COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE"

Transcription

1 COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE 2EME SEMESTRE 2003 Bruno ROBINE Disponible gratuitement auprès du CESR 29, rue Barbet-de-Jouy Paris Tél : Télécopie : Site Internet :

2 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN ILE-DE-FRANCE Selon le CEGES 1, si l économie sociale est le terme générique pour désigner les groupements de personnes (et non de capitaux) jouant un rôle économique, l économie solidaire est une forme émergente de l économie sociale, surtout axée vers les initiatives de développement local, de réinsertion et de lutte contre l exclusion. Le secteur de l économie sociale 2 s est ouvert récemment à l économie solidaire pour ne faire plus qu un seul secteur, le Secteur de l Economie Sociale et Solidaire (SEE). Il est le regroupement de trois familles : - les coopératives de toutes natures (salariés, usagers), - les mutuelles (d assurance ou de prévoyance santé), - et la plupart des associations gestionnaires. A ces trois familles, qui constituent le cœur historique, est intégrée aujourd hui dans le périmètre de l économie sociale et solidaire une quatrième famille : les «marges 3» qui recouvre des entités hétérogènes tant par leur statut juridique que par leur activité exercée. Héritière du mouvement d innovation sociale et institutionnel promu par les «utopistes» du XIXe siècle, l Economie Sociale et Solidaire présente une physionomie qui n a plus grand chose à voir avec celle qu elle avait à cette époque. Elle s est profondément transformée au cours de l histoire au point de regrouper, au sein du mouvement associatif, des structures soumis à la TVA, ou encore, au sein du mouvement coopératif, des SCOP présentant un mode de fonctionnement proche de celui de l entreprise privée. L économie sociale est, malgré ces réserves, régie par une charte qui énonce les grands principes d appartenance fondant son unité identitaire : liberté d adhésion, gestion démocratique (un individu, une voix), bénévolat des administrateurs, but non lucratif et primauté de l homme sur le capital notamment. 1 L économie sociale et solidaire : principales caractéristiques L Insee en croisant la catégorie juridique de l établissement avec l activité exercée comptait établissements au niveau national. La structure des établissements A la même époque, l INSEE toujours selon cette méthode recensait en Ile-de-France établissements appartenant à ce secteur composite, soit 10 % de l ensemble des établissements de la région. 1 Conseil des Entreprises et Groupements de l Economie Sociale. 2 L économie sociale a été reconnue officiellement par décret en les caisses d épargne et de prévoyance, les fondations, les comités d entreprise, les congrégations, les groupements d employeurs, les sociétés mixtes d intérêt agricole, les associations-organisations syndicales, politiques ou culturelles. Disponible gratuitement auprès du CESR 29, rue Barbet-de-Jouy Paris Tél : Télécopie : Site Internet :

3 Les établissements de l économie sociale et solidaire Coopératives Mutuelles Associations Marges Typologie détaillée Etablissements en 2000 Nombre total % , , , ,7 Ensemble ESS Ensemble des secteurs franciliens Source : Insee, DADS et répertoire Sirene ,0 - Comme pour les autres secteurs de l économie régionale, Paris est de loin le premier département en termes d implantation des établissements de l économie sociale et solidaire francilienne : plus de 46 % d entre eux y sont domiciliés, soit le double de l ensemble des trois départements de la petite couronne. Répartition géographique des établissements de l ESS francilienne (en %) Petite couronne Grande couronne Paris Hauts de Seine Seine St Denis Val de Marne Seine et Marne Yvelines Essonne Val d Oise Coopératives 25,0 7,8 7,0 6,9 22,0 12,5 10,2 8,5 Mutuelles 45,9 11,0 8,0 7,8 7,4 8,6 5,6 5,6 Associations 47,3 10,1 6,6 6,3 7,0 8,1 6,2 8,6 Marges 39,1 14,8 7,8 10,2 7,9 8,6 7,4 5,6 Ile-de-France (nombre) ESS 46,1 12,1 8,4 7,5 7,6 8,9 6,7 6, Source : Insee, répertoire Sirene % des établissements de l ESS francilienne dépendent d entreprises dont les établissements sont tous implantés en Ile-de-France ; des entreprises qui sont mono actives dans leur quasi totalité et ont vu le nombre de leurs établissements passer de à entre 1995 et Un tiers seulement des établissement du secteur de l économie sociale et solidaire emploie des salariés. Les petits établissements y sont prédominants (46 % de 1 à 5 salariés), seulement établissements, sur les ayant déclarés des salariés au cours de l année, comptent au moins 50 salariés (non occasionnels). La démographie de l emploi Au 31 décembre de l année 2000, l effectif salarié de l ESS s élevait à personnes et représentait 7 % de l emploi salarié dans la région Ile-de-France. Mais la particularité du secteur est le caractère temporaire et occasionnel de nombreux emplois occupés dans l année. Ainsi en 2000, on dénombre emplois, soit plus du double de l effectif salarié au 31 décembre : - L emploi occasionnel représente un tiers du volume global des emplois ; - l emploi non occasionnel est constitué de emplois permanents et de emplois non permanents. Entre 1997 et 2000, le nombre d emplois dans l ESS est passé de à emplois mesurés en flux sur l année. Une progression significative ( emplois salariés supplémentaires) mais qui fut inférieure à celle de l économie régionale. 3

4 Avec près de emplois en 2000, la féminisation de l emploi est très forte dans l économie sociale et solidaire. En effet, 58 % des salariés sont des femmes, taux à rapprocher des 46 % de salariées dans le secteur des services et 44 % dans l ensemble des secteurs franciliens. Coopératives Mutuelles Associations Marges Ensemble ESS Caractéristiques de l emploi en 2000 dans l ESS en Ile-de-France Part (en %) des Emplois Moins de 30 ans Salariés ne travaillant pas à temps complet (1) féminins femmes hommes femmes hommes ensemble Ensemble Ile-de-France Source : Insee, DADS 2000 (1) essentiellement le travail à temps partiel et le travail intermittent Globalement, les salariés de l ESS sont plus âgés que dans l ensemble de l économie régionale : 32 % d entre eux ont moins de trente ans, chiffre quasiment identique pour les deux sexes. Le travail à temps partiel et le travail intermittent est globalement important dans le secteur de l économie sociale et solidaire ; il dépasse de 16 points la moyenne régionale (49 % contre 33 %). Un secteur où la répartition des catégories socioprofessionnelles exercées diffère de celle observée dans l ensemble de l économie francilienne (voir tableau ci-dessous). Coopératives Mutuelles Associations Marges Ensemble ESS Milliers 6,5 6,8 116,8 10,0 140,1 Cadres Emplois par catégories socioprofessionnelle Part des Femmes Professions intermédiaires Employés Ouvriers Apprentis et stagiaires Part des Part des Part des Milliers Femmes Milliers Femmes Milliers Femmes Milliers 10,7 56 8,6 71 7,1 27 1,4 60 8, ,7 78 0,8 38 0, , , , , , ,3 73 4,2 33 0, , , , ,3 55 Part des Femmes 43 Ensemble Ile-de-France 1 669, , , , ,9 41 Source : Insee, DADS 2000 Les professions intermédiaires y sont plus fréquentes (35 % contre 23 %) et les ouvriers le sont moins (9 % contre 24 %). Les cadres, y compris les chefs d entreprise, sont plus nombreux à travailler dans le secteur de l ESS (23 %) que dans celui des services (19 %). Quelle que soit la famille de l économie sociale et solidaire, les femmes sont sur représentées dans les postes d employés et les professions intermédiaires. Plus nombreuses globalement que les hommes, elles occupent moins fréquemment des postes de cadres (leur part oscille entre 12 % et 18 %, celle des hommes entre 25 % et 32 %). En 2000, le salaire annuel net moyen des salariés non occasionnels, permanent, s élève à dans l ESS. Dans l ensemble les salaires sont plus faibles que dans le reste de l économie régionale : pour les salariés employés dans les services et pour ceux exerçant une activité dans les «autres secteurs». 4

5 Salaire annuel net moyen offert (en milliers d euros) par catégories socioprofessionnelle (emploi permanent) selon le sexe Cadres Professions Employés Ouvriers Ensemble intermédiaires Ensemble ESS Hommes Femmes 37,7 41,7 32,3 21,9 23,0 21,2 16,2 16,8 16,0 11,6 12,5 9,4 21,5 24,7 19,5 Services 44,8 23,9 16,7 16,8 26,5 Autres secteurs 43,5 25,2 18,3 17,8 26,3 Ensemble Ile-de-France 44,2 24,1 16,9 17,0 26,2 Source : Insee, DADS L analyse par grande famille Plus de neuf établissements sur dix sont des associations Les associations constituent de loin la catégorie principale de l ESS francilienne tant en nombre d établissements, qu en volume d emplois salariés. Elles se distribuent sur un très large spectre d activités, dont la plupart constituent d importantes fonctions de structuration de la société. Répartition des associations par domaine d activité 10% 2% 8% 50% 25% 3% 2% Education Santé Social Culture, sports, loisirs Accueil, hébergément Services aux entreprises Autres associations Source : Insee, DADS et répertoire Sirene 2000 traitement CESR La moitié des associations peuvent être rattachées aux six domaines suivants : éducation (10 %), santé (2 %), social (8 %), culture-sports-loisirs (25 %), accueil hébergement (2 %), et services aux entreprises (3 %). L autre moitié est composée d une multitude d activités 4 qui demande un gros travail pour appréhender finement cette nébuleuse du monde associatif. 80 % des associations sont composées de petites entreprises mono- établissement, dont le siège est dans 99 % des cas en Ile-de-France. Près des deux tiers des associations emploient moins de 20 salariés, et seulement 5 % d entre elles ont 50 salariés et plus. Leur croissance sur cinq ans est élevée (+ 48 %), grâce notamment à l augmentation du domaine culture-sports-loisirs qui est passé de établissements à un peu plus de au cours de la période. 4 ex : 10 % des établissements de cette catégorie se répartissent sur plus de 170 activités. 5

6 Ces structures associatives sont, avec établissement employeurs, le principal employeur du secteur de l économie sociale et solidaire. Elles comptaient salariés (non compris l emploi occasionnel) au 31 décembre Cependant elles regroupent, avec emplois occasionnels, 90 % de l ensemble des emplois occasionnels de l ESS (soit le tiers des emplois du secteur). Les différentes formes d emploi (en milliers) Emplois non occasionnels Emplois Emploi total occasionnels en 2000 Permanents Non Total Nombre Volume réel Volume en ETP* permanents Associations 105,0 199,7 304,7 184,6 489,4 174,2 Ensemble ESS 153,9 247,1 401,0 206,9 607,9 237,9 * Equivalent Temps Plein Source : Insee, DADS 2000 Deux emplois sur trois sont des emplois non occasionnels. En parallèle, les postes de permanents représentent un cinquième du volume de l emploi réel en 2000 (emplois non occasionnels + emplois occasionnels). Quand aux rémunérations elles sont inférieures en moyenne à celles perçues par les salariés de l ESS travaillant à temps complet ( /an) : elles s élèvent en moyenne à /an, avec une disparité entre les hommes ( /an) et les femmes ( /an)., soit un écart de rémunération de 20,3 % (l un des plus faibles de l ESS). Les associations sont en grande majorité localisée à Paris intra muros (73 % des des associations régionales). Vient ensuite le département des Hauts-de-seine avec 16 % du nombre total des associations implantées en Ile-de-France, puis le Val-d Oise et les Yvelines (respectivement 13 % et 12,5 % de l ensemble des structures associatives franciliennes). Les établissements coopératifs sont très diversifiés sur le plan juridique Les coopératives de crédit (caisses de crédit agricole, sociétés coopératives de banque populaire, caisses fédérales et locales du crédit mutuel pour l essentiel) sont les plus nombreuses (48 %), suivies des coopératives agricoles 5 (11 %) et des coopératives de production (9 %). Répartition des coopératives selon leur statut juridique 32% 11% 9% 48% coopératives agricoles coopératives de production coopératives de crédit autres coopératives Source : Insee, DADS 200 et répertoire Sirene Une grande partie des coopératives est rattachée à des entreprises de 50 établissements ou plus. 60 % des coopératives sont mono régionale et plus de 90 % d entre elles sont mono actives (elles 5 Elles se répartissent en trois types de catégories juridiques : les coopératives d utilisation de matériel agricole (CUMA), les sociétés coopératives agricoles et les unions de coopératives agricoles. 6

7 ont la même activité). De 1995 à 2000, les établissements coopératifs ont connu une croissance de + 27 % en moyenne ; les coopératives de crédit ont enregistré la plus forte croissance (+ 47 %). 744 coopératives sur les recensées en Ile-de-France employaient salariés au 31 décembre 2000 (non compris l emploi occasionnel), soit 7,8 % du nombre total de salariés occupés par l ensemble des établissement du secteur. L emploi occasionnel ne représente que emplois (9,9 % de l emploi total des coopératives). Les différentes formes d emploi (en milliers) Emplois non occasionnels Emplois Emploi total occasionnels en 2000 Permanents Non Total Nombre Volume réel Volume en ETP* permanents Coopératives 16,1 14,9 31,0 3,4 34,3 21,1 Ensemble ESS 153,9 247,1 401,0 206,9 607,9 237,9 * Equivalent Temps Plein Source : Insee, DADS 2000 Neuf emplois sur dix sont des emplois non occasionnels et 52 % d entre eux sont des emplois permanents. Ces derniers représentent près de la moitié du volume des emplois réels du domaine coopératif. Le salaire moyen des salariés travaillant à temps complet est, après celui des mutuelles, le plus élevé de l ESS : /an. Mais comme pour le domaine associatif il existe une disparité de salaire entre les hommes et les femmes : les premiers disposent d un salaire moyen annuel de , contre /an pour les secondes. A la différence des trois autres familles, les coopératives ne sont pas majoritairement implantées à Paris ; ce département concentre 25 % des établissements mais est suivi immédiatement par la Seine-et-Marne avec 22 % puis par les Yvelines avec 12,5 % des établissements coopératifs franciliens. Les mutuelles, avec 835 établissements, sont très faiblement représentées en Ile-de-France Elles se répartissent entre les mutuelles de prévoyance (55 %) et les mutuelles d assurance (45 %). L analyse de la physionomie des établissements fait apparaître qu une grande partie des établissements des mutuelles sont rattachés à des entreprises dont la taille est comprise entre 1 et 9 salariés (45 % du volume des établissements appartenant à des mutuelles) amis aussi à des entreprises de 50 salariés ou plus (38 %). Après une baisse en 1998 pour les mutuelles de prévoyance et en 1999 pour les mutuelles d assurance, le secteur mutualiste affiche une évolution positive du nombre d établissements employeurs en Mais cette hausse de établissements ne permet de retrouver qu en partie les emplois perdus. C est parmi les mutuelles que la part des établissements employeurs est la plus élevée (79 % des établissements mutualistes ont déclaré des salariés en 2000) ; 14 % d entre eux ont au moins 200 salariés. Leurs effectifs salariés s élevaient à personnes au 31 décembre 2000 (non compris l emploi occasionnel), ce qui représente 7,5 % des effectifs salariés de l ESS. Le volume total sur l année 2000 s élève à emplois dont près de 60 % sont constitué d emplois non occasionnels ( permanents et non permanents). Les différentes formes d emploi (en milliers) Emplois non occasionnels Emplois Emploi total occasionnels en 2000 Permanents Non Total Nombre Volume réel Volume en ETP* permanents Mutuelles 15,8 10,9 26,7 2,2 28,9 18,9 Ensemble ESS 153,9 247,1 401,0 206,9 607,9 237,9 * Equivalent Temps Plein Source : Insee, DADS

8 Les emplois occasionnels sont très minoritaires, ils représentent moins de 8 % du volume d emploi total sur l année 2000 du secteur mutualiste et seulement 1 % des emplois occasionnels de l économie sociale et solidaire.. Les salariés permanents des mutuelles, comme ceux des coopératives, bénéficient de rémunérations élevées comparativement aux autres secteurs de l économie sociale et solidaire ; le salaire moyen y est de euros /an (contre en moyenne dans l ESS) ; mais c est dans cette famille que l écart de salaire entre les hommes et les femmes est le plus fort : avec euros en moyenne, les femmes gagnent 34 % de moins que les hommes. Les mutuelles comme les associations sont concentrées à Paris (46 % des établissements mutualistes y sont implantés) ; le département des Hauts-de-Seine vient ensuite avec seulement 11 % des établissements de cette famille. Les «marges», avec 4,7 % des établissements de l ESS, sont peu présentes en Ile de France Les établissements qui composent la quatrième famille appelée «marges» dépendent à près de 80 % d entreprises mono régionales ; des entreprises qui sont pour 90 % d entre elles mono actives. Les trois quart des établissements appartiennent à des entreprises comprenant entre un et neuf établissements ; les unités rattachées à des entreprises de 5 0 établissements ou plus ne représentent qu un dixième des établissements de ce secteur très particulier. Cette famille a connu, au même titre que les trois autres, une croissance de 1,2 % du nombre de ses établissements entre 1997 et 2000 ; elle s est accompagnée, à la différence des trois autres familles qui ont connu une croissance de leurs effectifs salariés 6, d une évolution négative de l effectif salarié au 31 décembre (- 4,3 %) ; Elle représente, avec respectivement établissements employeurs et salariés au 31 décembre 2000, 8 % des établissements employeurs et près de 10 % des effectifs salariés de l ESS. Le volume global de l emploi total sur l année 2000 est quasiment le double des effectifs salariés au 31 décembre de la même année. Dans cette famille, 70 % des emplois sont des emplois non occasionnels, qu il s agisse d emplois permanents ou non permanents Les différentes formes d emploi (en milliers) Emplois non occasionnels Emplois Emploi total occasionnels en 2000 Permanents Non Total Nombre Volume réel Volume en ETP* permanents Marges 17,0 21,6 38,6 16,7 55,3 23,7 Ensemble ESS 153,9 247,1 401,0 206,9 607,9 237,9 * Equivalent Temps Plein Source : Insee, DADS 2000 La rémunération moyenne des salariés permanents de cette famille est légèrement en dessous du salaire moyen de l ESS ( euros /an contre euros / an). Il existe, comme dans les autres secteurs de l économie sociale et solidaire, une disparité de salaire entre les hommes ( euros / an) et les femmes ( euros /an) ,1 % pour les coopératives, + 13,0 % pour les mutuelles et + 4,9 % pour les associations 8

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS Economie sociale et solidaire dans l'entente PANORAMA Décembre 2013 Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble les entreprises qui cherchent à

Plus en détail

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale 4.0 Sources et méthodes Le périmètre a été établi en collaboration avec l INSEE et les méthodologies de traitement sont harmonisées au sein du réseau national des observatoires des Chambres Régionales

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

NOMENCLATURE ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE (ESS)

NOMENCLATURE ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE (ESS) NOMENCLATURE ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE (ESS) Nomenclature ESS Nomenclature d'activité Nomenclature Catégorie Juridique 100 Coopérative 110 Coopérative secteur agricole 111 Sociétés de coop. agricole 112

Plus en détail

Présentation effectuée dans le cadre du plan académique de formation (PAF) proposé par les inspecteurs d académie.

Présentation effectuée dans le cadre du plan académique de formation (PAF) proposé par les inspecteurs d académie. Présentation effectuée dans le cadre du plan académique de formation (PAF) proposé par les inspecteurs d académie. Journées de conférences organisées par le programme de formation des enseignants d économie

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Article «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 330, 2013, p. 108-115. Pour citer cet article, utiliser l'information

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

démographie des masseurs-kinésithérapeutes

démographie des masseurs-kinésithérapeutes démographie des masseurs-kinésithérapeutes Île de France - Réunion 95 78 974 93 92 75 94 91 77 75 77 78 91 92 - Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine conseil national de l ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DANS L ECONOMIE REGIONALE EN REGION CENTRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DANS L ECONOMIE REGIONALE EN REGION CENTRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DANS L ECONOMIE REGIONALE EN REGION CENTRE Rapport final Novembre 2008 Etude réalisée dans le cadre du marché n 2008/177 pour le Conseil régional du Centre Agence pour le

Plus en détail

INTRODUCTION... 1 1. ENTREPRENDRE AUTREMENT... 2 1.1. REPERES HISTORIQUES : UN MOUVEMENT DEJA ANCIEN... 2 1.2. VALEURS FONDATRICES : L HUMAIN AU CŒUR

INTRODUCTION... 1 1. ENTREPRENDRE AUTREMENT... 2 1.1. REPERES HISTORIQUES : UN MOUVEMENT DEJA ANCIEN... 2 1.2. VALEURS FONDATRICES : L HUMAIN AU CŒUR INTRODUCTION... 1 1. ENTREPRENDRE AUTREMENT... 2 1.1. REPERES HISTORIQUES : UN MOUVEMENT DEJA ANCIEN... 2 1.2. VALEURS FONDATRICES : L HUMAIN AU CŒUR DE L ECONOMIE... 8 1.3. QUATRE CATEGORIES JURIDIQUES

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

PANORAMA. de l Économie Sociale et Solidaire. Édito. Poids de l'ess en île-de-france. 26 100 entreprises soit 6,8 % des entreprises régionales

PANORAMA. de l Économie Sociale et Solidaire. Édito. Poids de l'ess en île-de-france. 26 100 entreprises soit 6,8 % des entreprises régionales PANORAMA décembre 2012 3 de l Économie Sociale et Solidaire Édito «En cette période de crise économique et sociale historique, l observation de l évolution des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d expertises en

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

PANORAMA DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

PANORAMA DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE PREFET Chambre Régionale de l'économie Sociale et Solidaire Languedoc-Roussillon S'associer I Coopérer I Mutualiser PANORAMA DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Languedoc-Roussillon édition 2013 Chambre

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Chambre Régionale. de l Economie Sociale et Solidaire. Haute Normandie PANORAMA. de l Economie Sociale et Solidaire

Chambre Régionale. de l Economie Sociale et Solidaire. Haute Normandie PANORAMA. de l Economie Sociale et Solidaire Chambre Régionale Haute Normandie de l Economie Sociale et Solidaire PANORAMA de l Economie Sociale et Solidaire Haute Normandie - Edition 2013 PANORAMA 2012/2013 // Economie Sociale et Solidaire de Haute

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

PANORAMA territoire PARIS

PANORAMA territoire PARIS PANORAMA territoire PARIS NOVembre 2011 de l Économie Sociale et Solidaire POIDS de l'économie sociale et solidaire parisienne Source : Insee, CLAP 2009 / Traitement : Observatoire régional de l' IDF paris

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES Mise à jour 2014 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES L ACCOS a recensé 30 463 établissements employant 343 976 salariés en Seine-et-Marne fin 2013, soit sur un an, une légère hausse de + 0.12 % du nombre

Plus en détail

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LE MARCHÉ DE L EMPLOI CADRE DANS L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-78 NOVEMBRE 2013 Analyse de 12 600 offres publiées par l Apec en 2012. Quatre fonctions très recherchées.

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de

En 1999, on dénombrait 3,6 millions de Non-syndiqués assujettis à une convention collective Ernest B. Akyeampong En 1999, on dénombrait 3,6 millions de travailleurs syndiqués au Canada. On comptait en outre plus d un quart de million d employés

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur L économie sociale et solidaire se caractérise par une manière différente d entreprendre

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

Le secteur sans but lucratif et bénévole de l'ontario

Le secteur sans but lucratif et bénévole de l'ontario Le secteur sans but lucratif et bénévole de l'ontario Faits saillants régionaux de l Enquête nationale auprès des organismes à but non lucratif et bénévoles Auteurs : Katherine Scott Spyridoula Tsoukalas

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

Les aides régionales au financement des entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement

Les aides régionales au financement des entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 342 - Juillet 20 Emploi Les ais régionales au financement s entreprises : six dispositifs pour soutenir leur création et leur développement La Région a mis en œuvre

Plus en détail

Les entreprises coopératives un potentiel de développement

Les entreprises coopératives un potentiel de développement Les entreprises coopératives un potentiel de développement en Provence-Alpes-Côte d Azur n 1 PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR Préambule Les entreprises coopératives sont des acteurs économiques incontournables

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

La relation clients à distance

La relation clients à distance La relation clients à distance Évolution du nombre de centres de contacts en France 3500 3400 3300 3200 3100 3000 2900 2800 2700 3500 3300 3100 3000 2002 2003 2004 2005 (source Cesmo) Évolution du nombre

Plus en détail

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE

BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE BAROMÈTRE «CE QUE PENSENT LES FRANCILIENS» POUR LE JOURNAL ÎLE DE FRANCE OCTOBRE 2011 Institut Viavoice 9 rue Huysmans 75006 Paris Tél : 01 40 54 13 90 www.institut-viavoice.com Synthèse des enseignements

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008

Portrait de métiers. Les métiers de la mécanique. Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Por t r a i t de mé t i e r s a o û t 2008 Observatoire Régional de l Emploi et de la Formation d ile-de-france Portrait de métiers Les métiers de la mécanique C E quipe de réalisation..rédaction : Franck

Plus en détail

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation

ATELIER PARISIEN D URBANISME. Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation ATELIER PARISIEN D URBANISME Le parc de bureaux parisien et son potentiel de transformation AVRIL 2015 Directrice de la publication : Dominique Alba Étude réalisée par : François Mohrt Sous la direction

Plus en détail

Vieillissement de la population salariée dans l Economie Sociale et Solidaire & renouvellement des équipes

Vieillissement de la population salariée dans l Economie Sociale et Solidaire & renouvellement des équipes Chorum Initiatives pour le Développement de l'economie Sociale Vieillissement de la population salariée dans l Economie Sociale et Solidaire & renouvellement des équipes Etude CHORUM / CNCRES - mars 2011

Plus en détail

PAnorama. L'ancrage Territorial

PAnorama. L'ancrage Territorial PAnorama L'ancrage Territorial 2 Éditorial A l heure où l Économie Sociale et Solidaire (ESS) est renforcée à la fois dans son objet et ses missions et ce, tant au niveau national par la loi du 3 juillet

Plus en détail

document de travail L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013

document de travail L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document de travail SÉRIE STATISTIQUES N 184 AOÛT 2013 L offre d accueil collectif des enfants de moins de trois ans en

Plus en détail

Artisan Commerçant Industriel Profession libérale

Artisan Commerçant Industriel Profession libérale Mars Février 2011 2008 Artisan Commerçant Industriel Profession libérale / votre projet d entreprise / du projet à la création / votre protection sociale artisans commerçants professions libérales auto

Plus en détail

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES Mise à jour 2015 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES L ACOSS a recensé 30 571 établissements du secteur privé qui employaient 346 167 salariés en Seine-et-Marne fin 2014, soit sur un an, une légère hausse

Plus en détail

VOTRE. PARTENAIRE SANTé. privilégié

VOTRE. PARTENAIRE SANTé. privilégié VOTRE PARTENAIRE SANTé privilégié QUI SOMMES-NOUS? JUST EN FAMILLE, née en 2010, réunit sous la même entité les valeurs communes de deux mutuelles, Just ensemble et En Famille, et apporte à tous ses adhérents

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses MARS N publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PORTRAIT STATISTIQUE DES PRINCIPALES CONVENTIONS COLLECTIVES DE BRANCHE EN, millions de

Plus en détail

Aide à Domicile : Un état des lieux problématisé Synthèse des travaux depuis 2010

Aide à Domicile : Un état des lieux problématisé Synthèse des travaux depuis 2010 Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Aide à Domicile : Un état des lieux problématisé Synthèse des travaux depuis 2010 Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de

Plus en détail

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE

LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE Monographie économique LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Le plan filières des éco-activités en Île-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre de commerce

Plus en détail