Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés"

Transcription

1 Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture du riz. L intervention des hommes pendant cette période de l année est limitée aux versants des bas fonds. Ils y cultivent la patate douce, l arachide et parfois le sorgho rouge. Le manque d eau et la pratique de l élevage limitent la mise en valeur des bas fonds en contre saison. Les zones où se pratique le maraîchage de contre saison (activité réservée aux hommes) sont protégées des animaux par des murailles surmontées de branchages d épineux. Les principales contraintes spécifiques à la région sont l érosion, le ravinement et l insuffisance des terres de bas fonds pendant la saison des pluies). Presque tous les bas fonds de la région sont exploités; même les lits des cours d eau sont recherchés par les femmes pour la culture du riz. Tableau 1: Principaux indicateurs de la région des Savanes Paramètres Moyenne de la région Moyenne nationale Densité de population rurale 56 hab./km² 50 hab./km² Habitants/ménage rural 8, 8 6,3 Ménages ruraux pratiquant l agriculture et l élevage (%) 70,6 40,5 Nombre de parcelles/ménage 8 à 10 5,46 Superficie moyenne des parcelles cultivées en ha 0,3 0,36 Source: DSID, Le riz produit dans les bas fonds constitue la caisse d épargne pour la femme. L essentiel des besoins de cette dernière est satisfait par le revenu tiré de la vente du riz. Le riz constitue également un aliment de luxe qui fait partie des mets pendant les évènements solennels (fêtes, mariages, baptêmes, etc.). Caractéristiques biophysiques des bas fonds Les bas fonds sont d un accès facile. Sur le plan morphologique, la forme la plus répandue est la forme en U. L encaissement est peu marqué. La végétation dominante est une savane arbustive dégradée. En réalité, tout le paysage est constitué de champs. Les sols dominants sont les sols peu évolués d apport colluvial ou colluvio alluvial hydromorphes à texture sableuse à sablo limoneuse dans les cm reposant sur des matériaux compacts. La dynamique de la nappe est temporaire ou permanente selon les endroits; cette dynamique est fonction des zones, de la topographie d ensemble et du matériau pédologique sous jacent. Tableau 2: Principales caractéristiques biophysiques des bas fonds (région des Savanes) Encaissement Peu marqué Géologie Granodiorites et grès Végétation dominante Savane arbustive dégradée Types de sols dominants dans les bas fonds Début d inondation Fin d inondation Dynamique de la nappe Sols peu évolués d apport colluvial hydromorphes à texture limono sableuse à sablo limoneuse (40 60 cm sur de l argile sableuse compacte) Août Octobre Temporaire en général et permanente par endroits 29

2 Tableau 3: Principales caractéristiques socio économiques des bas fonds (région des Savanes) Principaux paramètres étudiés Caractéristiques Origine des exploitants Autochtones Ethnies dominantes Moba Producteurs agricoles > 80% Sexe dominant Féminin (> 80%) Organisation des exploitants Individuels Moyenne d âge ans % des exploitants s exprimant en français < 20% % d exploitation des bas fonds en saison humide 100% % d exploitation des bas fonds en contre saison 5 10% Exploitation des bas fonds Temporaire la plupart des cas à cause du manque d eau et aussi de la divagation des animaux Systèmes de cultures Cultures en pure du riz, de la patate douce sur les versants, du sorgho et du maraîchage Principales cultures en début de saison Néant Principales cultures en pleine saison des pluies Riz, patate douce Principales cultures en contre saison Cultures maraîchères avec dominance de l oignon et de la tomate Utilisation d intrants Semences améliorées pour les cultures maraîchères et locales pour les autres cultures, engrais en sous doses sur toutes les cultures. La fertilisation est fonction des possibilités financières de l exploitant Accès à la terre Facile Suffisance de la ressource terre Insuffisante Mode d accès à la terre Héritage et prêt pour les hommes, prêt pour les femmes et parfois location Aménagement Plus de 80% des bas fonds ne sont pas aménagés. Les périmètres aménagés concernent l aval des barrages Mise en valeur Traditionnelle Tableau 4: Principales contraintes identifiées (région des Savanes) Contraintes biophysiques Contraintes socioéconomiques La non maîtrise de l eau L absence d encadrement L érosion Le morcellement continu des parcelles Le ravinement La location des terres de bas fonds La mévente du riz et des produits maraîchers pendant la période de récolte La pauvreté des sols L enherbement (striga du riz) Contraintes biophysiques La non maîtrise de l eau: la plupart des bas fonds exploités traditionnellement ne sont pas aménagés. Le semis du riz se fait à plat après labour du sol à la daba. L absence de maîtrise de l eau rend aléatoire la culture du riz quelle que soit l année. Les aménagements traditionnels observés sur le terrain ont trait aux bas fonds exploités en contre saison grâce à la présence de la nappe. Il s agit de murailles en terre autour des parcelles et de petits puits maraîchers de 0,50 à 2 m de profondeur. Ces ouvrages sont défaits en saison des pluies et reconstruits en contre saison. L érosion: le caractère orageux des précipitations, la violence des crues et les forts ruissellements sur des terres très fragiles et généralement peu profondes et très vulnérables sont autant de facteurs qui concourent à l érosion des sols entraînant ainsi leur dégradation physique et chimique. 30

3 Le ravinement: le ravinement est une forme d érosion beaucoup plus dangereuse. Il se traduit par la naissance de rigole ou de fossé généralement à l aval du bas fond. Cette rigole se creuse, s approfondit et progresse vers l amont du bas fond. Cette progression peut atteindre plusieurs mètres par an. La ravine, si elle n est pas arrêtée à temps, peut entraîner la disparition du bas fond. La pauvreté des sols: elle se traduit par des diminutions sensibles de rendements des cultures. L enherbement: cette contrainte est commune à la riziculture de bas fonds. On note cependant dans la région, la présence d une adventice particulière, localement appelée «Mouli Djem» (striga du riz), qui entraîne des baisses sensibles de rendement du riz. Liste des bas fonds identifiés dans la région des Savanes 31

4 Liste des bas fonds identifiés dans la région des Savanes (suite) 32

5 Annexe 3: Région de la Kara Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds diffère selon que l on soit à l est ou l ouest de la région. Les bas fonds sont très sollicités à l est où la densité de population est très forte. La culture du riz est presque toujours associée à plusieurs autres cultures (igname, arachide, gombo, etc.). Le relief très montagneux de cette partie de la région fait que les bas fonds qui sont en réalité des vallées très encaissées retiennent très peu l eau après les pluies, ce qui limite leur exploitation en saison sèche. La tomate est la principale culture de contre saison. A l ouest de la région, la disponibilité en terres due à la faible densité de population et la pratique de culture du coton (culture de rente) ont pour conséquence, un faible taux d utilisation des bas fonds. La principale contrainte récurrente dans la région est la mévente de la tomate et du riz. Tableau 1: Principaux indicateurs de la région de la Kara Paramètres Moyenne de la région Moyenne nationale Densité de population rurale 38 hab./km 2 50 hab./km 2 Habitants/ménage rural 6,4 6,3 Ménages ruraux pratiquant l agriculture et l élevage (%) 45 40,5 Nombre de parcelles/ménage 8 à 10 5,46 Superficie moyenne des parcelles cultivées en ha 0,3 0,36 Sources: DSID, 1996; Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre Tableau 2: Principales caractéristiques biophysiques des bas fonds (région de la Kara) Paramètres étudiés Caractéristiques Est Ouest Accès Assez facile, parfois difficile Facile Morphologie Vallée en V Vallée en U Encaissement Marqué peu marqué Géologie Complexe du Kabyè à dominance de roches basiques Ortho gneiss, shales gris vert, siltones, grès argileux Végétation dominante Savane arbustive dégradée Savane arborée dégradée Sols dominants Sablo argileux ou sablo limoneux Sableux à sablo argileux sur de l argile peu profonds, sableux Début d inondation Juin juillet Juin juillet Fin d inondation Octobre novembre Décembre janvier Dynamique de la nappe Temporaire Temporaire Caractéristiques socioéconomiques Sur le plan socioéconomique, des différences sont également observées entre les parties est et ouest. A l ouest, la disponibilité en terres, les faibles densités de population et le développement de la culture de coton font que les bas fonds sont moins sollicités et moins exploités par les populations. Les principales spéculations qu on y rencontre sont le maïs et le mil en début de saison, le riz en pleine saison et l igname et/ou le manioc en contre saison. Ces cultures sont essentiellement destinées à l autoconsommation. Dans la partie est de la région, la forte pression exercée sur les ressources naturelles à cause de la forte densité de population fait des bas fonds, des agro systèmes très recherchés par les exploitants agricoles et les élèves. L exploitation du bas fond pendant la période hivernale est raisonnée en terme de sécurité alimentaire; d où la cohabitation de plusieurs cultures. Il est courant de recenser quatre à 33

6 cinq cultures sur une même parcelle (igname associée au maïs, au gombo, au taro, au riz ou l arachide associée au mil ou sorgho, du maïs associé au riz, etc.). Toutes ces cultures sont prioritairement destinées à l autoconsommation. En contre saison (octobre février), les bas fonds sont intensément exploités en maraîchage. La principale culture pratiquée pendant cette période est la tomate. On y cultive également les légumes locaux. Bien que la tomate se vende très mal du fait de la non organisation de la filière, elle procure des revenus substantiels aux producteurs. Les cultures maraîchères sont essentiellement destinées à la vente. L essentiel des besoins des ménages (santé, scolarisation des enfants, construction d habitat, mariages, funérailles, etc.) sont satisfaits à partir des revenus tirés de la vente des produits maraîchers. Tableau 3: Principales caractéristiques socio économiques des bas fonds (région de la Kara) Paramètres étudié Caractéristiques Est Ouest Origine des exploitants Autochtones et allogènes Autochtones et allogènes Ethnies dominantes Kabyè, Lamba, Losso Bassar, Kokomba Producteurs agricoles > 60% > 80% Sexe dominant Masculin Masculin Organisation des exploitants Individuels Individuels Moyenne d âge ans ans % des exploitants s exprimant en français > 70% > 50% % d exploitation des bas fonds en saison humide 100% < 20% % d exploitation des bas fonds en contre saison 40 50%. La limitation est l eau < 10% Exploitation des bas fonds Continue à cause de la culture de l igname, du manioc et du maraîchage Continue à cause de la culture de l igname et du manioc Systèmes de cultures Principales cultures en début de saison Prédominance de cultures associées (techniques variables en fonction des ethnies) Maïs, sorgho, mil, niébé, arachide, gombo la plupart du temps en association Prédominance de cultures associées (techniques variables en fonction des ethnies) Maïs, sorgho, mil, niébé, arachide, gombo, la plupart du temps en association Principales cultures en pleine saison des pluies Riz Riz Principales cultures en contre saison Cultures maraîchères, un peu d igname Igname, manioc sur de faibles et parfois du manioc superficies Utilisation d intrants Semences locales, engrais en sous doses sur les cultures maraîchères et parfois sur les vivriers Accès à la terre Facile Facile Suffisance de la ressource terre Insuffisante Suffisante Mode d accès à la terre Héritage et prêt pour les autochtones hommes, prêt pour les femmes autochtones ou non et les hommes allogènes et parfois location Mise en valeur Traditionnelle Traditionnelle Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre 2003 Semences locales, engrais parfois en sous dose sur les cultures vivrières Héritage et prêt pour les hommes autochtones, prêt pour les femmes autochtones ou non et les hommes allogènes 34

7 Contraintes identifiées Les contraintes sont d ordre biophysique et socio économique. Malgré les différences entre l est et l ouest, les contraintes liées à la mise en valeur des bas fonds sont communes aux deux zones Tableau 4: Principales contraintes identifiées (région de la Kara) Contraintes biophysiques Contraintes socio économiques La non maîtrise de l eau La mévente de riz La pauvreté des sols La mévente de la tomate L enherbement Absence d encadrement des exploitants L érosion et le ravinement Contraintes biophysiques Non maîtrise de l eau: elle se traduit par le déficit ou l excès d eau et les dégâts que cela occasionne Pauvreté des sols: elle est surtout marquée à l est Enherbement: c est un problème récurrent dans les bas fonds Erosion et ravinement: ils sont surtout observés dans les bas fonds à horizons superficiels sableux. Ils se manifestent par des atterrissements sableux en aval du bas fond et le développement de ravines au bas des versants qui progressent vers l amont. Contraintes socioéconomiques Mévente du riz: elle est due entre autres, à la non transformation du produit et à la non organisation du circuit de commercialisation. Mévente de la tomate: c est un problème récurrent qui affecte tous les maraîchers de la région. Absence d encadrement qui se traduit par: le manque d organisation des exploitants; la pratique de techniques culturales non adaptées; l impossibilité ou la difficulté d accès au crédit et aux intrants; l utilisation de semences locales peu performantes ou de semences améliorées dégénérées. 35

8 Liste des bas fonds identifiés dans la région de la Kara 36

9 Liste des bas fonds identifiés dans la région de la Kara (suite) 37

10

11 Annexe 4: Région des Plateaux Caractéristiques et bas fonds identifiés La région des Plateaux est très contrastée: une zone de montagnes à l ouest et une zone de plaines à l est. Ce contraste a des impacts sur la mise en valeur des bas fonds. Ces agro systèmes sont très exploités à l ouest où les meilleures terres sont affectées aux cultures de café et de cacao. La principale culture qu on y pratique est le riz. Dans la zone de plaines à l Est, les terres sont encore disponibles. C est également la plus grande zone de production du coton. Les bas fonds subissent moins de pression et leur taux d exploitation est très faible. Ce faible taux est aussi lié au manque d expérience et à l ignorance des populations autochtones des potentialités agricoles de ces agro systèmes. Les bas fonds sont plus exploités par les allogènes. Le maraîchage de contre saison est pratiqué dans les bas fonds péri urbains et en aval des retenues d eau. Les principales contraintes évoquées par les exploitants sont l enherbement, la mévente des produits maraîchers et du riz surtout pendant la période de récolte. Tableau 1: Principaux indicateurs de la région des Plateaux Paramètres Moyenne de la région Moyenne nationale Population rurale 49 hab./km² 50 hab./km² Habitants/ménage rural 5,6 6,3 Ménages ruraux pratiquant l agriculture et l élevage (%) 33,2 40,5 Nombre de parcelles/ménage 3,69 5,46 Superficie moyenne des parcelles cultivées en ha 0,48 0,36 Source: DSID, Mise en valeur agricole des bas fonds et contraintes L importance économique des bas fonds diffère selon que l on soit à l est ou à l ouest de la région. Plusieurs facteurs conditionnent leur mise en valeur traditionnelle. Caractéristiques biophysiques Sur le plan biophysique, les différences d ordre morphologique entre les bas fonds de la partie est et ceux de la partie ouest, sont minimes. Les différences sont d ordre géologique; ceci induit des différences au niveau de la texture des sols (sols à horizons de surface limono sableux à l ouest et sablo limoneux à sableux à l est). Dans l ensemble, les bas fonds sont faciles d accès. Ils sont très évasés et présentent une forme en U. La dynamique de la nappe dans les bas fonds est fonction de la nature des sols. Dans la zone ouest, les sols sont souvent plus riches en limon et s inondent assez rapidement. La pluviométrie élevée (1 400 mm et plus) et la longueur de la période hivernale (6 à 7 mois) font qu ils restent humides assez longtemps après les pluies et sont potentiellement aptes à la pratique des cultures de contre saison. A l est, la dynamique des nappes est plus conditionnée par la nature des sols. 39

12 Tableau 2: Principales caractéristiques biophysiques des bas fonds (région des Plateaux) Principaux paramètres étudiés Zone montagneuse (Ouest) Zone de plaines (Est) Accès Assez facile, mais parfois difficile à cause du Facile mauvais état des pistes Morphologie Vallée en U Vallée en U Encaissement Peu marqué Peu marqué Géologie Quartzites, schistes, grès, micaschistes Granites à pegmatites et migmatites Végétation dominante Forêt dense en voie de dégradation Savane arborée dégradée Types de sols dominants dans les bas fonds Fin d inondation Sols limono sableux en surface/sablo argilo limoneux à argileux en profondeur Novembre décembre parfois janvier (variable en fonction de la nature du sol et de la pluviométrie) Début d inondation Juillet août Juillet août Dynamique de la nappe Temporaire Temporaire Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre 2003 Sols sablo limoneux à sableux faiblement argileux en surface devenant sablo argileux à argileux En profondeur Novembre décembre parfois janvier (variable en fonction de la nature du sol et de la pluviométrie) Caractéristiques socioéconomiques Elles diffèrent selon que l on soit à l est ou à l ouest. A l ouest: Les bas fonds sont exploités à plus de 80% des superficies et majoritairement par les femmes. Les principales cultures sont le riz et les cultures maraîchères. Le maraîchage est autant pratiqué en début de saison qu en contre saison autour des grandes agglomérations, à condition que la nature des sols et la pluviométrie le permettent. Hormis l autoconsommation, le riz contribue de façon substantielle à l amélioration des revenus des exploitants et à la satisfaction des besoins de scolarisation des enfants, des frais engendrés par les maladies, funérailles, du ménage, etc. (Samlaba et al., 2003). Les ressources en terres de bas fonds sont insuffisantes. L accès aux terres de bas fonds se fait par héritage, prêt et location pour les autochtones hommes et femmes, par achat ou par location pour les allogènes hommes et femmes. 40

13 Tableau 3: Principales caractéristiques socio économiques des bas fonds (région des Plateaux) Paramètres étudié Caractéristiques Ouest Est Origine des exploitants Autochtones et allogènes Autochtones et allogènes Ethnies dominantes Ewé, Akposso, Akébou, Kabyè, Lamba, Ewé, Adja, Ifè, Kabyè, Losso, Lamba Losso, Tchamba Producteurs agricoles > 80% > 80% Sexe dominant Féminin Masculin Organisation des exploitants Individuels Individuels Moyenne d âge ans ans % des exploitants s exprimant en français > 60% > 40% % d exploitation des bas fonds en saison humide > 80% < 30% % d exploitation des bas fonds en contre saison Exploitation des bas fonds Systèmes de cultures 20 30% (bas fonds situés le long des principaux axes routiers) Continue le long des grands axes routiers, temporaire dans les zones enclavées Monoculture de riz dans les zones reculées et diversification dans les zones péri urbaines Moins de 10% (bas fonds situés le long des principaux axes routiers) Continue par endroits à cause de la culture de l igname et temporaire dans les zones de pratique de cultures de contre saison Prédominance de cultures associées Mise en valeur variable en fonction des ethnies et du calendrier des exploitants Principales cultures en début de saison Maïs, niébé, gombo, arachide Maïs, niébé, arachide, gombo la plupart du temps en association Principales cultures en pleine saison des Riz pluies Principales cultures en contre saison Cultures maraîchères le long des principaux axes routiers Igname, cultures maraîchères Utilisation d intrants Semences locales, engrais en sous doses sur les cultures maraîchères et le riz Accès à la terre Facile Facile Suffisance de la ressource terre Suffisante Insuffisante Mode d accès à la terre Aménagement Héritage, prêt et location pour les autochtones hommes et femmes, achat et location pour les allogènes hommes et femmes Sans aménagement (quelques rares sites aménagés et retenues d eau) Mise en valeur Traditionnelle Traditionnelle Source: Bas fonds du Togo: Rapport final de synthèse provisoire, octobre 2003 Semences locales, engrais essentiellement sur les cultures maraîchères Héritage, prêt et location pour les autochtones hommes, prêt et location pour les femmes autochtones et les allogènes hommes et femmes Sans aménagement (quelques rares retenues d eau pour le maraîchage) 41

14 Contraintes identifiées Elles sont à peu près les mêmes dans l ensemble de la région. L ampleur de certaines contraintes varie en fonction du degré d exploitation des bas fonds. Tableau 4: Principales contraintes identifiées (région des Plateaux) Contraintes biophysiques Contraintes socio économiques Non maîtrise de l eau L absence d encadrement Enherbement La mévente du riz et des produits maraîchers Pauvreté des sols La destruction des cultures par les animaux en divagation et les bœufs transhumants Erosion L attaque du riz par les oiseaux Contraintes biophysiques. Les principales contraintes biophysiques recensées dans l ensemble de la région sont: la non maîtrise de l eau, l enherbement, la pauvreté des sols. L érosion est reléguée au dernier rang des contraintes grâce au couvert végétal plus important dans la région. La non maîtrise de l eau s exprime en terme de son non contrôle et aussi de la difficulté de calage des cycles des différentes cultures. Les contraintes liées à l enherbement constituent une grande préoccupation surtout dans la partie ouest de la région. Certains exploitants des bas fonds de cette partie de la région préfèrent investir dans les herbicides que dans les engrais afin de disposer de temps pour d autres activités. Contraintes socio économiques. Les contraintes socio économiques identifiées ne sont pas propres à la région. Elles concernent l absence d encadrement, la mévente du riz et des produits maraîchers, la destruction des cultures par les animaux en divagation et l attaque du riz par les oiseaux. La plupart de ces contraintes peuvent être levées si les exploitants sont accompagnés dans leurs efforts par les services de vulgarisation ou les ONG. La recherche dispose de technologies pouvant permettre d améliorer la production dans ces agro systèmes, mais celles ci sont peu connues de la vulgarisation et des producteurs. L absence d appui conseil aux exploitants se traduit par la pratique de techniques culturales peu adaptées, l impossibilité ou la difficulté d accès au crédit et aux intrants, l utilisation de semences locales peu performantes ou de semences améliorées dégénérées et la non maîtrise des circuits de commercialisation. 42

15 Liste des bas fonds identifiés dans la région des Plateaux 43

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION

OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION OBSERVATOIRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DU NORD EST (OSANE) BULLETIN D INFORMATION CNSA/DDANE Vol.1 # 1 Période couverte : Mai Août 2010 Publication : Septembre 2010 Résumé de la situation de sécurité alimentaire

Plus en détail

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA

PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA ETUDE MORPHO-PEDOLOGIQUE PEDOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE MADIAMA Dioni Lassana 1 et Oumar Badini 2 1 Institut d Economie Rurale (IER), Sotuba, Mali 2 Washington State University, Pullman, Washington, USA

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement Soklou Worou To cite this version: Soklou Worou. La diversification

Plus en détail

REGION DE TOMBOUCTOU Cercle de Diré

REGION DE TOMBOUCTOU Cercle de Diré PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain

Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques. Guide de terrain Diagnostic de ruissellement et d érosion des produits phytopharmaceutiques Guide de terrain Introduction La réalisation d un diagnostic approfondi est indispensable pour proposer des solutions spécifiques

Plus en détail

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL

ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE A VOCATION ECONOMIQUE DANS LA REGION DE KOLDA/SENEGAL Séminaire de partage "Nourrir les villes par une agriculture familiale durable" du samedi 7 au lundi 9 décembre 2013 à Dakar, Sénégal ETUDE DE CAS FACILITATION POUR LA MISE EN PLACE D UNE FAITIERE DE MARAICHAGE

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA

ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA PASISAT Projet d Appui à l Amélioration du Système d Information sur la Sécurité Alimentaire au Tchad ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA Mars

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau

L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau Référence 5 L aménagement de bas-fonds et la gestion de l eau Résumé Pour bien concevoir et élaborer un plan d aménagement, on a besoin d informations et de connaissances d un spécialiste. Une bonne connaissance

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE KALABANCORO PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Dans ce travail, nous avons évalué les possibilités d une intensification de l agriculture dans le Plateau Central à partir des nouvelles technologies (techniques traditionnelles

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence INSTITUT D ECONOMIE RURALE Japan International Research Center for Agricultural Sciences Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence Décembre 2012 Annexe:

Plus en détail

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante ANNEXES Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante Annexe 2: Cadre logique du projet Annexe 3: Fiches analytiques de la rentabilité des filières Annexe 4: Tableau d analyse des filières

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST

ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST ETUDE SUR LA CONSOMMATION ALIMENTAIRE EN AFRIQUE DE L OUEST Rapport de synthèse Août 2011 0 Avant- Propos Ces contributions sur «les Dynamiques de consommation alimentaire en Afrique de l Ouest» ont été

Plus en détail

Enquête agricole 2014

Enquête agricole 2014 Ministère de l Agriculture et de l Equipement Rural ------------------------- Direction de l Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles Enquête agricole 2014 Atelier International Observation

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN)

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) 1. Le contexte de la riziculture dans le pays Bref aperçu de la filière riz au Bénin Le riz représente actuellement au niveau national, au

Plus en détail

SEMINAIRE - ATELIER LES UNIVERSITÉS D AFRIQUE FRANCOPHONE ET LA CONNAISSANCE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT: QUELLES LEÇONS TIRER DES EXPÉRIENCES

SEMINAIRE - ATELIER LES UNIVERSITÉS D AFRIQUE FRANCOPHONE ET LA CONNAISSANCE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT: QUELLES LEÇONS TIRER DES EXPÉRIENCES SEMINAIRE - ATELIER LES UNIVERSITÉS D AFRIQUE FRANCOPHONE ET LA CONNAISSANCE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT: QUELLES LEÇONS TIRER DES EXPÉRIENCES Dakar, 30 novembre 02 décembre 2005 1 Expérience de l Université

Plus en détail

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14 Objectifs L objectif de cette série des questionnaires est de suivre les détails de la production agricole de l UPA dans une manière permettant le calcul des coûts de production et la valeur de la récolte

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE DIOUNGANI

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE DIOUNGANI PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TAMBAGA

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TAMBAGA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali (PROMISAM)

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE N GOA

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE N GOA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI RAPPORT JUILLET 2013 Données collectées du 15 au 29 mai 2013 1 SOMMAIRE I.

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Les zones tampon au sein des bassins versants.

Les zones tampon au sein des bassins versants. Les zones tampon au sein des bassins versants. Diversité, complémentarité et intégration optimale Guy LE HÉNAFF Pour l équipe Pollutions Diffuses IRSTEA de Lyon-Villeurbanne Co-animateur du GT Zones tampons

Plus en détail

main d'œuvre agricole au Togo et au Bénin

main d'œuvre agricole au Togo et au Bénin Etude sur la main d'œuvre agricole au Togo et au Bénin Rapport final 2010 TABLE DES MATIERES i- ABREVIATIONS ET ACRONYMES... 3 ii- LISTE DES TABLEAUX ET GRAPHIQUES... 4 iii- PREAMBULE... 7 iv- RESUME...

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT

PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT 1 PROJET DU GOUVERNEMENT DU SENEGAL PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL (FEM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PROGERT I. INFORMATIONS DE BASE

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER

Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail. Amadou SIDIBE, IER Plan de mise en œuvre du projet, proposition de sites, espèces, partenaires et plan de travail Amadou SIDIBE, IER 1 Plan de la présentation Présentation du Mali Sites du projet et espèces Partenaires du

Plus en détail

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux

L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux L érosion hydrique des sols Baptiste Algayer, Frédéric Darboux Plan détaillé Introduction : le sol (p. 3-5) Partie 1 : l érosion hydrique des sols, facteurs et processus L érosion du sol : définition et

Plus en détail

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014 Objectifs du plan d action 2011-2020 Dans le domaine agricole, le plan d action vise principalement à réduire les apports en phosphore dans les eaux par ruissellement ou érosion et à limiter les apports

Plus en détail

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Julien Fiquepron, Centre national de la propriété forestière Olivier Picard, CNPF - Eric Toppan, FPF - Aurélien

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS)

Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS) Institut de recherche pour le développement Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS) Cas de la délégation de Haffouz

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud.

Janvier 2012. SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23 03 63 Environnement@groupe-degaud. DIAGNOSTIC DE ZONE HUMIDE SUR LE SECTEUR D AMENAGEMENT PRESSENTI SALAMOT/REVELAZ COMMUNE DE TULLINS Janvier 2012 SETIS - GROUPE DEGAUD 20, rue Paul Helbronner 38100 GRENOBLE : 04 76 23 31 36 : 04 76 23

Plus en détail

Afrique nourricière. Objectifs. Matériel. Résumé Une animation autour de la vie quotidienne au Sahel, du champ à la calebasse...

Afrique nourricière. Objectifs. Matériel. Résumé Une animation autour de la vie quotidienne au Sahel, du champ à la calebasse... CONTACTS Tél: 04 67 04 75 14 mail : pedago@agropolis.fr www.museum.agropolis.fr Objectifs Résumé Une animation autour de la vie quotidienne au Sahel, du champ à la calebasse... Découvrir la vie quotidienne

Plus en détail

La fabrication du compost et la fosse compostière

La fabrication du compost et la fosse compostière La fabrication du compost et la fosse compostière Sommaire Objectifs et principes de la technique Quelques conseils pour les paysans La construction de la fosse compostière La fabrication du compost Calendrier

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE D ANALYSE DES RESULTATS (HEA Outcome Analysis)

RAPPORT TECHNIQUE D ANALYSE DES RESULTATS (HEA Outcome Analysis) RAPPORT TECHNIQUE D ANALYSE DES RESULTATS (HEA Outcome Analysis) PAYS : MALI Codification : RTAR_ML_FEV2014 RESUME EECUTIF Date de l analyse: 24 au 28 fevrier 2014 Période de couverte par l analyse : Octobre

Plus en détail

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement»

l association Toilettes Du Monde? Coordonnées de la personne référent sur le projet «assainissement» Vous avez un projet dans le domaine de l assainissement et vous souhaitez solliciter l appui technique de l association Toilettes Du Monde? Ce questionnaire va nous permettre de mieux cibler votre demande.

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard

Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard 1 Le pierrier du Getzbach par Etienne Juvigné et Jean-Marie Groulard Remarques préliminaires 1..Une route forestière traverse le pierrier ; elle permet donc de l observer de part et d autre. Les personnes

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA

L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA ménages Pr in cip ale s activité s s e co n d air e s pêc he préparateur (pois son) ouvrier agric ole Pr in cip ale s cu ltu r e s c af é banane girof le manioc patate douc

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Bordures de champs. Définition

Bordures de champs. Définition Territ'Eau - Agro-Transfert Bretagne - version du 09/11/2009 Bordures de champs CréditsphotosCA56 Définition C. Grimaldi, J. Baudry et C. Gascuel 1- Définitiond'une"borduredechamp" Touteslesparcellessontentouréesdeborduresdechampquitraduisentleslimitesdemiseencultureetde

Plus en détail

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise».

La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». La boucle de l Oise à Cergy. Source : Musée départemental de l éducation : «Géographie du Val d Oise». 4 Intégration du Val d Oise dans la région Situé au nord-ouest de la région Ile de France, le Val

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

REMERCIEMENTS. Nos remerciements s adressent à tous ceux qui directement et indirectement ont contribué à la réalisation de cette enquête.

REMERCIEMENTS. Nos remerciements s adressent à tous ceux qui directement et indirectement ont contribué à la réalisation de cette enquête. Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA) Enquête Nationale de la Sécurité Alimentaire (ENSA) 1 REMERCIEMENTS La CNSA reste fidèle à l accomplissement de l une des composantes de sa mission

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES GRANDE OFFENSIVE AGRICOLE POUR LA NOURRITURE ET L ABONDANCE CAHIER D ORIENTATIONS STRATÉGIQUES Matrice d opportunités d investissements Révision : 6/07/08 Impression : 7/07/08 MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013

ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES. 18 Décembre 2013 ANNEXE 3 RAPPORT D ETUDES AGRO-PEDOLOGIQUES 18 Décembre 2013 Etablissement Public Paris-Saclay ARTELIA ZAC du Moulon Délimitation, cartographie et caractérisation pédologique des zones humides Rapport

Plus en détail

GENRE ET SECURITE ALIMENTAIRE. Par Léontine PRINCE-AGBODJAN

GENRE ET SECURITE ALIMENTAIRE. Par Léontine PRINCE-AGBODJAN GENRE ET SECURITE ALIMENTAIRE Par Léontine PRINCE-AGBODJAN 1 INTRODUCTION L un des problèmes auquel le monde est confronté est la sécurité alimentaire avec son corollaire d extrême pauvreté et de la faim.

Plus en détail

création d un réseau d alimentation en eau

création d un réseau d alimentation en eau Association)Talam)Léman (Cervens, France) Groupement)d Intérêt)Economique)Tagazt)) (Agadez,)Niger)) ) du Chablais au Sahara. des partenariats solidaires création d un réseau d alimentation en eau ) Pré-projet

Plus en détail

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION

OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION CE CAHIER DES CHARGES TYPE A POUR OBJECTIF DE DEFINIR LE CONTENU TECHNIQUE MINIMUM DU RAPPORT REMIS EN FIN D ETUDE AU PARTICULIER DEMANDEUR. OBJET DE L ETUDE ET NIVEAU DE PRESTATION L objet de l étude

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Par Dan Lansana KOUROUMA, CÉREC Ouo Ouo LAMA, UdeM Jean Philippe WAAUB, GEIGER

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse n 02 septembre 2007 expost ExPost Aménagements de bas-fonds en Guinée forestière ExPost est une note de synthèse qui présente sur un thème ou

Plus en détail

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ---------------- Cabinet du Président Délégation générale à la protection sociale et à la Solidarité

Plus en détail

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey.

Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo, Département du Lac-Wey. ÉCOLE D ÉTÉ DE L IEPF ET DU SIFEE ET COLLOQUE INTERNATIONAL DU SIFEE, CAMEROUN DU 05 AU 15 SEPTEMBRE 2011 Thème: Gestion foncière au Tchad, stratégies des acteurs locaux. Etude appliquée au canton Bédogo,

Plus en détail

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger

Revue des expériences Nigériennes. Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Revue des expériences Nigériennes Présentée par Mr SANI Mahamadou Economiste Consultant Indépendant en Microfinance au Niger Plan de présentation Définition du warrantage Pourquoi le warrantage? Le cercle

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Nouveau partenariat pour le développement de l Afrique (NEPAD) Programme détaillé pour le développement de l agriculture africaine (PDDAA) Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture

Plus en détail

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015 Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto 23 février 2015 Présentation des RITA Définition et périmètre : Réseau d Innovation et de Transfert Agricole Présent dans les 5 DOM Créés en 2011

Plus en détail

Grille d analyse et ratios de décision.

Grille d analyse et ratios de décision. 1 LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PAR LES BANQUES ET LES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE EN AFRIQUE Méthodologie d évaluation prévisionnelle des activités agricoles, technique d analyse et de financement

Plus en détail

PROGRAMME DE GESTION INTEGREE DES EAUX ET DES SOLS POUR LA PROMOTION DE SYSTEMES PRODUCTIFS DURABLES (P.G.I.E.S.).

PROGRAMME DE GESTION INTEGREE DES EAUX ET DES SOLS POUR LA PROMOTION DE SYSTEMES PRODUCTIFS DURABLES (P.G.I.E.S.). REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi ------------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ------------------ PROGRAMME DE GESTION INTEGREE DES EAUX ET DES SOLS POUR LA PROMOTION

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

La politique agricole régionale (ECOWAP) et l Offensive pour la production alimentaire et contre la faim

La politique agricole régionale (ECOWAP) et l Offensive pour la production alimentaire et contre la faim Initiative conjointe de la Présidence française de l U.E. et de la Commission de la CEDEAO La politique agricole régionale (ECOWAP) et l Offensive pour la production alimentaire et contre la faim Séquence

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND

GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND Projet : GCP/RAF/453/SPA «Amélioration de la production de riz en Afrique de l Ouest en réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires» Composante Mali GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND

Plus en détail

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET 3.8 L AGRICULTURE Occupant à peine 1 % du territoire, l activité agricole est peu développée à l échelle du bassin versant de la rivière du Diable. Les exploitations agricoles y sont peu nombreuses, de

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

RESUME. Mme SIDIBE Aminata S. SIDIBE Agro-économiste ; Hamady DJOUARA Agro-économiste ; Dr Zana Jean Luc SANOGO Agronome.

RESUME. Mme SIDIBE Aminata S. SIDIBE Agro-économiste ; Hamady DJOUARA Agro-économiste ; Dr Zana Jean Luc SANOGO Agronome. Impact de la riziculture de bas-fonds sur la réduction de la pauvreté des femmes rurales de la région de Sikasso : cas des villages de Sola (Cercle de Bougouni) et de Ouatialy (Cercle de Kadiolo) Mme SIDIBE

Plus en détail

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude :

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude : Contexte de l étude : LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 civambio53@wanadoo.fr SARTHE

Plus en détail