Utilisation des intégrales premières en mécanique. Exemples et applications.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des intégrales premières en mécanique. Exemples et applications."

Transcription

1 Sébastien Bourdreux Agrégation de Physique Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand Utilisation des intégrales premières en mécanique. Exemples et applications. septembre 2003 Correcteur : Pascal DELLOUVE

2 TABLE DES MATIÈRES 2 Table des matières 1 Conservation de la quantité de mouvement Théorème de la quantité de mouvement : RFD Relativité galiléenne Cas des systèmes matériels Quelques exemples d application Recul d un fusil Etude de la chute libre d un corps dans l air Etude de la propulsion d une fusée Collisions entre objets Le moment cinétique Théorème du moment cinétique Aspects importants du moment cinétique en physique Exemples simples d utilisation En astrophysique Disque en rotation autour d un axe Deux disques embrayés Mouvement d une toupie Cas des sytèmes matériels Exemple classique : le pendule simple Exemple fondamental : le mouvement à force centrale L énergie mécanique Généralités Théorème de l énergie mécanique - Conservation Mouvement conservatif à un degré de liberté Retour à l exemple du pendule simple Retour au problème de champ de force centrale Application : le régulateur à boules

3 TABLE DES MATIÈRES 3 Niveau : 1er Cycle Universitaire Prérequis : travail, puissance et moment d une force en mécanique du point et des systèmes PFD, théorème de l énergie cinétique Introduction Le principe fondamental de la dynamique permet de décrire tous les systèmes de la mécanique classique, dont il est la pierre angulaire. Résultante cinétique (quantité de mouvement), moment cinétique et énergie sont néanmoins des grandeurs universelles, concernant les systèmes macroscopiques aussi bien que les systèmes microscopiques (du photon à l Univers) ; ces grandeurs se conservent dans certains cas, que nous allons expliciter, et sont couramment appelées intégrales premières du mouvement en raison des équations différentielles du premier ordre qu elles fournissent, à la différence d autres lois comme le PFD (2ème ordre). De manière générale, une intégrale première du mouvement est une équation reliant la norme des vecteurs position et vitesse sans faire intervenir l accélération d un système donné. Nous allons voir comment utiliser ces trois objets dans la résolution des problèmes de la mécanique newtonienne.

4 1 CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT 4 1 Conservation de la quantité de mouvement 1.1 Théorème de la quantité de mouvement : RFD La quantité de mouvement se définit pour un point matériel de masse m et de vitesse v dans un référentiel R par P = m v (1) et pour un système de points - on parle alors de résultante cinétique - par P = ρ v dτ = M v c (2) τ si v c est la vitesse de son centre de masse 1 et M la masse totale. De manière générale, tout système matériel de l Univers exerce sur un point matériel M non inclus dans ce système une force représentée, dans un référentiel galiléen R, par l ensemble d un point M et d un vecteur F. Exemples : forces de gravitation, électromagnétique, nucléaire... La loi fondamentale de la dynamique dicte que Par rapport à un référentiel galiléen R, le mouvement d un point matériel M de masse m soumis à plusieurs forces dont la somme est F satisfait à la relation d p dt = F Dans un référentiel galiléen, la dérivée par rapport au temps de la quantité de mouvement d un point matériel est égale à la force qui lui est appliquée. Notons bien que si p est décrite dans une autre base que celle de R, il faudra écrire ( d p dt ) R = ( d p dt ) R + ω R /R p Notons enfin que cette loi met en évidence le caractère inertiel de la masse m de M. Pour un système isolé, qui n est soumis à aucune interaction, cette grandeur se conserve au cours du temps, comme le montre le PFD. De tels systèmes sont difficiles à mettre en évidence de manière simple ; cependant, la conservation de cette grandeur nous est démontrée tous les jours, si l on considère le dispositif de ceinture de sécurité : le but est d annuler la quantité de mouvement du corps lors du freinage, en la transférant sous forme de force dont l application est réduite en temps par l élasticité et en intensité par la surface de la ceinture le recul d une arme à feu (cf. exemple) le principe de rappel par corde en escalade etc La conservation de la quantité de mouvement procède d un principe d invariance, par translation, dans l espace. Ceci signifie juste que, si rien n agit sur le système considéré - soit s il y a bien (approximativement) invariance de l environnement par translation -, la grandeur p se conserve. 1 Le référentiel du centre de masse d un solide, noté R*, est le référentiel en translation par rapport à R dans lequel on satisfait P = 0

5 1 CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT 5 Compte tenu du caractère irréaliste de l hypothèse du point matériel isolé, la propriété de conservation de la quantité de mouvement peut sembler de peu d intérêt. On observera toutefois que cette loi de conservation reste tout à fait valable dans une situation où le point est dit pseudo-isolé, définie par le fait que l on a F = 0 en présence d interactions qui se compensent pour donner une résultante nulle. L exemple le plus proche est certainement le cas des mobiles autoporteurs à coussins d air utilisés dans tout le secondaire. 1.2 Relativité galiléenne La loi fondamentale de la dynamique est invariante par changement de référentiel galiléen. Comme les accélérations d entraînement et de Coriolis, dans la composition des mouvements entre deux référentiels galiléens R et R, sont nulles, il vient F = maa/r = ma A/R Ainsi, aucune expérience de mécanique ne permettra de distinguer deux référentiels galiléens entre eux. C est bien ce que l expérience courante nous apprend : dans un véhicule, se déplaçant à vitesse (vectorielle) constante par rapport au sol terrestre, il est impossible de déceler notre état de mouvement (sauf regard par une fenêtre). Seules les modifications occasionnelles de cette vitesse, dans un virage ou au cours d un freinage, sont détectables. Ce résultat essentiel a été perçu très tôt par Galilée, et résumé par la phrase le mouvement ( rectiligne et uniforme) n est rien. Cette invariance de la loi fondamentale lorsqu on change de référentiel galiléen est appelée la relativité galiléenne. Dans ce contexte, le référentiel de Copernic, souvent utilisé comme référentiel galiléen, n est qu un excellente réalisation d un référentiel galiléen parmi d autres. L invariance galiléenne dépasse le cadre de la mécanique newtonienne, puisqu en 1905 Einstein la généralisa à tous les phénomènes physiques, ce qui permit de résoudre l important problème de la constatation expérimentale de l invariance de la vitesse de la lumière dans le vide. La chute libre des corps dans le voisinage de la surface terrestre a été étudiée et analysée complètement par Galilée. C est lui qui le premier a montré que deux corps, suffisamment denses pour pouvoir négliger l influence de l air, lâchés d une même hauteur sans vitesse initiale, arrivent en même temps au sol. C est lui aussi qui montra l influence des conditions initiales sur la nature de la trajectoire du mouvement d un corps : elle est rectiligne lorsque le corps est abandonné sans vitesse et parabolique lorsqu il est lancé avec une vitesse initiale perpendiculaire à la verticale du lieu. Dans ce contexte, il est instructif de citer le célèbre problème posé par Galilée dans le Dialogue des deux mondes : quel est le point de chute d un boulet abandonné au sommet du mât vertical d un voilier, qui se déplace à vitesse (vectorielle) constante par rapport au référentiel terrestre, lorsqu on néglige l influence de l air? Comme le référentiel du bateau a les même propriétés que le référentiel terrestre et que, dans ce dernier, tout corps abandonné sans vitesse a une trajectoire verticale, la réponse est évidemment le point situé au bas du mêt. On montre qu en réalité on doit ajouter au poids du corps un terme de force de Coriolis dont l influence peut ici être négligée ; cette chute, indépendante de la masse, n est vraie qu en l absence de forces de frottements dues à l air.

6 1 CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT Cas des systèmes matériels Soit Σ un système de points matériels constitué d éléments M i de masses m i, l indice i pouvant varier de 1 à n. Ce système est quelconque en ce sens qu il est éventuellement déformable (i.e. que le distances M i M j peuvent varier dans le temps). On considèrera néanmoins qu il s agit d un système fermé de points matériels en nombre bien déterminé, et dont la masse totale est par conséquent constante. La force totale subie par un élément M i de Σ peut s écrire F i = F e i + F j i (3) j i le premier terme désignant une force extérieure à Σ, c est-à-dire traduisant l action sur M i de systèmes non compris dans Σ, et le second terme la somme des forces intérieures exercées sur M i par d autres éléments M j de Σ. Dans un référentiel galiléen, pour chaque élément, on peut écrire En sommant les n relations de ce type, on voit apparaître la quantité de mouvement totale p = p i i encore appelée résultante cinétique la résultante ou somme des forces extérieures à Σ d p i dt = F i (4) R = i F e i la somme des forces intérieures ( i j F j i ) dont le caractère identiquement nul résulte de la troisième loi de Newton (principe de l action et de la réaction) puisque cette double sommation se décompose en termes du genre F i j + F j i = 0 On aboutit donc à la généralisation de la relation fondamentale de la dynamique vue pour le point matériel à un système de points matériels : d p dt = R (5) Dans un référentiel galiléen, la dérivée par rapport au temps de la quantité de mouvement d un système de points matériels est égale à la résultante des forces extérieures qui lui sont appliquées.

7 1 CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT Quelques exemples d application Recul d un fusil Considérons le cas (assez théorique) d une arme à feu de masse M posée sans frottement sur un sol horizontal et éjectant un projectile de masse m animé d une vitesse v par rapport à un observateur lié au sol. Si on néglige l action du tireur sur la gâchette, le système n est soumis qu à des forces verticales : la composante verticale de la quantité de mouvement est constante, identiquement nulle avant le départ du coup si le fusil est initialement immobile. Soit V la vitesse du fusil après le départ du coup. On a donc soit mv + MV = 0 (6) V = m M v (7) Le fusil recule donc en emportant une partie de l énergie cinétique, assez facile à chiffrer : 1 2 MV 2 = 1 2 M( m M )2 v 2 = m M (1 2 mv2 ) (8) Application numérique : dans le cas du fusil, m = 10 g M = 4, 5 kg v = 600 m.s 1 la vitesse de recul obtenue est de l ordre de V = 1, 33 m.s 1. Le rapport de l énergie cinétique emportée par ce recul à l énergie cinétique du projectile est 2, Ces résultats ne sont vrais qu à 20 % puisqu il faudrait également considérer la quantité de mouvement emportée par les gaz Etude de la chute libre d un corps dans l air Tentons de déterminer le mouvement d un projectile lancé dans l air en un point donné avec une vitesse donnée. Dans un repère cartésien (Ox,Oy,Oz) lié au référentiel terrestre (qu on considèrera galiléen), l équation du mouvement s obtient immédiatement d p dt = P + f R = m g k v (9) En intégrant directement cette équation vectorielle, sous la forme on obtient d v dt = g (k/m) v (10) v = m k g + A.e (k/m)t (11) où A est une constante (vectorielle) d intégration qu on détermine en écrivant, pour t = 0, que v = v o : v = m k g + ( v o m k g).e (k/m)t (12) Le mouvement est alors déterminé ; l équation de la trajectoire peut être obtenue par une nouvelle intégration, OM = OM o + m k gt + m k ( v o m k g)(1 e (k/m)t )

8 1 CONSERVATION DE LA QUANTITÉ DE MOUVEMENT Etude de la propulsion d une fusée Etudions pour illustrer cette conservation le mouvement d une fusée dont le mode de propulsion est l éjection de gaz à la vitesse v g dans un référentiel fixe par rapport à elle. Soit v la vitesse de la fusée dans le référentiel fixe, et M(t) sa masse à l instant t, alors qu elle éjecte entre t et t + dt la masse dm de gaz. La conservation de la quantité de mouvement pour l ensemble fermé et isolé fusée + gaz s écrit d(m v) + dm v g = 0 (13) vdm + Md v + dm v g = 0 (14) Or, la masse de gaz éjectée au cours du temps dt, dm, est égale à la masse perdue par la fusée, dm, soit dm = dm. Alors M v g dm( v g v) = 0 (15) Posons u = vg v la vitesse d éjection des gaz par rapport au référentiel mobile de la fusée. Si on suppose que cette vitesse est constante, nous obtenons l équation différentielle dont la solution s écrit Collisions entre objets dv = u dm M v = v o + u ln M o M (16) (17) L expérience courante montre que la durée d un choc est toujours très faible devant les durées caractéristiques qui interviennent dans l analyse : il en résulte que le choc est localisé dans l espace. En outre, les variations de vitesse sont fortes car les solides exercent entre eux des forces de réaction importantes lorsqu on tente de les comprimer. Notons que la condition d isolement du système est ici peu restrictive, puisque seules les percussions P = t2 t 1 F ext dt (18) associées aux forces de réaction ne sont pas négligeables. Par exemple, considérons un solide de masse m 1 qui tombe, avec une vitesse de translation v 1, sur un second solide initialement immobile, de masse m 2. Supposons que les deux masses aient même vitesse v f après la collision et que l échange de quantité de mouvement entre elles soit dirigé suivant la droite qui joint les deux centres de masse 2. On peut alors écrire d où le facteur de restitution en énergie m 1 v 1 = (m 1 + m 2 ) v f (19) ε = ε f ε i = (m 1 + m 2 )v 2 f m 1 v 2 1 = v f v i = m 1 m 1 + m 2 (20) 2 Cette dernière hypothèse facilite l étude de la rotation de chaque solide puisque, l échange de moment cinétique étant nul, les solides gardent leur mouvement de rotation après le choc.

9 2 LE MOMENT CINÉTIQUE 9 Si m 2 m 1, ε 1 et il n y a pratiquement pas d énergie cinétique perdue. C est le cas voulu lorsqu on souhaite que toute l énergie cinétique soit utilisée pour mettre en mouvement une cible : pour enfoncer un clou de masse m 2 avec un marteau de masse m 1, il vaut mieux utiliser un marteau lourd Si m 2 m 1, ε 0 et la grande variation d énergie cinétique est utilisée pour modifier l état de la cible. Ce cas modélise le fonctionnement du marteau léger qu utilise les cantonniers pour briser les cailloux. Cet exemple est à nouveau exploitable si l on compare les caractéristiques d un boxeur et d un karatéka 2 Le moment cinétique 2.1 Théorème du moment cinétique La loi que nous allons établir découle elle encore d un principe d invariance, celui d invariance de l espace par rotation. On appelle moment cinétique (parfois angulaire) d un point matériel A par rapport à un référentiel R, en un point O de celui-ci, le moment de sa quantité de mouvement L o = OA p = OA m( v A ) R (21) Prenons un exemple : soit un solide en rotation autour d un axe fixe. Ce mouvement est caractérisé par son moment cinétique. De manière générale, pour un solide en rotation autour d un axe, on montre que le moment cinétique peut se mettre sous la forme simple L = j Ω où j représente le moment d inertie du solide et Ω son vecteur rotation. Intuitivement, on comprend que s il n y a aucune force perpendiculaire à l axe de rotation, soit aucun couple selon cet axe, la vitesse angulaire va être constante, et le moment cinétique conservé. La non-existence d actions de cette nature caractérise bien l invariance de l univers ambiant par rotation autour de l axe. Le théorème de conservation de L est très commode lorsque le moment des forces est nul (système isolé). On obtient alors immédiatement une constante vectorielle du mouvement, en la grandeur L O/R = cte. Si on dérive la quantité galiléen, il vient L O/R par rapport au temps relativement au référentiel R supposé soit d L o dt = d OM dt p + OM d p dt = OM d p dt = OM F (22) dl o = Mo (23) dt Dans un référentiel galiléen, la dérivée par rapport au temps du moment cinétique d un point matériel calculé en un point O fixe est égale au moment en O de la force totale s exerçant sur ce point.

10 2 LE MOMENT CINÉTIQUE 10 Ce théorème peut sembler superflu pour un point matériel, dans la mesure où le PFD fournit assez d équations pour en déterminer le mouvement. Cependant, il est parfois plus rapide d utiliser ce théorème comme nous allons le montrer sur un exemple ; de plus, ce théorème fournit directement des renseignements que l on aurait du mal à obtenir à partir des solutions des équations du mouvement. Considérons un point matériel M en mouvement dans le plan (z = 0). Sa vitesse s écrit, dans un repère cylindrique d axe (Oz) v = ṙ e r + r θ e θ Son moment cinétique par rapport à O a pour expression L o = OM p = r e r m(ṙ e r + r θ e θ ) (24) soit L o = mr 2 θ ez (25) Ainsi, le moment cinétique est d autant plus grand que la rotation du point matériel M autour de (Oz) est rapide, et que le point est plus éloigné de cet axe : le moment cinétique joue vis-à-vis de la rotation un rôle homologue à celui de la quantité de mouvement pour la translation. Un système isolé (ne subissant aucune interaction) qui se contracte accélère sa rotation : c est par exemple l effet qu obtient une ballerine ou un danseur sur glace en ramenant les bras vers le corps Aspects importants du moment cinétique en physique Ce sont les principes généraux de la mécanique classique qui permettent donc d établir que dans un référentiel galiléen, le moment cinétique d un système isolé calculé en un point O fixe dans ce référentiel est une constante du mouvement. Il s agit là d une loi très générale et qui touche à la structure même des lois physiques : on montre en effet que la conservation du moment cinétique pour un système isolé est due, en fait, à l invariance des lois physiques vis-à-vis d une rotation (géométrique) des systèmes de coordonnées. Aussi retrouve-t-on la notion de moment cinétique dans d autres domaines de la physique et sous d autres formalismes (relativiste et quantique). Une constatation simple : l analyse dimensionnelle du moment cinétique donne [L] = M.L 2.T 1 et en ce qui concerne la constante de Planck h liant l énergie E d un photon à sa fréquence ν, [h] = [E].T = M.L 2.T 1 Est-ce un hasard? Non. Si on introduit la constante de Planck réduite, = h/2π, on montre en mécanique quantique que le résultat d une mesure de la projection du moment cinétique orbital d une particule sur un axe (Oz) dit de quantification ne peut prendre que les valeurs L z = n (26) 3 simultanément, la ballerine sur la pointe de ses chaussons pour minimiser le moment des forces de frottement exercées sur elle par le sol par diminution de la surface de contact.

11 2 LE MOMENT CINÉTIQUE 11 où n est un entier. Signalons également que certaines particules possèdent un moment cinétique intrinsèque, caractérisé par un nombre entier ou demi-entier, appelé spin. L électron est une particule de spin 1/2, ce qui signifie que la mesure de la composante sur un axe de son moment cinétique propre ne peut prendre que deux valeurs, (1/2) ou (1/2). Si l axe de quantification suit la direction d un champ magnétique B par exemple, il leur correspond deux niveaux d énergie différents. Si elles ne permettent pas d introduire clairement le concept de moment cinétique dans le domaine quantique, ces brèves indications montrent que dans ce domaine d étude est l unité naturelle de moment cinétique. 2.3 Exemples simples d utilisation En astrophysique La conservation du moment cinétique joue également un rôle essentiel en astrophysique. Donnons-en deux exemples : Dans le système Terre-Lune (idéalisé en supposant la Lune à symétrie sphérique et l ensemble isolé), l action de la Lune entraîne une diminution du moment cinétique intrinsèque de la Terre ainsi que sa précession ; on déduit par ailleurs de la conservation du moment cinétique l augmentation du paramètre de l orbite lunaire (la Lune s éloigne de nous!)... Le modèle usuel de l origine du système solaire invoque la contraction progressive sous l effet des forces gravitationnelles d une vaste nébuleuse gazeuse ayant originellement un mouvement de rotation très lent. L accélération de la rotation au cours de la contraction a, par des effets centrifuges, causé l aplatissement du système jusqu à former un disque au sein duquel se sont constitués au centre le Soleil et dans la périphérie les planètes. Ce modèle rend bien compte du fait que les planètes orbitent toutes dans le même sens, lequel est aussi celui de rotation propre du Soleil (de période T = 25 jours) ainsi que de la quasi totalité 4 des planètes et de leurs satellites. Par ailleurs, les plans trajectoires des planètes ainsi que de leurs satellites font avec le plan de l orbite terrestre (appelé écliptique) des angles qui ne dépassent pas quelques degrés. On pense que les étoiles de masse assez nettement supérieure à celle du Soleil R s = m M s = kg terminent leur existence par une explosion catastrophique (supernova) suivie d un effondrement à l issue duquel leur rayon est réduit à une valeur R N 15 km en raison de réactions p + + e n qui font que l astre n est plus qu essentiellement constitué d un entassement de neutrons (stade d étoile à neutrons). A cette contraction pour le moins spectaculaire doit être associée une considérable accélération de la rotation. En admettant que le Soleil puisse suivre une telle évolution 5 et en exprimant la conservation du moment cinétique au cours 4 On dispose actuellement de modèles susceptibles de rendre compte par des phénomènes accidentels (collisions par exemple) des rares exceptions observées. 5 De façon plus calme, le Soleil devrait finir en naine blanche après avoir passé le stade de géante rouge, astre dont le rayon s étend bien au-delà de l unité astronomique... ce qui est fâcheux pour notre descendance.

12 2 LE MOMENT CINÉTIQUE 12 de celle-ci, on peut estimer la période de rotation d une étoile à neutrons T N = ( R N ) 2 1, T s = ( R s ) = 10 3 s (27) Des astres dont les périodes de rotation propre sont de l ordre de la milliseconde ont été observées en 1968 par l anglais Anthony Hewish et baptisés pulsars. On a acquis depuis la conviction que ces pulsars s identifient aux étoiles à neutrons imaginées dès 1932 par le soviétique Lev Davidovitch Landau ( ) dans le cadre du modèle de mort d une étoile décrit ci-dessus Disque en rotation autour d un axe La figure suivante représente un disque en rotation autour d un axe fixe que l on a monté sur des pivots de façon à réduire les frottements. Dans le cas idéal où le contact est quasi ponctuel au niveau des pivots, les réactions sont sur l axe et ont un moment nul par rapport à. On dit dans ce cas que la liaison a lieu sans frottement, ou encore qu elle est parfaite. Par ailleurs, si le disque possède la symétrie de révolution, son centre d inertie sera sur et le moment des forces de pesanteur par rapport à sera nul. Il y aura donc conservation du moment cinétique par rapport à. Cette loi de conservation s écrira Jω = cte soit ω = cte : un tel disque aura un mouvement de rotation uniforme. C est d ailleurs cette propriété qu on utilise pour vérifier qu un mouvement a lieu sans frottement Deux disques embrayés Considérons 2 disques montés sur un même axe (la liaison étant supposée parfaite), de moments d inertie par rapport à J 1 et J 2. Initialement, le premier disque est lancé avec une vitesse angulaire ω o et le second est immobile ; un embrayage à friction permet de les connecter.

13 2 LE MOMENT CINÉTIQUE 13 Pour l ensemble des deux disques, les forces qui interviennent au niveau de l embrayage étant des forces intérieures, la conservation du moment cinétique par rapport à s écrit d où l on peut extraire la vitesse finale commune J 1 ω o = (J 1 + J 2 )ω (28) ω = ω o J 1 J 1 + J 2 Il serait dans cet exemple faux d écrire la conservation de l énergie : les forces de friction ne dérivent pas d un potentiel, travaillent, et on peut évaluer la perte d énergie cinétique : soit E c = 1 2 (J 1 + J 2 )ω Jω2 o (29) E c = 1 2 J 1ωo 2 J 1 + J 2 Il est ici tout à fait remarquable que sans connaître le détail des forces de frottement nous puissons en calculer le travail et prévoir l état final du système ; il faut bien remarquer cependant que nous n avons pas assez de renseignements pour décrire le régime transitoire correspondant à l embrayage lui-même Mouvement d une toupie Considérons une toupie qui tourne autour d un point fixe O et soumise uniquement à son poids. Ici il n y a pas d invariance de l espace par rotation autour de l axe de rotation, et le moment cinétique n est pas conservé. Nous allons cependant voir que la variation de ce dernier permet de déterminer qualitativement le mouvement de la toupie. La variation du moment en O s écrit dl o = OG m g (30) dt On peut montrer que si la toupie tourne très vite sur elle-même, le moment cinétique est en permanence aligné avec l axe de rotation propre. L égalité ci-dessus implique que la composante selon l axe vertical va être conservée, ainsi que sa norme : soit L o L o dt = 1 d( 2 L o ) 2 dt J 2 = 0 (31) e z d L o = dl Oz = 0 (32) dt dt Le seul effet du couple du poids va donc être de modifier l orientation du moment cinétique, et donc de l axe de la toupie. Celle-ci va décrire un cône de révolution autour de la verticale en O : on dit que la toupie précesse autour de l axe (Oz). Ceci peut s appliquer à nombre de corps en rotation, et permet notamment de comprendre le mécanisme de précession des équinoxes de la Terre, qui est soumise à un couple similaire à celui du poids par effet différentiel des autres planètes.

14 2 LE MOMENT CINÉTIQUE Cas des sytèmes matériels Nous pouvons énoncer la généralisation suivante. En un point O d un référentiel galiléen, la dérivée par rapport au temps du moment cinétique d un système de points matériels est égale à la somme des moments en ce point des forces extérieures qui lui sont appliquées avec d L o dt L o = i = M o (33) OM i p i moment cinétique en O de l ensemble Σ et M o = i OM i F e i moment résultant en O des forces extérieures. En effet, la dérivation de L par rapport au temps conduit à d L o dt = i d OM i p i + dt i OM i d p i dt (34) Le premier terme est nul puisque d OM i s identifie à v dt i colinéaire à p i ; le référentiel étant galiléen, on peut remplacer dans le second terme d p i par F dt i = F e i + j i F j i (cf. notations du premier chapitre). Ainsi d L o dt = i OM i (F e i + F j i ) (35) j i Le premier terme du second membre représente bien le moment résultant le second terme comme une somme du type OM i F i j + OM j F j i = ( OM i OM j ) F i j = M j M i Mo. En regroupant F i j = 0 et on remarque que, compte tenu de la troisième loi de Newton, cette somme est identiquement nulle. Remarque L étude dynamique d un système (théorèmes de la quantité de mouvement et du moment cinétique) ne fait intervenir que les forces extérieures au système considéré. Nous verrons dans le troisième chapitre qu il n en est pas de même en ce qui concerne l étude énergétique pour laquelle il faut prendre en compte le travail des forces intérieures. 2.5 Exemple classique : le pendule simple Considérons le point matériel M de masse m, relié à un point fixe O d un référentiel galiléen par l intermédiaire d un fil de masse négligeable et de longueur constante l ; ce dispositif constitue un pendule simple. Nous nous limiterons ici au cas où ce pendule effectue un mouvement

15 2 LE MOMENT CINÉTIQUE 15 contenu dans un plan vertical. A chaque instant, la position du pendule est repérée par l angle θ que fait le fil avec la verticale ; la vitesse v est perpendiculaire au fil et a pour module v = l θ (36) Soit u un vecteur unitaire perpendiculaire au plan du mouvement, et dont le sens est défini à partir du sens positif de θ. On constate presqu immédiatement que L(O) = OM m v = ml 2 θ u (37) Les forces agissant sur M sont son poids m g et la tension du fil T. Le support de cette dernière force passe par O et son moment par rapport à ce point est nul, ce qui fait que le moment des forces appliquées se restreint à celui du poids de M : M(O) = OM m g = lmg sin θ u (38) Le vecteur u étant fixe, l application du théorème du moment cinétique conduit immédiatement à d L dt = M(O) (39) soit ml 2 θ = mgl sin θ (40) c est-à-dire θ + g sin θ = 0 (41) l Cette équation différentielle est l équation du mouvement ; on aurait pu l obtenir également, mais beaucoup moins rapidement, en utilisant le PFD. Si θ reste petit au cours du mouvement (approximation des petites oscillations), l équation du mouvement peut s écrire θ + g l θ = 0 (42) dont la solution la plus générale est de la forme θ(t) = θ o sin(ωt + ϕ) (43)

16 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 16 où ω = g/l et θ o, ϕ sont des constantes déterminées par les conditions initiales du mouvement. Cette solution correspond à des oscillations de période T o = 2π l/g indépendante de l amplitude des oscillations (dans la mesure où celle-ci reste assez faible pour que l on puisse confondre sin θ et θ) : on parle d isochronisme des petites oscillations. 2.6 Exemple fondamental : le mouvement à force centrale Il s agit du mouvement d un point matériel soumis à une force F = grad E p (r) dont le support passe constamment par un point O, appelé centre de force, fixe dans un référentiel galiléen. Pour un tel mouvement, la force étant colinéaire à la position OM, son moment en O est nul et le théorème du moment cinétique permet d en déduire que le moment cinétique est une constante du mouvement. L o = r m v = cte = m r o v o Cette conservation vectorielle implique que la trajectoire d un mouvement à force centrale est plane. Autre conséquence de cette conservation, liée à la rotation considérée, la loi des aires : en des temps égaux, le rayon-vecteur balaie des aires égales. En effet, L o = mc = mr 2 θ ez = 2m( 1 dθ r2 2 dt ) e z = 2m ds dt e z = cte L importance de ce mouvement sera démontrée dans une leçon ultérieure. 3 L énergie mécanique 3.1 Généralités Les grandeurs p et L nous ont permis jusqu à présent de décrire un système en regard des forces extérieures qui lui sont appliquées ; cependant, on sent qu il existe une évolution interne du système à p et L constantes : c est le cas pour la fusée ; en outre, si l on considère le système Terre-Lune, l existence de forces de marées - solides et liquides - suppose un transfert d énergie, prélevée sur l énergie terrestre, et l on peut se convaincre que la Terre tourne de moins en moins vite et que la Lune s éloigne de plus en plus... Le concept d énergie, en soi, nous échappe à tous, mais nous en exploitons souvent les lois de conservation, qui sont extrêmement générales et ne se limitent pas à la seule mécanique. En particulier, c est cette conservation que traduit le premier principe de la thermodynamique. Cette hypothèse de conservation traduit en fait le postulat d invariance temporelle de l Univers, et plus précisément - au niveau de l expérimentateur - de l approximation de cette invariance pour un système considéré comme isolé : si l on se place pour faire une expérience dans des conditions identiques, ce qui est théoriquement possible, mais à deux dates différentes, celle-ci va se dérouler de manière identique. Pour illustrer cette invariance, considérons une masse accrochée à un ressort maintenu comprimé (par un taquet). Si on enlève le taquet, le ressort se détend, entrant en mouvement.

17 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 17 On dit alors que le système constitué de la masse possède une certaine énergie potentielle, qui traduit la potentialité d un mouvement. Le postulat d invariance temporelle se traduit ici par le fait que si la manipulation est effectuée maintenant ou dans un temps indéterminé, et si rien ne vient modifier le système entre-temps, son comportement sera rigoureusement le même. Il y a donc une grandeur qui s est conservée au cours du temps : l énergie (potentielle ici). Cette dernière existe sous de multiples formes, l énergie potentielle dont nous venons de parler l énergie cinétique, qui traduit le fait qu un système possède une certaine vitesse l énergie thermique l énergie électromagnétique etc Notons enfin que le mot grec ɛνɛργɛια d où est tiré le français énergie peut s analyser comme ɛν signifiant en et ɛργoν signifiant travail : on retrouve le sens premier du concept d énergie, un système possède de l énergie s il peut fournir du travail... Un point matériel possède de l énergie potentielle si du travail peut être fourni par modification de sa position, et de l énergie cinétique si du travail peut être fourni par modification de sa vitesse. L énergie mécanique présentée ici se conserve à l échelle microscopique, tout comme est démontré le caractère conservatif des interactions fondamentales. Dans une situation aussi simple que celle d un pendule amorti par frottement, on peut se demander ce que devient l énergie mécanique qui disparaît : la diminution de l énergie mécanique macroscopique observable se retrouve dissimulée au niveau microscopique d une part dans le système lui-même sous forme d énergie interne (somme des énergies mécaniques microscopiques du système) et éventuellement sous forme d énergie mécanique microscopique transférée à l extérieur, c est-à-dire sous forme de chaleur. De même que pour les concepts de quantité de mouvement et de moment cinétique, le caractère conservatif de l énergie dépasse la cadre de la mécanique newtonienne qui lui a donné naissance. 3.2 Théorème de l énergie mécanique - Conservation Sous sa forme différentielle, le théorème de l énergie cinétique s écrit dw = de c Dans le cas général, l intégration de cette relation n est pas d un grand intérêt, car le travail W de la force ne s exprime pas de manière simple. Si le champ de force dérive d un potentiel, l intégration conduit au contraire à une expression simple de la variation d énergie cinétique. En effet, on a dans ce cas f = gradu d où dw = f d OM = du La forme différentielle du théorème de l énergie cinétique conduit à d(e c + U) = 0 soit à E c + U = cte (44) Cette quantité conservée ici, somme de l énergie potentielle et de l énergie cinétique, est appelée énergie mécanique du point matériel. Nous avons donc que

18 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 18 Lorsqu un point matériel se déplace dans un champ de force dérivant d un potentiel, son énergie mécanique reste constante au cours du mouvement. Attention, le point doit être soumis seulement à des forces dérivant d un potentiel (dites alors forces conservatives). Ce résultat perd sa validité dans le cas où certaines forces ne dérivent pas d un potentiel, comme c est typiquement le cas des forces de frottement. Nous nous limiterons dans notre étude à l énergie mécanique, qui ne se conserve que lorsque les autres formes d énergie n interviennent pas, et qui est définie par E m = E c + E p E c est l énergie cinétique, définie en général par E c = 1 2 mv2 g jω2 (45) où m est la masse, v g la vitesse du centre de masse, j le moment d inertie et Ω le vecteur rotation du système considéré. E p est l énergie potentielle, définie à partir des forces (dites conservatives) pouvant s écrire sous la forme f = grad(e p ) Citons dans ce cas par exemple l énergie potentielle de pensanteur E p = mgz + cte dérivant de F = mg e z l énergie potentielle de type newtonienne E p = K + cte dérivant d une force centrale r F = K e r 2 r l énergie potentielle élastique E p = 1 k(l l 2 o) 2 + cte dérivant de la force de rappel F = k(l l o ) e x l énergie potentielle électrostatique E p = qv d une particule de charge q soumise à un champ électrostatique E dérivant lui-même du potentiel V ; cette particule subit la force coulombienne F = qe. Les autres forces font en général intervenir d autres types d énergie, comme c est par exemple le cas pour les frottements (énergie thermique de dissipation). Lorsque l énergie mécanique se conserve, l énergie potentielle peut, au cours du mouvement, se transformer en énergie cinétique, et inversement, mais de manière à ce que la somme de ces deux formes d énergie reste constante (cf. pendule simple). Lorsque l énergie mécanique ne se conserve pas, on n a plus de loi aussi simple, mais comme plus généralement l énergie totale de l Univers doit se conserver (premier principe de la thermodynamique), il faudra trouver, pour chaque problème, une forme d énergie (non mécanique) en laquelle l énergie mécanique puisse se transformer. Souvent il arrive que l énergie mécanique décroisse au cours du temps : dans le cas d un point soumis à des frottements, elle se transforme en chaleur. De manière générale, la décomposition du travail élémentaire dw en deux composantes, l une liée aux forces conservatives et l autres aux non-conservatives, permet de résumer l intégrale première en énergie sous la forme du théorème suivant, de m dt = P nc (46)

19 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 19 où P nc représente la puissance des forces ne dérivant pas d une énergie potentielle. Cette égalité représente le théorème de l énergie mécanique. Remarque : intérêt de l intégrale première en énergie Plaçons nous dans un repère cartésien d un référentiel galiléen. L énergie potentielle U(x,y,z) est une donnée du problème ; à un certain instant originel t = t o, le mobile se trouve au point de coordonnées (x o,y o,z o ) et sa vitesse est v o. Si (x,y,z,ẋ,ẏ,ż) sont des coordonnées de position et de vitesse à un instant quelconque t, on écrira 1 2 m(ẋ2 + ẏ 2 + ż 2 ) + U(x, y, z) = 1 2 mv2 o + U(x o, y o, z o ) (47) Cette équation différentielle est du premier ordre, donc, en principe, plus facile à résoudre que les équations obtenues à partir du PFD qui, elles, sont du second ordre. La redérivation de cette relation par rapport au temps permet d obtenir une équation différentielle du second ordre. 3.3 Mouvement conservatif à un degré de liberté L équation de conservation de l énergie mécanique d un point matériel soumis uniquement à des forces qui travaillent conservatives s avère très intéressante dans la résolution des problèmes à un degré de liberté, notamment lorsque l intégration des équations différentielles est délicate. En effet, cette équation se prête bien à une discussion qualitative souvent suffisante. Comme E m = E c + E c, les seuls mouvements possibles sont ceux pour lesquels E c = E m E p 0 (48) On représente alors graphiquement E p (q) en fonction du seul degré de liberté q ; les mouvements possibles sont ceux qui réalisent E m E p. Supposons que E p (q) ait l allure représentée sur la figure. Pour q = q o, l énergie potentielle passe par une valeur minimale E o et, pour q = q o, elle passe par une valeur maximale E o. On distingue plusieurs types de mouvements : 1. E m E o : les seuls mouvements possibles sont ceux pour lesquels q > q 1 où q 1 est défini pour E m = E p. Comme le point matériel peut s éloigner indéfiniment du centre de force, cet état est dit libre.

20 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE E o < E m < E o : suivant la valeur initiale q i de q, le mouvement est tel que Q 2 q q 3. Dans le premier cas, l état est dit lié car le point matériel reste toujours dans une région déterminée de l espace. Dans le second, il est libre. 3. E m = E o ou E m = E o : il en résulte que q = q o ou q = q o. Le mouvement est stationnaire en q, et l état est ici aussi lié. On peut montrer dans ce dernier cas que le premier mouvement stationnaire est stable, alors que le second est instable : dans le premier cas, toute légère perturbation du point matériel provoque un mouvement d oscillation autour de la position d équilibre q o ; dans le second, la perturbation provoque une accentuation de l écart par rapport à q o. En effet, E p (q) = E p (q o ) + q q o 1! ( de p dq ) o + (q q o) 2 2! ( d2 E p dq ) 2 o +... = E o + K (q q o) (49) 2 en remarquant que la dérivée première s annule en q o (extrémum de position) et en posant K = ( d2 E p ) dq 2 o. L équation différentielle du mouvement est donc, en première approximation, Deux cas se présentent suivant le signe de K. 1 2 A q2 + E o K(q q o) 2 = E m (50) 1. K > 0. L équation traduit l oscillation de q autour de la valeur d équilibre q o, avec la pulsation K ω o = m En dérivant cette équation par rapport au temps, on obtient alors bien l équation différentielle du second ordre caractéristique de l oscillation d 2 Q dt 2 + ω2 oq = 0 avec Q = q q o. Ainsi, l équilibre est stable si l énergie potentielle est minimale. 2. K < 0. L équation différentielle à laquelle satisfait Q = q q o est d 2 Q dt 2 α2 Q = 0 K avec α =, ce qui est caractéristique d une augmentation de Q au cours du temps. m L équilibre est donc instable si l énergie potentielle est maximale. Illustration : point lié à un ressort (Tec et Doc p.84) Prenons pour exemple le problème d un point M glissant sans frottement sur un axe horizontal (Ox) et lié à un ressort de raideur k et de longueur au repos l o attaché au point (O,-a) où a < l o.

21 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 21 Le poids P et l action N de la tige, orthogonaux au déplacement, ne travaillent pas et il suffit donc de prendre en compte l énergie potentielle due au ressort de longueur l = MA : Le profil correspondant est le suivant. E p (x) = 1 2 k(l l o) 2 = 1 2 k( a 2 + x 2 l o ) 2 (51) Son minimum correspond à l = l o d où x o = ± l 2 o a 2, et x = 0 correspond au maximum relatif E po = 1 2 k(a l o) 2. L observation de la figure suffit à décrire les mouvements possibles : pour E < U o, le mouvement est confiné dans l un des puits, séparés par une barrière de potentiel de hauteur U o : on observe des oscillations périodiques x 1 < x < x 2 autour de l une des positions d équilibre x o ou x o, qui sont asymétriques (x 2 x o x o x 1 ) pour E > U o, le point n est plus confiné et on observe des oscillations symétriques autour du point O : x 1 < x < x 2 avec x 1 = x 2 ; le passage en O correspond à un minimum local de la vitesse (maximum relatif de l énergie potentielle, et E c + E p = cte). On étend en fait ce type de raisonnement à tout système décrit par un paramètre q et dont l évolution temporelle q(t) est régie par une équation différentielle du premier ordre de la forme q w(q) = e e étant une constante définie par les conditions initiales et w(u) une fonction connue.

22 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE Retour à l exemple du pendule simple Reprenons les conventions de la deuxième partie, relativement à cet exemple. Ecrivons les énergies cinétique et potentielle pour ce mobile de masse m : E p = mgh = mg(l l cos θ) = mgl(1 cos θ) E c = 1 2 m(v2 y + v 2 z) = 1 2 m((dy dt )2 + ( dz dt )2 ) E c = 1 2 m([ d dt (l sin θ)]2 + [ d dt (l cos θ)]2 ) = 1 2 m(l θ) 2 Ecrivons maintenant la conservation de l énergie mécanique : soit de m dt = d(e p + E c ) dt θ + g l = mgl sin θ + ml 2 θ θ = 0 (52) sin θ = 0 (53) Dans l approximation linéaire des petits mouvements oscillatoires, nous avons θ 1 d où l on tire le développement de sin θ = θ + o(θ 3 ) et l équation différentielle devient Cette équation admet des solutions de forme générale g θ = θ o cos( l.t) θ + g l θ = 0 (54) dans les conditions initiales d écartement θ o donné et de vitesse nulle. On obtient alors les énergies cinétique et potentielle E c (t) = 1 2 ml2 θ2 = 1 2 mglθ2 o sin 2 g l t (55) E p (t) = mgl(1 cos θ) mgl(1 1 + θ2 2 ) = 1 g 2 mglθ2 o cos 2 ll t (56) Nous vérifions immédiatement que E c + E p = 1 2 mglθ2 o = cte. Traçons les deux énergies en fonction du temps.

23 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 23 Fig. 1 En rouge, énergie cinétique ; en bleu, énergie potentielle du pendule simple au cours du temps. On constate qu il y a un échange permanent entre les deux formes d énergie, l énergie potentielle étant maximale quand l énergie cinétique est nulle, et inversement. Cependant, même en dehors du cadre de l approximation linéaire, on peut prévoir qualitativement le mouvement. En effet, traçons l énergie potentielle et l énergie mécanique : Deux cas se présentent : l énergie mécanique est en-dessous de E p,max : le mobile effectue des oscillations l énergie mécanique est au-dessus de E p,max : le mobile fait des tours complets On peut généraliser à des cas plus compliqués. Supposons par exemple que l on dispose un rail suivant le mouvement de la masse et que ce rail soit solidaire d un ressort qui impose une énergie potentielle de rappel du type C θ2. Le tracé de l énergie potentielle permet de déterminer, 2 qualitativement, la nature du mouvement sans aucun calcul mathématique. Selon les valeurs de E, la masse va passer une fois, deux fois, etc... la verticale. Nous pouvons encore établir la vitesse de libération d une fusée. Il s agit de savoir quelle vi-

24 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 24 tesse minimale il faut communiquer à une fusée pour qu elle se libère de l attraction terrestre. L énergie potentielle associée à cette attraction s écrit E p (r) = GmM r Sur le graphique de E p, on voit que cette libération peut se faire si et seulement si E m 0. L énergie cinétique initiale minimale à donner à la fusée correspond donc à l écart entre cette valeur et l énergie potentielle initiale, soit E c,min = GmM r d où l on tire la vitesse d évasion terrestre, v m in = soit plus de km.h 1. 2GMT R T = 2 6, , = 1 2 mv2 min (57) 6, = m.s 1 (58) 3.5 Retour au problème de champ de force centrale Revenons à l étude d un point matériel M de masse m soumis à une force F = grad E p (r) où r désigna la distance de M à O, origine d un référentiel galiléen. L existence d une énergie potentielle et l isolation du système impliquent dans ce cas la conservation de l énergie mécanique E m = 1 2 mv2 + E p (r) = cte (59) soit avec les coordonnées polaires dans le plan contenant la trajectoire E m = 1 2 m[ṙ2 + r 2 θ2 ] + E p (r) (60) L expression du moment cinétique L = mr 2 θ permet de modifier l écriture précédente E m = 1 2 mṙ2 + L2 2mr 2 + E p(r) = 1 2 mṙ2 + E p,eff (r) (61) où E p,eff (r) = E p (r)+ L2 est le potentiel effectif ou efficace ramenant l expression de l énergie 2mr 2 mécanique de notre système à celle d un point matériel de masse m animé d un mouvement rectiligne et dont l énergie potentielle serait E p,eff. Mettons l expression de l énergie sous la forme ( dr dt )2 = 2 m (E m E p,eff ) (62) A partir de cette équation, dont le premier membre est positif, on peut étudier pour une loi de force donnée (soit E p donnée) et pour des conditions initiales données (E m et L donnés) le domaine de variation de r. Une étude graphique est alors très instructive. Soit la fonction E p,eff (r) suivante.

25 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 25 Le point représentatif du mouvement se déplace sur la droite parallèle à l axe des abscisses et d ordonnée égale à l énergie mécanique totale constante (initiale donc). Pour E m et L fixés, le domaine de variation possible de r est précisé par la condition E m E p,eff 0, soit E p,eff E m. Sur la droite d énergie E m, le point représentatif ne peut se trouver que dans les intervalles situés au-dessous du graphe de E p,eff (r). Par exemple, pour E m = E 1, le domaine de variation de r est borné par r et r ; si le champ de force traduit l action d une particule centrale sur une autre particule, les deux objets restent toujours à distance finie l un de l autre et forment un système lié. Au contraire, pour E m = E 2, le domaine de r est l intervalle [r m,+ [ : le mobile vient de l infini, atteint une distance d approche minimale r m et repart à l infini. C est un processus de collision qui conduit à des états de diffusion. Remarquons aussi que pour E m = E o, où E o est le minimum de E p,eff (r), r ne peut prendre que la valeur r o : la trajectoire est alors un cercle de rayon r o. Rappelons enfin que pour une énergie potentielle E p (r) donnée, la forme de U p,eff (r) dépend du paramètre L choisi. 3.6 Application : le régulateur à boules Cet exemple présente à la fois un intérêt pratique, pédagogique et scientifique. On connaît en effet son importance dans la maîtrise du fonctionnement des machines à vapeur au XIXème siècle. On peut schématiser l appareil par un système constitué de tiges articulées, de masse négligeable, de deux masselotes identiques A et B, de même masse m et d une troisième masselote D de masse 2m. L ensemble déformable, caractérisé par l angle variable θ que font les tiges avec l axe de rotation, peut tourner symétriquement et de façon parfaite autour d un axe vertical ascendant (Oz). Un moteur, exerçant un moment d action Γ m e z lui impose une vitesse angulaire uniforme Ω. Dans le référentiel tournant R, non galiléen, la puissance P nc des forces non conservatives qu exerce le moteur est nulle puisque P nc = Γ m ω où ω = 0. On a donc, dans ce référentiel non galiléen, conservation de l énergie mécanique.

26 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 26 Dans R, l énergie cinétique du système a pour expression c est-à-dire E c,r = 1 2 mv2 A mv2 B (2m)v2 D (63) E c,r = m(ml θ) (2m)(2l θ sin θ) 2 = 4ml 2 θ2 (1 + sin 2 θ) (64) puisque OA = OB = 2l et OD = 2l cos θ. L énergie potentielle a deux contributions, une de pesanteur, E pg = mg(y A + y B + 2y D ) + cte une d inertie centrifuge E pc = I Ω2 + cte 2 Elle se résume, en prenant pour origine totale θ = 0 et si le moment d inertie de la masse en D est nul, à E p = 8mgl cos θ + cte [2 m(2l sin θ) 2 ] Ω2 2 = 8mgl(1 cos θ) 4mΩ2 l 2 sin 2 θ (65) On peut alors aisément en déduire une expression de l énergie mécanique totale dans R, E m,r = 4ml 2 θ2 (1 + sin 2 θ) + 8mgl(1 cos θ u2 2 sin2 θ) = cte (66) où u = Ω/ω o, avec ω o = g/l. A l aide de E p (θ), il est possible d étudier les différentes positions d équilibre stable de ce système dans le référentiel tournant R : remarquons immédiatement que la fonction E p (θ) est paire ; les positions d équilibre sont définies par l équation de p dθ = 8mgl sin θ(1 u2 cos θ) = 0 (67) d où les solutions θ 1 = 0, θ 2 = π et θ 3 tel que cos θ 3 = 1/u 2. Ces positions d équilibre sont stables si la dérivée seconde est positive : K e = ( d2 E p dθ 2 ) e = 8mgl[cos θ(1 u 2 cos θ) + u 2 sin 2 θ] e 0 (68)

27 3 L ÉNERGIE MÉCANIQUE 27 On a donc K o = 8mgl(1 u 2 ) K π = 8mgl(1 + u 2 ) K θ3 = 8mglu 2 (1 1 u 4 ) Il existe par conséquent deux positions d équilibre stable, l une pour θ 1 = 0 si Ω < ω o l autre pour θ 3 = ± arccos(1/u 2 ) si Ω > ω o. Le graphe donnant E p (θ) pour Ω > ω o conforte cette analyse : on voit que si Ω ω o, alors θ 3 π/2. Si l on représente maintenant graphiquement la position d équilibre stable en fonction de Ω, on obtient le graphe suivant. Tant que Ω < ω o, la position d équilibre est θ e = 0 ; dès que Ω > ω o, la position d équilibre prend une valeur non nulle qui varie avec Ω jusqu à π/2 lorsque Ω devient très grand devant ω o. Au point B de la courbe, défini par Ω = ω o, il se produit un changement qualitatif de la position d équilibre sous l action du paramètre extérier Ω : on dit que le système subit en ce

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Cours IV Mise en orbite

Cours IV Mise en orbite Introduction au vol spatial Cours IV Mise en orbite If you don t know where you re going, you ll probably end up somewhere else. Yogi Berra, NY Yankees catcher v1.2.8 by-sa Olivier Cleynen Introduction

Plus en détail

TD de Physique n o 1 : Mécanique du point

TD de Physique n o 1 : Mécanique du point E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M FE 3 e année Phsique appliquée 011-01 TD de Phsique n o 1 : Mécanique du point Exercice n o 1 : Trajectoire d un ballon-sonde Un ballon-sonde M, lâché au niveau du

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX 1. EXPERIENCE 1 : APPLICATION DE LA LOI FONDAMENTALE DE LA DYNAMIQUE a) On incline d un angle α la table à digitaliser (deuxième ou troisième cran de la table).

Plus en détail

Système formé de deux points

Système formé de deux points MPSI - 2005/2006 - Mécanique II - Système formé de deux points matériels page /5 Système formé de deux points matériels Table des matières Éléments cinétiques. Éléments cinétiques dans R.......................2

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

Quantité de mouvement et moment cinétique

Quantité de mouvement et moment cinétique 6 Quantité de mouvement et moment cinétique v7 p = mv L = r p 1 Impulsion et quantité de mouvement Une force F agit sur un corps de masse m, pendant un temps Δt. La vitesse du corps varie de Δv = v f -

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

MÉCANIQUE PHQ 310. David Sénéchal. Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke

MÉCANIQUE PHQ 310. David Sénéchal. Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke MÉCANIQUE II PHQ 310 David Sénéchal Département de physique Faculté des sciences Université de Sherbrooke 25 juin 2015 2 Table des matières 1 Mécanique de Lagrange 9 1.1 Équations de Lagrange........................................

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

Forces et Interactions

Forces et Interactions Février 2013 Cours de physique sur les Forces et les Interactions page 1 1 Objectifs Forces et Interactions Le but de ce cours est d'introduire la notion de force et d'étudier la statique, c'est-à-dire

Plus en détail

Michel Henry Nicolas Delorme

Michel Henry Nicolas Delorme Michel Henry Nicolas Delorme Mécanique du point Cours + Exos Michel Henry Maître de conférences à l IUFM des Pays de Loire (Le Mans) Agrégé de physique Nicolas Delorme Maître de conférences à l université

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Mécanique. 1 Forces. 1.1 Rappel. 1.2 Mesurer des forces. 3BC - AL Mécanique 1

Mécanique. 1 Forces. 1.1 Rappel. 1.2 Mesurer des forces. 3BC - AL Mécanique 1 3BC - AL Mécanique 1 Mécanique 1 Forces 1.1 Rappel Pour décrire les effets d une force, nous devons préciser toutes ses propriétés : son point d application ; sa droite d action, c est-à-dire sa direction

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté

CHAPITRE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs degrés de liberté CHAPITE IV Oscillations ibres des Systèmes à plusieurs derés de liberté 010-011 CHAPITE IV Oscillations libres des systèmes à plusieurs derés de liberté Introduction : Dans ce chapitre, nous examinons

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1

Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Chafa Azzedine - Faculté de Physique U.S.T.H.B 1 Définition: La cinématique est une branche de la mécanique qui étudie les mouements des corps dans l espace en fonction du temps indépendamment des causes

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide)

Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009. Descriptifs. (Page vide) Épreuve pratique de mathématiques Printemps 2009 Descriptifs (Page vide) Sujet 001 Épreuve pratique de mathématiques Descriptif Étude d une fonction dépendant d un paramètre Étant donné une fonction dépendant

Plus en détail

Mécanique du Point Matériel

Mécanique du Point Matériel LYCEE FAIDHERBE LILLE ANNEE SCOLAIRE 2010-2011 SUP PCSI2 JFA. Bange Mécanique du Point Matériel Plan A. Formulaire 1. Cinématique du point matériel 2. Dynamique du point matériel 3. Travail, énergie 4.

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Plan du cours : électricité 1

Plan du cours : électricité 1 Semestre : S2 Module Physique II 1 Electricité 1 2 Optique géométrique Plan du cours : électricité 1 Partie A : Electrostatique (discipline de l étude des phénomènes liés aux distributions de charges stationnaires)

Plus en détail

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE)

FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) FORMATION DES PERSONNES-RESSOURCES EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE LE CYCLE DU JOUR ET DE LA NUIT (CYCLE DIURNE) Pierre Chastenay astronome Planétarium de Montréal Source : nia.ecsu.edu/onr/ocean/teampages/rs/daynight.jpg

Plus en détail

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE

DURÉE DU JOUR EN FONCTION DE LA DATE ET DE LA LATITUDE DURÉE DU JUR E FCTI DE LA DATE ET DE LA LATITUDE ous allons nous intéresser à la durée du jour, prise ici dans le sens de période d éclairement par le Soleil dans une journée de 4 h, en un lieu donné de

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

Mécanique du point et des systèmes matériels Version préliminaire sans garantie DEUG SMA2 2003 04, module PHYS-SP32

Mécanique du point et des systèmes matériels Version préliminaire sans garantie DEUG SMA2 2003 04, module PHYS-SP32 Mécanique du point et des systèmes matériels Version préliminaire sans garantie DEUG SMA2 2003 04, module PHYS-SP32 Jean-Marc Richard Version du 2 novembre 2003 Table des matières Introduction 5. Avertissement.................................

Plus en détail

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE

CONCOURS COMMUN 2010 PHYSIQUE CONCOUS COMMUN SUJET A DES ÉCOLES DES MINES D ALBI, ALÈS, DOUAI, NANTES Épreuve de Physique-Chimie (toutes filières) Corrigé Barème total points : Physique points - Chimie 68 points PHYSIQUE Partie A :

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

Géométrie en trois dimensions

Géométrie en trois dimensions 1 Géométrie en trois dimensions Il s agit de visualiser des objets en trois dimensions sur un plan, pour nous l écran de l ordinateur. Pour ce faire, nous allons simplifier les choses au maximum. Nous

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE

STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, revu en 2006 STATIQUE GRAPHIQUE ET STATIQUE ANALYTIQUE Eléments de calcul vectoriel Opérations avec les forces Equilibre du point

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre?

COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas. Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? COTTAZ Céline DESVIGNES Emilie ANTHONIOZ-BLANC Clément VUILLERMET DIT DAVIGNON Nicolas Quelle est la trajectoire de la Lune autour de la Terre? Terminale S1 Lycée Elie Cartan Olympiades de Physiques 2003-2004

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail