Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE OFFICE NATIONAL DE STABILISATION ET DE SOUTIEN DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES (ONS) 01BP 186 Cotonou Tél. : & Fax : INTRANTS AGRICOLES AUTRES QUE CEUX DU COTON Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution ETUDE SOMMAIRE COTONOU JUIN 2005

2 2 INTRODUCTION L agriculture béninoise comprise au sens large donc incluant les productions végétales, animales, halieutiques et forestières se caractérise par une grande diversité. Cependant et tout au long de son histoire, elle a rarement eu plus d une filière agricole organisée. Ainsi en a t-il été pendant longtemps de la filière palmier à huile relayée ensuite par celle du coton qui elle-même connaîtra des inflexions avant sa relance à partir de Mais de façon constante, l organisation de la fourniture d intrants appropriés a toujours joué un rôle déterminant dans l organisation globale et l essor de chaque filière. En ce qui concerne la filière coton, outre les dispositions liées à l itinéraire technique, des mesures facilitant l accès, l adoption et l utilisation à crédit et à coût réduit des intrants ont été prises. Des subventions dégressives lancées en 1982 pour s éteindre progressivement en 1988 ont été accordées aux producteurs de coton. Cet exemple connu pour le rôle qu il a joué dans l organisation et la promotion de la filière coton doit inspirer la structuration des autres filières en termes de disponibilité des intrants requis et des modalités de leur obtention notamment par le crédit remboursable en fin de campagne. I CONTEXTE La situation actuelle dans le domaine des intrants agricoles se caractérise par : -la prépondérance et la priorité accordées aux intrants coton qui focalisent l attention des décideurs, des producteurs et des distributeurs sur une large partie de la campagne agricole ; -l inexistence de structure et d organisation fiables pour assurer l approvisionnement des producteurs en intrants et garantir le recouvrement ; 2

3 3 - la non organisation systématique de la commercialisation des autres productions avec un circuit et un calendrier de vente sûrs pour servir de gage pour des crédits intrants Les expériences du passé ou encore en cours dégagent quelques circuits de fourniture d intrants pour les productions autres que le coton et dont on peut retenir : le circuit de la Direction de l Agriculture impliquant les CARDER et offrant notamment les produits phytosanitaires souvent au comptant pour le niébé et d autres cultures vivrières à partir du programme Kennedy Round (KR2) ou Don japonais ; le circuit de la SONAPRA à partir du même programme KR2 ; le circuit de la recherche organisé par le CRA/CF pour certains types d intrants en expérimentation donc à diffusion limitée ; les ventes par à-coups, effectuées par certains importateurs et distributeurs d intrants opérant déjà au sein de la filière coton ou non. Le circuit le plus significatif demeure celui de la culture du coton où le désengagement de l Etat des activités de commercialisation et de production, a fortement impliqué le secteur privé. Les activités de la sous-filière intrants, se déroulaient alors sous la supervision de la SONAPRA, par le canal d appels d offres internationaux. La fourniture et la distribution des intrants par la SONAPRA aux côtés des privés répondait au double souci de constituer un stock tampon et d offrir à toute la sous-filière des prix de référence. 3

4 4 L ex-fss puis l ONS parce qu en charge de la stabilisation et du soutien des prix avaient, la charge de la détermination des prix de cession des intrants et de ceux du coton graine. A cet effet, ils prenaient une part active : - aux prévisions d emblavures et de production - à la remontée et la synthèse des besoins globaux en intrants, - au suivi des appels d offres, à l adjudication et aux commandes d intrants, - à la collecte et à l analyse des prix CAF et - à la détermination des prix de cession. Le système ainsi mis en place fonctionnera sans accros notable jusqu en tournant important des dernières réformes avec l étude sur la «stratégie de développement du sous-secteur cotonnier» connu sous le nom de «Etude WADDELL». L autre tournant important a été la fin des appels d offres internationaux intervenue au cours de la campagne 2000/2001. En effet, il est demandé à la SONAPRA de ne plus importer, de ne plus distribuer et de vendre aux privés l entièreté de ses stocks. Il est ainsi mis fin au stock tampon qu elle constituait, qui justifiait l appel d offres international, source objective des prix de référence sur lesquels tous les Distributeurs ayant offert des prix plus forts devaient s aligner. C est dans cette même période que sera pris le décret N du 17 novembre 1999 portant transfert au secteur privé, de la responsabilité de l organisation des consultations pour l approvisionnement en intrants agricoles 4

5 5 et le décret N du 23 juin 2000 portant suppression du monopole de la commercialisation primaire du coton graine par la SONAPRA. L absence de textes précisant les rôles respectifs de chaque groupe d acteurs et des balises claires a fait apparaître d importants dysfonctionnements préjudiciables au déroulement harmonieux des activités au sein de la filière coton. Il faut ajouter à tout cela l inobservation des textes coopératifs et des règles de gestion par les responsables des organisations paysannes. II OBJECTIFS DE L ETUDE SOMMAIRE 2.1- Objectif général Mettre en place un ensemble de services permettant la disponibilité des intrants (engrais, insecticides, herbicides, appareils de traitement) adéquats, recommandés par la recherche à des conditions suffisamment souples pour permettre aux paysans l utilisation efficiente avec des modalités financières accessibles à tous Objectifs spécifiques De manière spécifique, il s agit de : - indiquer quelques pistes de solutions aux besoins d intrants exprimés par des producteurs au sein de certaines filières agricoles ; - identifier les handicaps actuels à la mise en œuvre d un mécanisme et son fonctionnement harmonieux - identifier handicaps liés à la formation des prix et de proposer les mesures adéquates pour les lever harmonieux et durable 5

6 6 - indiquer les caractéristiques du mécanisme à appliquer désormais pour la détermination des prix de cession des intrants et pour chaque filière à organiser et qui garantissent la transparence, l équité et l élargissement continu de la gamme des intrants agricoles, au double plan d une période pilote et de la suite ; - indiquer le contenu notamment le prix de cession ; - discerner les phases de proposition, de fixation et d homologation transparente des prix avec la ou les structures responsables ; - envisager la stabilisation et le soutien du prix au producteur en rapport avec la fixation des prix de cession des intrants ; - identifier les structures concernées et celle en charge de la coordination et de la gestion du mécanisme; - examiner les conditions d une instauration de la plus-value comme facteur d incitation et de régulation pour les filières prises en compte. - examiner le principe de l élargissement continu de la gamme des intrants pour susciter la concurrence ; - indiquer les actions préalables au démarrage assorties d un chronogramme. III - MECANISME D APPROVISIONNEMENT ET DE DISTRIBUTION 3.1- Les travaux d enquête sommaire et de collecte de données collectées Dans le cadre de cette étude pour l organisation de l importation et de la distribution des intrants autres que ceux du coton, une tournée d identification a eu lieu en 2003 et visait les objectifs suivants: - identifier les spéculations à prendre en compte par département - identifier la nature des besoins en intrants - faire le point des initiatives et expériences en cours - les problèmes phytosanitaires liés aux spéculations retenues 6

7 7 DEPARTEMENT Cultures prioritaires retenues Borgou-Alibori Maïs, anacarde, riz cultures maraîchères et fruitères Atacora Donga Zou-Collines Mono Couffo Ouémé-Plateau Atlantique -littoral Maïs, anacarde, riz cultures maraîchères et fruitères Maïs, Anacarde arachide manoic Maïs, riz cultures maraîchères et fruitères, manioc Maïs, riz cultures maraîchères et fruitères, Manioc palmier à huile Maïs, cultures maraîchères et fruitères, ananas palmier à huile Problèmes Phytosanitaires identifiés Attaques nématodes, sauteriaux striga et rongeurs termites, la fumagine Attaques nématodes, sauteriaux striga et rongeurs termites, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Attaques nématodes, striga et rongeurs, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Initiative déjà en cours - Projet manioc -Expérience SDI- Hydrochem - le PADSE - PSSA Projet manioc - Global le PADSE - PSSA Projet manioc - Global le PADSE - PSSA - Projet manioc - Global Le PSSA - Projet manioc - Global Le PSSA Condition de mise en place Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) A définir 7

8 8 Il apparaît ainsi, qu au titre des cultures à prendre en compte, le maïs apparaît au premier rang dans l ensemble des six régions (binômes d anciens départements) consultées. Viennent ensuite, les cultures maraîchères et fruitières, l anacarde, le manioc et le palmier à huile, l ananas et l arachide (Zou). L exploitation de ces informations doit conduire à l ébauche d un mécanisme de d approvisionnement et de mise en place des intrants en collaboration dont les principaux éléments reposent sur les phases, les acteurs, le rôle particulier des distributeurs, de l Etat ainsi que l institution responsable de la coordination et du fonctionnement du mécanisme Les cultures à prendre en compte dès le départ Toutes les cultures indiquées par l enquête sommaire ne sauraient être concernées dès le départ. Il s agira avant tout de celles dont l itinéraire technique est bien identifié par la recherche notamment en ce qui concerne les intrants, de celle couvrant une aire géographique suffisamment significative et proche de celle du coton pour permettre entre autres le désengorgement de la filière coton. Ainsi, un maximum de deux à trois cultures par département serait recommandé pour démarrer pour des raisons liées à la nécessité de maîtrise de l opération. Le maïs sera commun à onze des douze départements (hormis le Littoral), l anacarde le secondera pour l Alibori, l Atacora, le Borgou, la Donga, les Collines et le Zou, les cultures maraîchères et fruitières le seconderont pour le Plateau, l Ouémé, le Littoral, l Atlantique, le Couffo et le Mono Les phases De façon évidente, il serait prudent de procéder par étape : une première étape de trois ans pour l expérimentation (phase pilote) qui prendrait en compte 8

9 9 au plus deux communes par département et une étape de généralisation de cinq ans. Les communes pilotes seront retenues d accord parties entre les démembrements de l Etat et les organisations des producteurs sur proposition de la structure chargée de la coordination et du fonctionnement du mécanisme Les principaux acteurs Les principaux acteurs de la mise en place du mécanisme d approvisionnement en intrants agricoles pour les filières autres que celle du coton peuvent être les suivantes : - les organisations professionnelles des producteurs et des importateurs distributeurs d intrants ; - l INRAB pour l itinéraire technique propre à chaque culture concernée et les autres questions de recherche ; - la DAGRI pour les homologations de produits phytosanitaires et des importateurs ainsi que l expérience des dons japonais ; - l ONS pour la détermination des prix de cession des intrants, la capitalisation des acquis du passé et la coordination du mécanisme ; - la SONAPRA (en attendant plus de stabilité dans sa situation) pour son expérience dans le domaine des intrants agricoles ; - les CeRPA pour la prise en compte des expériences du passé, aider à l expression et à la remontée des besoins en intrants, suivre la mise en place et le dénouement des crédits d intrants ; 9

10 10 - l Etat, non seulement par ses démembrements, mais également le niveau central par les cabinets des ministres chargés de l Agriculture et du commerce, pour l orientation de l opération ; - la Chambre d Agriculture pour y représenter les producteurs agricoles ; Institution responsable de la coordination et de la gestion du mécanisme. La désignation dès le départ d une structure responsabilisée pour la coordination et la gestion du mécanisme est indispensable pour des raisons de cohérence mais également pour éviter de les doublons et les velléités de dispersion et de conflit d attribution qui de façon certaine, réduiraient les chances de succès de l opération. Une telle structure doit avoir capitalisé une expérience suffisante dans le sous-secteur des intrants agricoles sur les volets de coordination des besoins et des mises en place, du lancement des appels d offres et des commandes des intrants, la surveillance du marché des intrants, la détermination puis la proposition des prix de cession. Il est également indispensable qu elle soit suffisamment crédible vis-à-vis des banques pour permettre des crédits de campagne et crédits documentaires nécessaires pour la commande des intrants. IV MODALITES DESCRIPTIVES DU MECANISME Les modalités doivent tenir grand compte des succès et des échecs de l expérience de la filière coton. Elles apparaissent à travers l importation, la 10

11 11 détermination des prix, la distribution, les conditions de vente et de recouvrement Approvisionnement L un des principaux handicaps à la transparence actuellement au sein de la sousfilière intrants est l absence de prix de référence véritable. L on ne peut en effet choisir comme prix de référence, le prix le plus bas proposé par les distributeurs agréés, évitant ainsi de prendre en compte les interconnexions entre ceux-ci. L importation des intrants doit par conséquent, pour espérer faire jouer un minimum de concurrence, reposer sur les principes suivants : un appel d offres international dès le départ une commande globale pour l ensemble des intrants et des distributeurs un abondement du fonds initial auprès de l institution chargée de la gestion du mécanisme, en début d opération pour chaque campagne par chaque distributeur concerné ; la constitution d un stock tampon d intrants d au moins dix pour cent (10%) auprès de cette institution pour couvrir les cas de défaillance une centrale de commande d intrants pourra être envisagée dans la phase de généralisation de l expérience. Par ailleurs, il est indispensable qu une structure de l Etat responsabilisée à cet effet y exerce le rôle régalien de contrôle par le canal du prix de référence que dégage l appel d offres international. 4.2 Détermination et de fixation des prix de cession Une étude est faite par l institution chargée de la gestion du mécanisme et dégage les proposition de prix de cession par type d intrants en tenant compte 11

12 12 des coûts CAF et des frais de mise en place en faisant recours autant que faire se peut à des données réelles ou à défaut à des normes acceptées de tous. Cette étude sert de base aux paysans et aux distributeurs qui fixent les prix de cession des intrants mais l homologation de ces prix relève du rôle de l Etat qui pour ce faire a également besoin qu un de ses démembrements lui fournisse les données indispensables à une appréciation objective. Ceci évitera que ceux qui ont fixé les prix siégent encore pour leur homologation Distribution Les distributeurs agréés privés continueront d apporter les intrants aux organisations de producteurs agricoles. Mais il sera nécessaire de dissocier ne serait-ce qu au départ, le rôle d importateur et celui de distributeur d intrants. Le premier devant être confié à une structure susceptible d insuffler un minimum de transparence et de discipline autour du nouveau mécanisme. La structure chargée de la gestion et de la coordination du mécanisme disposera du minimum de ressources nécessaires pour intervenir promptement en cas de défaillance de l un ou l autre des distributeurs Conditions de vente des intrants et de recouvrement des crédits de vente. Les garanties de recouvrement déterminent généralement les conditions 12

13 13 Dans une agriculture dominée par une myriade de petits paysans pauvres, il est difficile d envisager un système fondé essentiellement sur la vente au comptant, surtout lorsque des exigences de qualité et de rendement sont visées. Pour des produits agricoles, l existence de garantie de crédit passe par l existence de débouchés sûrs et la maîtrise du circuit et des périodes de commercialisation. Ainsi, il ne saurait exister un mécanisme universel entièrement valable pour toutes les filières agricoles. La phase notamment de recouvrement nécessite une adaptation aux spécificités de chaque filière. La nécessité de maîtrise du flux des produits à commercialiser peut conduire à la création ou à l érection d une Centrale d achat des produits. L ONASA par exemple, peut dans une large mesure jouer efficacement ce rôle pour le maïs et les autres céréales. Mais une telle centrale serait à créer pour un produit comme l anacarde et les produits maraîchers. Acteurs responsables de la vente et de la mise en place La vente des intrants et leur mise en place seront indifféremment assurées par l organisme chargée de la coordination (stock tampon) et les opérateurs privés distributeurs. Mode de vente : Le mode majoritaire de vente devra être la vente à crédit en vue de la récupération au cours de la commercialisation des produits issus de l utilisation des intrants. 13

14 14 Recouvrement Le recouvrement sera d autant plus assuré que le circuit de commercialisation et le débouché le seront. Pour certains produits, ce rôle sera assuré par la centrale d achat. V FINANCEMENT INITIAL DU MECANISME Des besoins urgents sont exprimés en direction du MAEP ou de ses services spécialisés à maintes occasions pour certaines filières telles que l ananas, le palmier à huile, l anacarde, les cultures maraîchères etc. mais aussi pour certaines filières d élevage (produits vétérinaires ou d alimentation ) Il s agit d en faire l inventaire, et de les chiffrer pour commencer à leur apporter des appuis ponctuels là ou le besoin est réel et urgent en attendant que la généralisation du mécanisme atteigne ces filières. Du point de vue de la source de financement, le fonds «crédit aux petits producteurs» initié dans le cadre de la stratégie de réduction de la pauvreté et logé à l ONS à partir du Budget national peut en partie aider à apporter quelques solutions déjà en Des programmes similaires dont les objets sont compatibles peuvent également être retenus dans ce même cadre. Pour les années à venir, un programme d investissement public (PIP) doit être spécifiquement élaboré à cet effet. Quant au financement du mécanisme, le plus important sera que la gestion du mécanisme soit confiée à une structure crédible auprès des banques de par ses dépôts et autres considérations pour bénéficier de crédits de campagne et des crédits documentaires nécessaires à l importation notamment d un stock 14

15 15 tampon. L appel d offres international et la centralisation des commandes (s ils étaient acquis dans le mécanisme) en ajouteront peu aux besoins de financement de départ dans la mesure où les importateurs d intrants même dans la formule actuelle le font à crédit. Pour ce nouveau mécanisme, les importateurs distributeurs qui voudront des commandes pour leur compte, feront dans une proportion jugée objective et à étudier avec eux, un dépôt de caution auprès de l institution chargée de gérer le mécanisme et donc de centraliser les commandes. VI RECOMMANDATIONS Il importe de distinguer les actions immédiates dictées par les préoccupations actuelles et les actions pérennes que viendra consacrer la mise en œuvre du mécanisme. En vue de la prise en compte de tous les besoins urgents déjà exprimés en direction du MAEP et de procéder à une évaluation financière des moyens requis, il serait recommander de mettre en place aussi tôt que possible, un comité de pilotage de l opération tant pour les actions immédiates en faveur de certaines filières que pour la phase pilote du mécanisme proposé. L importance des problèmes liés à l importation et à la distribution des facteurs de production des cultures autres que le coton commande que des dispositions concrètes soient enfin prises pour espérer promouvoir de nouvelles filières. Dans ce sens, les mesures suivantes peuvent être envisagées à l issue de la mise en place du comité de pilotage de l opération. Il s agit alors de : - retenir les deux ou trois cultures à prendre en compte dans la phase pilote ; - retenir une commune par département (hormis le Littoral) et un site de maraîchage pour le Littoral soit au total douze communes. 15

16 16 - responsabiliser une structure du MAEP pour la coordination et la gestion du mécanisme ; - réunir et faire démarrer le comité de pilotage qui sur la base des acquis du passé pourrait se composer de : * l INRAB pour l itinéraire technique propre à chaque culture concernée et les autres questions de recherche ; * la DAGRI pour les homologations de produits phytosanitaires et des importateurs ainsi que l expérience des dons japonais ; * l ONS pour la détermination des prix de cession des intrants, la capitalisation des acquis du passé et la coordination du mécanisme ; * la SONAPRA (en attendant plus de stabilité dans sa situation) pour son expérience dans le domaine des intrants agricoles ; * les CeRPA pour la prise en compte des expériences du passé, aider à l expression et à la remontée des besoins en intrants, suivre la mise en place et le dénouement des crédits d intrants ; * le CTAAD pour apporter la note d orientation ; * la Chambre d Agriculture pour y représenter les producteurs agricoles ; * un représentant du ministre chargé du commerce CONCLUSION La résolution durable des problèmes même ponctuels en besoins d intrants et la mise en place d un mécanisme pérenne d approvisionnement en intrants 16

17 17 pour les cultures autres que le coton posent au-delà des problèmes de financement, de crédit de campagne, de crédit documentaires, l important problème de débouché quantitativement significatif, rémunérateur et durable. Un tel débouché mettra en confiance le producteur agricole pour qu il accepte d accroître sa production et de veiller à sa qualité en recourant aux intrants agricoles. Cette exigence pose bien sûr sous-jacent le problème de coordination, de gestion rigoureuse du mécanisme, de surveillance du marché et de l organisation globale de chaque filière concernée. Entre temps, des solutions partielles et ponctuelles telles qu indiquées plus haut seront apportées pour répondre aux préoccupations brûlantes. Les premiers actes à poser seront en conséquence la mise en place du comité de pilotage et la désignation de l institution responsable de la coordination et de la gestion du mécanisme et qui ne serait-ce qu au départ, sera un démembrement de l Etat si un minimum d enseignement est tiré des dysfonctionnements actuels dans le domaine des intrants. 17

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

LA REORGANISATION DU SYSTEME D IMPORTATION ET DE DISTRIBUTION DES INTRANTS AGRICOLES DU COTONNIER AU BENIN

LA REORGANISATION DU SYSTEME D IMPORTATION ET DE DISTRIBUTION DES INTRANTS AGRICOLES DU COTONNIER AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE ----------------------------- OFFICE NATIONAL DE SOURIEN DES REVENUS AGRICOLES (ONS) 01BP 186 Cotonou Tél. :

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin

Proposition méthodologique pour la rénovation du système de formation agricole au Bénin Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Proposition méthodologique

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr

Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le PRIA Niamey, les 27, 28 et 29 Avril 2011. Dr Bio Goura SOULE Soule_goura@yahoo.fr Revue analytique des stratégies nationales d investissement et de politiques agricoles en vue de la promotion des filières de base en Afrique de l Ouest Atelier régional de réflexion sur les PNIA et le

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE TRANSITOIRE 2012-2013 RAPPORT D ACTIVITES SUR LA GESTION DES FLUX FINANCIERS

BILAN DE LA CAMPAGNE TRANSITOIRE 2012-2013 RAPPORT D ACTIVITES SUR LA GESTION DES FLUX FINANCIERS REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ ----------------------- 01 B.P. 186 COTONOU Tél. :21-33-40-12/21-33-00-35- Fax : 21-33-04-97

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

I. Introduction et renseignements concernant la Banque.

I. Introduction et renseignements concernant la Banque. Banque de la République du Burundi LA DIRECTION TERMES DE REFERENCE POUR L EVALUATION DES BESOINS DES CELLULES DU SERVICE SUPERVISION BANCAIRE ET MICROFINANCE CHARGEES DE SUPERVISER LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE

RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE RESEAU ESPACE CRÉATEURS LUTTER CONTRE LA PAUVRETE EN MILIEU PROFESSIONNEL : UNE DEMACHE A SUIVRE PAUVRETE ET VULNERABILITE Une personne vulnérable est une personne dotée de ressources ou non et qui vit

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITE Ue/FIDA Pour le Programme de Facilité Alimentaire de l Ue

PLAN DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITE Ue/FIDA Pour le Programme de Facilité Alimentaire de l Ue PLAN DE COMMUNICATION ET DE VISIBILITE Ue/FIDA Pour le Programme de Facilité Alimentaire de l Ue Stratégie de communication générale Niveau Pays / Bénin La volatilité des prix couplée à la crise financière

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006)

Document d information. Programme du DCC de la FIPA en matière de capacités commerciales (2003-2006) DCC/3 français Fédération Internationale des Producteurs Agricoles Comité de Coopération au Développement (DCC) Afrique, Bamako (Mali), le 27 mars 2003 Document d information Programme du DCC de la FIPA

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing Consumer Empowerment and Market Conduct (CEMC) Working Group Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Pratiques de vente et de marketing Cette Note Directrice a été élaborée par le Groupe

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST REGIONAL CAPACITY BUILDING WORKSHOP ENHANCING THE FUNCTIONING OF CEREALS MARKETS IN WEST AFRICA 9-11 December, 2010 Accra, Ghana EXPÉRIENCES DE RÉCÉPISSÉS D ENTREPOSAGE ET DE WARRANTAGE POUR LE FINANCEMENT

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci Le Conseil de Régulation, de Stabilisation et de Développement de la Filière Café -Cacao INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE www.conseilcafecacao.ci 1 CONTEXTE A l indépendance de notre pays, l Etat de Côte

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

LA FINANCE ET L ASSURANCE AGRICOLE DOCUMENT SYNTHETIQUE (7)

LA FINANCE ET L ASSURANCE AGRICOLE DOCUMENT SYNTHETIQUE (7) Décortiquer le maïs pour créer des liens de valeur Recherche-action sur leviers pour rendre les chaines de valeur ajoutée maïs plus compétitives, durables et inclusives LA FINANCE ET L ASSURANCE AGRICOLE

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP -

S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP - S o u t i e n à l é c o n o m i e - VOLET PPP - P r o p o s i t i o n s d e m e s u r e s p o u r l e d é v e l o p p e m e n t e t l e f i n a n c e m e n t d e s P P P Objectifs : - Maintenir le niveau

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

2.3 Les décrets et accords intergouvernementaux de libéralisation du commerce conclus par le gouvernement du Québec;

2.3 Les décrets et accords intergouvernementaux de libéralisation du commerce conclus par le gouvernement du Québec; TITRE : Politique relative aux contrats d approvisionnement, de services et de travaux de construction ORIGINE PAGE 1 de 20 Direction des services des ressources financières et matérielles RÉPONDANT Direction

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

P L A N D A C T I O N N A T I O N A L

P L A N D A C T I O N N A T I O N A L REPUBLIQUE DU BENIN =-=-=-=-=-=-=-=-= MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE =-=-=-=-=-=-=-=-= P L A N D A C T I O N N A T I O N A L «LEGISLATION RURALE» AVRIL 2004 2 I- Contexte et justification

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail