Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résonance Magnétique Nucléaire : RMN"

Transcription

1 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de Chimie de Grenoble. TYPE DE DOCUMENT : DT ETABLI PAR : Véronique JACOB N 9 PAGE : 19 VERIFIE PAR : V.JACOB/S.PERRIER IND.REV/DATE : 2 22/8/21 APPROUVE PAR : V. JACOB DESTINATAIRES : Utilisateurs du laboratoire de Génie Analytique n 1 V.JACOB IUT de Chimie de grenoble 22/8/21

2

3 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 TABLE DES MATIERES 1 Principe de la RMN Orientation d un noyau atomique dans un champ magnétique externe Blindage des noyaux Déplacement chimique COUPLAGE NOYAUX-NOYAUX : PARAMETRE SPECTRAL Exemple de constantes de couplage Les solvants pour la spectroscopie de RMN et leurs caractéristiques 1H RMN Appareillage... 18

4

5 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 1 PRINCIPE DE LA RMN 1.1 ORIENTATION D UN NOYAU ATOMIQUE DANS UN CHAMP MAGNETIQUE EXTERNE La spectrophotométrie de RMN est basée sur les propriétés magnétiques de certains noyaux atomiques. Tous les noyaux atomiques possèdent une charge en rotation qui dans certains cas, peut entraîner l existence d un moment magnétique nucléaire µ. Sa valeur dépend du nombre de spin nucléaire I : h µ = γ 2 2 π (1) γ : Constante magnétogyrique (appelée souvent gyromagnétique), caractéristique d un noyau donné ; h : Constante de Planck (6,626x1-34 J.s) Le nombre quantique de spin dépend de la forme spatiale de la charge du noyau et du nombre de nucléons qui le composent ; sa valeur est égale à ou à tout multiple entier de ½. Pour un élément A Z X(A=nombre de masse ; Z=numéro atomique) le nombre de spin nucléaire I obéit aux règles suivantes selon les valeurs de A et Z si A et Z sont pairs : I= Noyaux 12, C 8C,, 16 C etc, Ces noyaux n ont aucune propriété magnétique et ne sont pas observables en RMN. si A est impair : I = k (k nombre impair) 2 Noyaux 1 1 H C N 9 F 5 B 17 8 O etc. I ½ ½ ½ ½ 3/ 2 5/ 2 1

6 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Ceux dont le nombre de spin est égal à ½ se prêtent particulièrement bien à l étude par RMN. Si A est pair et Z impair : I est un nombre entier Noyaux H N 7 etc. I 1 1 Leur observation est perturbée par des phénomènes complexes. H Le proton, 1, est le noyau dont les spectres fournissent le plus de renseignements pratiques. Si on soumet un noyau de spin I non nul à l influence d un champ magnétique externe H, uniforme et intense, son moment magnétique µ tend à s orienté par rapport à H. Nous admettrons que les différentes orientations possibles de µ, dont le nombre total pour un noyau donné est 2 I + 1, déterminent un niveau discret d énergie. Dans le cas du proton 1 1 H, pour lequel I =, il y a donc deux orientations possibles : 2 l une de basse énergie, notée α l autre de haute énergie, notée β Le noyau soumis à un champ magnétique est comparable à une toupie en rotation qui tourne sur elle-même tout en étant animée d un mouvement de précession. 2

7 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Le vecteur moment magnétique µ est incliné par rapport à la direction du champ H. Son extrémité décrit, à la vitesse angulaire ω, un cercle centré sur un axe passant par le centre du noyau et parallèle à H : ω = γ H (2) Les deux niveaux énergétiques possibles, α et β peuvent alors être décrits de la façon suivante : α, de basse énergie, correspond à la projection µ de H µ sur la direction H, de même orientation que H β, de plus haute énergie, correspond à la projection d orientation inverse. Ces deux orientations diffèrent d une quantité d énergie E proportionnelle à l intensité de H, telle que : γ h E = H 2 π = h ω 2 π E = 2 µ H (3) Soit : Cette figure d énergie, E est illustrée ci-après. 3

8 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Pour une valeur donnée de H, la transition du niveau α au niveau β de plus haute énergie pourra avoir lieu par absorption d une radiation de fréquence ν telle que : La comparaison entre les relations amène : E = hν (4) hν = h γ H 2 π ν = γ H 2 π (5) Quand cette relation est vérifiée, il y a résonance du noyau, d où l expression résonance magnétique nucléaire (RMN). Les valeurs de ν et de H les plus fréquemment utilisées pour la résonance du proton sont les suivantes : H = 1492 x 1-4 T H = 1879 x 1-4 T H = x 1-4 T ν = 6 MHz ν = 8 MHz ν = 1 MHz 4

9 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN BLINDAGE DES NOYAUX D après le relation 5 tous les protons devraient présenter le phénomène de résonance pour les mêmes valeurs du couple H et ν. En fait ces valeurs dépendent de l environnement électronique, ou environnement chimique du noyau concerné dans la molécule. Ce phénomène donne tout son intérêt à la spectrométrie de RMN, car il va permettre de distinguer sur le spectre les différents protons d une structure moléculaire, à condition que leur environnement électronique soit différent. Lorsqu on soumet une molécule à un champ magnétique externe, ce champ non seulement agit sur les spins nucléaires, mais en même temps il induit, dans un plan perpendiculaire à sa direction, une circulation des électrons autour du proton. Cette circulation de charge produit elle-même un champ magnétique (induction diamagnétique) qui peut : soit s additionner au champ externe H, phénomène appelé déblindage soit s opposer au champ externe H, phénomène de blindage ou d écran. Le noyau est donc soumis à un champ efficace modifié par rapport au champ que : H efficace σ étant la constante d écran. = H H ou H = 1 induit efficace H ( σ ) H appliqué, tel Plus le blindage est intense (σ élevée), plus le proton doit être soumis à un champ fort pour que se produise la résonance. Ceci se traduit par un déplacement de ses pics d absorption vers la droite du tracé du spectre. Inversement, un déblindage entraîne une diminution de la valeur du champ nécessaire à la résonance, et donc un déplacement des pics vers la gauche du spectre. L intensité du blindage dépend de l environnement électronique du proton considéré, donc de la structure chimique du composé, et est particulièrement sensible à la présence, à proximité, d électrons π, d électrons libres, d effets inductifs, etc. 5

10 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN DEPLACEMENT CHIMIQUE Il est nécessaire de pouvoir apprécier quantitativement le blindage que subit un proton. Pour cela, la position des pics sur le spectre est repérée par rapport à une référence. Celle-ci est le plus souvent constituée par le signal que donnent les protons du tétraméthylsilane (TMS) : CH 3 CH 3 Si CH 3 CH 3 que l on introduit en petite quantité (1 à 2%) dans l échantillon. Cet étalon interne présente de nombreux avantages : ses douze protons ont le même environnement chimique et fournissent un seul signal ; son absorption est intense : on peut donc l utilisé en faible quantité ; sa résonance à lieu à champ plus fort que pour la plupart des composés organiques, car l atome de silicium est moins électronégatif que les éléments habituellement rencontrés en chimie organique ; son pic d absorption est généralement bien séparé des autres, à l extrême droite de l enregistrement ; il présente une grande inertie chimique et ne risque donc pas de détériorer l échantillon ; il est très volatil (Teb = 2 C) et peut ainsi être éliminé facilement de l échantillon. Le pic d absorption du TMS constitue l origine de mesure. Pour un proton, l écart entre la valeur du champ pour lequel il résonne et cette origine constitue son déplacement chimique par rapport au TMS. Cette différence peut être exprimée en unités d intensité de champ magnétique, ou en hertz. Elle aurait alors l inconvénient d être dépendante de la fréquence de l oscillateur. Pour pallier cet inconvénient, deux échelles ont été définies : l échelle δ et l échelle τ moins employée. L échelle δ Si ν est la différence exprimée en hertz entre la valeur de résonance de l étalon et celle du proton considéré, le déplacement chimique de celui-ci est donné par la relation : δ = ν ν oscillateur 6 1 δ est un nombre sans dimension (rapport de deux fréquences) mais que l on exprime, compte tenu du coefficient 1 6, en parties par million (ppm). Deux remarques s imposent : 6

11 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 on devrait toujours signaler que le déplacement chimique indiqué est celui observé par rapport au TMS, ce que l on néglige souvent de faire la valeur absolue de δ croît en sens inverse de la valeur du champ ou du blindage. Les valeurs classiques des déplacements chimiques par rapport au TMS s étendent d environ,5 ppm à 1 ppm ou, exceptionnellement, dans le cas du proton hydroxyle d acide carboxylique, à 13 ppm. Pour de nombreux types d appareils, au-delà de huit ou 1 ppm, on doit procéder à un décalage d origine (offset) pour explorer cette zone et tracer le spectre. L échelle des τ L échelle des τ est définie par τ = 1, δ La valeur du déplacement chimique exprimée en τ varie donc dans le même sens que le champ, le TMS résonant à la valeur τ = 1, La polarité du solvant pouvant intervenir dans la valeur du déplacement chimique, il est souhaitable d indiquer sa nature. 7

12 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 TABLEAU 1 : DEPLACEMENTS CHIMIQUES TYPIQUES DES HYDROGENES APPARTENANT A DES MOLECULES ORGANIQUES TABLEAU 2 : L EFFET DE DEBLINDAGE DU AUX ATOMES ELECTRONEGATIFS 8

13 9 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21

14 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN COUPLAGE NOYAUX-NOYAUX : PARAMETRE SPECTRAL Lorsqu'un noyau N1 de spin I = ½ (noyau N1 = H; C ; N ; etc...) est au voisinage d'un noyau N 2 de spin ½, ce dernier subit l'influence du noyau N 1. Le champ H eff vu par le noyau N 2 vaut H 2+α (H 2-) et H 2-α (H 2+), α étant le champ créé par le moment magnétique du noyau N 1 qui s'oriente à ~ 5% de temps vers le Nord, à ~ 5% vers le Sud (parallèle ou anti-parallèle au champ externe H). Ainsi on observe deux résonances pour le noyau N 2 et deux résonances pour le noyau N 1. L'éclatement en Hz (séparation) entre les résonances donne la constante de couplage entre le noyau N 1 et le noyau N 2. 1

15 11 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21

16 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 J = fonction de la nature des noyaux, de la distance entre noyaux, de l'angle de liaison entre 2 noyaux géminaux, de l'angle dihèdre entre deux noyaux vicinaux, de l'environnement éléctronique! J ne dépend pas de Ho! 12

17 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Cas de deux protons identiques 2 H a qui couplent avec un seul proton H b avec une constante de couplage J a,b. 13

18 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Cas de trois protons identiques 3 H a qui couplent avec un seul proton H b avec une constante de couplage J a,b. 14

19 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 TABLEAU 3 : COUPLAGES SPIN-SPIN LES PLUS FREQUEMMENT OBSERVES AVEC LES GROUPES ALKYLES COURANTS Note: Ha et Hb sont supposés être exempts de tout couplage avec d'autres noyaux de leur entourage. 15

20 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN EXEMPLE DE CONSTANTES DE COUPLAGE 16

21 17 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21

22 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN LES SOLVANTS POUR LA SPECTROSCOPIE DE RMN ET LEURS 1 CARACTERISTIQUES H RMN 2 APPAREILLAGE γ La relation ν = H, en fixant les conditions de résonances, ouvre deux possibilités 2 π théoriques d obtenir un spectre RMN. On peut : maintenir le champ à une valeur constante, H, et faire varier la fréquence ν, de la radiation maintenir cette fréquence ν constante et faire varier l intensité de H autour d une valeur moyenne. Pratiquement, c est la deuxième solution qui est adoptée, bien que les grandeurs en RMN soient souvent exprimées en unités de fréquence. Le schéma de principe d un spectromètre RMN est illustré sur la figure suivante : 18

23 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Le champ directeur H est obtenu au moyen d un aimant ou d un électroaimant. On le fait varier de façon continue à l aide d un générateur de balayage. Pour une fréquence de 6 MHz, la plage couverte correspond généralement à 1 Hz. L émetteur de radiofréquences est constitué par un oscillateur électronique. L échantillon (1 à 2 mg) est le plus souvent en solution diluée (5 à 2%) dans un solvant ne donnant pas de signal dans le domaine spectral étudié. Les solvants les plus utilisés sont le tétraclorométhane, le sulfure de carbone ou des solvants deutérés tels que le benzène hexadeutéré, le trichlorométhane deutéré, le diméthylsulfoxyde hexadeutéré, etc. La solution (,5 cm3) est placée dans un tube de verre ou de nylon de très faible diamètre (5 mm), sur un support qui permet de le situer perpendiculairement au champ H, dans l axe de la bobine de transmission des radiofréquences. Ce support est animé d un mouvement rapide de rotation, de trente à cinquante tours par seconde, qui améliore l homogénéité apparente du champ magnétique. Le signal est détecté et amplifié par le récepteur radio, puis transmis à un enregistreur graphique auquel est parfois adjoint un oscilloscope. L enregistrement se traduit par des pics plus ou moins complexes. La surface des pics est proportionnelle au nombre de noyaux qu ils représentent. Les spectromètres sont équipés d un intégrateur qui traduit cette surface en une courbe dite courbe d intégration dont le tracé correspond aux pics d absorption. La hauteur qui sépare chaque palier est proportionnelle au nombre de protons représentés par les pics correspondants. Les indications fournies par la courbe d intégration sont importantes pour l établissement d une structure, et éventuellement pour l application de la RMN à l analyse quantitative. 19

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Comment déterminer la structure des molécules organiques?

Comment déterminer la structure des molécules organiques? Comment déterminer la structure des molécules organiques? Quelques notions de Résonance Magnétique Nucléaire RMN du «proton» 1 H et d infrarouge IR. En accompagnement de la vidéo disponible sur le site

Plus en détail

Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie

Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie ompléments - hapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN 13 ) Tandis que la spectroscopie RMN 1 H fournit des données sur la disposition des atomes d'hydrogène dans une

Plus en détail

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE -ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE Michel ZANCA, CHU Montpellier Signification de la résonance et relation de Larmor ω eff = 2 π ν eff = γ B eff La RMN détecte très précisément la fréquence ν

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Le moteur asynchrone triphasé

Le moteur asynchrone triphasé Cours d Electricité 2 Électrotechnique Le moteur asynchrone triphasé I.U.T Mesures Physiques Université Montpellier 2 Année universitaire 2008-2009 Table des matières 1 Définition et description 2 2 Principe

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Mesure de la surface spécifique

Mesure de la surface spécifique Mesure de la surface spécifique Introducing the Acorn Area TM Acorn Area est un instrument révolutionnaire conçu pour mesurer la surface spécifique des nanoparticules en suspension dans un liquide. Utilisant

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle

Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle Chapitre 4 - Spectroscopie rotationnelle 5.1 Classification Déterminer à quelle catégorie (sphérique, symétrique, asymétrique) appartiennent ces molécules : a) CH 4, b) CH 3 F, c) CH 3 D, d) SF 6, e) HCN,

Plus en détail

Chimie Organique I. Réaction de Réformatsky 1. Assistante : Ouizem Souad. Abegg Daniel. Laboratoire 140. 20 férvrier 2008

Chimie Organique I. Réaction de Réformatsky 1. Assistante : Ouizem Souad. Abegg Daniel. Laboratoire 140. 20 férvrier 2008 Chimie rganique I Réaction de Réformatsky 1 Assistante : uizem Souad Abegg Daniel Laboratoire 140 20 férvrier 2008 1 Page 27 du polycopié de chimie organique (3ème semestre) 2007/2008 Table des matières

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques

Didier Pietquin. Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Didier Pietquin Timbre et fréquence : fondamentale et harmoniques Que sont les notions de fréquence fondamentale et d harmoniques? C est ce que nous allons voir dans cet article. 1. Fréquence Avant d entamer

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale 1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale I. BUT - Utiliser un oscilloscope pour mesurer des fréquences et des tensions - Déterminer la fréquence d un émetteur à ultrasons (noté US)

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Oscilloscope - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012. Oscilloscope Élec.1. La fiche sur l appareillage électrique.

Oscilloscope - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012. Oscilloscope Élec.1. La fiche sur l appareillage électrique. Oscilloscope - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Oscilloscope Élec.1 TP de Physique Objectifs du TP Document utile Découvrir l oscilloscope ; Comprendre les modes d affichage et les principes de synchronisation

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

CH IV) Courant alternatif Oscilloscope.

CH IV) Courant alternatif Oscilloscope. CH IV) Courant alternatif Oscilloscope. Il existe deux types de courant, le courant continu et le courant alternatif. I) Courant alternatif : Observons une coupe transversale d une «dynamo» de vélo. Galet

Plus en détail

FICHE PROFESSEUR. Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S

FICHE PROFESSEUR. Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S FICHE PROFESSEUR Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S Notions et contenus Compétences exigibles Repères associés pour l enseignement supérieur Identification de liaisons

Plus en détail

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N

Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION. f AB = mc 2 e 2. β 1 k(υ)dυ N 1 Chapitre II PHÉNOMÈNES RADIATIFS: PROPRIÉTÉS D EMISSION Compte tenu des règles de sélection une émission peut être observée si un gap d énergie important existe entre l état fondamental et un des états

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Chap2 L oscilloscope.

Chap2 L oscilloscope. Chap2 L oscilloscope. Items Connaissances Acquis Fréquence d une tension périodique. Unité de la fréquence dans le Système international (SI). Relation entre la période et la fréquence. Valeur de la fréquence

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

Microscopie à Force Atomique

Microscopie à Force Atomique M1 SCIENCES DE LA MATIERE - ENS LYON ANNEE SCOLAIRE 2009-2010 Microscopie à Force Atomique Compte-rendu de Physique Expérimentale Réalisé au Laboratoire de Physique de l ENS Lyon sous la supervision de

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

TD : Oscillateur harmonique

TD : Oscillateur harmonique TD : Oscillateur harmonique Observation du chromosome X par microscopie à force atomique. À gauche : nanoparticules observées par microscopie à force atomique (AFM, SP1-P2). Image du Dr. K. Raghuraman

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Transmettre la voix à distance

Transmettre la voix à distance Pour quoi faire? Par quels moyens? Ressentir et observer sa voix, c était un très vieux rêve, comme l était aussi celui de voler dans les airs Aujourd hui, les moyens de communication modernes permettent

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. I : Principes généraux des oscilloscopes analogiques et numériques.

PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. I : Principes généraux des oscilloscopes analogiques et numériques. PRISE EN MAIN D UN OSCILLOSCOPE ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE. L oscilloscope est l «œil» de l électronicien et permet de nombreuses mesures sur le ou les signaux étudiés : forme, contenu (composante continue,

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉA GÉNÉRAL SUJE PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIEN : 6 L usage d'une calculatrice ES autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce sujet comporte

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Module : filtrage analogique

Module : filtrage analogique BSEL - Physique appliquée Module : filtrage analogique Diaporama : aucun ésumé de cours - Les différents types de filtres - Transmittance en z d un filtre numérique 3- Algorithme de calcul de y n 4- Stabilité

Plus en détail

M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM

M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM Sous la direction : M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM Préparation et élaboration : AMOR YOUSSEF Présentation et animation : MAHMOUD EL GAZAH MOHSEN BEN LAMINE AMOR YOUSSEF Année scolaire : 2007-2008 RECUEIL

Plus en détail

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons

I - Quelques propriétés des étoiles à neutrons Formation Interuniversitaire de Physique Option de L3 Ecole Normale Supérieure de Paris Astrophysique Patrick Hennebelle François Levrier Sixième TD 14 avril 2015 Les étoiles dont la masse initiale est

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide

Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Structure quantique cohérente et incohérente de l eau liquide Prof. Marc HENRY Chimie Moléculaire du Solide Institut Le Bel, 4, Rue Blaise Pascal 67070 Strasbourg Cedex, France Tél: 03.68.85.15.00 e-mail:

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Instruments de mesure

Instruments de mesure Chapitre 9a LES DIFFERENTS TYPES D'INSTRUMENTS DE MESURE Sommaire Le multimètre L'oscilloscope Le fréquencemètre le wattmètre Le cosphimètre Le générateur de fonctions Le traceur de Bodes Les instruments

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler

De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Terminale S Propriétés des ondes TP De la gendarmerie, à l astrophysique.., mesurer une vitesse à partir de l effet Doppler Objectifs : Mettre en oeuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Prise en main de l oscilloscope. TP1

Prise en main de l oscilloscope. TP1 1. UTILISATION D UN OSCILLOSCOPE POUR LA MESURE D UNE TENSION CONTINUE. 1.1. Repérage des groupes de fonction. Zone ➊ : Assure la fonction MISE EN SERVICE Zone➋ : Assure la fonction ENTREE DES TENSIONS

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. .

MESURE ET PRECISION. Il est clair que si le voltmètre mesure bien la tension U aux bornes de R, l ampèremètre, lui, mesure. R mes. mes. . MESURE ET PRECISIO La détermination de la valeur d une grandeur G à partir des mesures expérimentales de grandeurs a et b dont elle dépend n a vraiment de sens que si elle est accompagnée de la précision

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010

ELECTROTECHNIQUE. Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles. Électromagnétisme. Michel PIOU. Édition: 01/06/2010 ELECTROTECHNIQUE Électromagnétisme Michel PIOU Chapitre 5 Bobines couplées magnétiquement Inductances mutuelles Édition: 0/06/00 Extrait de la ressource en ligne MagnElecPro sur le site Internet Table

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail