Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappels sur les couples oxydantsréducteurs"

Transcription

1 CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation * Fe 2+ = Fe 3+ + e Red = Ox + ne Le réducteur Fe 2+ est oxydé en Fe 3+. Le réducteur est toujours oxydé. La perte d électrons correspond à une oxydation. Un oxydant est une espèce chimique capable de capter au moins un électron Demi-équation * Fe e = Fe Ox + ne = Red L oxydant Fe 2+ est réduit en Fe. L oxydant est toujours réduit. Le gain d électrons correspond à une réduction. 2. Couple redox Un même élément impliqué dans un oxydant et un réducteur définit un couple oxydant/réducteur Dans le couple redox, le réducteur est toujours présenté à droite de l oxydant. Remarque : une même espèce chimique peut être un réducteur dans un milieu réactionnel et un oxydant dans un autre milieu réactionnel. Il est important d observer son évolution : c est la perte ou le gain d électrons qui définit si l on est en présence d une oxydation ou d une réduction de l espèce chimique. 3. Quelques exemples de couples redox Couple redox Oxydant Réducteur Demi-équation H + (aq)/h 2 (g) ion H + (aq) dihydrogène 2H + (aq) + 2e = H 2 (g) O 2 (g)/oh (aq) dioxygène ion hydroxyde O 2 (g) + 2H 2 O + 4e = 4OH M n+ (aq)/m(s) cation métallique métal M n+ (aq) + ne = M(s) Fe 3+ (aq)/fe 2+ (aq) ion fer(iii) ion fer(ii) Fe 3+ (aq) + e = Fe 2+ (aq) I 2 (g)/i (aq) diiode ion iodure I 2 (g) + 2e = 2I MnO 4 (aq)/mn 2+ (aq) ion permanganate ion MnO 4 (aq) + 8H + (aq) + 5e = manganèse Mn 2+ (aq) + 4H 2 O Cr 2 O 2 7 (aq)/cr 3+ (aq) ion chrome ion bichromate Cr 2 O 2 7 (aq) + 14H + + 6e = 2Cr 3+ (aq) + 7H 2 O S 4 O 2 6 (aq)/s 2 O 2 3 (aq) ion tétrathionate ion thiosulfate S 4 O 2 6 (aq) + 2e = 2S 2 O 2 3 (aq) H 2 O 2 /H 2 O eau oxygénée eau H 2 O 2 + 2e + 4H + (aq) = 2H 2 O 8

2 cours savoir-faire exercices corrigés Au laboratoire, le professeur prépare une solution de nitrate d argent dans laquelle il dépose une lame d étain. Au bout d un temps suffisamment long, on observe un léger dépôt d argent sur la lame d étain. 1. Quels sont les couples redox qui interviennent dans cette expérience? 2. Écrire les demi-équations d oxydoréduction correspondantes. 3. Quel est l oxydant? Quel est le réducteur? Préciser la demi-réaction correspondant à l oxydation et celle correspondant à la réduction. exemples d application 1. Indication : déterminer les espèces en présence à partir de l énoncé et consulter le tableau ci-contre. Les espèces qui évoluent sont l argent et l étain. Ce sont des métaux. Ag + (aq)/ag(s) et Sn 2+ (aq)/sn(s) 2. Indication : le tableau des couples redox indique la demi-équation pour un métal M : M n+ (aq) + ne = M(s) Ag + (aq) + e = Ag(s) et Sn 2+ (aq) + 2e = Sn(s) 3. Indication : les ions argent initialement présents dans la solution donnent du métal argent Ag. L ion argent présent dans le nitrate d argent évolue au cours de l expérience puisqu on observe un dépôt de métal argent. L ion argent capte des électrons. Ag + est donc l oxydant. Il est réduit. La demi-équation correspondant à cette réduction est donc : Ag + (aq) + e = Ag(s) L étain passe sous la forme Sn 2+. Il donne des électrons. Il est donc oxydé. L étain est le réducteur. La demi-équation correspondant à cette oxydation est donc : Sn(s) = Sn 2+ (aq) + 2e On donne les espèces chimiques suivantes : I, Cu 2+, Cr 3+, O 2, Fe Trouver les oxydants. Justifier. 2. Quels sont les réducteurs conjugués de ces oxydants? Indication : consulter le tableau des couples redox. Attention, Cr 3+ peut être un oxydant (conjugué de Cr) ou un réducteur (conjugué de Cr 2 O 7 2 ). 1. Cu 2+, O 2, Fe 3+, Cr Cu 2+ (aq)/cu, O 2 (g)/oh (aq), Fe 3+ (aq)/fe, Fe 3+ (aq)/fe 2+ (aq), Cr 3+ (aq)/cr. 9

3 CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 2 Réactions d oxydoréduction 1. Définition Une réaction d oxydoréduction met en jeu deux couples redox et donc le transfert d un ou plusieurs électrons du réducteur de l un des couples à l oxydant de l autre couple. C est l association des demi-équations d oxydoréduction correspondant à chaque couple redox qui constitue l équation d oxydoréduction. réducteur 1 = oxydant 1 + n 1 e n 2 oxydant 2 + n 2 e = réducteur 2 n 1 n 2 réducteur 1 + n 1 oxydant 2 n 2 oxydant 1 + n 2 réducteur 2 n 2 Red 1 + n 1 Ox 2 n 2 Ox 1 + n 1 Red 2 2. Exemple Fe = Fe e 2 Cu e = Cu 3 2 Fe + 3 Cu 2+ 2 Fe Cu Les couples redox en présence sont : Fe 3+ (aq)/fe(s) et Cu 2+ (aq)/cu(s). À chaque couple correspond une demi-équation d oxydoréduction. Dans l exemple choisi, Cu 2+ est l oxydant : il est réduit. Fe est le réducteur : il est oxydé. exemple d application On veut préparer un litre de solution de sulfate de cuivre II. Pour cela, on dissout une masse m 1 de 60 g de sulfate de cuivre II hydraté CuSO 4, 5H 2 O dans 1L d eau. La solution obtenue est bleue. 1. Quelle est la concentration molaire d ions Cu 2+ dans la solution? 2. On prélève 200 ml de cette solution et on y plonge une lame de zinc. La solution initialement bleue se décolore peu à peu. a. Pourquoi la solution se décolore-t-elle? b. Quels sont les couples d oxydoréduction en présence? Écrire la demi-équation d oxydoréduction correspondant à chaque couple. c. Dans la solution, quel est l oxydant? Quel est le réducteur? d. Écrire l équation de la réaction d oxydoréduction qui s effectue. e. Quelle est la masse m 2 de cuivre qui s est déposée lorsque la solution est devenue incolore? Quelle est alors la masse m 3 de zinc qui a disparu? 10

4 cours savoir-faire exercices corrigés 1. Indication : la quantité de matière initiale des ions Cu 2+ est égale à la quantité de matière du sulfate de cuivre hydraté CuSO 4, 5 H 2 O mise en solution. m1 n CuSO4, 5 H 2 O = = 60 = 0,24 mol M CuSO4, 5 H2O 249, 6 ncu n Cu2+ = n CuSO4, 5 H 2 O = 0,24 mol c 2+ Cu = , = = 0,24 mol.l 1 V 1 2. a. Indication : ce sont les ions Cu 2+ qui colorent la solution en bleu. Si la solution se décolore, c est donc que la quantité de matière des ions Cu 2+ dans la solution diminue. b. Indication : on sait déjà que la quantité d ions Cu 2+ dans la solution évolue. Les ions Cu 2+ interviennent donc dans l un des couples redox. Le zinc introduit dans la solution est responsable de la décoloration : il intervient donc dans l autre couple redox. Les couples redox sont : Cu 2+ (aq)/cu(s) et Zn 2+ (aq)/zn(s). Cu 2+ (aq) + 2e = Cu(s) et Zn 2+ (aq) + 2 e = Zn(s) c. Indication : dans les demi-équations, Cu 2+ (aq) et Zn 2+ (aq) sont les oxydants. Mais on sait que la teneur en ions Cu 2+ (aq) présents initialement dans la solution diminue. L oxydant est donc Cu 2+ (aq) et le réducteur Zn(s). d. Conseil : écrire les deux demi-réactions dans le sens de la réduction de l oxydant et de l oxydation du réducteur. Multiplier, si nécessaire, chaque demi-équation par un nombre pour que le nombre d électrons captés par l oxydant soit égal au nombre d électrons cédés par le réducteur. Faire la somme membre à membre des deux demiéquations. Cu 2+ (aq) + 2 e = Cu(s) réduction de l oxydant Zn(s) = Zn 2+ (aq) + 2 e oxydation du réducteur Cu 2+ (aq) + Zn(s) Cu(s) + Zn 2+ e. Conseil : utiliser le tableau décrivant l évolution du système chimique et définir le réactif limitant (cf. savoir-faire, chap. 4, p. 88). Dans ce cas, le zinc est en excès et le réactif limitant est Cu 2+ qui disparaît complètement lorsque la réaction est terminée (solution incolore). n Cu2+ = c Cu2+. V = 0,24.0,2 = 0,048 mol. Quand la réaction est terminée, tous les ions Cu 2+ ont disparu et x f = 0,048 mol. Équation Cu 2+ + Zn Cu + Zn 2+ État du système Avancement (mol) Quantités de matière (mol) Initial x i = 0 0,048 en excès 0 0 En cours x 0,048 x en excès x x Final x f = 0,048 0 en excès 0,048 0,048 m 2 = n Cu.M Cu = 0,048.63,5 = 3,048 g. La quantité de matière des ions Zn 2+ présents dans la solution à la fin de la réaction est égale à la quantité de matière de zinc qui a disparu au cours de la réaction. n Zn = n Zn2+ m 3 = n Zn.M Zn = 0,048.65,4 = 3,139 g. 11

5 CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 3 Facteurs cinétiques : température et concentration des réactifs 1. Influence de la température Dans la très grande majorité des cas, une élévation de température accélère les réactions. Un abaissement de la température ralentit une réaction. En moyenne, la vitesse est multipliée par un facteur voisin de 2 si la température augmente de dix degrés. 2. Influence de la concentration des réactifs La vitesse d une réaction chimique est plus grande si la concentration des réactifs augmente. On ralentit une réaction en diluant le milieu réactionnel. La vitesse d une réaction chimique est proportionnelle à la concentration des réactifs. exemple d application On dispose de deux solutions A et B. On prélève 10 ml de la solution A et 10 ml de la solution B. Les prélèvements sont placés chacun dans une éprouvette au bain-marie. À un instant t 0, on mélange les deux solutions puis on note le temps où apparaît une coloration. On réalise cette expérience à différentes températures. Les résultats obtenus sont donnés dans le tableau ci-dessous : Expérience Température ( C) Temps écoulé (s) a) Représenter les variations du temps en fonction de la température. b) Que peut-on en déduire? On dispose de la solution A de concentration constante et d une solution C de concentration variable. On prélève 10 ml de solution A et 10 ml de solution C. À un instant t 0, on mélange les deux solutions puis on note le temps où apparaît une coloration. On réalise cette expérience pour différentes concentrations de la solution C. Les résultats obtenus sont donnés dans le tableau ci-contre : 12

6 cours savoir-faire exercices corrigés Expérience Concentration solution C (mol.l 1 ) Temps écoulé (s) a) Représenter les variations du temps en fonction de la concentration. b) Que peut-on en déduire? Comparer les deux courbes obtenues. Que peut-on en déduire? a) Conseil : bien placer le temps écoulé en ordonnée et la température en abscisse. b) Le temps écoulé qui représente le 35 temps de réaction diminue lorsque 30 la température augmente. L élévation 25 de température augmente la vitesse de 20 la réaction puisqu on obtient plus vite 15 la coloration de la solution. 10 a a) Conseil : là encore bien placer le 5 temps écoulé en ordonnée et la concentration de la solution C en abscisse. Température ( C) Attention, dans le mélange, la concentration a changé : V prélevé 10 [X [X] = [X i ]. = [X i ]. = i ] V total 20 2 avec [X] = concentration de l espèce inconnue dans le mélange. [X i ] = concentration de l espèce inconnue dans la solution C Concentration X i solution C (mol.l 1 ) Concentration X mélange (mol.l 1 ) b) Le temps écoulé (temps de réaction) diminue lorsque la concentration d un ou plusieurs réactifs augmente. L augmentation de la concentration du réactif augmente la vitesse de réaction puisqu on obtient plus vite la coloration de la solution. Indication : une droite indique une proportionnalité. Les courbes a et b sont différentes : b la température et la concentration sont deux facteurs qui agissent sur la vitesse de la réaction mais ils n agissent pas de la même façon. Temps écoulé (s)

7 CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 4 Interprétation microscopique de la réaction chimique 1. Chocs et collisions Pour que deux entités chimiques (atomes, molécules, ions) réagissent, il faut qu elles entrent en collision et que le choc soit efficace. Le choc est efficace si les entités chimiques sont modifiées après le choc : les entités chimiques doivent être en mouvement et donc à l état liquide ou à l état gazeux. 2. Exemple Observons ce qui se passe lors d un choc efficace. Prenons l exemple de la formation de l iodure d hydrogène : H 2 (g) + I 2 (g) 2HI(g). Phase 1 À l état gazeux, les molécules de dihydrogène et de diiode se déplacent. Elles possèdent une énergie cinétique. Phase 2 Les molécules H 2 et I 2 se rapprochent. Si elles ont une orientation adéquate et : si leur énergie cinétique est faible, H 2 et I 2 se repoussent et se séparent : il y a eu un choc élastique ; si leur énergie cinétique est élevée, les liaisons covalentes dans H 2 et I 2 peuvent se rompre et de nouvelles liaisons peuvent se former : il y a un état transitoire. Au moment du choc, l énergie cinétique des molécules se convertit en énergie d activation E a. Pour qu un choc soit efficace, il faut que la somme des énergies cinétiques des molécules H 2 et I 2 soit au moins égale à l énergie d activation. Phase 3 L état transitoire a une durée de vie très courte (10 10 s). On peut alors : soit reformer H 2 et I 2 et il n y a pas de réaction ; soit obtenir 2HI et la réaction continue. Phase 4 Les molécules HI se séparent. Remarque : E > E a réaction exoénergétique E < E a réaction endoénergétique 14

8 cours savoir-faire exercices corrigés exemples d application Pour faire brûler du charbon, il faut d abord le chauffer (avec de l alcool, du petit bois...). Considérez-vous que cette réaction est exoénergétique ou endoénergétique? Expliquer. Le E de cette réaction est-il supérieur ou inférieur à l énergie d activation? Conseil : traduire l énoncé en termes de réaction chimique. L équation de la réaction de combustion du charbon est de la forme : C + O 2 CO 2 Pour que la réaction ait lieu, il faut que les liaisons O O du dioxygène se cassent et qu il se forme d autres liaisons. Il faut donc commencer par apporter de l énergie pour que les liaisons puissent se rompre et qu il se forme une entité transitoire. Cette énergie doit être au moins égale à l énergie d activation E a. Une fois la réaction amorcée, elle s autoentretient puisque la combustion du charbon dégage de la chaleur. C est une réaction exoénergétique. Le E est donc supérieur à E a (graphique p. 14). Dessiner, pour une réaction endoénergétique entre deux entités A et B, une figure analogue à la figure ci-dessous. Énergie E E f E i Réactifs A + B État transitoire (g) Ea Énergie libérée E Produits (AB par exemple) Avancement de la réaction Dans une réaction endoénergétique, E < E a. Les phases 1, 2 et 3 restent inchangées. Seule la phase 4 est modifiée. 15

9 CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 5 Aspects cinétiques microscopiques 1. Transformations lentes et rapides Réactions rapides : certaines réactions sont si rapides qu elles donnent l impression d être instantanées : réactions de neutralisation ; réactions de précipitation ; certaines réactions d oxydoréduction. Réactions lentes : réactions d oxydoréduction. Réactions très lentes : formation de la rouille, synthèse de l eau. 2. Fréquence des chocs Le choc entre deux molécules A 2 et B 2 se produit si d R A2 + R B2. La fréquence n des chocs dépend du nombre d entités réactives par unité de volume, de la vitesse de ces entités et donc de la température. A 2 R A2 d R B2 n = N A2.N B2.S.V A2 avec : B 2 S = π(r A2 + R B2 ) 2 section efficace de collision ; N A2 nombre d entités réactives A 2 par unité de volume dans l intervalle de temps considéré ; N B2 nombre d entités réactives B 2 par unité de volume dans l intervalle de temps considéré ; V A2 vitesse de l entité A Influence des facteurs cinétiques Augmentation de la température : plus la température des réactifs est élevée, plus les entités chimiques se déplacent à grande vitesse avec une grande énergie cinétique. Les collisions sont fréquentes, la probabilité d avoir des chocs efficaces augmente et la vitesse de réaction augmente. Augmentation de la concentration des réactifs : en augmentant le nombre d entités dans le milieu réactionnel, on augmente la probabilité que les entités se rencontrent et donc le nombre de chocs. 16

10 cours savoir-faire exercices corrigés exemples d application Voici trois équations représentant des réactions chimiques : 1. Ag + (aq) + Cl (aq) AgCl(s) 2. Cu 2+ (aq) + Zn(s) Cu(s) + Zn 2+ (aq) 3. 4Fe(s) + 3O 2 (g) 2Fe 2 O 3 (s) Quelle est la réaction qui, à 25 C, devrait normalement s effectuer : le plus vite? le plus lentement? Peut-on mettre expérimentalement en évidence ces observations? Indication : bien noter dans quel milieu les espèces évoluent. La réaction 1 (précipitation de AgCl[s]) est la réaction la plus rapide. La réaction 3 (oxydation du fer) est la plus lente. Conseil : certaines réactions ont été vues en TP. Réaction 1 : l apparition du précipité est quasi immédiate. Réaction 2 : c est une réaction d oxydoréduction. La solution bleue d ions Cu 2+ se décolore lentement. Réaction 3 : un morceau de ferraille abandonné à l air s oxyde très lentement. On veut réaliser l expérience suivante : A(g) + B(g) C(g) Pour optimiser la vitesse de réaction, on fait plusieurs essais en modifiant à chaque essai les concentrations initiales des réactifs : c est dans l essai 3 que la vitesse initiale de la réaction est la plus grande. Discutez. Essais Concentration A mol.l 1 Concentration B mol.l 1 Essai 1 0,2 0,2 Essai 2 0,1 0,3 Essai 3 0,2 0,3 Essai 4 0,1 0,4 Indication : considérer la fréquence des chocs. La concentration des réactifs est plus élevée dans les essais 3 et 4. Or la vitesse est plus grande dans l essai 3 : la probabilité d avoir des chocs efficaces est donc plus importante dans l essai 3. La fréquence n des chocs dépend du nombre d entités réactives par unité de volume, de la vitesse de ces entités et donc de la température : n = N A2.N B2.S.V A2. Pour un volume de 1 L, n dépend notamment du produit des concentrations. C est dans l essai 3 que ce produit est le plus grand et donc que la fréquence des chocs efficaces est la plus élevée. 17

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Vitesse d une réaction chimique

Vitesse d une réaction chimique Chimie chapitre itesse d une réaction chimique A. Avancement d un mobile et vitesse de déplacement Soit un mobile supposé ponctuel P se déplaçant le long d un axe x [Doc. ] : sa position instantanée est

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

EXERCICES LA THERMOCHIMIE. Table des matières

EXERCICES LA THERMOCHIMIE. Table des matières Collège Voltaire, 2014-2015 EXERCICES LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/ex-ch2-thermo.pdf Table des matières Série 10 La thermochimie 2015... 2 Comprendre la signification

Plus en détail

Suivi d une réaction lente par chromatographie

Suivi d une réaction lente par chromatographie TS Activité Chapitre 8 Cinétique chimique Suivi d une réaction lente par chromatographie Objectifs : Analyser un protocole expérimental de synthèse chimique Analyser un chromatogramme pour mettre en évidence

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Physique : Thermodynamique

Physique : Thermodynamique Correction du Devoir urveillé n o 8 Physique : hermodynamique I Cycle moteur [Véto 200] Cf Cours : C P m C V m R relation de Mayer, pour un GP. C P m γr γ 29, 0 J.K.mol et C V m R γ 20, 78 J.K.mol. 2 Une

Plus en détail

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique

DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique DM n o 8 TS1 2012 Physique 10 (satellites) + Chimie 12 (catalyse) Exercice 1 Lancement d un satellite météorologique Le centre spatial de Kourou a lancé le 21 décembre 200, avec une fusée Ariane, un satellite

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Exercices sur le thème II : Les savons

Exercices sur le thème II : Les savons Fiche d'exercices Elève pour la classe de Terminale SMS page 1 Exercices sur le thème : Les savons EXERCICE 1. 1. L oléine, composé le plus important de l huile d olive, est le triglycéride de l acide

Plus en détail

Séquence 6. Physique Formes et principes de conservation de l énergie Chimie Oxydation des composés organiques oxygénés

Séquence 6. Physique Formes et principes de conservation de l énergie Chimie Oxydation des composés organiques oxygénés Séquence 6 Physique Formes et principes de conservation de l énergie Chimie Oxydation des composés organiques oxygénés Sommaire 1. Physique : Formes et principes de conservation de l énergie Résumé Exercices

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

Fiche de révisions sur les acides et les bases

Fiche de révisions sur les acides et les bases Fiche de révisions sur les s et les s A Définitions : : espèce chimique capable de libérer un (ou plusieurs proton (s. : espèce chimique capable de capter un (ou plusieurs proton (s. Attention! Dans une

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts)

EXERCİCE N 1 : «Synthèse de l éthanamide» (7 pts) Terminale S Lycée Massignon DEVİR MMUN N 4 Durée : 2h Les calculatrices sont autorisées. Il sera tenu compte de la qualité de la rédaction et de la cohérence des chiffres significatifs. EXERİE N 1 : «Synthèse

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur Thermodynamique 2 : Equilibres binaires 1. Introduction 1.1. Présentation - Mélange binaire = Mélange de deux constituants chimiques A 1 et A 2 ne réagissant pas ensemble (il n y a donc pas de variation

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION

REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION CHIMIE 2 e OS - 2008/2009 : Cours et exercices -19- CHAPITRE 5 : REACTIONS D OXYDATION ET DE REDUCTION Chacun d entre nous a déjà observé l apparition de rouille sur un objet en fer, ou de «vert-degris»

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale

Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale Exemples d utilisation de G2D à l oral de Centrale 1 Table des matières Page 1 : Binaire liquide-vapeur isotherme et isobare Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : intéressant facile facile sauf

Plus en détail

Animateurs et manipulations ( Etudiants de Mesures Physiques de l IUT) 1. Energie chimique et les Piles (salle de chimie) par Fanette et Audrey

Animateurs et manipulations ( Etudiants de Mesures Physiques de l IUT) 1. Energie chimique et les Piles (salle de chimie) par Fanette et Audrey Projet Energies Renouvelables 2008-2009 IUT Le Creusot Mesures Physiques en direction des Collèges ; Collège Centre (A.Perruchet) Collège des Epontots (F.Poirier) Collège Croix-Menée (A.Buffenoir) Collège

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état?

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état? Des oxydes d azote se forment à haute température Les gaz d échappement contiennent aussi des oxydes d azote comme NO(g) et NO2(g) (section 5.1). L azote gazeux est normalement très peu réactif. Par contre,

Plus en détail

Chapitre 2. Combustion

Chapitre 2. Combustion Chapitre 2 Combustion 1 Nous étudierons dans ce chapitre le mode de production de chaleur le plus couramment rencontré dans l industrie. Nous nous limiterons au bilan énergétique et non aux processus de

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES

LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. LES DIAGRAMMES DE PHASES BINAIRES Pr Khalil EL GUERMAÏ PROGRAMME COURS 1- Rappel sur l Analyse l Thermique

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 6 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

PHYSIQUE. 1re année. VISA pour la 1 re année Santé. Santé. 2 e édition. Salah Belazreg. Préparer et réussir son entrée en PACES/L1 Santé 100%

PHYSIQUE. 1re année. VISA pour la 1 re année Santé. Santé. 2 e édition. Salah Belazreg. Préparer et réussir son entrée en PACES/L1 Santé 100% 100% 1re année Santé Médecine harmacie Dentaire Sage-Femme Salah Belazreg HYSIQUE ISA pour la 1 re année Santé réparer et réussir son entrée en ACES/L1 Santé Toutes les notions du Lycée requises Des QCM

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

CONDUCTIMÉTRIE : Principe de fonctionnement d un conductimètre : Conductance et résistance

CONDUCTIMÉTRIE : Principe de fonctionnement d un conductimètre : Conductance et résistance CONDUCTIMÉTRIE : Principe de fonctionnement d un conductimètre : Un conductimètre est un ohmmètre alimenté en courant alternatif. On cherche à mesurer la résistance de la solution piégée dans la cellule

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules

CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules CHAPITRE 2 : Structure électronique des molécules I. La liaison covalente 1) Formation d une liaison covalente Les molécules sont des assemblages d atomes liés par des liaisons chimiques résultant d interactions

Plus en détail

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4)

4 ème PHYSIQUE-CHIMIE TRIMESTRE 1. Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique. PROGRAMME 2008 (v2.4) PHYSIQUE-CHIMIE 4 ème TRIMESTRE 1 PROGRAMME 2008 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Les Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé

Plus en détail

259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP

259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP 259 VOLUMETRIE ET TITRATION DOSAGE DU NaOH DANS LE DESTOP A d a p t a t i o n : A. - M. F o u r n i e r ( C o p a d ), M. C a s a n o v a & H. J e n n y ( C d C ) 2 0 0 1 C o n c e p t i o n D. M a r g

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage

Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Séquence 5 Réaction chimique par échange de protons et contrôle de la qualité par dosage Problématique La séquence 5, qui comporte deux parties distinctes, mais non indépendantes, traite de la réaction

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière

Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Contenu pédagogique des unités d enseignement Semestre 1(1 ère année) Domaine : Sciences et techniques et Sciences de la matière Algèbre 1 : (Volume horaire total : 63 heures) UE1 : Analyse et algèbre

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc.

Le ph, c est c compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Le ph, c est c pas compliqué! Gilbert Bilodeau, agr., M.Sc. Conseiller en serriculture Des réponses r aux questions C est quoi et pourquoi c est c important? Conséquences d un d débalancementd? Comment

Plus en détail

TP : SYNTHESE D UN SAVON (PARTIE 1 ET 2) NIVEAU : TERMINALE S

TP : SYNTHESE D UN SAVON (PARTIE 1 ET 2) NIVEAU : TERMINALE S TP : SYNTHESE D UN SAVON (PARTIE 1 ET 2) NIVEAU : TERMINALE S OBJECTIFS DU TP : Etudier puis réaliser expérimentalement une saponification Calculer un rendement COMPETENCES MISES EN JEU : tester, compléter,

Plus en détail

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE

C2 - DOSAGE ACIDE FAIBLE - BASE FORTE Fiche professeur himie 2 - DOSAGE AIDE FAIBLE - BASE FORTE Mots-clés : dosage, ph-métrie, acide faible, base forte, neutralisation, concentration. 1. Type d activité ette expérience permet aux élèves de

Plus en détail

13 Notions sur la combustion

13 Notions sur la combustion 1 er avril 2003 Les combustibles 344 13 Dans la plupart des cycles moteurs étudiés au chapitre 9, les quantités de chaleur nécessaires au fonctionnement du cycle sont obtenues par combustion d hydrocarbures,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch

Dr Berdj Haroutunian, 5, Chemin Gottret ch-1255 VEYRIER tél 00 41 (0)22 784-01-18 www.haroutunian.ch E-mail : berdj@haroutunian.ch 1 L UTILISATION DU PLOMB EN DENTISTERIE : MYTHE OU REALITE Dr Berdj HAROUTUNIAN, Genève Le plomb ne devrait en principe pas être utilisé en dentisterie car il n est pas considéré comme un oligo-élément

Plus en détail

1S20 Classe énergétique d un véhicule

1S20 Classe énergétique d un véhicule FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S20 Classe énergétique d un véhicule Type d'activité Exercice/évaluation Notions et contenus Énergie libérée lors de la combustion d un hydrocarbure ou d un

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

ChimGéné 1.3. Guide d utilisation. Auteur : Alain DEMOLLIENS Lycée Carnot - Dijon avec la collaboration de B. DIAWARA Ecole de Chimie de Paris

ChimGéné 1.3. Guide d utilisation. Auteur : Alain DEMOLLIENS Lycée Carnot - Dijon avec la collaboration de B. DIAWARA Ecole de Chimie de Paris ChimGéné 1.3 Guide d utilisation Auteur : Alain DEMOLLIENS Lycée Carnot - Dijon avec la collaboration de B. DIAWARA Ecole de Chimie de Paris INOVASYS 16 rue du Cap Vert 21800 Quétigny Tel : 03-80-71-92-02

Plus en détail

Véhicule hybride et impact environnemental

Véhicule hybride et impact environnemental Physique-Chimie Programme de première S Véhicule hybride et impact environnemental Thème : Agir Convertir l'énergie et économiser les ressources Type de ressources : activité documentaire : résolution

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2

LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPHILES EN SÉRIE ALIPHATIQUE S N 1 ET S N 2 Pr atem BEN ROMDANE LES SUBSTITUTIONS NUCLÉOPILES EN SÉRIE ALIPATIQUE S N 1 ET S N 2 3 - LE MÉCANISME S N 2 a - Constatations expérimentales Cinétique : l'étude des réactions de substitution nucléophile

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail