Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens"

Transcription

1 ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

2 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Julie ROY Insee Ile-de-France Ce document élaboré dans le cadre des travaux liés au schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF), en partenariat avec la direction régionale de l Equipement (Dreif) et l Institut d aménagement et d urbanisme de la région (Iaurif), a donné lieu à la réalisation d un article de 4 pages «Tissu productif : l Ile-de-France au cœur des prises de décision» Insee Ile-de-France à la page n mai 2006 Insee Ile-de-France Mai

3 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Sommaire Introduction... 3 Synthèse.. 4 Données de cadrage Les structures productives d Ile-de-France Des emplois principalement rattachés à des groupes franciliens Des têtes de groupes implantées en Ile-de-France L'emploi parisien contrôlé par des centres de décision de la capitale Les salariés de la petite couronne rattachés à une entreprise nationale Les emplois de la grande couronne contrôlés par des entreprises nationales Influence du centre de décision sur la structure de l activité francilienne Une construction synonyme d activité indépendante et une industrie plus internationale Les établissements contrôlés par des groupes franciliens sont les plus grands La région française la plus autonome Une dépendance centrée autour de l Ile-de-France Influence des centres de décision en province Une dépendance francilienne forte par rapport à l étranger Secteur industriel : le plus autonome de France Paris : des centres de décision étrangers ou franciliens La petite couronne : forte dépendance vis-à-vis de Paris Faible autonomie des salariés de la grande couronne Le rayonnement : caractéristique première des salariés des établissements franciliens Un rayonnement important de l Ile-de-France Le système productif le plus influent de France L industrie, point fort de l Ile-de-France Paris : illustration du centralisme français Petite couronne : le plus fort rayonnement après Paris Grande couronne : un faible rayonnement pour la région.. 32 Table des figures et des tableaux. 29 Définitions Méthodologie Bibliographie - 2 -

4 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Introduction L étude a été réalisée dans le cadre des travaux liés au schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF), en partenariat avec la direction régionale de l Equipement (Dreif) et l Institut d aménagement et d urbanisme de la région (Iaurif), et conformément à la convention n 340/05. La mondialisation économique contemporaine engendre une internationalisation des flux financiers et commerciaux, une implantation des entreprises à l étranger et le développement de multinationales dites mondiales. Les structures productives sont de plus en plus compliquées d un point de vue juridique et financier. Les entreprises françaises n échappent pas à ce phénomène. Ainsi, début 2001, plus de la moitié des salariés des établissements employeurs métropolitains (activités principalement marchandes non agricoles 1 ) est rattachée à une structure de groupe 2. Il existe plusieurs types d organisation tenant compte du lieu théorique de prise de décision des orientations stratégiques des entreprises. La nature du centre de décision détermine le mode de fonctionnement d un établissement. Par exemple, la stratégie de commercialisation est différente selon que l établissement dépend d une petite entreprise locale ou d une multinationale. Nous distinguons dans cette étude trois grands types de centres de décision : les groupes (étrangers ou nationaux), les entreprises multi-établissements (franciliennes ou nationales non franciliennes) et l entreprise francilienne mono-établissement (établissement indépendant où entreprise et lieu de production sont réunis). Une étude des relations entre les établissements et leur centre de décision va permettre d appréhender le niveau de dépendance et le pouvoir de rayonnement d un territoire. La dépendance mesure l importance des emplois d une zone contrôlés par des centres de décision extérieurs au territoire. Le rayonnement mesure l influence des emplois contrôlés par des entreprises du territoire et localisés à l extérieur de la zone. Plus précisément l étude porte sur les caractéristiques du système productif francilien suivant la forme du centre de décision. Elle aborde la dépendance du tissu productif régional à travers la localisation des centres de décision et le rayonnement du territoire. Sont concernés l ensemble des établissements employeurs des secteurs marchands non agricoles. L analyse est affinée au niveau Paris, petite couronne et grande couronne, et comprend des spécifications selon les secteurs d activité et la taille des établissements. La détermination des centres de décision et de leurs établissements a été réalisée à partir de la fusion de trois fichiers gérés par l Insee : le Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene), l enquête sur les liaisons financières (Lifi) et les Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS). 1 Les secteurs de l industrie, de la construction, du commerce et des services auxquels le secteur de la finance et de l assurance a été ajouté. 2 Cf. définitions, page

5 Synthèse Début 2001, l implantation de nombreux sièges sociaux d entreprises ou de têtes de groupes en Ile-de-France entraîne un rayonnement 3 très fort et une dépendance 4 faible de la région francilienne. L Ile-de-France concentre un grand nombre de sièges sociaux ou de têtes de groupes français. L emploi francilien est contrôlé majoritairement par des groupes (60 % des salariés), et plus particulièrement par des groupes de la région. Cependant les groupes (français ou étrangers) contrôlent seulement 16 % des établissements franciliens. Le degré d autonomie 5 de la région vis-à-vis des groupes étrangers est inférieur à la moyenne nationale. En 2001, 15 % de l emploi francilien dépend d un groupe étranger, ce qui place la région en quatrième position (ex æquo avec la Lorraine et le Centre) derrière l Alsace, la Picardie et Haute- Normandie. Les entreprises mono-établissements emploient 27 % des Franciliens et représentent 69 % des établissements. Peu de salariés franciliens travaillent pour une entreprise nationale n ayant pas son centre de décision en Ile-de-France. Le secteur industriel francilien est le plus autonome de la métropole. L industrie automobile est en particulier peu contrôlée par des entreprises ou groupes non franciliens. L Ile-de-France est la région la plus autonome de l Hexagone Huit salariés franciliens sur dix non rattachés à un centre décisionnel implanté dans la région travaillent pour des groupes étrangers. Ce taux est supérieur de 18 points à la moyenne des autres régions. Les emplois d Ile-de-France sont rattachés principalement à des centres de décision de Rhône-Alpes, du Nord - Pas-de-Calais et de la Provence-Alpes-Côte d Azur. Les salariés des établissements parisiens sont les moins dépendants de la France métropolitaine après ceux de la Haute-Corse. Zoom géographique Paris est au cœur du tissu productif français et régional. Les emplois parisiens sont reliés à des centres de décision de la capitale (66 % des salariés parisiens). Au sein de la région, les centres de décision parisiens influent sur la petite couronne et, dans une moindre mesure, la grande couronne. Paris contrôle fortement les salariés des départements des Hauts-de-Seine et de l Essonne. Deux départements de grande couronne sont les plus dépendants de France : Yvelines et Val-d Oise. Les salariés travaillent principalement pour des centres de décision parisiens et de la petite couronne. 3 La dépendance mesure pour un territoire le volume d emplois contrôlés par des centres de décision extérieurs à ce territoire. 4 Le rayonnement mesure l influence en termes d emploi des centres de décision du territoire étudié en rapportant le nombre de salariés externes au territoire mais dépendant de centres de décision de ce territoire sur le total de l emploi de ce territoire. Ce taux ainsi calculé peut être supérieur à 100 % si le territoire étudié comporte de nombreux centres de décision. 5 Niveau d autonomie = 1-niveau de dépendance

6 Le système productif francilien est le plus influent de France métropolitaine L Ile-de-France exerce une forte influence sur trois régions métropolitaines : Rhône-Alpes (département du Rhône), Nord - Pas-de-Calais (département du Nord) et Provence-Alpes-Côte d Azur (département des Bouches-du-Rhône). En dehors de l Hexagone, l influence francilienne est située principalement dans les départements ou territoires d outre-mer. L industrie francilienne est fortement influente sur le territoire français. Pour ce secteur, c est la seule région française où le nombre d emplois localisés à l extérieur de la région est supérieur au nombre d emplois de la région. Paris est le département le plus rayonnant de France. Les salariés contrôlés par des centres de décision de la capitale se situent principalement dans la petite couronne, les Yvelines, le Nord et le Rhône. La capitale a la main mise sur l industrie et en particulier l industrie automobile. La petite couronne possède également une influence notable. Sur son territoire se situent les deux départements les plus attractifs du pays après la capitale : les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis. La petite couronne contrôle des emplois dans le Nord, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, la Seine- Maritime, le Val-d Oise, les Yvelines et Paris. Le rayonnement de la grande couronne est faible pour la région (15 %). Cependant, le territoire est la quatrième zone de France métropolitaine en termes d influence économique après Paris, la petite couronne et le Nord - Pas-de-Calais. L influence de la grande couronne concerne notamment le Nord, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, les départements de la petite couronne et Paris. Figure 1 - Taux de dépendance et de rayonnement par secteur d activité en Ile-de-France Ene r gie Dépendance faible rayonnement très fort 265 Dépendance forte rayonnement très fort Industrie automobile 215 Industrie des biens intermédiaires industrie agricoles et alimentaires Transports Activités financières Moyenne Ile-de-France (20,74) 0 Construction Industrie des biens 40 Services aux entreprises d'équipement Activités immobilières Services aux particuliers 15 Commerce Industrie des biens de consommations Dépendance faible rayonnement faible Dépendance forte rayonnement faible Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi

7 Données de cadrage Début 2001, près de établissements employeurs du secteur marchand non agricole sont situés en Ile-de-France, soit 23 % du parc national. Ils emploient salariés soit 27 % salariés métropolitains. La moitié de ces emplois se situent dans le secteur des services et notamment dans les services aux entreprises avec les activités conseils et assistance. L industrie (hors industrie agricole et alimentaire) et le commerce emploient respectivement 18 % et 19 % de salariés franciliens. Les salariés des établissements industriels ou du tertiaire hors commerce sont principalement des salariés des gros établissements ou des établissements de taille moyenne (de 50 à moins de 250 salariés). A l inverse, les salariés de la construction et du commerce travaillent dans des petites structures. Cependant, les établissements de taille moyenne sont les plus importants employeurs de la région avec 23 % des salariés. Les petits établissements (moins de 10 salariés) représentent huit établissements franciliens sur dix. A l opposé, les établissements de 500 salariés et plus emploient 20 % de salariés de la région mais représentent peu d établissements. Tableau 1 - Répartition des établissements et des salariés selon le secteur d'activité en Ile-de-France Etablissements Salariés Secteur d activité Répartition Répartition Nombre (en %) Nombre (en %) Industrie , ,6 dont : industries hors industrie agricole , ,0 et alimentaire Construction , ,6 Commerce , ,4 Autres tertiaires , ,4 dont : services aux entreprises , ,2 services aux particuliers , ,5 Ensemble , ,0 Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi

8 1 Les structures productives d Ile-de-France Au 31 décembre 2000, la région Ile-de-France accueille 1 million de sièges sociaux d entreprises (entreprise multi-établissement ou mono-établissement). Ils sont situés principalement à Paris (43 %) et dans les Hauts-de-Seine (13 %). Les arrondissements de l ouest parisien sont les lieux d implantation privilégiée des sièges sociaux dans la capitale. Le 8 e arrondissement accueille 13 % de sièges sociaux de Paris. Et le 16 e arrondissement en accueille 9 %. Tableau 2 - Répartition des sièges sociaux par département et tranche d'effectif salarié de l'entreprise en Ile-de-France Département Nombre Tranche d'effectif salarié de l'entreprise (en %) de sièges sociaux Aucun De 1 à moins De 20 à moins 500 salariés salarié de 20 salariés de 500 salariés ou plus Paris ,2 34,6 2,1 0,1 Hauts-de-Seine ,5 31,9 3,3 0,3 Seine-Saint-Denis ,0 35,5 2,5 0,1 Val-de-Marne ,4 36,0 2,5 0,1 Seine-et-Marne ,7 32,8 2,4 0,1 Yvelines ,3 31,3 2,3 0,1 Essonne ,5 34,7 2,7 0,1 Val-d Oise ,6 33,9 2,4 0,1 Ile-de-France ,5 34,0 2,4 0,1 Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene) au 31/12/2000 Figure 2 - Répartition des sièges sociaux d'entreprises en Ile-de-France en 2000 Source : Insee, Répertoire des entreprises et des établissements (Sirene) au 31/12/

9 1.1 - Des emplois principalement rattachés à des groupes franciliens Des têtes de groupes implantées en Ile-de-France La région accueille de nombreux sièges sociaux d entreprises ou de têtes de groupes. Une forte proportion des emplois franciliens dépend d un groupe (60 %), et particulièrement d un groupe francilien. Quatre salariés franciliens sur dix sont reliés à une tête de groupe implantée en Ile-de- France. Par comparaison, 20 % des salariés des établissements productifs métropolitains dépendent d une tête de groupe implantée dans la même région. Paris est au cœur de la région. Parmi les dix plus grands établissements franciliens appartenant à un groupe francilien, quatre se situent à Paris. L Ile-de-France est peu contrôlée par des sièges sociaux ou de têtes de groupes implantés dans une autre région française. Les emplois rattachés à un groupe étranger rassemblent 15 % des salariés et, en particulier, 9 % pour les groupes de l Union européenne à 15. Le département des Yvelines accueille, par exemple, l établissement de 500 salariés ou plus «EADS launch véhicules», dont la tête de groupe est hollandaise. Les groupes étrangers les plus présents sont implantés dans les pays limitrophes (Allemagne, Benelux, Royaume-Uni) ou aux Etats-Unis. Trois salariés sur dix des établissements franciliens travaillent dans des entreprises de la région mono-établissements (le centre de décision et l établissement ne font qu un). Peu de salariés franciliens œuvrent pour des entreprises nationales n ayant pas leur centre de décision en Ile-de- France (par exemple «Casino France»). Au sein de la région, la moitié des salariés parisiens appartient à des groupes. Les salariés de la petite couronne et de la grande couronne sont moins dépendants des groupes (respectivement 35 % et 30 % des salariés). En province, cette part est de 51 %. Tableau 3 - Classification des établissements franciliens selon le type du centre de décision Etablissements Salariés Type du centre de décision Répartition Répartition Nombre (en %) Nombre (en %) Un groupe , ,9 D un groupe francilien , ,7 D un groupe français hors Ile-de-France , ,9 D un groupe étranger , ,3 Une entreprise francilienne , ,1 Multi-établissements , ,8 Mono-établissements , ,3 Une entreprise hors Ile-de-France , ,2 Ensemble Dont contrôlés par un centre de décision non francilien ,0 7, ,0 20,4 Source : Insee, Sirene- DADS-Lifi

10 L emploi parisien contrôlé par des centres de décision de la capitale Les salariés parisiens sont rattachés à des centres de décision de la capitale (35 % pour les groupes et 13 % pour les entreprises multi-établissements). En province, cette proportion de salariés est deux fois moindre. Au niveau francilien, les trois quarts des salariés parisiens sont contrôlés par un groupe ou une entreprise de la région. Ceci est dû à la présence de nombreux sièges sociaux à Paris (La SNCF, EDF, BNP Paribas) et dans les Hauts-de-Seine (Renault, Total Fina Elf SA). Un salarié des établissements parisiens sur 10 dépend de centre de décision étranger. Parmi ceux-ci, les groupes appartenant à la communauté européenne sont les plus présents et emploient les trois quarts des salariés des établissements contrôlés par l étranger. Les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont les deux pays les plus représentés au niveau européen. En province, 12 % des salariés appartiennent à un groupe étranger. Un salarié parisien sur cinq est rattaché à un centre de décision francilien hors Paris. Figure 3 - Répartition des salariés parisiens selon la nature du centre de décision Entreprise nationale hors Paris (6%) Groupe parisien (35%) Entreprise parisienne mono-établisement (30%) Groupe français hors Paris (5%) Entreprise parisienne multi-établissements (13%) Groupe étranger (11%) Source : Insee, Sirene-DADS-Lifi

11 Les salariés de la petite couronne rattachés à une entreprise nationale Parmi les 1,3 million de salariés de la petite couronne, la moitié travaille dans les Hauts-de-Seine, un quart dans le Val-de-Marne et un quart en Seine-Saint-Denis. Les salariés de la petite couronne dépendent à 41 % d une entreprise nationale. Plus précisément, un tiers des salariés des établissements de la petite couronne est rattaché à des entreprises nationales hors petite couronne. Le contrôle par des entreprises mono-établissements caractérise également l emploi dans la petite couronne (24 % des salariés). L impact des groupes est beaucoup plus faible que pour la capitale. En particulier, les groupes français hors petite couronne sont peu présents (4 % de l emploi). Au sein de la petite couronne, les salariés des Hauts-de-Seine présentent la particularité de dépendre de groupe (43 %) et surtout de groupe du département (20 %). Les salariés de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne sont plus nombreux à travailler pour des entreprises mono-établissements (30 % contre 18 % pour les Hauts-de-Seine). Pour chaque département de la petite couronne, la moitié des salariés dépendant d un groupe ou d une entreprise française est contrôlée par des centres de décision parisiens. 17 % des salariés des établissements situés en Seine-Saint-Denis et 13 % de ceux du Val-de-Marne sont reliés à un centre de décision situé dans les Hauts-de-Seine A l inverse, seulement 1 % des salariés des Hauts-de- Seine travaille pour un centre de décision situé dans l un des deux autres départements de la petite couronne. Figure 4 - Répartition des salariés de la petite couronne selon la nature du centre de décision Groupe de la petite couronne (14%) Groupe français hors petite couronne (4%) Entreprise nationale hors petite couronne (33%) Groupe étranger (17%) Entreprise de la petite couronne multiétablissements (8%) Entreprise de la petite couronne monoétablissement (24%)

12 Les emplois de la grande couronne contrôlés par des entreprises nationales Parmi le million de salariés de la grande couronne, un tiers travaille dans les Yvelines, un quart dans l Essonne, un quart dans le Val-d Oise et un cinquième en Seine-et-Marne. 35 % des salariés des établissements de la grande couronne sont rattachés à des entreprises nationales et 28 % sont dans des entreprises mono-établissements. Comme pour la petite couronne, les groupes français sont peu présents. Au sein de la grande couronne, les salariés des Yvelines dépendent le plus d entreprises françaises (40 %). Les salariés de Seine-et-Marne sont plus nombreux à travailler pour une entreprise monoétablissement (33 %). Pour chaque département de la grande couronne, 46 % des salariés reliés à un groupe ou une entreprise française sont contrôlés par des centres de décision parisiens. De plus, les salariés du Vald Oise travaillent à 16 % pour un centre de décision situé en Seine-Saint-Denis et ceux des Yvelines sont 12 % à être rattachés à un groupe ou une entreprise des Hauts-de-Seine. Figure 5 - Répartition des salariés de la grande couronne selon la nature du centre de décision Groupe de la grande couronne (8%) Groupe français hors grande couronne (5%) Entreprise nationale hors grandecouronne (35%) Groupe étranger (17%) Entreprise de la grande couronne multiétablissements (7%) Entreprise de la grande couronne monoétablissement (28%)

13 1.2 - Influence du centre de décision sur la structure de l activité francilienne Une construction synonyme d activité indépendante et une industrie plus internationale Tous secteurs confondus, la part des salariés franciliens travaillant dans un établissement relié à un groupe ou une entreprise francilienne est importante : 40 % contre 12 % pour la province. Cependant, il existe une différence en ce qui concerne l internationalisation des secteurs. Par nature, la construction est l activité la plus indépendante. La moitié des emplois franciliens de ce secteur est contrôlée par des entreprises mono-établissements. Ceci s explique, en partie, par la taille des établissements. Les emplois des entreprises franciliennes mono-établissements sont à 73 % dans des établissements de moins de 20 salariés, lesquels concentrent 45 % des salariés du secteur de la construction. A l opposé, l industrie est plus internationalisée. Dans ce secteur, sept salariés franciliens sur dix travaillent pour des groupes. La part des emplois contrôlée par des groupes étrangers est de 22 %. Dans la pharmacie, la parfumerie ou l entretien, 47 % des salariés travaillent pour des groupes étrangers. Au contraire, dans l industrie automobile, 88 % des emplois se situent dans un groupe francilien. La présence de sièges sociaux de groupes automobiles français dans la région explique ce résultat (Renault, Peugeot Citroën SA). Le secteur tertiaire est plutôt orienté vers des centres de décision de la région. Les entreprises franciliennes mono-établissements emploient un tiers des salariés du commerce. Le commerce et la réparation automobile concentrent 40 % de ces salariés dans ce type de centre de décision. Les établissements du secteur tertiaire hors commerce sont rattachés principalement à des groupes d Ile-de-France. En particulier, trois salariés sur cinq travaillent pour de tels groupes dans les activités financières

14 Figure 6 - Répartition des emplois selon le centre de décision et le secteur d'activité 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Industrie Dont industrie hors IAA Construction Commerce Autres tertiaires Dont services aux entreprises Dont services aux particuliers Groupe d' Ile-de-France Groupe français hors Ile-de-France Groupe étranger Entreprise francilienne mono-établissement Entreprise francilienne multi-établissements Entreprise hors Ile-de-France Les établissements contrôlés par des groupes franciliens sont les plus grands En Ile-de-France, la taille moyenne des établissements dépendant d un groupe est de 41 salariés (17 salariés en province). Celle des établissements franciliens dont le centre de décision n est pas un groupe (82 % des établissements franciliens) est de 5 salariés. Elle est de 4 pour les seules entreprises franciliennes mono-établissements. Les groupes contrôlent majoritairement les établissements franciliens de plus de 20 salariés. Les groupes franciliens détiennent 73 % des établissements de 500 salariés, dont l effectif moyen est de 45 salariés. Les groupes étrangers sont représentés à un tiers par des établissements de 50 à 250 salariés. L effectif moyen par établissement est également fort (42 salariés). Cette moyenne est moins importante que dans d autres régions, comme la Picardie (62 salariés). En province, la moyenne est de 38 salariés. A l opposé, les centres de décision, qui ne sont pas des groupes, sont représentés par des établissements de moins de 20 salariés. Ceci est particulièrement vrai pour les entreprises franciliennes mono-établissements. La région francilienne est caractérisée par des activités tertiaires concernant des établissements de petites et moyennes tailles, plutôt reliés à des groupes ou entreprises de la région

15 Figure 7 - Répartition des salariés rattachés à un groupe selon le type de groupe et la taille de l établissement Ensemble des groupes Dépendant d'un groupe étranger Dépendant d'un groupe f rançais hors Ile-de-France D'un groupe d'ile-de-france % Moins de 20 salariés De 20 à moins de 50 salariés De 50 à moins de 250 salariés De 250 à moins de 500 salariés 500 salariés ou plus Figure 7 (suite) - Répartition des salariés selon le type du centre de décision hors groupe et la taille de l'établissement Ensemble hors groupe Une entreprise nationale Une entreprise francilienne mono-établissement Une entreprise francilienne multi - établissements % Moins de 20 salariés De 20 à moins de 50 salariés De 50 à moins de 250 salariés De 250 à moins de 500 salariés 500 salariés ou plus

16 2 La région française la plus autonome Une dépendance centrée autour de l Ile-de-France Début 2001, l Ile-de-France est la région la moins dépendante 6 de l Hexagone : deux salariés sur dix seulement sont rattachés à la province ou à l étranger. La présence d un quart des sièges sociaux et de la majorité des têtes de groupes sur le territoire francilien explique, en partie, cette situation. La Corse est également peu dépendante, mais pour d autres raisons (insularité et éloignement). Pour les autres régions, la France est coupée en deux sur un axe Haute-Normandie Rhône-Alpes. Les départements du Bassin parisien dépendent de l Ile-de-France. La présence d infrastructures de transport de personnes et de marchandises fournit une première explication. De plus, les établissements industriels, très présents dans le Bassin parisien, sont contrôlés par des grands groupes français (franciliens dans le secteur automobile par exemple) ou étrangers. Le champ d étude est réduit aux salariés des établissements d Ile-de-France travaillant pour un centre de décision non francilien. En Ile-de-France, salariés appartenant à établissements des secteurs marchands non agricoles dépendent d un centre de décision situé en dehors de la région. Ceci représente un cinquième des salariés franciliens. Ces salariés travaillent à 78 % pour des groupes étrangers (IBM France ou Nestlé France par exemple). Cette proportion est plus forte que dans les autres régions (60 %). 86 % des établissements contrôlés en dehors de la région exercent une activité tertiaire. Ils représentent 60 % des salariés dépendants. Un tiers des établissements sont dans le commerce, un cinquième dans les services aux entreprises et un dixième dans les services aux particuliers Influence des centres de décision en province L Ile-de-France est dépendante principalement de trois régions françaises : Rhône-Alpes, Nord - Pasde-Calais et Provence-Alpes-Côte d Azur. La densité du tissu productif explique largement cette caractéristique géographique. Le Nord - Pas-de-Calais concentre des centres de décision du commerce, et plus particulièrement du commerce de détail, réparations (66 % des salariés franciliens contrôlés par un centre de décision de cette région). La région Rhône-Alpes est axée sur les activités financières (43 %). La région Provence-Alpes-Côte d Azur exerce son influence dans les services (37 % pour les services aux particuliers et 36 % pour les services aux entreprises). A l opposé, la Franche-Comté, la Basse-Normandie, le Languedoc-Roussillon ou le Limousin ne contrôlent quasiment aucun salarié des établissements parisiens. La taille moyenne des établissements dépendant des autres régions est de 29 salariés. Les établissements de 20 à moins de 50 salariés emploient un tiers des salariés. 6 La dépendance mesure pour un territoire le volume d emplois contrôlés par des centres de décision extérieurs à ce territoire. Cf. méthodologie, page

17 Figure 8 - Répartition des salariés franciliens dépendants dans l Hexagone Note de lecture : 22 % des salariés franciliens dépendants travaillent pour un centre de décision de Rhône-Alpes Une dépendance francilienne forte par rapport à l étranger En 2001, 15 % de l emploi francilien dépend d un groupe étranger, ce qui place la région en quatrième position (ex æquo avec la Lorraine et le Centre) derrière l Alsace, la Picardie et la Haute-Normandie. Les centres de décision étrangers les plus employeurs (47 % des salariés franciliens) appartiennent à l Union européenne à 15, et principalement les partenaires économiques comme l Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Pour les groupes étrangers non européens, les Etats-Unis sont les plus gros employeurs avec un salarié francilien travaillant pour un groupe étranger sur dix. Parmi les dix plus grands établissements de la région appartenant à un groupe étranger, cinq sont contrôlés par une tête de groupe américaine (ex Eurodisney). Les salariés franciliens contrôlés par des centres de décision provinciaux ou étrangers sont employés dans des établissements de moins de 20 salariés (32 % des salariés dépendants) ou des établissements de 50 à moins de 250 salariés (23 %)

18 Figure 9 - Répartition des établissements et des salariés selon la localisation du centre de décision hors Ile-de-France Répartition des établissements 22% 6% 3% 5% 5% 10% Répartition des salariés 47% 41% 4% 6% 30% 21% Etranger de l'union européenne à 15 Etranger hors Union européenne à 15 Rhône-Alpes Nord-Pas-de-Calais PACA Autres régions françaises (Métropole + dom) Secteur industriel : le plus autonome de France L industrie francilienne est la plus autonome de la métropole (74 % contre 60 % pour les autres régions). L industrie automobile est peu contrôlée en dehors de la région. Un salarié sur dix seulement est rattaché à un centre de décision provincial ou étranger. A l opposé, un tiers des salariés de l industrie des biens d équipement est relié à l extérieur de la région. La construction est particulièrement autonome en Ile-de-France avec seulement cinq salariés franciliens dépendants pour 100 salariés travaillant dans la région. Pour les autres régions métropolitaines, cette dépendance varie entre 14 % (Poitou-Charentes) et 30 % (Haute-Normandie). Le commerce est le secteur le moins indépendant de la région. Certains grands groupes commerciaux ont leur siège social dans d autres régions comme Auchan ou 3 Suisses dans le Nord - Pas-de-Calais. L Ile-de-France est entourée au Nord de régions où le tertiaire (hors commerce) est peu autonome. Les salariés du secteur tertiaire, autre que le commerce, sont moins liés que les salariés des autres régions métropolitaines. Les établissements de services aux entreprises, très présents en Ile-de- France, emploient des salariés contrôlés faiblement par des centres de décision non franciliens. Par exemple dans les postes et télécommunications, seulement trois salariés franciliens sur 100 sont rattachés à un centre de décision de province ou étranger. La présence des sièges sociaux des grandes entreprises nationales (La Poste, France Télécom) sur le territoire explique en partie ceci

19 Le conseil et l assistance et les activités financières, point fort de l Ile-de-France, possèdent une dépendance moyenne. Un cinquième et respectivement un quart des salariés de ces secteurs travaillent pour des établissements dont le centre de décision n est pas localisé dans la région. Figure 10 - Répartition des salariés franciliens dépendants par secteur d'activité Industrie des biens d'équipement Commerce Industrie des biens intermédiaires Industrie de biens de consommations Activités financières Industrie agricoles et alimentaires Ensemble Services aux entreprises Services aux particuliers Transports Industrie automobile Activités immobilières Construction Energie %

20 2.5 - Paris : des centres de décision étrangers ou franciliens A Paris, salariés dépendent d un centre de décision situé en dehors du département. La moitié de ces salariés est rattachée à des groupes étrangers et un tiers à des groupes ou entreprises franciliennes non parisiens. Les salariés parisiens employés par des établissements, dont le centre de décision est situé dans la région, dépendent principalement des Hauts-de-Seine (65 %) ou de l Essonne (14 %). Les salariés des établissements parisiens sont les plus autonomes de France métropolitaine, juste derrière les salariés de la Haute-Corse. Ils possèdent le même niveau de dépendance que les salariés franciliens (20 %). Figure 11 - Répartition des établissements et des salariés parisiens selon la nature du centre de décision Répartition des établissements 15 % 23 % 16 % 24 % 31 % Répartition des salariés 7 % 38 % 7 % 6 % 5 % 50 % 55 % Petite Couronne Grande Couronne Rhône-Alpes Autres régions + Dom Etranger Union Européenne à 15 Etranger hors Union Européenne à

Différents types d organisation et de centres de décision

Différents types d organisation et de centres de décision Les groupes régionaux occupent une place importante dans l emploi du Nord-Pas-de-Calais et contrôlent de nombreux salariés dans les autres régions françaises. Ce fort rayonnement se concentre essentiellement

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France

Juillet 2014. A partir du traitement de l enquête ES 2010. Carole Peintre Fanny Rougier. CEDIAS CREAHI Île-de-France «Qualifier les profils des personnes en situation de handicap accueillies hors de leur région de domiciliation et caractériser les équipements dont elles bénéficient» A partir du traitement de l enquête

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

REGION BASSE-NORMANDIE

REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

La fréquentation des grandes gares franciliennes

La fréquentation des grandes gares franciliennes La fréquentation des grandes gares franciliennes Mars 2015 Grandes enquêtes Pour mieux connaître la fréquentation et le profil des utilisateurs des dix grandes gares d Île-de-France, une vaste campagne

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

démographie des masseurs-kinésithérapeutes

démographie des masseurs-kinésithérapeutes démographie des masseurs-kinésithérapeutes Île de France - Réunion 95 78 974 93 92 75 94 91 77 75 77 78 91 92 - Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine conseil national de l ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Plus en détail

Atlas fiscal de la France : Édition 2010

Atlas fiscal de la France : Édition 2010 LES CAHIERS DE LA DGFiP Avril 2013 Focus fiscalité Atlas fiscal de la France : Édition 2010 L Atlas fiscal de la France est une nouvelle publication de la DGFiP destinée à proposer une approche du territoire

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE Monographie économique LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Le plan filières des éco-activités en Île-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre de commerce

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE

RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE Page 1 RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE Page 2 Page 3 RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE Sommaire Sommaire... 3 Edito... 4 Champ d application et d observation... 6 Établissements..14 Effectifs...

Plus en détail

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel,

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel, 5 LES APPRENTIS 5 5.1 Les effectifs des centres de formation d apprentis : évolution 152 5.2 Les apprentis par région et académie 154 5.3 L'apprentissage dans le second cycle professionnel 156 5.4 Les

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 Professionnels de santé : exercer dans le Val-de-Marne Jeudi 04 avril 2013 La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 1 Dr Bernard LE DOUARIN Président CDOM Val-de-Marne Selon les prévisions

Plus en détail

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES Mise à jour 2014 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES L ACCOS a recensé 30 463 établissements employant 343 976 salariés en Seine-et-Marne fin 2013, soit sur un an, une légère hausse de + 0.12 % du nombre

Plus en détail

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France!

Édition avril 2014. Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS. Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! Édition avril 2014 Artisanat du Bâtiment LES CHIFFRES CLÉS 2014 Dans le bâtiment, l'artisanat est toujours la première entreprise de France! éditorial L artisanat du bâtiment demeure cette année encore

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE

Liste des variables Fichier ME109603 MENAGE Liste des s Fichier ME109603 MENAGE Index des s : AADATE : Date de l'enquête... 3 AAPERIODE : Période... 3 AAPOID9603 : Coefficient de pondération... 3 AAPOID9903 : Coefficient de pondération... 3 AAPOIDSF

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire EXPÉRIENCE CLIENT Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en avril 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1002 panélistes

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2013... 3 Agents qualifiés de laboratoire (techniciens, ouvriers

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle

Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle Pôle n 13 : Pôle de La Sentinelle S'étendant sur la majeure partie de la commune de La Sentinelle mais également à la marge sur les communes de Valenciennes et Trith-Saint- Léger, ce pôle regroupe plus

Plus en détail

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE GRANDn 15 VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE : LES TROIS GRANDES CATEGORIES DE VIOLENCES PHYSIQUES NON CRAPULEUSES ANGLE

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de l Habillement et des articles textiles Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire Portrait statistique des entreprises et

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

E T U D E M U L T I C L I E N T

E T U D E M U L T I C L I E N T E T U D E M U L T I C L I E N T IIDC France : 124, Bureaux de la Colline, 92213 Saint-Cloud Cedex, France. Téléphone : 33.1.55.39.61.00 Fax : 33.1.55.39.61.01 L e M a r c h é d e s L o g i c i e l s e

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES Mise à jour 2015 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES L ACOSS a recensé 30 571 établissements du secteur privé qui employaient 346 167 salariés en Seine-et-Marne fin 2014, soit sur un an, une légère hausse

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

Dares. Analyses L ÉVOLUTION DES MÉTIERS EN FRANCE DEPUIS VINGT-CINQ ANS

Dares. Analyses L ÉVOLUTION DES MÉTIERS EN FRANCE DEPUIS VINGT-CINQ ANS Dares Analyses SEPTEMBRE 2011 N 066 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L ÉVOLUTION DES MÉTIERS EN FRANCE DEPUIS VINGT-CINQ ANS En vingt-cinq ans,

Plus en détail

Edition février 2015. CEGEDIM CD, droits réservés : GDR_201502

Edition février 2015. CEGEDIM CD, droits réservés : GDR_201502 1 Edition février 215 Chaque mois, CEGEDIM CD propose une vue de son référentiel ENTREPRISES, constitué à partir du répertoire SIRENE (source INSEE) valorisé (fiabilisation & enrichissement), pour vous

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est :

S'abonner à l'offre Bison Futé c'est : 1 En complément de la publication des informations routières sur le site internet Bison Futé, un service gratuit de diffusion par messagerie électronique est ouvert aux professionnels. Pour recevoir l'information

Plus en détail

Etude des Trajets «Domicile-Etablissement» des enfants handicapé s pris en charge dans les é tablissements mé dico-sociaux de la ré gion Ile-de-France

Etude des Trajets «Domicile-Etablissement» des enfants handicapé s pris en charge dans les é tablissements mé dico-sociaux de la ré gion Ile-de-France Etude des Trajets «Domicile-Etablissement» des enfants handicapé s pris en charge dans les é tablissements mé dico-sociaux de la ré gion Ile-de-France Dans le cadre de l élaboration du schéma régional

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d œuvre dans la Plasturgie Année 2014 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2014... 3 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...3

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Territoires, compétences et gouvernance

Territoires, compétences et gouvernance Territoires, compétences et gouvernance État des connaissances sur la remise et les taxis Le 4 avril 2012 Agnès Parnaix Tél. : 01 77 49 76 94 agnes.parnaix@iau-idf.fr 1 Sommaire SDCI et périmètres intercommunaux

Plus en détail

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire

Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Le commerce de proximité Repérage statistique et implantation sur le territoire Gwennaël Solard Insee - Division Commerce Chargé d études 18 boulevard Adolphe Pinard 75675 Paris Cedex 14 tél : 01 41 17

Plus en détail

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris

L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 354 - Avril 2011 Emploi L établissement de la Direction générale de l armement de Bagneux : un impact limité sur l emploi dans les Hauts-de-Seine comme à Paris Au 1

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Tableau économique de l artisanat MAI 2014 Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires Tableau économique de l artisanat

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

8.4. Les accidents. La santé observée dans les régions de France

8.4. Les accidents. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Les accidents 8.4 Le contexte Les accidents, souvent générateurs de handicaps sévères et de décès ont un coût à la fois humain, économique et social très lourd.

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

LE LOGEMENT EN FRANCE CELLULE ÉCONOMIQUE FNAIM

LE LOGEMENT EN FRANCE CELLULE ÉCONOMIQUE FNAIM LE LOGEMENT EN FRANCE CELLULE ÉCONOMIQUE FNAIM 2014 www.fnaim.fr MARS 2015 01TABLE DES MATIÈRES 01 / INTRODUCTION.... 4 02 / LA FNAIM EN CHIFFRES... 5 03 / LE PARC DE LOGEMENTS........................................6

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013

NOTE CONJONCTURELLE. Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans MAI 2013 MAI 2013 NOTE CONJONCTURELLE Les rémunérations dans les SSII : des niveaux peu attractifs pour les juniors et dissuasifs pour les plus 45 ans Sextant Expertise 27, Boulevard des Italiens 75002 Paris Tél.

Plus en détail

Première partie. Les employeurs et l emploi. dans le spectacle vivant. Données 2013

Première partie. Les employeurs et l emploi. dans le spectacle vivant. Données 2013 Tableau de bord statistique Première partie Les employeurs et l emploi dans le spectacle vivant Données 2013 Publication Juin 2015 L'Observatoire prospectif des métiers, des qualifications et des compétences

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Vieillissement de la population salariée dans l Economie Sociale et Solidaire & renouvellement des équipes

Vieillissement de la population salariée dans l Economie Sociale et Solidaire & renouvellement des équipes Chorum Initiatives pour le Développement de l'economie Sociale Vieillissement de la population salariée dans l Economie Sociale et Solidaire & renouvellement des équipes Etude CHORUM / CNCRES - mars 2011

Plus en détail

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV)

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête Participation culturelle & sportive de mai 2003 (EPCV) Liste des s Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV) Index des s : AGEDPR : Age de la personne de référence (8 modalités)... 3 AGEPR : Age de la personne de référence...

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008

Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france Portrait de métiers Les métiers de la mécanique C E quipe de réalisation..rédaction : Franck

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES. Cécile BAZIN. Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET. et la CCMSA

L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES. Cécile BAZIN. Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET. et la CCMSA L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES 3 ème édition - Décembre 2011 Cécile BAZIN Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET Etude réalisée en coopération avec l ACOSS-URSSAF et la

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention

Synthèse. Dynamique de l emploi. J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention J0Z-Ouvriers non qualifiés de la manutention Synthèse Les ouvriers non qualifiés de la manutention assurent le chargement, le déchargement, le tri, l emballage et l expédition de marchandises. Ils sont

Plus en détail

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par

Le programme national de dépistage systématique du cancer du sein a été établi par Dépistage organisé du cancer du sein : le cahier des charges et son bilan après deux ans du Plan cancer Breast cancer screening: the protocol and its evaluation two years after the national plan for cancer

Plus en détail