Hygiène des véhicules de transport sanitaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hygiène des véhicules de transport sanitaire"

Transcription

1 Hygiène des véhicules de transport sanitaire

2 Sommaire Les fiches d enregistrement sont insérées dans le rabat en 3 ème de couverture. Préambule... 3 Étude préliminaire, objectifs... 3 Recommandations générales... 5 Transports sanitaires et risques infectieux spécifiques... 7 Entretien quotidien du poste de conduite ou de pilotage... 9 Véhicules de catégorie A... 9 Caractéristiques Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Véhicules de catégorie C Caractéristiques Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Véhicules de catégorie D Caractéristiques Entretien quotidien et hebdomadaire Hélicoptère sanitaire Caractéristiques Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Fiches techniques Fiche technique n 1: procédure de lavage des mains Fiche technique n 1 bis: utilisation des produits pour le lavage des mains Fiche technique n 2: utilisation des détergents - désinfectants Fiche technique n 3: utilisation des détergents et de l eau de Javel Fiche technique n 4: élimination des déchets Annexes Fiche récapitulative des caractéristiques des trois catégories de véhicules de transport sanitaire terrestre Fiche récapitulative des équipements obligatoires des trois catégories de véhicules de transport sanitaire terrestre Glossaire Références... Dernière page page 1

3 Préambule, étude préliminaire, objectifs Préambule Comme pour les véhicules de catégorie A, utilisés par les SMUR, l hygiène de l ensemble des véhicules de transport sanitaire est devenue une préoccupation de chaque instant. Les véhicules de transport sanitaire et leurs «équipages» peuvent être sources de contamination du patient transporté et inversement un patient disséminateur peut contaminer le véhicule et son équipage. Depuis une dizaine d années, les soignants et les usagers des structures de soins sont sensibilisés à la maîtrise de la transmission des différents agents infectieux. Les ambulanciers des structures publiques et privées ont pour la plupart bénéficié de formations théoriques en hygiène hospitalière, mais les documents comprenant des fiches pratiques adaptées à leur fonctionnement quotidien sont rares. Les techniques simples permettant de maîtriser facilement les contaminations pouvant survenir dans les véhicules de transport sanitaire sont décrites dans ce document. Le but de ce travail est de répondre à l exigence légitime des usagers en matière de sécurité sanitaire et d obtenir la confiance du public dans la qualité de l hygiène des ambulances. Les ambulanciers, véritables auxiliaires des professionnels de santé, sont soucieux d intégrer leur métier dans la chaîne de prévention de la transmission des micro-organismes et ils en informeront leurs usagers. Étude préliminaire Afin de connaître l état des pratiques relatives au transport sanitaire, une étude préliminaire auprès d ambulanciers volontaires publics ou privés a été réalisée. Il s agissait, à l aide d un questionnaire élaboré à partir de données bibliographiques, d évaluer les pratiques portant sur les opérations d entretien réalisées sur chaque catégorie de véhicule : après chaque intervention ou utilisation, chaque jour, chaque semaine. Les fiches de recueil de ces données ont été complétées par les ambulanciers eux-mêmes. L analyse a mis en évidence une grande variabilité des pratiques dans: le mode et le rythme de changement des draps et des taies, le nettoyage et la désinfection du matériel à usage multiple, l hygiène des mains et des tenues, l entretien de la cellule sanitaire. Les causes essentielles identifiées étaient : le manque de procédures ou de modes opératoires de référence, le manque de connaissance des produits utilisés. Objectifs Faire une synthèse des recommandations préconisées pour assurer la maîtrise de la transmission des agents responsables d infection dans la pratique du transport sanitaire. aider les établissements de santé et les entreprises privées de transport sanitaire à élaborer leurs propres procédures en fonction de leurs situations ou priorités. Ce document présente les principes généraux applicables à tout type de transport sanitaire, et quelques mesures spécifiques adaptées aux bactéries multirésistantes aux antibiotiques, aux virus et aux ectoparasites. Il décrit brièvement chaque catégorie de véhicule avant de proposer les procédures s y rapportant. Suivent enfin des fiches concernant les produits utilisés, l élimination des déchets, le nettoyage du matériel réutilisable ainsi que des exemples de fiches de suivi des différentes opérations de nettoyage. page 3

4 Recommandations générales Elles s appliquent à tout type de véhicule de transport sanitaire. Les véhicules terrestres se répartissent en trois catégories, les catégories A, C et D. Les arrêtés du 20 mars et du 26 avril précisent les caractéristiques de chacune des catégories (cf. page 51). Les transports par hélicoptère sanitaire sont soumis, en outre, à l arrêté du 23 septembre Elles s adressent à l ensemble du personnel de transport sanitaire: Equipage transporteur (ASSU - Ambulance - Hélicoptère) - Chauffeur (VSL). Lavage des mains Tenue professionnelle Mesure essentielle de prévention de la transmission des micro-organismes, le lavage des mains est réalisé en respectant la procédure établie (cf. fiche technique n 1). Il est effectué: entre chaque transport au siège social de l entreprise ou de l établissement ou encore sur le lieu de transport, après chaque opération de nettoyage. En l absence de point d eau, et sur les mains non souillées, utiliser un gel ou une solution hydro-alcoolique (cf. fiche technique n 1 bis). La tenue professionnelle est adaptée, confortable et lessivable à 60 C. Elle est changée au moins quotidiennement et systématiquement en cas de souillure par du sang ou des liquides biologiques. Hygiène corporelle Nettoyage, désinfection Elle respecte les principes d hygiène individuelle élémentaire (douche quotidienne, ongles très courts, hygiène des mains). Porter des gants à usage unique (UU) pour l entretien quotidien et des gants de ménage pour l entretien approfondi, et se laver les mains après leur retrait. Commencer par le plus propre et aller vers le plus sale. Respecter les indications, les concentrations utiles et le mode d emploi des produits utilisés (cf. fiches techniques n 2 et n 3). Nettoyer avant de désinfecter (les désinfectants sont inactivés par les matières organiques). Ne pas mélanger les produits. Eliminer les déchets en respectant les filières d élimination (cf. fiche technique n 4). Evacuer le linge souillé directement dans des sacs plastiques. 1. Arrêté du 20 mars 1990 fixant les conditions exigées pour les véhicules et les installations matérielles affectés aux transports sanitaires terrestres. 2. Arrêté du 26 avril 1999 relatif à la formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de service mobile d urgence et de réanimation de la fonction publique hospitalière. 3. Arrêté du 23 septembre 1999 relatif aux conditions techniques d exploitation d hélicoptères par une entreprise de transport aérien public et son annexe (OPS 3 transport aérien public par hélicoptère). page 5

5 Transports sanitaires et risques infectieux spécifiques Bactéries multirésistantes Les bactéries sont dites multirésistantes aux antibiotiques (BMR) lorsque, du fait de l accumulation de résistances, elles ne sont plus sensibles qu à un petit nombre d antibiotiques habituellement utilisés en thérapeutique 4. En raison de la situation épidémiologique défavorable en France, les précautions «standard», applicables à tout patient, doivent être complétées par des mesures additionnelles spécifiques quand un patient est porteur d une BMR. Un logo spécifique apposé sur les documents accompagnant le patient signale à tous les personnels prenant en charge le patient, la stratégie de maîtrise de la diffusion des BMR à mettre en œuvre. Concernant les transports sanitaires, les mesures les plus importantes sont le lavage et la désinfection des mains après contact avec le patient et le bionettoyage méthodique du brancard. Dans certains cas d infection respiratoire, le patient portera un masque pour limiter la contamination du véhicule. Une bonne aération du véhicule, portes ouvertes, après la prise en charge d un tel patient, est préconisée. Virus Certains virus, fréquents chez les petits enfants, sont facilement disséminés et peuvent résister dans le milieu extérieur ou sur des textiles, et représentent donc un risque de grande contagiosité. Il s agit essentiellement du rotavirus qui provoque des diarrhées et du virus respiratoire syncytial (VRS) qui provoque des manifestations respiratoires (bronchiolites). En cas de transport d un jeune enfant présentant une bronchiolite ou d un patient présentant une gastro-entérite, il est important de prendre des mesures spécifiques. En pratique, il s agit des mêmes mesures que lors du transport d un patient porteur d une BMR. Il faut donc insister sur la désinfection des mains, changer tout le linge et effectuer un bionettoyage méthodique du brancard ou du siège si nettoyable. Ectoparasites Sont dénommés «ectoparasites», les insectes ou les acariens capables de parasiter la peau, les poils ou les cheveux des êtres humains. En pratique médicale courante, il s agit essentiellement des poux, des puces et des sarcoptes agents de la gale. Ces parasites ont en commun la faculté de contaminer facilement les textiles en contact avec les patients. Théoriquement, une fois le diagnostic posé, le patient ne devrait être transporté qu après un traitement acaricide ou insecticide et un changement complet de ses vêtements. Les précautions habituelles communes à tous les patients s appliquent. Le problème est celui de la découverte de l infestation parasitaire à l occasion du transport sanitaire ou juste après le transport. Tout le linge est considéré comme contaminé, il doit être traité par une poudre ou un spray insecticide ou acaricide et mis pendant 48 heures dans un sac plastique étiqueté, avant d être lavé selon la procédure habituelle. La cellule sanitaire ou tout le véhicule, selon le cas, doit être traitée par un insecticide ou un acaricide en spray, ceci avant un bionettoyage complet avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. Ces opérations sont effectuées avec une sur-blouse et des gants non stériles à usage unique. Si la blouse est à usage multiple, elle est traitée selon les modalités applicables au linge. Il est impératif de respecter le mode d emploi des sprays insecticides. 4. Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes - Recommandations pour les Établissements de Santé - CTIN page 7

6 Entretien quotidien du poste de conduite ou de pilotage Toutes catégories de véhicules Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Sièges et sol Tableau de bord Volant, manche, manettes Levier de vitesses Frein à main, frein rotor Portes intérieures et poignées Nécessaire de communication fixe Téléphone mobile Sièges Sol Méthode Aspirer méthodiquement (corps de l aspirateur à l extérieur du véhicule). Soit Nettoyer avec détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Soit Utiliser des lingettes pré-imprégnées de détergent-désinfectant satisfaisant aux principales normes anti-microbiennes. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers (selon la nature du revêtement). Véhicules de catégorie A Caractéristiques... page 11 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation... page 13 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire... page 15 page 9

7 Caractéristiques Dénomination assu: Ambulance de Secours et de Soins d Urgence. Définition Véhicule exclusivement réservé au transport d un patient unique en position allongée, permettant d effectuer en permanence des soins d urgence, des gestes infirmiers et médicaux et des actes de petite chirurgie. Missions Type 1: de première intention pour des urgences médicales et chirurgicales. Type 2: transfert secondaire vers des services ou des centres spécialisés. Équipage Au moins deux personnes dont l une est titulaire du Certificat de Capacité Ambulancier (CCA). L autre personne doit posséder: soit un Brevet National de Secourisme (BNS), soit une Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS), soit du Certificat de Sauveteur Secouriste de Travail (CSST), soit la carte d auxiliaire sanitaire. En Service Mobile d Urgence et de Réanimation (SMUR): Au moins trois personnes: Une personne titulaire du CCA SMUR ou un sapeur pompier, un médecin et une infirmière (anesthésiste). Équipement obligatoire Cellule sanitaire Siège d accompagnateur. Lavabo, réserve d eau, tuyau, réceptacle à eaux usées. Bouches de soufflage et d extraction d air. Tiroirs et placards. Matériel Brancard. Matelas immobilisateur à dépression. Pied à sérum. Dispositif d aspiration des mucosités. Dispositif mobile d oxygénothérapie. Dispositifs médicaux réutilisables. Matériel de réanimation adapté à l intervention (SMUR). Accessoires Couverture lavable et désinfectable enveloppée d un drap. Drap et taie d oreiller. Conteneur pour objets piquants ou tranchants. Matériel à usage unique (pansements, protections, couverture isotherme...). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). page 11

8 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Méthode Lieu Draps et taie d oreiller Objets piquants ou tranchants Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers Urinal, bassin, cuvette réniforme (de préférence à usage unique) Matelas immobilisateur à dépression Brancard Pied à sérum Siège d accompagnateur Évacuer dans un sac plastique fermé en attente d acheminement à la blanchisserie, selon la procédure d entretien du linge. Dans un collecteur spécifique fermé de manière provisoire. (circulaire du ) Évacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adéquate. (cf. fiche technique n 4) Si matériel réutilisable: vider, rincer, mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Dans la cellule sanitaire ou sur le lieu de transport Au domicile Dispositif mobile d oxygénothérapie Dispositif d aspiration de mucosités (il est recommandé de disposer de dispositifs de recueil à usage unique) Dispositif médical réutilisable Lavabo Poignées de portes Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers compatible avec le matériau et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant sans rinçage pour dispositif médical, compatible avec le matériau, et un support absorbant à usage unique. Évacuer dans un emballage étanche en attendant le nettoyage-désinfection par trempage au siège social. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 13

9 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Parois verticales Vitres Sol Réserve d eau Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Nettoyer avec le produit à vitres. Utiliser un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers en cas de souillures biologiques. Dépoussiérer le sol: aspirer en laissant le corps de l aspirateur à l extérieur du véhicule dans la mesure du possible, ou effectuer un balayage humide. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. Vider, rincer et remplir d eau propre. Nettoyer avec un détergent, rincer puis, désinfecter à l aide d une solution d eau de Javel l intérieur et l extérieur. (cf. fiche technique n 3) Laisser en contact 15 mn, bien rincer et remplir à nouveau le réservoir. Réceptacle d eaux usées Couverture enveloppée d un drap Collecteurs d objets piquants ou tranchants Tiroirs et placards Matériel de la cellule sanitaire Bouches de soufflage et d extraction d air Vider, nettoyer avec un détergent, rincer, puis désinfecter avec une solution d eau de Javel. (cf. fiche technique n 3) Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Évacuer la couverture dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Fermer le collecteur (fermeture définitive) Évacuer selon le circuit des déchets d activités de soins à risque infectieux (DASRI). (cf. fiche technique n 4) Tout vider. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Tout sortir. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. (cf. fiche technique n 2) Aspirer. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 15

10 Véhicules de catégorie C Caractéristiques... page 19 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation... page 21 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire... page 23 page 17

11 Caractéristiques Dénomination Ambulance. Définition Véhicule destiné au transport d un patient unique, sauf pour une mère et son nouveau né ou pour des nouveaux-nés de la même fratrie. Missions Transport de patient allongé. Équipage Deux personnes dont une est titulaire du CCA, l autre est titulaire du Brevet National de Secourisme (BNS) ou de l Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS), du Certificat de Sauveteur Secouriste du Travail (CSST) ou de la carte d auxiliaire sanitaire. Équipement obligatoire Cellule sanitaire Siège d accompagnateur. Tiroirs et placards. Matériel Brancard. Pied à sérum. Dispositif d aspiration des mucosités. Dispositif mobile d oxygénothérapie. Dispositifs médicaux réutilisables. Accessoires Couverture lavable et désinfectable enveloppée d un drap. Drap et taie d oreiller. Matériel à usage unique (pansements, protections, couverture isotherme...). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). page 19

12 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Méthode Lieu Draps et taie d oreiller Objets piquants ou tranchants Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers Urinal, bassin, cuvette réniforme (de préférence à usage unique) Brancard Pied à sérum Siège d accompagnateur Évacuer dans un sac plastique fermé en attente d acheminement à la blanchisserie, selon la procédure d entretien du linge. Dans un collecteur spécifique fermé provisoirement. (circulaire du ) Évacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adaptée. (cf. fiche technique n 4) Si matériel réutilisable: vider, rincer, mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Dans la cellule sanitaire Dans la cellule sanitaire ou sur le lieu de transport Au domicile Dispositif mobile d oxygénothérapie Dispositif d aspiration de mucosités (il est recommandé de disposer de dispositifs de recueil à usage unique) Dispositif médical réutilisable Poignées de portes Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical compatible avec le matériau et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical, compatible avec le matériau, et un support absorbant à usage unique. Évacuer dans un emballage étanche en attendant le nettoyage-désinfection par trempage au siège social. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 21

13 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Parois verticales Vitres Sol Couverture enveloppée d un drap Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Nettoyer avec le produit à vitres. Utiliser un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers en cas de souillures par un liquide biologique. Dépoussiérer le sol: aspirer en laissant le corps de l aspirateur à l extérieur du véhicule dans la mesure du possible, ou effectuer un balayage humide. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Évacuer la couverture dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Collecteurs d objets piquants ou tranchants Tiroirs et placards Matériel de la cellule sanitaire Fermer le collecteur (fermeture définitive) Évacuer selon le circuit des déchets d activités de soins à risque infectieux (DASRI). (cf. fiche technique n 4) Tout vider. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Tout sortir. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. (cf. fiche technique n 2) Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 23

14 Véhicules de catégorie D Caractéristiques... page 27 Entretien quotidien et hebdomadaire... page 27 page 25

15 Caractéristiques Dénomination Définition Missions Équipage Équipement obligatoire Accessoires VSL: Véhicule Sanitaire Léger. Véhicule de même type que les voitures particulières. Le transport simultané de plusieurs patients est autorisé. Transport de patients en position assise. Une personne titulaire au moins du Brevet National de Secourisme (BNS), de l Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS), du Certificat de Sauveteur Secouriste du Travail (CSST) ou de la carte d auxiliaire sanitaire. Nécessaire de secours d urgence à usage unique (pansements, protections, couverture isotherme). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). Entretien quotidien et hebdomadaire Réalisé sous la responsabilité du chauffeur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Sièges et sol Tableau de bord Volant Levier de vitesses Frein à main Portes intérieures et poignées Nécessaire de radio commande Téléphone mobile Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers En cas d utilisation: Urinal, bassin, cuvette réniforme (s il ne s agit pas d usage unique) Aspirer. Nettoyer avec un détergent ou un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. En cas d utilisation: Evacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adaptée (cf. fiche technique n 4) Vider, rincer. Mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical Sortir le tapis et faire une aspiration complète. Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner le véhicule si nécessaire. page 27

16 Hélicoptère sanitaire Caractéristiques... page 31 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation... page 33 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire... page 35 page 29

17 Caractéristiques Dénomination Hélicoptère sanitaire. Définition Aéronef biturbine exclusivement réservé au transport d un patient unique en position allongée, permettant d effectuer en permanence des soins d urgence, des gestes infirmiers et médicaux. Missions Intervention de première intention pour des urgences médicales et chirurgicales. Transfert secondaire vers des services ou des centres spécialisés. Équipage Un pilote commandant de bord SMUH (Service Mobile d Urgence par Hélicoptère). Un médecin. Une infirmière (anesthésiste). Équipement obligatoire Cellule sanitaire 2 sièges d accompagnateur. Réceptacle d eaux usées. Bouches de soufflage et d extraction d air. Tiroirs et placards. Matériel Brancard. Matelas immobilisateur à dépression. Dispositif d aspiration des mucosités. Dispositif mobile d oxygénothérapie. Dispositifs médicaux réutilisables. Matériel de réanimation adapté à l intervention. Accessoires Couverture enveloppée d un drap. Drap et taie d oreiller. Conteneur pour objets piquants ou tranchants. Matériel à usage unique (pansements, protection, couverture isotherme...). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). page 31

18 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Méthode Lieu Draps et taie d oreiller Objets piquants ou tranchants Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers Urinal, bassin, cuvette réniforme (de préférence à usage unique) Brancard Matelas immobilisateur à dépression Sièges d accompagnateur Évacuer dans un sac plastique fermé en attente d acheminement à la blanchisserie, selon la procédure d entretien du linge. Dans un collecteur spécifique fermé de manière provisoire. (circulaire du ). Évacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adaptée. (cf. fiche technique n 4) Si matériel réutilisable: vider, rincer, mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Dans la cellule sanitaire Dans la cellule sanitaire Dispositif mobile d oxygénothérapie Dispositif d aspiration de mucosités (il est recommandé de disposer de dispositifs de recueil à usage unique) Dispositif médical réutilisable Couverture enveloppée d un drap Poignées de portes Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers compatible avec le matériau et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant sans rinçage pour dispositif médical, compatible avec le matériau, et un support absorbant à usage unique. Évacuer dans un emballage étanche en attendant le nettoyage-désinfection par trempage au siège social. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Évacuer la couverture dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 33

19 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Réalisé au siège social sous la responsabilité de l équipage transporteur. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Parois verticales Vitres Sol Couverture enveloppée d un drap Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Nettoyer avec un produit à vitres. Utiliser un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers si souillures biologiques. Dépoussiérer le sol: aspirer en laissant le corps de l aspirateur à l extérieur de l hélicoptère dans la mesure du possible, ou effectuer un balayage humide. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. (cf fiche technique n 2) Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Évacuer dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Collecteurs d objets piquants ou tranchants Tiroirs et placards Matériel de la cellule sanitaire Réceptacle d eaux usées (le cas échéant) Vidanger et nettoyer. Fermer le collecteur (fermeture définitive) Évacuer selon le circuit des déchets d activités de soins à risque infectieux (DASRI). (cf. fiche technique n 4) Tout vider. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Tout sortir. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Vider, nettoyer avec un détergent, rincer puis désinfecter avec une solution d eau de Javel. (cf. fiche technique n 3) Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 35

20 Fiches techniques FICHE TECHNIQUE N 1: Procédure de lavage des mains... page 39 FICHE TECHNIQUE N 1 BIS : Utilisation des produits pour le lavage des mains... page 41 FICHE TECHNIQUE N 2 : Utilisation des détergents - désinfectants... page 43 FICHE TECHNIQUE N 3 : Utilisation des détergents et de l eau de Javel... page 45 FICHE TECHNIQUE N 4 : Élimination des déchets... page 45 page 37

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

en guise d introduction.

en guise d introduction. Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Hygiène et transport sanitaire

Hygiène et transport sanitaire MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE MINISTERE DIRECTION REGIONALE DE BIZERTE SERVICE REGIONAL D HYGIENE DU MILIEU Série des manuels d hygiène hospitalière SAMU Manuel 5 Hygiène et transport sanitaire Année

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

I. L HYGIENE CORPORELLE

I. L HYGIENE CORPORELLE L HYGIENE AU SERVICE DU TATOUAGE 1) Un peu de vocabulaire pour se mettre d accord sur les mots : L Hygiène = c est une science qui a pour but d améliorer la santé et de la préserver. Microbe ( germe ou

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux

Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Précautions standard d hygiène au cœur de la prévention du risque infectieux Ivana Novakova, Arlin IDF ivana.novakova@sap.aphp.fr arlin.idf@sap.aphp.fr La vie en EHPAD: modèle de tous les paradoxes et

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Journée de formation du RRESO Brest le 24 mai 2007 Jean-Christophe HILAIRE Cadre infirmier Service hygiène hospitalière Centre Hospitalier de

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne

Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD. MISSIONS de l ARLIN Bretagne Entretien des DM Entretien des locaux Gestion du linge Gestion des déchets Gestion de la qualité de l eau EN EHPAD MISSIONS de l ARLIN Bretagne Conseils et assistance aux ES et aux EHPAD FAM MAS Animation

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME

Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Prévention du risque infectieux en EHPAD, MAS, FAM et IME Équipe: Dr Elise Seringe elise.seringe@sap.aphp.fr Ivana Novakova ivana.novakova@sap.aphp.fr 01 40 27 42 53 arlin.idf@sap.aphp.fr C CLINs de FRANCE

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX (EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3 ) Référentiels des pratiques V 2011-02-02 EHPAD 1 = Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes MAS

Plus en détail

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux

Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Kit BMR/BHRe pour les établissements médico-sociaux Etablissements d Hébergement de Personnes Agées Dépendantes, Foyers d Accueil Médicalisés et Maisons d Accueil Spécialisées, Instituts Médico-Educatifs

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect

EBOLA - épidémie 2014 - Transport en ambulance d'un cas suspect Virus Ebola Transmission : de personne à personne lors de contact avec liquides biologiques du malade (sang, excréments, vomissures, urine, salive, sperme). Incubation : de quatre à dix jours, au max 21

Plus en détail

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE

L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE LUTTE CONTRE L INFECTION EN PERIODE PERI-OPERATOIRE mars 2010 L ENTRETIEN DES LOCAUX ET DES EQUIPEMENTS AU BLOC OPERATOIRE F. DUBOURDIEU Unité d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Civils de Colmar Sommaire

Plus en détail

Entretien des différents locaux

Entretien des différents locaux Fiche Pratique Entretien des différents locau Il n'eiste pas " la technique", mais plusieurs techniques qui seront élaborées sous forme de mode opératoire en tenant compte des contraintes du contete. Cependant,

Plus en détail

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX Bionettoyage REGARD A., LYON Juillet 2010 Il n'eiste pas " la technique", mais plusieurs techniques qui seront élaborées sous forme de mode opératoire en tenant compte des

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3. Référentiels des pratiques GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD 1, MAS 2 et FAM 3 Référentiels des pratiques Juillet 2009 EHPAD 1 = Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes MAS 2 = Maison d accueil spécialisé

Plus en détail

BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009

BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009 PS ENS-ENT 010 V1 BIONETTOYAGE EN SOINS DE SUITE 2009 n page 1/14 OBJET Améliorer la qualité de l'environnement du patient, contribuant ainsi à diminuer le risque d'infection. En cohérence avec le manuel

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde

Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Le Conseil Général ménage votre santé! Cahier des bonnes pratiques pour un nettoyage écologique des locaux du Conseil Général de la Gironde Sommaire 1. Pourquoi créer ce cahier pratique du nettoyage écologique?

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1)

Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) Établissements d hébergement pour personnes handicapées Conduite à tenir en cas de grippe A (H1N1) La grippe est une infection respiratoire aiguë très contagieuse et les mesures à mettre en œuvre s inscrivent

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER 4 Le Pas du Château 85670 SAINT PAUL MONT PENIT TEL : 02-51-98-55-64 FAX : 02-51-98-59-07 EMAIL : info@medicatlantic.fr Site Internet : http//: www.winncare.fr MANUEL D UTILISATION Des Systèmes d Aide

Plus en détail

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse

Document actualisé en 09/2013 par le Service Médical des Élèves - DSDEN31-Toulouse CONDUITES A TENIR EN CAS DE MALADIES TRANSMISSIBLES DANS UNE COLLECTIVITE D ENFANTS d après le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (28/09/12) 1/9 L application des mesures d hygiène en collectivité

Plus en détail

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX

C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 2. H 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 23 C.CLIN Ouest. Hygiène des structures d hébergement pour personnes âgées. 2002 2. HYGIÈNE DES LOCAUX 2.1 Classification des locaux par zone 2.2 Fréquence du nettoyage par local

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Hygiène et prévention des infections nosocomiales. tiré à part 2009. Fiches réalisées en partenariat avec la MNH CEFIEC

Hygiène et prévention des infections nosocomiales. tiré à part 2009. Fiches réalisées en partenariat avec la MNH CEFIEC tiré à part 2009 www.em-consulte.com/produit/sasoi 62320 CEFIEC Fiches réalisées en partenariat avec la MNH 1 2 SOiNS Aides-soignantes 3 4 SOiNS Aides-soignantes SOiNS Aides-soignantes 5 fiches 3/6 L hygiène

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire

IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire IBCP- Service Culture Cell- Règlement Intérieur des laboratoires de culture cellulaire Table des matières I -Liste des laboratoires de culture cellulaire de l IBCP :... 2 II -Conditions requises pour l

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical

Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Hygiène et prévention du risque infectieux en cabinet médical ou paramédical Recommandations Juin 2007 Avec le partenariat méthodologique et le concours financier de la

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Le nettoyage des chambres en maison de retraite

Le nettoyage des chambres en maison de retraite Le nettoyage des chambres en maison de retraite Document stagiaire 1 P a g e I. Module I : Notions élémentaires de bionettoyage Les EHPAD sont des structures où les personnes âgées, souvent dépendantes,

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

Chapitre II : Gestion de l environnement et des circuits

Chapitre II : Gestion de l environnement et des circuits Chapitre II : Gestion de l environnement et des circuits Fiche n II.1 : Entretien des locaux Fiche n II.2 : Hygiène en restauration Fiche n II.3 : Gestion du linge Fiche n II.4 : Gestion des déchets Fiche

Plus en détail

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION

NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION NETTOYAGE ET CONDITIONNEMENT DU MATERIEL DE SOINS EN VUE DE LA STERILISATION OBJECTIFS SPECIFIQUES : ENUMERER SANS ERREUR LES ELEMENTS QUI COMPOSENT LE MATERIEL COURANT DE SOINS EXPLIQUER CHACUNE DES TECHNIQUES

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

PRINCIPALES TECHNIQUES D'ENTRETIEN

PRINCIPALES TECHNIQUES D'ENTRETIEN PRINCIPALES TECHNIQUES D'ENTRETIEN Bionettoyage REGARD A., LYON Janvier 2010 Techniques et méthodes I. Entretien des surfaces «hors sol» 1) Essuyage humide des surfaces au quotidien Enlever les salissures

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX

2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX Hygiène des soins infirmiers en ambulatoire - C.CLIN-Ouest 2002 2. HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX LES PRECAUTIONS STANDARD Objectif : Protéger systématiquement tous les patients et tous les

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

Gestion des chantiers de propreté

Gestion des chantiers de propreté Gestion des chantiers de propreté 13.12.18 PATRICE HARDOUIN 18 décembre 2013 Légende Abréviation Table des matières I - Organisation et contenu des chantiers de propreté 5 II - Protocoles d'entretien par

Plus en détail

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B.

C. difficile. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le. à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. Réponses aux questions les plus fréquemment posées sur le C. difficile à l Hôpital général juif HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF SIR MORTIMER B. DAVIS HÔPITAL D ENSEIGNEMENT DE L UNIVERSITÉ MCGILL www.jgh.ca 1. CLOSTRIDIUM

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Agent d entretien des locaux

Agent d entretien des locaux Agent d entretien des locaux L entretien des locaux (bureaux, écoles, salles polyvalentes, structures sanitaires, gymnases ) nécessite l emploi de techniques, de produits et de matériels spécifiques qui

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD MC.PERROSSIER IFSI Croix Rouge VALENCE AU DELÀ DE NOS FRONTIÈRES Etudiants IDE 2 année

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX 3.08

ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX 3.08 ENTRETIEN DES DIFFERENTS LOCAUX 3.08 Il n'eiste pas " la technique", mais plusieurs techniques qui seront élaborées sous forme de mode opératoire en tenant compte des contraintes du contete. Cependant,

Plus en détail

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

Gestion de la crise sanitaire grippe A

Gestion de la crise sanitaire grippe A Gestion de la crise sanitaire grippe A Sommaire de la présentation Nature du risque lié au virus A H1N1 Plan gouvernemental de pandémie grippale Mesures de protection Historique de la grippe La grippe

Plus en détail

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais

La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais 14 besoins fondamentaux selon Virginia Henderson La gestion des excreta en région Nord-Pas de Calais Journée EHPAD Ile de France 03 avril 2014 Nouara Baghdadi pour le groupe de travail Nord Pas de Calais

Plus en détail

Audit précautions standard. Rapport national 2011

Audit précautions standard. Rapport national 2011 Audit précautions standard Rapport national 211 Octobre 212 COORDONNATEURS DE L AUDIT GIARD Marine, praticien en hygiène hospitalière, CClin Sud-Est LAPRUGNE-GARCIA Elisabeth, cadre supérieur de santé

Plus en détail

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates.

LAVAGE À LA MAIN Recommandé pour les pièces imprimées multicolores et les pièces délicates. SOINS GENERAUX Lisez attentivement les étiquettes des vêtements Respectez toujours les recommandations des fabricants des machines à laver. Dissolvez bien les détergents pour que ceux-ci ne forment pas

Plus en détail

PRATIQUES D HYGIENED. en établissement d hébergement pour personnes âgées

PRATIQUES D HYGIENED. en établissement d hébergement pour personnes âgées PRATIQUES D HYGIENED en établissement d hébergement pour personnes âgées R DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES MIDI-PYRENEES Commission de Coordination Régionale des Vigilances Centre

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

NEW GENERATION. Protection 4U

NEW GENERATION. Protection 4U Protection 4U A NEW GENERATION FR Certified System Protection 4U A New Generation! Unident S.A., basée à Genève (Suisse), a été fondée en 1970, et s est depuis fait une place parmi les leaders du secteur

Plus en détail

JORF n 0060 du 12 mars 2009. Texte n 18

JORF n 0060 du 12 mars 2009. Texte n 18 Le 16 mars 2009 JORF n 0060 du 12 mars 2009 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 10 février 2009 fixant les conditions exigées pour les véhicules et les installations matérielles affectés aux transports sanitaires

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement

PLAN (suite) PLAN. PLAN (suite) III- Développement THEME: INFORMATION DU PATIENT PAR LE TECHNICIEN POUR LA BONNE UTILISATION DES DISPOSITIFS D AUTO- SURVEILLANCE Yvon Séverin KOMBO, Jeanne MADZOUKA, Anicet Patrick MAPAKO PLAN I- Introduction II- Généralités

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail