Activité B.2.3. Activité B.2.3

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Activité B.2.3. Activité B.2.3"

Transcription

1 Activité B.2.3 Activité B.2.3 Rédaction de guides sur l'environnement des affaires dans les deux pays et sur les modalités et les réglementations à l'exportation.

2 GUIDE SUR LES MODALITES ET LES REGLEME NTATIONS A L EXPORTATION En Tunisie

3 SOMMAIRE FORMALITE ET PROCEDURE D EXPORTATION 1. Formalités du commerce extérieur de droit commun 1.1. Demande d un code en douane 1.2 Choix d un régime de commerce extérieur Les régimes Des exportations 1.3 Contrôle technique à l exportation Le contrôle de la qualité des fruits et légumes frais au moment de l exportation Le contrôle de la qualité des produits au moment de l expédition Le contrôle phytosanitaire 1.4. Domiciliation bancaire et Engagement de rapatriement des devises Le principe de domiciliation Le rapatriement des recettes d exportation Les exceptions à l obligation de rapatriement 1.5. Accomplissement des formalités douanières La déclaration sommaire La déclaration détaillée i. les procédures simplifiées 2. Formalités spécifiques aux produits agricoles 2.1. Produits de campagne 2.2 Agréage et contrôle des stations de conditionnement et de transformation des produits destinés à l exportation 2

4 L agréage et le contrôle des centres de conditionnement des fruits et légumes destinés à l exportation L agréage et le contrôle des centres de transformation des fruits et légumes destinés à l exportation 2.3. Autorisation préalable Le cahier de charges pour l exportation de l huile d olive L accord préalable pour l exportation des agrumes, des fruits et des dattes L accord pour l exportation en vente ferme des légumes 2.4. Certificat de production biologique 3

5 FORMALITE ET PROCEDURE D EXPORTATION 4

6 1. Formalités du commerce extérieur de droit commun 1.1. Demande d un code en douane La première étape dans les formalités du commerce extérieur est la demande d un code en douane. Toute personne physique ou morale qui envisage une opération d exportation doit disposer d un code en douane lui servant identifiant pour toutes les opérations douanières. Pour obtenir en douane les personnes physiques doivent fournir : Une demande sur formulaire spécifique à retirer du plus proche bureau des douanes ou du guichet unique de l agence de promotion de l industrie (API). L original du certificat d inscription au registre du commerce. Une copie de la carte d identité fiscale légalisée auprès du bureau de contrôle des impôts. Une copie de la carte d identité nationale du requérant. Attestation de déclaration de l API pour les entreprises totalement exportatrices. Les personnes morales doivent fournir : Une demande sur formulaire spécifique à retirer du plus bureau des douanes. L original du certificat d inscription au registre de commerce. Une copie de la carte d identité fiscale légalisée auprès du bureau de contrôle des impôts. Une copie de la déclaration d existence certifiée auprès du bureau de contrôle des impôts. Une attestation de publication de l avis de création de la société au journal officiel de la république tunisienne. Une copie du statut de la société. Une copie de la carte d identité nationale du représentant légal de la société. Les dossiers doivent être déposes au bureau des douanes le plus proche du domicile du requérant ou bien au guichet unique de l agence de promotion de l industrie (API). 5

7 1.2 choix d un régime de commerce extérieur Pour toute opération d exportation il y a lieur de choisir un régime de commerce extérieur approprié qui permettra d assigner à la marchandise le régime douanier conséquent. Les différents régimes envisageables pour l exportation sont les suivants : Les régimes Des exportations Le régime des exportations du régime de la liberté : Ce régime concerne une liste limitative de produits fixée par un décret et qui ne peuvent être exportés qu au vu d une autorisation d exportation délivrée par le ministère chargé du commerce. Comme cela a été di plus haut, les fruits et légumes frais et transformés ne son pas concernés. Le régime des exportations non soumises aux formalités du commerce extérieur : ce régime concerne : Les produits énumérés à l annexe B du décret numéro du 29 Août 1994, dont font partie précisément les fruits et légumes frais ou transformés. Les exportations cotre remboursement qui concernent les produits expédiés par voie postale qui ne sont pas exclus du régime de la liberté d exportation dont le montant ne dépasse pas 3000 DT. Les services des douanes consternant, cependant, la possibilité de soumette à l accomplissement des formalités réglementaires les envois qui ne seraient pas effectués de bonne foi. Le régime des exportations en vente ferme : Ce régime concerne les ventes fermes avec paiement d un montant supérieur à 200D, couvert d une facture définitive, domiciliée auprès d une banque intermédiaire agréée. Dans le cas de produits bénéficiant du régime de la liberté à l exportation, cette dernière se fait sans autorisation, sur présentation à la douane, et sous conditions, prévues par la banque Centrale de Tunisie. L exportateur doit présenter, pour domiciliation, auprès d un intermédiaire agréé, quatre exemplaires de la facture définitive dans un délai de 08 jours maximum après la date de sortie du produit. 6

8 Les exportations soumises à des régimes particuliers : Dans cet ensemble (i) les exportations effectuées sous le régime de la consignation, (ii) les exportations temporaire, (iii) les exportations sans paiements, (iv) les exportations soumises à un régime spécial. Les exportations effectuées sous le régime de la consignation : c est le cas de produits acheminés à l étranger en vue de leur commercialisation mais dont les recettes qui peuvent en résulter ne peuvent être perçues qu après que l importateur parvienne à écouler ces stocks. Les exportations temporaires : c est le cas de produits acheminés à l étranger pour expositions, foires ou pour réparation ou ouvraisons. Elles ne sont soumises à aucune formalité de commerce extérieur, et tout abandon à l étranger de ces produits doit être justifié aux services de douanes. Les exportations sans paiement : c est le cas d acheminement à l étranger qui ne donne lieu à aucun rapatriement de devises. Ces opérations doivent être subordonnées à l accord du ministère chargé du commerce qui délivre une autorisation d exportation portant la mention «sans paiement» et ne donnant pas lieu à une domiciliation. Les exportations soumises à un régime spécial : ce régime concerne les entreprises qui ont pour objet les opérations suivantes : (i). Ravitaillement des navires et aéronefs ; (ii) Expédition des colis, (iii) Exportation des livres, journaux et périodiques ; (iv) Exportations des produits vendus par voie électroniques. 1.3 Contrôle technique à l exportation Le contrôle technique à l exportation des fruits et légumes frais ou transformés passe par : Le contrôle du produit fini au moment de l exportation. Le contrôle phytosanitaire. 7

9 1.3.1.Le contrôle de la qualité des fruits et légumes frais au moment de l exportation Les fruits et légumes frais doivent être conformes aux normes technique à l exportation le contrôle est confie à l OCT qui organise les opérations selon le mode de transport utilisé et selon la procédure suivante : L exportateur de produits frais formule une demande à la direction du contrôle technique. Les fruits et légumes frais destinés à l exportation doivent être conditionnés dans des unités agréées. Un agent de la DCT assiste au chargement de la marchandise. Le contrôle s effectue d une façon visuelle, en portant sur l aspect extérieur et général du produit à savoir la qualité, le calibrage, la maturité, la saveur, la fraicheur, la variété, l emballage, la marque, etc L agent de contrôle procède à différents sondages sur les lots à exporter, en se basant sur la fiche technique du produit sujet du contrôle. L agent prend sa décision finale d autorisation ou de refoulement du produit en vue de la conformité du produit à sa norme spécifique. Le certificat de contrôle est délivré immédiatement. Le contrôle se fait dans les aires de chargement de l aérogare fret de l aéroport lorsque l acheminement des produits se fait par voie aérienne. Il se fait sur les quais du port d embarquement ou sur les lieux de production et de conditionnement, et ce en fonction des quantités à expédier lorsque l acheminement se fait par voie maritime Le contrôle de la qualité des produits au moment de l expédition Ce contrôle, effectué par l OCT, se déroule selon la procédure suivante : Prélèvement d échantillons de produits transformés dans des unités de transformation agréées (conserves de fruits, conserves de légumes, semi-conserves de produits végétaux, vins, huiles d olives, et.), à l usine, pour des analyses physico technique ou bactériologiques. 8

10 Envoi des échantillons à des laboratoires agréés (le laboratoire central des analyses et d essais LCAE, institut pasteur, office national des huiles (ONH), etc Vérification lors de l embarquement, des différentes inscriptions obligatoires qui doivent être inscrites sur l emballage. Délivrance par l OCT, du certificat de conformité, au vue des résultats des analyses, en premier lieu, et du contrôle de l embarquement, en second lieu. Le certificat de contrôle des produits de conserve est délivré selon des délais pouvant atteindre 15 jours. Les frais d analyse en laboratoire son à la charge de l exportateur lui même. En cas de refoulement de la marchandise par l agent de contrôle, pour non-conformité à la norme spécifique, l exportateur peut recourir à la commission d arbitrage, seule instance compétente pour trancher les différends de façon définitive Le contrôle phytosanitaire Il a pour objectifs de vérifier la présence de maladies ou de ravageurs, éventuellement transmis par les végétaux et les produits végétaux, et de détecter la présence d insectes ou de ravageur ou des résidus de pesticides. Il concerne les produits destinés à la consommation et des végétaux destinés à l ensemencement et à la plantation. Il est effectué, à la demande des exportateurs, par le service phytosanitaire relevant de la direction générale de protection et contrôle de la qualité des produits agricoles relevant du ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques. Les produits et plus exportés et les plus concernés par le contrôle phytosanitaire sont principalement : les dattes, les agrumes, la tomate et dans une moindre mesure les autres fruits, les produits maraîchers, les plantes ornementales et les fleurs. Le contrôle phytosanitaire consiste à soumettre le produit aux testes de conformité aux conditions et normes requises, notamment pour les résidus des produits phytosanitaires. 9

11 Pour les produits végétaux destinés à la consommation, le contrôle phytosanitaire s effectue sur l aspect extérieur, la fraicheur, le mûrissement, la fermeté, c est un contrôle visuel qui vérifie la sainteté du produit et sa salubrité. Le produit doit être propre à la consommation humaine. Pour les végétaux destinés à l ensemencement et à la plantation, des analyses aux laboratoires s avèrent nécessaires. Les agents de contrôle phytosanitaire fixent une date avec le transitaire ou le propriétaire de la marchandise pour faire le contrôle et délivre, sur le site d exportation, un certificat phytosanitaire conforme aux normes internationales Domiciliation bancaire et Engagement de rapatriement des devises L exportateur est tenu de se conformer à la réglementation des changes qui reposer sur trois principes fondamentaux : (ii) l obligation de rapatriement les recettes d exportation et (iii) les exceptions au principe de rapatriement Le principe de domiciliation L exportateur doit choisir un intermédiaire agréé pour rapatrier les devises en recouvrement d une opération d exportation : Il doit déposer auprès de cette banque la facture définitive accompagnée des pièces jointes ; Les délais de domiciliation varient selon le type d opération d exportation effectuée : Les exportations de produits bénéficiant du régime de la liberté de commerce extérieur sont effectuées sur présentation d une facture définitive à la douane. L exportateur doit domicilier la facture imputée par la douane auprès d in intermédiaire agrée au plus tard 8 jours après expédition de la marchandise. 10

12 Le rapatriement des recettes d exportation Toute personne, physique ou morale, résidente en Tunisie, doit rapatrier l intégralité des devises provenant de l exportation de marchandises, de la rémunération des services rendus à l étranger. Le rapatriement des devises permettra l apurement de l opération d exportation auprès des services de douane. Les recettes d exportation doivent être rapatriées dans les 10 jours suivent la date d exigibilité du paiement ; (30 jours pour la vente au comptant et 180 jours pour la vente à crédit). Les entreprises non-résidentes totalement exportatrice, les sociétés de commerce international non-résidentes ainsi que les entreprises non résidentes établie dans les zones franches économique ne sont tenue ni de rapatrier ni de céder leurs recettes d exportation Les exceptions à l obligation de rapatriement Le règlement des opérations d exportation se fait généralement en devise et le taux de change subi des fluctuations parfois importantes, d où des possibilités de perte appréciables pour l exportateur. Le législateur a prévu des dérogations à la règle de rapatriement des recettes d exportation et ce en vue de permettre aux exportateurs de faire face aux risques de change. Les exportateurs résident peuvent conserver sur leurs comptes professionnels en devises jusqu à 50% du produit de leurs exportations. Ces dérogations se manifestent essentiellement dans une panoplie de comptes spéciaux. Le compte professionnel en devise ou dinars convertibles. Le compte professionnel négoce international Allocation de voyage spécifique «l allocation de voyage d affaires exportateur» 11

13 1.5. Accomplissement des formalités douanières Au passage des marchandises à exporter par la frontière tunisienne, l exportateur est appelé à déposer une déclaration sommaire (provisoire) et une déclaration en détail. Il peut aussi bénéficier de procédures simplifiées. Procédures douanières La déclaration sommaire Cette déclaration, déposé par le transporteur juste à l arrivé de la marchandise indique les objets transportés, ainsi que des éléments permettant de les identifier (nombre, nature, marque et n) de colis, )elle est représentée par la feuille de route dans le transport routier et par le manifeste de cargaison dans le cas du transport par mer La déclaration détaillée Cette déclaration, en général obligatoire à l exportation comme à l importation, permet de : o Fixer à la marchandise un régime douanier o Indiquer des éléments quantitatifs et qualitatifs nécessaires pour le calcul des droits et taxes et l application des mesures du contrôle du commerce extérieur et des changes ; o Servir de titre de créance pour le trésor et matérialiser l engagement du déclarant vis-à-vis de l administration des douanes Elle doit être accompagnée des documents suivants : o Le certificat d origine o La déclaration de vérification de la destination o La liste de colisage o Le certificat de conformité et le certificat d assurance o La déclaration d exportation du transporteur o La facture commerciale et la facture consulaire o La licence d exportation pour les produits réglementaire à l exportation 12

14 1.5.3 Les procédures simplifiées L exportateur peut ne pas présenter la déclaration en détail lors du dédouanement dans les deux cas suivants : Entreprise totalement exportatrices : o L exportateur dépose une demande d autorisation d enlèvement et d embarquement au bureau des douanes accompagnée d une facture établie en cinq exemplaires. o En cas d accord, il procède d embarquement de sa marchandise. o La déclaration en détail doit être établie dans un délai de huit jours. o L exportateur bénéficier de l assistance d un bureau spécialisé situé à Tunis/la coupole. Ce bureau dispose d antennes spécialisées présentes dans les bureaux régionaux des douanes. o Produits périssables, inflammables ou dont la valeur dépend du poids : Produits périssables, inflammables ou dont la valeur dépend du poids : o Le déclarant dépose au bureau de douane une déclaration du type ET2222 établie par le système d information douanier, pour voir une déclaration provisoire et disposer de la marchandise. o La régularisation doit intervenir dans un délai de huit jours dans les deux cas : o Le déclarant doit au préalable déposer une demande d agrément de l administration appelée demande d autorisation d embarquement D.A.E o En cas d acceptation, le déclarant doit souscrire une soumission générale dûment cautionnée par une banque par laquelle il s engage à établir la déclaration en détail dans un délai maximum de huit jours à partir de la date d enregistrement de la D.A.E o Entre temps, il peut solliciter, auprès du bureau de douane, une déclaration provisoire informatisée. o Après accomplissement des formalités d exportation, le déclarant obtient du service des douanes une autorisation pour l enlèvement des marchandises appelée «B.A.E» 13

15 2. Formalités spécifiques aux produits agricoles Outre les formalités d exportation de droit commun, les exportateurs de fruits et légumes frais et transformés sont soumis à des procédures spécifiques Produits de campagne Les produits de campagne sont les produits agricoles ayant un programme préétabli pour l exportation. Ce programme est arrêté par la direction générale du commerce extérieur en collaboration avec des départements concernés pour assurer un suivi permanent des exportations, évaluer les résultats et proposer les mesures nécessaires pour promouvoir les ventes des produits concernés sur les marchés extérieurs. Il s agit : d huile d olive : la campagne d huile d olive débute le 1 er novembre de chaque année pour finir en octobre, l année d après des dattes : la campagne commence en octobre et prend fin en septembre de l année suivante. Des agrumes : durant la 1 ère quinzaine du mois de janvier débute les opérations d exportation d agrumes pour prendre fin en mars. 2.2 Agréagle et contrôle des stations de conditionnement et de transformation des produits destinés à l exportation L agréage et le contrôle des centres de conditionnement des fruits et légumes destinés à l exportation Tout opérateur souhaitant exercer une activité de conditionnement et l emballage destiné à l exportation de fruits et légumes frais, est tenu de demander l agrément à l OCT. L agrément est accordé par une commission présider par l OCT et comportant plusieurs parties (ministères de l agriculture, de l industrie, de la santé et des affaires sociales, l UTAP, les groupements interprofessionnels ). 14

16 L agréage porte dans un premier temps sur le local et se renouvelle à l occasion de chaque campagne agricole. Les sorties d agréages s effectuent à la veille du démarrage de chaque campagne, en fonction des différents produits susceptibles d être exportés : (i) dattes (Novembres- Décembre), (ii) Agrumes (Décembre - Avril). L attestation est délivrée dans un délai de 3 à 5 jours à partir de la date du procès verbal d agréage ou de la date de dépôt de la demande L agréage et le contrôle des centres de transformation des fruits et légumes destinés à l exportation Tout opérateur souhaitant exercer une activité de transformation de fruits et légumes frais, est tenu de demander l agrément à l OCT. L agrément est accordé par une commission présidée par le ministère de l industrie et comportant comme nombres (l OCT, les ministères de l agriculture, des affaire sociale, de l intérieur, l UTAP, l UTICA, les groupements professionnels (GICA), ainsi que les autres représentants des différentes branches (tomates, olives, huiles,..) à l exception du vin. Les unités de transformation sont appelées à mettre en place à évaluent régulièrement les procédures d autocontrôle, ce qui implique l installation d un équipement adéquat et le suivi de protocoles rigoureux pour le contrôle. Les sorties d agréage des stations de conserves alimentaires s effectuent (juillet Octobre). Elles ont pour objectifs de superviser le déroulement des préparations de chaque campagne, et vérifier la conformité des usines de conserve alimentaire, aux exigences réglementaires en matière d hygiène et de sécurité. La direction du contrôle technique, relevant de l OCT veille à répondre aux exigences des marchés extérieur de qualité et d hygiène suivre et suivre l évolution de la réglementation. Elle est chargée : (i) du contrôle technique, (ii) de la gestion des agréments des unités et (iii) de la collecte de l information et des textes normatifs auprès des différentes organismes nationaux et étrangers. 15

17 L attestation est délivrée dans un délai de 3 à 5 jours à partir de la date de procèsverbal d agréage ou de la date de dépôt de la demande. Les principaux textes soumettant les locaux de transformation, de conditionnement et d emballage des produits agricoles à un contrôle préalable et les autorisant à exporter aux marchés extérieurs, sont : - Arrêté du 19 décembre 1974 du ministère de l économie nationale relatif à l agréage des installations et au contrôle des entreprises qui traitent les fruits et les légumes frais destinés à l exportation et les conserves alimentaires ; - Décret n du 13 juillet 1968 relatif aux règles d hygiène et de sécurité applicables au personnel, locaux et matériels des usines de conserves alimentaire ; - Décret n du 22 octobre 1968 fixant les règles générales d hygiène applicables des les entreprises soumises au code du travail. - Avis aux exportateurs de fruits et légumes (JORT n 34 du 18 mai 1975) ; - Normes tunisiennes enregistrées relatives aux principes généraux d hygiène Autorisation préalable Les opérations d exportation des produits agricols tunisiennes, sont souvent soumises à l obtention des différents agréments spécifiques aux produits en question, à des cahiers de charges et à des autorisations préalables des groupements correspondants. Les principales autorisations préalables exigées pour l exportation des fruits et légumes sont récapitulées dans ce qui suit : Le cahier de charges pour l exportation de l huile d olive o L exportation de l huile d olive doit se faire conformément aux dispositions du cahier de charge approuvé par l arrêté conjoint des ministres de l Agriculture et des ressources Hydrauliques, du commerce et de l industrie, du 19 octobre

18 o L autorisation est délivrée par la direction générale des Etudes et de Développement Agricole au Ministère de l Agriculture et des Ressources Hydrauliques L accord préalable pour l exportation des agrumes, des fruits et des dattes Il est accordé par le groupement interprofessionnel des fruits (GIF), qui veille à la coordination des ventes à l exportation et au contrôle de la conformité de toute opération d exportation aux conditions générales approuvées au préalable par l administration et la profession L accord pour l exportation en vente ferme des légumes Il est accordé par le groupement interprofessionnel des légumes (GIL), l obtention de l accordé préalable du GIL est matérialisé par apposition d une mention favorable sur les factures commerciale Certificat de production biologique L agriculture biologique obéit à une réglementation précise dictée par le décret n du 14 février 2004, basée sur : - Un cahier des charges indiquant les normes de qualité et les règles de production et de transformation ainsi que les liste des intrants autorisé à être utilisés en fertilisation, protection et transformation. - Un contrôle, confié à un organisme de contrôle de la certification chargé de vérifier le respect de ces cahiers de charges. L organisme de contrôle et de certification doit effectuer, outre les visites périodiques au moins une fois par an, un contrôle physique complet de l exploitation et une visite non annoncée. La mise en œuvre du régime de contrôle nécessite une description complète de l exploitation avec indication des lieux de stockage et de production ainsi que la prise de mesures concrète par les producteurs au niveau de son exploitation. 17

19

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

LES FORMALITÉS DE DÉDOUANEMENT À L IMPORT

LES FORMALITÉS DE DÉDOUANEMENT À L IMPORT LES FORMALITÉS DE DÉDOUANEMENT À L IMPORT Les formalités accomplies auprès du GUCE par les transitaire / CAD se résument aux opérations suivantes : Dépôt de la déclaration en douane et obtention du BAE,

Plus en détail

LEGENDE. Douane / Frontière. Usines Transport terrestre. Transport maritime. Container / Stationnement. Aéroport

LEGENDE. Douane / Frontière. Usines Transport terrestre. Transport maritime. Container / Stationnement. Aéroport LES INCOTERMS 2000 Chargement / Déchargement Transport aérien LEGENDE Douane / Frontière Usines Transport terrestre Container / Stationnement Transport maritime Aéroport Frais de transport Frais de transport

Plus en détail

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règlement de la Banque d n 07-01 Art.1.- Le présent règlement a pour objet de définir le principe de la convertibilité

Plus en détail

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007 Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change Mars 2007 1 PLAN I. Paiements Courants II. Commerce Extérieur III. Opérations en Capital IV. Comptes Réglementés 2 I. Paiements courants 1.

Plus en détail

Le contrôle et la certification en agriculture biologique

Le contrôle et la certification en agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction Générale de la Production Agricole TCP/TUN/2903 Le contrôle

Plus en détail

Rabat, le 5 décembre 2011 CIRCULAIRE N 5295 /312

Rabat, le 5 décembre 2011 CIRCULAIRE N 5295 /312 Rabat, le 5 décembre 2011 CIRCULAIRE N 5295 /312 OBJET : Procédures et Méthodes. Importation et exportation des échantillons et spécimens. REFER : - Circulaires n s 4559/311 du 21/01/1999 et 4581/311 du

Plus en détail

Guinée. Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de Guinée et l étranger

Guinée. Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de Guinée et l étranger Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de et l étranger Instruction de la Banque de n 112/DGAEM/RCH/00 Chapitre 1 - Objet Art.1.- La présente Instruction a pour

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS. - Juillet 2007 - Procédures Achats Import JIRAMA 1

JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS. - Juillet 2007 - Procédures Achats Import JIRAMA 1 JIRO SY RANO MALAGASY D.G.A.A DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS PROCEDURES ACHATS IMPORT - Juillet 2007 - JIRAMA 1 SOMMAIRE ARTICLE 1 : OBJECTIFS ARTICLE 2 : DEFINITIONS ARTICLE 3 : PASSATION DE COMMANDE

Plus en détail

GUIDE DU GUICHET UNIQUE de l Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation Janvier 2015

GUIDE DU GUICHET UNIQUE de l Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation Janvier 2015 République Tunisienne Ministère de l Industrie, de l Energie et des Mines Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation GUIDE DU GUICHET UNIQUE de l Agence de Promotion de l Industrie et de l Innovation

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada. Séminaire des délégués commerciaux. Mardi, 29 mai 2012

Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada. Séminaire des délégués commerciaux. Mardi, 29 mai 2012 Initiation aux activités d importation de marchandises au Canada Séminaire des délégués commerciaux Mardi, 29 mai 2012 Partenaires de la chaîne commerciale Importateurs Courtiers en douane Transporteurs

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

Commerce International Douanes Transport - Logistique. Sommaire

Commerce International Douanes Transport - Logistique. Sommaire Commerce International Douanes Transport - Logistique Sommaire La Douane : notions de base... 3 Comment déclarer en douane... 4 Déterminer la Valeur en Douane... 5 Déterminer l Espèce en Douane... 6 Déterminer

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Chapitre I : l administration des douanes et impôts indirects

Chapitre I : l administration des douanes et impôts indirects ALAOUI/REGL DOUANIERE/2002-2003 1 Chapitre I : l administration des douanes et impôts indirects Section1 : Présentation, rôle et organisation de l ADII I- Présentation de l ADII 9 II- Organisation de l

Plus en détail

L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE. Mexico city, novembre 2003

L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE. Mexico city, novembre 2003 L EXPERIENCE TUNISIENNE EN MATIERE D ADMINISTRATION ELECTRONIQUE Mexico city, novembre 2003 PLAN 1- Les Préalables 2- Les applications en INTRANET 3- Le développement de l infrastructure 4- Les Grands

Plus en détail

CHAPITRE VI PROCEDURE DE DEDOUANEMENT. Section 1. Généralités.

CHAPITRE VI PROCEDURE DE DEDOUANEMENT. Section 1. Généralités. CHAPITRE VI PROCEDURE DE DEDOUANEMENT. Section 1. Généralités. Art. 75 : - Toutes les marchandises importées, réimportées, destinées à être exportées ou réexportées doivent faire l'objet d'une déclaration

Plus en détail

Informations générales. Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation

Informations générales. Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation 1. Objectif Informations générales Délivrance de certificats phytosanitaires à l exportation Ce document donne des informations générales sur la délivrance des certificats phytosanitaires (CP) et sur les

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année N de registre de commerce Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE

PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE PREFET DES BOUCHES-DU-RHONE DIRECTION DEPARTEMENTALE INTERMINISTERIELLE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS Siège : 22, Rue Borde - 13285 MARSEILLE CEDEX 08 Publipostage MARSEILLE, 03.04.2013 Téléphone :

Plus en détail

Concept d inspection et de certification

Concept d inspection et de certification Concept d inspection et de certification Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Introduction et documents normatifs... 3 2 Champ d application et définitions... 3 2.1 Producteur:... 3

Plus en détail

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU

Le Crédit Documentaire. Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Le Crédit Documentaire Service du Commerce Extérieur Mai 2009 Vahinetua TAU Sommaire I/ Définition II/ Procédure III/ Schéma IV/ Particularités V/ Conseils Sources: Livre «Exporter», de FOUCHER Lien:www.eur-export.com/francais/apptheo/finance/risnp/credoc.htm

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

PROCEDURES D IMPORTATION

PROCEDURES D IMPORTATION Royaume du Maroc Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies *** Département du Commerce Extérieur المملكة المغربية وزارة الصناعة والتجارة والتكنولوجيات الحديثة *** قطاع التجارة

Plus en détail

Zones franches et places financières offshore au Maroc

Zones franches et places financières offshore au Maroc Zones franches et places financières offshore au Maroc Actualisation au 1 mai 2002 MINEFI DREE/TRÉSOR Soucieux de consolider sa politique d ouverture commerciale, d améliorer ses capacités d exportation

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Procédures pour l importation et l exportation de denrées alimentaires et objets usuels

Procédures pour l importation et l exportation de denrées alimentaires et objets usuels Service de la consommation et des affaires vétérinaires 155, ch.des Boveresses 1066 EPALINGES Téléphone +41 (0)21 316 43 43 Télécopie +41 (0)21 316 43 00 Courriel info.labocant@vd.ch Procédures pour l

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT Le Gouvernement du Burkina Faso a obtenu dans le cadre de sa politique de lutte contre la pauvreté

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République

Journal Officiel - Numéro Spécial - 18 août 2006. 47 ème année OFFICIEL. de la République Démocratique du Congo. Cabinet du Président de la République 1 47 ème année JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République LA NOMENCLATURE DES ACTES GENERATEURS DES RECETTES ADMINISTRATIVES, JUDICIAIRES, DOMANIALES

Plus en détail

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. DEFINITIONS... 2 3. CADRE LEGAL... 3 4. ORGANISATION DE LA BACG... 4 5. PRESTATIONS DE LA BACG... 5 6. MODALITES DE CONTRIBUTION ET D UTILISATION DES SERVICES... 5 7. REGLES

Plus en détail

Définition de l'activité réglementée

Définition de l'activité réglementée ANNEXE LISTE DES ACTIVITES REGLEMENTEES n 97-40 du 18 /01/1997, modifié et complété relatif aux critères de détermination et d'encadrement des activités et professions réglementées soumises à inscription

Plus en détail

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier

(BO N 4181 DU 16.12. 1992) (BO N 4259 DU 15.6. 1994) (BO N 4482 DU 15.05. 1997) Dispositions générales. Article premier Loi n 13-89 relative au commerce extérieur promulguée par le dahir n 1-91-261 du 13 joumada I 1413 (9 novembre 1992), telle quelle a été modifiée et complétée par la loi n 37-93 promulguée par le dahir

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES DES DOUANES SOUS-MANUEL 7 : LE DEDOUANEMENT DES VEHICULES

MANUEL DE PROCEDURES DES DOUANES SOUS-MANUEL 7 : LE DEDOUANEMENT DES VEHICULES SOUS - MANUEL 7 : LE DEDOUANEMENT DES VEHICULES Sénégalaise de Conseil Septembre 2003-111 GENERALITES I. INTERVENANTS OU ACTEURS II. PRESENTATION DU CALCUL DES DROITS ET TAXES ET DE LA DETERMINATION DES

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

Sommaire. Arrêté n 84/MF du 14 juin 1962, définissant les privilèges des membres du corps diplomatique en matière d exemptions douanières et fiscales.

Sommaire. Arrêté n 84/MF du 14 juin 1962, définissant les privilèges des membres du corps diplomatique en matière d exemptions douanières et fiscales. CODE DES DOUANES (Loi n 61-17 du 31 mai 1961, déterminant le Régime douanier de la République du Niger, modifications subséquentes et textes réglementaires d'application) (Mise à jour, Juillet 2000) Sommaire

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU)

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) Audit l Conseil l Contentieux l Opérateur Economique Agréé l Dédouanement l Régimes douaniers l Accises l Exportateur Agréé l Entrepôt

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DE LA DECLARATION S.I.G.A.D

MANUEL D UTILISATION DE LA DECLARATION S.I.G.A.D MANUEL D UTILISATION DE LA DECLARATION S.I.G.A.D Système d Information et de Gestion Automatisée des Douanes 1 INTRODUCTION MASQUE PRINCIPAL SAISIE DECLARATION - Année agrément - Numéro agrément - Nom

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION -------------------

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE -------------------- LA COMMISSION ------------------- DOSSIER TYPE A FOURNIR PAR LES INDUSTRIELS ET A PRESENTER PAR LES ETATS MEMBRES DE LA CEMAC

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DU CHANGE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

LA REGLEMENTATION DU CHANGE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 LA REGLEMENTATION DU CHANGE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO La Banque Centrale du Congo, Vu l Ordonnance-Loi n 67/272 du 23 juin 1967, relative aux pouvoirs réglementaires de la Banque Nationale

Plus en détail

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 D E C R E T S Décret exécutif n 09-18 du 23 Moharram 1430 correspondant au 20 janvier 2009 fixant la réglementation relative à l exercice de la profession

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

FEDERATION DE RUSSIE Certification GOST R INTRODUCTION OBJECTIFS PRINCIPAUX DE LA CERTIFICATION GOST R CERTIFCAT DE CONFORMITE GOST R

FEDERATION DE RUSSIE Certification GOST R INTRODUCTION OBJECTIFS PRINCIPAUX DE LA CERTIFICATION GOST R CERTIFCAT DE CONFORMITE GOST R INTRODUCTION La certification GOST R a été instaurée par le gouvernement russe en 1993 avec l objectif principal d assurer la sécurité et de protéger la santé et l environnement de la population russe.

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn

Observatoire des Services Bancaires - www.osb.tn CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007 04 DU 9 FEVRIER 2007 O B J E T : Allocation touristique Article premier : La présente circulaire fixe les conditions et modalités de réalisation par les Intermédiaires

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

RECUEIL RELATIF AUX AVANTAGES ET FACILITATIONS ACCORDES AUX EXPORTATIONS HORS HYDROCARBURES

RECUEIL RELATIF AUX AVANTAGES ET FACILITATIONS ACCORDES AUX EXPORTATIONS HORS HYDROCARBURES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION DE LA PROMOTION DES EXPORTATIONS RECUEIL RELATIF AUX AVANTAGES ET FACILITATIONS ACCORDES AUX EXPORTATIONS HORS HYDROCARBURES

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Chapitre 6 - Le droit de timbre

Chapitre 6 - Le droit de timbre Les droits d'enregistrement & de timbre (Version 2006) Chapitre 6 - Le droit de timbre Le droit de timbre est un impôt applicable à certains actes ou écrits. Il constitue également un mode de paiement

Plus en détail

EXTRAIT. Les pense-pas-bête d International Pratique. Madeleine Nguyen-The LES PENSE-PAS-BÊTE D INTERNATIONAL PRATIQUE

EXTRAIT. Les pense-pas-bête d International Pratique. Madeleine Nguyen-The LES PENSE-PAS-BÊTE D INTERNATIONAL PRATIQUE Les pense-pas-bête d International Pratique Prix de vente : 10 TTC Edition Janvier 2014 nouvelles publications (Contrat Modèle vente internationale, Contrat-type Transport, PBIS, BPO...) mise à jour des

Plus en détail

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT Réf. Dossier : (A remplir par la Direction du Crédit & Risque) Afin de faciliter l étude de votre demande de crédit et d écourter les délais de réponse, nous

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

METIERS DESCRIPTIF DE L ACTIVITE LIEE A LA FAMILLE

METIERS DESCRIPTIF DE L ACTIVITE LIEE A LA FAMILLE ANNEXE I A LA CONVENTION COLLECTIVE REGLEMENTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE REMUNERATION DES SALARIES ET APPRENTIS DES ETABLISSEMENTS PRODUCTEURS DE GRAINES DE SEMENCES POTAGERES ET FLORALES DE MAINE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

Les régimes douaniers

Les régimes douaniers 12 Le régime douanier est un statut juridique donné à la marchandise à l issue de son dédouanement. Il détermine si les droits et taxes seront acquittés ou non, si les contrôles du commerce extérieur seront

Plus en détail

GUIDE OEA. Guide OEA. opérateur

GUIDE OEA. Guide OEA. opérateur Guide > > Fiche 1 : Pourquoi être certifié? > > Fiche 2 : Les trois types de certificats et leurs critères > > Fiche 3 : La préparation de votre projet > > Fiche 4 : Le questionnaire d auto-évaluation

Plus en détail

Technologies de l information et de communication dans l Administration des Douanes et Impôts Indirects

Technologies de l information et de communication dans l Administration des Douanes et Impôts Indirects Séminaire sur la réforme des politiques fiscales axées sur l innovation et la modernisation des institutions en charge de la collecte et la gestion des finances publiques Technologies de l information

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) DE PALMELIT POUR LE MATERIEL VEGETAL DE PALMIER A HUILE CIRAD

CONDITIONS GENERALES DE VENTE (CGV) DE PALMELIT POUR LE MATERIEL VEGETAL DE PALMIER A HUILE CIRAD Planting Material Solutions for the Tropics 2214 Bd de la Lironde Bât 14 Parc Agropolis 34980 Montferrier sur Lez - France Tel +33 (0)4 67 45 79 25 Fax +33 (0)4 67 41 27 71 CONDITIONS GENERALES DE VENTE

Plus en détail

Chapitre 4 : La douane.

Chapitre 4 : La douane. Chapitre 4 : La douane. I) Les fonctions de la douane. En France, l administration des Douanes est représentée par la DGDDI (Direction des douanes et droits indirects) qui dépend du ministère de l économie.

Plus en détail

TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN

TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN TEXTES REGLEMENTAIRES EN MATIERE D IMPORT-EXPORT AU BENIN REGLEMENTATIONS INTERNATIONALES L Organisation Mondiale du Commerce La Convention Afrique Caraïbes Pacifique (ACP) et Union Européenne (UE) Regroupements

Plus en détail

LE PETIT EXPORT. Les pratiques clés en 23 fiches. Ghislaine Legrand Hubert Martini

LE PETIT EXPORT. Les pratiques clés en 23 fiches. Ghislaine Legrand Hubert Martini LE PETIT 2014 EXPORT Les pratiques clés en 23 fiches Ghislaine Legrand Hubert Martini Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ADE : Avance en devises à l export ATAF : Association des transporteurs

Plus en détail

Les retenues à la source (Version 2005)

Les retenues à la source (Version 2005) Les retenues à la source (Version 2005) Chapitre 6 - Les retenues à la source sur les revenus des capitaux mobiliers et les jetons de présence Après avoir défini les revenus des capitaux mobiliers (Section

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINEE Travail - Justice - Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINEE Travail - Justice - Solidarité REPUBLIQUE DE GUINEE Travail - Justice - Solidarité CODE DES DOUANES ORDONNANCE N 094/PRG/SGG DU 28 NOVEMBRE 1990, PORTANT ADOPTION ET PROMULGATION DU CODE DES DOUANES DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE LE PRESIDENT

Plus en détail

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC république démocratique du congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ANAPI REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE

Plus en détail

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE RELATIVE A L EXPLOITATION DU GISEMENT SITUÉ DANS LA COMMUNE DE DANS LE DEPARTEMENT DE EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o OCTROYÉ LE Le, ENTRE L ETAT HAITIEN,

Plus en détail

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005

Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 F Point 5 de l ordre du jour Document de séance 13 Français seulement Conférence régionale FAO/OMS sur la sécurité sanitaire des aliments pour l Afrique Harare, Zimbabwe, 3-6 octobre 2005 Introduction

Plus en détail

Le Marché Tunisien des Assurances en

Le Marché Tunisien des Assurances en Le Marché Tunisien des Assurances en 2 1 3 Tunisian Insurance M a r k e t i n 2 1 3 Décembre 213 L ASSURANCE TUNISIENNE en 213 1 Introduction SOMMAIRE I- L environnement économique... 6 II- Le marché

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent.

www.droit-afrique.com concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. concessionnaire, le permissionnaire ou l amodiataire déclare avoir produites au cours du mois précédent. Pour permettre l établissement des états de liquidation, une déclaration signée, affirmée sincère

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE 1 SOMMAIRE I. Cadrer votre projet 8 II. Financer votre projet 12 III. Choisir le cadre juridique de l exercice de votre activité 14 IV. Accomplir les formalités de création

Plus en détail

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques:

Art. 5. - L'agrément du courtier d'assurance est subordonné aux conditions suivantes: a) Pour les personnes physiques: Décret exécutif n 95-340 du 6 Joumada Ethania 1416 correspondant au 30 octobre 1995 fixant les condition d'octroi et de retrait d'agrément, de capacités professionnelles, rétributions et de contrôle des

Plus en détail

DEMANDE DE CHANGEMENT DE STATUT EN CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE «COMMERCANT, ARTISAN OU INDUSTRIEL»

DEMANDE DE CHANGEMENT DE STATUT EN CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE «COMMERCANT, ARTISAN OU INDUSTRIEL» PREFECTURE DE LA SOMME Direction des Titres et de la Citoyenneté Bureau de l Immigration, de l Intégration et de la Nationalité DEMANDE DE CHANGEMENT DE STATUT EN CARTE DE SEJOUR TEMPORAIRE «COMMERCANT,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC, INSTRUCTION GENERALE DES OPERATIONS DE CHANGE

ROYAUME DU MAROC, INSTRUCTION GENERALE DES OPERATIONS DE CHANGE ROYAUME DU MAROC, INSTRUCTION GENERALE DES OPERATIONS DE CHANGE Le 31 Décembre 2013 Table des Matières NOTE DE PRESENTATION... 29 PREMIERE PARTIE : REGIME DES REGLEMENTS ENTRE LE MAROC ET L'ETRANGER....

Plus en détail

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006).

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006). Article 8 Affichage des cours. Les cours acheteurs et vendeurs sont portés à la connaissance du public à travers un tableau d affichage placé à l entrée du bureau ou à tout autre endroit visible par le

Plus en détail

Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement)

Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement) Demande de carte professionnelle (Demande de première carte ou de renouvellement) Livre VI du code de la sécurité intérieure Décret n 2009-137 du 9 février 2009 modifié Ce formulaire vous permet d obtenir

Plus en détail

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 OBJET : - Entrée en vigueur de l'accord de Libre Echange conclu entre le Royaume du Maroc et la République de Turquie. REFER : - Correspondance n 18094/003008

Plus en détail

CODE DES DOUANES TITRE VI REGIMES SUSPENSIFS, REGIMES DOUANIERS ECONOMIQUES ET EXPORTATION TEMPORAIRE

CODE DES DOUANES TITRE VI REGIMES SUSPENSIFS, REGIMES DOUANIERS ECONOMIQUES ET EXPORTATION TEMPORAIRE CODE DES DOUANES TITRE VI REGIMES SUSPENSIFS, REGIMES DOUANIERS ECONOMIQUES ET EXPORTATION TEMPORAIRE Chapitre I Dispositions générales Article 137 1- Les régimes suspensifs, les régimes douaniers économiques

Plus en détail

UEMOA. Directive relative aux relations financières extérieures des Etats membres de l UEMOA

UEMOA. Directive relative aux relations financières extérieures des Etats membres de l UEMOA Directive relative aux relations financières extérieures des Etats membres de l Annexe au règlement n 09/2001/CM/ Titre 1 - Définitions Art.1.- Définitions Aux fins du présent Règlement, il faut entendre

Plus en détail

titre de laquelle l allocation a été demandée avec un plafond annuel de cinq cent mille dinars ( 500.000 TND ).

titre de laquelle l allocation a été demandée avec un plafond annuel de cinq cent mille dinars ( 500.000 TND ). CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-08 DU 2 MARS 2001 OBJET : Les allocations pour voyages d affaires ***** Article 1er : La présente Circulaire a pour objet de déterminer les allocations pour

Plus en détail

Appel d offres N 11/2013. Règlement de l appel d offres

Appel d offres N 11/2013. Règlement de l appel d offres Partenariat public privé autour des terres agricoles du domaine privé de l Etat Appel d offres N 11/2013 Règlement de l appel d offres 1/11 Article 1 : Objet de l appel d offres Dans le cadre de la circulaire

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++

ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++ COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES ANNEXE I. DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AGREMENT AU SCHEMA DE LIBERALISATION DES ECHANGES DE LA CEDEAO. ++++++++

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 0BFonds de garantie des assurances de personnes STATUTS REGLEMENT INTERIEUR STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 1BFonds de garantie des assurances de personnes (Fonds de garantie des assurés contre la défaillance

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES

Service Public Fédéral FINANCES Service Public Fédéral FINANCES IMPOTS ET RECOUVREMENT Administration des Douanes et Accises PROCEDURES DOUANIERES APPLICATION DU NCTS C.D. 521.103 (NEW COMPUTERISED TRANSIT SYSTEM) D.D. 254.361 Annexes

Plus en détail