EBOLA - épidémie Transport en ambulance d'un cas suspect

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect"

Transcription

1 Virus Ebola Transmission : de personne à personne lors de contact avec liquides biologiques du malade (sang, excréments, vomissures, urine, salive, sperme). Incubation : de quatre à dix jours, au max 21 jours. FICHE TECHNIQUE Contagion : débute avec l apparition des premiers symptômes : forte fièvre, malaises, extrême faiblesse, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, vomissements, diarrhées, hoquet. La personne malade reste contagieuse après son décès. Mortalité : 50% en moyenne (25% à 90 %). Mesures à instaurer pour prévenir la transmission du virus Ebola Afin d éviter toute contamination du personnel transportant le patient suspect et tout autre personne qui rentre en contact avec des surfaces contaminées par les liquides biologiques du patient malade, des mesures de précaution doivent être instaurées. Ces mesures concernent aussi bien le personnel en charge du patient que le personnel qui assure la prise en charge de l ambulance et de tout le matériel qu elle contient. 1. Matériel de protection et d entretien Matériel de protection pour le personnel - Double gantage nécessaire : 2 paires de gants à usage unique à longue manchette (couvrant les avant-bras) - Masque ultra-filtrant de type FFP2 avec valve expiratoire - Combinaison de protection personnelle imperméable à usage unique avec bottes intégrées et avec capuchon «Tyvek Classic Plus III» - Sur-cagoule à usage unique «Tyvek» - Sur-bottes - 2 flacons de solution hydro alcoolique pour la désinfection des mains. - Rouleau adhésif («Tape») - Une surblouse bleue imperméable avec manches (Si le patient présente des diarrhées ou vomissements) (Voir annexe 3) Matériel de protection pour le patient - Surblouse jaune - Masque type chirurgical (type II ou IIR) ou FFP2 sans valve pour le patient Matériel pour la gestion des liquides biologiques (voir Annexe 3) - 3 vomibags - 1 urinal homme à usage unique - 1 urinal femme à usage unique - 1 vase à usage unique - 4 sachets de vermagel - 2 surblouses bleues imperméables type bloc opératoire de réserve pour l ambulancier - 1 boite de gants nitrile taille XL - 4 sacs jaunes biohazard Matériel de protection pour l ambulance lors du transport du patient - Bâches en plastiques recouvrant les parois de l ambulance - 2 couvertures de survie à usage unique pour le brancard - 1 couverture bleue à usage unique pour le brancard Page 1 / 11

2 Matériel pour l entretien de l ambulance après le transport - 2 (1 en réserve) conteneurs à déchets médicaux infectieux rigides jaunes étiquetés «Bio Hazard» - Lingettes à usage unique imprégnées de solution nettoyante-désinfectante utilisées en routine pour l entretien de l habitacle - Mop jetable avec balai trapèze - Bac contenant la solution de trempage :Deconnex 53 (2%) - 2 sachets jaunes biohazard - Gants à usage unique en nitrile - 2 flacons de solution hydro alcoolique 2. Marche à suivre pour l habillage et le retrait du matériel de protection (Voir annexe 2) 3. Transport en ambulance - L ambulance ne contient que le matériel strictement nécessaire pour une prise en charge du patient - L habitacle de l ambulance est recouvert de bâches en plastique - Le brancard de l ambulance est recouvert avec 2 couvertures de survie. Une couverture bleue à usage unique insérée entre les 2 couvertures de survie - Toute personne qui accompagne le patient (y compris le chauffeur de l ambulance) doit vêtir le matériel de protection avant tout contact potentiel avec le patient Prise en charge du patient indépendant, ne nécessitant pas un transport sur brancard 1. L ambulancier chauffeur évite tout contact à < 1m du patient. Si aucun contact n a lieu, il ne met pas de moyen de protection 2. L ambulancier qui voyage dans l habitacle avec le patient, revêt le matériel de protection avant de prendre en charge le patient 3. L ambulancier qui voyage dans l habitacle avec le patient tend un masque FFP2 sans valve ou masque chirurgical au patient et une surblouse jaune avant de le prendre en charge. 4. Le chauffeur se charge de refermer la porte de l ambulance Prise en charge du patient nécessitant un transport sur brancard Si le chauffeur doit aider son collègue pour le transport sur brancard 1. Le chauffeur revêt également le matériel de protection avant de prendre en charge le patient 2. Le chauffeur retire le matériel de protection avant de prendre le volant et l élimine dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard»puis referme la porte de l ambulance Remarque A son arrivée au CHUV, le patient indépendant est directement pris en charge par le personnel soignant et acheminé dans l unité d hébergement prévue et qui a été préalablement avertie du transfert. Si le patient nécessite d être brancardé, l ambulancier qui est avec le patient dans l habitacle de l ambulance accompagne le personnel soignant jusqu à l unité de soins. 4. Entretien de l ambulance et traitement du matériel (Voir annexe 4) - Dès la prise en charge du patient à son arrivée au CHUV par le personnel soignant de l unité, l entretien de l ambulance est effectué de suite dans la zone dédiée au nettoyage des ambulances au BH07 - Les personnes qui font l entretien de l ambulance portent tout le matériel de protection avant de débuter la procédure - La prise en charge de l ambulance débute par l élimination de tout le matériel jetable - L habitacle de l ambulance et tout le matériel qui s y trouve doivent être nettoyés-désinfectés - Le matériel de l ambulance ne doit en aucun cas sortir de la zone de nettoyage sans un traitement préalable adapté - Le matériel à usage unique doit être privilégié autant que possible. Tout le matériel (usage unique et usage multiple) utilisé sera éliminé dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» Page 2 / 11

3 5. Elimination des déchets de l ambulance (conteneur à déchets médicaux infectieux rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard») - Tous les déchets sont récoltés dans l ambulance et éliminés de suite dans un conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» (min 30 l) situé dans l ambulance - Le matériel de protection usagé est éliminé dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» - Le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» sera, avant son transport dans le SAS de la chambre du patient, fermé hermétiquement et désinfecté avec le produit détergent/désinfectant - L ambulancier conducteur transporte le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» dans le SAS de la chambre du patient 6. Conseils pour le personnel Le personnel ayant pris part à une intervention doit compléter la liste jointe (Voir annexe 1). Cette liste sera faxée, après chaque intervention, à l Unité HPCi (fax ). Lors d accident (déchirure de la combinaison, blessure, etc) avec risque d exposition aux liquides biologiques ou en cas de questions, l intervenant prendra contact avec le service de garde des maladies transmissibles ( ). En cas de prise en charge d un cas suspect non évalué par un médecin, l intervenant prendra contact avec le service de garde des maladies transmissibles ( ). Page 3 / 11

4 Annexe 1 : Liste des personnes ayant participé à l intervention Date intervention Nom/prénom du patient Nom/prénom de l intervenant N Téléphone personnel de l intervenant Page 4 / 11

5 Annexe 2 : Habillage/déshabillage AFFICHE AVANT DE PRENDRE L AMBULANCE et d enfiler l EPP Prendre contact téléphonique avec l Unité HPCI (semaine , nuit, we et jours fériés ; si non réponse ) L ambulance ne contient que le matériel strictement nécessaire pour une prise en charge du patient (masque à O2 et bonbonne O2 supplémentaire si nécessaire) Le brancard de l ambulance est recouvert avec 2 couvertures de survie. Une couverture bleue à usage unique insérée entre les 2 couvertures de survie VERIFIER : 1. Vider les poches de la tenue de travail 2. Retirer tous les bijoux (montre, bague, alliance et boucles d oreille) 3. Vérifier que le matériel ci-dessous est à disposition : - Equipement de protection personnel (PPE) pour 2 ambulanciers - 2 couvertures de survie - 1 couverture bleue à usage unique - Contrôle des bâches en plastique qui couvrent l habitacle - Conteneur à déchets médicaux infectieux rigide jaune étiqueté «Bio- Hazard» - Lingettes à usage unique imbibées de la solution nettoyante/désinfectante utilisée en routine pour le nettoyage de l habitacle 4. Vérifier la présence de la «caisse Ebola» à ranger dans la cabine du conducteur et contenant : vomibags - 1 urinal - 1urinal - 1 vase (tous les trois à usage unique) - 4 sachets de vermagel - 1 surblouse - 1 masque type chirurgical (II ou IIR) ou FFP2 sans valve pour le patient. - 2 surblouses bleues imperméables type bloc opératoire pour les ambulanciers : à enfiler par l ambulancier qui accompagne le patient si risque de contact avec liquides biologiques (patient nauséeux par ex) - 1 boite de gants nitrile taille XL - 2 flacons de solution hydro alcoolique - 4 sacs jaunes «Bio-Hazard» Page 5 / 11

6 Marche à suivre pour l habillage du matériel de protection Les ambulanciers se supervisent lors de l habillage 1. Retirer les chaussures d intervention 2. Enfiler la combinaison sans enfiler le capuchon 3. Monter la fermeture éclair 4. Remonter les jambières de la combinaison 5. Remettre les chaussures d intervention 6. Enfiler les sur-bottes 7. Rebaisser les jambières sur les sur-bottes 8. Mettre le masque FFP2 avec valve expiratoire, un élastique en dessus des oreilles et l autre sur la nuque 9. Vérifier son adaptation 10. Enfiler le capuchon de la combinaison (si trop large, le fixer avec un tape) 11. Coller la languette le long de la fermeture éclair 12. Fixer l attache mentonnière de la combinaison sur le masque 13. Coller l attache mentonnière 14. Retrousser les manches 15. Se désinfecter les mains 16. Mettre la première paire de gants à longue manchette (gants couvrant les avantautour bras) 17. Redescendre les manches par-dessus les gants 18. des mains Fixer les attaches élastiques de la combinaison sur les gants (sans le pouce) 19. Mettre la 2 ème paire de gants à longue manchette, par-dessus la combinaison 20. Fixer les gants avec du tape (plier un petit bout pour faciliter le retrait) autour de la combinaison 21. Enfiler la surblouse et l attacher 22. Enfiler la sur-cagoule (au besoin l adapter au tour de tête avec un tape) Page 6 / 11

7 Avant de débuter le retrait de l EPP (équipement protection personnelle) Contrôler la présence dans la zone d arrivée de l ambulance au CHUV de : 1. 2 tabourets (à identifier 1 sale et l autre propre avant de débuter le déshabillage) 2. 1 conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» en réserve 3. Gants nitrile à usage unique (UU) (plusieurs tailles) 4. 1 flacon de solution hydro alcoolique en plus de celui à disposition dans l ambulance Marche à suivre pour le retrait de l équipement de protection Le retrait de l équipement est supervisé par le collègue et une personne de l Unité HPCI Tout le matériel est éliminé dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» Si la combinaison est contaminée par des liquides biologiques, prendre des lingettes imbibées et tamponner la combinaison pour éliminer les liquides biologiques et les éliminer (Voir annexe 3) Si la tenue de travail a été souillée lors de l intervention ou du retrait du PPE par des liquides biologiques, la retirer et la mettre dans un autre conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» : Garder ce conteneur fermé jusqu à confirmation du diagnostic. Page 7 / 11

8 Marche à suivre pour le retrait de l équipement de protection 1. Désinfecter les gants avec la solution hydro-alcoolique 2. Pas de souillure visible, retirer la surblouse en la tenant bras croisés par les épaules. Si souillée avec des liquides biologiques (Voir Annexe 2) 3. Retirer la sur-cagoule en la tenant par le bout supérieur, dans un mouvement de l arrière vers l avant 4. Désinfecter les gants avec solution hydro-alcoolique 5. S asseoir sur le tabouret sale 6. Relever les jambières en les roulant à l envers 7. Sans croiser les jambes, retirer les sur-bottes en les roulant à l envers. Pivoter de manière à placer les pieds en zone propre une fois la sur-botte retirée 8. Désinfecter les gants avec la solution hydro-alcoolique 9. Se relever 10. Décoller la bande autocollante ventrale de la combinaison 11. Enlever la 2 ème paire de gants et l éliminer 12. Désinfecter la 1 ère paire de gants 13. Retirer les élastiques 14. Décoller l attache mentonnière 15. Recoller l attache mentonnière sur l extérieur de la combinaison (nuque) 16. Descendre la fermeture éclair (au besoin en la déchirant) 17. Désinfecter les gants 18. Enlever le capuchon (le tenir par le bout supérieur) 19. Descendre la combinaison (glisser et rouler) en manipulant la partie interne jusque sous les genoux 20. S asseoir (tabouret propre) 21. Désinfecter la 1 ère paire de gants 22. Enfiler une paire de gants nitrile UU par-dessus la 1 ère paire de gants 23. Descendre la fermeture éclair des chaussures d intervention 24. Le superviseur met une paire de gants en nitrile 25. Le superviseur enlève les chaussures d intervention de l ambulancier, puis, retire les gants et se désinfecte les mains 26. Finir de retirer la combinaison en la roulant à l envers, sans toucher la partie externe 27. Eliminer la combinaison en la tenant par l intérieur 28. Enlever simultanément les deux paires de gants et les éliminer 29. Se désinfecter les mains 30. Enlever le masque (de l arrière vers l avant) en le prenant par les élastiques (ne pas toucher le masque) et l éliminer 31. Se désinfecter les mains et remettre les chaussures d intervention Page 8 / 11

9 Annexe 3 : Gestion des liquides biologiques Marche à suivre pour le retrait de la surblouse de protection en cours d intervention si présence de liquides biologiques Si en cours d intervention la surblouse de l ambulancier est légèrement contaminée (quelques gouttes) : prendre une lingette et tamponner. Ne pas la changer Si en cours d intervention la surblouse de l ambulancier est fortement contaminée par des liquides biologiques (vomissements), l ambulancier retire la surblouse selon la marche à suivre ci-dessous Cocher 1. Désinfecter les gants avec la solution hydro alcoolique 2. Mettre des gants nitrile à usage unique 3. Tamponner avec des lingettes désinfectantes les parties maculées par les liquides biologiques (vomissements) 4. Jeter les lingettes dans le conteneur rigide 5. Défaire le nœud de l attache ventrale 6. Croiser les bras sur les épaules 7. Retirer la surblouse en tirant d arrière vers avant 8. Enrouler la surblouse envers vers endroit et la jeter dans le conteneur 9. Désinfecter les gants nitriles 10. Retirer et jeter les gants en nitrile Marche à suivre si le patient doit uriner ou aller à la selle pendant le transport 1. Arrêter l ambulance dès que possible 2. Mettre un sachet vermagel dans un urinal ou un vase 3. Donner l urinal/vase au patient 4. Tendre le sac biohazard jaune au patient lorsqu il a terminé. Celui-ci dépose luimême son urinal/vase à l intérieur 5. Fermer le sac hermétiquement et le mettre dans le conteneur jaune «bio-hazard» 6. Reprendre la route Page 9 / 11

10 Annexe 4 : Entretien de l ambulance et retraitement du matériel Les personnes qui font l entretien de l ambulance portent l équipement de protection personnel (PPE) (mettre le PPE ou garder le PPE après transfert du patient) L entretien de l ambulance se fait de suite dans la zone dédiée au nettoyage des ambulances. Le matériel de l ambulance ne doit en aucun cas sortir de la zone de nettoyage sans un traitement préalable adapté. Avant de débute l entretien de l ambulance, avoir à disposition : 1. 2 conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» (celui de l ambulance et un supplémentaire) 2. Lingettes imprégnées de solution nettoyante désinfectante (utilisées en routine) 3. Mops jetables imprégnées de solution nettoyante désinfectante et balai trapèze 4. Bac contenant la solution de trempage : Deconnex 53 (2%) 5. 1 flacon de solution hydro alcoolique en réserve en plus de celui présent dans l ambulance 6. gants à usage unique Le «coach» de l Unité HPCI prépare la solution désinfectante pour trempage (Déconex 53 dilué à 2%) Page 10 / 11

11 Entretien de l ambulance et retraitement du matériel 1. Décrocher le filet de l ambulance et les sangles du brancard et les mettre à tremper durant au minimum 15 minutes dans le Deconnex 53 à 2% 2. Elimination du coussin du brancard et les couvertures dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» 3. Nettoyage du brancard à l aide de lingettes imprégnées de la solution nettoyante/désinfectante, y compris les roues 4. Elimination de tout le matériel utilisé dans le conteneur rigide jaune «Bio-Hazard» 5. Désinfection des gants 6. Mettre des gants nitrile UU (3 ème paire) 7. Enlever les protections plastiques de l habitacle de l ambulance en évitant de toucher la partie externe et les éliminer dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard». En cas de souillure des protections plastique (vomissements, sang), procéder au préalable à un nettoyage/désinfection de la protection plastique avec les lingettes imbibées de désinfectant 8. Retrait des gants (3 ème paire) nitrile UU 9. Remettre une nouvelle paire de gants nitrile UU (3 ème paire) 10. Nettoyage-désinfection des surfaces de l ambulance. Débuter par le plafond, en partant de l intérieur vers l extérieur de l ambulance. (Le nettoyage de la cellule sanitaire s effectue avec des lingettes et des mops imbibés de solution nettoyante/désinfectante) 11. Nettoyer-désinfecter le sol, de l intérieur vers l extérieur 12. Nettoyer-désinfecter le socle et les rails du brancard 13. Nettoyer-désinfecter l intérieur des portes de l ambulance 14. Les lingettes/mops sont éliminés dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio- Hazard» 15. Retirer l équipement de protection et l éliminer dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» (selon la procédure de déshabillage) 16. Mettre des gants en nitrile UU 17 Désinfecter les 2 tabourets avec des lingettes imprégnées de solution nettoyantedésinfectante 18. Désinfecter le manche du balai trapèze avec des lingettes imprégnées de solution nettoyante désinfectante 19. Mettre le manche du balai trapèze dans un sac jaune «Bio-Hazard» 20 Désinfecter avec des lingettes l extérieur du conteneur rigide jaune et couvercle 21. Retirer les gants et les éliminer dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» 22. Se désinfecter les mains avec la solution hydro alcoolique 23. Eliminer le flacon de solution hydro alcoolique dans conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» 24. Fermer hermétiquement le container 25. Se désinfecter les mains avec le 2 ème flacon de solution hydro alcoolique 26. Le brancard et le filet nettoyés/désinfectés sont réintroduits dans le véhicule 27. L ambulancier conducteur transporte le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» ainsi que le sac contenant le manche du balai trapèze dans le SAS de la chambre du patient 28. Au retour dans le garage, procéder à une désinfection de la cellule sanitaire par nébulisation Page 11 / 11

CHECKLISTS POUR LES SOINS INTENSIFS ADULTES (SIA) des. RECOMMANDATIONS INSTITUTIONNELLES DE PREVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS au 31.03.

CHECKLISTS POUR LES SOINS INTENSIFS ADULTES (SIA) des. RECOMMANDATIONS INSTITUTIONNELLES DE PREVENTION ET CONTRÔLE DES INFECTIONS au 31.03. Direction médicale et qualité / Direction des soins Service prévention et contrôle de l infection CHECKLISTS POUR LES SOINS INTENSIFS ADULTES (SIA) des RECOMMANDATIONS INSTITUTIONNELLES DE PREVENTION ET

Plus en détail

PROCÉDURE D HABILLAGE

PROCÉDURE D HABILLAGE PROCÉDURE D HABILLAGE CORRESPONDANT À LA VERSION 1,5 DU PROGRAMME DE FORMATION 1. PRÉPARATION HABILLAGE Vérifier que vous avez tous les équipements : o Survêtement; o Couvre- bottes; o Lunettes étanches;

Plus en détail

Le sujet de l heure Delphine Zbinden Forum 11.11.2014

Le sujet de l heure Delphine Zbinden Forum 11.11.2014 Le sujet de l heure Delphine Zbinden Forum 11.11.2014 Un patient rentre de voyage Un patient consulte les urgences d un hôpital périphérique pour une fièvre à 39 depuis 2 jours après un voyage au Congo.

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR)

Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR) Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR) 1. Objet Ce document décrit les modalités de nettoyage et de désinfection à l Incidin Plus des chariots de douche en Chirurgie

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF 5 octobre 2009 Virus grippal Virus à ARN enveloppé Taille 100 nanomètres Réputé fragile : sensible

Plus en détail

Soins à domicile en cas de risque de contagion

Soins à domicile en cas de risque de contagion Lavage des mains Désinfection des mains Mettre un masque de protection Moyens auxiliaires Changer les draps du patient alité Retirer des gants Bandage des jambes d un patient qui doit garder le lit Lavage

Plus en détail

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité.

La construction de notre PCA a pour but d assurer la protection du personnel et du maintient de notre activité. PLAN DE CONTINUITE D ACTIVITE SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE...3 1.1 LA SITUATION ACTUELLE...3 1.2 NOTRE MISE EN PLACE DU PLAN DE CONTINUITE DE L ACTIVITE...3 1.3 NOS CONTACTS...3 2. NOS SERVICES EXPOSES AU RISQUE...4

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES

Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Grippe A / H1N1 NOTIONS GÉNÉRALES Historique 26 avril 2009 : premiers cas humains de grippe d origine porcine au Mexique Puis extension aux Etats-Unis Et en quelques semaines à l ensemble des cinq continents

Plus en détail

Recommandation pour le nettoyage et la de sinfection de l habitation en raison d un cas possible de contamination par le virus Ebola en Belgique

Recommandation pour le nettoyage et la de sinfection de l habitation en raison d un cas possible de contamination par le virus Ebola en Belgique Recommandation pour le nettoyage et la de sinfection de l habitation en raison d un cas possible de contamination par le virus Ebola en Belgique Validé par le RMG le 23/04/2015 Table des matières Table

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf

Informer. http://www.grippe-aviaire.gouv.fr/img/pdf/plan_pg_2009.pdf Nouveau virus de grippe QUESTIONS / REPONSES 5 mai 2009 Fiche 5 Pour les réponses aux questions générales concernant la nature du virus ou les connaissances médicales et épidémiologiques disponibles, nous

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES

RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES VEHICULES SANITAIRES DE CATEGORIE A C D Pour l'étude de

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

La longue histoire de Madame Esbèle, patiente modèle

La longue histoire de Madame Esbèle, patiente modèle La longue histoire de Madame Esbèle, patiente modèle Mariane Burr - Hôpital du Jura / Monica Attinger - Unité HPCI / Vaud 6ème Journée de la Marive Yverdon les Bains 6 février 2009 2 Précautions Standard

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON

CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON CODE DE DIRECTIVES PRATIQUES POUR LA MANIPULATION DE MATÉRIEL CONTENANT DE L AMIANTE UNIVERSITÉ DE MONCTON, CAMPUS DE MONCTON Le présent code de directives pratiques s inspire de celui de la province du

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

MODE OPERATOIRE REMPLACEMENT PONCTUEL DE DALLES DE SOL

MODE OPERATOIRE REMPLACEMENT PONCTUEL DE DALLES DE SOL MODE OPERATOIRE REMPLACEMENT PONCTUEL DE DALLES DE SOL 1 NATURE DE L INTERVENTION Remplacement ponctuel de dalles de sol amiantées (inférieur à 20% de la surface au sol du local) Intervention dans le cadre

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Pandémie grippale et continuité d activité

Pandémie grippale et continuité d activité Pandémie grippale et continuité d activité I. Les notions Modes de transmission En Alsace Entreprises concernées Grippe A / H1N1 Infection humaine par un virus grippal d origine porcine. Ce virus appartient

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS

ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS ANNEXE 11 MESURES DE BIOSÉCURITÉ À L INTENTION DES TRANSPORTEURS DE PORCS Mesures de biosécurité à appliquer pour le transport de porcs infectés par la diarrhée épidémique porcine (DEP) ou le deltacoronavirus

Plus en détail

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire

MARS Message d Alerte Rapide Sanitaire MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DEPARTEMENT DES URGENCES SANITAIRES DATE : 06/08/2014 REFERENCE : MARS 06.08.14-1 OBJET : ACTUALISATION DES INFORMATIONS SUR

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Procédure Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : les soins Ref. Service : Version : 1 1. OBJET Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE Nombre de pages : 5 Cette procédure

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 18 juin 2014 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette

Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la toilette Couvreur Maïa Institut de Formation en Soins Infirmiers Promotion 2013-2016 C.H ST JOSEPH ST LUC 42 bis, rue Professeur Grignard 69007 LYON Infectiologie, hygiène L'hygiène des mains dans le cadre de la

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Life Sciences. Les bonnes pratiques de culture cellulaire

Life Sciences. Les bonnes pratiques de culture cellulaire Life Sciences Les bonnes pratiques de culture cellulaire Les bonnes pratiques en culture cellulaire EPI (Equipement de protection individuel) Porter des gants pour manipuler des cellules Changer les gants

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS!

La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! La prévention et contrôle des infections: C EST L AFFAIRE DE TOUS! Par Cathy Ouellet Conseillère en prévention et contrôle des infections Formation pour les bénévoles Juillet 2013 L exposition à des agents

Plus en détail

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Introduction : Le syndrome pulmonaire à Hantavirus est une maladie très grave mais rare dont on ne connaît que quatre

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA Les Modalités et les Conditions de Gestion des DAS Projet de démonstration et de promotion des bonnes techniques et pratiques pour gérer les DAS et les PCB en Tunisie FEM (Don n : TF 11541) 2 ème atelier

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013 Introduction: Champ d application Version du 01.05.2013 Cette procédure est destinée à faire face à l arrivée d un patient potentiellement infecté par le virus Influenza A/H7N9. La survenue d un tel cas

Plus en détail

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux (181) La gestion des déchets de soins médicaux dans les laboratoires médicaux reste une question sensible

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LES PRODUITS CYTOTOXIQUES Un guide à l intention des usagers et leurs proches Pour vous, pour la vie Ce document a comme objectif de vous donner des informations concernant

Plus en détail

Des produits uniques pour l hygiène et la toilette

Des produits uniques pour l hygiène et la toilette Des produits uniques pour l hygiène et la toilette DOSSIER DE PRESSE Cleanis 73, rue du Cherche-Midi l 75006 Paris l France E-mail : cleanis@cleanis.fr l Web : www.cleanis.com 04/08/13 CLEANIS : D'UNE

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

Entretien d une chambre d un patient ou résidant. Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste

Entretien d une chambre d un patient ou résidant. Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste Entretien d une chambre d un patient ou résidant Formation élèves aides soignants Melle Van de casteele IDE Hygièniste RECOMMANDATIONS GENERALES 1. Aérer la pièce 2. Sortir les déchets 3. Travailler toujours

Plus en détail

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009

Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives. Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Grippe saisonnière Grippe A (H1N1) Mesures préventives Cours pour infirmières EMS Septembre 2009 Unité HPCI, septembre 2009 1 Objectifs du cours Grippe saisonnière Grippe A(H1N1) Mesures de prévention

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE PRACTIS DENTAL, 22/01/2014 Dr MOSSOT V-L Infectiologie et Implantologie Les germes rencontrés le plus souvent lors d infections post chirurgicales ne sont pas

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROVISOIRES. Septembre 2014. WHO/EVD/Guidance/TravelTransportRisk/14.1. Organisation mondiale de la Santé 2014. Tous droits réservés.

RECOMMANDATIONS PROVISOIRES. Septembre 2014. WHO/EVD/Guidance/TravelTransportRisk/14.1. Organisation mondiale de la Santé 2014. Tous droits réservés. RECOMMANDATIONS PROVISOIRES Évaluation des risques liés aux voyages et aux transports : recommandations provisoires à l intention des autorités de santé publique et du secteur des transports Septembre

Plus en détail

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1 PARTIE 4 LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable : En présence d une personne qui présente un saignement abondant, de réaliser une compression directe de

Plus en détail

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS

PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS PRELEVEMENTS SANGUINS POSE DE CATHETERS CH de Saint-Quentin Mme Sylvie HAGEAUX Formation en Hygiène destinée aux EHPAD 17 juin 2015 LE PRELEVEMENT SANGUIN MATERIEL Un plateau avec : 1 garrot propre Des

Plus en détail

PhysioCarrier PORTE-BÉBÉ PHYSIOLOGIQUE. manuel d utilisation. *avec le pack d extension «Booster» (réhausseur et cale tête)

PhysioCarrier PORTE-BÉBÉ PHYSIOLOGIQUE. manuel d utilisation. *avec le pack d extension «Booster» (réhausseur et cale tête) PhysioCarrier PORTE-BÉBÉ PHYSIOLOGIQUE manuel d utilisation 3,5*/5-20KG 0/4-36 M *avec le pack d extension «Booster» (réhausseur et cale tête) Notice online printers PC fr.indd 1 21/05/2015 10:16 2 Notice

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Tampons facilement éliminés!

Tampons facilement éliminés! La sensation en hygiène féminine Tampons facilement éliminés! Comment les tampons sont-ils éliminés actuellement? En réalité, il n existe pas de vraie solution pratique. Il est temps d y remédier. Bye

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

des risques professionnels liés à l influenza aviaire à virus hautement pathogène

des risques professionnels liés à l influenza aviaire à virus hautement pathogène Juin 2006 Prévention des risques professionnels liés à l influenza aviaire à virus hautement pathogène Prévention des risques professionnels concernant les travailleurs susceptibles d être exposés à des

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Bionettoyage des locaux

Bionettoyage des locaux Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N S.PT.S.006.4 Bionettoyage des locaux CLASSEUR 1 : ADMINISTRATION SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS CLASSEUR 3 : QUALITE CLASSEUR

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Entretien du matériel Tâches spécifiques

Entretien du matériel Tâches spécifiques Entretien du matériel Tâches spécifiques Service hygiène - 2015 Gestion et entretien des matelas à eau Principe du matelas à eau Matelas compartimenté, recevant de l eau tiède (37 ) à un niveau indiqué

Plus en détail