Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon"

Transcription

1 Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

2 I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire non seulement dans la zone des Hauts- Plateaux, mais également dans les autres régions du Cameroun ; par ailleurs, elle constitue une importante source de revenus pour de nombreux agriculteurs qui la cultivent. L'une des contraintes majeures dans la production de la pomme de terre est le faible rendement dû notamment à la baisse de fertilité des sols et à la non maîtrise des itinéraires techniques de fertilisation de la culture. II. OBJECTIF : Mettre à la disposition des agriculteurs des informations sur les techniques de fertilisation de la pomme de terre. 2

3 III. PRÉALABLES ÉCOLOGIQUES: Les conditions environnementales ci-dessous sont essentielles : Altitude supérieure à 1000m (les rendements optimum s'obtiennent au-delà de 1800m). Températures de croissance comprises entre 15 et 25 o C ; une température du sol supérieure à 25 o C est défavorable à la tubérisation. Approvisionnement en eau régulier et bien réparti. Bonne luminosité ; sans ombrage. Sols légers, profonds, riches en matières organiques et bien drainés ; le terrain ne doit pas avoir été sous précédent solanacées (morelle noire, tomate, piment, aubergine, poivron, tabac, ) pendant au moins 3 ans. IV PRÉALABLES CULTURAUX Choisir les semences de bonne qualité; Labourer le sol et Confectionner des billons de cm de largeur, cm de hauteur, séparés de cm. Les semences préalablement traitées à l'aide des produits phytosanitaires appropriés sont enfouies à 10 cm de profondeur au milieu des billons et sur tous les cm le long du billon ; ce qui correspond à une densité de plants/ha. Assurer une protection phytosanitaire appropriée. 3

4 V- FERTILISATION Densité de plants/ha en moyenne. Fertilisation organique : Apporter tonnes/ha de fumier bien décomposé (de préférence fiente de poules pondeuses ou compost) au moment de la préparation du sol. Fertilisation minérale : ( MgO) Objectif de rendement: 25-35T/Ha 1 er CAS: SOURCE D'ENGRAIS DISPONIBLE: N-P-K+ MgO: ,5 Au moment de la mise en place : 700 kg/ha; soit 14 g/plant. Ce qui correspond à une boîte de sardine bien pleine (100 g) pour 7 plants. Engrais de couverture : 125 kg/ha d'urée ; soit 2,5 g/plant d'urée (1 boîte de tomate/20 plants) lors du 1er sarclo-buttage entre jours après semis. 2 ème CAS: SOURCE D'ENGRAIS DISPONIBLE: N-P-K : ,7 MgO + 20 SO3 + 0,015 B + 0,02 Zn + 0,2 Fe + 0,02 Mn Au moment de la mise en place: 300 Kg/Ha d'engrais complet, soit 6 g/plant. Ce qui correspond à une boite de sardine pleine pour 16 plants. 4

5 Engrais de couverture: 300 Kg/Ha d'engrais complet, soit 6g/plant Kg/ha de Sulfate de potassium, soit 2 g/plant Kg de Nitrate de calcium, soit 4 g/plant. N.B : Eviter les engrais contenant du chlore tels que le et le La fumure organique (fiente de poule, ou toute autre source bien décomposée) sera enfouie au moins une semaine avant plantation. L'application de la fumure de fond se fera dans les lignes de semis. Eviter le contact direct entre la semence et les fumures organiques ou minérales. L'incorporation de la fumure minérale en couverture se fera en localisation autour du plant. La fumure ne sera valorisée que si les autres pratiques agronomiques recommandées sont respectées. Appliquer de l'engrais en conditions de sol humides. En fonction des sources d'engrais disponibles, l'agriculteur/vulgarisateur pourra faire des combinaisons de manière à se rapprocher en équivalence des formules de fertilisation ci-dessus. En cas d'application de combinaisons d'engrais, s'assurer que le mélange appliqué est compatible et bien homogène. Des formulations liquides d'engrais existent aussi ; dans ce cas, l'agriculteur devra les appliquer aux doses recommandées par le vulgarisateur ou à défaut par le fabricant. 5

6 LE PROGRAMME DE RÉFORME DU SOUS-SECTEUR ENGRAIS (PRSSE) EN RACCOURCI BUT : mettre en place un système durable et efficace pour l'importation. La distribution, le financement et l'utilisation des engrais, fondé sur un mécanisme privé non-subventionné. NATURE DES ACTIVITÉS : Le financement du commerce des Engrais ; La collecte, l'analyse, le traitement et la diffusion des données et le suivi du marché des engrais ; La coordination des politiques et la recherche nationale en matière d'engrais ; Le renforcement des capacités des acteurs du sous-secteur engrais ; MOYENS D'INTERVENTIONS Facilité de prêt à Moyen Terme (FPMT) : pour faciliter l'accès au financement à moyen terme des opérateurs économiques privés, et pour promouvoir l'investissement fixe dans le soussecteur engrais en vue de contribuer à l'accroissement de la valeur ajoutée sur les fertilisants importés par les opérateurs privés. DURÉE DU CRÉDIT : 6ans ; taux d'intérêt payable par l'investisseur : 4,25% par an. Le fonds de Crédit Renouvelable (FCR) : pour faciliter l'accès au financement à court terme des opérateurs économiques privés à l'importation et à la distribution des engrais d'une part, et pour et promouvoir un système privé viable de commercialisation des engrais d'autre part. Durée du crédit : 6 mois ; taux d'intérêt payé l'importateur ou le distributeur : 4,5%par an. 6

7 Avec des sols plus fertiles Le cercle vicieux - faible rendement - faible revenue - faible investissement sera brisé Vous importez ou vous distribuez des engrais? Vous voulez des informations sur le sous-secteur? Contactez-nous! (au MINADER, Maison des Engrais derrière MINFI) B.P Yaoundé - Messa L.D. Tel. : (237) / Fax : (237) Internet :

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Bonnes pratiques d entretien des vergers d anacardiers

Bonnes pratiques d entretien des vergers d anacardiers Support de Vulgarisation et d Appui-Conseil 1 Bonnes pratiques d entretien des vergers d anacardiers ProCGRN_Initiative de Cajou Africain_(iCA)_Bénin BP 322, Natitingou, Bénin, Tél : +229 23822258, Fax

Plus en détail

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE

Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Réactualisation octobre 2004 Le NITRATEST OUTIL DE CONDUITE DE LA FERTILISATION AZOTÉE Le sol est-il pauvre, bien pourvu ou riche en nitrates? La plante montre-t-elle un manque ou un excès de vigueur?

Plus en détail

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES

PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES PROJET DONATA TECHNIQUE DE MULTIPLICATION RAPIDE DES BOUTURES DE MANIOC : LES MINI-BOUTURES 1 RESUME L adoption des variétés améliorées de manioc peut être facilitée si elles sont aisément disponibles

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI PROGRAMME COMPETITIVITE Un Peuple un But une Foi ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) COORDINATION REGIONALE DE SEGOU GROUPEMENT AGRERGID BP : 327 Ségou Tel

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana)

BTS Amartey Président, Ghana Agri-Input Dealer Association (l Association des distributeurs d intrants agricoles du Ghana) Statut actuel des petites et moyennes entreprises qui se lancent dans l'agroalimentaire et questions que les gouvernements africains doivent aborder pour promouvoir les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Chaque élément compte

Chaque élément compte Le Sulfate de Potassium de Tessenderlo Group Chaque élément compte Tessenderlo Group Fertilizers giving nature a helping hand www.sopib.com Tessenderlo Group: qualité et expérience Tessenderlo Group est

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation.

Il s agit de raisonner et piloter ensemble deux techniques culturales majeures : l irrigation et la fertilisation. Conduite de l irrigation fertilisante mars 2007 Cette pratique consiste à utiliser le réseau d irrigation pour apporter en solution dans l eau tout ou partie de la fertilisation. Elle est accessible à

Plus en détail

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence INSTITUT D ECONOMIE RURALE Japan International Research Center for Agricultural Sciences Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence Décembre 2012 Annexe:

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Faites plaisir à votre jardin!

Faites plaisir à votre jardin! Communes de: Bech Berdorf Consdorf Junglinster Waldbillig Le centre de recyclage Junglinster informe Faites plaisir à votre jardin! Heures d ouverture: Lundi: Mardi: Mercredi: fermé 07.00-13.00 hrs fermé

Plus en détail

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang.

POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG. Le compostage des ordures ménagères à Dschang. POJET DE COMPOSTAGE DE LA COMMUNE DE DSCHANG Le compostage des ordures ménagères à Dschang. Le site de compostage Site de Ngui Le site de compostage PARTENAIRES Equipe de mise en œuvre Encadreurs Dr Emmanuel

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES

FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES FORMATIONS CATALOGUE 2015 GESTION PAR L'ANALYSE DU SOL ET DU VÉGÉTAL CONDUITE DE LA NUTRITION EN CULTURES PÉRENNES VALORISATION DES ANALYSES DE SOL EN CULTURES PLEIN CHAMP RÉGLEMENTATION ET RELIQUATS AZOTÉS

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE GESTION EFFICACE ET INTÉGRÉE DES ROTATIONS, DU TRAVAIL DU SOL, DES FUMIERS ET DES COMPOSTS POUR UNE RENTABILITÉ ACCRUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et

Plus en détail

La production de Tomate en tunnel Des pieds à la tête

La production de Tomate en tunnel Des pieds à la tête La production de Tomate en tunnel Des pieds à la tête Mike Bleho dta Université McGill, 2012 11 29 En 2011 Le Centre Horticole du Campus Macdonald a mis en place trois tunnels de la compagnie Plastitech.

Plus en détail

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole

Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Pratiques culturales pour améliorer la rentabilité de l entreprise agricole Louis Robert, agronome MAPAQ Centre de services de Ste-Marie Dans notre région, l agriculture est basée pour une forte proportion

Plus en détail

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013

BELchanvre. Journée transfrontalière. Gembloux, le 19 juin 2013 BELchanvre Journée transfrontalière Gembloux, le 19 juin 2013 La filière chanvre en Wallonie La société Coopérative : 29 agriculteurs (pers. physiques/morales) + CER Groupe intérêt d'autres producteurs

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

5. TECHNIQUES CULTURALES

5. TECHNIQUES CULTURALES LA POMME DE TERRE Famille : Solanacées Nom latin : Solanum tuberosium Nom malgache : Ovy 1. BUTS DE LA CULTURE On cultive la pomme de terre pour son tubercule qui entre dans l'alimentation de nombreuses

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière

«Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Des jardins sur les toits de nouveaux espaces pour la communauté www.lesjardins.ca «Prêt-à-pousser» pour les années à venir! Guide sur le démarrage et l utilisation de votre jardinière Jardinière écologique

Plus en détail

Stockage, manutention, épandage

Stockage, manutention, épandage Stockage Les fertilisants solides L'exploitant reçoit ses engrais en sacs ou en vrac selon les quantités utilisées. Le respect des bonnes pratiques de stockage permet de préserver la qualité des produits,

Plus en détail

SYSTEME DE GESTION DE L INFORMATION DE LA FILIERE SEMENCIERE DU RWANDA AGENDA AGRICOLE / MINAGRI

SYSTEME DE GESTION DE L INFORMATION DE LA FILIERE SEMENCIERE DU RWANDA AGENDA AGRICOLE / MINAGRI SYSTEME DE GESTION DE L INFORMATION DE LA FILIERE SEMENCIERE DU RWANDA Code doc : Date Maj : Août 2009 Version intégrale Origine du document AGENDA AGRICOLE / MINAGRI Date du document 2008-2009 Nombre

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Fertilisation. et protection. des cultures

Fertilisation. et protection. des cultures Fertilisation et protection des cultures Fertilisation et protection des cultures EMBALLAGES VIDES DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES (EVPP) Les EVPP sont composés de : - bidons en plastique d une contenance

Plus en détail

Historique. 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009. 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo. 5 à10 paniers

Historique. 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009. 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo. 5 à10 paniers Historique 2006 Camélia Potager/laboratoire 2006-2009 5 à10 paniers 2008 Achat de la ferme 2010 Démarrage Léo Définition du modèle Visites et stages Les Jardins de la Grelinette, L Abri Végétal et Val-aux-Vents

Plus en détail

Logiciels de gestion FAC. Champs PRO Mobile. Guide de démarrage Android

Logiciels de gestion FAC. Champs PRO Mobile. Guide de démarrage Android Logiciels de gestion FAC Champs PRO Mobile Guide de démarrage Android Bienvenue dans Champs PRO Mobile Le présent document décrit les fonctions et l installation de cette application. Pour obtenir un soutien

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE

LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE LE SOUS-SOLAGE, LE TRAVAIL DU SOL ET LE CHAULAGE Georges Lamarre ing.-agr. MAPAQ, Montérégie Secteur Ouest 177, St-Joseph, Ste-Martine, J0S 1V0 (450) 427-2000 La compaction La compaction des sols est un

Plus en détail

Directives céréales IP-SUISSE Juin 2015

Directives céréales IP-SUISSE Juin 2015 IP-SUISSE Page 1 TABLE DES MATIERES 1 STRUCTURE DES DIRECTIVES IP-SUISSE... 3 2 DOMAINE D'APPLICATION... 3 3 PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES DU LABEL... 4 3.1 Généralité, sensibilisation du producteur (auto-contrôle)...

Plus en détail

Résumé de la technologie. Remerciements. Le COMPACI en bref

Résumé de la technologie. Remerciements. Le COMPACI en bref Avant propos Cette boîte à images est réalisée pour faciliter les séances de formation et de vulgarisation avec les producteurs de COMPACI sur la fabrication et l utilisation du compost dans les exploitations

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Concertation des différents groupes d acteurs de recherche en Afrique de l Ouest

Concertation des différents groupes d acteurs de recherche en Afrique de l Ouest Concertation des différents groupes d acteurs de recherche en Afrique de l Ouest KAFANDO Abdoulaye INERA Burkina Faso Conakry les 01,02 mars 2011 1 INERA au Burkina Faso Institut de l Environnement et

Plus en détail

AGRICULTURE BIOLOGIQUE. Conception/Réalisation : Service Communication CDA31-Février 2010

AGRICULTURE BIOLOGIQUE. Conception/Réalisation : Service Communication CDA31-Février 2010 L AUBERGINE Plante des régions chaudes, de la famille des solanacées, originaire de l Inde, l aubergine s est implantée en France au XVIIIe siècle dans le Sud-Est à Barbentane. L aubergine est une plante

Plus en détail

Poivron en AB Essai variétal en PC

Poivron en AB Essai variétal en PC MARAICHAGE 2014 Poivron en AB Essai variétal en PC PROGRAMME INTERVABIO Chloé Gaspari Fatou Diémé NIANG (Stagiaire) - Maraîchers expérimentateurs : Nathalie Wasserman - Laurence Olivier - Stéphane Zekri

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc.

La régie du canola. Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. La régie du canola Par Benoit Bérubé Dans le cadre du Stage professionnel en agronomie, AGN-3500 Université Laval Chez Société Majéco Inc. Mai 2015 Introduction Caractéristique de la plante Stade de croissances

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECHERCHE

PROTOCOLE DE RECHERCHE PROTOCOLE DE RECHERCHE ESSAIS D ADAPTATION DE LA PLANTE NEPETA CATARIA AU BURUNDI La Nepeta cataria est une plante originaire de l Europe et l Asie, qui s est également bien établie en Amérique du Nord.

Plus en détail

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins

Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins Pratiques de stockage et conservation : conseils techniques pour perdre moins La réduction des pertes de stockage est un levier important pour améliorer les performances de la filière oignon nigériennes.

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

Regarnir dans un gazon existant les zones abîmées et dénudées suite à :

Regarnir dans un gazon existant les zones abîmées et dénudées suite à : But du sursemis? Regarnir dans un gazon existant les zones abîmées et dénudées suite à : - un semis dont la levée n est pas homogène, - un désherbage sélectif, - un traitement anti-mousse, - à des dégâts

Plus en détail

2. Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain.

2. Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain. 2. Comparaison de 3 techniques de travail superficiel du sol par rapport au labour en maïs fourrage et maïs grain. 2.1. Site de BUZET Extrait de la convention n 2659/3 Maïs et environnement Lieu : Responsable

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

FEDERATION DES PROFESSIONNELS AGRICOLES DU BURKINA (FEPA/B)

FEDERATION DES PROFESSIONNELS AGRICOLES DU BURKINA (FEPA/B) FEDERATION DES PROFESSIONNELS AGRICOLES DU BURKINA (FEPA/B) 0 BP 94 Ouagadougou 0 Tél. : 50 33 38 75 Fax : 50 33 38 77 E-mail : cnpab@zcp.bf GUIDE D ANIMATION CEF POUR LA PREVISION DES CULTURES D HIVERNAGE

Plus en détail

Guide pratique de la culture de la pomme de terre en Afrique de l Ouest

Guide pratique de la culture de la pomme de terre en Afrique de l Ouest Guide pratique de la culture de la pomme de terre en Afrique de l Ouest M 1 Auteurs principaux : VANDERHOFSTADT Bruno, Consultant CDE et SOC International, Belgique JOUAN Bernard, ASF, ex Directeur de

Plus en détail

La fabrication du compost et la fosse compostière

La fabrication du compost et la fosse compostière La fabrication du compost et la fosse compostière Sommaire Objectifs et principes de la technique Quelques conseils pour les paysans La construction de la fosse compostière La fabrication du compost Calendrier

Plus en détail

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS

INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS INCORPORATION DE DECHETS VERTS COMPOSTES DANS DES MASSIF DE PRINTEMPS 1 MATERIEL VEGETAL : 2 TRAITEMENTS Anthémis: argyranthemum blanc Sté S et G Verveines: verbena coloris mélangés Sté Fischer ❶ Témoin

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

OLEICULTURE OLEICULTURE

OLEICULTURE OLEICULTURE OLEICULTURE OLEICULTURE TECNIQUES ET ET TECNIQUES PRINCIPES PRINCIPES AGRONOMIQUES AGRONOMIQUES PLAN CARACTERISTIQUES DU CLIMAT DE TYPE MEDITERRANEEN CARACTERISTIQUES DU SOL A PRENDRE EN COMPTE DETERMINATION

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE LAITUE GENERALITES

FICHE TECHNIQUE LAITUE GENERALITES Lactuca sativa Famille des composées ORIGINE FICHE TECHNIQUE LAITUE GENERALITES Sous leurs diverses formes, les laitues sont les légumes salades les plus importants, disponibles toute l année selon les

Plus en détail

ETUDE SUR LES REFERENTIELS TECHNICO ECONOMIQUES : DIFFUSION DES TECHNOLOGIES D IRRIGATION ET DE PRODUCTION ( DTIP- PCDA )

ETUDE SUR LES REFERENTIELS TECHNICO ECONOMIQUES : DIFFUSION DES TECHNOLOGIES D IRRIGATION ET DE PRODUCTION ( DTIP- PCDA ) MINISTERE DE L AGRICULTURE ----------------- SECRETARIAT GENERAL ----------------- UNITE DE COORDINATION DU PROGRAMME COMPETITIVITE ET DIVERSIFICATION AGRICOLE PCDA REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple- Un But-

Plus en détail

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 1/9 CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 I. EXAMEN DE LA DISTINCTION, L HOMOGENEITE ET DE LA STABILITE (D.H.S.). L examen

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION. Appui technique aux activités de prospection sur les sites de culture de poivron dans la région de Diffa 2 au 9 mars 2011

RAPPORT DE MISSION. Appui technique aux activités de prospection sur les sites de culture de poivron dans la région de Diffa 2 au 9 mars 2011 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE DIRECTION GENERALE DE LA PROTECTION DES VEGETAUX DIRECTION DES INTERVENTIONS PHYTOSANITAIRESET DES ETUDES BIOLOGIQUES RAPPORT DE MISSION Appui

Plus en détail

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement N-Tester Le pilotage de l azote tout simplement La fertilisation azotée : Une approche globale Réconcilier rendement et environnement Il est scientifiquement établi depuis fort longtemps que le risque

Plus en détail

Pour le plan de votre potager Les cycles des légumes. Tous les temps d occupation, et cycles de rotation au potager

Pour le plan de votre potager Les cycles des légumes. Tous les temps d occupation, et cycles de rotation au potager Pour le plan de votre potager Les cycles des légumes Tous les temps d occupation, et cycles de rotation au potager ROTATION AU POTAGER La rotation des cultures est une clé de la réussite, car c est cette

Plus en détail

Le sol. Contenu. Le sol - Page 1

Le sol. Contenu. Le sol - Page 1 Le sol Contenu I. Différence entre la culture bio et la culture conventionnelle... 2 II. Structure du sol... 2 1. Horizon zéro ou «O» comme organique... 2 2. Horizon A, horizon lessivé... 3 3. Horizon

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état / Belgique (Flandre) - Aide n N 450/2007 - Mesure agroenvironnementale en faveur de la gestion botanique

COMMISSION EUROPÉENNE. Aide d'état / Belgique (Flandre) - Aide n N 450/2007 - Mesure agroenvironnementale en faveur de la gestion botanique COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19-XII-2007 C(2007) 6784 Objet: Aide d'état / Belgique (Flandre) - Aide n N 450/2007 - Mesure agroenvironnementale en faveur de la gestion botanique Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 2015

Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 2015 Dossier céréales d automne semis 2014 récolte 20 Liste des variétés Page 2 Herbicides d automne Page 4 Fumure Page 6 Rendements des essais blés Page 9 Recommandations de production Page 10 Page 1 Page

Plus en détail

GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND

GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND Projet : GCP/RAF/453/SPA «Amélioration de la production de riz en Afrique de l Ouest en réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires» Composante Mali GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND

Plus en détail

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS -Etat des connaissances -Approche comparée d indicateurs par rapport au labour Gilles ESPAGNOL Arvalis-Institut du Végétal Station de Montardon 64 1-Les techniques

Plus en détail

Un nouveau modèle d agriculture

Un nouveau modèle d agriculture Un nouveau modèle d agriculture Produire plus avec moins Guide à l intention des décideurs sur l intensification durable de l agriculture paysanne L intensification durable des cultures peut se résumer

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles

La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles La valorisation des boues d épuration urbaines et industrielles par le recyclage agricole Mémento à l usage des maîtres d ouvrage de station d épuration Une filière responsable 1 Toute collectivité ou

Plus en détail

SIMESITEM 011 Le guide

SIMESITEM 011 Le guide Pleine page couleur 2e de couverture 1 400 euros HT 2 000 euros HT SIMESITEM 011 Le guide (page de titre) Pleine page couleur 3e de couverture (dernière page, justificatif) 1 400 euros HT 2 000 euros HT

Plus en détail

PRODUCTION ET COMMERCE DE LA POMME DE TERRE EN GUINEE ETUDE DE PREFAISABILITE

PRODUCTION ET COMMERCE DE LA POMME DE TERRE EN GUINEE ETUDE DE PREFAISABILITE PRODUCTION ET COMMERCE DE LA POMME DE TERRE EN GUINEE ETUDE DE PREFAISABILITE Septembre 2006 Cette publication a été produite pour l Agence des Etats-Unis d Amérique pour le Développement International.

Plus en détail

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site...

Taille des basses tiges et arbustes fruitiers Les fraisiers. Contenu LES FRAISIERS... 2. Types de fraisiers... 2. Culture... 3. Choix du site... 1 Contenu LES FRAISIERS 2 Types de fraisiers 2 Culture 3 Choix du site 3 Comment planter les jeunes plants? 3 Maladies 4 Oïdium 4 Botrytis 5 Multiplication des fraisiers 6 Entretien 8 (à suivre ) 8 2 LES

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

LES ENGRAIS ET LEURS APPLICATIONS

LES ENGRAIS ET LEURS APPLICATIONS LES ENGRAIS ET LEURS APPLICATIONS Précis à l usage des agents de vulgarisation agricole Quatrième édition ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE ASSOCIATION INTERNATIONALE

Plus en détail

1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS

1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS 1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS Objectifs Bénéficiaires Conditions d attribution Montant de la subvention Modalités d instruction de la demande de subvention Modalités de versement de

Plus en détail

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ...

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ... Vu l avis favorable du Conseil National de l Information Statistique cette enquête reconnue d intérêt général et de qualité statistique est obligatoire. Visa n 2007 X 019 AG du Ministre de l Agriculture

Plus en détail

Le document. Pour toute question, correction ou pour avoir le document original haute résolution, contactez-nous : info@ecomestible.

Le document. Pour toute question, correction ou pour avoir le document original haute résolution, contactez-nous : info@ecomestible. Le document Ce document constitue une présentation montée pour le cour «Aménagement paysager comestible» donné à l'hiver 2014 au Carrefour Accès Loisir par l'entreprise écomestible. Il s'agit du cours

Plus en détail

COMISSAO DA CEDEAO SOIXANTE-NEUVIEME SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES. Abidjan, 30 novembre - 2 décembre 2012

COMISSAO DA CEDEAO SOIXANTE-NEUVIEME SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES. Abidjan, 30 novembre - 2 décembre 2012 ECOWAS COMMISSION 101, YA KUBU GOWON CRESCENT ASOKORO DISTRICT ' P. M. B. 401, ' ABUJA, NIGERIA E-MAil: cedeoo@ ecowosmoil.nel COMISSAO DA CEDEAO COMMISSION DE LA CEDEAO TEL, (234 9) 31 4.7647-9 (234-9)

Plus en détail

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante ANNEXES Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante Annexe 2: Cadre logique du projet Annexe 3: Fiches analytiques de la rentabilité des filières Annexe 4: Tableau d analyse des filières

Plus en détail

Implications pour la conception et la mise en œuvre de la politique et pour la recherche: une étude de cas

Implications pour la conception et la mise en œuvre de la politique et pour la recherche: une étude de cas Jour 20 Implications pour la conception et la mise en œuvre de la politique et pour la recherche: une étude de cas Par François Kamajou, Université de Dschang Table des matières Introduction 1. L'impact

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail