Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote"

Transcription

1 Prélèvement/préparation p des échantillons et analyse des reliquats d azote Matthias CARRIERE

2 Plan de l intervention Introduction : I. méthodes et outils de prélèvement. 11. Les normes d échantillonnage de la terre. 12.Les outils de prélèvement. 13. La variabilité intraparcellaire. II. Préparation de l échantillon et mesure labo 21. Du prélèvement au labo. 22. La mesure du reliquat Conclusion : Uneanalyse bientôt certifiée?

3 Introduction Influence du prélèvement sur le conseil de fumure azotée Qualité de l échantillon (représentativité, homogénéité) conseil de fumure azotée Analyse NO3 / NH4 Fiabilité des renseignements (type de sol, info culture, fumure ) Préparation des échantillons Prélèvement / fiche de renseignements Incertitude / risque d erreur

4 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les normes d échantillonnage La norme AFNOR X : Plutôt adaptée aux analyses de terre, cette norme propose les règles de base pour la constitution d un échantillon de qualité: Zone homogène, représentative et repérée éé 15 carottages minimum Respect de la période (analyses de contrôle) Profondeur adaptée Pour les reliquats azotés : Pas de norme spécifique, plutôt une adaptation de la norme X : Zone de prélèvement : diagonale ou croix recommandée (cf 2 ième partie) 15 carottages minimum : aussi voire epus plus important t qu en analyse aysede terre e Période d analyse : questions sur les reliquats réalisés avant de fortes pluies Profondeur : respect de l épaisseur de chaque horizon. Problématique supplémentaire: chaine du froid.

5 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les outils de prélèvement Les tarières manuelles : Prélèvement 0 / 60 cm de préférence (90 cm possible si précautions d usage) Plutôt pour des prélèvements «agriculteur» Utile si une seule parcelle / exploitation. Avantages: flexibilité, utilisation groupes, coût. Inconvénients: pénibilité, Q terre importante

6 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières manuelles Type de tarière Quantité de terre prélevée par horizon de 30 cm Nb de carottages pour prélever 400 g Respect des horizons (non mélange) Confort Qualité d échantillonnage (sous échantillonnage) contrôle de la profondeur Edelman 400 g (2 fois 2 ** * ** ** 200 g) 25 g 16 *** ** *** *** A3H Légende : * mauvais ** Moyen *** Bien Remarque : on peut faire un bon prélèvement quelque soit le type de tarière, à condition de respecter les règles d utilisation i (nb de carottes, nettoyage du puits, sous échantillonnage )

7 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées (quads) Prélèvement 0 / 90 cm de préférence Préleveurs professionnels Plusieurs parcelles / exploitation ( chargement / déchargement du quad) Avantage : facilité / débit / qualité. Inconvénient : coût (en fonction du niveau d automatisation)

8 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées Type de tarière Quantité de terre par horizon de 30 cm Nb de carottages pour prélever 400 g Respect des horizons (non mélange) Confort Qualité d échantillonnage (sous échantillonnage) contrôle de la profondeur 150 g 3 ** *** ** *** Vrille 25 g 16 *** ** *** *** Gouge Légende : * mauvais ** Moyen ***Bien Remarque: on peut faire un bon prélèvement quelque soit le type de tarière, à condition de respecter les règles d utilisation (nb de carottes, contrôle de remplissage automatique des godets )

9 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité spatiale Quel est l objectif d un reliquat azoté? Connaître en sortie d hiver la Q d N minéral sur 60 à 90 cm. Mesurer un reliquat moyen pour appliquer une dose N moyenne. Suivi pluri annuel moins «important» qu en analyses PK

10 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité spatiale Faut il prélever en diagonale? Faut il prélever en croix? Ou faut il prélever en cercle? Avantages : + de chance d obtenir un reliquat «moyen» Figure facile à reproduire Inconvénient : Difficile en manuel T T T T T T T T T T T T T Avantages : Plus rapide Plus facile en manuel Suivi dans le temps Inconvénient : Risque de prélever une zone non représentative

11 En résumé: Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité spatiale Techniques d échantillonnage plan type Représentativité de l échantillon (+ important pour RSH) Possibilité de suivi de la zone prélevée Localisé * *** Croix *** ** Méthode conseillée Aléatoire ** * Légende : * mauvais ** Moyen *** Bien

12 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? La variabilité verticale Pourquoi mesurer l azote sur 3 horizons distincts? 3 types de profil : H1 H2 H3 H1 H2 H3 Distinguer les 3 horizons permet : H1 H2 H3 D appréhender la «durée de vie» du reliquat en fonction de l espèce et du stade. De simuler la lixiviation i i i du reliquat en fonction de la pluviométrie i post reliquat (modèle de Burns) De contrôler la cohérence de lanalyse: l analyse: NH4 doit se situer sur H1 en situation normale.

13 La chaîne du froid Bonnes pratiques du SAS Laboratoire Prélèvementà évitersous couverture neigeuse persistante Après le prélèvement : Transport au laboratoire < 48 h échantillon frais (0 à 4 C) Transport au laboratoire > 48 h congélation A laréceptionau lb laboratoire ti : échantillon frais (0 à 4 C) Traitement immédiat Échantillon congelé décongélation progressive en chambre froide de 0 à 4 C (atmosphère en azote contrôlée) Jamais de recongélation!

14 Contrôle et enregistrement Contrôle à la réception : appariement questionnaire / échantillon Identification du client et revue de contrat (retour vers client si pb : manque matière, échantillon manquant) Enregistrement des questionnaires édition étiquettes avec code barre + n LIMS qui sont collées sur le sachet (double contrôle) Enregistrement des échantillons grâce au code barre (traçabilité code barre)

15 La préparation Objectif: un échantillonnage parfait et représentatif! é if! Forte variabilité Forte variabilité des carottes élémentaires prélevées au prélevées au champ : Conférence azote 2012 SAS Laboratoire / AGRO Systèmes

16 La préparation Prise d échantillon à éviter! NON! Biais possible sur échantillon hétérogène (10 à 20 %)

17 La préparation technique SAS Laboratoire de sous échantillonnage «parfait» OUI! Technique simple et rapide afin d obtenir un sous échantillon représentatif du prélèvement biais 0%

18 Une mesure = une norme Norme pour la mesure du reliquat azoté Mesure normalisée : NF ISO Mars 2007 Qualité du sol Dosage des nitrates, des nitrites et de l'ammonium dans des sols bruts par extraction avec une solution de chlorure de potassium Partie 2 : méthode automatisée avec analyse en flux segmenté

19 La mesure par spectrophotométrie

20 Incertitude de mesure Étape de la mesure (selon la norme) Incertitude Stockage (chaine du froid) 0 à 2 % Préparation (sous échantillonnage) 0 % Dosage (temp maîtrisée et autocontrôle) 3 % Global 3 à 5 % Tlé Tolérance = incertitude x 2 = 6 à 10 % Non respect des bonnes pratiques de laboratoire (chaine du froid, sous échantillonnage) L incertitude peut atteindre 20 à 30 %

21 L envoi des bulletins Contrôle systématique des bulletins de résultats par un ingénieur avant envoi

22 Le circuit azoté! de A jusqu à Z Prélèvement Acheminement (chaine du froid) Contrôles et enregistrement Préparation de l échantillon (méthode SAS unique et innovante) Extraction et dosage contrôle Édition des bulletins contrôle Envoi des résultats

23 Conclusion 1. Le prélèvement est le premier maillon de la chaîne. Il doit donc mobiliser autant d attention dattention que lanalyse l analyse et l interprétation. Il représente 50% du coût total. 2. Le prélèvement doit respecter quelques règles de base : Réaliser minimum i 10 carottages (idéalement 15) Prélever de préférence «en croix» avec un outil de type «gouge» 3. La chaîne du froid est fondamentale pour une mesure représentative 4. La qualité de préparation de l échantillon permettra d avoir un résultat représentatif Le dosage est normé mais tous les maillons en amont sont aussi essentiels à la qualité du résultat! Une accréditation (certification) de l ensemble de la chaine hi est en cours pour assurer la qualité de nos analyses

24 MERCI DE VOTRE ATTENTION

25 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Hélicoïdale «Edelman» Les tarières manuelles Le principe consiste à extraire des carottes de 20 cm de longueur (3 à 6 cm de diamètre). Six carottages sont nécessaires pour prélever 90 cm. Il est recommandé d utiliser trois diamètres différents : 6 cm pour le 0/30 5 cm pour le 30/60 4 cm pour le 60/90 Inconvénients: Pénibilité é Q de terre prélevée importante Risque de mélange d horizons Avantages: Outil simple et robuste coût faible de l outil (sauf si 3 diamètres différents)

26 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières manuelles es AGRO Sonde A3H Le prélèvement s effectue en 3 phases: 3. extraction des 90 cm en une seule fois. 2. récupération de la terre par rotation grâce à une lèvre excentrée. 1. enfoncement manuel ou assisté par un marteau, grâce à uneogive qui ouvreunpuitsun dont le diamètre est supérieur à la taille de la gouge. Inconvénients: Pénibilité en conditions difficiles Avantages: Facilité d utilisation Respect deshorizons

27 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées Le prélèvement s effectue en 3 phases: enfoncement de la vrille par rotation assistée par un moteur hydraulique. extraction de la vrille assistée par le moteur hydraulique vidange de la vrille par rotation (automatisme hydraulique.) Le chauffeur ne descend pas de la machine Type Vrille (Brard et Sarran ou Echard) Avantages: Automatisme Débit de chantier Inconvénients: Mélange possible d horizons (sols plastiques) Coût achat / entretien

28 Première partie: méthodes et outils de prélèvement Les tarières mécanisées Type gouge Méca Sonde = A3H mécanisée sur les 3 phases du prélèvement Enfoncement assisté par un burineur (même principe d ogive pour faciliter l enfoncement) récupération é de la terre par rotation tti (burineur en mode rotation) extraction assistée par une manivelle. Le chauffeur descend de la machine pour extraire manuellement les 3 horizons Avantages: Respect des horizons Coût d utilisation i Inconvénients: (Méca Sonde AGRO Systèmes) En partie manuel.

29 Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? 22. La variabilité verticale Comment vérifier si l outil deprélèvement respecte bien les horizons? Essais de Fondettes, mars 2009: prélèvements réalisés directement dans une fosse, comparés aux prélèvements effectués avec une gouge g d une part et une vrille d autre part. Marqueur utilisé: %MO car celui cici décroit fortement sous H1 pour se stabiliser sur H2 et H3. Essais AGRO Systèmes

30 Résultats: Seconde partie: comment gérer la variabilité intra parcellaire? 22. La variabilité verticale La gouge donne des résultats identiques au prélèvement «étalon» effectué dans la fosse. La vrille a tendance à mélanger H1 et H2 (une partie de H1 migre dans H2) % MO par horizon 1,8 1,9 1,8 1,3 0,7 0,7 0,7 0,7 0,8 Fosse (étalon) Méca Sonde vrille 0/30 cm 30/60 cm 60/90 cm

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES PROJECTION DU BETON CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES Colloque ASQUAPRO de 2011 exposé de Claude Resse PARTICULARITES DUES A LA MISE EN ŒUVRE PAR PROJECTION POUR LES CONTRÔLES SUR SITE ET EN LABORATOIRE préambule

Plus en détail

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ RAPPORT D'ANALYSE Page 1/5 N Ech Matrice Référence échantillon Observations 001 Sol S1-0-0,5 m 002 Sol S2-0-0,5 m (116) 003 Sol S3-0-0,5

Plus en détail

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Laboratoire de Développement et d Analyses de Côtes d Armor LDA22 C.Prodhomme 19 mars 2008 WWW.LDA22.com

Plus en détail

Creusez l idée du Sans Tranchée. Lyon 3 avril 2012

Creusez l idée du Sans Tranchée. Lyon 3 avril 2012 Les Techniques Sans Tranchée Travaux de réhabilitation Durabilité et pérennité des techniques de réhabilitation : cas du chemisage continu polymérisé en place De nombreuses techniques de réhabilitation

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

PROCESSUS D ACQUISITION

PROCESSUS D ACQUISITION FORMATION CONTINUE EN DIAGNOSTIC 09/05/2015 PROCESSUS D ACQUISITION Arnaud Lorimier Ingénieur biomédical Service d Ingénierie Biomédicale Hôpitaux Universitaires de Genève 1 TRADUIRE LES BESOINS EN FONCTIONNALITÉS

Plus en détail

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière

Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Valeur ajoutée de la modélisation en agriculture dans la chaine de transformation céréalière Philippe Lehrmann, PhD Axéréal Axéréal: structuration en Business Units Groupe coopératif agro-industriel, leader

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

Déroulement d une surveillance

Déroulement d une surveillance Les étapes de la pré-visite au rapport final : - Pré-visite sur site (questionnaire préliminaire) - Stratégie d échantillonnage - Représentativité temporelle - Détermination du nombre de mesures à effectuer

Plus en détail

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols

Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Le Cahier des Techniques de l INRA 2014 (81) n 1 Conception d un préleveur destiné à quantifier les banques de graines des sols Sylvie Niollet 1, Maya Gonzalez 2, Laurent Augusto 1 Résumé. Les banques

Plus en détail

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution

Objet : Critères microbiologiques applicables aux auto-contrôles sur les carcasses d'animaux de boucherie. Destinataires d'exécution Ordre de méthode Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la sécurité sanitaire des aliments Bureau des établissements d'abattage et de découpe 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 Centre Technique du Papier CTP Domaine Universitaire - 351, rue de la Papeterie - 38044 Grenoble Cedex 09 - France Tél.

Plus en détail

Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses

Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses Le projet ARENBI Analyse des Risques Environnementaux, Biodisponibilité et Impacts liés aux pollutions diffuses Olivier ATTEIA - Jean-Louis CRABOS Roubaix 10 mai 2012 Le Réseau Aquitain sur la Pollution

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Analyses agronomiques

Analyses agronomiques 4 C H A P I T R E Analyses agronomiques De nombreux moyens existent pour analyser et décrire les sols et les matières organiques. Les résultats des analyses agronomiques permettent d évaluer leurs caractéristiques

Plus en détail

CANAUX DE COMPTAGE DÉBITMÉTRIE MESURE DE NIVEAU ANALYSEURS PORTABLES ANALYSES EN LIGNE CONTRÔLE MÉTROLOGIQUE

CANAUX DE COMPTAGE DÉBITMÉTRIE MESURE DE NIVEAU ANALYSEURS PORTABLES ANALYSES EN LIGNE CONTRÔLE MÉTROLOGIQUE ANALYSE EN CONTINU Mesure des paramètres physico-chimiques avec transmetteurs numériques intelligents pouvant fonctionner indépendamment ou en réseau Sondes autonomes Sondes intégrant le transmetteur 4-20

Plus en détail

TUBES PVC assainissement SOTRALYS

TUBES PVC assainissement SOTRALYS Application Les tubes PVC SOTRALYS CR4 et CR8 sont utilisés pour les réseaux PVC d'assainissement gravitaire, les eaux vannes et eaux pluviales. Présentation > Tubes en PVC-U à parois structurées, coloris

Plus en détail

La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010

La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010 La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010 Le Service Central d Analyse DIRECTION Processus Responsabilité de la Direction COMPTABILITE MANAGEMENT DE LA QUALITE

Plus en détail

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation.

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation. Conduite de l irrigation fertilisante mars 2007 Cette pratique consiste à utiliser le réseau d irrigation pour apporter en solution dans l eau tout ou partie de la fertilisation. Elle est accessible à

Plus en détail

CHECK LIST : Chaine du froid à la Pharmacie

CHECK LIST : Chaine du froid à la Pharmacie CHECK LIST : Chaine du froid à la Pharmacie Testez vos compétences en 25 questions! PREAMBULE : GESTION DE REGLEMENTATION 1) Ai-je connaissance des «Recommandations de gestion des produits de santé soumis

Plus en détail

développement d'un Micro- système de mesure

développement d'un Micro- système de mesure Qualité chimique des eaux Application de la DCE développement d'un Micro- système de mesure Ph. Namour, N. Jaffrezic Université de Lyon/Cemagref Micro-capteur Environnementaux Besoins métrologiques Dispositif

Plus en détail

éseaux olyéthylène 1

éseaux olyéthylène 1 éseaux olyéthylène 1 Le présent manuel rappelle les règles essentielles de la mise en oeuvre des tubes en polyéthylène utilisés pour les réseaux d'eau potable ou autres fluides. Le but est d'attirer l'attention

Plus en détail

Injection de Fissures avec Matériaux Minéraux

Injection de Fissures avec Matériaux Minéraux ......... Injection de Fissures avec Matériaux Minéraux Méthode d Injection avec pâte de ciment Méthode d Injection avec ciment en suspension Injection de Fissures Made in Germany ...... Injection de fissures

Plus en détail

Une image des sols de France à travers la Base de Données d'analyse de Terre.

Une image des sols de France à travers la Base de Données d'analyse de Terre. Une image des sols de France à travers la Base de Données d'analyse de Terre. Walter C. 1, Arrouays D. 2, Lemercier B. 1, Pachot P. 1, Saby N. 2, Schvartz C., B. Toutain 2 1. INRA Agrocampus Ouest, UMR

Plus en détail

Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment

Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment 17.qxd 04/01/00 11:55 Page 46 SERVICES R 376 modifiée RECOMMANDATION Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment Recommandation R 376 modifiée, adoptée au comité technique national du bâtiment

Plus en détail

OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS

OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS OUTILS DE SURVEILLANCE DES RESEAUX D EAU INDUSTRIELS Les objectifs de la surveillance microbiologique : Laurent Garrelly Contrôle réglementaire Mesure de surveillance Conformité Gestion Suivi de flore

Plus en détail

Agilab SCIENCE. La nouvelle plateforme globale des applications LIMS et ELN pour les laboratoires. www.agilab.fr

Agilab SCIENCE. La nouvelle plateforme globale des applications LIMS et ELN pour les laboratoires. www.agilab.fr Agilab SCIENCE La nouvelle plateforme globale des applications LIMS et ELN pour les laboratoires. Principales fonctionnalités d AgiLIMS R3.0 Application LIMS pour les laboratoires de contrôle qualité,

Plus en détail

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Qu est-ce que la mousse à bitume? Bitume chaud Eau Air Chambre d expansion avec buse

Plus en détail

Certificat d examen de type n F-06-C-1590 du 4/12/2006

Certificat d examen de type n F-06-C-1590 du 4/12/2006 Certificat d examen de type n F-06-C-1590 du 4/12/2006 Accréditation n 5-0012 Organisme désigné par le Ministère chargé de l Industrie par arrêté du 22 août 2001 DDC/22/D011134-D21 Ensemble de mesurage

Plus en détail

www.cryobiosystem.com

www.cryobiosystem.com PACE SIDE MAPI Pour une cryopréservation des échantillons biologiques de la plus haute qualité www.cryobiosystem.com Une meilleure qualité, flexibilité, efficacité et sécurité Fiabilité & Sécurité Garanti

Plus en détail

Référence CNRFID : AO 006. Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 -

Référence CNRFID : AO 006. Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 - Référence CNRFID : AO 006 Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 - Table des Matières 1. Introduction... 3 2. Synthèse du besoin... 3 2.1 Suivi

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C?

Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C? Comment rationaliser le stockage d échantillons dans les congélateurs - 80 C? Véronique Signoret 1, Esther Pelpoir 1, Elsa Desnoues 1 Résumé. Avant 2011, à l UGAFL (Unité de Génétique et Amélioration des

Plus en détail

Assemblage et maintenance

Assemblage et maintenance Assemblage et maintenance Vaste gamme provenant d'une source unique. Conceptions durables uniques. Performances rapides et fiables. Type Nbr de modèles Page Pompes d'épreuve 2 9.2 Gel tubes électriques

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Systèmes de soutènement

Systèmes de soutènement FrankiFoundations Belgium Systèmes de soutènement Synthèse des techniques approche b Ir M.Bottiau FrankiFoundations Belgium DeputyGeneral M ABEF President Systèmes de soutènement Dimensionnement: en cours

Plus en détail

Systèmes SCHATZ - TEST pour le contrôle des outils. SCHATZ -certest-w. Contrôle dynamique des outils de serrage

Systèmes SCHATZ - TEST pour le contrôle des outils. SCHATZ -certest-w. Contrôle dynamique des outils de serrage Systèmes SCHATZ - TEST pour le contrôle des outils SCHATZ -certest Contrôle dynamique des outils de serrage SCHATZ -calitest Étalonnage des outils dynamométriques électroniques et mécaniques SCHATZ -combitest

Plus en détail

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION LPEE/LNM LABORATOIRE PUBLIC D ESSAIS ET D ETUDES LABORATOIRE NATIONAL DE METROLOGIE Km 7, Route d El Jadida OASIS Casablanca Maroc- Fax +212.522 98-25-72 Tél.+212.522 48-87-28/29/27 E.mail : berrada@lpee.ma

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Maintenance des équipements de production de médicaments est capable de : Diagnostiquer les causes

Plus en détail

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I Le PROJET MICROGEO Marc Altazin Directeur R et I ELÉMENTS DE CONTEXTE LE MARCHE EUROPEEN Le Marché des PAC Géothermale Marchés europeens marché très mature Filière du forage, très organisée Pas d intégration

Plus en détail

Si les bouteilles, cannettes ou gobelets sont stockés ou livrés, une rinceuse en amont de la remplisseuse est obligatoire.

Si les bouteilles, cannettes ou gobelets sont stockés ou livrés, une rinceuse en amont de la remplisseuse est obligatoire. Les machines d embouteillage (suite) 2Les remplisseuses ou doseuses Si les bouteilles, cannettes ou gobelets sont stockés ou livrés, une rinceuse en amont de la remplisseuse est obligatoire. Les remplisseuses

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Le message «Fiche parcellaire»

Le message «Fiche parcellaire» Le message «Fiche parcellaire» L'usage de la gestion de parcelle aujourd'hui L'agriculteur souhaite de la souplesse de saisie Chacun à son propre vocabulaire, ses propres critères de gestion... Les productions

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT

EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF REACTION AU FEU DES MATERIAUX D ISOLATION THERMIQUE POLYSTYRENES EXPANSIBLES IGNIFUGES POLYSTYRENES EXPANSES MOULES MOUSSE RIGIDE DE POLYURETHANNE MOUSSE THERMOPLASTIQUE

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE 1

PRESENTATION GENERALE 1 PRESENTATION GENERALE 1 La production d adobe est basée sur le principe de moulage d une terre préparée à l état plastique, séchée naturellement sur le sol. La quantité d eau nécessaire est d environ un

Plus en détail

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ

Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ Communauté de Communes Rives de Moselle 1, Place de la Gare 57280 MAIZIERES-LES-METZ DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Demande à compléter par le propriétaire

Plus en détail

4 èmes Rencontres de la Vilaine

4 èmes Rencontres de la Vilaine 4 èmes Rencontres de la Vilaine Décryptage d une méthode d analyse de micropolluants organiques dans l eau : du développement analytique au bulletin d analyse Fabien Mercier Usine de Férel 19 septembre

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

LE PVC. Introduction : Vous venez de vous laver les mains dans le lavabo ou bien, vous venez de laver votre assiette dans l évier de la cuisine.

LE PVC. Introduction : Vous venez de vous laver les mains dans le lavabo ou bien, vous venez de laver votre assiette dans l évier de la cuisine. LE PVC Introduction : Vous venez de vous laver les mains dans le lavabo ou bien, vous venez de laver votre assiette dans l évier de la cuisine. Que devient l eau que vous venez d utiliser? L eau usée s

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D INSTALLATION IMPORTANT!: Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de donner un avis technique

Plus en détail

Les Enjeux de l'agriculture de Précision

Les Enjeux de l'agriculture de Précision Les Enjeux de l'agriculture de Précision G. Grenier, Professeur d Automatique et Génie des Equipements; Bordeaux Sciences Agro Contexte : Qu'est-ce que l'agriculture de Précision? Changement de Paradigme

Plus en détail

Gamme mécanique de transport de céréales

Gamme mécanique de transport de céréales Gamme mécanique de transport de céréales Des solutions efficaces et fiables pour la manutention des céréales Elévateur à godets KBE Entraînement par motoréducteur Solution compacte. Entrée de pied d élévateur.

Plus en détail

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs

L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs L Agriculture de précision aujourd hui en France, Les pratiques des Agriculteurs Présentation : Marc VAN COILLIE. Fondateur en 1996 de SATplan (Gps et Agriculture) Jusqu en 2012 ( 25 collaborateurs, 6

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920

CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 Installation de chantier CAHIER DES CHARGES FUTURAN F920 1 Destinataires Les chauffagistes, les ventilistes & les plombiers professionnels 2 La chambre technique a. Le local accueillant le système FUTURAN

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Qualité et fonctionnement économiques Le nouveau spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS offre des performances

Plus en détail

Questions techniques. Document Cofrac d exigences spécifiques Guide technique d accréditation Ecarts

Questions techniques. Document Cofrac d exigences spécifiques Guide technique d accréditation Ecarts Questions techniques Document Cofrac d exigences spécifiques Guide technique d accréditation Ecarts 1 Personnel ( 5.1) 2 1 «Personnel du LBM» points à vérifier Vérification et application des dispositions

Plus en détail

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES VALORISATION DES ANALYSES DE SOL EN CULTURES PLEIN CHAMP RÉGLEMENTATION ET RELIQUATS AZOTÉS

Plus en détail

FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010

FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010 FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010 L'hygiène et la sécurité alimentaire LA METHODE H.A.C.C.P LES CUISINES SATELLITES L'ENTRETIEN ET LE NETTOYAGE DU MATERIEL ET DES LOCAUX LA RESTAURATION

Plus en détail

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE

BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE BANC D ETALONNAGE EN TEMPERATURE Nicolas Lavenant¹, Martine Ollitrault², Yannick Hamon³, Nicolas Gilliet³, Yannick Fauvel ³, Mickael Faucheux ³ ¹ CNRS/ Université UMR6118 Géosciences (Beaulieu Université

Plus en détail

Préparation de la tranchée et du lit de pose

Préparation de la tranchée et du lit de pose Préparation de la tranchée et du lit de pose Prévoir une tranchée d'installation suffisamment profonde pour le caniveau et la semelle béton. Suivant la qualité du sol, l'épaisseur de la semelle béton telle

Plus en détail

À chaque raccord son diamètre.

À chaque raccord son diamètre. DIAMÈTRES DES RACCORDS ÉVACUATION GUIDE D AIDE AU CHOIX À chaque raccord son diamètre. Nicoll propose une large gamme de diamètres de raccords afi n de répondre à toutes les problématiques. Chaque pièce

Plus en détail

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO

Note explicative CHIMIE INORGANIQUE AVEYRON LABO CHIMIE INORGANIQUE Note explicative Les délais indiqués sont, à titre indicatif. Ils peuvent varier en fonction de l activité du laboratoire. Les délais indiqués correspondent aux délais analytiques incompressibles.

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015

Ville de Rivière-Rouge Condensé normatif Document non officiel 2015 NORMES GÉNÉRALES - PRÉLÈVEMENT D EAU Lors de la demande de permis pour la construction d un ouvrage de captage des eaux souterraines, les renseignements et documents additionnels suivants doivent être

Plus en détail

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat

La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat La réalisation d essais en réacteur pilote en vue d une demande d homologation de digestat M CORDELIER, JF. LASCOURREGES, C. PEYRELASSE, C.LAGNET, P.POUECH 4 ième Journées Industrielles Méthanisation 4

Plus en détail

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Organisme Indépendant des producteurs de boues de Lorraine Version du 18 juillet 2014 Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Le cahier des charges

Plus en détail

Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. France, 2012 (données annonymées)

Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. France, 2012 (données annonymées) Etude de cas typique avec différentes phases : Diagnostic / Dépollution / Analyse des risques résiduels. Projet immobilier au droit d un ancien garage automobile où se trouve toujours une cuve qui était

Plus en détail

ALM Industry S.A. Rue de Seneffe, 72 6181 Courcelles Tél : 0(32)71/ 81.95.92 Fax : 0(32)83/81.67.90 Site : http://www.almsa.be

ALM Industry S.A. Rue de Seneffe, 72 6181 Courcelles Tél : 0(32)71/ 81.95.92 Fax : 0(32)83/81.67.90 Site : http://www.almsa.be 1 ALM Industry S.A. Rue de Seneffe, 72 6181 Courcelles Tél : 0(32)71/ 81.95.92 Fax : 0(32)83/81.67.90 Site : http:// Contact : Jacques VERVIER ou Mohamed BAKRIM Email : jve@almsa.be mba@almsa.be Certifié

Plus en détail

Plaques de clôture haut de gamme fabriquées sur une ligne de production à démoulage différé entièrement automatique

Plaques de clôture haut de gamme fabriquées sur une ligne de production à démoulage différé entièrement automatique 04b-Waren_78-120_fr_Layout 1 12.05.15 12:44 Seite 90 Quadra, 74130 Contamine-sur-Arve, France Plaques de clôture haut de gamme fabriquées sur une ligne de production à démoulage différé entièrement automatique

Plus en détail

traçabilité en milieu médical

traçabilité en milieu médical traçabilité en milieu médical SOLUTIONS - EFFICACITÉ - SÉCURITÉ la traçabilité, pourquoi? Améliorer la sécurité du patient et la qualité des soins Améliorer la qualité des soins de santé est un enjeu majeur

Plus en détail

solution d usinage bois machines et installations Solution complete pour l industrie du bois

solution d usinage bois machines et installations Solution complete pour l industrie du bois solution d usinage bois machines et installations F Solution complete pour l industrie du bois Sommaire Solution complète pour l industrie du bois 3 Machine à fraiser et profiler les bois ronds 4-5 Planeuse

Plus en détail

Les transactions immobilières

Les transactions immobilières Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Les transactions immobilières 6 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés

Plus en détail

VIABILITE HIVERNALE ET DEVELOPPEMENT DURABLE

VIABILITE HIVERNALE ET DEVELOPPEMENT DURABLE VIABILITE HIVERNALE ET DEVELOPPEMENT DURABLE Journée technique CoTITA Méditerranée 10 mai 2012 Philippe Pecquenard Station d essais de matériels routiers Les évolutions du matériels CoTITA Méditerranée

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux WTC III Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1000 Bruxelles Tél. 02

Plus en détail

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification N d identification : NF 187 N de révision : 1 +A2 Date de mise en application de la révision : Mars 2006 Date de mise en application de l addendum

Plus en détail

SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO

SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO SOMMAIRE 1- PRESENTATION SOMMAIRE DE L OPERATION 2- LES SYSTEMES DE VENTILATION DIT «CLASSIQUES» 3- LES SYSTEMES INNOVANTS AUTOUR DU PATIO PRESENTATION DE L OPERATION L OPERATION EN QUELQUES CHIFFRES:

Plus en détail

Renovent Excellent 300

Renovent Excellent 300 NOUVEAU Ventilation double flux haut rendement «Plug and Play» Centrale de ventilation mécanique double flux haut rendement idéale pour les projets de maisons neuves individuelles. Débit d air de 300 m

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME

Dématérialisation des données. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n 4 du Club de Laboratoires Accrédités Dématérialisation des données Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Systèmes de stockage pour pellets

Systèmes de stockage pour pellets innovations for life Version 01 Systèmes de stockage pour pellets TECHNOLOGIE pour un stockage fiable. GEOplast - innovations for life! innovations for life comme modèle En association avec nos clients

Plus en détail

Laveur et désinfecteur de laboratoire > Steelco LAB 600

Laveur et désinfecteur de laboratoire > Steelco LAB 600 Laveur et désinfecteur de laboratoire > Steelco LAB 00 > Le Steelco LAB 00 est une machine à laver ergonomique conçue pour un chargement frontal ainsi qu un lavage et un séchage à hauteur variable. Sa

Plus en détail

Calandres professionnelles. L ensemble de produits

Calandres professionnelles. L ensemble de produits Calandres professionnelles L ensemble de produits Technologie de repassage de pointe Singulière par sa performance convaincante par sa qualité Le linge propre, frais et parfaitement repassé est la carte

Plus en détail