Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE"

Transcription

1 Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy Journées des LARD Septembre 2007 M2R Radiophysique et Imagerie Médicales

2 Introduction Bexxar : radioisotope pour le traitement des lymphomes nonhodgkinien Isotope émetteur - et : iode 131 Énergie principale d émission - : 192 kev Libre parcours moyen des électrons : 0.8 mm Remplace le Zevalin Émetteur : Indium 111 Émetteur - : Yttrium 90 (939 kev) Libre parcours moyen des électrons : 5.3 mm 1 seule injection : confort pour le patient Meilleur ciblage des cellules tumorales But : Réalisation de simulations réalistes et de reconstructions à partir d un fantôme voxelisé anthropomorphique Réalisation d une quantification précise Utilisation d une grille de calcul et estimation de son gain en temps 2

3 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Intégration dans GATE 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure Performance de la grille 3

4 GATE : GEANT4 for Application Tomographic Emission Code développé depuis 5 ans Collaboration (OpenGate) de 22 laboratoires Modélisation des modalités TEMP et TEP Ajout de nouvelles fonctions (mouvement, temps) Basé sur le code Monte-Carlo Objectif : valider ce code dans le maximum de domaine Rappel Simulations à l iode raies d émission Energie (kev) Nb photons par désintégrations (%) Basse énergie en simulation Monte- Carlo Mais : Haute énergie en médecine nucléaire Fenêtre spectrométrique d acquisition : 10 % du pic photoélectrique principale : kev 4

5 1. Gamma Caméra - Modélisation Millennium VG option Hawk-Eye* de GEHC (General Electric HealthCare) Représentation 3D par GATE de la gamma camera 2 têtes de détection (540x400 mm²) Rayon possible de 20 cm à 30 cm Nombre de projections par examen : 120 (soit 60 par têtes) Matrice de projection : 64x64 pixels (également possible en 128x128) Pixel de 8.84 mm (4.42 mm pour les projections 128x128) Cristal 5/8 NaI(Tl) : cm Collimateur HEMS Epaisseur : 6.6 cm Diamètre des trous hexagonaux : 4 mm Épaisseur des septa 1.8 mm Zoom sur une partie du collimateur * Tomodensitomètre intégré 5

6 1. Gamma Caméra Collimateur (1) Étude réalisée pour la comparaison des résolutions spatiales (largeur à mi-hauteur de la fonction de dispersion ponctuelle) Objectif : comparaison avec les résultats précédents : expérimentaux et de D. Autret Paramètres de simulations : 300 MBq simulés dans un cylindre de 0.5 mm de diamètre et de 20 cm de long Distances étudiées : 0, 5, 10, 15 et 20 cm Comparaison suivant l'axe Y X des différentes résolutions spatiales 6

7 1. Gamma Caméra Collimateur (2) Écarts relatifs : Distance (cm) Suivant l'axe X Mesure/GATE Les mesures à 0 et 5 cm de D. Autret sont erronées Les résultats en accord avec les mesures et simulations précédentes : écart < 6% et < 12% par rapport aux mesures et à D. Autret Mais une différence avec D. Autret existe. Plusieurs hypothèses : Mode opératoire différent : capillaire Erreur statistique Autret/GATE Influence de l épaisseur des septa sur les profils obtenus Nécessité de moyenner les largeurs à mi-hauteur sur un grand nombre de pixels Justification de l emploi du cylindre Suivant l'axe Y Mesure/GATE Autret/GATE % 11.8% 4.2% 6.7% % 9.4% 4.8% 2.0% % 2.6% 4.1% 5.4% Visualisation des septa sur un profil 7

8 1. Gamma Caméra Cristal (1) Etude réalisée pour déterminer : l influence de l épaisseur du cristal (donc le nombre de photons détectés) sur la résolution spatiale Paramètres de simulations : 300 MBq simulés dans une sphère de rayon 0.25 mm 4 épaisseurs étudiées : 1/8", 5/8", 1" et 10 cm 2 distances source-détecteur* : 10 et 20 cm Proportion de photons détectés (à 10 cm : 100 %) Épaisseur du cristal Le nombre de photons détectés dépend de l épaisseur du cristal distance 1/8" 5/8" 1" Épaisseur utilisée par la gamma 10 cm 28% 60% 73% caméra : 5/8" 20 cm 27% 60% 73% Proportion de photons détectés similaire à la détection du 99 m Tc pour ¼" : ~50% Comparaison du nombre de photons détectés pour les différentes épaisseurs *Angles solides différents pour 10 et 20 cm 8

9 1. Gamma Caméra Cristal (2) Résolution spatiale (largeur à mi-hauteur) LMH suivant l'axe X (mm) LMH suivant l'axe Y (mm) distance 1/8" 5/8" 1" 10cm 1/8" 5/8" 1" 10cm 10 cm cm Écarts relatifs par rapport aux valeurs de 10cm LMH suivant l'axe X (mm) LMH suivant l'axe Y (mm) distance 1/8" 5/8" 1" 1/8" 5/8" 1" 10 cm 2.7% 2.7% 2.7% 17.9% 11.8% 11.8% 20 cm 2.5% 0.2% 0.2% 16.9% 5.3% 5.3% Largeur à mi-hauteur croît en fonction de l épaisseur du cristal : Dispersion géométrique Augmentation des diffusions Rayleigh et Compton Négligeable pour les épaisseurs < 1" 5/8" : bon compromis entre le nombre de photons détectés (contraste de l image) et la résolution spatiale (qualité de l image) 9

10 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Configuration de NCAT 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure Performance de la grille 10

11 2. Fantôme NCAT Description NURBS-based Cardio-Torso phantom Fantôme hybride : Voxelisé : données IRM (cœur) et TDM Mathématiques : flexibilité 2 données possibles : Carte d atténuation Acquise pour une énergie X déterminée Niveaux de gris en unité de Hounsfield Discrimination des tissus mous et durs Carte d activité Discrimination de tous les organes Configuration : Données du patient-type (dimensions des organes) Nombre de voxels par plan d image (matrice carrée) Nombre de plans d image Dimensions des voxels (voxels cubiques) Carte d atténuation (256x256x256 voxels de 2 mm de côté) Carte d activité (256x256x256 voxels de 2 mm de côté) : reins, foie, rate, vésicule biliaire 11

12 2. Fantôme NCAT Configuration Critères de configurations de NCAT Données réalistes Implication du temps de calcul Gamma caméra associée à un tomodensitomètre Acquisition en 256x256x40 voxels Dimension des voxels : 2.21x2.21x10 mm 3 Rééchantillonnage en 128x128x90 voxels Voxels cubiques de 4.42 mm de côté Ajout de 38 plans noirs pour faciliter le recalage avec la TEMP (128x128x128 voxels) Fantôme NCAT en 128x128x128 voxels Voxels de 4.42 mm de côté NCAT (64x64x64 voxels de 6.25 mm de côté) dans GATE : foie, cœur, rein, rate, colonne vertébrale 12

13 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Intégration dans GATE 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure Performance de la grille 13

14 3. Étude de quantification simulation Fantôme anthropomorphique NCAT 118x65x128 voxels Voxels de 4.42 mm de côté Demi-diagonale du bloc fantôme : 299 mm Rayon des têtes de détection fixé à 30 cm Tumeur cubique de 6 voxels de côté placée dans un tissu mou (foie) pour limiter le phénomène d hétérogénéité des milieux Sources : Répartition de l activité Tumeur Foie Fond Total Activité (MBq) % du total Concentration (MBq/L) Tumeur Foie Fond Acquisition de 120 projections sur 360 en 1.2 s Matrice de projection : 64x64 pixels de 8.84 mm de côté 14

15 3. Étude de quantification projections sinogrammes En fin de simulation, nous obtenons 120 projections de 64x64 pixels Création des sinogrammes pour la reconstruction On en déduit : Le nombre pixels sur une ligne du sinogramme est identique à celui des projections (64 pixels) Le nombre de pixels sur une colonne d un sinogramme correspond au nombre de projections acquises (120 pixels) Le nombre Angle de de rotation sinogrammes de la tête de détection créés correspond au nombre de lignes acquises sur chaque projections (64 sinogrammes) 5 projections (des 120 acquises) de 64x64 pixels Une matrice de 64x64x120 projections donne une matrice de 64x120x64 sinogrammes Angle de rotation Plans d images Échantillon de sinogrammes obtenus à partir des 120 projections 15

16 3. Étude de quantification Reconstruction Reconstruction par FPB (rétroprojection filtrée) Fenêtre de troncature : rectangulaire Limite l amplification du bruit par le filtre rampe de FBP La reconstruction s exécutant sur les 120 lignes définissant 360, on obtient un plan de forme carrée de 64 pixels de coté Matrice de reconstruction : 64x64x64 voxels Voxels de 8.84 mm de côté 3 plans d image reconstruits de 64x64 voxels 3 sinogrammes de 64x120 pixels 16

17 3. Étude de quantification ROI Création des masques Utilisation des positions d émission des photons lors de la simulation Zones du foie et de la tumeur présentant une activité différente pouvant être discriminée pour les ROI (région d intérêt) Exemple pour le foie+tumeur Utilisation des masques comme région d intérêt (ROI) 17

18 3. Étude de quantification Quantification Quantification relative : Comparaison des rapports de concentration d activité de 2 ROI tumeur foie sain rapport GATE (Bq/voxel)* Cas idéal (KBq/voxel)* * 1 Résultats obtenus après reconstruction d image * 2 Données de la simulation Origine de l erreur : Définition de la ROI de la tumeur Manque Tumeur de de statistique 6 voxels de côté dans NCAT Pas Nombre Dans de prise le cas maximal en idéal compte de : tumeur photons de l atténuation de sur 3 voxels un voxel de et coté de de l image dans la diffusion la reconstruite ROI (passage : 160 d une Nombre matrice de maximal 128x128x128 de photons voxels dans de le 4.42 cas mm idéal de : coté ~10 3 à une matrice de 64x64x64 voxels de 8.84 mm de coté) Conséquence : estimation d un facteur 10 du manque de statistique Dans le cas réel : tumeur de 4 voxels de coté Manque de temps Conséquence : Diminution de la concentration d activité 18

19 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Intégration dans GATE 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure et du test de performance Performance de la grille 19

20 4. Grille de calcul Description Infrastructure EGEE : CPU 5 Petaoctets de stockage 317 nœuds Test de performance : division de la simulation en travaux soumis à la grille : par paquet de millions de photons simulés à chaque job RB : gère les travaux soumis Réalisé sur 6 CE (1300 CPU) CE : donne accès aux processeurs de calcul SE : permet le stockage massif des données 20

21 4. Grille de calcul Résultats Comparaison processeur local et grille de calcul Processeur local : AMD Athlon(tm)64 X2 Dual Core Processor ( MHz)) Estimation du temps de calcul : Temps cumulés des jobs (running ) Processeur local : 970 jours Grille EGEE : 20 h Gain de la grille : 1120 Mais Correspond au cas idéal des 1000 jobs soumis et exécutés en même temps Toutes les ressources de la grille ne sont pas disponibles Problème de stabilité (CE et RB) Gain réel estimé à

22 Conclusion 1ère étape vers la validation de GATE à basse énergie à l iode 131 Choix de l épaisseur du cristal Compromis entre le nombre de photons détectés (contraste) et la résolution spatiale (qualité) GATE permet d effectuer une quantification précise Mais un code de Monte-Carlo nécessite une définition fiable de la simulation et du mode opératoire pour la quantification La grille EGEE permet un gain de temps important Mais il manque encore de stabilité et de matériels pour une application clinique des simulations de Monte-Carlo 22

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 Berger L. 1, Breton V. 1, Donnarieix D. 1+2, Elbitar Z. 1, Gisclon D.

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

en scintigraphie cérébrale et oncologique Simulations Monte Carlo U678 INSERM, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France http://www.guillemet.

en scintigraphie cérébrale et oncologique Simulations Monte Carlo U678 INSERM, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France http://www.guillemet. Simulations Monte Carlo en scintigraphie cérébrale et oncologique Irène Buvat U678 INSERM, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene Plan - Introduction

Plus en détail

ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE

ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE Plateforme de Calcul pour les Sciences du Vivant Prague, 19-20 0ctobre 2006 ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE Cheick O. THIAM

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire Problématique de l irradiation α suite à une contamination interne: calculs des doses à l échelle cellulaire M. Elbast 1, F. Petitot 2, A. Saudo 1, V. Holler 3, A. Desbrée 1 1 DRPH/ SDI/ LEDI BP 17-92262

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

THESE présentée pour obtenir le titre de DOCTEUR EN SCIENCES. par Cindy LE LOIREC Discipline: Physique

THESE présentée pour obtenir le titre de DOCTEUR EN SCIENCES. par Cindy LE LOIREC Discipline: Physique THESE présentée pour obtenir le titre de DOCTEUR EN SCIENCES par Cindy LE LOIREC Discipline: Physique Simulation Monte Carlo de suivi de positrons dans la matière biologique: Applications en imagerie médicale

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Ferréol Soulez INSA CNDRI, Centre de Quantimétrie Lyon 1 1 / 19 Principe 2 / 19 Diffraction des rayon X Diffraction des rayons

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire

Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire Applications potentielles du scanner avec acquisition en énergie spectrale (bi-énergie) pour l exploration de l appareil urinaire J. CHARTON, E-M. KIEFFER, S. REBIH, G. BAZILLE, H. LANG, C. ROY Service

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys SCANNER A RAYONS X 1 HISTORIQUE 1971 : premier examen tomodensitométrique cérébral 1974 : premier appareil corps entier 1979 : Prix Nobel de médecine décerné à Allan MacLeod et Godfrey N.Hounsfield pour

Plus en détail

Simulation Monte-Carlo sur GPU application en physique médicale

Simulation Monte-Carlo sur GPU application en physique médicale Simulation Monte-Carlo sur GPU application en physique médicale école d été GPU, 1 er Juillet 2011 Gipsa Lab Julien Bert Laboratoire du Traitement de l Information Médicale LaTIM - INSERM U650 CHU Brest,

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit

TOMODENSITOMETRIE sémiologie. JY Gauvrit TOMODENSITOMETRIE sémiologie JY Gauvrit Neuroradiologie - Neuroimagerie Modalités : - Radiographie standard - Echographie - Artériographie - Tomodensitométrie (Scanner) - Imagerie par Résonance Magnétique

Plus en détail

La Simulation Monte-Carlo comme modélisation en Physique Médicale

La Simulation Monte-Carlo comme modélisation en Physique Médicale La Simulation Monte-Carlo comme modélisation en Physique Médicale 5 Avril 2015 Dr Benjamin SERRANO Physicien Médical, Docteur en Physique Nicolas GARNIER Physicien Médical, Doctorant 2 Sommaire Le métier

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle

Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Catalogue des stages 2013 dans les équipes R&D de mammographie et de radiologie interventionnelle Présentation de l entreprise La branche Healthcare Systems de GE Healthcare offre une large gamme de technologies

Plus en détail

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD 1 Plan Introduction & contexte Cancer du sein «basal-like»triple négatif Interactions des photons avec l ADN et dose absorbée

Plus en détail

Principes d imagerie en CBCT. Avril 2011

Principes d imagerie en CBCT. Avril 2011 Principes d imagerie en CBCT Avril 2011 1 Points marquants de la technologie Im Imagerie Panoramique 1963 To mo gra phi e spi ral ée Ima geri e nu mér iqu e intr 1988 1990 a- 1998 (1975 Scanners) oral

Plus en détail

Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM

Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM Digital / analogique Source [2] Bit = 0 ou 1 Définitions 1 nombre binaire = ensemble de bits (par exemple 0111) 1 byte = 8 bits (par exemple 01011100)

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier.

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. BASES PHYSQUES DE LA RADOLOGE D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. PLAN DU COURS (5 heures) magerie de transmission par rayons X Le tube X et ses réglages L image de transmission

Plus en détail

Etude d une nouvelle architecture de gamma caméra à base de semi-conducteurs CdZnTe /CdTe

Etude d une nouvelle architecture de gamma caméra à base de semi-conducteurs CdZnTe /CdTe UNIVERSITÉ D ANGERS Année 2007 N ordre 853 Etude d une nouvelle architecture de gamma caméra à base de semi-conducteurs CdZnTe /CdTe THÈSE DE DOCTORAT Spécialité : Physique ECOLE DOCTORALE D ANGERS Présentée

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

Validation de SINDBAD pour la simulation d images TDM médicales m. réalistes r. Carole Lartizien

Validation de SINDBAD pour la simulation d images TDM médicales m. réalistes r. Carole Lartizien Validation de SINDBAD pour la simulation d images TDM médicales m réalistes r Carole Lartizien Plan de la présentation Rappel sur le simulateur SINDBAD Validation de SINDBAD: etat de l art au démarrage

Plus en détail

«Imagerie moléculaire. adaptation. thérapeutique»

«Imagerie moléculaire. adaptation. thérapeutique» Réunion de l axe 3 14 décembre 2012 Centre Oscar Lambret, Lille «Imagerie moléculaire & adaptation thérapeutique» Correction des mouvements respiratoires en TEP par déformation d un opérateur tomographique

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1

Gamme I-Max Touch. Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D. Panoramique évolutif 3 en 1 Gamme I-Max Touch Panoramique numérique PAN / CEPH / 3D Panoramique évolutif 3 en 1 3D Une nouvelle dimension pour un diagnostic complet I-MAX TOUCH 3D Evolutive, simple, rapide La panoramique réalise

Plus en détail

Évaluation de la correction du mouvement respiratoire sur la détection des lésions en oncologie TEP

Évaluation de la correction du mouvement respiratoire sur la détection des lésions en oncologie TEP Évaluation de la correction du mouvement respiratoire sur la détection des lésions en oncologie TEP Simon Marache-Francisco To cite this version: Simon Marache-Francisco. Évaluation de la correction du

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

Analyse d images introduction

Analyse d images introduction L3, option Image Analyse d images introduction http ://perception.inrialpes.fr/people/boyer/teaching/l3/ Elise Arnaud - Edmond Boyer Université Joseph Fourier / INRIA Rhône-Alpes elise.arnaud@inrialpes.fr

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat

TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle. J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat TEP / TDM et Cancer du col de l utérus - Ganglion sentinelle J.Ph Chaborel - M. Bondouy Ph Florentz - B. Serrano F. Fincker M Gray E Kahyat Mougins - Jeudi 12 avril 2012 2009 : TEP-TDM à temps de vol AVANT

Plus en détail

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation

Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation Propriétés des images numériques Contraintes sur l interprétation M.LOUYS, Traitement d images et problèmes inverses Master Astrophysique, Observatoire de Strasbourg, 2013 Propriétés générales d une image

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

THÈSE présentée par :

THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ FRANÇOIS - RABELAIS DE TOURS ÉCOLE DOCTORALE SST «Santé, Sciences, Technologies» Unités Inserm U930 et U650 THÈSE présentée par : Adrien LE POGAM pour obtenir le grade de : Docteur de l université

Plus en détail

3. La Radiologie. 3. Imagerie Radiologique. 3.1. Production des Rayons X

3. La Radiologie. 3. Imagerie Radiologique. 3.1. Production des Rayons X 3. La Raiologie J.M. Rocchisani Imagerie Méicale par Rayonnements 1 3. Imagerie Raiologique 1. Prouction es rayons X 2. Interaction photon X/matière 3. Formation e l'image 4. Détecteurs 5. Techniques Raiographie

Plus en détail

Les différents traceurs et leur production

Les différents traceurs et leur production Médecine Nucléaire 1 Les différents traceurs et leur production Les détecteurs g et b+ Irène Buvat U678 INSERM Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene octobre 2006 MN1 : Les différents

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire

Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Le cyclotron Arronax et la médecine nucléaire Jean-François Chatal Université de Nantes et GIP Arronax 1934: découverte de la radioactivité artificielle Naissance de la médecine nucléaire Un radiopharmaceutique

Plus en détail

Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer.

Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer. Applications des codes Monte Carlo «MCNP» et «PENELOPE» en radiothérapie du cancer. E.Franchisseur, B.Serrano, S.Hachem, R.J.Bensadoun, A.Monnier, P.Iacconi, J.Barthe Laboratoire de Physique Electronique

Plus en détail

Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D...

Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D... Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D... 7 Le meilleur moyen de faire tourner un objet... 7 Coordonnées... 7

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale

Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Quelques exemples d'utilisation de la modélisation stochastique en imagerie médicale Christine Graffigne Université René Descartes Traitement d'images Sciences pour l'ingénieur, informatique et mathématiques

Plus en détail

Imagerie 3D et mathématiques

Imagerie 3D et mathématiques Imagerie 3D et mathématiques Jacques-Olivier Lachaud Laboratoire de Mathématiques CNRS / Université de Savoie Fête de la Science, 13/10/2013 Galerie Eurêka Image et perception Synthèse d image 3D Imagerie

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Français. Une vision parfaite

Français. Une vision parfaite Français Une vision parfaite Tout devient plus clair et plus simple avec un grand champ Le volume dento-maxillo-facial complet prêt pour votre diagnostic Un seul scan vous fournit la quantité d informations

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

SIMESITEM 011 Le guide

SIMESITEM 011 Le guide Pleine page couleur 2e de couverture 1 400 euros HT 2 000 euros HT SIMESITEM 011 Le guide (page de titre) Pleine page couleur 3e de couverture (dernière page, justificatif) 1 400 euros HT 2 000 euros HT

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique

Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Imagerie infrarouge thermique jusqu au millimétrique Fondamentaux des caméras thermiques et évolutions Jacques LONNOY, Sagem Défense Sécurité Sagem est le nom commercial de la société Sagem Défense Sécurité

Plus en détail

LE SCANNER. Principe - Technologie - Applications

LE SCANNER. Principe - Technologie - Applications LE SCANNER Principe - Technologie - Applications Albert Lisbona Service de Physique Médicale CRLCC R. Gauducheau tel: 02 40 67 99 53 mel : a-lisbona@nantes.fnclcc.fr Intérêt du scanner En radiographie

Plus en détail

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation

Compte-rendu de laboratoire. Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation PROJET DE MAITRISE Comportement hydromécanique des boues de traitement Compte-rendu de laboratoire Mesure de densité par rayons gamma, tests et validation Présenté à : Michel Aubertin Greg Kennedy Par

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

" Classification des technologies de numérisation 3D" Pierre Bourdet Professeur Émérite à l ENS de Cachan

 Classification des technologies de numérisation 3D Pierre Bourdet Professeur Émérite à l ENS de Cachan " Classification des technologies de numérisation 3D" Pierre Bourdet Professeur Émérite à l ENS de Cachan 1 Systèmes de Numérisation 3D Très grande diversité de systèmes de mesure par coordonnées Les critères

Plus en détail

Notre gamme de systèmes Des mobiles pour des images de qualité et une large gamme d applications cliniques

Notre gamme de systèmes Des mobiles pour des images de qualité et une large gamme d applications cliniques www.ziehm.com 2012 Ziehm Imaging, 28441 08 / 2012 Fabrication conforme à la norme DIN EN ISO 9001 ET ISO 13485 Ziehm imaging a une politique d évolution constante de ses produits et se réserve le droit

Plus en détail

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux

Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux Identification de conditions limites en flux par thermographie infrarouge appliquée à la caractérisation de moyens d essai thermique à haut flux J.C. BATSALE*, JP LASSERRE**, A. DESCUNS*,**, G. LAMOTHE*,**

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Opérations de base sur ImageJ

Opérations de base sur ImageJ Opérations de base sur ImageJ TPs d hydrodynamique de l ESPCI, J. Bico, M. Reyssat, M. Fermigier ImageJ est un logiciel libre, qui fonctionne aussi bien sous plate-forme Windows, Mac ou Linux. Initialement

Plus en détail

Systèmes optiques pour la définition du faisceau X

Systèmes optiques pour la définition du faisceau X Systèmes optiques pour la définition du faisceau X Stéphan Rouzière Laboratoire de Physique des Solides CNRS-UMR8502 Bat. 510, Université Paris-Sud 91405 Orsay Cedex Rayons X et Matière 2006 - Limoges

Plus en détail

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY

CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY CONTRÔLE QUALITE DES SURFACES VISUALISATION 3D - TOPOGRAPHIE MESURE RAPIDE & SANS CONTACT PORTABLE & SIMPLE D UTILISATION POWERED BY LE NOUVEL EQUIPEMENT DE MESURE OPTIMAP TM MARQUE LE DEBUT D UNE REVOLUTION

Plus en détail

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd

Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd 10 Actions de réduction de bruit sur un moteur poids lourd Laurent Moulin, Renault VI, 99, route de Lyon, 69802 Saint Priest, e-mail : laurent.moulin@renaultvi.com D epuis 1974 à aujourd hui, la réglementation

Plus en détail

Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie

Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie Objectifs généraux : Cet enseignement doit permettre à l étudiant d acquérir les connaissances lui permettant de comprendre les concepts et les

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Détection automatique de fixations radioactives dans les images TEP oncologiques

Détection automatique de fixations radioactives dans les images TEP oncologiques N d ordre : 2009-ISAL-0119 Année 2009 Thèse Présentée devant L Institut National des Sciences Appliquées de Lyon Pour obtenir Le grade de docteur Ecole doctorale : Electronique, Electrotechnique et Automatique

Plus en détail

Inclinable. Facilement dettachable du microscope. Rotative sur. Microscopes numériques avec tablett

Inclinable. Facilement dettachable du microscope. Rotative sur. Microscopes numériques avec tablett Les derniers microscopes numériques avec Tablette OPTIKA ouvrent de nouveaux horizons dans le domaine de la microscopie. Nos microscopes combinent optique haut de gamme et technologie numérique innovante

Plus en détail

IMN459 - Fondements de la vision par ordinateur

IMN459 - Fondements de la vision par ordinateur IMN459 - Fondements de la vision par ordinateur Chapitre 1 Introduction 1. Acquisition IMN117 2. Traitement IMN259 Scène 3D Caméra optique Une ou plusieurs images 2D Caractéristiques bas niveaux (contours,

Plus en détail

LA RADIOLOGIE. «Pourquoi essayer de faire semblant d'avoir l'air de travailler? C'est de la fatigue inutile!» Pierre Dac 05/03/2012

LA RADIOLOGIE. «Pourquoi essayer de faire semblant d'avoir l'air de travailler? C'est de la fatigue inutile!» Pierre Dac 05/03/2012 LA RADIOLOGIE F. LAURENT-DANIEL Physicienne médicale Centre GRAY Maubeuge Année universitaire 2011-2012 «Pourquoi essayer de faire semblant d'avoir l'air de travailler? C'est de la fatigue inutile!» Pierre

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Calcul parallèle sur GPU

RAPPORT DE STAGE Calcul parallèle sur GPU Université Joseph Fourier Département Licence Sciences & Technologie RAPPORT DE STAGE Calcul parallèle sur GPU D Aguanno Carlotta Laboratoire d accueil : INRIA Directeur du laboratoire : GROS Patrick Responsable

Plus en détail

La démarche qualité, la sécurité des soins et la sécurité du personnel

La démarche qualité, la sécurité des soins et la sécurité du personnel INAUGURATION du plateau technique de Radiothérapie Dossier de presse Vendredi 24 Juin 2011 1 Le dossier Le plateau technique de Radiothérapie du Centre hospitalier de Troyes : Introduction Définition de

Plus en détail

Scanner & Simulation Virtuelle

Scanner & Simulation Virtuelle Scanner & Simulation Virtuelle JN Foulquier Hôpital Tenon AP-HP HEGP - EPU Techniques innovantes en Radiothérapie 23-25 mars 2010 La simulation virtuelle Généralités Préalable à la radiothérapie conformationnelle

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

ELEMENTS DE RADIOLOGIE POUR LE PCEM2 D.MARIANO-GOULART Service de Médecine Nucléaire. CHU LAPEYRONIE. MONTPELLIER

ELEMENTS DE RADIOLOGIE POUR LE PCEM2 D.MARIANO-GOULART Service de Médecine Nucléaire. CHU LAPEYRONIE. MONTPELLIER ELEMENTS DE RADIOLOGIE POUR LE PCEM2 D.MARIANO-GOULART Service de Médecine Nucléaire. CHU LAPEYRONIE. MONTPELLIER A PRINCIPES DE BASE DE LA RADIOLOGIE 1- INTRODUCTION Historique : Principe : Intérêt :

Plus en détail

DIXO 1000 EMAT - PIEZO

DIXO 1000 EMAT - PIEZO DIXO 1000 EMAT - PIEZO Système de contrôle par ultrasons haut de gamme, extrêmement compact : Dimensions : 224 188 37 mm ; Poids : 1,3 Kg ; 8 heures d autonomie de fonctionnement. Cet équipement a été

Plus en détail

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler

Identification de récepteurs r endothéliaux stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler Identification de récepteurs r endothéliaux à différents stades vasculaires visualisés in vivo par échographie Doppler S.Lavisse 1, V. Lazar 2, P. Opolon 3, P. Dessen 2, A. Roche 1, N. Lassau 1 Équipes

Plus en détail

Le logiciel EVP Plus est une solution de traitement des images à la pointe de la technologie, spécialement conçue pour les systèmes CR et DR

Le logiciel EVP Plus est une solution de traitement des images à la pointe de la technologie, spécialement conçue pour les systèmes CR et DR Le logiciel EVP Plus est une solution de traitement des images à la pointe de la technologie, spécialement conçue pour les systèmes CR et DR Introduction Les techniciens en radiologie doivent pouvoir utiliser

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1

Contrôleur gamma de petits objets - Cronos -1 Caractéristiques : Volume de la chambre de mesure : 43,2 L Robuste, ergonomique, simple à utiliser et facilement décontaminable Mesure les photons gamma d énergie entre 50 kev et 2 MeV Quatre, voire six

Plus en détail

Reconstruction d'images pour la caméra Compton. Application à la détection des γ de fragmentation.

Reconstruction d'images pour la caméra Compton. Application à la détection des γ de fragmentation. Reconstruction d'images pour la caméra Compton. Application à la détection des γ de fragmentation. Voichiµa Maxim, Xavier Lojacono, Rémy Prost 25/05/2012 Plan 1 Imagerie de contrôle en hadronthérapie 2

Plus en détail

Fabriquant de Solutions IP

Fabriquant de Solutions IP Fabriquant de Solutions IP Catalogue 2015 Logiciel & Application Caméras IP & Serveurs Switches Accessoires Logiciel & Application NG Office CMS2 (Centralized Monitoring System) p. 6 Application NG Office

Plus en détail