Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote"

Transcription

1 Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE

2 Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage de la terre. 12.Les outils de prélèvement. 13. La variabilité intraparcellaire. II. Préparation de l échantillon et mesure labo 21. Du prélèvement au labo. 22. La mesure du reliquat Conclusion : Uneanalyse bientôt certifiée?

3 Introduction Influence du prélèvement sur le conseil de fumure azotée Qualité de l échantillon (représentativité, homogénéité) conseil de fumure azotée Analyse NO3 / NH4 Fiabilité des renseignements (type de sol, info culture, fumure ) Préparation des échantillons Prélèvement / fiche de renseignements Incertitude / risque d erreur

4 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les normes d échantillonnage La norme AFNOR X : Plutôt adaptée aux analyses de terre, cette norme propose les règles de base pour la constitution d un échantillon de qualité: Zone homogène, représentative et repérée éé 15 carottages minimum Respect de la période (analyses de contrôle) Profondeur adaptée Pour les reliquats azotés : Pas de norme spécifique, plutôt une adaptation de la norme X : Zone de prélèvement : diagonale ou croix recommandée (cf 2 ième partie) 15 carottages minimum : aussi voire epus plus important t qu en analyse aysede terre e Période d analyse : questions sur les reliquats réalisés avant de fortes pluies Profondeur : respect de l épaisseur de chaque horizon. Problématique supplémentaire: chaine du froid.

5 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les outils de prélèvement Les tarières manuelles : Prélèvement 0 / 60 cm de préférence (90 cm possible si précautions d usage) Plutôt pour des prélèvements «agriculteur» Utile si une seule parcelle / exploitation. Avantages: flexibilité, utilisation groupes, coût. Inconvénients: pénibilité, Q terre importante

6 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières manuelles Type de tarière Quantité de terre prélevée par horizon de 30 cm Nb de carottages pour prélever 400 g Respect des horizons (non mélange) Confort Qualité d échantillonnage (sous échantillonnage) contrôle de la profondeur Edelman 400 g (2 fois 2 ** * ** ** 200 g) 25 g 16 *** ** *** *** A3H Légende : * mauvais ** Moyen *** Bien Remarque : on peut faire un bon prélèvement quelque soit le type de tarière, à condition de respecter les règles d utilisation i (nb de carottes, nettoyage du puits, sous échantillonnage )

7 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées (quads) Prélèvement 0 / 90 cm de préférence Préleveurs professionnels Plusieurs parcelles / exploitation ( chargement / déchargement du quad) Avantage : facilité / débit / qualité. Inconvénient : coût (en fonction du niveau d automatisation)

8 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées Type de tarière Quantité de terre par horizon de 30 cm Nb de carottages pour prélever 400 g Respect des horizons (non mélange) Confort Qualité d échantillonnage (sous échantillonnage) contrôle de la profondeur 150 g 3 ** *** ** *** Vrille 25 g 16 *** ** *** *** Gouge Légende : * mauvais ** Moyen ***Bien Remarque: on peut faire un bon prélèvement quelque soit le type de tarière, à condition de respecter les règles d utilisation (nb de carottes, contrôle de remplissage automatique des godets )

9 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité spatiale Quel est l objectif d un reliquat azoté? Connaître en sortie d hiver la Q d N minéral sur 60 à 90 cm. Mesurer un reliquat moyen pour appliquer une dose N moyenne. Suivi pluri annuel moins «important» qu en analyses PK

10 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité spatiale Faut il prélever en diagonale? Faut il prélever en croix? Ou faut il prélever en cercle? Avantages : + de chance d obtenir un reliquat «moyen» Figure facile à reproduire Inconvénient : Difficile en manuel T T T T T T T T T T T T T Avantages : Plus rapide Plus facile en manuel Suivi dans le temps Inconvénient : Risque de prélever une zone non représentative

11 En résumé: Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité spatiale Techniques d échantillonnage plan type Représentativité de l échantillon (+ important pour RSH) Possibilité de suivi de la zone prélevée Localisé * *** Croix *** ** Méthode conseillée Aléatoire ** * Légende : * mauvais ** Moyen *** Bien

12 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité verticale Pourquoi mesurer l azote sur 3 horizons distincts? 3 types de profil : H1 H2 H3 H1 H2 H3 Distinguer les 3 horizons permet : H1 H2 H3 D appréhender la «durée de vie» du reliquat en fonction de l espèce et du stade. De simuler la lixiviation i i i du reliquat en fonction de la pluviométrie i post reliquat (modèle de Burns) De contrôler la cohérence de lanalyse: l analyse: NH4 doit se situer sur H1 en situation normale.

13 La chaîne du froid Bonnes pratiques du SAS Laboratoire Prélèvementà évitersous couverture neigeuse persistante Après le prélèvement : Transport au laboratoire < 48 h échantillon frais (0 à 4 C) Transport au laboratoire > 48 h congélation A laréceptionau lb laboratoire ti : échantillon frais (0 à 4 C) Traitement immédiat Échantillon congelé décongélation progressive en chambre froide de 0 à 4 C (atmosphère en azote contrôlée) Jamais de recongélation!

14 Contrôle et enregistrement Contrôle à la réception : appariement questionnaire / échantillon Identification du client et revue de contrat (retour vers client si pb : manque matière, échantillon manquant) Enregistrement des questionnaires édition étiquettes avec code barre + n LIMS qui sont collées sur le sachet (double contrôle) Enregistrement des échantillons grâce au code barre (traçabilité code barre)

15 La préparation Objectif: un échantillonnage parfait et représentatif! é if! Forte variabilité Forte variabilité des carottes élémentaires prélevées au prélevées au champ : Conférence azote 2012 SAS Laboratoire / AGRO Systèmes

16 La préparation Prise d échantillon à éviter! NON! Biais possible sur échantillon hétérogène (10 à 20 %)

17 La préparation technique SAS Laboratoire de sous échantillonnage «parfait» OUI! Technique simple et rapide afin d obtenir un sous échantillon représentatif du prélèvement biais 0%

18 Une mesure = une norme Norme pour la mesure du reliquat azoté Mesure normalisée : NF ISO Mars 2007 Qualité du sol Dosage des nitrates, des nitrites et de l'ammonium dans des sols bruts par extraction avec une solution de chlorure de potassium Partie 2 : méthode automatisée avec analyse en flux segmenté

19 La mesure par spectrophotométrie

20 Incertitude de mesure Étape de la mesure (selon la norme) Incertitude Stockage (chaine du froid) 0 à 2 % Préparation (sous échantillonnage) 0 % Dosage (temp maîtrisée et autocontrôle) 3 % Global 3 à 5 % Tlé Tolérance = incertitude x 2 = 6 à 10 % Non respect des bonnes pratiques de laboratoire (chaine du froid, sous échantillonnage) L incertitude peut atteindre 20 à 30 %

21 L envoi des bulletins Contrôle systématique des bulletins de résultats par un ingénieur avant envoi

22 Le circuit azoté! de A jusqu à Z Prélèvement Acheminement (chaine du froid) Contrôles et enregistrement Préparation de l échantillon (méthode SAS unique et innovante) Extraction et dosage contrôle Édition des bulletins contrôle Envoi des résultats

23 Conclusion 1. Le prélèvement est le premier maillon de la chaîne. Il doit donc mobiliser autant d attention dattention que lanalyse l analyse et l interprétation. Il représente 50% du coût total. 2. Le prélèvement doit respecter quelques règles de base : Réaliser minimum i 10 carottages (idéalement 15) Prélever de préférence «en croix» avec un outil de type «gouge» 3. La chaîne du froid est fondamentale pour une mesure représentative 4. La qualité de préparation de l échantillon permettra d avoir un résultat représentatif Le dosage est normé mais tous les maillons en amont sont aussi essentiels à la qualité du résultat! Une accréditation (certification) de l ensemble de la chaine hi est en cours pour assurer la qualité de nos analyses

24 MERCI DE VOTRE ATTENTION

25 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Hélicoïdale «Edelman» Les tarières manuelles Le principe consiste à extraire des carottes de 20 cm de longueur (3 à 6 cm de diamètre). Six carottages sont nécessaires pour prélever 90 cm. Il est recommandé d utiliser trois diamètres différents : 6 cm pour le 0/30 5 cm pour le 30/60 4 cm pour le 60/90 Inconvénients: Pénibilité é Q de terre prélevée importante Risque de mélange d horizons Avantages: Outil simple et robuste coût faible de l outil (sauf si 3 diamètres différents)

26 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières manuelles es AGRO Sonde A3H Le prélèvement s effectue en 3 phases: 3. extraction des 90 cm en une seule fois. 2. récupération de la terre par rotation grâce à une lèvre excentrée. 1. enfoncement manuel ou assisté par un marteau, grâce à uneogive qui ouvreunpuitsun dont le diamètre est supérieur à la taille de la gouge. Inconvénients: Pénibilité en conditions difficiles Avantages: Facilité d utilisation Respect deshorizons

27 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées Le prélèvement s effectue en 3 phases: enfoncement de la vrille par rotation assistée par un moteur hydraulique. extraction de la vrille assistée par le moteur hydraulique vidange de la vrille par rotation (automatisme hydraulique.) Le chauffeur ne descend pas de la machine Type Vrille (Brard et Sarran ou Echard) Avantages: Automatisme Débit de chantier Inconvénients: Mélange possible d horizons (sols plastiques) Coût achat / entretien

28 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées Type gouge Méca Sonde = A3H mécanisée sur les 3 phases du prélèvement Enfoncement assisté par un burineur (même principe d ogive pour faciliter l enfoncement) récupération é de la terre par rotation tti (burineur en mode rotation) extraction assistée par une manivelle. Le chauffeur descend de la machine pour extraire manuellement les 3 horizons Avantages: Respect des horizons Coût d utilisation i Inconvénients: (Méca Sonde AGRO Systèmes) En partie manuel.

29 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? 22. La variabilité verticale Comment vérifier si l outil deprélèvement respecte bien les horizons? Essais de Fondettes, mars 2009: prélèvements réalisés directement dans une fosse, comparés aux prélèvements effectués avec une gouge g d une part et une vrille d autre part. Marqueur utilisé: %MO car celui cici décroit fortement sous H1 pour se stabiliser sur H2 et H3. Essais AGRO Systèmes

30 Résultats: Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? 22. La variabilité verticale La gouge donne des résultats identiques au prélèvement «étalon» effectué dans la fosse. La vrille a tendance à mélanger H1 et H2 (une partie de H1 migre dans H2) % MO par horizon 1,8 1,9 1,8 1,3 0,7 0,7 0,7 0,7 0,8 Fosse (étalon) Méca Sonde vrille 0/30 cm 30/60 cm 60/90 cm

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

Vous recherchez des solutions de contrôle de température pour votre laboratoire?

Vous recherchez des solutions de contrôle de température pour votre laboratoire? Vous recherchez des solutions de contrôle de température pour votre laboratoire? Stockage, transport, contrôle OCEASOFT est spécialisée dans la surveillance et la traçabilité de températures et autres

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010

FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010 FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010 L'hygiène et la sécurité alimentaire LA METHODE H.A.C.C.P LES CUISINES SATELLITES L'ENTRETIEN ET LE NETTOYAGE DU MATERIEL ET DES LOCAUX LA RESTAURATION

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

Participez à l évolution des normes

Participez à l évolution des normes Plateforme d Echanges Régionale Midi-Pyrénées Participez à l évolution des normes ISO 9001/9004/19011 avec le Groupe Afnor Un lieu privilégié pour : Participer activement à l élaboration des futures normes

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail

traçabilité en milieu médical

traçabilité en milieu médical traçabilité en milieu médical SOLUTIONS - EFFICACITÉ - SÉCURITÉ la traçabilité, pourquoi? Améliorer la sécurité du patient et la qualité des soins Améliorer la qualité des soins de santé est un enjeu majeur

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

VIABILITE HIVERNALE ET DEVELOPPEMENT DURABLE

VIABILITE HIVERNALE ET DEVELOPPEMENT DURABLE VIABILITE HIVERNALE ET DEVELOPPEMENT DURABLE Journée technique CoTITA Méditerranée 10 mai 2012 Philippe Pecquenard Station d essais de matériels routiers Les évolutions du matériels CoTITA Méditerranée

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température

Whitepaper. La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur. Système de régulation. Réacteur. de température Whitepaper Mettre en température économiquement La solution parfaite pour la mise en température d un réacteur La mise en température de réacteur dans les laboratoires et les unités pilotes de l industrie

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE FICHE DÉCLARATIVE Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC. COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BERNAY ET DES ENVIRONS 299,

Plus en détail

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables Solutions laboratoires Solutions pour les laboratoires Tampons ph Étalons de conductivité Solutions de mesure redox et O 2 dissous Solutions de mesure ISE Solutions de maintenance Solutions pour le calibrage

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Date d arrivée : N de dossier: Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

Méthodes et outils de modulation des engrais à partir d une carte de préconisation

Méthodes et outils de modulation des engrais à partir d une carte de préconisation Méthodes et outils de modulation des engrais à partir d une carte de préconisation Thibaut Plancq Manon Morlet 15 décembre 2009 1 1 Sommaire Introduction et contexte Méthodes manuelles Méthodes informatisées

Plus en détail

Cirrus Activ Cirrus Cirrus Ac A tiv cti

Cirrus Activ Cirrus Cirrus Ac A tiv cti Cirrus Activ 1 Le bon semoir de toutes les situations Le semis est une étape importante pour la réussite d une culture avec des rendements stables et élevés. L efficacité et la rentabilité d un matériel

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Systèmes de stockage pour pellets

Systèmes de stockage pour pellets innovations for life Version 01 Systèmes de stockage pour pellets TECHNOLOGIE pour un stockage fiable. GEOplast - innovations for life! innovations for life comme modèle En association avec nos clients

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Magasinier démanteleur

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Magasinier démanteleur OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Magasinier démanteleur Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel de ressources

Plus en détail

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Sans électricité / Sans mécanique / Sans entretien Le Système Enviro-SepticMD Réinventer l art de distribuer, traiter et infiltrer

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION OU DE REHABILITATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir

Plus en détail

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques

De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs. La nouvelle génération de centrales thermiques De l intérêt du combustible bois pour le séchage de maïs La nouvelle génération de centrales thermiques I. Quelques principes pour faire des économies La température de l air L épaisseur du grain Le refroidissement

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

Mesure du ph en milieu littoral

Mesure du ph en milieu littoral Page 1 / 5 Version : 2015 Date de création : 22 octobre 2007 Date de dernière modification : 22 février 2013 Mesure du ph en milieu littoral Rédigé par : Thierry Cariou Visé par : Nicole Garcia, responsable

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Catalogue Formation 2015

Catalogue Formation 2015 Catalogue Formation 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue Pourquoi faire de la formation? Formation préventive

Plus en détail

DEMANDE D'ACCREDITATION DES LABRATOIRES D ESSAIS ET D ETALONNAGES

DEMANDE D'ACCREDITATION DES LABRATOIRES D ESSAIS ET D ETALONNAGES DEMANDE D'ACCREDITATION DES LABRATOIRES D ESSAIS ET D ETALONNAGES 1 CARACTERISTIQUES ET PRESENTATION GENERALES DE L'ORGANISME 1-1 - Caractéristiques Générales 1.1.1 -Dénomination :. 1.1.2 - Sigle :.. 1.1.3

Plus en détail

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014

Les très grandes souffleries de l ONERA 2014 La grande soufflerie S1 de Modane, et les autres Avant de comprendre comment fonctionne une soufflerie, il est nécessaire de rappeler qu il n existe pas une, mais des souffleries. En effet, il est essentiel

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

Respect des règles d hygiène

Respect des règles d hygiène Respect des règles d hygiène Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité des aliments. Vérifier les

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE Nicolas Lavenant¹, Martine Ollitrault², Yannick Hamon³, Nicolas Gilliet³, Yannick Fauvel ³, Mickael Faucheux ³ ¹ CNRS/ Université UMR6118 Géosciences (Beaulieu Université

Plus en détail

WWW.TUBESCA-INTERNATIONAL.COM CATALOGUE ÉCHAFAUDAGES ROULANTS

WWW.TUBESCA-INTERNATIONAL.COM CATALOGUE ÉCHAFAUDAGES ROULANTS WWW.TUBESCAINTERNATIONAL.COM CATALOGUE ÉCHAFAUDAGES ROULANTS LES ÉCHAFAUDAGES ROULANTS m. P. P. SPEED XL GENERIS 0 m. P. 0 TOTEM La robustesse pour affronter tous vos chantiers. De l acier galvanisé. Ultra

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Une solution parfaitement adaptée

Une solution parfaitement adaptée INFORMATIONS ANALYSE EN CONTINU DES NITRATES NISE SC / NITRATAX SC NOUVEAU! ME SU RE DES N I T R AT ES EN LIGNE Une solution parfaitement adaptée Sondes de nitrate utilisant les technologies UV et électrodes

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Plaques de clôture haut de gamme fabriquées sur une ligne de production à démoulage différé entièrement automatique

Plaques de clôture haut de gamme fabriquées sur une ligne de production à démoulage différé entièrement automatique 04b-Waren_78-120_fr_Layout 1 12.05.15 12:44 Seite 90 Quadra, 74130 Contamine-sur-Arve, France Plaques de clôture haut de gamme fabriquées sur une ligne de production à démoulage différé entièrement automatique

Plus en détail

systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux.

systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux. systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux. Système d étagères FAMA : une flexibilité optimale pour un rendement maximal.

Plus en détail

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard

ACCREDITATION CERTIFICATE. N 1-1663 rév. 5. Satisfait aux exigences de la norme NF EN ISO/CEI 17025 : 2005 Fulfils the requirements of the standard Convention N 2393 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1663 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s

O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s Expertise globale de la maintenance des échangeurs thermiques à plaques O v e r a l l e x p e r t i s e i n t h e m a i n t e n a n c e o f p l a t e s h e a t e x c h a n g e r s LE CENTRE DE MAINTENANCE

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE Nom.. Prénom.. Monte charge de cuisine Réalisation /0 Mise en service /0 Dépannage /0 PRESENTATION DU MONTE CHARGE M ~ S0 (Atu) S (appel pour monter) S (descente) H (descendez les déchets S.V.P.!) Sh Salle

Plus en détail

Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités

Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités Guide pour la mise en œuvre de l autosurveillance des stations d épuration des collectivités Équipements à mettre en place, contrôles à effectuer et procédures à respecter Guide méthodologique Novembre

Plus en détail

Des outils pour la qualité de vos analyses...

Des outils pour la qualité de vos analyses... Des outils pour la qualité de vos analyses... Nos prestations de métrologie - en toute confiance... Des outils adaptés à vos contraintes Votre société est accréditée ou doit respecter des exigences normatives

Plus en détail

Action de l UTICA pour développer à la Formation en alternance (Work Integrated Education)

Action de l UTICA pour développer à la Formation en alternance (Work Integrated Education) Action de l UTICA pour développer à la Formation en alternance (Work Integrated Education) Rôle des Unités d Appui à la Formation (UAF) UAF-FEDELEC comme exemple Abdelaziz HALLEB Vice Président FEDELEC

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

pour des structures en toute sécurité

pour des structures en toute sécurité Boulonnerie de construction métallique apte à la précontrainte et pour des structures en toute sécurité Marque : une chaîne de qualité ininterrompue La Marque NF Boulonnerie de Construction Métallique

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution

RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution RFID, l'étiquette intelligente au service de la logistique et de la distribution Séminaire RFID - Radio Frequency Identification Applications, Outils Logiciels et Vision Future Charly Viquerat Consultant

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Situation de l ISO 22000 France/Europe

Situation de l ISO 22000 France/Europe Situation de l ISO 22000 France/Europe Sommaire Historique et contexte de l ISO 22000 L ISO 22000 Panorama de la certification ISO 22000 L ISO 22000 et le contexte réglementaire La reconnaissance de l

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NFPOSTES DE SECURITE MICROBIOLOGIQUE PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë=

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= = Note d'information ^ìíéìêë=w=p íê~= o ëé~ì=`bqb= à~åîáéê=ommv= = ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNU= Les différents guides techniques et autres

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

LES INSTALLATIONS FIXES. pierres naturelles sables et graviers recyclage

LES INSTALLATIONS FIXES. pierres naturelles sables et graviers recyclage LES INSTALLATIONS FIXES pierres naturelles sables et graviers recyclage Les installations fixes une ingénierie «Made in Autriche» Franz Wageneder ne pouvait pas imaginer en 1950, lorsqu il construisit

Plus en détail

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS #LesRèglesOntChangé Q-BIC PLUS 1 LES NOUVELLES RÈGLES DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES COMMENCENT ICI Wavin Q-Bic Plus, nouveau système de rétention/infiltration

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

REGLES GENERALES DE LA MARQUE NF MODALITES DE GESTION PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

REGLES GENERALES DE LA MARQUE NF MODALITES DE GESTION PRESCRIPTIONS TECHNIQUES N d identification AFNOR Certification : NF 028 DQ-CERT 15-308 du 21/01/2015 N de Révision : 3 Date de mise en application : 04/03/2015 Annule et remplace le MQ-CERT 14-357 du 08/01/2015 REGLES GENERALES

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité

Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif neuf ou réhabilité I. Informations Générales 1- Habitation Occupant Nom : Téléphone : Prénom :. E-mail :.. Complément d adresse :.. N : Voie : Code postal : Commune :.. Référence cadastrale : N plan :. Section :.. N :..

Plus en détail

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive Le marquage proprement dit A apposer sur tout produit mis sur le marché européen A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive N est pas une marque de qualité Obligatoire!

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Exemple du SATESE MAGE 42

Exemple du SATESE MAGE 42 LE LAGUNAGE Exemple du SATESE MAGE 42 Rapide état des lieux Perspectives d association avec le procédé Filtre Planté de roseaux LAGUNAGES DU DEPARTEMENT DE LA LOIRE Conception et dimensionnement Principaux

Plus en détail

Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques

Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques Comment conserver le lait maternel à domicile? Conseils pratiques Stocker votre lait Précautions quand vous tirez votre lait Lavez-vous les mains avant de tirer votre lait. Installez-vous au calme, confortablement,

Plus en détail