) >%)?(10% ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))<(+%&#)))))))CA2.07#%)" name="description"> ) >%)?(10% ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))<(+%&#)))))))CA2.07#%)">

!"#$%&#'()&*+",#%)-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%3)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!"#$%&#'()&*+",#%)-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%3)"

Transcription

1 "#$%&#'()&*+",#%)-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%3) 4."2#0'+)5/","607#%+)) -.(+%1'%) 89:8)9;5<=>) >%)?(10% ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))<(+%&#)))))))CA2.07#%) ) ) DE)#10'+) ) 5$0%.)2%)+'(.0,0+&'0"1 F#'"/,&$%+)/,&++%)G) HIH%)2%)6.&12%)/&-&/0'() )))))))))))))))))J#$%+)2%)2(+01K%/'0"1)L)#,'.&+"1+) &#M)01+'.#H%1'+)."'&'0K+)%')&#M) (,%/'."$&11%+N) F*+%1/%)2%)*0"K0,HN) F*+%1/%)2%).(+02#+) 2&1+),%+) 01+'.#H%1'+) +'(.0,0+(+N) O%+'.#/'0"1)2#) PPQPPR)2%+) *&/'(.0%+) -."'"S"&0.%+)%') -A."6B1%+N) F,0H%1'&'0"1)20.%/'%)2%) '"#+),%+)(7#0-%H%1'+)&$%/) 2(+01K%/'0"1)%1)/"1'01#)2%) N) T&0*,%+)/"U'+) ) F#/#1%)1(/%++0'() %')+'"/V&6%N 5/"-,#+)+N.N,N))W0&)2%,,&):%//&10/&Q))P) )DD)X)DY)X)ZEE[\)9&1)>&SS&.")20)9&$%1&)]G8^) ;%,N) _YP)E`D)[a`PD\Y) )[a`pe[e)t&m)_yp)e`d)zpp\z``) bbbn%/"-,#+0'&,0&n/"hx)%xh&0,c))01k"d%/"-,#+0'&,0&n/"h)

2 e5)98>e;=8)5tt=jfj5q)9f<5)5;)5j88:=ge5) ) 89:8)9;5<=>) e)95e>)f44f<5=>)48e<)<598eo<5) 8:G<5eh)4<8G>5:59c) F<<5;);5JC=ge5)O59)5ge=45:5;9) T8<:F;=8)Oe))G=8T=>:) )))))))))))))J<8=99FJ5)GF;5<=55) 9;8 ) ) ) ) ) +A+'BH%) /%1'.&,0+() %') &#'"H&'07#%) ]J,8 a^q) +-(/0K07#%H%1')('#20()-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%N)) ) &..0$%) L) '"#+),%+) /"11%/'(+) ]#10'+Q) &#'"/,&$%+) %') ($0%.+) +&,,%+) 2%) +'%.0,0+&'0"1^N) ) >%+) H%H*.&1%+) 2#) -."/%++#+)) "+H"'07#%) 2%)/%)+A+'BH%)) ]89:8)9;5<=>^)(,0H01%1'),%)PPQPPR) 2%)+#+*+'&1/%+)".6&107#%+)'%,+)7#%),%+)$0.#+Q),%+)*&/'(.0%+)%'),%+) /",0K".H%+Q)%')-,#+)2%)PER)2%)/%,,%+)01".6&107#%+) ) e1 +'&*0,0+()&++#.&1'),&)2(+01K%/'0"1)'"'&,%)%'),&) +U.%'%)2%) &#)%1)/0./#,&'0"1)%+')/"1+'&HH%1')%')&#'"H&'07#%H%1')2(+01K%/'(%N)J%) +A+'BH%).(2#0') ".6&107#%+ %&#)2#).( X *#//&,%)2%+) N) ge 59;X 89:895)=W5<95i) +')#1)-."/%++#+)2%)K0,'.&'0"1)H(/&107#%)#10$%.+%,,%H%1').%/"11#)/"HH%),%)-,#+)%KK0/&/%)+A+'BH%)2%)K0,'.&'0"1).)'"#+),%+)-",,#'&1'+)".6&107#%+)%')01".6&107#%+)7#0)-%#$%1')I'.%)-.(+%1'+)2&1+),&)HIH%)]$"0.)'&*,%&#) F^)))) XJ5)ge5)>5)Oj8h=O5)O5)JC>8<5i) "/02%) %+') 01/"1'%+'&*,%H%1') +#-(.0%#.%) L) /%,,%) 2%) '"#+),%+) X".6&10+H%+)%')2%),%+)'#%.)HIH%)7#&12)0,+)+"1')01&/'0K+N) ))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) ;&*,%&#)F) G&/'(.0%+) ))))PPNPPR) 4."'"S"&0.%+) ))PPNPPR) 4A."6B1%+) ) ) PPNPPR) 9'."1'0#H) ) ) PYXP\R) :%./#.%) ) ) ) ) ) PYXP\R) G&.A#H))))))))))))))PYXP\R) 4,"H*) ) PYXP\R) :&61(+0#H))))))))PYXP\R) 5>=:=F;=8)O59)=:4e<5;59)5)R F,#H010#H) ) PYXP\R) J&2H0#H)))))))))) PYXP\R) k01/))))))))))))))))) PYXP\R) J&,/0#H))))))))))))) PEXP`R) 9"20#H)))))))))))))) PEXP`R) ) ) ) ) PEXP`R) 4"'&++0#H) PEXP`R) G0/&.*"1&'%+) PEXP`R) 0'.&'%+)))))))))))))) \`XPER 5/"-,#+)+N.N,N))W0&)2%,,&):%//&10/&Q))P) )DD)X)DY)X)ZEE[\)9&1)>&SS&.")20)9&$%1&)]G8^) ;%,N) _YP)E`D)[a`PD\Y) )[a`pe[e)t&m)_yp)e`d)zpp\z``) bbbn%/"-,#+0'&,0&n/"hx)%xh&0,c))01k"d%/"-,#+0'&,0&n/"h)

3 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ DES CIRCUITS HYDRAULIQUES DES UNITS DENTAIRES LE MAILLON FAIBLE DU CYCLE DE STÉRILISATION TRAITEMENT ET DÉSINFECTION DES EAUX

4 POURQUOI TRAITER ET DÉSINFECTER L EAU EN ODONTOLOGIE?

5 DANS LE CABINET DENTAIRE, LES IMPURETÉS DE L EAU PEUVENT CONSIDÉRABLEMENT AUGMANTER LE RISQUE DE MALADIES À INFECTIONS CROISÉES LA QUALITÉ DE L EAU ASSUME ALORS UNE IMPORTANCE PARTICULIÈRE POUR: - L UNIT DENTAIRE - LA DÉTERSION ET LE RINÇAGE DES INSTRUMENTS - L AUTOCLAVE

6 CE RISQUE DE CONTAMINATION CONCERNE: LE CIRCUIT HYDRAULIQUE DE L UNIT DENTAIRE LES INSTRUMENTS ROTATIFS ET LES INTERVENTIONS CHIRURGICALES LA STÉRILISATION PEUT CERTAINEMENT ÉLIMINER LE RISQUE DE CONTAMINATION QUI S ÉTABLIE ENTRE LES DIFFÉRENTS PATIENTS ET SE PROPAGE PAR LE BIAIS DES INSTRUMENTS. DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE APPARAISSENT DES TRACES DE SALIVE ET DE SANG DES PATIENTS DÉPOSÉES PAR LE REFLUX DE L EAU DANS LES INSTRUMENTS, CAR LES VALVES ANTI-REFLUX DESQUELLES ILS SONT DOTÉS, S AVÈRENT EN PARTIE INÉFFICACE

7 LES BACTÉRIES ET LES VIRUS QUI SE RÉUNISSENT DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE PEUVENT RENCONTRER DES CONDITIONS FAVORABLES À LEUR PROLIFÉRATION. LES COMPOSÉS ORGANIQUES PRÉSENTS DANS L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE, COMME LES DÉTRITUS CELLULAIRES ET LES SELS INORGANIQUES QUI ALIMENTENT L EXPANSION DES MICROBES, SERVENT DE NUTRIMENTS ET DE SUBSTRAT DE CROISSANCE. LA CROISSANCE DES BACTÉRIES ENGENDRE LA FORMATION D UN BIOFILM, CONSTITUÉ DE CELLULES BACTÉRIENNES, DÉTRITUS CELLULAIRES, RÉSIDUS INORGANIQUES

8 PENDANT L INTERVENTION CHIRURGICALE, LE PATIENT MAIS ÉGALEMENT LE DENTISTE PEUVENT ENTRER EN CONTACT AVEC UN GRAND NOMBRE D AGENTS PATHOGÈNES AUTANT VIRAUX QUE BACTÉRIENS D APPARENCE INOFFENSIFS: STREPTOCOQUES VIRIDANS PARTICULIÈREMENT DANGEREUX : LES LEGIONNELLES, LES PSEUDOMONAS, LE VIRUS DE L HÉPATITE C ET DU SIDA

9 LE BIOFILM FORMÉ PEUT FAVORISER LA CROISSANCE ULTÉRIEURE DE MICROBES, MAIS SURTOUT PROTÉGER LA POPULATION MICROBIENNE DE L ACTION DÉSINFECTANTE DE NOMBREUX PRODUITS CERTAINES BACTÉRIES, AGENTS ÉTIOLOGIQUES DE MALADIES GRAVES COMME LES PSEUDOMONAS, LA MYCROBACTERIUM ET L HELICOBACTER PEUVENT PEUVENT SE MULTIPLIER DANS L EAU ET PAR CONSÉQUENT ÊTRE IDENTIFIÉES DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE DE L UNIT DENTAIRE

10 L UNIT DENTAIRE EST SOUVENT DOTÉ D UNE CHAUDIÈRE POUR RÉCHAUFFER L EAU DESTINÉE AU LAVAGE DES BLESSURES. CELLE- CI PEUT SERVIR DE RÉSERVOIR-AMPLIFICATEUR À CERTAINES SORTES BACTÉRIENNES COMME PAR EXEMPLE LES LÉGIONELLES, TRANSMISES PAR LE BIAIS DES AÉROSOLS LA LÉGIONELLOSE À ÉTÉ IDENTIFIÉE DANS LES CIRCUITS HYDRAULIQUES DE L UNIT DENTAIRE DE CERTAINS CABINETS DENTAIRE, ET C EST EN SUIVANT NOS CONSEILS QUE DE NOMBREUX DENTISTES ONT DÉCIDÉS D ELIMINER LA CHAUDIÈRE CAR ELLE REPRÉSENT UN FACTEUR DE RISQUE POUR TOUTES CONTAMINATIONS MICROBIENNES

11 LES BACTÉRIES DES LEGIONELLES LES PSEUDOMONAS

12 L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE ET SES CONSÉQUENCES EN FONCTION DE LA BASE DE LEUR CONCENTRATION, LA PRÉSENCE DE SELS DISSOUS REND L EAU «DURE» OU «DOUCE», SI BIEN QUE CERTAINS PEUVENT SEULEMENT PROVOQUER L INCRUSTATION DU CALCAIRE COMPOSÉ DE CARBONNE DE CALCAIRE, ALORS QUE D AUTRES COMME LES NITRITES SONT TOXIQUES ILS EST ÉGALEMENT POSSIBLE DE DÉTECTER LA PRÉSENCE D HYDROCARBURES, DE PHÉNOLES ET DE MÉTAUX LOURDS COMME LE PLOMB ÉMANÉ DES TUBES.

13 DIFFÉRENTES ESPÈCES MICROBIENNES PEUVENT ÊTRE PRÉLEVÉES DANS L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE. LES LÉGIONELLES ET LES PSEUDOMONAS SONT CONSIDÉRÉES POTENTIELLEMENT PATHOLOGIQUE. CES MICRO-ORGANISMES IMPORTÉS PAR L EAU, SONT ÉMIS ET PULVÉRISÉS DANS LE CABINET PENDANT L UTILISATION DES INSTRUMENTS GÉNÉRANT LA PRODUCTION D AEROSOLS.

14 L EAU DESTINÉE À L UNIT DENTAIRE L UNIT DENTAIRE EXIGE L APPROVISIONNEMENT EN EAU PRIVÉE E DE SELS ET DE GRANDE PURETÉ AFIN D EVITER L INCRUSTATION DU CALCAIRE À L INTERIEUR DE SES COMPOSANTS. (ELECTROVANNE, ÉCAILLEUR DENTAIRE, SERINGUE, TURBINE ET MICROMOTEUR)

15 EN APPROVISIONNANT LES CONDUITES HYDRAULIQUES DE L UNIT DENTAIRE ET LE RÉSEAU EN EAU PURE ET PRIVÉE DE SELS, ON ÉLIMINERAIT DRASTIQUEMENT LE BIOFILM DEPOSÉ, ÉVITANT AINSI LA FORMATION D UN NID BACTÉRIEN RÉSISTANTS À L ACTION DES DÉSINFÉCTANTS ORDINAIRES.

16

17 L EAU POUR LE LAVAGE DES INSTRUMENTS AVANT DE PASSER À LA STÉRILISATION DES INSTRUMENTS CHIRURGICAUX, CECI DOIVENT ÊTRE LAVÉS À L AIDE DE DÉTERGENTS ET RINCÉS AVEC PRÉCAUTION DE PRÉFÉRENCE DANS DE L EAU DÉMINÉRALISÉE, CAR CONTRAIREMENT À CELLE-CI L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE, RICHE EN SELS, RETIENT LES TENSIOACTIFS DES SAVONS. APRÈS CELA, ILS SONT SECHÉS AU MOYEN D UNE SERPILLÈRE POUR ÉVITER AINSI LE RISQUE DE FORMATION D UNE PATINE OPAQUE CAUSÉE PAR LE CARBONATE DE CALCIUM (CALCAIRE) ET AUTRES SELS.

18 L EAU POUR LA STÉRILISATION LES NOUVELLES AUTOCLAVES DE CLASSE B DOIVENT ÊTRE APPROVISIONNÉES EN EAU DEMINERALISÉE POUR NE PAS COMPROMETTRE LEUR BON FONCTIONNEMENT. LA PLUPART DES AUTOCLAVES NE SE METTENT PAS EN MARCHE SI L EAU QUI LES ALIMENTE N EST PAS EN TOTALITÉ DÉMINÉRALISÉE. CELLE-CI PEUT ÊTRE PROCURÉE EN PHARMACIE ET CONSERVÉE ULTÉRIEUREMENT OU BIEN PRODUITE SUR PLACE AU MOYEN DES SYSTÈMES LES PLUS VARIÉS. À LA SUITE DE LA STÉRILISATION À 135 C, DES MICRO- INCRUSTATIONS APPARAISSENT À LA SURFACE DES INSTRUMENTS QUI OUTRE À LES RENDRE OPAQUE PEUVENT PERMETTRE UNE NIDIFICATION SOUS- JACENTE DE MICRO-ORGANISMES AYANT LA POSSIBILITÉ DE PÉNÉTRER INDEMNE VERS L AUTOCLAVE.

19 LE TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DANS LES CABINET DENTAIRES FURENT AFFRONTÉS PAR: L INSTALLATION D ÉDULCORANTS AVEC RÉSINE À CHANGEMENT IONIQUE POUR ÉLIMINER LE PROBLÈME DES ENCROÛTEMENT CALCAIRE, SANS PRENDRE EN COMPTE QUE DE TELS APPAREILS AUGMENTENT L APPARITION DES BACTÉRIES DANS L EAU DU RÉSEAU L ADOPTION, DE LA PART DES PRODUCTEURS DES UNITS DENTAIRES, DES SYSTÈMES D HYGIÈNE LES PLUS VARIÉS CAPABLES DE FONCTIONNER (CERTAINS EN FONCTION CONTINUE D AUTRES EN FONCTION DISCONTINUE) TOUT EN EXIGEANT L ATTENTION ET LE TEMPS DE TRAVAIL DES OPÉRATEURS. L INSTALLATION DES VALVES ANTI-REFLUX,SERVANT À ÉVITER LA CONTAMINATION LORS DU RETOUR DE L EAU FOURNIE PAR LE RÉSEAU HYDRAULIQUE DU CABINET, AVEC DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS.

20 LE TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DANS LES CABINET DENTAIRES FURENT AFFRONTÉS PAR: L UTILISATION DE DIVERS TYPES DE DÉSINFECTANTS QUI N INTERVIENNENT PAS DE MANIÈRE EFFICACE CONTRE LA PROLIFÉRATION DES BACTÉRIES ET SURTOUT FACE À L ÉLIMINATION DU BIOFILM. L APPROVISIONNEMENT EN EAU BIDISTILÉE DESTINÉ AU FONCTIONNEMENT DES AUTOCLAVES OU À LA PRODUCTION DE CELLE-CI PAR LE BIAIS DE DIVERS SYSTÈMES SE RÉVÉLANT TRÈS COÛTEUX ET QUI NE FONCTIONNENT PAS TOUJOURS DE MANIÈRE OPTIMALE. IL EN RÉSULTE R QUE LES INFÉCTIONS CROISÉES NE SONT PAS OBSTRUÉES DE MANIÈRE EFFICACE.

21 POURQUOI UTILISER L EAU D OSMOSE DÉSINFECTÉE AVEC DU DIOXYDE DE CHLORE DANS LE CABINET DENTAIRE?

22 CAR LA SYNÉRGIE DE L EAU D OSMOSED (GRAND POUVOIR SOLVANT AVEC UN FAIBLE APPORT DE SEL) ET DU DIOXYDE DE CHLORE (DÉSINFECTANT À HAUT SPECTRE, VIRUCIDE, BACTÉRICIDE EN MESURE DE PÉNÉTRER LE BIOFILM) GARANTIE UN RÉSULTAT PLUS SATISFAISANT ET MOINS COÛTEUX POUR LE TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DU CABINET DENTAIRE.

23 QU EST-CE L OSMOSE INVERSE? EN INVERSANT LE PRINCIPE NATUREL DE L OSMOSE ON PEUT APPLIQUER UNE PRESSION MAJEUR SUR L EAU DU RÉSEAU, (EN COMPARATION À LA PRESSION EXERCÉE PAR OSMOSE), DE MANIÈRE À PERMETTRE SEULEMENT LE PASSAGE DE L EAU (H2O) À TRAVERS UNE MEMBRANE SEMI-PERMÉABLE, ET EMPÊCHER LE PASSAGE DE SELS, POUR OBTENIR AINSI UNE EAU PRIVÉE DE SOLUTÉS.

24 L OSMOSE INVERSE APPLIQUANT UNE PRESSION SUR LA SURFACE D UNE SOLUTION CONCENTRÉE, ON INVERSE LE FLUX NATUREL DU LIQUIDE EN PARTANT D UN LIQUIDE INITIALEMENT CONCENTRÉ POUR OBTENIR UNE SOLUTION TRÈS PAUVRE EN SOLVANTS.

25 ANEANTISSEMENT EN % DES IMPURETÉS Bactéries 99.99% Protozaires 99.99% Pyrogènes 99.99% Sodium 90-95% Calcium 90-95% Magnesium 93-98% Potassium 90-95% Aluminium 93-98% Cadmium 93-98% Strontium 93-98% Mercure 93-98% Baryum 93-98% Chrome 93-98% Plomb 93-98% Chlorure 90-95% Bicarbonate 90-95% Nitrate 85-90% Zinc 93-98%

26 CERTAINS SECTEURS QUI UTILISENT LE PRINCIPE DE L OSMOSE INVERSE: LES CENTRES D HÉMODIALYSE LES ENTREPRISES COSMÉTIQUE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE LES LABORATOIRES D ANALYSE LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES LES ÉLEVAGES ZOOTECHNIQUES LES ÉQUIPEMENTS EN EAU POTABLE DE LA PROTECTION CIVILE ETC ETC ETC

27 QU EST-CE LE DIOXYDE DE CHLORE? LE DIOXYDE DE CHLORE EST UN GAZ OXYDANT, SOLUBLE DANS L EAU, ET UTILISÉ POUR PERMETTRE LA POTABILITÉ DE L EAU DANS DE NOMBREUX PAYS. IL POSSÈDE UN POUVOIR BACTÉRICIDE ET VIRUCIDE SUPÉRIEUR À CELUI DU CHLORE GAZEUX ET AGIT DANS UNE INTERVALLE DE PH MAJEURE. DESORMAIS IL EST POSSIBLE DE L OBTENIR FACILEMENT, EN TANT QUE SOLUTION AQUEUSE, MÉLANGEANT 2 RÉACTIFS.

28 LE DIOXYDE DE CHLORE UTILISÉ DE FAÇON CONTINUE GARANTIE UNE EXCELLENTE ACTION ANTIBACTÉRIENNE VIRUCIDE ET AGRESSIVE FACE AU BIOFILM. IL POSSÈDE CET AVANTAGE DE RÉAGIR DIRECTEMENT SUR LA PAROIE CELLULLAIRE DES MICRO-ORGANISMES ET LES ÉLIMINE MÊME LORSQU ILS SONT INACTIFS. IL NE FAVORISE PAS LA FORMATION DE TRIALOMÉTHANES, COMPOSÉS CHIMIQUES EXCESSIVEMENTS TOXIQUES DÛ À LEUR CHLORATION. LES MICRO-ORGANISMES NE PEUVENT DÉVELOPPER AUCUNE BARRIÈRE CONTRE LE DIOXYDE DE CHLORE. LE DIOXYDE DE CHLORE EST AUJOURD HUI RECONNU COMME LE MEILLEUR DÉSINFECTANT MIS À LA DISPOSITION DE L HOMME.

29 COMPARAISON ENTRE LES PRODUITS HYGIÉNIQUES ET LES DÉSINFECTANTS indice d efficacité --- = aucun

30 CERTAINS SECTEURS QUI UTILISENT LE DIOXYDE DE CHLORE HÔPITAUX HOTELS/ AUBERGES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET INDUSTRIES DES BOISSONS LAVAGE DE LÉGUMES INDUSTRIES TEXTILES PRODUCTION DE PAPIERS ET DE CELLULOSES ÉLEVAGES EAUX POTABLES ROULOTTES, BATEAUX, CANOTS À MOTEUR, AUTOBUS, CAMPING-CAR

31 LA NOUVELLE LIGNE «OSMO STERIL» UNE LIGNE DE PRODUITS DESTINÉS AU TRAITEMENT ET À LA DÉSINFECTION DE L EAU DANS LE DOMAINE DE L ODONTOLOGIE. UNE LIGNE COMPLÈTE CAPABLE D AFFRONTER ET DE RÉSOUDRE TOUTES LES PROBLÉMATIQUES QUELQUES SOIT LA SITUATION EXISTANTE.

32 LA NOUVELLE LIGNE «OSMO STERIL» LA LIGNE «OSMO STERIL» FILTRE L EAU AU MOYEN DU PROCÉDÉ D OSMOSE INVERSE, ET LA DÉSINFECTE PAR SIMPLE UTILISATION DU DIOXYDE DE CHLORE STABILISÉ.

33 LA NOUVELLE LIGNE «OSMO STERIL»

34

35

36 «OSMO STERIL» LA RÉVOLUTION UN APPAREIL SITUÉ AU CENTRE D UN SYSTÈME DESTINÉ AU TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DES CABINETS DENTAIRES QUI RAVITAILLE: JUSQU À 10 UNITS DENTAIRES QUELQUE SOIT LE TYPE JUSQU À 3 AUTOCLAVES DE CLASSE B L ÉVIER DE LA SALLE DE STÉRILISATION DE MANIÈRE COMPLÈTEMENT AUTOMATIQUE SANS L AIDE ET L INTERVENTION DES OPÉRATEURS.

37 LES AVANTEGES «D OSMO STERIL» MET À DISPOSITION UNE EAU PURE, ÉLIMINANT AINSI LES INCIDENTS TECHNIQUES DES APPAREILS SENSIBLES AUX DÉPÔTS DE CALCAIRE. ALIMENTE LE CIRCUIT HYDRAULIQUE AVEC UNE EAU DÉPOURVUE DE COMPOSANTS ORGANIQUES ET DE BACTÉRIES, DE SORTE À ELIMINER LA FORMATION D UN FILM MOLÉCULAIRE, CAUSANT FRÉQUEMMENT MAINTES INCRUSTATION AUX TUYAUTERIES ET SE RÉVÉLANT COMME UN SUBSTRAT FAVORABLE À LA CROISSANCE DE MICRO-ORGANISMES.

38 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» IL PRODUIT UNE EAU ALTERNATIVE EN COMPARAISON À L EAU BIDISTILLÉE, POUR PERMETTRE L APPROVISIONNEMENT DE L AUTOCLAVE. IL PERMET DE REMPLIR LES CUVES À ULTRASONS ET DONNE LA POSSIBILITÉ DE RINCER LES INSTRUMENTS AVEC DE L EAU PURE AVANT DE LES RECOUVRIR D UNE HOUSSE DE PROTECTION. DONNE LA CERTITUDE D OBTENIR DES INSTRUMENTS PARFAITEMENT PROPRES, SANS INCRUSTATIONS ET AVEC LA SÉCURITÉ D UNE STÉRILISATION COMPLÈTE

39 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» CRÉE UNE BARRIÈRE À L ENTRÉE DE L UNIT DENTAIRE POUR EMPÊCHER À L EAU D APPORTER UNE CHARGE BACTÉRIENNE VENANT DE L EXTÉRIEUR. ELIMINE LES SELS DE L EAU DU RÉSEAU ÉLIMINANT PRESQUE LA FORMATION DU BIOFILM. PRODUIT EN CONTINU UNE EAU DÉSINFECTÉE QUI ANÉANTIS SYSTÉMATIQUEMENT LES BACTÉRIES ET LES VIRUS QUI PEUVENT PÉNÉTRER DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE DE L UNIT DENTAIRE SANS ÊTRE REPÉRÉES, ET INFECTER LES TUYAUTERIES DU CABINET ET DE L IMMEUBLE DANS LEQUEL IL SE TROUVE.

40 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» ÉVITE LES INCIDENTS TECHNIQUES CAUSÉS PAR L INCRUSTATION DU CALCAIRE DANS LES TUYAUTERIES. ELIMINE LE PROBLÈME DU STOCKAGE DE L EAU BIDISTILÉE DESTINÉE À L AUTOCLAVE OU BIEN SA PRODUCTION, EN RECOURANT PARFOIS À DES SYSTÈMES PARTICULIÈREMENT COÛTEUX. RÉDUIT LES RISQUES D UNE STÉRILISATION INCORRECTE CAR LES INSTRUMENTS SE RINCENT AVEC DE L EAU DÉMINÉRALISÉE ET NON PLUS AVEC L EAU DU RÉSEAU.

41 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» N EXIGE PAS L INTERVENTION DES OPÉRATEURS CAR IL EST AUTOMATIQUEMENT EQUIPÉ DE TOUTES LES FONCTIONS INDISPENSABLES, À DÉFAUT DE L APPROVISIONNEMENT DU DIOXYDE DE CHLORE NÉCESSAIRE TOUT LES 30 JOURS, ET DEMANDANT UN TEMPS DE TRAVAIL D APPROXIMATIVEMENT 2 MIN

42 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» «OSMO STERIL» RÉDUIT LES COÛTS DE MAINTIEN DES CABINETS SOUMIS AUX PROBLÈMES DE DÉSINFECTION CAR: LE SYSTÈME DE DÉSINFECTION DEVIENT AUTOMATIQUE IL PERMET L UTILISATION DU MEILLEUR DÉSINFECTANT À COÛTS MINIMES IL DIMINUE LE TEMPS DE TRAVAIL DES ASSISTANTS IL LIMITE LES INCIDENTS TECHNIQUES DES APPAREILS SOUMIS AUX IMPURETÉS DE L EAU. IL AUGMENTE LA DISPONIBILITÉ DU TEMPS DE TRAVAIL. IL RÉDUIT LES COÛTS DE L ASSISTANCE TECHNIQUE

43 POUR RÉSUMER UNE NOUVELLE APPROCHE POUR RÉPONDRE À LA PROBLÉMATIQUE DE L APPARITION DU BIOFILM DANS LES RÉSEAUX HYDRAULIQUES AU MOYEN DE DEUX SYSTÈMES EN SYNERGIE: H 2 O OSMOSÉE (HAUT POUVOIR SOLVANT SANS AUCUN APPORT EN SELS) + CLO 2 (DÉSINFECTANT À AMPLE SPECTRE D ACTION VIRUCIDE, BACTÉRICIDE EN MESURE DE PÉNÉTRER LE BIOFILM)

44 COMMENT INSTALLER «OSMO STERIL» DANS UN CABINET DENTAIRE PRÉEXISTANT «OSMO STERIL» EST FACILEMENT AMÉNAGEABLE DANS LA GRANDE MAJORITÉ DES CABINET DENTAIRES PRÉEXISTANTS: IL OCCUPE L ESPACE D UN MEUBLE DENTAIRE À VOLETS IL EST BRANCHÉ AU RÉSEAU HYDRAULIQUE ASPIRANT L EAU PAR LE TUBE D EAU FROIDE SITUÉ SOUS L ÉVIER DE LA SALLE DE STÉRILISATION S INSTALLE AVEC UN BY-PASS QUI PERMET L UTILISATION DE L EAU DU RÉSEAU MÊME EN CAS D ENTRETIEN OU DE MAUVAIS FONCTIONNEMENT DE L APPAREIL SE BRANCHE À L AUTOCLAVE, À L ÉVIER DE STÉRILISATION ET À L UNIT DENTAIRE OBLIGATOIREMENT PAR UN CONDUIT PLASTIQUE DE POLYPROPYLÈNE OU DE COMPOSITION SEMBLABLE DE DIAMÈTRE ALLANT DE 8 MM JUSQU À UN MAXIMUM DE 12 MM SUIVANT LA LONGUEUR NÉCESSAIRE. LES CONDUITS PRÉSENTS FORMENT DÈS LORS UN NOUVEAU RÉSEAU HYDRAULIQUE DEDIÉ À L APPAREIL ET PEUVENT SE TROUVER: A) SOUS UN ÉVENTUEL UN SOL FLOTTANT B) À L INTÉRIEUR DES ÉVENTUELS TUBES EN PLASTIQUE LIBRES (COUVERTS) C) À L INTÉRIEUR DES BOITIERS QUI LIENT LES UNITS DENTAIRES (DÉCOUVERTS) D) SUR LA PLINTHE À L INTÉRIEUR DES TRUNKINGS DE TYPE ÉLECTRIQUE.

45 EXEMPLE D UN ÉQUIPEMENT HYDRAULIQUE POUR UN CABINET DENTAIRE: 1. Entrée de l eau par le réseau hydraulique du bâtiment 2. Vanne à sphère 3. Entrée de l eau brute vers «osmo steril» 4. Découlement de l eau «osmos steril» 5. Sortie de l eau pure traitée par «osmo steril» 6. Robinet supplementaire installé sur l évier

46 LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» DANS LES CABINETS DENTAIRES PRÉEXISTANTS: POSSIBILITÉ DE CONNEXION À TOUTES LES AUTOCLAVES DE CLASSE B DE TECHNOLOGIE AVANCÉE. POSSIBILITÉ DE CONNEXION À TOUT TYPE D UNIT DENTAIRE (MARQUE, MODEL) QUELQUE SOIT LEUR VÉTUSTE. SI LES UNITS DENTAIRES SONT DOTÉS DU SYSTÈME D HYGIÈNE BY-PASS SI LES UNITS DENTAIRES NE POSSÈDENT PAS UN SYSTÈME D HYGIÈNE ILS SERONT DESORMAIS ÉQUIPÉS DU SYSTÈME LE PLUS EFFICACE SUR LE MARCHÉ L INSTALLATION DU RÉSEAU HYDRAULIQUE EXCLUT DE FAIT LE RÉSEAU PRÉALABLEMENT CONTAMINÉ. DANS UNE PÉRIODE D UN À TROIS MOIS LE BIOFILM PRÉSENT DANS LES TUBES DE L UNIT DENTAIRE EST ÉLIMINÉ.

47 COMMENT INSTALLER «OSMO STERIL» DANS UN CABINET DENTAIRE EN PHASE DE RESTRUCTURATION OU DE RÉNOVATION: EN PHASE D EXÉCUTION DE L ÉQUIPEMENT HYDRAULIQUE DU CABINET, L INSTALLATION DU RÉSEAU HYDRAULIQUE DÉDIÉ À «OSMO STERIL» REPRÉSENTE UN COÛT QUASI NUL. POUR APPROVISIONNER L UNIT DENTAIRE ET LA SALLE DE STÉRILISATION. LORS DE LA PHASE DE MISE EN ROUTE DU CABINET, IL S AGIRA SIMPLEMENT DE CONNECTER L APPAREIL AUX AUTRES PRISES PRÉDISPOSÉES ET PASSER AU BRANCHEMENT DES AUTOCLAVES.

48 LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» DANS UN CABINET DENTAIRE EN PHASE DE RESTRUCTURATION OU DE RÉNOVATION: «OSMO STERIL» ALIMENTE LES POINTS CRITIQUES DU CABINET DENTAIRE SANS COÛT ADDITIONNEL, ET DÈS LORS L INSTALLATION DU RÉSEAU HYDRAULIQUE PERMET AU DOCTEUR D ÉCONOMISER CAR: IL PEUT SE PERMETTRE L ACQUISITION D UNITS PRIVÉS DU SYSTÈME DE DÉSINFECTION, HABITUELLEMENT VENDU À PART IL NE DOIT PAS S ÉQUIPER D APPAREILS POUR LA PRODUCTION DE L EAU DESTINÉE À ALIMENTER LES AUTOCLAVES IL NE DOIT PAS PROCURER L EAU BIDISTILLÉE POUR LA DÉCONTAMINATION ET LE LAVAGE DES INSTRUMENTS UNE LISTE D AVANTAGES QUI PERMET AUX FIDÈLES DE L UTILISATION QUOTIDIENNE DE L APPAREIL UN EMPLOI SIMPLE ET DURABLEMENT EFFICACE.

49 ÉQUIPEMENT INSTALLÉ

50 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

QUALITE DE L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

QUALITE DE L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE QUALITE DE L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE Synthèse bibliographique réalisée par l Office international de l eau (1998) pour le DGS INTRODUCTION Que ce soit dans un établissement de santé privé

Plus en détail

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN L'OZONE L'OZONE EST UN GAZ INCOLORE (À HAUTES CONCENTRATIONS, IL EST BLEUTÉ), D'ODEUR ACIDE, ODEUR ATYPIQUE QUI SE SENT APRÈS UN ORAGE ACCOMPAGNÉ D'ÉCLAIRS. LE SYMBOLE EST

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Une production économique! Echangeur d ions TKA

Une production économique! Echangeur d ions TKA Une eau totalement déminéralisée Une production économique! Echangeur d ions TKA Eau déminéralisée pour autoclaves, laveurs, analyseurs automatiques, appareils d'eau ultra pure... SYSTÈMES DE PURIFICATION

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur et lubrificateur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques Cycles de Nettoyage, désinfection et lubrification Pour une hygiène parfaite Nettoie, désinfecte et lubrifie 4

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel 2 Parc de Production Maraîchère «BIOPARC» A partir de la

Plus en détail

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon Version française 07/2011 09/2011 Coordination : Serge Itzkowitch Création : Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon RVTM3 ASPIRATION rvtm3_8pages_31_08.indd 2 05/09/11 16:19 RVTM3 Le régulateur

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION

EXIGENCES POUR LA SÉQUENCE DE CHARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION EXIGENES POUR LA SÉQUENE DE HARGE- MENT, DE NETTOYAGE ET DE DESINFETION 1.1 Généralités Avant d accepter le contrat de commission de transport, l adhérent GMP+FSA doit déterminer la procédure de nettoyage

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE (Radiateurs et planchers chauffants) Brevet de désembouage N 0116861 EURO FILTR'EAUX 18/22 RUE D ARRAS - F 92000 NANTERRE TÉL. : (33) 01 30 94 37 60 FAX

Plus en détail

BioSonic Ultrasonic Cleaning System

BioSonic Ultrasonic Cleaning System BioSonic Ultrasonic Cleaning System Nettoyage aux ultrasons des plus efficaces atteint les endroits les plus difficilement accessibles les instruments ne s émoussent pas et ne se déforment pas BioSonic

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER 4 Le Pas du Château 85670 SAINT PAUL MONT PENIT TEL : 02-51-98-55-64 FAX : 02-51-98-59-07 EMAIL : info@medicatlantic.fr Site Internet : http//: www.winncare.fr MANUEL D UTILISATION Des Systèmes d Aide

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche

Laboratoire Eau de Paris. Analyses et Recherche Laboratoire Eau de Paris Analyses et Recherche L eau, un aliment sous contrôle public Pour Eau de Paris, approvisionner la capitale en eau, c est garantir à ses 3 millions d usagers une ressource de qualité,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA CHLORATION?

QU EST-CE QUE LA CHLORATION? QU EST-CE QUE LA CHLORATION? Qu est-ce que la chloration? Des micro-organismes peuvent être trouvés dans des rivières, lacs et eau souterraine. Même si ce ne sont pas tous les micro-organismes qui peuvent

Plus en détail

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED U N I M E D S.A. CM/07.12.04 NETSTERIL.SPN Approuvé par/le: Claude Borgeaud / 08.10.13 PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES

Plus en détail

Puissant et écologique à la fois

Puissant et écologique à la fois Puissant et écologique à la fois La technologie innovante de désinfection et d oxydation à l ozone économique et écologique www.prominent.com L ozone Un puissant désinfectant La plus-value à la clé : une

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Hygiène de l eau potable avec Geberit Toujours en mouvement.

Hygiène de l eau potable avec Geberit Toujours en mouvement. Hygiène de l eau potable avec Geberit Toujours en mouvement. Pour un système d'eau potable fiable SIMPLEMENT BIEN APPROVISIONNÉ Un risque méconnu. Les légionnelles. Lorsqu'il s'agit des dangers de la douche,

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

NEW GENERATION. Protection 4U

NEW GENERATION. Protection 4U Protection 4U A NEW GENERATION FR Certified System Protection 4U A New Generation! Unident S.A., basée à Genève (Suisse), a été fondée en 1970, et s est depuis fait une place parmi les leaders du secteur

Plus en détail

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide

Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Un système unique et sécurisé de stockage en azote liquide Pour une cryopréservation des échantillons biologiques de la plus haute qualité www.cryobiosystem.com Une meilleure qualité, flexibilité, efficacité

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

OSMOSEUR BONAQUA COMPACT

OSMOSEUR BONAQUA COMPACT www.cillit.tm.fr OSMOSEUR BONAQUA COMPACT Notice de montage, mise en service, exploitation et maintenance. BONAQUA COMPACT NOTICE DE MONTAGE, MISE EN SERVICE ET ENTRETIEN www.cillit.tm.fr 2 NOTICE DE MONTAGE,

Plus en détail

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER UNE SOLUTION ANTIMICROBIENNE ORIGINALE N9 Pure Silver 3 Avec le N9 Pure Silver, Carrington Fabrics lance une nouvelle génération d antimicrobiens à base d argent.

Plus en détail

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire

Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire DANGERS Cette fiche ne prétend pas être exhaustive. Elle vise à enrichir (et non limiter) la réflexion des professionnels sur le sujet des

Plus en détail

Produits nettoyants. Détergents en poudre. Savons à mains DÉTERGENT EN POUDRE POUR LAVE-VAISSELLE

Produits nettoyants. Détergents en poudre. Savons à mains DÉTERGENT EN POUDRE POUR LAVE-VAISSELLE Détergents en poudre POUR LAVE-VAISSELLE POUR LA LESSIVE Code Colabor : 4289 4291 13394 18 kg Ce détergent en poudre à mousse contrôlée pour lave-vaisselle est recommandé pour les lave-vaisselle automatiques

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l

Pour améliorer la qualité Objectif esthétique pour l eau potable 1 mg/l Dans une goutte d eau Cuivre Le cuivre (Cu) est présent à l état naturel dans la roche, le sol, les plantes, les animaux, l eau, les sédiments et l air. Le cuivre est souvent présent sous forme de minéraux,

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Mesure de conductivité on-line. Mesurer Surveiller Régler. Mesure de conductivité on-line. Eaux d égout communales et eaux usées industrielles

Mesure de conductivité on-line. Mesurer Surveiller Régler. Mesure de conductivité on-line. Eaux d égout communales et eaux usées industrielles Mesure de conductivité on-line Mesurer Surveiller Régler La mesure de conductivité est un paramètre reconnu, dont on ne peut plus se passer en analyse moderne des process, des eaux et eaux usées. On utilise

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur SNC2D/SNC2P Réactions chimiques/réactions chimiques Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur Sujets propriétés des acides et des bases échelle

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

Est-elle bonne à boire?

Est-elle bonne à boire? Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Est-elle bonne à boire? 1 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés peuvent

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE HESKA PERIOceutic Gel 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque dose unitaire contient : 2.1 Principe actif

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

HYGIENE EN PRATIQUE DENTAIRE

HYGIENE EN PRATIQUE DENTAIRE HYGIENE EN PRATIQUE DENTAIRE MARS 1997 TABLE DES MATIERES 1. PREFACE 2. CONTAMINATION ET INFECTION, SOURCES ET VOIES DE TRANSMISSION 2.1 Source 2.2 Voies de transmission 2.3 Le patient réceptif 2.4 Micro-organismes

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Demande chimique en oxygène

Demande chimique en oxygène Table des matières Introduction Réactifs DCO Azote et phosphore HI 83214 HI 83099 HI 839800 HI 3898 Page J3 J5 J6 J7 J8 J10 J11 J1 Tableau comparatif Paramètre Photomètre Photomètre Thermo-réacteur Trousse

Plus en détail

Lave-bassins à thermo-désinfection pour hôpitaux et cliniques

Lave-bassins à thermo-désinfection pour hôpitaux et cliniques Lave-bassins à thermo-désinfection pour hôpitaux et cliniques For the Environmentally conscious Lave-bassins à thermo-désinfection pour hôpitaux et cliniques Steelco continue à accroître sa réputation

Plus en détail

Nouvelles exigences et avancées technologiques de la filtration de l eau au point d utilisation

Nouvelles exigences et avancées technologiques de la filtration de l eau au point d utilisation Cette présentation est le résultat d un travail confidentiel de Pall Corporation et aucun extrait de cette présentation ne doit être copié, publié, présenté ou distribué sans l autorisation express et

Plus en détail

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE

Diesel. Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Diesel Véhicules légers, suivez le bon itinéraire! DÉCOUVREZ LA SOLUTION ADBLUE Sommaire # 02 L ESSENTIEL Qu est-ce qu AdBlue?.... 3 À quoi ça sert?.... 4 Comment ça marche?.... 5 ADBLUE EN PRATIQUE Quelles

Plus en détail

«lavage nettoyage hygiène» tout par un seul partenaire. Produits et prix 2014 Auto et transports

«lavage nettoyage hygiène» tout par un seul partenaire. Produits et prix 2014 Auto et transports «lavage nettoyage hygiène» tout par un seul partenaire Produits et prix 2014 valable dès le 1 er janvier 2014 Shampooings pour voitures 3 Produits de séchage 3 Cire pour voitures 3 Entretien des voitures

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Le guide de la. plomberie. éditions

Le guide de la. plomberie. éditions Le guide de la plomberie éditions Le guide de la plomberie Mieux comprendre pour bien choisir! éditions Dans la même collection ππmaison et Travaux Le guide du parquet Le guide de la désinsectisation ππargent

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE 2 Getinge Clean Management System GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM (CMS) UN PROCESSUS OPTIMISÉ, UNE SOLUTION UNIQUE Getinge peut vous

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Comment monter son installation?...3 Procédé...3 Planification...3 Positionnement des

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

CRÉATION D'UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL SÉCURITAIRE. Stérilisation à la vapeur

CRÉATION D'UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL SÉCURITAIRE. Stérilisation à la vapeur Sara B Francais Cher client, Ce document vous conduire à travers une installation standard de votre autoclave SOLE BA. Nous vous recommandons fortement de lire ce guide pour vous familiariser avec la façon

Plus en détail

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX 08/ENS/24 BORDEREAU DES PRIX-DETAIL ESTIMATIF Lot n 2 : Achat et installation de matériel pour l enseignement

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

MEDIACLAVE. La stérilisation rapide, reproductible et sûre des milieux

MEDIACLAVE. La stérilisation rapide, reproductible et sûre des milieux MEDIACLAVE La stérilisation rapide, reproductible et sûre des milieux MEDIACLAVE La stérilisation rapide, reproductible et sûre des milieux Les milieux de culture bactérienne sont très largement utilisé,

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail