Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compléments - Chapitre 5 Spectroscopie"

Transcription

1 ompléments - hapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN 13 ) Tandis que la spectroscopie RMN 1 H fournit des données sur la disposition des atomes d'hydrogène dans une molécule, la spectroscopie RMN 13 nous renseigne sur le squelette carboné. L isotope le plus abondant du carbone, soit le carbone 12, ne possède pas de spin nucléaire à l inverse du carbone 13. Or, le carbone 13 ne constitue que 1,1 % des atomes de carbone trouvés dans la nature. Par ailleurs, la différence d énergie entre les états de spin de haut et de bas niveau du 13 est très petite. Pour ces deux raisons, les spectromètres RMN 13 doivent être extrêmement sensibles. Heureusement, les spectromètres RMN-TF (à transformée de Fourier) à haut champ d aujourd hui sont assez puissants et sensibles ; c est pourquoi la spectroscopie RMN 13 est devenue une technique courante. Une molécule m a dit La RMN en biologie et en médecine L imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technologie utilisée pour produire une image du cerveau. Dans le chapitre 5 et ses compléments, nous nous sommes arrêtés à présenter les rudiments de la spectroscopie RMN et des exemples de détermination de structure. Toutefois, en appliquant la technologie des ordinateurs, particulièrement celle des microprocesseurs, à l instrumentation RMN, le domaine s est rapidement développé et de nombreuses techniques de pointes se sont ajoutées*. Par exemple, il est possible de produire des spectres en faisant varier la température (de 180 à 200 ) et de quantifier ainsi la vitesse de phénomènes comme la rotation autour des liaisons simples, le basculement des conformations chaises du cyclohexane, l inversion de l azote dans les amines et les réactions radicalaires (voir l halogénation radicalaire au chapitre 6). *Pour d excellentes descriptions de ces techniques, voir :Mohan, J. Organic Spectroscopy, 2 ème édition Harrow, U.K., Alpha Science International Ltd., himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 1

2 À l aide d autres techniques, il est possible d obtenir non seulement des spectres 13 pour tous les atomes de carbone d une molécule, mais aussi ceux des groupes H 3 uniquement (ou des groupes H 2 ou H), ce qui facilite considérablement la détermination de la structure des molécules biologiques complexes. ertaines autres techniques permettent de localiser les groupes voisins les uns des autres dans l espace au sein d une même molécule, malgré leur éloignement dans la chaîne carbonée, ce qui s avère précieux pour étudier la conformation des molécules complexes. On a maintenant réalisé le plein potentiel de la spectroscopie RMN pour contourner certaines difficultés en biologie et en médecine. En effet, les appareils sont désormais suffisamment sensibles pour analyser des liquides biologiques entiers comme l urine, le plasma sanguin, le sperme, le liquide céphalo-rachidien et les liquides oculaires. La protéine créatinine, par exemple, est un métabolite normal excrété dans l urine à une concentration de l ordre du millimolaire. Les singulets, correspondant à ses groupes H 3 (δ = 3,1 ppm) et H 2 (δ = 4,2 ppm), sont facilement observables à cette faible concentration à l aide d un spectromètre à haute résolution (500 MHz), malgré la présence de tous les autres constituants de l urine. Sa concentration, qui peut être mesurée en quelques minutes, est un bon indicateur de la fonction rénale. La spectroscopie RMN sert aussi à déceler les maladies héréditaires du métabolisme dans l urine des nourrissons. H 3 H 2 N NH NH O créatinine D autres liquides biologiques fournissent aussi des renseignements utiles en médecine. La surveillance continue de la présence des lipoprotéines de faible et de haute densité dans le plasma sanguin permet de comprendre l évolution des maladies cardiaques. L analyse du sperme pourrait servir à traiter les problèmes d infertilité. Les spectres RMN du liquide céphalo-rachidien des nourrissons sont étudiés par les neurologues et révèleront peut-être de nouvelles pistes sur les troubles du cerveau**. Le 31 P, le 23 Na et le 19 F figurent parmi les noyaux ayant un spin et jouant un rôle important en biologie. Des appareils ont été développés pour obtenir des spectres RMN de parties anatomiques intactes chez l humain et l animal. Par exemple, des spectres 31 P d un muscle de l avant-bras d un humain (l avant-bras est placé directement dans le champ magnétique) mesurés avant, pendant et après un exercice ont permis de suivre dans le temps plusieurs constituants du tissu musculaire contenant du phosphore dont notamment l adénosine triphosphate (ATP), la phosphocréatine et le phosphate inorganique. En comparant les variations de concentration de ces constituants chez des ** Pour de l information supplémentaire, voir : Bell, J. D., J.. Brown et P. J. Sadler. «RMN spectroscopy of Body Fluids», hemistry in Britain, 1988, p himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 2

3 gens normaux par rapport aux patients souffrant de maladies musculaires, on peut en apprendre plus sur la nature de la maladie et concevoir des traitements. En RMN topique, l aimant de l appareil est amené jusqu à l objet d étude et non l inverse. Une sorte de sonde magnétique placée sur l objet induit alors une résonance des molécules situées en surface et c est ainsi qu on peut obtenir des spectres 1 H, 13 ou 31 P de molécules in vivo. ette technique a été employée, par exemple, pour observer les effets de divers médicaments sur le métabolisme. L imagerie par résonance magnétique (IRM) est une technique utilisée sur des patients en milieu hospitalier depuis le milieu des années Elle permet d obtenir des images de l intérieur de parties corporelles entières et offre plusieurs avantages par rapport aux rayons X. Pour les uns, elle est beaucoup moins dangereuse puisqu elle n endommage pas les tissus par les radiations. Pour les autres, elle donne des images claires des tissus mous, ce qui est très difficile avec les rayons X. omment l IRM fonctionne-t-elle? Un grand pourcentage du corps humain est constitué d eau. Dans la plupart des techniques d IRM, on mesure le spectre 1 H de l eau de divers tissus (le 31 P est aussi employé) pour créer des images. Toutefois, l aimant doit être très gros : son diamètre intérieur doit être d au moins 25 cm pour que la tête d un humain puisse y être logée, voire même l organisme entier! Heureusement, le champ magnétique n a pas besoin d être uniforme comme c est le cas lorsqu on détermine la structure à l aide de la RMN à haute résolution, si bien qu il est concevable de construire de tels aimants. La présence d un gradient de champ plutôt que d un champ uniforme est cruciale. L intensité du champ peut aussi être considérablement plus faible que celle utilisée en recherche, ce qui est une chance vu le coût élevé de ces gros aimants. La durée d une séance d IRM varie de 30 secondes à 10 minutes, avec une moyenne d environ 2 minutes. Les images sont constituées en choisissant des coupes dans différents plans du corps ou des images en trois dimensions. L illustration au début de la présente rubrique montre l image d un cerveau humain obtenue par IRM. La principale utilité de l IRM est sans contredit le diagnostic médical, mais l IRM peut notamment servir en science des aliments pour évaluer les conditions nécessaires à la cueillette, au stockage et à la mise en marché des aliments, en agriculture pour étudier la germination des graines, et dans le bâtiment lorsqu il s agit d évaluer la concentration et la distribution de l eau dans le bois de charpente. Pour de plus amples détails, voir : Radda, G. K. «The Use of RMN Spectroscopy for the Understanding of Disease», Science, 1986, 233, p Pour en savoir plus sur l IRM, voir : Morris, P. G. Nuclear Magnetic Resonance in Medicine and Biology, Oxford, England, larendon Press, Ross R., B. Goodpaster, D. Kelley et F. Boada. «Magnetic resonance imaging in human body composition research. From quantitative to qualitative tissue measurement», Annals of the New York Academy of Sciences, 2000, 12(7), p himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 3

4 La résonance magnétique nucléaire, découverte par des physiciens, a été développée par des chimistes et elle est aujourd hui mise en application par des biologistes et d autres scientifiques. À ses débuts, nul ne pouvait soupçonner les bienfaits de ses applications. Son histoire démontre bien qu il peut être très sage de s engager en recherche fondamentale sans se préoccuper immédiatement des applications pratiques. Les spectres du carbone 13 diffèrent des spectres du 1 H sur plusieurs points. Les déplacements chimiques (δ) en RMN 13 sont plus étendus que ceux de la RMN 1 H. es déplacements sont mesurés à partir du même composé de référence, le TMS, dont tous les atomes de carbone méthyliques sont équivalents et produisent un signal bien défini. Les déplacements chimiques du 13 sont aussi mesurés en unités de δ, mais ils apparaissent habituellement dans la région située environ de 0 ppm à 200 ppm vers les champs plus faibles par rapport au TMS (au lieu d une plus petite région variant de 0 ppm à 13 ppm pour le 1 H). Grâce à cette gamme étendue de déplacements chimiques, les spectres 13 sont moins complexes que les spectres 1 H. À cause de la rareté naturelle du 13, la probabilité de rencontrer deux atomes de 13 adjacents dans une même molécule est faible. est la raison pour laquelle le couplage spin spin n a habituellement pas lieu. et état de fait simplifie les spectres 13. En revanche, le couplage spin spin 13 1 H peut survenir. On peut prendre le balayage d un spectre de manière à ce que le couplage figure ou non sur le tracé, selon les besoins. La figure 5.a présente le spectre RMN 13 du butan-2-ol mesuré avec et sans couplage 13 1 H. Le spectre sans couplage 1 H (appelé spectre avec découplage du proton) présente quatre singulets bien définis, un pour chacun des types d atomes de carbone. Le signal de l atome de carbone portant le groupe hydroxyle apparaît à des champs plus faibles (δ = 69,3 ppm), et les signaux des deux atomes de carbone méthyliques sont bien séparés (δ = 10,8 ppm et 22,9 ppm). Dans le spectre avec couplage 13 1 H, la règle n + 1 s applique. Le signal de chaque type de noyau de 13 est scindé à cause des noyaux de 1 H qui leur sont directement liés. Le signal des deux groupes H 3 est un quadruplet (trois atomes d'hydrogène, par conséquent, n + 1 = 4), l atome de carbone du H 2 donne un triplet et celui du H un doublet. Remarque : Dans un spectre RMN 13 avec découplage du proton, chaque type d atome de carbone est représenté par un singulet. himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 4

5 Figure 5.a Spectre RMN 13 du butan-2-ol avec (en haut) et sans (en bas) couplage 13 1 H. Les valeurs de δ sont affichées dans le spectre du bas. Le solvant utilisé est le Dl 3. himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 5

6 Exemple 5.a Décrivez le spectre RMN 13 du H 3 H 2 OH. Solution Le spectre RMN 13 avec découplage 13 1 H est constitué de deux signaux, car deux atomes de carbone non équivalents sont présents (leur signal correspond à δ H3 = 18,2 ppm et δ H2 = 57,8 ppm). Sans le découplage 13 1 H, le signal à δ = 18,2 ppm se manifeste par un quadruplet (trois H liés au ) et celui qui est à δ = 57,8 ppm par un triplet (2 H liés au ). Exercice 5.a Quelles sont les principales caractéristiques du spectre RMN 13 de H 3 H 2 H 2 OH? Exercice 5.b À combien de signaux peut-on s attendre dans le spectre RMN 13 avec découplage du proton du : a) 2-méthylpropan-2-ol? c) 2-méthylpropan-1-ol? b) cyclopentanone? d) cis-1,3-diméthylcyclopentane? Solutionnaire des exercices du complément 5.a. Le spectre sans couplage avec les hydrogènes présente trois signaux sous forme de singulets dont les déplacements chimiques sont : δ =65 ppm δ =32 ppm δ = 11 ppm H 3 H 2 H 2 OH Le spectre avec couplage des hydrogènes présente trois signaux, dont les déplacements chimiques sont les mêmes que pour le spectre RMN 13 sans couplage, mais où la multiplicité change. En effet, les signaux du carbone 1 et du carbone 2 sortent sous la forme d un triplet et celui du carbone 3 sous la forme d un quadruplet, respectant ainsi la règle du n b a) Deux signaux seront observés, un pour les trois carbones du groupement méthyle et l autre pour le carbone lié à l oxygène : H3 H 3 OH H3 himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 6

7 b) Trois signaux seront observés : O c) Trois signaux seront observés : H3 H H 2 OH H3 d) Quatre signaux seront observés: H 3 H 3 himie organique 1 hapitre 5 omplément 2008 Les Éditions de la henelière inc. 7

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

TERMINALE S FICHE PROFESSEUR

TERMINALE S FICHE PROFESSEUR TERMINALE S FIHE PRFESSEUR TERMINALE S FIHE ELEVE Discipline impliquée : himie EXPLITATIN DE SPETRES RMN Nature de l activité : SUTIEN ET APPRFNDISSEMENT EXPLITATIN DE SPETRES RMN MPETENE(S) TRAVAILLEE

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE

-ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE -ii- APPLICATION DES PROPRIETES DE RESONANCE Michel ZANCA, CHU Montpellier Signification de la résonance et relation de Larmor ω eff = 2 π ν eff = γ B eff La RMN détecte très précisément la fréquence ν

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant :

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant : MAGNETISME 1) Les différentes sources de champ magnétique La terre crée le champ magnétique terrestre Les aimants naturels : les magnétites Fe 3 O 4 L acier que l on aimante Les électroaimants et circuits

Plus en détail

Correction des exercices TS2 2013 Chapitre 4 Spectroscopie IR

Correction des exercices TS2 2013 Chapitre 4 Spectroscopie IR Correction des exercices TS2 213 Chapitre 4 Spectroscopie IR Exercice n o 16 p. 15 Reconnaître des bandes d absorption 1. Hexan-2-ol : chaîne à six atomes de carbones, portant un groupement hydroxyle OH

Plus en détail

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an

nous pouvons calculer l intérêt obtenu par ce capital au bout d un an (n =1). 1an Chapitre IV : Les intérêts composés I. Généralités et définition Avec les intérêts composés, nous abordons les mathématiques financières de moyen et long terme. Pour gérer les comptes de moyen et long

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

Les graphes planaires

Les graphes planaires Les graphes planaires Complément au chapitre 2 «Les villas du Bellevue» Dans le chapitre «Les villas du Bellevue», Manori donne la définition suivante à Sébastien. Définition Un graphe est «planaire» si

Plus en détail

DÉFISM TH Aide BANQUES PÉDAGOGIQUES

DÉFISM TH Aide BANQUES PÉDAGOGIQUES BANQUES PÉDAGOGIQUES DÉFISM TH Aide 1. Création de nouveaux défis 2 A Recherche et consultation des exercices 2 B Sélection et composition du panier 3 C Enregistrement et partage 3 D Création et mise en

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

Concevoir une base de données

Concevoir une base de données Concevoir une base de données http://vanconingsloo.be/les-cours/bureautique/access/concevoir-une-base-de-donnees En fonction de vos besoins, il existe deux façons de travailler. Si vous souhaitez créer

Plus en détail

Vous incarnez un surdoué en informatique qui utilise son ordinateur afin de pirater des comptes bancaires un peu partout dans le monde et s en mettre

Vous incarnez un surdoué en informatique qui utilise son ordinateur afin de pirater des comptes bancaires un peu partout dans le monde et s en mettre Vous incarnez un surdoué en informatique qui utilise son ordinateur afin de pirater des comptes bancaires un peu partout dans le monde et s en mettre plein les poches. Problème : vous n êtes pas seul!

Plus en détail

Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit

Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit Comprendre le bruit et son effet sur les mesures d oscilloscope 2 ème partie : Mesurer en présence de bruit Par : Johnnie Hancock, Agilent Technologies Introduction Aucun oscilloscope n échappe à cette

Plus en détail

Chapitre 2 Chimie organique

Chapitre 2 Chimie organique Chapitre 2 Chimie organique Analyses spectroscopiques Plan du chapitre Objectifs du chapitre I. Analyse fonctionnelle organique 1. Principe des spectroscopies moléculaires d absorption a) Niveaux d énergie

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Générateur de Nombres Aléatoires

Générateur de Nombres Aléatoires Générateur de Nombres Aléatoires Les générateurs de nombres aléatoires sont des dispositifs capables de produire une séquence de nombres dont on ne peut pas tirer facilement des propriétés déterministes.

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Interrogation d une BD

Interrogation d une BD Interrogation d une BD PRINCIPES D INTERROGATION Le résultat d une requête a toujours la forme d une table Résultat d une requête sous forme de table BD=ensemble de tables Algèbre relationnelle n OPERATIONS

Plus en détail

Organiser des séances de jeux en mathématiques

Organiser des séances de jeux en mathématiques Organiser des séances de jeux en mathématiques Jouer, est-ce bien sérieux? De nombreux travaux ont montré le rôle du jeu dans le développement de l enfant. L objet de ce travail n est pas de traiter du

Plus en détail

L AUTOMATISATION DU FONCTIONNEMENT D UNE BASE DE DONNÉES

L AUTOMATISATION DU FONCTIONNEMENT D UNE BASE DE DONNÉES 1 L AUTOMATISATION DU FONCTIONNEMENT D UNE BASE DE DONNÉES Dans ce chapitre, nous allons automatiser le fonctionnement de la base de données. Jusqu à présent, nous avons créé différents objets, mais maintenant

Plus en détail

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse

TS II.3 Spectroscopie infrarouge Synthèse Spectroscopie infrarouge Sommaiire -I- Comment se présente un spectre IR? -----------------------------------2 -II- Quelles sont les informations apportées par un spectre IR? -----------------4 1. Spectre

Plus en détail

Manuel d utilisation de l application Quick Smart Dimona New

Manuel d utilisation de l application Quick Smart Dimona New Manuel d utilisation de l application Quick Smart Dimona New Table des matières Quelques principes de base 3 Configurer les paramètres de l application 4 Gérer les employeurs 5 Gérer les travailleurs 6

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE

AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE AGENCE FÉDÉRALE DE CONTRÔLE NUCLÉAIRE Recommandations pour l utilisation et le contrôle qualité des scanners PET utilisés en médecine nucléaire. CHAPITRE I Champ d application et définitions Les présentes

Plus en détail

Baccalauréat STL biotechnologies Métropole La Réunion 18 juin 2015

Baccalauréat STL biotechnologies Métropole La Réunion 18 juin 2015 Baccalauréat STL biotechnologies Métropole La Réunion 18 juin 2015 Calculatrice autorisée conformément à la circulaire n o 99-186 du 16 novembre 1999. Le candidat doit traiter les quatre exercices. Il

Plus en détail

CH2 MOLECULE ORGANIQUE

CH2 MOLECULE ORGANIQUE Annexe G 2 MOLEULE ORGANIQUE Qu est-ce que la chimie organique? 1. IMIE DES OMPOSES ARBONES La chimie organique est la chimie des composés du carbone, que ces composés soient naturels ou artificiels. es

Plus en détail

4. Programmation en nombres entiers

4. Programmation en nombres entiers IFT575 Modèles de recherche opérationnelle (RO). Programmation en nombres entiers b. Séparation et évaluation progressive c. Plans de coupes Résolution de modèles entiers Programmation en nombres entiers

Plus en détail

Appareils d imagerie médicale selon la province ou le territoire et l établissement, 2011

Appareils d imagerie médicale selon la province ou le territoire et l établissement, 2011 Vous trouverez ci-dessous des renseignements de base sur l Enquête nationale sur divers équipements d imagerie médicale. Appareils d imagerie médicale selon la province ou le territoire et l établissement,

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Hiver 2015

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Hiver 2015 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Hiver 2015 Épreuve : MATHÉMATIQUES Séries SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES, toutes spécialités LITTÉRAIRE, spécialité Mathématiques Classes TES1, TES2, TES3, TES ET TL1ES Durée de

Plus en détail

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie?

Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Seance 8 : Bilan carbone : consommons-nous trop d énergie? Durée Matériel Objectifs Compétenc es Lexique 1 heure Pour chaque groupe : - un ordinateur connecté à Internet (si cela n est pas possible, distribuer

Plus en détail

Chapitre 21 : (Cours) Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique

Chapitre 21 : (Cours) Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique Chapitre 21 : (Cours) Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique I. Stratégie de synthèse I.1. Sécurité et efficacité Lors de la fabrication d une molécule organique (synthèse) il faut réfléchir

Plus en détail

Exercices d application

Exercices d application Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. tous les ; tous les b. deux c. remplacé d. électronégatif ; liaison e. moins f. donneur g. donneur ; accepteur h. donneur 2. QCM a. Addition.

Plus en détail

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable

Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il. Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Bâtiments «particuliers» PAE ou audit spécifique? A quelle prime mon client aurat-il droit? Benoit Fourez DGO4 Département énergie et bâtiment durable Sommaire Contexte général Contexte réglementaire Méthodologie

Plus en détail

Mesures d éclairage.

Mesures d éclairage. Mesures d éclairage. Dans le cadre de nos enseignements, nous sommes amenés à comparer des systèmes qui produisent des effets identiques comme par exemple différents systèmes pour éclairer un espace donné.

Plus en détail

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales

PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales PLATE-FORME ANALYSE STRUCTURALE Prestations générales Structuralis est agréé Crédit Impôt Recherche pour l ensemble des prestations décrites. 1-Prestations RMN Les prestations ci-après sont considérées

Plus en détail

Compilation séparée avec make

Compilation séparée avec make ENSTA ParisTech École nationale supérieure de techniques avancées Compilation séparée avec make Cours IN201 Systèmes d exploitation Marc Baudoin La compilation séparée est

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Corps en transparence

Corps en transparence 1/5 Corps en transparence Pour chaque question, coche uniquement la bonne réponse CORPS EXPLORÉ 1. La radiographie X permet d obtenir des images : 2. Le scanner X permet d obtenir des images : 3. L IRM

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

Détection de la testostérone par IRMS

Détection de la testostérone par IRMS Détection de la testostérone par IRMS Département des analyses de l Agence française de lutte contre le dopage (Laboratoire de Châtenay-Malabry) I. Présentation du laboratoire et réglementation Le département

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL?

Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Quand et pourquoi utiliser une base de données NoSQL? Introduction Les bases de données NoSQL sont devenues un sujet très à la mode dans le milieu du développement web. Il n est pas rare de tomber sur

Plus en détail

Les molécules présentes dans les médicaments

Les molécules présentes dans les médicaments Les molécules présentes dans les médicaments Les médicaments reposent sur environ 2 000 molécules qui sont souvent complexes. Différentes représentations ont été imaginées pour modéliser ces molécules.

Plus en détail

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires Développement d une gestion durable des peuplements irréguliers feuillus Septembre 2003 Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES 1.- Inventaires Inventaire pied à pied (en

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT?

DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? DANS QUELLE MESURE LA CROISSANCE ECONOMIQUE PERMET-ELLE LE DEVELOPPEMENT? Notions Celles que vous devez déjà connaître : Liste page 12 du manuel : si vous ne les connaissez pas, il faut reprendre vos cours

Plus en détail

Animation. Principes et modélisation

Animation. Principes et modélisation Animation Principes et modélisation Les animations Une animation est obtenue par une succession rapide d'images (25 images par seconde en vidéo, 24 pour le cinéma). Pour une séquence donnée, chaque image

Plus en détail

Chiffrement et signature électronique

Chiffrement et signature électronique Chiffrement et signature électronique (basée sur le standard X509) Frédéric KASMIRCZAK 1 Sommaire I. La cryptologie base de la signature électronique... 3 1. Les systèmes symétriques à l origine de la

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

FICHE PROFESSEUR. Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S

FICHE PROFESSEUR. Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S FICHE PROFESSEUR Application «Spectre IR Mirage» 1. Référentiels du programme : Terminale S Notions et contenus Compétences exigibles Repères associés pour l enseignement supérieur Identification de liaisons

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

Mise en place des services réseau d'entreprise

Mise en place des services réseau d'entreprise 261 Chapitre 5 Mise en place des services réseau d'entreprise 1. Introduction Mise en place des services réseau d'entreprise Ce chapitre est consacré à la définition et la configuration des composants

Plus en détail

Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010.

Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010. Tirée du site http://www.crisisriskmanagement.com/, 25 novembre 2010. Qu est-ce qu un danger? La signification du mot danger peut porter à confusion puisque les définitions combinent souvent le danger

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Projet de cryptographie. Algorithme de cryptage de type Bluetooth

Projet de cryptographie. Algorithme de cryptage de type Bluetooth Projet de cryptographie Algorithme de cryptage de type Bluetooth Le but de ce projet est de créer une application qui crypte et décrypte des fichiers en utilisant le principe de cryptage du Bluetooth.

Plus en détail

Les Raconte-tapis. 1. Note à l attention des bibliothécaires. 2. Note d intention. 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis?

Les Raconte-tapis. 1. Note à l attention des bibliothécaires. 2. Note d intention. 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis? Les Raconte-tapis Sommaire 1. Note à l attention des bibliothécaires 3 2. Note d intention 3. Qu est-ce qu un Raconte tapis? 4 5 4. A qui s adressent les Raconte tapis? 6 5. Comment bien préparer une séance

Plus en détail

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres

IPT : Cours 2. La représentation informatique des nombres IPT : Cours 2 La représentation informatique des nombres (3 ou 4 heures) MPSI-Schwarz : Prytanée National Militaire Pascal Delahaye 28 septembre 2015 1 Codage en base 2 Définition 1 : Tout nombre décimal

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Gestion des ouvrages d art avec WebOA

Gestion des ouvrages d art avec WebOA Gestion des ouvrages d art avec WebOA Notre solution de gestion des ouvrages d arts repose sur 2 outils : IMAOA destiné à l administrateur, WebOA destiné aux utilisateurs. Nous présentons ici l interface

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

09/2005 National Calculatrice interdite EXERCICE II : À PROPOS DU MARQUAGE ISOTOPIQUE (6,5 points)

09/2005 National Calculatrice interdite EXERCICE II : À PROPOS DU MARQUAGE ISOTOPIQUE (6,5 points) 09/2005 National Calculatrice interdite EXERCICE II : À PROPOS DU MARQUAGE ISOTOPIQUE (6,5 points) Le marquage isotopique consiste à remplacer dans la molécule que l on désire étudier, un atome ou un groupe

Plus en détail

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004

Les verres. Introduction: TP: Musiverre: Page 1. Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Vincent et Jonas Le 19 novembre 2004 Les verres Introduction: TP: Nous avons choisi de faire un tp sur les notes que peuvent produire différents verres avec des quantités différentes d eau. Car nous voulions

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL B. PLONGÉES EN SATURATION Les instructions qui suivent permettent de conduire des opérations de plongée à saturation à l héliox avec un niveau vie allant de 10 m à 180 m. Elles autorisent un travail :

Plus en détail

Print Standard Verifier

Print Standard Verifier Print Standard Verifier Il existe dans Caldera une option dénommée Print Standard Verifier, qui va d une part vous permettre de vérifier la conformité de vos profils avec une norme d impression de type

Plus en détail

REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES

REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES Les encres plastisol sèchent lorsqu on les soumet à une température durant un certain laps de temps. En bref, on peut dire que le

Plus en détail

Distributeurs Automatiques pour Vêtements sur Cintre CHIPTEX LINER

Distributeurs Automatiques pour Vêtements sur Cintre CHIPTEX LINER Distributeurs Automatiques pour Vêtements sur Cintre CHIPTEX LINER TABLE DES MATIERES I. Introduction 3 II. Informations générales. 4 2.1 Identification du personnel utilisateur... 4 2.2 Gestion des vêtements

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

Stations-service Slovnaft

Stations-service Slovnaft Fiche de projet N 6 Stations-service Slovnaft Maintenance, entretien et fourniture des installations électriques, des installations structurelles et techniques et de machines. 8 000 Depuis 2011, nous avons

Plus en détail

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes RÉDUCTION DES ÉCARTS DE RENDEMENT 9 e année Module 8 : Périmètre et aire de figures planes Guide de l élève Module 8 Périmètre et aire de figures planes Évaluation diagnostique...3 Aire de parallélogrammes,

Plus en détail

Utilisation avancée de la plateforme Moodle avec un cours déjà construit

Utilisation avancée de la plateforme Moodle avec un cours déjà construit Utilisation avancée de la plateforme Moodle avec un cours déjà construit Mardi 02 avril 2013 Florie BRANGE Urfist de Bordeaux 4, av. Denis-Diderot 33607 PESSAC CEDEX T 33 (0)5 56 84 86 93 F 33 (0)5 56

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014 2014 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 à 2 km pendant environ 30 heures, sur une distance totalisant

Plus en détail

ATELIER «MATH en JEANS» 2008-2009

ATELIER «MATH en JEANS» 2008-2009 Lycée Paul Langevin --- 92150 Suresnes ATELIER «MATH en JEANS» 2008-2009 Le Jeu de Ping Élèves : Léa ANSEL, Pauline BOCOGNANO, Pierre DELVOYE, Julien FONTANA, Mortimer HOTTON, Robin LEGRAS Enseignants

Plus en détail

Quoi de neuf dans Optymo 5.0

Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Quoi de neuf dans Optymo 5.0 Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo, les textes en caractères

Plus en détail

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE

MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE DESCRIPTION DE LA MAQUETTE ET MISE EN SERVICE : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : @ : info@sordalab.com MAQUETTE DE L OEIL PETIT MODELE Ref: OEILP Cette maquette munie d un cristallin, lentille à focale variable (lentille remplie d eau), permet

Plus en détail

Cette option est aussi disponible sur les clients Windows 7 sous la forme d un cache réparti entre les différentes machines.

Cette option est aussi disponible sur les clients Windows 7 sous la forme d un cache réparti entre les différentes machines. Le BranchCache Cette fonctionnalité qui apparaît dans Windows 2008 R2 permet d optimiser l accès aux ressources partagées hébergées sur des partages de fichiers ou des serveurs webs internes de type documentaire

Plus en détail