DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions"

Transcription

1 DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47

2 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations ha

3 4ème Programme d Action ZONE VULNERABLE C est une CONDITIONNALITE de la PAC! Zonage : revu tous les 4 ans (fin 2007 à fin 2011) Programme d action revu tous les 4 ans (2009 à 2012) -Les agriculteurs doivent respecter le contenu du 4ème programme d actions sur les parcelles des communes concernées pour bénéficier des aides. -Lors d un contrôle PAC, le contrôleur peut vous demander les justificatifs Directive Nitrates -Cette directive s adresse à TOUS les agriculteurs (céréaliers, éleveurs, arboriculteurs, viticulteurs, maraîchers)

4 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Dates : Le 4ème programme d actions est applicable depuis janvier Qui décide du contenu? : - Discussions depuis hiver 2008/2009 avec le groupe «nitrates» : DDT, DIREN, CA47, syndicats agricoles, ACMG, CG, AEAG, associations environnement, - La DDT a consulté ensuite pour avis DIREN, CG, CA47 et CODERST - Arrêté Préfectoral du 31 décembre 2009

5 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Toutes les parcelles situées en zone vulnérable sont soumises aux dispositions de l arrêté du 32/12/2009 Cas des élevages Si une parcelle d épandage est située en zone vulnérable, l exploitation entière est soumise aux prescriptions concernant la quantité maximale d azote organique à épandre (170Kg/ha) et la capacité de stockage des effluents

6 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE sur tous les îlots situés en ZV Tenue d un plan de fumure prévisionnel ( fertilisation raisonnée) Tenue du cahier d épandage d apports minéraux+organiques (mis à jour : 30 jours après épandage) Bordereau à établir en cas d épandage d effluents hors exploitation Il est obligatoire de fractionner et d équilibrer la fertilisation Respect du calendrier d interdiction et conditions d épandage pour l azote minéral et l organique (périodes et distances, bandes enherbées) Gestion des sols : obligation de couverture pendant l interculture sur toutes les surfaces de l exploitation situées en ZV et hors ZV Respect des 170 kg d azote ORGANIQUE par ha épandable calculés en moyenne à l exploitation Plafond 170 Kg N organique=total N élevage/spe+pâture hors SPE Disposer de capacités de stockage suffisantes pour les effluents afin d éviter les épandages en périodes interdites et étanches

7 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Plan Prévisionnel de fertilisation et cahier d épandage : Au minimum, ils doivent contenir : -Identification et surface de l ilôt -Culture, Date de semis -Objectif de rendement (voir les 5 dernières années) ou rendement réalisé -Nature engrais + quantité azote prévue ou apportée -Dates apports -Conditions climatiques lors des apports -Modalités de gestion de l interculture PAC

8 PLAN PREVISIONNEL FUMURE : méthode des bilans Besoin de la parcelle Fournitures azotées Objectif de rendement X Coefficient de besoins Reliquats sortie hiver Minéralisation Effluents Azote minéral

9 PLAN PREVISIONNEL FUMURE : méthode des bilans Doses d azote minéral à apporter = (1-2-3)/CAU ❶Besoins de la culture = objectif de rendement besoins culture (tab 1) ❷Fournitures du sol : tableau n 2 mis à jour annuellement par la CA47 ❸Engrais de ferme : tableau n 3 - CAU = coefficient apparent d utilisation azote (0,7 à 0,9)

10 Plan prévisionnel de fumure : n ligne 1 Parcelles ou ilot cultural * surface concer née * (ha) culture semée Précédent objectif de rendement (qtx/ha) A besoin culture tab n 1 B ilot1, 3, 5 10 blé tournesol besoin parcelle 1=A * B 70*3,2 =224 fournitures sol tabn 2 2 Quantité effluents T ou m3 C Azote effluents tab n 3 D Effet direct effluents tab n 3 E Azote apporté par effluents 3=C*D*E 30*5*0,2 =30 CAU F 0.8 dose N minérale prévision nelle = (1-2- 3)/CAU ( )/0,8 =155 Nature apport prévu fumier bovin ammoni trate Nombre apports prévu 1 2 Période d'apport envisagé août,janvier mars, avril

11 Cahier d enregistrement : n ligne Date semis ou implantation prairies rendement réalisé qtx/ha 1 15/11/07 70 date apport 31/8/7 Nature de l'apport * fumier bovin Quantité * 30 T 20/1/8 ammonitrate 150 kg 15/3/8 ammonitrateammonitrate 15/4/8 ammonitrateammonitrate conditions climatiques (beau, couvert, ) nuageux beau beau beau N kg*teneur 30*5*0,2 = *0,335= *0,335= *0,335= 50 Apport en unités/ha P K facultatif facultatif total N H =180 Devenir résidus de récolte?(exportés, enfouis) exportés CIPAN? coef d'expo rtatio n tab n 4 I non 2.5 bilan global =H-(G*I) 5

12 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Délai d enregistrement? : 1 mois de délai pour enregistrer vos apports

13 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Épandage d effluents en dehors de l exploitation : Un bordereau cosigné par le producteur des effluents et le destinataire doit être établi pour chaque jour de livraison Il doit contenir : - nom et adresse du producteur et destinataire, -quantité totale livrée, - nature du produit et date de livraison -Parcelles concernées

14 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Exploitations d élevage : Tenir un registre d élevage avec description du cheptel pour estimer la quantité d azote apportée par les effluents d élevage

15 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Quantité maximale d azote contenu dans les effluents d élevage pouvant être épandue annuellement par chaque exploitation : < 170 kg d azote /ha Calcul du plafond des 170 kg azote organique : Plafond = Total azote de l élevage SPE (surface potentiellement épandable) +pâture hors SPE Total azote de l élevage = quantité azote produite par an SPE = SAU- superficies concernées par distances épandage - surfaces légumineuses - gel PAC

16 Pour déterminer la surface épandable (SPE) soit globale SAU x 70 % ( méthode rapide utilisée pour les petits élevages ) soit détail prendre chaque ilot et regarder la surface épandable

17 Déterminer rapidement la cohérence globale 170 kg d azote organique/ha épandable c est : 2 à 2.4 UGB en bovin environ soit 1.3 VL et la suite 1.7 VA et la suite en naisseur 70 m 2 de bâtiment poulet label 7 truies + porcelets 54 porcs produits 2900 canards produits en gavage 1900 canards produits PAG 17 brebis ou chèvres/ha

18 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Capacité de stockage étanche des effluents : Couvrir les périodes d interdiction d épandage Modalité de stockage au champ : Après stockage 2 mois dans l installation les fumiers compacts peuvent être déposés sur la parcelle d épandage si : -volume dépôt adapté à la fertilisation raisonnée -Fumier tient en tas naturellement -Zone de dépôt modifié chaque année (délai retour 3 ans) -Durée maximum dépôt < 10 mois et sur zone non drainée PAC

19 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Périodes d interdiction d épandage : Occupation du sol Type I : Fumier Compost Types de fertilisants Type II : Lisier, boues Type III : Engrais PAC Sols non cultivés Toute l'année Toute l'année Toute l'année Jachères, couvert spontané Couvert implanté Toute l'année 50 kgn total à l implantation Toute l'année 50 kgn total à l implantation Toute l'année 50 kgn total à l implantation Grandes cultures implantées à l automne 1 er novembre- 15janvier 1 er septembre- 15 janvier Prairies de + 6 mois 15 novembre- 15janvier 1 er octobre- 31 janvier Grandes cultures implantées au printemps 1 er juillet- 31 août 1 er juillet- 15 janvier 1 er juillet* - 15 février Cultures légumières contractuelles de printemps 15 septembre- 15 janvier 15 septembre- 15 janvier Légumineuses sauf haricot Dès stade installation nodosités Dès stade installation nodosités

20 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Périodes d interdiction d épandage : Pépinières 15 août 15 janvier 15 août 15 janvier Vergers 1 er décembre 15 février 1 er décembre 15 février Vignes 1 er septembre 15 février 1 er septembre 15 février Cultures florales, bulbes Semences de cultures porte graine (bisannuelles semis automne et graminées Semences de cultures porte graine annuelles (semis fin d hiver et début printemps) 1 er septembre 15 février 1 er novembre- 15 janvier 1 er juillet - 15 janvier 1 er septembre 15 février 1 er novembre 15 janvier 1 er juillet- 15 février

21 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Conditions d épandage : Sols en forte pente Epandage de fertilisants azotés organiques (type II) interdit si risque de ruissellement hors du champ et sur sols pentus (>7%) PAC Proximité des eaux de surface Evènements climatiques Epandage des fertilisants azotés organiques interdit à moins de : - 50 m des points d'eau, sources et puits destinés à l alimentation en eau potable ou à des usages domestiques - 35 m des berges des cours d eau BCAE (distance réduite à 10 m si une bande enherbée est implantée pour les fumiers et compost) m en amont des piscicultures, m des lieux de baignade, Epandage de fertilisants minéraux azotés sur les bandes enherbées le long des cours d eau BCAE et respecter 2 mètres minimum pour les autres cours d eau. Sol gelé, inondé ou détrempé, enneigé

22 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE PAC Obligation de bandes enherbées ou boisées d une largeur minimale de 5 mètres le long des cours d eau BCAE Pour les parcours d élevage en plein air : la bande a une largeur de 10 mètres et de 20 m si pente>7%

23 Campagne 2009/2010 COURS D EAU «CONDITIONNALITE» et «ZNT» L arrêté préfectoral du 3 novembre 2009 fixe le niveau de protection des cours d eau dans le cadre de la conditionnalité et des zones non traitées. Les cours d eau protégés sont les mêmes au titre de ces deux réglementations. Trois groupes de communes correspondent à trois niveaux de protection des cours d eau Niveau de protection des communes Cours d eau à protéger (sur la carte IGN 1/25 000) Faible ou modéré Traits bleus continus nommés et non nommés moyen fort Traits bleus continus nommés et non nommés et traits discontinus nommés Traits bleus continus nommés et non nommés et traits discontinus nommés et non nommés = tous les cours d eau Obligations Bandes enherbées et respect ZNT 5 mètres minimum

24

25 BCAE La validité du couvert - couvert herbacé, arbustif ou arboré (pas friches, ni miscanthus) ; sol nu interdit sauf les chemins - Couvrant, permanent, implanté ou spontané - Si implantation couvert : espèces autochtones seules autorisées en mélange, légumineuses «pures» interdit L entretien des couverts : - Pas de fertilisants organiques et minéraux ni produits phytosanitaires - Interdiction de labour, possibilité travail superficiel - Autorisation de pâturage - Broyage ou fauchage autorisé toute l année

26 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Obligation d une couverture des sols pendant l interculture, période de risque de lessivage des nitrates Objectif 2012 : 100 % (cette mesure s appuie sur conclusions Grenelle de l Environnement) Contrôle à l échelle de l exploitation effectif en 2012

27 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Obligation d une couverture des sols Avoir une couverture des sols sur toutes les parcelles en zone vulnérable avant toute culture de printemps. Couverture des sols = -- culture d hiver, cultures dérobées -- culture piège à nitrates (CIPAN), après cultures récoltée en juillet et août, implantée au plus tard au 10 septembre et détruite 2 mois après (noter dates sur cahier épandage et destruction mécanique préférable) -- repousses de colza, conservées 2 mois avant labour ou culture d hiver -- mulching après maïs grain, tournesol, sorgho (broyage fin des cannes suivi d un enfouissement superficiel ou profond=labour).

28 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Dérogations possibles à la mise en place de couverture des sols -- récolte tardive (après 10 septembre) maïs ensilage tolérée jusqu en sur parcelles vigne, vergers, cultures légumières -- sur parcelles nécessitant travaux avant cultures porte-graines à la mise en place de CIPAN -- sur sols argileux (>22.5%) alors obligation réaliser bilan azoté à la parcelle et PPF établi avec mesures reliquats azotés CA et ARVALIS ; si litige : analyse sol teneur argile -- lutte contre adventices par moyens mécaniques (alternance façons culturales et faux semis avec phase de repousses intégrée)

29 Exigence complémentaire MAE PAC Pratiques de fertilisation Concerne les exploitants engagés dans une MAE Tenue d un plan de fumure prévisionnel hors ZV sur toute l exploitation avec données phosphore organique en plus En ZV, ajout apport phosphore organique Tenue du cahier d épandage hors ZV d apports azotés minéraux+organiques et phosphore organique En ZV, ajout apport phosphore organique Installations ICPE hors ZV : respect des distances d épandage En ZV, existence bilan global de fertilisation à partir du cahier d épandage (entrées= apports)-(sorties= exportations cultures)

30 DIRECTIVE NITRATES - ZONE VULNERABLE Merci de votre attention Contacts : CHAMBRE D AGRICULTURE Service Territoires : Maryse LESPES Service Productions Végétales : Emmanuel MAUPAS Service Elevage : Caroline GUIBE

31 Les effets des couverts végétaux AMELIORATION STRUCTURE DU SOL - compactage -Érosion, battance + porosité +ressuyage +portance +MO EFFET PROTECTEUR MALADIES ADVENTICES Coupent le cycle des maladies, étouffent les adventices FERTILISANTS N,P,K stockés pour la culture suivante ACTIVITE BIOLOGIQUE Activité microbienne Vers de terre

32 Couverture des sols l hiver C est 2.5 tonnes /ha de M.S, et 80 à 100 kg N piégés Azote des racines et organisation rhizosphérique : de 25 à 30 kg N/ha «exceptées les légumineuses» 15 cm Azote minérale disponible Pour une graminée (40 cm pour une moutarde) Absorption des parties aériennes : de 25 à 30 kg N par tonne M.S. Réduction de la minéralisation : T et Humidité moins favorable qu en sol nu

33 Couverture des sols l hiver Cultures suivantes Moutarde Radis Colza Seigle Avoin e RGI Repousses céréales Phacélie Légumineuses Blé N N N N Orge pr N Maïs + + /!!! + + /!!!!!! Féverole N Colza N N N !!! Tournesol!!!!!!!!! !!! Effet positif : Pas d effet : + + Quelques risques :!!! Déconseillé : N

34 Couverture des sols l hiver Quand?: période de lessivage de sept à mars Quels types de sols?: attention au % d argile Quelle destruction? : mécanique si MAE Coût?: 100 à 120 euros/ha (déchaumage, semis, coût semence, destruction) 30 à 80 euros économies d engrais

35 Couverture des sols l hiver : exemple parcelle de démonstration à Gontaud de Nogaret * chlorofiltre n 9 (vesce+seigle) (28kg/ha) * chlorofiltre quatro (avoine, phacélie, trefle, vesce) (20kg/ha) * chlorofiltre n 26 (avoine, vesce) (25kg/ha) * chlorofiltrest (83%) +chlorofiltre symbiose (17%) (seigle, avoine, vesce, 3 trefles différents) (20kg/ha) * N-Fix (gesse) (50kg/ha) * N-Fix(gesse) + pois de l'agriculteur (70kg/ha) type couvert poids TMS/ha quantité azote stocké (unités) par couvert (calcul jouffray drillaud) clhorofiltre n chlorofiltre quatro clhorofiltre n mélange 83% chlorofiltre ST+17%chlorofilt re symbiose N-fix(gesse) N-fix+pois fermier

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012

Azote. 30 ans de références. Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Dossier réalisé à partir du dossier Azote paru dans n 327 du 1 juin 2012 Azote 30 ans de références Coordination du dossier Paul Jegat (Terra) avec Bertrand Decoopman (chambres d'agriculture de Bretagne).

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE CHOISIR ET REUSSIR SON COUVERT VEGETAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB Cameline (S.Minette, CRA PC) Moutarde, phacélie, avoine, trèfles mais aussi, sarrasin, navette, lentille, moha Tous ces couverts végétaux

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

Jean DEFFINIS DDT Michel BUSCH FDSEA Sophie BARLEON - FDSEA Eric GRANVEAUX Chambre d Agriculture Yves JAUSS Chambre d Agriculture

Jean DEFFINIS DDT Michel BUSCH FDSEA Sophie BARLEON - FDSEA Eric GRANVEAUX Chambre d Agriculture Yves JAUSS Chambre d Agriculture Jean DEFFINIS DDT Michel BUSCH FDSEA Sophie BARLEON - FDSEA Eric GRANVEAUX Chambre d Agriculture Yves JAUSS Chambre d Agriculture SOMMAIRE Nouveaux demandeurs Nouveaux dispositifs des aides Admissibilité

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace PREFET DE LA REGION ALSACE DRAAF / DREAL Alsace Strasbourg, le 13 juillet 2012 Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace ----- Références : - code de

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFET DE L YONNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS spécial n 10/2013 du 10 juin 2013 Adresse de la préfecture : 1, Place de la Préfecture - CS 80119-89016 Auxerre cedex tél. standard 03.86.72.79.89 Adresse

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Le Préfet d'indre-et-loire, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite ;

Le Préfet d'indre-et-loire, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite ; PRÉFECTURE DIRECTION DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L'AMÉNAGEMENT Bureau de l'aménagement du Territoire et des Installations Classées Affaire suivie par : Pascale SASSANO : 02.47.33.12.43 Fax direction

Plus en détail

Méthodes de références de calcul de la dose d azote prévisionnelle

Méthodes de références de calcul de la dose d azote prévisionnelle Références champardennaises pour calculer la «juste» dose d azote à apporter Méthodes de références de calcul de la dose d azote prévisionnelle Méthodes de référence admises en Champagne-Ardenne -Méthode

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture.

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture. Sommaire De quoi parle t-on? Intérêts et points de vigilance Du concept à la technique Regards croisés De quoi parle-t-on? Le Semis-Direct sous Couverture Végétale (SDCV) consiste à associer arrêt du travail

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Les amendements organiques : fumiers et composts

Les amendements organiques : fumiers et composts MODULE 7 CHAPITRE 12 Les amendements organiques : fumiers et composts SOMMAIRE 1. Les formes d azote, de phosphore et de potassium des fumiers et composts 2 1.1 Azote (N) et rapport C/N 2 1.2 Phosphore

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir le passage au Qu'est-ce que le? C'est travailler le sol sans retournement (sans labour) sur tout ou partie des parcelles de l'exploitation, avec pour objectif à priori l'abandon définitif de la charrue.

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES

PRÉFET DES LANDES CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L ENVIRONNEMENT ET DES RISQUES SANITAIRES ET TECHNOLOGIQUES PRÉFET DES LANDES Direction Départementale de la Cohésion Mont de Marsan, le 21 janvier 2013 Sociale et de la Protection des Populations Mission Santé-Protection des Animaux et de l Environnement Affaire

Plus en détail

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir?

Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? FICHE N 50 avril 2003 Quelle forme d ENGRAIS MINÉRAL choisir? La juste dose, c est mieux L analyse de sol est le préalable à tout raisonnement de l utilisation des nombreuses formes d engrais minéraux

Plus en détail

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015 Département de l économie, de l'énergie et du territoire Service de l agriculture Office des paiements directs Information aux exploitants agricoles du canton du Valais Dès cette année, les documents relatifs

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

ANNEXE 1 REFERENCES TECHNIQUES

ANNEXE 1 REFERENCES TECHNIQUES ANNEXE 1 REFERENCES TECHNIQUES ACTA-COMIFER 2000, valeur agronomique des produits d origine non agricole recyclés en agriculture : guide méthodologique pour l expérimentation au champ, ANDA, Ferti-Mieux

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015

PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015 PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015 1 1 I. Les aides du premier pilier 1. L'aide JA 2. Les paiements découplés 3. Nouvelle transparence GAEC 4. Aides couplées

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

Gestion de l azote en TCS et semis direct

Gestion de l azote en TCS et semis direct Gestion de l azote en TCS et semis direct Une approche différente L azote, le pilier de l élaboration des protéines est un élément majeur, qui est souvent absorbé précocement par les cultures. Longtemps

Plus en détail

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE Info.pl@ine N 453 20 février 203 5 pages CEREALES BLE Priorité au désherbage STRATEGIE AGRONOMIQUE Les conditions météo idéales sont une forte hygrométrie, des températures dces et un sol suffisamment

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Evaluation du temps passé à la réalisation de ce diagnostic pendant la phase expérimentale du projet IBIS

Evaluation du temps passé à la réalisation de ce diagnostic pendant la phase expérimentale du projet IBIS DIAGNOSTIC REFERENCE N 1 DIAGNOSTIC GRANDES CULTURES EN MILIEU INTERMEDIAIRE Mr «Dupont», agriculteur céréalier en Charente-Maritime (17), Poitou- Charentes, 190 ha Evaluation du temps passé à la réalisation

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

livrets les Lutter contre l érosion des terres Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture

livrets les Lutter contre l érosion des terres Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture livrets les D E L A G R I C U L T U R E N 12 Lutter contre l érosion des terres Présenté par : Pr Sylvia Dautrebande, Hélène Cordonnier,

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES Version A Aide sollicitée auprès du Conseil Régional de Picardie au titre de (cocher l aide sollicitée) : o L investissement en agriculture biologique o

Plus en détail

Le Taillis de saule à Très Courte Rotation Guide des bonnes pratiques agricoles

Le Taillis de saule à Très Courte Rotation Guide des bonnes pratiques agricoles P r o g r a m m e L i f e E n v i r o n n e m e n t 2 0 0 4-2 0 0 7 Le Taillis de saule à Très Courte Rotation Guide des bonnes pratiques agricoles 02 l e s a g r i c o q u e s L e T a i l l i s d e s

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

11. Perspectives. 2 La culture en association de froment et de pois : une opportunité pour réduire l abondance des pucerons en été...

11. Perspectives. 2 La culture en association de froment et de pois : une opportunité pour réduire l abondance des pucerons en été... F. Debode 1, H. Schiepers 2 Ph. Burny 3, T. Lopes 4, B. Bodson 5 et F. Francis 4 1 La production céréalière biologique en Wallonie... 2 1.1 Introduction... 2 1.2 La production céréalière biologique en

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

Enherbement et impacts sur la vigne

Enherbement et impacts sur la vigne Enherbement et impacts sur la vigne L enherbement réduit la vigueur de la vigne et conduit à une baisse de rendement! L enherbement en exerçant une concurrence sur la vigne, permet de moduler son alimentation

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

CALAMITES AGRICOLES GEL PRINTEMPS 2012

CALAMITES AGRICOLES GEL PRINTEMPS 2012 PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME Direction départementale des Territoires et de la Mer Service d'economie Agricole Rouen, le 8 janvier 2013 Affaire suivie par Laurence MOUTIER Tél. : 02 32 18 94 71 Fax : 02

Plus en détail

6 NOVEMBRE 2003. - Arrêté du Gouvernement wallon relatif à l'octroi d'aides à l'agriculture Biologique

6 NOVEMBRE 2003. - Arrêté du Gouvernement wallon relatif à l'octroi d'aides à l'agriculture Biologique 6 NOVEMBRE 2003. - Arrêté du Gouvernement wallon relatif à l'octroi d'aides à l'agriculture Biologique Le Gouvernement wallon, Vu la loi du 28 mars 1975 relative au commerce des produits de l'agriculture,

Plus en détail

Le semis direct : une technique à cultiver dans l Oise?

Le semis direct : une technique à cultiver dans l Oise? Le semis direct : une technique à cultiver dans l Oise? Intro Le semis direct se définit par une absence totale de travail du sol (ni retournement, ni décompactage, ni préparation de lit de semence). Les

Plus en détail

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne)

SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) SAGE nécessaires ( Disposition 13A-1 SDAGE Loire Bretagne) L élaboration Mise en œuvre du Plan : le lancement Installation de la CLE Travaux de la commission «Marée vertes et littoral» - Flux d azote,

Plus en détail

growing with joy. FE RT ILIZER TECHNICAL N PRODUCTS N-PILOT la fertilisation maîtrisée

growing with joy. FE RT ILIZER TECHNICAL N PRODUCTS N-PILOT la fertilisation maîtrisée FE RT ILIZER TECHNICAL N PRODUCTS growing with joy. N-PILOT la fertilisation maîtrisée N-PILOT L ajustement de la fertilisation en cours de végétation offre la possibilité de moduler les derniers apports

Plus en détail

CONDITIONNALITÉ 2014 INTRODUCTION GÉNÉRALE. Quelles sont les exigences à respecter dans le cadre de la conditionnalité?

CONDITIONNALITÉ 2014 INTRODUCTION GÉNÉRALE. Quelles sont les exigences à respecter dans le cadre de la conditionnalité? CONDITIONNALITÉ 2014 INTRODUCTION GÉNÉRALE Qu est ce que la conditionnalité? La conditionnalité, mise en place depuis 2005, garantit une agriculture plus durable et favorise ainsi une meilleure acceptation

Plus en détail

les alternatives au "tout stockage" simples et économes des exemples de réalisations des témoignages

les alternatives au tout stockage simples et économes des exemples de réalisations des témoignages pourquoi comment réaliser une mise aux normes économe les alternatives au "tout stockage" simples et économes des exemples de réalisations des témoignages Edition Juillet 2005 Les alternatives au "tout

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant.

Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant. Département SAD Maîtriser le ruissellement érosif par les pratiques agricoles à l échelle d un bassin versant. Complémentarité d une analyse des contraintes d organisation du travail au sein de l exploitation

Plus en détail

DOSSIER DE CERTIFICATION

DOSSIER DE CERTIFICATION CERTIFICATION DES EXPLOITATIONS SPECIALISEES MAÏS POUR L APPLICATION DE LA MESURE D EQUIVALENCE A LA DIVERSITE DES CULTURES AU TITRE DU VERDISSEMENT DE LA PAC DOSSIER DE CERTIFICATION OCACIA ASSOCIATION

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail