Hygiène des véhicules de transport sanitaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hygiène des véhicules de transport sanitaire"

Transcription

1 Hygiène des véhicules de transport sanitaire

2 Sommaire Les fiches d enregistrement sont insérées dans le rabat en 3 ème de couverture. Préambule... 3 Étude préliminaire, objectifs... 3 Recommandations générales... 5 Transports sanitaires et risques infectieux spécifiques... 7 Entretien quotidien du poste de conduite ou de pilotage... 9 Véhicules de catégorie A... 9 Caractéristiques Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Véhicules de catégorie C Caractéristiques Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Véhicules de catégorie D Caractéristiques Entretien quotidien et hebdomadaire Hélicoptère sanitaire Caractéristiques Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Fiches techniques Fiche technique n 1: procédure de lavage des mains Fiche technique n 1 bis: utilisation des produits pour le lavage des mains Fiche technique n 2: utilisation des détergents - désinfectants Fiche technique n 3: utilisation des détergents et de l eau de Javel Fiche technique n 4: élimination des déchets Annexes Fiche récapitulative des caractéristiques des trois catégories de véhicules de transport sanitaire terrestre Fiche récapitulative des équipements obligatoires des trois catégories de véhicules de transport sanitaire terrestre Glossaire Références... Dernière page page 1

3 Préambule, étude préliminaire, objectifs Préambule Comme pour les véhicules de catégorie A, utilisés par les SMUR, l hygiène de l ensemble des véhicules de transport sanitaire est devenue une préoccupation de chaque instant. Les véhicules de transport sanitaire et leurs «équipages» peuvent être sources de contamination du patient transporté et inversement un patient disséminateur peut contaminer le véhicule et son équipage. Depuis une dizaine d années, les soignants et les usagers des structures de soins sont sensibilisés à la maîtrise de la transmission des différents agents infectieux. Les ambulanciers des structures publiques et privées ont pour la plupart bénéficié de formations théoriques en hygiène hospitalière, mais les documents comprenant des fiches pratiques adaptées à leur fonctionnement quotidien sont rares. Les techniques simples permettant de maîtriser facilement les contaminations pouvant survenir dans les véhicules de transport sanitaire sont décrites dans ce document. Le but de ce travail est de répondre à l exigence légitime des usagers en matière de sécurité sanitaire et d obtenir la confiance du public dans la qualité de l hygiène des ambulances. Les ambulanciers, véritables auxiliaires des professionnels de santé, sont soucieux d intégrer leur métier dans la chaîne de prévention de la transmission des micro-organismes et ils en informeront leurs usagers. Étude préliminaire Afin de connaître l état des pratiques relatives au transport sanitaire, une étude préliminaire auprès d ambulanciers volontaires publics ou privés a été réalisée. Il s agissait, à l aide d un questionnaire élaboré à partir de données bibliographiques, d évaluer les pratiques portant sur les opérations d entretien réalisées sur chaque catégorie de véhicule : après chaque intervention ou utilisation, chaque jour, chaque semaine. Les fiches de recueil de ces données ont été complétées par les ambulanciers eux-mêmes. L analyse a mis en évidence une grande variabilité des pratiques dans: le mode et le rythme de changement des draps et des taies, le nettoyage et la désinfection du matériel à usage multiple, l hygiène des mains et des tenues, l entretien de la cellule sanitaire. Les causes essentielles identifiées étaient : le manque de procédures ou de modes opératoires de référence, le manque de connaissance des produits utilisés. Objectifs Faire une synthèse des recommandations préconisées pour assurer la maîtrise de la transmission des agents responsables d infection dans la pratique du transport sanitaire. aider les établissements de santé et les entreprises privées de transport sanitaire à élaborer leurs propres procédures en fonction de leurs situations ou priorités. Ce document présente les principes généraux applicables à tout type de transport sanitaire, et quelques mesures spécifiques adaptées aux bactéries multirésistantes aux antibiotiques, aux virus et aux ectoparasites. Il décrit brièvement chaque catégorie de véhicule avant de proposer les procédures s y rapportant. Suivent enfin des fiches concernant les produits utilisés, l élimination des déchets, le nettoyage du matériel réutilisable ainsi que des exemples de fiches de suivi des différentes opérations de nettoyage. page 3

4 Recommandations générales Elles s appliquent à tout type de véhicule de transport sanitaire. Les véhicules terrestres se répartissent en trois catégories, les catégories A, C et D. Les arrêtés du 20 mars et du 26 avril précisent les caractéristiques de chacune des catégories (cf. page 51). Les transports par hélicoptère sanitaire sont soumis, en outre, à l arrêté du 23 septembre Elles s adressent à l ensemble du personnel de transport sanitaire: Equipage transporteur (ASSU - Ambulance - Hélicoptère) - Chauffeur (VSL). Lavage des mains Tenue professionnelle Mesure essentielle de prévention de la transmission des micro-organismes, le lavage des mains est réalisé en respectant la procédure établie (cf. fiche technique n 1). Il est effectué: entre chaque transport au siège social de l entreprise ou de l établissement ou encore sur le lieu de transport, après chaque opération de nettoyage. En l absence de point d eau, et sur les mains non souillées, utiliser un gel ou une solution hydro-alcoolique (cf. fiche technique n 1 bis). La tenue professionnelle est adaptée, confortable et lessivable à 60 C. Elle est changée au moins quotidiennement et systématiquement en cas de souillure par du sang ou des liquides biologiques. Hygiène corporelle Nettoyage, désinfection Elle respecte les principes d hygiène individuelle élémentaire (douche quotidienne, ongles très courts, hygiène des mains). Porter des gants à usage unique (UU) pour l entretien quotidien et des gants de ménage pour l entretien approfondi, et se laver les mains après leur retrait. Commencer par le plus propre et aller vers le plus sale. Respecter les indications, les concentrations utiles et le mode d emploi des produits utilisés (cf. fiches techniques n 2 et n 3). Nettoyer avant de désinfecter (les désinfectants sont inactivés par les matières organiques). Ne pas mélanger les produits. Eliminer les déchets en respectant les filières d élimination (cf. fiche technique n 4). Evacuer le linge souillé directement dans des sacs plastiques. 1. Arrêté du 20 mars 1990 fixant les conditions exigées pour les véhicules et les installations matérielles affectés aux transports sanitaires terrestres. 2. Arrêté du 26 avril 1999 relatif à la formation d adaptation à l emploi des conducteurs ambulanciers de service mobile d urgence et de réanimation de la fonction publique hospitalière. 3. Arrêté du 23 septembre 1999 relatif aux conditions techniques d exploitation d hélicoptères par une entreprise de transport aérien public et son annexe (OPS 3 transport aérien public par hélicoptère). page 5

5 Transports sanitaires et risques infectieux spécifiques Bactéries multirésistantes Les bactéries sont dites multirésistantes aux antibiotiques (BMR) lorsque, du fait de l accumulation de résistances, elles ne sont plus sensibles qu à un petit nombre d antibiotiques habituellement utilisés en thérapeutique 4. En raison de la situation épidémiologique défavorable en France, les précautions «standard», applicables à tout patient, doivent être complétées par des mesures additionnelles spécifiques quand un patient est porteur d une BMR. Un logo spécifique apposé sur les documents accompagnant le patient signale à tous les personnels prenant en charge le patient, la stratégie de maîtrise de la diffusion des BMR à mettre en œuvre. Concernant les transports sanitaires, les mesures les plus importantes sont le lavage et la désinfection des mains après contact avec le patient et le bionettoyage méthodique du brancard. Dans certains cas d infection respiratoire, le patient portera un masque pour limiter la contamination du véhicule. Une bonne aération du véhicule, portes ouvertes, après la prise en charge d un tel patient, est préconisée. Virus Certains virus, fréquents chez les petits enfants, sont facilement disséminés et peuvent résister dans le milieu extérieur ou sur des textiles, et représentent donc un risque de grande contagiosité. Il s agit essentiellement du rotavirus qui provoque des diarrhées et du virus respiratoire syncytial (VRS) qui provoque des manifestations respiratoires (bronchiolites). En cas de transport d un jeune enfant présentant une bronchiolite ou d un patient présentant une gastro-entérite, il est important de prendre des mesures spécifiques. En pratique, il s agit des mêmes mesures que lors du transport d un patient porteur d une BMR. Il faut donc insister sur la désinfection des mains, changer tout le linge et effectuer un bionettoyage méthodique du brancard ou du siège si nettoyable. Ectoparasites Sont dénommés «ectoparasites», les insectes ou les acariens capables de parasiter la peau, les poils ou les cheveux des êtres humains. En pratique médicale courante, il s agit essentiellement des poux, des puces et des sarcoptes agents de la gale. Ces parasites ont en commun la faculté de contaminer facilement les textiles en contact avec les patients. Théoriquement, une fois le diagnostic posé, le patient ne devrait être transporté qu après un traitement acaricide ou insecticide et un changement complet de ses vêtements. Les précautions habituelles communes à tous les patients s appliquent. Le problème est celui de la découverte de l infestation parasitaire à l occasion du transport sanitaire ou juste après le transport. Tout le linge est considéré comme contaminé, il doit être traité par une poudre ou un spray insecticide ou acaricide et mis pendant 48 heures dans un sac plastique étiqueté, avant d être lavé selon la procédure habituelle. La cellule sanitaire ou tout le véhicule, selon le cas, doit être traitée par un insecticide ou un acaricide en spray, ceci avant un bionettoyage complet avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. Ces opérations sont effectuées avec une sur-blouse et des gants non stériles à usage unique. Si la blouse est à usage multiple, elle est traitée selon les modalités applicables au linge. Il est impératif de respecter le mode d emploi des sprays insecticides. 4. Maîtrise de la diffusion des bactéries multirésistantes - Recommandations pour les Établissements de Santé - CTIN page 7

6 Entretien quotidien du poste de conduite ou de pilotage Toutes catégories de véhicules Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Sièges et sol Tableau de bord Volant, manche, manettes Levier de vitesses Frein à main, frein rotor Portes intérieures et poignées Nécessaire de communication fixe Téléphone mobile Sièges Sol Méthode Aspirer méthodiquement (corps de l aspirateur à l extérieur du véhicule). Soit Nettoyer avec détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Soit Utiliser des lingettes pré-imprégnées de détergent-désinfectant satisfaisant aux principales normes anti-microbiennes. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers (selon la nature du revêtement). Véhicules de catégorie A Caractéristiques... page 11 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation... page 13 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire... page 15 page 9

7 Caractéristiques Dénomination assu: Ambulance de Secours et de Soins d Urgence. Définition Véhicule exclusivement réservé au transport d un patient unique en position allongée, permettant d effectuer en permanence des soins d urgence, des gestes infirmiers et médicaux et des actes de petite chirurgie. Missions Type 1: de première intention pour des urgences médicales et chirurgicales. Type 2: transfert secondaire vers des services ou des centres spécialisés. Équipage Au moins deux personnes dont l une est titulaire du Certificat de Capacité Ambulancier (CCA). L autre personne doit posséder: soit un Brevet National de Secourisme (BNS), soit une Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS), soit du Certificat de Sauveteur Secouriste de Travail (CSST), soit la carte d auxiliaire sanitaire. En Service Mobile d Urgence et de Réanimation (SMUR): Au moins trois personnes: Une personne titulaire du CCA SMUR ou un sapeur pompier, un médecin et une infirmière (anesthésiste). Équipement obligatoire Cellule sanitaire Siège d accompagnateur. Lavabo, réserve d eau, tuyau, réceptacle à eaux usées. Bouches de soufflage et d extraction d air. Tiroirs et placards. Matériel Brancard. Matelas immobilisateur à dépression. Pied à sérum. Dispositif d aspiration des mucosités. Dispositif mobile d oxygénothérapie. Dispositifs médicaux réutilisables. Matériel de réanimation adapté à l intervention (SMUR). Accessoires Couverture lavable et désinfectable enveloppée d un drap. Drap et taie d oreiller. Conteneur pour objets piquants ou tranchants. Matériel à usage unique (pansements, protections, couverture isotherme...). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). page 11

8 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Méthode Lieu Draps et taie d oreiller Objets piquants ou tranchants Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers Urinal, bassin, cuvette réniforme (de préférence à usage unique) Matelas immobilisateur à dépression Brancard Pied à sérum Siège d accompagnateur Évacuer dans un sac plastique fermé en attente d acheminement à la blanchisserie, selon la procédure d entretien du linge. Dans un collecteur spécifique fermé de manière provisoire. (circulaire du ) Évacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adéquate. (cf. fiche technique n 4) Si matériel réutilisable: vider, rincer, mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Dans la cellule sanitaire ou sur le lieu de transport Au domicile Dispositif mobile d oxygénothérapie Dispositif d aspiration de mucosités (il est recommandé de disposer de dispositifs de recueil à usage unique) Dispositif médical réutilisable Lavabo Poignées de portes Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers compatible avec le matériau et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant sans rinçage pour dispositif médical, compatible avec le matériau, et un support absorbant à usage unique. Évacuer dans un emballage étanche en attendant le nettoyage-désinfection par trempage au siège social. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 13

9 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Parois verticales Vitres Sol Réserve d eau Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Nettoyer avec le produit à vitres. Utiliser un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers en cas de souillures biologiques. Dépoussiérer le sol: aspirer en laissant le corps de l aspirateur à l extérieur du véhicule dans la mesure du possible, ou effectuer un balayage humide. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. Vider, rincer et remplir d eau propre. Nettoyer avec un détergent, rincer puis, désinfecter à l aide d une solution d eau de Javel l intérieur et l extérieur. (cf. fiche technique n 3) Laisser en contact 15 mn, bien rincer et remplir à nouveau le réservoir. Réceptacle d eaux usées Couverture enveloppée d un drap Collecteurs d objets piquants ou tranchants Tiroirs et placards Matériel de la cellule sanitaire Bouches de soufflage et d extraction d air Vider, nettoyer avec un détergent, rincer, puis désinfecter avec une solution d eau de Javel. (cf. fiche technique n 3) Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Évacuer la couverture dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Fermer le collecteur (fermeture définitive) Évacuer selon le circuit des déchets d activités de soins à risque infectieux (DASRI). (cf. fiche technique n 4) Tout vider. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Tout sortir. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. (cf. fiche technique n 2) Aspirer. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 15

10 Véhicules de catégorie C Caractéristiques... page 19 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation... page 21 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire... page 23 page 17

11 Caractéristiques Dénomination Ambulance. Définition Véhicule destiné au transport d un patient unique, sauf pour une mère et son nouveau né ou pour des nouveaux-nés de la même fratrie. Missions Transport de patient allongé. Équipage Deux personnes dont une est titulaire du CCA, l autre est titulaire du Brevet National de Secourisme (BNS) ou de l Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS), du Certificat de Sauveteur Secouriste du Travail (CSST) ou de la carte d auxiliaire sanitaire. Équipement obligatoire Cellule sanitaire Siège d accompagnateur. Tiroirs et placards. Matériel Brancard. Pied à sérum. Dispositif d aspiration des mucosités. Dispositif mobile d oxygénothérapie. Dispositifs médicaux réutilisables. Accessoires Couverture lavable et désinfectable enveloppée d un drap. Drap et taie d oreiller. Matériel à usage unique (pansements, protections, couverture isotherme...). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). page 19

12 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Méthode Lieu Draps et taie d oreiller Objets piquants ou tranchants Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers Urinal, bassin, cuvette réniforme (de préférence à usage unique) Brancard Pied à sérum Siège d accompagnateur Évacuer dans un sac plastique fermé en attente d acheminement à la blanchisserie, selon la procédure d entretien du linge. Dans un collecteur spécifique fermé provisoirement. (circulaire du ) Évacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adaptée. (cf. fiche technique n 4) Si matériel réutilisable: vider, rincer, mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Dans la cellule sanitaire Dans la cellule sanitaire ou sur le lieu de transport Au domicile Dispositif mobile d oxygénothérapie Dispositif d aspiration de mucosités (il est recommandé de disposer de dispositifs de recueil à usage unique) Dispositif médical réutilisable Poignées de portes Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical compatible avec le matériau et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical, compatible avec le matériau, et un support absorbant à usage unique. Évacuer dans un emballage étanche en attendant le nettoyage-désinfection par trempage au siège social. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 21

13 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Parois verticales Vitres Sol Couverture enveloppée d un drap Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Nettoyer avec le produit à vitres. Utiliser un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers en cas de souillures par un liquide biologique. Dépoussiérer le sol: aspirer en laissant le corps de l aspirateur à l extérieur du véhicule dans la mesure du possible, ou effectuer un balayage humide. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Évacuer la couverture dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Collecteurs d objets piquants ou tranchants Tiroirs et placards Matériel de la cellule sanitaire Fermer le collecteur (fermeture définitive) Évacuer selon le circuit des déchets d activités de soins à risque infectieux (DASRI). (cf. fiche technique n 4) Tout vider. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Tout sortir. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. (cf. fiche technique n 2) Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 23

14 Véhicules de catégorie D Caractéristiques... page 27 Entretien quotidien et hebdomadaire... page 27 page 25

15 Caractéristiques Dénomination Définition Missions Équipage Équipement obligatoire Accessoires VSL: Véhicule Sanitaire Léger. Véhicule de même type que les voitures particulières. Le transport simultané de plusieurs patients est autorisé. Transport de patients en position assise. Une personne titulaire au moins du Brevet National de Secourisme (BNS), de l Attestation de Formation aux Premiers Secours (AFPS), du Certificat de Sauveteur Secouriste du Travail (CSST) ou de la carte d auxiliaire sanitaire. Nécessaire de secours d urgence à usage unique (pansements, protections, couverture isotherme). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). Entretien quotidien et hebdomadaire Réalisé sous la responsabilité du chauffeur, au siège social. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Sièges et sol Tableau de bord Volant Levier de vitesses Frein à main Portes intérieures et poignées Nécessaire de radio commande Téléphone mobile Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers En cas d utilisation: Urinal, bassin, cuvette réniforme (s il ne s agit pas d usage unique) Aspirer. Nettoyer avec un détergent ou un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. En cas d utilisation: Evacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adaptée (cf. fiche technique n 4) Vider, rincer. Mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical Sortir le tapis et faire une aspiration complète. Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner le véhicule si nécessaire. page 27

16 Hélicoptère sanitaire Caractéristiques... page 31 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation... page 33 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire... page 35 page 29

17 Caractéristiques Dénomination Hélicoptère sanitaire. Définition Aéronef biturbine exclusivement réservé au transport d un patient unique en position allongée, permettant d effectuer en permanence des soins d urgence, des gestes infirmiers et médicaux. Missions Intervention de première intention pour des urgences médicales et chirurgicales. Transfert secondaire vers des services ou des centres spécialisés. Équipage Un pilote commandant de bord SMUH (Service Mobile d Urgence par Hélicoptère). Un médecin. Une infirmière (anesthésiste). Équipement obligatoire Cellule sanitaire 2 sièges d accompagnateur. Réceptacle d eaux usées. Bouches de soufflage et d extraction d air. Tiroirs et placards. Matériel Brancard. Matelas immobilisateur à dépression. Dispositif d aspiration des mucosités. Dispositif mobile d oxygénothérapie. Dispositifs médicaux réutilisables. Matériel de réanimation adapté à l intervention. Accessoires Couverture enveloppée d un drap. Drap et taie d oreiller. Conteneur pour objets piquants ou tranchants. Matériel à usage unique (pansements, protection, couverture isotherme...). Urinal, bassin, cuvette réniforme. Sacs plastiques (pour l évacuation du linge et des déchets). page 31

18 Entretien de la cellule sanitaire après chaque utilisation Réalisé sous la responsabilité de l équipage transporteur. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Méthode Lieu Draps et taie d oreiller Objets piquants ou tranchants Matériel à usage unique Déchets d activité de soins Déchets ménagers Urinal, bassin, cuvette réniforme (de préférence à usage unique) Brancard Matelas immobilisateur à dépression Sièges d accompagnateur Évacuer dans un sac plastique fermé en attente d acheminement à la blanchisserie, selon la procédure d entretien du linge. Dans un collecteur spécifique fermé de manière provisoire. (circulaire du ). Évacuer dans des sacs plastiques fermés selon la filière adaptée. (cf. fiche technique n 4) Si matériel réutilisable: vider, rincer, mettre dans un sac plastique fermé pour nettoyage et désinfection ultérieure avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Dans la cellule sanitaire Dans la cellule sanitaire Dispositif mobile d oxygénothérapie Dispositif d aspiration de mucosités (il est recommandé de disposer de dispositifs de recueil à usage unique) Dispositif médical réutilisable Couverture enveloppée d un drap Poignées de portes Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers compatible avec le matériau et un support absorbant à usage unique. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant sans rinçage pour dispositif médical, compatible avec le matériau, et un support absorbant à usage unique. Évacuer dans un emballage étanche en attendant le nettoyage-désinfection par trempage au siège social. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Évacuer la couverture dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Au siège social ou avant de prendre en charge un autre patient Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 33

19 Entretien quotidien et hebdomadaire de la cellule sanitaire Réalisé au siège social sous la responsabilité de l équipage transporteur. Rappel : recommandations générales page 5. Type d équipement Quotidiennement (ou plus en cas de souillures) De façon hebdomadaire Parois verticales Vitres Sol Couverture enveloppée d un drap Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. Nettoyer avec un produit à vitres. Utiliser un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers si souillures biologiques. Dépoussiérer le sol: aspirer en laissant le corps de l aspirateur à l extérieur de l hélicoptère dans la mesure du possible, ou effectuer un balayage humide. Laver le sol avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers. (cf fiche technique n 2) Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Rappel: changer le drap et l évacuer dans un sac fermé après chaque utilisation. Évacuer dans un sac plastique fermé. Acheminer à la blanchisserie selon la procédure habituelle d entretien du linge. Collecteurs d objets piquants ou tranchants Tiroirs et placards Matériel de la cellule sanitaire Réceptacle d eaux usées (le cas échéant) Vidanger et nettoyer. Fermer le collecteur (fermeture définitive) Évacuer selon le circuit des déchets d activités de soins à risque infectieux (DASRI). (cf. fiche technique n 4) Tout vider. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour sols, surfaces et mobiliers et un support absorbant à usage unique. (cf. fiche technique n 2) Tout sortir. Nettoyer-désinfecter avec un détergent-désinfectant pour dispositif médical. Vider, nettoyer avec un détergent, rincer puis désinfecter avec une solution d eau de Javel. (cf. fiche technique n 3) Après chaque entretien Se laver les mains avec un savon doux (cf. fiche technique n 1) Réapprovisionner la cellule sanitaire en linge et matériels propres. page 35

20 Fiches techniques FICHE TECHNIQUE N 1: Procédure de lavage des mains... page 39 FICHE TECHNIQUE N 1 BIS : Utilisation des produits pour le lavage des mains... page 41 FICHE TECHNIQUE N 2 : Utilisation des détergents - désinfectants... page 43 FICHE TECHNIQUE N 3 : Utilisation des détergents et de l eau de Javel... page 45 FICHE TECHNIQUE N 4 : Élimination des déchets... page 45 page 37

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT Généralités L EAU La tension superficielle : Phénomène naturel; paramètre qu a une surface a être mouillée( tension qu exerce l eau sur une surface) L eau

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale

Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire. Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène Mesures d hygiène générales Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission respiratoire Mesures d hygiène vis-à-vis des maladies à transmission féco-orale Mesures d hygiène vis-à-vis

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

NETTOYAGE DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

NETTOYAGE DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX 1. OBJECTIF Eviter la transmission croisée de micro-organismes via les dispositifs médicaux (DM) de bas niveau de risque infectieux et de niveau intermédiaire 2. DOMAINE D APPLICATION Médecins, infirmiers,

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES

RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES RAPID Ambulances 04.67.30.08.08 RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES VEHICULES SANITAIRES DE CATEGORIE A C D Pour l'étude de

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène

Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène Corinne TAMAMES Cadre de santé expert en hygiène 1 Détergent Définition: Substance contenant des tensio actifs, destinée à favoriser l élimination par l eau de souillures non solubles dans l eau pure Propriétés

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE PRACTIS DENTAL, 22/01/2014 Dr MOSSOT V-L Infectiologie et Implantologie Les germes rencontrés le plus souvent lors d infections post chirurgicales ne sont pas

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage 1. Qu'est-ce que nettoyer? Supports de cours L'entretien et la désinfection des locaux C'est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le matériau que l'on nettoie. Il s'agit d'un assainissement

Plus en détail

Précautions Standard et Précautions Complémentaires

Précautions Standard et Précautions Complémentaires Précautions Standard et Précautions Complémentaires FORMATION DES REFERENTS HYGIENE DES E.M.S. 2014 INTRODUCTION Le terme «Isolement» a disparu (en 2009) au profit du terme «Précautions complémentaires»

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN).

Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). 1 - DÉFINITIONS Bactéricide Produit ou procédé ayant la propriété de tuer les bactéries dans des conditions définies (AFNOR, CEN). Contamination Présence d un élément indésirable dans un fluide, sur une

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES C.CLIN

RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES C.CLIN RECOMMANDATIONS CONCERNANT LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES VEHICULES SANITAIRES C.CLIN Sud-Ouest LISTE DES PARTICIPANTS AU GROUPE DE TRAVAIL Madame I. BAILLE Surveillante Chef Centre Hospitalier de

Plus en détail

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille»

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille» Entretien des locaux «Faut qu ça brille» Besson Martine cadre hygièniste ARLIN Auvergne Oui, mais pas seulement! L entretien de l environnement à 2 objectifs : Maintenir une propreté visuelle par le nettoyage

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES

REGLES DE BON USAGE DES ANTISEPTIQUES 1. OBJECTIFS Harmoniser les pratiques d utilisation des antiseptiques afin d éviter la survenue d infections liées aux soins. Prévenir les risques liés à la gestion des antiseptiques. 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES

L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES L'EAU DE JAVEL ET SES USAGES Groupe de travail composé de : Floriane Douet - CH d'alençon Sylvie Guezet - CH d'avranches-granville Dr Stéphanie Lefflot - CH de Cherbourg Dr Claire Lesteven - CHP St Martin

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre

Désinfectoguide. 2007 révision 2008 - décembre Désinfectoguide Document préparé par Madame Vanessa VENANT, IDE référente en Hygiène Date Rédaction Nom Prénom Signature 2007 révision 2008 V. VENANT IDE Hygiéniste Date Vérification Nom Prénom Signature

Plus en détail

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE»

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» SOCIETE FRANCAISE D HYGIENE HOSPITALIERE - 1 - AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL J. Bendayan, cadre de santé hygiéniste, responsable

Plus en détail

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN

A CONCEPTION DES LOCAUX LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2011 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux ENTRETIEN DES LOCAUX Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Classification des locaux selon le risque infectieux L entretien doit prendre en compte : la diversité des locaux les

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients Martine Blassiau Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

PRODUITS D'ENTRETIEN

PRODUITS D'ENTRETIEN PRODUITS D'ENTRETIEN Bionettoyage REGARD A, LYON Janvier 2010 Objectifs - Connaître les produits - Connaître leur utilisation Rappel La plupart des produits sont dilués dans l eau. Celle-ci dissout les

Plus en détail

en guise d introduction.

en guise d introduction. Hygiène des mains Précautions Complémentaires en guise d introduction. Les EHPAD sont des lieux de vie et de soins Lieu de vie comme à la maison Lieu de soins et de vie en collectivité, avec une multiplicité

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres)

INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE (quelques chiffres) Source ENP 2006 14, 2 % des infections nosocomiales 3 ème position DEFINITION INFECTION NOSOCOMIALE = IAS PROVOQUEE PAR UN MICRO-ORGANISME D ORIGINE IATROGENE

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène 22 novembre 2012. Anne Brunon

Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène 22 novembre 2012. Anne Brunon Les désinfectants Journée de formation des correspondants en hygiène 22 novembre 2012 Anne Brunon Désinfection (AFNOR, NF T 72 101, 1981) = opération au résultat momentané, permettant d éliminer ou de

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques

Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Les BMR en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 2009 SGRIVi CHRU - Lille Qu est ce qu une BMR? Bactérie Multi Résistante aux antibiotiques Résistante aux antibiotiques Ex: SARM

Plus en détail

*Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène. 20 novembre 2014. Dr Corinne DENIS

*Les désinfectants. Journée de formation des correspondants en hygiène. 20 novembre 2014. Dr Corinne DENIS *Les désinfectants Journée de formation des correspondants en hygiène 20 novembre 2014 Dr Corinne DENIS * Désinfection (AFNOR, NF T 72 101, 1981) «Opération au résultat momentané, permettant d éliminer

Plus en détail

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains.

Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Référence : PT/HYG/002-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Préciser les techniques s appliquant au lavage hygiénique des mains. Résumé des modifications intervenues : Le temps de lavage des mains a été diminué.

Plus en détail

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans)

Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Norovirus / Gale: les mesures en EMS (valaisans) Marive 06.02.2015 Marguerite Métral Delalay Service des maladies infectieuses ICHV, Hôpital du Valais Les épidémies de gastroentérites à norovirus Institutions

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE METHODE PRODUITS

HYGIENE HOSPITALIERE METHODE PRODUITS HYGIENE HOSPITALIERE METHODE PRODUITS Usine & bureaux : Z.I. La Croix-St-Pierre - 19800 EYREIN - Tél. 05 55 27 65 27 - Fax 05 55 27 66 08 - www.eyrein-industrie.com L HYGIENE HOSPITALIERE Le système hospitalier

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Hygiène et transport sanitaire

Hygiène et transport sanitaire MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE MINISTERE DIRECTION REGIONALE DE BIZERTE SERVICE REGIONAL D HYGIENE DU MILIEU Série des manuels d hygiène hospitalière SAMU Manuel 5 Hygiène et transport sanitaire Année

Plus en détail

I. L HYGIENE CORPORELLE

I. L HYGIENE CORPORELLE L HYGIENE AU SERVICE DU TATOUAGE 1) Un peu de vocabulaire pour se mettre d accord sur les mots : L Hygiène = c est une science qui a pour but d améliorer la santé et de la préserver. Microbe ( germe ou

Plus en détail

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER Depuis 1964 Hôpitaux Cliniques Dentisterie Cabinets médicaux Seniories et centres de médication Le nettoyage et la désinfection sont primordiaux pour

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU

GALE gestion d une épidémie. B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU GALE gestion d une épidémie B. HUC Service d Hygiène Hospitalière CH de PAU 1 Mesures immédiates pour la prise en charge des patients atteints : «isolement contact» Pour les soignants Pas de contact directe

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Directives en matières de préventions des infections nosocomiales.

Directives en matières de préventions des infections nosocomiales. Directives en matières de préventions des infections nosocomiales. MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI * * * * * Un Peuple- Un But- Une Foi SECRETARIAT GENERAL * * * * * * * * * * DIRECTION NATIONALE

Plus en détail

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1

Septembre 2009 28/09 Social 14. Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org GRIPPE A H1N1 SEPTEMBRE 2009 Auteur : MOS Retrouvez toutes nos circulaires sur www.fncf.org 28/09 Social N 14 GRIPPE A H1N1 Faisant suite aux interrogations de certains exploitants et aux différentes notes, communications

Plus en détail

La vie d un résident porteur d une BMR que faire?

La vie d un résident porteur d une BMR que faire? «L hygiène dans tous ses états» CHI de CLERMONT de l OISE Mardi 31 Mars 2015 La vie d un résident porteur d une BMR que faire? Auteur: Ivana NOVAKOVA Infirmière Hygiéniste ARLIN Ile-de-France CCLIN Paris

Plus en détail

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central.

DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION. Indice Date Modifications 1995. Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central. Page : 1/7 Mots clés : Cathéter veineux - cathéter central DESTINATAIRES - Cadres de santé - Pharmacie Centrale et Pharmacies d'etablissement - Tous les destinataires des classeurs CLIN - Tous les médecins

Plus en détail

Bionettoyage des locaux

Bionettoyage des locaux Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N S.PT.S.006.4 Bionettoyage des locaux CLASSEUR 1 : ADMINISTRATION SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS CLASSEUR 3 : QUALITE CLASSEUR

Plus en détail

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest

LA GALE. Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux. ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest LA GALE Réunion du Réseau des HAD SSIAD IDE Libéraux ARLIN Midi-Pyrénées CCLIN Sud-Ouest Jeudi 11 juin 2015 LE SARCOPTE DE LA GALE Définition Parasite de l ordre des acariens qui vit dans l épiderme humain

Plus en détail