C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B."

Transcription

1 Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL

2 1. CLOSTRIDIUM DIFFICILE Qu est-ce que le Clostridium difficile? Le Clostridium difficile est une bactérie connue depuis longtemps et qui vit en équilibre avec les autres types de bactéries normalement présentes dans l'intestin de l'être humain. En effet, plusieurs personnes peuvent être porteurs de cette bactérie sans avoir de problème de santé, ce qui, par conséquent, ne requiert aucun traitement. Qu est-ce qui cause une infection à la diarrhée associée à C. difficile (DACD)? Après qu un patient est traité avec des antibiotiques, le nombre des bactéries dans l'intestin diminue et cela favorise la multiplication du C. difficile. La bactérie C. difficile peut se multiplier et produire une toxine responsable de la diarrhée. Peut-on traiter l infection à C. difficile? Un antibiotique approprié est recommandé par le médecin. Par contre, chaque cas est évalué par un médecin afin de déterminer un mode de traitement précis. Quelle est la meilleure manière de prévenir la dissémination du C. difficile? Se laver les mains avec diligence est le premier et meilleur moyen de défense. Vous devez vous laver les mains : après être allé aux toilettes lorsque les mains sont visiblement souillées avant et après avoir donné des soins à une personne infectée par le C. difficile après tout contact avec l'environnement d'une personne malade après une contamination accidentelle avec du sang ou d'autres liquides biologiques avant de préparer, de manipuler, de servir des aliments ou de manger après s'être mouché, avoir toussé ou avoir éternué 1

3 Quelle est la bonne manière de se laver les mains? Mouillez bien vos mains. Moussez-les bien pour au moins 10 secondes en faisant particulièrement attention aux bouts des doigts et aux zones entre les doigts et le pouce. Rincez bien. Séchez bien vos mains avec une serviette en papier que vous utiliserez également pour fermer le robinet. Si vous utilisez un rince-mains antiseptique, frottez vos mains jusqu à ce qu elles soient sèches. Par contre, si vos mains sont sales, utilisez du savon et de l eau à la place. 2. SYMPTOMES ET RISQUES Quels sont les symptômes du DACD? Afin de développer la DACD, vous devez avoir pris des antibiotiques dans les 30 derniers jours. Vous risquez de développer : Légère infection : 3 selles ou moins par période de 24 heures, pas de fièvre. Infection modérée : 4 à 8 selles par période de 24 heures ou fièvre de 37.5 C ou 38.5 C ou des crampes abdominales ou une leucocytémie élevée. Infection sévère : 9 selles ou plus par période de 24 heures ou saignement gastro-intestinal ou une fièvre de 38.6 C ou plus ou une leucocytémie extrêmement élevée ou une infection sévère due à la colite. Les employés d hôpitaux, sont-ils à un risque plus élevé d attraper la DACD? Les employés d hôpitaux ne peuvent pas attraper la DACD à moins qu ils soient présentement sous antibiotiques ou qu ils ont récemment été traités avec des antibiotiques. Tout employé qui a récemment été traité avec des antibiotiques et qui a de la diarrhée devrait se présenter au Service de santé. Les femmes enceintes, sont-elles à un risque plus élevé? Les femmes enceintes ne sont pas à un risque plus élevé d attraper le DACD. 3. TRANSMISSION Comment le C. difficile se transmet-il? La bactérie se transmet par un contact physique avec les selles, les mains ou autre partie du corps d une personne souffrant de diarrhée. La bactérie peut également se transmettre indirectement par un contact physique avec l environnement contaminé. Lorsqu un employé a été traité pour le C. difficile, combien de temps est-il obligé d attendre avant de pouvoir retourner au travail? On recommande aux employés qui ont de la diarrhée de n importe quel genre, y compris la DACD, de ne retourner au travail qu une fois que les symptômes se seront résorbés. Lorsqu un employé retourne au travail après avoir été traité pour le C. difficile, les autres employés, doivent-ils prendre des mesures de précaution avant et/ou après avoir partagé de l équipement de bureau comme un clavier d ordinateur? Aucune précaution spéciale n est requise. Comme toujours, une bonne hygiène des mains est recommandée pour tout le monde. Lorsqu un employé retourne au travail après avoir été traité pour le C. difficile, les autres employés, doivent-ils prendre des mesures de précaution avant et/ou après avoir utilisé la même toilette que l employé en question? Aucune mesure spéciale n est requise. Comme toujours, une bonne hygiène des mains est recommandée pour tout le monde. Si la toilette est souillée, le Service d entretien ménager devrait être contacté. 4. ISOLEMENT À quel point devrait-on avoir recours à l isolement pour un patient avec une infection à C. difficile? À l heure actuelle, les patients sont placés en isolement aux premiers signes de diarrhée s ils ont pris des antibiotiques dans les derniers 30 jours et s il n y a aucune autre raison évidente pour la diarrhée. 2 3

4 À quel point est-il sécuritaire de mettre fin à l isolement d un patient qui a été infecté par le C. difficile? À l heure actuelle, nous mettons fin à l isolement des patients avec la DACD 72 heures après que leurs symptômes se soient résorbés à moins qu ils soient incontinents et le souillement par des matières fécales soit probable. Quelles mesures spéciales est-ce que les employés doivent prendre lorsqu ils prennent soin d un patient placé en isolement et donc, infecté par le C. difficile? Les employés devraient mettre en place des mesures de précaution comme, le port de gants et de blouse et le maintien d une bonne hygiène des mains. Ces mesures s appliquent aux membres du personnel qui s occupent de patients avec la DACD ainsi que des patients qui sont sous observation afin qu on puisse éliminer la possibilité d une infection de la DACD. Quelles mesures de précaution, s ils en existent, sont nécessaires à suivre pour un patient qui partage une chambre avec quelqu un que l on soupçonne d avoir le C. difficile? Une priorité est d utiliser des chambres individuelles afin d isoler les patients qui présentent des symptômes et qui ont de la diarrhée. Par contre, si cela est impossible, les patients sont placés en isolement avec des patients du même type, comme par exemple, les patients avec la DACD avec les patients avec la DACD et les patients que l on soupçonne avoir la DACD avec les patients que l on soupçonne avoir la DACD. Chacun de ces patients regroupés en cohorte, devrait utiliser leur propre toilette et éviter de partager les toilettes avec d autres patients et devraient pratiquer une bonne hygiène des mains. 5. FOURNITURES ET EQUIPEMENTS Dans une situation de C. difficile, comment et combien de fois doit-on nettoyer les fournitures et équipements (par ex. : les chaises d aisance, bassin hygiénique et potence pour intraveineuse)? Dans la mesure du possible, l équipement (par ex: potence pour intraveineuse, stéthoscope) ne devrait être utilisé que pour une seule chambre de patient présentant des symptômes et qui a de la diarrhée. Les chaises d aisance devraient être nettoyées et désinfectées après chaque usage. Le produit de nettoyage suggéré est basé sur les recommandations du manufacturier et comprend habituellement un quart d ammoniac ou d alcool. 4 Comment devrait-on disposer des fournitures personnelles de patients (par ex : papier de toilette) ou, si cela convient, les nettoyer? Dans la mesure du possible, l équipement (ex: potence pour intraveineuse, stéthoscope) ne devrait être utilisé que pour une seule chambre de patient présentant des symptômes et qui a de la diarrhée. Cet équipement doit être nettoyé et désinfecté à chaque fois qu il est déplacé de cette chambre. Les chaises d aisance doivent être nettoyées et désinfectées après chaque usage. Les fournitures personnelles devraient être renvoyées à la maison avec le patient ou être jetées si elles sont jetables. Comment doit-on organiser les salles d utilité après que l on sort le matériel de soins de la chambre d un patient infecté avec le C. difficile? Le concept de salles d utilité «propres» ou «sales» reste le même que les patients souffrent de DACD ou de n importe quelle autre maladie. Uniquement les articles propres devraient être placés dans les salles d utilité «propres» et les articles sales devraient être placés dans les salles d utilité «sales». 6. ENTRETIEN MENAGER Quelles procédures doit-on suivre pour nettoyer la chambre d un patient avec le C. difficile alors qu elle est encore occupée? Général : L employé du Service d entretien ménager, habillé en vêtements protecteurs appropriés, laisse le chariot d entretien ménager dehors de la chambre du patient et ne prends que ce dont il a besoin pour nettoyer la chambre. Élimination des ordures : Les récipients pour déchets généraux et déchets biomédicaux qui se trouvent dans la chambre du patient sont vidés en utilisant des mesures de précaution. Toilettes : Chaque toilette est nettoyée deux fois par jour avec des chiffons jetables ou des chiffons rouges et un produit désinfectant. En soirée, l employé du Service d entretien ménager utilise une procédure à deux étapes pour toutes les toilettes utilisées par les patients avec le C. difficile. D abord, toute la toilette est nettoyée avec un produit désinfectant et ensuite, elle est nettoyée à nouveau avec de la javel. Meubles et accessoires : Les chiffons bleus ou les chiffons jetables et un produit désinfectant sont utilisés sur toutes les surfaces y compris les murs, les interrupteurs, les poignets et 5

5 toute autre chose qui pourrait être à portée de mains des patients. Plancher : Une vadrouille sèche en microfibre est utilisée pour tout le plancher. Toute saleté collée au plancher est décollée avec un grattoir et est ensuite ramassé avec une pelle à poussière et un balai. Les meubles sont déplacés une fois par semaine afin que tout le plancher et les plinthes puisse être lavés. Inspection : Toutes les chambres de patients avec le C. difficile sont inspectées trois fois par semaine afin d assurer que le nettoyage est fait proprement. Quelles procédures doit-on suivre quant au nettoyage de la chambre d un patient avec une infection à C. difficile qui a été relâché? Général : Tel que mentionné ci-dessus. Élimination des ordures : Tel que mentionné ci-dessus. Toilettes : Enlever les tâches des murs en utilisant un chiffon jetable et un produit désinfectant et ensuite, repasser avec un chiffon jetable qui a déjà été trempé dans de la javel. Les rideaux de chevet, l intérieur des fenêtres et les murs : Enlever tous les rideaux. Laver les stores vénitiens, l intérieur des fenêtres et les murs. Lit : Pulvériser et nettoyer le haut, le bas et les côtés du matelas. Pulvériser et nettoyer le coussin en entier. Nettoyer tout autre surface du lit. Meubles et accessoires : Nettoyer toute surface y compris les surfaces intérieures du placard et de la table de chevet. Plancher : Une vadrouille sèche en microfibre est utilisée pour nettoyer le plancher en entier. Les meubles sont déplacés au besoin et le plancher est nettoyé à fonds avec un produit désinfectant, section par section, incluant sous le lit. Lorsqu un employé a été traité contre le C. difficile et retourne au travail, est-il nécessaire de nettoyer plus souvent ou de façon plus minutieuse la toilette réservée aux employés? Les toilettes utilisées par les employés sont nettoyées régulièrement. Si la toilette est souillée, le Service d entretien ménager devrait en être informé QUESTIONS GENERALES «Devrais-je annuler ou reporter une opération chirurgicale non urgente afin d éviter une exposition possible au C. difficile?» Le choix du moment d une chirurgie non urgente est toujours basé sur un équilibre entre les besoins du patient et les complications éventuelles qui pourraient survenir durant ou après la chirurgie. Les infections comme la DACD ne sont pas les seuls facteurs à considérer pour prendre cette décision. Le besoin du patient pour une chirurgie (urgente ou non), l état nutritif du patient, ses affections sous-jacentes (par ex. : le diabète, maladies pulmonaires), les médicaments et plusieurs autres facteurs influencent l habileté du patient à se rétablir. La DACD n est qu une complication déplorable. À l heure actuelle, 1 patient sur 40 développe la DACD dû à son hospitalisation et son usage d antibiotiques. Les avantages et risques de toute chirurgie devraient être abordés avec le chirurgien et son personnel. «Quels genres de personnes sont à un risque plus élevé de développer une infection de C. difficile?» Les seules personnes qui sont à risque de développer la DACD sont celles qui ont été traités avec des antibiotiques. La majorité des cas de la DACD se développent chez des patients qui sont à l Hôpital ou qui ont récemment été hospitalisés. Toute personne qui n a pas été traité avec des antibiotiques ne peut pas développer la DACD. De plus, les personnes âgées ou ceux qui ont des systèmes immunitaires affaiblis (par la chimiothérapie, la radiothérapie, une drogue quelconque) courent un risque plus élevé d attraper la DACD alors qu ils sont sous antibiotiques. «Devrais-je être inquiet(e) d exposer un enfant en santé à quelqu un qui a une infection à C. difficile?» Les enfants en santé, comme les adultes, ne peuvent pas attraper la DACD s ils n ont pas été récemment traités avec des antibiotiques. Aussi, même les enfants qui prennent des antibiotiques risquent moins d attraper la DACD comparé aux adultes ou aux personnes âgées. Les enfants tolèrent mieux la DACD et répondent mieux aux traitements contre la DACD. «Lorsque je rends visite à quelqu un avec le C. difficile, puisje devenir porteur sans pour autant développer des symptômes?» Quiconque passe un montant considérable de temps à l Hôpital court le risque d entrer en contact avec les spores du C. difficile 7

6 et, par conséquent, devenir porteur de la bactérie. Par contre, plusieurs personnes dans la communauté pourraient également être porteurs de la bactérie sans jamais avoir mis les pieds à l Hôpital. Le simple fait d être porteur de cette bactérie n est pas dangereux et ne causera pas une maladie à moins que la personne en question soit sous antibiotiques. «Je fournis des soins à domicile (cuisson, nettoyage, etc.) pour quelqu un avec le C. difficile. Suis-je à un risque plus élevé d infection?» Comme toute personne qui visite l Hôpital, fournir des soins à domicile pour une personne avec la DACD pourrait vous mettre en contact avec des spores de C. difficile et, par conséquent, vous rendre porteur de la bactérie. Par contre, plusieurs personnes dans la communauté pourraient également être porteurs de la bactérie sans jamais avoir mis les pieds à l Hôpital. Le simple fait d être porteur de cette bactérie n est pas dangereux et ne causera pas une maladie à moins que la personne en question soit sous antibiotiques. «Est-il vrai que prendre des yogourts ou autres produits semblables est efficace quant à la prévention ou traitement du C. difficile?» À l heure actuelle, nous n avons aucune preuve scientifique que prendre un yogourt ou des gélules de «culture bactérienne vivante» avant ou en même temps que les antibiotiques peut prévenir la DACD. Une étude de grande envergure qui étudie ce problème est présentement en cours à l Hôpital général juif. Un effort commun de l Unité de prévention des infections, du Service des soins infirmiers et du Service d entretien ménager de l Hôpital général juif. Produit par le Service des Affaires publiques et des Communications. Vous pouvez retrouver ce livret, ainsi que les bulletins d actualité et les liens de ressources se rapportant au C. difficile/dacd, au 8

matière de nettoyage de l'environnemen

matière de nettoyage de l'environnemen Trousse pédagogique relative a matière de nettoyage de l'environnemen Script vidéo : Les scripts suivants vous sont fournis comme ressource supplémentaire aux vidéos des procédures de nettoyage. Pour plus

Plus en détail

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation

AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX. Affiche porte salle de traitement par aérosolisation AFFICHES DIVERSES MANIPULATION SÉCURITAIRE DES MÉDICAMENTS DANGEREUX Affiche porte salle de traitement par aérosolisation Affiche salles de toilette centre de chimiothérapie.. Affiche salles de toilette

Plus en détail

Isolement et précautions

Isolement et précautions Isolement et précautions Mesures de prévention des infections Questions et réponses pour l usager placé en isolement et ses visiteurs Madame, Monsieur, Vous êtes actuellement en isolement ou en précaution.

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009

Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Recommandations destinées aux administrations scolaires (de la maternelle à la 12 e année) au sujet de la pandémie de grippe (H1N1) 2009 Le 8 mai 2009 Mise à jour : le 18 septembre 2009 Le présent document

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

La vaccination des enfants

La vaccination des enfants FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La vaccination des enfants Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une mère qui tient son enfant pendant qu il est vacciné. 2. Un père portant son enfant vacciné

Plus en détail

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO)

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline / oxacilline (SARM / SARO) Traitement de décolonisation pour les porteurs On vous a informé que vous étiez colonisé par le Staphylococcus aureus résistant

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5

Unité soins protégés. Conseils pour la sortie de votre enfant. CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Unité soins protégés Conseils pour la sortie de votre enfant CHRU Montpellier 34295 Montpellier cedex 5 Introduction Le premier retour à la maison est un moment attendu mais aussi angoissant, que se soit

Plus en détail

Protocole de prévention et contrôle des infections

Protocole de prévention et contrôle des infections Protocole de prévention et contrôle des infections Point de services Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec 27 avril 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION 1 2. OBJECTIFS 1 3. RESPONSABILITÉ

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE

Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE Programme Déficience physique FORMATION D ACCUEIL RÔLE DE LA CONSEILLÈRE EN SOINS GESTION DES RISQUES PRÉVENTION DES INFECTIONS APPELS D URGENCE TABLE DES MATIÈRES Gestion des risques Prévention des infections

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

OXIVIR AHP5 RTD Johnson Diversey (Manufacturier) Wood Wyant (Distributeur)

OXIVIR AHP5 RTD Johnson Diversey (Manufacturier) Wood Wyant (Distributeur) Solutions inc. En cas de pandémie du Virus A (H1N1), voici un résumé formatif de l entretien ménager des salles à manger et des toilettes, dont les points de contact («high touch»). Le désinfectant à base

Plus en détail

Comment prévenir l érythème fessier

Comment prévenir l érythème fessier Comment prévenir l érythème fessier Cette publication vous apprendra ce qu il faut faire pour prévenir l érythème fessier (ou irritation de la peau sous une couche). Votre enfant reçoit des médicaments

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

Soins à domicile en cas de risque de contagion

Soins à domicile en cas de risque de contagion Lavage des mains Désinfection des mains Mettre un masque de protection Moyens auxiliaires Changer les draps du patient alité Retirer des gants Bandage des jambes d un patient qui doit garder le lit Lavage

Plus en détail

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette Couvreur Maïa Institut de Formation en Soins Infirmiers Promotion 2013-2016 C.H ST JOSEPH ST LUC 42 bis, rue Professeur Grignard 69007 LYON Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES Un guide à l intention des usagers et leurs proches Pour vous, pour la vie Ce document a comme objectif de vous donner des informations concernant

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012

Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012 Le lavage des mains dans les écoles Juin 2012 Le lavage des mains est le meilleur moyen de freiner la propagation d infections Les germes à l école Des chercheurs de l Université de l Arizona ont constaté

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

dans le milieu de travail Un guide de base

dans le milieu de travail Un guide de base dans le milieu de travail Un guide de base Résumé Les moisissures sont une réalité incontournable. Elles se développent presque partout où des gens vivent et travaillent. Les moisissures sont reconnues

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire

L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Division de la santé publique L hygiène alimentaire Réduisez le risque d intoxication alimentaire Cette feuille de renseignements est publiée à titre d information seulement. Elle ne remplace en aucun

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

Pandémie de grippe: tout ce que vous devez savoir

Pandémie de grippe: tout ce que vous devez savoir Impressum Office fédéral de la santé publique (OFSP) Editeur: Office fédéral de la santé publique Date de publication: septembre 2009 La brochure est également disponible dans les langues suivantes: Allemand

Plus en détail

ENTRETIEN DES BUREAUX & SANITAIRES

ENTRETIEN DES BUREAUX & SANITAIRES ENTRETIEN DES BUREAUX & SANITAIRES METHODE PRODUITS Usine & bureaux : Z.I. La Croix-St-Pierre - 19800 EYREIN - Tél. 05 55 27 65 27 - Fax 05 55 27 66 08 - www.eyrein-industrie.com ENTRETIEN DES BUREAUX

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE INTRODUCTION La réhabilitation respiratoire est un programme personnalisé de prise en charge, dispensé aux patients atteints d une maladie respiratoire chronique, par

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE D INFLUENZA À L INTENTION DES EMPLOYEURS ET TRAVAILLEURS DU QUÉBEC

MESURES DE PRÉVENTION DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE D INFLUENZA À L INTENTION DES EMPLOYEURS ET TRAVAILLEURS DU QUÉBEC MESURES DE PRÉVENTION DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE D INFLUENZA À L INTENTION DES EMPLOYEURS ET TRAVAILLEURS DU QUÉBEC Le présent document a été produit par les équipes de santé au travail et de maladies

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS :

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS : Infopunaisesdeslits.ca RENSEIGNEMENTS SUR LA LUTTE ANTIPARASITAIRE FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS : FAIRE APPEL À UNE ENTREPRISE DE DÉSINSECTISATION, TRAVAILLER AVEC ELLE ET SE PRÉPARER La meilleure façon de

Plus en détail

LAVE-TOI LES MAINS! MATERNELLE Plan de leçon

LAVE-TOI LES MAINS! MATERNELLE Plan de leçon LAVE-TOI LES MAINS! MATERNELLE Plan de leçon Maternelle, février 2010 NIVEAU Empreintes de mains Durée suggérée : 50 minutes MATERNELLE Aperçu Les élèves apprendront que le lavage des mains les garde en

Plus en détail

Infos Français MRSP et Staphylococcus pseudintermedius : de quoi s agit-il? agent pathogène opportuniste infections de la peau et des tissus mous

Infos Français MRSP et Staphylococcus pseudintermedius : de quoi s agit-il? agent pathogène opportuniste infections de la peau et des tissus mous Infos Français MRSP et Staphylococcus pseudintermedius : de quoi s agit-il? Staphylococcus pseudintermedius est une bactérie généralement trouvée sur la peau ou dans la gueule, le museau ou le tractus

Plus en détail

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES.

LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. LAVEZ-VOUS LES MAINS AU SAVON, PLUSIEURS FOIS PAR JOUR, PENDANT 30 SECONDES. Y France 2006-642 016 778 RCS Nanterre - Réf. 313-06280-A SI VOUS ÊTES MALADE, PORTEZ UN MASQUE* POUR PROTÉGER VOS PROCHES.

Plus en détail

Présentation de la Boîte à images

Présentation de la Boîte à images Présentation de la Boîte à images Cette boîte à images est un outil développé par Le Partenariat pour sensibiliser le public aux thématiques «Eau / hygiène / assainissement». Elle peut être utilisée dans

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

DIRECTIVES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS

DIRECTIVES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS DIRECTIVES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS POUR LES CENTRES DE LA PETITE ENFANCE Directives de lutte contre les infections - 1 Introduction Les directives de lutte contre les infections qui suivent ont

Plus en détail

Pré-évaluation Echelle à 5 points

Pré-évaluation Echelle à 5 points Pré-évaluation Echelle à 5 points NM Bon nettoyage des mains jamais NM1 Je me lave les mains avec de l eau chaude et du savon pendant au moins 10 secondes, je les rince et les essuie avec une serviette

Plus en détail

PROTOCOLE D'EVICTION A LA VIE EN COLLECTIVITE DE L'ENFANT EN CAS DE MALADIE

PROTOCOLE D'EVICTION A LA VIE EN COLLECTIVITE DE L'ENFANT EN CAS DE MALADIE PROTOCOLE D'EVICTION A LA VIE EN COLLECTIVITE DE L'ENFANT EN CAS DE MALADIE De manière générale, l'établissement d'accueil du jeune enfant n'est pas adapté pour l'accueil des enfants malades, aucun membre

Plus en détail

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles

Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles Pandémie de grippe Guide pour les particuliers et les familles 3 Ce guide a pour objectif de vous aider à comprendre le risque que représente la survenue d'une pandémie de grippe dans notre pays ou canton.

Plus en détail

ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS

ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS Mesures de biosécurité à appliquer pour le transport de porcs infectés par la diarrhée épidémique porcine (DEP) ou le deltacoronavirus

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1)

LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) LES FEMMES ENCEINTES ET LA GRIPPE A(H1N1) Ce que vous devez savoir Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la grippe A(H1N1)? La grippe est une infection virale très contagieuse des voies respiratoires. Il

Plus en détail

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES Service des Infrastructure, transport et environnement Direction de l environnement Inspection des aliments 827, boul. Crémazie Est, bureau 301 Montréal (Québec) H2M 2T8 Téléphone : (514) 280-4300 Télécopieur

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Foire aux questions grippe A(H1N1) Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3

Foire aux questions grippe A(H1N1) Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3 Foire aux questions grippe A(H1N1) Université Paul-Valéry MONTPELLIER 3 Qu est-ce que la grippe A (H1N1)? -Les grippes sont causées par des virus. Ces virus sont un peu différents les uns des autres. L

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

ATELIER DE FORMATION AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

ATELIER DE FORMATION AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE ATELIER DE FORMATION AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Dakar, March 9-13, 2015 Claude Thibeault MD Conseiller Médical IATA Formation sur la prévention et la gestion d événements de santé publique dans le

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

Dans ce document, vous trouverez de l information concernant :

Dans ce document, vous trouverez de l information concernant : Information aux patients SOINS DE LA PEAU PENDANT LA RADIOTHÉRAPIE EXTERNE Oncologie Vitalité Zone : 1B 4 5 6 Établissement : Centre d oncologie Dr-Léon-Richard Dans ce document, vous trouverez de l information

Plus en détail

La Contamination croisée dans les espaces commerciaux

La Contamination croisée dans les espaces commerciaux La Contamination croisée dans les espaces commerciaux La contamination croisée a toujours été une source de préoccupation pour le milieu médical et pour l industrie des services en alimentation. Les menaces

Plus en détail

PROGRAMME DUSTBANE POUR L ENTRETIENDES SALLES DE TOILETTE. Les Produits Dustbane Limitée

PROGRAMME DUSTBANE POUR L ENTRETIENDES SALLES DE TOILETTE. Les Produits Dustbane Limitée PROGRAMME DUSTBANE POUR L ENTRETIENDES SALLES DE TOILETTE Les Produits Dustbane Limitée La salle de toilette La salle de toilette est la pièce la plus importante dans un édifice quant à la propreté. Même

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Centre de Santé Mentale MGEN de Lille

Centre de Santé Mentale MGEN de Lille Centre de Santé Mentale MGEN de Lille Prévention Grippe 2013 «KIT Grippe» Information KIT Grippe CSM LILLE Présentation du Centre de Santé Mentale de LILLE Situé en plein centre de Lille, face à l hôtel

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Lutte contre les maladies hydriques et le choléra

Lutte contre les maladies hydriques et le choléra Lutte contre les maladies hydriques et le choléra La sensibilisation de la population Guide à l intention des agents sensibilisateurs République Démocratique du Congo Mission Sud-Ouest Projet de Réduction

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité.

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité. PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE...3 1.1 LA SITUATION ACTUELLE...3 1.2 NOTRE MISE EN PLACE DU PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE...3 1.3 NOS CONTACTS...3 2. NOS SERVICES EXPOSES AU RISQUE...4

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Conseil péri opératoire : Greffe osseuse

Conseil péri opératoire : Greffe osseuse Conseil péri opératoire : Greffe osseuse AVANT L INTERVENTION CHIRURGICALE DE GREFFE OSSEUSE Afin de vous préparer à votre intervention chirurgicale de greffe osseuse, d assurer votre confort et d obtenir

Plus en détail

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux

Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Conseils aux personnes porteuses de MRSA, hors des hôpitaux Si vous êtes porteur de MRSA ce feuillet vous apportera des conseils pour votre vie de tous les jours. French 1 Qu est-ce que le MRSA? On trouve

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

QCM : Hygiène et sécurité des enfants

QCM : Hygiène et sécurité des enfants QCM : Hygiène et sécurité des enfants 1. En jouant dans la cour, un enfant est tombé et son genou saigne. Quelques gravillons adhèrent à la plaie. Que faites-vous en premier? a. Vous appelez les parents.

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

Le méthotrexate pour les grossesses extra-utérines : Ce que vous devez savoir

Le méthotrexate pour les grossesses extra-utérines : Ce que vous devez savoir Le méthotreate pour les grossesses etra-utérines : Ce que vous devez savoir Comprendre et vivre une grossesse etra-utérine peut être éprouvant et angoissant. Nous avons réalisé ce livret pour vous aider,

Plus en détail

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène

Avis de l OIIAQ. concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Avis de l OIIAQ concernant les lignes de conduite à l intention des infirmières auxiliaires qui sont atteintes d une infection hématogène Depuis quelques années, les infirmières auxiliaires, les enseignantes

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli

Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli Comprendre l INFECTION GASTRO-INTESTINALE À E. coli Qu est-ce qu une infection gastro-intestinale à E. coli? La bactérie Escherichia coli, plus communément appelée E. coli, fait référence à une bactérie

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON

UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON UE. 4.1 S1 Soins de confort et bien-être TDP LA TOILETTE DU NOURRISSON OBJECTIF GLOBAL - L étudiant est capable de pratiquer le change d un nourrisson en respectant les règles d hygiène et de sécurité

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR)

Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR) Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR) 1. Objet Ce document décrit les modalités de nettoyage et de désinfection à l Incidin Plus des chariots de douche en Chirurgie

Plus en détail