Les systèmes équins du Grand Ouest

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les systèmes équins du Grand Ouest"

Transcription

1 Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0

2 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE ET RÉPARTITION DANS L OUEST... 4 TYPOLOGIE NATIONALE... 4 ENTREPRISES SUIVIES DANS LE GRAND-OUEST... 4 LES SYSTÈMES DE LA ZONE GRAND OUEST... 5 CARACTÉRISTIQUES DES STRUCTURES... 6 REPRODUCTION... 8 COMMERCIALISATION DES CHEVAUX DE SELLE... 0 COMMERCIALISATION DES PONEYS... PRODUITS D EXPLOITATION... CHARGES OPÉRATIONNELLES... 4 CHARGES DE STRUCTURE... 6 CRITÈRES ÉCONOMIQUES ET RÉSULTATS... 8 LEXIQUE UGB : Unité gros bétail, correspond à une consommation de fourrages grossiers à kg de matière sèche par an ( cheval adulte de club = 0,65 UGB) DPU : Droit à paiement unique Ha : Hectare TMS : Tonne de matière sèche, taux de matière sèche pris pour la paille et le foin 85% EBE* : Excédent brut d exploitation PB : Produit brut MB : Marge brute Emprunt LMT : Emprunts long et moyen terme SMIC : Salaire minimum interprofessionnel de croissance. Valeur nette au 05//03 : 876 /an SAU : Surface agricole utile UMO : Unité de main-d œuvre SFP : Surface fourragère principale Nb Eq : Nombre d s PAC : Politique Agricole Commune FFI : Frais financiers VA : Valeur ajoutée. VA = EBE + charges sociales exploitant + charges et salaires * L EBE correspond à la différence entre le total des produits et celui des charges opérationnelles et de structure (hors amortissements et frais financiers). Cette somme doit permettre à l éleveur de vivre, de rembourser ses annuités et d autofinancer une partie de ses investissements.

3 PRÉSENTATION LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN Né en 008, le dispositif RÉFÉrences (Réseau Économique de la Filière Équine) compte quatre membres associés (Institut de l, IFCE-Haras Nationaux, Fédération des Conseils des Chevaux et Chambres d agriculture) dans la production de références pour l amélioration des connaissances et l optimisation technique et économique des systèmes s. CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE En 0, les ventes de chevaux ont globalement été délicates et moins nombreuses. Les transactions de forte valeur ont diminué. Le contexte économique global a des répercussions sur le monde du cheval et particulièrement sur l élevage qui accuse une diminution de 5% des éleveurs en Normandie (source : CCBN, 04), de 0% en Bretagne (source : CA56, 04) et de 7% en Picardie (source : CA60, CA0, 04). Le nombre de juments mises à la reproduction est en recul en raison des difficultés de commercialisation des produits. Les activités équestres sont moins fortement touchées mais le nombre de licenciés progresse peu. Le changement de réglementation (taux de TVA) et la réforme des rythmes scolaires pourraient produire des effets négatifs. Le prix de l énergie et des matières premières reste élevé et pèse sur les charges opérationnelles (intrants) des structures. L année fourragère 0 est correcte globalement. Les conditions climatiques ont favorisé la récolte de fourrage (foin) de bonne qualité mais en quantité parfois limitée. RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 3

4 TYPOLOGIE NATIONALE ET RÉPARTITION DANS L OUEST TYPOLOGIE NATIONALE Depuis 0, une typologie nationale permet de distinguer les exploitations en les répartissant dans des classes en fonction du poids économique de l activité équestre dans le chiffre d affaires global de l exploitation. Les systèmes spécialisés réalisent plus de 80% du chiffre d affaires global de la structure avec les s. Les systèmes diversifiés réalisent moins de 80% du chiffre d affaires global de la structure avec les s. ENTREPRISES SUIVIES DANS LE GRAND-OUEST RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 4

5 LES SYSTÈMES DE LA ZONE GRAND OUEST Nombre d'exploitations Main-d'œuvre totale (en UMO) Surface Agricole Utile (ha) Total UGB présents (prop. - mises pens. + prises pens.) Nombre d'ugb présents de l'atelier EQ soit en % UGB EQ/UGB totaux Nb UGB vaches laitières Nb UGB vaches allaitantes selle/poney petite Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV intermédiaire grande 3 Pension BL + élevage BV + élevage Total,94,95 3,8 4,35 3,6 3,35,70 3,3 55,0 4,33 4,4,30 30,58 6,9 58,50 39,83 55,0 4,00 6,35 34,7 36,49 58,8 83,5 50,4 64,58 4,00 6,35 64,5 5,04 74,0 34,0 36,65 00% 00% 00% 00% 00% 47% 4% 73 % 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 66,60 0,00 4,4 3,78 0,00 0,00 0,00 0,43 0,00 9,40 3,0 CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (CA>00k ) En 0, 64 exploitations ont fait l objet d un suivi dans le cadre du réseau. 59 structures ont pu être valorisées complètement et 5 partiellement en raison de conditions particulières (manque de données, arrêt activité, changements ). RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 5

6 CARACTÉRISTIQUES DES STRUCTURES selle / poney petite Établissements équestres BL BV CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élev. éq. BV + élev. éq. Nombre d'exploitations Main-d'œuvre totale,6,33,66 4,3,6,95,60 Main-d'œuvre exploitant,00,00,0,36,,40,60 Main-d'œuvre salariée,6 0,33,36,68,4 0,55 0,00 Main-d'œuvre saisonnière 0,00 0,00 0,0 0,7 0,00 0,00 0,00 Surface Agricole Utile (ha) Surface fourragère principale (ha) SFP en herbe (ha) SFP cultures fourragères (ha) Grandes cultures (ha) Total UGB présents (prop. - mises pens. + prises pens.) Nombre d'ugb présents de l'atelier EQ soit en % UGB EQ/UGB totaux 00% 00% 00% 00% 00% 47% 4% Total UGB exploitation en propriété UGB en propriété de l'atelier EQ Effectif moyen présent (nb têtes) total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) chevaux en retraite total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) chevaux en repro total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) chevaux au travail total équidés Effectif moyen présent (nb têtes) de poulains-ânons total équidés Ef. pris en pension sur l'ef. présent (% Têtes) total équidés Ef. mis en pension sur l'ef. en propriété (% Têtes) total équidés Nb UGB vaches laitières Nb UGB vaches allaitantes Chargement corrigé UGB/ha 3 Fourrages récoltés Quantité récoltée en maïs ensilage (TMS) Quantité récoltée ensilage d'herbe (TMS) Quantité récoltée enrubannage (TMS) Quantité récoltée en foin (TMS) Quantité fourrage Atelier EQ (TMS) Quantité de fourrage utilisée atelier EQ t.ms/ugb CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (CA>00k ),6,,4,6,6 0,8 0,7 Dans l échantillon, les structures es valorisent des surfaces agricoles (SAU) comprises entre 4 et 55 ha en moyenne pour les systèmes spécialisés s. Lorsque la production e est associée à un atelier bovin (lait ou viande), la SAU est plus importante. Le besoin de main-d œuvre est caractéristique de ces entreprises qui ont recours à l embauche de salariés (et/ou apprentis) et mobilisent la main-d œuvre non salariée (famille, ). Le chargement mesure (en UGB/ ha SFP) la densité animale présente sur l exploitation au regard de la surface fourragère disponible. Il varie de 0.79 à plus de dans les Centres Équestres. RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 6

7 Effectif moyen présent Moyen de production Main-d œuvre RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 7

8 REPRODUCTION Chevaux de selle Libellé synthèse selle / poney petite CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élev. éq. BV + élev. éq. Nombre d'exploitations Total UGB présents (propriété - mises en pension + prises en pension) 498,9 96,0 63,5 466,9 50,8 79,4 47,6 Total UGB présents de l'atelier EQ 45,6 96,0 63,5 466,9 500,4 78,6 6,9 SELLE Nb femelles non mises à la repro 3,0,0 4,0,0 7,0 30,0,0 Nb femelles mises à la repro 90,0,0,0,0 49,0 5,0 7,0 soit en % 96,8% 9,7% 0,0% 85,7% 87,5% 63,0% 94,4% Nombre de poulinages 64,0 8,0 0,0 4,0 40,0 4,0 Nombre d'avortements 0,0,0,0,0,0 0,0 Nombre poulains nés 63,0 8,0 0,0 40,0 39,0 3,0 Nombre poulains sevrés 6,0 8,0 9,0 38,0 38,0,0 Taux de gestation 7,% 7,7% 83,3% 83,7% 78,4% 8,4% Taux de mortalité % 0% 0% % 3% 7% Taux de Productivité numérique 68,9% 7,7% 75,0% 77,6% 74,5% 70,6% % monte naturelle en liberté 0% 9% 0% 0% 0% 0% % monte naturelle en main 3% 0% 30% 0% 5% 6% % d'ia en frais 37% 0% 0% 3% 5% 53% % d'ia réfrigérées transportées 5% 9% 0% 7% 0% 0% % d'ia congelées 56% 0% 50% 4% 40% 4% Mode de reproduction en selle Reproductrices en selle RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 8

9 Poneys Libellé synthèse selle / poney petite CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élev. éq. BV + élev. éq. Nombre d'exploitations Total UGB présents (propriété - mises en pension + prises en pension) 498,9 96,0 63,5 466,9 50,8 79,4 47,6 Total UGB présents de l'atelier EQ 45,6 96,0 63,5 466,9 500,4 78,6 6,9 PONEYS Nb de femelles non mises à la repro 5,0,0 0,0 0,0,0 Nombre femelles mises à la repro 3,0 6,0 4,0 3,0 0,0 soit en % 86,% 75,0% 00,0% 00,0% 90,9% Nombre de poulinages 5,0 6,0 4,0 3,0 9,0 Nombre d'avortements,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Nombre poulains nés 5,0 6,0 4,0 3,0 9,0 Nombre poulains sevrés 5,0 6,0 4,0 3,0 8,0 Taux de gestation 80,6% 00,0% 00,0% 00,0% 90,0% Taux de mortalité 0% 0% Taux de Productivité numérique 80,6% 80,0% % monte naturelle en liberté 3% 90% % monte naturelle en main 6% 0% % d'ia en frais 53% 0% % d'ia réfrigérées transportées 6% 0% % d'ia congelées % 0% Modes de reproduction en poneys Résultats en reproduction RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 9

10 COMMERCIALISATION DES CHEVAUX DE SELLE Effectif Prix moyen Détail des ventes de chevaux de selle Prix médian Mini Maxi Total des ventes Répartition des ventes de chevaux de selle à à à à Poulains - an % % 7% 9% 0% 7% Poulains ans % 0% 75% 0% 0% 0% Poulains 3 ans (débourrés) Poulains 3 ans (débourréstravaillés) Chevaux 4 ans (travaillés + comp) Chevaux 5 ans (travaillés + comp) Chevaux 6 ans (travaillés + comp) Chevaux 7 ans (travaillés + comp) 0 à % 8% 7% 7% % 0% % 3% 5% 34% 6% 0% % 34% % 8% % 0% % 40% 5% 0% 5% 5% % 0% 4% 5% % 4% % 30% 9% 3% 30% 8% Jument repro % 7% 0% 0% 0% 9% Chevaux de loisir Réformes et animaux déclassés % 30% 0% 0% 0% 0% % 0% 0% 0% 0% 0% Tous chevaux Plus de 0000 La commercialisation des chevaux de 3 et 4 ans connaît toujours de réelles difficultés à la vente en affichant pour l année 0 un prix moyen maximum de 7 4 pour cette catégorie. La catégorie des foals affiche un prix moyen de vente proche de pour 4 ventes. Ce segment de marché offre peu de débouchés actuellement et reste le plus souvent réservé à des produits de haute valeur génétique. La vente des chevaux d âges (5, 6 et 7 ans) reste inférieure à 000 en moyenne et sans doute en dessous du coût de production réel. À titre de comparaison, le bilan des ventes NASH affiche un pourcentage de chevaux vendus à la hausse, soit 68% (93 chevaux présentés) en 0 contre 59% en 0, pour un prix moyen qui s élève à 00 légèrement inférieur à 0. Le retour constaté d investisseurs étrangers, Belges et Suisses, a permis d afficher un «top price» à Répartition des ventes de chevaux (en %) et prix moyens (en ) RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 0

11 COMMERCIALISATION DES PONEYS Effectif Détail des ventes de chevaux de selle Prix moyen Prix médian Mini Maxi Total des ventes 0 à 500 Répartition des ventes de chevaux de selle 50 à à à à 0000 Poulains - ans % 0% 0% 0% 0% 0% Poneys 3 ans (débourrés) % 3% 7% 0% 0% 0% Poneys 4-5 ans % 50% 0% 0% 0% 0% Poneys + 6 ans % 3% 3% 0% 3% 3% Réformes et animaux déclassés % 0% 0% 0% 0% 0% Tous chevaux Plus de 0000 Globalement, les poneys se vendent nettement moins chers que les chevaux de selle, quelle que soit la catégorie d âge. Sur l ensemble de 6 transactions, le prix moyen atteint 83 grâce à vente au-delà de 0 000, alors que la médiane est de 35. En 0, les poneys de 3 ans débourrés trouvent plus facilement preneur (3 03 en moyenne) que les poneys valorisés à 6 ans et plus ( 6 en moyenne). Répartition des ventes de poneys (en %) et prix moyens (en ) RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page

12 PRODUITS D EXPLOITATION selle / poney petite Spécialisés ÉQUINS Diversifiés BOVINS Établissements équestres Lait Viande CE intermédiaire grande 3 Pension BL + EQ Nombre d'exploitations Main-d œuvre exploitant,00,00,0,33,,5,75 Main-d'œuvre totale 3,3,95 3,8 4,6 3,6 3,38,88 Produit total ( ) Produit de l'atelier Équins soit en % du produit total 9% 00% 97% 97% 97% 5% 38% en /UMO exploitant en /UMO total dont ventes ou produits dont aides es dont achats d'animaux extérieur dont variations d'inventaires Produit de l'atelier Bovins lait ,00 soit en % du produit total 0% 0% 0% 0% 0% 54% 0% Produit de l'atelier Bovin Viande soit en % du produit total % 0% 0% 0% 0% 4% 4% Total produits des herbivores soit en % du produit total 9% 00% 97% 97% 97% 83% 79% Produit de la SFP soit en % du produit total % 0% 0% 0% 0% % % Produit des Grandes cultures soit en % du produit total % 0% 0% % 0% 6% 7% Produits non affectables (DPU) soit en % du produit total 6% 0% % % % 9% % Détail des ventes atelier ( ) Produit Produit Enseignement Produit Étalonnage Produit Pension Produit Tourisme équestre Gains, primes Produit Divers Excédent Brut d'exploitation % EBE /PB 6% 8% 3% 4% 7% 7% 4% EBE /UMO (MO familiale) CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (00k <CA) BV + EQ RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page

13 Les exploitations es tirent leur revenu d activités variées. La pension est présente dans tous les systèmes même chez les éleveurs diversifiés. Quelle que soit leur taille, tous les centres équestres pratiquent une activité de tourisme équestre qui représente 6 à 0% du chiffre d affaires. Les centres équestres de petite pratiquent l élevage, ce qui est moins le cas dans les centres équestres de plus grande qui se concentrent sur les activités d enseignement et de pension. Cependant, le niveau EBE/produit est globalement insuffisant et peine à atteindre les 30%. Chez les éleveurs spécialisés le niveau de rentabilité chute à 6%, une baisse liée à l augmentation des charges. Produit d exploitation Répartition du produit RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 3

14 CHARGES OPÉRATIONNELLES Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV CE petite grande BL + selle / intermédiaire dimen- EQ Pension poney sion 3 Nombre d'exploitations Surface Agricole Utile (ha) BV + EQ Produit total ( ) Total UGB présents 55, 4 6,3 34,7 36,5 58, 83,5 Total des charges opérationnelles soit en /ha SAU soit en % du produit total 45,9% 3,5% 5,7% 5,% 30,% 47,0% 45,9% dont animales Total charges opérationnelles es ( ) soit en /UGB Aliments concentrés dont concentrés prélevés dont concentrés achetés dont CMV Fourrages achetés Frais d'élevage dont contrôle performance dont frais de reproduction Identification et GDS dont frais divers d'élevage Frais vétérinaires Achats de litière Mise en pension Parage et maréchalerie Location d'animaux Frais divers (assurances, taxes, hébergement) Commercialisation SFP en herbe (ha) Total charges opé. Surface en herbe soit en /ha SFP herbe Total des charges opérationnelles végétales CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (CA>00k ) soit en /ha SAU RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 4

15 En dessous de 30% du produit total dans les établissements équestres les charges opérationnelles sont principalement liées à l alimentation des chevaux (fourrages et concentrés achetés). Dans les autres systèmes, ces mêmes charges pèsent plus lourd dans le produit d exploitation (+45%) en lien également avec l alimentation mais aussi les frais vétérinaires, l achat de litière ou encore la mise en pension. s spécialisés, systèmes pension et centres équestres de grande approchent 000 /UGB en charges opérationnelles alors qu en systèmes diversifiés, elles se maintiennent en dessous de 000 /UGB. Importance des charges opérationnelles es Répartition des charges opérationnelles es RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 5

16 CHARGES DE STRUCTURE selle / poney petite Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV CE intermédiaire grande 3 Pension BL + élevage BV + élevage Nombre d'exploitations Surface Agricole Utile (ha) 60,0 4,3 4, 35,6 3 0,8 63,4 Total UGB présents (prop. - mises pens. + prises pens.) Total des charges de structure ( ) en % de produit total 56,5% 0 en /UGB présent en /ha de SAU Mécanisation ( ) Carburants et lubrifiants Entretien du matériel Achat petit matériel Travaux par tiers (entreprise+cuma) Amortissement matériel Crédit-bail Bâtiments et foncier ( ) Impôts fonciers Fermage et MAD Entretien du foncier Location précaire Location de bâtiments et MAD Entretien des bâtiments Amortissement améliorations foncières Amortissement bâtiment Amortissement installation Main-d'œuvre ( ) Mutualité Sociale Agricole Salaires + charges Charges financières ( ) Frais financiers des emprunts LMT Frais financiers CT + agios Charges diverses ( ) Eau Électricité Gaz Frais de gestion Fournitures et frais divers Assurances Impôts et taxes Transports et déplacements Total charges structure hors amo. et FF en % de produit total 46% 48% 5% 5% 43% 8% 40% Produit total ( ) CE de petite (CA<00k ) CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3 CE de grande (00k <CA) RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 6

17 Dans l ensemble, les charges de structure hors amortissements et frais financiers représentent une part importante du produit brut, de 8 à 5%, avec une fois encore une grande disparité. Le poids des charges structurelles est, comme l an passé, plus conséquent dans les élevages spécialisés et les écoles d équitation de grandes s. Bâtiments, charges sociales et frais de mécanisation (déplacements et transport des animaux) sont les postes les plus importants. La main-d œuvre mobilisée par l atelier est globalement importante et pèse sur les charges de structures dans les systèmes observés. Rapportées aux effectifs présents, les charges de structures sont plus importantes au sein des structures spécialisées de 47 à /UGB contre 604 à 876 /UGB pour le groupe des diversifiés (Bovins lait et viande). Les activités de pension (chevaux aux boxes parfois travaillés) et d étalonnage expliquent ce besoin de maind œuvre plus important. Notons que parmi les spécialisés, les centres équestres de s intermédiaires ont néanmoins un niveau de charges de structure élevé. Importance des charges de structure Répartition des charges de structure RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 7

18 CRITÈRES ÉCONOMIQUES ET RÉSULTATS Chevaux selle et poney petite Spécialisés Diversifiés Établissements équestres BL BV CE intermédiaire grande 3 Pension Nombre d'exploitations SAU Main-d'œuvre totale 3,3,95 3,8 4,6 3,6 3,38,88 dont MO exploitant,04,00,,4,,5,88 Total UGB présents 4 59,3 4,0 6,3 38,9 36,5 55, 95,3 Produit total exploitation Produit de l'atelier Équins soit en % du produit total 9% 00% 97% 9% 97% 5% 9% Produit total en /UMO exploitant Produit total en /UMO total Charges opérationnelles soit en /ha SAU Charges opérationnelles es soit en /UGB Total des charges de structure ( ) en % de produit total 53% 68% 67% 65% 57% 45% 53% en /UGB présent en /ha de SAU Valeur ajoutée exploitation Excédent Brut d'exploitation EBE en % du PB 5% 8% 3% 4% 7% 8% 4% EBE /UMO exploitant EBE / UGB total présent Charges financières Frais financiers des emprunts LMT Frais financiers CT + agios Annuité des emprunts LMT Annuités en % du PB 0,4% 0,3% 3,5%,% 9,5% 0,5% 0,3% Amortissements Amortissement matériel Amortissement bâtiment et installation Autres amortissements Résultat courant en / UMO exploitant Revenu disponible en / UMO exploitant en nb de SMIC 6 net / UMO exploitant : CE de petite (CA<00k ) : CE intermédiaire (00k <CA<00k ) 3: CE de grande (00k <CA) 4: propriété - mises en pension + prises en pension 5: pour autofinancement et prélèvements privés 6: valeur du SMIC net (janv. 04): 30 net/mois -,0,0 0,9,8,,8 0, RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 8

19 D une façon générale, l efficacité économique, mesurée par le taux d EBE/produit brut, reste en dessous de 30% et descend à 5% dans les élevages spécialisés. Les centres équestres de petites s parviennent, avec un faible produit généré, à dégager un revenu disponible proche du SMIC. En comparaison, les centres équestres intermédiaires réalisent deux fois plus de produits pour un revenu disponible moyen légèrement inférieur. Centres équestres de grande et systèmes pension affichent de bons résultats, notamment avec un revenu disponible proche de SMIC par UMO exploitant. Dans les exploitations diversifiées, la situation est plus contrastée, meilleure en bovins lait-chevaux qu en bovins viande-chevaux. La situation moyenne de l élevage reste très délicate et malgré le fort produit généré, la rentabilité est très souvent insuffisante. Ces résultats cachent cependant une grande diversité de situations à l intérieur de chaque système décrit. Ainsi, même dans la situation globalement difficile de l élevage, certains s en sortent nettement mieux que le résultat moyen affiché du groupe. Efficacité économique Revenu disponible RÉFÉrences Institut de l / IFCE Les systèmes s du Grand Ouest Page 9

20 Ce document synthétise les résultats techniques et économiques de structures es suivies dans le cadre du Réseau Équin de la Zone Grand-Ouest (Nord-Pas-de-Calais/Picardie, Normandie, Bretagne). Le travail, soutenu par le Fonds ÉPERON, est issu d un partenariat entre les Chambres d Agriculture, les Conseils de Chevaux, l IFCE (Haras Nationaux) et l Institut de l. Les exploitations ont été regroupées selon 6 classes typologiques (type d activité, niveau de spécialisation) et analysées à l aide d indicateurs de performance technique et économique. Ce travail est rendu possible grâce aux éleveurs qui participent de leur temps ainsi qu aux agents en charge des suivis. Merci à toutes et tous pour cette collaboration fructueuse. Coordination : Loïc MADELINE - Institut de l - (Normandie-Bretagne) Jérôme PAVIE - Institut de l - (Nord-Pas-de-Calais, Picardie) Appui technique et suivis des structures : Normandie (3 exploitations) Frédéric BUSNEL - CA6 - Stéphane DEMINGUET - CCBN - Pascal FERRE - CA4 - Clarisse LEMIERE - CA6- Laurence SCHMIT - CA50 - Nord-Pas-de-Calais /Picardie (8 exploitations) Isabelle ASHLAE - CA80 - Elisabeth CASTELLAN - CA6 - Dominique REMY - CA60 - Emmanuel RENARD - CA0 - Bretagne (4 exploitations): Julie AUDREN - CA56 - Sébastien CLOZEL - CA56 - Avec la participation des conseils de chevaux des régions Normandie, Bretagne, Nord- Pas-de-Calais et Picardie. Document édité par l Institut de l Elevage Novembre 04 Référence Idele : Crédit photos : Institut de l Mise en page : Florence Benoit

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Pension travail et valorisation de chevaux de sport

Pension travail et valorisation de chevaux de sport RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Pension travail et valorisation de chevaux de sport Zone de description FICHE PENSION N 1 CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Parmi les nombreux systèmes de

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT Méthode nationale développée par l Institut de l Élevage dans le cadre du dispositif

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST

LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST LES COÛTS DE PRODUCTION EN ELEVAGE OVIN ALLAITANT DANS LE SUD-OUEST Référentiel 2009-2010 des coûts de production des élevages ovin allaitants des Réseaux d Élevage en Aquitaine et Midi-Pyrénées La flambée

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION EN ÉLEVAGE OVIN VIANDE Méthode nationale développée par l Institut de l Elevage dans le cadre des Réseaux

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points.

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points. EPREUVE N 2 EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. RAPPEL : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Analyse du coût de production du lait biologique

Analyse du coût de production du lait biologique Analyse du coût de production du lait biologique Evolutions 2007 2009 Jérôme Pavie Institut de l Elevage Analyse des coûts de production en lait biologique Méthode Institut de l Elevage Réseaux d Elevage

Plus en détail

élevage bovins viande

élevage bovins viande COLLECTION THÉMA RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE Approche coût prod élev BVV DEF 2010_Mise en page 1 28/09/2010 14:03 Page 1 calculer le coût de production en élevage bovins viande

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

U n e d i v e r s i f i c a t i o n e n p r e s t a t i o n d e s e r v i c e s

U n e d i v e r s i f i c a t i o n e n p r e s t a t i o n d e s e r v i c e s CHAMBRES D'AGRICULTURE LORRAINE Référentiel Diversification 2007 P E N S I O N D ' É Q U I D É S U n e d i v e r s i f i c a t i o n e n p r e s t a t i o n d e s e r v i c e s CONDITION DE RÉUSSITE DU

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Evaluer ses possibilités d investissements Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Ne pas partir à l aveuglette Avoir une connaissance précise de la situation de départ. Choisir le type de financement.

Plus en détail

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable Élevage laitier Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ Misez sur l efficacité durable CONSEILS & RÉFÉRENCES Élevages L aitiers Sommaire PRÉSENTATION SYNERGIE DES EXPERTISES Pour un conseil global EBE

Plus en détail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail

Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine Caractéristiques des modes d hébergements équins, conséquences sur les conditions de travail L. Madeline (1), R. Palazon (2), M. Fourot

Plus en détail

Données économiques Coûts de production du lait 9.6.1

Données économiques Coûts de production du lait 9.6.1 Données économiques Coûts de production du lait 9.6.1 L intérêt de l analyse économique Le contexte politico-économique dans lequel évolue une exploitation agricole est en constante mutation. Afin de pouvoir

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées Définition des variables présentées Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. Actif circulant

Plus en détail

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures

En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures 2005-2006 701.2 En Ségala tarnais, un système Veaux d Aveyron diversifié grandes cultures Midi-Pyrénées 58 vaches Limousines 70 UGB 75 ha de SAU 2 UMO 1,3 UGB/ha SFP Ventes 8 vaches finies 16 veaux d Aveyron

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers EXPLOITATIONS CLASSES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 37.50 50.80

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION REFERENCES CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA4 CAPRIN FROMAGER HORS SOL 2 UMO,.5 ha, 35 chèvres, 28 l de lait, gamme diversifiée, circuits courts

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

Création d un atelier ovin

Création d un atelier ovin RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA Création d un atelier ovin Une réelle opportunité offerte aux exploitations Grâce à sa souplesse pour agneler à différentes périodes

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2 CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE - (PLPA) SESSION 2005 Concours : EXTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et

Plus en détail

Références systèmes Bovins Lait des réseaux d'élevage d'auvergne et Lozère

Références systèmes Bovins Lait des réseaux d'élevage d'auvergne et Lozère Chambres d'agriculture 15-43-48-63 Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins Lait des réseaux d'élevage d'auvergne et Lozère Cas-types laitiers Actualisation 2011 édition: 9 mai 2012 Version Cantal

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013. Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Infos éleveurs. Les aides équines en Picardie. Picardie. Lesquelles, pour qui, comment?

Infos éleveurs. Les aides équines en Picardie. Picardie. Lesquelles, pour qui, comment? Picardie Infos éleveurs Les aides équines en Picardie Lesquelles, pour qui, comment? Les productions équines, sont considérées comme des productions agricoles depuis 2005. A ce titre, les éleveurs d équidés

Plus en détail

Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix?

Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix? jmseronie@50.cerfrance.fr Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix? Jean-Marie Séronie Responsable Veille Economique du réseau CER FRANCE Directeur Général

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées 72 Chiffre d affaires Somme des produits sur ventes, travaux à façon, activités annexes, produits résiduels, pensions d animaux, terres louées prêtes à semer, agritourisme, autres locations. Classe de

Plus en détail

8è journée du réseau REFErences 23 avril 2015. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine

8è journée du réseau REFErences 23 avril 2015. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 8 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 23 avril 2015 Vivre d une activité équine: c est possible! Synthèse

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Création et conduite d un centre équestre

Création et conduite d un centre équestre RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse- Normandie Pays de la Loire Haute- Normandie FICHE Technico-économique Picardie Création et conduite d un centre équestre CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

REFERENTIEL BOVIN VIANDE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL BOVIN VIANDE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL BOVIN VIANDE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2012 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION REFERENTIEL BOVIN LAIT ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a

Plus en détail

Stéphane Deminguet. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine

Stéphane Deminguet. Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 5 ème journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 24 janvier 2012 Création d un centre équestre en zone périurbaine,

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

La filière équine en Alsace

La filière équine en Alsace Conseil des Chevaux d Alsace La filière équine en Alsace Edition 2015 Résultats détaillés 2013-2014 Observatoire Économique Régional Études complémentaires CARA / AFCA Mot du président «L AFCA œuvre depuis

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

(2013) DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

(2013) DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE (2013) DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Il est préconisé que ce tableau soit transmis chaque année. Je soussigné(e), Identification du professionnel de la comptabilité Dénomination

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 6 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 05 février 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts

Plus en détail

Référentiel Diversification 2007

Référentiel Diversification 2007 Référentiel Diversification 2007 E L E V A G E D E CHAMBRES D'AGRICULTURE C H E V A U X D E T R A I T LORRAINE A R D E N N A I S CONDITION DE RÉUSSITE DU PROJET DONNÉES GÉNÉRALES Temps de travail Investissement

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Les actions du Conseil du Cheval d Auvergne

Les actions du Conseil du Cheval d Auvergne Résultats technico-économiques de la filière équine en Auvergne 1 ère journée du Réseau Équin Régional - 19 mai 2011 Les actions du Conseil du Cheval d Auvergne Robert Maury Sommaire Actions régionales:

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

Témoignages. n 3. Organiser le travail : la clef de réussite des centres équestres

Témoignages. n 3. Organiser le travail : la clef de réussite des centres équestres Haute- Normandie Basse- se Normandie Témoignages n 3 Organiser le travail : la clef de réussite des centres équestres Les centres équestres sont des structures équines très particulières. Plus que des

Plus en détail

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE

LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LES RÉFÉRENCES BOVINS VIANDE D AQUITAINE AU SERVICE DE LA FILIÈRE Note de conjoncture 2013 L'ÉLEVAGE BOVINS VIANDE D AQUITAINE

Plus en détail

(2014)DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE OGBA00

(2014)DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 (2014)DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Il est préconisé que ce tableau soit transmis chaque année. Libellés Réponse IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique (A) Code

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

Coûts de production en viande bovine

Coûts de production en viande bovine Pays de la Loire Deux- Sèvres Coûts de production en viande bovine IDENTIFIER LES MARGES DE PROGRES L analyse des coûts de production dans les élevages montre une grande variabilité : - du niveau de la

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Auvergne. N 119 - avril 2013 Réseau d Information Comptable Agricole. Revenu agricole 2011 : stabilité

Auvergne. N 119 - avril 2013 Réseau d Information Comptable Agricole. Revenu agricole 2011 : stabilité Agreste N 119 - avril 2013 Réseau d Information Comptable Agricole Revenu agricole 2011 : stabilité Après une année 2010 globalement positive, l'agriculture auvergnate connaît une année 2011 plus délicate,

Plus en détail

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Références systèmes INOSYS Bovins viande des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire Cas-types limousins INOSYS Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Chambres d'agriculture - EDE -

Plus en détail

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE.

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE. 2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE Numéro SIRET Déclare que la comptabilité de : IDENTIFICATION DU DECLARANT

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013

L essentiel de la filière. viande bovine française 2013 L essentiel de la filière viande bovine française 2013 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n 1249/2008

Plus en détail

«RENTAFERME» : Un logiciel de la rentabilité fermière pour les conseillers et techniciens agricoles

«RENTAFERME» : Un logiciel de la rentabilité fermière pour les conseillers et techniciens agricoles «RENTAFERME» : Un logiciel de la rentabilité fermière pour les conseillers et techniciens agricoles - Un outil qui permet de passer : - de l analyse individuelle - au conseil de groupe - et à l élaboration

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

(2014) OGBA00. Identification du professionnel de la comptabilité Dénomination : N SIRET : Adresse :

(2014) OGBA00. Identification du professionnel de la comptabilité Dénomination : N SIRET : Adresse : (2014) OGBA00 Je soussigné(e), Identification du professionnel de la comptabilité Dénomination : N SIRET : Adresse : déclare que la comptabilité de Identification de l entreprise adhérente Reprise des

Plus en détail

Résultats économiques des exploitations en 2014

Résultats économiques des exploitations en 2014 Télécharger les données au format tableur Numéro 332 - décembre 15 Résultats économiques des exploitations en 14 Un résultat moyen proche du début des années mais des évolutions contrastées selon les orientations

Plus en détail

2014 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE.

2014 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE. 2014 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE Numéro SIRET Déclare que la comptabilité de : IDENTIFICATION DU DECLARANT

Plus en détail

Coût de production en élevage bovin lait

Coût de production en élevage bovin lait Octobre 2012 Compte rendu 00 12 50 028 Département Actions Régionales Jean-Luc Reuillon, Jocelyn Fagon, Thierry Charroin, Monique Laurent Institut de l'élevage collection résultats Coût de production en

Plus en détail

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Références systèmes INOSYS Bovins viande des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire INOSYS Cas-types Aubrac Actualisation 213 édition: 29 avril 214 Chambres d'agriculture - EDE - Institut

Plus en détail

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014

Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 2014 Conjoncture Filière cheval N 15 Juin 214 L élevage : premières tendances 214 Course : baisse des juments saillies en galop, contrairement au trot Selle et poneys : la baisse des juments et ponettes saillies

Plus en détail

PLACE DES ÉQUINS DANS LES TERRITOIRES

PLACE DES ÉQUINS DANS LES TERRITOIRES PLACE DES ÉQUINS DANS LES TERRITOIRES PASTORAUX Exemple du Parc national des Cévennes Céline VIAL (IFCE INRA) Magali JOUVEN (Supagro Montpellier) Marion ANDREAU (stagiaire VetAgroSup Clermont Ferrand)

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est

Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est Alsace Lorraine Champagne-Ardenne Référentiel économique des Réseaux d Élevage de l Est ANNEE 2014 SOMMAIRE 1 Références générales à l ensemble de l exploitation p 2 2 Références pour la filière bovins

Plus en détail

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES

L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES TS21(EC)V03fr_Herbivores 04/04/2013 L ELEVAGE DES HERBIVORES BIOLOGIQUES Guide pratique n 21 : Les Règles de production des animaux herbivores Selon Ecocert Organic Standard (EOS) 1 I. Champ d application

Plus en détail

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Renseignements en vue de l avis de la Chambre d Agriculture et de la Direction Départementale des Territoires du Bas-Rhin

Plus en détail

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières > ÉDITION avril 2015 Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières Résultats 2013 LES ÉTUDES DE Présentation de l'étude 4 Objectifs de l'étude Méthode Échantillon Echantillon

Plus en détail

Rapport du producteur

Rapport du producteur Faire du lait en grand! Étude de performances technico-économiques et financières d entreprises laitières de grande taille (100 vaches et plus) du Québec et de l Ontario Rapport du producteur Résultats

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail