5. Matériaux en contact avec l eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5. Matériaux en contact avec l eau"

Transcription

1 Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte - saisonnalité Les réseaux d eau peuvent être constitués de différentes sources d eaux (surface / forage) avant d être traitées. La qualité des eaux de surfaces étant très variable en fonction de la saisonnalité (contrairement aux eaux de forage) il faut donc un contrôle microbiologie plus régulier. On se retrouve avec des systèmes de collecte, d acheminement et de prétraitement mixes et différents. Il est donc important de contrôler toutes les sections de façon fréquente car les populations de microorganismes peuvent être très variables en genre et en nombre. 2. Optimalisation des Traitements de désinfection Cette rapidité permet d évaluation l efficacité d un traitement en temps-réel et d adapter celui-ci en conséquence (nature/quantité). Un biocide efficace et correctement dosé c est une meilleure gestion des couts. (Réservoirs, châteaux d eau, usine de potabilisation) 3. Surveillance de l intégrité du réseau de distribution d eau Notion de cartographie Tous ces avantages permettent à cette méthode d améliorer considérablement la surveillance du réseau par : une réactivité instantanée (analyse + correction dans la même journée). Après avoir cartographié le réseau des zones sensibles peuvent être identifiées. On peut donc vérifier l intégrité des points de captage du réseau, donc évaluer efficacement le risque microbiologique. La définition de ces seuils et une analyse fréquente des points critiques de l installation constituent un véritable système d alarme microbiologique, garantissant un suivi précis et permettant d agir tout de suite afin de prévenir toute dérive microbiologique et le passage à un état d alerte. 4. Stimulation croissance microbienne Il est évident que l eau potable traitée ou non peut supporter la croissance des biofilms durant les phases de stockage ou de distribution. La stimulation de la croissance des microorganismes est à prendre en considération car l augmentation du nombre de microorganismes entraine des problèmes de corrosion des canalisations, une dégradation organoleptique de l eau et des risques de problèmes de santé publique avec une augmentation des bactéries pathogènes ou non. 5. Matériaux en contact avec l eau

2 L évaluation du pouvoir stimulant des matériaux sur les microorganismes se fait via la mesure de l ATP comme indiqué dans la norme NF EN Influence des matériaux sur l'eau destinée à la consommation humaine Stimulation de la croissance microbienne (SCM) 6. Désinfectant L utilisation du chlore ou des monochloramines est largement répandue à travers le monde pour limiter la croissance des microorganismes. Certains pays d Europe comme la France dont le climat est tempéré, distribuent leur eau sans résidus de traitement pour ne pas altérer le gout et odeur, la stimulation de croissance des microorganismes doit donc être extrêmement limitée. L eau distribuée se doit donc d être biologiquement stable, la surveillance du réseau est donc cruciale. L ATP est une méthode rapide et quantitative du risque pendant distribution (ref eau de paris) 7. Traitement- Usine de potabilisation Le traitement et la potabilisation de l eau se fait aujourd hui via des membranes et des filtres biologiques pour éliminer la matière organique et les particules en suspension Membranes : La mesure d ATP permet de vérifier l état d encrassement (biofouling) de membrane et donc évaluer sa performance. Un biofilm important sur la membrane entraine une résistance de passage et donc un traitement plus lent et donc une activité moins rentable. Filtration biologique : Il en est de même pour la filtration biologique, ce procédé fait appel à des microorganismes pour abattre la matière organique présente dans l eau. Il est nécessaire d entretenir une population en plein santé pour une efficacité maximale. Il est donc important de vérifier l état de santé des bactéries des biofiltres pour un rendement optimal du procédé. 8. Lavage des Lignes L ATP est aussi très utile lors du lavage de ligne, en effet il est souvent difficile de savoir quand arrêter la purge. La mesure d ATP permet d évaluer le nombre de microorganisme en sortie de purge en quasi temps réel. On peut alors optimiser les couts en déterminant avec précision quand arrêter la purge, évitant une purge partielle et donc inutile, ou au contraire une purge trop longue qui gaspille l eau. 9. ATP vs HPC La mesure de l ATP mesure est corrélé avec mesure R2A / PCA (eau de paris). Elle permet en plus d évaluation la population totale et constitue un moyen rapide d estimer le risque microbiologique des réseaux d eau potable.

3 La méthode ATP permet une mesure microbiologique totale y compris des réservoirs biologiques. Par exemple en ce qui concerne les légionnelles les méthodes traditionnelles (culture sur milieu gélosé) ne comptabilisent que les légionnelles circulantes sous formes unitaire. Les bactéries sous forme de biofilm, dans des vésicules, ou dans des réservoirs biologiques comme les protozoaires, dans lesquels les bactéries sont protégées, ne sont pas cultivées sur boite. Sous-estimation du risque!! La culture sur boite nécessite aussi une homogénéisation parfaite de l échantillon au risque de sous évaluer le risque. En effet 2 bactéries «collées» ne formeront qu une seule colonie sur boite, et seront donc considérées comme 1 organisme, alors que la méthode ATP est globale et comptera bien 2 organismes. De même pour les organismes stressés (traitement physique/chimique), peuvent ne pas se multiplier durant le temps d analyse sur milieu gélosé (1-5jours). Dans un premier temps les bactéries en état de stress qui sont mises en culture sur boite vont réparer les dommages causés par les traitements afin de retrouver un état physiologique favorable à leur croissance. Une fois cette étape complétée (qui peut durer plusieurs jours) la bactérie va alors commencer à se diviser et donner une colonie. Le problème étant que le comptage des colonies peut se faire avant cette phase de guérison. Ces bactéries stressées peuvent donc conduire à une sous-estimation du risque. La méthode ATP ne prend pas en compte l état de santé du microorganisme. Qu il soit stressé ou non un microorganisme possède de l ATP et sera donc pris en compte dans la mesure. Il est reconnu que moins de 1% des microorganismes présents sur Terre sont cultivable in vitro, les conditions de culture sont donc inconnue pour la majorité des microorganismes, on dit que ces organismes sont en état VBNC, viables mais non cultivables. Parmi ces VBNC il existe des bactéries capables de favoriser la croissance d autres espèces nuisible. Pseudomonas aeruginosa, majoritairement à l état VBNC, notamment via la sécrétion de polysaccharides (biofilm) permet la mise en place de conditions favorable à la prolifération d autres organismes nuisibles comme les légionnelles. Cet état VBNC peut être induit par un changement de conditions environnementales (nutriments, oxygénation, température, hygrométrie, etc.) Les microorganismes en état VBNC ne se développe donc pas sur milieu gélosé. La méthode de mesure de l ATP elle n est pas dépendante de l état physiologique des microorganismes et peux donc sans soucis quantifier ces populations en état VBNC.

4 Par des mesures plus larges des populations (VBNC, réservoir biologique, etc.) et en évaluant directement l efficacité du traitement on caractérise la biostabilité de l eau, c est-à-dire sa capacité à engendrer une prolifération bactérienne. Tous ces avantages de mesures sont assurés par une méthode facile à mettre en œuvre. La mesure de la flore totale par ATP 2G permet des mesures sans délai et : -directement sur le terrain, la méthode est utilisable directement sur site (même pas besoin de prise de courant), pas de contrainte pour le transport, pas de dégradation de l échantillon. -à moindre coût (pas besoin d équipement couteux pour réaliser des cultures en condition stérile : pièce en environnement contrôlé, PSM, enceinte thermorégulée, etc.) -ne nécessite pas de compétences poussées en biologie, le kit est très simple d utilisation, pas de matériel ni d appareil nécessitant une formation ou des connaissances très pointues en biologie, n importe quelle personne de l entreprise peut réaliser ces tests (test peu chronophage). Pas besoin de faire appel à un sous-traitant. -le protocole est le même quel que soit le taux de contamination (pas besoin de dilution et donc de multiplication des conditions d essais). -sensible, robuste et comparative : les kits ATP 2G donnent des résultats au moins équivalent à un test HPC sur milieu R2A et permettent une comparaison possible entre tous les résultats de tous les points de mesures et au cours du temps.

5 Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions : An ATP-based method for monitoring the microbiological drinking water quality in a distribution network E. Delahayea,*, B. Welt!eb, Y. Levic, G. Leblond, A. Montielb a SAGEP, Plate-forme de Recherche, 4 Avenue Pierre Mend!es France, Joinville le Pont, France b SAGEP, DQE, 9 rue Schœlcher, Paris, France c Laboratoire Sant!e Publique-Environnement, Faculté de Pharmacie, Université Paris Sud XI, France d Institut de Génétique et de Microbiologie, Université Paris Sud XI, Orsay, France Introduction :

6 Au cours de cette étude le réseau de la ville de paris a fournis des eaux de bonne qualité dont les paramètres bactériens respectent la règlementation lié à l eau potable, mais aussi avec les méthodes non conventionnelle pour l analyse des bactéries viables ou cultivables. De plus, quelle que soit la saison, l eau souterraine a montré une grande stabilité d un point de vue microbiologique et ne s est pas dégradée au cours de son acheminement. Tôt dans le printemps quelques eaux provenant d eau de surface traitée ont été sujette à une dégradation au cours de son transit. Différents facteurs peuvent être responsables de cette dégradation comme par exemple la distance parcours par l eau depuis son site de production ou son passage à travers plusieurs réservoirs de stockage. À contrario, la chloration ou la température ne montrent pas d effet apparent. Le réseau de la ville de Paris est hétérogène avec deux zones qui correspondent aux eaux de surfaces et aux eaux souterraines. Par ailleurs, les eaux de surfaces peuvent elles-mêmes constituer un ensemble hétérogène aux vues des différences constatées entre les eaux fournies par les stations de traitement d Orly et Joinville/Ivry lors de la première campagne. Il apparait nécessaire d observer les tuyaux déjà en place et de mesurer la potentialité de formation d un biofilm à la sortie de ces trois stations. Le kit de mesure d ATP donne globalement des résultats satisfaisant, corrélés aux dénombrements sur milieu gélosé R2A. Simple et rapide, son utilisation sur le réseau de distribution peut être envisagée en premier lieu comme un système d alarme en cas de dérive microbiologique. Conclusion : Les méthodes rapides de dénombrement sont cruciales pour la surveillance de la qualité de l eau potable. La cytométrie en flux et la mesure de l ATP total sont deux méthodes sensibles et rapides pouvant être utilisées facilement et dont les mesures ne sont pas biaisées par la pression de sélection comme observée avec les milieux de cultures. En comparaison le dénombrement sur milieu hétérotrophe est plus chronophage et nécessite plus de temps avant l obtention d un résultat. Nous avons trouvé qu il y a une forte corrélation entre le comptage des cellules totales et les mesures d ATP. L utilisation de ces deux méthodes permet une caractérisation rapide et précise des microorganismes présents dans l eau potable. Il est clair que ces deux méthodes, équivalentes au

7 dénombrement sur milieu hétérotrophe, ne sont pas des indicateurs directs de la qualité sanitaire de l eau potable, mais devraient être utilisées pour évaluer sa qualité générale et sa stabilité biologique. L évaluation continue des eaux et conditions de distributions, en comparaison avec le dénombrement sur milieu hétérotrophe, pourrait fournir les données pour bousculer les directives et règlementations actuelles.

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel

Protéger la qualité du produit par un suivi microbiologique en temps réel Kits d ATP-métrie de nouvelle Génération pour le suivi de l activité Microbiologique dans l industrie chimique : Peinture, enrobage, latex, émulsion de polymères Protéger la qualité du produit par un suivi

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

Contrôleur ph / Conductivité

Contrôleur ph / Conductivité Contrôleur ph / Conductivité Le contrôleur ph / Conductivité participe à l analyse des paramètres de l eau pour la rendre potable. Qu est ce qu une eau potable? Une eau potable est une eau que l on peut

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser?

La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? La qualité microbiologique de l eau dans les établissements de santé : pourquoi et comment la maîtriser? Docteur Fabien SQUINAZI Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Le biofilm des réseaux

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin

INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin SORIN GROUP INTERNATIONAL SA Avenue de Gratta-Paille2 CH- INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin Dispositifs concernés:

Plus en détail

Les meilleures solutions de traitement des eaux

Les meilleures solutions de traitement des eaux Les meilleures solutions de traitement des eaux Des solutions de pointe pour le traitement des eaux ZEOLIS est le nouveau système de recyclage d eau créé pour aider nos clients à améliorer la gestion de

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

Aqua-tools. Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie

Aqua-tools. Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie Aqua-tools Évaluation des risques microbiologiques et gestion de la sécurité de l eau utilisant un nouvel outil d'atp-métrie Presentation d Aqua-tools Aqua-tools a été crée en 2006 par Marc Raymond et

Plus en détail

Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental

Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental Tours aéro-réfrigérantes: évolution de la réglementation et meilleure prise en compte de l impact environnemental 1 Les intervenants Dalila CHERRAD Bernard BECHOFF Ingénieur Traitement des Eaux ESIP Directrice

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie.

Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. 13. Analyse de l eau Cette expérience a été mise en place en collaboration avec le Chimiscope sur une idée de Luc Schnieper, enseignant de Biologie. Les eaux des rivières, des fleuves, des mares ou des

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

La principale cause du développement

La principale cause du développement LES AUTRES thèmes LA MAÎTRISE DU RISQUE LEGIONELLES Gestion de la problématique Legionella dans les réseaux d eau chaude sanitaire : conception, maintenance et surveillance biologique Jacques Naitychia,

Plus en détail

Du prélèvement àl analyse

Du prélèvement àl analyse Du prélèvement àl analyse L eau est prélevée selon un plan d échantillonnage précis dans des flacons stériles d 1 litre additionné de thiosulfate de sodium. Pourquoi stérile? Afin d être exempt de toutes

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Suivi de la qualité du pétrole de l extraction jusqu à la distribution par un contrôle microbiologique en temps réel

Suivi de la qualité du pétrole de l extraction jusqu à la distribution par un contrôle microbiologique en temps réel Kit QGO-M TM, ATP-métrie de 2 nde Génération, pour le suivi de l activité microbiologique dans l industrie du pétrole (upstream, midstream et downstream) Suivi de la qualité du pétrole de l extraction

Plus en détail

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque

Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Surveillance de l air dans les milieux àhaut risque Présentation effectuée par Laurent MICHON lmichon@groupecarso.com Responsable du Pôle Hygiène Hospitalière Groupe CARSO 4 avenue Jean Moulin 69200 Vénissieux

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain

Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Les communautés de nématodes en tant que bioindicateurs potentiels de la santé des sols urbain Rochat Guy* *Laboratoires Biologie du sol et Sol & végétation, Institut de Biologie, Université de Neuchâtel

Plus en détail

> NOTE D APPLICATION N 1

> NOTE D APPLICATION N 1 > NOTE D APPLICATION N 1 Utilisation des kits Quench-Gone Aqueous comme outil d aide à la mise en place de l Analyse Méthodique des Risques et de Plans de Surveillance des Réseaux Sanitaires et des tours

Plus en détail

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques

L assainissement en région parisienne et la préservation des milieux aquatiques Visite de la Cité de l Eau et de l Assainissement Avenue Kléber 92700 Colombes SIAAP Syndicat interdépartemental pour l assainissement de l agglomération parisienne L assainissement en région parisienne

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

Opération Goutte d'eau

Opération Goutte d'eau Analyse du Fer École Secondaire But: Déterminer la concentration de fer dans de l'eau potable provenant de 4 sources différentes plus un échantillon à la valeur limite en fer selon les recommandations

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR)

Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) LES AUTRES THÈMES MAITRISER LE RISQUE LEGIONELLES Management du risque Legionella sur les installations de refroidissement avec tours aéroréfrigérantes humides (TAR) Laurent Garrelly, GL-Biocontrol Nîmes

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS (1/30pages) CATALOGUE DE PRESTATIONS FORMATION ET CONSEILS ANNEE : 2015 Date de mise à jour : 09/03/2015 1 - Microbiologie des eaux - Microbiologie des aliments Formation technique de Microbiologie HYGIÈNE

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Journée ARLIN Bretagne. Pseudomonas aeruginosa, Mycobactérium xenopi,

Journée ARLIN Bretagne. Pseudomonas aeruginosa, Mycobactérium xenopi, Journée ARLIN Bretagne Vendredi 12 décembre 2008 Faculté de médecine BREST Dr. Raoul BARON Dr. Jean Charles CETRE Introduction Pseudomonas aeruginosa, Mycobactérium xenopi, Apsergillus fumigatus, Clostridium

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE L usine de la Boissonnade assure la production d eau potable pour la Ville de Rodez. Créée dès 1938, elle a par la suite connu plusieurs modernisations

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

LANCEMENT OFFICIEL DE LA PLATEFORME AQUA FUTURA ET INAUGURATION DU NOUVEAU LABORATOIRE D EAU DE PARIS. 11 mai 2011

LANCEMENT OFFICIEL DE LA PLATEFORME AQUA FUTURA ET INAUGURATION DU NOUVEAU LABORATOIRE D EAU DE PARIS. 11 mai 2011 DOSSIER DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DE LA PLATEFORME AQUA FUTURA ET INAUGURATION DU NOUVEAU LABORATOIRE D EAU DE PARIS 11 mai 2011 Contact presse : Krystel Lessard 01 42 76 49 61 krystel.lessard@paris.fr

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Commune de LE TAMPON:

Commune de LE TAMPON: Commune de LE TAMPON: Réseau 19 EME KM (chemin Géranium), 19ème Km (RN3), chemins Philippe Técher, des Maraîchers les Hauts, Fargeau et Barbot Vous êtes alimenté(e)(s) par : une eau de surface Vous dépendez

Plus en détail

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes

La Légionelle à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes à la centrale thermique de Dégrad Des Cannes Historique Situation avant 1ères analyses : - obligation préfectorale de surveillance annuelle depuis 07/03 - traitement anti corrosion fer et cuivre en continu

Plus en détail

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements.

En cas d épidémie, en fonction de l écologie du germe concerné et associés ou non à d autres types de prélèvements. IV.2 Air IV.2.1 Indications Les investigations ne se justifient qu en zones à environnement maîtrisé, c est à dire lorsqu il existe un système de traitement d air dont la conception, la performance et

Plus en détail

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes

La légionellose et les tours aéroréfrigérantes 68 After a brief survey on legionnaires desease in France and on new regulations, some recommendations are presented for the prevention of the proliferation of legionella in cooling towers La légionellose

Plus en détail

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION:

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: 7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits alimentaires finis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle

Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle Légionelles et circuits de refroidissement : La contribution du projet ECOTEC pour l écologie industrielle une société novatrice et indépendante en FLUIDES, ENERGIE et ENVIRONNEMENT ARIONIC CA x2 2012/2011

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

ources d eau potable Dans une goutte d eau

ources d eau potable Dans une goutte d eau Dans une goutte d eau Sources d eau potable Saviez-vous que 40 pour cent des Néo-Écossais possèdent leur propre source d eau (puits creusé ou foré, ou source d eau en surface)? Le reste de la population

Plus en détail

Le collège de Porticcio. présentent. Le goutte à goutte : attention, ça coûte!

Le collège de Porticcio. présentent. Le goutte à goutte : attention, ça coûte! Le collège de Porticcio et présentent Le goutte à goutte : attention, ça coûte! 1 Introduction : En 5 ème, on a appris que l'eau douce ne représente que 2,7 % de l'eau sur Terre. De plus, cette eau douce

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Eaux usées Centre de traitement

Eaux usées Centre de traitement EN BREF Dans une goutte d eau Eaux usées Centre de traitement Les eaux usées sont fréquemment appelées eaux d égout. Il s agit d eaux qui ont été utilisées pour le lavage et le nettoyage par chasse d eau

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

L EAU EN OUTAOUAIS. L eau potable. Les types d alimentation en eau potable en Outaouais

L EAU EN OUTAOUAIS. L eau potable. Les types d alimentation en eau potable en Outaouais L EAU EN OUTAOUAIS L eau potable Les types d alimentation en eau potable en Outaouais Dans notre région, 73 % de la population est alimentée en eau potable par des réseaux municipaux. Le reste de la population

Plus en détail

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH Monica Attinger - Infirmière HPCI - SSP 26 avril 2012 - Clarens Eau potable : définition L eau qui, à l état naturel ou après traitement, convient à la

Plus en détail

Notice technique. Fontaines à eau. W 10 022 f Edition novembre 2013 INFORMATION

Notice technique. Fontaines à eau. W 10 022 f Edition novembre 2013 INFORMATION Schweizerischer Verein des Gas- und Wasserfaches Société Suisse de l Industrie du Gaz et des Eaux Società Svizzera dell Industria del Gas e delle Acque Swiss Gas and Water Industry Association SVGW SSIGE

Plus en détail

DES DONNEES DE QUALITE POUR UN RESULTAT FIABLE

DES DONNEES DE QUALITE POUR UN RESULTAT FIABLE DES DONNEES DE QUALITE POUR UN RESULTAT FIABLE DECOUVREZ LE COMPTEUR DE PARTICULES VIABLES EN TEMPS REEL BIOTRAK UNDERSTANDING, ACCELERATED TSI Incorporated - Visit our website www.tsi.com for more information.

Plus en détail

Département INDUSTRIE «Salles propres» rnsalaboratoire@rnsa.fr www.analyse-air.fr Tel: 04 74 26 19 48 Fax: 04 74 26 16 33 CONTRÔLE CORIOLIS.

Département INDUSTRIE «Salles propres» rnsalaboratoire@rnsa.fr www.analyse-air.fr Tel: 04 74 26 19 48 Fax: 04 74 26 16 33 CONTRÔLE CORIOLIS. CONTRÔLE CORIOLIS Le client BioWind ZA Vogelau 13, rue du Héron 67300 SCHILTIGHEIM Interlocuteur : Richard LEVY L intervention Date : 16 AVRIL 2010 Intervenants : Michel THIBAUDON Solène POILANE Qualité

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Automatisation des cultures microbiennes Quel cahier des charges? René Courcol CHU Lille

Automatisation des cultures microbiennes Quel cahier des charges? René Courcol CHU Lille Automatisation des cultures microbiennes Quel cahier des charges? René Courcol CHU Lille Objectifs du cahier des charges Besoins des microbiologistes pour l automatisation des cultures microbiennes? Pour

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS 5.3 Gestion des rejets d eaux résiduaires La gestion des eaux résiduaires de rejet est un élément important à considérer au moment de

Plus en détail

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION

VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION VALIDATIERAPPORT RAPPORT DE VALIDATION Analysemethode Méthode d analyse Techniek Technique Matrix / matrixgroep Matrice / Groupe de matrices Datum laatste aanpassing / Date de la dernière adaptation Dénombrement

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail

Rôle des flux microbiens dans la construction des écosystèmes alimentaires

Rôle des flux microbiens dans la construction des écosystèmes alimentaires Rôle des flux microbiens dans la construction des écosystèmes alimentaires Nathalie DESMASURES Normandie Univ, Unicaen, E.A. 4651 Aliments Bioprocédés Toxicologie Environnements, Esplanade de la paix CS

Plus en détail

Détermination d une méthodologie de lavage de la tubulure

Détermination d une méthodologie de lavage de la tubulure Siège social 3600, boul Casavant Ouest Saint-Hyacinthe, Qc, J2S 8E3 Bureau de Québec 1140, rue Taillon Québec, Qc, G1N 3T9 Tel : (450) 773-1105 Tel : (418) 643-8903 Fax : (450) 773-8461 Fax : (418) 643-8350

Plus en détail

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Achat, distribution d eau potable, gestion clientele Note pour une mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour l étude des modes de gestion du service

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique

Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique Maîtrise du niveau de contamination des carcasses en fin de chaîne : intérêt de l acide lactique D epuis 1994, la mise en place de la méthode HACCP, des bonnes pratiques d hygiène et des contrôles microbiologiques

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

LA DECONTAMINATION : METHODOLOGIE POUR COMPARER L ACTIVITE DE DIFFERENTS DESINFECTANTS SUR CLOSTRIDIUM PERFRINGENS. Léorat Jean 1, Martin Damien 2

LA DECONTAMINATION : METHODOLOGIE POUR COMPARER L ACTIVITE DE DIFFERENTS DESINFECTANTS SUR CLOSTRIDIUM PERFRINGENS. Léorat Jean 1, Martin Damien 2 LA DECONTAMINATION : METHODOLOGIE POUR COMPARER L ACTIVITE DE DIFFERENTS DESINFECTANTS SUR CLOSTRIDIUM PERFRINGENS Léorat Jean 1, Martin Damien 2 1 Groupe Chéne-vert ; 2 Bio-Chêne-Vert, ZI de Bellevue

Plus en détail

Application à la stérilisation et à

Application à la stérilisation et à Réception d une nouvelle stérilisation : que faut-il faire? Application à la stérilisation et à sa zone à atmosphère contrôlée Bénédicte GOURIEUX pharmacien avec la collaboration de Céline HERNANDEZ -

Plus en détail

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie

Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Les débouchés des diplômés de L LMD Sciences de la Nature et de la Vie Pour quel métier vous êtes fait? Des doutes sur ta formation actuelle : faut-il poursuivre? Vous avez une idée de métier mais est-ce

Plus en détail

Des moyens de protection contre les micro-organismes

Des moyens de protection contre les micro-organismes III1 Activité 4 Problème : Comment lutter contre les micro-organismes? Des moyens de protection contre les micro-organismes Mo.2 Att.1 Le vivant : organisation et fonctionnement du corps humain Découvrir

Plus en détail

au Luxembourg Administration de la Gestion de l Eau potable W L eau potable W Les exigences W Traitement domestique est synonyme de vie

au Luxembourg Administration de la Gestion de l Eau potable W L eau potable W Les exigences W Traitement domestique est synonyme de vie L eau potable au Luxembourg Ministère de l Intérieur et de l Aménagement du Territoire Administration de la Gestion de l Eau W L eau potable est synonyme de vie W Les exigences pour notre eau potable W

Plus en détail

Qualité de classe mondiale

Qualité de classe mondiale Qualité de classe mondiale STAR DISH - Un produit avec un impact environnemental minimisé Nos boîtes de Pétri stériles sont exemptes de particules et sont fabriquées en polystyrène cristal, vierge, de

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

Plans de gestion de la salubrité de l eau

Plans de gestion de la salubrité de l eau 58 4 Plans de gestion de la salubrité de l eau Le moyen le plus efficace pour garantir en permanence la salubrité de l approvisionnement en eau de boisson consiste à appliquer une stratégie générale d

Plus en détail

Abondance et diversité des bactéries et moisissures dans les locaux de l'athénée F. Blum

Abondance et diversité des bactéries et moisissures dans les locaux de l'athénée F. Blum Abondance et diversité des bactéries et moisissures dans les locaux de l'athénée F. Blum Travail réalisé au cours de Biologie de M. Walravens par les élèves de 4 S1β: Bas, Derya; Bergantinos-Fernande,

Plus en détail

Médicaments de Thérapie Innovante : De la preuve de concept à la production pharmaceutique. Sophie DERENNE EFS Atlantic Bio GMP

Médicaments de Thérapie Innovante : De la preuve de concept à la production pharmaceutique. Sophie DERENNE EFS Atlantic Bio GMP Médicaments de Thérapie Innovante : De la preuve de concept à la production pharmaceutique Sophie DERENNE EFS Atlantic Bio GMP Cycle de développement d un Médicament Chercheurs EFS Atlantic Bio GMP Big

Plus en détail

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Alain Boily, agronome Conseiller en acériculture Pour que le sirop d érable ait le goût d autrefois, il doit être exempt de goûts étrangers.

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau*

Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Françoise LUCAS, Nicolas RADOMSKI, CEREVE, Université Paris 12, Ecole Nationale des Ponts et Chaussés Laurent MOULIN, Sophie HAENN, CRECEP Laetitia

Plus en détail