Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans"

Transcription

1 Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans l infrarouge à 3µ G. Bosschieter, J. Errera To cite this version: G. Bosschieter, J. Errera. Les liaisons intermoléculaires de l eau étudiées dans l infrarouge à 3µ. J. Phys. Radium, 1937, 8 (6), pp < /jphysrad: >. <jpa > HAL Id: jpa https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa Submitted on 1 Jan 1937 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 LES LIAISONS INTERMOLÉCULAIRES DE L EAU ÉTUDIÉES DANS L INFRAROUGE A 303BC Par G. BOSSCHIETER (*) et J. ERRERA (**). Laboratoire de chimie-physique polytechnique. Université de Bruxelles. Sommaire. - Le spectre d absorption dans la région de 3 03BC, de l eau à l état liquide, gazeux ou en solution dans le dioxane et d autres liquides, à différentes températures et concentrations, permet de distinguer entre une bande d origine principalement monomoléculaire à cm-1 environ selon la nature du solvant et une large bande, d origine polymoléculaire, dûe à des liaisons d hydrogène, à environ cm-1. Dans des travaux antérieurs, nous avons signalé les premiers (1), en même temps que Hendricks, Wulf, Ililbert et Liddel (8), le fait que des bandes d absorption dans l infrarouge proche caractéristiques de vibration d atomes dans des radicaux déterminés, peuvent ne pas apparaître dans le spectre de certains liquides dont les molécules contenaient ces radicaux. Dans les cas que nous avons étudiés, la non-appai i- tion d une bande d absorption caractérisant un radical est due à une liaison de ce radical, qui devrait provoquer la bande, avec un autre radical, ce qui modifie profondément le système oscillant. Ainsi, il existe une bande caractéristique de la vibration 0-H mais, si l H du radical 0-H est lié à un atome X d un autre radical et forme ainsi un système 0-H ----X, on voit immédiatement que la vibration 0-H peut être profondément modifiée et que la bande 0-H du radical «normal» au même endroit. La peut ne plus apparaître modification de 0-H en 0-H --- X «masque» le radical 0-H. Lorsque la liaison se fait, comme dans le caa ci-dessus, par un atome d hydrogène, on parle de liaison d hydrogène (hydrogen bond) (3). Nous adoptons cette «définition» pour plus de clarté. Le 2 partenaire à la liaison, le X de la formule ci-dessus, est le plus souvent un ou d azote. atome d oxygène Pour la classification, nous pouvons distinguer entre liaisons 1 entre radicaux d une même molécule, phénomène intra moléculaire, et 2 liaisons entre radicaux de molécules différentes, phénomène intermoléculaire. Comme exemple de phénomène intramoléculaire nous avons donné la molécule d aldéhyde salicylique, où la bande 0-H caractéristique n apparaît pas, ni dans la région de cm-1 ni dans celle de ( ) Je remercie la Commission de Rapprochement Intellectuel entre la Hollande et la Belgique, du suhside qu elle m a accordé. Je remercie le ni Sack pour les nombreux conseils et les judicieuses critiques qui m ont beaucoup aidé. (~ ) Nous tenons à remercier le Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) qui nous a prëtë les appareils cm-l, comme nous venons de le déterminer par de nouvelles mesures (4-). Les phénomènes intermoléculaires peuvent être subdivisés selon que ce sont des molécules identiques ou des molécules différentes qui échangent des liaisons. Le premier cas que nous avons étudié, où participent des molécules identiques, est celui des alcools aliphatiques dans la région de cm-1 (:5). et R. Freymann ont montré, par des études approfondies, des cas de liaisons intermoléculaires entre molécules différentes (6). Dans les cas de liaisons intramoléculaires que nous avons étudiés, nous avions une telle modifi- Fig. 1. cation (fréquence et intensité) de la bande caractéristique que nous ne la retrouvions pas dans la région spectrale voisine, tandis que dans les cas de liaisons intermoléculaires de molécules identiques, la bande intermoléculaire est proche. Le travail que nous allons exploser se rapporte à un deuxième exemple ~le phénomène intermoléculaire entre molécules identiques : il s agit de mesures dans la Article published online by EDP Sciences and available at

3 230 région de cm- de l eau en solution et à l état de vapeur. Nous avons tenu à travailler dans la région de CIn -1 malgré les difficultés expérimentales plus grandes, car c est là que les auteurs situent deux des fondamentales de l eau vapeur et la fondamentale de la liaison 0 - H des alcools et que les phénomènes sont plus purs sur les fondamentales que sur les harmoniques. Nous insistons dès le début sur le fait que nous considérons que l on ne retrouve pas dans l eau liquide les vibrations fondamentales de la molécule H-0-H que l on distingue dans la vapeur, mais seulement des vibrations 0-H, plus ou moins modifiées par l environnement. Décrivons d abord les résultats pour les solutions d eau ùans le dioxane à la température ordinaire, qui ressortent de la figure 1. Le dioxane pur, sous l épaisseur étudiée, qui était 0,01 mm, ne présente que la bande intense double à et cm-1. Aux faibles concentrations d eau, on voit une bande à cm- que nous attribuons à l eau monomoléculaire dans le dioxane. A partir d une concentration de Fig. 2. 0,5 pour 100 d eau en volume (soit 0, 28 mol : 1), le phénomène est déjà très net. Sous une épaisseur plus grande nous avons encore retrouvé la bande à une concentration de 0,12 en volume, au même endroit. Cette bande augmente d intensité avec la concentration et à partir de 6 pour 100 en volume, elle s élargit du côté des basses fréquences laissant prévoir qu une nouvelle bande voisine va se détacher : celle-ci est déjà bien (*) Le dioxane, très soigneusement purifié, était redistillë sur Na avec une colonne Grismer de 1 m avant chaque emploi. apparente à une concentration de 25 pour 100. Cette nouvelle bande est provoquée d après nous, par de l eau polymoléculaire : elle est large et son maximum a environ cm-1. Aux concentrations d eau de 40 et de 70 pour >101 (voir fige 2), la bande polymoléculaire s élargit encore, tandis que la bande C-H du dioxane diminue. Le fait que la bande correspondant à l eau monomoléculaire dans le dioxane semble constante ne peut donner lieu à interprétation, ces absorptions étant déjà trop fortes. La vibrations provoquant la bande à environ est intermoléculaire, en ce que ce sont les atornes d hydrogène d une molécule qui vibrent non seulement avec l oxygène de la même molécule, mais aussi avec les atomes d oxygène d une ou d autres molécules (IlyTtlrogen bond). Les vibrations intermoléculaires des molécules totales, dans ce sens qu une molécule entière vibre par rapport à une autre dans la structure cc quasi cristalline» du liquide, doivent être représentées par des bandes d absorption dans l infrarouge lointain. Nous avons en effet trouvé ( ) une de ces bandes pour l eau à 150 cm-, environ et nous l avons interprétée de cette manière car elle disparaissait en solution diluée. Après avoir travaillé en solution, nous avons également fait des mesures sur l eau pure (fig. 2). Nous retrouvons le même aspect que pour la solution à 40 pour 100, une bande à cm- et la large bande polymoléculaire qui semble se subdiviser en deux composantes à environ et cm-1. Le fait que l intensité relative de la bandc polymoléculaire comparée à la bande à n est pas plus forte, ne peut être interprété car ces bandes absorbent déjà trop : il faudrait utiliser une cuvette plus mince que celle de 5p. qui nous a servie pour cette mesure ainsi que pour la solution à 70 pour 100 d eau. Il était intéressant aussi d étudier l influence de la température, puisqu une élévation de celle-ci doit diminuer le nombre de polymolécules d eau et qu une même élévation de température ne modifie pas le spectre du dioxane, que nous avons mesuré sous une épaisseur 30 fois plus grande. La figure 3 nous donne une solution contenant 24 pour 100 d eau, dont la température a varié de 20 à 7(1. Nous voyons que la bande polymoléculaire tend nettement à diminuer, ce qui correspond à une diminution de l association avec l élévation de température. Remarquons d ailleurs que l effet de température que nous avons trouvé pour les alcools (5) était plus prononcé. Des mesures faites à 20" et i3~ sur une solution à 4,5 pour 100 d eau, concentration à laquelle la bande polymoléculaire n apparaît pas encore, montrent une légère augmentation de la bande d absorption de la

4 231 monomolécule avec l élévation de température, malgré la diminution de densité, correspondant à un accroissement du nombre de ces monoinolécules. Cette différenciation dans la région de cm- entre une bande de l eau monomoléculaire dans le nous semble dioxane et une large bande polymoléculaire surtout intéressante, car un grand nombre d auteurs (8) ont voulu, en se basan t sur leurs mesures sur l eau liquide dans l infrarouge et dans le Raman, et en les comparant à ces mêmes mesures sur la vapeur d eau, donner une signification à leurs bandes (qui sont d ailleurs situées aux mêmes endroits que les nôtres) que notre travail infirme. En effet, malgré que la discussion de la classification des bandes de l eau suivant les trois modes de vibration, ne soit pas tout à fait satisfaisante, il semble cependant que l attribution suivante pour l eau vapeur, due principalement à Meeke (9), a beaucoup d arguments pour elle : la fondamentale de v à la fondamentale de v (z) à et la première harmonique de 8 à cm-1. Il était entendu que si ces fréquences se retrouvaient dans l eau liquide, elles pouvaient être légèrement déplacées. Fi g. 3. Pour pouvoir comparer nos résultats sur l eau liquide avec la vapeur, nous avons refait ce spectre d absorption avec notre pouvoir dispersif. Nous trouvons six bandes ou plutôt six enveloppes de bandes, puisque nous ne voyons pas la structure fine de rotation, à U~3U - ~ 920 et environ (fig. 4). Notre but actuel n est pas une analyse définitive de ce spectre, mais comparons les résultats pour la vapeur d eau et l eau liquide et nous voyons tout de suite que l aspect du spectre est tout différent, mais cependan t qu il y a dans la vapeur des bandes aux environs des mêmes fréquences que celles observées dans le liquide, quoique l origine de ces bandes, comme nous l avons exposé ci-dessus soit différente. C est ce fait que des bandes se retrouvent aux mêmes fréquences dans la vapeur et l eau liquide, qui explique qu un grand nombre d auteurs attribuent définitivement la bande observée dans l eau liqui(le, en Raman et en infrarouge, dans la Fig. 4. région de cm-1 à la vibration a de la monomolécule. Il nous semble que nos expériences prouvent au contraire que cette large bande est due à une liaison intermoléculaire, puisqu elle se déplace et disparaît même complètement avec la dilution et, pour une concentration donnée, se déplace et diminue avec l élévation de température. L interprétation de ces auteurs se comprend d autant mieux que dans d autres régions toutes proches, par exemple à et ils ont trouvé dans l eau liquide des bandes qu ils n ont pas retrouvées dans l eau vapeur et ce sont ces bandes-là qu ils considèrent comme dues à des vibrations intermoléculaires. Ces mêmes auteurs attribuent de même la bande tlc l eau liquide à 3 ~3~ cm-1 trouvée en Raman et en infrarouge, à la vibration v (o) fondamentale. Lors d une discussion de l attribution de certaines fréquences observées à des vibrations déterminées d une molécule, on doit se demander si le mode de vibralion n est pas profondément changé par l interaction de molécules très rapprochées. En effets, cette interaction entre les molécules d eau entre elles ou entre les molécules d eau et celles de certains solvants, peut ne nous semble être tellement forte et spécifique qu il plus possible de parler encore de v eut v (J) et ô (r) comme pour une molécule isolée dans la vapeur d eau. Dans ces cas, il faudrait redéterminer les modes de vibrations du complexe de 2, 3 ou plusieurs molécules. Il serait peut-être encore possible due distinguer entre vibrations de valence et de déformation, mais une discrimination entre v (z) et v i comme pour la vapeur, nous semble peu probable vu la complexité des édifices qui se forment. C est dans ce sens que nous attribuons les fréquences vers à des vibrations OH dans les polymolécules d eau. En ce qui concerne la bande vers 3 JiU, sa significa-

5 232 tion ne nous semble pas encore tou t à fait claire. Nous l avons appelée précédemment monomoléculaire parce qu elle seule apparaît à des concentrations très faibles mais on pourrait supposer qu elle correspond à un complexe dioxane - mono m olécule d eau formé par liaison d hydrogène c est pourquoi nous avons dit : «monomoléculaires dans le dioxane». Remarquons en effet que dans des expériences préliminaires faites dans d autres solvants contenant également des atomes d oxygène ou d azote, tels que la pyridine, la diéthylcétone et l éther éthylique, nous avons retrouvé pour les faibles concentrations d eau, une bande d absorption également aux environs de la fréquence de cm-1 comme dans le dioxane. Qn ne peut nous opposer que la bande à cm- en solution ne correspondrait pas à la monomolécule, parce qu elle est différente de ce que nous avons observé dans la vapeur, tandis que pour les alcools, les résultats que nous avons trouvés antérieurement étaient les mêmes en solution et à l état de vapeur (5). En effet, ces molécules d alcool étaient étudiées dans le 1étrachlorure et le sulfure de carbone, où il n y a pas possibilité de liaison d hydrogène. Des mesures faites sur l alcool dans le but d étudier systématiquement l influence des solvants, donnent comme résultat un déplacement de la bande 0-H monomoléculaire de dans le CCI~ vers dans le dioxane. D autre part, des mesures préliminaires sur une solution d eau dans le CCI, font apparaître une bande principale vers Ceci parle en faveur de notre classification de la bande à comme monomoléculaire et montre en mêmes temps une influence prononcée du solvant. Si cette bande à cm-1 dont la position peut varier avec la nature du solvant ne correspondait pas à la monomolécule, elle devrait, en tout cas, correspondre au stade le plus bas de polymérisation de l eau dissoute dans un autre liquide. Il en serait de mème dans l eau pure où elle se retrouve. Remarquons encore que les mesures de constante diélectrique pour déterminer le moment électrique, faites pour l eau dans le dioxane, à ces mèmes faibles concentrations, donnent comme valeur du moment le même nombre que dans le gaz. Nous espérons que les mesures que nous comptons faire sous la vapeur à différentes pressions et températures éclairciront encore ce dernier point., ainsi que de nouvelles mesures de solutions d eau dans le liquide. Nous avons dit que notre appareil est moins dispersif que celui des auteurs qui ont étudié les gaz. Notre spectromètre avec prisme de quartz et récepteur très sensible nous donnait une précision de 10 cm-l ; il est par contre beaucoup plus dispersif que celui des auteurs qui ont travaillé dans la même région sur les liquides. Ainsi W. Gordy ( I ) qui a étudié également des mélanges d eau et de dioxane ne voit qu un fait général : celui du déplacement, dans la région de cin-t, d une large bande correspondant à l eau vers les basses fréquences lorsque la concentration de l eau augmente ; cette constatation est d ailleurs en gros en accord avec ce que nous avons décrit. Il en est de même de Ganz (H) qui, avec une précision d environ 90 cm-1 dans ce même domaine, étudie l influence de la température et des électrolytes snr l eau pure. Il n arrive ni à séparer nettement les différentes bandes ni à une attribution de cette bande aux polymolécules d eau alors qu il le fait pour la bande à 4,7 ~. Nous exposerons dans une publication ultérieure nos résultats sur l eau lourde et la glace. Manuscrit reçu le 21 mars 193"L BIBLIOGRAPHIE (1) J. ERRERA et POL MOLLET. J. Physique, 1935, 6, 281 C. R., 1935, 200, 814. (2) S. B. HENDRICKS, O. R. WULF, G. E. HILBERT et W. LIDDEL. Nature, 1935, 135, 147 ; J. Chem. Soc, 1936, 58, 548 et (3) Voir par exemple l exposé de N. V. SIOGWICK, The electronic Theory of Valency, Oxford University Press, (4) Résultats non publiés (5) J. ERRERA et P. MOLLET. Nature, 1936, 138, 882; C. R., Paris, 1931, 204, 259. (6) R. FREYMANN. C. R., Paris, 1937, 204, 41 ; M. FREYMANN. Id., p (7) C. H. CARTWRIGHT et J. ERRERA. Acta Physicochimica U. R. S. S., 1935, 3, 649 et Proceed. Roy. Soc. A, 1936, 154, 138. (8) Voir entre autres la Thèse de M. MAGAT, Paris, Masson, 1936, qui résume de façon très complète les travaux antérieurs. (9) R. MECKE Z. physik, 1933, 81, 313. (10) W. GORDY. J. chem. Phys., 1936, 4, 769. (11) E. GANZ. Ann. der Physik, 1937, 25, 445.

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste

Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas du Parti socialiste Pierre-Alexis Tchernoïvanoff To cite this version: Pierre-Alexis Tchernoïvanoff. Pour une sociologie du réalisme politique : Le cas

Plus en détail

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627

Géraldine Guérillot. To cite this version: HAL Id: tel-00873627 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00873627 La réception des discours de développement durable et d actions de responsabilité sociale des entreprises dans les pays du Sud : le cas d un don d ordinateurs au Sénégal dans le cadre d un projet tripartite

Plus en détail

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale

Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une métropole globale Manuel Appert To cite this version: Manuel Appert. Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d une

Plus en détail

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge

La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge Marielle Calvez To cite this version: Marielle Calvez. La dentinogénèse imparfaite, diagnostic et prise en charge. Other [q-bio.ot]. 2013.

Plus en détail

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830)

Camille Istin. Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens. Seine-Inférieure (1815-1830) Contribution à l étude du registre des délibérations de la Société libre des pharmaciens de Rouen et de Seine-Inférieure (1815-1830) Camille Istin To cite this version: Camille Istin. Contribution à l

Plus en détail

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer

Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Evaluation et prise en charge des processus de récupération en mémoire dans la maladie d Alzheimer Benjamin Boller To cite this version: Benjamin Boller. Evaluation et prise en charge des processus de

Plus en détail

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422

Sorthong Banjongsawat. To cite this version: HAL Id: tel-00771422 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771422 La Thaïlande, pays aux deux visages : Approches sémiologiques d une identité culturelle ambiguë à travers le miroir de la presse et autres discours publics Sorthong Banjongsawat To cite this version: Sorthong

Plus en détail

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie

La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie Stéphane Vial To cite this version: Stéphane Vial. La structure de la révolution numérique : philosophie de la technologie. Philosophy.

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo

Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Choix méthodologiques pour une analyse de conversation en situation de jeux vidéo Isabel Colón de Carvajal To cite this version: Isabel Colón de Carvajal. Choix méthodologiques pour une analyse de conversation

Plus en détail

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources

Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques multi-sources Ahmed Boucherit To cite this version: Ahmed Boucherit. Conception d un convertisseur de puissance pour véhicules électriques

Plus en détail

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance?

Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Les associations d usagers dans le domaine de la périnatalité : un engagement fondé sur la connaissance? Madeleine Akrich, Maire Leane, Celia Roberts To cite this version: Madeleine Akrich, Maire Leane,

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris

Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Savoir nager, une richesse culturelle : Analyse comparative de l enseignement de la natation à Canton, Dakar et Paris Valérie Schwob To cite this version: Valérie Schwob. Savoir nager, une richesse culturelle

Plus en détail

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre

Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Adaptation de la couche transport des systèmes de communication hybrides satellite/terrestre Ihsane Tou To cite this version: Ihsane Tou. Adaptation de la couche transport des systèmes de communication

Plus en détail

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive

La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive La socialisation par les sports collectifs : une approche conative auprès des enseignants d éducation physique et sportive Guy Verschave To cite this version: Guy Verschave. La socialisation par les sports

Plus en détail

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante

Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Étude rétrospective sur l efficacité et la tolérance de l ivermectine per os chez 27 nourrissons atteints de gale récalcitrante Céline Bécourt To cite this version: Céline Bécourt. Étude rétrospective

Plus en détail

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263

Benjamin Dubourg. To cite this version: HAL Id: dumas-00872263 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00872263 Scanner double énergie et réduction de la dose d iode lors de l exploration des axes aorto-ilio-femoraux avant remplacement valvulaire aortique par voie percutanée Benjamin Dubourg To cite this version:

Plus en détail

Abaque graphique des lentilles

Abaque graphique des lentilles Abaque graphique des lentilles C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. Abaque graphique des lentilles. J. Phys. Theor. Appl., 1877, 6 (1), pp.282-285. .

Plus en détail

Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation

Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation A. Kastler To cite this version: A. Kastler. Le dynamisme interne des corpuscules et l origine de la gravitation. J. Phys. Radium, 1931,

Plus en détail

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle

Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle Articuler les politiques de GRH et les stratégies d Innovation : Proposition d un modèle C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin To cite this version: C. Defelix, I. Mazzilli, Alain Gosselin. Articuler

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS

Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Traitement de l incontinence urinaire de l homme post-prostatectomie par la bandelette sous-urétrale de type transobturatrice I-STOP TOMS Julien Drai To cite this version: Julien Drai. Traitement de l

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Définition des couleurs complémentaires

Définition des couleurs complémentaires Définition des couleurs complémentaires A. Rosenstiehl To cite this version: A. Rosenstiehl. Définition des couleurs complémentaires. J. Phys. Theor. Appl., 1883, 2 (1), pp.120-123. .

Plus en détail

Introduction à la synthèse de superviseur

Introduction à la synthèse de superviseur Introduction à la synthèse de superviseur Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck To cite this version: Mathilde Machin, Jérémie Guiochet, David Powell, Hélène Waeselynck. synthèse

Plus en détail

La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection

La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection La persistance des impressions sur la rétine, expériences diverses exécutées à l aide du phénakisticope de projection C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La persistance des impressions sur

Plus en détail

La lentille à foyer variable du Dr Cusco

La lentille à foyer variable du Dr Cusco La lentille à foyer variable du Dr Cusco C.-M. Gariel To cite this version: C.-M. Gariel. La lentille à foyer variable du Dr Cusco. J. Phys. Theor. Appl., 1881, 10 (1), pp.76-79. .

Plus en détail

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel

Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Les observations météorologiques sur la tour Eiffel Alfred Angot To cite this version: Alfred Angot. Les observations météorologiques sur la tour Eiffel. J. Phys. Theor. Appl., 1890, 9 (1), pp.169-177.

Plus en détail

Elaborer un curriculum de formation et en assurer la

Elaborer un curriculum de formation et en assurer la Elaborer un curriculum de formation et en assurer la qualité Marc Demeuse To cite this version: Marc Demeuse. Elaborer un curriculum de formation et en assurer la qualité. Florence Parent & Jean Jouquan.

Plus en détail

Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel

Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel N. Oumoff To cite this version: N. Oumoff. Interprétation géométrique des intégrales de Fresnel. J. Phys. Theor. Appl., 1897, 6 (1), pp.281289. .

Plus en détail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail

Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail Le travail vivant des agents de contrôle de l inspection du travail François Daniellou, Philippe Davezies, Karine Chassaing, Bernard Dugué,, Johann Petit To cite this version: François Daniellou, Philippe

Plus en détail

MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE

MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE B.-L. DUMONT To cite this version: B.-L. DUMONT. MÉTHODE DE PRISE DE SANG CHEZ LE PORC, A LA VEINE CAVE ANTÉRIEURE. Annales de zootechnie,

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique

Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique E. Bichat To cite this version: E. Bichat. Sur la transformation de l électricité statique en électricité dynamique. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques

Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques A. Cotton To cite this version: A. Cotton. Appareil pour la mesure de l intensité des champs magnétiques. J. Phys. Theor. Appl., 1900, 9 (1),

Plus en détail

Les applications industrielles de la bio-informatique

Les applications industrielles de la bio-informatique Les applications industrielles de la bio-informatique Jean-Philippe Vert To cite this version: Jean-Philippe Vert. Les applications industrielles de la bio-informatique. Annales des Mines - Réalités industrielles,

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Claire Houlé. To cite this version: HAL Id: dumas-00845751 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00845751

Claire Houlé. To cite this version: HAL Id: dumas-00845751 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00845751 Suivi de la grossesse : critères de choix du professionnel par les patientes et place faite au médecin généraliste : enquête auprès de patientes de la région dieppoise Claire Houlé To cite this version:

Plus en détail

A. Clément, C. Nys. To cite this version: HAL Id: hal-00882123 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00882123

A. Clément, C. Nys. To cite this version: HAL Id: hal-00882123 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00882123 Comparaison de deux techniques spectrométriques d analyse du calcium dans les végétaux. Mise en évidence de l effet d interférence du phosphore sur les résultats obtenus A. Clément, C. Nys To cite this

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Variation de l énergie d anisotropie magnétique du Ni et des alliages Ni-Cu, en fonction de la température

Variation de l énergie d anisotropie magnétique du Ni et des alliages Ni-Cu, en fonction de la température Variation de l énergie d anisotropie magnétique du Ni et des alliages Ni-Cu, en fonction de la température Mizuho Sato, Yosiaki Tino To cite this version: Mizuho Sato, Yosiaki Tino. Variation de l énergie

Plus en détail

Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection

Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection Erwan Bigot To cite this version: Erwan Bigot. Simulation tridimensionnelle du remplissage de corps minces par injection. Mécanique

Plus en détail

Énergie d interaction coulombienne mutuelle d un système de deux ellipsoïdes uniformément chargés admettant un axe de symétrie global

Énergie d interaction coulombienne mutuelle d un système de deux ellipsoïdes uniformément chargés admettant un axe de symétrie global Énergie d interaction coulombienne mutuelle d un système de deux ellipsoïdes uniformément chargés admettant un axe de symétrie global Ph. Quentin To cite this version: Ph. Quentin. Énergie d interaction

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

Complément : les gaz à effet de serre (GES)

Complément : les gaz à effet de serre (GES) Complément : les gaz à effet de serre (GES) n appel «gaz à effet de serre» un gaz dont les molécules absorbent une partie du spectre du rayonnement solaire réfléchi (dans le domaine des infrarouges) Pour

Plus en détail

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire

Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Atmosphères explosibles : ISM-ATEX, une nouvelle certification volontaire Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize To cite this version: Olivier Cottin, Emmanuel Tournebize. Atmosphères explosibles : ISM-ATEX,

Plus en détail

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste Khalid Rashdan To cite this version: Khalid Rashdan. La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste. Colloque GREG-PLSII

Plus en détail

Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre l État et les citoyens : introduction

Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre l État et les citoyens : introduction Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre l État et les citoyens : introduction Pierre Muller To cite this version: Pierre Muller. Le client centrisme, une nouvelle forme de relation entre

Plus en détail

Calculs d énergie de faute d empilement dans le sesquioxyde d yttrium (Y2O3)

Calculs d énergie de faute d empilement dans le sesquioxyde d yttrium (Y2O3) Calculs d énergie de faute d empilement dans le sesquioxyde d yttrium (Y2O3) M. Boisson, R.J. Gaboriaud To cite this version: M. Boisson, R.J. Gaboriaud. Calculs d énergie de faute d empilement dans le

Plus en détail

Structure de la phase désordonnée de NO3K

Structure de la phase désordonnée de NO3K Structure de la phase désordonnée de NO3K M. K. Teng To cite this version: M. K. Teng. Structure de la phase désordonnée de NO3K. Journal de Physique, 1970, 31 (89), pp.771777. .

Plus en détail

Résumé de cours : Spectres Infrarouge

Résumé de cours : Spectres Infrarouge Résumé de cours : Spectres Infrarouge I. Introduction : Le rayonnement infrarouge (IR), invisible à l œil nu, est situé dans domaine de longueur d onde supérieur à 800 nm. Lorsqu un échantillon est traversé

Plus en détail

Laurence Gardes. To cite this version: HAL Id: tel-00806215 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00806215

Laurence Gardes. To cite this version: HAL Id: tel-00806215 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00806215 Méthodologie d analyse des dysfonctionnements des systèmes pour une meilleure maitrise des risques industriels dans les PME : application au secteur du traitement de surface Laurence Gardes To cite this

Plus en détail

Application de la rétrodiffusion du rayonnement gamma à la mesure des densités de sols

Application de la rétrodiffusion du rayonnement gamma à la mesure des densités de sols Application de la rétrodiffusion du rayonnement gamma à la mesure des densités de sols J. Jacquesson To cite this version: J. Jacquesson. Application de la rétrodiffusion du rayonnement gamma à la mesure

Plus en détail

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II

Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II Lydia Curtet To cite this version: Lydia Curtet. Dispositif de formation destiné aux futurs enseignants du secondaire I et II.

Plus en détail

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON

VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON VARIATION DES CARACTÉRISTIQUES DES FIBRES DE LAINE, SELON LES RÉGIONS DU CORPS CHEZ LE MOUTON P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL To cite this version: P. Charlet, A. M. LEROY, P. CATTINVIDAL. VARIATION

Plus en détail

Changement de lune, changement de temps : vrai ou faux?

Changement de lune, changement de temps : vrai ou faux? Changement de lune, changement de temps : vrai ou faux? Daniel Joly, Claude Gresset-Bourgeois, Bruno Vermot-Desroches To cite this version: Daniel Joly, Claude Gresset-Bourgeois, Bruno Vermot-Desroches.

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes

Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes Famille continue de courbes terminales du spiral réglant pouvant être construites par points et par tangentes M. Aubert To cite this version: M. Aubert. Famille continue de courbes terminales du spiral

Plus en détail

Opérations sécurité (informatique) sur les sites

Opérations sécurité (informatique) sur les sites Opérations sécurité (informatique) sur les sites (CNRS) Jean-Luc Archimbaud, Nicole Dausque To cite this version: Jean-Luc Archimbaud, Nicole Dausque. (CNRS). 1998. Opérations sécurité (informatique)

Plus en détail

Optimisation de la structure électromagnétique d une machine spéciale fort couple.

Optimisation de la structure électromagnétique d une machine spéciale fort couple. Optimisation de la structure électromagnétique d une machine spéciale fort couple. Luc Moreau, Mohamed El Hadi ZAÏM To cite this version: Luc Moreau, Mohamed El Hadi ZAÏM. Optimisation de la structure

Plus en détail

à jour dynamique de Modèles de Markov Cachés : Application dans l Aide à la Décision pour Maintenance Préventive Industrielle

à jour dynamique de Modèles de Markov Cachés : Application dans l Aide à la Décision pour Maintenance Préventive Industrielle Mise à jour dynamique de Modèles de Markov Cachés : Application dans l Aide à la Décision pour une Maintenance Préventive Industrielle Bernard Roblès, Manuel Avila, Florent Duculty, Pascal Vrignat, Stéphane

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN

ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN 1 ETUDE QUALITATIVE PAR SPECTROMETRIE INFRAROUGE ET RAMAN INTRODUCTION Les radiations infrarouges se situent dans la partie du spectre électromagnétique comprise entre la région visible et celle des micro-ondes.

Plus en détail

Modélisation de l auto-inflammation et de la combustion pour les moteurs Diesel

Modélisation de l auto-inflammation et de la combustion pour les moteurs Diesel Modélisation de l auto-inflammation et de la combustion pour les moteurs Diesel Antonio Pires da Cruz To cite this version: Antonio Pires da Cruz. Modélisation de l auto-inflammation et de la combustion

Plus en détail

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare

Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux enseignements de l enquête gare Guillaume Carrouet To cite this version: Guillaume Carrouet. Usages et usagers du transport ferroviaire: les principaux

Plus en détail

Technology and Alzheimer disease

Technology and Alzheimer disease Technology and Alzheimer disease Vincent Rialle To cite this version: Vincent Rialle. Technology and Alzheimer disease. Soins Gérontologie, Elsevier Masson, 2008, 74, pp.26-28. HAL Id:

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien!

Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut bien! Alain Couillault, Karen Fort To cite this version: Alain Couillault, Karen Fort. Charte Éthique et Big Data : parce que mon corpus le vaut

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

Nouvelles recherches sur l émission des neutrons

Nouvelles recherches sur l émission des neutrons Nouvelles recherches sur l émission des neutrons Irène Curie, F. Joliot To cite this version: Irène Curie, F. Joliot. Nouvelles recherches sur l émission des neutrons. J. Phys. Radium, 1933, 4 (6), pp.278286.

Plus en détail

SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne

SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne SONDY : une plateforme open-source d analyse et de fouille pour les réseaux sociaux en ligne Adrien GUILLE, C. Favre, Djamel Abdelkader Zighed To cite this version: Adrien GUILLE, C. Favre, Djamel Abdelkader

Plus en détail

Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte

Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte M. Gouy To cite this version: M. Gouy. Sur la constitution de la charge électrique à la surface d un électrolyte. J. Phys. Theor.

Plus en détail

Est-il économiquement raisonnable (et raisonnablement économique) d emprunter?

Est-il économiquement raisonnable (et raisonnablement économique) d emprunter? Est-il économiquement raisonnable (et raisonnablement économique) d emprunter? Pierre-Charles Pradier To cite this version: Pierre-Charles Pradier. Est-il économiquement raisonnable (et raisonnablement

Plus en détail

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545

Jessica Dubois. To cite this version: HAL Id: jpa-00205545 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00205545 Mesures de la charge électrique de gouttelettes d eau ou de solutions salines au cours de processus d évaporation, ou de condensation de vapeur d eau sur elles Jessica Dubois To cite this version: Jessica

Plus en détail

Vendre le territoire, un exercice difficile

Vendre le territoire, un exercice difficile Vendre le territoire, un exercice difficile Sandrine Stervinou To cite this version: Sandrine Stervinou. Vendre le territoire, un exercice difficile. Référence, INSEE Pays de la Loire, 2002, pp.20-23.

Plus en détail

Rendu Peinture pour les Scènes 3D Animées

Rendu Peinture pour les Scènes 3D Animées Rendu Peinture pour les Scènes 3D Animées David Vanderhaeghe, Pascal Barla, Joëlle Thollot, François X. Sillion To cite this version: David Vanderhaeghe, Pascal Barla, Joëlle Thollot, François X. Sillion.

Plus en détail

Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux

Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux nationaux Marta Severo To cite this version: Marta Severo. Le patrimoine culturel immatériel sur la Toile. Comparaison entre réseaux

Plus en détail

SMART-Project : Un environnement informatique. support d activités collaboratives d apprentissage par projet, à base de systèmes multi-agents.

SMART-Project : Un environnement informatique. support d activités collaboratives d apprentissage par projet, à base de systèmes multi-agents. SMART-Project : Un environnement informatique support d activités collaboratives d apprentissage par projet, à base de systèmes multi-agents M. Bousmah, N. Elkamoun, A. Berraissoul To cite this version:

Plus en détail

L Education à la Sexualité (ES) dans les établissements privés et publics au Liban

L Education à la Sexualité (ES) dans les établissements privés et publics au Liban L Education à la Sexualité (ES) dans les établissements privés et publics au Liban Assaad Yammine, Iman Khalil, Pierre Clement To cite this version: Assaad Yammine, Iman Khalil, Pierre Clement. L Education

Plus en détail

PLUME : Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Économiques dans l Enseignement Supérieur et la Recherche

PLUME : Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Économiques dans l Enseignement Supérieur et la Recherche PLUME : Promouvoir les Logiciels Utiles Maîtrisés et Économiques dans l Enseignement Supérieur et la Recherche Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. PLUME : Promouvoir les Logiciels

Plus en détail

Étude des propriétés de la gélatine dans le champ électrique

Étude des propriétés de la gélatine dans le champ électrique Étude des propriétés de la gélatine dans le champ électrique Suzanne Veil To cite this version: Suzanne Veil. Étude des propriétés de la gélatine dans le champ électrique. J. Phys. Radium, 1933, 4 (7),

Plus en détail

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé

Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Eau, territoire et conflits : analyse des enjeux de la gestion communautaire de l eau au Burkina Faso : l exemple du bassin versant du Nakambé Ramatou Traoré To cite this version: Ramatou Traoré. Eau,

Plus en détail

Description par mobilités énergétiques des échanges vibratoires dans les systèmes couplés

Description par mobilités énergétiques des échanges vibratoires dans les systèmes couplés Description par mobilités énergétiques des échanges vibratoires dans les systèmes couplés Giovanni Orefice To cite this version: Giovanni Orefice. Description par mobilités énergétiques des échanges vibratoires

Plus en détail

Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS

Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS Jean Brau, Harry Boyer, Jean Jacques Roux To cite this version: Jean Brau, Harry Boyer, Jean Jacques Roux. Modélisation

Plus en détail

La tarification des services d aide à domicile : un outil au service des politiques départementales?

La tarification des services d aide à domicile : un outil au service des politiques départementales? La tarification des services d aide à domicile : un outil au service des politiques départementales? Robin Hege, Quitterie Roquebert, Marianne Tenand, Agnès Gramain To cite this version: Robin Hege, Quitterie

Plus en détail

Marceline Laparra. To cite this version: HAL Id: hal-00526988 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00526988

Marceline Laparra. To cite this version: HAL Id: hal-00526988 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00526988 Changement de contexte de l école et évolution des rapports entre les acquisitions et les apprentissages graphiques : des modifications technologiques qui transforment le travail de l élève Marceline Laparra

Plus en détail

Efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours

Efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours Efficacité pédagogique des classes à plusieurs cours Christine Leroy-Audouin, Bruno Suchaut To cite this version: Christine Leroy-Audouin, Bruno Suchaut. Efficacité pédagogique des classes à plusieurs

Plus en détail

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys.

Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité. des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces. J. Phys. Le libre parcours moyen des électrons de conductibilité et des électrons photoélectriques mesuré au moyen de la méthode des couches minces H. Mayer, R. Nossek, H. Thomas To cite this version: H. Mayer,

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Structure fine des éclairs lumineux produits par la décharge d un condensateur à travers un tube à gaz

Structure fine des éclairs lumineux produits par la décharge d un condensateur à travers un tube à gaz Structure fine des éclairs lumineux produits par la décharge d un condensateur à travers un tube à gaz Marcel Laporte, Raymonde Pierrejean To cite this version: Marcel Laporte, Raymonde Pierrejean. Structure

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

Le traitement numérique des images

Le traitement numérique des images Le traitement numérique des images Gabriel Peyré To cite this version: Gabriel Peyré. Le traitement numérique des images. Publication en ligne sur le site Images des Mathématiques, CNRS. 2011.

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires

des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires Planification des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires Oussama Ben Ammar, Faicel Hnaien, Hélène Marian, Alexandre Dolgui To

Plus en détail