LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN ÎLE-DE-FRANCE"

Transcription

1 Monographie économique LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Le plan filières des éco-activités en Île-de-France, piloté par le pôle de compétitivité Advancity, est mis en œuvre en partenariat avec la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France, la Chambre de commerce et d industrie de Seine-et-Marne, la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne et la CGPME 93. Cette action est cofinancée par la Direccte Île-de-France, la Région Île-de-France, le Conseil général de Seine-Saint- Denis et l Union européenne. L Europe s engage en Île-de-France avec le Fonds européen de développement régional et le Fonds social européen. Réalisé par : Avec le soutien de :

2 SOMMAIRE 3 g INTRODUCTION 4 g NOTES MÉTHODOLOGIQUES 6 g LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN SYNTHÈSE 7 g ÉVOLUTION ET RÉPARTITION DE L EMPLOI 7 ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 9 ACTIVITÉS HORS ACTIVITE DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 10 g PERFORMANCES DES ENTREPRISES ENTREPRISES DE L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS 10 ANALYSE QUALITATIVE DE L'ACTIVITÉ À L'EXPORTATION 10 ANALYSE QUALITATIVE DES COMPÉTENCES ET SAVOIR-FAIRE ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 12 STRUCTURE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 12 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES 13 ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 14 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES 14 ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC 15 g ANNEXES 16 ANNEXE 1 ENTREPRISES EXPORTATRICES DE LA FILIÈRE PERFORMANCES SELON L ACTIVITÉ, LE TAUX D EXPORTATION, LA TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES ET LA DESTINATION 2 ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 20 ANNEXE 2 COMPARAISONS ÎLE-DE-FRANCE / FRANCE 21 ANNEXE 3 - POIDS DE L ÎLE-DE-FRANCE DANS LA FILIÈRE FRANÇAISE 22 ANNEXE 4 ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS 24 ANNEXE 5 ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS EN FRANCE 26 ANNEXE 6 RÉPARTITION FRANCILIENNE DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS 27 ANNEXE 7 DONNÉES BILANCIELLES 28 ANNEXE 8 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE 30 ANNEXE 9 RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE 35 ANNEXE 10 RÉPARTITION DES SCORES AFDCC ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS 36 ANNEXE 11 RÉPARTITION DÉTAILLÉE DES ÉTABLISSEMENTS SELON LE SECTEUR D ACTIVITÉ 38 ANNEXE 12 DONNÉES BILANCIELLES 39 ANNEXE 13 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE 40 ANNEXE 14 RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE 43 ANNEXE 15 RÉPARTITION DES SCORES AFDCC

3 INTRODUCTION LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique Les entreprises du secteur des écoactivités sont au cœur des enjeux de développement durable, prioritaires à l échelle de la région capitale. Ainsi, les partenaires ont souhaité que soit développée une action de connaissance des entreprises régionales intervenant dans ce secteur. Celle-ci a été confiée à la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de- France, qui l a conduite selon deux approches complémentaires : g la première de nature économique (évolution des emplois et du nombre d établissements, nature des activités et des savoir-faire) ; g la seconde d ordre financier (évaluation du modèle et de la performance des entreprises). Dans ce but, la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France a élaboré et mis à jour une base de données destinée à identifier la majeure partie des acteurs franciliens impliqués dans le fonctionnement de la filière. Ce travail a permis d avoir une connaissance qualitative des acteurs de la filière intervenant dans les domaines de l eau, des déchets, de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables ou des smart grids plus large et plus précise que celle apportée par les nomenclatures d activité. La présente monographie, fruit d un important travail de collecte de données, a vocation à présenter l ensemble des informations économiques, financières et qualitatives que la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France a consolidées. ÉTUDE RÉALISÉE PAR : le Centre régional d observation du commerce, de l industrie et des services (Crocis) pour la Direction filières et territoires de la Chambre de commerce et d industrie de région Paris Île-de-France. Contacts : Denis DHYVERT - Julien TUILLIER - 3

4 NOTES MÉTHODOLOGIQUES 4 CODES NAF RETENUS POUR DÉFINIR L ACTIVITÉ DÉDIÉE DE LA FILIÈRE 3600Z g Captage, traitement et distribution d'eau 3700Z g Collecte et traitement des eaux usées 3811Z g Collecte des déchets non dangereux 3812Z g Collecte des déchets dangereux 3821Z g Traitement et élimination des déchets non dangereux 3822Z g Traitement et élimination des déchets dangereux 3832Z g Récupération de déchets triés 3900Z g Dépollution et autres services de gestion des déchets 4677Z g Commerce de gros (commerce interentreprises) de déchets et débris DONNÉES SUR L EMPLOI SALARIÉ PRIVÉ Les données relatives à l emploi salarié privé et aux employeurs sont celles produites par l Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale, Caisse nationale des Urssaf) et concernent les salariés du secteur privé. Ce sont les seules statistiques récentes existant à un niveau fin d activité et disponibles pour la période DONNÉES FINANCIÈRES Les analyses financières ont été conduites sur un échantillon composé d entreprises réalisant au moins 750 k annuels de chiffre d affaires. Ces analyses ont été basées sur la valeur médiane de chaque donnée traitée. En effet, celle-ci est plus représentative de l ensemble du tissu étudié, car elle est nettement moins sensible que la moyenne à la quote-part des grandes entreprises dans l échantillon. Les scores AFDCC résultent de l application d une formule qui prend en compte divers éléments des bilans et comptes de résultat des entreprises et témoignent factuellement de leur solidité financière. Les cotations de la COFACE prennent en considération des éléments qualitatifs d appréciation établis par ses soins à dire d expert. Elles peuvent intégrer des considérations conjoncturelles ou l impact de l appartenance éventuelle d une entreprise à un groupe. MODE DE DÉTERMINATION DES ÉTABLISSEMENTS HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE A partir de différentes sources de données publiques ou apportées par les partenaires et de relevés d informations conduits directement auprès des entreprises, la CCI Paris Île-de- France a identifié les acteurs régionaux qui

5 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique contribuent à l activité des secteurs de l eau, des déchets, de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables ou des smart grids à titre de prestataire, fournisseur ou sous-traitant des donneurs d ordre et autres spécialistes de ces domaines. Dans les pages suivantes, ces donneurs d ordre et autres spécialistes, définis par leur code NAF comme mentionné plus haut, sont présentés sous le terme activité dédiée. Les autres entreprises, identifiées comme précisé ci-dessus, sont référencés sous le terme hors activité dédiée. ANALYSES QUALITATIVES DES COMPÉTENCES ET SAVOIR-FAIRE DES ENTREPRISES ET DE LEUR ACTIVITÉ À L EXPORTATION Ces deux analyses ont été conduites à partir de la base de données régionale élaborée par la CCI Paris Île-de-France en concertation avec l Etat, le Conseil régional d Île-de-France et les partenaires du plan filière. Diverses informations descriptives de leurs compétences, savoir-faire et activités à l international ont été collectées depuis 3 ans auprès de la majorité des entreprises de la filière et ont pu faire l objet d un traitement de données approprié. Pour l activité à l exportation, ont été retenues les seules entreprises pour lesquelles les données financières et les données relatives à leurs marchés internationaux étaient connues, ce qui restreint le champ d analyse. Pour chacune de ces deux analyses, le nombre d entreprises étudiées est précisé en introduction du chapitre correspondant. 5

6 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS EN SYNTHÈSE 6 LLa filière éco-activités francilienne regroupe schématiquement deux catégories d établissements : g la première, dénommée activité dédiée dans la suite du document, est aisément définissable par les codes d activité définis dans la note méthodologique de ce document (neuf codes NAF retenus) ; g la seconde, plus hétérogène appelée hors activité dédiée, est composée de l ensemble des établissements qui contribuent à l activité des secteurs de l eau, des déchets, de l efficacité énergétique, des énergies renouvelables ou des smart grids à titre de prestataire, fournisseur ou sous-traitant des donneurs d ordre et autres spécialistes de ces domaines. Leur identification a été conduite par enquêtes ou approche directe des entreprises. Des analyses faites pour ces deux sousensembles, il est possible de dégager les principaux éléments de synthèse qui suivent. L activité dédiée emploie environ salariés privés en Île-de-France en 2012, soit plus de postes supplémentaires par rapport à 2008, répartis dans 930 établissements. L analyse sectorielle montre que peu de différences existent entre la région capitale et la France dans la répartition des emplois. À côté de cette activité dédiée, la filière écoactivités francilienne mobilise près de établissements de toutes tailles et de toutes natures (industrie, construction, commerce et services). Au plan financier, l activité dédiée se caractérise, d une part, par un chiffre d affaires médian en progression sur la période , et, d autre part, par une baisse du taux d investissement et par une dégradation de l appareil productif. Globalement, cette tendance est identique en Île-de-France et en province. L analyse des scores traduit cette ambiguïté ; ils n ont que très peu évolué entre leurs niveaux de 2007 et de 2011 (score favorable de 60 % en 2007 et de 61 % en 2011), même s ils ont beaucoup fluctué durant la période. Dans le même temps, la part des entreprises avec des scores compris entre 0 et 4,5 a augmenté en Île-de-France (+ 3 points) comme en province (+ 2 points). Les activités hors activité dédiée connaissent une évolution moins favorable avec un chiffre d affaires en baisse entre 2007 et 2011, malgré un regain d activité depuis De même, l analyse des scores révèle une érosion des entreprises saines (- 7 points sur la même période), symbole, entre autres, d une conjoncture moins bien orientée.

7 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ÉVOLUTION ET RÉPARTITION DE L EMPLOI ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS En 2012, l activité dédiée à la filière des éco-activités en Île-de-France compte plus de salariés privés, répartis au sein d environ 930 établissements (source : Accoss). Les principaux établissements employeurs ont pour activité la collecte et le traitement des déchets non dangereux (31 % des salariés privés franciliens) et le captage, traitement et distribution d eau (25 %) (annexes 2 et 4). Entre 2008 et 2012, le nombre de salariés de la filière en Île de France a augmenté de 6,7 %, soit plus de postes supplémentaires. Néanmoins, des différences importantes selon les secteurs sont à souligner. Sur cette période, le secteur dépollution et autres services de gestion des déchets a bénéficié d un apport de 385 salariés supplémentaires, soit une hausse de 57 %. Dans le même temps, celui du traitement et élimination des déchets non dangereux a dû faire face à une perte de 641 salariés, soit une baisse de près de 16 % (annexes 2 et 4). Le secteur ayant gagné le plus de salariés privés est celui du captage, traitement et distribution d eau, avec un gain net de près de personnes, soit plus de la moitié du nombre de postes créés en Île-de-France entre 2008 et La hausse du nombre d emplois salariés en Île-de-France, entre 2008 et 2012, est légèrement supérieure à celle constatée à l échelle nationale (respectivement 6,7 % et 6,2 %). La dynamique de la filière des éco-activités est donc générale sur l ensemble du territoire. Mais, malgré ces similitudes, celle-ci est variable selon les secteurs. Ainsi, ceux intitulés collecte des déchets dangereux et surtout traitement et élimination des déchets non dangereux ont perdu des salariés en Île-de-France sur la période (respectivement 4,1 % et 15,6 %), ce qui n est pas le cas à l échelle nationale. En France, le secteur dépollution et autres services de gestion des déchets est porteur de la dynamique, avec une augmentation de plus de 88 % des effectifs sur cette période, même si en valeur absolue la part reste limitée (annexes 2 et 4). L analyse sectorielle montre tout de même que peu de différences existent entre l Île-de-France et la France dans la répartition des emplois. Les différents secteurs qui composent la filière ont sensiblement le même poids en termes d emplois, hormis peut-être le secteur collecte des déchets non dangereux qui est plus présent à l échelle francilienne (30,6 %) qu à l échelle nationale (28,1 %). Le cas est inverse pour le secteur récupération des déchets triés (respectivement 10,6 % en Île-de-France et 15,5 % en France) (annexes 2 et 4). À l opposé, l analyse de la taille des établissements laisse apparaitre une grande différence entre l Île-de-France et la France ; la taille moyenne des établissements de la filière au 7

8 8 LES EMPLOIS SALARIÉS DE L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS EN 2012 LES EMPLOYEURS DE L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS EN 2012 sens strict est de 36 salariés dans la région capitale, soit près du double du reste du territoire (19 salariés en moyenne). L analyse géographique de la répartition des salariés fait ressortir la prédominance des Hauts-de-Seine, département regroupant 20,8 % des effectifs totaux de la région. Plus globalement, trois groupes peuvent être constitués (annexe 6) : g les départements comptant plus de emplois : les Hauts-de- Seine, Paris et les Yvelines ; g ceux bénéficiant de l apport de à emplois : la Seine-et- Marne, l Essonne, la Seine-Saint- Denis et le Val-de-Marne ; g et enfin le département le moins bien pourvu, le Val-d Oise, avec moins de salariés. Le département du Val-de-Marne a été le plus dynamique en termes de hausse du nombre de salariés (+ 14,2 %) entre 2008 et 2012, suivi des Hauts-de-Seine (+ 11,5 %). Seul le département de Seine-Saint-Denis a perdu des emplois sur cette même période (- 3,1 %).

9 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ACTIVITÉS HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS Dans la cadre des travaux de connaissance sectorielle menés depuis 2009 par la CCI de Versailles Val-d Oise / Yvelines et depuis 2013 par la CCI Paris Île-de-France, près de établissements ont été identifiés en Île-de-France comme exerçant une activité en lien avec les éco-activités et regroupés dans une base de données (annexe 11). Les entreprises ou établissements contenus dans cette base se rapportent essentiellement : g à la recherche-développement scientifique (712 établissements) ; g aux activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et d analyse technique (239 établissements) ; g au génie civil (129 établissements) ; g à la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques (101 établissements). Ces quatre activités regroupent à elles seules 59,5 % des établissements recensés. Il faut toutefois souligner que la part réelle du chiffre d affaires de ces établissements dans la filière peut être très variable. LES ÉTABLISSEMENTS HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS EN

10 PERFORMANCES DES ENTREPRISES 10 Pour cette partie de la monographie de la filière, le principe de la segmentation entre l activité dédiée et les activités complémentaires a également été conservé. Ce choix a permis de faire, pour les premières, une analyse comparative entre entreprises franciliennes et provinciales, analyse qui n était pas possible pour les secondes. Pour ces dernières, ont été privilégiées les connaissances du modèle économique et de l évolution de la performance des entreprises étudiées. La source des données utilisée ci-après est la base de données Diane pour la période ENTREPRISES DE L ENSEMBLE DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS ANALYSE QUALITATIVE DE L ACTIVITÉ À L EXPORTATION L analyse qualitative a été conduite sur un échantillon de 201 PME de la filière, telle que définie dans la note méthodologique présentée en introduction. Le premier constat qui peut être fait est que les principaux marchés à l export sont l Europe de l Ouest et l Afrique (principalement le Maghreb). Les 6 activités les plus représentées dans l échantillon d analyse ont des approches similaires sur ces marchés et sur les autres zones géographiques. En effet, les entreprises de commerce de gros, des déchets, de la fabrication de matériels et équipements, d ingénierie, d instrumentation ou de R&D privilégient ces 2 destinations pour 50 à 80 % d entre elles. Elles sont nettement moins nombreuses à être présentes dans d autres zones. Seules l instrumentation et la fabrication de matériels et équipements sont significativement déployées en Amérique (en particulier du Nord) et en Asie. Cependant, la présence sur les marchés dits de grand export (Amérique, Asie) est généralement faible et plus fréquemment le fait des entreprises plus grosses ou plus fortement exportatrices (mesure faite en pourcentage de chiffre d affaires à l export). Cependant, la zone Asie Pacifique (essentiellement la Chine) attire au moins une entreprise sur dix parmi celles qui réalisent moins de 10 % de leur chiffre d affaires à l international. Par contre, la taille ou le taux d export de l entreprise ont peu d influence sur son attitude face aux destinations européennes, en particulier vers l Europe de l Ouest. Sur cette destination, le constat peut également être fait qu elle n est pas une cible très fortement visée ou atteinte. En effet, en moyenne, seulement 2 entreprises sur 3 y sont présentes (annexe 1). ANALYSE QUALITATIVE DES COMPÉTENCES ET SAVOIR-FAIRE DES ENTREPRISES DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Les travaux de connaissance des entreprises du secteur des éco-activités ont été conduits auprès de d entre elles (soit 45 % des acteurs régionaux identifiés dans la filière) qui ont ainsi été catégorisées par des descripteurs d activité distinctifs et pertinents. Si certains de ceux-ci recoupent la nomenclature d activité

11 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique NAF, la plupart la transcendent et permettent une connaissance plus fine des compétences et champs d activités des entreprises. Ce sont au total près de termes différents qui ont été collectés, analysés et regroupés. Leur nombre montre la diversité. Ces termes ont été ventilés dans une classification à 3 niveaux pour plus de lisibilité. Les principaux sousensembles qui en résultent sont présentés dans le tableau ci-dessous. D autres termes apparaissent moins fréquemment mais doivent néanmoins être cités. Ainsi, sont également relevés : valorisation biologique, valorisation énergétique, élimination des déchets ultimes, audit, santé, électronique, capteurs, optique, pression, température, Le lien est également constaté avec les thématiques ou les filières aéronautique, automobile et mécanique. En effet, ces termes sont cités environ 30 fois chacun. De surcroît, 250 entreprises Classification Dont Nombre d établissements répertoriés Fabrication 165 Eco-activités Biotechnologies 29 Déchets solides 729 Papier 21 Biomasse 10 Déchets industriels 22 Recyclage des déchets 15 Valorisation des déchets 43 Tri 74 Dépollution 30 Déchets liquides 321 Energies renouvelables 42 Air 18 Contrôle Analyses Mesures Analyse 118 Instrumentation 50 Régulation 19 Réparation maintenance 88 Conseil 124 Etudes 147 Conception modélisation 64 Ingénierie 82 Recherche et développement

12 12 mécaniciennes ont été identifiées comme intervenant dans ce secteur économique des éco-activités. De même, 200 entreprises sont simultanément présentes dans les éco-activités et dans l aéronautique et 100 se partagent entre éco-activités et automobile. Une lecture plus détaillée de l analyse conduite permet d identifier des spécialités précises et indécelables par des approches statistiques classiques. À titre d exemples, la base de données recense 22 établissements spécialistes des sols, 19 intervenant dans le recyclage des cartons, ou encore 4 établissements compétents en toxicologie, 8 en désamiantage et 6 en décontamination. ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS L analyse structurelle des échantillons montre un phénomène de concentration plus marqué en Îlede-France : environ 64 % des entreprises appartiennent à un groupe contre 42 % en province. STRUCTURE FINANCIÈRE DES ENTREPRISES Chiffre d affaires Le chiffre d affaires médian est en progression sur la période , la tendance étant beaucoup plus accentuée en Île-de-France qu en province. Au global, les entreprises se rapportant à l activité dédiée aux éco-activités en Île-de-France réalisent un chiffre d affaires de près de 11,8 milliards d euros en 2011, retrouvant quasiment le niveau atteint en 2007 (estimation en fonction des données disponibles, dépendante des entreprises qui déclarent leurs comptes). Taux d investissement productif Le taux d investissement productif médian francilien n a cessé de diminuer depuis 2008 ; il a perdu 1 point, se situant au niveau de 6,9 % en 2011 (annexe 7). La province fait face à une dynamique différente ; après le creux constaté entre 2008 et 2010 (baisse de 3,5 points du taux d investissement productif médian), la courbe s est inversée et le taux médian a retrouvé le niveau atteint en 2007, ce qui n est pas encore le cas de l Île-de-France. L observation de la distribution de la valeur montre un 3 e quartile à 21,5 % en Île-de-France en 2011, alors qu il atteint 26,7 % en province la même année. Cet écart confirme le dynamisme de la province, mais il est à noter que celui-ci s est réduit de 2 points entre 2007 et Degré d amortissement des immobilisations corporelles Le degré d amortissement des immobilisations corporelles francilien ne cesse d augmenter sur la période et atteint désormais 63,8 % (contre 59,6 % en 2007) (annexe 7). Ceci confirme la dégradation du taux d investissement productif en Île-de-France, mais également en province où la tendance est sensiblement identique (63 % en 2011 contre 56 % en 2007). PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES Exportation En 2011, le taux d exportation moyen des entreprises franciliennes approche les 6,5 %, contre 6 % en province. Il a très faiblement progressé depuis 2007 (annexe 8). Plus des deux tiers des entreprises semblent se tenir à l écart des marchés étrangers. Il convient toutefois de garder à l esprit qu un taux d exportation ne tient pas compte des ventes à des donneurs d ordre français qui sont eux-mêmes exportateurs ; le taux peut donc de ce fait être sous-estimé selon le mode d organisation du marché.

13 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique L activité la plus exportatrice (50 % du chiffre d affaires ou plus) semble être la récupération de déchets triés. Capacité d autofinancement Pour une entreprise, l autofinancement indique sa capacité à financer toutes ses activités avec ses propres moyens sans faire appel aux ressources et aux aides externes (crédits, emprunts ). Sur la période , la capacité d autofinancement (taux médian) est en baisse, aussi bien en Île-de-France qu en province (respectivement - 0,3 et - 0,9 point). Les fluctuations sont assez importantes sur la période : après une forte baisse entre 2007 et 2009, l activité a repris en 2010 ; un tassement s observe à nouveau depuis 2011 (annexe 8). Même si les courbes suivent une dynamique proche, les performances de la province semblent être meilleures que celles de l Île-de- France. Rentabilité nette Le taux de rentabilité nette (résultat net / chiffre d affaires) exprime la rentabilité de l entreprise en fonction de son volume d activité ; c est un indicateur de profitabilité de l entreprise. Il permet d estimer le résultat futur de l entreprise en fonction de la variation de son volume d activité mesuré par le chiffre d affaires. Les évolutions de ces taux (médianes) en Île-de- France et en province sont orientées à la baisse sur la période ; néanmoins, après le creux atteint en 2009, la situation s améliore surtout en province (+ 1,9 point contre + 1,5 en Île-de-France). Comme pour la capacité d autofinancement, la situation de la province est plus favorable que dans la région capitale (annexe 8). ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC Cotation COFACE L analyse comparée des structures de la cotation en 2011 et 2012 (années des exercices comptables) laisse apparaître une nette croissance de la proportion des cotes 5 et 6, qui traduit un risque moyen pour l ensemble de la filière des éco-activités. Ceci est particulièrement vrai pour les secteurs collecte des déchets non dangereux, traitement et élimination des déchets non dangereux et surtout récupération de déchets triés (annexe 9). Ces éléments doivent être regardés avec prudence dans la mesure où la cotation d une entreprise s établit à dire d expert et non sur la base d un modèle statistique comme le Score. Par ailleurs, elle peut être en relation avec son appartenance à un groupe via une cote influencée. Score AFDCC Les évolutions sur la période sont pratiquement les mêmes en Île-de-France qu en province : après un fort recul entre 2007 et 2009, un redressement s est opéré depuis 2010 (annexe 10). L analyse des structures comparées fait apparaitre, en province, une légère érosion de la part d entreprises saines entre 2007 et 2011, comparées à celle de l Île-de-France, qui progresse plus favorablement. ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS Les analyses qui suivent ont été réalisées à partir d un échantillon de près de entreprises après traitement, prises parmi celles que la CCI Paris Île-de-France a identifiées dans sa base de connaissance de la filière régionale. 13

14 14 PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DES ENTREPRISES Comme pour les entreprises à l activité dédiée aux éco-activités, cette partie de l analyse porte sur les données bilancielles médianes : chiffre d affaires, taux d investissement productif, degré d amortissement des immobilisations corporelles. Toutefois, elle n est pas enrichie d une analyse nationale comparative par absence d échantillon de référence. Chiffre d affaires Le chiffre d affaires global estimé, réalisé par les entreprises de l échantillon, dépasse les 18,5 milliards d euros en Il est en baisse sur la période , malgré un regain d activité constaté en 2010 (estimation fonction des données disponibles, dépendante des entreprises qui déclarent leurs comptes). Taux d investissement productif Le taux d investissement productif est en baisse pour l ensemble de la filière hors activité dédiée sur la période (annexe 12). Néanmoins, les taux de l industrie et, dans une moindre mesure, du commerce sont en hausse et se situent à des niveaux supérieurs à ceux de 2007 ; l inversion de tendance opérée en 2010 s est confirmée en Degré d amortissement des immobilisations corporelles Le degré d amortissement des immobilisations corporelles est en hausse de plus de 5 points entre 2007 et 2011 pour l ensemble de la filière hors activité dédiée et atteint désormais 70,9 % (annexe 12). La dégradation de l appareil productif se confirme, excepté dans l industrie où le degré d amortissement est en légère baisse sur la même période. ANALYSE QUALITATIVE À PARTIR DE LA COTATION COFACE ET DU SCORE AFDCC Cotation Coface L analyse comparée des structures de la cotation en 2011 et 2012 (années des exercices comptables) laisse apparaître les résultats suivants (annexe 14) : g une nette augmentation des cotes 5, 6 et 7, commune à tous les secteurs d activités, qui correspond à une hausse du nombre d entreprises présentant un risque plus faible ; g un recul des dissolutions / liquidations dans leur ensemble ; g plus généralement, le nombre d entreprises présentant un risque élevé est en diminution importante. Ces éléments doivent être regardés avec prudence dans la mesure où la cotation d une entreprise s établit à dire d expert et non sur la base d un modèle statistique comme le Score. Par ailleurs, elle peut être en relation avec son appartenance à un groupe via une cote influencée. Score AFDCC L analyse des scores entre 2007 et 2011 révèle une érosion des entreprises saines, malgré un léger redressement constaté depuis 2010 (annexe 15). Cette évolution est différente de celle constatée pour les entreprises franciliennes à l activité dédiée puisque le nombre d entreprises saines progresse favorablement.

15 ANNEXES LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS ANNEXE 1 g ENTREPRISES EXPORTATRICES DE LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS PERFORMANCES SELON L ACTIVITÉ, LE TAUX D EXPORTATION, LA TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES ET LA DESTINATION Monographie économique ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS ANNEXE 2 g COMPARAISONS ÎLE-DE-FRANCE/ FRANCE ANNEXE 3 g POIDS DE L ÎLE-DE-FRANCE DANS LA FILIÈRE FRANÇAISE ANNEXE 4 g ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS ANNEXE 5 g ÉVOLUTIONS DÉTAILLÉES DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS EN FRANCE ANNEXE 6 g RÉPARTITION FRANCILIENNE DES EMPLOYEURS ET DES SALARIÉS ANNEXE 7 g DONNÉES BILANCIELLES ANNEXE 8 g PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ANNEXE 9 g RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE ANNEXE 10 g RÉPARTITION DES SCORES AFDCC ENTREPRISES HORS ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS ANNEXE 11 g RÉPARTITION DÉTAILLÉE DES ÉTABLISSEMENTS SELON LE SECTEUR D ACTIVITÉ ANNEXE 12 g DONNÉES BILANCIELLES ANNEXE 13 g PERFORMANCE ÉCONOMIQUE ANNEXE 14 g RÉPARTITION DES COTATIONS COFACE ANNEXE 15 g RÉPARTITION DES SCORES AFDCC 15

16 ANNEXE 1 ENTREPRISES EXPORTATRICES DE LA FILIÈRE PERFORMANCES SELON L ACTIVITÉ, LE TAUX D EXPORTATION, LA TRANCHE DE CHIFFRE D AFFAIRES ET LA DESTINATION Répartition des entreprises exportatrices selon leur activité et leur taux d exportation Nature de l activité de 0,01 de 2,00 de 5,00 de 10,00 de 20,00 50,00 % Total à 1,99 % à 4,99 % à 9,99 % à 19,99 % à 49,99 % ou plus Analyse, essais Commerce de gros Déchets Eau Energie 1 1 Fabrication matériels et équipements Industrie chimique Ingénierie Installation / réparation Instrumentation Logiciels Produits minéraux R&D Réseaux de fluides Total Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries 16

17 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ANNEXE 1 Répartition des entreprises exportatrices selon leur activité et leur chiffre d affaires Nature de l activité de 100,0 de 1,0 de 2,0 de 5,0 de 10,0 50 M Total à 999,9 k à 1,9 M à 4,9 M à 9,9 M à 49,9 M ou plus Analyse, essais Commerce de gros Déchets Eau Energie 1 1 Fabrication matériels et équipements Industrie chimique Ingénierie Installation / réparation Instrumentation Logiciels Produits minéraux R&D Réseaux de fluides 2 2 Total Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Répartition des entreprises exportatrices selon leur tranche de chiffre d affaires et leur taux d exportation Tranche de CA de 0,01 de 2,00 de 5,00 de 10,00 de 20,00 50,00 % Total à 1,99 % à 4,99 % à 9,99 % à 19,99 % à 49,99 % ou plus de 100,0 à 999,9 k de 1,0 à 1,9 M de 2,0 à 4,9 M de 5,0 à 9,9 M de 10,0 à 49,9 M ,0 M ou plus Total Source : CCI Paris Ile-de-France, base Plan Industries 17

18 ANNEXE 1 Répartition des entreprises exportatrices selon leur zone d exportation et leur taux d exportation Destination de 0,01 de 2,00 de 5,00 de 10,00 de 20,00 50,00 % Total à 1,99 % à 4,99 % à 9,99 % à 19,99 % à 49,99 % ou plus Europe Ouest 80 % 53 % 74 % 61 % 65 % 68 % 67 % Europe centrale et Est 24 % 0 % 22% 22 % 35% 29 % 25 % Afrique 36 % 42 % 57 % 52 % 51 % 27 % 42 % Amérique centrale 0 % 0 % 9 % 4 % 11 % 5 % 6 % Amérique du Nord 0 % 5 % 17 % 17 % 13 % 25 % 15 % Amérique du Sud 4 % 0 % 13 % 0 % 16 % 14 % 10 % Asie centrale 12 % 0 % 22 % 4 % 13 % 21 % 14 % Asie - Pacifique 12 % 0 % 22 % 30 % 33 % 36 % 26 % Moyen-Orient 16 % 5 % 13 % 22 % 13 % 16 % 14 % Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Mode de lecture - exemple : 68 % des entreprises ayant un taux d export supérieur à 50 % exportent en Europe de l Ouest Répartition des entreprises exportatrices selon leur zone d exportation et leur chiffre d affaires Destination de 100,0 de 1,0 de 2,0 de 5,0 de 10,0 50 M Total à 999,9 k à 1,9 M à 4,9 M à 9,9 M à 49,9 M ou plus 18 Europe Ouest 61 % 55 % 68 % 84 % 69 % 65 % 67 % Europe centrale et Est 27 % 15 % 29 % 28 % 29 % 16 % 25 % Afrique 52 % 45 % 41 % 36 % 37 % 45 % 42 % Amérique centrale 3 % 5 % 7 % 4 % 6 % 10 % 6 % Amérique du Nord 18 % 15 % 12 % 24 % 10 % 16 % 15 % Amérique du Sud 6 % 5 % 17 % 12 % 12 % 6 % 10 % Asie centrale 9 % 10 % 10 % 20 % 20 % 13 % 14 % Asie - Pacifique 15 % 15 % 29 % 28 % 35 % 26 % 26 % Moyen-Orient 12 % 15 % 7 % 20% 18 % 16 % 14 % Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Mode de lecture - exemple : 69 % des entreprises ayant un chiffre d affaires compris entre 10 et 50 M exportent en Europe de l Ouest

19 LA FILIÈRE ÉCO-ACTIVITÉS Monographie économique ANNEXE 1 Répartition des entreprises exportatrices selon leur zone d exportation et leur activité Destination Analyse, Commerce Déchets Eau Energie Fabrication Industrie essais de gros matériels et chimique équipements Europe Ouest 100 % 50 % 71 % 100 % 100 % 84 % 60 % Europe centrale 67 % 17 % 19 % 0 % 100 % 36 % 40 % et Est Afrique 67 % 59 % 23 % 50 % 100 % 52 % 60 % Amérique centrale 0 % 9 % 3 % 0 % 0 % 4 % 60 % Amérique du Nord 0 % 7 % 13 % 0 % 0 % 24 % 20 % Amérique du Sud 33 % 9 % 0 % 0 % 0 % 24 % 40 % Asie centrale 33 % 4 % 13 % 0 % 0 % 24 % 20 % Asie - Pacifique 33 % 9 % 29 % 0 % 0 % 24 % 40 % Moyen-Orient 33 % 11 % 13 % 0 % 0 % 20 % 60 % Destination Ingénierie Installation / Instrumentation Logiciels Produits R&D Réseaux réparation minéraux de fluides Europe Ouest 50 % 33 % 75 % 50 % 100 % 73 % 100 % Europe centrale 40 % 33 % 25 % 0 % 33 % 19 % 0 % et Est Afrique 50 % 67 % 38 % 50 % 67 % 15 % 0 % 19 Amérique centrale 5 % 0 % 6 % 0 % 0 % 0 % 0 % Amérique du Nord 0 % 0 % 38 % 0 % 0 % 15 % 0 % Amérique du Sud 15 % 0 % 9 % 0 % 0 % 8 % 0 % Asie centrale 5 % 0 % 28 % 0 % 33 % 12 % 0 % Asie - Pacifique 30 % 0 % 59 % 0 % 0 % 23 % 0 % Moyen-Orient 20 % 0 % 13 % 0 % 67 % 4 % 0 % Source : CCI Paris Ile-de-France Base Plan Industries Mode de lecture - exemple : 50 % des entreprises en ingénierie exportent en Europe de l Ouest

20 ANNEXE 2 ENTREPRISES À L ACTIVITÉ DÉDIÉE AUX ÉCO-ACTIVITÉS COMPARAISONS ÎLE-DE-FRANCE / FRANCE Répartition des salariés privés au sein de la filière éco-activités selon l activité en 2012 Source : Acoss Évolution des salariés privés de la filière éco-activités entre 2008 et Source : Acoss

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle

Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Enquête sur le devenir des diplômés de licence professionnelle Vous pouvez répondre à ce questionnaire en vous connectant sur Internet avec le code ci-contre : http://enquetes.u-bordeaux.fr/orpea/lp2012/questionnaire.htm

Plus en détail

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié

Le tableau de bord trimestriel. de l emploi salarié Le tableau de bord trimestriel de l emploi salarié septembre 2012 oc Direction éditoriale : François Magnien Auteur : Patrick Salvatori Conception : Gwenaëlle Solignac Maquette : Hélène Allias-Denis, Clément

Plus en détail

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises

Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises Le score Pour un diagnostic individuel Pour une analyse de portefeuille d entreprises IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Plus en détail

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE

BREF Thématique L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE BREF Thématique N 25 mai 2011 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi d Ile de France L EMPLOI DES SENIORS EN ILE-DE-FRANCE LES PRINCIPAUX

Plus en détail

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09

information note d Un déficit d effort de recherche des entreprises françaises? Comparaison France - Allemagne 12.09 note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.9 JUILLET L réalise davantage de recherche et développement que ne le fait la. Cet écart relève d une différence d échelle entre les deux pays.

Plus en détail

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur

Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur Le Fonds JEREMIE Provence-Alpes-Côte d Azur 1 Le Fonds JEREMIE PACA : l histoire La Région PACA s est dotée d outils majeurs de soutien aux entreprises, mais sa gamme ne permettait pas de faire face aux

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2015 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France.

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2015 de l'enquête Besoins en main-d'œuvre (BMO) pour la région Ile-de-France. 2015 Avant propos Ce rapport présente les résultats de la vague 2015 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France. Le champ de cette vague est le même que celui de l enquête

Plus en détail

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire

NOGENT-SUR-MARNE. Présentation du territoire Population totale du territoire 430 808 NOGENT-SUR-MARNE Présentation du territoire Poids dans le département 32,3% Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Nombre de communes 16 Evolution de l'emploi

Plus en détail

Les Services en Midi-Pyrénées

Les Services en Midi-Pyrénées Emploi et établissements des Services Départements : Nombre d'établissements RCS et effectif salarié au 2ème trimestre 2014 : Nombre d'établissements Effectif salarié (par rapport à 2013) (par rapport

Plus en détail

L INDUSTRIE en Seine-et-Marne

L INDUSTRIE en Seine-et-Marne FOCUS études JUILLET 213 information économique L INDUSTRIE en Seine-et-Marne L industrie (hors BTP) regroupe 3 99 établissements et 47 268 emplois salariés en Seine-et-Marne. Souvent présenté sous l angle

Plus en détail

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2013 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France.

Avant propos. Ce rapport présente les résultats de la vague 2013 de l'enquête Besoins en main-d'œuvre (BMO) pour la région Ile-de-France. Avant propos Ce rapport présente les résultats de la vague 2013 de l'enquête "Besoins en main-d'œuvre" (BMO) pour la région Ile-de-France. Le champ de cette vague est le même que celui de l enquête 2012,

Plus en détail

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire

PARIS 18-19-20. Présentation du territoire Population totale du territoire 587 259 Présentation du territoire Poids dans le département 26,1% Nombre de communes 3 Source : Insee, RP2011 / exploitation principale Evolution de l'emploi salarié par

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Le régime de prévoyance adapté à toutes les TPE/PME

Le régime de prévoyance adapté à toutes les TPE/PME [ PRÉVOYANCE ] ENTREPRISES prévoyance modulaire Le régime de prévoyance adapté à toutes les TPE/PME prévoyance modulaire Un contrat souple et innovant Véritable contrat à la carte, Prévoyance Modulaire

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

Définitions et méthode

Définitions et méthode Définitions et méthode C ontour des activités métropolitaines supérieures (AMS) Le périmètre des activités métropolitaines supérieures s appuie sur une nomenclature des secteurs d activités en treize regroupements

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

SYNTHESE. La Filière Automobile en Bretagne 13 Septembre 2012 - B A N Q U E D E F R A N C E -

SYNTHESE. La Filière Automobile en Bretagne 13 Septembre 2012 - B A N Q U E D E F R A N C E - ET DE VOS FILIERES SYNTHESE La Filière Automobile en Bretagne 13 Septembre 2012 - B A N Q U E D E F R A N C E - 25 rue de la Visitation - CS 56431-35064 RENNES CEDEX 02 99 25 12 47 02 99 25 12 28 www.banque-france.fr

Plus en détail

Données au 1 er janvier 2015

Données au 1 er janvier 2015 2015 Données au 1 er janvier 2015 Sommaire Chapitres ELEMENTS DE CADRAGE ALSACE - TOUS SECTEURS Etablissements et effectifs en 2015 pp. 3 à 7 pp. 5 à 6 Etablissements par tranche d effectifs salariés en

Plus en détail

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009

Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon. Période sous revue 2005-2009 Filière Transport-Logistique en Languedoc-Roussillon Période sous revue 25-29 18 Mars 211 PANORAMA DE LA FILIERE La filière «Transport-Logistique» définie par le Conseil Régional = Entreprises relevant

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

démographie des masseurs-kinésithérapeutes

démographie des masseurs-kinésithérapeutes démographie des masseurs-kinésithérapeutes Île de France - Réunion 95 78 974 93 92 75 94 91 77 75 77 78 91 92 - Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine conseil national de l ordre des masseurs-kinésithérapeutes

Plus en détail

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES Mise à jour 2014 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES L ACCOS a recensé 30 463 établissements employant 343 976 salariés en Seine-et-Marne fin 2013, soit sur un an, une légère hausse de + 0.12 % du nombre

Plus en détail

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France

L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France L emploi et la formation dans la métallurgie Région Ile-de-France Avril 2012 Sommaire 1. Les effectifs salariés et entreprises employeurs 2 2. Les profils des salariés 10 3. Les caractéristiques de l emploi

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Saint Etienne 6 804 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

PLACEMENT EN LIGNE - NORD-DU-QUÉBEC

PLACEMENT EN LIGNE - NORD-DU-QUÉBEC Juin 215 PLACEMENT EN LIGNE - NORD-DU-QUÉBEC Emploi-Québec, dans sa volonté de favoriser l équilibre entre l offre et la demande, s assure que les postes soient comblés et que la main-d œuvre disponible

Plus en détail

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES

ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES Mise à jour 2015 ÉVOLUTION DES EFFECTIFS SALARIES L ACOSS a recensé 30 571 établissements du secteur privé qui employaient 346 167 salariés en Seine-et-Marne fin 2014, soit sur un an, une légère hausse

Plus en détail

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2011

Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2011 Tableau de bord économique de la Seine-Saint-Denis Avril 2011 Préfecture de la Seine-Saint-Denis * Chambre de Commerce et d Industrie de Paris Seine-Saint-Denis * Conseil Général de Seine-Saint-Denis *

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

H1203 - Conception et dessin produits mécaniques

H1203 - Conception et dessin produits mécaniques Appellations (Métiers courants) Dessinateur / Dessinatrice en construction mécanique Dessinateur / Dessinatrice en construction métallique Dessinateur / Dessinatrice en installations industrielles Définition

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69

Décembre 2012 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 69 Résultats et situation financière des entreprises en 2011 David Vivet Introduction Chaque année, dans la Revue économique de décembre, la Banque nationale présente les évolutions qui ressortent des comptes

Plus en détail

Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie

Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie Les Besoins en Main-d'Oeuvre 2014 dans l arrondissement de Lille : Zoom sur l industrie L'enquête Besoins en Main-d'Oeuvre (BMO) de Pôle emploi mesure les intentions de des employeurs pour l année à venir,

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Si l Ile-de-France est fortement

Si l Ile-de-France est fortement Octobre 12 N 397 Une petite et moyenne entreprise de l industrie (PMI) francilienne sur deux innove Economie Moteur de la compétitivité, l innovation des petites et moyennes entreprises industrielles (PMI)

Plus en détail

Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps.

Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps. Arrondissementt de Waremme Pour toute information complémentaire sur les données et les métadonnées, merci de consulter le site www.iweps.be Des informations communales sont également disponibles sur le

Plus en détail

Activité au 30 septembre 2009

Activité au 30 septembre 2009 Séch ché Environnement Activité au 30 septembre 2009 Conférence téléphonique du 28 octobre 2009 1 Faits marquants du trimestre Séché : confirmation des tendances du 1 er semestre (CA : 91,9 soit -2,5%

Plus en détail

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie

Les délais et les défauts de paiement dans l industrie Les défauts de paiement sur les dettes fournisseurs en 2004 dans les sociétés de l industrie Les incidents de paiement sur effets de commerce Les dettes commerciales non payées à l échéance par les sociétés

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Étude sur les retombées économiques de l activité des congrès en France et en Île-de-France. Décembre 2012

Étude sur les retombées économiques de l activité des congrès en France et en Île-de-France. Décembre 2012 Étude sur les retombées économiques de l activité des congrès en France et en Île-de-France Décembre 2012 1 1 PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Lieux d échanges, de connaissance et d innovation, mais surtout lieux

Plus en détail

Zone d'emploi de Lyon

Zone d'emploi de Lyon Lyon - Zone d'emploi Territoire de référence (TR): FicheOMPREL Somme des 8 zones d'emploi de la RUL Edition 2012 / 2013 Cette fiche socio-économique est générée à partir de l observatoire Baseco Rhône-Alpes

Plus en détail

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE

UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE 2015 UN 1 ER SEMESTRE EN DEMI-TEINTE Activité : reprise modérée Emploi : contraction des effectifs Contrairement à leurs prévisions de novembre dernier, les PME de la région anticipent un développement

Plus en détail

LISTE DES CODES NACE - version 2012 Code Description

LISTE DES CODES NACE - version 2012 Code Description LISTE DES CODES NACE - version 2012 Code Description 011 Cultures non permanentes 012 Cultures permanentes 013 Reproduction de plantes 014 Production animale 015 Culture et élevage associés 016 Activités

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 Charte Automobile 2008 et Charte Automobile 2012-2015 Les principales

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CdC ARI «PME» 07042015 AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CAHIER DES CHARGES Le dispositif de soutien à l investissement productif du Programme d investissements d avenir (PIA) dénommé «ARI»

Plus en détail

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012

ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu. 2 429 projets de recrutement en 2012 ENQUETE BESOIN EN MAIN-D ŒUVRE 2012 Bassin de Vaulx Meyzieu 2 429 projets de recrutement en 2012 1 Sommaire 1 L ESSENTIEL 2 LES METIERS PORTEURS 3 LES METIERS NON SAISONNIERS 4 LES METIERS DIFFICILES 5

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure

DÉPENSES PERSONELLES. S M L W Structure Révisé: le 2 novembre, 2005 TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU LE MOINS ÉLEVÉ (S) (basé sur FND013.TTL) TITRE ET CODE SÉQUENTIEL AU NIVEAU MOYEN (M) (basé sur FND037.TTL) Titre et code séquentiel au niveau

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Atelier de stockage. Ateliers Industriels AOÛT 2014. Étude réalisée pour le compte de l ADEME par ENEA Consulting et le CETIAT Marché N 1281C0055

Atelier de stockage. Ateliers Industriels AOÛT 2014. Étude réalisée pour le compte de l ADEME par ENEA Consulting et le CETIAT Marché N 1281C0055 de stockage s Industriels AOÛT 2014 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par ENEA Consulting et le CETIAT Marché N 1281C0055 Coordonnées des organismes : ENEA Consulting 89 rue Réaumur, Paris CETIAT

Plus en détail

PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après

PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après Étude Sept. 2012 PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après Enquête 2012 *Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation financée par Mentions légales : «PRDI : retour d expérience des

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012 Indicateur d activité de vente cavistes Le moral des cavistes est bon en ce début d année, suite de fêtes de fin d année apparemment réussies. Tous les indicateurs semblent particulièrement au vert début

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

M2 Management international - Promotion 2 006

M2 Management international - Promotion 2 006 M2 Management international - Promotion 2 006 Source : nquête décembre 2008-2009-2010 auprès des diplômés de M2 promo N-2 - Contact : Observatoire Des tudiants (Agnès Binet) / ode@univ-pau.fr / 05.59.40.70.53

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%>

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%> Rapport pour la commission permanente du conseil régional Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION DE

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d expertises en

Plus en détail

Liste des variables du Fichier Activité professionnelle des individus (localisation à la zone d'emploi du lieu de travail)

Liste des variables du Fichier Activité professionnelle des individus (localisation à la zone d'emploi du lieu de travail) Liste des variables du Fichier Activité professionnelle des individus (localisation à la zone d'emploi du lieu de travail) Nom de variable ZELT Libellé Zone d'emploi du lieu de travail Précisions sur modalités

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE

VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE GRANDn 15 VIOLENCES INTRA-RELATIONNELLES, VIOLENCES DANS LE CADRE PROFESSIONNEL, VIOLENCES EN SITUATION DE LA VIE QUOTIDIENNE : LES TROIS GRANDES CATEGORIES DE VIOLENCES PHYSIQUES NON CRAPULEUSES ANGLE

Plus en détail

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique

Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Besoin d approfondissement des méthodologies d évaluation Le cas de la voiture électrique Fabien Leurent, Elisabeth Windisch Laboratoire Ville Mobilité Transport (LVMT) Ecole des Ponts, ParisTech Journée

Plus en détail

Chiffres clés du BTP en Aquitaine

Chiffres clés du BTP en Aquitaine Collection «études» Mars 2015 Chiffres clés du BTP en Aquitaine La filière BTP présentée dans ce document est composée de l ensemble des entreprises des secteurs d activité indiqués dans le tableau ci

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail