La principale cause du développement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La principale cause du développement"

Transcription

1 LES AUTRES thèmes LA MAÎTRISE DU RISQUE LEGIONELLES Gestion de la problématique Legionella dans les réseaux d eau chaude sanitaire : conception, maintenance et surveillance biologique Jacques Naitychia, Ingénieur conseil, Société Isagua Concept Veliana Todorova, Aqua-tools La lutte contre le développement des légionelles est un sujet récurrent. De multiples solutions curatives ont été ou sont proposées, non sans «dégâts collatéraux». Les maîtres d ouvrage exigent pour leur part des résultats probants et imposent parfois des solutions inédites. Le «retour aux fondamentaux» est indispensable : une bonne maîtrise de l hydraulique des réseaux et une surveillance efficace pour détecter rapidement les dérives. Cet article met en évidence les causes «cachées» à l origine de la problématique légionelles dans les réseaux bouclés. Abstract Managing the Legionellosis problem in domestic hot water networks: design, maintenance and biological monitoring. fending off the development of Legionellosis is an ongoing issue. Multiple remedial solutions have been or are still being proposed, but not all exempt from «collateral damage». On their side, clients demand convincing results and sometimes impose brand new solutions. It is absolutely necessary to «return to the fundamentals»: a proper mastery of network hydraulics and efficient monitoring to rapidly detect any variation from the standard. This paper highlights the «hidden» root causes of Legionellosis in loop networks. La principale cause du développement des légionelles dans les réseaux d ECS est la stagnation de l eau dans les canalisations de bouclage. À défaut de circulation dans une ou plusieurs boucles, l eau devient stagnante et l abaissement de température (28 C - 45 C) est favorable au développement des bactéries. Le biofilm représente 99 % des microorganismes présents dans une installation. Seulement 1 % sont planctoniques, c est-àdire véhiculés dans le fil de l eau. Le mécanisme est le suivant : les légionelles phagocytent l amibe, se développent à l intérieur, la font éclater. Libérées par millions, elles ensemencent le réseau pour reproduire le processus et s installer là où elles trouvent des conditions favorables. La présence de légionelles est souvent associée à une eau riche en nutriments, présentant une forte flore microbienne. Le biofilm nourrit en permanence le réseau et la production. L éradication du biofilm est une aberration, maintenir une température permanente proche de 60 C est une bonne solution pour éviter toute contamination. Dès lors qu il existe des zones stagnantes sans espoir d être irriguées par des températures supérieures à 55 C, il y a risque de développement. Toutes les actions curatives (chocs thermiques ou chlorés) n atteignent que partiellement les zones de noncirculation et n agissent que sur les bactéries libres dans l eau (et non dans le biofilm). Néanmoins, c est cette eau que nous utilisons pour nos besoins et particulièrement pour la douche. Dans le cadre de la lutte contre les brû- N L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES - 59

2 Figure 1 : Équilibrage d un réseau - Diamètres, débits, pertes de charges. Position des réglages des OP (Kv d équilibrage). lures, les concepteurs installent des mitigeurs thermostatiques dans les gaines techniques pour alimenter les lavabos et douches à une température inférieure à 50 C. Si les réseaux mitigés ne sont pas à l origine de la contamination, ils sont des gîtes favorables au développement des bactéries. Actuellement, de nombreux équipements neufs sont modifiés tant il est difficile de venir à bout d une contamination. Les mitigeurs thermostatiques sont déposés, remplacés par des équilibreurs de pression dont le rôle est de couper l eau chaude en l absence d eau froide. La température est abaissée au niveau du robinet mono-commande équipé d une butée de limite de température. À chaque puisage, l antenne subit la température du réseau et la contamination disparaît. Prendre la problématique Legionella dès la conception, c est éviter un maximum de soucis par la suite. Une bonne conception doit prendre en compte la dimension maintenance pour garantir de bons résultats de façon pérenne. Les actions mises en place lors de la maintenance peuvent être validées par des outils de surveillance biologique. Le maintien en température Le maintien de la température de l eau par le système de bouclage est une bonne solution pour lutter contre la prolifération de légionelles dès lors que l installation a été correctement dimensionnée et équilibrée. Avec ce principe, les avantages sont multiples. L eau est toujours en mouvement, la vitesse permet l entraînement des particules, l homogénéisation de la température est réalisée, une action mécanique et thermique agit sur les parois. À l inverse, une mauvaise conception ou un défaut de maintenance favorise la stagnation avec les inconvénients cités ci-dessus. Il faut noter que la longueur des canalisations de bouclage peut représenter 50 % du linéaire du réseau. Dans ces conditions, et en cas de dysfonctionnement, les bras morts, les antennes, ne représentent qu une infime partie de la problématique. Le dimensionnement des bouclages Actuellement, on constate que si le dimensionnement des canalisations qui assure le débit de puisage est généralement bien maîtrisé par le concepteur, il n en est pas de même pour celui des bouclages qui n est généralement pas calculé, mais dimensionné de manière empirique. Or, l application de la règle du différentiel de température (5 C en général) entre l aller et le retour ne suffit pas à garantir la circulation de l eau dans toutes les boucles et il est illusoire de «dessiner» et réaliser un réseau «propre à sa destination» si le dimensionnement n a pas été effectué dans les règles de l art. Un défaut de conception entraîne : l excès de bridage des organes de réglage (quelques dixièmes de mm de passage) ; des vitesses trop faibles ou nulles dans les bouclages éloignés ; le colmatage des canalisations et une température favorable au développement des bactéries. L équilibrage du réseau Qui n a pas constaté, au niveau des extrémités des robinets, la présence de particules de quelques dixièmes à 1 mm, voire plus? Ces particules, inévitables, ont des origines diverses : sable, corrosion, tartre La présence d une filtration sur l eau froide permet de s affranchir au moins des particules issues de la livraison. Les vannes d équilibrage mal dimensionnées piègent les particules, diminuent la vitesse et sont à l origine du colmatage des canalisations et par conséquent du développement des légionelles. Le choix de ces matériels par le diamètre du tuyau ou la couleur du volant doit être proscrit. Le Kv, ou coefficient de vanne, caractérise un orifice de très petite taille qui permet d absorber l excédent de pression nécessaire à la répartition des débits dans chaque boucle. Il est égal au débit rapporté à la racine carrée de la pression. Pour un même Kv, la distance siège-clapet (orifice) varie en fonction de la conception du matériel. Le choix de l organe de réglage est donc primordial (figure 1). Par analogie : pour le chauffage, un radiateur froid ou tiède pose un problème d inconfort que l on règle rapidement ; pour l eau chaude sanitaire, lorsqu un bouclage est stagnant ou tiède, l eau coule tout de même au robinet. Le problème n est pas mis en évidence alors que le risque de distribuer des légionelles est majeur. Les organes de réglage dans les réseaux d eau chaude sanitaire se comportent comme des filtres. Ces matériels sont issus des technologies du chauffage et sont, dans la majorité des cas, non adaptés à la problématique de l eau chaude sanitaire. Pour un besoin identique et en fonction du choix du modèle, les distances de passage varient de 1 à 4. Il est urgent que les fabricants indiquent ce paramètre dans les notices techniques. Un espoir cependant : on voit arriver sur le marché un système d organe de réglage auto nettoyant 1 qui prend en compte la maintenance de l équilibrage. Les particules de tailles supérieures à l orifice de passage sont, dans le système automatisé, évacuées à l égout deux fois par semaine. Une solution aussi pour la rénovation, car il faut bien admettre que l accès aux organes d équilibrage n est pas toujours facile. Système auto nettoyant ; nouveautés L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES - N 328

3 organes de réglage ; Intégrer dans l étude (en amont du DCE) les conditions de maintenance (photos ci après-figure 3) de l équilibrage, les temps nécessaires et les coûts. Il est courant de trouver des installations avec 500 voire organes de réglage (bouclage intégral jusqu aux robinets ou chambres), le mieux étant l ennemi du bien, de nombreuses installations sont corrigées car contaminées. L audit hydraulique met en évidence les limites de ce schéma. Figure 2 : Principe de distribution. Autant les automatiser plutôt que de projeter une maintenance illusoire! Une solution et un investissement qu il faut encourager car l avenir ne va pas dans le sens de l augmentation des personnels techniques dans les établissements de santé. Le colmatage et le défaut d équilibrage sont les principales causes de la stagnation de l eau dans les canalisations de bouclage. Vérifier leur fonctionnement et maintenir les débits initiaux, c est prévenir tout risque de contamination. Les règles de l art, les circulaires et les audits insistent généralement sur la nécessité d améliorer la circulation dans les bouclages. On constate que si les productions et les points terminaux sont bien pris en compte, la distribution reste un grand mystère pour les gens de la conception et de la maintenance. Régler le problème de la circulation dans les bouclages, c est s affranchir des légionelles dans la majorité des cas. Afin de prévenir le risque de légionelles, il est impératif de calculer les pertes de charge, simuler l équilibrage et, pour limiter la longueur des antennes, réaliser une architecture permettant le passage de la canalisation «aller» le plus près possible du point de puisage ; 5 à 6 mètres d antenne semblent raisonnables et réalistes. Il vaut mieux des antennes de plusieurs mètres alimentées par une eau à 57 C que des antennes courtes alimentées à 30 C. Les installations les plus simples réalisées suivant ce schéma n ont aucun problème de contamination (figure 2). La longueur des antennes n est pas un critère de risque légionelles mais elles doivent être la plus courte possible pour des raisons de confort et d économie La maintenance commence à la conception Les établissements de santé n ayant pas le monopole des légionelloses, les maîtres d ouvrage et concepteurs doivent avoir une attention particulière au niveau de la prescription et du contrôle : Limiter le nombre des bouclages (hydraulique et maintenance) ; Éviter les réseaux mitigés ; Exiger le plan d architecture des réseaux ; Exiger les notes de calcul des bouclages qui intègrent la position de réglage des Figure 3: Difficultés d accès aux organes de réglage. Surveillance biologique de l installation et diagnostic des dérives via l ATP quantitative Outre les paramètres de température et débits utilisés pour la maintenance des réseaux sanitaires, il est intéressant de disposer d indicateurs microbiologiques pour suivre l évolution de la prolifération microbienne dans le temps : Legionella pour les eaux chaudes et Pseudomonas Aeruginosa pour les eaux froides Véritable outil de diagnostic et de surveillance des installations, l ATP-métrie quantitative 2 permet d effectuer des cartographies biologiques avec résultats immédiats pour détecter les dérives microbiennes, évaluer toute action corrective mise en place et surveiller dans le temps les zones critiques. Ces outils permettent la Kits QGA, société Aqua-tools. N L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES - 61

4 Figure 4 : L ATP intracellulaire en tant qu indicateur de l ensemble de la biomasse vivante. mesure de la totalité de la flore microbiologique vivante dans l échantillon d eau via la quantification de la molécule d ATP (Adénosine Triphosphate) intracellulaire (catp), marqueur énergétique de toutes les cellules vivantes (figure 4). Malgré une mesure non spécifique, la quantification des microorganismes via le catp permet de prévenir le risque légionelles par la démarche d identification de la présence de facteurs de risque de prolifération de la bactérie. De tels facteurs, comme indiqué en début de l article, sont le biofilm et la présence d une forte flore interférente. Le maître mot : prévenir une dérive, mettre en place des actions correctives et mesurer en temps réel la pertinence des actions. Dans une démarche d investigation, la première étape consiste à effectuer une cartographie biologique pour localiser les zones Mesures de l ATP intracellulaire (catp) via le kit QGA Le principe de la mesure de l ATP repose sur la bioluminescence. Cette mesure est effectuée grâce à l enzyme Luciférase qui catalyse la réaction entre la Luciférine (substrat), l ATP (cofacteur) et l oxygène, ce qui entraîne une émission de lumière. Chaque molécule d ATP consommée dans la réaction produit un photon de lumière. La quantité de lumière produite est directement proportionnelle à la quantité d énergie biologique présente dans l échantillon. Le kit QGA mesure uniquement l ATP intracellulaire (catp), contenu dans les microorganismes vivants. L ATP extracellulaire, libéré par des microorganismes morts et qui pourrait être encore intact dans l eau, est éliminé par une étape préalable de filtration. La mesure d ATP-métrie peut être mise en œuvre in situ : le filtrat d un échantillon d eau (50 ml), dont les bactéries filtrées ont été lysées afin de libérer leur ATP intracellulaire, est mis en solution avec la Luciférase. La quantité de photons émis est alors mesurée avec un Luminomètre. Grâce à une solution étalon d ATP, cette mesure est convertie en concentration et exprimée en pg/ml ou Equivalents microorganismes/ml. La totalité de l analyse nécessite 4 minutes. Il est recommandé pour les eaux sanitaires de présenter un niveau de catp d environ 0,5pg/ml (recommandation Aqua-tools). de prolifération microbienne. Des prélèvements seront réalisés au niveau de tout le réseau d eau concerné de l eau de ville jusqu au point d usage. Les analyses quantitatives par le QGA vont montrer clairement les points critiques de développement d une biomasse importante, véritable nid potentiel à légionelles. Cette cartographie permet de répondre à la question principale que se posent les services d hygiène : faut-il désinfecter la totalité du réseau, seulement les parties terminales concernées ou une partie spécifique de l installation. Les résultats d une cartographie biologique avec cette méthode sont disponibles dans l heure qui suit les prélèvements et permettent de déclencher immédiatement les mesures adéquates. Ces actions (désinfections thermo-chimiques, nettoyages des adoucisseurs, des ballons d eau chaude etc) pourront être immédiatement évaluées après par la même technique et reconduites si nécessaire afin d obtenir une efficacité optimale. Les points critiques de l installation identifiés dans cette démarche pourront être surveillés dans le temps afin de pouvoir adapter un niveau de maintenance garantissant une maîtrise des risques microbiologiques. Mise en application de l outil de surveillance (cas concret) Un établissement hospitalier de 200 lits, présentant une forte contamination par la légionelle sur l ensemble du réseau, a été cartographié par la méthode ATP-métrie QGA dans le but de connaître la biologie de l installation et orienter les actions de désinfection. Ce réseau, alimenté par une production, comprend quatre bâtiments. Dans le cadre de la protection contre les brûlures, toutes les chambres sont équipées d un module thermostatique en gaine technique. Les antennes terminales sont alimentées par un réseau d eau chaude mitigé à des températures de l ordre de 45 C. L investigation a été effectuée au niveau de la production et 3 chambres témoins de bâtiments différents afin de caractériser l ensemble des réseaux. La cartographie a permis d identifier la présence d une biomasse très importante au niveau de l adoucisseur et des antennes terminales alimentant les douches et lavabos des chambres quelque soit le bâtiment. Les analyses traditionnelles de légionelles sur milieu gélosé réalisées sur les mêmes points que l ATP ont montré une contamination massive des points terminaux. Suite à cette première investigation, une chloration proportionnelle à 1 mg/l a été mise en place sur l ensemble du réseau sanitaire, suivie par une désinfection thermo-chimique à 60 C, 3 mg/l de chlore pendant 1 heure sur les points terminaux quinze jours après. L adoucisseur a également subit une désinfection. Suite à ces actions curatives, une deuxième cartographie ATP et culture met en évidence un abaissement de la biomasse de l ordre de 10 à 50 et des résultats légionelles négatifs sur l ensemble des points. La surveillance et le suivi de l adoucisseur indiquent une élévation anormale de la biomasse après un mois de fonctionnement. Les points mesurés en amont de l adoucisseur sont qualifiés de bon (tableau 1). Cause probable de la contamination terminale et améliorations prévues L adoucisseur (10,58pg/ml en catp et 7500 UFC/l en culture légionelle) (et probablement une autre source à l origine) alimente le réseau d eau chaude à 60 C, la température de production chute pendant les périodes de pointes à une température inférieure à 50 C, le réseau contaminé distribue les légionelles aux points terminaux mitigés. Rappelons qu un puisage systématique dans ces conditions ne règle pas le problème. Le biofilm s installe dans les zones où la température est favorable. Dans le cas où les clapets qui équipent les mitigeurs thermostatiques sont fuyards, on retrouve des légionelles sur l eau froide en amont des mitigeurs. Dans ce cas, il est important de surveiller les pressions entre 62 - L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES - N 328

5 Tableau 1 : Résultats de la cartographie ATP QGA dans un hôpital avant et après les actions de désinfection Cartographie initiale Cartographie après désinfection (adoucisseur + réseau terminal) Zone Nom Echantillon catp (pg/ml) Equivalents Microorganismes/ ml Legionella pneumophila (UFC/L) catp (pg/ml) Equivalents Microorganismes/ ml Legionella pneumophila (UFC/L) Production Avant adoucisseur 0, Production Après Adoucisseur 10, , < 250 nd Production Retour ECS 9, , < 250 nd Chambre 1 EF avant mitigeur 2, Chambre 1 EF Lavabo 2, , < 250 nd Chambre 1 EC avant mitigeur 41, < 250 nd Chambre 1 EC douche 45, , < 250 nd Chambre 2 EF avant mitigeur 3, , < 250 nd Chambre 2 EF lavabo 1, , < 250 nd Chambre 2 EC avant mitigeur 6, , < 250 nd Chambre 2 EC douche 11, < 250 nd Chambre 3 EF avant mitigeur 2, , Chambre 3 EF lavabo 0, Chambre 3 EC avant mitigeur 80, , Chambre 3 EC douche 73, , < 250 nd les réseaux ECS et EFS. Le traitement filmogène composé de matières organiques ne facilite pas le règlement du problème. Sa présence est néanmoins nécessaire car le réseau est composé d une mixité des canalisations (Cuivre et acier galvanisé). Les améliorations projetées sont : Surveillance de l adoucisseur par la méthode catp - si la contamination est persistante envisager son remplacement ; Règlement du problème de chute de température de la production ; Suppression des 200 éléments thermostatiques en gaine, remplacement de la robinetterie par des robinets mono-commandes à butée et un équilibreur de pression dans le cas où le risque de brûlure est avéré. La suppression de la chloration et des filtres terminaux sera conditionnée par des résultats bactériologiques par culture. Intérêt de la méthode d ATP-métrie quantitative L intérêt principal de cette technique pour les établissements de santé est la réactivité qu elle apporte pour anticiper les dérives de l installation (avant même que des légionelles soient dénombrées dans l eau), mais aussi la possibilité de vérifier l efficacité des actions de désinfection de l eau, et ceci sur tous les micro-organismes, aussi bien cultivables que non cultivables. Ainsi, les mesures correctives sont mises en place et validées plusieurs jours avant qu une méthode de culture classique des microorganismes ait pu donner le résultat, et la population fragilisée de ces établissements est ainsi mieux protégée. Conclusion La maîtrise de la température en tout point du réseau est conditionnée par la conception, la réalisation et les conditions de maintenance. Les dérives sont mises en évidence par les contrôles biologiques. Traiter chimiquement un réseau de manière permanente est un constat d échec au niveau de la maîtrise de son réseau. Le meilleur moyen de lutte contre la légionellose est l absence de légionelles dans les réseaux ECS. Leur présence n est pas une fatalité. n MAÎTRISER LE RISQUE LEGIONELLES par James CHERON Cet ouvrage fait le point sur l ensemble de la problématique légionelles en couvrant tout à la fois l aspect réglementaire lié à l exploitation d équipements susceptibles de contribuer à propager Legionella, sans oublier les aspects analyses et traitements. Il intéressera donc tout à la fois les exploitants de tours aéroréfrigérantes, de réseaux ECS au sein des établissements susceptibles de recevoir du public, mais aussi les collectivités locales et territoriales soucieuses de bien comprendre la problématique légionelles pour mieux protéger les populations exposées à ce risque. 325 pages - Format 16 x 24 cm - ISBN Prix public : 72 e TTC Renseignements et commandes : Editions JOHANET 60, rue du Dessous des Berges Paris - Tél. : (0) Fax : (0) N L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES - 63

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE Manuelle Motorisée Prévention et lutte contre les légionelles GRK NET PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES LÉGIONELLES LA SOLUTION POUR LA MAINTENANCE DES

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel Kits d ATP-métrie de nouvelle Génération pour le suivi de l activité Microbiologique dans l industrie chimique : Peinture, enrobage, latex, émulsion de polymères Protéger la qualité du produit par un suivi

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Indicateur Microbiologique. Kit d analyse Microbiologique rapide de la flore totale par ATP 2G

Indicateur Microbiologique. Kit d analyse Microbiologique rapide de la flore totale par ATP 2G Indicateur Microbiologique Kit d analyse Microbiologique rapide de la flore totale par ATP 2G Matériels Kit Analyse des microorganismes Surface, dépôt, coupon (DSA 2G) Kit Analyse de l eau Flore totale

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

> NOTE D APPLICATION N 1

> NOTE D APPLICATION N 1 > NOTE D APPLICATION N 1 Utilisation des kits Quench-Gone Aqueous comme outil d aide à la mise en place de l Analyse Méthodique des Risques et de Plans de Surveillance des Réseaux Sanitaires et des tours

Plus en détail

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires Rédaction cahier des clauses techniques particulières (CCTP) Phase Travaux Opération préalable à la réception des installations (OPR)

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant,

Plus en détail

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE H LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE Architecture BERNET C, LAPRUGNE-GARCIA E, SAINT GENIS LAVAL Juillet 2009 Pseudomonas aeruginosa ou bacille

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D CHAUDE SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 Valérie Boyer : Infirmière Hygiéniste Catherine Foucou : Praticien en Hygiène PROLIFERATION

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées «legionella pneumophila» ou «légionelles». Ces

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8 FFi icchhee Prraat tiqquuee Outil de suivi et d''évaluation de la qualité du réseau Objectif Pour éviter le développement de Pseudomonas aeruginosa dans l eau froide des réseaux alimentant les établissements

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM

Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM Notice de dimensionnement d une installation Power-Pipe TM SARL Solénove Énergie 220 rue de Chemeau 45560 Saint Denis en Val, France Tél : 02 38 49 14 90 Email : info@solenove-energie.fr Sommaire 1. Dimensionnement

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Constats Présence régulière de légionelles dans les installations de distribution d eau intérieure

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus»

Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. «Aquastrom T plus» Robinet thermostatique à préréglage pour conduites de circulation d E.C.S. Information technique Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles

Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013. - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles Fiche d information Prévention des Risques Professionnels Septembre 2013 - Prévention des Risques professionnels - Les risques liés aux légionelles La présente fiche rappelle les différentes mesures concernant

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle une société novatrice et indépendante en FLUIDES, ENERGIE et ENVIRONNEMENT ARIONIC CA x2 2012/2011

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS

OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS Les objectifs de la surveillance microbiologique : Laurent Garrelly Contrôle réglementaire Mesure de surveillance Conformité Gestion Suivi de flore

Plus en détail

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com

Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes. www.arionic.com Solutions pour le rejet zéro de produits chimiques dans les tours aéroréfrigérantes www.arionic.com Notre POSITIONNEMENT LOGEMENTS TRANSPORTS COLLECTIVITES Traitement de l eau Réduire l utilisation et

Plus en détail

POLLUTEC. Tartre, Biofilm, Legionelles: Traiter l eau à la source pour une protection durable.

POLLUTEC. Tartre, Biofilm, Legionelles: Traiter l eau à la source pour une protection durable. POLLUTEC Tartre, Biofilm, Legionelles: Traiter l eau à la source pour une protection durable. 16 Av. des Chateaupieds 92500 Rueil-Malmaison - France www.arionic.com-tel: +33(0)1 41 42 36 81 L eau Tout

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

Mise en service d un réseau neuf

Mise en service d un réseau neuf Gestion des risques liés à l eau lors de l ouverture d un bâtiment Aile Ouest Aile Est Aile SUD ICASS ARROJA Marie-Agnès, cadre hygiéniste ICS MOREAU Nathalie, infirmière hygiéniste Mise en service d un

Plus en détail

Suivi de la qualité du pétrole de l extraction jusqu à la distribution par un contrôle microbiologique en temps réel

Suivi de la qualité du pétrole de l extraction jusqu à la distribution par un contrôle microbiologique en temps réel Kit QGO-M TM, ATP-métrie de 2 nde Génération, pour le suivi de l activité microbiologique dans l industrie du pétrole (upstream, midstream et downstream) Suivi de la qualité du pétrole de l extraction

Plus en détail

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS DOCUMENTATION

CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS DOCUMENTATION CHAUFFE EAU INSTANTANE EXTRA PLAT - ECRAN LED DJS DOCUMENTATION DJS France Centre Paris Pleyel - 153 bd Anatole France - 93521 Saint-Denis Cedex 01 Tél : 01 83 64 66 59 / 06 77 55 85 38 - Fax : 01 83 64

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

3 noms, 3 logos,... 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 1

3 noms, 3 logos,... 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 1 3 noms, 3 logos,... 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 1 Désormais Pneumatex, TA et Heimeier ne font plus qu un : 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 2 Nos 3 expertises : -Pneumatex :

Plus en détail

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR)

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) LES AUTRES THÈMES MAITRISER LE RISQUE LEGIONELLES Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) Laurent Garrelly, GL-Biocontrol Nîmes

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale CONCOURS D'ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2EME CLASSE DES ETABLISSEMENTS D'ENSEIGNEMENT SPECIALITE: INSTALLATIONS ELECTRIQUES, SANITAIRES ET THERMIQUES MERCREDI

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON

DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS FRANCE CHAUFFE EAU ELECTRIQUE INSTANTANE AVANTAGES CARACTERISTIQUES TECHNIQUES MODELES ET TARIFS GARANTIE - LIVRAISON DJS France ZI Les Chanoux 62 rue Louis Ampère 93330 Neuilly-sur-Marne Tel: 01 48

Plus en détail

Les économies d eau, l affaire de tous

Les économies d eau, l affaire de tous Les économies d eau, l affaire de tous La robinetterie Les toilettes L électroménager Liens vers sites spécialisé Sources La robinetterie les réducteurs de pression individuel robinets mitigeurs robinets

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables.

De nombreux locaux de bâtiments tertiaires sont utilisés à la fois de manière intermittente et par des nombres de personnes très variables. 1 FICHE OX «GESTION DE L AIR PERFORMANTE DANS LES LOCAUX A USAGE INTERMITTENT (NEUF OU EXISTANT) PAR AUTOMATISATION DES DEBITS EN FONCTION DE LA PRESENCE OU DU TAUX DE CO 2» 1/ Contexte et Enjeux De nombreux

Plus en détail

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE ANTENNE REGIONALE AQUITAINE GESTION DU RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS LES EHPAD MANUEL D EVALUATION 2011 SOMMAIRE Liste des abréviations... 3 Objectif du manuel d évaluation... 4 Fiche établissement...

Plus en détail

Information technique

Information technique Das Qualitätsmanagementsystem von Oventrop ist gemäß DIN-EN- ISO 001 zertifiziert. Descriptif du cahier des charges: Robinet thermostatique Oventrop «Aquastrom T plus» à préréglage pour conduites de circulation

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire

La production d eau chaude à partir de l énergie solaire La production d eau chaude à partir de l énergie solaire Prévenir les risques sanitaires en Etablissements de santé Etablissements sociaux et médico-sociaux d hébergement pour personnes âgées Eau et santé

Plus en détail

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées

Le ministre de la santé et des solidarités, le ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées Circulaire DGS/SD7A-DHOS/E4-DGAS/SD2 n o 2005-493 du 28 octobre 2005 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médicosociaux d hébergement pour personnes

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie

LES PLAISIRS de L EAU. conjuguer confort et économies d énergie LES PLAISIRS de L EAU conjuguer confort et économies d énergie Profitez des plaisirs de l eau tout en diminuant votre consommation CONJUGUER CONFORT ET ÉCONOMIES D ÉNERGIE IL EXISTE UN MOYEN TRÈS SIMPLE

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie

Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie Ingénierie Conseils en Maintenance, Etudes de Productivité et Benchmarking Energies Utilités Energétiques et Techniques des Bâtiments Tertiaires et de l'industrie IMPACT DU DEVELOPPENT DURABLE SUR LA CONCEPTION

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

MR Modulo MR Mono. Modules de régulation. Tertiaire

MR Modulo MR Mono. Modules de régulation. Tertiaire C O M P O S A N T S A E R A U L I Q U E S MR Modulo MR Mono Modules de régulation Tertiaire 2 MR Modulo MR Mono MR Modulo, MR Mono le bon équilibrage des réseaux aérauliques Pour répondre aux enjeux de

Plus en détail

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique

Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Ouverture d un pavillon médical : Mesures mises en œuvre pour la mise en eau et suivi bactériologique Congrès de la SF2H - 9 Juin 2011 S. Coudrais Biohygiéniste Unité d Hygiène et Epidémiologie - Groupement

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004

Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 Prévention des risques sanitaires liés aux légionelles Réunion DRIRE / DSDS CCIG mardi 9 novembre 2004 09/11/04 DSDS DE GUYANE 1 sommaire 1/ présentation de la légionelle et historique des épidémies de

Plus en détail

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients

Installations de refroidissement Avantages/ Inconvénients Phote françoise Ricordel M. Merchat KoSAMTI Formations: «Légionelles et refroidissement : gestion du risque» Expertises et tierce expertise Appui technique du MEDDTL merchatm@yahoo.fr Climespace Responsable

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

www.hdgdev.com 1 2 1

www.hdgdev.com 1 2 1 www.hdgdev.com 1 2 1 Puits canadien - provençal Une solution géothermique naturelle 3 Principe de fonctionnement : Le puit canadien appelé aussi puit provençal est un système de ventilation conçu pour

Plus en détail

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 Procédure de maintenance des réseaux d eau Référence BM : Environnement Ref. Service : Eau Version : 0 Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 1. OBJET Cette procédure vise, dans le

Plus en détail

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Guide de montage Difficulté : Durée de l intervention : 1h30 à 2h00 Besoin d informations? Contactez-nous au 01 47 55 74 26 ou par email à Sommaire Introduction... 2

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN

TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN TRAITEMENT DES SURFACES INTERIEURES D UNE CUVE DE STOCKAGE D UN CHAUFFE EAU SOLAIRE ALGERIEN CHIKHI Mourad 1, SELLAMI Rabah 1 et Merzouk Kasbadji Nachida 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Juin 2009 Ce guide décrit l ensemble des dispositions

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Ballon E.C.S. type 120/40

Ballon E.C.S. type 120/40 Notice technique Ballon E.C.S. type 120/40 Ballon E.C.S. type 120/40 Préparateur indépendant d eau chaude sanitaire (E.C.S.) à accumulation de hautes performances et de forte capacité. Ballon E.C.S. type

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs

Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs Objectif : Il s agit d identifier et de selectionner un type d émetteurs On donne : Un dossier ressource définissant : o Le rôle des radiateurs o Les différents types de radiateurs o Les règles de pose

Plus en détail

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP

LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP LES PERTES DE CHARGE J-M R. D-BTP 2006 1 Définitions, généralités Détermination de tuyauteries, calcul de pertes de charge Abaques 2 Définitions, généralités Notion de perte de charge Perte de charge d

Plus en détail

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES :

EXEMPLES DE DIFFERENCES POSSIBLES ENTRE LES ZONES A RISQUES : Créateur en France du premier stage HACCP en 1991 LE CONCEPT DE L ATELIER ULTRAPROPRE DANS SES ASPECTS AERAULIQUES Olivier Rondouin (o.rondouin@asept.fr) Résumé de l intervention présentée dans le cadre

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION

LE CHAUFFAGE CENTRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULATION LE CHAUFFAGE CENRAL AU BOIS AVEC HYDROACCUMULAION Descriptif de la technologie L association d une chaudière turbo bois et d un ballon d hydroaccumulation est aujourd hui le meilleur système de chauffage

Plus en détail

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION ELECTRODOMESTIQUE DANS LES LOGEMENTS NEUFS

COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION ELECTRODOMESTIQUE DANS LES LOGEMENTS NEUFS COMMENT REDUIRE LA CONSOMMATION ELECTRODOMESTIQUE DANS LES LOGEMENTS NEUFS LE ROLE ET LES MOYENS DES ARTISANS LES ENJEUX Dans les logements construits après 1980, le coût annuel de l électroménager est

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRÊTÉ DU 1 er FÉVRIER 2010 RELATIF À LA SURVEILLANCE DES LÉGIONELLES

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail