) >%)?(10% ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))<(+%&#)))))))CA2.07#%)" name="description"> ) >%)?(10% ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))<(+%&#)))))))CA2.07#%)">

!"#$%&#'()&*+",#%)-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%3)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "!"#$%&#'()&*+",#%)-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%3)"

Transcription

1 "#$%&#'()&*+",#%)-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%3) 4."2#0'+)5/","607#%+)) -.(+%1'%) 89:8)9;5<=>) >%)?(10% ) )))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))<(+%&#)))))))CA2.07#%) ) ) DE)#10'+) ) 5$0%.)2%)+'(.0,0+&'0"1 F#'"/,&$%+)/,&++%)G) HIH%)2%)6.&12%)/&-&/0'() )))))))))))))))))J#$%+)2%)2(+01K%/'0"1)L)#,'.&+"1+) &#M)01+'.#H%1'+)."'&'0K+)%')&#M) (,%/'."$&11%+N) F*+%1/%)2%)*0"K0,HN) F*+%1/%)2%).(+02#+) 2&1+),%+) 01+'.#H%1'+) +'(.0,0+(+N) O%+'.#/'0"1)2#) PPQPPR)2%+) *&/'(.0%+) -."'"S"&0.%+)%') -A."6B1%+N) F,0H%1'&'0"1)20.%/'%)2%) '"#+),%+)(7#0-%H%1'+)&$%/) 2(+01K%/'0"1)%1)/"1'01#)2%) N) T&0*,%+)/"U'+) ) F#/#1%)1(/%++0'() %')+'"/V&6%N 5/"-,#+)+N.N,N))W0&)2%,,&):%//&10/&Q))P) )DD)X)DY)X)ZEE[\)9&1)>&SS&.")20)9&$%1&)]G8^) ;%,N) _YP)E`D)[a`PD\Y) )[a`pe[e)t&m)_yp)e`d)zpp\z``) bbbn%/"-,#+0'&,0&n/"hx)%xh&0,c))01k"d%/"-,#+0'&,0&n/"h)

2 e5)98>e;=8)5tt=jfj5q)9f<5)5;)5j88:=ge5) ) 89:8)9;5<=>) e)95e>)f44f<5=>)48e<)<598eo<5) 8:G<5eh)4<8G>5:59c) F<<5;);5JC=ge5)O59)5ge=45:5;9) T8<:F;=8)Oe))G=8T=>:) )))))))))))))J<8=99FJ5)GF;5<=55) 9;8 ) ) ) ) ) +A+'BH%) /%1'.&,0+() %') &#'"H&'07#%) ]J,8 a^q) +-(/0K07#%H%1')('#20()-"#.),%)/&*01%')2%1'&0.%N)) ) &..0$%) L) '"#+),%+) /"11%/'(+) ]#10'+Q) &#'"/,&$%+) %') ($0%.+) +&,,%+) 2%) +'%.0,0+&'0"1^N) ) >%+) H%H*.&1%+) 2#) -."/%++#+)) "+H"'07#%) 2%)/%)+A+'BH%)) ]89:8)9;5<=>^)(,0H01%1'),%)PPQPPR) 2%)+#+*+'&1/%+)".6&107#%+)'%,+)7#%),%+)$0.#+Q),%+)*&/'(.0%+)%'),%+) /",0K".H%+Q)%')-,#+)2%)PER)2%)/%,,%+)01".6&107#%+) ) e1 +'&*0,0+()&++#.&1'),&)2(+01K%/'0"1)'"'&,%)%'),&) +U.%'%)2%) &#)%1)/0./#,&'0"1)%+')/"1+'&HH%1')%')&#'"H&'07#%H%1')2(+01K%/'(%N)J%) +A+'BH%).(2#0') ".6&107#%+ %&#)2#).( X *#//&,%)2%+) N) ge 59;X 89:895)=W5<95i) +')#1)-."/%++#+)2%)K0,'.&'0"1)H(/&107#%)#10$%.+%,,%H%1').%/"11#)/"HH%),%)-,#+)%KK0/&/%)+A+'BH%)2%)K0,'.&'0"1).)'"#+),%+)-",,#'&1'+)".6&107#%+)%')01".6&107#%+)7#0)-%#$%1')I'.%)-.(+%1'+)2&1+),&)HIH%)]$"0.)'&*,%&#) F^)))) XJ5)ge5)>5)Oj8h=O5)O5)JC>8<5i) "/02%) %+') 01/"1'%+'&*,%H%1') +#-(.0%#.%) L) /%,,%) 2%) '"#+),%+) X".6&10+H%+)%')2%),%+)'#%.)HIH%)7#&12)0,+)+"1')01&/'0K+N) ))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))) ;&*,%&#)F) G&/'(.0%+) ))))PPNPPR) 4."'"S"&0.%+) ))PPNPPR) 4A."6B1%+) ) ) PPNPPR) 9'."1'0#H) ) ) PYXP\R) :%./#.%) ) ) ) ) ) PYXP\R) G&.A#H))))))))))))))PYXP\R) 4,"H*) ) PYXP\R) :&61(+0#H))))))))PYXP\R) 5>=:=F;=8)O59)=:4e<5;59)5)R F,#H010#H) ) PYXP\R) J&2H0#H)))))))))) PYXP\R) k01/))))))))))))))))) PYXP\R) J&,/0#H))))))))))))) PEXP`R) 9"20#H)))))))))))))) PEXP`R) ) ) ) ) PEXP`R) 4"'&++0#H) PEXP`R) G0/&.*"1&'%+) PEXP`R) 0'.&'%+)))))))))))))) \`XPER 5/"-,#+)+N.N,N))W0&)2%,,&):%//&10/&Q))P) )DD)X)DY)X)ZEE[\)9&1)>&SS&.")20)9&$%1&)]G8^) ;%,N) _YP)E`D)[a`PD\Y) )[a`pe[e)t&m)_yp)e`d)zpp\z``) bbbn%/"-,#+0'&,0&n/"hx)%xh&0,c))01k"d%/"-,#+0'&,0&n/"h)

3 HYGIÈNE ET SÉCURITÉ DES CIRCUITS HYDRAULIQUES DES UNITS DENTAIRES LE MAILLON FAIBLE DU CYCLE DE STÉRILISATION TRAITEMENT ET DÉSINFECTION DES EAUX

4 POURQUOI TRAITER ET DÉSINFECTER L EAU EN ODONTOLOGIE?

5 DANS LE CABINET DENTAIRE, LES IMPURETÉS DE L EAU PEUVENT CONSIDÉRABLEMENT AUGMANTER LE RISQUE DE MALADIES À INFECTIONS CROISÉES LA QUALITÉ DE L EAU ASSUME ALORS UNE IMPORTANCE PARTICULIÈRE POUR: - L UNIT DENTAIRE - LA DÉTERSION ET LE RINÇAGE DES INSTRUMENTS - L AUTOCLAVE

6 CE RISQUE DE CONTAMINATION CONCERNE: LE CIRCUIT HYDRAULIQUE DE L UNIT DENTAIRE LES INSTRUMENTS ROTATIFS ET LES INTERVENTIONS CHIRURGICALES LA STÉRILISATION PEUT CERTAINEMENT ÉLIMINER LE RISQUE DE CONTAMINATION QUI S ÉTABLIE ENTRE LES DIFFÉRENTS PATIENTS ET SE PROPAGE PAR LE BIAIS DES INSTRUMENTS. DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE APPARAISSENT DES TRACES DE SALIVE ET DE SANG DES PATIENTS DÉPOSÉES PAR LE REFLUX DE L EAU DANS LES INSTRUMENTS, CAR LES VALVES ANTI-REFLUX DESQUELLES ILS SONT DOTÉS, S AVÈRENT EN PARTIE INÉFFICACE

7 LES BACTÉRIES ET LES VIRUS QUI SE RÉUNISSENT DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE PEUVENT RENCONTRER DES CONDITIONS FAVORABLES À LEUR PROLIFÉRATION. LES COMPOSÉS ORGANIQUES PRÉSENTS DANS L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE, COMME LES DÉTRITUS CELLULAIRES ET LES SELS INORGANIQUES QUI ALIMENTENT L EXPANSION DES MICROBES, SERVENT DE NUTRIMENTS ET DE SUBSTRAT DE CROISSANCE. LA CROISSANCE DES BACTÉRIES ENGENDRE LA FORMATION D UN BIOFILM, CONSTITUÉ DE CELLULES BACTÉRIENNES, DÉTRITUS CELLULAIRES, RÉSIDUS INORGANIQUES

8 PENDANT L INTERVENTION CHIRURGICALE, LE PATIENT MAIS ÉGALEMENT LE DENTISTE PEUVENT ENTRER EN CONTACT AVEC UN GRAND NOMBRE D AGENTS PATHOGÈNES AUTANT VIRAUX QUE BACTÉRIENS D APPARENCE INOFFENSIFS: STREPTOCOQUES VIRIDANS PARTICULIÈREMENT DANGEREUX : LES LEGIONNELLES, LES PSEUDOMONAS, LE VIRUS DE L HÉPATITE C ET DU SIDA

9 LE BIOFILM FORMÉ PEUT FAVORISER LA CROISSANCE ULTÉRIEURE DE MICROBES, MAIS SURTOUT PROTÉGER LA POPULATION MICROBIENNE DE L ACTION DÉSINFECTANTE DE NOMBREUX PRODUITS CERTAINES BACTÉRIES, AGENTS ÉTIOLOGIQUES DE MALADIES GRAVES COMME LES PSEUDOMONAS, LA MYCROBACTERIUM ET L HELICOBACTER PEUVENT PEUVENT SE MULTIPLIER DANS L EAU ET PAR CONSÉQUENT ÊTRE IDENTIFIÉES DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE DE L UNIT DENTAIRE

10 L UNIT DENTAIRE EST SOUVENT DOTÉ D UNE CHAUDIÈRE POUR RÉCHAUFFER L EAU DESTINÉE AU LAVAGE DES BLESSURES. CELLE- CI PEUT SERVIR DE RÉSERVOIR-AMPLIFICATEUR À CERTAINES SORTES BACTÉRIENNES COMME PAR EXEMPLE LES LÉGIONELLES, TRANSMISES PAR LE BIAIS DES AÉROSOLS LA LÉGIONELLOSE À ÉTÉ IDENTIFIÉE DANS LES CIRCUITS HYDRAULIQUES DE L UNIT DENTAIRE DE CERTAINS CABINETS DENTAIRE, ET C EST EN SUIVANT NOS CONSEILS QUE DE NOMBREUX DENTISTES ONT DÉCIDÉS D ELIMINER LA CHAUDIÈRE CAR ELLE REPRÉSENT UN FACTEUR DE RISQUE POUR TOUTES CONTAMINATIONS MICROBIENNES

11 LES BACTÉRIES DES LEGIONELLES LES PSEUDOMONAS

12 L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE ET SES CONSÉQUENCES EN FONCTION DE LA BASE DE LEUR CONCENTRATION, LA PRÉSENCE DE SELS DISSOUS REND L EAU «DURE» OU «DOUCE», SI BIEN QUE CERTAINS PEUVENT SEULEMENT PROVOQUER L INCRUSTATION DU CALCAIRE COMPOSÉ DE CARBONNE DE CALCAIRE, ALORS QUE D AUTRES COMME LES NITRITES SONT TOXIQUES ILS EST ÉGALEMENT POSSIBLE DE DÉTECTER LA PRÉSENCE D HYDROCARBURES, DE PHÉNOLES ET DE MÉTAUX LOURDS COMME LE PLOMB ÉMANÉ DES TUBES.

13 DIFFÉRENTES ESPÈCES MICROBIENNES PEUVENT ÊTRE PRÉLEVÉES DANS L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE. LES LÉGIONELLES ET LES PSEUDOMONAS SONT CONSIDÉRÉES POTENTIELLEMENT PATHOLOGIQUE. CES MICRO-ORGANISMES IMPORTÉS PAR L EAU, SONT ÉMIS ET PULVÉRISÉS DANS LE CABINET PENDANT L UTILISATION DES INSTRUMENTS GÉNÉRANT LA PRODUCTION D AEROSOLS.

14 L EAU DESTINÉE À L UNIT DENTAIRE L UNIT DENTAIRE EXIGE L APPROVISIONNEMENT EN EAU PRIVÉE E DE SELS ET DE GRANDE PURETÉ AFIN D EVITER L INCRUSTATION DU CALCAIRE À L INTERIEUR DE SES COMPOSANTS. (ELECTROVANNE, ÉCAILLEUR DENTAIRE, SERINGUE, TURBINE ET MICROMOTEUR)

15 EN APPROVISIONNANT LES CONDUITES HYDRAULIQUES DE L UNIT DENTAIRE ET LE RÉSEAU EN EAU PURE ET PRIVÉE DE SELS, ON ÉLIMINERAIT DRASTIQUEMENT LE BIOFILM DEPOSÉ, ÉVITANT AINSI LA FORMATION D UN NID BACTÉRIEN RÉSISTANTS À L ACTION DES DÉSINFÉCTANTS ORDINAIRES.

16

17 L EAU POUR LE LAVAGE DES INSTRUMENTS AVANT DE PASSER À LA STÉRILISATION DES INSTRUMENTS CHIRURGICAUX, CECI DOIVENT ÊTRE LAVÉS À L AIDE DE DÉTERGENTS ET RINCÉS AVEC PRÉCAUTION DE PRÉFÉRENCE DANS DE L EAU DÉMINÉRALISÉE, CAR CONTRAIREMENT À CELLE-CI L EAU DU RÉSEAU HYDRAULIQUE, RICHE EN SELS, RETIENT LES TENSIOACTIFS DES SAVONS. APRÈS CELA, ILS SONT SECHÉS AU MOYEN D UNE SERPILLÈRE POUR ÉVITER AINSI LE RISQUE DE FORMATION D UNE PATINE OPAQUE CAUSÉE PAR LE CARBONATE DE CALCIUM (CALCAIRE) ET AUTRES SELS.

18 L EAU POUR LA STÉRILISATION LES NOUVELLES AUTOCLAVES DE CLASSE B DOIVENT ÊTRE APPROVISIONNÉES EN EAU DEMINERALISÉE POUR NE PAS COMPROMETTRE LEUR BON FONCTIONNEMENT. LA PLUPART DES AUTOCLAVES NE SE METTENT PAS EN MARCHE SI L EAU QUI LES ALIMENTE N EST PAS EN TOTALITÉ DÉMINÉRALISÉE. CELLE-CI PEUT ÊTRE PROCURÉE EN PHARMACIE ET CONSERVÉE ULTÉRIEUREMENT OU BIEN PRODUITE SUR PLACE AU MOYEN DES SYSTÈMES LES PLUS VARIÉS. À LA SUITE DE LA STÉRILISATION À 135 C, DES MICRO- INCRUSTATIONS APPARAISSENT À LA SURFACE DES INSTRUMENTS QUI OUTRE À LES RENDRE OPAQUE PEUVENT PERMETTRE UNE NIDIFICATION SOUS- JACENTE DE MICRO-ORGANISMES AYANT LA POSSIBILITÉ DE PÉNÉTRER INDEMNE VERS L AUTOCLAVE.

19 LE TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DANS LES CABINET DENTAIRES FURENT AFFRONTÉS PAR: L INSTALLATION D ÉDULCORANTS AVEC RÉSINE À CHANGEMENT IONIQUE POUR ÉLIMINER LE PROBLÈME DES ENCROÛTEMENT CALCAIRE, SANS PRENDRE EN COMPTE QUE DE TELS APPAREILS AUGMENTENT L APPARITION DES BACTÉRIES DANS L EAU DU RÉSEAU L ADOPTION, DE LA PART DES PRODUCTEURS DES UNITS DENTAIRES, DES SYSTÈMES D HYGIÈNE LES PLUS VARIÉS CAPABLES DE FONCTIONNER (CERTAINS EN FONCTION CONTINUE D AUTRES EN FONCTION DISCONTINUE) TOUT EN EXIGEANT L ATTENTION ET LE TEMPS DE TRAVAIL DES OPÉRATEURS. L INSTALLATION DES VALVES ANTI-REFLUX,SERVANT À ÉVITER LA CONTAMINATION LORS DU RETOUR DE L EAU FOURNIE PAR LE RÉSEAU HYDRAULIQUE DU CABINET, AVEC DES RÉSULTATS INSATISFAISANTS.

20 LE TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DANS LES CABINET DENTAIRES FURENT AFFRONTÉS PAR: L UTILISATION DE DIVERS TYPES DE DÉSINFECTANTS QUI N INTERVIENNENT PAS DE MANIÈRE EFFICACE CONTRE LA PROLIFÉRATION DES BACTÉRIES ET SURTOUT FACE À L ÉLIMINATION DU BIOFILM. L APPROVISIONNEMENT EN EAU BIDISTILÉE DESTINÉ AU FONCTIONNEMENT DES AUTOCLAVES OU À LA PRODUCTION DE CELLE-CI PAR LE BIAIS DE DIVERS SYSTÈMES SE RÉVÉLANT TRÈS COÛTEUX ET QUI NE FONCTIONNENT PAS TOUJOURS DE MANIÈRE OPTIMALE. IL EN RÉSULTE R QUE LES INFÉCTIONS CROISÉES NE SONT PAS OBSTRUÉES DE MANIÈRE EFFICACE.

21 POURQUOI UTILISER L EAU D OSMOSE DÉSINFECTÉE AVEC DU DIOXYDE DE CHLORE DANS LE CABINET DENTAIRE?

22 CAR LA SYNÉRGIE DE L EAU D OSMOSED (GRAND POUVOIR SOLVANT AVEC UN FAIBLE APPORT DE SEL) ET DU DIOXYDE DE CHLORE (DÉSINFECTANT À HAUT SPECTRE, VIRUCIDE, BACTÉRICIDE EN MESURE DE PÉNÉTRER LE BIOFILM) GARANTIE UN RÉSULTAT PLUS SATISFAISANT ET MOINS COÛTEUX POUR LE TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DU CABINET DENTAIRE.

23 QU EST-CE L OSMOSE INVERSE? EN INVERSANT LE PRINCIPE NATUREL DE L OSMOSE ON PEUT APPLIQUER UNE PRESSION MAJEUR SUR L EAU DU RÉSEAU, (EN COMPARATION À LA PRESSION EXERCÉE PAR OSMOSE), DE MANIÈRE À PERMETTRE SEULEMENT LE PASSAGE DE L EAU (H2O) À TRAVERS UNE MEMBRANE SEMI-PERMÉABLE, ET EMPÊCHER LE PASSAGE DE SELS, POUR OBTENIR AINSI UNE EAU PRIVÉE DE SOLUTÉS.

24 L OSMOSE INVERSE APPLIQUANT UNE PRESSION SUR LA SURFACE D UNE SOLUTION CONCENTRÉE, ON INVERSE LE FLUX NATUREL DU LIQUIDE EN PARTANT D UN LIQUIDE INITIALEMENT CONCENTRÉ POUR OBTENIR UNE SOLUTION TRÈS PAUVRE EN SOLVANTS.

25 ANEANTISSEMENT EN % DES IMPURETÉS Bactéries 99.99% Protozaires 99.99% Pyrogènes 99.99% Sodium 90-95% Calcium 90-95% Magnesium 93-98% Potassium 90-95% Aluminium 93-98% Cadmium 93-98% Strontium 93-98% Mercure 93-98% Baryum 93-98% Chrome 93-98% Plomb 93-98% Chlorure 90-95% Bicarbonate 90-95% Nitrate 85-90% Zinc 93-98%

26 CERTAINS SECTEURS QUI UTILISENT LE PRINCIPE DE L OSMOSE INVERSE: LES CENTRES D HÉMODIALYSE LES ENTREPRISES COSMÉTIQUE L INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE LES LABORATOIRES D ANALYSE LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES LES ÉLEVAGES ZOOTECHNIQUES LES ÉQUIPEMENTS EN EAU POTABLE DE LA PROTECTION CIVILE ETC ETC ETC

27 QU EST-CE LE DIOXYDE DE CHLORE? LE DIOXYDE DE CHLORE EST UN GAZ OXYDANT, SOLUBLE DANS L EAU, ET UTILISÉ POUR PERMETTRE LA POTABILITÉ DE L EAU DANS DE NOMBREUX PAYS. IL POSSÈDE UN POUVOIR BACTÉRICIDE ET VIRUCIDE SUPÉRIEUR À CELUI DU CHLORE GAZEUX ET AGIT DANS UNE INTERVALLE DE PH MAJEURE. DESORMAIS IL EST POSSIBLE DE L OBTENIR FACILEMENT, EN TANT QUE SOLUTION AQUEUSE, MÉLANGEANT 2 RÉACTIFS.

28 LE DIOXYDE DE CHLORE UTILISÉ DE FAÇON CONTINUE GARANTIE UNE EXCELLENTE ACTION ANTIBACTÉRIENNE VIRUCIDE ET AGRESSIVE FACE AU BIOFILM. IL POSSÈDE CET AVANTAGE DE RÉAGIR DIRECTEMENT SUR LA PAROIE CELLULLAIRE DES MICRO-ORGANISMES ET LES ÉLIMINE MÊME LORSQU ILS SONT INACTIFS. IL NE FAVORISE PAS LA FORMATION DE TRIALOMÉTHANES, COMPOSÉS CHIMIQUES EXCESSIVEMENTS TOXIQUES DÛ À LEUR CHLORATION. LES MICRO-ORGANISMES NE PEUVENT DÉVELOPPER AUCUNE BARRIÈRE CONTRE LE DIOXYDE DE CHLORE. LE DIOXYDE DE CHLORE EST AUJOURD HUI RECONNU COMME LE MEILLEUR DÉSINFECTANT MIS À LA DISPOSITION DE L HOMME.

29 COMPARAISON ENTRE LES PRODUITS HYGIÉNIQUES ET LES DÉSINFECTANTS indice d efficacité --- = aucun

30 CERTAINS SECTEURS QUI UTILISENT LE DIOXYDE DE CHLORE HÔPITAUX HOTELS/ AUBERGES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET INDUSTRIES DES BOISSONS LAVAGE DE LÉGUMES INDUSTRIES TEXTILES PRODUCTION DE PAPIERS ET DE CELLULOSES ÉLEVAGES EAUX POTABLES ROULOTTES, BATEAUX, CANOTS À MOTEUR, AUTOBUS, CAMPING-CAR

31 LA NOUVELLE LIGNE «OSMO STERIL» UNE LIGNE DE PRODUITS DESTINÉS AU TRAITEMENT ET À LA DÉSINFECTION DE L EAU DANS LE DOMAINE DE L ODONTOLOGIE. UNE LIGNE COMPLÈTE CAPABLE D AFFRONTER ET DE RÉSOUDRE TOUTES LES PROBLÉMATIQUES QUELQUES SOIT LA SITUATION EXISTANTE.

32 LA NOUVELLE LIGNE «OSMO STERIL» LA LIGNE «OSMO STERIL» FILTRE L EAU AU MOYEN DU PROCÉDÉ D OSMOSE INVERSE, ET LA DÉSINFECTE PAR SIMPLE UTILISATION DU DIOXYDE DE CHLORE STABILISÉ.

33 LA NOUVELLE LIGNE «OSMO STERIL»

34

35

36 «OSMO STERIL» LA RÉVOLUTION UN APPAREIL SITUÉ AU CENTRE D UN SYSTÈME DESTINÉ AU TRAITEMENT ET LA DÉSINFECTION DE L EAU DES CABINETS DENTAIRES QUI RAVITAILLE: JUSQU À 10 UNITS DENTAIRES QUELQUE SOIT LE TYPE JUSQU À 3 AUTOCLAVES DE CLASSE B L ÉVIER DE LA SALLE DE STÉRILISATION DE MANIÈRE COMPLÈTEMENT AUTOMATIQUE SANS L AIDE ET L INTERVENTION DES OPÉRATEURS.

37 LES AVANTEGES «D OSMO STERIL» MET À DISPOSITION UNE EAU PURE, ÉLIMINANT AINSI LES INCIDENTS TECHNIQUES DES APPAREILS SENSIBLES AUX DÉPÔTS DE CALCAIRE. ALIMENTE LE CIRCUIT HYDRAULIQUE AVEC UNE EAU DÉPOURVUE DE COMPOSANTS ORGANIQUES ET DE BACTÉRIES, DE SORTE À ELIMINER LA FORMATION D UN FILM MOLÉCULAIRE, CAUSANT FRÉQUEMMENT MAINTES INCRUSTATION AUX TUYAUTERIES ET SE RÉVÉLANT COMME UN SUBSTRAT FAVORABLE À LA CROISSANCE DE MICRO-ORGANISMES.

38 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» IL PRODUIT UNE EAU ALTERNATIVE EN COMPARAISON À L EAU BIDISTILLÉE, POUR PERMETTRE L APPROVISIONNEMENT DE L AUTOCLAVE. IL PERMET DE REMPLIR LES CUVES À ULTRASONS ET DONNE LA POSSIBILITÉ DE RINCER LES INSTRUMENTS AVEC DE L EAU PURE AVANT DE LES RECOUVRIR D UNE HOUSSE DE PROTECTION. DONNE LA CERTITUDE D OBTENIR DES INSTRUMENTS PARFAITEMENT PROPRES, SANS INCRUSTATIONS ET AVEC LA SÉCURITÉ D UNE STÉRILISATION COMPLÈTE

39 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» CRÉE UNE BARRIÈRE À L ENTRÉE DE L UNIT DENTAIRE POUR EMPÊCHER À L EAU D APPORTER UNE CHARGE BACTÉRIENNE VENANT DE L EXTÉRIEUR. ELIMINE LES SELS DE L EAU DU RÉSEAU ÉLIMINANT PRESQUE LA FORMATION DU BIOFILM. PRODUIT EN CONTINU UNE EAU DÉSINFECTÉE QUI ANÉANTIS SYSTÉMATIQUEMENT LES BACTÉRIES ET LES VIRUS QUI PEUVENT PÉNÉTRER DANS LE CIRCUIT HYDRAULIQUE DE L UNIT DENTAIRE SANS ÊTRE REPÉRÉES, ET INFECTER LES TUYAUTERIES DU CABINET ET DE L IMMEUBLE DANS LEQUEL IL SE TROUVE.

40 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» ÉVITE LES INCIDENTS TECHNIQUES CAUSÉS PAR L INCRUSTATION DU CALCAIRE DANS LES TUYAUTERIES. ELIMINE LE PROBLÈME DU STOCKAGE DE L EAU BIDISTILÉE DESTINÉE À L AUTOCLAVE OU BIEN SA PRODUCTION, EN RECOURANT PARFOIS À DES SYSTÈMES PARTICULIÈREMENT COÛTEUX. RÉDUIT LES RISQUES D UNE STÉRILISATION INCORRECTE CAR LES INSTRUMENTS SE RINCENT AVEC DE L EAU DÉMINÉRALISÉE ET NON PLUS AVEC L EAU DU RÉSEAU.

41 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» N EXIGE PAS L INTERVENTION DES OPÉRATEURS CAR IL EST AUTOMATIQUEMENT EQUIPÉ DE TOUTES LES FONCTIONS INDISPENSABLES, À DÉFAUT DE L APPROVISIONNEMENT DU DIOXYDE DE CHLORE NÉCESSAIRE TOUT LES 30 JOURS, ET DEMANDANT UN TEMPS DE TRAVAIL D APPROXIMATIVEMENT 2 MIN

42 SUIVEZ LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» «OSMO STERIL» RÉDUIT LES COÛTS DE MAINTIEN DES CABINETS SOUMIS AUX PROBLÈMES DE DÉSINFECTION CAR: LE SYSTÈME DE DÉSINFECTION DEVIENT AUTOMATIQUE IL PERMET L UTILISATION DU MEILLEUR DÉSINFECTANT À COÛTS MINIMES IL DIMINUE LE TEMPS DE TRAVAIL DES ASSISTANTS IL LIMITE LES INCIDENTS TECHNIQUES DES APPAREILS SOUMIS AUX IMPURETÉS DE L EAU. IL AUGMENTE LA DISPONIBILITÉ DU TEMPS DE TRAVAIL. IL RÉDUIT LES COÛTS DE L ASSISTANCE TECHNIQUE

43 POUR RÉSUMER UNE NOUVELLE APPROCHE POUR RÉPONDRE À LA PROBLÉMATIQUE DE L APPARITION DU BIOFILM DANS LES RÉSEAUX HYDRAULIQUES AU MOYEN DE DEUX SYSTÈMES EN SYNERGIE: H 2 O OSMOSÉE (HAUT POUVOIR SOLVANT SANS AUCUN APPORT EN SELS) + CLO 2 (DÉSINFECTANT À AMPLE SPECTRE D ACTION VIRUCIDE, BACTÉRICIDE EN MESURE DE PÉNÉTRER LE BIOFILM)

44 COMMENT INSTALLER «OSMO STERIL» DANS UN CABINET DENTAIRE PRÉEXISTANT «OSMO STERIL» EST FACILEMENT AMÉNAGEABLE DANS LA GRANDE MAJORITÉ DES CABINET DENTAIRES PRÉEXISTANTS: IL OCCUPE L ESPACE D UN MEUBLE DENTAIRE À VOLETS IL EST BRANCHÉ AU RÉSEAU HYDRAULIQUE ASPIRANT L EAU PAR LE TUBE D EAU FROIDE SITUÉ SOUS L ÉVIER DE LA SALLE DE STÉRILISATION S INSTALLE AVEC UN BY-PASS QUI PERMET L UTILISATION DE L EAU DU RÉSEAU MÊME EN CAS D ENTRETIEN OU DE MAUVAIS FONCTIONNEMENT DE L APPAREIL SE BRANCHE À L AUTOCLAVE, À L ÉVIER DE STÉRILISATION ET À L UNIT DENTAIRE OBLIGATOIREMENT PAR UN CONDUIT PLASTIQUE DE POLYPROPYLÈNE OU DE COMPOSITION SEMBLABLE DE DIAMÈTRE ALLANT DE 8 MM JUSQU À UN MAXIMUM DE 12 MM SUIVANT LA LONGUEUR NÉCESSAIRE. LES CONDUITS PRÉSENTS FORMENT DÈS LORS UN NOUVEAU RÉSEAU HYDRAULIQUE DEDIÉ À L APPAREIL ET PEUVENT SE TROUVER: A) SOUS UN ÉVENTUEL UN SOL FLOTTANT B) À L INTÉRIEUR DES ÉVENTUELS TUBES EN PLASTIQUE LIBRES (COUVERTS) C) À L INTÉRIEUR DES BOITIERS QUI LIENT LES UNITS DENTAIRES (DÉCOUVERTS) D) SUR LA PLINTHE À L INTÉRIEUR DES TRUNKINGS DE TYPE ÉLECTRIQUE.

45 EXEMPLE D UN ÉQUIPEMENT HYDRAULIQUE POUR UN CABINET DENTAIRE: 1. Entrée de l eau par le réseau hydraulique du bâtiment 2. Vanne à sphère 3. Entrée de l eau brute vers «osmo steril» 4. Découlement de l eau «osmos steril» 5. Sortie de l eau pure traitée par «osmo steril» 6. Robinet supplementaire installé sur l évier

46 LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» DANS LES CABINETS DENTAIRES PRÉEXISTANTS: POSSIBILITÉ DE CONNEXION À TOUTES LES AUTOCLAVES DE CLASSE B DE TECHNOLOGIE AVANCÉE. POSSIBILITÉ DE CONNEXION À TOUT TYPE D UNIT DENTAIRE (MARQUE, MODEL) QUELQUE SOIT LEUR VÉTUSTE. SI LES UNITS DENTAIRES SONT DOTÉS DU SYSTÈME D HYGIÈNE BY-PASS SI LES UNITS DENTAIRES NE POSSÈDENT PAS UN SYSTÈME D HYGIÈNE ILS SERONT DESORMAIS ÉQUIPÉS DU SYSTÈME LE PLUS EFFICACE SUR LE MARCHÉ L INSTALLATION DU RÉSEAU HYDRAULIQUE EXCLUT DE FAIT LE RÉSEAU PRÉALABLEMENT CONTAMINÉ. DANS UNE PÉRIODE D UN À TROIS MOIS LE BIOFILM PRÉSENT DANS LES TUBES DE L UNIT DENTAIRE EST ÉLIMINÉ.

47 COMMENT INSTALLER «OSMO STERIL» DANS UN CABINET DENTAIRE EN PHASE DE RESTRUCTURATION OU DE RÉNOVATION: EN PHASE D EXÉCUTION DE L ÉQUIPEMENT HYDRAULIQUE DU CABINET, L INSTALLATION DU RÉSEAU HYDRAULIQUE DÉDIÉ À «OSMO STERIL» REPRÉSENTE UN COÛT QUASI NUL. POUR APPROVISIONNER L UNIT DENTAIRE ET LA SALLE DE STÉRILISATION. LORS DE LA PHASE DE MISE EN ROUTE DU CABINET, IL S AGIRA SIMPLEMENT DE CONNECTER L APPAREIL AUX AUTRES PRISES PRÉDISPOSÉES ET PASSER AU BRANCHEMENT DES AUTOCLAVES.

48 LES AVANTAGES «D OSMO STERIL» DANS UN CABINET DENTAIRE EN PHASE DE RESTRUCTURATION OU DE RÉNOVATION: «OSMO STERIL» ALIMENTE LES POINTS CRITIQUES DU CABINET DENTAIRE SANS COÛT ADDITIONNEL, ET DÈS LORS L INSTALLATION DU RÉSEAU HYDRAULIQUE PERMET AU DOCTEUR D ÉCONOMISER CAR: IL PEUT SE PERMETTRE L ACQUISITION D UNITS PRIVÉS DU SYSTÈME DE DÉSINFECTION, HABITUELLEMENT VENDU À PART IL NE DOIT PAS S ÉQUIPER D APPAREILS POUR LA PRODUCTION DE L EAU DESTINÉE À ALIMENTER LES AUTOCLAVES IL NE DOIT PAS PROCURER L EAU BIDISTILLÉE POUR LA DÉCONTAMINATION ET LE LAVAGE DES INSTRUMENTS UNE LISTE D AVANTAGES QUI PERMET AUX FIDÈLES DE L UTILISATION QUOTIDIENNE DE L APPAREIL UN EMPLOI SIMPLE ET DURABLEMENT EFFICACE.

49 ÉQUIPEMENT INSTALLÉ

50 MERCI DE VOTRE ATTENTION

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER Depuis 1964 Hôpitaux Cliniques Dentisterie Cabinets médicaux Seniories et centres de médication Le nettoyage et la désinfection sont primordiaux pour

Plus en détail

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION:

7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: 7. NETTOYAGE ET DÉSINFECTION: Le RD 3484/2000 établit les normes d hygiène relatives à l élaboration, la distribution et la commercialisation des produits alimentaires finis, «pour le nettoyage des installations,

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

ECOLOGIE La technologie de AVENIR ECONOMIE. Santé et la Vie entout? Sécurité pour la. sans additifs. garantit nôtre.

ECOLOGIE La technologie de AVENIR ECONOMIE. Santé et la Vie entout? Sécurité pour la. sans additifs. garantit nôtre. Sécurité pour la Santé et la Vie entout? ECOLOGIE La technologie de traitement d eau sans additifs chimiques de dosage garantit nôtre AVENIR ECONOMIE 2 Le Traitement électrochimique (EC) est le processus

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT Généralités L EAU La tension superficielle : Phénomène naturel; paramètre qu a une surface a être mouillée( tension qu exerce l eau sur une surface) L eau

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE ETUDE des CONNAISSANCES, ATTITUDES et PRATIQUES Auprès des Dentistes Privés de la Région de Rabat L. BAHIJE, A. BAHOUM, F. ZAOUI, W. RERHRHAYE 1 2 L orthopédie

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries

Contrôle de chlore sur tours de refroidissement. Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide. Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries Contrôle de chlore sur tours de refroidissement Sébastien Crozet Responsable Produits Analyse liquide LA LEGIONELLOSE Légionelles, Legionella pneumophila= Bactéries La légionelle vit dans l eau. Elle est

Plus en détail

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel

L eau de Javel. Le produit idéal pour les piscines privées. Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel L eau de Javel Le produit idéal pour les piscines privées Chambre Syndicale Nationale de l Eau de Javel REMARQUE PRÉLIMINAIRE NOUS ATTIRONS L ATTENTION DE L UTILISATEUR SUR LE FAIT QUE CE DOSSIER CONCERNE

Plus en détail

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES

ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES Première L NOM : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 1 : LES EAUX NATURELLES 1- COMPOSITION D EAUX MINERALES 1-1 Les eaux minérales ont-elles le même goût et donc la même composition? Un écrivain francais

Plus en détail

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau

2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2. Thème 2. Utilisation des ressources naturelles. L eau 2 nd 1 Enseignement d exploration 2 nd 2 Thème 2 Utilisation des ressources naturelles L eau Problématique générale: Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore chaque année pour avoir

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

De l'eau des rivières à l'eau du robinet.

De l'eau des rivières à l'eau du robinet. De l'eau des rivières à l'eau du robinet. Pour être en bonne santé, l homme doit consommer 1,5 litre d eau chaque jour. Encore faut-il que cette eau soit d une qualité satisfaisante. L eau est dite potable

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

QUALITE DE L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

QUALITE DE L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE QUALITE DE L EAU DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE Synthèse bibliographique réalisée par l Office international de l eau (1998) pour le DGS INTRODUCTION Que ce soit dans un établissement de santé privé

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

Les Principaux polluants dans notre eau aujourd hui

Les Principaux polluants dans notre eau aujourd hui Les Principaux polluants dans notre eau aujourd hui Nature Sodium Fer Calcium Sociétés des Eaux Chlore Fluor Chloramine Tuyauterie Plomb Sable Rouille Amiante Pollution chimique Chlore Nitrates Pesticides

Plus en détail

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN L'OZONE L'OZONE EST UN GAZ INCOLORE (À HAUTES CONCENTRATIONS, IL EST BLEUTÉ), D'ODEUR ACIDE, ODEUR ATYPIQUE QUI SE SENT APRÈS UN ORAGE ACCOMPAGNÉ D'ÉCLAIRS. LE SYMBOLE EST

Plus en détail

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH

HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH HYGIÈNE DE L EAU Journée de formation de l ARATH Monica Attinger - Infirmière HPCI - SSP 26 avril 2012 - Clarens Eau potable : définition L eau qui, à l état naturel ou après traitement, convient à la

Plus en détail

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale

Normes de potabilité de l'eau selon la législation fédérale Produit Paramètre microbiologiques Valeur de tolérance UFC Eau potable Salmonelles spp nd/5 l Eau potable non traitée: - à la source - dans le réseau de distribution Eau potable traitée: - après le traitement

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

Un guide de traitement de l eau du puits

Un guide de traitement de l eau du puits Un guide de traitement de l eau du puits Dispositifs de traitement de l'eau à usage domestique Les problèmes relatifs à la qualité de l'eau décrits dans la présente feuille d'information pourraient être

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité

Les bonnes pratiques pour une eau de qualité Les bonnes pratiques pour une eau de qualité en élevages de volailles label RÉSUMÉ Les résultats d une enquête menée par l ARVOL (Association Régionale des Volailles de Chair d Aquitaine) en 2004 ont montré

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

Des moyens de protection contre les micro-organismes

Des moyens de protection contre les micro-organismes III1 Activité 4 Problème : Comment lutter contre les micro-organismes? Des moyens de protection contre les micro-organismes Mo.2 Att.1 Le vivant : organisation et fonctionnement du corps humain Découvrir

Plus en détail

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences

Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Vapeur, Eau : analyses, résultats attendus et conséquences Frédy Cavin : expert en stérilisation CHUV Journées des formateurs de la SSSH, 12.2.2013 «Plus une eau est pure, moins elle a de poissons» Proverbe

Plus en détail

Trouvez vos interlocuteurs: www.eurofins.ch. Valable à partir du 1er juillet 2012, remplace toutes les listes de prix précédentes.

Trouvez vos interlocuteurs: www.eurofins.ch. Valable à partir du 1er juillet 2012, remplace toutes les listes de prix précédentes. Eaux potables et de baignade Page 6 Liste de prix des eaux potables et de baignade Eurofins Scientific AG Parkstrasse 0 CH-502 Schönenwerd Tel. +4 (0) 62 858 7 00 Fax +4 (0) 62 858 7 09 E-mail info@eurofins.ch

Plus en détail

L'HYGIÈNE POUR UNIT DENTAIRE. Désinfection du système d'aspiration Décontamination de l'eau d'utilisation Protection contre le biofilm et le calcaire

L'HYGIÈNE POUR UNIT DENTAIRE. Désinfection du système d'aspiration Décontamination de l'eau d'utilisation Protection contre le biofilm et le calcaire L'HYGIÈNE POUR UNIT DENTAIRE Désinfection du système d'aspiration Décontamination de l'eau d'utilisation Protection contre le biofilm et le calcaire Système d hygiène automatique H1 Désinfection, désodorisation

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène 1 Détergent Définition: Substance contenant des tensio actifs, destinée à favoriser l élimination par l eau de souillures non solubles dans l eau pure Propriétés

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre Désinfectoguide Document préparé par Madame Vanessa VENANT, IDE référente en Hygiène Date Rédaction Nom Prénom Signature 2007 révision 2008 V. VENANT IDE Hygiéniste Date Vérification Nom Prénom Signature

Plus en détail

Tethys H10 L Evolution de la Désinfection

Tethys H10 L Evolution de la Désinfection easy, it s Mocom Mocom S.r.l. se réserve le droit d apporter des modifications aux produits illustrés dans les photos sans obligation de préavis. MH10FR131S00 Tethys H10 L Evolution de la Désinfection

Plus en détail

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE

FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE FICHE PRATIQUE N 9 LES EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE EN CHIMIE Pensez à vérifier la date de validité des cartouches filtrantes NF EN 511 (froid) Les équipements de protection individuelle contre

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat

Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Activité expérimentale : Les produits d entretien dans l habitat Matériel : ph-mètre + papier indicateur de ph Solutions tampon ph = 4 et ph = 7. Produits d entretien Balance, coupelle, verre de montre

Plus en détail

FTA-1 Aspirateur avec fiole collectrice

FTA-1 Aspirateur avec fiole collectrice FTA-1 Aspirateur avec fiole collectrice Mode d emploi Certificat pour version: V.4AW Table des matières 1. Consignes de sécurité 2. Informations générales 3. Démarrage 4. Utilisation 5. Caractéristiques

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail

Des soins cutanés sur lesquels vous pouvez compter!

Des soins cutanés sur lesquels vous pouvez compter! Tout pour la peau TU.08.2015 Des soins cutanés sur lesquels vous pouvez compter! Produits dermatologiques et cosmétiques depuis 1950 Développés pour répondre aux exigences les plus pointues, adaptés aux

Plus en détail

DIRECTIVES CHUV 300 SANITAIRE

DIRECTIVES CHUV 300 SANITAIRE DIRECTIVES CHUV 300 SANITAIRE 303 SOMMAIRE Chapitres Pages Répertoire directives 0. INTRODUCTION 0.1. Généralités 0.1.1. Références...4 0.1.2. Liste des fournisseurs...5 1. ADOUCISSEURS 1.1. Installation

Plus en détail

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur et lubrificateur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques Cycles de Nettoyage, désinfection et lubrification Pour une hygiène parfaite Nettoie, désinfecte et lubrifie 4

Plus en détail

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau

GRUNDFOS alldos information Produit. Oxiperm Pro. Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau GRUNDFOS alldos information Produit Production fiable de dioxyde de chlore de solutions diluées pour la désinfection de l eau Généralités Généralités Les systèmes Oxiperm Pro produisent du dioxyde de chlore

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

Adoucisseurs d eau Excalibur Choisissez la douceur!

Adoucisseurs d eau Excalibur Choisissez la douceur! Adoucisseurs d eau Excalibur Choisissez la douceur! Choisissez la douceur! L eau adoucie embellit, enrichit et est douce. Elle permet d avoir la peau douce et propre, des cheveux doux, soyeux, faciles

Plus en détail

817.022.102 Ordonnance du DFI sur l eau potable, l eau de source et l eau minérale

817.022.102 Ordonnance du DFI sur l eau potable, l eau de source et l eau minérale Ordonnance du DFI sur l eau potable, l eau de source et l eau minérale du 23 novembre 2005 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Département fédéral de l intérieur (DFI), vu les art. 4, al. 2, 26, al. 2 et 5,

Plus en détail

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement

CatoCool. Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement CatoCool Traitement de l eau pour systèmes de refroidissement Eau de refroidissement Avantages et défauts En plus d être un produit de base facilement disponible, l eau a également la propriété d être

Plus en détail

Une production économique! Echangeur d ions TKA

Une production économique! Echangeur d ions TKA Une eau totalement déminéralisée Une production économique! Echangeur d ions TKA Eau déminéralisée pour autoclaves, laveurs, analyseurs automatiques, appareils d'eau ultra pure... SYSTÈMES DE PURIFICATION

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Ajustement de la valeur du ph

Ajustement de la valeur du ph Entretien du spa Ajustement de la valeur du ph Afin de garantir un entretien réussi de l'eau, il est important que la valeur du ph se situe entre 7,0 et 7,4. C est lorsque le ph est situé dans cette fourchette

Plus en détail

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN).

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). 1 - DÉFINITIONS Bactéricide Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). Contamination Présence d un élément indésirable dans un fluide, sur une

Plus en détail

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique?

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Pourquoi adoucir l eau? Une eau dure est une eau riche en ions calcium (Ca 2+ ) et / ou magnésium (Mg 2+ ). Elle ne présente aucun danger pour

Plus en détail

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon Version française 07/2011 09/2011 Coordination : Serge Itzkowitch Création : Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon RVTM3 ASPIRATION rvtm3_8pages_31_08.indd 2 05/09/11 16:19 RVTM3 Le régulateur

Plus en détail

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques

Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Les causes et les conséquences du calcaire, de la corrosion et de l embouage dans les sous-stations hydrauliques Sommaire Les problèmes rencontrés Le tartre et ses conséquences La corrosion et ses conséquences

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT?

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? 1 PLAN Définitions Types de DMx DMx classiques réutilisables, quel traitement? Pourquoi les moteurs Instructions du fabricant : exemples

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Je traite l eau de ma maison

Je traite l eau de ma maison Je traite l eau de ma maison Le guide des solutions professionnelles Économies Protection Confort Sommaire Je traite l eau de ma maison et je cumule les avantages Élément indispensable de mon bien-être

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE»

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» SOCIETE FRANCAISE D HYGIENE HOSPITALIERE - 1 - AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL J. Bendayan, cadre de santé hygiéniste, responsable

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Une alternative professionnelle pour une eau dure

Une alternative professionnelle pour une eau dure Une alternative professionnelle pour une eau dure Aucun produit chimique Aucune maintenance Pas de sel Pas de filtre à changer Distributeur exclusif France / Dom Tom / Europe 25 ans Tel/Fax : 0033 (0)4

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

Les polluants : les nitrates

Les polluants : les nitrates Les polluants : les nitrates L azote est un élément essentiel de la matière vivante. Sa quantité et sa forme chimique dans le milieu aquatique y conditionnent le développement de la vie. [ 1 ] L azote

Plus en détail

PEINTURE PISCINES ET BASSINS Peinture à base de résine acrylique Destination Dilution & nettoyage Séchage Matériel d application

PEINTURE PISCINES ET BASSINS Peinture à base de résine acrylique Destination Dilution & nettoyage Séchage Matériel d application V 1.2 Révision 3 du 01.03.12 PEINTURE PISCINES ET BASSINS Peinture à base de résine acrylique Destination Dilution & nettoyage Séchage Matériel d application Définition : 45 minutes Peinture satinée phase

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Systèmes de lavage à ultrasons CEIA

Systèmes de lavage à ultrasons CEIA w w w.c e ia.in t e r na t i o nal.c o m Systèmes de lavage à ultrasons CEIA 2 a p p l i c a t i o n s Laboratoires dentaires Instruments médicaux/de chirurgie Nettoyage soigné des instruments de chirurgie

Plus en détail

BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS

BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS DESCRIPTION BIOXY S NEW ASSAINISSANT ACIDE PERACÉTIQUE & CONTRÔLE D ODEURS BIOXY S NEW est un produit en poudre qui génère de l acide peracétique dans l eau. BIOXY S NEW a été conçu pour assainir des surfaces

Plus en détail

Sommaire. www.gwtservices.com

Sommaire. www.gwtservices.com www.gwtservices.com Sommaire 7 10 15 18 23 25 L eau de distribution D où vient l eau? L eau est pure mais Le calcaire D où vient le calcaire? Comment se forme le tartre? Les méfaits du calcaire? Les réparations

Plus en détail

La moisissure. Causes Prévention Combattre

La moisissure. Causes Prévention Combattre La moisissure Causes Prévention Combattre Moisissure La moisissure, qu est-ce que c est? Elément écologique indissociable de notre environnement naturel. Terme générique désignant une multitude d espèces

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

QUALITE DE L EAU EN ELEVAGE AVICOLE. Montiel Antoine

QUALITE DE L EAU EN ELEVAGE AVICOLE. Montiel Antoine QUALITE DE L EAU EN ELEVAGE AVICOLE Montiel Antoine Président du CES Eau de l AFSSA et ancien Directeur QualitéEnvironnement à Eau de Paris INTRODUCTION Dans cette intervention, sera traitée l incidence

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

CHAP 17 - PRODUITS D'ENTRETIEN. Table des matières 17-2 ORBI... 17-1. Prix hors TVA modifiables sans préavis. A = Stock B = Non Stock

CHAP 17 - PRODUITS D'ENTRETIEN. Table des matières 17-2 ORBI... 17-1. Prix hors TVA modifiables sans préavis. A = Stock B = Non Stock Table des matières 17-2... Prix hors TVA modifiables sans préavis. 17-1 ATTENTION : Ne jamais mélanger les produits avec d' autres produits chimiques. Eviter tout contact avec les yeux et la peau Eviter

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 EAU DE SOURCE GRAND BARBIER Allégation «convient pour la préparation des aliments des nourrissons» 4 août 2010 1. INTRODUCTION ET QUESTION Un dossier, introduit

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

Précautions standard. Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux

Précautions standard. Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux Précautions standard Mesures de prévention pour : Protéger le personnel et le patient Maitriser le risque de transmission des agents infectieux = ensemble de mesures pratiques que tout soignant est tenu

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12

Pharmacie galénique. 4 ème année pharmacie. Chapitre 5 : Les vaccins. Page 1 sur 12 Pharmacie galénique 4 ème année pharmacie Chapitre 5 : Les vaccins Page 1 sur 12 Sommaire 1. Définition... 3 2. Classification des vaccins... 3 2.1. Vaccins bactériens... 3 2.2. Les anatoxines bactériennes...

Plus en détail

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES Groupe de travail composé de : Floriane Douet - CH d'alençon Sylvie Guezet - CH d'avranches-granville Dr Stéphanie Lefflot - CH de Cherbourg Dr Claire Lesteven - CHP St Martin

Plus en détail

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L ENVIRONNEMENT ET DES PARCS 5.3 Gestion des rejets d eaux résiduaires La gestion des eaux résiduaires de rejet est un élément important à considérer au moment de

Plus en détail

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel 2 Parc de Production Maraîchère «BIOPARC» A partir de la

Plus en détail

PROTECTIVE FABRICS. Une gamme de tissus avec finition retardatrice de flammes. Recommandations de lavage de soin et d entretien

PROTECTIVE FABRICS. Une gamme de tissus avec finition retardatrice de flammes. Recommandations de lavage de soin et d entretien PROTECTIVE FABRICS Une gamme de tissus avec finition retardatrice de flammes Recommandations de lavage de soin et d entretien Sommaire : 1.0 INTRODUCTION 2.0 LAVAGE INDUSTRIEL 2.1 Détergents et autres

Plus en détail

fabriqué en Finlande

fabriqué en Finlande fabriqué en Finlande INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LE MATELAS THÉRAPEUTIQUES CARITAL OPTIMA 1. Surveiller l état de la batterie dans le contrôleur régulièrement. 2. Le contrôleur s utilise uniquement à

Plus en détail

au Luxembourg Administration de la Gestion de l Eau potable W L eau potable W Les exigences W Traitement domestique est synonyme de vie

au Luxembourg Administration de la Gestion de l Eau potable W L eau potable W Les exigences W Traitement domestique est synonyme de vie L eau potable au Luxembourg Ministère de l Intérieur et de l Aménagement du Territoire Administration de la Gestion de l Eau W L eau potable est synonyme de vie W Les exigences pour notre eau potable W

Plus en détail