( E) Eq où N p est le nombre de protons, N av est le nombre d Avogadro ( mol -1 ) et σ si (Ζ,Ε) est la section efficace de production de la raie considérée pour un proton d énergie E correspondant à une profondeur dx. Si on définit les angles φ et θ respectivement comme l angle d incidence du faisceau et de détection des rayons X par rapport à la normale à la surface de l échantillon, l intensité des raies de l élément étudié a un facteur de transmission TZ ( E ) égal à 18

15 E de TZ ( E) = exp cos f µ φ cos E S E ZM M( ) ρ θ 0, Eq où le coefficient d atténuation de masse de la matrice (µ/ρ) Z,M est la somme pondérée par leur concentration des coefficients d atténuation de masse (µ/ρ) Z des éléments majeurs de la matrice. On peut voir sur la figure 2.10 le coefficient d atténuation pour divers matériaux. L intégration sur tous les segments de la trajectoire du proton donne alors l intensité totale ou rendement de chacune des raies X résultant du passage de N p protons dans l échantillon: E f YZ ( ) = FZ Np CZ E 0 σ si( ZE, ) TZ ( E) de SM( E) Eq avec FZ = Nav tz εz i ( Ω 4π) AZ Eq où E 0 et E f sont les énergies incidente et de sortie des protons de l échantillon, Ω/4π est l angle solide sous-tendu par le détecteur, ε i est l efficacité intrinsèque du détecteur et t Z Z est la transmission à travers les éventuels filtres interposés entre l échantillon et le détec Laiton Os Air µ/ρ E (kev) Figure Facteur d atténuation pour du laiton, de l os et l air. 19

16 teur. L intégrale dans l équation 2.16 représente les effets de matrice, c est-à-dire l influence des éléments majeurs d un échantillon sur la détermination de tout élément constitutif de cet échantillon. Le fait que les effets de matrice soient physiquement simples et que les bases de données sur ces effets soient relativement abondantes donne un avantage certain à la PIXE par rapport à d autres techniques d analyse où les effets de matrice sont difficiles à calculer et ne sont pas toujours reproductibles. Par exemple, comme nous le verrons au Chapitre 3, des relations analytiques assez simples permettent d estimer les sections efficaces de production des rayons X. La relation 2.16 se simplifie considérablement lorsque l échantillon peut être considéré comme mince, c est-à-dire lorsque la perte d énergie des protons incidents est négligeable après passage dans celui-ci. Dans ce cas, on peut considérer qu il n y a pas d effets d absorption ni de variation de la section efficace. On obtient alors la relation simplifiée: YZ ( ) = FZ Np mz σ si( ZE, 0) Eq avec m Z la densité superficielle de l élément Z (g/cm 2 ). Pour éviter de mesurer précisément le facteur F Z, la détermination de m Z est réalisée par la mesure du rendement Y st (Z) pour un échantillon standard de densité superficielle connue dans les mêmes conditions expérimentales. On calcule alors m Z par la relation mz YZ ( ) = mzst Eq Yst( Z) Le cas des échantillons épais est plus délicat à traiter car il implique une connaissance préalable des concentrations en éléments majeurs de l échantillon pour tenir compte des effets de matrice. Une des méthodes utilisées pour résoudre ce problème est la méthode des paramètres α 19,20. Elle est basée sur l évaluation du paramètre α défini comme étant: α = µ SM E0 ( ) Eq où µ est le coefficient d absorption et S(E 0 ), le pouvoir d arrêt du matériau à l énergie incidente du faisceau E 0. Ce paramètre permet de tenir compte des effets de matrice dus à la perte d énergie des protons et à l absorption des rayons X dans l échantillon lui-même. En effet, vu la formule de Folkmann 21, qui donne une approximation du pouvoir d arrêt p SM E E E0 SM E0, Eq ( )=( ) ( ) 20

17 où p est égal à -0.65, on peut réécrire la relation 2.15 comme étant égal à E p E TZ ( E ) exp α cosφ = 1 +, Eq cosθ 2 E0 avec E égal à E 0 -E f, ce qui mène à la formule suivante pour le rendement: YZ ( ) = FZ Np CZ SM( E0 ) E f E0 σ si( ZE, ) TZ ( E) p de. Eq E 1 E0 Le paramètre α peut être déterminé expérimentalement, par exemple en mesurant la différence d absorption des rayons X pour deux énergies incidentes. Les effets de matrice dus à l absorption des rayons X par l échantillon et à la perte d énergie des particules chargées n interviennent donc plus du tout dans l intégrale de la relation Le seul paramètre à évaluer est la section efficace de production des rayons X, qui, comme on le verra dans le chapitre suivant, peut être évaluée par des formules analytiques simples. Pour faciliter la détermination des concentrations, on définit alors Y corr (Z) comme étant le rendement X de l élément Z présent dans un échantillon de même densité superficielle que l échantillon étudié mais considéré comme mince par rapport aux effets de matrice. On peut évaluer ce rendement via la relation 22 Ycorr( Z) = FZ Np CZ σ si( Z, E0 ) p E SM( E0 ) E E0, Eq ce qui donne finalement Ycorr ( Z ) = Y ( Z ) 1 CF Eq où CF est obtenu par CF = 1 p E E E0 E f σ si( ZE, ) TZ ( E) E si( ZE, ) p 0 σ 0 ( 1 EE0 ) de. Eq Il suffit alors d avoir une courbe de calibration pour chaque élément obtenue à partir de 21

18 cibles minces pour obtenir les concentrations de ces éléments dans l échantillon épais Principales applications Les domaines où une analyse PIXE peut être utile sont évidemment très nombreux et variés. Seuls les domaines les plus importants seront abordés ici. La figure 2.11 reprend le pourcentage de publications par domaine d activités pour les cinq dernières années. Les publications ont été regroupés en 7 domaines: l analyse de matériaux (état solide, polymères,...), la biomédecine (échantillons d origine humaine, animale ou végétale), l archéométrie (objets d art ou archéologiques), les géosciences (environnement, géologie), les aérosols, les articles techniques, et les divers (applications ponctuelles). Comme on le voit sur cette figure, le domaine où la PIXE est la plus utilisée est l analyse d échantillons biologiques 23,24. En effet, comme la plupart de ceux-ci sont principalement composés de matériaux organiques, les éléments majeurs sont des éléments légers, qui ne donnent aucun signal dans un spectre PIXE. De plus, le rayonnement de freinage est plus faible pour une matrice organique que pour une matrice d éléments lourds. Les échantillons biomédicaux sont donc des échantillons idéaux pour effectuer une analyse des éléments en trace. Les éléments intéressants dans les matériaux biologiques sont soit en concentration mineure ou en traces (e.g. K, Ca, Mn, Fe, Cu, Zn,...) ou des métaux lourds (e.g. As, Cd, Pb,...). Or, les limites de détection de ces éléments atteignent ou dépassent même 1 µg/g, ce qui fait de la PIXE une réelle méthode d analyse d éléments en trace Matériaux Bio-Médecine Archéo Environnement Aérosols Divers Techniques Figure 2.11 Publications en fonction des domaines d application de la PIXE. 22

19 Toutefois, la matière organique est très sensible aux dommages radiatifs et à la chaleur. Les échantillons biologiques doivent donc être préparés de manière à supporter au mieux ces effets, comme nous le verrons dans le chapitre 5 qui traite de l analyse de métalloprotéines. Les articles concernant l analyse de matériaux sont souvent des articles de caractérisation de leur propriétés physico-chimiques où la PIXE intervient, souvent en collaboration avec d autres techniques d analyse (e.g. RBS), pour déterminer la composition élémentaire des échantillons ou leur teneur en impuretés. De plus, avec le développement des microsondes nucléaires, des cartographies des éléments en trace peuvent être réalisées avec une résolution de l ordre du micron. Une autre application importante est l analyse d aérosols atmosphériques 25. Les aérosols sont des particules qui ont des tailles variant d une fraction de µm à plusieurs dizaines de µm et sont présents à des concentrations variant de quelques µg/m 3 à plusieurs centaines de µg/m 3. On utilise généralement des filtres pour les collecter afin d obtenir une fine couche en surface. L avantage de la PIXE est que l on peut analyser ces filtres directement sans aucune préparation particulière. En cinq à dix minutes, on peut réaliser une analyse multi-élémentaire couvrant notamment les éléments d origine anthropogénique (e.g. S, V, Ni, Cu, Zn, As et Pb). Comparée à d autres méthodes d analyse, comme par exemple l EDXRF, la PIXE offre une sensibilité qui est meilleure d au moins un ordre de grandeur, ce qui permet un temps de prélèvement des échantillons plus petit. De plus, l analyse PIXE peut être complétée par les autres techniques d analyse par faisceau d ions et ainsi obtenir les concentrations en éléments légers. La PIXE est aussi utilisée abondamment en géologie et en sciences environnementales. En effet, grâce à des méthodes de pré-concentration, il est, par exemple, possible d analyser les éléments en trace présents dans des liquides, comme l eau de mer, et ainsi déterminer une éventuelle pollution ou encore d analyser des sédiments récoltés par filtrage. Enfin, un domaine d application qui ne cesse de se développer est l analyse d objets d art et archéologiques 26,27. En effet, comme nous le verrons en détails dans le chapitre 6, la PIXE s avère être d une grande utilité lors de l analyse de ce type d objet. Les propriétés qui avantagent la PIXE sont ici la possibilité d effectuer des analyses à l air libre, son caractère non destructif, sa rapidité d analyse, ainsi que sa versatilité vis-à-vis de la taille des objets. 23

20 2.4. Aperçu de la diffusion de Rutherford Introduction La méthode d analyse par diffusion de Rutherford 28,29 est basée sur les interactions coulombiennes entre noyaux atomiques. Elle consiste à mesurer le nombre et l énergie des ions d un faisceau qui sont rétrodiffusés après interaction avec les noyaux des atomes de l échantillon. Cette information rend possible la détermination de la masse atomique et des concentrations élémentaires en fonction de la profondeur. Le RBS est idéal pour la détermination d éléments présents en traces et qui sont plus lourds que les éléments majeurs de la matrice ou du support. Quand un échantillon est bombardé avec un faisceau de particules de haute énergie, une petite fraction des particules incidentes entre en interaction coulombienne avec le noyau d un atome des premiers micromètres de l échantillon (Fig. 2.1). L énergie des particules rétrodiffusées à un angle donné dépend principalement de deux phénomènes. Premièrement, les particules perdent de l énergie lors de leur passage dans l échantillon, et ce aussi bien à l aller qu au retour. La quantité d énergie perdue dépend du pouvoir d arrêt du matériau. Deuxièmement, une particule perdra aussi de l énergie via la collision elle-même. Cette perte dépendra essentiellement des masses de l atome-cible et du projectile. Le rapport entre l énergie du projectile avant et après la collision est appelé facteur cinématique. Le nombre de rétrodiffusions provoquées par un élément particulier dépend de deux facteurs: la concentration de cet élément dans l échantillon et de sa section efficace de diffusion, qui dépend essentiellement de la taille de son noyau. Le dispositif expérimental nécessaire à l analyse RBS est exactement le même que pour la PIXE, excepté le système de détection qui est ici un détecteur de particules chargées, de type détecteur à barrière de surface ou PIPS Principe de la méthode Les paramètres importants pour décrire la collision entre un ion et le noyau d un atome sont l angle θ s, qui est l angle entre la direction du faisceau incident et le détecteur, la probabilité que les ions soient diffusés à cet angle, appelée section efficace de diffusion σ(θ s ), et le facteur cinématique K(θ s ). Le facteur cinématique et la section efficace de 24

Contribution à l analyse des premières données de l expérience CMS au LHC.

Contribution à l analyse des premières données de l expérience CMS au LHC. Faculté des Sciences appliquées MA2 - Physique Contribution à l analyse des premières données de l expérience CMS au LHC. Promoteurs : Sparenberg Jean-Marc et Vanlaer Pascal Alaluf David Mémoire de fin

Plus en détail

Structures de semiconducteurs II-VI à alignement de bandes de type II pour le photovoltaïque

Structures de semiconducteurs II-VI à alignement de bandes de type II pour le photovoltaïque Structures de semiconducteurs II-VI à alignement de bandes de type II pour le photovoltaïque Lionel Gérard To cite this version: Lionel Gérard. Structures de semiconducteurs II-VI à alignement de bandes

Plus en détail

Sédimentation de particules et instabilités à bas nombre de Reynolds

Sédimentation de particules et instabilités à bas nombre de Reynolds 1 UNIVERSITÉ DE PROVENCE Ecole Polytechnique Universitaire de Marseille IUSTI UMR CNRS 6595 THÈSE DE DOCTORAT présentée par Bloen Metzger pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Provence Ecole

Plus en détail

Un miroir brisé qui fait le bonheur des physiciens

Un miroir brisé qui fait le bonheur des physiciens La mesure du très subtil La violation de parité dans les interactions faibles Un miroir brisé qui fait le bonheur des physiciens La mesure de la violation de parité dans les interactions faibles, phénomène

Plus en détail

Moteurs pas à pas Michel ABIGNOLI Clément GOELDEL Principe des moteurs pas à pas Structures et modèles de description Alimentation Commande

Moteurs pas à pas Michel ABIGNOLI Clément GOELDEL Principe des moteurs pas à pas Structures et modèles de description Alimentation Commande Moteurs pas à pas par Michel ABIGNOLI Professeur d Université à l ENSEM (École Nationale Supérieure d Électricité et de Mécanique de Nancy) et Clément GOELDEL Professeur d Université à la Faculté des Sciences

Plus en détail

Clathrates mixtes Si-Ge : compréhension de leur effondrement isostructurel sous pression

Clathrates mixtes Si-Ge : compréhension de leur effondrement isostructurel sous pression RAPPORT DE STAGE Année 2006-2007 LEFEVRE ADELINE Master deuxième année M2 Sciences de la Matière Ecole Normale Supérieure de Lyon Clathrates mixtes Si-Ge : compréhension de leur effondrement isostructurel

Plus en détail

Les II-VI photoréfractifs dans la bande 0,6 1,5 µm pour l enregistrement holographique dynamique.

Les II-VI photoréfractifs dans la bande 0,6 1,5 µm pour l enregistrement holographique dynamique. UNIVERSITES DE LIEGE ET DE BORDEAUX - Thèse en cotutelle - FACULTES DES SCIENCES Les II-VI photoréfractifs dans la bande 0,6 1,5 µm pour l enregistrement holographique dynamique. Thèse soutenue le 19 décembre

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE ABOU BEKR BELKAID-TLEMCEN FACULTE DES SCIENCES UNITE DE RECHERCHE MATERIAUX

Plus en détail

Guide sur les rayons X et la radioprotection

Guide sur les rayons X et la radioprotection Guide sur les rayons X et la radioprotection Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Canadian Air Transport Security Authority Auteurs : Tara Hargreaves, B.Sc., M.Sc. Reza Moridi, Ph.D.,

Plus en détail

Utilisation des intégrales premières en mécanique. Exemples et applications.

Utilisation des intégrales premières en mécanique. Exemples et applications. Sébastien Bourdreux Agrégation de Physique Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand Utilisation des intégrales premières en mécanique. Exemples et applications. septembre 2003 Correcteur : Pascal DELLOUVE

Plus en détail

L imagerie par résonance magnétique à ultra-haut champ

L imagerie par résonance magnétique à ultra-haut champ RMN, magnétisme et santé L imagerie par résonance magnétique à ultra-haut champ La galéria du bâtiment NeuroSpin. La plate-forme de neuro-imagerie cérébrale NeuroSpin offre une combinaison d instruments,

Plus en détail

-12. Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul)

-12. Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul) Méthodes pour l évaluation et la prévention des risques accidentels (DRA-006) -1 Dispersion atmosphérique (Mécanismes et outils de calcul) Ministère de l Ecologie et du Développement Durable Direction

Plus en détail

Cours de Physique statistique

Cours de Physique statistique Licence de Physique Fondamentale et Appliquée Année 2014-2015 Parcours Physique et Applications UNIVERSITÉ PARIS-SUD mention Physique ORSAY Cours de Physique statistique Compilation de textes de A. Abada,

Plus en détail

PHYSIQUE NON-LINÉAIRE

PHYSIQUE NON-LINÉAIRE Université d Orléans Faculté des Sciences Licence de physique 3ème année PHYSIQUE NON-LINÉAIRE Thierry Dudok de Wit Université d Orléans Janvier 2012 Table des matières 1 Introduction 2 2 Les systèmes

Plus en détail

Études et recherches. Mise au point et validation d un outil de calcul du temps de service des cartouches filtrantes pour vapeurs organiques

Études et recherches. Mise au point et validation d un outil de calcul du temps de service des cartouches filtrantes pour vapeurs organiques Équipements de protection Études et recherches RAPPORT R-542 Mise au point et validation d un outil de calcul du temps de service des cartouches filtrantes Daniel Cossement Iheb Bellasfar Patrick-Daniel

Plus en détail

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la

Les impulsions laser sont passées en quarante ans de la Toujours plus court : des impulsions lumineuses attosecondes Les impulsions laser «femtoseconde» sont devenues routinières dans de nombreux domaines de la physique. Elles sont exploitées en particulier

Plus en détail

SOMMAIRE. Chapitre I INTRODUCTION... 3

SOMMAIRE. Chapitre I INTRODUCTION... 3 SOMMAIRE Chapitre I INTRODUCTION... 3 Chapitre II ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE... 11 II.1. Structure de la glace.... 11 II.1.1. Différentes structures cristallines... 11 II.1.2. Structure de la glace hexagonale

Plus en détail

Précision de mesure des sonars bathymétriques en fonction du rapport signal/bruit

Précision de mesure des sonars bathymétriques en fonction du rapport signal/bruit Précision de mesure des sonars bathymétriques en fonction du rapport signal/bruit Measurement accuracy of bathymetric sonars as a function of signal/noise ratio par X. LURTON IFREMER - Service Acoustique

Plus en détail

Département d'electronique

Département d'electronique République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI - CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES DE L'INGENIEUR Département d'electronique

Plus en détail

Bonnes pratiques bas-nox pour chaudières à biomasse.

Bonnes pratiques bas-nox pour chaudières à biomasse. Bonnes pratiques bas-nox pour chaudières à biomasse. Janvier 2013 Document réalisé grâce aux contributions de : S. PREAU, G.MARTIN (ATANOR) C. TOURNEBIZE, B. CHIEZE (COMPTE-R) T. ROGAUME (Institut PPRIME)

Plus en détail

Dossier L avion, le moyen de transport le plus sûr au monde?

Dossier L avion, le moyen de transport le plus sûr au monde? Dossier L avion, le moyen de transport le plus sûr au monde? Antoine Bach, Séverine Chavanne, Benoît Jacquemart & Jean-Benoît Saint-Pierre Terminale S 5 - Lycée Hoche Responsables : Madame Pavageau & Monsieur

Plus en détail

(Ir)réversibilité et entropie

(Ir)réversibilité et entropie Séminaire Poincaré XV Le Temps (2010) 17 75 Séminaire Poincaré (Ir)réversibilité et entropie Cédric Villani Université de Lyon & Institut Henri Poincaré 11 rue Pierre et Marie Curie 75231 Paris Cedex 05,

Plus en détail

... IRM bas champ : développement d un système pour son intégration en imagerie multimodale in vivo du petit animal

... IRM bas champ : développement d un système pour son intégration en imagerie multimodale in vivo du petit animal ....... Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur de l Université Louis Pasteur Strasbourg I Ecole doctorale Vie et Santé Christian GOETZ. IRM bas champ : développement d un système pour son intégration

Plus en détail

Chapitre VI TECHNIQUES DE PLANIFICATION DE LA

Chapitre VI TECHNIQUES DE PLANIFICATION DE LA Chapitre VI TECHNIQUES DE PLANIFICATION DE LA PRODUCTION On a vu au chapitre I (page 45) que la planification de la production est une décision tactique qui répond à un souci de régulation à moyen terme

Plus en détail

La fonction d onde et l équation de Schrödinger

La fonction d onde et l équation de Schrödinger Chapitre 1 La fonction d onde et l équation de Schrödinger 1.1 Introduction En physique classique, une particule est décrite par sa position r(t). L évolution de sa position (la trajectoire de la particule)

Plus en détail

EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES

EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES EXPOSITION AUX RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES Rapport Ministère de l écologie et du développement durable D. CHARPENTIER Laboratoire d'evaluation des Equipements Electriques Direction de la Certification

Plus en détail

CLAIRE : Premières lumières d une lentille gamma

CLAIRE : Premières lumières d une lentille gamma THÈSE présentée à l UNIVERSITÉ TOULOUSE III - PAUL SABATIER U.F.R P.C.A en vue de l obtention du grade de DOCTEUR DE l UNIVERSITÉ TOULOUSE III Spécialité : Instrumentation Astrophysique par Hubert Halloin

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

EMBALLAGES INDUSTRIELS : EVALUATION ENVIRONNEMENTALE, ECONOMIQUE ET SOCIALE DE L INTERET COMPARE ENTRE REUTILISATION ET USAGE UNIQUE

EMBALLAGES INDUSTRIELS : EVALUATION ENVIRONNEMENTALE, ECONOMIQUE ET SOCIALE DE L INTERET COMPARE ENTRE REUTILISATION ET USAGE UNIQUE EMBALLAGES INDUSTRIELS : EVALUATION ENVIRONNEMENTALE, ECONOMIQUE ET SOCIALE DE L INTERET COMPARE ENTRE REUTILISATION ET USAGE UNIQUE EMBALLAGES CONSIGNES EN CAFES HOTELS ET RESTAURANTS Synthèse Juin 2010

Plus en détail

COURS DE MÉCANIQUE STATISTIQUE UNIVERSITÉ LYON-1. Monique Combescure. 3 janvier 1970

COURS DE MÉCANIQUE STATISTIQUE UNIVERSITÉ LYON-1. Monique Combescure. 3 janvier 1970 COURS DE MÉCANIQUE STATISTIQUE MASTER PREMIÈRE ANNÉE UNIVERSITÉ LYON-1 Monique Combescure 3 janvier 1970 TABLE DES MATIÈRES I] QUELQUES NOTIONS ÉLÉMENTAIRES EN STATISTIQUE I-1 Variables aléatoires I-2

Plus en détail