La Population des Exploitants agricoles en 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Population des Exploitants agricoles en 2011"

Transcription

1 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques Etude juin 2012 La Population des Exploitants agricoles en 2011

2 JUIN 2012 LA POPULATION DES EXPLOITANTS AGRICOLES EN 2011 DIRECTION DES ETUDES, DES REPERTOIRES ET DES STATISTIQUES Responsable de la publication : Alain PELC Département "Cotisations" Marc PARMENTIER Étude réalisée par : Alain ROUX

3 SOMMAIRE SYNTHESE...4 METHODOLOGIE...5 CHAMP DE LA POPULATION LA DIMENSION SOCIO-ECONOMIQUE En 2011, le régime agricole recense chefs d exploitation ou d entreprise L élevage bovin lait est l activité principale de chefs d exploitation La superficie totale mise en valeur par les chefs d exploitation continue à diminuer LES FEMMES NON SALARIEES DANS L AGRICULTURE En 2011, 24,0 % des chefs d exploitation ou d entreprise sont des femmes Le nombre de femmes ayant le statut de conjointes actives dans l exploitation poursuit sa diminution LA DEMOGRAPHIE L âge moyen des chefs est de 47,8 ans Le nombre d exploitants de moins de 35 ans diminue Augmentation des terres libérables entre 2010 et LES CHANGEMENTS STRUCTURELS Une situation nouvelle : une minorité d exploitants établis en nom personnel Régime d imposition : le nombre et la part des exploitants imposés au réel poursuivent leur progression LES REVENUS Baisse modérée de l assiette brute de cotisations Recul de l assiette brute moyenne Redressement du revenu professionnel 2010 chez les exploitants au réel Maintien du poids de l option sur une assiette annuelle La médiane du revenu professionnel 2010 varie de à selon les secteurs de production...29 ANNEXE...30 CARTES, GRAPHIQUES ET TABLEAUX...31

4 SYNTHESE Au 1er janvier 2011, chefs d exploitation ou d entreprise agricole cotisants à la MSA sont dénombrés en France, dont un quart de femmes ( ). Le nombre de chefs d exploitation ou d entreprise a diminué de 1,4 % en un an. Cette baisse, légèrement moins forte que les années précédentes, est tempérée par le développement des effectifs de chefs d entreprise de service. La moyenne d âge de la population des chefs d exploitation ou d entreprise est de 47 ans et demi : 46 ans et demi pour les hommes, 51 ans pour les femmes. Les classes d âge les plus représentées chez les exploitants sont celles des ans pour les hommes et des ans chez les femmes. Au 1er janvier 2011, la population des conjoints actifs sur l exploitation est constituée de personnes. Elle est en baisse de 6,0 % par rapport à l'année Le secteur «élevage bovin lait» demeure la catégorie d activité dominante avec chefs d exploitation, suivie de celui des «cultures céréalières et industrielles» avec chefs d exploitation. La superficie totale mise en valeur par l ensemble des exploitants agricoles diminue de 0,8 % entre 2010 et Dans le même temps, la superficie moyenne par exploitant passe de 48,7 à 49,1 ha. Les exploitants établis sur une exploitation détenue en nom personnel représentent 48 % des chefs en 2011, contre 49 % en La proportion nationale d exploitants imposés au réel ou mixte est de 75,7 % contre 74,5 % en L assiette brute de cotisations sociales, établie sur les revenus de l année 2010 ou la moyenne des trois années 2008, 2009 et 2010, diminue de 3,7 % en 2011, en cohérence avec les résultats économiques prévisionnels de l agriculture pour cette même année Après des hausses vigoureuses en 2008 et 2009, l assiette brute de cotisations avait marqué un recul notable pour les exploitants au réel entre 2009 et 2010 (- 11,1 %). Elle régresse encore entre 2010 et 2011, mais à un rythme moindre (- 2,7 %). Pour les exploitants au forfait, la baisse de l assiette constatée est plus forte (- 11,5 %) et reste liée essentiellement à la baisse des effectifs. La part de l assiette brute des cotisations sociales déclarée par les chefs d exploitation ou d entreprise imposée au réel est de 89,6 %. Dans la suite de l étude, les expressions «exploitants», «exploitants agricoles», «chefs d exploitation ou d entreprise» sont utilisées comme des synonymes sauf mention contraire. 4

5 METHODOLOGIE Cette étude est une analyse descriptive de la population des chefs d exploitation ou d entreprise assujettie pour leurs cotisations sociales à la Mutualité Sociale Agricole en fonction des dispositions en vigueur du Code Rural et de la Pêche Maritime au 1 er janvier L assiette de cotisations des exploitants déclarant leurs revenus réels au titre d une année n s obtient soit par la moyenne des revenus professionnels agricoles déclarés aux services fiscaux au cours des trois années n-3, n-2, n-1, soit par une assiette annuelle n-1. CHAMP DE LA POPULATION Il s agit de tous les chefs d exploitation ou d entreprise (personnes physiques, membres de GAEC ou de sociétés) en activité qui cotisent à une des quatre branches de sécurité sociale : maladie, prestations familiales, vieillesse, accidents du travail. Les cotisants de solidarité sont exclus de l analyse ainsi que les chefs d exploitation installés après le 1er janvier Ces derniers cotisent uniquement en assurance accident du travail des exploitants agricoles (ATEXA) durant l année de leur installation et au prorata de leur durée d activité pendant cette année. Au statut de chef d exploitation ou d entreprise agricole peuvent être associés ceux de conjoint collaborateur et d aide familial. Le statut de collaborateur d exploitation est ouvert aux conjoints de chefs d'une exploitation ou d'une entreprise agricole qui n'est pas constituée sous forme de société ou d'une coexploitation entre conjoints d'associés. Le collaborateur d exploitation doit participer effectivement et habituellement à l'activité non-salariée agricole de son conjoint. L aide familial est une personne de type ascendant et, à partir de 16 ans, descendant, frère, soeur ou allié au même degré du chef d'exploitation ou d'entreprise, ou de son conjoint, vivant sur l'exploitation ou l'entreprise et participant à sa mise en valeur, sans y avoir la qualité de salarié. A compter du 18 mai 2005, la personne qui devient aide familial ne peut conserver cette qualité plus de 5 ans. 5

6 1 - LA DIMENSION SOCIO-ECONOMIQUE En 2011, le régime agricole recense chefs d exploitation ou d entreprise Le nombre de chefs d exploitation ou d entreprise s élève pour l année 2011 à , en baisse de 1,44 % par rapport à Cette baisse est plus faible que celle enregistrée l année précédente qui avait connu une légère accélération du recul démographique (- 1,73 % par rapport à 2009). Elle s inscrit globalement dans une tendance au ralentissement du rythme de la baisse démographique de la population des chefs d'exploitation ou d'entreprise agricole observée depuis 2005 (- 1,65 % en 2009 par rapport à 2008) et ( 2,6 % en 2005 par rapport à 2004) (graphique 1). Graphique 1 NOMBRE DE CHEFS D EXPLOITATION DE 2002 A En 2011, il y a eu entrées dans le régime des non-salariés agricoles pour sortants, soit un taux de remplacement des départs de 71 %, légèrement supérieur à celui de 2010, et sensiblement plus élevé que les années précédentes (44 % en 2007, 60 % en 2006). D une année sur l autre, peu de chefs changent d activité dominante (classifiée selon les codes ATEXA), l évolution des effectifs dans chaque secteur provient donc du différentiel entrants/sortants observé dans chacun des secteurs d activité. La baisse démographique est générale dans les secteurs d activité traditionnelle de l agriculture. Elle varie de - 0,2 % à - 3,2 %. A l inverse, les secteurs des entreprises de service, et particulièrement les centres équestres et les paysagistes connaissent une croissance de leur effectif (tableau 1).

7 Concernant l agriculture proprement dite, la structure des orientations se modifie suite aux crises économiques récentes ou à des évolutions structurelles de plus long terme : un recul plus important du nombre d exploitants en cultures spécialisées frappées par la concurrence européenne, un recul très atténué du nombre d exploitants en culture industrielle ou polycultureélevage, ces filières, grâce aux hauts niveaux des prix, restant attractives pour les nouveaux installés, une concentration dans la filière lait, dont le nombre d exploitants recule plus vite que la moyenne et un recul un peu moins marqué dans les exploitations orientées vers la production de viande. Tableau 1 EVOLUTION DU NOMBRE DE CE PAR GRAND SECTEUR D ACTIVITE (CATEGORIE ATEXA) ANNEE 2011 SECTEUR D'ACTIVITE EFFECTIFS 2011 Écart entrants/sortants Rapport écart/effectifs 2010 Cultures spécialisées ,1 % Cultures céréalières et industrielles ,9 % Viticulture ,1 % Bovins lait et mixtes ,7 % Bovins viande, ovins, caprins ,5 % Élevage hors sol ,8 % Équidés ,9 % Polycultures, élevages ,2 % ETA, paysagistes ,1 % Autres et non concernés ,1 % TOTAL ,4 % 7

8 Dans cinq régions, il est dénombré plus de chefs d exploitation. Ce sont les régions de Bretagne, Pays de la Loire, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes. Avec moins de chefs d exploitation chacune, l Alsace, la Corse, la Haute-Normandie et l Île-de- France sont quant à elles les régions hébergeant le plus faible nombre de chefs d exploitation (carte 1). Carte 1 NOMBRE DE CHEFS D EXPLOITATION OU D ENTREPRISE PAR REGION EN

9 1.2 - L élevage bovin lait est l activité principale de chefs d exploitation En 2011, la catégorie d activité principale agricole exercée par le plus grand nombre de chefs d exploitation reste «l élevage bovin lait». Ce secteur d activité regroupe à lui seul environ chefs d exploitation, soit 18 % de l ensemble des chefs d exploitation hors Alsace-Moselle. Puis se succèdent les catégories «cultures céréalières et industrielles» ( chefs), «cultures et élevages non spécialisés» ( chefs) et «élevage bovin viande» ( chefs) (graphique 2). Graphique 2 EFFECTIFS DES CHEFS D EXPLOITATION ET DE CONJOINTS DE CHEFS D EXPLOITATION OU D ENTREPRISE SELON LA CATEGORIE DE RISQUE ATEXA EN 2011 élevage bovins lait cultures céréalières et industrielles, "grandes cultures" cultures et élevages non spécialisés, polyculture,poly-élevage élevage bovins viande viticulture entreprises de jardins, paysagistes, de reboisement élevage ovins, caprins élevage bovins mixte maraîchage, floriculture élevage de volailles, lapins arboriculture fruitière élevage porcins entraînement, dressage, haras, clubs hippiques entreprises de travaux agricoles élevage de chevaux exploitation de bois autres élevages de petits animaux pépinière autres cultures spécialisées conchyliculture autres élevages de gros animaux sylviculture mandataires de soc ou caisses locales d'assurances mutuelles agricoles scieries fixes marais salants chefs d'exploitation conjoints collaborateurs Champ : France métropolitaine hors Alsace-Moselle ( chefs d exploitation), les trois départements concernés relevant d un régime spécifique pour les accidents du travail. 9

10 Sont également hors du champ de ce dénombrement les chefs d exploitation ou d entreprise non couverts en ATEXA (branche accidents du travail), essentiellement les artisans ruraux affiliés à la MSA que pour le seul paiement de leurs prestations familiales. Si les chefs d exploitation relevant des régions Alsace-Moselle ( chefs concernés) n ont pas de catégorie de risque ATEXA renseignée, il est néanmoins possible d identifier leur activité en utilisant la nomenclature d activité française (NAF) (graphique 3). Graphique 3 EFFECTIFS DES CHEFS D EXPLOITATION DE L'ALSACE-MOSELLE SELON LA NAF EN 2011 Culture céréales légumineuses 5441 Culture de la vigne 1957 Culture et élevage associés 1286 Elevage de vaches laitières 1134 Service aménagement paysager 551 Entreprises de travaux agricoles 237 Elevage de bovins 229 Exploitation forestière 138 Nombre de chefs d'exploitation Reproduction de plantes 133 Autres codes NAF Champ : Alsace-Moselle 10

11 Le code NAF regroupant les effectifs les plus nombreux au régime Alsace Moselle des AT non-salariés agricoles est celui des «cultures céréales légumineuses». Il concentre 44,1 % des effectifs de chefs d exploitation relevant de ce régime. Pour la France entière, ce code NAF* est également celui qui regroupe la population la plus nombreuse avec chefs d exploitations soit 28,4 % des effectifs de chefs d exploitation (graphique 4). Graphique 4 EFFECTIFS DES CHEFS D EXPLOITATION DE LA FRANCE ENTIERE SELON LA NAF EN 2011 Cultures céréales légumineuses Elevage de vaches laitières Elevage de bovins Culture et élevage associés Culture de la vigne Service aménagement paysager Elevage d'ovins et de caprins Culture légumes melons racines Nombre de chefs d'exploitation Elevage de volailles aviculture Autres codes NAF Champ : France entière y compris Alsace Moselle * Le code ATEXA étant un code tarifant, il est généralement mieux codifié que le code NAF attribué à l exploitation qui n a qu une valeur documentaire 11

12 1.3 - La superficie agricole totale mise en valeur par les chefs d exploitation continue à diminuer La superficie agricole totale mise en valeur par les chefs d exploitation en 2011 est de 24,0 millions ha contre 24,2 millions ha en 2010, soit une diminution de 0,8 %. La superficie moyenne par exploitant (à ne pas confondre avec la superficie par exploitation puisqu une exploitation, notamment sous forme sociétaire, peut avoir plusieurs co-exploitants. La superficie de l exploitation est alors la somme des superficies attribuées à chaque co-exploitant) poursuit la progression observée ces dernières années, passant de 48,7 hectares en 2010 à 49,1 hectares en ,6 % des chefs d exploitation sont des exploitants hors-sol et des chefs d entreprise exploitant sur des exploitations de superficie nulle. 27,6 % des chefs d exploitation possèdent moins de 25 ha (cette catégorie n inclut pas la précédente). 24,0 % des chefs d exploitation ont une superficie comprise entre 25 et moins de 50 hectares. 26,2 % des chefs d exploitation exploitent une superficie comprise entre 50 et moins de 100 hectares. 12,5 % des chefs exploitent une superficie supérieure à 100 ha (graphique 5). Graphique 5 REPARTITION ET REPARTITION CUMULEE DES CHEFS D EXPLOITATION SELON LA SUPERFICIE EXPLOITEE EN 2011 (EN %) 14,0% 100,0% 12,0% 90,0% 80,0% 10,0% 70,0% 8,0% 60,0% 50,0% 6,0% 40,0% 4,0% 30,0% 20,0% 2,0% 10,0% 0,0% 0,0% 0ha 0-5ha 5-10ha 10-15ha 15-20ha 20-25ha 25-30ha 30-35ha 35-40ha 40-45ha 45-50ha 50-55ha 55-60ha 60-65ha 65-70ha 70-75ha 75-80ha 80-85ha 85-90ha 90-95ha ha +100ha Répartition Répartition cumulée Champ : France métropolitaine 12

13 La concentration des terres augmente parallèlement : 20 % des exploitants se partagent un peu moins de 1 % de la superficie totale 60 % des exploitants occupent moins du quart de la superficie totale A l inverse, 10 % des exploitants ayant les plus grandes superficies occupent 32 % de la superficie totale (graphique 6). Au 1er janvier 2011, chefs d exploitation ou d entreprise agricole cotisants à la MSA sont dénombrés en France, dont un quart de femmes ( ). Le nombre de chefs d exploitation ou d entreprise a diminué de 1,4 % en un an. Cette baisse, légèrement moins forte que les années précédentes, est tempérée par le développement des effectifs de chefs d entreprise de service. Graphique 6 CONCENTRATION DES TERRES DES CHEFS D EXPLOITATION EN 2011 (Y COMPRIS LES EXPLOITANTS «SANS TERRE») 100 % cumulé des superficies d'exploitation Courbe de concentration Courbe d'équirépartition % de CE Champ : France Métropolitaine 13

14 2 - LES FEMMES NON SALARIEES DANS L AGRICULTURE En 2011, 24,0 % des chefs d exploitation ou d entreprise sont des femmes En 2011, la part de femmes exploitantes est quasiment inchangée à 24,0 % (24,1 % en 2010). La présence de femmes chefs d exploitation (carte 2) reste importante dans l ouest de la France (Bretagne, Pays de la Loire, Aquitaine et Midi-Pyrénées) et les régions Languedoc- Roussillon et Rhône-Alpes. A l inverse, cette présence est plus faible dans les régions Alsace, Franche-Comté, Corse, Haute-Normandie et Île-de-France. L âge moyen des femmes exerçant une activité de chef d exploitation est de 50,9 ans alors qu il est de 46,8 ans pour les hommes. Carte 2 NOMBRE DE FEMMES CHEFS D EXPLOITATION PAR REGION EN Le nombre de femmes ayant le statut de conjointes actives dans l exploitation poursuit sa diminution La population des conjoints actifs dans l exploitation s élève à conjoints hommes ou femmes en 2011 ; ils étaient en 2010, soit une diminution de 6,0 %, stable par rapport à la baisse observée entre 2009 et Cette baisse n avait cessé de s accentuer entre 2001 et Au sein de cette population, la part des femmes conjointes de chefs d exploitation actives sur l exploitation s élève à 88 %, soient conjointes. Elles étaient en 2010, soit une diminution de 6,5 %. 14

15 3 - LA DEMOGRAPHIE L âge moyen des chefs est de 47,8 ans En 2011, l âge moyen des chefs d exploitation est de 47,8 ans. Il s établit à 46,8 ans pour les chefs de sexe masculin. Les chefs d exploitation de ans représentent 18,4 % des effectifs et constituent la classe d âge la plus fournie de cette population. Les exploitants hommes de plus de 60 ans représentent 8,5 % de la population masculine. Les femmes, nettement moins nombreuses, sont âgées en moyenne de 50,9 ans. La classe d âge la plus représentée chez les femmes chefs d exploitation est celle des ans (20 % des effectifs). Les exploitants femmes de plus de 60 ans représentent 19,2 % de la population féminine. Les exploitants dont l âge est compris entre 40 et 60 ans concentrent les deux tiers des effectifs, aussi bien chez les hommes que chez les femmes (graphique 7). Graphique 7 PYRAMIDE DES AGES DES CHEFS D EXPLOITATION EN 2011 plus de 64 ans entre 60 et 64 ans entre 55 et 59 ans entre 50 et 54 ans entre 45 et 49 ans entre 40 et 44 ans entre 35 et 39 ans entre 30 et 34 ans Effectif femmes en % Effectif hommes en % entre 25 et 29 ans moins de 25 ans -25,00% -20,00% -15,00% -10,00% -5,00% 0,00% 5,00% 10,00% 15,00% 20,00% 25,00% Champ : France Métropolitaine 15

16 3.2 - Le nombre d exploitants de moins de 35 ans diminue Le nombre d exploitants de moins de 35 ans diminue par rapport à l année 2010, s inscrivant dans la tendance de l année précédente. Au 1 er janvier 2011, ils sont et représentent 12,5 % de l ensemble de la population des exploitants ( en 2010 soit 12,6 % de la population). L est de la France notamment la Lorraine, la Bourgogne, la Franche-Comté, le Rhône- Alpes, la Provence-Alpes-Côte d Azur, mais aussi les marges nord du Massif Central (Auvergne, Limousin) ainsi que le Nord-Pas-de-Calais figurent parmi les régions où les taux de jeunes agriculteurs sont les plus élevés (carte 3). Carte 3 PROPORTION D EXPLOITANTS DE MOINS DE 35 ANS PAR REGION EN

17 3.3 - Augmentation des terres libérables entre 2010 et 2011 Les superficies de terres libérables sont estimées à partir des superficies des exploitations détenues par les exploitants de 55 ans et plus, ces derniers étant susceptibles de partir en retraite dans les 5 années à venir. La superficie de ces exploitations, dite libérable, est en augmentation de 3,1 % entre 2010 et 2011 (6,6 millions d ha en 2011 contre 6,4 millions d ha en 2010). Néanmoins l augmentation de la surface de ces terres ralentit par rapport à 2010 contre une augmentation de 4,9 % entre 2009 et Plus précisément, sur ces 6,6 millions d ha, 4,5 millions sont exploités par les chefs d exploitation de plus de 55 ans établis individuellement, 0,50 million appartenant à des chefs d exploitation de plus de 55 ans associés avec un ou plusieurs exploitant(s) de plus de 55 ans, enfin 1,62 million est détenu par des chefs d exploitation de plus de 55 ans associés avec au moins un exploitant de moins de 55 ans. La superficie de terres réellement libérables, sous l hypothèse que dans le dernier cas l exploitation resterait entre les mains de l exploitant le plus jeune, serait réduite à 5 millions d ha compte tenu de la faible rotation des terres pour les exploitants de cette dernière catégorie (carte 4). Carte 4 PROPORTION DE TERRES LIBERABLES D ICI A 5 ANS PAR REGION 17

18 4 - LES CHANGEMENTS STRUCTURELS Une situation nouvelle : une minorité d exploitants établis en nom personnel La part de chefs d exploitation établis sur une exploitation détenue en nom personnel est de 48 % de la population, soit une baisse de un point par rapport à Pour la deuxième année consécutive, cette forme juridique est donc minoritaire au profit des formes sociétaires (tableau 3). En revanche, bien qu en augmentation régulière depuis 2003, la part des exploitations ou entreprises relevant du domaine non-salarié sous forme sociétaire est encore en 2011 minoritaire par rapport à celles en nom personnel (40 % de sociétés pour 60 % d exploitations ou d entreprises en nom personnel - tableau 2) Années Tableau 2 EVOLUTION DES FORMES JURIDIQUES «SOCIETES» ET «NOM PERSONNEL» DES EXPLOITATIONS DE 2003 A 2011 Nombre total d'exploitations ou d'entreprises relevant du domaine nonsalarié agricole Dont nombre d'exploitations ou d'entreprises sous forme sociétaire Part du nombre d'exploitations ou d'entreprises en société Dont nombre d'exploitations ou d'entreprises en nom personnel Part du nombre d'exploitations ou d'entreprises en société ,2 % ,8 % ,9 % ,1 % ,7 % ,3 % ,2 % ,8 % ,5 % ,5 % ,9 % ,1 % ,3 % ,7 % ,2 % ,8 % ,9 % ,1 % ,8 % ,2 % ,0 % ,0 % Les régions du Limousin, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Rhône-Alpes, Provence- Alpes-Côte d Azur et Corse recensent plus de 55 % d exploitants en nom personnel. A l opposé, les régions Haute-Normandie, Picardie, Champagne-Ardenne, Lorraine, Franche-Comté, Bretagne et Pays de la Loire recensent moins de 41 % d exploitants en nom personnel. 18

19 Les 52 % restants de la population sont donc établis sur des exploitations constituées sous formes sociétaires et se décomposent comme suit : 17,5 % en groupement agricole d'exploitation en commun (GAEC), 20,1 % en entreprises agricoles à responsabilité limitée (EARL) et 14,4 % en autres sociétés. Le nombre de formes sociétaires en 2011 s élève ainsi à unités, elles-mêmes partagées entre associés. L évolution est provoquée par deux dynamiques complémentaires : Parmi les chefs déjà présents en 2010, sont passés d une exploitation en nom personnel à une forme sociétaire, contre ayant fait le chemin inverse. Parmi les entrants, 47 % sont sous forme sociétaire, contre 38 % chez les sortants. Tableau 3 EVOLUTION DE LA FORME JURIDIQUE EN NOM PERSONNEL DE 2001 A 2011 Années Chefs d'exploitation en nom personnel Total des chefs d'exploitation % de CE en nom personnel % % % % % % % % % % % La proportion de superficie d exploitation relative aux exploitants établis en nom personnel est encore à la baisse en 2011 et atteint 41,9 %. Elle était de 43,0 % en 2010 et de 44,3 % en 2009 (tableau 4). A l inverse c est la superficie des exploitations sous forme d EARL qui progresse pendant cette période. Ainsi, les superficies exploitées sous cette forme passent de 21,1 % de l ensemble en 2009 à 23,6 % en L autre forme juridique qui progresse est la pluralité d exploitations qui recouvre près de 9 % de la superficie totale en

20 Tableau 4 EVOLUTION DE LA SUPERFICIE D EXPLOITATION PAR FORME JURIDIQUE DE 2009 A 2011 Forme juridique de l'exploitation 2011 Superficie d'exploitation en ha % 2010 Superficie d'exploitation en ha % 2009 Superficie d'exploitation en ha % Exploitant individuel ,9 % ,0 % ,3 % Membre de GAEC ,9 % ,0 % ,1 % Membre d'earl ,6 % ,9 % ,9 % Membre d'une SCEA ,5 % ,4 % ,3 % Membre d'un GFA ,1 % ,1 % ,1 % Membre d'une SA/SARL Membre d'une société de fait (y compris indivision) Membre d'une autre société ,3 % ,3 % ,3 % ,5 % ,5 % ,6 % ,4 % ,4 % ,4 % Pluralité d'exploitation ,8 % ,4 % ,0 % TOTAUX ,0 % ,0 % ,0 % 20

21 4.2 - Régime d imposition : le nombre et la part des exploitants imposés au réel poursuivent leur progression En 2011, la part d exploitants imposés au réel continue d augmenter atteignant 75,7 % des effectifs (contre 74,5 % en 2010). Le nombre d exploitants imposés au réel passe de en 2010 à en 2011, soit une hausse de l ordre de 0,2 % par rapport à Cette hausse est cinq fois plus faible que celle observée en 2010 par rapport à 2009 (+ 1,0 %). Cette évolution est nourrie par deux dynamiques complémentaires : Parmi les chefs déjà présents en 2010, sont passés d une imposition au forfait à une imposition au réel, contre 713 ayant fait le chemin inverse. Parmi les entrants, 70 % étaient au réel, contre 65 % chez les sortants. Le nombre d exploitants imposés au régime du forfait poursuit sa baisse. En 2011, ils sont alors qu ils étaient en 2010, soit une diminution de 6,1 %. Le fort contraste entre les régions du nord et du sud persiste avec une grande partie nord de la France très majoritairement imposée au réel (carte 5). Carte 5 PROPORTION DE CHEFS D EXPLOITATION AU REEL PAR REGION EN

22 5 - LES REVENUS 5.1 Baisse modérée de l assiette brute de cotisations Les revenus agricoles sont en forte hausse en 2010 par rapport à Les assiettes de cotisations des chefs ayant opté pour une cotisation sur les revenus de l'année précédente sont donc en forte hausse. Néanmoins ceux-ci sont minoritaires. Les chefs dont l'assiette de cotisations est calculée par la moyenne des trois années précédentes représentent 83,4 % de la population. Pour ceux-ci, la bonne conjoncture de l'année 2010 ne suffit pas à faire progresser l'assiette de cotisations. En effet, ils passent d'une assiette basée sur les années pour l'année 2010, à une assiette basée sur les années pour l'année Dans le calcul de la moyenne triennale, l'année de revenu 2010 remplace l'année de revenu Or, le revenu moyen 2010, bien qu'en forte hausse par rapport à 2009, reste inférieur à celui de Ce qui mécaniquement conduit à une baisse de l'assiette de cotisations des chefs en assiette triennale. L assiette brute sur laquelle sont appelées les cotisations sociales pour 2011 s établit ainsi à 5,95 milliards d euros contre 6,18 milliards d euros en Cette baisse de l assiette brute 2011 est la résultante d une baisse de l assiette des cotisants sur la moyenne triennale de 4,858 milliards d euros en 2010 à 4,583 milliards d euros en 2011 (soit une baisse de 5,7 %), partiellement compensée par l évolution positive de l assiette des optants*, qui passe de 1,323 milliard d euros en 2010 à 1,370 milliard d euros en 2011 (soit une hausse de 3,5 %). On notera cependant, que l assiette 2011, en euros courants, constitue l assiette la plus basse observée depuis 1999 (graphique 8). L évolution de l assiette brute totale est étroitement liée à l assiette des exploitants au réel (graphique 8), compte tenu du poids de celle-ci au sein de l assiette totale. Son évolution dépend aussi de la baisse continue des effectifs de chefs au forfait (graphique 10). Le montant de l assiette brute des exploitants au réel représente 89,6 % de l assiette brute de cotisations, soit 5,3 milliards d'euros en Ce montant d assiette brute est en baisse de 2,7 % par rapport à l année Le montant de l assiette brute des exploitants au forfait continue à décroître passant de 700 millions d euros en 2010 à 620 millions d euros en 2011, soit une baisse de 11,5 %. * La règle de droit commun en matière de calcul de l assiette sociale est la moyenne triennale (moyenne arithmétique des revenus professionnels déclarés les 3 années précédentes). Toutefois, s il en manifeste la volonté, tout exploitant peut «opter» de façon à ce que son assiette sociale soit égale uniquement à ses revenus professionnels de l année précédente. 22

23 Graphique 8 ÉVOLUTION DES ASSIETTES DE COTISATIONS EN EUROS COURANTS DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE 1999 A 2011 INDICES BASE 100 EN réel + mixte forfait total *Agreste primeur : Les comptes provisoires de l agriculture 2010 par région et catégorie d exploitation. Juin

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Les Exploitants et Entrepreneurs agricoles en 2012

Les Exploitants et Entrepreneurs agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques ETUDE février 2014 Les Exploitants et Entrepreneurs agricoles en 2012 www.msa.fr FEVRIER 2014 Les exploitants et entrepreneurs agricoles en 2012

Plus en détail

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er trimestre 2014

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er trimestre 2014 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD octobre 2014 Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er trimestre 2014 www.msa.fr Tableau

Plus en détail

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er et 2è trimestres 2013

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er et 2è trimestres 2013 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD juillet 2014 Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er et 2è trimestres 2013 www.msa.fr

Plus en détail

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er trimestre 2013

Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er trimestre 2013 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD juin 2014 Les accidents et maladies professionnelles du régime des non-salariés agricoles 1 er trimestre 2013 www.msa.fr Tableau

Plus en détail

Vos cotisations. Quelques explications à cette année particulière

Vos cotisations. Quelques explications à cette année particulière Vos cotisations 014 Quelques explications à cette année particulière n L année 014 est marquée par des évolutions législatives importantes ayant un impact sur votre appel de cotisations, en fonction de

Plus en détail

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010

En 2011, la baisse du nombre d'exploitants est modérée, comme en 2010 >> les exploitants Année 2011 - N 6 - novembre 2012 Les exploitants ORNE - données 2011 5 914 exploitants recensés, -96 en un an Les chefs d'exploitation à titre exclusif, principal ou secondaire sont

Plus en détail

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011.

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011. Synthèses Mars 2012 L Observatoire Economique et Social Les cotisants de solidarité en 2011 Le nombre de cotisants solidaires s élève à 110 106 en 2011, en baisse de 2,3 % par rapport à 2010. Toutefois,

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

BAREME DES COTISATIONS 2014 DES NON SALARIES AGRICOLES ET DES COTISANTS DE SOLIDARITE DU NORD - PAS DE CALAIS. Nouveautés 2014

BAREME DES COTISATIONS 2014 DES NON SALARIES AGRICOLES ET DES COTISANTS DE SOLIDARITE DU NORD - PAS DE CALAIS. Nouveautés 2014 BAREME DES COTISATIONS 2014 DES NON SALARIES AGRICOLES ET DES COTISANTS DE SOLIDARITE DU NORD - PAS DE CALAIS Nouveautés 2014 La MSA vient seule gestionnaire s régimes base d'assurance maladie-maternité-invalidité

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

Cotisations sociales des non-salariés agricoles

Cotisations sociales des non-salariés agricoles vous guider Cotisations sociales des non-salariés agricoles Octobre 2014 www.msaportesdebretagne.fr SOMMAIRE p 3 p 4 p 7 p 8 p 11 p 12 p 14 p 15 p 16 p 18 Quel statut pour le conjoint, concubin ou pacsé?

Plus en détail

CALCUL DE L ASSIETTE FORFAITAIRE «NOUVEL INSTALLE» ET DES COTISATIONS PROVISOIRES

CALCUL DE L ASSIETTE FORFAITAIRE «NOUVEL INSTALLE» ET DES COTISATIONS PROVISOIRES Une assiette forfaitaire «Nouvel Installé» est appliquée provisoirement pour le calcul des cotisations et contributions des chefs d exploitation ou d entreprise agricole au début de leur activité professionnelle.

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Economie Agricole Février 213 N 133 Regards sur les installations d agriculteurs entre 1997 et 21 L observatoire national des installations et transmissions s inscrit dans un cycle

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

1. NON SALARIE AGRICOLE EXERÇANT PLUSIEURS ACTIVITES DE NATURE AGRICOLE

1. NON SALARIE AGRICOLE EXERÇANT PLUSIEURS ACTIVITES DE NATURE AGRICOLE Les chefs d exploitation ou d entreprise agricole peuvent exercer plusieurs activités simultanément, sous forme d entreprise individuelle ou sous forme sociétaire. Ces activités peuvent être : 1- de nature

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

L emploi en production agricole

L emploi en production agricole agir ensemble L emploi en production agricole Chiffres 2011 - Département d Ille-et-Vilaine La brochure est téléchargeable sur les sites de la MSA : www.msaportesdebretagne.fr et de l AEF : www.ille-et-vilaine.anefa.org

Plus en détail

INFO MSA. Les nouveautés 2013 Vos cotisations et contributions Quelques rappels... Régler vos cotisations par internet

INFO MSA. Les nouveautés 2013 Vos cotisations et contributions Quelques rappels... Régler vos cotisations par internet Octobre 2013 INFO MSA Les nouveautés 2013 Vos cotisations et contributions Quelques rappels... Régler vos cotisations par internet Quelles sont les nouveautés 2013/ 2014? è Création d'une nouvelle contribution

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole

Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole Article juridique publié le 20/09/2015, vu 399 fois, Auteur : Portalis-25 Voici un petit résumé des différentes formes juridiques prévues pour

Plus en détail

Cartographie & libellés cantonaux

Cartographie & libellés cantonaux Lexique Cartographie & libellés cantonaux Capobianco Sagro-di-Santa-Giulia Corte Venaco Calvi Calenzana Niolu-Omessa Deux-Sevi Deux-Sorru Bastelica Ajaccio Île-Rousse Cruzini-Cinarca Celavo-Mezzana Santa-Maria-Siché

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014

Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014 Ce qui change et/ou devrait changer à effet du 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous, - les évolutions d ores et déjà applicables en 2014, - puis certains points en attente de décret d application

Plus en détail

BAREME des COTISATIONS sur les SALAIRES à compter du 1 er Janvier 2014 VALEURS DE REFERENCE COTISATIONS LEGALES DUES A LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE

BAREME des COTISATIONS sur les SALAIRES à compter du 1 er Janvier 2014 VALEURS DE REFERENCE COTISATIONS LEGALES DUES A LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE BAREME des COTISATIONS sur les SALAIRES à compter du 1 er Janvier 2014 VALEURS DE REFERENCE Plafond de la Sécurité Sociale 2014 SMIC horaire au 1 er janvier 2014 Mensuel 3 129,00 Trimestre 9 387,00 9,53

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

QUI PEUT BENEFICIER D UNE EXONERATION DE COTISATIONS?

QUI PEUT BENEFICIER D UNE EXONERATION DE COTISATIONS? Les cotisations des non-salariés agricoles obéissent à une règle d annualité prévue par le décret n 84-936 du 22.10.1984 ; c est-à-dire qu elles sont émises pour l année civile complète, en fonction de

Plus en détail

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X Quel que soit son régime d imposition, chaque exploitant a le choix entre 2 assiettes pour le calcul de ses cotisations sociales : soit la moyenne triennale des revenus professionnels des années N-3 /

Plus en détail

La Protection Sociale Agricole pour les femmes en Agriculture

La Protection Sociale Agricole pour les femmes en Agriculture Référence : situation et montants 2012 La Protection Sociale Agricole pour les femmes en Agriculture MSA SEVRES VIENNE Sommaire Le guichet unique Les statuts des femmes en agriculture : 1/Chef d exploitation

Plus en détail

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est :

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est : 1 En complément de la publication des informations routières sur le site internet Bison Futé, un service gratuit de diffusion par messagerie électronique est ouvert aux professionnels. Pour recevoir l'information

Plus en détail

Femmes en agriculture

Femmes en agriculture Femmes en agriculture Vos droits! Édition 2014 Vous souhaitez vous installer en agriculture ou travailler déjà dans le milieu agricole? Ce guide recense les droits auxquels vous pouvez prétendre, selon

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel,

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel, 5 LES APPRENTIS 5 5.1 Les effectifs des centres de formation d apprentis : évolution 152 5.2 Les apprentis par région et académie 154 5.3 L'apprentissage dans le second cycle professionnel 156 5.4 Les

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

VOS COTISATIONS 2014. Octobre 2014. Nous vous adressons, sous ce pli, votre bordereau de cotisations. sociales et contributions de l'année 2014.

VOS COTISATIONS 2014. Octobre 2014. Nous vous adressons, sous ce pli, votre bordereau de cotisations. sociales et contributions de l'année 2014. ALSACE Octobre 2014 VOS COTISATIONS 2014 Nous vous adressons, sous ce pli, votre bordereau de cotisations sociales et contributions de l'année 2014. Ces cotisations doivent être Pour faciliter vos démarches,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-10-01 N 123 du 10 JUILLET 2001 5 F.P. / 52 E 3234 INSTRUCTION DU 29 JUIN 2001 BENEFICES AGRICOLES. DETERMINATION DU BENEFICE IMPOSABLE. FRAIS

Plus en détail

RETRAITE AGRICOLE. Rencontre du 16 Janvier 2014 Hotel Hans am Weinberg, St MARTIN

RETRAITE AGRICOLE. Rencontre du 16 Janvier 2014 Hotel Hans am Weinberg, St MARTIN RETRAITE AGRICOLE Rencontre du 16 Janvier 2014 Hotel Hans am Weinberg, St MARTIN Référent : Michael TRAUTH Social, Bauern und Winzerverband Rheinland Pfalz Süd Délégation 67 : Paul SCHIELLEIN Président

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

DOSSIER D AFFILIATION DES NON SALARIES AGRICOLES

DOSSIER D AFFILIATION DES NON SALARIES AGRICOLES DOSSIER D AFFILIATION DES NON SALARIES AGRICOLES Non salarié agricole Un dossier pour votre affiliation à la MSA Afin de vous aider à remplir ce dossier d affiliation, nous vous informons que selon le

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AGRS1402562D Intitulé du texte : Projet de décret relatif à la détermination du capital social et des sommes versées en compte courant d associés pour

Plus en détail

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond Social : La protection sociale 1- L affiliation au régime non salarié agricole J exerce une activité agricole < 5 ha J assure la direction de l entreprise (ou 1/8 SMI) J en tire des revenus professionnels

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES

ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES LA LETTRE D INFORMATION HEBDOMADAIRE DU RÉSEAU Conjoncture du 1 er trimestre 215 Avril 215 ACTIVITÉ DE L ARTISANAT DU BÂTIMENT : UN DÉBUT D ANNÉE DIFFICILE ET DES TRÉSORERIES ENCORE DÉGRADÉES Au 1 er trimestre

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

L exploitant, entrepreneur agricole individuel et sous forme collective. 1. Exploitant, entrepreneur agricole : vous êtes affilié à la MSA

L exploitant, entrepreneur agricole individuel et sous forme collective. 1. Exploitant, entrepreneur agricole : vous êtes affilié à la MSA Sommaire L exploitant, entrepreneur agricole individuel et sous forme collective 1. Exploitant, entrepreneur agricole : vous êtes affilié à la MSA Fiche 1 Les activités réputées agricoles exercées par

Plus en détail

Première partie. Les employeurs et l emploi. dans le spectacle vivant. Données 2013

Première partie. Les employeurs et l emploi. dans le spectacle vivant. Données 2013 Tableau de bord statistique Première partie Les employeurs et l emploi dans le spectacle vivant Données 2013 Publication Juin 2015 L'Observatoire prospectif des métiers, des qualifications et des compétences

Plus en détail

Chapitre XV Les retraites des exploitants agricoles

Chapitre XV Les retraites des exploitants agricoles Chapitre XV Les retraites des exploitants agricoles LES RETRAITES DES EXPLOITANTS AGRICOLES 425 PRESENTATION Le régime de retraite des exploitants agricoles, créé progressivement à partir de 1952 et géré

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

BAREME des COTISATIONS sur les SALAIRES à compter du 1 er Janvier 2015 VALEURS DE REFERENCE COTISATIONS LEGALES DUES A LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE

BAREME des COTISATIONS sur les SALAIRES à compter du 1 er Janvier 2015 VALEURS DE REFERENCE COTISATIONS LEGALES DUES A LA MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE BAREME des COTISATIONS sur les SALAIRES à compter du 1 er Janvier 2015 VALEURS DE REFERENCE Plafond de la Sécurité Sociale 2015 SMIC horaire au 1 er janvier 2015 Mensuel 3 170,00 Trimestriel 9 510,00 9,61

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Employeurs de Main d oeuvre

Employeurs de Main d oeuvre Mise à jour le 30 Janvier 2014 Employeurs de Main d oeuvre Chiffres Clés au 1 er janvier 2014 Les montants et taux de couleur représentent les changements pour 2014 Plafond de la Sécurité Sociale SMIC

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

INFO MSA. Pour l'année 2013, le montant annuel de cette cotisation est fixé à 20 par exploitant.

INFO MSA. Pour l'année 2013, le montant annuel de cette cotisation est fixé à 20 par exploitant. Octobre 2013 INFO MSA Cotisant Solidaire : Les nouveautés législatives 2013 Comment est calculé votre cotisation? Les modes de paiement Régler vos cotisations par internet Les nouveautés législatives 2013

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants Les sports d hiver : pratiques et pratiquants En 2004, un peu moins de 9 % de la population française pratique les sports d hiver. Le ski alpin domine, suivi loin derrière par le ski de fond, les autres

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

Congrès national des Safer

Congrès national des Safer Congrès national des Safer Évreux 28 et 29 novembre 2013 Les différents types de propriétés Évreux 28 et 29 novembre 2013 Propriété et exploitation agricoles Evolution du lien en Europe et en France Par

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Les architectes franciliens en 2013

Les architectes franciliens en 2013 en Île-de-France l'ordre des architectes Les architectes franciliens en 2013 Statistiques du Tableau de l Ordre Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France 148 rue du faubourg Saint-Martin

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Depuis plusieurs années, l IRDES étudie le marché de la couverture complémentaire et a élaboré, en 1998,

Plus en détail

S installer en agriculture

S installer en agriculture Les étapes : JE VEUX TESTER MON ACTIVITE Accueil Évaluation Accompagnement au test de l activité Statut cotisant de solidarité Accompagnement vers le statut d agriculteur Suivi post création 1- J ai un

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

UNE VALIDATION DES PROCEDURES PAR LE CLS EST SUSCEPTIBLE DE MODIFIER CE FORMULAIRE DE DEMANDE

UNE VALIDATION DES PROCEDURES PAR LE CLS EST SUSCEPTIBLE DE MODIFIER CE FORMULAIRE DE DEMANDE COMMUNAUTE EUROPEENNE FEADER MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE N UNE VALIDATION DES PROCEDURES PAR LE CLS EST SUSCEPTIBLE DE MODIFIER CE FORMULAIRE DE DEMANDE DEMANDE D ALLOCATION DE PRERETRAITE

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014 N FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014 PLAN DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DIAGNOSTIC SEUL DISPOSITIF N 121 C1 DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL DE LA RÉGION NORD PAS DE CALAIS Cette demande

Plus en détail

avril 2012 LE PERSONNEL DES ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE

avril 2012 LE PERSONNEL DES ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE avril 2012 LE PERSONNEL DES ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE Situation au 31/12/2011 PRESENTATION GENERALE 1 Les données statistiques présentées dans ce recueil portent sur le personnel permanent (à l'exception

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Décembre 211 Pôle Economie et Prospective 1 Ce panorama a été produit par le Pôle Economie et Prospective

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE?

L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE? La Lettre du Centre Etudes & Prospective du Groupe ALPHA N 17 Février 215 L EMPLOI EN FRANCE ET EN ZONE EURO : VERS LA REPRISE? L horizon s éclaircit pour l économie européenne : la baisse de l euro, conjuguée

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail