Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie"

Transcription

1 ompléments - hapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN 13 ) Tandis que la spectroscopie RMN 1 H fournit des données sur la disposition des atomes d'hydrogène dans une molécule, la spectroscopie RMN 13 nous renseigne sur le squelette carboné. L isotope le plus abondant du carbone, soit le carbone 12, ne possède pas de spin nucléaire à l inverse du carbone 13. Or, le carbone 13 ne constitue que 1,1 % des atomes de carbone trouvés dans la nature. Par ailleurs, la différence d énergie entre les états de spin de haut et de bas niveau du 13 est très petite. Pour ces deux raisons, les spectromètres RMN 13 doivent être extrêmement sensibles. Heureusement, les spectromètres RMN-TF (à transformée de Fourier) à haut champ d aujourd hui sont assez puissants et sensibles ; c est pourquoi la spectroscopie RMN 13 est devenue une technique courante. Une molécule m a dit La RMN en biologie et en médecine L imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technologie utilisée pour produire une image du cerveau. Dans le chapitre 5 et ses compléments, nous nous sommes arrêtés à présenter les rudiments de la spectroscopie RMN et des exemples de détermination de structure. Toutefois, en appliquant la technologie des ordinateurs, particulièrement celle des microprocesseurs, à l instrumentation RMN, le domaine s est rapidement développé et de nombreuses techniques de pointes se sont ajoutées*. Par exemple, il est possible de produire des spectres en faisant varier la température (de 180 à 200 ) et de quantifier ainsi la vitesse de phénomènes comme la rotation autour des liaisons simples, le basculement des conformations chaises du cyclohexane, l inversion de l azote dans les amines et les réactions radicalaires (voir l halogénation radicalaire au chapitre 6). *Pour d excellentes descriptions de ces techniques, voir :Mohan, J. Organic Spectroscopy, 2 ème édition Harrow, U.K., Alpha Science International Ltd., himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 1

2 À l aide d autres techniques, il est possible d obtenir non seulement des spectres 13 pour tous les atomes de carbone d une molécule, mais aussi ceux des groupes H 3 uniquement (ou des groupes H 2 ou H), ce qui facilite considérablement la détermination de la structure des molécules biologiques complexes. ertaines autres techniques permettent de localiser les groupes voisins les uns des autres dans l espace au sein d une même molécule, malgré leur éloignement dans la chaîne carbonée, ce qui s avère précieux pour étudier la conformation des molécules complexes. On a maintenant réalisé le plein potentiel de la spectroscopie RMN pour contourner certaines difficultés en biologie et en médecine. En effet, les appareils sont désormais suffisamment sensibles pour analyser des liquides biologiques entiers comme l urine, le plasma sanguin, le sperme, le liquide céphalo-rachidien et les liquides oculaires. La protéine créatinine, par exemple, est un métabolite normal excrété dans l urine à une concentration de l ordre du millimolaire. Les singulets, correspondant à ses groupes H 3 (δ = 3,1 ppm) et H 2 (δ = 4,2 ppm), sont facilement observables à cette faible concentration à l aide d un spectromètre à haute résolution (500 MHz), malgré la présence de tous les autres constituants de l urine. Sa concentration, qui peut être mesurée en quelques minutes, est un bon indicateur de la fonction rénale. La spectroscopie RMN sert aussi à déceler les maladies héréditaires du métabolisme dans l urine des nourrissons. H 3 H 2 N NH NH O créatinine D autres liquides biologiques fournissent aussi des renseignements utiles en médecine. La surveillance continue de la présence des lipoprotéines de faible et de haute densité dans le plasma sanguin permet de comprendre l évolution des maladies cardiaques. L analyse du sperme pourrait servir à traiter les problèmes d infertilité. Les spectres RMN du liquide céphalo-rachidien des nourrissons sont étudiés par les neurologues et révèleront peut-être de nouvelles pistes sur les troubles du cerveau**. Le 31 P, le 23 Na et le 19 F figurent parmi les noyaux ayant un spin et jouant un rôle important en biologie. Des appareils ont été développés pour obtenir des spectres RMN de parties anatomiques intactes chez l humain et l animal. Par exemple, des spectres 31 P d un muscle de l avant-bras d un humain (l avant-bras est placé directement dans le champ magnétique) mesurés avant, pendant et après un exercice ont permis de suivre dans le temps plusieurs constituants du tissu musculaire contenant du phosphore dont notamment l adénosine triphosphate (ATP), la phosphocréatine et le phosphate inorganique. En comparant les variations de concentration de ces constituants chez des ** Pour de l information supplémentaire, voir : Bell, J. D., J.. Brown et P. J. Sadler. «RMN spectroscopy of Body Fluids», hemistry in Britain, 1988, p himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 2

3 gens normaux par rapport aux patients souffrant de maladies musculaires, on peut en apprendre plus sur la nature de la maladie et concevoir des traitements. En RMN topique, l aimant de l appareil est amené jusqu à l objet d étude et non l inverse. Une sorte de sonde magnétique placée sur l objet induit alors une résonance des molécules situées en surface et c est ainsi qu on peut obtenir des spectres 1 H, 13 ou 31 P de molécules in vivo. ette technique a été employée, par exemple, pour observer les effets de divers médicaments sur le métabolisme. L imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique utilisée sur des patients en milieu hospitalier depuis le milieu des années Elle permet d obtenir des images de l intérieur de parties corporelles entières et offre plusieurs avantages par rapport aux rayons X. Pour les uns, elle est beaucoup moins dangereuse puisqu elle n endommage pas les tissus par les radiations. Pour les autres, elle donne des images claires des tissus mous, ce qui est très difficile avec les rayons X. omment l IRM fonctionne-t-elle? Un grand pourcentage du corps humain est constitué d eau. Dans la plupart des techniques d IRM, on mesure le spectre 1 H de l eau de divers tissus (le 31 P est aussi employé) pour créer des images. Toutefois, l aimant doit être très gros : son diamètre intérieur doit être d au moins 25 cm pour que la tête d un humain puisse y être logée, voire même l organisme entier! Heureusement, le champ magnétique n a pas besoin d être uniforme comme c est le cas lorsqu on détermine la structure à l aide de la RMN à haute résolution, si bien qu il est concevable de construire de tels aimants. La présence d un gradient de champ plutôt que d un champ uniforme est cruciale. L intensité du champ peut aussi être considérablement plus faible que celle utilisée en recherche, ce qui est une chance vu le coût élevé de ces gros aimants. La durée d une séance d IRM varie de 30 secondes à 10 minutes, avec une moyenne d environ 2 minutes. Les images sont constituées en choisissant des coupes dans différents plans du corps ou des images en trois dimensions. L illustration au début de la présente rubrique montre l image d un cerveau humain obtenue par IRM. La principale utilité de l IRM est sans contredit le diagnostic médical, mais l IRM peut notamment servir en science des aliments pour évaluer les conditions nécessaires à la cueillette, au stockage et à la mise en marché des aliments, en agriculture pour étudier la germination des graines, et dans le bâtiment lorsqu il s agit d évaluer la concentration et la distribution de l eau dans le bois de charpente. Pour de plus amples détails, voir : Radda, G. K. «The Use of RMN Spectroscopy for the Understanding of Disease», Science, 1986, 233, p Pour en savoir plus sur l IRM, voir : Morris, P. G. Nuclear Magnetic Resonance in Medicine and Biology, Oxford, England, larendon Press, Ross R., B. Goodpaster, D. Kelley et F. Boada. «Magnetic resonance imaging in human body composition research. From quantitative to qualitative tissue measurement», Annals of the New York Academy of Sciences, 2000, 12(7), p himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 3

4 La résonance magnétique nucléaire, découverte par des physiciens, a été développée par des chimistes et elle est aujourd hui mise en application par des biologistes et d autres scientifiques. À ses débuts, nul ne pouvait soupçonner les bienfaits de ses applications. Son histoire démontre bien qu il peut être très sage de s engager en recherche fondamentale sans se préoccuper immédiatement des applications pratiques. Les spectres du carbone 13 diffèrent des spectres du 1 H sur plusieurs points. Les déplacements chimiques (δ) en RMN 13 sont plus étendus que ceux de la RMN 1 H. es déplacements sont mesurés à partir du même composé de référence, le TMS, dont tous les atomes de carbone méthyliques sont équivalents et produisent un signal bien défini. Les déplacements chimiques du 13 sont aussi mesurés en unités de δ, mais ils apparaissent habituellement dans la région située environ de 0 ppm à 200 ppm vers les champs plus faibles par rapport au TMS (au lieu d une plus petite région variant de 0 ppm à 13 ppm pour le 1 H). Grâce à cette gamme étendue de déplacements chimiques, les spectres 13 sont moins complexes que les spectres 1 H. À cause de la rareté naturelle du 13, la probabilité de rencontrer deux atomes de 13 adjacents dans une même molécule est faible. est la raison pour laquelle le couplage spin spin n a habituellement pas lieu. et état de fait simplifie les spectres 13. En revanche, le couplage spin spin 13 1 H peut survenir. On peut prendre le balayage d un spectre de manière à ce que le couplage figure ou non sur le tracé, selon les besoins. La figure 5.a présente le spectre RMN 13 du butan-2-ol mesuré avec et sans couplage 13 1 H. Le spectre sans couplage 1 H (appelé spectre avec découplage du proton) présente quatre singulets bien définis, un pour chacun des types d atomes de carbone. Le signal de l atome de carbone portant le groupe hydroxyle apparaît à des champs plus faibles (δ = 69,3 ppm), et les signaux des deux atomes de carbone méthyliques sont bien séparés (δ = 10,8 ppm et 22,9 ppm). Dans le spectre avec couplage 13 1 H, la règle n + 1 s applique. Le signal de chaque type de noyau de 13 est scindé à cause des noyaux de 1 H qui leur sont directement liés. Le signal des deux groupes H 3 est un quadruplet (trois atomes d'hydrogène, par conséquent, n + 1 = 4), l atome de carbone du H 2 donne un triplet et celui du H un doublet. Remarque : Dans un spectre RMN 13 avec découplage du proton, chaque type d atome de carbone est représenté par un singulet. himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 4

5 Figure 5.a Spectre RMN 13 du butan-2-ol avec (en haut) et sans (en bas) couplage 13 1 H. Les valeurs de δ sont affichées dans le spectre du bas. Le solvant utilisé est le Dl 3. himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 5

6 Exemple 5.a Décrivez le spectre RMN 13 du H 3 H 2 OH. Solution Le spectre RMN 13 avec découplage 13 1 H est constitué de deux signaux, car deux atomes de carbone non équivalents sont présents (leur signal correspond à δ H3 = 18,2 ppm et δ H2 = 57,8 ppm). Sans le découplage 13 1 H, le signal à δ = 18,2 ppm se manifeste par un quadruplet (trois H liés au ) et celui qui est à δ = 57,8 ppm par un triplet (2 H liés au ). Exercice 5.a Quelles sont les principales caractéristiques du spectre RMN 13 de H 3 H 2 H 2 OH? Exercice 5.b À combien de signaux peut-on s attendre dans le spectre RMN 13 avec découplage du proton du : a) 2-méthylpropan-2-ol? c) 2-méthylpropan-1-ol? b) cyclopentanone? d) cis-1,3-diméthylcyclopentane? Solutionnaire des exercices du complément 5.a. Le spectre sans couplage avec les hydrogènes présente trois signaux sous forme de singulets dont les déplacements chimiques sont : δ =65 ppm δ =32 ppm δ = 11 ppm H 3 H 2 H 2 OH Le spectre avec couplage des hydrogènes présente trois signaux, dont les déplacements chimiques sont les mêmes que pour le spectre RMN 13 sans couplage, mais où la multiplicité change. En effet, les signaux du carbone 1 et du carbone 2 sortent sous la forme d un triplet et celui du carbone 3 sous la forme d un quadruplet, respectant ainsi la règle du n b a) Deux signaux seront observés, un pour les trois carbones du groupement méthyle et l autre pour le carbone lié à l oxygène : H3 H 3 OH H3 himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 6

7 b) Trois signaux seront observés : O c) Trois signaux seront observés : H3 H H 2 OH H3 d) Quatre signaux seront observés: H 3 H 3 himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 7

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Dr. Julien Furrer 1

La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Dr. Julien Furrer 1 La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) Dr. Julien Furrer 1 La Résonance Magnétique Nucléaire (RMN) 1. Qu est-ce? 1) C est une spectroscopie rien à voir avec l énergie nucléaire La résonance magnétique

Plus en détail

Informations pour la présentation des données expérimentales

Informations pour la présentation des données expérimentales Informations pour la présentation des données expérimentales Sommaire 1. SPECTROMÉTRIE DE RMN... 1 2. SPECTROMÉTRIE DE MASSE... 1 2.1. Instrument... 1 2.1.1. VARIAN MAT 311 - Source impact électronique

Plus en détail

CHM 2520 Chimie organique II

CHM 2520 Chimie organique II M 2520 M 2520 himie organique II RMN et IR l étude de l interaction entre la matière et l absorbance, l émission ou la transmission de. utilisée pour déterminer la (e.g. en synthèse organique) infrarouge

Plus en détail

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE -ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE Michel ZANCA, CHU Montpellier Signification de la résonance et relation de Larmor ω eff = 2 π ν eff = γ B eff La RMN détecte très précisément la fréquence ν

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

Introduction à l IRM. 13-12-2012 Beaujon - Radiologie INSERM CRB3 (U773) Philippe Garteiser. Philippe Garteiser

Introduction à l IRM. 13-12-2012 Beaujon - Radiologie INSERM CRB3 (U773) Philippe Garteiser. Philippe Garteiser Introduction à l IRM 13-12-2012 Beaujon - Radiologie INSERM CRB3 (U773) Contact: (Post-Doc, équipe Van Beers, INSERM U773 - CRB3) p.garteiser@inserm.fr 06 78 71 41 03 Au programme 9h00: Instrumentation

Plus en détail

Exercices d application

Exercices d application Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. tous les ; tous les b. deux c. remplacé d. électronégatif ; liaison e. moins f. donneur g. donneur ; accepteur h. donneur 2. QCM a. Addition.

Plus en détail

Chapitre 15 Transformations en chimie organique

Chapitre 15 Transformations en chimie organique Chapitre 15 Transformations en chimie organique Manuel pages 303 à 320 Choix pédagogiques Le cours de ce premier chapitre présente tout d'abord la nomenclature des espèces chimiques polyfonctionnelles

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

TERMINALE S FICHE PROFESSEUR

TERMINALE S FICHE PROFESSEUR TERMINALE S FIHE PRFESSEUR TERMINALE S FIHE ELEVE Discipline impliquée : himie EXPLITATIN DE SPETRES RMN Nature de l activité : SUTIEN ET APPRFNDISSEMENT EXPLITATIN DE SPETRES RMN MPETENE(S) TRAVAILLEE

Plus en détail

Analyse spectrale. Comment exploiter un spectre RMN du proton?

Analyse spectrale. Comment exploiter un spectre RMN du proton? Analyse spectrale. Comment exploiter un spectre RMN du proton? Thème : Observer Type de ressources : - Des pistes d activités - Des spectres RMN illustrant les notions du programme Notions et contenus

Plus en détail

Effets inductifs et mésomères

Effets inductifs et mésomères CHIMIE RGANIQUE (Stage de pré-rentrée UE1) Effets inductifs et mésomères bjectifs: Découvrir les effets électroniques inductifs et mésomères. Aborder l ordre de priorité des groupes fonctionnels donneurs

Plus en détail

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin

Imagerie cérébrale. Licence de Psychologie (L3S6). 2015. Florence Perrin Licence de Psychologie (L3S6). 2015 Imagerie cérébrale Florence Perrin Integrative Biology of Neuroregeneration INSERM U1051 Institut des Neurosciences de Montpellier Université Montpellier Web site: http://www.ibn-lab.com/

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4 (2H) Nom:... Documents de l'exercice A

Devoir de physique-chimie n 4 (2H) Nom:... Documents de l'exercice A TS Jan2015 Devoir de physique-chimie n 4 (2H) Nom:....... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE INTERDITE PHYSIQUE HIMIE : LES NDES /40 Exercice A : La RMN en archéologie (1h conseillée) /17 Dans une

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique

Imagerie par résonance magnétique Imagerie par résonance magnétique Principes, techniques et contrôle de qualité Ir. Laurent Hermoye Unité de radiodiagnostic Nécessité Eviter une utilisation «presse bouton» de l IRM Optimisation des séquences

Plus en détail

Comment déterminer la structure des molécules organiques?

Comment déterminer la structure des molécules organiques? Comment déterminer la structure des molécules organiques? Quelques notions de Résonance Magnétique Nucléaire RMN du «proton» 1 H et d infrarouge IR. En accompagnement de la vidéo disponible sur le site

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Chapitre 25 Sélectivité en chimie organique

Chapitre 25 Sélectivité en chimie organique Chapitre 25 Sélectivité en chimie organique Manuel pages 499 à 514 Choix pédagogiques Ce chapitre est lié au chapitre 24 sur la stratégie de synthèse qu il illustre dans le cas précis de la sélectivité.

Plus en détail

I.R.M et R.M.N de Bourgogne

I.R.M et R.M.N de Bourgogne Benjamin BARTHOD-MALAT Cécile BRÜTT Floriane LEBLOND I.R.M et R.M.N de Bourgogne 2011-2012 Avec l'aide de MM. BARTHES et LANGLOIS, Lycée Gustave Eiffel, Dijon Sommaire I.] La Résonance Magnétique Nucléaire

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Structure des molécules La connaissance de la structure de la matière, ébauchée en Seconde, se concrétise par une modélisation des liaisons entre les atomes, au sein des molécules. Cette modélisation,

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Catalogue des équipements. Analytique

Catalogue des équipements. Analytique Catalogue des équipements Analytique Table des matières Équipement analytique... 3 Laboratoire analytique... 3 Calorimétrie différentielle à balayage (DSC)... 3 Analyse thermogravimétrique (TGA)... 4 GC-MS

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

de l organisme 1. La diversité des constituants Chapitre Questions

de l organisme 1. La diversité des constituants Chapitre Questions Chapitre Les constituants de l organisme L organisme est constitué d eau, d éléments minéraux et de matière organique. Différentes molécules permettent la construction et le renouvellement des cellules.

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Cours CH1. Structure électronique des atomes

Cours CH1. Structure électronique des atomes Cours CH1 Structure électronique des atomes David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 L atome et l élément chimique 1 1.1 Constitution de

Plus en détail

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN

Fiche professeur. L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Fiche professeur L analyse spectrale : spectroscopies IR et RMN Thème : Observer, ondes et matières Analyse spectrale Type de ressource : Documents de formation en spectroscopies IR et RMN, pistes d activités

Plus en détail

La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002

La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002 La physique pour la santé : du diagnostique à la thérapie e2phy Villeurbanne 26-29 Août 2002 Frédéric Pain (pain@ipno.in2p3.fr) Université Paris XI - Institut de Physique Nucléaire d Orsay I - Qu est ce

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques Exercices résolus p 101 à 103 N 01 à 06 Exercices qui ne serons pas corrigé intégralement : p 104 à 107

Plus en détail

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Travaux pratiques Coordonnateur: Jean-Marc CHAPUZET Date: Jeudi 30 Novembre 2006 Local: D7-3012; D7-3014

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLÉ - SCIENCES PHYSIQUES

DEVOIR SURVEILLÉ - SCIENCES PHYSIQUES DEVOIR SURVEILLÉ - SCIENCES PHYSIQUES Calculette autorisée Durée: 1h 50 min Exercice I : Transmission d'information par fibre optique (8 points) (Sujet Polynésie 2013) Les fibres optiques constituent un

Plus en détail

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE OBJECTIFS ANALYSE SPECTRALE Préparation d une solution par dilution, réalisation d un spectre uv- visible et interprétation Utilisation des spectres IR I ) SPECTRE UV-VISIBLE Cette spectroscopie fait intervenir

Plus en détail

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Les molécules organiques. Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy

Les molécules organiques. Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy Les molécules organiques Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy Les composés organiques Objectif 3.2.1 Distinguer les composés organiques et les composés inorganiques.

Plus en détail

Chimie organique. Débuts de la chimie organique

Chimie organique. Débuts de la chimie organique himie organique Info 8.1 Débuts de la chimie organique i Au début du 19 e siècle, Berzelius distinguait deux domaines de la chimie : la chimie minérale (inorganique) et la chimie organique. La chimie organique

Plus en détail

Chapitre 4 : Les bases du magnétisme application à la RMN. Dr. Hervé GUILLOU

Chapitre 4 : Les bases du magnétisme application à la RMN. Dr. Hervé GUILLOU UE 3-1: Physique Chapitre 4 : Les bases du magnétisme application à la RMN Dr. Hervé GUILLOU Année universitaire 2014/2015 Université Joseph Fourier (UJF) Grenoble I - Tous droits réservés Finalité du

Plus en détail

SPECTROSCOPIES IR ET RMN : UNE AIDE À LA DÉTERMINATION DES STRUCTURES

SPECTROSCOPIES IR ET RMN : UNE AIDE À LA DÉTERMINATION DES STRUCTURES JL 5-6 2P db APITRE SPETRSPIES IR ET RMN : UNE AIDE À LA DÉTERMINATIN DES STRUTURES La spectroscopie résulte de l interaction entre la matière et une onde électromagnétique. Nous avons déjà utilisé en

Plus en détail

Études par diffraction de fibres de l ADN double brin

Études par diffraction de fibres de l ADN double brin J. Phys. IV France 130 (2005) 63 74 C EDP Sciences, Les Ulis DOI: 10.1051/jp4:2005130004 Études par diffraction de fibres de l ADN double brin V.T. Forsyth 1,2 et I.M. Parrot 1,2 1 Institut Laue Langevin,

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Mesure de la surface spécifique

Mesure de la surface spécifique Mesure de la surface spécifique Introducing the Acorn Area TM Acorn Area est un instrument révolutionnaire conçu pour mesurer la surface spécifique des nanoparticules en suspension dans un liquide. Utilisant

Plus en détail

Introduction à la biochimie SBI4U

Introduction à la biochimie SBI4U Résultat d apprentissage pour le test : Je décris les innovations technologiques et les besoins de la société à l aide de la structure et la fonction des macromolécules, les réactions biochimiques et des

Plus en détail

Problème No 1 (85 points)

Problème No 1 (85 points) FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Chargés de cours: Jasmin Douville et Dana Winter Date: Jeudi 27 novembre 2008 Locaux: D7-2018, D7-2023 Heure:

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Noyaux Masse - Energie

Noyaux Masse - Energie Noyaux Masse - Energie Masse et Energie. 1. Quelle relation Einstein établit-il entre la masse et l énergie? Préciser les unités. C = 2. Compléter le tableau : 3. Défaut de masse a) Choisir un noyau dans

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN

ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN 1 ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN INTRODUCTION Les radiations infrarouges se situent dans la partie du spectre électromagnétique comprise entre la région visible et celle des micro-ondes.

Plus en détail

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses

Notre système solaire. Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Notre système solaire Le soleil Les planètes Telluriques Les planètes gazeuses Les tailles et les distances des planètes ne sont pas respectées 150 millions de km - 1 u.a. 0.38 u.a. 0.72 u.a. 1.5 u.a.

Plus en détail

I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40

I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40 DS S THÈME OBSERVER/COHÉSION DE LA MATIÈRE/ Page / NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... I. LE POISON D HERCULE POIROT 7 40 a) Établir la formule de Lewis du cyanure d hydrogène Configurations électroniques

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales Structuralis est agréé Crédit Impôt Recherche pour l ensemble des prestations décrites. 1-Prestations RMN Les prestations ci-après sont considérées

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Les molécules présentes dans les médicaments

Les molécules présentes dans les médicaments Les molécules présentes dans les médicaments Les médicaments reposent sur environ 2 000 molécules qui sont souvent complexes. Différentes représentations ont été imaginées pour modéliser ces molécules.

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

Quelques molécules de la santé et leurs groupes caractéristiques (correction)

Quelques molécules de la santé et leurs groupes caractéristiques (correction) Seconde Sciences Physiques et himiques 1 ère Partie : La santé hapitre 5 orrection Quelques molécules de la santé et leurs groupes caractéristiques (correction) Première partie Votre devez trouver le nom

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES

INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Chapitre 2 : INTRODUCTION A LA PHARMACOCINETIQUE PASSAGES TRANSMEMBRANAIRES Objectifs - Savoir définir et expliquer les différentes phases du devenir du médicament dans l organisme. - Savoir définir les

Plus en détail

Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD

Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD Chapitre 5 : Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

Chimie Organique I. Réaction de Réformatsky 1. Assistante : Ouizem Souad. Abegg Daniel. Laboratoire 140. 20 férvrier 2008

Chimie Organique I. Réaction de Réformatsky 1. Assistante : Ouizem Souad. Abegg Daniel. Laboratoire 140. 20 férvrier 2008 Chimie rganique I Réaction de Réformatsky 1 Assistante : uizem Souad Abegg Daniel Laboratoire 140 20 férvrier 2008 1 Page 27 du polycopié de chimie organique (3ème semestre) 2007/2008 Table des matières

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Les filières énergétiques

Les filières énergétiques Les filières énergétiques Sources : Bases physiologiques de l activité physique. Fox et Mathews. Vigot, Paris, 1984. Biologie de l exercice musculaire. J.R. Lacour. Masson, Paris, 1992. Biologie du sport.

Plus en détail

Licence Sciences de la Vie et de la Terre L2 module P4 Chimie des Polyfonctionnels

Licence Sciences de la Vie et de la Terre L2 module P4 Chimie des Polyfonctionnels Licence Sciences de la Vie et de la Terre L2 module P4 Chimie des Polyfonctionnels Correction - CC durée : 1h30 Vendredi 30 mars 2007 La calculatrice n est pas autorisée. L utilisation du téléphone portable

Plus en détail

La métabolomique : questions, définition, enjeux, et application. INRA, UMR1260 «Nutriments Lipidiques et Prévention des Maladies Métaboliques»,

La métabolomique : questions, définition, enjeux, et application. INRA, UMR1260 «Nutriments Lipidiques et Prévention des Maladies Métaboliques», La métabolomique : questions, définition, enjeux, et application Docteur Jean-Charles Martin INRA, UMR1260 «Nutriments Lipidiques et Prévention des Maladies Métaboliques», Marseille, F-13385 France ; INSERM,

Plus en détail

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE &

TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & TECHNIQUES DE MESURE DE LA MASSE GRASSE & DE LA COMPOSITION CORPORELLE 1 - METHODES DIRECTES : -Sur le cadavre. -Par radioactivation neutronique. -Par la DEXA (dual energy X-ray absorptiometry). 2 - METHODES

Plus en détail

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C

Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Notions de spéctrométrie de masse et de spectroscopie RMN 13 C Cyril BARSU Laboratoire de Chimie Département des sciences de la matière Spectrométrie de masse - Actuellement, le secteur le plus dynamique

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

Principes généraux de la biochimie

Principes généraux de la biochimie Principes généraux de la biochimie «La biochimie a pour but de décrire, expliquer et exploiter les structures et le comportement des molécules biologiques en se servant de la chimie, de la physique et

Plus en détail

CH2 MOLECULE ORGANIQUE

CH2 MOLECULE ORGANIQUE Annexe G 2 MOLEULE ORGANIQUE Qu est-ce que la chimie organique? 1. IMIE DES OMPOSES ARBONES La chimie organique est la chimie des composés du carbone, que ces composés soient naturels ou artificiels. es

Plus en détail

nergétique La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés.

nergétique La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés. Bioénerg nergétique des réactions r biochimiques Définitions La thermodynamique est l ensemble des principes décrivant les flux et les échanges dans les systèmes considérés. Un système est une partie de

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 Description du cours Professeur : Site web du cours : Nombre de crédits : Heures par semaine : Disponibilité : Cours préalables : Sébastien Francoeur B559.6

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Système urinaire. Le corps humain et vieillissement II Esteban Gonzalez

Système urinaire. Le corps humain et vieillissement II Esteban Gonzalez Système urinaire Le corps humain et vieillissement II Esteban Gonzalez Le système excréteur (SE) Excréter action de séparer (excrétion) Action par laquelle les déchets de l organismes sont rejetés dehors.

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Niveau : Première S Structure des molécules Activité expérimentale (prof) A. Structure électronique de l'atome 1. Liaisons dans les molécules (rappels de cours) Un atome est caractérisé par son numéro

Plus en détail

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant :

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant : MAGNETISME 1) Les différentes sources de champ magnétique La terre crée le champ magnétique terrestre Les aimants naturels : les magnétites Fe 3 O 4 L acier que l on aimante Les électroaimants et circuits

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Imagerie, spectroscopie et chimie du vivant (ISCV) CBM (Département)

Imagerie, spectroscopie et chimie du vivant (ISCV) CBM (Département) Imagerie, spectroscopie et chimie du vivant (ISCV) Stéphane PETOUD Coordinateur 02.38.25.56.52 stephane.petoud@cnrs-orleans.fr http://cbm.cnrs-orleans.fr/spip.php?rubrique32 Imagerie, spectroscopie et

Plus en détail

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre

2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre 2.1 Vocabulaire à apprendre à maîtriser après ce chapitre L atome Atome Elément Proton Neutron Nucléons Electron Nuage Particule (subatomique) Symbole (complet) Charge électrique relative Tableau périodique

Plus en détail

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique

Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique Le disjoncteur basse tension et l'arc électrique J.M. BAUCHIRE, D. HONG, F. GENTILS*, C. FIEVET* Plan de l'exposé Qu'est ce qu'un disjoncteur basse tension? Quel est sont fonctionnement? Pourquoi des recherches

Plus en détail

TP Chimie : Molécules et groupes caractéristiques

TP Chimie : Molécules et groupes caractéristiques TP himie : Molécules et groupes caractéristiques 1 Les molécules sont des assemblages de plusieurs atomes (par exemple deux dans le cas du dihydrogène, 21 pour l'aspirine ou plusieurs milliers ou dizaines

Plus en détail

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales

Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Complément - Chapitre 1 Notions fondamentales Configurations électroniques 1.a Cases quantiques La configuration électronique des atomes consiste en la répartition des électrons au sein des différentes

Plus en détail

Prédiction des Propriétés Biologiques

Prédiction des Propriétés Biologiques SOMMAIRE PROCHEMIST VERSION 6.4 Prédiction des Propriétés Biologiques P.Urbaniak (Cadcom) Avant-Propos PARTIE I) ANALYSE MULTIRESOLUTION 1) Algorithme. Limites et perspectives 2)Exemples 3) La constitution

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail