EBOLA - épidémie Transport en ambulance d'un cas suspect

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect"

Transcription

1 Virus Ebola Transmission : de personne à personne lors de contact avec liquides biologiques du malade (sang, excréments, vomissures, urine, salive, sperme). Incubation : de quatre à dix jours, au max 21 jours. FICHE TECHNIQUE Contagion : débute avec l apparition des premiers symptômes : forte fièvre, malaises, extrême faiblesse, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, vomissements, diarrhées, hoquet. La personne malade reste contagieuse après son décès. Mortalité : 50% en moyenne (25% à 90 %). Mesures à instaurer pour prévenir la transmission du virus Ebola Afin d éviter toute contamination du personnel transportant le patient suspect et tout autre personne qui rentre en contact avec des surfaces contaminées par les liquides biologiques du patient malade, des mesures de précaution doivent être instaurées. Ces mesures concernent aussi bien le personnel en charge du patient que le personnel qui assure la prise en charge de l ambulance et de tout le matériel qu elle contient. 1. Matériel de protection et d entretien Matériel de protection pour le personnel - Double gantage nécessaire : 2 paires de gants à usage unique à longue manchette (couvrant les avant-bras) - Masque ultra-filtrant de type FFP2 avec valve expiratoire - Combinaison de protection personnelle imperméable à usage unique avec bottes intégrées et avec capuchon «Tyvek Classic Plus III» - Sur-cagoule à usage unique «Tyvek» - Sur-bottes - 2 flacons de solution hydro alcoolique pour la désinfection des mains. - Rouleau adhésif («Tape») - Une surblouse bleue imperméable avec manches (Si le patient présente des diarrhées ou vomissements) (Voir annexe 3) Matériel de protection pour le patient - Surblouse jaune - Masque type chirurgical (type II ou IIR) ou FFP2 sans valve pour le patient Matériel pour la gestion des liquides biologiques (voir Annexe 3) - 3 vomibags - 1 urinal homme à usage unique - 1 urinal femme à usage unique - 1 vase à usage unique - 4 sachets de vermagel - 2 surblouses bleues imperméables type bloc opératoire de réserve pour l ambulancier - 1 boite de gants nitrile taille XL - 4 sacs jaunes biohazard Matériel de protection pour l ambulance lors du transport du patient - Bâches en plastiques recouvrant les parois de l ambulance - 2 couvertures de survie à usage unique pour le brancard - 1 couverture bleue à usage unique pour le brancard Page 1 / 11

2 Matériel pour l entretien de l ambulance après le transport - 2 (1 en réserve) conteneurs à déchets médicaux infectieux rigides jaunes étiquetés «Bio Hazard» - Lingettes à usage unique imprégnées de solution nettoyante-désinfectante utilisées en routine pour l entretien de l habitacle - Mop jetable avec balai trapèze - Bac contenant la solution de trempage :Deconnex 53 (2%) - 2 sachets jaunes biohazard - Gants à usage unique en nitrile - 2 flacons de solution hydro alcoolique 2. Marche à suivre pour l habillage et le retrait du matériel de protection (Voir annexe 2) 3. Transport en ambulance - L ambulance ne contient que le matériel strictement nécessaire pour une prise en charge du patient - L habitacle de l ambulance est recouvert de bâches en plastique - Le brancard de l ambulance est recouvert avec 2 couvertures de survie. Une couverture bleue à usage unique insérée entre les 2 couvertures de survie - Toute personne qui accompagne le patient (y compris le chauffeur de l ambulance) doit vêtir le matériel de protection avant tout contact potentiel avec le patient Prise en charge du patient indépendant, ne nécessitant pas un transport sur brancard 1. L ambulancier chauffeur évite tout contact à < 1m du patient. Si aucun contact n a lieu, il ne met pas de moyen de protection 2. L ambulancier qui voyage dans l habitacle avec le patient, revêt le matériel de protection avant de prendre en charge le patient 3. L ambulancier qui voyage dans l habitacle avec le patient tend un masque FFP2 sans valve ou masque chirurgical au patient et une surblouse jaune avant de le prendre en charge. 4. Le chauffeur se charge de refermer la porte de l ambulance Prise en charge du patient nécessitant un transport sur brancard Si le chauffeur doit aider son collègue pour le transport sur brancard 1. Le chauffeur revêt également le matériel de protection avant de prendre en charge le patient 2. Le chauffeur retire le matériel de protection avant de prendre le volant et l élimine dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard»puis referme la porte de l ambulance Remarque A son arrivée au CHUV, le patient indépendant est directement pris en charge par le personnel soignant et acheminé dans l unité d hébergement prévue et qui a été préalablement avertie du transfert. Si le patient nécessite d être brancardé, l ambulancier qui est avec le patient dans l habitacle de l ambulance accompagne le personnel soignant jusqu à l unité de soins. 4. Entretien de l ambulance et traitement du matériel (Voir annexe 4) - Dès la prise en charge du patient à son arrivée au CHUV par le personnel soignant de l unité, l entretien de l ambulance est effectué de suite dans la zone dédiée au nettoyage des ambulances au BH07 - Les personnes qui font l entretien de l ambulance portent tout le matériel de protection avant de débuter la procédure - La prise en charge de l ambulance débute par l élimination de tout le matériel jetable - L habitacle de l ambulance et tout le matériel qui s y trouve doivent être nettoyés-désinfectés - Le matériel de l ambulance ne doit en aucun cas sortir de la zone de nettoyage sans un traitement préalable adapté - Le matériel à usage unique doit être privilégié autant que possible. Tout le matériel (usage unique et usage multiple) utilisé sera éliminé dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» Page 2 / 11

3 5. Elimination des déchets de l ambulance (conteneur à déchets médicaux infectieux rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard») - Tous les déchets sont récoltés dans l ambulance et éliminés de suite dans un conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» (min 30 l) situé dans l ambulance - Le matériel de protection usagé est éliminé dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» - Le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» sera, avant son transport dans le SAS de la chambre du patient, fermé hermétiquement et désinfecté avec le produit détergent/désinfectant - L ambulancier conducteur transporte le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» dans le SAS de la chambre du patient 6. Conseils pour le personnel Le personnel ayant pris part à une intervention doit compléter la liste jointe (Voir annexe 1). Cette liste sera faxée, après chaque intervention, à l Unité HPCi (fax ). Lors d accident (déchirure de la combinaison, blessure, etc) avec risque d exposition aux liquides biologiques ou en cas de questions, l intervenant prendra contact avec le service de garde des maladies transmissibles ( ). En cas de prise en charge d un cas suspect non évalué par un médecin, l intervenant prendra contact avec le service de garde des maladies transmissibles ( ). Page 3 / 11

4 Annexe 1 : Liste des personnes ayant participé à l intervention Date intervention Nom/prénom du patient Nom/prénom de l intervenant N Téléphone personnel de l intervenant Page 4 / 11

5 Annexe 2 : Habillage/déshabillage AFFICHE AVANT DE PRENDRE L AMBULANCE et d enfiler l EPP Prendre contact téléphonique avec l Unité HPCI (semaine , nuit, we et jours fériés ; si non réponse ) L ambulance ne contient que le matériel strictement nécessaire pour une prise en charge du patient (masque à O2 et bonbonne O2 supplémentaire si nécessaire) Le brancard de l ambulance est recouvert avec 2 couvertures de survie. Une couverture bleue à usage unique insérée entre les 2 couvertures de survie VERIFIER : 1. Vider les poches de la tenue de travail 2. Retirer tous les bijoux (montre, bague, alliance et boucles d oreille) 3. Vérifier que le matériel ci-dessous est à disposition : - Equipement de protection personnel (PPE) pour 2 ambulanciers - 2 couvertures de survie - 1 couverture bleue à usage unique - Contrôle des bâches en plastique qui couvrent l habitacle - Conteneur à déchets médicaux infectieux rigide jaune étiqueté «Bio- Hazard» - Lingettes à usage unique imbibées de la solution nettoyante/désinfectante utilisée en routine pour le nettoyage de l habitacle 4. Vérifier la présence de la «caisse Ebola» à ranger dans la cabine du conducteur et contenant : vomibags - 1 urinal - 1urinal - 1 vase (tous les trois à usage unique) - 4 sachets de vermagel - 1 surblouse - 1 masque type chirurgical (II ou IIR) ou FFP2 sans valve pour le patient. - 2 surblouses bleues imperméables type bloc opératoire pour les ambulanciers : à enfiler par l ambulancier qui accompagne le patient si risque de contact avec liquides biologiques (patient nauséeux par ex) - 1 boite de gants nitrile taille XL - 2 flacons de solution hydro alcoolique - 4 sacs jaunes «Bio-Hazard» Page 5 / 11

6 Marche à suivre pour l habillage du matériel de protection Les ambulanciers se supervisent lors de l habillage 1. Retirer les chaussures d intervention 2. Enfiler la combinaison sans enfiler le capuchon 3. Monter la fermeture éclair 4. Remonter les jambières de la combinaison 5. Remettre les chaussures d intervention 6. Enfiler les sur-bottes 7. Rebaisser les jambières sur les sur-bottes 8. Mettre le masque FFP2 avec valve expiratoire, un élastique en dessus des oreilles et l autre sur la nuque 9. Vérifier son adaptation 10. Enfiler le capuchon de la combinaison (si trop large, le fixer avec un tape) 11. Coller la languette le long de la fermeture éclair 12. Fixer l attache mentonnière de la combinaison sur le masque 13. Coller l attache mentonnière 14. Retrousser les manches 15. Se désinfecter les mains 16. Mettre la première paire de gants à longue manchette (gants couvrant les avantautour bras) 17. Redescendre les manches par-dessus les gants 18. des mains Fixer les attaches élastiques de la combinaison sur les gants (sans le pouce) 19. Mettre la 2 ème paire de gants à longue manchette, par-dessus la combinaison 20. Fixer les gants avec du tape (plier un petit bout pour faciliter le retrait) autour de la combinaison 21. Enfiler la surblouse et l attacher 22. Enfiler la sur-cagoule (au besoin l adapter au tour de tête avec un tape) Page 6 / 11

7 Avant de débuter le retrait de l EPP (équipement protection personnelle) Contrôler la présence dans la zone d arrivée de l ambulance au CHUV de : 1. 2 tabourets (à identifier 1 sale et l autre propre avant de débuter le déshabillage) 2. 1 conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» en réserve 3. Gants nitrile à usage unique (UU) (plusieurs tailles) 4. 1 flacon de solution hydro alcoolique en plus de celui à disposition dans l ambulance Marche à suivre pour le retrait de l équipement de protection Le retrait de l équipement est supervisé par le collègue et une personne de l Unité HPCI Tout le matériel est éliminé dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» Si la combinaison est contaminée par des liquides biologiques, prendre des lingettes imbibées et tamponner la combinaison pour éliminer les liquides biologiques et les éliminer (Voir annexe 3) Si la tenue de travail a été souillée lors de l intervention ou du retrait du PPE par des liquides biologiques, la retirer et la mettre dans un autre conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» : Garder ce conteneur fermé jusqu à confirmation du diagnostic. Page 7 / 11

8 Marche à suivre pour le retrait de l équipement de protection 1. Désinfecter les gants avec la solution hydro-alcoolique 2. Pas de souillure visible, retirer la surblouse en la tenant bras croisés par les épaules. Si souillée avec des liquides biologiques (Voir Annexe 2) 3. Retirer la sur-cagoule en la tenant par le bout supérieur, dans un mouvement de l arrière vers l avant 4. Désinfecter les gants avec solution hydro-alcoolique 5. S asseoir sur le tabouret sale 6. Relever les jambières en les roulant à l envers 7. Sans croiser les jambes, retirer les sur-bottes en les roulant à l envers. Pivoter de manière à placer les pieds en zone propre une fois la sur-botte retirée 8. Désinfecter les gants avec la solution hydro-alcoolique 9. Se relever 10. Décoller la bande autocollante ventrale de la combinaison 11. Enlever la 2 ème paire de gants et l éliminer 12. Désinfecter la 1 ère paire de gants 13. Retirer les élastiques 14. Décoller l attache mentonnière 15. Recoller l attache mentonnière sur l extérieur de la combinaison (nuque) 16. Descendre la fermeture éclair (au besoin en la déchirant) 17. Désinfecter les gants 18. Enlever le capuchon (le tenir par le bout supérieur) 19. Descendre la combinaison (glisser et rouler) en manipulant la partie interne jusque sous les genoux 20. S asseoir (tabouret propre) 21. Désinfecter la 1 ère paire de gants 22. Enfiler une paire de gants nitrile UU par-dessus la 1 ère paire de gants 23. Descendre la fermeture éclair des chaussures d intervention 24. Le superviseur met une paire de gants en nitrile 25. Le superviseur enlève les chaussures d intervention de l ambulancier, puis, retire les gants et se désinfecte les mains 26. Finir de retirer la combinaison en la roulant à l envers, sans toucher la partie externe 27. Eliminer la combinaison en la tenant par l intérieur 28. Enlever simultanément les deux paires de gants et les éliminer 29. Se désinfecter les mains 30. Enlever le masque (de l arrière vers l avant) en le prenant par les élastiques (ne pas toucher le masque) et l éliminer 31. Se désinfecter les mains et remettre les chaussures d intervention Page 8 / 11

9 Annexe 3 : Gestion des liquides biologiques Marche à suivre pour le retrait de la surblouse de protection en cours d intervention si présence de liquides biologiques Si en cours d intervention la surblouse de l ambulancier est légèrement contaminée (quelques gouttes) : prendre une lingette et tamponner. Ne pas la changer Si en cours d intervention la surblouse de l ambulancier est fortement contaminée par des liquides biologiques (vomissements), l ambulancier retire la surblouse selon la marche à suivre ci-dessous Cocher 1. Désinfecter les gants avec la solution hydro alcoolique 2. Mettre des gants nitrile à usage unique 3. Tamponner avec des lingettes désinfectantes les parties maculées par les liquides biologiques (vomissements) 4. Jeter les lingettes dans le conteneur rigide 5. Défaire le nœud de l attache ventrale 6. Croiser les bras sur les épaules 7. Retirer la surblouse en tirant d arrière vers avant 8. Enrouler la surblouse envers vers endroit et la jeter dans le conteneur 9. Désinfecter les gants nitriles 10. Retirer et jeter les gants en nitrile Marche à suivre si le patient doit uriner ou aller à la selle pendant le transport 1. Arrêter l ambulance dès que possible 2. Mettre un sachet vermagel dans un urinal ou un vase 3. Donner l urinal/vase au patient 4. Tendre le sac biohazard jaune au patient lorsqu il a terminé. Celui-ci dépose luimême son urinal/vase à l intérieur 5. Fermer le sac hermétiquement et le mettre dans le conteneur jaune «bio-hazard» 6. Reprendre la route Page 9 / 11

10 Annexe 4 : Entretien de l ambulance et retraitement du matériel Les personnes qui font l entretien de l ambulance portent l équipement de protection personnel (PPE) (mettre le PPE ou garder le PPE après transfert du patient) L entretien de l ambulance se fait de suite dans la zone dédiée au nettoyage des ambulances. Le matériel de l ambulance ne doit en aucun cas sortir de la zone de nettoyage sans un traitement préalable adapté. Avant de débute l entretien de l ambulance, avoir à disposition : 1. 2 conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» (celui de l ambulance et un supplémentaire) 2. Lingettes imprégnées de solution nettoyante désinfectante (utilisées en routine) 3. Mops jetables imprégnées de solution nettoyante désinfectante et balai trapèze 4. Bac contenant la solution de trempage : Deconnex 53 (2%) 5. 1 flacon de solution hydro alcoolique en réserve en plus de celui présent dans l ambulance 6. gants à usage unique Le «coach» de l Unité HPCI prépare la solution désinfectante pour trempage (Déconex 53 dilué à 2%) Page 10 / 11

11 Entretien de l ambulance et retraitement du matériel 1. Décrocher le filet de l ambulance et les sangles du brancard et les mettre à tremper durant au minimum 15 minutes dans le Deconnex 53 à 2% 2. Elimination du coussin du brancard et les couvertures dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» 3. Nettoyage du brancard à l aide de lingettes imprégnées de la solution nettoyante/désinfectante, y compris les roues 4. Elimination de tout le matériel utilisé dans le conteneur rigide jaune «Bio-Hazard» 5. Désinfection des gants 6. Mettre des gants nitrile UU (3 ème paire) 7. Enlever les protections plastiques de l habitacle de l ambulance en évitant de toucher la partie externe et les éliminer dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard». En cas de souillure des protections plastique (vomissements, sang), procéder au préalable à un nettoyage/désinfection de la protection plastique avec les lingettes imbibées de désinfectant 8. Retrait des gants (3 ème paire) nitrile UU 9. Remettre une nouvelle paire de gants nitrile UU (3 ème paire) 10. Nettoyage-désinfection des surfaces de l ambulance. Débuter par le plafond, en partant de l intérieur vers l extérieur de l ambulance. (Le nettoyage de la cellule sanitaire s effectue avec des lingettes et des mops imbibés de solution nettoyante/désinfectante) 11. Nettoyer-désinfecter le sol, de l intérieur vers l extérieur 12. Nettoyer-désinfecter le socle et les rails du brancard 13. Nettoyer-désinfecter l intérieur des portes de l ambulance 14. Les lingettes/mops sont éliminés dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio- Hazard» 15. Retirer l équipement de protection et l éliminer dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» (selon la procédure de déshabillage) 16. Mettre des gants en nitrile UU 17 Désinfecter les 2 tabourets avec des lingettes imprégnées de solution nettoyantedésinfectante 18. Désinfecter le manche du balai trapèze avec des lingettes imprégnées de solution nettoyante désinfectante 19. Mettre le manche du balai trapèze dans un sac jaune «Bio-Hazard» 20 Désinfecter avec des lingettes l extérieur du conteneur rigide jaune et couvercle 21. Retirer les gants et les éliminer dans le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» 22. Se désinfecter les mains avec la solution hydro alcoolique 23. Eliminer le flacon de solution hydro alcoolique dans conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» 24. Fermer hermétiquement le container 25. Se désinfecter les mains avec le 2 ème flacon de solution hydro alcoolique 26. Le brancard et le filet nettoyés/désinfectés sont réintroduits dans le véhicule 27. L ambulancier conducteur transporte le conteneur rigide jaune étiqueté «Bio-Hazard» ainsi que le sac contenant le manche du balai trapèze dans le SAS de la chambre du patient 28. Au retour dans le garage, procéder à une désinfection de la cellule sanitaire par nébulisation Page 11 / 11

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013 Introduction: Champ d application Version du 01.05.2013 Cette procédure est destinée à faire face à l arrivée d un patient potentiellement infecté par le virus Influenza A/H7N9. La survenue d un tel cas

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central avec valve antireflux Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous explique comment

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable

1 Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable Cathéter veineux central sans valve (irrigation avec héparine) Vous devez prendre un médicament à l aide d un perfuseur portable. Cette fiche vous

Plus en détail

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1

Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Ce que vous devez savoir pour prévenir le syndrome pulmonaire à Hantavirus (SPH) 1 Introduction : Le syndrome pulmonaire à Hantavirus est une maladie très grave mais rare dont on ne connaît que quatre

Plus en détail

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA

BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA BOITE A IMAGES PREVENTION DE LA MALADIE A VIRUS EBOLA INSTRUCTIONS À L ATTENTION DE L ANIMATEUR La boite à images pour la prévention de la FHVE (La Fièvre Ebola est une maladie épidémique, contagieuse

Plus en détail

Procédures Utilisation des laboratoires L2

Procédures Utilisation des laboratoires L2 N PROCEDURES Personnes page concernées I PROCEDURES D UTILISATION I-1 Entrée/sortie du personnel Utilisateurs 2 I-2 Utilisation d un PSM de type II Utilisateurs 3 I-3 Elimination des déchets solides Biologiques

Plus en détail

s-2-s... slide to save Sac pour traîner par terre et ainsi pour sauver des vies Mode d emploi et conseil d entretien

s-2-s... slide to save Sac pour traîner par terre et ainsi pour sauver des vies Mode d emploi et conseil d entretien s-2-s... slide to save Sac pour traîner par terre et ainsi pour sauver des vies Mode d emploi et conseil d entretien Un cd-rom est inclus dans ce mode d emploi. Voir aussi notre site (peut être copié)

Plus en détail

Vivre avec une prothèse du genou. Conseils pratiques

Vivre avec une prothèse du genou. Conseils pratiques Vivre avec une prothèse du genou Conseils pratiques Introduction Pourquoi cette brochure? Avant la pose de votre prothèse de genou, vous avez bénéficié d un cours. L objectif de ce document est de résumer

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

3.3. Techniques d installation. 3.3 Installation à bord du VSL. Quand Installation du patient à bord du Véhicule Sanitaire Léger.

3.3. Techniques d installation. 3.3 Installation à bord du VSL. Quand Installation du patient à bord du Véhicule Sanitaire Léger. L auxiliaire ambulancier 3e édition 3.3. Techniques d installation 3.3 Installation à bord du VSL Installation du patient à bord du Véhicule Sanitaire Léger. A Malgré que le transport en VSL soit destiné

Plus en détail

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde

infectieuses Le 7 mars 2013 DES ENFANTS EN SANTÉ ET EN SÉCURITÉ Un manuel sur la santé et la sécurité destiné aux fournisseurs de services de garde Quand vous accueillez les enfants le matin, prenez le temps d observer leur état de santé général. Tâchez de vous assurer qu ils sont assez bien pour participer pleinement au programme et qu ils n ont

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

RECHERCHE DES CONTACTS PENDANT UNE FLAMBÉE DE MALADIE À VIRUS ÉBOLA

RECHERCHE DES CONTACTS PENDANT UNE FLAMBÉE DE MALADIE À VIRUS ÉBOLA RECHERCHE DES CONTACTS PENDANT UNE FLAMBÉE DE MALADIE À VIRUS ÉBOLA Septembre 2014 Programme Surveillance des maladies et intervention Groupe Prévention et lutte contre les maladies transmissibles i RECHERCHE

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Guide Romand pour la prévention des infections liées aux soins 1 Préambule Ce document est destiné à tous les professionnels travaillant dans les structures

Plus en détail

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France?

Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées en réanimation en France? 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s de réanimation 2011 Sfar. Tous droits réservés. Quelles sont les maladies hautement contagieuses susceptibles d être hospitalisées

Plus en détail

6.2 Equipements de relevage et de brancardage du patient

6.2 Equipements de relevage et de brancardage du patient Le matériel embarqué conforme à la NF EN 1789 défini plusieurs type de lots de matériels (définis dans l arrêté du 10 février 2009). - Equipements de relevage et de brancardage du patient (cf. /.2). -

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport

Service d ambulance. Normes. de soins aux patients. et de transport Service d ambulance Normes de soins aux patients et de transport Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction des services de santé d urgence Avril 2000 (Mise à jour : octobre 2002) Soins

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

QCM : Hygiène et sécurité des enfants

QCM : Hygiène et sécurité des enfants QCM : Hygiène et sécurité des enfants 1. En jouant dans la cour, un enfant est tombé et son genou saigne. Quelques gravillons adhèrent à la plaie. Que faites-vous en premier? a. Vous appelez les parents.

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola

Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Ensemble de documents d orientation sur la maladie à virus Ebola Août 2014 l enfance aux enfants Organisation mondiale de la Santé 2014 Tous droits réservés. Les appellations employées dans la présente

Plus en détail

En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail.

En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail. En forme sur le lieu de travail! Un programme d exercices simples pour bouger davantage sur le lieu de travail. Introduction Chers lectrices et chers lecteurs, Adopter toujours les mêmes positions, notamment

Plus en détail

Cette page est TRES IMPORTANTE. La technique de lavage des mains doit être maitrisée et fait partie du contrôle de connaissance.

Cette page est TRES IMPORTANTE. La technique de lavage des mains doit être maitrisée et fait partie du contrôle de connaissance. Hygiène : Protection Module 3 Hygiène des mains Utilisation de gants Masque Blouse de protection Protection Isolement Bloc opératoire Hygiène des mains Les mains ne sont jamais totalement propres (c'est

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION

ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION ENTRETIEN DE LA SURFACE DE FINITION Lumec recommande fortement que vous fassiez l entretien de vos luminaires deux fois par année pour prolonger la beauté de leur surface

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

PROTHÈSE TOTALE DE LA HANCHE - RÉÉDUCATION

PROTHÈSE TOTALE DE LA HANCHE - RÉÉDUCATION PROTHÈSE TOTALE DE LA HANCHE - RÉÉDUCATION Service Orthopédie www.cliniquesdeleurope.be Site St-Michel 2 COMMENT MARCHER AVEC DES BÉQUILLES COMMENT MARCHER AVEC DES BÉQUILLES? AVEC 2 BÉQUILLES Pendant

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Distribution des médicaments & soins

Distribution des médicaments & soins 1 Distribution des médicaments & soins Medicart à tiroirs... 7 Medicart à volet roulant... 11 Accessoires...15 Medicart à tiroirs small... 23 Medicart à tiroirs double... 29 Chariots de soins ouverts...31

Plus en détail

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement THEME: INFORMATION DU PATIENT PAR LE TECHNICIEN POUR LA BONNE UTILISATION DES DISPOSITIFS D AUTO- SURVEILLANCE Yvon Séverin KOMBO, Jeanne MADZOUKA, Anicet Patrick MAPAKO PLAN I- Introduction II- Généralités

Plus en détail

Notice de montage DORMA AGILE 150 DORMOTION Montage mural

Notice de montage DORMA AGILE 150 DORMOTION Montage mural Notice de montage DORMA AGILE 150 DORMOTION Montage mural Sommaire : P2-3 Informations importantes P3 Outillage P4 Préparation du verre DORMOTION L P4 Contenu de la livraison P5 Préparation du verre DORMOTION

Plus en détail

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Atelier «Rencontre avec l Expert» Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Béatrice Croze, Christia Gheno, Bruno Jarrige Contexte Sujet d actualité Recommandations SF2H «Air Gouttelettes»

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015

Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 Gestion des cas d Ebola et de leurs contacts en Ontario Directives à l intention des bureaux de santé publique Le 27 août 2015 1 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Direction de la gestion

Plus en détail

Vivre avec une prothèse de hanche: mode d emploi. Information destinée aux patients

Vivre avec une prothèse de hanche: mode d emploi. Information destinée aux patients Information destinée aux patients Vivre avec une prothèse de hanche: mode d emploi Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Sommaire Introduction... 3 Préparation musculaire...

Plus en détail

Hygiène des véhicules de transport sanitaire

Hygiène des véhicules de transport sanitaire 2 0 0 4 Hygiène des véhicules 2 0 0 4 de transport sanitaire Sommaire Les fiches d enregistrement sont insérées dans le rabat en 3 ème de couverture. Préambule... 3 Étude préliminaire, objectifs... 3 Recommandations

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION ASPIRATEUR AVEC FILTRE A EAU

MANUEL D UTILISATION ASPIRATEUR AVEC FILTRE A EAU MANUEL D UTILISATION ASPIRATEUR AVEC FILTRE A EAU Attention : cet aspirateur ne peut pas être utilisé pour aspirer du liquide! REF. 700104 Voltage: 220-240V~, 50-60Hz - Puissance: 2400W Max. Isolation:

Plus en détail

Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté

Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté Exercices pour le cou Faites ces exercices 5 fois, de chaque côté 1. Dire NON Tournez lentement la tête vers la gauche, de façon à regarder par dessus votre épaule gauche. Ramenez votre tête au centre.

Plus en détail

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22

Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 1/22 Les Fourneaux de Marthe et Matthieu Edition 2009 Page 2/22 Introduction L ESAT les Fourneaux de Marthe et Matthieu propose une activité restauration

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Protection EPI, Equipements individuels

Protection EPI, Equipements individuels Protection EPI, Equipements individuels SECURITE ANTI CHUTE Réf: 12150 Longe polyamide 12 mm Longueur 1,50 m Réf: 15020 Cordage polyamide 15 mm Longueur 20 m Réf: 15030 Cordage polyamide 15 mm Longueur

Plus en détail

Demande de prestation de compensation du handicap. Évaluation de mes besoins Par Philaminte

Demande de prestation de compensation du handicap. Évaluation de mes besoins Par Philaminte Demande de prestation de compensation du handicap Évaluation de mes besoins Par Philaminte Sommaire Préparation...2 Éléments de réflexion, de description...2 Préquantification...4 Documents donnés lors

Plus en détail

JORF n 0060 du 12 mars 2009. Texte n 18

JORF n 0060 du 12 mars 2009. Texte n 18 Le 16 mars 2009 JORF n 0060 du 12 mars 2009 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 10 février 2009 fixant les conditions exigées pour les véhicules et les installations matérielles affectés aux transports sanitaires

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET»

PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET» PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET» Logique : développer et perfectionner les qualités de propulsions selon les exigences d un ballet. Parcours de 50m. Support musical et chorégraphique de

Plus en détail

Cerceau d exercice lesté

Cerceau d exercice lesté Cerceau d exercice lesté Inclut 8 exercices: p.2 Flexion latérale debout p.2 La Brasse debout p.3 Torsion de la colonne p.3 La Brasse à genoux p.3 Étirement des fléchisseurs des hanches p.4 Circuit équilibre

Plus en détail

GL5 GLS5. Lève-personnes mobiles

GL5 GLS5. Lève-personnes mobiles GL5 GLS5 Lève-personnes mobiles Lève-personnes mobile GL5 Les lève-personnes mobiles GL5 sont les alternatives au sol des appareils de levage fixés au plafond de la gamme de produits Guldmann. Depuis plus

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

ECHAUFFEMENT GENERALISE

ECHAUFFEMENT GENERALISE ECHAUFFEMENT L'échauffement, tout d abord généralisé, deviendra au fil des séances plus spécifique. L enseignant pourra donc choisir parmi les situations suivantes celle qui correspondent à un objectif

Plus en détail

Maintien. Maintien et Immobilisation

Maintien. Maintien et Immobilisation Maintien Maintien et Immobilisation Sangles de maintien pour fauteuil et lit Le système d attache rapide permet une fixation sûre et permanente des ceintures ARPEGIA. Dans tous les cas, une boucle unique

Plus en détail

Contrôle de l infection en cas de fièvre hémorragique virale

Contrôle de l infection en cas de fièvre hémorragique virale Contrôle de l infection en cas de fièvre hémorragique virale en milieu hospitalier africain Organisation Mondiale de la Santé U.S. DEPARTMENT OF HEALTH & HUMAN SERVICES Public Health Service CDC CENTERS

Plus en détail

MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale

MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale MATÉRIEL ORTHOPÉDIQUE Attelle thoraco-brachiale Définition : Une attelle thoraco-brachiale est un accessoire orthopédique qui sert à limiter les mouvements de l épaule afin de diminuer la douleur et faciliter

Plus en détail

Il est recommandé d organiser une formation de 2 à 3 heures avec les bénévoles afin de les aider à s approprier le guide du bénévole, de leur

Il est recommandé d organiser une formation de 2 à 3 heures avec les bénévoles afin de les aider à s approprier le guide du bénévole, de leur Il est recommandé d organiser une formation de 2 à 3 heures avec les bénévoles afin de les aider à s approprier le guide du bénévole, de leur rappeler les limites de leur mandat et de leur permettre de

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Guide d utilisation rapide. Machine à affranchir CourrierPRO

Guide d utilisation rapide. Machine à affranchir CourrierPRO Guide d utilisation rapide Machine à affranchir CourrierPRO Numéro de client : Numéro de timbre de la machine : Sommaire Présentation du système...p.3 Informations utiles...p.4 Sélection d un tarif postal.p.5

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit TRANSOIL 140 Page 1/6 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Non concerné 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA

Plus en détail

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou

Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Information destinée aux patients Votre rééducation après une opération du ligament croisé antérieur du genou Service de chirurgie orthopédique et traumatologie de l appareil moteur Objectif de votre rééducation

Plus en détail

I. L HYGIENE CORPORELLE

I. L HYGIENE CORPORELLE L HYGIENE AU SERVICE DU TATOUAGE 1) Un peu de vocabulaire pour se mettre d accord sur les mots : L Hygiène = c est une science qui a pour but d améliorer la santé et de la préserver. Microbe ( germe ou

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

NOTICE D'UTILISATION SI-BELL

NOTICE D'UTILISATION SI-BELL BIENVENUE Nous vous remercions d avoir acheté Si-Bell, une coupelle menstruelle en silicone souple de qualité médicale réutilisable à loisir. Elle est hypoallergique et sans latex. Si-Bell a été conçue

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures

Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures Compte tenu des conclusions de l étude par rapport à la flexibilité et la force des joueurs (voir dernière page),

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail