Les systèmes équins du Grand Ouest

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les systèmes équins du Grand Ouest"

Transcription

1 Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0

2 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE ET RÉPARTITION DANS L OUEST... 4 TYPOLOGIE NATIONALE... 4 ENTREPRISES SUIVIES DANS LE GRAND-OUEST... 4 LES SYSTÈMES DE LA ZONE GRAND OUEST... 5 CARACTÉRISTIQUES DES STRUCTURES... 6 REPRODUCTION... 8 COMMERCIALISATION DES CHEVAUX DE SELLE... 0 COMMERCIALISATION DES PONEYS... PRODUITS D EXPLOITATION... CHARGES OPÉRATIONNELLES... 4 CHARGES DE STRUCTURE... 6 CRITÈRES ÉCONOMIQUES ET RÉSULTATS... 8 LEXIQUE UGB : Unité gros bétail, correspond à une consommation de fourrages grossiers à kg de matière sèche par an ( cheval adulte de club = 0,65 UGB) DPU : Droit à paiement unique Ha : Hectare TMS : Tonne de matière sèche, taux de matière sèche pris pour la paille et le foin 85% EBE* : Excédent brut d exploitation PB : Produit brut MB : Marge brute Emprunt LMT : Emprunts long et moyen terme SMIC : Salaire minimum interprofessionnel de croissance. Valeur nette au 05//03 : 876 /an SAU : Surface agricole utile UMO : Unité de main-d œuvre SFP : Surface fourragère principale Nb Eq : Nombre d s PAC : Politique Agricole Commune FFI : Frais financiers VA : Valeur ajoutée. VA = EBE + charges sociales exploitant + charges et salaires * L EBE correspond à la différence entre le total des produits et celui des charges opérationnelles et de structure (hors amortissements et frais financiers). Cette somme doit permettre à l éleveur de vivre, de rembourser ses annuités et d autofinancer une partie de ses investissements.

3 PRÉSENTATION LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN Né en 008, le dispositif RÉFÉrences (Réseau Économique de la Filière Équine) compte quatre membres associés (Institut de l, IFCE-Haras Nationaux, Fédération des Conseils des Chevaux et Chambres d agriculture) dans la production de références pour l amélioration des connaissances et l optimisation technique et économique des systèmes s. CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE En 0, les ventes de chevaux ont globalement été délicates et moins nombreuses. Les transactions de forte valeur ont diminué. Le contexte économique global a des répercussions sur le monde du cheval et particulièrement sur l élevage qui accuse une diminution de 5% des éleveurs en Normandie (source : CCBN, 04), de 0% en Bretagne (source : CA56, 04) et de 7% en Picardie (source : CA60, CA0, 04). Le nombre de juments mises à la reproduction est en recul en raison des difficultés de commercialisation des produits. Les activités équestres sont moins fortement touchées mais le nombre de licenciés progresse peu. Le changement de réglementation (taux de TVA) et la réforme des rythmes scolaires pourraient produire des effets négatifs. Le prix de l énergie et des matières premières reste élevé et pèse sur les charges opérationnelles (intrants) des structures. L année fourragère 0 est correcte globalement. Les conditions climatiques ont favorisé la récolte de fourrage (foin) de bonne qualité mais en quantité parfois limitée. RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 3

4 TYPOLOGIE NATIONALE ET RÉPARTITION DANS L OUEST TYPOLOGIE NATIONALE Depuis 0, une typologie nationale permet de distinguer les exploitations en les répartissant dans des classes en fonction du poids économique de l activité équestre dans le chiffre d affaires global de l exploitation. Les systèmes spécialisés réalisent plus de 80% du chiffre d affaires global de la structure avec les s. Les systèmes diversifiés réalisent moins de 80% du chiffre d affaires global de la structure avec les s. ENTREPRISES SUIVIES DANS LE GRAND-OUEST RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 4

5 LES SYSTÈMES DE LA ZONE GRAND OUEST Nombre d'exploitations Main-d'œuvre totale (en UMO) Surface Agricole Utile (ha) Total UGB présents (prop. - mises pens. + prises pens.) Nombre d'ugb présents de l'atelier EQ soit en % UGB EQ/UGB totaux Nb UGB vaches laitières Nb UGB vaches allaitantes selle/poney petite Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV intermédiaire grande 3 Pension BL + élevage BV + élevage Total,94,95 3,8 4,35 3,6 3,35,70 3,3 55,0 4,33 4,4,30 30,58 6,9 58,50 39,83 55,0 4,00 6,35 34,7 36,49 58,8 83,5 50,4 64,58 4,00 6,35 64,5 5,04 74,0 34,0 36,65 00% 00% 00% 00% 00% 47% 4% 73 % 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 66,60 0,00 4,4 3,78 0,00 0,00 0,00 0,43 0,00 9,40 3,0 CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (CA>00k ) En 0, 64 exploitations ont fait l objet d un suivi dans le cadre du réseau. 59 structures ont pu être valorisées complètement et 5 partiellement en raison de conditions particulières (manque de données, arrêt activité, changements ). RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 5

6 CARACTÉRISTIQUES DES STRUCTURES selle / poney petite Établissements équestres BL BV CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élev. éq. BV + élev. éq. Nombre d'exploitations Main-d'œuvre totale,6,33,66 4,3,6,95,60 Main-d'œuvre exploitant,00,00,0,36,,40,60 Main-d'œuvre salariée,6 0,33,36,68,4 0,55 0,00 Main-d'œuvre saisonnière 0,00 0,00 0,0 0,7 0,00 0,00 0,00 Surface Agricole Utile (ha) Surface fourragère principale (ha) SFP en herbe (ha) SFP cultures fourragères (ha) Grandes cultures (ha) Total UGB présents (prop. - mises pens. + prises pens.) Nombre d'ugb présents de l'atelier EQ soit en % UGB EQ/UGB totaux 00% 00% 00% 00% 00% 47% 4% Total UGB exploitation en propriété UGB en propriété de l'atelier EQ Effectif moyen présent (nb têtes) total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) chevaux en retraite total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) chevaux en repro total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) chevaux au travail total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) de poulains-ânons total équidés Ef. pris en pension sur l'ef. présent (% Têtes) total équidés Ef. mis en pension sur l'ef. en propriété (% Têtes) total équidés Nb UGB vaches laitières Nb UGB vaches allaitantes Chargement corrigé UGB/ha 3 Fourrages récoltés Quantité récoltée en maïs ensilage (TMS) Quantité récoltée ensilage d'herbe (TMS) Quantité récoltée enrubannage (TMS) Quantité récoltée en foin (TMS) Quantité fourrage Atelier EQ (TMS) Quantité de fourrage utilisée atelier EQ t.ms/ugb CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (CA>00k ),6,,4,6,6 0,8 0,7 Dans l échantillon, les structures es valorisent des surfaces agricoles (SAU) comprises entre 4 et 55 ha en moyenne pour les systèmes spécialisés s. Lorsque la production e est associée à un atelier bovin (lait ou viande), la SAU est plus importante. Le besoin de main-d œuvre est caractéristique de ces entreprises qui ont recours à l embauche de salariés (et/ou apprentis) et mobilisent la main-d œuvre non salariée (famille, ). Le chargement mesure (en UGB/ ha SFP) la densité animale présente sur l exploitation au regard de la surface fourragère disponible. Il varie de 0.79 à plus de dans les Centres Équestres. RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 6

7 Effectif moyen présent Moyen de production Main-d œuvre RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 7

8 REPRODUCTION Chevaux de selle Libellé synthèse selle / poney petite CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élev. éq. BV + élev. éq. Nombre d'exploitations Total UGB présents (propriété - mises en pension + prises en pension) 498,9 96,0 63,5 466,9 50,8 79,4 47,6 Total UGB présents de l'atelier EQ 45,6 96,0 63,5 466,9 500,4 78,6 6,9 SELLE Nb femelles non mises à la repro 3,0,0 4,0,0 7,0 30,0,0 Nb femelles mises à la repro 90,0,0,0,0 49,0 5,0 7,0 soit en % 96,8% 9,7% 0,0% 85,7% 87,5% 63,0% 94,4% Nombre de poulinages 64,0 8,0 0,0 4,0 40,0 4,0 Nombre d'avortements 0,0,0,0,0,0 0,0 Nombre poulains nés 63,0 8,0 0,0 40,0 39,0 3,0 Nombre poulains sevrés 6,0 8,0 9,0 38,0 38,0,0 Taux de gestation 7,% 7,7% 83,3% 83,7% 78,4% 8,4% Taux de mortalité % 0% 0% % 3% 7% Taux de Productivité numérique 68,9% 7,7% 75,0% 77,6% 74,5% 70,6% % monte naturelle en liberté 0% 9% 0% 0% 0% 0% % monte naturelle en main 3% 0% 30% 0% 5% 6% % d'ia en frais 37% 0% 0% 3% 5% 53% % d'ia réfrigérées transportées 5% 9% 0% 7% 0% 0% % d'ia congelées 56% 0% 50% 4% 40% 4% Mode de reproduction en selle Reproductrices en selle RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 8

9 Poneys Libellé synthèse selle / poney petite CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élev. éq. BV + élev. éq. Nombre d'exploitations Total UGB présents (propriété - mises en pension + prises en pension) 498,9 96,0 63,5 466,9 50,8 79,4 47,6 Total UGB présents de l'atelier EQ 45,6 96,0 63,5 466,9 500,4 78,6 6,9 PONEYS Nb de femelles non mises à la repro 5,0,0 0,0 0,0,0 Nombre femelles mises à la repro 3,0 6,0 4,0 3,0 0,0 soit en % 86,% 75,0% 00,0% 00,0% 90,9% Nombre de poulinages 5,0 6,0 4,0 3,0 9,0 Nombre d'avortements,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Nombre poulains nés 5,0 6,0 4,0 3,0 9,0 Nombre poulains sevrés 5,0 6,0 4,0 3,0 8,0 Taux de gestation 80,6% 00,0% 00,0% 00,0% 90,0% Taux de mortalité 0% 0% Taux de Productivité numérique 80,6% 80,0% % monte naturelle en liberté 3% 90% % monte naturelle en main 6% 0% % d'ia en frais 53% 0% % d'ia réfrigérées transportées 6% 0% % d'ia congelées % 0% Modes de reproduction en poneys Résultats en reproduction RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 9

10 COMMERCIALISATION DES CHEVAUX DE SELLE Effectif Prix moyen Détail des ventes de chevaux de selle Prix médian Mini Maxi Total des ventes Répartition des ventes de chevaux de selle à à à à Poulains - an % % 7% 9% 0% 7% Poulains ans % 0% 75% 0% 0% 0% Poulains 3 ans (débourrés) Poulains 3 ans (débourréstravaillés) Chevaux 4 ans (travaillés + comp) Chevaux 5 ans (travaillés + comp) Chevaux 6 ans (travaillés + comp) Chevaux 7 ans (travaillés + comp) 0 à % 8% 7% 7% % 0% % 3% 5% 34% 6% 0% % 34% % 8% % 0% % 40% 5% 0% 5% 5% % 0% 4% 5% % 4% % 30% 9% 3% 30% 8% Jument repro % 7% 0% 0% 0% 9% Chevaux de loisir Réformes et animaux déclassés % 30% 0% 0% 0% 0% % 0% 0% 0% 0% 0% Tous chevaux Plus de 0000 La commercialisation des chevaux de 3 et 4 ans connaît toujours de réelles difficultés à la vente en affichant pour l année 0 un prix moyen maximum de 7 4 pour cette catégorie. La catégorie des foals affiche un prix moyen de vente proche de pour 4 ventes. Ce segment de marché offre peu de débouchés actuellement et reste le plus souvent réservé à des produits de haute valeur génétique. La vente des chevaux d âges (5, 6 et 7 ans) reste inférieure à 000 en moyenne et sans doute en dessous du coût de production réel. À titre de comparaison, le bilan des ventes NASH affiche un pourcentage de chevaux vendus à la hausse, soit 68% (93 chevaux présentés) en 0 contre 59% en 0, pour un prix moyen qui s élève à 00 légèrement inférieur à 0. Le retour constaté d investisseurs étrangers, Belges et Suisses, a permis d afficher un «top price» à Répartition des ventes de chevaux (en %) et prix moyens (en ) RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 0

11 COMMERCIALISATION DES PONEYS Effectif Détail des ventes de chevaux de selle Prix moyen Prix médian Mini Maxi Total des ventes 0 à 500 Répartition des ventes de chevaux de selle 50 à à à à 0000 Poulains - ans % 0% 0% 0% 0% 0% Poneys 3 ans (débourrés) % 3% 7% 0% 0% 0% Poneys 4-5 ans % 50% 0% 0% 0% 0% Poneys + 6 ans % 3% 3% 0% 3% 3% Réformes et animaux déclassés % 0% 0% 0% 0% 0% Tous chevaux Plus de 0000 Globalement, les poneys se vendent nettement moins chers que les chevaux de selle, quelle que soit la catégorie d âge. Sur l ensemble de 6 transactions, le prix moyen atteint 83 grâce à vente au-delà de 0 000, alors que la médiane est de 35. En 0, les poneys de 3 ans débourrés trouvent plus facilement preneur (3 03 en moyenne) que les poneys valorisés à 6 ans et plus ( 6 en moyenne). Répartition des ventes de poneys (en %) et prix moyens (en ) RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page

12 PRODUITS D EXPLOITATION selle / poney petite Spécialisés ÉQUINS Diversifiés BOVINS Établissements équestres Lait Viande CE intermédiaire grande 3 Pension BL + EQ Nombre d'exploitations Main-d œuvre exploitant,00,00,0,33,,5,75 Main-d'œuvre totale 3,3,95 3,8 4,6 3,6 3,38,88 Produit total ( ) Produit de l'atelier Équins soit en % du produit total 9% 00% 97% 97% 97% 5% 38% en /UMO exploitant en /UMO total dont ventes ou produits dont aides es dont achats d'animaux extérieur dont variations d'inventaires Produit de l'atelier Bovins lait ,00 soit en % du produit total 0% 0% 0% 0% 0% 54% 0% Produit de l'atelier Bovin Viande soit en % du produit total % 0% 0% 0% 0% 4% 4% Total produits des herbivores soit en % du produit total 9% 00% 97% 97% 97% 83% 79% Produit de la SFP soit en % du produit total % 0% 0% 0% 0% % % Produit des Grandes cultures soit en % du produit total % 0% 0% % 0% 6% 7% Produits non affectables (DPU) soit en % du produit total 6% 0% % % % 9% % Détail des ventes atelier ( ) Produit Produit Enseignement Produit Étalonnage Produit Pension Produit Tourisme équestre Gains, primes Produit Divers Excédent Brut d'exploitation % EBE /PB 6% 8% 3% 4% 7% 7% 4% EBE /UMO (MO familiale) CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (00k <CA) BV + EQ RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page

13 Les exploitations es tirent leur revenu d activités variées. La pension est présente dans tous les systèmes même chez les éleveurs diversifiés. Quelle que soit leur taille, tous les centres équestres pratiquent une activité de tourisme équestre qui représente 6 à 0% du chiffre d affaires. Les centres équestres de petite pratiquent l élevage, ce qui est moins le cas dans les centres équestres de plus grande qui se concentrent sur les activités d enseignement et de pension. Cependant, le niveau EBE/produit est globalement insuffisant et peine à atteindre les 30%. Chez les éleveurs spécialisés le niveau de rentabilité chute à 6%, une baisse liée à l augmentation des charges. Produit d exploitation Répartition du produit RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 3

14 CHARGES OPÉRATIONNELLES Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV CE petite grande BL + selle / intermédiaire dimen- EQ Pension poney sion 3 Nombre d'exploitations Surface Agricole Utile (ha) BV + EQ Produit total ( ) Total UGB présents 55, 4 6,3 34,7 36,5 58, 83,5 Total des charges opérationnelles soit en /ha SAU soit en % du produit total 45,9% 3,5% 5,7% 5,% 30,% 47,0% 45,9% dont animales Total charges opérationnelles es ( ) soit en /UGB Aliments concentrés dont concentrés prélevés dont concentrés achetés dont CMV Fourrages achetés Frais d'élevage dont contrôle performance dont frais de reproduction Identification et GDS dont frais divers d'élevage Frais vétérinaires Achats de litière Mise en pension Parage et maréchalerie Location d'animaux Frais divers (assurances, taxes, hébergement) Commercialisation SFP en herbe (ha) Total charges opé. Surface en herbe soit en /ha SFP herbe Total des charges opérationnelles végétales CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (CA>00k ) soit en /ha SAU RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 4

15 En dessous de 30% du produit total dans les établissements équestres les charges opérationnelles sont principalement liées à l alimentation des chevaux (fourrages et concentrés achetés). Dans les autres systèmes, ces mêmes charges pèsent plus lourd dans le produit d exploitation (+45%) en lien également avec l alimentation mais aussi les frais vétérinaires, l achat de litière ou encore la mise en pension. s spécialisés, systèmes pension et centres équestres de grande approchent 000 /UGB en charges opérationnelles alors qu en systèmes diversifiés, elles se maintiennent en dessous de 000 /UGB. Importance des charges opérationnelles es Répartition des charges opérationnelles es RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 5

16 CHARGES DE STRUCTURE selle / poney petite Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élevage BV + élevage Nombre d'exploitations Surface Agricole Utile (ha) 60,0 4,3 4, 35,6 3 0,8 63,4 Total UGB présents (prop. - mises pens. + prises pens.) Total des charges de structure ( ) en % de produit total 56,5% 0 en /UGB présent en /ha de SAU Mécanisation ( ) Carburants et lubrifiants Entretien du matériel Achat petit matériel Travaux par tiers (entreprise+cuma) Amortissement matériel Crédit-bail Bâtiments et foncier ( ) Impôts fonciers Fermage et MAD Entretien du foncier Location précaire Location de bâtiments et MAD Entretien des bâtiments Amortissement améliorations foncières Amortissement bâtiment Amortissement installation Main-d'œuvre ( ) Mutualité Sociale Agricole Salaires + charges Charges financières ( ) Frais financiers des emprunts LMT Frais financiers CT + agios Charges diverses ( ) Eau Électricité Gaz Frais de gestion Fournitures et frais divers Assurances Impôts et taxes Transports et déplacements Total charges structure hors amo. et FF en % de produit total 46% 48% 5% 5% 43% 8% 40% Produit total ( ) CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (00k <CA) RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 6

17 Dans l ensemble, les charges de structure hors amortissements et frais financiers représentent une part importante du produit brut, de 8 à 5%, avec une fois encore une grande disparité. Le poids des charges structurelles est, comme l an passé, plus conséquent dans les élevages spécialisés et les écoles d équitation de grandes s. Bâtiments, charges sociales et frais de mécanisation (déplacements et transport des animaux) sont les postes les plus importants. La main-d œuvre mobilisée par l atelier est globalement importante et pèse sur les charges de structures dans les systèmes observés. Rapportées aux effectifs présents, les charges de structures sont plus importantes au sein des structures spécialisées de 47 à /UGB contre 604 à 876 /UGB pour le groupe des diversifiés (Bovins lait et viande). Les activités de pension (chevaux aux boxes parfois travaillés) et d étalonnage expliquent ce besoin de maind œuvre plus important. Notons que parmi les spécialisés, les centres équestres de s intermédiaires ont néanmoins un niveau de charges de structure élevé. Importance des charges de structure Répartition des charges de structure RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 7

18 CRITÈRES ÉCONOMIQUES ET RÉSULTATS Chevaux selle et poney petite Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV CE intermédiaire grande 3 Pension Nombre d'exploitations SAU Main-d'œuvre totale 3,3,95 3,8 4,6 3,6 3,38,88 dont MO exploitant,04,00,,4,,5,88 Total UGB présents 4 59,3 4,0 6,3 38,9 36,5 55, 95,3 Produit total exploitation Produit de l'atelier Équins soit en % du produit total 9% 00% 97% 9% 97% 5% 9% Produit total en /UMO exploitant Produit total en /UMO total Charges opérationnelles soit en /ha SAU Charges opérationnelles es soit en /UGB Total des charges de structure ( ) en % de produit total 53% 68% 67% 65% 57% 45% 53% en /UGB présent en /ha de SAU Valeur ajoutée exploitation Excédent Brut d'exploitation EBE en % du PB 5% 8% 3% 4% 7% 8% 4% EBE /UMO exploitant EBE / UGB total présent Charges financières Frais financiers des emprunts LMT Frais financiers CT + agios Annuité des emprunts LMT Annuités en % du PB 0,4% 0,3% 3,5%,% 9,5% 0,5% 0,3% Amortissements Amortissement matériel Amortissement bâtiment et installation Autres amortissements Résultat courant en / UMO exploitant Revenu disponible en / UMO exploitant en nb de SMIC 6 net / UMO exploitant : CE de petite (CA<00k ) : CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3: CE de grande (00k <CA) 4: propriété - mises en pension + prises en pension 5: pour autofinancement et prélèvements privés 6: valeur du SMIC net (janv. 04): 30 net/mois -,0,0 0,9,8,,8 0, RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 8

19 D une façon générale, l efficacité économique, mesurée par le taux d EBE/produit brut, reste en dessous de 30% et descend à 5% dans les élevages spécialisés. Les centres équestres de petites s parviennent, avec un faible produit généré, à dégager un revenu disponible proche du SMIC. En comparaison, les centres équestres intermédiaires réalisent deux fois plus de produits pour un revenu disponible moyen légèrement inférieur. Centres équestres de grande et systèmes pension affichent de bons résultats, notamment avec un revenu disponible proche de SMIC par UMO exploitant. Dans les exploitations diversifiées, la situation est plus contrastée, meilleure en bovins lait-chevaux qu en bovins viande-chevaux. La situation moyenne de l élevage reste très délicate et malgré le fort produit généré, la rentabilité est très souvent insuffisante. Ces résultats cachent cependant une grande diversité de situations à l intérieur de chaque système décrit. Ainsi, même dans la situation globalement difficile de l élevage, certains s en sortent nettement mieux que le résultat moyen affiché du groupe. Efficacité économique Revenu disponible RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 9

20 Ce document synthétise les résultats techniques et économiques de structures es suivies dans le cadre du Réseau Équin de la Zone Grand-Ouest (Nord-Pas-de-Calais/Picardie, Normandie, Bretagne). Le travail, soutenu par le Fonds ÉPERON, est issu d un partenariat entre les Chambres d Agriculture, les Conseils de Chevaux, l IFCE (Haras Nationaux) et l Institut de l. Les exploitations ont été regroupées selon 6 classes typologiques (type d activité, niveau de spécialisation) et analysées à l aide d indicateurs de performance technique et économique. Ce travail est rendu possible grâce aux éleveurs qui participent de leur temps ainsi qu aux agents en charge des suivis. Merci à toutes et tous pour cette collaboration fructueuse. Coordination : Loïc MADELINE - Institut de l - (Normandie-Bretagne) Jérôme PAVIE - Institut de l - (Nord-Pas-de-Calais, Picardie) Appui technique et suivis des structures : Normandie (3 exploitations) Frédéric BUSNEL - CA6 - Stéphane DEMINGUET - CCBN - Pascal FERRE - CA4 - Clarisse LEMIERE - CA6- Laurence SCHMIT - CA50 - Nord-Pas-de-Calais /Picardie (8 exploitations) Isabelle ASHLAE - CA80 - Elisabeth CASTELLAN - CA6 - Dominique REMY - CA60 - Emmanuel RENARD - CA0 - Bretagne (4 exploitations): Julie AUDREN - CA56 - Sébastien CLOZEL - CA56 - Avec la participation des conseils de chevaux des régions Normandie, Bretagne, Nord- Pas-de-Calais et Picardie. Document édité par l Institut de l Elevage Novembre 04 Référence Idele : Crédit photos : Institut de l Mise en page : Florence Benoit

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

Création et conduite d un centre équestre

Création et conduite d un centre équestre RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse- Normandie Pays de la Loire Haute- Normandie FICHE Technico-économique Picardie Création et conduite d un centre équestre CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Témoignages. n 3. Organiser le travail : la clef de réussite des centres équestres

Témoignages. n 3. Organiser le travail : la clef de réussite des centres équestres Haute- Normandie Basse- se Normandie Témoignages n 3 Organiser le travail : la clef de réussite des centres équestres Les centres équestres sont des structures équines très particulières. Plus que des

Plus en détail

Référentiel Diversification 2007

Référentiel Diversification 2007 Référentiel Diversification 2007 E L E V A G E D E CHAMBRES D'AGRICULTURE C H E V A U X D E T R A I T LORRAINE A R D E N N A I S CONDITION DE RÉUSSITE DU PROJET DONNÉES GÉNÉRALES Temps de travail Investissement

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Stéphane Deminguet. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine

Stéphane Deminguet. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 5 ème journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 24 janvier 2012 Création d un centre équestre en zone périurbaine,

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Références systèmes INOSYS Bovins viande des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire Cas-types limousins INOSYS Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Chambres d'agriculture - EDE -

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014 Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 214 L élevage : premières tendances 214 Course : baisse des juments saillies en galop, contrairement au trot Selle et poneys : la baisse des juments et ponettes saillies

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE.

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE. 2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE Numéro SIRET Déclare que la comptabilité de : IDENTIFICATION DU DECLARANT

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières > ÉDITION avril 2015 Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières Résultats 2013 LES ÉTUDES DE Présentation de l'étude 4 Objectifs de l'étude Méthode Échantillon Echantillon

Plus en détail

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes 1 La filière de l élevage du cheval de trait dans son contexte français et européen. Evolution et attentes Septembre 2011 I. Contexte et structuration de la filière du cheval de trait en France a. Quelques

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Diagnostic de la filière équine dans le Parc du Livradois-Forez Juillet 2013

Diagnostic de la filière équine dans le Parc du Livradois-Forez Juillet 2013 Diagnostic de la filière équine dans le Parc du Livradois-Forez Juillet 201 La filière équine en Livradois forez est visible mais elle cache une grande diversité de réalités et des dynamiques très divergentes.

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE DES RÉFÉRENCES POUR LE CONSEIL NORD-PAS-DE-CALAIS, PICARDIE ET NORMANDIE

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014

Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 2014 Conjoncture Filière cheval N 16 Septembre 214 L élevage Galop : des saillies en baisse à mi-année 214 Trot : hausse marquée de la production à mi-année 214 Selle : nouvelle baisse du nombre de juments

Plus en détail

ELEVAGE DE CHEVAUX. Importance d une approche marketing

ELEVAGE DE CHEVAUX. Importance d une approche marketing ELEVAGE DE CHEVAUX Importance d une approche marketing I - DE QUOI PARLE-T-ON? Il existe 5 orientations principales dans la production de chevaux : courses (plat, trot attelé ou monté, obstacles ), sports

Plus en détail

Mode de calcul des critères GTE-TB

Mode de calcul des critères GTE-TB Septembre 2009 Mode de calcul des critères GTE-TB Version 1.1 Principales modifications version 1.1 / 1.0 Modification du calcul du montant des charges diverses Saisie distincte des charges Porc / FAF

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

Fiche N 4 Cheval de compétition amateur hébergé en pension box

Fiche N 4 Cheval de compétition amateur hébergé en pension box Fiche N 4 Cheval de compétition amateur hébergé en pension box Combien coûte l entretien d un cheval par an et quels sont les investissements initiaux nécessaires? Que représentent ces coûts comparés au

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 17 Novembre 2014

Conjoncture Filière cheval N 17 Novembre 2014 Conjoncture Filière cheval N 17 Novembre 214 L élevage Galop : reprise de la production en 214 Trot : légère baisse de la production en 214, comme en 213 Selle : après trois années de baisse sévère, le

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 Nous allons vous présenter notre voyage filière qui a été réalisé à la fin de notre bac professionnel conduite et gestion d'une exploitation agricole. Nous avons souhaité

Plus en détail

Journée des partenaires de la filière laitière

Journée des partenaires de la filière laitière Journée des partenaires de la filière laitière Grands troupeaux : comment accompagner les éleveurs? Réseau bovins lait Poitou-Charentes 23 Juin 2015 Programme Grands troupeaux : état des lieux en Poitou-Charentes

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Modèle document national Version du 17/03/2015 PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Cadre réservé à l'administration Date de dépôt du dossier : / / 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT Identification Nom / Prénom : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

METHODES ECONOMIQUE TRANSVERSALE EXPLORATOIRE EN CIRCUITS COURTS ET APPROCHE DE SIX FAMILLES DE PRODUITS. C entre et de R essources

METHODES ECONOMIQUE TRANSVERSALE EXPLORATOIRE EN CIRCUITS COURTS ET APPROCHE DE SIX FAMILLES DE PRODUITS. C entre et de R essources METHODES ET APPROCHE ECONOMIQUE TRANSVERSALE EXPLORATOIRE DE SIX FAMILLES DE PRODUITS EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique,

Plus en détail

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil

Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil 2013 Observatoire économique Entreprises conchylicoles du réseau Nautil NORMANDIE BRETAGNE SUD PAYS DE LOIRE - VENDÉE CHARENTE MARITIME GIRONDE Lexique Annuités Remboursement annuel des emprunts (capital

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

BORDEREAU D ENVOI AU C.G.A.

BORDEREAU D ENVOI AU C.G.A. B.P. 40098 Lieu dit «Boutolle» 47003 AGEN CEDEX Tél 05 53 98 65 00 Fax 05 53 98 65 01 E-mail contact@cerfrance.cgar47.fr Centre de Gestion Agréé Décision d agrément n 20/8 du 28/02/2008 N d agrément 3/01/470

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Un projet soutenu par : Avec la participation de : Quelques

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES étudiées par Interfimo Edition de janvier 2015 disponible sur www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin Nom - Prénom (ou Nom de la société) : Adresse permanente : Téléphone : Email : Date de naissance: Statut juridique : s exploitation individuelle s GAEC s EARL s Autre (à préciser) Nom et Prénom du Chef

Plus en détail

Renseignements complémentaires Dossier CGA 2013 Concerne l exercice 2012

Renseignements complémentaires Dossier CGA 2013 Concerne l exercice 2012 OG 00 Renseignements complémentaires Dossier CGA 2013 Concerne l exercice 2012 Nom de l adhérent :. N d adhérent :. Exercice du../../... au../../..... Documents à fournir obligatoirement : Déclaration

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010 >> les exploitants Année 2011 - N 6 - novembre 2012 Les exploitants ORNE - données 2011 5 914 exploitants recensés, -96 en un an Les chefs d'exploitation à titre exclusif, principal ou secondaire sont

Plus en détail

Nouveau portrait de l agriculture québécoise?

Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Colloque Établissement et retrait de l agriculture Comment s établir autrement Jean Philippe Perrier Traget Laval Université laval Drummondville 8 mai 2013

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 ORIENTATIONS pour l'agriculture un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 Juillet 2011 Agriculture et Agroalimentaire, un patrimoine essentiel à l'économie normande Pour de nombreuses productions,

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

Appel à concurrence dans le cadre d une procédure adaptée N 65. Fourniture d azote liquide et de matériels de transport et de stockage d azote liquide

Appel à concurrence dans le cadre d une procédure adaptée N 65. Fourniture d azote liquide et de matériels de transport et de stockage d azote liquide Appel à concurrence dans le cadre d une procédure N 65 Fourniture d azote et de matériels de transport et de stockage d azote Année 2010 N 65 Page : 2/12 S O M M A I R E 1. L objet de l appel à concurrence...

Plus en détail

Les réformes de la PAC

Les réformes de la PAC www.supagro.fr Les réformes de la PAC Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques La PAC d aujourd hui (2006 2014) En 2014, comment sont attribuées

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail