ANNEXE 1. Manuel de la Réglementation des changes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE 1. Manuel de la Réglementation des changes"

Transcription

1 ANNEXE 1 Manuel de la Réglementation des changes

2 TABLE DES MATIERES 2 PARTIE I: CONTEXTE DU SYSTEME DE CHANGE AU RWANDA : Rôle et responsabilité de la Banque Nationale du Rwanda, des banques et bureaux de change 5 Sommaire 6 Glossaire 7 Système de change au Rwanda 9 Introduction 9 1. Objectif de la Réglementation des changes au Rwanda 9 2. Base légale de la Réglementation des changes au Rwanda Rôle de la BNR 9 3. Sanctions légales 9 4. Rôle des banques et des bureaux de change agréés - Demande d agrément 9 5. La Réglementation des changes Politique de change au Rwanda Gestion des opérations de change par les banques et les bureaux de change Procédures de transmission des rapports et d'inspection - le réseau informatique Référence à la Banque Nationale du Rwanda 11 PARTIE II: INSTRUCTIONS AUX BANQUES ET AUX BUREAUX DE CHANGE AGREES 12 Règlement I : Détermination du status résidentiel, désignation des comptes et autorité habilitée à gérer les comptes Introduction Importance d étabilir correctement le statut résidentiel Comment déterminer le statut résidentiel Désignation des comptes Autorité habilitée à gérer les comptes Importation et exportation des billets de banque en devises Importation et exportation de billets de banque en FRW Achat et Vente de billets de banque en devises Transferts de fonds entre résidents et non-résidents Référence à la Banque Nationale du Rwanda 18 2

3 PARTIE III: INSTRUCTIONS AUX BANQUES AGREEES 19 Règlement II : Procédures de paiement des importations et autres transactions de négoce international Introduction Remplissage du formulaire DBI Procédures d inspection avant expédition Instructions aux opérateurs pour paiement des importations et transactions de négoce international Procédures de paiement par les banques agréées des importations faites par crédit documentaire Procédures de paiement par les banques agréées des importations de produits déjà arrivés au Rwanda Procédure, pour la banque agréée, d effectuer des paiements anticipés relatifs aux importations (sans que l entrée des biens ne dépassent 3 mois à partir du paiement) Procédures de refinancement des importations déjà arrivées au Rwanda Marchandises importées suivant les arrangements de location ou de bail Réseau informatique Le négoce international Référence à la Banque Nationale du Rwanda 25 Règlement III : Exportation et rapatriement des recettes d exportation Introduction Obligations légales applicables aux exportateurs Rapatriement des recettes d exportation Procédures à suivre par les exportateurs lors du traitement des demandes d exportation des marchandises Cas de troc Procédures à suivre par les banques agréées Référence à la Banque Nationale du Rwanda 28 Règlement IV : Frais de voyage, soins médicaux et éducation Introduction Frais de voyage que les banques agréées peuvent approuver Procédures à suivre par les banques agréées lors de l octroi des facilités de voyage Procédures de transmission de rapports entre banques agréées et la Banque Nationale du Rwanda Frais que les banques agréées peuvent approuver pour les dépenses de soins médicaux effectués à l étranger Procédure entre banque agréée et ses clients lors de demandes d octroi ou de transfert de fonds relatifs aux frais de soins de santé Procédures de transmission de rapports entre banques agréées et la Banque Nationale du Rwanda lors de l octroi ou de transfert de frais médicaux Allocations que les banques agréées peuvent approuver pour frais d études à l étranger en faveur des résidents du Rwanda ou des personnes à leur charge Procédures entre banques agréées et leurs clients lors du traitement des dossiers de demande d octroi ou de transfert de devises pour payer des frais d éducation Procédures à suivre entre banques agréées et la Banque Nationale du Rwanda pour paiement des dépenses liées à l éducation Référence à la Banque Nationale du Rwanda 32 3

4 Règlement V : Autres transactions courantes invisibles et rapatriement des revenus invisibles au Rwanda Introduction Résumé des transactions courantes invisibles que les banques agréées peuvent approuver Demandes de devises par des résidents du Rwanda exigeant un minimum de formalités D autres dépenses en devises que les banques agréées peuvent accorder pour effectuer les paiements courants pour le compte des résidents du Rwanda Autres demandes faites par des résidents sollicitant l appui des banques agréées pour effectuer des transferts courants Inspection faite par la Banque Nationale du Rwanda Rapatriement au Rwanda des gains sur les opérations invisibles perçus sur les non-résidents Référence à la Banque Nationale du Rwanda 37 Règlement VI: Opérations en capitaux Introduction Politique de la Banque Nationale du Rwanda sur les transactions en capital Investissement des non-résidents au Rwanda et rapatriement y relatif en cas de vente de l investissement Emprunts en devises à des non résidents Transfert de fonds en cas d Emigration Investissement direct à l étranger par des résidents Investissements par des non résidents en Bons du Trésor en FRW Autres opérations en capital Inspection de la Banque Nationale du Rwanda Référence à la Banque Nationale du Rwanda 43 PARTIE IV: INSTRUCTIONS AUX BUREAUX DE CHANGE 44 Règlement VII: Réglementation des opérations des bureaux de change Procédures à suivre pour solliciter un permis d exploitation d un bureau de change Responsabilité des bureaux de change Caractérisiques des opérations des bureaux de change Procédures à suivre par les bureaux de change pour refinancement des importations qui sont déjà au Rwanda Frais de voyage que les bureaux de change peuvent approuver Procédures à suivre par les bureaux de change pour accorder des facilités de voyage Transactions ne dépassant pas US$ Référence à la Banque Nationale du Rwanda 50 4

5 PARTIE I Contexte du Système de change au Rwanda : Rôle et Responsabilité de la Banque Nationale du Rwanda, des banques agréées et des bureaux de change 5

6 Sommaire Ce manuel de la Réglementation des changes est divisé en quatre parties. La première partie donne un historique du système de change au Rwanda et établit le rôle et la responsabilité de la Banque Nationale du Rwanda, des banques et des bureaux de change agréés dans la gestion des opérations de change. La deuxième partie donne des orientations aux banques et bureaux de change agréés sur l établissement des statuts résidentiels, la désignation des comptes, la gestion des comptes, les importations/exportations des billets en devises, l achat et la vente de billets en devises et la référence à la Banque Nationale du Rwanda. La troisième partie donne des instructions spécifiques aux banques agréées dans la gestion des opérations de change. La quatrième partie donne des instructions spécifiques aux bureaux de change dans la gestion des opérations de change. Les banques agréées doivent s'assurer que leurs employés se familiarisent avec la première, la deuxième, la troisième partie. Les bureaux de change doivent s'assurer que leurs employés se familiarisent avec la première, la deuxième et la quatrième partie. S'il y a des points du manuel qui nécessitent une clarification, il faut se référer à la Banque Nationale du Rwanda pour d'amples explications. 6

7 Glossaire des termes de la Réglementation des Changes 1. Dans la présente Réglementation, à moins que le contexte ne s y oppose : 1.1 "Banque" désigne la Banque Nationale du Rwanda ; 1.2 "Banque agréée" désigne toute banque qui a été agréée par la Banque Nationale du Rwanda à exécuter des opérations de change. 1.3 "Bureau de change" désigne toute agence autorisée par la Banque Nationale du Rwanda à exécuter des opérations de changes en numéraire. 1.4 "Numéraire" désigne tout instrument de paiement tel que pièces de monnaie, billets, chèque de voyage ou autres instruments que la Banque Nationale du Rwanda peut spécifier "Paiements courants" désignent les transferts des fonds en règlement d engagements tels que les obligations nées de l importation au Rwanda des biens et services. De tels paiements ne doivent pas être opérés pour motif de transfert des capitaux. Ils incluent: * Les paiements exigibles au titre du commerce extérieur et des autres activités commerciales courantes, y compris les services ou les opérations bancaires normales de court terme et les facilités de crédits ; * Les paiements exigibles au titre d intérêts sur les prêts ou comme revenus nets d'autres placements; * Versement des sommes modérées pour les dépenses de subsistance. 1.6 " Recettes courantes" désignent le produit des paiements courants que les résidents reçoivent des exportations des biens ou services ou des revenus de leur capital à l'étranger. 1.7 "Transferts courants" désignent les transferts des fonds en règlement des paiements et des recettes comme cela est stipulé dans les paragraphes 1.5 et 1.6 ci-dessus. 1.8 "Transfert des capitaux" désigne les versements à l étranger ou les fonds en provenance de l étranger aux fins d effectuer des dépôts, des prêts ou d autres placements. 1.9 "Devise" s entend notamment de toute monnaie émise par un gouvernement autre que le gouvernement Rwandais ou de tout document visant à permettre à son bénéficiaire d obtenir une monnaie autre que celle émise par le gouvernement rwandais et, à moins que le contexte ne s y oppose, de jouir du droit de recevoir une monnaie étrangère au titre du crédit ou du solde d un compte bancaire. 7

8 1.10 Le terme "devise" est synonyme de l expression «monnaie étrangère» "Gouverneur" désigne le Gouverneur de la Banque Nationale du Rwanda "Cours de change au comptant" s entend du cours auquel une transaction en devises est conclue pour un règlement dans les 48 heures "Cours de change moyen" s entend de la moyenne des cours acheteur et vendeur pondérés par les montants impliqués "Personne morale" s entend également de toute société, association ou groupe de personnes constitué ou non en société "Investissement direct" s entend de tout investissement effectué par toute personne physique ou morale résidente dans un pays (l'investisseur direct) dans une entreprise résidente d un autre pays (l entreprise d'investissement), afin d acquérir un intérêt durable dans cette dernière "Investissement de portefeuille" couvre des créances sur l extérieur nées des prises de participation à l étranger et les titres de créances à l étranger autres que ceux inclus dans les investissements directs et réserves. 8

9 Système de change au Rwanda Introduction 1. Objectifs de la Réglementation des changes au Rwanda 1.1 Le contrôle de change vise à pourvoir à des mécanismes pour gérer les devises au Rwanda et à stabiliser la balance des paiements. C'est un outil auxiliaire et l'une des stratégies qui font partie de la politique monétaire du Rwanda. 2. Base légale de la Réglementation des changes au Rwanda - Rôle de la Banque Nationale du Rwanda La base légale du contrôle de change au Rwanda est la loi N 11/97 du 26/7/ D'après cette loi, la Banque Nationale du Rwanda est chargée de l'organisation et de la supervision du marché de change. Elle supervise la mise en application de la Réglementation des changes et si besoin était, elle peut initier tout amendement visant à améliorer son fonctionnement et son efficience dans le système du marché des changes existant. 2.2 La Banque Nationale du Rwanda a désigné les banques et bureaux de change agréés comme agents devant l'assister dans la gestion du marché de change. 3. Sanctions légales 3.1 Toute personne qui ne respecte pas les dispositions de la Réglementation des changes et autres décisions provenant de la Banque Nationale du Rwanda en rapport avec ces dispositions, commet une infraction ou viole la loi, et est de ce fait coupable. 3.2 Se référant à la loi n 28/90 du 8 mai 1990 sur le Contrôle de Change et la loi n 08/99 de juin 1999 portant Réglementation des banques et établissements financiers, la Banque Nationale du Rwanda a reçu mandat de sanctionner tous les contrevenants. 4. Rôle des banques et des bureaux de change agréés-demande d agrément 4.1. D'après la loi N 11/97 du 26/7/97, la Banque Nationale du Rwanda assure le contrôle et la supervision du système financier et bancaire et, en vertu de ce pouvoir, elle livre des licences d exploitation aux banques et bureaux de change qui veulent se lancer dans des opérations de change Les banques et bureaux de change agréés ont l obligation de se conformer strictement aux termes et à l'esprit de l agrément qui leur est octroyé par la Banque Nationale du Rwanda. 9

10 4.3. Les demandes d agrément pour opérer en tant que banque ou bureau de change doivent être présentées à la Banque Nationale du Rwanda En tant que représentants de la Banque Nationale du Rwanda, les banques et bureaux de change agréés doivent gérer le contrôle de change comme il se doit et assurer une formation de haute qualité à leurs employés Même si les transactions doivent se faire en toute confidentialité, les banques et les bureaux de change agréés peuvent requérir de leurs clients des informations qu ils jugent nécessaires pour mieux remplir leurs fonctions dans le respect des termes de leurs licences et de la Réglementation des Changes Les licences ou les permis d exploitation peuvent être retirés à n'importe quel moment en cas de violation de la Réglementation. 5. La Réglementation des changes 5.1 La Banque Nationale du Rwanda a produit un Manuel de la Réglementation des Changes contenant des règles à l aide desquelles les banques et les bureaux de change agréés gèrent le contrôle de change. 5.2 L objectif principal de ce manuel est de fournir aux banques et aux bureaux de change agréés, ainsi qu à toute autre partie intéressée, des orientations claires concernant le fonctionnement du système de change au Rwanda. 5.3 Des amendements à la Réglementation sont introduits par la Banque Nationale du Rwanda chaque fois qu il y a changement de politique. 6. Politique de change au Rwanda 6.1. La politique de change au Rwanda est une politique libérale par laquelle les devises sont rendues disponibles pour des transactions courantes (c à d., les transactions commerciales et de services). Bien que certaines opérations en capital soient validées par les banques commerciales, la majorité reste soumise à l accord préalable de la Banque Nationale du Rwanda. 7. Comment les opérations de change sont administrées par les banques et les bureaux de change? 7.1. Les dispositions de la Réglementation des changes autorisent les banques et les bureaux de change agréés à opérer la plupart des transactions des comptes courants dans des limites spécifiques et sous conditions d une vérification stricte des copies des documents justificatifs Les transactions des comptes courants qui ne sont pas dans les limites établies ou pour lesquelles les documents justificatifs appropriés ne sont pas disponibles sont transmises à la Banque Nationale du Rwanda pour appréciation préalable. 10

11 7.3. Quelques transactions en capital ont été déléguées aux banques agréées, mais la majorité requiert l avis préalable de la Banque Nationale du Rwanda. 8. Procédures de transmission des rapports et d'inspection- le réseau informatique 8.1 Pour des transactions spécifiques, des formulaires informatisés doivent être remplis. 8.2 Un système d inspection avant expédition s'applique aux importations dont la valeur dépasse les limites spécifiées. 8.3 A travers un réseau informatique, les banques et bureaux de change agréés fournissent à la Banque Nationale du Rwanda des données sur les transactions qu'ils ont approuvées. Ils gardent pendant une année les documents justificatifs en attendant le contrôle de la Banque Nationale du Rwanda. 8.4 La Banque Nationale du Rwanda évalue la légalité des opérations effectuées par les banques et les bureaux de change agréés et inspecte, sur base d échantillons, les documents y relatifs. 9. Référence à la Banque Nationale du Rwanda Si une banque agréée ou un bureau de change a des doutes ou requiert des clarifications sur cette réglementation, référence doit être faite à la Banque Nationale du Rwanda. 11

12 PARTIE II INSTRUCTIONS AUX BANQUES ET AUX BUREAUX DE CHANGE 12

13 REGLEMENT I : Détermination du statut résidentiel, désignation des comptes et autorité habilitée à gérer les comptes 1. Introduction 1.1 Sous la Réglementation des changes, chaque personne, société, entreprise ou autre organisation est dotée d'un statut de résidence pour des raisons de contrôle de change. 1.2 Ce statut est catégorisé, pour des raisons de contrôle de change, en: Résident du Rwanda ou Non-résident du Rwanda 1.3 Une fois que le statut résidentiel est établi, les banques agréées sont en mesure de répartir les comptes en: Comptes résidents Comptes extérieurs Comptes en devises Comptes à l étranger 2. Importance d établir correctement le statut résidentiel 2.1 L'effort des banques et bureaux de change agréés à établir correctement le statut résidentiel constitue la base à partir de laquelle toute autorité de contrôle de change est appliquée dans le cadre de la présente Réglementation. 2.2 Il est extrêmement important que les banques et bureaux de change agréés mentionnent correctement le statut résidentiel de leurs clients. 3. Comment déterminer le statut résidentiel 3.1 La définition du statut de «résident du Rwanda» dans le contexte de la Réglementation des changes. Par résident, on entend toute personne ou organisation dont le domicile est au Rwanda, suivant les critères ci-dessous: Un résident désigne toute personne physique ou morale, société, entreprise ou toute autre organisation qui demeure ou exerce ses activités au Rwanda pendant plus de douze mois. Cette disposition ne s'applique pas à toute personne ou institution dotée d'un statut diplomatique tel que stipulé dans la Charte des Nations-Unies qui sont considérés comme des non-résidents. Le lieu où une organisation s'est fait enregistrer, ou si l enregistrement n est pas requis, le lieu où la direction est située sera considéré comme domicile. 13

14 Toute personne qui désire s'installer de façon permanente au Rwanda deviendra résidente après avoir quitté le pays étranger et après avoir notifié son intention d'immigrer aux autorités du Rwanda. Les résidents qui restent à l'étranger pendant une période n'excédant pas 12 mois continueront à être considérés comme résidents du Rwanda pendant la période de leur absence. Les membres du corps diplomatique et consulaire rwandais vivant à l'étranger sont considérés comme des résidents ; cela va de même pour tous les rwandais au service des missions diplomatiques rwandaises et les membres de leurs familles, si ces derniers sont des citoyens rwandais. Toute branche locale d'une organisation étrangère qui est soit recensée ou, si le recensement n'est pas requis, est gérée au Rwanda, sera considérée comme résidente au Rwanda. 3.2 La définition du statut de non-résident Par non-résident, on entend toute personne vivant au Rwanda ou à l'étranger, qui n'est pas "résidente" comme cela a été défini dans le paragraphe 3.1 et dont le lieu normal de résidence, de domicile ou d enregistrement se trouve à l'extérieur du Rwanda. NB : Les missions diplomatiques oeuvrant au Rwanda sont considérées comme des non-résidents. 4. Désignation des comptes 4.1 Définition d'un «compte résident» Un "compte résident" est un compte ouvert dans une banque agréée par une personne, une société, une entreprise ou autre organisation, qui a été définie comme résidant au Rwanda. 4.2 Définition d un «compte extérieur» Un "compte extérieur" est un compte ouvert dans une banque agréée au Rwanda par une personne ayant un statut diplomatique ou un individu, une société, une entreprise ou autre organisation qui s'installe ou opère au Rwanda pendant moins de douze mois. 4.3 Définition d un «compte en devise» Un compte libellé en devises et ouvert auprès d'une banque agréée au Rwanda par une personne, entreprise ou toute autre organisation. 4.4 Définition d'un "compte à l étranger" Un compte ouvert à l'extérieur du Rwanda par une personne, une entreprise ou organisation "résidente" du Rwanda. 14

15 5. Autorité habilitée à gérer les comptes 5.1 Comptes extérieurs Toute banque agréée peut ouvrir et gérer un compte extérieur: pour toute personne ayant un statut diplomatique ou pour un individu, une société, une entreprise ou autre organisation qui s'installe et opère au Rwanda pendant moins de douze mois. 5.2 Comptes en devises Généralités Toute banque agréée peut ouvrir un compte en devises pour une personne, une entreprise ou organisation, résidente ou non-résidente. Toute personne possédant un compte en devises peut : o échanger les devises retirées de son compte à une banque agréée ou à un bureau de change contre les francs rwandais, o utiliser ses devises pour effectuer des paiements pour importation de biens et services dans le respect des dispositions de la Réglementation des changes Comptes en devises des non-résidents Ces comptes peuvent être débités par : o Toute transaction sans présentations de pièces justificatives Ces comptes peuvent être crédités comme suit sans présentation de pièces justificatives : o Les encaissements en provenance de l étranger, o Les transferts en provenance des autres comptes en devises situés à l étranger, o Les transferts en provenance des comptes en devises des non-résidents maintenus dans les banques agréées, o Les montants des chèques de voyage reçus des non-résidents. En outre, ces comptes peuvent être crédités de la façon suivante, pourvu qu il y ait des éléments justifiant que le paiement en question a été approuvé par la BNR ou par les Banques agréées, conformément à la Réglementation des Changes: o Billets de banque en devises reçus d un non-résident o Billets de banque en devises et chèques de voyage reçus d un résident, o Transferts venant d un compte en francs rwandais de non-résidents o Transferts venant d un compte en francs rwandais de résidents, o Transferts venant d un compte en devises de résidents. 15

16 5.2.3 Comptes en devises des résidents Ces comptes peuvent être débités de la façon suivante, sans présentation de pièces justificatives : o Transferts en faveur de comptes en francs rwandais ou en devises au nom de résidents du Rwanda o Retraits en francs rwandais (cash ou par chèque), o Retraits en billets de banque, chèques de voyage ou chèques bancaires, jusqu à un montant maximum de US$ par an. En outre, ces comptes peuvent être débités de la façon suivante, pourvu qu il y ait des éléments justifiant que le paiement en question a été approuvé par la BNR ou par les Banques agréées, conformément à la Réglementation des Changes: o Retraits de billets de banque en devises, de chèques de voyage ou de chèques bancaires au-delà de USD par an, o Transferts ou paiements en faveur des non-résidents. Ces comptes peuvent être crédités de la façon suivante, sans présentation de pièces justificatives: o Transferts bancaires ou chèques bancaires en provenance des comptes en devises de résidents ou de non-résidents détenus au Rwanda ou à l étranger, o Paiements par chèques de voyage effectués par des non-résidents, o Dépôts de billets de banque en devises. Ces comptes peuvent être crédités de la façon suivante, pourvu qu il y ait des éléments justifiant que le paiement en question a été approuvé par la BNR ou par les Banques agréées, conformément à la Réglementation des Changes: o Transferts bancaires en provenance d un compte en franc rwandais d un résident en faveur de son propre compte en devises. N.B. : Pour toutes les opérations de retrait sur les comptes en devises, il est obligatoire de mentionner le motif pour des fins statistiques. 5.3 Comptes à l étranger Les résidents rwandais vivant à l'étranger peuvent ouvrir et gérer des "comptes à l étranger" pendant leur séjour à l'étranger. Les banques agréées sont autorisées à ouvrir des comptes à l extérieur et à maintenir des soldes créditeurs conformément aux règles prudentielles établies par la BNR sur les limites de détention de monnaies étrangères. 16

17 Toutes les autres demandes d ouverture des comptes à l étranger par les résidents doivent être adressées à la Banque Nationale du Rwanda et sont soumises aux conditions suivantes : o Toutes les transactions en crédit de ces comptes faites par les résidents à partir de leurs comptes en devises ou de leurs comptes en FRW reçoivent l autorisation préalable de la BNR, o Les transactions en débit sur ces comptes ne sont pas limitées et ne requièrent pas l autorisation de la BNR. NB : Les titulaires de ces comptes doivent envoyer à la Banque Nationale du Rwanda le solde de fin du mois de leurs comptes. 6. Importation et exportation des billets de banques en devises 6.1 Il n y a pas de restrictions à l importation des billets de banques en devises au Rwanda. 6.2 Les devises importées au Rwanda par des personnes résidentes au Rwanda doivent être soit converties en Francs Rwandais ou créditées sur un compte en devises approuvé par les dispositions de ce Réglement, aussitôt qu'elles arrivent au Rwanda. 6.3 Il n y a pas de restriction sur l exportation, par des résidents du Rwanda, des devises achetées auprès d'une banque ou bureau de change agréé suivant les dispositions du présent Réglement. 6.4 Les non-résidents peuvent exporter des devises, pourvues qu'elles aient été introduites au Rwanda à l arrivée de ces non-résidents ou aient été octroyées par une banque ou un bureau de change agréé suivant les dispositions du présent Réglement. 7. Importation et/ou l exportation de billets de banque en Francs Rwandais L importation et/ou l exportation de FRW pour un montant supérieur à l équivalent de US$ 100 doit être déclarée au poste douanier d entrée ou de sortie. 8. Achat et vente de billets de banque en devises 8.1 Les Banques ou bureaux de change agréés peuvent acheter au comptant des devises auprès des résidents et non-résidents contre les Francs Rwandais pourvu qu ils en informent la Banque Nationale du Rwanda à travers le réseau informatique et un formulaire approprié sera complété pour des besoins statistiques avec les détails suivants : 17

18 Informations sur le nom du client et la date de la transaction, Informations sur l adresse et le pays d origine du client 8.2 Les banques et bureaux de change agréés peuvent vendre des devises au comptant : à un non-résident o contre des Francs Rwandais sur présentation des documents qui prouvent que ces espèces ont été initialement achetés auprès du système bancaire ou bureaux de change. à un résident o contre des Francs Rwandais, pourvu que l autorisation de paiement ait été accordée conformément à la Réglementation des Changes. 9. Transferts de fonds entre résidents et non-résidents. 9.1 Tous les paiements aux non-résidents et tous les transferts de fonds par des résidents vers ou en proveance de l étranger doivent se faire à travers la Banque Nationale du Rwanda ou une banque agréée, sauf si ces paiements sont effectués avec des fonds obtenus conformément à la Réglementation. 9.2 La même procédure qu au point 9.1 ci-haut s applique aux encaissements par des résidents en provenance des non-résidents. 10. Référence à la Banque Nationale du Rwanda 10.1 Si une banque agréée a des doutes pour désigner correctement le statut résidentiel, pour désigner correctement un compte, sur les libellés des opérations passées sur le compte, référence doit être faite à la Banque Nationale du Rwanda pour clarification Si un bureau de change a des doutes pour désigner correctement le statut résidentiel, référence doit être faite à la Banque Nationale du Rwanda pour clarification. 18

19 PARTIE III Instructions aux banques agréées 19

20 REGLEMENT II: Procédures pour effectuer des paiements des importations et des autres transactions de négoce international 1. Introduction 1.1 La Banque Nationale du Rwanda a la responsabilité de s'assurer que les transferts des devises nécessaires pour couvrir les paiements des importations équivalent aux vraies valeurs des biens importés ou qui doivent être importés. 1.2 Pour s'assurer que la vraie valeur des importations est obtenue, certaines importations sont soumises à une inspection avant expédition, effectuée par une Agence d Inspection désignée à cette fin. 1.3 Toutes transactions ou commerce de pièces ou lingots d or sont exclus des termes du présent Réglement. Des dispositions spéciales s'appliquent aux opérateurs qui possèdent l autorisation appropriée du Gouvernement. 1.4 Les banques agréées peuvent effectuer des catégories suivantes de paiements pour importations au Rwanda : Sans limite, pour des produits importés au Rwanda par crédit documentaire (section 5), Sans limite, pour des produits déjà importés au Rwanda (section 6), Une avance n excédant pas US$ ou l équivalent en devises, pourvu que le paiement soit effectué soit par chèque bancaire, soit par transfert bancaire et concerne des produits spécifiques à importer dans un délai ne dépassant pas 3 mois (section 6). Une vente cash jusqu à US$ ou l équivalent en devises, sur présentation du Document d Entrée à la Douane relatif aux produits importés sans achat officiel de devises durant les trois derniers mois (section 7). 2. Remplissage du formulaire DBI 2.1 Hormis ceux mentionnés ci-dessous, tous les importateurs de biens au Rwanda doivent remplir un formulaire DBI, pour initier les procédures d importations des biens au Rwanda. 2.2 Un formulaire DBI n'est pas requis quand les produits sont d une valeur inférieure à US$ ou l'équivalent en devises. Le seuil de US$ requis pour remplir un formulaire DBI est réduit à US$ ou l'équivalent en devises pour l'importation de produits frais ou de produits pharmaceutiques. 20

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

N 26 MINISTÈRE DES FINANCES. de l Institut Belgo-Luxembourgeois. du Change

N 26 MINISTÈRE DES FINANCES. de l Institut Belgo-Luxembourgeois. du Change Mémorial du Grand-Duché de Luxembourg 553 Memorial des Großherzogtums Luxemburg. Lundi, le 19 mai 1958. N 26 Montag, den 19. Mai 1958. MINISTÈRE DES FINANCES. Institut Belgo-Luxembourgeois du Change Décision

Plus en détail

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006).

TERMINOLOGIE. 6 décembre 2006. RÈGLEMENT de la Banque de la République Burundi.- Réglementation des changes (BRB, 6 décembre 2006). Article 8 Affichage des cours. Les cours acheteurs et vendeurs sont portés à la connaissance du public à travers un tableau d affichage placé à l entrée du bureau ou à tout autre endroit visible par le

Plus en détail

Les moyens de financement du commerce international :

Les moyens de financement du commerce international : Les moyens de financement du commerce international : CREDIT DE PRE FINANCEMENT : C est un crédit contracter par l exportateur au prés de sa banque pendant la période de fabrication parce que les acomptes

Plus en détail

Le Crédit documentaire

Le Crédit documentaire FinancEmEnt En devises Et trade FinancE Le Crédit documentaire que vous exportiez ou importiez des marchandises et/ou des services, vous avez besoin de garanties : garantie du paiement de vos ventes si

Plus en détail

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets

BANQUE MONDIALE. DiRectives pour les décaissements applicables aux projets BANQUE MONDIALE DiRectives pour les décaissements applicables aux projets mai 2006 BANQUE MONDIALE DIRECTIVES POUR LES DÉCAISSEMENTS APPLICABLES AUX PROJETS DÉPARTEMENT DES PRÊTS 1 ER MAI 2006 Copyright

Plus en détail

La déclaration en douane doit s accompagner obligatoirement des documents ciaprès

La déclaration en douane doit s accompagner obligatoirement des documents ciaprès I. Le dossier de dédouanement : La déclaration en douane doit s accompagner obligatoirement des documents ciaprès : Facture domiciliée auprès d'une banque agréée en Algérie Copie du registre de commerce

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

Banque de la République du Burundi REGLEMENTATION DES CHANGES

Banque de la République du Burundi REGLEMENTATION DES CHANGES Banque de la République du Burundi REGLEMENTATION DES CHANGES 2 Banque de la République du Burundi REGLEMENTATION DES CHANGES INDEX TITRE I : TERMINOLOGIE TITRE II : DISPOSITIONS GENERALES TITRE III :

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier

RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE. Règlement financier RÈGLEMENT FINANCIER DU SECRÉTARIAT DU TRAITÉ SUR L ANTARCTIQUE Règlement financier Article 1 Champ d application 1. Le présent règlement régit la gestion financière du secrétariat du Traité sur l Antarctique

Plus en détail

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises

Algérie. Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises Règlement de la Banque d n 07-01 Art.1.- Le présent règlement a pour objet de définir le principe de la convertibilité

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET BANQUE CENTRALE DU CONGO Janvier 2004 CONVENTION DU CAISSIER DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENTRE La REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, représentée par le Ministre

Plus en détail

DOCUMENTS NECESSAIRES RELATIFS AUX TYPES DE VISAS D ENTREE EN REPUBLIQUE DE BULGARIE

DOCUMENTS NECESSAIRES RELATIFS AUX TYPES DE VISAS D ENTREE EN REPUBLIQUE DE BULGARIE DOCUMENTS NECESSAIRES RELATIFS AUX TYPES DE VISAS D ENTREE EN REPUBLIQUE DE BULGARIE VISA DE COURT SEJOUR (visa type C) /séjour d une durée n'excédant pas 90 jours sur toute période de 180 jours/ 1. Un

Plus en détail

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS

CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS Ottawa, le 4 septembre 2008 MÉMORANDUM D17-1-21 En résumé CONSERVATION DES DOCUMENTS AU CANADA PAR LES IMPORTATEURS 1. Ce mémorandum était antérieurement intitulé, mémorandum D17-1-21, Tenue des livres

Plus en détail

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H

CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE. DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H 1 CAMPAGNE BOURSIERE 2015/2016 PREMIERE COMMISSION LOCALE DOSSIERS COMPLETS A DEPOSER AU PLUS TARD LE 25 SEPTEMBRE à 12H CONDITIONS L obtention d une bourse scolaire est subordonnée aux conditions suivantes

Plus en détail

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES

CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES CONTRIBUTION LIBÉRATOIRE 11 Février 2014 PRÉSENTÉ PAR JAOUAD HAMRI DIRECTEUR DE L OFFICE DES CHANGES LES PERSONNES CONCERNÉES Personnes physiques ou morales résidentes : disposant d une résidence, d un

Plus en détail

DEMANDE DE PREMIER PERMIS SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE

DEMANDE DE PREMIER PERMIS SOUS LA LOI SUR LES COMPAGNIES DE PRÊT ET DE FIDUCIE Financial and Consumer Services Commission Financial Institutions Division 200-225 King Street Fredericton, NB E3B 1E1 Telephone: (506) 453-2315 Commission des services financiers et des services aux consommateurs

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo)

Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Instruction administrative du 18 mai 2001 (006) portant réglementation de l activité des messageries financières (Banque centrale du Congo) Chap. I. Dispositions générales Art. 1 : Les messageries financières

Plus en détail

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT

PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT PIECES COMPTABLES ET DOCUMENTS DE PAIEMENT 1. Les pièces comptables A. La facture Définition : Etat détaillé des biens et services vendus que le fournisseur remet ou envoie à l acheteur. C est un document

Plus en détail

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007

Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change. Mars 2007 Les nouvelles mesures d assouplissement du contrôle de change Mars 2007 1 PLAN I. Paiements Courants II. Commerce Extérieur III. Opérations en Capital IV. Comptes Réglementés 2 I. Paiements courants 1.

Plus en détail

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE

FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE Deuxième PARTIE FICHE 24 LES PROCÉDURES DE DÉCLARATION DIRECTE 1. OBJET L obligation de fournir les éléments d identification correcte des opérations relevant de la balance des paiements repose sur les

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

R.D. Congo. Réglementation des changes

R.D. Congo. Réglementation des changes R.D. Congo Réglementation des changes Réglementation de la Banque Centrale du 22 février 2001 Chapitre 1 - Dispositions générales Section 1 - De la détention des monnaies étrangères, des transactions et

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DE BULGARIE A RABAT

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DE BULGARIE A RABAT AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DE BULGARIE A RABAT DOCUMENTS NECESSAIRES RELATIFS AUX TYPES DE VISAS D ENTREE EN REPUBLIQUE DE BULGARIE VISA DE COURT SEJOUR (visa type C) /séjour de maximum 90 jours sur une

Plus en détail

2- Rapatriement et rétrocession du produit de la vente à l'exportation: 50% en dinars algériens, à porter sur son "compte dinars exportateur" ;

2- Rapatriement et rétrocession du produit de la vente à l'exportation: 50% en dinars algériens, à porter sur son compte dinars exportateur ; 1-Attestation de domiciliation d'exportation: Les opérations d'exportations de biens en vente ferme ou en consignation ainsi que les exportations de services sont soumises à domiciliation obligatoire auprès

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation Conditions générales La présente demande ainsi que le crédit documentaire ouvert par la Banque sont régis par les Règles et Usances uniformes de la Chambre

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

Guinée. Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de Guinée et l étranger

Guinée. Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de Guinée et l étranger Régime des relations financières relatives aux transactions entre la République de et l étranger Instruction de la Banque de n 112/DGAEM/RCH/00 Chapitre 1 - Objet Art.1.- La présente Instruction a pour

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

( ARTICLE(1(:(DEFINITIONS(

( ARTICLE(1(:(DEFINITIONS( EZBEAUTY CGU Dernière'mise'à'jour'le'15/07/2015' INTRODUCTION EZBEAUTY"laSociété")estuneplateformedemiseenrelationdestinéeàfaciliterlamiseenrelation,lacommunicationet lepaiemententre: i)despersonnesphysiquessouhaitantproposerdesprestationsdebeautéetbiencêtre"professionnels");et

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant.

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant. DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C. FONDS DE REVENU DE RETRAITE, FRR 1503 ENTENTE EN VERTU DE LA Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension concernant les transferts de FONDS DE PENSION

Plus en détail

IMMIGRATION Canada. Visa de résident. temporaire. Directives du bureau des visas de Dakar. Table des matières

IMMIGRATION Canada. Visa de résident. temporaire. Directives du bureau des visas de Dakar. Table des matières IMMIGRATION Canada Table des matières Liste de contrôle Visa de résident temporaire Visa de résident temporaire Directives du bureau des visas de Dakar Pour les pays suivants : Burkina-Faso, Cameroun,

Plus en détail

0.982.2 Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique

0.982.2 Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique Accord entre la Suisse et les Etats-Unis d Amérique concernant le déblocage des avoirs suisses en Amérique Conclue par échange de lettres du 22 novembre 1946 Le secrétaire du département du Trésor des

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juin 2011 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juin 2011 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juin 2011 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Conférence régionale des élus de la CHAUDIÈRE-APPALACHES POLITIQUE DE GESTION FINANCIÈRE ET POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adopté au conseil d administration du 10 juin 2004 Modifications

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

Formulaire d inscription aux registres :

Formulaire d inscription aux registres : Formulaire d inscription aux registres : I - Des transporteurs publics routiers de marchandises et des loueurs de véhicules industriels avec conducteur II - Des transporteurs publics routiers de personnes

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

Note d information à l intention des membres employeurs et des membres travailleurs du Conseil d administration du BIT

Note d information à l intention des membres employeurs et des membres travailleurs du Conseil d administration du BIT Note d information à l intention des membres employeurs et des membres travailleurs du Conseil d administration du BIT Documentation Les documents présentés au Conseil d administration sont mis sur le

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But - Une Foi PROCEDURE DE DEMANDE DE VISA BIOMETRIQUE POUR LE SENEGAL Infoline : (00221) 78 149 96 96 Pour toute demande de visa, le paiement en ligne est obligatoire.

Plus en détail

Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6

Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6 ADMINISTRATION Approuvées et en vigueur le 14 septembre 1998 Révisées le 29 septembre 2012 Prochaine révision en 2014-2015 Page 1 de 6 1. PRÉAMBULE Les membres du personnel autorisés peuvent effectuer

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction Définition Cadre réglementaire Principe du crédit documentaire Crédit documentaire et remise documentaire Les différents types du crédit documentaire Mécanisme

Plus en détail

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI

CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI CONDITIONS RELATIVES À L OUVERTURE, À L UTILISATION ET À LA CLÔTURE D UN COMPTE COURANT AUPRÈS DE L OMPI 1. Généralités : À la demande des clients qui travaillent régulièrement avec l Organisation, l OMPI

Plus en détail

Notes / Instructions aux répondants

Notes / Instructions aux répondants Division de la statistique du revenu Section des enquêtes sur les pensions et le patrimoine Recensement des caisses de retraite en fiducie 2012 Notes / Instructions aux répondants Retour du questionnaire

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ

CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ CHARTE CONTRÔLE & QUALITÉ X La présente charte est établie par l OPCAIM afin de définir les conditions de son intervention conformément à sa mission, tant vis-à-vis des entreprises adhérentes que des organismes

Plus en détail

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24

Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24 Tunis, le 18 novembre 2009 Circulaire aux Intermédiaires Agréés n 2009-24 Objet : Financement des biens et services d origine française pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les petites et

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT MULTIPLE DE 2015-2016 FEUILLE D'INFORMATIONS EN QUOI CONSISTE LE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE LA FORMATION DES RESPONSABLES DE DISTRICT

Plus en détail

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME (Règlement numéro 8) Remplaçant l ancien règlement numéro 8 et abrogeant le Règlement numéro 6 -

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 14 FÉVRIER 2012 Production : Denis Bernier Directeur des services administratifs Collaboration

Plus en détail

La présente procédure administrative vise à énoncer les modalités régissant la gestion des dons provenant de la communauté.

La présente procédure administrative vise à énoncer les modalités régissant la gestion des dons provenant de la communauté. Procédure administrative : Dons de charité Numéro : PA 4.003 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 5 mars 2001 Modifiée : le 16 juin 2014 1. Énoncé 2. But Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

Veuillez lire le présent document avant de préparer le rapport financier annuel.

Veuillez lire le présent document avant de préparer le rapport financier annuel. Directives au représentant officiel sur la préparation du Rapport financier annuel de l association de circonscription enregistrée (Loi sur le financement de l activité politique, L.N.-B. 1978, chapitre

Plus en détail

LISTE DE JUSTIFICATIFS POUR UN VISA DE COURT SEJOUR (PASSEPORT ORDINAIRE)

LISTE DE JUSTIFICATIFS POUR UN VISA DE COURT SEJOUR (PASSEPORT ORDINAIRE) LISTE DE JUSTIFICATIFS POUR UN VISA DE COURT SEJOUR (PASSEPORT ORDINAIRE) ATTENTION : il n est pas possible de déposer une demande de visa au-delà de 3 mois avant la date du départ. Chaque dossier sera

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux.

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11. OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2001-11 OBJET : Marché des changes et instruments de couverture des risques de change et de taux. Vu : - la loi n 58-90 du 19 Septembre 1958 portant création et organisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 12 janvier 2012 fixant les conditions de reconnaissance

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CHANGE ET REVENU CONTRÔLE DE RAPATRIEMENT. 15, Octobre 2013

RÈGLEMENT DE CHANGE ET REVENU CONTRÔLE DE RAPATRIEMENT. 15, Octobre 2013 RÈGLEMENT DE CHANGE ET REVENU CONTRÔLE DE RAPATRIEMENT 15, Octobre 2013 2 SOMMAIRE 1. Contrôle de rapatriement des revenus en Russie 2. Documents de transaction 3. Violation de la législation monétaire

Plus en détail

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes A-8100-F0 (2014-12) Renseignements généraux En appui à sa demande de Certificat de sélection du Québec dans

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc.

Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds de WCI, inc. NOTE Dest. : Conseil d administration de WCI, inc. Exp. : Mary Nichols, trésorière Date : 18 novembre 2015 Objet : Rapport de la trésorière : Évaluation du respect de la Politique de gestion des fonds

Plus en détail

MANUEL DES POLITIQUES ET DES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES EN RESSOURCES HUMAINES / FINANCES

MANUEL DES POLITIQUES ET DES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES EN RESSOURCES HUMAINES / FINANCES MANUEL DES POLITIQUES ET DES PROCÉDURES ADMINISTRATIVES EN RESSOURCES HUMAINES / FINANCES 2001 2012 / 11 / 01 Politique de remboursement Frais de déplacement 1.0 INTRODUCTION La présente politique régit

Plus en détail

Guide des exigences de soumission obligatoires

Guide des exigences de soumission obligatoires - Présentez les reçus/les factures originales et détaillées des repas et des rafraîchissements admissibles durant les cours de formation. 1 Guide des exigences de soumission obligatoires Les soumissions

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

UFR d économie et gestion Année universitaire 2014-2015. Règlement du Contrôle des Connaissances Licence. Préambule

UFR d économie et gestion Année universitaire 2014-2015. Règlement du Contrôle des Connaissances Licence. Préambule UFR d économie et gestion Année universitaire 2014-2015 Règlement du Contrôle des Connaissances Licence Préambule Ce règlement concerne l ensemble des parcours de Licence de Droit, Economie et Gestion,

Plus en détail

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT

DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT DEMANDE DE CREDIT A RENSEIGNER PAR LE CLIENT Réf. Dossier : (A remplir par la Direction du Crédit & Risque) Afin de faciliter l étude de votre demande de crédit et d écourter les délais de réponse, nous

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis)

B. L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE COMME PREUVE DE MOYENS DE SUBSISTANCE SUFFISANTS (Annexe 3bis) L ENGAGEMENT DE PRISE EN CHARGE INFORMATION AUX GARANTS (Article 3 bis de la loi du 15 décembre 1980 sur l accès au territoire, le séjour, l établissement et l éloignement des étrangers) Cette information

Plus en détail

CONDITIONS DE L OFFRE DE TRADING 10% - 2015 Mises à jour le 22/04/2015

CONDITIONS DE L OFFRE DE TRADING 10% - 2015 Mises à jour le 22/04/2015 CONDITIONS DE L OFFRE DE TRADING 10% - 2015 Mises à jour le 22/04/2015 1. Stipulations générales a) Compte doit être entendu comme un compte de transaction ou tous autres comptes et/ou registres tenus

Plus en détail

Rapport des opérations en fidéicommis

Rapport des opérations en fidéicommis Rapport des opérations en fidéicommis Instructions Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec, 21 Tous droits réservés. Table des matières Contenu du rapport...4 Comment remplir le

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

Les catégories de visas chinois et les documents à fournir

Les catégories de visas chinois et les documents à fournir Documents à l appui Documents élémentaires Passeport Formulaire de demande de visa La carte de séjour ou du certificat de séjour en Côte d'ivoire pour les ressortissants non-ivoiriens. Les réservations

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 93-15 DU 21 SEPTEMBRE 1993. OBJET : Les allocations pour voyages d'affaires.

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 93-15 DU 21 SEPTEMBRE 1993. OBJET : Les allocations pour voyages d'affaires. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 93-15 DU 21 SEPTEMBRE 1993 OBJET : Les allocations pour voyages d'affaires. * * * * * La présente circulaire a pour objet de fixer les modalités d'octroi par les

Plus en détail

Reporting titre par titre des établissements de crédit

Reporting titre par titre des établissements de crédit Reporting titre par titre des établissements de crédit Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 2 Les données à transmettre à la BCL...5 2.1 Aperçu général...5 2.2 Les titres soumis à

Plus en détail

FAQs Sur le Trade Finance

FAQs Sur le Trade Finance FAQs Sur le Trade Finance ecobank.com FAQS SUR LE TRADE FINANCE Q. Quels sont les produits bancaires du commerce international? A. Le chèque, le transfert, la lettre de change, le billet à ordre, la remise

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail