Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE OFFICE NATIONAL DE STABILISATION ET DE SOUTIEN DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES (ONS) 01BP 186 Cotonou Tél. : & Fax : INTRANTS AGRICOLES AUTRES QUE CEUX DU COTON Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution ETUDE SOMMAIRE COTONOU JUIN 2005

2 2 INTRODUCTION L agriculture béninoise comprise au sens large donc incluant les productions végétales, animales, halieutiques et forestières se caractérise par une grande diversité. Cependant et tout au long de son histoire, elle a rarement eu plus d une filière agricole organisée. Ainsi en a t-il été pendant longtemps de la filière palmier à huile relayée ensuite par celle du coton qui elle-même connaîtra des inflexions avant sa relance à partir de Mais de façon constante, l organisation de la fourniture d intrants appropriés a toujours joué un rôle déterminant dans l organisation globale et l essor de chaque filière. En ce qui concerne la filière coton, outre les dispositions liées à l itinéraire technique, des mesures facilitant l accès, l adoption et l utilisation à crédit et à coût réduit des intrants ont été prises. Des subventions dégressives lancées en 1982 pour s éteindre progressivement en 1988 ont été accordées aux producteurs de coton. Cet exemple connu pour le rôle qu il a joué dans l organisation et la promotion de la filière coton doit inspirer la structuration des autres filières en termes de disponibilité des intrants requis et des modalités de leur obtention notamment par le crédit remboursable en fin de campagne. I CONTEXTE La situation actuelle dans le domaine des intrants agricoles se caractérise par : -la prépondérance et la priorité accordées aux intrants coton qui focalisent l attention des décideurs, des producteurs et des distributeurs sur une large partie de la campagne agricole ; -l inexistence de structure et d organisation fiables pour assurer l approvisionnement des producteurs en intrants et garantir le recouvrement ; 2

3 3 - la non organisation systématique de la commercialisation des autres productions avec un circuit et un calendrier de vente sûrs pour servir de gage pour des crédits intrants Les expériences du passé ou encore en cours dégagent quelques circuits de fourniture d intrants pour les productions autres que le coton et dont on peut retenir : le circuit de la Direction de l Agriculture impliquant les CARDER et offrant notamment les produits phytosanitaires souvent au comptant pour le niébé et d autres cultures vivrières à partir du programme Kennedy Round (KR2) ou Don japonais ; le circuit de la SONAPRA à partir du même programme KR2 ; le circuit de la recherche organisé par le CRA/CF pour certains types d intrants en expérimentation donc à diffusion limitée ; les ventes par à-coups, effectuées par certains importateurs et distributeurs d intrants opérant déjà au sein de la filière coton ou non. Le circuit le plus significatif demeure celui de la culture du coton où le désengagement de l Etat des activités de commercialisation et de production, a fortement impliqué le secteur privé. Les activités de la sous-filière intrants, se déroulaient alors sous la supervision de la SONAPRA, par le canal d appels d offres internationaux. La fourniture et la distribution des intrants par la SONAPRA aux côtés des privés répondait au double souci de constituer un stock tampon et d offrir à toute la sous-filière des prix de référence. 3

4 4 L ex-fss puis l ONS parce qu en charge de la stabilisation et du soutien des prix avaient, la charge de la détermination des prix de cession des intrants et de ceux du coton graine. A cet effet, ils prenaient une part active : - aux prévisions d emblavures et de production - à la remontée et la synthèse des besoins globaux en intrants, - au suivi des appels d offres, à l adjudication et aux commandes d intrants, - à la collecte et à l analyse des prix CAF et - à la détermination des prix de cession. Le système ainsi mis en place fonctionnera sans accros notable jusqu en tournant important des dernières réformes avec l étude sur la «stratégie de développement du sous-secteur cotonnier» connu sous le nom de «Etude WADDELL». L autre tournant important a été la fin des appels d offres internationaux intervenue au cours de la campagne 2000/2001. En effet, il est demandé à la SONAPRA de ne plus importer, de ne plus distribuer et de vendre aux privés l entièreté de ses stocks. Il est ainsi mis fin au stock tampon qu elle constituait, qui justifiait l appel d offres international, source objective des prix de référence sur lesquels tous les Distributeurs ayant offert des prix plus forts devaient s aligner. C est dans cette même période que sera pris le décret N du 17 novembre 1999 portant transfert au secteur privé, de la responsabilité de l organisation des consultations pour l approvisionnement en intrants agricoles 4

5 5 et le décret N du 23 juin 2000 portant suppression du monopole de la commercialisation primaire du coton graine par la SONAPRA. L absence de textes précisant les rôles respectifs de chaque groupe d acteurs et des balises claires a fait apparaître d importants dysfonctionnements préjudiciables au déroulement harmonieux des activités au sein de la filière coton. Il faut ajouter à tout cela l inobservation des textes coopératifs et des règles de gestion par les responsables des organisations paysannes. II OBJECTIFS DE L ETUDE SOMMAIRE 2.1- Objectif général Mettre en place un ensemble de services permettant la disponibilité des intrants (engrais, insecticides, herbicides, appareils de traitement) adéquats, recommandés par la recherche à des conditions suffisamment souples pour permettre aux paysans l utilisation efficiente avec des modalités financières accessibles à tous Objectifs spécifiques De manière spécifique, il s agit de : - indiquer quelques pistes de solutions aux besoins d intrants exprimés par des producteurs au sein de certaines filières agricoles ; - identifier les handicaps actuels à la mise en œuvre d un mécanisme et son fonctionnement harmonieux - identifier handicaps liés à la formation des prix et de proposer les mesures adéquates pour les lever harmonieux et durable 5

6 6 - indiquer les caractéristiques du mécanisme à appliquer désormais pour la détermination des prix de cession des intrants et pour chaque filière à organiser et qui garantissent la transparence, l équité et l élargissement continu de la gamme des intrants agricoles, au double plan d une période pilote et de la suite ; - indiquer le contenu notamment le prix de cession ; - discerner les phases de proposition, de fixation et d homologation transparente des prix avec la ou les structures responsables ; - envisager la stabilisation et le soutien du prix au producteur en rapport avec la fixation des prix de cession des intrants ; - identifier les structures concernées et celle en charge de la coordination et de la gestion du mécanisme; - examiner les conditions d une instauration de la plus-value comme facteur d incitation et de régulation pour les filières prises en compte. - examiner le principe de l élargissement continu de la gamme des intrants pour susciter la concurrence ; - indiquer les actions préalables au démarrage assorties d un chronogramme. III - MECANISME D APPROVISIONNEMENT ET DE DISTRIBUTION 3.1- Les travaux d enquête sommaire et de collecte de données collectées Dans le cadre de cette étude pour l organisation de l importation et de la distribution des intrants autres que ceux du coton, une tournée d identification a eu lieu en 2003 et visait les objectifs suivants: - identifier les spéculations à prendre en compte par département - identifier la nature des besoins en intrants - faire le point des initiatives et expériences en cours - les problèmes phytosanitaires liés aux spéculations retenues 6

7 7 DEPARTEMENT Cultures prioritaires retenues Borgou-Alibori Maïs, anacarde, riz cultures maraîchères et fruitères Atacora Donga Zou-Collines Mono Couffo Ouémé-Plateau Atlantique -littoral Maïs, anacarde, riz cultures maraîchères et fruitères Maïs, Anacarde arachide manoic Maïs, riz cultures maraîchères et fruitères, manioc Maïs, riz cultures maraîchères et fruitères, Manioc palmier à huile Maïs, cultures maraîchères et fruitères, ananas palmier à huile Problèmes Phytosanitaires identifiés Attaques nématodes, sauteriaux striga et rongeurs termites, la fumagine Attaques nématodes, sauteriaux striga et rongeurs termites, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Attaques nématodes, striga et rongeurs, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Attaques nématodes, rongeurs, termites, la fumagine Initiative déjà en cours - Projet manioc -Expérience SDI- Hydrochem - le PADSE - PSSA Projet manioc - Global le PADSE - PSSA Projet manioc - Global le PADSE - PSSA - Projet manioc - Global Le PSSA - Projet manioc - Global Le PSSA Condition de mise en place Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) Sécurisation par la garantie et la caution solidaire( utilisation prestation USPP) A définir 7

8 8 Il apparaît ainsi, qu au titre des cultures à prendre en compte, le maïs apparaît au premier rang dans l ensemble des six régions (binômes d anciens départements) consultées. Viennent ensuite, les cultures maraîchères et fruitières, l anacarde, le manioc et le palmier à huile, l ananas et l arachide (Zou). L exploitation de ces informations doit conduire à l ébauche d un mécanisme de d approvisionnement et de mise en place des intrants en collaboration dont les principaux éléments reposent sur les phases, les acteurs, le rôle particulier des distributeurs, de l Etat ainsi que l institution responsable de la coordination et du fonctionnement du mécanisme Les cultures à prendre en compte dès le départ Toutes les cultures indiquées par l enquête sommaire ne sauraient être concernées dès le départ. Il s agira avant tout de celles dont l itinéraire technique est bien identifié par la recherche notamment en ce qui concerne les intrants, de celle couvrant une aire géographique suffisamment significative et proche de celle du coton pour permettre entre autres le désengorgement de la filière coton. Ainsi, un maximum de deux à trois cultures par département serait recommandé pour démarrer pour des raisons liées à la nécessité de maîtrise de l opération. Le maïs sera commun à onze des douze départements (hormis le Littoral), l anacarde le secondera pour l Alibori, l Atacora, le Borgou, la Donga, les Collines et le Zou, les cultures maraîchères et fruitières le seconderont pour le Plateau, l Ouémé, le Littoral, l Atlantique, le Couffo et le Mono Les phases De façon évidente, il serait prudent de procéder par étape : une première étape de trois ans pour l expérimentation (phase pilote) qui prendrait en compte 8

9 9 au plus deux communes par département et une étape de généralisation de cinq ans. Les communes pilotes seront retenues d accord parties entre les démembrements de l Etat et les organisations des producteurs sur proposition de la structure chargée de la coordination et du fonctionnement du mécanisme Les principaux acteurs Les principaux acteurs de la mise en place du mécanisme d approvisionnement en intrants agricoles pour les filières autres que celle du coton peuvent être les suivantes : - les organisations professionnelles des producteurs et des importateurs distributeurs d intrants ; - l INRAB pour l itinéraire technique propre à chaque culture concernée et les autres questions de recherche ; - la DAGRI pour les homologations de produits phytosanitaires et des importateurs ainsi que l expérience des dons japonais ; - l ONS pour la détermination des prix de cession des intrants, la capitalisation des acquis du passé et la coordination du mécanisme ; - la SONAPRA (en attendant plus de stabilité dans sa situation) pour son expérience dans le domaine des intrants agricoles ; - les CeRPA pour la prise en compte des expériences du passé, aider à l expression et à la remontée des besoins en intrants, suivre la mise en place et le dénouement des crédits d intrants ; 9

10 10 - l Etat, non seulement par ses démembrements, mais également le niveau central par les cabinets des ministres chargés de l Agriculture et du commerce, pour l orientation de l opération ; - la Chambre d Agriculture pour y représenter les producteurs agricoles ; Institution responsable de la coordination et de la gestion du mécanisme. La désignation dès le départ d une structure responsabilisée pour la coordination et la gestion du mécanisme est indispensable pour des raisons de cohérence mais également pour éviter de les doublons et les velléités de dispersion et de conflit d attribution qui de façon certaine, réduiraient les chances de succès de l opération. Une telle structure doit avoir capitalisé une expérience suffisante dans le sous-secteur des intrants agricoles sur les volets de coordination des besoins et des mises en place, du lancement des appels d offres et des commandes des intrants, la surveillance du marché des intrants, la détermination puis la proposition des prix de cession. Il est également indispensable qu elle soit suffisamment crédible vis-à-vis des banques pour permettre des crédits de campagne et crédits documentaires nécessaires pour la commande des intrants. IV MODALITES DESCRIPTIVES DU MECANISME Les modalités doivent tenir grand compte des succès et des échecs de l expérience de la filière coton. Elles apparaissent à travers l importation, la 10

11 11 détermination des prix, la distribution, les conditions de vente et de recouvrement Approvisionnement L un des principaux handicaps à la transparence actuellement au sein de la sousfilière intrants est l absence de prix de référence véritable. L on ne peut en effet choisir comme prix de référence, le prix le plus bas proposé par les distributeurs agréés, évitant ainsi de prendre en compte les interconnexions entre ceux-ci. L importation des intrants doit par conséquent, pour espérer faire jouer un minimum de concurrence, reposer sur les principes suivants : un appel d offres international dès le départ une commande globale pour l ensemble des intrants et des distributeurs un abondement du fonds initial auprès de l institution chargée de la gestion du mécanisme, en début d opération pour chaque campagne par chaque distributeur concerné ; la constitution d un stock tampon d intrants d au moins dix pour cent (10%) auprès de cette institution pour couvrir les cas de défaillance une centrale de commande d intrants pourra être envisagée dans la phase de généralisation de l expérience. Par ailleurs, il est indispensable qu une structure de l Etat responsabilisée à cet effet y exerce le rôle régalien de contrôle par le canal du prix de référence que dégage l appel d offres international. 4.2 Détermination et de fixation des prix de cession Une étude est faite par l institution chargée de la gestion du mécanisme et dégage les proposition de prix de cession par type d intrants en tenant compte 11

12 12 des coûts CAF et des frais de mise en place en faisant recours autant que faire se peut à des données réelles ou à défaut à des normes acceptées de tous. Cette étude sert de base aux paysans et aux distributeurs qui fixent les prix de cession des intrants mais l homologation de ces prix relève du rôle de l Etat qui pour ce faire a également besoin qu un de ses démembrements lui fournisse les données indispensables à une appréciation objective. Ceci évitera que ceux qui ont fixé les prix siégent encore pour leur homologation Distribution Les distributeurs agréés privés continueront d apporter les intrants aux organisations de producteurs agricoles. Mais il sera nécessaire de dissocier ne serait-ce qu au départ, le rôle d importateur et celui de distributeur d intrants. Le premier devant être confié à une structure susceptible d insuffler un minimum de transparence et de discipline autour du nouveau mécanisme. La structure chargée de la gestion et de la coordination du mécanisme disposera du minimum de ressources nécessaires pour intervenir promptement en cas de défaillance de l un ou l autre des distributeurs Conditions de vente des intrants et de recouvrement des crédits de vente. Les garanties de recouvrement déterminent généralement les conditions 12

13 13 Dans une agriculture dominée par une myriade de petits paysans pauvres, il est difficile d envisager un système fondé essentiellement sur la vente au comptant, surtout lorsque des exigences de qualité et de rendement sont visées. Pour des produits agricoles, l existence de garantie de crédit passe par l existence de débouchés sûrs et la maîtrise du circuit et des périodes de commercialisation. Ainsi, il ne saurait exister un mécanisme universel entièrement valable pour toutes les filières agricoles. La phase notamment de recouvrement nécessite une adaptation aux spécificités de chaque filière. La nécessité de maîtrise du flux des produits à commercialiser peut conduire à la création ou à l érection d une Centrale d achat des produits. L ONASA par exemple, peut dans une large mesure jouer efficacement ce rôle pour le maïs et les autres céréales. Mais une telle centrale serait à créer pour un produit comme l anacarde et les produits maraîchers. Acteurs responsables de la vente et de la mise en place La vente des intrants et leur mise en place seront indifféremment assurées par l organisme chargée de la coordination (stock tampon) et les opérateurs privés distributeurs. Mode de vente : Le mode majoritaire de vente devra être la vente à crédit en vue de la récupération au cours de la commercialisation des produits issus de l utilisation des intrants. 13

14 14 Recouvrement Le recouvrement sera d autant plus assuré que le circuit de commercialisation et le débouché le seront. Pour certains produits, ce rôle sera assuré par la centrale d achat. V FINANCEMENT INITIAL DU MECANISME Des besoins urgents sont exprimés en direction du MAEP ou de ses services spécialisés à maintes occasions pour certaines filières telles que l ananas, le palmier à huile, l anacarde, les cultures maraîchères etc. mais aussi pour certaines filières d élevage (produits vétérinaires ou d alimentation ) Il s agit d en faire l inventaire, et de les chiffrer pour commencer à leur apporter des appuis ponctuels là ou le besoin est réel et urgent en attendant que la généralisation du mécanisme atteigne ces filières. Du point de vue de la source de financement, le fonds «crédit aux petits producteurs» initié dans le cadre de la stratégie de réduction de la pauvreté et logé à l ONS à partir du Budget national peut en partie aider à apporter quelques solutions déjà en Des programmes similaires dont les objets sont compatibles peuvent également être retenus dans ce même cadre. Pour les années à venir, un programme d investissement public (PIP) doit être spécifiquement élaboré à cet effet. Quant au financement du mécanisme, le plus important sera que la gestion du mécanisme soit confiée à une structure crédible auprès des banques de par ses dépôts et autres considérations pour bénéficier de crédits de campagne et des crédits documentaires nécessaires à l importation notamment d un stock 14

15 15 tampon. L appel d offres international et la centralisation des commandes (s ils étaient acquis dans le mécanisme) en ajouteront peu aux besoins de financement de départ dans la mesure où les importateurs d intrants même dans la formule actuelle le font à crédit. Pour ce nouveau mécanisme, les importateurs distributeurs qui voudront des commandes pour leur compte, feront dans une proportion jugée objective et à étudier avec eux, un dépôt de caution auprès de l institution chargée de gérer le mécanisme et donc de centraliser les commandes. VI RECOMMANDATIONS Il importe de distinguer les actions immédiates dictées par les préoccupations actuelles et les actions pérennes que viendra consacrer la mise en œuvre du mécanisme. En vue de la prise en compte de tous les besoins urgents déjà exprimés en direction du MAEP et de procéder à une évaluation financière des moyens requis, il serait recommander de mettre en place aussi tôt que possible, un comité de pilotage de l opération tant pour les actions immédiates en faveur de certaines filières que pour la phase pilote du mécanisme proposé. L importance des problèmes liés à l importation et à la distribution des facteurs de production des cultures autres que le coton commande que des dispositions concrètes soient enfin prises pour espérer promouvoir de nouvelles filières. Dans ce sens, les mesures suivantes peuvent être envisagées à l issue de la mise en place du comité de pilotage de l opération. Il s agit alors de : - retenir les deux ou trois cultures à prendre en compte dans la phase pilote ; - retenir une commune par département (hormis le Littoral) et un site de maraîchage pour le Littoral soit au total douze communes. 15

16 16 - responsabiliser une structure du MAEP pour la coordination et la gestion du mécanisme ; - réunir et faire démarrer le comité de pilotage qui sur la base des acquis du passé pourrait se composer de : * l INRAB pour l itinéraire technique propre à chaque culture concernée et les autres questions de recherche ; * la DAGRI pour les homologations de produits phytosanitaires et des importateurs ainsi que l expérience des dons japonais ; * l ONS pour la détermination des prix de cession des intrants, la capitalisation des acquis du passé et la coordination du mécanisme ; * la SONAPRA (en attendant plus de stabilité dans sa situation) pour son expérience dans le domaine des intrants agricoles ; * les CeRPA pour la prise en compte des expériences du passé, aider à l expression et à la remontée des besoins en intrants, suivre la mise en place et le dénouement des crédits d intrants ; * le CTAAD pour apporter la note d orientation ; * la Chambre d Agriculture pour y représenter les producteurs agricoles ; * un représentant du ministre chargé du commerce CONCLUSION La résolution durable des problèmes même ponctuels en besoins d intrants et la mise en place d un mécanisme pérenne d approvisionnement en intrants 16

17 17 pour les cultures autres que le coton posent au-delà des problèmes de financement, de crédit de campagne, de crédit documentaires, l important problème de débouché quantitativement significatif, rémunérateur et durable. Un tel débouché mettra en confiance le producteur agricole pour qu il accepte d accroître sa production et de veiller à sa qualité en recourant aux intrants agricoles. Cette exigence pose bien sûr sous-jacent le problème de coordination, de gestion rigoureuse du mécanisme, de surveillance du marché et de l organisation globale de chaque filière concernée. Entre temps, des solutions partielles et ponctuelles telles qu indiquées plus haut seront apportées pour répondre aux préoccupations brûlantes. Les premiers actes à poser seront en conséquence la mise en place du comité de pilotage et la désignation de l institution responsable de la coordination et de la gestion du mécanisme et qui ne serait-ce qu au départ, sera un démembrement de l Etat si un minimum d enseignement est tiré des dysfonctionnements actuels dans le domaine des intrants. 17

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN)

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) 1. Le contexte de la riziculture dans le pays Bref aperçu de la filière riz au Bénin Le riz représente actuellement au niveau national, au

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ OFFICE NATIONAL DE SOUTIEN DES

REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ OFFICE NATIONAL DE SOUTIEN DES REPUBLIQUE DU BENIN ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ------------------------ OFFICE NATIONAL DE SOUTIEN DES REVENUS AGRICOLES (ONS) ----------------------- 01 B.P.

Plus en détail

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge Rapport d étude, volet analyse de la qualité des prestations de la CTB Version finale, 30 juin 2010 Client: Service public fédéral

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Depuis la campagne 2012-2013, l Etat de Côte d Ivoire a engagé une réforme de la filière café-cacao

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Plan d Investissement Agricole 2010 2015

Plan d Investissement Agricole 2010 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité- Justice- Travail ********** MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE ********** MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Plan d Investissement Agricole 2010

Plus en détail

Les opportunités d investissement au Bénin Antonin S. DOSSOU,

Les opportunités d investissement au Bénin Antonin S. DOSSOU, Les opportunités d investissement au Bénin Antonin S. DOSSOU, Directeur de Cabinet du Ministre d Etat chargé de l Economie, de la Prospective, du Développement et de l Evaluation de l Action Publique Plan

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE

REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE LE PLAN STRATEGIQUE DE RELANCE DU SECTEUR AGRICOLE (PSRSA) ET SES DOCUMENTS CONNEXES Décembre 2011 SOMMAIRE PLAN STRATEGIQUE

Plus en détail

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge 2010. Rapport de pays : Benin. Septembre 2010

Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge 2010. Rapport de pays : Benin. Septembre 2010 Evaluation de la qualité des prestations de la Coopération Technique Belge 2010 Rapport de pays : Benin Septembre 2010 Client: Service public fédéral Affaires Etrangères, Commerce Extérieur et Coopération

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

Procédure négociée sans publication

Procédure négociée sans publication Procédure négociée sans publication TERMES DE REFERENCE : APPUI STRATEGIQUE A LA PLANIFICATION ET PROPOSITION DE METHODOLOGIE D INTERVENTION POUR L ELABORATION DE PROTOTYPE DE FOYERS AMELIORES, LEUR TEST

Plus en détail

LA CONSTITUTION DES ÉQUIPES DE TRAVAIL

LA CONSTITUTION DES ÉQUIPES DE TRAVAIL 3 Démarche méthodologique La réalisation de la présente étude a connu les étapes suivantes: LA CONSTITUTION DES ÉQUIPES DE TRAVAIL L équipe de consultants ayant réalisé l étude est pluridisciplinaire :

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN

ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN ACCES AU FINANCEMENT POUR LE DEVELOPPEMENT DES CULTURES DE DIVERSIFICATION DANS LES ZONES DE PRODUCTION DE CAFE AU BURUNDI ET EN COTE D IVOIRE PROJECT N : CFC/ICO/30 ICO, Londres, Septembre 2010 INTRODUCTION

Plus en détail

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci

INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE. www.conseilcafecacao.ci Le Conseil de Régulation, de Stabilisation et de Développement de la Filière Café -Cacao INTERVENTION DU SERVICE JURIDIQUE www.conseilcafecacao.ci 1 CONTEXTE A l indépendance de notre pays, l Etat de Côte

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB)

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB) NOTE DE SYNTHESE N 7 Diversification Filière Mécanisation Politique agricole Organisation Euloge Agoli-Agbo 1, Pierril Lacroix 2, François Geay 3 et Lionel Guézodjé 4 L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS

Plus en détail

Évaluation, caractérisation et

Évaluation, caractérisation et Évaluation, caractérisation et élargissement de la gamme du matériel végétal de plantation de l'anacardier en cours de sélection au Bénin CRA-Centre/INRAB 2013-1014 Financement: GIZ/iCA 2/ Cashew Fund

Plus en détail

Expériences de la FAFA MC avec la mise en œuvre des «Accords d exécution»

Expériences de la FAFA MC avec la mise en œuvre des «Accords d exécution» PROGRAMME AGRICULTURE Décembre 2013 / Lokossa Expériences de la FAFA MC avec la mise en œuvre des «Accords d exécution» Jovite Nassarah, Anke Leflere, Sikirou Oloulotan, Patrick Levaux, Gerrit Bosman Points

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REFORMES DU GOUVERNEMENT DU BENIN VISANT L AMELIORATION DU CLIMAT

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de l Economie et des Finances Direction Générale des Affaires Economiques

REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de l Economie et des Finances Direction Générale des Affaires Economiques REPUBLIQUE DU BENIN Ministère de l Economie et des Finances Direction Générale des Affaires Economiques ETUDE SUR L INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE, FACTEUR D AUTO-SUFFISANCE ALIMENTAIRE ET DE CROISSANCE POUR

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU)

Accès au financement pour la mise en valeur de cultures de diversification dans les régions de caféiculture CFC/ICO/30 (AEP : FGCCC/OCIBU) PJ 39/12 Add. 1 (F) 21 septembre 2012 Original: anglais F Comité des projets Conseil international du Café 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Résumé du rapport de situation soumis par les Agences

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER DE RESTITUTION DE L ETUDE DE FAISABILITE DU FINANCEMENT DE LA FILIERE COTON IVOIRIENNE 28 et 29 Juillet 2010 Abidjan-Côte d

RAPPORT DE L ATELIER DE RESTITUTION DE L ETUDE DE FAISABILITE DU FINANCEMENT DE LA FILIERE COTON IVOIRIENNE 28 et 29 Juillet 2010 Abidjan-Côte d RAPPORT DE L ATELIER DE RESTITUTION DE L ETUDE DE FAISABILITE DU FINANCEMENT DE LA FILIERE COTON IVOIRIENNE 28 et 29 Juillet 2010 Abidjan-Côte d Ivoire 1 Plan du Rapport I/ CONTEXTE ET CADRE DE L ATELIER

Plus en détail

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN RÉPUBLIQUE DU BÉNIN ------------ PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE ----------- PLAN TIC - BÉNIN FEUILLE DE ROUTE POUR L ASSAINISSEMENT, LE REDRESSEMENT ET LA DYNAMISATION DU SECTEUR DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Assurance Récolte Sahel

Assurance Récolte Sahel Assurance Récolte Sahel L ASSURANCE INDICIELLE EN AFRIQUE DE L OUEST EXPÉRIENCE DU BURKINA Conference FARM - Pluriagri 18 décembre 2012 Contents I. Contexte II. Eléments clés d ARS III. L Expérience au

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA (AMO) PHASE II 2013-2016 FINANCEMENT C2D

PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA (AMO) PHASE II 2013-2016 FINANCEMENT C2D MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL MINISTERE DE L ELEVAGE, DES PÊCHES ET DES INDUSTRIES ANIMANES PROGRAMME D APPUI A MAÎTRISE D OUVRAGE DES ADMINISTRATIONS DU SECTEUR RURAL MINADER-MINEPIA

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

«Enquête sur la valorisation des bas-fonds au Bénin

«Enquête sur la valorisation des bas-fonds au Bénin INSTITUT DE HAUTES ETUDES INTERNATIONALES ET DU DEVELOPPEMENT «Enquête sur la valorisation des bas-fonds au Bénin Etude de cas sur les logiques paysannes et les dynamiques locales dans la commune de Djidja»

Plus en détail

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013)

Elaboration de tableaux de bord sur l emploi (éditions 2011, 2012 et 2013) REPUBLIQUE DU BENIN = + = + = + = MINISTERE CHARGE DE LA MICROFINANCE, DE L EMPLOI DES JEUNES ET DES FEMMES (MCMEJF) = + = + = + = + = Agence Nationale Pour l Emploi (ANPE) = + = + = + = TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER

FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER FICHE 5 FACILITATION PAR L OP DE L ACCÈS AU CRÉDIT DES MEMBRES POUR MIEUX COMMERCIALISER Crédit de campagne et crédit de commercialisation La facilitation de l accès au crédit de campagne par l OP pour

Plus en détail

Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique

Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique Auteurs : Sophie Valleix, responsable d ABioDoc et Esméralda Ribeiro, documentaliste à ABioDoc

Plus en détail

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES

LA REVISION DE LA LEGISLATION PHARMACEUTIQUE DOCUMENT DE DISCUSSION COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE ENTREPRISES Marché unique, environnement législatif, législation verticale Produits pharmaceutiques et cosmétiques Bruxelles, le 22 janvier 2001 F4 LA REVISION

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS

OUVRIR LES PORTES DE LA BANQUE AUX JEUNES ENTREPRENEURS Contexte général de lancement de l expérimentation Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de notre implication, la convention avec le Ministère a été signée à la fin du mois de décembre 2010.

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des petits producteurs et productrices

Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des petits producteurs et productrices Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 Le warrantage au Niger, une pratique adaptée aux besoins des

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l alimentation M. Olivier De Schutter*

Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l alimentation M. Olivier De Schutter* Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 22 décembre 2009 Original: français A/HRC/13/33/Add.3 Conseil des droits de l homme Treizième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX

DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX DISPOSITIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES DANS LE SECTEUR DE LA DISTRIBUTION ET DE LA GESTION DES CENTRES COMMERCIAUX Monsieur AIT ABDERRAHMANE Abdelaziz Directeur Général de la Régulation et de l Organisation

Plus en détail

Crédit intrant et crédit warrantage au Togo : Quels enseignements?

Crédit intrant et crédit warrantage au Togo : Quels enseignements? AGRONOMES ET VETERINAIRES SANS FRONTIERES Crédit intrant et crédit warrantage au Togo : Quels enseignements? Réflexion concernant les différentes modalités de crédit proposées dans le cadre du projet d

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Analyse de la performance des chaînes de valeurs de l ananas au Bénin

Analyse de la performance des chaînes de valeurs de l ananas au Bénin Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) ~~~~~~o~~~~~~ Institute National des Recherches Agricoles du Benin (INRAB) ~~~~~~o~~~~~~ Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA)

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte

Référence : V/L n 401/MRAI/DC/SGM/DOPR/SA du 30 mars 2009. Faisant suite à la correspondance sous référence relative à la collecte REPUBLIQUE DU BENIN Cotonou, le 1 i MAI 2009 MINISTERE DE LA REFORME ADMINISTRATIVE ET INSTITUTIONNELLE DIRECTION DES PROGRAMMES DE REFORME ADMINISTRATIVE Le Directeur des Programmes de Réforme Administrative

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Accompagner, susciter et faciliter les échanges économiques et commerciaux entre la France et Bénin * Association pour la création de la CCI-FB

Accompagner, susciter et faciliter les échanges économiques et commerciaux entre la France et Bénin * Association pour la création de la CCI-FB Lancement de la CCI France-Bénin Programme -mots d accueil -présentation de la CCIFB -présentation du Bénin -opportunités d affaires au bénin -relations économiques France-Bénin -Cocktail Accompagner,

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE)

PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE <<MESURES D ACCOMPAGNEMENT>> (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) 1 PROJET D ELECTRIFICATION RURALE PAR RESEAU SBEE (MISSION D INTERMEDIATION SOCIALE) STRATEGIE DE DISTRIBUTION DES CARTES PREPAYEES 2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 3 1.

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE DE LA MISE EN PLACE D UN FONDS DE DEVELOPPEMENT DE L AGRO- INDUSTRIE ET DU COMMERCE AU BENIN

ETUDE DE FAISABILITE DE LA MISE EN PLACE D UN FONDS DE DEVELOPPEMENT DE L AGRO- INDUSTRIE ET DU COMMERCE AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN PNUD ETUDE DE FAISABILITE DE LA MISE EN PLACE D UN FONDS DE DEVELOPPEMENT DE L AGRO- INDUSTRIE ET DU COMMERCE AU BENIN RAPPORT FINAL Bureau d Ingénierie et de Management 02 BP 1771

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE Prêt PRCTA Prêt à 0% du Programme Régional à la Création et à la Transmission en Agriculture Date de remise des manifestations

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org

DOSSIER DE PRESSE. Table Ronde pour le financement du développement du Bénin. 17-19 juin 2014 - Paris. www.tablerondebenin2014.org Table Ronde pour le financement du développement du Bénin 17-19 juin 2014 - Paris www.tablerondebenin2014.org LE MOT DU PRÉSIDENT La Table Ronde, occasion unique d échanges et de partage sur les opportunités

Plus en détail

Cahier de Recherche ELIFID 03-5

Cahier de Recherche ELIFID 03-5 Cahier de Recherche ELIFID 03-5 Le Financement de l'agriculture Béninoise dans un Contexte de Libéralisation : Contribution de la Micro Finance Maximin K. Z. Kodjo, Erick H. Abiassi, Marcellin C. Allagbe,

Plus en détail

Septembre 2011. TDR Formation gestion comptable et contrôle interne Bénéficiaires : GPH-A Financement : USADF

Septembre 2011. TDR Formation gestion comptable et contrôle interne Bénéficiaires : GPH-A Financement : USADF REPUBLIQUE DU BENIN DEPARTEMENT DU ZOU ET DES COLLINES COMMUNE DE COVE GROUPEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES AÏDOTE (GPH-A) DE COVE TEL : 97 87 50 87 / 96 19 16 30 U N I T E D S T A T E S A F R I C A N

Plus en détail

Étude réalisée avec l appui du F3E pour Afdi. Rapport final et annexes 323Asev. Février 2012. Patrick Dugué et Guy Faure

Étude réalisée avec l appui du F3E pour Afdi. Rapport final et annexes 323Asev. Février 2012. Patrick Dugué et Guy Faure Étude réalisée avec l appui du F3E pour Afdi Rapport final et annexes 323Asev Appui à la mise en place d un dispositif de suivi - évaluation des effets et de l impact des démarches de Conseil à l Exploitation

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail