Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE OFFICE NATIONAL DE STABILISATION ET DE SOUTIEN DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES (ONS) 01BP 186 Cotonou Tél. : & Fax : INTRANTS AGRICOLES AUTRES QUE CEUX DU COTON Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution ETUDE SOMMAIRE COTONOU JUIN 2005

2 2 INTRODUCTION L agriculture béninoise comprise au sens large donc incluant les productions végétales, animales, halieutiques et forestières se caractérise par une grande diversité. Cependant et tout au long de son histoire, elle a rarement eu plus d une filière agricole organisée. Ainsi en a t-il été pendant longtemps de la filière palmier à huile relayée ensuite par celle du coton qui elle-même connaîtra des inflexions avant sa relance à partir de Mais de façon constante, l organisation de la fourniture d intrants appropriés a toujours joué un rôle déterminant dans l organisation globale et l essor de chaque filière. En ce qui concerne la filière coton, outre les dispositions liées à l itinéraire technique, des mesures facilitant l accès, l adoption et l utilisation à crédit et à coût réduit des intrants ont été prises. Des subventions dégressives lancées en 1982 pour s éteindre progressivement en 1988 ont été accordées aux producteurs de coton. Cet exemple connu pour le rôle qu il a joué dans l organisation et la promotion de la filière coton doit inspirer la structuration des autres filières en termes de disponibilité des intrants requis et des modalités de leur obtention notamment par le crédit remboursable en fin de campagne. I CONTEXTE La situation actuelle dans le domaine des intrants agricoles se caractérise par : -la prépondérance et la priorité accordées aux intrants coton qui focalisent l attention des décideurs, des producteurs et des distributeurs sur une large partie de la campagne agricole ; -l inexistence de structure et d organisation fiables pour assurer l approvisionnement des producteurs en intrants et garantir le recouvrement ; 2

3 3 - la non organisation systématique de la commercialisation des autres productions avec un circuit et un calendrier de vente sûrs pour servir de gage pour des crédits intrants Les expériences du passé ou encore en cours dégagent quelques circuits de fourniture d intrants pour les productions autres que le coton et dont on peut retenir : le circuit de la Direction de l Agriculture impliquant les CARDER et offrant notamment les produits phytosanitaires souvent au comptant pour le niébé et d autres cultures vivrières à partir du programme Kennedy Round (KR2) ou Don japonais ; le circuit de la SONAPRA à partir du même programme KR2 ; le circuit de la recherche organisé par le CRA/CF pour certains types d intrants en expérimentation donc à diffusion limitée ; les ventes par à-coups, effectuées par certains importateurs et distributeurs d intrants opérant déjà au sein de la filière coton ou non. Le circuit le plus significatif demeure celui de la culture du coton où le désengagement de l Etat des activités de commercialisation et de production, a fortement impliqué le secteur privé. Les activités de la sous-filière intrants, se déroulaient alors sous la supervision de la SONAPRA, par le canal d appels d offres internationaux. La fourniture et la distribution des intrants par la SONAPRA aux côtés des privés répondait au double souci de constituer un stock tampon et d offrir à toute la sous-filière des prix de référence. 3

4 4 L ex-fss puis l ONS parce qu en charge de la stabilisation et du soutien des prix avaient, la charge de la détermination des prix de cession des intrants et de ceux du coton graine. A cet effet, ils prenaient une part active : - aux prévisions d emblavures et de production - à la remontée et la synthèse des besoins globaux en intrants, - au suivi des appels d offres, à l adjudication et aux commandes d intrants, - à la collecte et à l analyse des prix CAF et - à la détermination des prix de cession. Le système ainsi mis en place fonctionnera sans accros notable jusqu en tournant important des dernières réformes avec l étude sur la «stratégie de développement du sous-secteur cotonnier» connu sous le nom de «Etude WADDELL». L autre tournant important a été la fin des appels d offres internationaux intervenue au cours de la campagne 2000/2001. En effet, il est demandé à la SONAPRA de ne plus importer, de ne plus distribuer et de vendre aux privés l entièreté de ses stocks. Il est ainsi mis fin au stock tampon qu elle constituait, qui justifiait l appel d offres international, source objective des prix de référence sur lesquels tous les Distributeurs ayant offert des prix plus forts devaient s aligner. C est dans cette même période que sera pris le décret N du 17 novembre 1999 portant transfert au secteur privé, de la responsabilité de l organisation des consultations pour l approvisionnement en intrants agricoles 4

5 5 et le décret N du 23 juin 2000 portant suppression du monopole de la commercialisation primaire du coton graine par la SONAPRA. L absence de textes précisant les rôles respectifs de chaque groupe d acteurs et des balises claires a fait apparaître d importants dysfonctionnements préjudiciables au déroulement harmonieux des activités au sein de la filière coton. Il faut ajouter à tout cela l inobservation des textes coopératifs et des règles de gestion par les responsables des organisations paysannes. II OBJECTIFS DE L ETUDE SOMMAIRE 2.1- Objectif général Mettre en place un ensemble de services permettant la disponibilité des intrants (engrais, insecticides, herbicides, appareils de traitement) adéquats, recommandés par la recherche à des conditions suffisamment souples pour permettre aux paysans l utilisation efficiente avec des modalités financières accessibles à tous Objectifs spécifiques De manière spécifique, il s agit de : - indiquer quelques pistes de solutions aux besoins d intrants exprimés par des producteurs au sein de certaines filières agricoles ; - identifier les handicaps actuels à la mise en œuvre d un mécanisme et son fonctionnement harmonieux - identifier handicaps liés à la formation des prix et de proposer les mesures adéquates pour les lever harmonieux et durable 5

6 6 - indiquer les caractéristiques du mécanisme à appliquer désormais pour la détermination des prix de cession des intrants et pour chaque filière à organiser et qui garantissent la transparence, l équité et l élargissement continu de la gamme des intrants agricoles, au double plan d une période pilote et de la suite ; - indiquer le contenu notamment le prix de cession ; - discerner les phases de proposition, de fixation et d homologation transparente des prix avec la ou les structures responsables ; - envisager la stabilisation et le soutien du prix au producteur en rapport avec la fixation des prix de cession des intrants ; - identifier les structures concernées et celle en charge de la coordination et de la gestion du mécanisme; - examiner les conditions d une instauration de la plus-value comme facteur d incitation et de régulation pour les filières prises en compte. - examiner le principe de l élargissement continu de la gamme des intrants pour susciter la concurrence ; - indiquer les actions préalables au démarrage assorties d un chronogramme. III - MECANISME D APPROVISIONNEMENT ET DE DISTRIBUTION 3.1- Les travaux d enquête sommaire et de collecte de données collectées Dans le cadre de cette étude pour l organisation de l importation et de la distribution des intrants autres que ceux du coton, une tournée d identification a eu lieu en 2003 et visait les objectifs suivants: - identifier les spéculations à prendre en compte par département - identifier la nature des besoins en intrants - faire le point des initiatives et expériences en cours - les problèmes phytosanitaires liés aux spéculations retenues 6

7 7 DEPARTEMENT Cultures prioritaires retenues Borgou-Alibori Maïs, anacarde, riz cultures maraîchères et fruitères Atacora Donga Zou-Collines Mono Couffo Ouémé-Plateau Atlantique -littoral Maïs, anacarde, riz cultures maraîchères et fruitères Maïs, Anacarde arachide manoic Maïs, riz cultures maraîchères et fruitères, manioc Maïs, riz cultures maraîchères et fruitères, Manioc palmier à huile Maïs, cultures maraîchères et fruitères, ananas palmier à huile Problèmes Phytosanitaires identifiés Attaques nématodes, sauteriaux striga et rongeurs termites, la fumagine Attaques nématodes, sauteriaux striga et rongeurs termites, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Attaques nématodes, striga et rongeurs, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Initiative déjà en cours - Projet manioc -Expérience SDI- Hydrochem - le PADSE - PSSA Projet manioc - Global le PADSE - PSSA Projet manioc - Global le PADSE - PSSA - Projet manioc - Global Le PSSA - Projet manioc - Global Le PSSA Condition de mise en place Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) A définir 7

8 8 Il apparaît ainsi, qu au titre des cultures à prendre en compte, le maïs apparaît au premier rang dans l ensemble des six régions (binômes d anciens départements) consultées. Viennent ensuite, les cultures maraîchères et fruitières, l anacarde, le manioc et le palmier à huile, l ananas et l arachide (Zou). L exploitation de ces informations doit conduire à l ébauche d un mécanisme de d approvisionnement et de mise en place des intrants en collaboration dont les principaux éléments reposent sur les phases, les acteurs, le rôle particulier des distributeurs, de l Etat ainsi que l institution responsable de la coordination et du fonctionnement du mécanisme Les cultures à prendre en compte dès le départ Toutes les cultures indiquées par l enquête sommaire ne sauraient être concernées dès le départ. Il s agira avant tout de celles dont l itinéraire technique est bien identifié par la recherche notamment en ce qui concerne les intrants, de celle couvrant une aire géographique suffisamment significative et proche de celle du coton pour permettre entre autres le désengorgement de la filière coton. Ainsi, un maximum de deux à trois cultures par département serait recommandé pour démarrer pour des raisons liées à la nécessité de maîtrise de l opération. Le maïs sera commun à onze des douze départements (hormis le Littoral), l anacarde le secondera pour l Alibori, l Atacora, le Borgou, la Donga, les Collines et le Zou, les cultures maraîchères et fruitières le seconderont pour le Plateau, l Ouémé, le Littoral, l Atlantique, le Couffo et le Mono Les phases De façon évidente, il serait prudent de procéder par étape : une première étape de trois ans pour l expérimentation (phase pilote) qui prendrait en compte 8

9 9 au plus deux communes par département et une étape de généralisation de cinq ans. Les communes pilotes seront retenues d accord parties entre les démembrements de l Etat et les organisations des producteurs sur proposition de la structure chargée de la coordination et du fonctionnement du mécanisme Les principaux acteurs Les principaux acteurs de la mise en place du mécanisme d approvisionnement en intrants agricoles pour les filières autres que celle du coton peuvent être les suivantes : - les organisations professionnelles des producteurs et des importateurs distributeurs d intrants ; - l INRAB pour l itinéraire technique propre à chaque culture concernée et les autres questions de recherche ; - la DAGRI pour les homologations de produits phytosanitaires et des importateurs ainsi que l expérience des dons japonais ; - l ONS pour la détermination des prix de cession des intrants, la capitalisation des acquis du passé et la coordination du mécanisme ; - la SONAPRA (en attendant plus de stabilité dans sa situation) pour son expérience dans le domaine des intrants agricoles ; - les CeRPA pour la prise en compte des expériences du passé, aider à l expression et à la remontée des besoins en intrants, suivre la mise en place et le dénouement des crédits d intrants ; 9

10 10 - l Etat, non seulement par ses démembrements, mais également le niveau central par les cabinets des ministres chargés de l Agriculture et du commerce, pour l orientation de l opération ; - la Chambre d Agriculture pour y représenter les producteurs agricoles ; Institution responsable de la coordination et de la gestion du mécanisme. La désignation dès le départ d une structure responsabilisée pour la coordination et la gestion du mécanisme est indispensable pour des raisons de cohérence mais également pour éviter de les doublons et les velléités de dispersion et de conflit d attribution qui de façon certaine, réduiraient les chances de succès de l opération. Une telle structure doit avoir capitalisé une expérience suffisante dans le sous-secteur des intrants agricoles sur les volets de coordination des besoins et des mises en place, du lancement des appels d offres et des commandes des intrants, la surveillance du marché des intrants, la détermination puis la proposition des prix de cession. Il est également indispensable qu elle soit suffisamment crédible vis-à-vis des banques pour permettre des crédits de campagne et crédits documentaires nécessaires pour la commande des intrants. IV MODALITES DESCRIPTIVES DU MECANISME Les modalités doivent tenir grand compte des succès et des échecs de l expérience de la filière coton. Elles apparaissent à travers l importation, la 10

11 11 détermination des prix, la distribution, les conditions de vente et de recouvrement Approvisionnement L un des principaux handicaps à la transparence actuellement au sein de la sousfilière intrants est l absence de prix de référence véritable. L on ne peut en effet choisir comme prix de référence, le prix le plus bas proposé par les distributeurs agréés, évitant ainsi de prendre en compte les interconnexions entre ceux-ci. L importation des intrants doit par conséquent, pour espérer faire jouer un minimum de concurrence, reposer sur les principes suivants : un appel d offres international dès le départ une commande globale pour l ensemble des intrants et des distributeurs un abondement du fonds initial auprès de l institution chargée de la gestion du mécanisme, en début d opération pour chaque campagne par chaque distributeur concerné ; la constitution d un stock tampon d intrants d au moins dix pour cent (10%) auprès de cette institution pour couvrir les cas de défaillance une centrale de commande d intrants pourra être envisagée dans la phase de généralisation de l expérience. Par ailleurs, il est indispensable qu une structure de l Etat responsabilisée à cet effet y exerce le rôle régalien de contrôle par le canal du prix de référence que dégage l appel d offres international. 4.2 Détermination et de fixation des prix de cession Une étude est faite par l institution chargée de la gestion du mécanisme et dégage les proposition de prix de cession par type d intrants en tenant compte 11

12 12 des coûts CAF et des frais de mise en place en faisant recours autant que faire se peut à des données réelles ou à défaut à des normes acceptées de tous. Cette étude sert de base aux paysans et aux distributeurs qui fixent les prix de cession des intrants mais l homologation de ces prix relève du rôle de l Etat qui pour ce faire a également besoin qu un de ses démembrements lui fournisse les données indispensables à une appréciation objective. Ceci évitera que ceux qui ont fixé les prix siégent encore pour leur homologation Distribution Les distributeurs agréés privés continueront d apporter les intrants aux organisations de producteurs agricoles. Mais il sera nécessaire de dissocier ne serait-ce qu au départ, le rôle d importateur et celui de distributeur d intrants. Le premier devant être confié à une structure susceptible d insuffler un minimum de transparence et de discipline autour du nouveau mécanisme. La structure chargée de la gestion et de la coordination du mécanisme disposera du minimum de ressources nécessaires pour intervenir promptement en cas de défaillance de l un ou l autre des distributeurs Conditions de vente des intrants et de recouvrement des crédits de vente. Les garanties de recouvrement déterminent généralement les conditions 12

13 13 Dans une agriculture dominée par une myriade de petits paysans pauvres, il est difficile d envisager un système fondé essentiellement sur la vente au comptant, surtout lorsque des exigences de qualité et de rendement sont visées. Pour des produits agricoles, l existence de garantie de crédit passe par l existence de débouchés sûrs et la maîtrise du circuit et des périodes de commercialisation. Ainsi, il ne saurait exister un mécanisme universel entièrement valable pour toutes les filières agricoles. La phase notamment de recouvrement nécessite une adaptation aux spécificités de chaque filière. La nécessité de maîtrise du flux des produits à commercialiser peut conduire à la création ou à l érection d une Centrale d achat des produits. L ONASA par exemple, peut dans une large mesure jouer efficacement ce rôle pour le maïs et les autres céréales. Mais une telle centrale serait à créer pour un produit comme l anacarde et les produits maraîchers. Acteurs responsables de la vente et de la mise en place La vente des intrants et leur mise en place seront indifféremment assurées par l organisme chargée de la coordination (stock tampon) et les opérateurs privés distributeurs. Mode de vente : Le mode majoritaire de vente devra être la vente à crédit en vue de la récupération au cours de la commercialisation des produits issus de l utilisation des intrants. 13

14 14 Recouvrement Le recouvrement sera d autant plus assuré que le circuit de commercialisation et le débouché le seront. Pour certains produits, ce rôle sera assuré par la centrale d achat. V FINANCEMENT INITIAL DU MECANISME Des besoins urgents sont exprimés en direction du MAEP ou de ses services spécialisés à maintes occasions pour certaines filières telles que l ananas, le palmier à huile, l anacarde, les cultures maraîchères etc. mais aussi pour certaines filières d élevage (produits vétérinaires ou d alimentation ) Il s agit d en faire l inventaire, et de les chiffrer pour commencer à leur apporter des appuis ponctuels là ou le besoin est réel et urgent en attendant que la généralisation du mécanisme atteigne ces filières. Du point de vue de la source de financement, le fonds «crédit aux petits producteurs» initié dans le cadre de la stratégie de réduction de la pauvreté et logé à l ONS à partir du Budget national peut en partie aider à apporter quelques solutions déjà en Des programmes similaires dont les objets sont compatibles peuvent également être retenus dans ce même cadre. Pour les années à venir, un programme d investissement public (PIP) doit être spécifiquement élaboré à cet effet. Quant au financement du mécanisme, le plus important sera que la gestion du mécanisme soit confiée à une structure crédible auprès des banques de par ses dépôts et autres considérations pour bénéficier de crédits de campagne et des crédits documentaires nécessaires à l importation notamment d un stock 14

15 15 tampon. L appel d offres international et la centralisation des commandes (s ils étaient acquis dans le mécanisme) en ajouteront peu aux besoins de financement de départ dans la mesure où les importateurs d intrants même dans la formule actuelle le font à crédit. Pour ce nouveau mécanisme, les importateurs distributeurs qui voudront des commandes pour leur compte, feront dans une proportion jugée objective et à étudier avec eux, un dépôt de caution auprès de l institution chargée de gérer le mécanisme et donc de centraliser les commandes. VI RECOMMANDATIONS Il importe de distinguer les actions immédiates dictées par les préoccupations actuelles et les actions pérennes que viendra consacrer la mise en œuvre du mécanisme. En vue de la prise en compte de tous les besoins urgents déjà exprimés en direction du MAEP et de procéder à une évaluation financière des moyens requis, il serait recommander de mettre en place aussi tôt que possible, un comité de pilotage de l opération tant pour les actions immédiates en faveur de certaines filières que pour la phase pilote du mécanisme proposé. L importance des problèmes liés à l importation et à la distribution des facteurs de production des cultures autres que le coton commande que des dispositions concrètes soient enfin prises pour espérer promouvoir de nouvelles filières. Dans ce sens, les mesures suivantes peuvent être envisagées à l issue de la mise en place du comité de pilotage de l opération. Il s agit alors de : - retenir les deux ou trois cultures à prendre en compte dans la phase pilote ; - retenir une commune par département (hormis le Littoral) et un site de maraîchage pour le Littoral soit au total douze communes. 15

16 16 - responsabiliser une structure du MAEP pour la coordination et la gestion du mécanisme ; - réunir et faire démarrer le comité de pilotage qui sur la base des acquis du passé pourrait se composer de : * l INRAB pour l itinéraire technique propre à chaque culture concernée et les autres questions de recherche ; * la DAGRI pour les homologations de produits phytosanitaires et des importateurs ainsi que l expérience des dons japonais ; * l ONS pour la détermination des prix de cession des intrants, la capitalisation des acquis du passé et la coordination du mécanisme ; * la SONAPRA (en attendant plus de stabilité dans sa situation) pour son expérience dans le domaine des intrants agricoles ; * les CeRPA pour la prise en compte des expériences du passé, aider à l expression et à la remontée des besoins en intrants, suivre la mise en place et le dénouement des crédits d intrants ; * le CTAAD pour apporter la note d orientation ; * la Chambre d Agriculture pour y représenter les producteurs agricoles ; * un représentant du ministre chargé du commerce CONCLUSION La résolution durable des problèmes même ponctuels en besoins d intrants et la mise en place d un mécanisme pérenne d approvisionnement en intrants 16

17 17 pour les cultures autres que le coton posent au-delà des problèmes de financement, de crédit de campagne, de crédit documentaires, l important problème de débouché quantitativement significatif, rémunérateur et durable. Un tel débouché mettra en confiance le producteur agricole pour qu il accepte d accroître sa production et de veiller à sa qualité en recourant aux intrants agricoles. Cette exigence pose bien sûr sous-jacent le problème de coordination, de gestion rigoureuse du mécanisme, de surveillance du marché et de l organisation globale de chaque filière concernée. Entre temps, des solutions partielles et ponctuelles telles qu indiquées plus haut seront apportées pour répondre aux préoccupations brûlantes. Les premiers actes à poser seront en conséquence la mise en place du comité de pilotage et la désignation de l institution responsable de la coordination et de la gestion du mécanisme et qui ne serait-ce qu au départ, sera un démembrement de l Etat si un minimum d enseignement est tiré des dysfonctionnements actuels dans le domaine des intrants. 17

LA REORGANISATION DU SYSTEME D IMPORTATION ET DE DISTRIBUTION DES INTRANTS AGRICOLES DU COTONNIER AU BENIN

LA REORGANISATION DU SYSTEME D IMPORTATION ET DE DISTRIBUTION DES INTRANTS AGRICOLES DU COTONNIER AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE ----------------------------- OFFICE NATIONAL DE SOURIEN DES REVENUS AGRICOLES (ONS) 01BP 186 Cotonou Tél. :

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE TRANSITOIRE 2012-2013 RAPPORT D ACTIVITES SUR LA GESTION DES FLUX FINANCIERS

BILAN DE LA CAMPAGNE TRANSITOIRE 2012-2013 RAPPORT D ACTIVITES SUR LA GESTION DES FLUX FINANCIERS REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ ----------------------- 01 B.P. 186 COTONOU Tél. :21-33-40-12/21-33-00-35- Fax : 21-33-04-97

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

LA FINANCE ET L ASSURANCE AGRICOLE DOCUMENT SYNTHETIQUE (7)

LA FINANCE ET L ASSURANCE AGRICOLE DOCUMENT SYNTHETIQUE (7) Décortiquer le maïs pour créer des liens de valeur Recherche-action sur leviers pour rendre les chaines de valeur ajoutée maïs plus compétitives, durables et inclusives LA FINANCE ET L ASSURANCE AGRICOLE

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Proposition méthodologique

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo.

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo. Retour au sommaire Une mutuelle pour les producteurs de café et de cacao au Togo BIM n 11-02 avril 2002 Betty WAMPFLER Le BIM d aujourd hui reprend une communication présentée par M. Plouffe de l ONG canadienne

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Curriculum Vitae. Principales qualifications. Langues. Formations académiques. AFOUDA Ola Yves

Curriculum Vitae. Principales qualifications. Langues. Formations académiques. AFOUDA Ola Yves Curriculum Vitae Nom Nationalité Adresses Profession : AFOUDA Ola Yves Béninoise 09 B.P. 0128 St Michel COTONOU (BENIN) E.mail : afoudaoyves@yahoo.fr afoudaoyves@gmail.com Agro économiste Principales qualifications

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN)

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) 1. Le contexte de la riziculture dans le pays Bref aperçu de la filière riz au Bénin Le riz représente actuellement au niveau national, au

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

LA CONSTITUTION DES ÉQUIPES DE TRAVAIL

LA CONSTITUTION DES ÉQUIPES DE TRAVAIL 3 Démarche méthodologique La réalisation de la présente étude a connu les étapes suivantes: LA CONSTITUTION DES ÉQUIPES DE TRAVAIL L équipe de consultants ayant réalisé l étude est pluridisciplinaire :

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge Rapport d étude, volet analyse de la qualité des prestations de la CTB Version finale, 30 juin 2010 Client: Service public fédéral

Plus en détail

Achat groupé d'intrants pour le maraîchage

Achat groupé d'intrants pour le maraîchage Septembre 2015 Achat groupé d'intrants pour le maraîchage Le cas des Unions de Coopératives de Producteurs Maraîchers de l'atacora-donga Théodore Hountondji (FAFA/AD), Mouhamadou A. Soulemana (URCooPMA),

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Depuis la campagne 2012-2013, l Etat de Côte d Ivoire a engagé une réforme de la filière café-cacao

Plus en détail

F NDS S D E E D EV E E V L E O L PP P E P M E E M N E T T DE

F NDS S D E E D EV E E V L E O L PP P E P M E E M N E T T DE FONDS DE DEVELOPPEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE ET DE L APPRENTISSAGE FODEFCA CREATION Fruit de la concertation entre les partenaires sociaux et les pouvoirs publics, le Fonds de Développement

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Termes de Référence pour le recrutement d un cabinet ou d un groupe de consultants pour la capitalisation des acquis des projets du portefeuille «Résilience et croissance inclusive et durable» I. CONTEXTE

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

MODELE DE FINANCEMENT DES PME RURALES AU MALI : CAS DE LA BNDA. COMMUNICATION DE LA BNDA MALI Lassine COULIBALY

MODELE DE FINANCEMENT DES PME RURALES AU MALI : CAS DE LA BNDA. COMMUNICATION DE LA BNDA MALI Lassine COULIBALY MODELE DE FINANCEMENT DES PME RURALES AU MALI : CAS DE LA BNDA COMMUNICATION DE LA BNDA MALI Lassine COULIBALY Présentation sommaire BNDA La BNDA a été créée par la loi N 81-08 AN/RM du 11 février 1981.

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Edgard Yves DIDAVI

CURRICULUM VITAE. Edgard Yves DIDAVI Page 1 sur 5 CURRICULUM VITAE Edgard Yves DIDAVI Lot 4528 I Avotrou Cotonou Téléphone Domicile:(229)21 33-31-18 (229)21 07-20-92/ 97 48 85 54 Service: (229) 21 30-02-89 / 95 05-96-71 Cotonou Email : didaviedgard@yahoo.fr

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ------------------ MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DE LA PROTECTION DE LA NATURE

REPUBLIQUE DU BENIN ------------------ MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DE LA PROTECTION DE LA NATURE REPUBLIQUE DU BENIN ------------------ MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DE LA PROTECTION DE LA NATURE ------------------------------------------------------------------ PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR

Plus en détail

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles

Bulletin Mensuel d Information sur les Marchés Agricoles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------------- PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ---------------- Cabinet du Président Délégation générale à la protection sociale et à la Solidarité

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT

SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT ALIBORI 57 ATACORA 37 SANTÉ DE LA MÈRE ET L ENFANT DONGA 53 BORGOU 36 Enquête Démographique et de Santé du Bénin 2011 2012 (EDSB-IV) COLLINES 53 ZOU 62 PLATEAU 29 Décès d enfants de moins d un an pour

Plus en détail

Projet d Extension du réseau des circuits courts pour une meilleure valorisation des produits

Projet d Extension du réseau des circuits courts pour une meilleure valorisation des produits Projet d Extension du réseau des circuits courts pour une meilleure valorisation des produits fermiers locaux (PAMIP II ). Séminaire de Capitalisation de Décembre 2013. Présentation: Edgar DEGUENON HORTITECHS

Plus en détail

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci Le Conseil de Régulation, de Stabilisation et de Développement de la Filière Café -Cacao INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE www.conseilcafecacao.ci 1 CONTEXTE A l indépendance de notre pays, l Etat de Côte

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ OFFICE NATIONAL DE SOUTIEN DES

REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ OFFICE NATIONAL DE SOUTIEN DES REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ OFFICE NATIONAL DE SOUTIEN DES REVENUS AGRICOLES (ONS) ----------------------- 01 B.P.

Plus en détail

P L A N D A C T I O N N A T I O N A L

P L A N D A C T I O N N A T I O N A L REPUBLIQUE DU BENIN =-=-=-=-=-=-=-=-= MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE =-=-=-=-=-=-=-=-= P L A N D A C T I O N N A T I O N A L «LEGISLATION RURALE» AVRIL 2004 2 I- Contexte et justification

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective

MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective MANGER BIO LIMOUSIN Du bio et local en restauration collective Un projet régional Plateforme régionale d approvisionnement de produits bio locaux en restauration collective Centralise commande, logistique

Plus en détail

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS

TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS TRAVAIL EN FILIÈRE EXEMPLES FRANÇAIS JOURNÉE D'ÉTUDE SUR LE PORC BIO, 27 OCTOBRE 2015 BÉNÉDICTE HENROTTE QUELQUES CHIFFRES La France : deuxième producteur de porc en Europe après le Danemark 212.854 porcs

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Évaluation, caractérisation et

Évaluation, caractérisation et Évaluation, caractérisation et élargissement de la gamme du matériel végétal de plantation de l'anacardier en cours de sélection au Bénin CRA-Centre/INRAB 2013-1014 Financement: GIZ/iCA 2/ Cashew Fund

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REFORMES DU GOUVERNEMENT DU BENIN VISANT L AMELIORATION DU CLIMAT

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU)

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU) PJ 39/12 Add. 1 (F) 21 septembre 2012 Original: anglais F Comité des projets Conseil international du Café 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Résumé du rapport de situation soumis par les Agences

Plus en détail

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs

Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs 22 novembre 2011 Les contrats institutionnels d achat de produits vivriers en Afrique de l Ouest : des enjeux forts pour les organisations de producteurs La diversification et la consolidation des débouchés

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Programme «Promotion de l agriculture familiale en

Programme «Promotion de l agriculture familiale en Programme «Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest» 1. Le programme 1.1. Contexte Malgré une légère diminution, avec près d un milliard de personnes sous-alimentées en 2011, les chiffres

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités 1 Direction générale de l action sociale Sous direction de l animation territoriale et locale Bureau action et synthèse territoriale Personne chargée du dossier : Martine Dhalluin Direction de la recherche,

Plus en détail

Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE)

Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE) Rapport de synthèse du Président : Comité pour l efficacité du développement (CODE) Le 3 octobre 2007, le Comité pour l efficacité du développement (CODE) a examiné le rapport intitulé «World Bank Assistance

Plus en détail

DIRECTEUR DE LA FORMATION KAFO JIGINEW BP :47-KOUTIALA M.KOITA DJIBRIL

DIRECTEUR DE LA FORMATION KAFO JIGINEW BP :47-KOUTIALA M.KOITA DJIBRIL COMMUNICATION SUR LES PRODUITS DE KAFO JIGINEW AU SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE FAMILIALE DANS UN CONTEXTE DE LIBERALISATION : QUELLE CONTRIBUTION DE LA MICROFINANCE? A DAKAR DU 21 AU 24

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge 2010. Rapport de pays : Benin. Septembre 2010

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge 2010. Rapport de pays : Benin. Septembre 2010 Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge 2010 Rapport de pays : Benin Septembre 2010 Client: Service public fédéral Affaires Etrangères, Commerce Extérieur et Coopération

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE LE PLAN STRATEGIQUE DE RELANCE DU SECTEUR AGRICOLE (PSRSA) ET SES DOCUMENTS CONNEXES Décembre 2011 SOMMAIRE PLAN STRATEGIQUE

Plus en détail

Projet pilote de développement local communautaire durable

Projet pilote de développement local communautaire durable - 1 - Projet pilote de développement local communautaire durable Projet «Avenir de Nkounda» Zone rurale périurbaine de la Rivière Rouge et de ses environs (Naissance du 5 ème arrondissement de Pointe-Noire)

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

DEUXIEME RAPPORT DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE (SMO) AU 31 MARS 2014

DEUXIEME RAPPORT DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE (SMO) AU 31 MARS 2014 UNION EUROPENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE PROJET D EXTERNALISATION DU CONSEIL AGRICOLE DANS LA FILIERE COTON --------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF

Par Dr. Ing. Justin BOMDA Secrétaire Exécutif d ADAF ATELIER DE FORMATION EN AFRIQUE CEMTRALE Assemblée Nationale du Cameroun 11 13 Mars 2015 ---------------------------------- Promouvoir des Investissements Agricoles Durables: Les Options Juridiques et

Plus en détail

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES Marché unique, environnement législatif, législation verticale Produits pharmaceutiques et cosmétiques Bruxelles, le 22 janvier 2001 F4 LA REVISION

Plus en détail

Projet Promotion d Elevage dans l Atacora (PPEA)

Projet Promotion d Elevage dans l Atacora (PPEA) Domaines d apprentissage : Autopromotion Expérience : Gestion de terroir Développement local 1. Situation de départ La promotion de l élevage démarrée avec le projet en juillet 1983 sur la base d un programme

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Les opportunités d investissement au Bénin Antonin S. DOSSOU,

Les opportunités d investissement au Bénin Antonin S. DOSSOU, Les opportunités d investissement au Bénin Antonin S. DOSSOU, Directeur de Cabinet du Ministre d Etat chargé de l Economie, de la Prospective, du Développement et de l Evaluation de l Action Publique Plan

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Plan d Investissement Agricole 2010 2015

Plan d Investissement Agricole 2010 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité- Justice- Travail ********** MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ********** MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Plan d Investissement Agricole 2010

Plus en détail