Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance"

Transcription

1 Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent pour éviter ou limiter la propagation de micro- organismes. Il est notamment possible de réaliser cela par le nettoyage adéquat et, le cas échéant, la désinfection des objets et matériaux. Le mode de travail actuellement utilisé implique un facteur de travail élevé ; en raison de la présence de divers appareils et matériaux, il est d ailleurs difficile de nettoyer et de désinfecter tous les endroits de manière adéquate. Pendant le week- end, le service de nettoyage n est pas opérationnel, si bien que le chauffeur de l ambulance et/ou l infirmier de l ambulance doivent assurer le nettoyage. Par conséquent, il peut arriver que dans des cas d urgence (ce qui n est pas une rareté pour le service des ambulances), une ambulance insuffisamment nettoyée est utilisée pour le transport de patients. L on a besoin d une alternative avec un facteur de travail moins élevé, offrant une meilleure désinfection. L alternative qui fait l objet de cette étude, s appelle nocospray dont la composante principale est le peroxyde d hydrogène. La substance est propulsée à grande vitesse par le nébulisateur de l appareil. L on crée ainsi une nébulisation permettant une distribution homogène du liquide dans l espace. Ensuite, il y a micro- condensation des gouttelettes sur toutes les surfaces dans cet espace. Cette sédimentation est tellement fine que l humidité ou la corrosion ne se manifestent pas. Ce produit est approuvé pour être utilisé dans des institutions de santé. Lors d une étude, des échantillons de contact ont été prélevés à plusieurs endroits dans 3 ambulances. Les échantillons ont été prélevés avant le nettoyage, après le nettoyage et après la désinfection. Pour la désinfection, des cultures ont été prélevées après la méthode traditionnelle avec 1000ppm de chlore et des échantillons ont été prélevés après la désinfection avec le peroxyde d hydrogène. Ce rapport donne une évaluation des résultats et formule des recommandations à l attention du service d ambulance. Méthode actuelle Toute ambulance est lavée chaque jour dans la station de lavage et ensuite elle est mise à sa place avant de commencer le service suivant. A la fin du service, l équipage laisse une ambulance propre et rangée. Ensuite, la serpillière est passée dans le compartiment arrière. Toute ambulance est entièrement nettoyée une fois par mois. Les employés du garage disposent d un formulaire d enregistrement sur lequel ils notent quelle ambulance a été nettoyée à quelle date. Opérations Compartiment avant : Le compartiment avant est vidé et contrôlé pour voir s il y a des défauts et si tout est encore au complet. La cabine est passée à l aspirateur et les vitres sont lavées. Compartiment arrière : Le compartiment arrière est entièrement vidé et contrôlé pour voir s il y a des défauts. Le plafond, les parois et cloisons et les armoires sont entièrement nettoyés. Tous les appareils sont enlevés du véhicule et sont contrôlés pour voir s il y a des défauts. Ensuite tous les appareils sont nettoyés.

2 Le matériel et les substances sont enlevés de leur place, sont nettoyés et après le contrôle de la stérilité, de la date d expiration ou des endommagements, ils sont remis à leur place dans le véhicule. Le brancard est entièrement vidé, il est nettoyé soigneusement et ensuite il est muni de literie propre. Nettoyage et désinfection accessoires : Dans le cas d une contamination en cours de service avec du matériel infectieux, du sang ou d autres liquides corporels, l ambulance et/ou le brancard sont nettoyés par l équipage par un nettoyage domestique. Ensuite, l ambulance de réserve est utilisée. Le lendemain, l ambulance contaminée reçoit alors un nettoyage et une désinfection approfondis. Après une réparation ou un entretien de longue durée d une ambulance, le bureau de gestion décide si ce véhicule doit être nettoyé avant que l on puisse de nouveau l utiliser. Après le transport d un patient MRSA, l ambulance sera d abord nettoyé par les employés de garage et sera ensuite désinfectée. Explications sur l épreuve à l aide de peroxyde d hydrogène Pour cette épreuve, le même mode de travail a été opéré. A cette occasion, 21 échantillons de contact ont été prélevés à l aide d uriline (fabricant Biomérieux) en milieu CLED et un milieu MacConkey. Ce dernier milieu est sélectif pour la culture de bactéries à Gram négatif, provenant principalement du tractus gastro- intestinal. Ces bactéries sont souvent transmises par les mains en raison d une mauvaise hygiène (sanitaire) et peuvent éventuellement causer des infections chez les patients transportés. S il y a présence visible de colonies de bactéries à Gram négatif, cela donne des indications sur l hygiène (manuelle) lors de l opération quotidienne de l ambulance. Les échantillons ont été prélevés aux mêmes endroits dans les trois ambulances (voir photos), avant le nettoyage, après le nettoyage et après la désinfection. L on a surtout choisi des endroits où il y a contact manuel. En effet, c est par les mains que la majorité des micro- organismes est transférée. En fait, la présence de bactéries est bien normale dans les espaces dans lesquels on vit et travaille. Dans une ambulance, on effectue toutefois des opérations lors desquelles le risque de contamination doit être le plus bas possible afin d éviter qu un patient attrape une infection. Un nettoyage approprié permet de défavoriser les circonstances de croissance des bactéries. Dans le cas de transport de patients avec certaines maladies infectieuses, telles que le MRSA, et dans le cas de souillure avec du sang, l ambulance doit être désinfectée. L objectif est d éliminer un maximum de micro- organismes. Explications sur le tableau Le tableau 1 porte sur l échantillonnage de l ambulance avant le nettoyage et l échantillonnage après le nettoyage et la désinfection (2 tours) selon le mode de travail actuellement utilisé à l aide de chlore en concentration de 1000 ppm. Le tableau 2 porte sur l échantillonnage de l ambulance avec le nettoyage, l échantillonnage après le nettoyage et après la désinfection à l aide de peroxyde d hydrogène (3 tours).

3 Le tableau 3 donne les résultants avant et après le nettoyage et après la désinfection à l aide de chlore à 1000 ppm (3 tours). Les rangs font mention des endroits où les échantillons ont été prélevés. Les colonnes visualisent les résultats, les nombres reflétant le nombre d unités formant des colonies (ufc). Plus le nombre est petit, moins il y a de la contamination. Le premier nombre indique le nombre d ufc de tout type de bactéries. Le deuxième nombre indique le nombre d ufc de bactéries à Gram négatif, déjà citées au chapitre précédent. A une seule occasion, il y a question de moisissure excessive.

4 Ambulance n Face côté gauche 0/0 0/0 0/0 2 Face côté droite 3/150 0/100 3 Poignée plafond avant 0/5 0/0 4 Chaise appuie- bras gauche 0/25 2/25 5 Cabine volant droite 10/15 15/25 6 Poignée porte droite 30/1 0/35 7 Cadre vitre gauche avant 0/3 0/0 8 Poignée porte coulissante 0/15 0/5 9 Poignée plafond rond blanc 10/50 0/10 10 Coussin milieu devant vitre 0/2 0/0 11 Coussin au- dessus porte coulissante 0/3 0/0 droite 12 Tiroir ECG 5/500 0/50 13 Ceinture brancard 0/3 0/2 14 Manche appareil de succion 3/25 1/25 15 Fenêtre à glissière de droite à gauche 0/2 2/20 à l arrière 16 Manche respirateur O2 10/15 0/12 17 Brancard plancher angle- v >150 0/0 18 Système de coulissage 0/ Brancard pied du lit 0/30 2/8 20 Fond de chaise arrière 3/50 0/40 21 Distributeur 5/250 0/5 moisissure

5 Ambulance n 105 Tour 1 Tour 2 Tour 3 1 Face côté gauche 0/5 0/0 0/0 2 Face côté droite 0/2 0/0 0/0 3 Poignée plafond avant 4/0 0/250 0/0 4 Chaise appuie- bras gauche 0/2 0/5 0/0 5 Cabine volant droite 15/75 0/5 0/0 6 Poignée porte droite 20/20 0/0 0/0 0/0 7 Cadre vitre gauche avant 2/20 0/5 0/0 8 Poignée porte coulissante 20/20 0/10 9 Poignée plafond rond blanc 0/100 0/0 0/0 10 Coussin milieu devant vitre 0/50 0/0 0/0 11 Coussin au- dessus porte coulissante 0/5 0/0 0/0 droite 12 Tiroir ECG 0 2/15 0/0 13 Ceinture brancard 5/20 0/10 0/0 14 Manche appareil de succion 0/50 0/50 0/10 15 Fenêtre à glissière de droite à gauche 0/5 0/15 0/0 à l arrière 16 Manche respirateur O2 0/30 0/10 0/0 17 Brancard plancher angle- v 5/200 0/50 0/0 18 Système de coulissage 0/35 0/15 0/0 19 Brancard pied du lit 5/15 0/0 0/0 20 Distributeur 0/4 0/15 0/0 21 Intérieur armoire 0/0

6 Ambulance n 113 Tour 1 Tour 2 Tour 3 1 Face côté gauche 0/100 0/50 0/0 2 Face côté droite 0/5 0/10 0/0 3 Poignée plafond avant 0/150 0/100 0/100 4 Chaise appuie- bras gauche 0/ /0 5 Cabine volant droite 10/500 0/250 0/100 6 Poignée porte droite 0/50 0/20 0/5 7 Cadre vitre gauche avant 15/0 0/50 0/0 8 Poignée porte coulissante 0/500 0/250 0/50 9 Poignée plafond rond blanc 0/0 0/0 0/0 10 Coussin milieu devant vitre 1/50 0/50 0/15 11 Coussin au- dessus porte coulissante 0/0 0/0 0/0 droite 12 Tiroir ECG 0/50 0/100 0/5 13 Ceinture brancard 0/100 0/5 0/5 14 Manche appareil de succion 0/500 0/10 0/0 15 Fenêtre à glissière de droite à gauche 0/150 0/0 0/0 à l arrière 16 Manche respirateur O2 0/100 0/50 0/1 17 Brancard plancher angle- v 250/ / / Système de coulissage 10/>1000, 0/50 0/10 fongus 19 Brancard pied du lit 0/50 0/0 0/0 20 Distributeur 0/10 0/0 0/0 21 Coussin fond de chaise 0/500 0/200 0/10

7 Résultats Il y a une différence significative entre la désinfection à l aide d une solution chlorée et la désinfection à l aide de peroxyde d hydrogène. A l aide de cette dernière méthode de désinfection, il n y a pas eu de constatation de croissance de micro- organismes sur les points de contacts prélevés, à l exception de la poignée de l appareil de succion. Après le nettoyage, il y a réduction du nombre de colonies à de nombreux endroits, mais à certains endroits de prélèvement, les nombres de colonies sont encore très élevés. Cela indique que seul le nettoyage ne suffit pas. On constate la présence remarquable d une très haute concentration de micro- organismes à certains endroits comme le volant et la poignée de l appareil de succion. Cela peut être causé par une hygiène manuelle insuffisante, mais aussi par un mauvais nettoyage de ces endroits. Il y a toutefois lieu de faire une observation sur le calcul du nombre de colonies, un travail qui est surtout difficile dans le cas de colonies en grand nombre. Malgré un calcul éventuellement incorrect dans le cas de colonies nombreuses, les résultats de la désinfection à l aide de peroxyde d hydrogène sont tellement évidents (croissance absente ou à peine présente) que l on peut conclure à l efficacité de ce mode de désinfection. Un autre avantage consiste dans le fait qu il est possible de désinfecter des endroits difficilement accessibles. L appareil peut facilement être commandé et a une taille petite. Il est toutefois important que le personnel soit bien instruit sur le mode de travail correct de sorte qu ils ne subissent pas de risques.

8

9

10 8

11 3en 9 7

12

13 15 16

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé

Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé Procédé de Bionettoyage par la vapeur Dans les établissements de santé 9èmes Journées de prévention des infections associées aux soins OBJECTIFS DEFINIS ET ATTEINTS PAR SANIVAP DEPUIS 13 ANS VALIDER L

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

matière de nettoyage de l'environnemen

matière de nettoyage de l'environnemen Trousse pédagogique relative a matière de nettoyage de l'environnemen Script vidéo : Les scripts suivants vous sont fournis comme ressource supplémentaire aux vidéos des procédures de nettoyage. Pour plus

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Cette annexe décrit la mise en œuvre de l hygiènogramme, l attribution des scores et son évaluation dans les couvoirs.

Cette annexe décrit la mise en œuvre de l hygiènogramme, l attribution des scores et son évaluation dans les couvoirs. Annexe II: hygiénogramme au couvoir Cette annexe décrit la mise en œuvre de l hygiènogramme, l attribution des scores et son évaluation dans les couvoirs. Une fois par trimestre, un contrôle d'hygiène

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

ENTRETIEN DES BUREAUX & SANITAIRES

ENTRETIEN DES BUREAUX & SANITAIRES ENTRETIEN DES BUREAUX & SANITAIRES METHODE PRODUITS Usine & bureaux : Z.I. La Croix-St-Pierre - 19800 EYREIN - Tél. 05 55 27 65 27 - Fax 05 55 27 66 08 - www.eyrein-industrie.com ENTRETIEN DES BUREAUX

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place ANNEXE IV : Réalisation de l analyse d hygiène 1 Introduction Une analyse de l hygiène est effectuée afin de vérifier que le nettoyage et la désinfection ont été réalisés de manière efficace. Le tableau

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

LOT 1 - PARIS. Salles de Bureaux. Circulations Ascenseurs dépôts à réunion l'étage (740 m²) (80 m²) (200 m²) (4 m²) (10 m²) (12 m²) (70m²) 1

LOT 1 - PARIS. Salles de Bureaux. Circulations Ascenseurs dépôts à réunion l'étage (740 m²) (80 m²) (200 m²) (4 m²) (10 m²) (12 m²) (70m²) 1 Ref. Ares(2014)4124941-09/12/2014 SN : si nécessaire - : 1x par jour - : 1 x par semaine - 2M : 2 x par mois - : 1 x par mois - 4A : 1 x par trimestre - 2A : 1 x tous les six mois - 1A : 1 x par an techni

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Examen visual de la propreté

Examen visual de la propreté L'évaluation visuelle n'est qu'une des diverses méthodes servant à l'évaluation de l'efficacité du nettoyage. L'évaluation visuelle s'applique surtout à la surveillance des méthodes de nettoyage selon

Plus en détail

INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin

INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin SORIN GROUP INTERNATIONAL SA Avenue de Gratta-Paille2 CH- INFORMATION DE SECURITE Risques de mycobactérie en chirurgie Cardiaque Désinfection et nettoyage des Générateurs thermiques Sorin Dispositifs concernés:

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

OXIVIR AHP5 RTD Johnson Diversey (Manufacturier) Wood Wyant (Distributeur)

OXIVIR AHP5 RTD Johnson Diversey (Manufacturier) Wood Wyant (Distributeur) Solutions inc. En cas de pandémie du Virus A (H1N1), voici un résumé formatif de l entretien ménager des salles à manger et des toilettes, dont les points de contact («high touch»). Le désinfectant à base

Plus en détail

ASPIRATEUR CUVE 935153 CI30L

ASPIRATEUR CUVE 935153 CI30L ASPIRATEUR CUVE 935153 CI30L V3 20130813 Caractéristiques du produit 1. Aspirateur eau et poussière 2. Support sur la base du tuyau, pour déposer les accessoires (cf. Schéma) 3. Fonction soufflerie Noms

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE

AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE AMBASSADE DE FRANCE EN BELGIQUE REPRÉSENTATION PERMANENTE DE LA FRANCE AUPRÈS DE L UNION EUROPÉENNE APPEL D OFFRE POUR UN MARCHE DE NETTOYAGE Pouvoir adjudicateur Monsieur Bernard VALERO, ambassadeur de

Plus en détail

Entretien des jouets et du matériel partagé

Entretien des jouets et du matériel partagé Association des hygiénistes de Picardie 9 ème Journée d automne Noyon - 19 Septembre 2013 Entretien des jouets et du matériel partagé Annie BRENET ARLIN Picardie CCLIN PN Généralités L hygiène est un ensemble

Plus en détail

Plateaux de bureau, bureaux

Plateaux de bureau, bureaux LOT 1 Siège central de Fedasil Plateaux de bureau, bureaux SOLS 2x par an Dépoussiérer tous les sols à l aide d un balai muni de voiles imprégnés Enlever les taches éventuelles sur les sols Aspirer à fond

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES SERVICE D ENTRETIEN DES LOCAUX DE LA REPRESENTATION (BRUXELLES) 1. LOCAUX À ENTRETENIR Les bâtiments à nettoyer sont ceux situés : Bd. du Régent 50 à 1000 Bruxelles:

Plus en détail

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP)

Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) Comptage Hétérotrophe sur Plaque (CHP) École Secondaire But: Déterminer si un échantillon d'eau est dans la norme des recommandations canadiennes pour l'eau potable en ce qui concerne la croissance bactérienne.

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

PRIMUS VOUS OFFRE LA MEILLEURE PROTECTION

PRIMUS VOUS OFFRE LA MEILLEURE PROTECTION HYGIÈNE EXPERTS EN HYGIÈNE LES ÉTUDES MONTRENT QUE LE LINGE EST UN FACTEUR MAJEUR DE PROPAGATION D INFECTIONS PAR DES GERMES PATHOGÈNES. 10 à 15% des infections nosocomiales sont dues à une qualité insuffisante

Plus en détail

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA?

Faut-il prendre des mesures. d hygiène supplémentaires chez un. patient porteur de MRSA? Faut-il prendre des mesures d hygiène supplémentaires chez un patient porteur de MRSA? A. Schuermans Dienst Ziekenhuishygiëne UZLeuven, Gasthuisberg Porteur de SARM Colonisé: - nez, gorge, périnée - voies

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR UN CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE NETTOYAGE DE LOCAUX

CAHIER DES CHARGES POUR UN CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE NETTOYAGE DE LOCAUX UNION DES SECTEURS D ENERGIE DU DEPARTEMENT DE L'AISNE CAHIER DES CHARGES POUR UN CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICE DE NETTOYAGE DE LOCAUX NOM ET ADRESSE DE L ACHETEUR PUBLIC OBJET DU CONTRAT Union des

Plus en détail

Manuel de l Utilisateur

Manuel de l Utilisateur Manuel de l Utilisateur GAMME DE MATELAS A REPARTITION DE PRESSION DYNA-FORM Table des matières 1. Description Produit...3 1.1 Symboles...3 1.2 Description des Symboles...3 2. Utilisation Prévue...4 2.2

Plus en détail

LABEL ECO TOILETTE V1-10/05/10 LABEL ECO TOILETTE --------------

LABEL ECO TOILETTE V1-10/05/10 LABEL ECO TOILETTE -------------- LABEL ECO TOILETTE -------------- LABEL DE SERVICE DELIVRE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DU SANITAIRE MOBILE -------------- Afin de permettre aux utilisateurs de toilettes mobiles de s assurer

Plus en détail

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA

REPRESENTACION PERMANANTE DE ESPAÑA ANTE LA UNION EUROPEA CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES SERVICE D ENTRETIEN DES LOCAUX DE LA REPRESENTATION (BRUXELLES) 1. LOCAUX À ENTRETENIR Les bâtiments à nettoyer sont ceux situés : Bd. du Régent 50 à 1000 Bruxelles:

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL

DIRECTIVES POUR L AGENT A SON DOMICILE OU SUR SON LIEU DE TRAVAIL CHU DE LIEGE Direction Médicale Sites : Sart-Tilman N.-D. des Bruyères Ourthe-Amblève Brull Aywaille Titre : Procédure de prise en charge des membres du personnel du CHU suspects de grippe A H1N1v2009.

Plus en détail

s-2-s... slide to save Sac pour traîner par terre et ainsi pour sauver des vies Mode d emploi et conseil d entretien

s-2-s... slide to save Sac pour traîner par terre et ainsi pour sauver des vies Mode d emploi et conseil d entretien s-2-s... slide to save Sac pour traîner par terre et ainsi pour sauver des vies Mode d emploi et conseil d entretien Un cd-rom est inclus dans ce mode d emploi. Voir aussi notre site (peut être copié)

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures

Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures Vers une approche structurée de la Ville de Montréal dans les dossiers d'immeubles contaminés par les moisissures Plan de présentation Le contexte L inspection municipale La recherche d indices Les outils

Plus en détail

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Alain Boily, agronome Conseiller en acériculture Pour que le sirop d érable ait le goût d autrefois, il doit être exempt de goûts étrangers.

Plus en détail

ENTRETIEN COURANT DE LA CHAMBRE DU RESIDENT Fiche N 3

ENTRETIEN COURANT DE LA CHAMBRE DU RESIDENT Fiche N 3 1. OBJECTIFS Maintenir un environnement visuellement propre afin d offrir un confort et un accueil agréable aux résidents et à leurs proches. Limiter le risque de transmission croisée des microorganismes

Plus en détail

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE PRACTIS DENTAL, 22/01/2014 Dr MOSSOT V-L Infectiologie et Implantologie Les germes rencontrés le plus souvent lors d infections post chirurgicales ne sont pas

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION CHAUFFE SAUCISSES CS0 E / CS3 E / CS4 E / HD 4. Fabrication française G03051

NOTICE D UTILISATION CHAUFFE SAUCISSES CS0 E / CS3 E / CS4 E / HD 4. Fabrication française G03051 NOTICE D UTILISATION CHAUFFE SAUCISSES CS0 E / CS3 E / CS4 E / HD 4 Fabrication française G03051 Octobre 2013 19 CHAUFFE SAUCISSES CS0 E / CS3 E / CS4 E / HD 4 Nomenclature HD4 Spare parts HD4 Félicitations

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES

Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande un allaitement exclusif jusqu à l âge de 6 mois. Nestlé soutient ces recommandations. CONSIGNES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

FTA-1 Aspirateur avec fiole collectrice

FTA-1 Aspirateur avec fiole collectrice FTA-1 Aspirateur avec fiole collectrice Mode d emploi Certificat pour version: V.4AW Table des matières 1. Consignes de sécurité 2. Informations générales 3. Démarrage 4. Utilisation 5. Caractéristiques

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE INTRODUCTION La réhabilitation respiratoire est un programme personnalisé de prise en charge, dispensé aux patients atteints d une maladie respiratoire chronique, par

Plus en détail

Entretien d une chambre d un patient ou résidant. Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste

Entretien d une chambre d un patient ou résidant. Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste Entretien d une chambre d un patient ou résidant Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste RECOMMANDATIONS GENERALES 1. Aérer la pièce 2. Sortir les déchets 3. Travailler toujours

Plus en détail

MÉTHODE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

MÉTHODE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS MEDELA VARIO S:\00 Direction\Mes documents\site internet\docus word et pdf\appareils emploi\mode d'emploi Proximos Vario.doc/27/10/2011 1/7 En cas de questions ou de problèmes,

Plus en détail

Avant l époque «Faubert»

Avant l époque «Faubert» Epoque que vous n avez surement pas connue! Entretien des locaux : de la serpillière à la méthode de pré imprégnation G. Guerre (CS hygiéniste) ARLIN Bourgogne 1893 Guide de l'entretien des locaux / ARLIN

Plus en détail

CEE R44 04. Groupe Poids AGE 2-3 15-36 kg 4-12 a

CEE R44 04. Groupe Poids AGE 2-3 15-36 kg 4-12 a Face à la route Manuel de l utilisateur CEE R44 04 Groupe Poids AGE 2-3 15-36 kg 4-12 a 1 ! Merci d avoir choisi l izi Up de BeSafe BeSafe a développé ce siège avec beaucoup d attention, afin de protéger

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Liste de vérifications destinée aux producteurs

Liste de vérifications destinée aux producteurs PLAN DE SURVEILLANCE ET DE CONTRÔLE DES SALMONELLES CHEZ LE PORC Liste de vérifications destinée aux producteurs FICHE TECHNIQUE no 14 Le questionnaire qui suit est conçu pour aider le producteur de porcs

Plus en détail

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C Le linge. LE CIRCUIT DU LINGE l indispensable Hygiène du linge et méthode m R-R A -B -C 16/05/13 le circuit du linge/c- 16/05/13 le circuit du linge/c- Le changement Un contexte réglementaire r de plus

Plus en détail

La qualité de l air intérieur (moisissures) dans les milieux scolaires

La qualité de l air intérieur (moisissures) dans les milieux scolaires La qualité de l air intérieur (moisissures) dans les milieux scolaires Formation aux dirigeants Chantal Bonneau, B. Sc., infirmière Diane Langlois, M. Sc., chimiste 15 novembre 2012 En manchette Plan de

Plus en détail

ECE R44 04. 2-3 15-36 kg 4-12 yois

ECE R44 04. 2-3 15-36 kg 4-12 yois Face à la route Manuel de l utilisateur ECE R44 04 Groupe Poids Age 2-3 15-36 kg 4-12 yois 1 ! Merci d avoir choisi l izi Up FIX de BeSafe BeSafe a développé ce siège avec beaucoup d attention, afin de

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

ENTRETIEN HEBDOMADAIRE

ENTRETIEN HEBDOMADAIRE ENTRETIEN HEBDOMADAIRE Complexe multisports de Chevry-Cossigny Surfaces Périodicité Lundi Mardi Mercredi Jeudi vendredi Nombre de personnes affectées à l entretien Montant annuel HT Montant annuel TTC

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

DESCRIPTIF - TABLEAU 2 LOCAUX DE TRAVAIL ET CIRCULATIONS

DESCRIPTIF - TABLEAU 2 LOCAUX DE TRAVAIL ET CIRCULATIONS HORAIRE DES PRESTATIONS* : 07h30 à 9h30 (2 heures effectives) * les mardi, jeudi et samedi LEGENDE : SN : suivant nécessité - 5S : 5 x par semaine (jour) - 1S : 1 x par semaine - 2M : 2 x par mois - :

Plus en détail

POUR PRENDRE SOIN DE VOTRE NOUVELLE UNITÉ BAIN MAGIQUE MD

POUR PRENDRE SOIN DE VOTRE NOUVELLE UNITÉ BAIN MAGIQUE MD POUR PRENDRE SOIN DE VOTRE NOUVELLE UNITÉ BAIN MAGIQUE MD Merci d avoir choisi BAIN MAGIQUE MD. Comme pour toute autre acquisition de cette nature, nous comprenons l importance d un tel investissement

Plus en détail

RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES

RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES VEHICULES SANITAIRES DE CATEGORIE A C D Pour l'étude de

Plus en détail

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect Virus Ebola Transmission : de personne à personne lors de contact avec liquides biologiques du malade (sang, excréments, vomissures, urine, salive, sperme). Incubation : de quatre à dix jours, au max 21

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

CIRCULATIONS ET ESCALIERS

CIRCULATIONS ET ESCALIERS PRESTATIONS GLOBALES Ecole GERBAULT CIRCULATIONS ET ESCALIERS L M Me J V 5 fois/an 3 fois/an 1 fois/an Aspiration et lavage des sols Dépoussiérage des rampes Dépoussiérage des portes manteau Dépoussiérage

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne

Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne Document de soutien au protocole sur l eau potable du programme Salubrité de l eau Direction de l hygiène du milieu Division de la santé

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

Description des tâches 1x/jour 1x/semaine 1x/mois 1x/trimestre 1x/an BUREAU : avant 9 h 30

Description des tâches 1x/jour 1x/semaine 1x/mois 1x/trimestre 1x/an BUREAU : avant 9 h 30 Description des tâches 1/jour 1/semaine 1/mois 1/trimestre 1/an BUREAU : avant 9 h 30 Vider les poubelles, les nettoyer intégralement et changer les sacs, si nécessaire Nettoyer les traces de doigt sur

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Module 3 : L assainissement

Module 3 : L assainissement CAHIER DE TRAVAIL DES PARTICIPANTS Pour les entreprises de transformation des aliments TABLE DES MATIÈRES Section 3.1 Pratiques d assainissement 3 Pourquoi nettoyer et désinfecter?... 3 Qu est-ce qui doit

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP)

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PRATICULIERES (CCTP) Pouvoir adjudicateur Institut d'etudes Politiques de Rennes Représentant du pouvoir adjudicateur Monsieur le

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON Le présent code de directives pratiques s inspire de celui de la province du

Plus en détail

Les matelas, les sommiers à ressorts, les. supports matelas et les sommiers à lattes. IKEA SULTAN sont soumis à des tests sévères,

Les matelas, les sommiers à ressorts, les. supports matelas et les sommiers à lattes. IKEA SULTAN sont soumis à des tests sévères, SULTAN Les matelas, les sommiers à ressorts, les supports matelas et les sommiers à lattes IKEA SULTAN sont soumis à des tests sévères, afin de satisfaire à nos critères de qualité et de durabilité les

Plus en détail

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains

Web-mémoire ANNEXES. de la gestion du risque infectieux associé aux soins en établissements médico-sociaux. L efficacité de l hygiène des mains L efficacité de l hygiène des mains REPRÉSENTATION SCHÉMATIQUE DE L EFFICACITÉ DES DIFFÉRENTS TYPES D HYGIÈNE DES MAINS Niveau d efficacité COMPARAISON DE LA FLORE* CUTANÉE DES MAINS AVANT ET APRÈS LAVAGE

Plus en détail

DA 7100. ALCOPASS L éthylotest électronique pour tous. Votre Sécurité avant tout

DA 7100. ALCOPASS L éthylotest électronique pour tous. Votre Sécurité avant tout ALCOPASS L éthylotest électronique pour tous ETHYLOTEST ELECTRONIQUE Pour une utilisation Personnelle et/ou Professionnelle DA 7100 à capteur électrochimique évolué Votre Sécurité avant tout Manuel DA

Plus en détail

DESCRIPTIF - TABLEAU Ia LOCAUX DE TRAVAIL ET CIRCULATIONS

DESCRIPTIF - TABLEAU Ia LOCAUX DE TRAVAIL ET CIRCULATIONS Institu : Parlement européen DESCRIPTIF - TABLEAU Ia LOCAUX DE TRAVAIL ET CIRCULATIONS DEFINITION ET FREQUENCE DE NETTOYAGE HORAIRE DES PRESTATIONS* : 07h30 à 9h30 (2 heures effectives) * les mardi, jeudi

Plus en détail

ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS

ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS Mesures de biosécurité à appliquer pour le transport de porcs infectés par la diarrhée épidémique porcine (DEP) ou le deltacoronavirus

Plus en détail

Aspirateur 928914. SS14TP1 230V~ 50Hz 1200Wnom. Front cover page (first page) Assembly page 1/8

Aspirateur 928914. SS14TP1 230V~ 50Hz 1200Wnom. Front cover page (first page) Assembly page 1/8 Aspirateur 928914 130222 SS14TP1 230V~ 50Hz 1200Wnom Front cover page (first page) Assembly page 1/8 2 SS14TP1-130222 Assembly page 2/8 F 1. Poignée 2. Variateur de puissance manuel 3. Tube 4. Suceur combiné

Plus en détail