C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2"

Transcription

1 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne)

2 - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie. Afin de produire l eau glacée nécessaire au maintien des conditions de climatisations des salles blanches, ainsi que la climatisation générale des bâtiments, l usine d Altis Semiconductor possède 19 Tours AéroRéfrigérantes (TAR) d une capacité de 115MW froid, toutes soumises à autorisation et réparties en 14 circuits situés sur 3 pôles géographiques du site de 55 Ha. Suite à l Arrêté du 13 décembre 2004, relatif aux installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air soumises à autorisation au titre de la rubrique n 2921, de nombreuses restrictions ont conduit à un renforcement du contrôle des installations. Au-delà du problème de santé publique, un arrêt des TAR, chez Altis, aurait également des conséquences dramatiques pour la production. 19 TAR, 14 circuits : 115 MW froid arrêts/démarrages selon conditions climatiques TAR B3 TAR CTF B6 TAR FS Site d Altis, Localisation des installations

3 De nombreuses actions ont été menées à la fois pour maîtriser le risque légionelles mais aussi pour réduire significativement les consommations d eau, de produits chimiques ainsi que l impact environnemental des traitements dans le cadre du processus ISO Ainsi en 2005 a été mis en place un programme de recyclage d eaux ultrapures qui constituent la majorité de l appoint des TAR, accompagné d un traitement centralisé et d un monitoring soutenu. Des procédures de traitement adaptées à chaque situation et bonnes pratiques d exploitation et de maintenance permettent de maîtriser des installations vieillissantes. Les opérations menées ont abouti à une économie de plusieurs tonnes de produits chimiques et de m 3 d eau par an (10 % de la consommation du site) dont ¼ n est plus prélevée dans le milieu naturel. Les nouveaux outils de monitoring mis en place (PCR, ATP) ont permis en tant qu autocontrôle de maîtriser un process dérivant. Les dépassements culture légionelle (entre 10 3 et 10 4 UFC/l) sont ainsi passés de 19.2 % en 2005 à 2.8 % en 2006 et 1.3 % à ce jour en Parmi les méthodes utilisées pour le suivi microbiologique des TAR, une nouvelle technologie est récemment apparue sur le marché : des kits destinés au contrôle microbiologique de tous les réseaux d eau, et basés sur une technique de seconde génération de mesure de l ATP (Adénosine Triphosphate) en tant qu indicateur de mesure des micro-organismes actifs. Dans un souci d optimisation du monitoring et dans le cadre de la recherche permanente d outils de contrôle du process, cette nouvelle technique d ATPmétrie a été testée sur le site d Altis durant 1 mois en tant que nouvel outil de suivi microbiologique des circuits TAR. Utilisation des kits Quench Gone Aqueous (QG ) et Total Control Microbiology (TCM ) L Adénosine Tri-Phosphate est une molécule essentielle à la vie cellulaire car c est la forme d énergie immédiatement utilisable pour les besoins de la cellule, la source d énergie la plus utilisée étant le glucose car c est la plus facilement mobilisable et répandue pour les organismes autotrophes et hétérotrophes. L A.T.P est donc une molécule que l on retrouve dans toutes les substances animales et végétales. On distingue : - ATP intracellulaire (catp) = organismes vivants - ATP extra-cellulaire (datp) = organismes morts ou mort programmée des bactéries - ATP total (tatp) = catp + datp Cette étude s effectue sur un système de seconde génération de mesure de l ATP. Ce système utilise la même réaction chimique qui, dans la nature, permet à la luciole de produire de la lumière. Le principe de la mesure repose sur le comptage de photons produit par l action d une enzyme, la luciférase, qui émet des photons en hydrolysant les molécules d ATP : c est la bioluminescence. L intensité lumineuse est ensuite mesurée grâce à un luminomètre. ATP + luciferine + O Mg ++ AMPP + PP i + oxyluciférine + lumière luciférase RLU tatp xxxxxx Le volume d eau analysé pour les TAR est de 50ml L ATP intracellulaire est obtenu en filtrant l échantillon (élimination du datp) et en procédant à une lyse des bactéries retenues sur le filtre pour libérer leur ATP.

4 La quantité de lumière produite est directement proportionnelle à la biomasse active : en effet, le principal intérêt de cette seconde génération de kits est la possibilité de convertir les résultats RLU (Relative Light Unit) en pg ATP/ml et en Équivalent microbien/ml puisqu il a été établi que 1 pg d ATP équivaut à micro-organismes. Un ajout dosé d ATP (Ultracheck ), stable dans le temps, permet également de pouvoir comparer avec confiance les résultats dans le temps en concentration d ATP au lieu des RLU utilisés dans l ATPmétrie de première génération. Deux kits d ATPmétrie ont été testés au cours de l étude : -Le kit Quench-Gone Aqueous (QGA aqua-tools. com) : outil de suivi de la biomasse active par mesure de l ATP intracellulaire ; - Le kit Total Control (TCM aqua-tools.com) : outil ponctuel d évaluation du stress de la biomasse (BSI) par mesure de l ATP total (tatp) et extracellulaire (datp), utilisé lors du changement de process.(bsi = datp/tatp) de vérifier qu il n y avait pas d interférence avec les résiduels en biocides. RÉSULTATS Trois stratégies de traitement continu en biocide oxydant ont été comparées : - l acide hypobromeux, traitement initial démarré en 2005 ; - l eau oxygénée stabilisée aux ions argent, testée pendant 3 mois pour des raisons environnementales ; - une solution comportant 90 % d acide hypochloreux et 10 % de dioxyde de chlore, générée par électrolyse (système OVIPUR technologie BIO-DES, mis au point par Marin Développement dépt.07)), testée sur 4 circuits puis généralisée sur toutes les TAR. La qualité physico-chimique et microbiologique de l eau d appoint avant traitement était strictement identique dans les 3 cas. La qualification de la mesure sur les circuits TAR a été réalisée de la manière suivante : - suivi de l ATP intracellulaire sur 10 circuits avec 3 traitements en continu différents en biocide oxydant - évaluation du Biomass Stress Index lors du changement de traitement continu - suivi de l ATP intracellulaire sur un circuit traité par des chocs de biocide oxydant - évaluation de l efficacité de différents chocs biocide dans les circuits - parallèle entre l ATP intracellulaire et la PCR L.spp - cartographie du process TAR des eaux d appoint aux circuits - évaluation en laboratoire de l abattement en biomasse par différents biocides selon les concentrations et temps de contact 300 analyses ont ainsi été effectuées pendant un mois. Toutes les mesures d ATP sont réalisées dans les 2h qui suivent le prélèvement. Des analyses sur plusieurs échantillons neutralisés et non neutralisés ont permis

5 Biomasse active par ATP : GF CTF et FS Figure 1 : Suivi de l ATP intracellulaire sur 10 circuits de refroidissement traités successivement à l H 2 O 2 /Ag puis au HOBr La figure 1 montre une teneur en biomasse active comprise entre 10 4 et 10 6 équivalent microbien/ml lors du traitement à l eau oxygénée stabilisée aux ions argent, pour des concentrations en H résiduel comprises entre 1 et 200 mg/l. Un début de chute de la biomasse active est observé lors de la phase de purge effectuée avant le changement de traitement. Après quelques jours de traitement à l acide hypobromeux, les teneurs en biomasse active mesurées vont de 10 2 à 10 4 équivalent microbien/ml pour des concentrations comprises entre 0,5 et 10 mg/l. Procédé Param. Bonne qualité Eau potable Eau TAR (biocides non-oxydant) Eau TAR (biocides oxydant)* Eau de surface ou recyclée catp (pg/ml) catp (pg/ml) catp (pg/ml) catp (pg/ml) < 0,5 <100 <10 Action préventive 0,5 à à à 100 Action corrective > 10 > >100 < 5 5 à 100 > 100 * Inclut le chlore, le brome, le péroxyde, etc.

6 Suivi Biomass Stress Index lors changement traitement Figure 2 : Suivi du BSI lors du changement de traitement biocide Le kit TCM, nous a permis d évaluer le stress de la biomasse à l aide des valeurs obtenues, à savoir le ratio du datp (d ATP = extra-cellulaire) sur tatp (tatp = ATP total présent dans l échantillon) La figure 2 montre que l indice de stress de la biomasse en fonction des circuits était entre 20 à 40 % avec l H 2 O 2 /Ag démontrant ainsi un indice stress faible. Le stress normal des micro-organismes en dehors de tout traitement biocide, est évalué à 25 %. Lors de l étape de purge des circuits, l indice est passé à un niveau de 60 %, pour atteindre 100 % avec le traitement du brome libre. Paramètre Bonne Activité Action activité préventive corrective BSI* (%) > à 75 < 50 *Stress Index Biomasse

7 Biomasse active GF11 Figure 3 : suivi de l ATP intracellulaire sur un circuit traité en continu successivement à l H 2 O 2 /Ag, au HOBr et par un mélange HOCl/ClO 2 L ATPmétrie a également été utilisée au cours d une étude de mise en place de postes locaux biocide avec injection directe dans les circuits afin de définir la concentration minimale d oxydant nécessaire pour chaque installation (selon son état, emplacement, historique, mode de fonctionnement ) L injection du mélange HOCl/ClO 2 généré par électrolyse (système OVIPUR) est asservie à la mesure du potentiel redox dans chaque circuit. biocides. Il a ensuite chuté lors de la remise en service de celles-ci. Pour l un des circuits pour lequel les facteurs de risque sont plus importants, une consigne de 700mv a été fixée à partir des résultats obtenus par ATPmétrie. Les essais (figure 3) ont montré qu une consigne de 600mV était nécessaire sur 3 des circuits pour maintenir les valeurs ATP intracellulaire et PCR L.spp conformes aux valeurs guides. Une augmentation importante de l ATP a bien été constatée lors du désamorçage des pompes doseuses

8 Biomasse active par ATP : Cartographie Process TAR Figure 4 : cartographie du process TAR du site d Altis par ATP intracellulaire Les résultats catp et PCR L.spp sur les circuits TAR d ALTIS ont montré une efficacité biocide limitée de l H 2 O 2 /Ag en comparaison au HOBr, malgré des concentrations résiduelles dix fois supérieures. La cartographie du process (figure 4) a mis en évidence que déjà à la base l eau d appoint traitée avec 100 ppm d H 2 O 2 /Ag était plus chargée en biomasse active : cette eau d appoint traitée distribuée dans les TAR était donc une source de contamination. La faible performance biocide de l H 2 O 2 /Ag peut être en partie due à la capacité de certains microorganismes à catalyser la dismutation du peroxyde d hydrogène en dioxygène et eau grâce à la catalase. Cette enzyme existe chez tous les organismes aérobies chez lesquels elle participe, comme la peroxydase, à la défense contre les dérivés toxiques de l oxygène. Elle agit pour des concentrations plus élevées en peroxyde que la peroxydase. Les micro-organismes possédant ces enzymes (catalase et péroxydase), y compris la légionelle, pourraient alors être résistants à un traitement continu à base d H 2 O 2. La cartographie par ATPmétrie a également mis en évidence des résultats similaires entre le traitement au HOBr et celui au mélange HOCL/ClO 2 généré par électrolyse (système OVIPUR). Le second présentant plus d avantages en terme de coût, d exploitation (pas de dépotage) et du point de vue environnemental (suppression des bromates).

9 GF12 : legionella spp (UG/L) - Biomasse active (eq microbien/l) Figure 5 : suivi de l ATPintracellulaire et de la PCR L.spp sur le circuit de refroidissement GF12 Les mesures en parallèle PCR L.spp et catp (figure 5) ont montré une tendance identique entre les deux méthodes. L évolution des courbes lors des changements de traitement est identique pour les 10 circuits de refroidissement de l étude.

10 INTERPRÉTATION La campagne de mesure sur les TAR a montré que l ATPmétrie était un outil fiable et rapide. Les résultats obtenus sont en concordance avec les constats de terrain, d exploitation ainsi que la connaissance qu avait ALTIS de ses réseaux. Ils sont également concordants avec le mode d action et l efficacité connue des différents biocides. Pour cet indicateur, des valeurs guides et seuils d action ont donc été définis : leur interprétation journalière en complément aux autres analyses physico-chimiques permet de définir les actions à mener. L objectif pour les TAR est un résultat inférieur à 10 4 équivalent microbien/ml (10 pg ATP/ml), témoin d une population microbienne sous contrôle et d un traitement efficace. Un seuil d alarme à 10 5 equivalent microbien/ml (100 pg ATP/ml) a été instauré comme signe d une dérive du process présentant un risque de dépassement en culture légionelle. Suite à la mise en place d un suivi par ATPmétrie, en complément à la PCR L.spp, les analyses de flore aérobie revivifiable (lame gélosée) ont été stoppées. CONCLUSION La mesure d ATP présente plusieurs avantages pour un site industriel. Tout d abord c est un indicateur instantané du taux de micro-organismes qui peut donc être utilisé comme outil de suivi régulier process. La quantification de la biomasse par ATPmétrie est le seul et vrai indicateur de suivi de la flore totale puisque nous quantifions aussi bien, les bactéries viables cultivables que les bactéries viables non cultivables dans nos installations. Ensuite, la mesure est réalisable en laboratoire sur le site et ne prend que 10 minutes par échantillon. Enfin, le coût de cette mesure est faible en regard des autres techniques analytiques disponibles. Les objectifs de ce suivi sont nombreux : Autocontrôle > réactivité : résultats en 10mn (vs 10j culture et 48h PCR) > Anticipation des dérives Vérifier l efficacité des biocides sur les microorganismes viables cultivables et viables non cultivables, en complément de la PCR L.spp pour cibler la légionelle > Améliorer l efficacité des traitements > Optimiser la concentration de biocide > Valider l efficacité des désinfections Identifier les pollutions, les foyers bactériens Gain économique, optimiser le budget analyses en utilisant les indicateurs les plus pertinents pour réduire le budget produits chimiques. L ATPmétrie a permis sur le site d Altis Semiconductor la qualification d un nouveau traitement (génération d HOCl et ClO 2 par électrolyse - système OVIPUR) sur un groupe de TAR. Celui-ci va ensuite être généralisé sur l ensemble du site conduisant ainsi à d importantes économies de produits chimiques (6T/an) et une amélioration de l impact environnemental des rejets en supprimant les bromates. Les mesures d ATP intracellulaire ont par ailleurs validé les concentrations en biocide et temps de contact utilisés pour les désinfections chocs ; ainsi que conforté Altis dans la décision de supprimer certains biocides (isothiazolone, H 2 O 2 /Ag). L ATPmétrie répond aujourd hui aux exigences du mode industriel : fiabilité, réactivité, faible coût. Dans un but permanent d augmentation de la productivité, la possibilité de réaliser une mesure d ATP en ligne constitue également un axe d optimisation indispensable pour répondre aux exigences de ce mode industriel.

11 Route de Renault Flins-sur-Seine, FR Tel.: Fax:

> NOTE D APPLICATION N 1

> NOTE D APPLICATION N 1 > NOTE D APPLICATION N 1 Utilisation des kits Quench-Gone Aqueous comme outil d aide à la mise en place de l Analyse Méthodique des Risques et de Plans de Surveillance des Réseaux Sanitaires et des tours

Plus en détail

La principale cause du développement

La principale cause du développement LES AUTRES thèmes LA MAÎTRISE DU RISQUE LEGIONELLES Gestion de la problématique Legionella dans les réseaux d eau chaude sanitaire : conception, maintenance et surveillance biologique Jacques Naitychia,

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 28 mai 2014, 146 e année, n o 22 1923 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 454-2014, 21 mai 2014 Loi sur le bâtiment (chapitre B-1.1) Code de

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement :

Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 1 Carnet de suivi du système de refroidissement Dénomination de l installation : Adresse du système de refroidissement : 2 Mode d emploi du carnet de suivi Le carnet de suivi du système de refroidissement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100

RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100 RAPPORT D ÉTUDE juin 2006 N DRC 06 76471 - ERSA n 100 Aide pour l élaboration d un plan de surveillance des installations de refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air (rubrique n 2921) pour

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.

GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol. PRESENTATION DE LA SOCIETE GL BIOCONTROL GL BIOCONTROL Le Mas Bas CIDEX 1040 30 250 ASPERES GSM : +33 (0)6 81 71 31 83 - Fax : +33 (0)9 55 25 40 31 Email : contact@gl-biocontrol.com - Web : www.gl-biocontrol.com

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA CHLORATION?

QU EST-CE QUE LA CHLORATION? QU EST-CE QUE LA CHLORATION? Qu est-ce que la chloration? Des micro-organismes peuvent être trouvés dans des rivières, lacs et eau souterraine. Même si ce ne sont pas tous les micro-organismes qui peuvent

Plus en détail

LA BIOLUMINESCENCE. 1 Introduction. 2 Définition. 3 Le phénomène. 4 Les différentes formes de bioluminescence

LA BIOLUMINESCENCE. 1 Introduction. 2 Définition. 3 Le phénomène. 4 Les différentes formes de bioluminescence LA BIOLUMINESCENCE 1 Introduction 2 Définition 3 Le phénomène 4 Les différentes formes de bioluminescence 5 Pourquoi les animaux émettent de la lumière 6 Annexes Introduction Des insectes comme le lampyre

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger

Procédure d intervention. Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger Procédure d intervention Détection de Listeria monocytogenes dans un aliment prêt à manger TABLE DES MATIÈRES POURQUOI VÉRIFIER LA PRÉSENCE DE LISTERIA MONOCYTOGENES DANS LES ALIMENTS PRÊTS À MANGER...

Plus en détail

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016

PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 PROGRAMME DE REVISIONS - TERM S /2016 ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE THEMES 1 2 et 3 ENTRAINEMENT THEME 1 - LA TERRE DANS L UNIVERS LA VIE L EVOLUTION DE LA VIE ENERGIE ET CELLULE VIVANTE I / FLUX D ENERGIE

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

Surveillance du COT dans l eau ultrapure de laboratoire

Surveillance du COT dans l eau ultrapure de laboratoire Surveillance du COT dans l eau ultrapure de laboratoire Les graves conséquences de la contamination organique de l eau ultrapure ont conduit à répandre l'usage de la surveillance du COT en plus de la résistivité

Plus en détail

Metrohm Water Solutions

Metrohm Water Solutions Metrohm Water Solutions Commandez avant le 30 juin 2012 et vous recevrez GRATUITEMENT 1 logiciel MagIC Net TM 1 kit d ultrafiltration ou 1 kit de dilution intelligente 1 colonne Metrosep A Supp 7 250/4.0

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement

Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l environnement A l initiative de François Loos Ministre délégué à l Industrie Page 1 Prix Pierre Potier L innovation en chimie au bénéfice de l

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Méthodes de détection et de dénombrement de Legionella dans l eau

Méthodes de détection et de dénombrement de Legionella dans l eau Méthodes de détection et de dénombrement de Legionella dans l eau Avis de l Anses Rapport d expertise collective Avril 2011 Édition scientifique Méthodes de détection et de dénombrement de Legionella dans

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire

Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité. Alain VICAUD - EDF Division Production Nucléaire Les besoins en eau de refroidissement des centrales thermiques de production d électricité 1 Les circuits d eau d une centrale thermique Circuit secondaire Appoint Circuit primaire Circuit tertiaire Purge

Plus en détail

inspection, nettoyage et désinfection

inspection, nettoyage et désinfection Réservoirs et canalisations d eau destinée à la consommation humaine : inspection, nettoyage et désinfection GUIDE TECHNIQUE Ce guide a été réalisé à l initiative du ministère chargé de la santé MINISTÈRE

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules

Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de particules Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des eaux Procédés de traitement des eaux de chauffage et de refroidissement par addition de produits et rétention de

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

L air que nous respirons

L air que nous respirons L air que nous respirons Brumes matinales sur le bocage normand, France Les êtres vivants et le dioxygène Le dioxygène est une molécule essentielle de l environnement. Elle représente près de 21 % des

Plus en détail

Contrôles microbiologiques

Contrôles microbiologiques 46 Contrôles microbiologiques 1 Microbes utiles et germes de contamination 381 2 Points de contrôle microbiologique 381 3 Pratiques aseptisées 382 4 Installations spécifiques 382 5 Prélèvement et préparation

Plus en détail

SÉPARATEURS DE CONDENSATSS

SÉPARATEURS DE CONDENSATSS SÉPARATEURS DE CONDENSATSS ÉLIMINATION DES CONDENSATS, DE L AIR COMPRIMÉ L humidité naturellement contenue dans l air et les poussières atmosphériques aspirées par le compresseur se retrouvent après compression,

Plus en détail

Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires

Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires P3-oxonia active Description Peroxyacide pour l'hygiène dans les industries agroalimentaires Qualités Le P3-oxonia active est efficace à froid. Il n'est ni rémanent ni polluant. Il ne contient pas d'acide

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

La PCR en temps réel

La PCR en temps réel La PCR en temps réel Hôpital La Rabta Tunis 6 juin 2013 Dr Sabine Favre-Bonté Maître de Conférences, Université Claude Bernard Lyon 1 UMR CNRS 5557 Ecologie Microbienne Equipe Multi-résistance environnementale

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Réduction de la pollution d un moteur diesel

Réduction de la pollution d un moteur diesel AUBERT Maxime SUP B Professeur accompagnateur : DELOFFRE Maximilien SUP B Mr Françcois BOIS PAGES Simon SUP E Groupe n Réduction de la pollution d un moteur diesel Introduction L Allemand Rudolf Diesel

Plus en détail

chaine du froid 31 janvier 2013

chaine du froid 31 janvier 2013 Médicaments et chaine du froid 31 janvier 2013 Plan 1 ère partie: les bonnes pratiques en référence au recommandations du conseil de l Ordre 2 ème partie: Expérience du centre hospitalier 2 partie: Expérience

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage :

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage : Acquisition d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique

Plus en détail

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables Solutions laboratoires Solutions pour les laboratoires Tampons ph Étalons de conductivité Solutions de mesure redox et O 2 dissous Solutions de mesure ISE Solutions de maintenance Solutions pour le calibrage

Plus en détail

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH

STATION D EPURATION EAUCLIN A LIT IMMERGE : TYPE 40 EH - Traitement eaux et effluents - Maillol Grand - 81990 CAMBON D ALBI Tél. 05.63.78.92.96 - Fax. 05.63.53.06.25 E-mail. eauclin@hotmail.fr - Spécialisée dans les stations d épuration biologique à culture

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

SDESR Journée technique aqua pro Bulle 20 janvier 2010

SDESR Journée technique aqua pro Bulle 20 janvier 2010 SDESR Journée technique aqua pro Bulle 20 janvier 2010 Services Industriels de Genève Démarche qualité : Plaintes clients et protection du réseau de distribution J-B. Guillet / Conseil en installation

Plus en détail

pour la détermination du COT dans l eau ultra pure être légèrement oxydées, certaines plus que d autres, les pharmacopées prescrivent

pour la détermination du COT dans l eau ultra pure être légèrement oxydées, certaines plus que d autres, les pharmacopées prescrivent Pharma Eau purifiée Perspectives dans l analyse des eaux purifiés 11 News THORNTON Leading Pure Water Analytics SST Test d adéquation du système pour la détermination du COT dans l eau ultra pure La détermination

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

de l air pour nos enfants!

de l air pour nos enfants! B u l l e t i n d e l O Q A I n 1 Crèches et lieux d enseignement : de l air pour nos enfants! Le programme de l OQAI «Lieux de vie fréquentés par les enfants» a débuté en 2006. Une première phase de recueil

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

Puissant et écologique à la fois

Puissant et écologique à la fois Puissant et écologique à la fois La technologie innovante de désinfection et d oxydation à l ozone économique et écologique www.prominent.com L ozone Un puissant désinfectant La plus-value à la clé : une

Plus en détail

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER UNE SOLUTION ANTIMICROBIENNE ORIGINALE N9 Pure Silver 3 Avec le N9 Pure Silver, Carrington Fabrics lance une nouvelle génération d antimicrobiens à base d argent.

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos.

Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. entreposage Choisir et utiliser un détecteur de gaz pour le travail en espace clos. Un détecteur de gaz contribue à déterminer les mesures de prévention et l équipement de protection nécessaires dans le

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses

Utilisation de produits sains et sûrs Mise en oeuvre de procédures strictes et rigoureuses INTRODUCTION H.A.C.C.P. ou A.R.M.P.C. L Analyse des risques et maîtrise des points critique La nouvelle réglementation en matière d hygiène (ar. 09 mai 1995 et ar. 29 septembre 1997) oblige les responsables

Plus en détail

Seven2Go. La mesure du ph en toute liberté Des mesures de qualité, partout

Seven2Go. La mesure du ph en toute liberté Des mesures de qualité, partout Seven2Go Seven2Go ph/potentiel redox Conductivité Concentration ionique Oxygène dissous La mesure du ph en toute liberté Des mesures de qualité, partout Mobilité des mesures de ph Un laboratoire mobile,

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

LA A RESPIRATION CELLULAIRE

LA A RESPIRATION CELLULAIRE Instructions aux professeurs Domaine : 1.1 Le transport de substances, réaction chimique de la respiration cellulaire, p. 6 Travail à réaliser : Les élèves répondent aux questions. Matériel : Feuilles

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NFPOSTES DE SECURITE MICROBIOLOGIQUE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

Un procédé à anode active d ion de zinc pour lutter contre le calcaire et la corrosion. Les dégâts sont tout aussi importants mais plus coûteux encore

Un procédé à anode active d ion de zinc pour lutter contre le calcaire et la corrosion. Les dégâts sont tout aussi importants mais plus coûteux encore LES ECHOS SOLUTIONS TECHNIQUES De longues années d expériences et d essais ont montré que les procédés par électrolyse à anode active de zinc constituaient un mode traitement efficace contre le calcaire

Plus en détail

Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux. Présentation du projet SWIFT-WFD

Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux. Présentation du projet SWIFT-WFD Les méthodes alternatives de surveillance de la qualité des eaux Ce rapport présente le projet européen SWIFT-WFD. Il est préparé dans le cadre du programme de travail d AQUAREF 2008 et de la convention

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

L ACV dans les projets de recherche :

L ACV dans les projets de recherche : L ACV dans les projets de recherche : - Les fondamentaux de l éco-conception - Les démarches, les outils - L ACV dans les projets de recherche - Exemples de projets européens Présentation ACV 6 Septembre

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail