DAIRYMAN aux Pays-Bas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DAIRYMAN aux Pays-Bas"

Transcription

1 DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013

2 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière fermes laitières, majoritairement spécialisées Prix de la terre : /ha Niveau d intensification : kg lait/ha 85% du lait transformé par la coopérative FrieslandCampina La société aime les éleveurs laitiers Beaucoup d éleveurs laitiers s expatrient d autres pays

3 La ferme laitière moyenne Néerlandaise Troupeau (nr) - Vaches laitières 83 - Jeunes animaux 68 - Bovins viande 0 Surface(ha) - Prairies 39 - Maïs 9 - Grand cultures 1 Quota (tonnes) - Quota par ferme Quota par ha 13.9

4 La taille des fermes s accroit Part des vaches Néérlandaise dans les fermes >100 vaches Nombre de fermes > 100 vaches Nombre moyen de vaches dans les fermes > 100 vaches 16% 45% 1,832 4,

5 DAIRYMAN aux Pays-Bas Depuis1998, un réseau de 16 fermes pilotes En moyenne, plus de surface, plus de quotas et plus de lait par ha Leurs rôles : Améliorer la gestion de l alimentation et l utilisation des engrais pour une meilleure efficacité de N, P et C (moins de pertes, moins de coûts) Tester et améliorer les réglementations environnementales (Plan d Actions Directive Nitrate et autres réglementations Européennes) Une vitrine et une source d inspiration pour les autres éleveurs

6 DAIRYMAN aux Pays-Bas Depuis1998, un réseau de 16 fermes pilotes Depuis 1992, la ferme expérimentale De Marke Pour mettre en place un système d'exploitation très innovant Pour comprendre les cycles N, P et C précisément Pour créer des innovations directement utilisables sur les fermes commerciales Discussion/éducation

7 Réseau des fermes pilotes et la ferme expérimentale Argile Tourbière Mer du Nord Allemagne Sable DM Loess Belgique Ferme expérimentale De Marke

8 Les surfaces exploitées: moins d hectares, moins de maïs, et aucune grande culture Surface (ha) - prairie - maïs/autres fourrages - grande cultures Pays-Bas Ouest de France = Br + P de la L

9 Pays-Bas ha - Prairies 46 Pâturage 5 mois, 6 heures par jour - Maïs 9 Fertilisation (par ha): - 95 kg P2O5 (avec les déjections) kg N issus des effluents (dérogation; lisiers + déjections au pâturage) - Injection du lisier (15/2 1/8) kg N engrais minéraux Dérogation: surface en maïs limitée à 30% de la SAU Cultures dérobées en hiver ( green surface )

10 Troupeau: plus de vaches, faible taux de renouvellement et aucun bovins viande Surface(ha) - prairies - Maïs/autresfourrages - grande cultures Pays-Bas Ouest de France grande cultures 0 43 Troupeau (nr) - Vaches laitières - Jeunes animaux - Bovins viande (=0.73/VL) (=0.92/VL) 21

11 Pays-Bas - Vaches laitières - Jeunes animaux 120 Réduction des consommations N et P autant que possible pour réduire l excrétion (coût de l excédent lié aux excrétions: 2.5 /kg N) 88 Réduction du nombre de génisses pour réduire les rejets

12 Alimentation: - de pâturage, + ensilage d herbe, - de maïs et + de concentrés Pâturage Fourrages (%) Ensilage d herbe Maïs ensilage Concentrés (kg/vache) Pays-Bas ,100 Ouest de France ,200

13 Production laitière (tonnes): plus par ferme, par unité de travail et par hectare - par ferme - par vache - par unité de travail - par ha Pays-Bas 1, Ouest de France

14 La balance azotée (kg N/ha): + d achat d aliments, + de vente de lait et d effluents et un surplus d azote plus important Pays-Bas Ouest de France Entrées N (achats) Engrais min Aliments Sorties (ventes) Lait Animaux Cultures Surplus effluents 57 0 SURPLUS (pertes)

15 Coûts liés aux surplus d azote des effluents aux Pays-Bas Dérogation (250 kg N/ha) Surplus N effluents 57 kg N/ha Sans derogation (170 kg N/ha) 57+80= 137 kg/ha Coût surplus N des effluents: 57 kg N/ha = 57 kg x 2.5 /kg N x 55 ha = /ferme 137 kg N/ha = 137 kg x 2.5 /kg N x 55 ha = /ferme Bénéfice lié à la dérogation: /ferme (en moyenne) 15

16 Fertilisation des prairies: une forte réduction des engrais minéraux N-engrais total (kg/ha) Engrais minéraux Engrais organiques (lisiers + rejets au pâturage)

17 Fertilisation des prairies: une forte réduction des engrais minéraux N-engrais total (kg/ha) Amélioration de l utilisation de l azoteorganique; pas de perte de rendement Engrais minéraux Engrais organiques (lisiers + rejets au pâturage)

18 Le niveau de concentration en nitrates dans les eaux souterraines atteint aujourd hui l objectif des 50 mg/litre nitrates (mg/l)

19 Les principaux problèmes environnementaux : volatilisation NH3 (directive NEC) et les pertes de phosphore vers le milieu aquatique (Directive cadre sur l eau) nitrate phosphate ammonia pesticides Pays-Bas 2 1 Ouest de France 1 2

20 L avenir Le secteur laitier a pour objectif d augmenter la production laitière de 10 à 20 %

21 Les éleveurs anticipent la libéralisation des quotas et augmentent leur stock de génisses Génisses an ans

22 L avenir Le secteur laitier a pour objectif d augmenter la production laitière de 10 à 20 % Mais cela ne sera autorisé par l administration qu à la seule condition qu il n y est pas d impact sur l environnement, ce qui semble être possible Comment le garantir?

23 Solutions proposées par le secteur laitier : Evaluation annuelle du cycle des éléments minéraux Annual Nutrient Cycling Assessment (ANCA) Doit être déclaré par chaque ferme avec un surplus d effluents, à partir de 2015 Si ce n'est pas fait correctement, ou si les résultats sont mauvais: la laiterie n'acceptera pas le lait 23

24 ANCA quantifie le cycle et les pertes de N, P et C ALIMENTS BOVINS PERTES LAIT ANIMAUX PERTES PERTES CULTURES DEJECTIONS ENGRAIS MINERAUX SOL PERTES 24

25 Principaux chiffres calculés par l ANCA L'efficacité d'utilisation de N et P des engrais et des aliments Surplus de N et P dans la balance minérale de la ferme Excrétion de N and P Pertes d ammoniaque Concentration en NO - 3- dans les eaux souterraines Suivi des teneurs en matière organique et en phosphore dans le sol Emissions de GES Les résultats doivent respecter les valeurs de référence 25

26 Quelle mise en place? Un outil de calcul a été réalisé par Wageningen Les données des fermes proviennent d'une base de données centrale La base de données est alimentée par des données agricoles fournie par l'industrie (viande, lait, aliments), les laboratoires, l administration Le rapport ANCA est stocké dans la base de données. Il est accessible pour l administration et les transformateurs de lait Les coûts sont pris en charge par le secteur laitier

27 Quelle mise en place? Un outil de calcul a été réalisé par Wageningen Les données des fermes proviennent d'une base de données centrale La base de données est alimentée par des données agricoles fournie par l'industrie (viande, lait, aliments), les laboratoires, l administration Le rapport ANCA est stocké dans la base de données. Il est accessible pour l administration et les transformateurs de lait Les coûts sont pris en charge par le secteur laitier En cas d'échec: limites sur la densité du cheptel

28 Le Néérlandais reste optimiste

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Le réseau de fermes pilotes

Le réseau de fermes pilotes Le réseau de fermes pilotes Présentation du réseau et de son fonctionnement Elisabeth CASTELLAN, CAR Nord-Pas de Calais 15 octobre 2013 Création d un réseau de fermes pilotes Un lien concret avec les élevages

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Résumé ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Contexte et objectifs Etant donné le dynamisme du commerce de produits agricoles, la compétitivité écologique du secteur

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an

Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an 29 Annexe 4 : Le plafond de 170 kg N/ha/an Il est important de rappeler que cette quantité ne traduit pas un droit à épandre mais un plafond : la quantité réelle à épandre est déterminée à partir de l

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

livrets les Fertilisation raisonnée des prairies D. Knoden, R. Lambert, P. Nihoul, D. Stilmant, P. Pochet, S. Crémer, P. Luxen

livrets les Fertilisation raisonnée des prairies D. Knoden, R. Lambert, P. Nihoul, D. Stilmant, P. Pochet, S. Crémer, P. Luxen 371005 Livret 15 couverture.qxd 17/07/07 15:30 Page 1 Ministère de la Région wallonne Direction générale de l Agriculture livrets les D E L A G R I C U L T U R E N 15 Fertilisation raisonnée des prairies

Plus en détail

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires

Productions bovines et équines biologiques Principales dispositions réglementaires Pour plus d'informations reportez-vous à la fiche «Conversion à l'ab» Conversion La période de conversion est la période de transition entre l'agriculture conventionnelle et l'agriculture biologique. Durant

Plus en détail

Directive Nitrates. DDT de l Isl

Directive Nitrates. DDT de l Isl Directive Nitrates 5ème programme d actions d National et RégionalR DDT de l Isl Isère Rappel Directive nitrates et programme d actions d nitrates Afin de lutter contre la pollution des eaux par les nitrates,

Plus en détail

programme d Actions Nitrates

programme d Actions Nitrates Les mesures du programme d Actions Nitrates dans les zones vulnérables de la région Bourgogne la bonne dose au bon endroit au bon moment la bonne dose au bon endroit au bon moment 2 La préservation de

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013. Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction

Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Agriculture et qualité de l air en France : actions du secteur agricole et potentiels de réduction Lionel LAUNOIS Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt Journée nationale APCA

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes 14 ème journée d étude des productions porcines et avicoles,

Plus en détail

Références systèmes Bovins Lait des réseaux d'élevage d'auvergne et Lozère

Références systèmes Bovins Lait des réseaux d'élevage d'auvergne et Lozère Chambres d'agriculture 15-43-48-63 Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins Lait des réseaux d'élevage d'auvergne et Lozère Cas-types laitiers Actualisation 2011 édition: 9 mai 2012 Version Cantal

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE - (PLPA) SESSION 2005 Concours : EXTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et

Plus en détail

Fertilisation azotée des prairies : mise au point d un outil de conseil en Wallonie

Fertilisation azotée des prairies : mise au point d un outil de conseil en Wallonie Earth & Life Institute - Pôle agronomie Fertilisation azotée des prairies : mise au point d un outil de conseil en Wallonie Marc De Toffoli 1, Dimitri Wouez 2, Christian Decamps 1, Richard Lambert 1,3

Plus en détail

Systèmes de production et itinéraires techniques agricoles

Systèmes de production et itinéraires techniques agricoles Agriculture Énergie 2030 CENTRE D ÉTUDES ET DE PROSPECTIVE Fiche-variable Systèmes de production et itinéraires techniques agricoles Dominique Tristan1, Xavier Cassedane2, Marie-Aude Even3, Julien Vert4

Plus en détail

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux?

Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Avec la participation i de l Le développement durable peut-il se passer d engrais minéraux? Philippe EVEILLARD UNIFA Union des Industries de la Fertilisation Le développement durable et l agriculture :

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie)

3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3.2 Plan simplifié du site (identification des bâtiments d élevage et leur typologie) 3 3.3 Environnement du site (Extrait photo aérienne) 4 3.4 Synoptique Eau 5 6 3.1 Contexte environnemental et sensibilités

Plus en détail

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau eau, nitrate & i- agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau Les agriculteurs utilisent et produisent du nitrate, sous forme d engrais organique (fumier,

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

Introduction : l agriculture française face à de multiples défis

Introduction : l agriculture française face à de multiples défis Innovations Agronomiques 37 (2014), 53-65 Programme Grignon Energie Positive. 25 fermes dans une démarche de progrès à l échelle système Carton S. 1, Tristant D. 1, Gasc G. 2, Python Y. 1 1 Ferme expérimentale,

Plus en détail

1. Elevage et environnement : le cri d alarme de la FAO

1. Elevage et environnement : le cri d alarme de la FAO L ombre de l élevage sur la planète Analyse du rapport FAO et perspectives européennes André Pflimlin, chargé de relation R&D Europe, Institut de l Elevage, 149 rue de Bercy, 75595 Paris cedex 12 Le rapport

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques Précisions apportées aux coefficients d efficacité fertilisante en azote des engrais organiques Chapitre 10 GREF 3 (version 2013) Les engrais de ferme et les matières résiduelles fertilisantes organiques

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante

Politique Agricole Commune. Aide Bovine Allaitante Politique Agricole Commune Aide Bovine Allaitante 2015 Aides Bovines Allaitantes: Attribution des références : - Soumis à un plafond budgétaire, dépendant du nombre de demandes - Allocation des références

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L élevage, comme l agriculture dans son ensemble, a connu d importantes mutations depuis le début du XXème siècle. De structures familiales, ce secteur est passé

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances Jean-Louis Peyraud, Inra DS Agriculture.01 UE-27 La prairie en Europe en quelques chiffres Une place majeure dans l occupation

Plus en détail

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable Élevage laitier Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ Misez sur l efficacité durable CONSEILS & RÉFÉRENCES Élevages L aitiers Sommaire PRÉSENTATION SYNERGIE DES EXPERTISES Pour un conseil global EBE

Plus en détail

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012

Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages. Assises de la Loue 11 octobre 2012 Propositions d'actions complémentaires du Comité des Sages Assises de la Loue 11 octobre 2012 Objectifs du Comité des Sages Création d'un "Comité des Sages" par M. Le Préfet pour faire évoluer les postures

Plus en détail

Edition 1.12, juillet 2014 Les principaux changements pour 2015 sont marqués avec dans la marge.

Edition 1.12, juillet 2014 Les principaux changements pour 2015 sont marqués avec dans la marge. Guide Suisse-Bilanz Table des matières Edition 1.12, juillet 2014 Les principaux changements pour 2015 sont marqués avec dans la marge. Partie principale Chapitre 1 Domaine d application du Suisse-Bilanz

Plus en détail

L agriculture dans la Marne

L agriculture dans la Marne L agriculture dans la Marne Edition 2007 MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DIRECTION RÉGIONALE ET DÉPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE CHAMPAGNE-ARDENNE ET DE LA MARNE Service Régional

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

Visite de la ferme pédagogique du Bessy. Valérie et Christian LALEUF

Visite de la ferme pédagogique du Bessy. Valérie et Christian LALEUF Visite de la ferme pédagogique du Bessy Valérie et Christian LALEUF L'exploitation agricole est principalement laitière, avec 50 vaches de race Prim'Holstein, 40 génisses et des veaux de boucherie. La

Plus en détail

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins Fourrages (2008) 195, 357-372 Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins R. Giovanni 1, J.-P. Dulphy 2 Bien

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Les enjeux de l industrie laitière : Pourquoi est-il important de développer votre stratégie environnementale?

Les enjeux de l industrie laitière : Pourquoi est-il important de développer votre stratégie environnementale? Les enjeux de l industrie laitière : Pourquoi est-il important de développer votre stratégie environnementale? Hélène Pérennou hperennou@cniel.com Jean-Baptiste Dollé jean-baptiste.dolle@idele.fr Pierre

Plus en détail

collection méthodes & outils Consommation d énergie en élevages herbivores et leviers d action

collection méthodes & outils Consommation d énergie en élevages herbivores et leviers d action collection méthodes & outils Consommation d énergie en élevages herbivores et leviers d action collection Méthodes et outils document rédigé par : Charlotte MOrIN, emmanuel BÉGuIN, Julien BeLvèze, Nicole

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Juillet 2013 Sommaire Les risques du métier en Agriculture L univers des risques les réponses

Plus en détail

Les principaux changements pour 2013 sont marqués avec dans la marge.

Les principaux changements pour 2013 sont marqués avec dans la marge. Guide Suisse-Bilanz Table des matières Edition 1.10, juin 2012 Les principaux changements pour 2013 sont marqués avec dans la marge. Partie principale Chapitre 1 Domaine d application du Suisse-Bilanz

Plus en détail

Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier

Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier Consommation d énergie en bâtiments d élevage laitier 1. Les consommations d énergie Energie globale Energie directe en bâtiment 2. Les économies possibles

Plus en détail

Analyse du coût de production du lait biologique

Analyse du coût de production du lait biologique Analyse du coût de production du lait biologique Evolutions 2007 2009 Jérôme Pavie Institut de l Elevage Analyse des coûts de production en lait biologique Méthode Institut de l Elevage Réseaux d Elevage

Plus en détail

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014

CIPEL Plan d action 2011-2020 Tableau de bord technique 2014 Objectifs du plan d action 2011-2020 Dans le domaine agricole, le plan d action vise principalement à réduire les apports en phosphore dans les eaux par ruissellement ou érosion et à limiter les apports

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau

Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Nitrates et qualité de l eau Impacts des modifications des pratiques de la fertilisation azotée sur l évolution de la qualité de l eau Programme régional d études sur sites bougies poreuses 1999-25 Contexte

Plus en détail

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES TS21(EC)V03fr_Herbivores 04/04/2013 L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES Guide pratique n 21 : Les Règles de production des animaux herbivores Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET

3.8 L AGRICULTURE 3.1 LES CADRES LÉGAL ET 3.8 L AGRICULTURE Occupant à peine 1 % du territoire, l activité agricole est peu développée à l échelle du bassin versant de la rivière du Diable. Les exploitations agricoles y sont peu nombreuses, de

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

1. L élevage basco-béarnais au défi des changements climatiques

1. L élevage basco-béarnais au défi des changements climatiques 1. L élevage basco-béarnais au défi des changements climatiques La question des changements climatiques et de l engagement de tous pour réduire ces évolutions a été au cœur de l actualité en décembre avec

Plus en détail

Prairies PRATIQUES. Définition générale de la pratique N 8

Prairies PRATIQUES. Définition générale de la pratique N 8 PRATIQUES N 8 Prairies Définition générale de la pratique Les prairies sont des associations végétales pérennes plus ou moins diversifiées qui peuvent se rencontrer sur l ensemble de nos territoires. Leur

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Conférence sur le pâturage automnal et l usage optimal de pâturage pour le Québec

Conférence sur le pâturage automnal et l usage optimal de pâturage pour le Québec Conférence sur le pâturage automnal et l usage optimal de pâturage pour le Québec Par Hubert McClelland, agronome Conseiller en gestion des pâturages Hubert.mcclelland@agr.gouv.qc.ca Au Québec, nous avons

Plus en détail

Gestion des effluents d'élevages. Quelques repères pour gérer la mise en Conformité

Gestion des effluents d'élevages. Quelques repères pour gérer la mise en Conformité Gestion des effluents d'élevages Quelques repères pour gérer la mise en Conformité Version 6 Septembre 2006 Remarques Ce document a pour objectif de donner des définitions et expliquer quelques démarches

Plus en détail

EFFETS DU TRAITEMENT DES DÉJECTIONS PORCINES SUR LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

EFFETS DU TRAITEMENT DES DÉJECTIONS PORCINES SUR LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE EFFETS DU TRAITEMENT DES DÉJECTIONS PORCINES SUR LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE Stéphane Godbout, Ph. D., agronome, ingénieur Chercheur scientifique Institut de recherche et de développement en

Plus en détail

PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION L AGRICULTURE ET L ENERGIE : UNE PREOCCUPATION CROISSANTE OBJECTIF ET METHODE

PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION L AGRICULTURE ET L ENERGIE : UNE PREOCCUPATION CROISSANTE OBJECTIF ET METHODE PLANETE : METHODE POUR L ANALYSE ENERGETIQUE DE L EXPLOITATION AGRICOLE ET L EVALUATION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE. Jean-Luc BOCHU SOLAGRO, 75 voie du TOEC, 31076 TOULOUSE Cedex 3 (France) Membre

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège. La Pie Rouge mixte

Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège. La Pie Rouge mixte Gembloux Agro-Bio Tech Université de Liège La Pie Rouge mixte Origine de la race La situation géographique de la Belgique au milieu de l Europe Occidentale a toujours favorisé un brassage important tant

Plus en détail

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer Article publié dans Porc Québec Octobre 2001 ENVIRONNEMENT SYLVAIN PIGEON M. Sc., ingénieur LE SUIVI DES PLANS DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES ISABELLE DEMERS Agronome BPR Groupe-conseil Collaboratrice:

Plus en détail

Mise à jour : Février 2013

Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation européenne en agriculture biologique et du cahier des charges Mise à jour : Février 2013 Tableau comparatif des grands critères de la règlementation

Plus en détail

FORMATION EFFICACITE NEO ZELANDAISE ET SYSTEMES HERBAGERS FINISTERIENS. ITINERAIRE 10 jours de formation sur place 15 jours absents

FORMATION EFFICACITE NEO ZELANDAISE ET SYSTEMES HERBAGERS FINISTERIENS. ITINERAIRE 10 jours de formation sur place 15 jours absents FORMATION EFFICACITE NEO ZELANDAISE ET SYSTEMES HERBAGERS FINISTERIENS ITINERAIRE 10 jours de formation sur place 15 jours absents ❶ ❷ ❸ ❹ ❻ ❺ 7 1 Un compte rendu chronologique en photo Un groupe chaleureux

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote

Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote Valeur fertilisante azotée des produits résiduaires organiques (PRO) : mieux prendre en compte la dynamique de la fourniture d azote BOUTHIER Alain 1, TROCHARD Robert 2, PARNAUDEAU Virginie 3, NICOLARDOT

Plus en détail

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE

PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE PREFET DE LA CHARENTE FORMULAIRE JUSTIFIANT LA CONSTRUCTION D UN BATIMENT NECESSAIRE A L EXPLOITATION AGRICOLE Les zones agricoles, dédiées aux différentes cultures ou à l élevage, sont par nature inconstructibles.

Plus en détail

ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS

ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS Projet Agricole Départemental de l'orne 2012 Annexes ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS Afin de comparer entre elles des exploitations

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail