Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés"

Transcription

1 Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture du riz. L intervention des hommes pendant cette période de l année est limitée aux versants des bas fonds. Ils y cultivent la patate douce, l arachide et parfois le sorgho rouge. Le manque d eau et la pratique de l élevage limitent la mise en valeur des bas fonds en contre saison. Les zones où se pratique le maraîchage de contre saison (activité réservée aux hommes) sont protégées des animaux par des murailles surmontées de branchages d épineux. Les principales contraintes spécifiques à la région sont l érosion, le ravinement et l insuffisance des terres de bas fonds pendant la saison des pluies). Presque tous les bas fonds de la région sont exploités; même les lits des cours d eau sont recherchés par les femmes pour la culture du riz. Tableau 1: Principaux indicateurs de la région des Savanes Paramètres Moyenne de la région Moyenne nationale Densité de population rurale 56 hab./km² 50 hab./km² Habitants/ménage rural 8, 8 6,3 Ménages ruraux pratiquant l agriculture et l élevage (%) 70,6 40,5 Nombre de parcelles/ménage 8 à 10 5,46 Superficie moyenne des parcelles cultivées en ha 0,3 0,36 Source: DSID, Le riz produit dans les bas fonds constitue la caisse d épargne pour la femme. L essentiel des besoins de cette dernière est satisfait par le revenu tiré de la vente du riz. Le riz constitue également un aliment de luxe qui fait partie des mets pendant les évènements solennels (fêtes, mariages, baptêmes, etc.). Caractéristiques biophysiques des bas fonds Les bas fonds sont d un accès facile. Sur le plan morphologique, la forme la plus répandue est la forme en U. L encaissement est peu marqué. La végétation dominante est une savane arbustive dégradée. En réalité, tout le paysage est constitué de champs. Les sols dominants sont les sols peu évolués d apport colluvial ou colluvio alluvial hydromorphes à texture sableuse à sablo limoneuse dans les cm reposant sur des matériaux compacts. La dynamique de la nappe est temporaire ou permanente selon les endroits; cette dynamique est fonction des zones, de la topographie d ensemble et du matériau pédologique sous jacent. Tableau 2: Principales caractéristiques biophysiques des bas fonds (région des Savanes) Encaissement Peu marqué Géologie Granodiorites et grès Végétation dominante Savane arbustive dégradée Types de sols dominants dans les bas fonds Début d inondation Fin d inondation Dynamique de la nappe Sols peu évolués d apport colluvial hydromorphes à texture limono sableuse à sablo limoneuse (40 60 cm sur de l argile sableuse compacte) Août Octobre Temporaire en général et permanente par endroits 29

2 Tableau 3: Principales caractéristiques socio économiques des bas fonds (région des Savanes) Principaux paramètres étudiés Caractéristiques Origine des exploitants Autochtones Ethnies dominantes Moba Producteurs agricoles > 80% Sexe dominant Féminin (> 80%) Organisation des exploitants Individuels Moyenne d âge ans % des exploitants s exprimant en français < 20% % d exploitation des bas fonds en saison humide 100% % d exploitation des bas fonds en contre saison 5 10% Exploitation des bas fonds Temporaire la plupart des cas à cause du manque d eau et aussi de la divagation des animaux Systèmes de cultures Cultures en pure du riz, de la patate douce sur les versants, du sorgho et du maraîchage Principales cultures en début de saison Néant Principales cultures en pleine saison des pluies Riz, patate douce Principales cultures en contre saison Cultures maraîchères avec dominance de l oignon et de la tomate Utilisation d intrants Semences améliorées pour les cultures maraîchères et locales pour les autres cultures, engrais en sous doses sur toutes les cultures. La fertilisation est fonction des possibilités financières de l exploitant Accès à la terre Facile Suffisance de la ressource terre Insuffisante Mode d accès à la terre Héritage et prêt pour les hommes, prêt pour les femmes et parfois location Aménagement Plus de 80% des bas fonds ne sont pas aménagés. Les périmètres aménagés concernent l aval des barrages Mise en valeur Traditionnelle Tableau 4: Principales contraintes identifiées (région des Savanes) Contraintes biophysiques Contraintes socioéconomiques La non maîtrise de l eau L absence d encadrement L érosion Le morcellement continu des parcelles Le ravinement La location des terres de bas fonds La mévente du riz et des produits maraîchers pendant la période de récolte La pauvreté des sols L enherbement (striga du riz) Contraintes biophysiques La non maîtrise de l eau: la plupart des bas fonds exploités traditionnellement ne sont pas aménagés. Le semis du riz se fait à plat après labour du sol à la daba. L absence de maîtrise de l eau rend aléatoire la culture du riz quelle que soit l année. Les aménagements traditionnels observés sur le terrain ont trait aux bas fonds exploités en contre saison grâce à la présence de la nappe. Il s agit de murailles en terre autour des parcelles et de petits puits maraîchers de 0,50 à 2 m de profondeur. Ces ouvrages sont défaits en saison des pluies et reconstruits en contre saison. L érosion: le caractère orageux des précipitations, la violence des crues et les forts ruissellements sur des terres très fragiles et généralement peu profondes et très vulnérables sont autant de facteurs qui concourent à l érosion des sols entraînant ainsi leur dégradation physique et chimique. 30

3 Le ravinement: le ravinement est une forme d érosion beaucoup plus dangereuse. Il se traduit par la naissance de rigole ou de fossé généralement à l aval du bas fond. Cette rigole se creuse, s approfondit et progresse vers l amont du bas fond. Cette progression peut atteindre plusieurs mètres par an. La ravine, si elle n est pas arrêtée à temps, peut entraîner la disparition du bas fond. La pauvreté des sols: elle se traduit par des diminutions sensibles de rendements des cultures. L enherbement: cette contrainte est commune à la riziculture de bas fonds. On note cependant dans la région, la présence d une adventice particulière, localement appelée «Mouli Djem» (striga du riz), qui entraîne des baisses sensibles de rendement du riz. Liste des bas fonds identifiés dans la région des Savanes 31

4 Liste des bas fonds identifiés dans la région des Savanes (suite) 32

5 Annexe 3: Région de la Kara Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds diffère selon que l on soit à l est ou l ouest de la région. Les bas fonds sont très sollicités à l est où la densité de population est très forte. La culture du riz est presque toujours associée à plusieurs autres cultures (igname, arachide, gombo, etc.). Le relief très montagneux de cette partie de la région fait que les bas fonds qui sont en réalité des vallées très encaissées retiennent très peu l eau après les pluies, ce qui limite leur exploitation en saison sèche. La tomate est la principale culture de contre saison. A l ouest de la région, la disponibilité en terres due à la faible densité de population et la pratique de culture du coton (culture de rente) ont pour conséquence, un faible taux d utilisation des bas fonds. La principale contrainte récurrente dans la région est la mévente de la tomate et du riz. Tableau 1: Principaux indicateurs de la région de la Kara Paramètres Moyenne de la région Moyenne nationale Densité de population rurale 38 hab./km 2 50 hab./km 2 Habitants/ménage rural 6,4 6,3 Ménages ruraux pratiquant l agriculture et l élevage (%) 45 40,5 Nombre de parcelles/ménage 8 à 10 5,46 Superficie moyenne des parcelles cultivées en ha 0,3 0,36 Sources: DSID, 1996; Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre Tableau 2: Principales caractéristiques biophysiques des bas fonds (région de la Kara) Paramètres étudiés Caractéristiques Est Ouest Accès Assez facile, parfois difficile Facile Morphologie Vallée en V Vallée en U Encaissement Marqué peu marqué Géologie Complexe du Kabyè à dominance de roches basiques Ortho gneiss, shales gris vert, siltones, grès argileux Végétation dominante Savane arbustive dégradée Savane arborée dégradée Sols dominants Sablo argileux ou sablo limoneux Sableux à sablo argileux sur de l argile peu profonds, sableux Début d inondation Juin juillet Juin juillet Fin d inondation Octobre novembre Décembre janvier Dynamique de la nappe Temporaire Temporaire Caractéristiques socioéconomiques Sur le plan socioéconomique, des différences sont également observées entre les parties est et ouest. A l ouest, la disponibilité en terres, les faibles densités de population et le développement de la culture de coton font que les bas fonds sont moins sollicités et moins exploités par les populations. Les principales spéculations qu on y rencontre sont le maïs et le mil en début de saison, le riz en pleine saison et l igname et/ou le manioc en contre saison. Ces cultures sont essentiellement destinées à l autoconsommation. Dans la partie est de la région, la forte pression exercée sur les ressources naturelles à cause de la forte densité de population fait des bas fonds, des agro systèmes très recherchés par les exploitants agricoles et les élèves. L exploitation du bas fond pendant la période hivernale est raisonnée en terme de sécurité alimentaire; d où la cohabitation de plusieurs cultures. Il est courant de recenser quatre à 33

6 cinq cultures sur une même parcelle (igname associée au maïs, au gombo, au taro, au riz ou l arachide associée au mil ou sorgho, du maïs associé au riz, etc.). Toutes ces cultures sont prioritairement destinées à l autoconsommation. En contre saison (octobre février), les bas fonds sont intensément exploités en maraîchage. La principale culture pratiquée pendant cette période est la tomate. On y cultive également les légumes locaux. Bien que la tomate se vende très mal du fait de la non organisation de la filière, elle procure des revenus substantiels aux producteurs. Les cultures maraîchères sont essentiellement destinées à la vente. L essentiel des besoins des ménages (santé, scolarisation des enfants, construction d habitat, mariages, funérailles, etc.) sont satisfaits à partir des revenus tirés de la vente des produits maraîchers. Tableau 3: Principales caractéristiques socio économiques des bas fonds (région de la Kara) Paramètres étudié Caractéristiques Est Ouest Origine des exploitants Autochtones et allogènes Autochtones et allogènes Ethnies dominantes Kabyè, Lamba, Losso Bassar, Kokomba Producteurs agricoles > 60% > 80% Sexe dominant Masculin Masculin Organisation des exploitants Individuels Individuels Moyenne d âge ans ans % des exploitants s exprimant en français > 70% > 50% % d exploitation des bas fonds en saison humide 100% < 20% % d exploitation des bas fonds en contre saison 40 50%. La limitation est l eau < 10% Exploitation des bas fonds Continue à cause de la culture de l igname, du manioc et du maraîchage Continue à cause de la culture de l igname et du manioc Systèmes de cultures Principales cultures en début de saison Prédominance de cultures associées (techniques variables en fonction des ethnies) Maïs, sorgho, mil, niébé, arachide, gombo la plupart du temps en association Prédominance de cultures associées (techniques variables en fonction des ethnies) Maïs, sorgho, mil, niébé, arachide, gombo, la plupart du temps en association Principales cultures en pleine saison des pluies Riz Riz Principales cultures en contre saison Cultures maraîchères, un peu d igname Igname, manioc sur de faibles et parfois du manioc superficies Utilisation d intrants Semences locales, engrais en sous doses sur les cultures maraîchères et parfois sur les vivriers Accès à la terre Facile Facile Suffisance de la ressource terre Insuffisante Suffisante Mode d accès à la terre Héritage et prêt pour les autochtones hommes, prêt pour les femmes autochtones ou non et les hommes allogènes et parfois location Mise en valeur Traditionnelle Traditionnelle Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre 2003 Semences locales, engrais parfois en sous dose sur les cultures vivrières Héritage et prêt pour les hommes autochtones, prêt pour les femmes autochtones ou non et les hommes allogènes 34

7 Contraintes identifiées Les contraintes sont d ordre biophysique et socio économique. Malgré les différences entre l est et l ouest, les contraintes liées à la mise en valeur des bas fonds sont communes aux deux zones Tableau 4: Principales contraintes identifiées (région de la Kara) Contraintes biophysiques Contraintes socio économiques La non maîtrise de l eau La mévente de riz La pauvreté des sols La mévente de la tomate L enherbement Absence d encadrement des exploitants L érosion et le ravinement Contraintes biophysiques Non maîtrise de l eau: elle se traduit par le déficit ou l excès d eau et les dégâts que cela occasionne Pauvreté des sols: elle est surtout marquée à l est Enherbement: c est un problème récurrent dans les bas fonds Erosion et ravinement: ils sont surtout observés dans les bas fonds à horizons superficiels sableux. Ils se manifestent par des atterrissements sableux en aval du bas fond et le développement de ravines au bas des versants qui progressent vers l amont. Contraintes socioéconomiques Mévente du riz: elle est due entre autres, à la non transformation du produit et à la non organisation du circuit de commercialisation. Mévente de la tomate: c est un problème récurrent qui affecte tous les maraîchers de la région. Absence d encadrement qui se traduit par: le manque d organisation des exploitants; la pratique de techniques culturales non adaptées; l impossibilité ou la difficulté d accès au crédit et aux intrants; l utilisation de semences locales peu performantes ou de semences améliorées dégénérées. 35

8 Liste des bas fonds identifiés dans la région de la Kara 36

9 Liste des bas fonds identifiés dans la région de la Kara (suite) 37

10

11 Annexe 4: Région des Plateaux Caractéristiques et bas fonds identifiés La région des Plateaux est très contrastée: une zone de montagnes à l ouest et une zone de plaines à l est. Ce contraste a des impacts sur la mise en valeur des bas fonds. Ces agro systèmes sont très exploités à l ouest où les meilleures terres sont affectées aux cultures de café et de cacao. La principale culture qu on y pratique est le riz. Dans la zone de plaines à l Est, les terres sont encore disponibles. C est également la plus grande zone de production du coton. Les bas fonds subissent moins de pression et leur taux d exploitation est très faible. Ce faible taux est aussi lié au manque d expérience et à l ignorance des populations autochtones des potentialités agricoles de ces agro systèmes. Les bas fonds sont plus exploités par les allogènes. Le maraîchage de contre saison est pratiqué dans les bas fonds péri urbains et en aval des retenues d eau. Les principales contraintes évoquées par les exploitants sont l enherbement, la mévente des produits maraîchers et du riz surtout pendant la période de récolte. Tableau 1: Principaux indicateurs de la région des Plateaux Paramètres Moyenne de la région Moyenne nationale Population rurale 49 hab./km² 50 hab./km² Habitants/ménage rural 5,6 6,3 Ménages ruraux pratiquant l agriculture et l élevage (%) 33,2 40,5 Nombre de parcelles/ménage 3,69 5,46 Superficie moyenne des parcelles cultivées en ha 0,48 0,36 Source: DSID, Mise en valeur agricole des bas fonds et contraintes L importance économique des bas fonds diffère selon que l on soit à l est ou à l ouest de la région. Plusieurs facteurs conditionnent leur mise en valeur traditionnelle. Caractéristiques biophysiques Sur le plan biophysique, les différences d ordre morphologique entre les bas fonds de la partie est et ceux de la partie ouest, sont minimes. Les différences sont d ordre géologique; ceci induit des différences au niveau de la texture des sols (sols à horizons de surface limono sableux à l ouest et sablo limoneux à sableux à l est). Dans l ensemble, les bas fonds sont faciles d accès. Ils sont très évasés et présentent une forme en U. La dynamique de la nappe dans les bas fonds est fonction de la nature des sols. Dans la zone ouest, les sols sont souvent plus riches en limon et s inondent assez rapidement. La pluviométrie élevée (1 400 mm et plus) et la longueur de la période hivernale (6 à 7 mois) font qu ils restent humides assez longtemps après les pluies et sont potentiellement aptes à la pratique des cultures de contre saison. A l est, la dynamique des nappes est plus conditionnée par la nature des sols. 39

12 Tableau 2: Principales caractéristiques biophysiques des bas fonds (région des Plateaux) Principaux paramètres étudiés Zone montagneuse (Ouest) Zone de plaines (Est) Accès Assez facile, mais parfois difficile à cause du Facile mauvais état des pistes Morphologie Vallée en U Vallée en U Encaissement Peu marqué Peu marqué Géologie Quartzites, schistes, grès, micaschistes Granites à pegmatites et migmatites Végétation dominante Forêt dense en voie de dégradation Savane arborée dégradée Types de sols dominants dans les bas fonds Fin d inondation Sols limono sableux en surface/sablo argilo limoneux à argileux en profondeur Novembre décembre parfois janvier (variable en fonction de la nature du sol et de la pluviométrie) Début d inondation Juillet août Juillet août Dynamique de la nappe Temporaire Temporaire Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre 2003 Sols sablo limoneux à sableux faiblement argileux en surface devenant sablo argileux à argileux En profondeur Novembre décembre parfois janvier (variable en fonction de la nature du sol et de la pluviométrie) Caractéristiques socioéconomiques Elles diffèrent selon que l on soit à l est ou à l ouest. A l ouest: Les bas fonds sont exploités à plus de 80% des superficies et majoritairement par les femmes. Les principales cultures sont le riz et les cultures maraîchères. Le maraîchage est autant pratiqué en début de saison qu en contre saison autour des grandes agglomérations, à condition que la nature des sols et la pluviométrie le permettent. Hormis l autoconsommation, le riz contribue de façon substantielle à l amélioration des revenus des exploitants et à la satisfaction des besoins de scolarisation des enfants, des frais engendrés par les maladies, funérailles, du ménage, etc. (Samlaba et al., 2003). Les ressources en terres de bas fonds sont insuffisantes. L accès aux terres de bas fonds se fait par héritage, prêt et location pour les autochtones hommes et femmes, par achat ou par location pour les allogènes hommes et femmes. 40

13 Tableau 3: Principales caractéristiques socio économiques des bas fonds (région des Plateaux) Paramètres étudié Caractéristiques Ouest Est Origine des exploitants Autochtones et allogènes Autochtones et allogènes Ethnies dominantes Ewé, Akposso, Akébou, Kabyè, Lamba, Ewé, Adja, Ifè, Kabyè, Losso, Lamba Losso, Tchamba Producteurs agricoles > 80% > 80% Sexe dominant Féminin Masculin Organisation des exploitants Individuels Individuels Moyenne d âge ans ans % des exploitants s exprimant en français > 60% > 40% % d exploitation des bas fonds en saison humide > 80% < 30% % d exploitation des bas fonds en contre saison Exploitation des bas fonds Systèmes de cultures 20 30% (bas fonds situés le long des principaux axes routiers) Continue le long des grands axes routiers, temporaire dans les zones enclavées Monoculture de riz dans les zones reculées et diversification dans les zones péri urbaines Moins de 10% (bas fonds situés le long des principaux axes routiers) Continue par endroits à cause de la culture de l igname et temporaire dans les zones de pratique de cultures de contre saison Prédominance de cultures associées Mise en valeur variable en fonction des ethnies et du calendrier des exploitants Principales cultures en début de saison Maïs, niébé, gombo, arachide Maïs, niébé, arachide, gombo la plupart du temps en association Principales cultures en pleine saison des Riz pluies Principales cultures en contre saison Cultures maraîchères le long des principaux axes routiers Igname, cultures maraîchères Utilisation d intrants Semences locales, engrais en sous doses sur les cultures maraîchères et le riz Accès à la terre Facile Facile Suffisance de la ressource terre Suffisante Insuffisante Mode d accès à la terre Aménagement Héritage, prêt et location pour les autochtones hommes et femmes, achat et location pour les allogènes hommes et femmes Sans aménagement (quelques rares sites aménagés et retenues d eau) Mise en valeur Traditionnelle Traditionnelle Source: Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre 2003 Semences locales, engrais essentiellement sur les cultures maraîchères Héritage, prêt et location pour les autochtones hommes, prêt et location pour les femmes autochtones et les allogènes hommes et femmes Sans aménagement (quelques rares retenues d eau pour le maraîchage) 41

14 Contraintes identifiées Elles sont à peu près les mêmes dans l ensemble de la région. L ampleur de certaines contraintes varie en fonction du degré d exploitation des bas fonds. Tableau 4: Principales contraintes identifiées (région des Plateaux) Contraintes biophysiques Contraintes socio économiques Non maîtrise de l eau L absence d encadrement Enherbement La mévente du riz et des produits maraîchers Pauvreté des sols La destruction des cultures par les animaux en divagation et les bœufs transhumants Erosion L attaque du riz par les oiseaux Contraintes biophysiques. Les principales contraintes biophysiques recensées dans l ensemble de la région sont: la non maîtrise de l eau, l enherbement, la pauvreté des sols. L érosion est reléguée au dernier rang des contraintes grâce au couvert végétal plus important dans la région. La non maîtrise de l eau s exprime en terme de son non contrôle et aussi de la difficulté de calage des cycles des différentes cultures. Les contraintes liées à l enherbement constituent une grande préoccupation surtout dans la partie ouest de la région. Certains exploitants des bas fonds de cette partie de la région préfèrent investir dans les herbicides que dans les engrais afin de disposer de temps pour d autres activités. Contraintes socio économiques. Les contraintes socio économiques identifiées ne sont pas propres à la région. Elles concernent l absence d encadrement, la mévente du riz et des produits maraîchers, la destruction des cultures par les animaux en divagation et l attaque du riz par les oiseaux. La plupart de ces contraintes peuvent être levées si les exploitants sont accompagnés dans leurs efforts par les services de vulgarisation ou les ONG. La recherche dispose de technologies pouvant permettre d améliorer la production dans ces agro systèmes, mais celles ci sont peu connues de la vulgarisation et des producteurs. L absence d appui conseil aux exploitants se traduit par la pratique de techniques culturales peu adaptées, l impossibilité ou la difficulté d accès au crédit et aux intrants, l utilisation de semences locales peu performantes ou de semences améliorées dégénérées et la non maîtrise des circuits de commercialisation. 42

15 Liste des bas fonds identifiés dans la région des Plateaux 43

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION CNSA/DDANE Vol.1 # 1 Période couverte : Mai Août 2010 Publication : Septembre 2010 Résumé de la situation de sécurité alimentaire

Plus en détail

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION

CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES SECTION I : DE L OBJET ET DU CHAMP D APPLICATION PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice Loi n 022/2008 Portant Code Agricole en République Gabonaise. L Assemblée Nationale et le Sénat ont délibéré et adopté ; Le Président

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Mitigation and adaptation options for rain fed Agriculture sector in West Africa

Mitigation and adaptation options for rain fed Agriculture sector in West Africa Mitigation and adaptation options for rain fed Agriculture sector in West Africa Rain fed Agriculture sector in West Africa Emploie plus de 70% de la population active Essentiellement a base de cereales

Plus en détail

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles LE DAAL BAHT Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles Pour 4 personnes Préparation : 10 min Cuisson : 40 min Ingrédients

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA ETUDE MORPHO-PEDOLOGIQUE PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA Dioni Lassana 1 et Oumar Badini 2 1 Institut d Economie Rurale (IER), Sotuba, Mali 2 Washington State University, Pullman, Washington, USA

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Etat des lieux du développement de l Agriculture à Madagascar

Etat des lieux du développement de l Agriculture à Madagascar «50 ans d excellence au service du développement» L AGRICULTURE À MADAGASCAR: COMMENT RÉALISER LA RÉVOLUTION DANS LE SECTEUR AGRICOLE? Conférence Internationale organisée par la FRIEDRICH-EBERT-STIFTUNG

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

EPANDAGE DES DÉCHETS SUR SOLS AGRICOLES BURKINABÉ

EPANDAGE DES DÉCHETS SUR SOLS AGRICOLES BURKINABÉ PRÉSENTATION POWER POINT EPANDAGE DES DÉCHETS SUR SOLS AGRICOLES BURKINABÉ NIKIEMA Basile francois Ingénier Environnementaliste Burkina Faso INTRODUCTION Il est commun de constater que l'agriculture (et

Plus en détail

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise

Les zones humides. de la Montagne Noire audoise Les zones humides de la Montagne Noire audoise DÉCEMBRE 2013 Les zones humides, que l on appelle sagnes dans nos montagnes, font l objet depuis les années 90 en France de différentes politiques publiques

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail Amadou SIDIBE, IER 1 Plan de la présentation Présentation du Mali Sites du projet et espèces Partenaires du

Plus en détail

Quelles stratégies foncières pour les structures de bassin versant? Présentation du Plan de Gestion Durable du Gardon d Alès aval

Quelles stratégies foncières pour les structures de bassin versant? Présentation du Plan de Gestion Durable du Gardon d Alès aval Quelles stratégies foncières pour les structures de bassin versant? Présentation du Plan de Gestion Durable du Gardon d Alès aval Journée technique d information et d échange de l ARRA Lyon, le 4/10/2013

Plus en détail

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Table des matières - I - Table des matières Avant-propos...3 Introduction...9 Problématique...13 Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Méthodologie...17

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0

Respecter les valeurs de la nature ISO 140 0 Respecter les valeurs de la nature on nem tion envir a c fi ti r e C 1 ISO 140 0 entale L entreprise Klasmann-Deilmann est la plus performante des entreprises du domaine des supports de culture. Associant

Plus en détail

FORUM AGRIBUSINESS 2012

FORUM AGRIBUSINESS 2012 FORUM AGRIBUSINESS 2012 «Partenariat Investissement Technologie pour relancer l Agriculture africaine» CREDIT MUTUEL DU SENEGAL THEME : FINANCER L AGRICULTURE AFRICAINE : MECANISMES STRATEGIES MODELES

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013 Les cordons pierreux 2 Les bandes enherbées 3 Conservation

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement Soklou Worou To cite this version: Soklou Worou. La diversification

Plus en détail

COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG

COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG Julien Deroy Jeudi 16 octobre 2014 Contexte d HaïG 76% de la popula,on: < 2$US/jr Importa,ons

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS REPUBLIQUE DU BENIN Union Commun ale des Producteurs de Kétou RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS Consultant-Formateur : Arnaud DETCHENOU

Plus en détail

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine

Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi de la tâche urbaine Séminaire de restitution des études 2009-2010 - OHM bassin minier de Provence Aix-en-Provence, 25 juin 2010 Apport des images à très haute résolution et de la méthodologie orientée-objet pour le suivi

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

Enquête agricole 2014

Enquête agricole 2014 Ministère de l Agriculture et de l Equipement Rural ------------------------- Direction de l Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles Enquête agricole 2014 Atelier International Observation

Plus en détail

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région

Mékong, la mère. de tous les fleuves. Le Mékong s élargit au sud de Luang Prabang, où il inonde régulièrement la région 16 Mékong, la mère de tous les fleuves Quatrième fleuve de l Asie par le débit (après le Yangzi Jiang, le Gange- Brahmapoutre et l Ienisseï), le Mékong naît au Tibet. Après avoir contourné l Himalaya,

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

REGION DE TOMBOUCTOU Cercle de Diré

REGION DE TOMBOUCTOU Cercle de Diré PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace

La base de données régionale sur les sols. d Alsace. La base de données régionale sur les sols d Alsace 3 outils complémentaires pour connaître les sols en Alsace La base de données régionale sur les sols d Alsace Le guide des sols d Alsace La base de données régionale sur les sols Le réseau de mesure de

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE LA CREATION DU VERGER DES FEMMES DE GAFFANTA :

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE LA CREATION DU VERGER DES FEMMES DE GAFFANTA : CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE LA CREATION DU VERGER DES FEMMES DE GAFFANTA : Du début des années < 70 > à la fin des années < 80 >, durant deux décennies entières, la sécheresse avait durement sévi dans

Plus en détail

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019

ProConseil PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA FERTILITE DES SOLS DU CANTON DE VAUD 2014-2019 Partenaires Département de l économie Service de l agriculture Direction générale de l environnement Géologie, sols et déchets

Plus en détail

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique

N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique N et nom du dispositif 2.3. : Construire une filière biologique PDRH Mesure 121 : «Modernisation des exploitations agricoles» C. Dispositifs régionaux complémentaires d aides à la modernisation 121 C4.

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14 Objectifs L objectif de cette série des questionnaires est de suivre les détails de la production agricole de l UPA dans une manière permettant le calcul des coûts de production et la valeur de la récolte

Plus en détail

favoriser l emploi au profit de la jeune population.

favoriser l emploi au profit de la jeune population. Comme dans beaucoup de pays, l Algérie est confrontée aujourd hui à des défis majeurs, et plus particulièrement celui de la création d emploi avec comme priorité, de favoriser l emploi au profit de la

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Afrique nourricière. Objectifs. Matériel. Résumé Une animation autour de la vie quotidienne au Sahel, du champ à la calebasse...

Afrique nourricière. Objectifs. Matériel. Résumé Une animation autour de la vie quotidienne au Sahel, du champ à la calebasse... CONTACTS Tél: 04 67 04 75 14 mail : pedago@agropolis.fr www.museum.agropolis.fr Objectifs Résumé Une animation autour de la vie quotidienne au Sahel, du champ à la calebasse... Découvrir la vie quotidienne

Plus en détail

Termes de Référence - DRAFT

Termes de Référence - DRAFT PROFIAB - PN : 12.2513.5-002.00 Termes de Référence - DRAFT Pour l analyse de la rentabilité des spéculations agricoles à promouvoir par le PROFIAB 1. Contexte et Justification Le pôle d intervention prioritaire

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE YASSO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE YASSO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Julien Fiquepron, Centre national de la propriété forestière Olivier Picard, CNPF - Eric Toppan, FPF - Aurélien

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI PROGRAMME COMPETITIVITE Un Peuple un But une Foi ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) COORDINATION REGIONALE DE SEGOU GROUPEMENT AGRERGID BP : 327 Ségou Tel

Plus en détail

vulnérabilité des Ressources en Eau Superficielle au Sahel aux évolutions Anthropiques et Climatiques à moyen terme

vulnérabilité des Ressources en Eau Superficielle au Sahel aux évolutions Anthropiques et Climatiques à moyen terme Évolution de l occupation du sol sous pression anthropique et impact sur le ruissellement de surface et les coefficients d écoulement dans le bassin versant du Bani S. Louvet, B. Barbier, D. Ruelland,

Plus en détail

Drainage et aménagements hydro-agricoles

Drainage et aménagements hydro-agricoles Drainage et aménagements hydro-agricoles Améliorer nos rendements grâce à l égouttement des sols Rivière-du-Loup, 9 janvier 2013 Par Yves Bédard, ing. MAPAQ, Chaudière-Appalaches UNE PARCELLE CULTIVÉE

Plus en détail

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures

L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures L efficacité énergétique dans le secteur des grandes cultures Mars 2008 Cette fiche pratique, publiée à l intention des productrices et producteurs céréaliers, fournit des renseignements et des conseils

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

L aménagement projeté s appuie sur les données de base suivantes :

L aménagement projeté s appuie sur les données de base suivantes : 1 INTRODUCTION Le plan de gestion de la Fondation des Grangettes pour la période 2010-2019 prévoit, outre les mesures courantes d entretien, un certain nombre d aménagements. Le présent document décrit

Plus en détail

Sécuriser la mobilité du pastoralisme dans les zones. Bertrand Guibert (IRAM)

Sécuriser la mobilité du pastoralisme dans les zones. Bertrand Guibert (IRAM) Sécuriser la mobilité du pastoralisme dans les zones fragiles en temps de crise Bertrand Guibert (IRAM) Contexte du Pastoralisme Le pastoralisme : un mode de vie et de production Phénomène mondial et sahélien

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU?

PLU OBJECTIF PLAN LOCAL D URBANISME QU EST CE QUE LE PLU? QU EST CE QUE LE PLU? Le Plan local d urbanisme (PLU) porte et accompagne un véritable «projet de ville» et encadre les interventions publiques et privées en matière d urbanisme. Il oriente ainsi la fabrique

Plus en détail

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007 1 URD Université de Lomé Unité de Recherche Démographique B.P. 12971 Tél. (228) 221-17-21 Fax : (228) 222-08-89 E-ma il : urd@tg-refer.org ; urdlome@yahoo.fr http\\ : www.urd-lome.org Lomé TOGO ENQUETE

Plus en détail

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007

Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 Conseil de développement du Grand Dax Collège Environnement et Développement Durable 3 Avril 2007 1 Election Présentation I) Les orientations de nos partenaires - Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail