- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation"

Transcription

1 U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour la détection des photons gamma et de réaliser une série d'expériences pour déterminer les coefficients d'atténuation massiques des matériaux. - I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation Pour les détails sur ce fonctionnement on se reportera au cours. Rappelons simplement ici qu un détecteur de scintillation est constitué principalement d un élément actif -cristal scintillateur (NaI, CsI dopé) ou scintillateur organique- dans lequel les photons vont interagir. Les particules chargées (électrons ou positrons) qui sont alors immanquablement produites sont stoppées dans le matériau par collisions multiples. Leur parcours est typiquement de quelques fractions de millimètres pour les énergies en question donc on considère qu elles ne s échappent pas du détecteur et y déposent toujours toute leur énergie. Pendant leur ralentissement, elles excitent le matériau actif qui émet un rayonnement lumineux de scintillation (photons de 3 ev environ). Le nombre de photons de scintillation est proportionnel à l énergie déposée, donc lié de façon plus ou moins simple à l énergie du photon γ incident. De quelques dizaines à quelques milliers de photons de scintillation sont ainsi produits dans le détecteur pour chaque photon γ qui interagit. Ces photons de scintillation sont collectés par la photocathode d un photomultiplicateur (PM) en contact optique avec le scintillateur. Cette photocathode émet alors des électrons secondaires avec un rendement fixe de 10 à 30 %. Puis, par un système de dynodes portées à des potentiels croissants, on multiplie ce nombre d électrons par un facteur de l'ordre de 10 6 (gain du PM). L impulsion collectée sur l anode du PM (dernière dynode) est devenue mesurable, elle est amplifiée et mise en forme (intégrée) de sorte que la hauteur de cette impulsion soit proportionnelle à l énergie déposée dans le scintillateur. Ces impulsions sont envoyées dans des système de comptage. Deux types de systèmes sont principalement utilisés : Sélecteur monocanal : ce dispositif électronique compte le nombre d impulsions dont la hauteur est comprise dans une fenêtre de tension, entre deux seuils V et V, ce qui correspond à des dépôts d énergie dans le scintillateur entre E et E. Analyseur multicanaux : ce dispositif électronique (MCA - Multi Channel Analyser) enregistre le nombre d impulsions dont la hauteur est comprise dans des fenêtres de tension, entre des seuils (V i-1 et V i ) i=1,n, ce qui correspond à des dépôts d énergie entre (E i-1 et E i ) i=1,n. Le résultat obtenu, affiché sous forme d histogramme est un spectre de N canaux (de quelques centaines à quelques milliers de canaux suivant les appareils). Ce système est utilisé pour cette manipulation.

2 -II- Atténuation d'un flux de photons γ par la matière Les rayons γ qui traversent la matière peuvent interagir selon trois processus : effet photoélectrique, effet Compton et création de paires. Le troisième de ces processus ne devient réellement efficace qu'au delà de quelques MeV et nous ne le considérerons pas ici. Dans toute cette partie, on considère un faisceau parallèle de photons γ d'énergie hν 0, incidents selon une direction perpendiculaire sur une mince couche de matériau. On va d'abord considérer de manière indépendante l'atténuation de ce flux par les deux processus d'interaction Compton et photoélectrique pour les considérer simultanément par la suite. Atténuation Compton Il s'agit de la diffusion d'un rayonnement électromagnétique par des électrons considérés comme libres. La section efficace différentielle de diffusion Compton est donnée par la formule de Klein-Nishina : dσ dω = r cos 2 θ α( 1 cosθ ) avec α = hν 0 m 0 c 2 [ ] 2 1+ α 2 ( 1 cosθ) 2 ( 1 + cos 2 cm θ) 2 / str.électron [ 1+ α( 1 cosθ) ] Par intégration de cette expression on obtient la section efficace totale pour un électron : σ = 2 1+ α 2( 1+ α) ln dσ = 2πr 0 α 2 ( 1 + 2α ) 1 + 2α α ϕ =2π,θ = π ϕ= 0,θ = 0 ln 1+ 2α + ( ) 2α 1 + 3α ( 1+ 2α) 2 Dans une très mince couche de matériau absorbant de numéro atomique Z, qui possède N atomes par cm 3, d'épaisseur dx, on trouve (NZ) électrons par cm 3 et (NZdx) électrons par cm 2. Supposons qu'un faisceau de n photons par secondes, d'énergie hν 0, traverse cette couche selon une direction normale. Si l'on appelle dn le nombre de photons qui vont être éliminés du faisceau car ils vont interagir par effet Compton et sont diffusés dans une direction autre que la direction d'incidence (donc dn<0), on peut écrire : (1) cm2 / électron (2) dn n = ( NZdx)σ (3) On définit le coefficient Compton d'atténuation linéaire par : λ C = NZσ cm 1 (4) Pour une épaisseur x finie de matériau, l'équation (3) s'intègre sans difficulté : = e λ C x (5)

3 n(x)/ est la fraction de photons primaires transmis au travers de la couche d'épaisseur x. On utilise souvent le coefficient Compton d'atténuation massique défini par : τ C = NZσ ρ cm 2 g 1 (6) L'avantage de cette dernière expression est que τ c est pratiquement indépendant de la nature du matériau traversé. En effet : τ C = NZσ ρ = NZσ N A N A = N A Z A σ cm2 g 1 (7) Le rapport Z/A est à peu près constant pour tous les éléments (de l'ordre de 1/2) et N A est le nombre d'avogadro. L'expression (5) devient : = e τ C (ρx ) (8) Le coefficient Compton d'atténuation massique pour les quatre matériaux étudiés dans cette manipulation a été calculé en fonction de l'énergie hν 0 et reporté sur la figure suivante. Calculer les rapports Z/A de ces quatre éléments et justifier la disposition des quatre courbes. On donne : Etain ρ=7.31 g/cm 3 Z=50 A= Plomb ρ=11.34 g/cm 3 Z=82 A=207.19

4 Coefficient Compton d'absorption massique (cm 2 /g) Cu Sn Ta Pb Energie (MeV) Figure 1 : Coefficient Compton d'atténuation massique du Cuivre, de l'etain, du Tantale et du Plomb en fonction de l'énergie des photons incidents. Atténuation photoélectrique Pour des matériaux de Z moyen ou élevé, l'effet prédominant au dessous de 100 kev est l'effet photoélectrique. Contrairement à l'effet Compton, le traitement de l'effet photoélectrique n'est pas simple car il fait appel à la théorie de Dirac de l'électron relativiste lié à un noyau et donc dépend de la couche sur laquelle est situé l'électron et du rapport entre l'énergie incidente et l'énergie de liaison. Il faut noter deux points importants : L'effet photoélectrique est beaucoup plus efficace sur les électrons des couches internes de l'atome (surtout sur la couche K, la plus profonde). Jusqu'à 80 ou 90 % des interactions se font avec ces électrons fortement liés Si l'énergie du photon incident est inférieure à l'énergie de liaison de cette couche K, il ne peut se produire d'interaction photoélectrique avec les électrons de cette couche. Quand l'énergie du photon atteint l'énergie de liaison de la couche K, on aura donc une augmentation très importante de la section efficace d'interaction. C'est ce qu'on appelle la discontinuité K ("K-edge") Souvent, on fait appel à des formules empiriques pour calculer la section efficace d'interaction, valides seulement dans des intervalles restreints en énergie et en numéro atomique.

5 Formule approchée La probabilité d'occurrence d'un effet photoélectrique est décrite par la section efficace atomique photoélectrique. Si l'on considère pour simplifier des photons d'énergie supérieure à quelques dizaines de kev (au delà des discontinuités K des éléments courants), on peut donner une formule approchée : ξ const Z n (hν 0 ) p cm2 / atome (9) Malheureusement, n et p ne sont pas des entiers ni même des constantes car ils dépendent de hν 0 et dans une moindre mesure de Z. L'exposant n croit de 4 à 4.6 lorsque hν 0 croit de 100 kev à 3 MeV. Dans le même intervalle d'énergie, l'exposant p décroît de 3 à 1 environ. Un couple de valeur n et p ne sont donc valables que dans un intervalle restreint d'énergie. Dans la gamme d'énergie où l'effet photoélectrique est dominant (au dessous de 200 kev), on utilise souvent n=4 et p= 3 en première approximation. Une fois connue la section efficace atomique photoélectrique, le traitement est alors similaire à celui de l'atténuation par effet Compton. Dans une très mince couche de matériau absorbant, qui possède N atomes par cm 3, d'épaisseur dx, on trouve (Ndx) atomes par cm 2. Supposons qu'un faisceau de n photons par secondes, d'énergie hν 0 traverse selon une direction normale cette couche. Le nombre dn de photons qui vont être éliminés du faisceau (car ils vont interagir par effet photoélectrique) est : dn n = ( Ndx)ξ (10) On définit le coefficient photoélectrique d'atténuation linéaire par : λ PH = Nξ cm 1 (11) Pour une épaisseur x finie de matériau, l'équation (10) s'intègre sans difficulté : = e λ PHx (12) Par cohérence avec le traitement de l'effet Compton, on utilise souvent le coefficient photoélectrique d'atténuation massique défini par : τ PH = Nξ ρ = L'expression (13) devient : Nξ N A N A = const Z n A 1 ( hν) p cm 2 g 1 (13) = e τ PH (ρx) (14)

6 Effet combiné des deux types d'atténuation Lorsque l'on considère les deux types d'interactions simultanément mais indépendantes, on peut définir le coefficient total d'atténuation linéaire (ou sa version "massique"): λ = λ C + λ PH τ = τ C + τ PH (15) Le fraction de rayonnement transmis au travers de la couche est alors : = e λx = e τ(ρx) (16) L'inverse du coefficient total d'atténuation linéaire est appelé libre parcours moyen (lpm) des photons. Ce libre parcours moyen est la distance à laquelle une fraction 1/e des photons incidents seront éliminés du faisceau. Cette grandeur est très pratique et largement utilisée. Libre parcours moyen des photons (cm) Cu Sn Ta 0.10 Energie (MeV) 1.00 Figure 2 : Libre parcours moyen des photons dans le Cuivre, l'etain, le Tantale et le Plomb en fonction de l'énergie des photons. Pb

7 -II- Manipulation A Performance d un scintillateur 1- Identifiez les différents éléments de la chaîne d acquisition (détecteur, haute tension, photomultiplicateur, préamplificateur, amplificateur, carte d acquisition MCA). Placez une source de 60 Co devant le détecteur. Visualisez les impulsions à l oscilloscope avant et après l amplificateur. 2 - Faites varier la distance entre la source et le détecteur. Qu observez vous? Réglez le gain de l amplificateur pour que celui-ci ne sature pas. On ne touchera plus ce réglage par la suite. 3 - Faites l étalonnage en énergie du détecteur à l aide des sources de 57 Co (E γ = 122 kev) et de 60 Co (E γ = 1173 kev et 1332 MeV). 4 Observez le spectre du 22 Na. Identifier et expliquer les structures de ce spectre. 5 Au cours d une acquisition, faites varier la distance entre la source et le détecteur. Visualiser la valeur du temps mort. Expliquez. 6 Mesurez la résolution en énergie (ΔE, largeur à mi-hauteur) des raies gamma émises par le 22 Na. B Mesure des coefficients d atténuation linéaire de divers matériaux Le schéma du dispositif utilisé est représenté sur la figure 3. Source (ph/sec) Détecteur Source Matériau étudié Détecteur n(ph/sec) Amplification mise en forme intégration Figure PC + carte multicanaux

8 Pour chaque mesure, on effectuera les opérations suivantes : Disposer la source choisie sur le porte-source. Mesurer le flux initial de photons ( ) dans une fenêtre d intégration. Disposer entre la source et le détecteur les différentes cibles. Mesurer le flux transmis de photons ( ). Ne modifier aucun réglage (gain, HT, position de la fenêtre, etc..) entre deux mesures. 1 - On effectuera les mesures de / dans les cas suivants : 22 Na (511 kev) 22 Na (1.28 MeV) Plomb 5 épaisseurs 5 épaisseurs Etain Les 13 couches Les 13 couches Justifier au préalable le choix de ces épaisseurs en s'aidant de la courbe donnant le libre parcours moyen des photons dans chacun de ces matériaux (figure 2). 2 - Exploitation des résultats pour le plomb Pour le plomb à 511 et 1275 kev, tracer en coordonnées semi-logarithmique le rapport / en fonction de l'épaisseur x. Analyser cette courbe. En déduire le coefficient total d'atténuation massique pour cette combinaison ainsi que pour les autres combinaisons. Calculer l erreur sur ces coefficients. Vérifier vos résultats avec la figure disponible en salle de TP. 3 - Exploitation des résultats pour l étain Evaluer l épaisseur des disques d étain sachant que le coefficient d atténuation massique de cet élément est cm 2 /g à 511 kev. Calculer l erreur sur l épaisseur mesurée. 4 Mesure de coefficient d atténuation Mesurer le coefficient d atténuation linéïque pour l aluminium en utilisant les échantillons à disposition (épaisseurs 1.5 cm, 1.0 cm et 0.5 cm). Calculer l erreur sur ces coefficients.

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Chapitre III Les photons X et γ

Chapitre III Les photons X et γ Chapitre III Les photons X et γ E.VIENT 1 Interaction des photons avec la matière Interactions "catastrophiques" : Modification radicale de la trajectoire et de l'énergie Disparition complète Probabilité

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Interactions des rayonnements ionisants avec la matière

Interactions des rayonnements ionisants avec la matière UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Interactions des rayonnements ionisants avec la matière Pr Khalil EL GUERMAÏ Objectifs généraux g et spécifiques

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

ATTÉNUATION ET ABSORPTION D'UN FAISCEAU DE PHOTONS PAR LA MATIÈRE.

ATTÉNUATION ET ABSORPTION D'UN FAISCEAU DE PHOTONS PAR LA MATIÈRE. ATTÉNUATION ET ABSORPTION D'UN FAISCEAU DE PHOTONS PAR LA MATIÈRE. 1. Atténuation liée à la propagation du faisceau dans le vide Lorsqu une source émet un rayonnement, cette émission se fait souvent dans

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France

NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France NOTE TECHNIQUE SOMMAIRE 1 PRINCIPE 3 1.1 Etalonnage en rendement 3 1.2 Mesure d activité 4 1.3 Mesure d intensité d émission photonique

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS.

RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS. But du laboratoire : RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS. Calibrer notre dispositif expérimental en utilisant des spectres connus de 137 Cs et de 6 Co. Déterminer

Plus en détail

LABORATOIRE RAYONNEMENT

LABORATOIRE RAYONNEMENT LABORATOIRE RAYONNEMENT PHYS-F-311 Prof. Kael HANSON Université Libre de Bruxelles Service de physique des particules élémentaires Boulevard du Triomphe, CP-230 1 Introduction Ce laboratoire a pour but

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES

C - LES REACTIONS NUCLEAIRES C - LES RECTIONS NUCLEIRES Toute réaction nucléaire met en jeu la transformation spontanée ou provoquée de noyaux atomiques. C - I EQUIVLENCE MSSE ENERGIE I - 1 MISE EN EVIDENCE Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Mode d emploi 559 938

Mode d emploi 559 938 06/05-W97-Iv/Sel Mode d emploi 559 938 Détecteur d énergie de rayonnement X (559 938) 1 Détecteur d énergie de rayonnement X 2 Porte-capteur 3 Ecran d atténuation 4 Cible d étalonnage 5 Tige avec filetage

Plus en détail

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT.

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT. TP n 8 : obtention des spectres de signaux usuels. But du TP : ce huitième TP de BTS SE a pour but l'étude de la manière d'obtenir le spectre d'un signal sinusoïdal et carré avec un rapport cyclique variable.

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE

RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE RAYONNEMENT THERMIQUE DU CORPS NOIR PARTIE THEORIQUE 1 Définitions Considérons un corps porté à une température T. Ce corps émet de l'énergie par sa surface sous forme de rayonnement thermique, c estàdire

Plus en détail

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols.

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols. SYSAM SP5 et OSCILLO5 Fiches de montages Etude d un filtre actif passe-bande I. Généralités Ce document a pour but de montrer comment utiliser Oscillo5 pour étudier un filtre en régime harmonique (attaque

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10

UE 3A. Aspects fonctionnels et méthodes d étude. Dr Tristan Richard. L1 santé année universitaire 2009/10 UE 3A Organisationdesappareilset appareils et dessystèmes systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude Dr Tristan Richard L1 santé année universitaire 2009/10 Rayons X et gamma Rayonnements particulaires

Plus en détail

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1 Caractéristiques : Volume de la chambre de mesure : 43,2 L Robuste, ergonomique, simple à utiliser et facilement décontaminable Mesure les photons gamma d énergie entre 50 kev et 2 MeV Quatre, voire six

Plus en détail

TD 13 CAP PACES intéraction onde matière. Intéraction onde matière. E ph = h

TD 13 CAP PACES intéraction onde matière. Intéraction onde matière. E ph = h Structure des rayonnements Intéraction onde matière Pour notre présentation, on considérera le modèle corpusculaire de la lumière, le modèle ondulatoire s appliquant préférentiellement aux phénomènes de

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 5 au 31 mars 007 Ecole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris 1 La détéction des neutres Les neutres Photons Effet photoélectrique Effet

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Repère : SESSION 2008 Durée : 3 H Page : 0/7 Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DES MÉTIERS DE L AUDIOVISUEL OPTION MÉTIERS DU SON ÉPREUVE E3 : SCIENCES PHYSIQUES Page : 1/7 Coefficient : 2

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE 3. RADIOACTIVITE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE 3. RADIOACTIVITE DEUG SCIENCES Sciences de la vie TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE ème année UE3 Physique 3. RADIOACTIVITE I. Matériel 1 compteur C.R.A.B. et 4 écrans d aluminium d épaisseur 5 mm. L'appareil C.R.A.B., destiné

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

G.P. DNS Novembre 2009

G.P. DNS Novembre 2009 DNS Sujet Thermique et cylindre...1 I.Conduction longitudinale en régime permanent...1 II.Conduction latérale en régime permanent...2 III.Isolation thermique d'une conduite de chauffage central en régime

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Chapitre IV : Rayonnements-Matière

Chapitre IV : Rayonnements-Matière Chapitre IV : Interactions Rayonnements-Matière 1 SOMMAIRE I) Généralités et définitions II) Interactions des Photons avec la matière IV-1) Effet Compton IV-2) Effet Photoélectrique IV-3) Création de paire

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7

TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique 1 / 7 TP spécialité N 3 La Lunette Astronomique / 7 I- Matériel disponible. - Un banc d optique avec accessoires : Une lanterne avec la lettre «F», deux supports pour lentille, un porte écran, un miroir plan,

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1

TP N 9 : VOITURE RADIOCOMMANDÉE (1) ETT 2.1.1 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Énergie Comportemental Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (4 H) 2.1.1 Organisation fonctionnelle d une chaîne d énergie Production d énergie électrique

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3 Didier Christophe Grégoire Brian Groupe C 3 Compte-rendu Spectroscopie TP n 1 : Monochromateurs A. Outils de diffraction l Plusieurs méthodes de diffraction sont possibles : q Par une fente : On fait traverser

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

LE CHAMP MAGNETIQUE Table des matières

LE CHAMP MAGNETIQUE Table des matières LE CHAMP MAGNETQUE Table des matières NTRODUCTON :...2 MSE EN EVDENCE DU CHAMP MAGNETQUE :...2.1 Détection du champ magnétique avec une boussole :...2.2 Le champ magnétique :...3.2.1 Le vecteur champ magnétique

Plus en détail

Chapitre 8: Détecteurs basés sur l ionisation des gaz

Chapitre 8: Détecteurs basés sur l ionisation des gaz Chapitre 8: Détecteurs basés sur l ionisation des gaz 1 Contenu Principes généraux d un détecteur à gaz Transport des charges dans un gaz Chambre d ionisation Compteur proportionnel Compteur Geiger 2 Principes

Plus en détail

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Travaux pratiques Série 2 Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Objectifs du TP : Mesurer la vitesse de propagation d un signal dans un câble coaxial. Observer

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Specialists meeting of NPCCI electronic equipaent to ochiev electromagnetic comtobility (EEMC), Winfrith, U.K. 28 Febroory -2 Korch 1978 CEA-CONF 4289

Specialists meeting of NPCCI electronic equipaent to ochiev electromagnetic comtobility (EEMC), Winfrith, U.K. 28 Febroory -2 Korch 1978 CEA-CONF 4289 SERVICES D'ELECTRONIQUE DE SACLAY SERVICE D'INSTRUMENTATION POUR LES Saclay, le 1 Février 1978 APPLICATIONS INDUSTRIELLES JB/JCL/JZ Objectif 4130 Classement C5 Affaire SES 1038 Specialists meeting of NPCCI

Plus en détail

VIP D3.1.1 : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation

VIP D3.1.1 : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation VIP D3.. : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation Patrick Hugonnard, Joachim Tabary Version.3 Contexte.... Présentation de la simulation... 2. Validation...

Plus en détail

TP Physique n 1. Spécialité TS. I. Généralités sur les lentilles minces: Convention:

TP Physique n 1. Spécialité TS. I. Généralités sur les lentilles minces: Convention: TP Physique n 1 Spécialité TS Convention: Dans cet exposé, la lumière est supposée se déplacer de la gauche vers la droite. I. Généralités sur les lentilles minces: Une lentille est un milieu transparent

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- I - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE

UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- I - CONSTITUTION ET FONCTIONNEMENT DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE UTILISATION DE L'OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ----- Le but de cette étude est de familiariser l'étudiant avec l'utilisation d'un oscilloscope au travers de mesures de diverses grandeurs physiques : tensions,

Plus en détail

Module STOM : Examen du 28 mai 2003

Module STOM : Examen du 28 mai 2003 Module STM : Examen du 8 mai 3 Durée : 3 heures. Aucun document n'est autorisé. Les réponses aux questions doivent toujours être justifiées. Les parties A et B doivent être rendues sur des copies séparées.

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Projet nanosatellite étudiant UnivEarthS-I : La charge utile

Projet nanosatellite étudiant UnivEarthS-I : La charge utile Rapport de projet Projet nanosatellite étudiant UnivEarthS-I : La charge utile Florian Ferreira Ferhat Ahmim 3 ème année EIDD ASP Table des matières 1 Présentation du projet 4 1.1 Objectifs........................................

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail