LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE"

Transcription

1 Monographie économique LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Le plan filières des éco-activités en Île-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France, la Chambre de commerce et d industrie de Seine-et-Marne, la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne et la CGPME 93. Cette action est cofinancée par la Direccte Île-de-France, la Région Île-de-France, le Conseil général de Seine-Saint- Denis et l Union européenne. L Europe s engage en Île-de-France avec le Fonds européen de développement régional et le Fonds social européen. Réalisé par : Avec le soutien de :

2 SOMMAIRE 3 g INTRODUCTION 4 g NOTES MÉTHODOLOGIQUES 6 g LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN SYNTHÈSE 7 g ÉVOLUTION ET RÉPARTITION DE L EMPLOI 7 ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 9 ACTIVITÉS HORS ACTIVITE DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 10 g PERFORMANCES DES ENTREPRISES ENTREPRISES DE L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS 10 ANALYSE QUALITATIVE DE L'ACTIVITÉ À L'EXPORTATION 10 ANALYSE QUALITATIVE DES COMPÉTENCES ET SAVOIR-FAIRE ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 12 STRUCTURE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 12 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES 13 ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 14 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES 14 ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC 15 g ANNEXES 16 ANNEXE 1 ENTREPRISES EXPORTATRICES DE LA FILIÈRE PERFORMANCES SELON L ACTIVITÉ, LE TAUX D EXPORTATION, LA TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES ET LA DESTINATION 2 ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 20 ANNEXE 2 COMPARAISONS ÎLE-DE-FRANCE / FRANCE 21 ANNEXE 3 - POIDS DE L ÎLE-DE-FRANCE DANS LA FILIÈRE FRANÇAISE 22 ANNEXE 4 ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS 24 ANNEXE 5 ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS EN FRANCE 26 ANNEXE 6 RÉPARTITION FRANCILIENNE DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS 27 ANNEXE 7 DONNÉES BILANCIELLES 28 ANNEXE 8 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE 30 ANNEXE 9 RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE 35 ANNEXE 10 RÉPARTITION DES SCORES AFDCC ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 36 ANNEXE 11 RÉPARTITION DÉTAILLÉE DES ÉTABLISSEMENTS SELON LE SECTEUR D ACTIVITÉ 38 ANNEXE 12 DONNÉES BILANCIELLES 39 ANNEXE 13 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE 40 ANNEXE 14 RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE 43 ANNEXE 15 RÉPARTITION DES SCORES AFDCC

3 INTRODUCTION LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique Les entreprises du secteur des écoactivités sont au cœur des enjeux de développement durable, prioritaires à l échelle de la région capitale. Ainsi, les partenaires ont souhaité que soit développée une action de connaissance des entreprises régionales intervenant dans ce secteur. Celle-ci a été confiée à la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de- France, qui l a conduite selon deux approches complémentaires : g la première de nature économique (évolution des emplois et du nombre d établissements, nature des activités et des savoir-faire) ; g la seconde d ordre financier (évaluation du modèle et de la performance des entreprises). Dans ce but, la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France a élaboré et mis à jour une base de données destinée à identifier la majeure partie des acteurs franciliens impliqués dans le fonctionnement de la filière. Ce travail a permis d avoir une connaissance qualitative des acteurs de la filière intervenant dans les domaines de l eau, des déchets, de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables ou des smart grids plus large et plus précise que celle apportée par les nomenclatures d activité. La présente monographie, fruit d un important travail de collecte de données, a vocation à présenter l ensemble des informations économiques, financières et qualitatives que la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France a consolidées. ÉTUDE RÉALISÉE PAR : le Centre régional d observation du commerce, de l industrie et des services (Crocis) pour la Direction filières et territoires de la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France. Contacts : Denis DHYVERT - Julien TUILLIER - 3

4 NOTES MÉTHODOLOGIQUES 4 CODES NAF RETENUS POUR DÉFINIR L ACTIVITÉ DÉDIÉE DE LA FILIÈRE 3600Z g Captage, traitement et distribution d'eau 3700Z g Collecte et traitement des eaux usées 3811Z g Collecte des déchets non dangereux 3812Z g Collecte des déchets dangereux 3821Z g Traitement et élimination des déchets non dangereux 3822Z g Traitement et élimination des déchets dangereux 3832Z g Récupération de déchets triés 3900Z g Dépollution et autres services de gestion des déchets 4677Z g Commerce de gros (commerce interentreprises) de déchets et débris DONNÉES SUR L EMPLOI SALARIÉ PRIVÉ Les données relatives à l emploi salarié privé et aux employeurs sont celles produites par l Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, Caisse nationale des Urssaf) et concernent les salariés du secteur privé. Ce sont les seules statistiques récentes existant à un niveau fin d activité et disponibles pour la période DONNÉES FINANCIÈRES Les analyses financières ont été conduites sur un échantillon composé d entreprises réalisant au moins 750 k annuels de chiffre d affaires. Ces analyses ont été basées sur la valeur médiane de chaque donnée traitée. En effet, celle-ci est plus représentative de l ensemble du tissu étudié, car elle est nettement moins sensible que la moyenne à la quote-part des grandes entreprises dans l échantillon. Les scores AFDCC résultent de l application d une formule qui prend en compte divers éléments des bilans et comptes de résultat des entreprises et témoignent factuellement de leur solidité financière. Les cotations de la COFACE prennent en considération des éléments qualitatifs d appréciation établis par ses soins à dire d expert. Elles peuvent intégrer des considérations conjoncturelles ou l impact de l appartenance éventuelle d une entreprise à un groupe. MODE DE DÉTERMINATION DES ÉTABLISSEMENTS HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE A partir de différentes sources de données publiques ou apportées par les partenaires et de relevés d informations conduits directement auprès des entreprises, la CCI Paris Île-de- France a identifié les acteurs régionaux qui

5 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique contribuent à l activité des secteurs de l eau, des déchets, de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables ou des smart grids à titre de prestataire, fournisseur ou sous-traitant des donneurs d ordre et autres spécialistes de ces domaines. Dans les pages suivantes, ces donneurs d ordre et autres spécialistes, définis par leur code NAF comme mentionné plus haut, sont présentés sous le terme activité dédiée. Les autres entreprises, identifiées comme précisé ci-dessus, sont référencés sous le terme hors activité dédiée. ANALYSES QUALITATIVES DES COMPÉTENCES ET SAVOIR-FAIRE DES ENTREPRISES ET DE LEUR ACTIVITÉ À L EXPORTATION Ces deux analyses ont été conduites à partir de la base de données régionale élaborée par la CCI Paris Île-de-France en concertation avec l Etat, le Conseil régional d Île-de-France et les partenaires du plan filière. Diverses informations descriptives de leurs compétences, savoir-faire et activités à l international ont été collectées depuis 3 ans auprès de la majorité des entreprises de la filière et ont pu faire l objet d un traitement de données approprié. Pour l activité à l exportation, ont été retenues les seules entreprises pour lesquelles les données financières et les données relatives à leurs marchés internationaux étaient connues, ce qui restreint le champ d analyse. Pour chacune de ces deux analyses, le nombre d entreprises étudiées est précisé en introduction du chapitre correspondant. 5

6 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN SYNTHÈSE 6 LLa filière éco-activités francilienne regroupe schématiquement deux catégories d établissements : g la première, dénommée activité dédiée dans la suite du document, est aisément définissable par les codes d activité définis dans la note méthodologique de ce document (neuf codes NAF retenus) ; g la seconde, plus hétérogène appelée hors activité dédiée, est composée de l ensemble des établissements qui contribuent à l activité des secteurs de l eau, des déchets, de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables ou des smart grids à titre de prestataire, fournisseur ou sous-traitant des donneurs d ordre et autres spécialistes de ces domaines. Leur identification a été conduite par enquêtes ou approche directe des entreprises. Des analyses faites pour ces deux sousensembles, il est possible de dégager les principaux éléments de synthèse qui suivent. L activité dédiée emploie environ salariés privés en Île-de-France en 2012, soit plus de postes supplémentaires par rapport à 2008, répartis dans 930 établissements. L analyse sectorielle montre que peu de différences existent entre la région capitale et la France dans la répartition des emplois. À côté de cette activité dédiée, la filière écoactivités francilienne mobilise près de établissements de toutes tailles et de toutes natures (industrie, construction, commerce et services). Au plan financier, l activité dédiée se caractérise, d une part, par un chiffre d affaires médian en progression sur la période , et, d autre part, par une baisse du taux d investissement et par une dégradation de l appareil productif. Globalement, cette tendance est identique en Île-de-France et en province. L analyse des scores traduit cette ambiguïté ; ils n ont que très peu évolué entre leurs niveaux de 2007 et de 2011 (score favorable de 60 % en 2007 et de 61 % en 2011), même s ils ont beaucoup fluctué durant la période. Dans le même temps, la part des entreprises avec des scores compris entre 0 et 4,5 a augmenté en Île-de-France (+ 3 points) comme en province (+ 2 points). Les activités hors activité dédiée connaissent une évolution moins favorable avec un chiffre d affaires en baisse entre 2007 et 2011, malgré un regain d activité depuis De même, l analyse des scores révèle une érosion des entreprises saines (- 7 points sur la même période), symbole, entre autres, d une conjoncture moins bien orientée.

7 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ÉVOLUTION ET RÉPARTITION DE L EMPLOI ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS En 2012, l activité dédiée à la filière des éco-activités en Île-de-France compte plus de salariés privés, répartis au sein d environ 930 établissements (source : Accoss). Les principaux établissements employeurs ont pour activité la collecte et le traitement des déchets non dangereux (31 % des salariés privés franciliens) et le captage, traitement et distribution d eau (25 %) (annexes 2 et 4). Entre 2008 et 2012, le nombre de salariés de la filière en Île de France a augmenté de 6,7 %, soit plus de postes supplémentaires. Néanmoins, des différences importantes selon les secteurs sont à souligner. Sur cette période, le secteur dépollution et autres services de gestion des déchets a bénéficié d un apport de 385 salariés supplémentaires, soit une hausse de 57 %. Dans le même temps, celui du traitement et élimination des déchets non dangereux a dû faire face à une perte de 641 salariés, soit une baisse de près de 16 % (annexes 2 et 4). Le secteur ayant gagné le plus de salariés privés est celui du captage, traitement et distribution d eau, avec un gain net de près de personnes, soit plus de la moitié du nombre de postes créés en Île-de-France entre 2008 et La hausse du nombre d emplois salariés en Île-de-France, entre 2008 et 2012, est légèrement supérieure à celle constatée à l échelle nationale (respectivement 6,7 % et 6,2 %). La dynamique de la filière des éco-activités est donc générale sur l ensemble du territoire. Mais, malgré ces similitudes, celle-ci est variable selon les secteurs. Ainsi, ceux intitulés collecte des déchets dangereux et surtout traitement et élimination des déchets non dangereux ont perdu des salariés en Île-de-France sur la période (respectivement 4,1 % et 15,6 %), ce qui n est pas le cas à l échelle nationale. En France, le secteur dépollution et autres services de gestion des déchets est porteur de la dynamique, avec une augmentation de plus de 88 % des effectifs sur cette période, même si en valeur absolue la part reste limitée (annexes 2 et 4). L analyse sectorielle montre tout de même que peu de différences existent entre l Île-de-France et la France dans la répartition des emplois. Les différents secteurs qui composent la filière ont sensiblement le même poids en termes d emplois, hormis peut-être le secteur collecte des déchets non dangereux qui est plus présent à l échelle francilienne (30,6 %) qu à l échelle nationale (28,1 %). Le cas est inverse pour le secteur récupération des déchets triés (respectivement 10,6 % en Île-de-France et 15,5 % en France) (annexes 2 et 4). À l opposé, l analyse de la taille des établissements laisse apparaitre une grande différence entre l Île-de-France et la France ; la taille moyenne des établissements de la filière au 7

8 8 LES EMPLOIS SALARIÉS DE L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS EN 2012 LES EMPLOYEURS DE L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS EN 2012 sens strict est de 36 salariés dans la région capitale, soit près du double du reste du territoire (19 salariés en moyenne). L analyse géographique de la répartition des salariés fait ressortir la prédominance des Hauts-de-Seine, département regroupant 20,8 % des effectifs totaux de la région. Plus globalement, trois groupes peuvent être constitués (annexe 6) : g les départements comptant plus de emplois : les Hauts-de- Seine, Paris et les Yvelines ; g ceux bénéficiant de l apport de à emplois : la Seine-et- Marne, l Essonne, la Seine-Saint- Denis et le Val-de-Marne ; g et enfin le département le moins bien pourvu, le Val-d Oise, avec moins de salariés. Le département du Val-de-Marne a été le plus dynamique en termes de hausse du nombre de salariés (+ 14,2 %) entre 2008 et 2012, suivi des Hauts-de-Seine (+ 11,5 %). Seul le département de Seine-Saint-Denis a perdu des emplois sur cette même période (- 3,1 %).

9 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ACTIVITÉS HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS Dans la cadre des travaux de connaissance sectorielle menés depuis 2009 par la CCI de Versailles Val-d Oise / Yvelines et depuis 2013 par la CCI Paris Île-de-France, près de établissements ont été identifiés en Île-de-France comme exerçant une activité en lien avec les éco-activités et regroupés dans une base de données (annexe 11). Les entreprises ou établissements contenus dans cette base se rapportent essentiellement : g à la recherche-développement scientifique (712 établissements) ; g aux activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et d analyse technique (239 établissements) ; g au génie civil (129 établissements) ; g à la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques (101 établissements). Ces quatre activités regroupent à elles seules 59,5 % des établissements recensés. Il faut toutefois souligner que la part réelle du chiffre d affaires de ces établissements dans la filière peut être très variable. LES ÉTABLISSEMENTS HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS EN

10 PERFORMANCES DES ENTREPRISES 10 Pour cette partie de la monographie de la filière, le principe de la segmentation entre l activité dédiée et les activités complémentaires a également été conservé. Ce choix a permis de faire, pour les premières, une analyse comparative entre entreprises franciliennes et provinciales, analyse qui n était pas possible pour les secondes. Pour ces dernières, ont été privilégiées les connaissances du modèle économique et de l évolution de la performance des entreprises étudiées. La source des données utilisée ci-après est la base de données Diane pour la période ENTREPRISES DE L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS ANALYSE QUALITATIVE DE L ACTIVITÉ À L EXPORTATION L analyse qualitative a été conduite sur un échantillon de 201 PME de la filière, telle que définie dans la note méthodologique présentée en introduction. Le premier constat qui peut être fait est que les principaux marchés à l export sont l Europe de l Ouest et l Afrique (principalement le Maghreb). Les 6 activités les plus représentées dans l échantillon d analyse ont des approches similaires sur ces marchés et sur les autres zones géographiques. En effet, les entreprises de commerce de gros, des déchets, de la fabrication de matériels et équipements, d ingénierie, d instrumentation ou de R&D privilégient ces 2 destinations pour 50 à 80 % d entre elles. Elles sont nettement moins nombreuses à être présentes dans d autres zones. Seules l instrumentation et la fabrication de matériels et équipements sont significativement déployées en Amérique (en particulier du Nord) et en Asie. Cependant, la présence sur les marchés dits de grand export (Amérique, Asie) est généralement faible et plus fréquemment le fait des entreprises plus grosses ou plus fortement exportatrices (mesure faite en pourcentage de chiffre d affaires à l export). Cependant, la zone Asie Pacifique (essentiellement la Chine) attire au moins une entreprise sur dix parmi celles qui réalisent moins de 10 % de leur chiffre d affaires à l international. Par contre, la taille ou le taux d export de l entreprise ont peu d influence sur son attitude face aux destinations européennes, en particulier vers l Europe de l Ouest. Sur cette destination, le constat peut également être fait qu elle n est pas une cible très fortement visée ou atteinte. En effet, en moyenne, seulement 2 entreprises sur 3 y sont présentes (annexe 1). ANALYSE QUALITATIVE DES COMPÉTENCES ET SAVOIR-FAIRE DES ENTREPRISES DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Les travaux de connaissance des entreprises du secteur des éco-activités ont été conduits auprès de d entre elles (soit 45 % des acteurs régionaux identifiés dans la filière) qui ont ainsi été catégorisées par des descripteurs d activité distinctifs et pertinents. Si certains de ceux-ci recoupent la nomenclature d activité

11 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique NAF, la plupart la transcendent et permettent une connaissance plus fine des compétences et champs d activités des entreprises. Ce sont au total près de termes différents qui ont été collectés, analysés et regroupés. Leur nombre montre la diversité. Ces termes ont été ventilés dans une classification à 3 niveaux pour plus de lisibilité. Les principaux sousensembles qui en résultent sont présentés dans le tableau ci-dessous. D autres termes apparaissent moins fréquemment mais doivent néanmoins être cités. Ainsi, sont également relevés : valorisation biologique, valorisation énergétique, élimination des déchets ultimes, audit, santé, électronique, capteurs, optique, pression, température, Le lien est également constaté avec les thématiques ou les filières aéronautique, automobile et mécanique. En effet, ces termes sont cités environ 30 fois chacun. De surcroît, 250 entreprises Classification Dont Nombre d établissements répertoriés Fabrication 165 Eco-activités Biotechnologies 29 Déchets solides 729 Papier 21 Biomasse 10 Déchets industriels 22 Recyclage des déchets 15 Valorisation des déchets 43 Tri 74 Dépollution 30 Déchets liquides 321 Energies renouvelables 42 Air 18 Contrôle Analyses Mesures Analyse 118 Instrumentation 50 Régulation 19 Réparation maintenance 88 Conseil 124 Etudes 147 Conception modélisation 64 Ingénierie 82 Recherche et développement

12 12 mécaniciennes ont été identifiées comme intervenant dans ce secteur économique des éco-activités. De même, 200 entreprises sont simultanément présentes dans les éco-activités et dans l aéronautique et 100 se partagent entre éco-activités et automobile. Une lecture plus détaillée de l analyse conduite permet d identifier des spécialités précises et indécelables par des approches statistiques classiques. À titre d exemples, la base de données recense 22 établissements spécialistes des sols, 19 intervenant dans le recyclage des cartons, ou encore 4 établissements compétents en toxicologie, 8 en désamiantage et 6 en décontamination. ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS L analyse structurelle des échantillons montre un phénomène de concentration plus marqué en Îlede-France : environ 64 % des entreprises appartiennent à un groupe contre 42 % en province. STRUCTURE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES Chiffre d affaires Le chiffre d affaires médian est en progression sur la période , la tendance étant beaucoup plus accentuée en Île-de-France qu en province. Au global, les entreprises se rapportant à l activité dédiée aux éco-activités en Île-de-France réalisent un chiffre d affaires de près de 11,8 milliards d euros en 2011, retrouvant quasiment le niveau atteint en 2007 (estimation en fonction des données disponibles, dépendante des entreprises qui déclarent leurs comptes). Taux d investissement productif Le taux d investissement productif médian francilien n a cessé de diminuer depuis 2008 ; il a perdu 1 point, se situant au niveau de 6,9 % en 2011 (annexe 7). La province fait face à une dynamique différente ; après le creux constaté entre 2008 et 2010 (baisse de 3,5 points du taux d investissement productif médian), la courbe s est inversée et le taux médian a retrouvé le niveau atteint en 2007, ce qui n est pas encore le cas de l Île-de-France. L observation de la distribution de la valeur montre un 3 e quartile à 21,5 % en Île-de-France en 2011, alors qu il atteint 26,7 % en province la même année. Cet écart confirme le dynamisme de la province, mais il est à noter que celui-ci s est réduit de 2 points entre 2007 et Degré d amortissement des immobilisations corporelles Le degré d amortissement des immobilisations corporelles francilien ne cesse d augmenter sur la période et atteint désormais 63,8 % (contre 59,6 % en 2007) (annexe 7). Ceci confirme la dégradation du taux d investissement productif en Île-de-France, mais également en province où la tendance est sensiblement identique (63 % en 2011 contre 56 % en 2007). PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES Exportation En 2011, le taux d exportation moyen des entreprises franciliennes approche les 6,5 %, contre 6 % en province. Il a très faiblement progressé depuis 2007 (annexe 8). Plus des deux tiers des entreprises semblent se tenir à l écart des marchés étrangers. Il convient toutefois de garder à l esprit qu un taux d exportation ne tient pas compte des ventes à des donneurs d ordre français qui sont eux-mêmes exportateurs ; le taux peut donc de ce fait être sous-estimé selon le mode d organisation du marché.

13 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique L activité la plus exportatrice (50 % du chiffre d affaires ou plus) semble être la récupération de déchets triés. Capacité d autofinancement Pour une entreprise, l autofinancement indique sa capacité à financer toutes ses activités avec ses propres moyens sans faire appel aux ressources et aux aides externes (crédits, emprunts ). Sur la période , la capacité d autofinancement (taux médian) est en baisse, aussi bien en Île-de-France qu en province (respectivement - 0,3 et - 0,9 point). Les fluctuations sont assez importantes sur la période : après une forte baisse entre 2007 et 2009, l activité a repris en 2010 ; un tassement s observe à nouveau depuis 2011 (annexe 8). Même si les courbes suivent une dynamique proche, les performances de la province semblent être meilleures que celles de l Île-de- France. Rentabilité nette Le taux de rentabilité nette (résultat net / chiffre d affaires) exprime la rentabilité de l entreprise en fonction de son volume d activité ; c est un indicateur de profitabilité de l entreprise. Il permet d estimer le résultat futur de l entreprise en fonction de la variation de son volume d activité mesuré par le chiffre d affaires. Les évolutions de ces taux (médianes) en Île-de- France et en province sont orientées à la baisse sur la période ; néanmoins, après le creux atteint en 2009, la situation s améliore surtout en province (+ 1,9 point contre + 1,5 en Île-de-France). Comme pour la capacité d autofinancement, la situation de la province est plus favorable que dans la région capitale (annexe 8). ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC Cotation COFACE L analyse comparée des structures de la cotation en 2011 et 2012 (années des exercices comptables) laisse apparaître une nette croissance de la proportion des cotes 5 et 6, qui traduit un risque moyen pour l ensemble de la filière des éco-activités. Ceci est particulièrement vrai pour les secteurs collecte des déchets non dangereux, traitement et élimination des déchets non dangereux et surtout récupération de déchets triés (annexe 9). Ces éléments doivent être regardés avec prudence dans la mesure où la cotation d une entreprise s établit à dire d expert et non sur la base d un modèle statistique comme le Score. Par ailleurs, elle peut être en relation avec son appartenance à un groupe via une cote influencée. Score AFDCC Les évolutions sur la période sont pratiquement les mêmes en Île-de-France qu en province : après un fort recul entre 2007 et 2009, un redressement s est opéré depuis 2010 (annexe 10). L analyse des structures comparées fait apparaitre, en province, une légère érosion de la part d entreprises saines entre 2007 et 2011, comparées à celle de l Île-de-France, qui progresse plus favorablement. ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS Les analyses qui suivent ont été réalisées à partir d un échantillon de près de entreprises après traitement, prises parmi celles que la CCI Paris Île-de-France a identifiées dans sa base de connaissance de la filière régionale. 13

14 14 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES Comme pour les entreprises à l activité dédiée aux éco-activités, cette partie de l analyse porte sur les données bilancielles médianes : chiffre d affaires, taux d investissement productif, degré d amortissement des immobilisations corporelles. Toutefois, elle n est pas enrichie d une analyse nationale comparative par absence d échantillon de référence. Chiffre d affaires Le chiffre d affaires global estimé, réalisé par les entreprises de l échantillon, dépasse les 18,5 milliards d euros en Il est en baisse sur la période , malgré un regain d activité constaté en 2010 (estimation fonction des données disponibles, dépendante des entreprises qui déclarent leurs comptes). Taux d investissement productif Le taux d investissement productif est en baisse pour l ensemble de la filière hors activité dédiée sur la période (annexe 12). Néanmoins, les taux de l industrie et, dans une moindre mesure, du commerce sont en hausse et se situent à des niveaux supérieurs à ceux de 2007 ; l inversion de tendance opérée en 2010 s est confirmée en Degré d amortissement des immobilisations corporelles Le degré d amortissement des immobilisations corporelles est en hausse de plus de 5 points entre 2007 et 2011 pour l ensemble de la filière hors activité dédiée et atteint désormais 70,9 % (annexe 12). La dégradation de l appareil productif se confirme, excepté dans l industrie où le degré d amortissement est en légère baisse sur la même période. ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC Cotation Coface L analyse comparée des structures de la cotation en 2011 et 2012 (années des exercices comptables) laisse apparaître les résultats suivants (annexe 14) : g une nette augmentation des cotes 5, 6 et 7, commune à tous les secteurs d activités, qui correspond à une hausse du nombre d entreprises présentant un risque plus faible ; g un recul des dissolutions / liquidations dans leur ensemble ; g plus généralement, le nombre d entreprises présentant un risque élevé est en diminution importante. Ces éléments doivent être regardés avec prudence dans la mesure où la cotation d une entreprise s établit à dire d expert et non sur la base d un modèle statistique comme le Score. Par ailleurs, elle peut être en relation avec son appartenance à un groupe via une cote influencée. Score AFDCC L analyse des scores entre 2007 et 2011 révèle une érosion des entreprises saines, malgré un léger redressement constaté depuis 2010 (annexe 15). Cette évolution est différente de celle constatée pour les entreprises franciliennes à l activité dédiée puisque le nombre d entreprises saines progresse favorablement.

15 ANNEXES LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS ANNEXE 1 g ENTREPRISES EXPORTATRICES DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS PERFORMANCES SELON L ACTIVITÉ, LE TAUX D EXPORTATION, LA TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES ET LA DESTINATION Monographie économique ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS ANNEXE 2 g COMPARAISONS ÎLE-DE-FRANCE/ FRANCE ANNEXE 3 g POIDS DE L ÎLE-DE-FRANCE DANS LA FILIÈRE FRANÇAISE ANNEXE 4 g ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS ANNEXE 5 g ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS EN FRANCE ANNEXE 6 g RÉPARTITION FRANCILIENNE DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS ANNEXE 7 g DONNÉES BILANCIELLES ANNEXE 8 g PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ANNEXE 9 g RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE ANNEXE 10 g RÉPARTITION DES SCORES AFDCC ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS ANNEXE 11 g RÉPARTITION DÉTAILLÉE DES ÉTABLISSEMENTS SELON LE SECTEUR D ACTIVITÉ ANNEXE 12 g DONNÉES BILANCIELLES ANNEXE 13 g PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ANNEXE 14 g RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE ANNEXE 15 g RÉPARTITION DES SCORES AFDCC 15

16 ANNEXE 1 ENTREPRISES EXPORTATRICES DE LA FILIÈRE PERFORMANCES SELON L ACTIVITÉ, LE TAUX D EXPORTATION, LA TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES ET LA DESTINATION Répartition des entreprises exportatrices selon leur activité et leur taux d exportation Nature de l activité de 0,01 de 2,00 de 5,00 de 10,00 de 20,00 50,00 % Total à 1,99 % à 4,99 % à 9,99 % à 19,99 % à 49,99 % ou plus Analyse, essais Commerce de gros Déchets Eau Energie 1 1 Fabrication matériels et équipements Industrie chimique Ingénierie Installation / réparation Instrumentation Logiciels Produits minéraux R&D Réseaux de fluides Total Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries 16

17 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ANNEXE 1 Répartition des entreprises exportatrices selon leur activité et leur chiffre d affaires Nature de l activité de 100,0 de 1,0 de 2,0 de 5,0 de 10,0 50 M Total à 999,9 k à 1,9 M à 4,9 M à 9,9 M à 49,9 M ou plus Analyse, essais Commerce de gros Déchets Eau Energie 1 1 Fabrication matériels et équipements Industrie chimique Ingénierie Installation / réparation Instrumentation Logiciels Produits minéraux R&D Réseaux de fluides 2 2 Total Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Répartition des entreprises exportatrices selon leur tranche de chiffre d affaires et leur taux d exportation Tranche de CA de 0,01 de 2,00 de 5,00 de 10,00 de 20,00 50,00 % Total à 1,99 % à 4,99 % à 9,99 % à 19,99 % à 49,99 % ou plus de 100,0 à 999,9 k de 1,0 à 1,9 M de 2,0 à 4,9 M de 5,0 à 9,9 M de 10,0 à 49,9 M ,0 M ou plus Total Source : CCI Paris Ile-de-France, base Plan Industries 17

18 ANNEXE 1 Répartition des entreprises exportatrices selon leur zone d exportation et leur taux d exportation Destination de 0,01 de 2,00 de 5,00 de 10,00 de 20,00 50,00 % Total à 1,99 % à 4,99 % à 9,99 % à 19,99 % à 49,99 % ou plus Europe Ouest 80 % 53 % 74 % 61 % 65 % 68 % 67 % Europe centrale et Est 24 % 0 % 22% 22 % 35% 29 % 25 % Afrique 36 % 42 % 57 % 52 % 51 % 27 % 42 % Amérique centrale 0 % 0 % 9 % 4 % 11 % 5 % 6 % Amérique du Nord 0 % 5 % 17 % 17 % 13 % 25 % 15 % Amérique du Sud 4 % 0 % 13 % 0 % 16 % 14 % 10 % Asie centrale 12 % 0 % 22 % 4 % 13 % 21 % 14 % Asie - Pacifique 12 % 0 % 22 % 30 % 33 % 36 % 26 % Moyen-Orient 16 % 5 % 13 % 22 % 13 % 16 % 14 % Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Mode de lecture - exemple : 68 % des entreprises ayant un taux d export supérieur à 50 % exportent en Europe de l Ouest Répartition des entreprises exportatrices selon leur zone d exportation et leur chiffre d affaires Destination de 100,0 de 1,0 de 2,0 de 5,0 de 10,0 50 M Total à 999,9 k à 1,9 M à 4,9 M à 9,9 M à 49,9 M ou plus 18 Europe Ouest 61 % 55 % 68 % 84 % 69 % 65 % 67 % Europe centrale et Est 27 % 15 % 29 % 28 % 29 % 16 % 25 % Afrique 52 % 45 % 41 % 36 % 37 % 45 % 42 % Amérique centrale 3 % 5 % 7 % 4 % 6 % 10 % 6 % Amérique du Nord 18 % 15 % 12 % 24 % 10 % 16 % 15 % Amérique du Sud 6 % 5 % 17 % 12 % 12 % 6 % 10 % Asie centrale 9 % 10 % 10 % 20 % 20 % 13 % 14 % Asie - Pacifique 15 % 15 % 29 % 28 % 35 % 26 % 26 % Moyen-Orient 12 % 15 % 7 % 20% 18 % 16 % 14 % Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Mode de lecture - exemple : 69 % des entreprises ayant un chiffre d affaires compris entre 10 et 50 M exportent en Europe de l Ouest

19 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ANNEXE 1 Répartition des entreprises exportatrices selon leur zone d exportation et leur activité Destination Analyse, Commerce Déchets Eau Energie Fabrication Industrie essais de gros matériels et chimique équipements Europe Ouest 100 % 50 % 71 % 100 % 100 % 84 % 60 % Europe centrale 67 % 17 % 19 % 0 % 100 % 36 % 40 % et Est Afrique 67 % 59 % 23 % 50 % 100 % 52 % 60 % Amérique centrale 0 % 9 % 3 % 0 % 0 % 4 % 60 % Amérique du Nord 0 % 7 % 13 % 0 % 0 % 24 % 20 % Amérique du Sud 33 % 9 % 0 % 0 % 0 % 24 % 40 % Asie centrale 33 % 4 % 13 % 0 % 0 % 24 % 20 % Asie - Pacifique 33 % 9 % 29 % 0 % 0 % 24 % 40 % Moyen-Orient 33 % 11 % 13 % 0 % 0 % 20 % 60 % Destination Ingénierie Installation / Instrumentation Logiciels Produits R&D Réseaux réparation minéraux de fluides Europe Ouest 50 % 33 % 75 % 50 % 100 % 73 % 100 % Europe centrale 40 % 33 % 25 % 0 % 33 % 19 % 0 % et Est Afrique 50 % 67 % 38 % 50 % 67 % 15 % 0 % 19 Amérique centrale 5 % 0 % 6 % 0 % 0 % 0 % 0 % Amérique du Nord 0 % 0 % 38 % 0 % 0 % 15 % 0 % Amérique du Sud 15 % 0 % 9 % 0 % 0 % 8 % 0 % Asie centrale 5 % 0 % 28 % 0 % 33 % 12 % 0 % Asie - Pacifique 30 % 0 % 59 % 0 % 0 % 23 % 0 % Moyen-Orient 20 % 0 % 13 % 0 % 67 % 4 % 0 % Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Mode de lecture - exemple : 50 % des entreprises en ingénierie exportent en Europe de l Ouest

20 ANNEXE 2 ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS COMPARAISONS ÎLE-DE-FRANCE / FRANCE Répartition des salariés privés au sein de la filière éco-activités selon l activité en 2012 Source : Acoss Évolution des salariés privés de la filière éco-activités entre 2008 et Source : Acoss

Les branches d'activité

Les branches d'activité Les branches d'activité Une entreprise qui est une unité institutionnelle peut avoir plusieurs productions de natures différentes. Par exemple, une entreprise de transport routier qui a pour activité principale

Plus en détail

EXTRAIT. L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France. Avril 2012

EXTRAIT. L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France. Avril 2012 EXTRAIT L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE. Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES

ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE. Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONJONCTURE Tableau de bord trimestriel de l emploi salarié - Juin 2015 DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES DIRECTION GÉNÉRALE DES ENTREPRISES Ce dossier a été réalisé par la sous-direction

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

L activité Les activités aéronaut liées à ue l automobile Mise à jour 2009

L activité Les activités aéronaut liées à ue l automobile Mise à jour 2009 Seine-et-Marne Développement Hôtel du Département 77010 MELUN Cedex - Tél : 01 64 14 19 06 Fax : 01 64 14 19 29 - Email : c.etedali@seine-et-marne-invest.com Agence certifié ISO 9002 Version 2000 Les L

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux

L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux L industrie en Ile-de-France Principaux indicateurs régionaux Les chiffres clés de la région Ile-de-France (au 31/12/2010) : - PIB : 572 milliards d euros (30% du PIB national) - Nombre d emplois industriels

Plus en détail

L emploi scientifique dans le secteur privé

L emploi scientifique dans le secteur privé L emploi scientifique dans le secteur privé LES CHERCHEURS DANS LE SECTEUR PRIVE L évolution des effectifs de chercheurs dans les entreprises En 2004, les entreprises emploient plus de 105 000 chercheurs

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne

L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne Partie 1 Les marchés du véhicule léger (VP et VUL) Partie 2 Etude Banque de France réalisée en 2012 (période 2006-2010) 2.1 Le tissu régional

Plus en détail

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur 1 Le Fonds JEREMIE PACA : l histoire La Région PACA s est dotée d outils majeurs de soutien aux entreprises, mais sa gamme ne permettait pas de faire face aux

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010

Profil au 31 décembre 2012 des bénéficiaires de la retraite au titre. de la pénibilité créée par la loi du 9 novembre 2010 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 juillet 2014 à 9 h 30 «Carrières précaires, carrières incomplètes et retraite» Document N 14 Document de travail, n engage pas le Conseil Profil

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE

DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS. (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE DONNEES SUR LA CREATION D'ENTREPRISES EN SEINE-SAINT-DENIS (source : Insee) PÔLE VEILLE ECONOMIQUE Direction du Développement Économique, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et de l'innovation

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

L innovation en Guyane. Six entreprises de 10 salariés et plus sur dix ont innové entre 2010 et 2012

L innovation en Guyane. Six entreprises de 10 salariés et plus sur dix ont innové entre 2010 et 2012 L innovation en Guyane Six entreprises de 10 salariés et plus sur dix ont innové entre 2010 et 2012 Sommaire 1ère Partie Présentation de l enquête Community Innovation Survey (CIS) 2012 2ème Partie Les

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France C. Piquet 1 Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Christian Piquet France Bois

Plus en détail

Etude des principales caractéristiques de la filière NTIC

Etude des principales caractéristiques de la filière NTIC Etude des principales caractéristiques de la filière NTIC Objet A la demande de l agencentic Bourgogne, l Observatoire BASECO Bourgogne a été sollicité pour réaliser une étude sur l état des lieux de la

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Principaux secteurs d activité haut-marnais Bilan Les principaux secteurs d activité haut-marnais BILAN édition 2011 Document réalisé en partenariat avec Observatoire Economique de la Haute-Marne Principaux

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE

LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE LES CHIFFRES CLÉS RÉGION ÎLE-DE-FRANCE ÉDITION 2014 ÉCONOMIE LA PROPRETÉ EN île-de-france Données économiques générales de la région > Les données de l ACOSS présentent des établissements, c est-à-dire

Plus en détail

Un prix de l eau élevé en Île-de-France, sauf à Paris

Un prix de l eau élevé en Île-de-France, sauf à Paris Agreste N 109 - Mai 2011 Île-de- Enquête sur les services publics de l eau potable et de l assainissement en 2008. Un prix de l eau élevé en Île-de-, sauf à Paris A 3,69 /m³, le prix moyen de l eau potable

Plus en détail

VAL-D'OISE. Présentation du territoire

VAL-D'OISE. Présentation du territoire Population totale du territoire 1 180 365 VAL-D'OISE Présentation du territoire Poids dans la région 10,0% Nombre de communes 185 Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Evolution de l'emploi

Plus en détail

L emploi salarié au 1 er trimestre 2011

L emploi salarié au 1 er trimestre 2011 Juin 2011 service statistiques, études et évaluations Repères & Analyses L emploi salarié au 1 er trimestre 2011 HAUTE-SAONE Direction régionale Franche-Comté L emploi salarié en Haute-Saône croît au 1

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

Enquête sur l activité de l industrie parapétrolière et paragazière française Résultats pour la période 2013-2014. Thierry Rouaud GEP-AFTP

Enquête sur l activité de l industrie parapétrolière et paragazière française Résultats pour la période 2013-2014. Thierry Rouaud GEP-AFTP Enquête sur l activité de l industrie parapétrolière et paragazière française Résultats pour la période 2013- Thierry Rouaud GEP-AFTP L industrie parapétrolière et paragazière française Quel poids économique?

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009 Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon Période sous revue 25-29 18 Mars 211 PANORAMA DE LA FILIERE La filière «Transport-Logistique» définie par le Conseil Régional = Entreprises relevant

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DU ROMORANTINAIS

TABLEAU DE BORD DU ROMORANTINAIS TABLEAU DE BORD DU ROMORANTINAIS ANNÉE 2011 LES FICHES DE L OBSERVATOIRE N 101 Réalisé avec le concours financier de l'etat et de la Maison de l Emploi de l arrondissement de Romorantin-Lanthenay DIRECTEUR

Plus en détail

DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES

DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES Mise à jour 2015 DEMOGRAPHIE DES ENTREPRISES Dénombrement des établissements seine-et-marnais par activités de 2012 à 2014 En Seine-et-Marne, c est dans les secteurs des services à la personne et des transports

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

Dares Indicateurs. L emploi intérimaire baisse au 3 e trimestre 2014

Dares Indicateurs. L emploi intérimaire baisse au 3 e trimestre 2014 Dares Indicateurs JANVIER 2015 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L emploi intérimaire baisse au 3 e trimestre 2014 À la fin du 3 e trimestre

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits.

Bonne nouvelle du côté de la situation financière, où les mesures de soutien en faveur des entreprises semblent porter leurs fruits. COMMUNIQUE DE PRESSE 05 AOUT 2015 Bpifrance présente la 61 ème enquête de conjoncture dans les PME Un redressement des perspectives d activité des PME qui se poursuit, mais lentement et en ordre dispersé.

Plus en détail

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires

Enquêtes mensuelles. Indicateurs du Climat des Affaires Tendances régionales La conjoncture en Midi-Pyrénées Décembre 215 La production industrielle a légèrement progressé dans l ensemble des secteurs. Les carnets de commandes sont toujours jugés de bon niveau.

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire Population totale du territoire 430 808 NOGENT-SUR-MARNE Présentation du territoire Poids dans le département 32,3% Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Nombre de communes 16 Evolution de l'emploi

Plus en détail

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES

2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Version intégrale 2. ADAPTATIONS MÉTHODOLOGIQUES Par rapport aux séries 2 publiées l'année précédente sur le stock de capital (SDC) et les amortissements, trois adaptations méthodologiques ont été pratiquées

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points 10 forts BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 2013 STABILITÉ DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 2013, les créations pures d entreprises dans les

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création.

Enjeux. Ile-de-France. Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création. n 182 - mai 2016 L économie en Île-de-France Enjeux Trois entreprises franciliennes sur quatre sont toujours en activité trois ans après leur création En 2013, hors statut de l auto-entrepreneur, les trois

Plus en détail

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France

Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Le marché immobilier résidentiel ancien en Ile-de-France Dossier de presse 28 mai 2015 Sommaire Communiqué de presse 3 Les chiffres en Ile-de-France 5 Paris 7 Petite Couronne 12 Grande Couronne 15 Synthèse

Plus en détail

Analyse statistique du tissu économique local des bassins de vie de Lencloître, Lusignan et Vouillé

Analyse statistique du tissu économique local des bassins de vie de Lencloître, Lusignan et Vouillé Analyse statistique du tissu économique local des bassins de vie de Lencloître, Lusignan et Vouillé Benjamin Guimond, CRIEF-TEIR EA 2249 Dans le cadre de l avenant n 2 à la convention cadre du 9 mai 2007

Plus en détail

Les activités de Conseils et assistance

Les activités de Conseils et assistance Seine-et-Marne Développement Hôtel du Département 77010 MELUN Cedex - Tél : 01 64 14 19 06 Fax : 01 64 14 19 29 - Email : c.etedali@seine-et-marne-invest.com Agence certifié ISO 9002 Version 2000 Les activités

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

5. Les activités caractéristiques des pôles

5. Les activités caractéristiques des pôles 5. Les activités caractéristiques des pôles 5.1 Question méthodologique Existe-t-il des activités spécifiques des pôles par rapport aux territoires hors pôle? Pour répondre à cette question relativement

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL 11/12/2007 Rapport statistique des accidents du travail de 2006 1 Introduction La déclaration d accident du travail constitue le socle de la collecte des données relatives

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE

TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE TENDANCES RÉGIONALES FRANCHE-COMTE OCTOBRE 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire Population totale du territoire 587 259 Présentation du territoire Poids dans le département 26,1% Nombre de communes 3 Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Evolution de l'emploi salarié par

Plus en détail

4.1. Panorama du commerce et de la réparation auto-moto

4.1. Panorama du commerce et de la réparation auto-moto 4.1 Panorama du commerce et de la réparation auto-moto L ensemble du commerce et de la réparation d automobiles et de motocycles comprend 75 entreprises en 28 et 365 en équivalents-temps plein. Le taux

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010

La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 La Recherche et Développement dans les comptes nationaux en base 2010 Thierry Méot Section comptes et synthèses des services La base 2010 : la mise en œuvre des règles du SEC 2010 Le système européen des

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Décembre 211 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 21 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Que recouvre le secteur des éco-entreprises?

Que recouvre le secteur des éco-entreprises? Que recouvre le secteur des éco-entreprises? Ce sont les entreprises qui produisent des biens et des services destinés à mesurer, prévenir, limiter, réduire ou corriger les atteintes à l environnement.

Plus en détail

Les principaux secteurs d activité haut-marnais

Les principaux secteurs d activité haut-marnais Les principaux secteurs d activité haut-marnais Situation 2011 Document réalisé en mars 2012 à partir des données : Contact : CCIT - Observatoire économique 9, rue de la Maladière 52 000 - CHAUMONT Tél.

Plus en détail

Observatoire Partenarial de l Economie de Lille Métropole

Observatoire Partenarial de l Economie de Lille Métropole Février 215 Observatoire Partenarial de l Economie de Métropole économie productive en ARRONDISSEMENT DE LILLE et GRANDES MéTROPOLES FRANÇAISES Les Objectifs de l OPE : Depuis 26, l OPELM travaille à la

Plus en détail

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE

I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE I. APPROCHE STATISTIQUE COMPARATIVE DES ACTIVITES PRODUCTIVES DES TIC EN AQUITAINE L analyse statistique qui suit a été réalisée par Séverine Penaud-Roux à partir des données brutes issues de la base CLAP

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

Multimédia et intermittents du spectacle Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia

Multimédia et intermittents du spectacle Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia Etude portant sur les codes NAF des sociétés de l industrie du jeu vidéo et du multimédia 2003 Agence Française pour le Jeu Vidéo afjv.com Reproduction autorisée avec mention «Source : Agence Française

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

L ouverture à l international des entreprises de services

L ouverture à l international des entreprises de services L ouverture à l international des entreprises de services Pascale Pietri* Par nature, les secteurs des services sont moins tournés vers les marchés extérieurs que les secteurs industriels. Néanmoins en

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Enveloppe. Période de mise à disposition

Enveloppe. Période de mise à disposition JEREMIE (JOINT EUROPEAN RESOURCES FOR MICRO TO MEDIUM ENTERPRISES) A pour but de favoriser l attribution de prêts à des PME éligibles en fournissant une protection de risque Cette protection vise à réduire

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Portrait sectoriel. Le Numérique en Languedoc-Roussillon. Edition 2014 Mars 2014. Service Etudes et Statistiques

Portrait sectoriel. Le Numérique en Languedoc-Roussillon. Edition 2014 Mars 2014. Service Etudes et Statistiques Edition 204 Mars 204 Portrait sectoriel Direction régionale Languedoc-Roussillon Le Numérique en Languedoc-Roussillon Sommaire Emploi salarié page 2 DPAE page 6 Offres d emploi page 7 Demandeurs d emploi

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL

FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL FONDS DES ACCIDENTS DU TRAVAIL Rapport statistique des accidents du travail de 2012- Secteur privé 1 Diminution en 2012 de 7,7% des accidents du travail 157.131 accidents du travail sont survenus dans

Plus en détail

Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire

Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 369 Novembre 2012 Dix ans de consommation d énergie dans le secteur tertiaire OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La consommation d énergie du secteur tertiaire

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

YVELINES. Présentation du territoire. limites du territoire

YVELINES. Présentation du territoire. limites du territoire Population totale du territoire 1 413 635 YVELINES Présentation du territoire Poids dans la région 11,9% Nombre de communes 262 Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Evolution de l'emploi salarié

Plus en détail

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne octobre 2008 Aujourd hui, la CCI Seine-et-Marne, fortement impliquée dans l observation des entreprises et du développement économique de

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Cartographie des mobilités professionnelles et sectorielles des jeunes issus des emplois d avenir 2015/2016

Cartographie des mobilités professionnelles et sectorielles des jeunes issus des emplois d avenir 2015/2016 Cartographie des mobilités professionnelles et sectorielles des jeunes issus des emplois d avenir 2015/2016 2 Sommaire contexte Fondamentaux de la cartographie Bresse-Dombes Val de Saône Sud Drôme Forez

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE

DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE DIFFICILE SORTIE DE CRISE POUR L INDUSTRIE MARS 2014 FRANÇAISE ENQUÊTES DE CONJONCTURE 115 moyenne de long terme = 100 3.00 58 110 variation sur un an en % 2.50 56 105 100 95 PIB (échelle de droite) 2.00

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail