C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2"

Transcription

1 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne)

2 - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie. Afin de produire l eau glacée nécessaire au maintien des conditions de climatisations des salles blanches, ainsi que la climatisation générale des bâtiments, l usine d Altis Semiconductor possède 19 Tours AéroRéfrigérantes (TAR) d une capacité de 115MW froid, toutes soumises à autorisation et réparties en 14 circuits situés sur 3 pôles géographiques du site de 55 Ha. Suite à l Arrêté du 13 décembre 2004, relatif aux installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air soumises à autorisation au titre de la rubrique n 2921, de nombreuses restrictions ont conduit à un renforcement du contrôle des installations. Au-delà du problème de santé publique, un arrêt des TAR, chez Altis, aurait également des conséquences dramatiques pour la production. 19 TAR, 14 circuits : 115 MW froid arrêts/démarrages selon conditions climatiques TAR B3 TAR CTF B6 TAR FS Site d Altis, Localisation des installations

3 De nombreuses actions ont été menées à la fois pour maîtriser le risque légionelles mais aussi pour réduire significativement les consommations d eau, de produits chimiques ainsi que l impact environnemental des traitements dans le cadre du processus ISO Ainsi en 2005 a été mis en place un programme de recyclage d eaux ultrapures qui constituent la majorité de l appoint des TAR, accompagné d un traitement centralisé et d un monitoring soutenu. Des procédures de traitement adaptées à chaque situation et bonnes pratiques d exploitation et de maintenance permettent de maîtriser des installations vieillissantes. Les opérations menées ont abouti à une économie de plusieurs tonnes de produits chimiques et de m 3 d eau par an (10 % de la consommation du site) dont ¼ n est plus prélevée dans le milieu naturel. Les nouveaux outils de monitoring mis en place (PCR, ATP) ont permis en tant qu autocontrôle de maîtriser un process dérivant. Les dépassements culture légionelle (entre 10 3 et 10 4 UFC/l) sont ainsi passés de 19.2 % en 2005 à 2.8 % en 2006 et 1.3 % à ce jour en Parmi les méthodes utilisées pour le suivi microbiologique des TAR, une nouvelle technologie est récemment apparue sur le marché : des kits destinés au contrôle microbiologique de tous les réseaux d eau, et basés sur une technique de seconde génération de mesure de l ATP (Adénosine Triphosphate) en tant qu indicateur de mesure des micro-organismes actifs. Dans un souci d optimisation du monitoring et dans le cadre de la recherche permanente d outils de contrôle du process, cette nouvelle technique d ATPmétrie a été testée sur le site d Altis durant 1 mois en tant que nouvel outil de suivi microbiologique des circuits TAR. Utilisation des kits Quench Gone Aqueous (QG ) et Total Control Microbiology (TCM ) L Adénosine Tri-Phosphate est une molécule essentielle à la vie cellulaire car c est la forme d énergie immédiatement utilisable pour les besoins de la cellule, la source d énergie la plus utilisée étant le glucose car c est la plus facilement mobilisable et répandue pour les organismes autotrophes et hétérotrophes. L A.T.P est donc une molécule que l on retrouve dans toutes les substances animales et végétales. On distingue : - ATP intracellulaire (catp) = organismes vivants - ATP extra-cellulaire (datp) = organismes morts ou mort programmée des bactéries - ATP total (tatp) = catp + datp Cette étude s effectue sur un système de seconde génération de mesure de l ATP. Ce système utilise la même réaction chimique qui, dans la nature, permet à la luciole de produire de la lumière. Le principe de la mesure repose sur le comptage de photons produit par l action d une enzyme, la luciférase, qui émet des photons en hydrolysant les molécules d ATP : c est la bioluminescence. L intensité lumineuse est ensuite mesurée grâce à un luminomètre. ATP + luciferine + O Mg ++ AMPP + PP i + oxyluciférine + lumière luciférase RLU tatp xxxxxx Le volume d eau analysé pour les TAR est de 50ml L ATP intracellulaire est obtenu en filtrant l échantillon (élimination du datp) et en procédant à une lyse des bactéries retenues sur le filtre pour libérer leur ATP.

4 La quantité de lumière produite est directement proportionnelle à la biomasse active : en effet, le principal intérêt de cette seconde génération de kits est la possibilité de convertir les résultats RLU (Relative Light Unit) en pg ATP/ml et en Équivalent microbien/ml puisqu il a été établi que 1 pg d ATP équivaut à micro-organismes. Un ajout dosé d ATP (Ultracheck ), stable dans le temps, permet également de pouvoir comparer avec confiance les résultats dans le temps en concentration d ATP au lieu des RLU utilisés dans l ATPmétrie de première génération. Deux kits d ATPmétrie ont été testés au cours de l étude : -Le kit Quench-Gone Aqueous (QGA aqua-tools. com) : outil de suivi de la biomasse active par mesure de l ATP intracellulaire ; - Le kit Total Control (TCM aqua-tools.com) : outil ponctuel d évaluation du stress de la biomasse (BSI) par mesure de l ATP total (tatp) et extracellulaire (datp), utilisé lors du changement de process.(bsi = datp/tatp) de vérifier qu il n y avait pas d interférence avec les résiduels en biocides. RÉSULTATS Trois stratégies de traitement continu en biocide oxydant ont été comparées : - l acide hypobromeux, traitement initial démarré en 2005 ; - l eau oxygénée stabilisée aux ions argent, testée pendant 3 mois pour des raisons environnementales ; - une solution comportant 90 % d acide hypochloreux et 10 % de dioxyde de chlore, générée par électrolyse (système OVIPUR technologie BIO-DES, mis au point par Marin Développement dépt.07)), testée sur 4 circuits puis généralisée sur toutes les TAR. La qualité physico-chimique et microbiologique de l eau d appoint avant traitement était strictement identique dans les 3 cas. La qualification de la mesure sur les circuits TAR a été réalisée de la manière suivante : - suivi de l ATP intracellulaire sur 10 circuits avec 3 traitements en continu différents en biocide oxydant - évaluation du Biomass Stress Index lors du changement de traitement continu - suivi de l ATP intracellulaire sur un circuit traité par des chocs de biocide oxydant - évaluation de l efficacité de différents chocs biocide dans les circuits - parallèle entre l ATP intracellulaire et la PCR L.spp - cartographie du process TAR des eaux d appoint aux circuits - évaluation en laboratoire de l abattement en biomasse par différents biocides selon les concentrations et temps de contact 300 analyses ont ainsi été effectuées pendant un mois. Toutes les mesures d ATP sont réalisées dans les 2h qui suivent le prélèvement. Des analyses sur plusieurs échantillons neutralisés et non neutralisés ont permis

5 Biomasse active par ATP : GF CTF et FS Figure 1 : Suivi de l ATP intracellulaire sur 10 circuits de refroidissement traités successivement à l H 2 O 2 /Ag puis au HOBr La figure 1 montre une teneur en biomasse active comprise entre 10 4 et 10 6 équivalent microbien/ml lors du traitement à l eau oxygénée stabilisée aux ions argent, pour des concentrations en H résiduel comprises entre 1 et 200 mg/l. Un début de chute de la biomasse active est observé lors de la phase de purge effectuée avant le changement de traitement. Après quelques jours de traitement à l acide hypobromeux, les teneurs en biomasse active mesurées vont de 10 2 à 10 4 équivalent microbien/ml pour des concentrations comprises entre 0,5 et 10 mg/l. Procédé Param. Bonne qualité Eau potable Eau TAR (biocides non-oxydant) Eau TAR (biocides oxydant)* Eau de surface ou recyclée catp (pg/ml) catp (pg/ml) catp (pg/ml) catp (pg/ml) < 0,5 <100 <10 Action préventive 0,5 à à à 100 Action corrective > 10 > >100 < 5 5 à 100 > 100 * Inclut le chlore, le brome, le péroxyde, etc.

6 Suivi Biomass Stress Index lors changement traitement Figure 2 : Suivi du BSI lors du changement de traitement biocide Le kit TCM, nous a permis d évaluer le stress de la biomasse à l aide des valeurs obtenues, à savoir le ratio du datp (d ATP = extra-cellulaire) sur tatp (tatp = ATP total présent dans l échantillon) La figure 2 montre que l indice de stress de la biomasse en fonction des circuits était entre 20 à 40 % avec l H 2 O 2 /Ag démontrant ainsi un indice stress faible. Le stress normal des micro-organismes en dehors de tout traitement biocide, est évalué à 25 %. Lors de l étape de purge des circuits, l indice est passé à un niveau de 60 %, pour atteindre 100 % avec le traitement du brome libre. Paramètre Bonne Activité Action activité préventive corrective BSI* (%) > à 75 < 50 *Stress Index Biomasse

7 Biomasse active GF11 Figure 3 : suivi de l ATP intracellulaire sur un circuit traité en continu successivement à l H 2 O 2 /Ag, au HOBr et par un mélange HOCl/ClO 2 L ATPmétrie a également été utilisée au cours d une étude de mise en place de postes locaux biocide avec injection directe dans les circuits afin de définir la concentration minimale d oxydant nécessaire pour chaque installation (selon son état, emplacement, historique, mode de fonctionnement ) L injection du mélange HOCl/ClO 2 généré par électrolyse (système OVIPUR) est asservie à la mesure du potentiel redox dans chaque circuit. biocides. Il a ensuite chuté lors de la remise en service de celles-ci. Pour l un des circuits pour lequel les facteurs de risque sont plus importants, une consigne de 700mv a été fixée à partir des résultats obtenus par ATPmétrie. Les essais (figure 3) ont montré qu une consigne de 600mV était nécessaire sur 3 des circuits pour maintenir les valeurs ATP intracellulaire et PCR L.spp conformes aux valeurs guides. Une augmentation importante de l ATP a bien été constatée lors du désamorçage des pompes doseuses

8 Biomasse active par ATP : Cartographie Process TAR Figure 4 : cartographie du process TAR du site d Altis par ATP intracellulaire Les résultats catp et PCR L.spp sur les circuits TAR d ALTIS ont montré une efficacité biocide limitée de l H 2 O 2 /Ag en comparaison au HOBr, malgré des concentrations résiduelles dix fois supérieures. La cartographie du process (figure 4) a mis en évidence que déjà à la base l eau d appoint traitée avec 100 ppm d H 2 O 2 /Ag était plus chargée en biomasse active : cette eau d appoint traitée distribuée dans les TAR était donc une source de contamination. La faible performance biocide de l H 2 O 2 /Ag peut être en partie due à la capacité de certains microorganismes à catalyser la dismutation du peroxyde d hydrogène en dioxygène et eau grâce à la catalase. Cette enzyme existe chez tous les organismes aérobies chez lesquels elle participe, comme la peroxydase, à la défense contre les dérivés toxiques de l oxygène. Elle agit pour des concentrations plus élevées en peroxyde que la peroxydase. Les micro-organismes possédant ces enzymes (catalase et péroxydase), y compris la légionelle, pourraient alors être résistants à un traitement continu à base d H 2 O 2. La cartographie par ATPmétrie a également mis en évidence des résultats similaires entre le traitement au HOBr et celui au mélange HOCL/ClO 2 généré par électrolyse (système OVIPUR). Le second présentant plus d avantages en terme de coût, d exploitation (pas de dépotage) et du point de vue environnemental (suppression des bromates).

9 GF12 : legionella spp (UG/L) - Biomasse active (eq microbien/l) Figure 5 : suivi de l ATPintracellulaire et de la PCR L.spp sur le circuit de refroidissement GF12 Les mesures en parallèle PCR L.spp et catp (figure 5) ont montré une tendance identique entre les deux méthodes. L évolution des courbes lors des changements de traitement est identique pour les 10 circuits de refroidissement de l étude.

10 INTERPRÉTATION La campagne de mesure sur les TAR a montré que l ATPmétrie était un outil fiable et rapide. Les résultats obtenus sont en concordance avec les constats de terrain, d exploitation ainsi que la connaissance qu avait ALTIS de ses réseaux. Ils sont également concordants avec le mode d action et l efficacité connue des différents biocides. Pour cet indicateur, des valeurs guides et seuils d action ont donc été définis : leur interprétation journalière en complément aux autres analyses physico-chimiques permet de définir les actions à mener. L objectif pour les TAR est un résultat inférieur à 10 4 équivalent microbien/ml (10 pg ATP/ml), témoin d une population microbienne sous contrôle et d un traitement efficace. Un seuil d alarme à 10 5 equivalent microbien/ml (100 pg ATP/ml) a été instauré comme signe d une dérive du process présentant un risque de dépassement en culture légionelle. Suite à la mise en place d un suivi par ATPmétrie, en complément à la PCR L.spp, les analyses de flore aérobie revivifiable (lame gélosée) ont été stoppées. CONCLUSION La mesure d ATP présente plusieurs avantages pour un site industriel. Tout d abord c est un indicateur instantané du taux de micro-organismes qui peut donc être utilisé comme outil de suivi régulier process. La quantification de la biomasse par ATPmétrie est le seul et vrai indicateur de suivi de la flore totale puisque nous quantifions aussi bien, les bactéries viables cultivables que les bactéries viables non cultivables dans nos installations. Ensuite, la mesure est réalisable en laboratoire sur le site et ne prend que 10 minutes par échantillon. Enfin, le coût de cette mesure est faible en regard des autres techniques analytiques disponibles. Les objectifs de ce suivi sont nombreux : Autocontrôle > réactivité : résultats en 10mn (vs 10j culture et 48h PCR) > Anticipation des dérives Vérifier l efficacité des biocides sur les microorganismes viables cultivables et viables non cultivables, en complément de la PCR L.spp pour cibler la légionelle > Améliorer l efficacité des traitements > Optimiser la concentration de biocide > Valider l efficacité des désinfections Identifier les pollutions, les foyers bactériens Gain économique, optimiser le budget analyses en utilisant les indicateurs les plus pertinents pour réduire le budget produits chimiques. L ATPmétrie a permis sur le site d Altis Semiconductor la qualification d un nouveau traitement (génération d HOCl et ClO 2 par électrolyse - système OVIPUR) sur un groupe de TAR. Celui-ci va ensuite être généralisé sur l ensemble du site conduisant ainsi à d importantes économies de produits chimiques (6T/an) et une amélioration de l impact environnemental des rejets en supprimant les bromates. Les mesures d ATP intracellulaire ont par ailleurs validé les concentrations en biocide et temps de contact utilisés pour les désinfections chocs ; ainsi que conforté Altis dans la décision de supprimer certains biocides (isothiazolone, H 2 O 2 /Ag). L ATPmétrie répond aujourd hui aux exigences du mode industriel : fiabilité, réactivité, faible coût. Dans un but permanent d augmentation de la productivité, la possibilité de réaliser une mesure d ATP en ligne constitue également un axe d optimisation indispensable pour répondre aux exigences de ce mode industriel.

11 Route de Renault Flins-sur-Seine, FR Tel.: Fax:

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel Kits d ATP-métrie de nouvelle Génération pour le suivi de l activité Microbiologique dans l industrie chimique : Peinture, enrobage, latex, émulsion de polymères Protéger la qualité du produit par un suivi

Plus en détail

> NOTE D APPLICATION N 1

> NOTE D APPLICATION N 1 > NOTE D APPLICATION N 1 Utilisation des kits Quench-Gone Aqueous comme outil d aide à la mise en place de l Analyse Méthodique des Risques et de Plans de Surveillance des Réseaux Sanitaires et des tours

Plus en détail

OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS

OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS Les objectifs de la surveillance microbiologique : Laurent Garrelly Contrôle réglementaire Mesure de surveillance Conformité Gestion Suivi de flore

Plus en détail

Aqua-tools. Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie

Aqua-tools. Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie Aqua-tools Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie Presentation d Aqua-tools Aqua-tools a été crée en 2006 par Marc Raymond et

Plus en détail

Suivi de la qualité du pétrole de l extraction jusqu à la distribution par un contrôle microbiologique en temps réel

Suivi de la qualité du pétrole de l extraction jusqu à la distribution par un contrôle microbiologique en temps réel Kit QGO-M TM, ATP-métrie de 2 nde Génération, pour le suivi de l activité microbiologique dans l industrie du pétrole (upstream, midstream et downstream) Suivi de la qualité du pétrole de l extraction

Plus en détail

La principale cause du développement

La principale cause du développement LES AUTRES thèmes LA MAÎTRISE DU RISQUE LEGIONELLES Gestion de la problématique Legionella dans les réseaux d eau chaude sanitaire : conception, maintenance et surveillance biologique Jacques Naitychia,

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Evolution rubrique 2921

Evolution rubrique 2921 Association Française des Professionnels pour la maîtrise des risques Cliquez sanitaires pour des modifier réseaux le d'eau style du titre légionelles, Pseudomonas, bactéries aérobies revivifiables. iifibl

Plus en détail

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR)

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) LES AUTRES THÈMES MAITRISER LE RISQUE LEGIONELLES Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) Laurent Garrelly, GL-Biocontrol Nîmes

Plus en détail

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes.

Nos références sur le canton de Genève : SIG chauffage à distance CAD, Bureau d ingénieurs, chauffagistes. BIO-DESEMBOUAGE 100% biologique pour pompes à chaleur, chauffage sol, circuits fermés de chauffage, climatisation et refroidissement. Un procédé physique et naturel Plus de consommable Pas d intervention

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes 68 After a brief survey on legionnaires desease in France and on new regulations, some recommendations are presented for the prevention of the proliferation of legionella in cooling towers La légionellose

Plus en détail

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite

Eau. Eau de boisson. Systèmes de traitement : actualisation des données. en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Eau Eau de boisson en élevage avicole la qualité bactériologique : un facteur de réussite Systèmes de traitement : actualisation des données Eau Eau de boisson en élevage avicole un levier majeur de réussite

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

L Autorité de sûreté nucléaire,

L Autorité de sûreté nucléaire, Décision n 2015-DC-0XXX de l Autorité de sûreté nucléaire du XX XX 2015 relative à la prévention des risques microbiologiques liés aux installations de refroidissement du circuit secondaire des réacteurs

Plus en détail

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle une société novatrice et indépendante en FLUIDES, ENERGIE et ENVIRONNEMENT ARIONIC CA x2 2012/2011

Plus en détail

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients Phote françoise Ricordel M. Merchat KoSAMTI Formations: «Légionelles et refroidissement : gestion du risque» Expertises et tierce expertise Appui technique du MEDDTL merchatm@yahoo.fr Climespace Responsable

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental

Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental 1 Les intervenants Dalila CHERRAD Bernard BECHOFF Ingénieur Traitement des Eaux ESIP Directrice

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau

Journée d information & d échanges des fontainiers. La désinfection de l eau Journée d information & d échanges des fontainiers La désinfection de l eau La désinfection de l eau Le but de la désinfection La désinfection par le Chlore Les méthodes Le dosage Mesurer la teneur en

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau GRUNDFOS alldos information Produit Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau Généralités Généralités Les systèmes Oxiperm Pro produisent du dioxyde de chlore

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Eau de boisson en élevage cunicole. Un facteur majeur de réussite!

Eau de boisson en élevage cunicole. Un facteur majeur de réussite! Eau de boisson en élevage cunicole Un facteur majeur de réussite! L eau, pourquoi une telle importance? L eau est le premier aliment des lapins et le constituant majeur du lait maternel. Les lapins boivent

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

Et Amoéba partenaire pour la solution biologique

Et Amoéba partenaire pour la solution biologique La solution biologique pour lutter contre les légionelles et les amibes dans l eau. Et Amoéba partenaire pour la solution biologique 30/03/2012 1 Présentation de la technologie Explication de la phase

Plus en détail

Tours aéroréfrigérantes : quels traitements disponibles?

Tours aéroréfrigérantes : quels traitements disponibles? LE THÈME DU MOIS MAÎTRISER LE RISQUE LÉGIONELLES Tours aéroréfrigérantes : quels traitements disponibles? Réalisé par Alain Vergnes Les échecs en matière de traitements contre la présence de légionelles

Plus en détail

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE)

EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) AIR CARE Gamme XES EQUIPEMENT DE PURIFICATION DE L AIR (OXYGENE IONISE) Les chambres froides Positives 1 L IONISATIONDE L OXYGENE : UN PROCESSUS NATUREL L air est naturellement porteur d ions négatifs

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Traitements pour la gestion du risque de prolifération des légionelles dans les installations de refroidissement

Traitements pour la gestion du risque de prolifération des légionelles dans les installations de refroidissement Traitements pour la gestion du risque de prolifération des légionelles dans les installations de refroidissement Ministère de l Ecologie et du Développement Durable Page 1 / 28 TABLE DES MATIÈRES 1. Retour

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 28 mai 2014, 146 e année, n o 22 1923 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 454-2014, 21 mai 2014 Loi sur le bâtiment (chapitre B-1.1) Code de

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

Rev. x P12-001 site de DAGIL xxxx xxxx xxxx Rédigé par. Vérifié par Vérifié par Approuvé par Yves Dessoly Responsable Technique/qualité

Rev. x P12-001 site de DAGIL xxxx xxxx xxxx Rédigé par. Vérifié par Vérifié par Approuvé par Yves Dessoly Responsable Technique/qualité DAGIL xxxx xxxx xxxx Rédigé par Vérifié par Vérifié par Approuvé par Yves Dessoly Responsable Technique/qualité Superviseur Qualification Responsable Maintenance Fluide Pharmacien Assurance Qualité Métrologie

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol. PRESENTATION DE LA SOCIETE GL BIOCONTROL GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.com - Web : www.gl-biocontrol.com

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses et d'essais

Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses et d'essais DIRECTION GÉNÉRALE DU CONTRÔLE ECONOMIQUE ET DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES Direction des Laboratoires d Analyses et d Essais de la Qualité Réunion du Comité d'évaluation et d'unification des méthodes d'analyses

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement :

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 1 Carnet de suivi du système de refroidissement Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 2 Mode d emploi du carnet de suivi Le carnet de suivi du système de refroidissement

Plus en détail

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Laboratoire de Développement et d Analyses de Côtes d Armor LDA22 C.Prodhomme 19 mars 2008 WWW.LDA22.com

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 ARAT 26 avril 2012 Ph.Carrara mars 2012 1 Les Directives Les recommandations

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES

COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES COMMENT DESINFECTER LES CIRCUITS D EAU? MYTHES ET REALITES Actualités récentes : 6 cas de légionelloses dont 1 mortel à Rennes en janvier 2006 La + grande épidémie en France = 86 cas de légionelloses dont

Plus en détail

Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise

Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise Qualité Sécurité Catalogue 2013 Environnement Formation Audit Conseil Ingénierie Expertise «Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences, plateau d activité, personnalisation» www.cebios.fr

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Avis Technique 19/11-110. Probio

Avis Technique 19/11-110. Probio Avis Technique 19/11-110 Annule et remplace l Avis Technique 19/06-76 Procédé de traitement sanitaire des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Procédé de lutte contre la prolifération des légionelles

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Fiche n 9 : Le brunissement des pommes Niveau : 1 ère S SVT

Fiche n 9 : Le brunissement des pommes Niveau : 1 ère S SVT FICHE RÉCAPITULATIVE Lorsque nous croquons une pomme, la chair de celle-ci est blanche. Nous avons tous pu remarquer, après avoir oublié cette même pomme croquée sur une table pendant plusieurs minutes,

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique D epuis 1994, la mise en place de la méthode HACCP, des bonnes pratiques d hygiène et des contrôles microbiologiques

Plus en détail

Catalogue 2012. Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise. «Notre équipe à votre service» www.cebios.fr

Catalogue 2012. Environnement. Formation. Audit. Conseil. Ingénierie. Expertise. «Notre équipe à votre service» www.cebios.fr Qualité Sécurité Catalogue 2012 Environnement Formation Audit Conseil Ingénierie Expertise «Notre équipe à votre service» www.cebios.fr Sommaire Formation : Intra/Inter/E-Learning/Visio Qualité Sécurité

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100

RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100 RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100 Aide pour l élaboration d un plan de surveillance des installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air (rubrique n 2921) pour

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Analyses et services à destination des ICPE

Analyses et services à destination des ICPE Analyses et services > LE LABORATOIRE LCA > AUTOSURVEILLANCE DES REJETS AQUEUX > SURVEILLANCE DU MILIEU NATUREL > MESURES SUR SITE ET PRÉLÈVEMENTS > ASSISTANCE À L'EXPLOITATION D'UNITÉS DE TRAITEMENT DES

Plus en détail

analyseurs eaux propres et eaux usées

analyseurs eaux propres et eaux usées analyseurs eaux propres et eaux usées La gamme des analyseurs fixes ATI sont proposés par la surveillance en continu des composés chimiques dans les eaux potables, les eaux de process et les eaux usées

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

Les meilleures solutions de traitement des eaux

Les meilleures solutions de traitement des eaux Les meilleures solutions de traitement des eaux Des solutions de pointe pour le traitement des eaux ZEOLIS est le nouveau système de recyclage d eau créé pour aider nos clients à améliorer la gestion de

Plus en détail

Nouvelles technologies alternatives à la désinfection chimique Intérêts, limites, avenir

Nouvelles technologies alternatives à la désinfection chimique Intérêts, limites, avenir Nouvelles technologies alternatives à la désinfection chimique Intérêts, limites, avenir WorkShop EcoSec 1 er octobre 2015 Souad CHRISTIEANS Souad.christieans@adiv.fr ZAC des Gravanches 10, rue Jacqueline

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Testeur de chlore libre et total Brevet en instance. Modèle CL500

MANUEL D UTILISATION. Testeur de chlore libre et total Brevet en instance. Modèle CL500 MANUEL D UTILISATION Testeur de chlore libre et total Brevet en instance Modèle CL500 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition du testeur de chlore, modèle CL500. Premier de son genre,

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Fluid distribution and regulation systems for buildings

Fluid distribution and regulation systems for buildings Fluid distribution and regulation systems for buildings DOSSIER: LIMITER LE RISQUE LEGIONELLES DANS LES CIRCUITS D EAU SANITAIRE IND.B - AVR 09 1/ GENERALITES De nombreuses recherches démontrent qu un

Plus en détail

Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais interlaboratoires A.G.L.A.E.

Ce document est diffusé à titre informatif et est basé sur des résultats et observations d essais interlaboratoires A.G.L.A.E. Association Générale des Laboratoires d Analyses de l Environnement NOTE TECHNIQUE N 4 Recherche et dénombrement de Legionella spp et de Legionella pneumophila dans les eaux propres : RT-PCR versus Culture

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Présentation effectuée par Laurent MICHON lmichon@groupecarso.com Responsable du Pôle Hygiène Hospitalière Groupe CARSO 4 avenue Jean Moulin 69200 Vénissieux

Plus en détail

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008)

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) Déchets ménagers et traitement de lixiviat (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) I- Introduction La Tunisie produit près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont 700 000 tonnes

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR

CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR 0305010 CLASSIFICATION PARTICULAIRE DE L AIR SOMMAIRE 1 ÉLÉMENTS GÉNÉRAUX... 1.1 Référentiels normatifs... 1. Norme ISO 14 644-1... CLASSES PARTICULAIRES... 3.1 Paramètres à définir... 3. Classes particulaires

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

LA BIOLUMINESCENCE. 1 Introduction. 2 Définition. 3 Le phénomène. 4 Les différentes formes de bioluminescence

LA BIOLUMINESCENCE. 1 Introduction. 2 Définition. 3 Le phénomène. 4 Les différentes formes de bioluminescence LA BIOLUMINESCENCE 1 Introduction 2 Définition 3 Le phénomène 4 Les différentes formes de bioluminescence 5 Pourquoi les animaux émettent de la lumière 6 Annexes Introduction Des insectes comme le lampyre

Plus en détail

Modification de l ORRChim Installations stationnaires contenant des fluides frigorigènes stables dans l air

Modification de l ORRChim Installations stationnaires contenant des fluides frigorigènes stables dans l air Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l'environnement OFEV Division Protection de l air et produits chimiques Modification

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail