Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE"

Transcription

1 Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy Journées des LARD Septembre 2007 M2R Radiophysique et Imagerie Médicales

2 Introduction Bexxar : radioisotope pour le traitement des lymphomes nonhodgkinien Isotope émetteur - et : iode 131 Énergie principale d émission - : 192 kev Libre parcours moyen des électrons : 0.8 mm Remplace le Zevalin Émetteur : Indium 111 Émetteur - : Yttrium 90 (939 kev) Libre parcours moyen des électrons : 5.3 mm 1 seule injection : confort pour le patient Meilleur ciblage des cellules tumorales But : Réalisation de simulations réalistes et de reconstructions à partir d un fantôme voxelisé anthropomorphique Réalisation d une quantification précise Utilisation d une grille de calcul et estimation de son gain en temps 2

3 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Intégration dans GATE 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure Performance de la grille 3

4 GATE : GEANT4 for Application Tomographic Emission Code développé depuis 5 ans Collaboration (OpenGate) de 22 laboratoires Modélisation des modalités TEMP et TEP Ajout de nouvelles fonctions (mouvement, temps) Basé sur le code Monte-Carlo Objectif : valider ce code dans le maximum de domaine Rappel Simulations à l iode raies d émission Energie (kev) Nb photons par désintégrations (%) Basse énergie en simulation Monte- Carlo Mais : Haute énergie en médecine nucléaire Fenêtre spectrométrique d acquisition : 10 % du pic photoélectrique principale : kev 4

5 1. Gamma Caméra - Modélisation Millennium VG option Hawk-Eye* de GEHC (General Electric HealthCare) Représentation 3D par GATE de la gamma camera 2 têtes de détection (540x400 mm²) Rayon possible de 20 cm à 30 cm Nombre de projections par examen : 120 (soit 60 par têtes) Matrice de projection : 64x64 pixels (également possible en 128x128) Pixel de 8.84 mm (4.42 mm pour les projections 128x128) Cristal 5/8 NaI(Tl) : cm Collimateur HEMS Epaisseur : 6.6 cm Diamètre des trous hexagonaux : 4 mm Épaisseur des septa 1.8 mm Zoom sur une partie du collimateur * Tomodensitomètre intégré 5

6 1. Gamma Caméra Collimateur (1) Étude réalisée pour la comparaison des résolutions spatiales (largeur à mi-hauteur de la fonction de dispersion ponctuelle) Objectif : comparaison avec les résultats précédents : expérimentaux et de D. Autret Paramètres de simulations : 300 MBq simulés dans un cylindre de 0.5 mm de diamètre et de 20 cm de long Distances étudiées : 0, 5, 10, 15 et 20 cm Comparaison suivant l'axe Y X des différentes résolutions spatiales 6

7 1. Gamma Caméra Collimateur (2) Écarts relatifs : Distance (cm) Suivant l'axe X Mesure/GATE Les mesures à 0 et 5 cm de D. Autret sont erronées Les résultats en accord avec les mesures et simulations précédentes : écart < 6% et < 12% par rapport aux mesures et à D. Autret Mais une différence avec D. Autret existe. Plusieurs hypothèses : Mode opératoire différent : capillaire Erreur statistique Autret/GATE Influence de l épaisseur des septa sur les profils obtenus Nécessité de moyenner les largeurs à mi-hauteur sur un grand nombre de pixels Justification de l emploi du cylindre Suivant l'axe Y Mesure/GATE Autret/GATE % 11.8% 4.2% 6.7% % 9.4% 4.8% 2.0% % 2.6% 4.1% 5.4% Visualisation des septa sur un profil 7

8 1. Gamma Caméra Cristal (1) Etude réalisée pour déterminer : l influence de l épaisseur du cristal (donc le nombre de photons détectés) sur la résolution spatiale Paramètres de simulations : 300 MBq simulés dans une sphère de rayon 0.25 mm 4 épaisseurs étudiées : 1/8", 5/8", 1" et 10 cm 2 distances source-détecteur* : 10 et 20 cm Proportion de photons détectés (à 10 cm : 100 %) Épaisseur du cristal Le nombre de photons détectés dépend de l épaisseur du cristal distance 1/8" 5/8" 1" Épaisseur utilisée par la gamma 10 cm 28% 60% 73% caméra : 5/8" 20 cm 27% 60% 73% Proportion de photons détectés similaire à la détection du 99 m Tc pour ¼" : ~50% Comparaison du nombre de photons détectés pour les différentes épaisseurs *Angles solides différents pour 10 et 20 cm 8

9 1. Gamma Caméra Cristal (2) Résolution spatiale (largeur à mi-hauteur) LMH suivant l'axe X (mm) LMH suivant l'axe Y (mm) distance 1/8" 5/8" 1" 10cm 1/8" 5/8" 1" 10cm 10 cm cm Écarts relatifs par rapport aux valeurs de 10cm LMH suivant l'axe X (mm) LMH suivant l'axe Y (mm) distance 1/8" 5/8" 1" 1/8" 5/8" 1" 10 cm 2.7% 2.7% 2.7% 17.9% 11.8% 11.8% 20 cm 2.5% 0.2% 0.2% 16.9% 5.3% 5.3% Largeur à mi-hauteur croît en fonction de l épaisseur du cristal : Dispersion géométrique Augmentation des diffusions Rayleigh et Compton Négligeable pour les épaisseurs < 1" 5/8" : bon compromis entre le nombre de photons détectés (contraste de l image) et la résolution spatiale (qualité de l image) 9

10 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Configuration de NCAT 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure Performance de la grille 10

11 2. Fantôme NCAT Description NURBS-based Cardio-Torso phantom Fantôme hybride : Voxelisé : données IRM (cœur) et TDM Mathématiques : flexibilité 2 données possibles : Carte d atténuation Acquise pour une énergie X déterminée Niveaux de gris en unité de Hounsfield Discrimination des tissus mous et durs Carte d activité Discrimination de tous les organes Configuration : Données du patient-type (dimensions des organes) Nombre de voxels par plan d image (matrice carrée) Nombre de plans d image Dimensions des voxels (voxels cubiques) Carte d atténuation (256x256x256 voxels de 2 mm de côté) Carte d activité (256x256x256 voxels de 2 mm de côté) : reins, foie, rate, vésicule biliaire 11

12 2. Fantôme NCAT Configuration Critères de configurations de NCAT Données réalistes Implication du temps de calcul Gamma caméra associée à un tomodensitomètre Acquisition en 256x256x40 voxels Dimension des voxels : 2.21x2.21x10 mm 3 Rééchantillonnage en 128x128x90 voxels Voxels cubiques de 4.42 mm de côté Ajout de 38 plans noirs pour faciliter le recalage avec la TEMP (128x128x128 voxels) Fantôme NCAT en 128x128x128 voxels Voxels de 4.42 mm de côté NCAT (64x64x64 voxels de 6.25 mm de côté) dans GATE : foie, cœur, rein, rate, colonne vertébrale 12

13 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Intégration dans GATE 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure Performance de la grille 13

14 3. Étude de quantification simulation Fantôme anthropomorphique NCAT 118x65x128 voxels Voxels de 4.42 mm de côté Demi-diagonale du bloc fantôme : 299 mm Rayon des têtes de détection fixé à 30 cm Tumeur cubique de 6 voxels de côté placée dans un tissu mou (foie) pour limiter le phénomène d hétérogénéité des milieux Sources : Répartition de l activité Tumeur Foie Fond Total Activité (MBq) % du total Concentration (MBq/L) Tumeur Foie Fond Acquisition de 120 projections sur 360 en 1.2 s Matrice de projection : 64x64 pixels de 8.84 mm de côté 14

15 3. Étude de quantification projections sinogrammes En fin de simulation, nous obtenons 120 projections de 64x64 pixels Création des sinogrammes pour la reconstruction On en déduit : Le nombre pixels sur une ligne du sinogramme est identique à celui des projections (64 pixels) Le nombre de pixels sur une colonne d un sinogramme correspond au nombre de projections acquises (120 pixels) Le nombre Angle de de rotation sinogrammes de la tête de détection créés correspond au nombre de lignes acquises sur chaque projections (64 sinogrammes) 5 projections (des 120 acquises) de 64x64 pixels Une matrice de 64x64x120 projections donne une matrice de 64x120x64 sinogrammes Angle de rotation Plans d images Échantillon de sinogrammes obtenus à partir des 120 projections 15

16 3. Étude de quantification Reconstruction Reconstruction par FPB (rétroprojection filtrée) Fenêtre de troncature : rectangulaire Limite l amplification du bruit par le filtre rampe de FBP La reconstruction s exécutant sur les 120 lignes définissant 360, on obtient un plan de forme carrée de 64 pixels de coté Matrice de reconstruction : 64x64x64 voxels Voxels de 8.84 mm de côté 3 plans d image reconstruits de 64x64 voxels 3 sinogrammes de 64x120 pixels 16

17 3. Étude de quantification ROI Création des masques Utilisation des positions d émission des photons lors de la simulation Zones du foie et de la tumeur présentant une activité différente pouvant être discriminée pour les ROI (région d intérêt) Exemple pour le foie+tumeur Utilisation des masques comme région d intérêt (ROI) 17

18 3. Étude de quantification Quantification Quantification relative : Comparaison des rapports de concentration d activité de 2 ROI tumeur foie sain rapport GATE (Bq/voxel)* Cas idéal (KBq/voxel)* * 1 Résultats obtenus après reconstruction d image * 2 Données de la simulation Origine de l erreur : Définition de la ROI de la tumeur Manque Tumeur de de statistique 6 voxels de côté dans NCAT Pas Nombre Dans de prise le cas maximal en idéal compte de : tumeur photons de l atténuation de sur 3 voxels un voxel de et coté de de l image dans la diffusion la reconstruite ROI (passage : 160 d une Nombre matrice de maximal 128x128x128 de photons voxels dans de le 4.42 cas mm idéal de : coté ~10 3 à une matrice de 64x64x64 voxels de 8.84 mm de coté) Conséquence : estimation d un facteur 10 du manque de statistique Dans le cas réel : tumeur de 4 voxels de coté Manque de temps Conséquence : Diminution de la concentration d activité 18

19 Plan 1. Modélisation d une gamma caméra pour l iode 131 Modélisation Étude de l influence du collimateur sur la résolution spatiale Étude de l influence du cristal sur la résolution spatiale 2. Le fantôme anthropomorphique NCAT Description de ses paramètres Intégration dans GATE 3. Étude de quantification Description de la simulation Des projections aux sinogrammes Reconstruction des images Définition des régions d intérêt Quantification 4. Apports de la grille de calcul EGEE Description de l infrastructure et du test de performance Performance de la grille 19

20 4. Grille de calcul Description Infrastructure EGEE : CPU 5 Petaoctets de stockage 317 nœuds Test de performance : division de la simulation en travaux soumis à la grille : par paquet de millions de photons simulés à chaque job RB : gère les travaux soumis Réalisé sur 6 CE (1300 CPU) CE : donne accès aux processeurs de calcul SE : permet le stockage massif des données 20

21 4. Grille de calcul Résultats Comparaison processeur local et grille de calcul Processeur local : AMD Athlon(tm)64 X2 Dual Core Processor ( MHz)) Estimation du temps de calcul : Temps cumulés des jobs (running ) Processeur local : 970 jours Grille EGEE : 20 h Gain de la grille : 1120 Mais Correspond au cas idéal des 1000 jobs soumis et exécutés en même temps Toutes les ressources de la grille ne sont pas disponibles Problème de stabilité (CE et RB) Gain réel estimé à

22 Conclusion 1ère étape vers la validation de GATE à basse énergie à l iode 131 Choix de l épaisseur du cristal Compromis entre le nombre de photons détectés (contraste) et la résolution spatiale (qualité) GATE permet d effectuer une quantification précise Mais un code de Monte-Carlo nécessite une définition fiable de la simulation et du mode opératoire pour la quantification La grille EGEE permet un gain de temps important Mais il manque encore de stabilité et de matériels pour une application clinique des simulations de Monte-Carlo 22

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4

SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 SIMULATION MONTE CARLO EN MEDECINE NUCLEAIRE, RADIOTHERAPIE- CURIETHERAPIE AVEC UNE PLATEFORME DE SIMULATION GATE BASEE SUR GEANT4 Berger L. 1, Breton V. 1, Donnarieix D. 1+2, Elbitar Z. 1, Gisclon D.

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire

Problématique de l irradiation α suite à une contamination. interne: calculs des doses à l échelle cellulaire Problématique de l irradiation α suite à une contamination interne: calculs des doses à l échelle cellulaire M. Elbast 1, F. Petitot 2, A. Saudo 1, V. Holler 3, A. Desbrée 1 1 DRPH/ SDI/ LEDI BP 17-92262

Plus en détail

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique

Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Approche inverse pour la restauration de l information cristallographique Ferréol Soulez INSA CNDRI, Centre de Quantimétrie Lyon 1 1 / 19 Principe 2 / 19 Diffraction des rayon X Diffraction des rayons

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE

ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE Plateforme de Calcul pour les Sciences du Vivant Prague, 19-20 0ctobre 2006 ETUDES DOSIMETRIQUES POUR LA CURIETHERAPIE AVEC GATE(MC), OPTIMISATION DES TEMPS DE CALCUL SUR LA GRILLE EGEE Cheick O. THIAM

Plus en détail

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF

Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale. Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale Unité mixte de recherche Cemagref - CIRAD - ENGREF Master ère année Analyse spatiale, analyse géographique, spatialité des sociétés Master

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D...

Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D... Sélection de l espace de travail ad hoc... 2 Fenêtres... 3 SCU SCG... 3 Réticule... 4 La grille en 3D... 6 La visualisation en 3D... 7 Le meilleur moyen de faire tourner un objet... 7 Coordonnées... 7

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement

Plus en détail

Utilisation d informations visuelles dynamiques en asservissement visuel Armel Crétual IRISA, projet TEMIS puis VISTA L asservissement visuel géométrique Principe : Réalisation d une tâche robotique par

Plus en détail

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de

Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de Le mot «algorithme» vient du nom de l auteur persan Al-Khuwarizmi (né vers 780 - mort vers 850) Une définition: «un algorithme est une suite finie de règles à appliquer dans un ordre déterminé à un nombre

Plus en détail

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique!

Imagerie médicale. Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! Imagerie médicale Avoir des informations sur l intérieur de la boite sans l'ouvrir... N'ouvrir qu'à but thérapeutique! http://www.geekdad.fr/2013/09/operation-chirurgicale-dun-ours-en-peluche/ Deux possibilités

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP

Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Modèles numériques anthropomorphiques pour les simulations en TEMP et TEP Irène Buvat et Simon Stute Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr

Plus en détail

Examen de Statistique Appliquée I

Examen de Statistique Appliquée I Université de Strasbourg Master Éthologie-Écophysiologie 1ère année Examen de Statistique Appliquée I ************************************************************** Le cours, les exercices de travaux dirigés,

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Angiographie 3D sur arceau

Angiographie 3D sur arceau Advanced Medical Applications GE Healthcare! #"$&%(' Angiographie 3D sur arceau Acquisition d une sé que nce d im a g e s e n r ota tion R e constr uction 3 D Vues de surfaces Contrôle après traitement

Plus en détail

Analyse d images introduction

Analyse d images introduction L3, option Image Analyse d images introduction http ://perception.inrialpes.fr/people/boyer/teaching/l3/ Elise Arnaud - Edmond Boyer Université Joseph Fourier / INRIA Rhône-Alpes elise.arnaud@inrialpes.fr

Plus en détail

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE

INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE DOSSIER : CHARIOT PORTE PALAN INITIATION AUX SIMULATIONS DES CONTRAINTES ET DEFORMATIONS D UNE STRUCTURE ATELIER CATIA V5: GENERATIVE STRUCTURAL ANALYSIS OBJECTIFS : L objectif de cette étude consiste

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR

Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Toulouse le 08 Octobre 2014 Contrôle objet du modèle AROME avec le logiciel MODE développé au NCAR Travail réalisé par RAZAGUI Abdelhak sous la direction de Joël STEIN Période du 13 septembre au 11 Octobre

Plus en détail

Cahier. des charges. T.E.R. : Modélisation architecturale basée photo/vidéo. reconstruction intérieure basée profondeur

Cahier. des charges. T.E.R. : Modélisation architecturale basée photo/vidéo. reconstruction intérieure basée profondeur Cahier T.E.R. : Modélisation architecturale basée photo/vidéo reconstruction intérieure basée profondeur des charges Renaud Jean-Christophe Naville Vincent Explicitation du contexte Dans le cadre de notre

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification

Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Les atouts et faiblesses des caméras TEP dédiées, TEP corps entier, TEP-CT, TEMP pour la quantification Irène Buvat U494 INSERM CHU Pitié-Salpêtrière, Paris buvat@imed.jussieu.fr http://www.guillemet.org/irene

Plus en détail

VIP D3.1.1 : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation

VIP D3.1.1 : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation VIP D3.. : «Large-scale SINDBAD validation» Simulation de la grille anti-diffusé Rapport de validation Patrick Hugonnard, Joachim Tabary Version.3 Contexte.... Présentation de la simulation... 2. Validation...

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Comprendre la résolution

Comprendre la résolution Comprendre la résolution L image idéale est composée d une infinité de pixels et chacun d entre eux est capable de s afficher en une infinité de couleurs. Challenge impossible que les contraintes physiques

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

TP2 Opérations et filtres

TP2 Opérations et filtres TP2 Opérations et filtres 1. Opérations arithmétiques Mettre en place les fonctions Min et Max sur 2 images en niveaux de gris. Min() conserve entre 2 images les pixels de luminance minimum, Max() conserve

Plus en détail

Exercice Chapitre 4 Traitement d images binaires par Morphologie Mathématique

Exercice Chapitre 4 Traitement d images binaires par Morphologie Mathématique Exercice Chapitre 4 Traitement d images binaires par Morphologie Mathématique L analyse par morphologie mathématique vise à modifier la structure et la forme des objets de l image, par exemple, pour séparer

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

LES LIAISONS PARAMÉTRIQUES ET LA CRÉATION DE CATALOGUE. Yvon Tremblay MDT-805 p. 1

LES LIAISONS PARAMÉTRIQUES ET LA CRÉATION DE CATALOGUE. Yvon Tremblay MDT-805 p. 1 ET LA CRÉATION DE CATALOGUE Yvon Tremblay MDT-805 p. 1 1. Pour débuter, vous devez charger le modèle ROUE. CATPart qui se trouve à : INTRANET /YTREMBLA/PERFORMA CATIA MDT 805/Cours_15_PERFORMA 2. Ensuite,

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits.

I) Introduction : le déplacement, la position, la vitesse des outils ou des produits. PAGE : 1 I) Introduction : La croissance de la puissance des systèmes de traitement ainsi que les impératifs de productivité appellent dans tous les domaines de production industrielle un besoin d information

Plus en détail

Logiciel Form Control

Logiciel Form Control Mesurer en un clic de souris. Le contrôle des pièces est désormais très facile dans les centres d'usinage grâce au logiciel de mesure FormControl. Qu'il s'agisse de forme libre ou de pièces avec une géométrie

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Chapitre cinq : Représentation des Images

Chapitre cinq : Représentation des Images Chapitre cinq : Représentation des Images Ce chapitre présente les bases pour la représentation des images et des sons. ~ 1 ~ 6. 6.1.1. Introduction Il existe plusieurs moyens de représenter des images.

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur

MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur MVS Medical Visualisation Studio Version 1.0 Manuel utilisateur Table des matières 1. Introduction... 3 2. Installation du logiciel... 3 3. Lancement du programme et ouverture d un fichier... 3 4. Manipulations

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

PREVISIONS DE TRESORERIE

PREVISIONS DE TRESORERIE PREVISIONS DE TRESORERIE SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. Création d une prévision... 3 2.1. Onglet Modèles... 3 2.2. Onglet Prévisions... 3 2.3. Création d une nouvelle prévision... 4 3. Le tableau de

Plus en détail

Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5

Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5 PARIS, LE 26/03/2014 Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5 Mattera Christophe Outils de calculs CEGELEC pour les études de radioprotection

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

LE PLIAGE. être capable de : calculer la longueur développée à partir du tableau de L et définir la force à appliquée

LE PLIAGE. être capable de : calculer la longueur développée à partir du tableau de L et définir la force à appliquée LE PLIAGE Sommaire INTRODUCTION :... 2 I LE PLI.... 2 Au niveau des fibres, que se passe-t-il?... 2 Tableau du positionnement de la fibre neutre.... 2 II LA COTATION EN PLIAGE... 3 La cotation d une pièce

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DES OUTILS DU «Gis Portal»

MANUEL D UTILISATION DES OUTILS DU «Gis Portal» MANUEL D UTILISATION DES OUTILS DU «Gis Portal» Information Site et Patrimoine Novembre 2014 Table of Contents 1 Introduction... 3 2 Aide... 3 3 Interface... 3 4 Navigation... 5 5 Recherche... 5 6 Ajout

Plus en détail

Mesure de la pression de Contention

Mesure de la pression de Contention Mesure de la pression de Contention La solution à vos mesures de pression Capteurs adaptés aux essais in vivo et in vitro Un capteur à la hauteur de votre besoin X3 : LE NOUVEAU SYSTEME DE CARTOGRAPHIE

Plus en détail

Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter.

Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter. Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter. Veuillez visionner le document sur la formation en ligne. Corniche : objet technique à dessiner. Plaçons

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS

TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS TP HF Manipulation 3 ANALYSEUR DE RESEAUX VECTORIELS I. Introduction En hyperfréquence, la caractérisation des dispositifs passifs ou actifs est assez différentes des techniques utilisées en basse fréquence.

Plus en détail

Simulation en Imagerie Médicale

Simulation en Imagerie Médicale Simulation en Imagerie Médicale Fabien Baldacci LaBRI 15 Novembre 2012 Fabien Baldacci Simulation en Imagerie Médicale 1 / 37 Plan 1 Introduction 2 Principes de la simulation 3 Accélération des calculs

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Introduction à la Vision 3D

Introduction à la Vision 3D à la Vision 3D David Fofi Le2i UMR CNRS 6306 IUT Le Creusot Les applications présentées sont le fruit d une collaboration entre le Le2i et le laboratoire VICOROB de l Université de Gérone (Espagne). Les

Plus en détail

Gestion des doubles numéros de lot dans CHIMIO

Gestion des doubles numéros de lot dans CHIMIO Gestion des doubles numéros de lot dans Page 1 sur 14 REFERENCE Créée le : Par Visa TCG089 06/12/2011 TTTH VERSION Revue le Par Visa 1.0 VALIDATION Le Par Visa Suivi des modifications Version Date Par

Plus en détail

Gérer les postes et les détails de poste

Gérer les postes et les détails de poste Gérer les postes et les détails de poste Pour créer des postes dans le projet, vous devez suivre les étapes suivantes: 1. Dans la barre d outils principale, cliquez sur l icône projet ou sur l icône comparaison

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

5.1.1 Histogrammes : définition et utilité

5.1.1 Histogrammes : définition et utilité PLAN 5.1.1 Histogrammes : définition et utilité 5.1.2 Histogrammes des images en niveaux de gris 5.1.3 Histogramme des images couleurs 5.1.4 Courbes de modification des histogrammes 5.1.5 Applications

Plus en détail

Épreuve collaborative

Épreuve collaborative Épreuve collaborative Pour chaque partie, la grille permet d apprécier, selon quatre niveaux, les compétences développées dans le sujet par le candidat. Pour cela, elle s appuie sur des indicateurs traduisant

Plus en détail

Configuration usuelle de l installation

Configuration usuelle de l installation LE SCANNER OU TOMODENSITOMETRIE DEFINITION Le scanner ou tomodensitométrie (TDM) est un examen radiographique qui utilise les rayons X en faisceau très étroit, avec leur propriété de traverser les tissus

Plus en détail

L imagerie vue par un mathématicien

L imagerie vue par un mathématicien L imagerie vue par un mathématicien Li-Thiao-Té Sébastien LAGA UMR 7539, Université Paris 13 Plan Généralités Images Modèles Qu est-ce qu une image? des coordonnées spatiales des mesures pour chaque position

Plus en détail

Numérisation de grands documents

Numérisation de grands documents Numérisation de grands documents Objectif Numériser plusieurs segments d image, les assembler en photoshop, puis harmoniser les couleurs. Nous partons d un document A3 numérisé en 2 fois. Pourquoi constatons-nous

Plus en détail

Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM

Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM Imagerie digitale et optimisation des séquences IRM Digital / analogique Source [2] Bit = 0 ou 1 Définitions 1 nombre binaire = ensemble de bits (par exemple 0111) 1 byte = 8 bits (par exemple 01011100)

Plus en détail

2013 Comptabilité / Tableau de bord

2013 Comptabilité / Tableau de bord 2013 Comptabilité / Tableau de bord Le 27 Novembre 2013 Version 2 Introduction... 1 Configuration préalable... 2 Utilisation... 3 Introduction... 3 Ajout d un rapport/indicateur configuré au préalable...

Plus en détail

LM 206 - INITIATION À SCILAB PROJETS - FINANCE STATISTIQUE

LM 206 - INITIATION À SCILAB PROJETS - FINANCE STATISTIQUE LM 206 - INITIATION À SCILAB PROJETS - FINANCE STATISTIQUE SAMUEL Delphine RAMTOHUL Kevin Année 2006-2007 Description du projet et outils utilisés I - Choix du sujet Notre choix du sujet s est porté sur

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Utilisation de l imagerie infrarouge pour répondre au devis d homogénéité de pose des. Point de vue de l entrepreneur

Utilisation de l imagerie infrarouge pour répondre au devis d homogénéité de pose des. Point de vue de l entrepreneur Utilisation de l imagerie infrarouge pour répondre au devis d homogénéité de pose des enrobés Point de vue de l entrepreneur Présenté par Gécan international Division de Sintra GÉCAN a fait: Suivi et vérification

Plus en détail

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Les réseaux de neurones peuvent être utilisés pour des problèmes de prévision ou de classification. La représentation la plus populaire est le réseau multicouche

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Mécanique des solides déformables

Mécanique des solides déformables Mécanique des solides déformables Auteur Michel MAYA 1 Descriptions 2 Représentations graphiques Ce cours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité + Pas d utilisation

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données

Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données Utilisation du logiciel Excel pour des analyses simples de bases données Catherine Raux (interne Santé Publique) et Benoît Lepage (AHU), Service d Epidémiologie du CHU de Toulouse Version 1.1 Avril 2012

Plus en détail

Prise de commande portable Guide utilisateurs. Version 2009

Prise de commande portable Guide utilisateurs. Version 2009 ORLIWEB Prise de commande portable Guide utilisateurs Version 2009 Siège social : 52, quai Paul Sédallian 69279 LYON Cedex 09 / RCS B327 888 111 Tél. 04.26.29.50.00 Service d'assistance Téléphonique 0826

Plus en détail

MESURES ET INCERTITUDES

MESURES ET INCERTITUDES MESURES ET INCERTITUDES OBJECTIFS DE CE CHAPITRE : Savoir exprimer une mesure avec le bon nombre de chiffres significatifs. Savoir arrondir le résultat d un calcul avec le bon nombre de chiffres significatifs.

Plus en détail

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide

Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide Calculs Computional fluide dynamiques (CFD) des serres à membrane de Van der Heide J.B. Campen Wageningen UR Glastuinbouw, Wageningen xxx 2007 Rapport xxx 2007 Wageningen, Wageningen UR Glastuinbouw Tous

Plus en détail

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX 1. EXPERIENCE 1 : APPLICATION DE LA LOI FONDAMENTALE DE LA DYNAMIQUE a) On incline d un angle α la table à digitaliser (deuxième ou troisième cran de la table).

Plus en détail

Chapitre 22 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web

Chapitre 22 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web 1 1 9 9 7 7 Optimisation pour diffusion à l'écran, pour le web Diffusion pour le web........................ 31 Les paramètres avant l exportation................. 31 Optimisation pour le web......................

Plus en détail

Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY

Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY Alejandro Daniel Paredes Cabrel sous la direction de : Xavier Leoncini Centre de Physique Théorique de Marseille Fevrier- 29 Objectif

Plus en détail

Tutoriel GéoIDE Carto avancé

Tutoriel GéoIDE Carto avancé Tutoriel GéoIDE Carto avancé Vue générale d une carte dynamique élaborée avec GéoIDE Carto : Visualiser l emprise de la carte. Outil personnalisé de localisation. Centre et zoom sur la sélection. Les critères

Plus en détail

Unity Real Time 2.0 Service Pack 2 update

Unity Real Time 2.0 Service Pack 2 update Unity Real Time 2.0 Service Pack 2 update Configuration des Objectifs Analytiques La nouvelle version permet, en un écran, de configurer un lot, un panel ou un instrument. Le menu est accessible au moyen

Plus en détail

AutoCad. Préparer l impression

AutoCad. Préparer l impression AutoCad Préparer l impression L impression... 3 Styles de tracés... 6 Création d une table de style de tracé... 7 Affecter une table de style de tracés... 12 Affecter un style de tracé nommé (.STB)...

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Photométrie d un rétroprojecteur Doc. OPT-TP-02A (14.0) Date : 13 octobre 2014 TRAVAIL PRATIQUE No. 2A: Photométrie d un rétroprojecteur 1 But de l expérience Le but de ce TP est de : 1. comprendre le

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

PRIMAVERA RISK ANALYSIS

PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRIMAVERA RISK ANALYSIS PRINCIPALES FONCTIONNALITÉS Guide d analyse des risques Vérification de planning Modélisation rapide des risques Assistant de registres de risques Registre de risques Analyse de

Plus en détail

Ce projet se base sur le fait que les images numériques sont composées de pixels (plus ou moins nombreux selon le contexte).

Ce projet se base sur le fait que les images numériques sont composées de pixels (plus ou moins nombreux selon le contexte). Externat Notre Dame Accompagnement personnalisé (Tle S) Période n 2 Ce projet se base sur le fait que les images numériques sont composées de pixels (plus ou moins nombreux selon le contexte). A chaque

Plus en détail

Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES

Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES Chapitre 06 : PROPORTIONNALITÉ ET FONCTIONS LINÉAIRES 6 cm I) Synthèse sur la proportionnalité : 1) Définition : Grandeurs proportionnelles : Dire que deux grandeurs sont proportionnelles revient à dire

Plus en détail

8TRD147: Animation et images par ordinateur

8TRD147: Animation et images par ordinateur 8TRD147: Animation et images par ordinateur Simulation de fourrure Y. Chiricota Département d informatique et de mathématique Université du Québec à Chicoutimi / Certaines des illustrations de ce document

Plus en détail