SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PERSPECTIVES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PERSPECTIVES"

Transcription

1 SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN TUNISIE, ETATS DES LIEUX ET PERSPECTIVES Mr. Mohamed Chokri REJEB DG CTAA Le 25 septembre 2010 Yasmine Hammamet

2 Plan Sécurité des aliments dans la politique nationale Intervenants dans le Système de Sécurité des aliments Législation en matière de sécurité des aliments Perspectives de développement du Système de Sécurité des aliments

3 Partie-1 Sécurité des aliments dans la politique i nationale

4 Politique nationale La Tunisie a été l un des premiers parmi les pays du Sud à signer les accords de l OMC ; elle a adapté toute sa politique économique et sociale à ce contexte en adoptant une politique libérale basée sur la compétitivité. é Cette adhésion n a pas été le résultat d une crise de sécurité alimentaire mais plutôt d un choix politique et technique tenant compte de l évolution de la situation dans le monde et des crises vécues par les autres pays. Notre pays a posé les bases d une politique de sécurité alimentaire i par :

5 Politique nationale La mise en place de l infrastructure SPS soit du dispositif organisant la sécurité des produits alimentaires à l échelle nationale La mise en conformité des textes législatifs, grâce à l utilisation des normes internationales de référence, Formation du personnel des services du contrôle officiel en matière de système de sécurité sanitaire des aliments et mise à niveau du secteur de la pêche par l introduction de la démarche HACCP (début des années 90)

6 Années 90 Renforcement des structures de contrôle DGSV). (DHMPE, DQPC, Évolution règlementaire relative à la responsabilisation des opérateurs (Loin / auto contrôle). Lancement du programme de mise à niveau Lancement du programme national de promotion de la qualité Lancement du programme de mise à niveau du secteur de la pêche Création d une instance de coordination ANCSEP.

7 Années 2000 Création d un comité iénational ldu Codex. Lancement d un programme pilote visant à la mise en place du système HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point ) dans 100 entreprises agroalimentaires. Le démarrage du programme national de la qualité en avril 2005 Programme d appui à la Compétitivité des entreprises et à l Amélioration de l accès aux Marchés (PCAM)

8 Politique nationale L instauration d un programme de mise à niveau de l industrie, ce qui a permis aux entreprises : de résoudre des problèmes inhérents à la qualité des produits d introduire de nouvelles technologies d améliorerlaproductivité deleurs entreprises de mieux respecter les exigences requises en matière de bonnes pratiques de fabrication et de bonnes pratiques d hygiène liées à la sécurité sanitaire des aliments.

9 Contexte actuel de l industrie tunisienne ACCORD D ASSOCIATION AVEC L UNION EUROPEENNE ACCORD DANS LE CADRE DE L ETABLISSEMENT DE LA ZONE DE LIBRE ECHANGE ARABE ( démantèlement total des DD sur la majorité des produits agroalimentaires sur une période de 10 ans) ENGAGEMENT DANS LE CADRE DE L ORGANISATION MONDIAL DU COMMERCE (démantèlement tarifaire annuel d une partie des DD pour un certains nombre de produits ) UN ENSEMBLE D ACCORDS BILATERAUX AVEC UN NOMBRE DE PAYS OU ASSOCIATIONS DE PAYS ( accès privilégié pour un certains nombre de produits ) Impliquent des adaptations et des restructurations pour l industrie Impliquent des adaptations et des restructurations pour l industrie tunisienne de manière générale et pour le secteur agro-alimentaire en particulier.

10 Partie-2 Intervenants dans le Système de Sécurité des aliments

11 Intervenants t en matière de gestion du risque alimentaire Élaboration des textes et des normes en matière de produits alimentaires : Six intervenants principaux, à savoir: 1. le Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques, 2. le Ministère de l Intérieur (communes), 3. le Ministère de la Santé Publique (MSP), 4. le Ministère du Commerce et de l Artisanat, 5. le Ministère de l Industrie et de la Technologie (direction générale é des industries i alimentaires) i 6. et l Institut National de Normalisation et de Propriété Industrielle (INNORPI).

12 Intervenants t en matière de gestion du risque alimentaire Application des textes et des normes en matière de produits alimentaires : Quatre intervenants principaux, à savoir: 1. leministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques, 2. le Ministère de l Intérieur (communes), 3. le Ministèrei de la SantéPublique (MSP) 4. et le Ministère du Commerce et de l Artisanat qui reste au sens de la loi de Protection ti du Consommateur le coordonnateur de tous les intervenants dans leur rapport avec l appareiljudiciaire (hors cas d urgence) urgence).

13 Intervenants en tant qu institutions d appui à l industrie: o o o o o o o o Le Bureau de mise à niveau Le Centre Technique de l Agro Alimentaire, L INNORPI, Le Conseil National d Accréditation (CNA), Le Comité Tunisien du Codex (CTCA). L API L APIA Le PACKTEC

14 Le rôle de l administration est prépondérant, mais elle l exerce en concertation avec les consommateurs (Organisation de Défense des Consommateurs) et des producteurs (par le biais de leurs organisations i patronales). )

15 Ministère de la Santé Publique à travers : La DHMPE avec les 24 services régionaux d hygiène dhygiène sont des gestionnaires du risque, qui interviennent par le contrôle officiel et par la surveillance des aliments à tous les stades de production et de commercialisation. Ils assurent également la surveillance des Toxiinfections Alimentaires Collectives en collaboration avec les autres départements concernés. Ces services utilisent comme support technique les laboratoires régionaux d hygiène ainsi que des laboratoires centraux comme celui de l Institut Pasteurde Tunis.

16 Ministère de la Santé Publique L ANCSEP est une structure horizontale qui a comme tâche la coordination entre les contrôleurs (tous intervenants confondus). La création de cette agence a été la solution tunisienne pour uniformiser le contrôle alimentaire. Elle a été créée dans la même mouvance que la création d agences centralisées de sécurité alimentaire en Europe, au Canada et dans d autres pays afin de répondre au même souci d efficacité et de vigilance. Cette instance se doit d évoluer dévoluer et de s inclure sinclure dans le système d Analyse des Risques pour devenir l organe évaluateur indépendant de la gestion.

17 Ministère du Commerce et de l Artisanat La DQPC (Direction de la Qualité et la Protection du Consommateur) est investie d importantes missions en matière de contrôle alimentaire à l importation marché local. et sur le Elle regroupe quatre sous directions centrales et anime 24 directions régionales dans la mission de contrôle des produits alimentaires.

18 Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques Ce département est investi dans le domaine du contrôle sanitaire et qualitatif des produits de deux grandes missions se rapportant respectivement t au contrôle de la qualité des produits agricoles et au contrôle sanitaire, vétérinaire des produits animaux et d origine animale. Deux directions générales découlant d une récente réorganisation du départementdétiennent l essentielde ces attributions, il s agit agit: de la direction généraledelaprotectionetducontrôledela qualité des produits agricoles (DGPCQPA) ; et la direction générale des services vétérinaires (DGSV).

19 Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques La DGPCQPA assure notamment le contrôle des pesticides à usage agricole. Elle dispose pour cela de deux importants textes relativement récents, l un relatif à la protection des végétaux et l autre fixant les modalités d homologation, de fabrication, de formulation et de distribution des pesticides. Cette direction dispose d un laboratoire propre qui effectue les analyses nécessaires sur les pesticides et assure le suivi des procédures d homologation.

20 Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques La DGSV est en charge du contrôle sanitaire des produits animaux et d origine animale sur le marché local et aux frontières. Cette direction dispose d un important arsenal de textes législatifs et réglementaires et de normes, notamment pour les produits tels que les produits de la pêche, les mollusques bivalves vivants et les viandes avicoles. Elle pilote un programme de mise en place de l autocontrôle au niveau des secteurs relevant de ses compétences.

21 Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques Les services compétents de la DGSV et ceux de des CRDA travaillent en symbiose et de paire. La plupart du temps, l analyse du risque pour une denrée donnée est déterminée par la centrale pour conditionner les programmes de contrôle appliqués par les services régionaux.

22 Ministère de l Industrie, de l Énergie et des PME La DGIA, Direction Générale des Industries Alimentaires est investie entre autres des missions de la définition de la stratégie nationale du secteur des industries alimentaires, de l élaboration en collaboration avec les organismes spécialisés, des normes intéressant notamment le domaine alimentaire, de l information et de la sensibilisation les industries quant à leur application.

23 Ministère de l Industrie, de l Énergie et des PME Elle est appelée à assister les industriels en vue de préserver la qualité des produits alimentaires et leur conformité à la réglementation en vigueur et ce, en collaboration avec les organismes chargés du contrôle tôl de la qualité, de la répression des fraudes et de la protection du consommateur. La DGIA assure également le fonctionnement et la présidence de la commission d agréage g et de suivi des installations des usines de conserves de fruits et légumes et de celles des unités de conditionnement de l huile huile.

24 Le système de réponse pour les urgences : Le système de réponse pour les urgences est sectoriel; le MSP ayant pour sa part la responsabilité de la surveillance e épidémiologiqueiq et de la coordination de la riposte en cas de problème de santé. Pour le Ministère du commerce et de l Artisanat, des mesures concernant la gestion des urgences sont prises dansle cadred uncomité ad hocinterdépartemental

25 Les laboratoires habilités à exercer dans le cadre du contrôle officiel Le laboratoire du Centre Technique de l Agro Alimentaire Le laboratoire central d analyse et d essais (M.Ind) ; Le laboratoire de l institut de recherche vétérinaire (MAG); Le laboratoire des denrées alimentaires et des eaux(ipt MSP). Le laboratoire d hygiène et de contrôle des denrées d origine dorigine animale (INNTA - MSP); Les laboratoires régionaux de santé publique (MSP 22); Plusieurs laboratoires privés plus ou moins spécialisés.

26 Les laboratoires habilités à exercer dans le cadre du contrôle officiel Les laboratoires de l institut national de nutrition et de technologie alimentaire. Les laboratoires de l institut national des sciences et technologies de la mer Le laboratoire de contrôle et d analyse des pesticides. Les laboratoires de l école nationale de médecine vétérinaire de Sidi Thabet. Le laboratoire du centre national de radioprotection. ti Le laboratoire de toxicologie au centre d assistance médicale urgente. Le laboratoire national de contrôle des médicaments. Le laboratoire du centre national des sciences et technologies nucléaires, Le laboratoire de l institut national de recherche et d analyse physico chimique.

27 Industrie alimentaire et consommateurs Le rôle de l industrie alimentaire a été mis en exergue au niveau du cadre législatif en vigueur depuis plus de 10 ans en Tunisie, à savoir la responsabilisation des producteurs par la loi 92/117 de protection du consommateur. L impératif Limpératif de la mondialisation et de ce fait de la compétitivité sur un plan international a complété l adhésion des industriels au schéma de sécurité des aliments.

28 On peut schématiser l organisation oga o nationale aeen matière de sécurité alimentaire comme suit :

29 Schématisation sommaire des principaux acteurs du système de sécurité sanitaire Et interactions en Tunisie

30 Partie-3 Législation en matière de sécurité des aliments

31 Législation nationale Actuellement, la réglementation nationale est régie par deux systèmes: 1. Législatif et réglementaire : (Lois, décrets et arrêtés) Depuis 1992 la Tunisie dispose d un cadre légal en accord avec les normes internationales; cependant il s agit d une loi non spécifique aux aliments. Cette lacune est en voie d être comblée avec la parution d une loi alimentaire. Cette loi est complétée par des décrets et des arrêtés spécifiques aux produits ou au secteur. Le contrôle alimentaire est assez bien outillé sur le plan réglementaire; plus de rapidité dans la réactivité des lois aux différentes avancées conceptuelles, scientifiques et technologiques, esttoutefoissouhaitable toutefois souhaitable.

32 Système législatif et règlementaire: architecture Les lois de portée horizontale LOI Les lois spécifiques DECRET ARRETE

33 Législation nationale 2. Normatif (normes) L INNORPI, institut national de la normalisation et de la propriété industrielle constitue le cadre légal de normalisation en Tunisie. Cette structure dont le pays s est doté en 1982 en vertu de la loi relative à la normalisation et à la qualité et à la qualité aétéchargée d assurer l harmonisation et la coordination dans ce domaine, Par la Loi n du 30 juin 2009, relative au système national de normalisation, va permettre de passer d un sysstème de normes obligatoires à un système de normes facultatives

34 Présentation du cadre législatif et réglementaire relatif à la qualité sécurité et hygiène des produits alimentaires en Tunisie Loi n du 18 octobre 2005, relative à l élevage et aux produits animaux Le code du travail Loi n du 30 Avril 1966, portant promulgation du code de travail Loi n du 30 juin 2009, relative au système national de normalisation Loi n du 7/12/1992 relative à la protection du consommateur Les décrets d application du code du TRAVAIL Les arrêtés et les cahiers des charges d application de la loi Les normes homologuées conformément à la loi n du 6/8/1982 relative à la normalisation et à la qualité. Jusqu à Juillet Les règlements techniques Les décrets d application i du décret du 10octobre 1919 ou de la loi N Les arrêtés d application du décret du 10octobre 1919 ou de la loi N Les arrêtés d approbation des cahiers des charges pour certains produits d OV 34

35 Législation nationale Les normes tunisiennes revêtent, selon l intérêt qu elles représentent pour l industrie et les objectifs recherchés par les pouvoirs publics soit un caractère obligatoire, elles sont dans ce cas classées en tant que normes homologués soit un caractère volontaire, elles sont alors classées en tant quenormes enregistrées. Dans les deux cas, ces normes peuvent couvrir quatre volets d action :

36 Législation nationale les normes fondamentales qui traitent du vocabulaire, de la terminologie, des grandeurs et symboles, les normes de spécifications qui fixent les seuils de performance et les caractéristiques des produits, les normes d analyse et d essai qui déterminent les exigences fixées par les normes de spécifications, les normes d organisation et de gestion de l entreprise qui concernent la description des fonctions et les activités de l entreprise entreprise. Le travail de préparation des projets de normes se fait au sein de 124commissions Techniques.

37 Législation nationale La sécurité des produits alimentaires et la qualité, au sens large, fait aujourd hui partie des priorités économiques du pays. Ainsi une décision présidentielle (du 20 janvier 2006) a été prise pour la promulgation d une loi de sécurité des produits alimentaires dans le cadre de l harmonisation de la législation l Tunisienne i avec la législation européenne en la matière, notamment tle Règlement Cette loi entrera en vigueur début

38 Partie-4 Problèmes et Perspectives

39 Problèmes et difficultés La multiplicité des intervenants dans le dispositif sécuritaire pose des problèmes plus ou moins maîtrisés par de nombreuses mesures légales qui restent non exhaustives. Ceci se matérialise par exemple au niveau de la difficulté à adhérer à un système d alerte national unifié et performant. D autres difficultés inhérentes à l application de l approche «Analyses des Risques» ont été rencontrées; en particulier la mise en place d un dunorgane indépendant d évaluation des risques auquel auront accès les gestionnaires du risque.

40 Problèmes et difficultés L implication du consommateur dans l appareil de sécurité a nécessité des efforts qui demandent à être consolidés. La communication à propos du risque pose parfois problème, surtout face à la multiplicité des intervenants en matière de gestion du risque La responsabilité du producteur est souvent bien assumée par les grandes entreprises, beaucoup moins par les petits producteurs pour lesquels un effort de formation et d information reste nécessaire.

41 Problèmes et difficultés En terme d efficacité du système actuel de contrôle des aliments, la chaîne est maîtrisée dans sa totalité mais de façon inégale; la production primaire restant moins efficacement contrôlée que les produits industriels. Le problème posé par le contrôle sanitaire des circuits commerciaux parallèles au circuit officiel, reste difficile malgré les programmesspécifiquesquiy sontconsacrés. L efficacité est également tributaire des systèmes de qualité mis en place lors de la production, de nombreuses entreprises alimentaires ont adhéré au concept de qualité, mais il s agit surtout des plus importantes ; beaucoup reste à faire pour les autres.

42 Problèmes et difficultés Certaines situations posent également des difficultés, notamment en matière de coordination des actions de contrôle, et de communication entre les différents départements. L efficacité du contrôle de la sécurité des aliments dépend aussi des performances de l appareil de contrôle et en particulier des prestations des laboratoires d analyses et d essais. Malgré les efforts de quelques laboratoires qui se sont distingués, beaucoup restent en deçà des normes internationales (non accréditables).

43 Problèmes et difficultés Certains problèmes constituent un frein à l harmonisation avec la réglementation Européenne et internationale et concernent notamment, La désignation des structures chargées de l évaluation des risques et celles chargées de leur gestion, La désignation des autorités compétentes en matière de contrôle pour certaines filières, la généralisation du principe d agréage des entreprises du secteur alimentaire, La détermination des procédures de contrôle des produits alimentaires, L existence d un seul texte régissant les produits alimentaires chimiques i et industriels. i

44 Problèmes et difficultés L autorité compétente pour élaborer les textes, est représentée par l ensemble des intervenants «contrôleurs» de la chaîne alimentaire. Cependant le processus de genèse des nouveaux règlements est long et complexe, rendant la parution des textes difficile. Si les lois cadres en Tunisie sont tout à fait conformes aux édits internationaux, certains textes d application instituant par exemple l obligation du système HACCP dans toutes les industries alimentaires ou l obligation de la traçabilité, ne sont pas encore généralisés car les entreprises ne sont pas toutes encore en mesure à appliquer de tels préceptes. Cependant progressivement ces concepts sont adaptés et en voie de généralisation.

45 Problèmes et difficultés La participation des consommateurs et des industriels au processus sécuritaire au même titre que l administration dans le trépied fonctionnel décrit dans les références internationales, n est cependant pas acquise en totalité.

46 Attentes se doter d une expertise nationale dans les domaines afférents à la sécurité alimentaire, accélérer le processus d harmonisation de l ensemble des approches sectorielles, rendre opérationnelle l approche basée sur l analyse des risques et centraliser le traitement de l information sur le contrôle et les incidents et accidents.

47 Perspectives Deux principaux axes de développement du système national desécurité desaliments à savoir : 1 Révision du cadre législatif et organisationnel relatif à la sécurité des aliments 2 Promotion de l application du système HACCP dans les établissements du secteur des industries alimentaires,

48 Perspectives Éviter les confusions dans l application des textes, Assurer une cohérence entre textes horizontaux et textes spécifiques, Harmonisation avec réglementation Europ. et Internationale. CE: Partenaire économique Codex Engagement envers OMC

49 Perspectives Intégrer le concept d analyses des risques avec ses trois composantes, évaluation, gestion et communication sur le risque, comme principes général dans la législation national relative à la sécurité des aliments Désigner une autorité nationale chargée de l évaluation des risques Harmoniser la législation et la réglementation nationale avec la réglementation européenne et internationale (codex) Désigner une autorité compétente par secteur d activité ou pour un ensembles de secteurs dans le domaine alimentaire

50 Perspectives Responsabiliser les exploitants du secteur alimentaire sur la qualité et la sécurité des denrées alimentaires qu ils produisent La généralisation du principe d agréage (technique et sanitaire) des entreprises du secteur alimentaire, et l obligation delamiseenplace d un système de contrôle basé sur le concept HACCP Former les gestionnaires du risque sur une nouvelle approche de l inspection basé sur l approbation et la vérification des système mis en place par l entreprise

51 Evolution de la réglementation Tunisienne en matière de sécurité sanitaire des aliments

52 Niveau pays 3-RISK ANALYSIS Management au plus haut niveau Niveau opérateurs 2-HACCP HACCP Management au niveau opérationnel 1-BPH/BPF/ BPA

53 Conclusion Toutes les difficultés citées bénéficient d une réflexion nationale voire d une planification pour certains domaines. La mise en place d une stratégie globale de sécurité des aliments est engagée et se complète progressivement avec une mise à jour de l arsenal juridique qu elle nécessite.

54 Merci pour votre attention

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS

ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS ASSOCIATION DES PRODUCTEURS ALGERIENS DE BOISSONS Symposium sur la valorisation des produits agricoles dans les boissons Hôtel HILTON Mars 2013 EXIGENCES ET OBLIGATIONS DE LA SECURITE ALIMENTAIRE DANS

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM 1 EDITORIAL Depuis l engagement de la Tunisie dans la politique de libéralisation économique, et la signature de l accord d association avec l Union européenne, le Ministère de l Industrie s est lancé

Plus en détail

Royaume du Maroc. Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle

Royaume du Maroc. Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Système National de Santé et de Sécurité au Travail SOMMAIRE Introduction: Quelques indicateurs chiffrés Structure du Système national

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

Les signes de qualité des produits alimentaires

Les signes de qualité des produits alimentaires Technologie Professionnelle Cuisine Les signes de qualité des produits alimentaires BAC PROFESSIONNEL Restauration 1BAC HO Présentation généraleg 1] Les aspects réglementaires 2] Qu est-ce que la qualité?

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie

Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Les défaillances des rapports entre l hôpital public et l assurance maladie Karim CHAYATA Maître-assistant Université de Sousse Introduction Cadre global des rapports entre l assurance maladie et l hôpital

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour Janvier 2015 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP Page 1 sur 9 FORMATION SYSTEME

Plus en détail

Le Programme National de Promotion de la Qualité

Le Programme National de Promotion de la Qualité Le Programme National de Promotion de la Qualité Par : Maher EL EUCH Unité de Gestion du Programme National de Promotion de la Qualité Ministère de l Industrie et de la Technologie 11 novembre 2011 Sommaire

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE Répertoire des modules de formations Date de mise à jour 18/04/2014 REPERTOIRE DES MODULES DE FORMATION CODINORM Agréé FDFP FORMATION SYSTEME DE MANAGEMENT

Plus en détail

Domaine : Economie et gestion Mention : Management Spécialité : Management Intégré Qualité Sécurité Environnement

Domaine : Economie et gestion Mention : Management Spécialité : Management Intégré Qualité Sécurité Environnement LICENCE APPLIQUEE EN MANAGEMENT : INTEGRE QSE : QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Domaine : Economie et gestion Mention : Management Spécialité : Management Intégré Qualité Sécurité Environnement I. Présentation

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Apport de l'accréditation, de la certification et de la normalisation dans la prévention des Toxi-infections Alimentaires

Apport de l'accréditation, de la certification et de la normalisation dans la prévention des Toxi-infections Alimentaires Apport de l'accréditation, de la certification et de la normalisation dans la prévention des Toxi-infections Alimentaires Dr Moez JRIDI 15 décembre 2011 1 Sommaire Introduction Normalisation : rôles et

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

La certification ISO 22000

La certification ISO 22000 La certification ISO 22000 Maurice LE DOUARIN Responsable de la Restauration SILGOM Pôle de restauration collective Phases de travaux Travaux : 6,8 M Les travaux en quelques Equipements : 1,7 M chiffres

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

«Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007

«Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007 «Territoires métropolitains innovants: Technopôles et Pôles de Compétitivité» Tunis, 19 et 20 Juin 2007 Présentation Par Mr Kamel BELKAHIA ral du Pôle de Compétitivit titivité de Bizerte Président Directeur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL

FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL FRANCE VETERINAIRE INTERNATIONAL Une large palette de compétences au service de la santé publique vétérinaire Protection animale Formation Elevage, Médecine vétérinaire, Santé Publique Vétérinaire en régions

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

1.10 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 1 Système de sécurité sanitaire. Coordination des activités au sein d un système. de sécurité sanitaire des aliments

1.10 CAHIER TECHNIQUE. THÈME 1 Système de sécurité sanitaire. Coordination des activités au sein d un système. de sécurité sanitaire des aliments CAHIER TECHNIQUE THÈME 1 Système de sécurité sanitaire 1.10 10 Coordination des activités au sein d un système de sécurité sanitaire des aliments Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents

Plus en détail

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil

Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil Cemafroid L expertise indépendante de la chaîne du froid et de la réfrigération Nos métiers Michel LEPRIEUR Responsable expertise Conseil 5 avenue des Prés 94266 FRESNES Tel. +33 1 49 84 84 84 contact@cemafroid.fr

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE

La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés. Olivier SIRE La sécurité alimentaire en France Risques naturels Risques organisés Olivier SIRE OPEDUCA Day @ Lycée Lesage - Jeudi 22 mai 2014 Plan Introduction Quels organismes sont concernés? Quel est le cadre réglementaire?

Plus en détail

********** Un Peuple Un But Une Foi-

********** Un Peuple Un But Une Foi- MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI ********** Un Peuple Un But Une Foi- COMITE NATIONAL DU CODEX ALIMENTARIUS ********** SECRETARIAT EXECUTIF (ANSSA) Centre Commercial Rue 305 Quartier du Fleuve

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique

Science et technique. Recommandations pratiques d hygiène pour la fabrication du saucisson sec artisanal. Guide pratique CHRISTIEANS.qxd 19/01/2007 15:24 Page 181 La nouvelle législation communautaire fixant les règles d hygiène, avec l entrée en vigueur d un vaste plan révisé de la législation sur les aliments et l alimentation

Plus en détail

Qualité dans un laboratoire

Qualité dans un laboratoire Qualité dans un laboratoire Journée sur «Qualité et Sécurité dans l acte de bâtir» Agadir, le 29/02/2012 Mme HALIMA JABBAR Responsable de la Division d Accréditation DQSM/MCINT AVANTAGE DE L ACCREDITATION

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

Veille réglementaire en environnement santé, sécurité au travail sécurité alimentaire

Veille réglementaire en environnement santé, sécurité au travail sécurité alimentaire Veille réglementaire en environnement santé, sécurité au travail sécurité alimentaire 1 - PERIMETRE DE VEILLE La prestation porte sur un périmètre défini contractuellement (Voir annexe 2). Ce périmètre

Plus en détail

Veille réglementaire

Veille réglementaire Veille réglementaire Anne Gerard 30/01/2012 AFNOR - Marseille En quoi consiste la fonction RQSE dans une IAA? Assurer la veille réglementaire et faire appliquer la réglementation (hygiène, environnement,

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

II. Organisation et fonctionnement de l Agence Congolaise de Normalisation et de la Qualité II.1 Processus mis de en œuvre II.

II. Organisation et fonctionnement de l Agence Congolaise de Normalisation et de la Qualité II.1 Processus mis de en œuvre II. République du Congo Ministère du Développement Industriel et de la promotion du secteur privé 2/32 Chapitre Introduction Liste des abréviations et acronymes Liste des tableaux SOMMAIRE Pages 2 3 4 I. Positionnement

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur,

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur, Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur, Je suis heureuse de vous transmettre la réponse du gouvernement au rapport définitif du Comité

Plus en détail

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires

Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires ROYAUME DU MAROC Ministère de l Agriculture et des Pêches Maritimes Contrôle vétérinaire et la nouvelle réglementation communautaire dans le domaine de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires Dr.

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information

Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications Sécurité et Confiance dans les Réseaux et Systèmes d Information - Cadre institutionnel et réglementaire - Présenté par : Laila ZOUAK Entité Prospective

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 3 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 31 du 9 juillet 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 3 INSTRUCTION N 240462/DEF/SGA/DRH-MD relative à la gouvernance des données de

Plus en détail

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

Produits de la Mer : Produits, Agréage, Préparation des commandes. Catalogue de formation. Partenaire-conseil de la distribution

Produits de la Mer : Produits, Agréage, Préparation des commandes. Catalogue de formation. Partenaire-conseil de la distribution DÉPARTEMENT MERCHANDISING ET DISTRIBUTION Partenaire-conseil de la distribution Conseil - Etudes - Ingénierie - Formation Produits de la Mer : Produits, Agréage, Préparation des commandes Catalogue de

Plus en détail

La certification; volontaire et obligatoire

La certification; volontaire et obligatoire La certification; volontaire et obligatoire Programme; Infrastructure qualité termes et définitions Normalisation base fondamentale de la certification Accords OMC; TBT et SPS Certification volontaire

Plus en détail

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739

Le système HACCP. www.halal-institute.org. Page 1. 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 Page 1 www.halal-institute.org Le système HACCP 66, avenue des Champs Elysées LO41-75008 Paris Tél. : (33) 979940077 - Fax : (33) 974533739 HACCP = Hazard Analysis Critical Control Point (analyse des dangers

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Services d accréditation Aperçu général et focus sur l accréditation des organismes de certification de personnes. Conférence AQVE 21 novembre 2013

Services d accréditation Aperçu général et focus sur l accréditation des organismes de certification de personnes. Conférence AQVE 21 novembre 2013 Services d accréditation Aperçu général et focus sur l accréditation des organismes de certification de personnes Conférence AQVE 21 novembre 2013 Chantal Guay, ing., P. Eng. Vice-présidente 2 Le mandat

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

La gestion d un projet de gestion intégrée des documents (GID) dans un contexte de gouvernance documentaire. Michel Roberge

La gestion d un projet de gestion intégrée des documents (GID) dans un contexte de gouvernance documentaire. Michel Roberge APTDQ 12 e congrès Gérer l information à l ère numérique Montréal, 19 avril 2012 La gestion d un projet de gestion intégrée des documents (GID) Michel Roberge 1 Contenu Le développement du système Le déploiement

Plus en détail

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC

Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC Communication de M.BOURAS MIMOUNE Membre de la cellule OMC ACCESSION DE L ALGERIE A l OMC OBSTACLES TECHNIQUES AU COMMERCE MESURES SANITAIRES ET PHYTOSANITAIRES OTC : pourquoi l'accord? - Article XX b

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS

Réglementation. Présentation du «paquet» hygiène. -Food law -852/2004. -Agrément. -21 décembre 2009 PMS Réglementation Présentation du «paquet» hygiène -Food law -852/2004 -Agrément -21 décembre 2009 PMS Le paquet hygiène Les textes réglementaires De HACCP au PMS, ce qui a changé Le PMS Avant le paquet hygiène

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE»

«LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Yaoundé, CAMEROUN le 04 juin 2012 «LA CHAINE DU FROID EN TUNISIE» Présenté par : Mme Halima THRAYA Ingénieur en Chef Sous-directeur du Froid Industriel au ministère de l Industrie -Tunisie- Déléguée de

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Journée du 14 mai 2013 1

Journée du 14 mai 2013 1 Journée du 14 mai 2013 1 10 ans de «Nouvelle approche» Avant de mettre sur le marché un équipement sous pression relevant des catégories I à IV, les fabricants d'équipements doivent soumettre chaque équipement

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

S e r v i c e n a t i o n a l d a s s i s t a n c e r é g l e m e n t a i r e s u r l e r è g l e m e n t C L P

S e r v i c e n a t i o n a l d a s s i s t a n c e r é g l e m e n t a i r e s u r l e r è g l e m e n t C L P Etiquetage et classification des produits chimiques changent : vue d ensemble en 15 minutes Page 1 Le règlement CLP publié le 31 décembre 2008 au Journal officiel de l Union européenne est l appellation

Plus en détail

MMQE. Manuel Management Qualité Environnement

MMQE. Manuel Management Qualité Environnement MMQE Manuel Management Qualité Environnement Objet et domaine d application Ce document décrit Les dispositions générales d organisation prises par Qualit Archi Idf pour assurer et gérer la qualité des

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

Article 3 Délégation à la VPRI

Article 3 Délégation à la VPRI Directive en matière de santé et sécurité LEX 1.5.1 du travail (DSST) 1 er décembre 2012 La Direction de l'ecole polytechnique fédérale de Lausanne arrête : Section 1 Dispositions générales Article 1 Principes

Plus en détail

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010

Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Rabat, le 17 juin 2010 Office National de Sécurité Sanitaire desproduitsalimentaires Présentation des modalités d application de la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires -------- Séminaire National

Plus en détail

Annexe 12: Référentiel de formation de médecin de prévention DU MEDECIN DE PREVENTION

Annexe 12: Référentiel de formation de médecin de prévention DU MEDECIN DE PREVENTION Annexe 12: Référentiel de formation de médecin de prévention REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DU MEDECIN DE PREVENTION (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME 2006) NB : Ne pas oublier la médecine statutaire dans la

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

ISO 22000 UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DES ALIMENTS. Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR

ISO 22000 UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DES ALIMENTS. Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR ISO 22000 UNE NORME POUR LA SÉCURITÉ DES ALIMENTS Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR C est l histoire d une norme Les dates clés : Mars 2001 : Initiative du Danemark (DS 3027) Rappel

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail