Enquête industrie Agroalimentaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête industrie Agroalimentaire"

Transcription

1 [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces dernières en matière de filières et de marchés. Ce document présente les principaux résultats de l enquête réalisée auprès des industries Agroalimentaires. Sur les 165 établissements enquêtés, 127 ont répondu, soit un taux de retour de 77 %. Ce dernier atteint même 87 % pour les établissements de 100 et plus. En termes d effectifs, les entreprises ayant répondu à l enquête rassemblent 91 % des emplois du secteur. L échantillon recueilli est ainsi représentatif aussi bien en termes d activité qu au regard de la répartition géographique des entreprises sur le territoire vendéen (voir tableau des réponses à l enquête en fin de document). Éléments de structure de l industrie «Agroalimentaire» en Vendée 165 établissements, 9% des établissements industriels vendéens emplois, 31% des emplois industriels ÉTABLISSEMENTS En nombre < à à et + 47 TOTAL % 24% 28% 21% >= 100 sal. 30 à 99 sal. 10 à 29 sal. < 10 sal. vendéens. Évolution sur 10 ans : perte d une 20 aine d établissements (soit -8%) mais hausse des effectifs de +7%, pour un gain net de plus de emplois. EMPLOIS En nombre < à à et TOTAL % 1% 13% 82% >= 100 sal. 30 à 99 sal. 10 à 29 sal. < 10 sal. Localisation des emplois et des établissements de «l agroalimentaire» par commune EMPLOIS ÉTABLISSEMENTS CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

2 Répartition des emplois de l agroalimentaire par activité La fabrication de produits à base de viande (y compris l activité d abattage) est le secteur dominant en Vendée avec 39 % des établissements et 52 % des Fab. de produits à base de viande 51,6 % du total des emplois 8427 emplois de l industrie l agroalimentaire. La fabrication de produits de boulangerie-pâtisserie constitue la 2 ème activité la plus représentée (13 % des établissements et Fab. de produits de boulangerie-pâtisserie Fab. d'autres produits(*) 24,4 % ,7 % % des emplois). Notons également l importance de l activité «autres Fab. de produits laitiers 638 (3,9 %) produits» qui intègre notamment la fabrication de plats cuisinés ou élaborés dans laquelle sont Fab. de produits à base de produits de la mer 400 (2,4 %) comptabilisés plusieurs établissements de grands Fab. d'aliments pour animaux 321 (2,0 %) groupes vendéens comme Fleury Michon ou Sodebo. (* Fabrication d autres produits agroalimentaires : plats préparés, transformation et conservation de fruits et légumes, aliments homogénéisés et diététiques, transformation du thé et du café, fabrication de boissons, travail du grain (hors alimentation animale). Le siège de décision est vendéen pour près de 7 établissements sur 10 toutefois 44 % des emplois dépendent de groupes non vendéens 42 % des établissements sont indépendants et 31 % relèvent d un groupe vendéen Groupe français Groupe vendéen 23% Groupe étranger 31% 4% Entreprises indépendantes 42% Détention du capital : EN % des ÉTABLISSEMENTS Groupe français 40% Groupe étranger 4% 12% 44% Détention du capital : EN % des EMPLOIS Entreprises indépendantes Groupe vendéen 27 % des établissements dépendent d un groupe dont le siège est situé hors de notre département et ces derniers rassemblent 44 % des emplois de l industrie agroalimentaire vendéenne. L appartenance à un groupe* est corrélée à la taille de l établissement 74% 26% 44% 56% 36% 64% 15% 85% 40% 60% N'appartient pas à un groupe Appartient à un groupe (* têtes de groupe et établissements dont 33 % du capital au moins est détenu par une autre structure) Moins de à à et plus CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

3 Une dépendance au client principal globalement mesurée La dépendance vis-à-vis d un client est effective lorsque le chiffre d affaires réalisé avec ce dernier est supérieur à 25 %. Une diminution, ou un arrêt brutal, des commandes passées par ce dernier peut en effet fragiliser l entreprise avec des conséquences directes sur les emplois, voire sur sa pérennité. Le client principal représente plus de 25 % du chiffre d affaires pour seulement 17 % des établissements 15% 8% 4% 8% 3% 6% 15% 11% 19% Poids du client principal dans le chiffre d affaires 77% 81% 73% 97% 83% 50% et plus de 25 à 50 % inférieur à 25 % Moins de à à et plus La dépendance au client principal est un peu plus marquée pour les établissements inférieurs à 100 ; à l inverse, elle est quasi-inexistante au-delà. Les établissements qualifiés en «situation de dépendance au client principal» représentent 816 emplois, soit à peine 5 % de l ensemble des emplois de l agroalimentaire de notre département. Les 2 clients principaux génèrent plus de 50 % du chiffre d affaires pour 13 % des établissements Établissements pour lesquels le poids des 2 clients principaux excède 50 % du CA 23% 12% 19% 0% 13% Moins de à à et plus Le nombre d établissements pour lesquels le poids des 2 principaux clients dépasse 50% du chiffre d affaires est aussi globalement faible, à l exception toutefois de ceux de moins de 10 où l exposition au risque clients est un peu plus prononcée. CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

4 Activité à l export : Près de 7 établissements sur 10 ont exporté au cours des 2 dernières années Plus les établissements sont grands plus ils exportent 8% 33% 26% 73% 33% Avez-vous exporté au cours des 2 dernières années? 67% 74% 92% 67% NON OUI 27% Moins de à à et plus Alors que 27 % des moins de 10 travaillent à l international, ils sont 92 % pour les plus de 100. Parmi l ensemble des exportateurs, 72 % déclarent une activité export régulière et 28 % occasionnelle. Si tous les sous-secteurs de l agroalimentaire sont présents à l export, les établissements qui réalisent les parts les plus importantes de leur CA à l export se concentrent pour l essentiel dans les activités de découpe de viande et de volailles, et secondairement dans les activités de boulangerie industrielle. Des entreprises exportatrices plutôt correctement structurées* pour cette activité 62% 68% 33% 47% 47% 27% 5% 5% 5% Pas de service export Présence d'un service export Mission export sous-traitée Exporte Exporte occasionnellement Exporte régulièrement Parmi les établissements exportateurs, ceux de moins de 30 se révèlent les moins structurés (50% déclarent ne pas disposer d un service export) alors que dans ceux de taille plus importante, notamment les 100 et plus, cette mission est présente pour une très large majorité d entre eux. Notons également que, parmi ceux qui exportent régulièrement, 27 % des établissements ne sont toujours pas organisés pour cette mission spécifique. * Existence d un service composé au moins d une personne (hors chef d entreprise) dédié à cette mission. CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

5 La moitié des établissements dispose d un service «études/conception» et bénéficie ainsi d une offre à plus forte valeur ajoutée La présence de moyens d études en interne et/ou la possibilité de s appuyer sur des structures de recherche en externe constituent aujourd hui des éléments essentiels dans la compétitivité d une entreprise en lui permettant de proposer des savoir-faire innovants et à plus forte valeur ajoutée. Un service études présent dans 53 % des établissements 4% 5% 6% 4% 17% 42% 50% 53% 87% 78% 58% 45% 43% Mission service études sous-traitée Service études Pas de service études Moins de 10 6% 10 à à et plus Si les établissements de plus de 100 sont dotés à 87 % d un service «études/conception /industrialisation», il convient également de souligner une présence significative de telles fonctions dans la majorité des entreprises de taille moins importante, y compris les plus petites. Les produits brevetés concernent essentiellement les établissements les plus grands 93% 81% 92% 72% 84% Pas de produits brevetés Produits brevetés 7% 19% 8% 28% 16% Moins de à à et plus Plus l entreprise est importante, plus elle est structurée en matière de recherche et développement et plus elle est à même de breveter certains produits ou procédés. Pour autant, ces produits brevetés ne sont pas exclusivement réservés à ces plus grandes structures. CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

6 Types de production, gammes de produits, certifications 69 % des établissements fabriquent des produits élaborés 45% 38% 32% 13% 30% Produits de 1ère transformation 34% 46% 46% 64% 49% Produits élaborés 21% 15% 21% 23% 20% les 2 à la fois Moins de à à et plus La fabrication de produits élaborés concerne davantage les établissements de taille importante : 64 % de ceux de plus de 100 contre 34 % pour les moins de % des établissements proposent à la fois des produits de 1 ère transformation et des produits élaborés. Près de 60 % des établissements déclarent produire des gammes spécifiques de produits (biologiques et/ou labellisés et/ou halal) 40 % élaborent des produits biologiques 35 % des produits labellisés 20 % des produits halal Diffusion des certifications IFS et BRC* permettant la commercialisation de produits sous marques distributeurs 41 % des établissements enquêtés déclarent avoir obtenu la certification IFS 16 % la certification BRC Notons que ces certifications concernent essentiellement les grandes entreprises en raison certainement des contraintes inhérentes au référentiel et aux exigences nécessaires à leur mise en place (ex : chapitres du référentiel IFS : responsabilités de la direction, système de management de la qualité, gestion des ressources, process de fabrication, mesures-analysesaméliorations, protection de la chaîne alimentaire contre les actes malveillants). * IFS (International Food Standard), BRC (British Retail Consortium) : référentiels d'audit qui certifient les fournisseurs d'aliments des marques de distributeurs. CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

7 Les fournisseurs des industries Agroalimentaires (89 % des IAA vendéennes) L approvisionnement n est pas organisé en filière linéaire Les fournisseurs des industries agroalimentaires sont divers : 56 % des établissements ayant répondu à l enquête ont indiqué qu ils s approvisionnent en matières auprès d autres IAA (63/112 répondants), 52 % auprès de coopératives, 41 % auprès d agriculteurs, 36 % auprès d abattoirs et 35 % auprès de commerces de gros. Les ¾ des établissements ont cité au moins 2 types de fournisseurs différents. Industries agroalimentaires Coopératives Agriculteurs Abattoirs Commerce de gros Types de fournisseurs des IAA vendéennes Nombre d entreprises ayant cité ce type de fournisseur dont nombre d'entreprises ayant uniquement cité ce type de fournisseur En nombre de citations : la somme des citations est supérieure au nombre d IAA enquêtées puisque ces dernières peuvent avoir plusieurs types de fournisseurs. Types de fournisseurs des IAA selon la taille des établissements Il n existe pas de véritable corrélation entre la taille des établissements et le type de fournisseurs, à l exception peut-être de ceux de moins de 30 qui s approvisionnent davantage auprès du commerce de gros. Industries agroalimentaires Commerce de gros < à à et plus Abattoirs Coopératives Agriculteurs 16% 18% 14% 26% 28% 5% 14% 19% 33% 15% 33% 28% 25% 24% 15% 40% 45% 45% 33% 26% Types de fournisseurs des IAA selon leur localisation Près de la moitié des établissements indique travailler avec des fournisseurs étrangers. Ces derniers sont essentiellement d autres IAA, des commerces de gros ou des abattoirs. 65 % des établissements qui ont des fournisseurs à l étranger comptent 30 et plus. Agriculteurs Coopératives Abattoirs Commerce de gros Industries agroalimentaires Local Régional National International 9% 20% 25% 46% 37% 43% 9% 11% 22% 29% 28% 21% 15% 25% 13% 48% 13% 8% 31% 49% 6% 5% 33% 56% CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

8 Les clients des Industries Agroalimentaires (89 % des IAA vendéennes) Bien que la grande distribution demeure le client principal des IAA vendéennes, ces dernières sont aussi très présentes dans le B2B La plupart des IAA travaille aussi bien en B2B (Business to business, soit une clientèle d entreprises IAA, commerce de gros, restauration hors domicile) qu en B2C (Business to consumer, soit une clientèle de particuliers grande distribution, commerce de détail, vente directe aux particuliers) : respectivement 81 % et 91 %. En effet, les canaux de distribution sont variés : 83 % des établissements ayant répondu à l enquête ont comme client la grande distribution (93/112 répondants), 63 % la restauration hors domicile, 62 % le commerce de gros, 56 % d autres IAA, 34 % le commerce de détail et 27 % la vente directe aux particuliers. Canaux de distribution des IAA vendéennes Grande distribution Restauration hors domicile Commerce de gros Industrie agroalimentaire Commerce de détail Vente directe particulier Nombre d entreprises ayant cité ce type de client dont nombre d'entreprises ayant cité ce type de client comme le client principal. En nombre de citations : la somme des citations est supérieure au nombre d IAA enquêtées puisque ces dernières peuvent avoir plusieurs types de fournisseurs Malgré cette diversité, la grande distribution reste pour une majorité des entreprises (63%) le principal client (en volume de CA). Marchés par taille d établissements : - Les petites entreprises sont celles qui opèrent le plus sur la vente directe au particulier (¾ des citations pour ce marché). - A l inverse, les établissements plus importants s orientent préférentiellement vers les autres canaux de distribution (grande distribution et B2B). 70 % des IAA ont au moins 3 types de canaux de distribution Répartition des IAA vendéennes selon le nombre de canaux de distribution Quelle que soit la taille des établissements, les IAA vendéennes disposent d une variété de type de clients. 1 type de client 2 types de client 3 types de client et plus 100 et plus 10% 12% 78% 30 à 99 28% 8% 64% 10 à 29 14% 10% 76% Moins de 10 21% 17% 63% 17% 12% 71% CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

9 L orientation des marchés, dont le rayonnement dépasse largement le cadre local et régional, démontre que les entreprises sont organisées pour travailler à une échelle nationale, sinon internationale. Si en toute logique la vente directe aux particuliers et le commerce de détail correspondent à une clientèle majoritairement située dans un espace local ou régional, les autres marchés des IAA rayonnent très largement jusqu à des échelles nationales, voire internationales. Structure du rayonnement géographique des IAA selon le type de clients - Local = marché au rayonnement uniquement local - Régional = marché au rayonnement au mieux régional dans la filière considérée (donc potentiellement du local au régional) -... Grande distribution 8% Local Régional National International 14% 43% 34% Restauration hors domicile 8% 12% 68% 12% 49 % des IAA travaillent au moins sur l un de leur marché à l international Commerce de gros 3% 12% 55% 29% International 49% Local 8% Régional 12% Industrie agroalimentaire Commerce de détail Vente directe particulier 10% 14% 30% 52% 24% 74% 24% 38% 8% 11% 11% 4% National 31% Répartition des types de produits selon les types de clients Type d offres des IAA vendéennes selon le type de clients Produits de 1ère transformation Les 2 Produits élaborés 28% 32% 24% 27% 48% 41% Vente directe particulier Commerce de détail B2C 59% 22% 19% 16% 14% 70% Grande distribution 21% 14% 65% Restauration hors domicile 40% 11% 48% Commerce de gros B2B 55% 34% 43% 7% 50% Industrie agroalimentaire 11% CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

10 Annexe1 : Taux de réponse à l enquête selon la taille et les effectifs des établissements ÉTABLISSEMENTS Vendée Réponses enquête TAUX DE REPONSE < % 10 à % 30 à % 100 et % TOTAL % EMPLOIS Vendée Réponses enquête TAUX DE REPONSE < % 10 à % 30 à % 100 et % TOTAL % Annexe 2 : Taux de réponse à l enquête selon le type d alimentation humaine ou animale ÉTABLISSEMENTS Vendée Réponses enquête TAUX DE REPONSE Alimentation humaine % Alimentation animale % TOTAL % EMPLOIS Vendée Réponses enquête TAUX DE REPONSE Alimentation humaine % Alimentation animale % TOTAL % CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

11 CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

12 Retrouvez l ensemble des travaux réalisés dans le cadre de l Observatoire de l Industrie de la CCI Vendée à l adresse suivante : Chambre de Commerce et d Industrie de la Vendée CS rue Olivier de Clisson La Roche-sur-Yon Cedex Département Attractivité des Territoires Tel : CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE LA VENDEE Département Attractivité des Territoires Mai

Les formations agroalimentaires dans la Loire

Les formations agroalimentaires dans la Loire Les formations agroalimentaires dans la Loire INFOS PRATIQUES FORMATIONS CENTRES DE FORMATION petit mémorendum des métiers d avenir édition 2010 production, fabrication, conditionnement, maintenance, vente,

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

Demande de Soumission - Transformateur

Demande de Soumission - Transformateur Demande de Soumission - Transformateur Nom de l entreprise : Prénom : Nom : Titre : Adresse : Ville : Code postal : Région : Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Web : Domaine d activités : *** possibilité

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

L AGROALIMENTAIRE DANS BROME-MISSISQUOI C EST: 124 ENTREPRISES PLUS DE 1000 EMPLOIS

L AGROALIMENTAIRE DANS BROME-MISSISQUOI C EST: 124 ENTREPRISES PLUS DE 1000 EMPLOIS FOCUS AGROALIMENTAIRE BROME-MISSISQUOI 2011 L AGROALIMENTAIRE DANS BROME-MISSISQUOI C EST: 124 ENTREPRISES UN CHIFFRE D AFFAIRE ANNUEL DE PRÈS DE 67MILLIONS PLUS DE 1000 EMPLOIS La transformation agroalimentaire

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010 des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque Septembre 2010 INTRODUCTION Au Pays Basque, le secteur agro-alimentaire regroupe une centaine d entreprises industrielles et compte avec l agriculture

Plus en détail

Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec. Rapport final. Présenté à : Par :

Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec. Rapport final. Présenté à : Par : Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec Rapport final Présenté à : Par : Juillet 2007 Portrait des marchés des produits de la chèvre au Québec Rapport final Juillet 2007 Présenté à : Par

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT DES PAYS DE LA LOIRE 2nd semestre 2013 - Edition Janvier 2014 Au cours du second semestre, l activité a été contrastée. Même si le nombre d artisans déclarant une hausse

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Les rencontres «Acheteurs de la santé» - Auvergne Opportunités d affaires 2014-2015. Bilan

Les rencontres «Acheteurs de la santé» - Auvergne Opportunités d affaires 2014-2015. Bilan Les rencontres «Acheteurs de la santé» - Auvergne Opportunités d affaires 2014-2015 Bilan Contexte : Le marché hospitalier est identifié à la fois comme une source de croissance et d emplois pour les entreprises

Plus en détail

Un tissu essentiellement composé de petits établissements

Un tissu essentiellement composé de petits établissements Étude n 77 - Février 2013 LES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES EN PACA Un tissu essentiellement composé de petits établissements Au palmarès des régions françaises, Provence-Alpes-Côte d'azur ne se situe qu'au

Plus en détail

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature!

Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! MagasinBio2008 Bio Suisse cherche le Magasin Bio de l année 2008 Participez! Nous nous réjouissons de votre candidature! Le Magasin Bio de l année 2008 1 Documents de candidature Le Magasin Bio de l année

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE

ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012. Philippe PAYET MEFPIE ENQUETE AGROALIMENTAIRE 2012 Philippe PAYET MEFPIE Introduction... 3 L Entreprise et son dirigeant... 4 L entreprise et son marché... 6 L entreprise et son personnel... 9 Projets de recrutement... 11 En

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur,

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur, CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005 Objet : Détermination des participants Madame, Monsieur le Directeur, Je vous informe que, lors de leur réunion du 9 juin dernier, les membres de la commission

Plus en détail

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault

Article. «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Article «Des coopératives plus grandes qu on ne l imaginait» Laurent Bisault Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 330, 2013, p. 108-115. Pour citer cet article, utiliser l'information

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION LES CONSORTIUMS D EXPORTATION Un outil pour la promotion des exportations des PME ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Qu est-ce qu un consortium d exportation? Les petites et

Plus en détail

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments

Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Panorama des référentiels en sécurité sanitaire des aliments Olivier Boutou Ingénieur Développement Missions au sein d AFNOR Réalisation d évaluation AFAQ 26000 et 3D selon l 26000 (RSE). Formateur en

Plus en détail

Formation Logistique Transport

Formation Logistique Transport CONSEIL ET FORMATION POUR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES Formation Logistique Transport Qualité Démarches de progrès Développement des compétences Sécurité des personnes Catalogue de Formations 2015

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne 11 Objectifs et Méthodologie Objectifs : Analyse du profil sociodémographique des clients des banques en ligne Historique et détention de produits financiers dans des

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Further excellence. transparence

Further excellence. transparence sécurité qualité intégrité SÉCURITÉ Further excellence loyauté efficacité durabilité transparence LIVREZ DES PRODUITS PARMI LES MEILLEURS DE LEUR CATÉGORIE SOLUTIONS D AUDIT, DE CERTIFICATION ET DE FORMATION

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

en Mauricie Aliments, boissons et tabac Répartition des établissements du secteur des aliments, des boissons et du tabac

en Mauricie Aliments, boissons et tabac Répartition des établissements du secteur des aliments, des boissons et du tabac Le sous-secteur de la fabrication d aliments comprend les établissements dont l activité principale est la production d aliments destinés à la consommation humaine ou animale. (89 % des entreprises du

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS D ÉTABLISSEMENT ALIMENTAIRE

DEMANDE DE PERMIS D ÉTABLISSEMENT ALIMENTAIRE DEMANDE DE PERMIS D ÉTABLISSEMENT ALIMENTAIRE Par la présente, je désire faire une demande de permis d établissement alimentaire. Pour appuyer cette demande, je fournis les renseignements suivants : (veuillez

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6

NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE SOMMAIRE. Décembre 2014 - N 6 NOTE DE CONJONCTURE DE L ARTISANAT EN HAUTE-NORMANDIE Décembre 2014 - N 6 ENQUETE DU 2 nd SEMESTRE 2014 SOMMAIRE Tendance générale Tendance par département Tendance par grand secteur Focus sur les conjoints

Plus en détail

Optimiser l acquisition de données : le «zéro saisie» un mythe ou une application future?

Optimiser l acquisition de données : le «zéro saisie» un mythe ou une application future? Optimiser l acquisition de données : un mythe ou une application future? Des besoins qui explosent! Réglementaires PAC, casier viticole, identification animaux,.. Traçabilité Bonnes pratiques (directive

Plus en détail

S engager en conversion AB

S engager en conversion AB Fiche rédigée par Patrick Lemarié (Animateur CAB) mise à jour janvier 2012 LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@gab44.org MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

Synthèse de l enquête insertion 2012. Situation professionnelle des ingénieurs IAARC diplômés en 2010 et 2011

Synthèse de l enquête insertion 2012. Situation professionnelle des ingénieurs IAARC diplômés en 2010 et 2011 Document interne : ne pas diffuser Synthèse de l enquête insertion 2012 Situation professionnelle des ingénieurs IAARC diplômés en 2010 et 2011 Marie-Camille BUSSENAULT marie-camille.bussenault@supagro.inra.fr

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

PROTECTION DE PRODUITS EN IG

PROTECTION DE PRODUITS EN IG PROTECTION DE PRODUITS EN IG Ousman ABDOU Ingénieur Agrométéorologue Expert de l Agriculture en IG Point focal IG/OAPI Direction Générale de l Agriculture Tel: (00227) 90 34 09 28 Email: ous_ab@yahoo.fr

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-68 du 26 mai 2011 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Poujol Frères et Poujol Froid par la société Arcadie Sud-Ouest L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts

l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires l observatoire Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts 01 NOVembre 2013 Ce qu il faut retenir Les filières agroalimentaires subissent

Plus en détail

Veille réglementaire

Veille réglementaire Veille réglementaire Anne Gerard 30/01/2012 AFNOR - Marseille En quoi consiste la fonction RQSE dans une IAA? Assurer la veille réglementaire et faire appliquer la réglementation (hygiène, environnement,

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

ANALYSE DE LA FILIERE LAITIERE ACTIVE EN WALLONIE

ANALYSE DE LA FILIERE LAITIERE ACTIVE EN WALLONIE Filière Lait et Produits Laitiers Wallonne (FLPLW) asbl Siège social : Centre wallon de Recherches agronomiques Département Productions et Nutrition animales Rue de Liroux, 8 5030 GEMBLOUX ANALYSE DE LA

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015

LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LE COMMERCE DE DÉTAIL EN RÉGION NORD-PAS DE CALAIS Situation et Perspectives AVRIL 2015 LES ÉTABLISSEMENTS 31 748 COMMERCES EN REGION LE COMMERCE DE DÉTAIL, REPRÉSENTE 1/3 DES ÉTABLISSEMENTS DE LA RÉGION

Plus en détail

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7

Table des matières. Intro SQF BRC. Conclusion. - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 Table des matières Intro SQF - Introduction et historique du référentiel - Différence version 6 et 7 BRC - Introduction et historique du référentiel - Différence version 5 et 6 Conclusion 2 Innovaltech

Plus en détail

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth

Atlas du commerce. Analyse du pôle commercial NOGENT. Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Atlas du commerce Image 2014 DigitalGlobe - Google earth Analyse du pôle commercial NOGENT Edition 2014 Présentation du pôle de Nogent A proximité de Chaumont et Langres, la ville de Nogent est la 4 ème

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution?

Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? Quels nouveaux services pour demain dans le secteur de la distribution? «Les français et le E-commerce» 3 nov. 2009, Intercontinental Paris, 16h00 Sommaire 1 ère partie : le Multi canal Les entreprises

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006

Eléments. de diagnostic territorial. en Midi-Pyrénées. Zone d emploi. Toulouse. Décembre 2006 Eléments de diagnostic territorial en Zone d emploi Décembre 2006 Contrat de plan Etat-Région 2000-2006 Eléments de diagnostic territorial : zone d emploi de La zone d emploi de TOULOUSE La zone d emploi

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur

Le secteur de la restauration commerciale : données économiques, évolution des prix et du nombre de plaintes du secteur N 28 juillet 2014 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Auteur : Nicolas ROUX 1 Le secteur de la

Plus en détail

Les Aides aux Entreprises

Les Aides aux Entreprises Les Aides aux Entreprises COMPRENDRE LES MECANISMES DES AIDES L encadrement des aides publiques aux entreprises voit se cumuler 2 niveaux de réglementation : 1/ la réglementation communautaire (Traité

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

ATELIER 3 Les nouvelles formes de consommation et de pratiques d achats et leur impact sur l aménagement du territoire 22 MAI 2012

ATELIER 3 Les nouvelles formes de consommation et de pratiques d achats et leur impact sur l aménagement du territoire 22 MAI 2012 ATELIER 3 Les nouvelles formes de consommation et de pratiques d achats et leur impact sur l aménagement du territoire 22 MAI 2012 Intervenants : Charlène MARLIAC, conseil commerce TIC - CCI de Lyon Yann

Plus en détail

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 19 octobre 2010 Dossier de presse SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 «Les bilans des entreprises gardent les stigmates de la crise»

Plus en détail

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009 Année de référence 2009 L Observatoire L Observatoire est un outil de la CNET qui permet aux chefs d entreprise de : Avoir une vision claire et précise du marché; Comparer quelques éléments clé de leur

Plus en détail

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire Le coût de construction des s en Pays de la Loire pour les permis autorisés en 2006 Sommaire I Source, définitions et limites d utilisation p 2 II Les principaux enseignements p 3 III Qui sont les pétitionnaires

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Sécurité sanitaire des aliments

Sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments Sécurité sanitaire des aliments et tendance en faveur de la certification Les consommateurs, les distributeurs et les fabricants s intéressent de plus en plus à la sécurité

Plus en détail

LE PLAN D ACTIONS RÉGIONAL POUR LE SECTEUR DE L AGROALIMENTAIRE :

LE PLAN D ACTIONS RÉGIONAL POUR LE SECTEUR DE L AGROALIMENTAIRE : La prévention des risques professionnels et l amélioration des conditions de travail LE PLAN D S RÉGIONAL POUR LE SECTEUR DE L AGROALIMENTAIRE : Un outil au service des entreprises et des salariés Dans

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Institut Universitaire de Technologie de Laval

Institut Universitaire de Technologie de Laval Formation Niveau Date début de stage Date fin de stage Objectifs Missions possibles (1) DUT Génie Biologique option Analyses Biologiques et Biochimiques Licence professionnelle Hygiène et sécurité des

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

L ISO 22000 : Pourquoi et comment?

L ISO 22000 : Pourquoi et comment? L ISO 22000 : Pourquoi et comment? Olivier BOUTOU Ingénieur AFNOR Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR Qu est-ce que l ISO 22000? C est la seule norme, reconnue au niveau international,

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac

Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac État des lieux du secteur Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac version n 1 - juin 2011 emploi formation insertion Franche-Comté Composition du secteur Du fait

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

CONTRÔLE DES COMMERCES ET PRÉLÈVEMENTS D'ÉCHANTILLONS

CONTRÔLE DES COMMERCES ET PRÉLÈVEMENTS D'ÉCHANTILLONS SERVICE DE PROTECTION Page 1 de 5 DE LA CONSOMMATION Département de l'action sociale et de la santé GENÈVE CONTRÔLE DES COMMERCES ET PRÉLÈVEMENTS D'ÉCHANTILLONS Les missions principales de l'inspectorat

Plus en détail

La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux

La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux C.E.R.A. Cellule Économique Rhône-Alpes Observatoire Régional du BTP La certification des entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics en Rhône-Alpes : les enjeux Edition décembre 2006 INTRODUCTION Les

Plus en détail

E.M ECOLE DES METIERS

E.M ECOLE DES METIERS TECHNICIEN SPECIALISE EN GESTION HOTELIERE Cette filière est destinée à former des techniciens spécialisés en gestion hôtelière ayant pour mission de participer au contrôle des tâches de réception, restauration,

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE

LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE Les Référentiels des métiers cadres / Les métiers de l agroalimentaire Des métiers en développement Un domaine à découvrir LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE Les Référentiels des métiers cadres Les Référentiels

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Les Rencontres de la Boulangerie

Les Rencontres de la Boulangerie Les Rencontres de la Boulangerie Les Moulins Evelia et leur partenaire Gabopla, fournisseur de matières premières en boulangerie, organisent les premières Rencontres de la Boulangerie les 21, 22, 23 et

Plus en détail

FORMATIONS EMBALLAGE

FORMATIONS EMBALLAGE FORMATIONS EMBALLAGE CATALOGUE Septembre à décembre 2010 En partenariat avec les entreprises Page 0 Sommaire HACCP filière Emballage Page 3 Matériaux et emballages aux contacts des denrées Page 4 alimentaires

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 125 Mai 2012 ECONOMIE ET EVALUATION DÉVELOPPEMENT DURABLE Expérimentation de l affichage environnemental sur les produits agro-alimentaires Premier retour

Plus en détail

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation

Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Observatoire des Métiers, Qualifications et Besoins de formation Secteur Tertiaire 6 ème édition - 2003 Réali sé par la Chambre de Commerce et d Industrie Centre en partenariat avec le pôle ORFE du Groupement

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

L INDUSTRIE ALIMENTAIRE EN REGION WALLONNE

L INDUSTRIE ALIMENTAIRE EN REGION WALLONNE L INDUSTRIE ALIMENTAIRE EN REGION WALLONNE SYNTHESE P3 A. PRESENTATION DE L INDUSTRIE ALIMENTAIRE 1. DESCRIPTION 1.1. Les activités 1.2. L amont-l aval 1.3. Les facteurs qui ont eu un impact sur l industrie

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

ATELIER 1: Tourisme et territoires

ATELIER 1: Tourisme et territoires COMMERCE ET TERRITOIRES ATELIER 1: Tourisme et territoires Quels leviers d action pour développer, maintenir et ensuite maîtriser le développement touristique d un territoire? 16 octobre 2014 Animation

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

Risque AT 2012 : Statistiques de sinistralité par regroupements de codes risque du CTN D. Services, commerces et industries de l alimentation

Risque AT 2012 : Statistiques de sinistralité par regroupements de codes risque du CTN D. Services, commerces et industries de l alimentation DIRECTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Risque AT 2012 : Statistiques de sinistralité par regroupements de codes risque du CTN D Services, commerces et industries de l alimentation [En cours de rédaction]

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

La création de deux baccalauréats professionnels

La création de deux baccalauréats professionnels Rénovation du baccalauréat professionnel Restauration 17 ème CPC La création de deux baccalauréats professionnels Cuisine Commercialisation et services en restauration Deux nouveaux baccalauréats professionnels

Plus en détail