LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE"

Transcription

1 Les Référentiels des métiers cadres / Les métiers de l agroalimentaire Des métiers en développement Un domaine à découvrir LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE Les Référentiels des métiers cadres

2 Les Référentiels des métiers cadres sont une publication de l Apec. Les Référentiels des métiers cadres sont des outils destinés aux étudiants, aux cadres et aux acteurs des ressources humaines. Ils permettent de mieux connaître et faire connaître les métiers cadres d une fonction, d un secteur ou d un domaine en évolution au moyen de fiches-métiers, d identifier les entreprises où s exercent ces métiers, de fournir des informations pratiques permettant au lecteur d aller plus loin dans la recherche d un emploi ou pour pourvoir un poste. Ils sont réalisés à partir de l analyse des offres d emplois confiées à l Apec et parues dans la presse, d interviews de recruteurs, de DRH, de responsables opérationnels et de cadres, de rencontres entre professionnels. Dans la même collection: Les métiers de l immobilier Les métiers de la logistique et du transport Les métiers du multimédia Les métiers de l environnement Les métiers des fonctions commerciale et marketing Les métiers de la finance et de la comptabilité Les métiers de l agroalimentaire Cet ouvrage est créé sur l'initiative de l'apec, Association Pour l'emploi des Cadres, régie par la loi du 1 er juillet 1901 et publié sous sa direction et en son nom. Il s'agit d'une œuvre collective, l'apec en a la qualité d'auteur. Ont participé à son élaboration Emmanuelle Papiernik, responsable d études de l unité Informations Métiers, département Études et Recherche de l Apec; Marie-Christine Meunier, manager du pôle Recherche et Développement, département Études et Recherche de l Apec; Blandine Denis, chargée d études, unité Informations Métiers, département Études et Recherche de l Apec; Didier Brou, assistant d études, unité Informations Métiers, département Études et Recherche de l Apec; BEA Éditions, société d édition et d études. Décembre 2003

3 LES MÉTIERS DE L AGROALIMENTAIRE Des métiers en développement Un domaine à découvrir Les Référentiels des métiers cadres

4 Sommaire INTRODUCTION ENTREPRISES ET CADRES DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE Les acteurs de l agroalimentaire p. 5 Les évolutions de l agroalimentaire et de ses métiers cadres p. 9 LES FICHES MÉTIERS Les cartographies Les familles p. 14 Les niveaux d expérience p. 15 Production et organisation N 1 Chef de projet industriel p. 19 N 2 Directeur d usine p. 23 N 3 Responsable de production p. 27 N 4 Responsable de l ordonnancement - lancement p. 31 N 5 Responsable de la supply chain p. 35 Recherche et Développement N 6 Ingénieur de recherche p. 41 N 7 Responsable recherche et développement p. 45 Qualité N 8 Ingénieur qualité p. 51 N 9 Directeur qualité p. 55 N 10 Responsable de laboratoire p. 59 Achats N 11 Acheteur p. 65 N 12 Directeur des achats p. 69 Marketing et commercial N 13 Animateur commercial p. 75 N 14 Chef de produit p. 79 N 15 Chef de secteur p. 83 N 16 Directeur commercial p. 87 N 17 Directeur marketing p. 91 N 18 Responsable comptes clés p. 95 POUR ALLER PLUS LOIN Associations et fédérations professionnelles p. 101 Établissements de formation p. 102 Publications p. 103 Sites Internet p. 104 ANNEXES Abréviations et sigles p. 107 Lexique p. 108

5 Introduction L industrie agroalimentaire est le premier secteur industriel français en terme de chiffre d affaires et au premier rang des secteurs exportateurs. Elle est constituée de quelques grands groupes et d une myriade de PME. Premier secteur industriel en terme d effectif salarié, elle est aussi le seul secteur industriel où l emploi salarié continue de progresser. Cette industrie a fortement évolué au cours des dix dernières années. Le cadre réglementaire et législatif est devenu de plus en plus complexe. Les lois sur la sécurité alimentaire et sur l environnement ont contraint les industriels à innover face à une demande sociétale de plus en plus importante. En amont, les liens avec le monde agricole sont orchestrés par la PAC (Politique agricole commune). Au niveau international, les relations commerciales régies par l OMC engendrent un nouveau contexte concurrentiel. Par ailleurs, le poids exercé par la grande distribution sur le marché des produits alimentaires a obligé les industries concernées à innover dans le domaine du marketing et à consacrer une part croissante de leurs investissements à la publicité, afin d imposer des marques fortes auprès de leurs clients. L ensemble de ces facteurs a entraîné de nouvelles relations commerciales et des transformations des modes de production. Tous les cadres ont dû acquérir de nouvelles manières de travailler et apprendre à respecter les nouvelles relations contractuelles de l entreprise. Dans le même temps, les métiers des cadres ont évolué vers une technicité accrue du fait de l évolution des systèmes de production qui répondent de plus en plus à des impératifs de gains de productivité dans un environnement extrêmement concurrentiel. Dans ce contexte, les besoins en cadres des entreprises de l industrie agroalimentaire ont fortement crû au cours des dix dernières années. Ce référentiel des métiers cadres de l agroalimentaire propose une série de 18 fiches métiers qui permettront aux jeunes diplômés, aux cadres et aux acteurs des ressources humaines de se repérer dans un secteur en mutation. 1

6

7 ENTREPRISES ET CADRES DE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE LES ACTEURS DE L AGROALIMENTAIRE LES ÉVOLUTIONS DE L AGROALIMENTAIRE ET DE SES MÉTIERS CADRES

8

9 Les acteurs de l agroalimentaire L industrie alimentaire repose sur la nécessité de satisfaire deux besoins essentiels: la conservation des aliments et la conception de produits à la fois économiques, toujours disponibles, faciles à préparer et offrant toutes les garanties d hygiène et d innocuité pour le consommateur. Les entreprises sont spécialisées dans la fabrication, le conditionnement et la commercialisation d aliments ou de produits intermédiaires réalisés à partir de produits issus de l agriculture, de l élevage et de la pêche. Elles ont recours à des technologies spécifiques de transformation ou de conservation d une matière biologique, qui répondent au respect de normes sanitaires et permettent la mise en place de procédures de logistique et de transport très pointues. L industrie agroalimentaire recouvre une kyrielle d activités au poids inégal en termes d effectifs ou de chiffre d affaires. De la biscuiterie à l industrie laitière, en passant par l abattage de volailles ou la fabrication de conserves et de surgelés, elle fait appel, selon les cas, à une main-d œuvre plus ou moins importante et à des procédés de fabrication peu ou fortement automatisés. Cependant, en dépit de l hétérogénéité des activités concernées, l industrie agroalimentaire comporte un certain nombre de secteurs aux caractéristiques communes et spécifiques. LES PRODUITS: RÉPERTORIÉS EN HUIT FAMILLES Les entreprises composant le paysage de l industrie agroalimentaire se distinguent tout d abord par la nature des produits qu elles transforment et conditionnent. C est en effet la nature du produit qui détermine la mise en œuvre de moyens, de types d organisations et de technologies industrielles spécifiques, qui seront très différents, par exemple, dans le secteur de la viande ou dans celui des boissons. Huit familles de produits, correspondant à des familles d activités industrielles différentes sont ainsi distinguées par l Association nationale des industries alimentaires, qui regroupe l essentiel des fédérations et syndicats professionnels du secteur. 1. L industrie de la viande: l abattage du bétail et de la volaille, la charcuterie, les préparations à base de viande et la conserverie de viande. 2. L industrie laitière: la fabrication du lait, du beurre, des yaourts, des fromages, du lait en poudre et concentré, le «crackage» du lait pour l industrie alimentaire (caséine, lactose, protéines ultrafiltrées ), la fabrication des crèmes glacées et des glaces. 3. Le secteur des conserves et surgelés, de fruits, de légumes, de poissons, des plats cuisinés et des confitures. 4. Le secteur des produits à base de céréales: farines, pain et pâtisserie industriels, biscuits et biscottes, semoule et pâtes alimentaires, malt, amidon, fécules et produits dérivés, aliments pour animaux d élevage et domestiques. 5. Le secteur des huiles, corps gras et margarines. 6. Le secteur de l industrie sucrière. 7. Le secteur des produits alimentaires divers: chocolats, confiserie, cafés et thés conditionnés, épices, herbes aromatiques, condiments, vinaigres, sauces préparées, aliments diététiques, aliments pour bébés, produits de régime, petits déjeuners, entremets, desserts, bouillons, potages, levures, etc. 8. Le secteur des boissons et alcools: vins, distillation d alcool, eaux de vie, apéritifs, champagne, bière, cidre, jus de fruits et de légumes, autres boissons non alcoolisées, eaux minérales. 5

10 QUELQUES ACTEURS MAJEURS Raison sociale Effectif CA en M Activités principales Groupe Danone Produits laitiers frais, boissons, biscuits Altadis (Seita + Tabacalera) Tabacs Bongrain Fromages, produits laitiers Lactalis Lait et produits laitiers, viande, fruits Pernod-Ricard Vins et spiritueux Fromageries Bel Fromages Provimi Nutrition animale Sodiaal Coopérative agricole (lait) Bonduelle Transformation de légumes Céréol Transformation des graines oléagineuses Coopagri Bretagne Coopérative agricole Fleury Michon Charcuterie, plats cuisinés Source : Apec (d après données d entreprises 2002) LES ENTREPRISES Le marché agroalimentaire français comprend deux grands types d acteurs aux statuts différents: d une part, les sociétés de type commercial, d autre part, le secteur de la coopération agricole qui a son propre mode de fonctionnement. En dehors des spécificités juridiques qui les distinguent, les coopératives et les sociétés commerciales exercent leurs activités sur le même marché et ont des stratégies de développement souvent similaires. Une concentration géographique modérée Les entreprises agroalimentaires sont réparties sur l ensemble du territoire français, avec une concentration plus forte dans les régions les plus urbanisées: Île-de- France et Nord-Pas-de-Calais, autour des grandes villes (Marseille, Lyon ou Strasbourg) et à proximité des zones de production agricole et des ports. Directement liées à la production agricole, elles sont majoritairement présentes dans les zones de culture intensive (Île-de- France, Rhône-Alpes) mais également dans les régions traditionnellement vouées à l agriculture et au commerce, comme le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, la Bretagne et les Pays de la Loire. Une majorité de PMI Les coopératives agricoles Les PMI (moins de 250 salariés) restent largement majoritaires, malgré les nombreuses restructurations que continue de connaître le secteur. Ces PMI appartiennent majoritairement à des grands groupes, français ou étrangers. Dix de ces groupes contrôlent ainsi le cinquième des emplois et vingt groupes en contrôlent le tiers. L industrie laitière et les corps gras sont les plus concentrés. Dans la production laitière, huit grands groupes détiennent plus des trois quarts du marché. Cependant, des PME indépendantes, souvent d origine familiale, subsistent sur des créneaux très pointus (vins, produits de terroir ). Certaines d entre elles ont parfois donné naissance à de grandes entreprises (Bonduelle ou Lactalis, par exemple). Autre spécificité: l importance toujours prégnante des coopératives, surtout en Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Midi- Pyrénées et Rhône-Alpes. Ce statut ne signifie cependant pas qu il s agit de petites entreprises. Puissantes dans le secteur laitier (Sodiaal) et des viandes (Socopa) notamment, les coopératives ont, pour certaines, tendance à se regrouper, ce qui leur permet d intégrer à la fois l amont et l aval d une filière (industries de première et deuxième transformations). Les coopératives agricoles, créées par des agriculteurs et basées dès le XVII e siècle sur le principe de la solidarité paysanne, interviennent sur le marché, à la fois en tant que fournisseurs de produits agricoles et comme industriels, essentiellement avec des entreprises de première transformation (vins, lait, sucre, abattage ). Leur spécificité est d abord juridique: le statut des coopératives agricoles est autonome, ni civil ni commercial. Leurs membres sont à la fois des associés, des clients ou des fournisseurs. Elles sont administrées par des agriculteurs élus. En terme d activités, deux catégories de coopératives cohabitent : les polyvalentes, présentes sur plusieurs filières et rayonnant sur plusieurs départements, et les spécialisées, qui se concentrent sur un produit ou une famille de produits. 6

11 DES LABORATOIRES À LA DISTRIBUTION: LE PARCOURS D UN PRODUIT AGROALIMENTAIRE Différents modes de production et de commercialisation sont utilisés par les industries agroalimentaires, en fonction des secteurs et des entreprises ainsi que des spécificités des produits. Une tendance forte, consécutive à l automatisation de la production, se dégage pour toutes les entreprises du secteur; la volonté de gagner du temps et de l argent en rationalisant chaque étape de la «vie» d un produit, de la recherche sur sa composition à sa commercialisation. La création ou l adaptation Les entreprises agroalimentaires, hormis les groupes de dimension internationale disposant de centres spécifiques, consacrent très peu d investissements à la recherche. Moins d une entreprise sur dix investit actuellement dans ce domaine. Un nouvel ingrédient ou un produit totalement nouveau provient en général des centres de recherche de grandes entreprises (comme Sodiaal ou Danone) ou des centres de recherche publics ou semi-publics comme les centres techniques industriels. Le fait qu un faible nombre d entreprises budgètent la recherche ne signifie pas une absence d innovation. La plupart des industries agroalimentaires ont en effet innové en produits ou en process entre 1998 et Mais la notion d innovation dans le domaine agroalimentaire ne s applique pas seulement à la composition du produit lui-même; dans certains secteurs, comme celui des eaux, elle concerne aussi le packaging. La recherche se traduit donc par différents choix: la composition du produit lui-même (modification de recette, amélioration de la qualité), la présentation du produit (nouveau packaging) et, pouvant en découler, la création d un nouveau process. Ainsi, la moitié des entreprises de charcuterie et plats préparés innovantes ont «seulement» modifié une recette, conçu un système plus pratique d ouverture ou changé la présentation du produit. Dans certains secteurs, l innovation n est pas un choix, mais une nécessité vitale, pour répondre aux attentes des consommateurs. Le succès des plats cuisinés, par exemple, contraint l industrie des fruits et légumes à aller toujours plus loin dans la recherche sur la transformation des légumes en plats cuisinés, salades composées et en composition de sauces. Ainsi, par exemple, la sauce tomate «simple» a perdu des parts de marché au profit de sauces plus élaborées. Les matières premières Les industries agroalimentaires doivent s approvisionner en matières premières, en France et à l étranger. Il s agit essentiellement de produits agricoles et de produits d élevage (fruits et légumes, vin, viandes, volailles et poissons ). Certaines entreprises intègrent de plus en plus l amont et l aval de la production. C est le cas du secteur de la viande, dans lequel les lieux d élevage et les abattoirs jouxtent les usines ou s en rapprochent de plus en plus. La matière première peut avoir été l objet d une première transformation avant son utilisation. C est le cas par exemple des arômes, colorants, levures, concentrés de fruits et légumes, préparations de fruits pour yaourts Fonctionnant parfois en tant que sous-traitantes d autres entreprises agroalimentaires, mais pouvant également développer leurs propres gammes, ces industries font partie intégrante du secteur de l agroalimentaire. Des centres techniques pour l aide aux PME, l innovation et la recherche Les industries agroalimentaires se sont dotées de centres techniques industriels, fonctionnant en partie grâce à des fonds des ministères de l Agriculture, du Budget, de la Recherche et de la Technologie, et à travers des prestations de services. La plupart de ces centres sont regroupés au sein de l Association de coordination technique pour l agroalimentaire (Actia). Leur rôle est de soutenir les entreprises (en particulier les PME) dans leurs travaux concernant la sécurité des aliments, la microbiologie, l évaluation sensorielle, la traçabilité, la nutrition, la protection de l environnement, les emballages Ils mettent également à leur disposition des informations et une documentation sur les aspects réglementaires, techniques et économiques de leur activité. 7

12 En première ligne quant aux problèmes de qualité et de sécurité alimentaires, ces sous-traitants sont régulièrement l objet d audits portant sur la qualité des produits et le respect des cahiers des charges. Ces audits sont commandités par les clients des fournisseurs de matières premières, ainsi que par les distributeurs des produits «finaux». Ainsi, les ingrédients qui entrent dans la composition des produits biologiques, distribués par certaines enseignes sous leur marque propre, font l objet de contrôles de la part des distributeurs. La transformation des produits Les industries agroalimentaires ont pour spécificité de devoir transformer une matière souvent fragile et périssable, en outre très réglementée sur le plan de l hygiène et de la sécurité. Mélanges, cuissons, congélation, «crackage», fermentation les procédés de transformation sont variés. Les contraintes de production peuvent ainsi être extrêmement différentes d un type de produit à l autre, y compris au sein d une même entreprise. Tandis que certaines industries (dans le secteur de la brasserie, par exemple) nécessitent des investissements technologiques très importants basés sur l automatisation des process, d autres restent avant tout des industries de main-d œuvre. Ainsi, la transformation de la viande bovine exige un salariat nombreux et qualifié. La tendance générale est cependant la poursuite de l automatisation pour réduire le temps unitaire de fabrication d un produit, depuis l approvisionnement en matières premières jusqu à son apparition dans les linéaires. Certaines phases, comme le conditionnement, peuvent être externalisées, surtout quand elles nécessitent une intervention humaine. La commercialisation et le marketing Le produit fini a trois destinations possibles: une autre entreprise d agroalimentaire, pour les produits de première transformation (arômes, additifs, ingrédients divers ); les clients de la restauration hors foyer (RHF, cantines, collectivités ) ; enfin les distributeurs, essentiellement les grandes et moyennes surfaces (GMS). Pour les deux premiers types de clientèle, le produit devra d abord répondre à des critères très précis de quantité, de qualité, d adaptation aux exigences des chefs de cantines ou, pour le secteur de la meunerie par exemple, aux artisans boulangers. Pour convenir aux critères de la grande distribution, le produit devra réunir d autres spécificités qui font l objet de contrats commerciaux extrêmement (et de plus en plus) précis. Devant faire la preuve de son pouvoir attractif sur les consommateurs, il aura aussi à convaincre de son assise sur le marché ou de sa capacité à le développer. «Le distributeur n attend pas seulement d un nouveau produit qu il se vende, mais aussi qu il crée un nouveau besoin», explique un spécialiste du marketing. Ainsi, paradoxalement, le fabricant doit aussi «vendre» au distributeur la certitude que son produit va créer un besoin, et donc engendrer sa propre concurrence. Autre destination possible, et autre type de contrat signé entre le fabricant et le distributeur: celui des produits commercialisés sous la marque distributeur. 8

13 Les évolutions de l agroalimentaire et de ses métiers cadres Les modifications de l outil et de la chaîne de production, la mondialisation, le changement des relations avec les clients, les exigences liées à la qualité et à la sécurité sont les moteurs actuels des changements dans les industries agroalimentaires. Ces évolutions, qui se sont beaucoup accélérées au cours des dix dernières années, se traduisent notamment par un renforcement de l encadrement. LA PRODUCTION SE RÉORGANISE ET L AUTOMATISATION SE POURSUIT Les bouleversements en production L industrie alimentaire est le premier client des secteurs du transport, de l emballage, de l eau et de l agriculture. De ce fait, elle doit se préoccuper des exigences environnementales et se soumettre aux évolutions de la demande. En effet, d une part, les réglementations actuelles françaises et européennes se durcissent. D autre part, sous l impulsion des distributeurs, l accent est déjà mis sur la prévention du risque le plus en amont possible, puisqu un grand nombre d entreprises sont certifiées (ISO et en majeure partie), entraînant dans leur sillage la certification de leurs fournisseurs. Les crises sanitaires successives, l ESB puis l épizootie de fièvre aphteuse, ont amené les consommateurs à acheter des produits de meilleure qualité et à s orienter vers des circuits de distribution plus coûteux. Ce constat se vérifie plus particulièrement pour la consommation de viande de bœuf, dont les prix ont fortement augmenté. Plus de la moitié des effectifs salariés de l industrie agroalimentaire se trouvent en production. Or la production est la fonction qui a connu et entraîné le plus de bouleversements et d adaptations au cours de ces dernières années, principalement en raison du développement de l automatisation, de la diversification des produits fabriqués mais aussi de l intégration de nouveaux outils de gestion en ordonnancement, maintenance, qualité et sécurité. Cependant, la politique et les degrés d automatisation diffèrent sensiblement d une branche à l autre. Le critère de la taille est bien entendu déterminant, les structures les plus petites restant souvent sur des modes de production plus traditionnels. Des secteurs comme celui de la transformation des fruits ou de viande, par exemple, continuent à nécessiter la présence d une main-d œuvre importante. Conséquence sur les emplois cadres de la production Les évolutions de la fonction production dans les entreprises agroalimentaires n ont pas d incidence directe sur les profils recherchés par les entreprises. Les ingénieurs agroalimentaires ou généralistes ayant une expérience en agroalimentaire sont toujours privilégiés. En revanche, le contenu des postes a évolué. L Association des chimistes, ingénieurs et cadres des industries agricoles et alimentaires (Acia) résume ainsi cette évolution: «La fonction de directeur de production a tendance à être remplacée, dans les groupes, par une direction industrielle multisite et, sur chaque site, par une fonction de chef d équipe intégrant des dimensions managériales.» La carrière des ingénieurs de production évolue de plus en plus vers des postes de direction technique ou de directeur industriel, ce qui permet d aborder la production de manière plus globale. Consulter les fiches N 1 Chef de projet industriel N 2 Directeur d usine N 3 Responsable de production 9

14 UNE PART À L EXPORT ET UNE PRÉSENCE À L ÉTRANGER TOUJOURS CROISSANTES Exploration et exploitation permanente de nouveaux marchés Les plus grands groupes français sont de taille modeste, comparés aux leaders mondiaux: Danone, n 1 français, se situe dans les dix premiers groupes mondiaux en terme de chiffre d affaires. Leur stratégie de développement repose sur une croissance externe, sur la constitution de réseaux de distribution et sur l implantation d unités industrielles à l étranger (Lactalis, Pernod- Ricard, Fromagerie Bel, Bongrain, etc.). Le capital de ces groupes français est encore souvent familial. Les grandes entreprises se trouvent surtout dans l industrie des boissons et l industrie laitière, à l instar de Danone, ainsi que dans celles des corps gras. L industrie de la viande (sauf les volailles) et celle du poisson demeurent entre les mains d un nombre très important de PME. Pour acquérir une taille suffisante, les entreprises se recentrent sur leurs principales activités: ainsi Danone sur les produits laitiers, les eaux minérales et les biscuits, ou Pernod-Ricard sur les alcools et les spiritueux après la cession d Orangina-Pampryl. D un autre côté, la plupart des leaders internationaux sont implantés en France: Kraft Jacob Suchard, Coca- Cola, Mac Cain, etc. Ils possèdent des unités de production et des sociétés de gestion. Ces implantations répondent à une double logique: approvisionnement en amont et recherche de débouchés nationaux. C est aussi au niveau mondial que les acteurs concernés doivent se battre. En effet, de nombreux débats sont nés dans les années 1990, que ce soit au niveau des échanges commerciaux (les accords de l OMC) ou de la construction du codex alimentarius (définition des produits alimentaires). Les experts français continuent à défendre leurs produits, leurs connaissances empiriques et scientifiques et, pour ce faire, se coordonnent et interviennent dans les instances internationales. Ces accords et ces définitions sont à la base du commerce international et de l exportation des productions françaises. La nouvelle organisation du marché au sein de l Union européenne et les perspectives de croissance des marchés dans le reste du monde font partie des facteurs qui influencent l industrie agroalimentaire française. Les nouveaux marchés devraient se développer principalement avec l Asie et l Amérique latine mais aussi avec les pays de l Est. L industrie agroalimentaire voit ses ventes progresser à l étranger, particulièrement en Europe centrale et orientale, en Afrique du Nord, au Proche et au Moyen-Orient, et dans les pays d Asie. Arrivent en tête les vins et champagnes, spiritueux, produits laitiers, viande fraîche, sucre et chocolaterie confiserie. Parallèlement, le secteur poursuit ses investissements à l étranger, en forte croissance depuis dix ans. Conséquences de l internationalisation sur les emplois cadres Cette progression a deux types de conséquences sur les emplois cadres du secteur. D une part, un impact «culturel» qui concerne un grand nombre de fonctions dans l entreprise: l approvisionnement et les achats (les fournisseurs de matières premières peuvent se situer à l étranger); la logistique (il faut connaître les contraintes et conditions de la chaîne logistique des autres pays et savoir travailler à l export); le marketing et le commercial (il est nécessaire d engager une réflexion sur des produits exportables dans tous les pays ou répondant spécifiquement à un marché). D autre part, des évolutions de carrière des cadres, surtout les seniors, peuvent s envisager et se réaliser à l étranger. Ainsi, des cadres de production et achats (industrialisation, achats industriels et/ou de services) sont sollicités, lors de missions ponctuelles ou de longue durée, pour assurer des transferts de technologie et/ou des installations de sites. De même, dans les grands groupes français, si un recrutement local peut être favorisé dans les autres pays, on confie souvent les postes de direction stratégique (marketing/vente notamment) à des cadres français, afin de leur permettre d évoluer. Consulter les fiches N 13 Animateur commercial N 14 Chef de produit N 15 Chef de secteur N 16 Directeur commercial N 17 Directeur marketing N 18 Responsable comptes clés 10

15 DES RELATIONS TENDUES AVEC LA GRANDE DISTRIBUTION Le grand enjeu vis-à-vis de la grande distribution Le grand enjeu des industries agroalimentaires aujourd hui est, certes, de satisfaire ses clients, mais surtout de pouvoir s imposer face à la grande distribution. Les relations avec elle sont stratégiques; elles déterminent l organisation des services marketing et commercial. Face à la politique offensive d achat de la grande distribution et à ses exigences en termes de délais, de qualité, de coûts, de diversification des produits, les entreprises agroalimentaires répondent en envisageant de plus en plus la relation commerciale comme une relation de services, englobant tous les aspects d un contrat. Le marché s oriente vers une diversification des marques et des gammes de produits, plus que sur de nouveaux produits en tant que tels. Les services recherche et développement travaillent donc de plus en plus étroitement avec le marketing. Conséquence : émergence de métiers à l intersection du marketing et du commercial La mise en place des services commerciaux et marketing fonctionne un peu comme un jeu de miroir entre les entreprises agroalimentaires et les enseignes: les premières se réorganisent en fonction des secondes. De nouvelles fonctions ou de nouvelles compétences intégrées à des fonctions existantes apparaissent: ainsi les category managers, placés en interface entre le commercial et le marketing, ou encore les directeurs d enseigne ou les responsables des comptes clés, amenés à gérer l intégralité des relations avec les clients. Consulter les fiches N 4 Responsable l ordonnancementlancement N 5 Responsable de la supply chain N 11 Acheteur N 12 Directeur des achats QUALITÉ ET SÉCURITÉ: DES EXIGENCES ACCRUES La sécurité alimentaire : la préoccupation principale Les crises successives ont fragilisé cette industrie, plus particulièrement la filière viande, et ont accéléré le mouvement de modernisation du secteur. La qualité et la sécurité alimentaires, sous l effet de la méfiance des consommateurs et des nouvelles réglementations, ont concerné tous les salariés et entreprises de ce secteur. Par ailleurs, des programmes de recherche (Aliment Qualité Sécurité) du ministère de l Agriculture ont été lancés dans ce domaine. Les exigences en matière de qualité et de sécurité ont des influences sur toute la chaîne de production et de distribution des produits. Les entreprises continuent d investir dans la certification de leurs installations: salles blanches, traitement des systèmes d aération, règles d hygiène et contrôles de plus en plus stricts sont au programme. La traçabilité par exemple est l une des contraintes qui influence les services achats, recherche et développement, et logistique. Ces exigences doivent être rendues compatibles avec celles d une productivité accrue. Les audits qualité auprès des fournisseurs des entreprises et auprès des industriels eux-mêmes se multiplient. Conséquence : la fonction qualité en quête de pouvoir Les ingénieurs qualité, placés en première ligne des préoccupations actuelles, sont de plus en plus amenés à avoir un contact direct avec la clientèle. Les cadres de la fonction qualité interviennent à tous les stades de la chaîne de production, la matière première, le choix et la conduite des procédés, les questions environnementales, jusqu à l utilisation par le consommateur. Les services achat ainsi que recherche et développement sont également concernés par ces contraintes, à travers les comptes précis qu ils doivent rendre sur le choix, la nature et la traçabilité des produits. Enfin, la logistique est partie prenante de ces dispositifs, tant en amont, pour fournir des denrées dans des conditions optimales, qu en aval, lors de l acheminement vers les points de distribution. Consulter les fiches N 8 Ingénieur qualité N 9 Directeur qualité N 10 Responsable de laboratoire 11

16 Traçabilité, labels, appellations d origine contrôlée Pour permettre au consommateur de connaître l origine des produits, et/ou lui offrir des garanties sur ses modes de production, de culture et d élevage, de nombreux labels et certifications d origine ont été créés. En voici les principaux Les labels (comme le label rouge) attestent de la qualité supérieure du produit, selon des normes réglementaires. Les appellations d origine contrôlée (AOC) font référence à un lieu géographique de production, reliant la qualité du produit à ce lieu. La certification NF, élaborée par l Association française de normalisation (Afnor), est appliquée comme un gage de sécurité et de qualité des aliments. Les appellations d origine protégée (AOP) et les indications géographiques de provenance (IGP) sont des protections réglementaires accordées par la Commission européenne après étude des dossiers, mais les contrôles restent effectués par les administrations nationales. 12

17 LES FICHES MÉTIERS LES CARTOGRAPHIES PRODUCTION ET ORGANISATION RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT QUALITÉ ACHATS MARKETING ET COMMERCIAL

18 Cartographie des métiers par famille Production et organisation N 1 Chef de projet industriel N 2 Directeur d usine N 3 Responsable de la production N 4 Responsable de l ordonnancement lancement N 5 Responsable de la supply chain Recherche et développement N 6 Ingénieur de recherche N 7 Responsable recherche et développement Qualité N 8 Ingénieur qualité N 9 Directeur qualité N 10 Responsable de laboratoire Achats N 11 Acheteur N 12 Directeur des achats Marketing et commercial N 13 Animateur commercial N 14 Chef de produit N 15 Chef de secteur N 16 Directeur commercial N 17 Directeur marketing N 18 Responsable comptes clés Source: Apec 14

19 Cartographie des métiers par niveau d expérience Ouvert aux jeunes Jeunes cadres Cadres confirmés diplômés 1 à 5 ans Plus de 5 ans Moins de 1 an d expérience d expérience d expérience N 8 Ingénieur qualité N 15 Chef de secteur N 3 Responsable de production N 1 Chef de projet industriel N 6 Ingénieur de recherche N 4 Responsable de l ordonnancement-lancement N 11 Acheteur N 14 Chef de produit N 7 Responsable recherche et développement N 9 Directeur qualité N 10 Responsable de laboratoire N 5 Responsable de la supply chain N 13 Animateur commercial N 18 Responsable comptes clés N 2 Directeur d usine N 12 Directeur des achats N 16 Directeur commercial N 17 Directeur marketing Source: Apec 15

20

Demande de Soumission - Transformateur

Demande de Soumission - Transformateur Demande de Soumission - Transformateur Nom de l entreprise : Prénom : Nom : Titre : Adresse : Ville : Code postal : Région : Téléphone : Télécopieur : Courriel : Site Web : Domaine d activités : *** possibilité

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

Les formations agroalimentaires dans la Loire

Les formations agroalimentaires dans la Loire Les formations agroalimentaires dans la Loire INFOS PRATIQUES FORMATIONS CENTRES DE FORMATION petit mémorendum des métiers d avenir édition 2010 production, fabrication, conditionnement, maintenance, vente,

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits

LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC. Description des produits LISTE V AU PROTOCOLE A MAROC 04.03 Babeurre, lait et crème caillés, yoghourt, képhir et autres laits et crèmes fermentés ou acidifiés, même concentrés ou additionnés de sucre ou d'autres édulcorants ou

Plus en détail

AQ053 b. Formation continue

AQ053 b. Formation continue Formation continue La formation continue au CTCPA Au CTCPA, la formation continue se présente sous deux formes : la formation inter entreprises : formation «catalogue» avec 100 stages programmées sur l

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS 1 L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE : LE PREMIER SECTEUR ECONOMIQUE FRANCAIS xz Sabrina TONNERRE Juriste Master II Droit des activités économiques Option Droit de l agroalimentaire Sous la direction de Maître

Plus en détail

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire)

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Alexia ENGELHARD Nom Poste Société Le métier Olivier HEMMERY Chef de produit Glaces et Sorbets Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Olivier HEMMERY assure la coordination et le suivi

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? JEUNES DIPLÔMÉS Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr LIDL FRANCE 1988

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

industrie agroalimentaire

industrie agroalimentaire industrie agroalimentaire agro L élaboration des produits agroalimentaires nécessite la mise en place et le contrôle de nombreux procédés et technologies avancées. De la réception des matières premières

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser

LOGISTIQUE MÉTIERS2013. fiche. Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser fiche MÉTIERS2013 LOGISTIQUE Recrutement : Attirer, rémunérer, fidéliser Fed Supply est un cabinet dédié aux recrutements temporaires et permanents des métiers de l ADV, des Achats et de la Logistique

Plus en détail

Métiers de la Production/ Logistique

Métiers de la Production/ Logistique Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Production/ Logistique R & D Production Ingénieur de recherche Responsable

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

E.M ECOLE DES METIERS

E.M ECOLE DES METIERS TECHNICIEN SPECIALISE EN GESTION HOTELIERE Cette filière est destinée à former des techniciens spécialisés en gestion hôtelière ayant pour mission de participer au contrôle des tâches de réception, restauration,

Plus en détail

DOSSIER D INVITATION

DOSSIER D INVITATION 11 ème Convention d Affaires Sécurité des Aliments Hygiène & Traçabilité www.securfood.com 13 & 14 Octobre 2015 à Avignon DOSSIER D INVITATION Remplissez ce dossier soigneusement. Ces données serviront

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation

4 Objectifs généraux, objectifs particuliers, objectifs évaluateurs pour les trois lieux de formation Plan de formation pour la profession No. 79022 Employée en cuisine / Employé en cuisine Addetta di cucina / Addetto di cucina Küchenangestellte / Küchenangestellter Parts: A 1 Compétence professionnelle

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

La qualité totale CONTENU DU MODULE

La qualité totale CONTENU DU MODULE La qualité totale CONTENU DU MODULE 1. Introduction 2. Les différentes notions et composantes de la qualité 2.1. La qualité peut avoir plusieurs sens 2.2. Les constituants de la qualité totale 3. Les intérêts

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques

Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie pharmaceutique et les CQP des industries chimiques Etude des possibilités de passerelles entre les CQP des Entreprises de l industrie et les CQP des industries chimiques @ COPYRIGHT LEEM - Page 1 sur 51 Sommaire 1 - Finalités des passerelles... 3 2 - Principes

Plus en détail

Situation de l ISO 22000 France/Europe

Situation de l ISO 22000 France/Europe Situation de l ISO 22000 France/Europe Sommaire Historique et contexte de l ISO 22000 L ISO 22000 Panorama de la certification ISO 22000 L ISO 22000 et le contexte réglementaire La reconnaissance de l

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris

Développement durable et restauration collective. Opportunités et risques, Cas du restaurant universitaire de la Cité Internationale de Paris Master Economie du Développement Durable, de l Environnement et de l Energie Trophée Innovation & Développement Durable Développement durable et restauration collective Opportunités et risques, Cas du

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Famille de métiers. achats. // Acheteur international. // Agent acheteur (market representative)

Famille de métiers. achats. // Acheteur international. // Agent acheteur (market representative) achats Famille de métiers achats // Acheteur international L acheteur a pour mission de sélectionner la meilleure offre de produits sur un marché donné selon la stratégie marketing et commerciale de l

Plus en détail

Procédure et Modalité d admission pour ETUDIER AU MAROC (E.M)

Procédure et Modalité d admission pour ETUDIER AU MAROC (E.M) Procédure et Modalité d admission pour ETUDIER AU MAROC (E.M) Les Filières I-TECHNICIEN SPECIALISE EN GESTION HOTELIERE Cette filière est destinée à former des techniciens spécialisés en gestion hôtelière

Plus en détail

JURISTE EN DROIT SOCIAL H/F

JURISTE EN DROIT SOCIAL H/F JURISTE EN DROIT SOCIAL H/F L'ENTREPRISE : HOLDING GBH Martinique Au sein de la Direction des Ressources Humaines, vos missions seront notamment les suivantes : - Garantir la conformité réglementaire des

Plus en détail

Le logo «Fait maison»

Le logo «Fait maison» Le logo «Fait maison» Voici le logo «Fait maison» qui sera utilisé dans les restaurants, chez les traiteurs, sur les marchés, à partir du 15 juillet 2014. Il indique les plats «faits maison», c est-à-dire

Plus en détail

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude

Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude Note d information / Politiques agricoles n 13 Comment développer les métiers agroalimentaires en Afrique subsaharienne? Extraits d étude 27 mai 2013 / Sélection par l équipe technique RECA RECA Réseau

Plus en détail

S O M M A I R E. 3. Consignes aux membres du jury. Page 4/15 a) Phase écrite Page 4/15 b) Phase pratique Page 6/15

S O M M A I R E. 3. Consignes aux membres du jury. Page 4/15 a) Phase écrite Page 4/15 b) Phase pratique Page 6/15 Baccalauréat professionnel COMMERCIALISATION ET SERVICES EN RESTAURATION E32 Sous-épreuve d organisation et de mise en œuvre d un service C O N S I G N E S S O M M A I R E 1. Contexte de l épreuve. Page

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons

La Solution Pour Le Secteur Des Boissons La Solution Pour Le Secteur Des Boissons Avec Tectura, Bénéficiez D une Solution Spécialement Adaptée A Votre Métier Les contraintes liées au secteur de la fabrication de boissons sont toujours plus complexes

Plus en détail

L ISO 22000 : Pourquoi et comment?

L ISO 22000 : Pourquoi et comment? L ISO 22000 : Pourquoi et comment? Olivier BOUTOU Ingénieur AFNOR Ce module a été élaboré par Olivier Boutou Ingénieur AFNOR Qu est-ce que l ISO 22000? C est la seule norme, reconnue au niveau international,

Plus en détail

La cartographie des métiers des Industries Alimentaires

La cartographie des métiers des Industries Alimentaires 03 scope synthèse d Étude SEPTEMBRE 2009 Édition spéciale La cartographie des métiers des Industries Alimentaires www.observia-metiers.fr Édito Accompagner l évolution des métiers et des compétences est

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Biotechnologie et génie des procédés appliqués aux boissons de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification DUT Hygiène Sécurité Environnement

diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification DUT Hygiène Sécurité Environnement diplôme qualification insertion emploi diplôme qualification DUT Hygiène Sécurité Environnement DUT Hygiène, sécurité et environnement Diplômes Données sur l emploi Offres d emploi Se documenter INFOS

Plus en détail

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus DOSSIER DE PRESSE prios groupe éditeur sectoriel Créée en 1990, La société PRIOS s est spécialisée dans deux activités principales : l agro-alimentaire et l équipement de la personne (gamme Estelle). Depuis

Plus en détail

Les Rencontres de la Boulangerie

Les Rencontres de la Boulangerie Les Rencontres de la Boulangerie Les Moulins Evelia et leur partenaire Gabopla, fournisseur de matières premières en boulangerie, organisent les premières Rencontres de la Boulangerie les 21, 22, 23 et

Plus en détail

MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE SPECIALISATION MANAGEMENT DU DEVELOPPEMENT DURABLE

MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE SPECIALISATION MANAGEMENT DU DEVELOPPEMENT DURABLE MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT ET STRATEGIE D ENTREPRISE SPECIALISATION MANAGEMENT DU DEVELOPPEMENT DURABLE Diplôme Européen reconnu par la Fédération Européenne des Ecoles ; www.fede.org - BAC+5 Présentation

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS

JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS jlb Développement SAS JLB DÉVELOPPEMENT : CONCEPTEUR ET FABRICANT D INNOVATIONS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION jlb Développement SAS CONCEPTION FORMULATION FABRICATION PRÉSENTATION Groupe en pleine

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE Syndicat Intercommunal de Regroupement Pédagogique 8 Place de la Mairie 28800 LE GAULT SAINT DENIS 02.37.47.28.85 RESTAURATION SCOLAIRE CAHIER DES CHARGES 1 Article 1 : Objet Les stipulations du présent

Plus en détail

Formations courtes de perfectionnement 2014

Formations courtes de perfectionnement 2014 FORMATION Continue 2014 Restauration arts de la table / Boulangerie Pâtisserie traiteur Formations courtes de perfectionnement 2014 Public Professionnel Tout public Heures Jours Tarif Janv - Mars Avril

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Hôtellerie & Tourisme

Hôtellerie & Tourisme SALARY SURVEY 2014 & & Sélection et approche directe de cadres confirmés www.michaelpage.fr INTRODUCTION Michael Page & est une division de Michael Page, leader du conseil en recrutement, spécialiste de

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGER. Intervenant : Christophe FERRIGNO. Directeur / Fondateur du Portail www.supply-chain.fr

SUPPLY CHAIN MANAGER. Intervenant : Christophe FERRIGNO. Directeur / Fondateur du Portail www.supply-chain.fr SUPPLY CHAIN MANAGER Intervenant : Christophe FERRIGNO Directeur / Fondateur du Portail www.supply-chain.fr Comment sont ils recrutés? Que recherchent les entreprises? Compétence / Personnalité -Comportemental

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Métiers liés au pôle Systèmes Industriels et Logistiques

Métiers liés au pôle Systèmes Industriels et Logistiques Métiers liés au pôle Systèmes Industriels et Logistiques Auteur : Olivier Devise, responsable du pôle Systèmes Industriels et Logistiques à l IFMA. Date : 17 février 2013 Introduction... 1 A Les métiers

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Vous cherchez une bonne boîte?

Vous cherchez une bonne boîte? RESPONSABLE DES VENTES SECTEUR Lidl recrute Vous cherchez une bonne boîte? + d infos sur www.lidl.fr Réinventons les métiers de la distribution! RÉINVENTONS LES MÉTIERS DE LA DISTRIBUTION! www.lidl.fr

Plus en détail

Déclarations CONTRIBUTION TOTALE DE L UNITE D EMBALLAGE = (CONTRIBUTION AU POIDS (1) + CONTRIBUTION A L UNITE (2) ) X BONUS-MALUS (3)

Déclarations CONTRIBUTION TOTALE DE L UNITE D EMBALLAGE = (CONTRIBUTION AU POIDS (1) + CONTRIBUTION A L UNITE (2) ) X BONUS-MALUS (3) THEME Eco-Emballages DATE 16/02/15 Déclarations DECLARATION DETAILLEE Pour la déclaration 2014 (à souscrire début d année 2015, avant le 28 février sauf changement de date), la contribution est calculée

Plus en détail

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE

PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE COMMUNE DE BRETTEVILLE SUR ODON PROCÉDURE ADAPTÉE PRÉPARATION ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE POUR LE RESTAURANT SCOLAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P X:\CANTINE\CONSULTATION

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

SUPPoRT > papier DIFFICULTé > + a.2, a.3, B.1. Classer des offres d emplois du secteur. Transport-Logistique en distinguant

SUPPoRT > papier DIFFICULTé > + a.2, a.3, B.1. Classer des offres d emplois du secteur. Transport-Logistique en distinguant CoMPéTEnCE odp3 > activité 2 a.2, a.3, B.1 Classer les activité offres 2 classer classer des offres des d emploi offres d emploi du secteur du secteur SUPPoRT > papier DIFFICULTé > + CoMPéTEnCE odp3 >

Plus en détail

LES métiers de L EnvironnEmEnt

LES métiers de L EnvironnEmEnt LES métiers de L environnement : les familles de postes R&D/Laboratoires SUEZ ENVIRONNEMENT pilote un réseau technique et scientifique mondial, riche de 400 chercheurs et experts répartis dans les centres

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études Le diplômé peut occuper un des métiers suivants : Ingénieur d affaires avant-vente Ingénieurs d étude Consultant ingénieur informatique Ingénieur informatique études / développement

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Les règles de la commande publique à travers Agrilocal63 LES REGLES DE LA COMMANDE PUBLIQUE A TRAVERS AGRILOCAL63

Les règles de la commande publique à travers Agrilocal63 LES REGLES DE LA COMMANDE PUBLIQUE A TRAVERS AGRILOCAL63 LES REGLES DE LA COMMANDE PUBLIQUE A TRAVERS AGRILOCAL63 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA DEFINITION DES BESOINS... 5 1. La détermination préalable du besoin... 5 2. L appréciation du caractère homogène

Plus en détail

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA

Curriculum Vitae. X Mise à jour. CV mis à jour le (DATE) : 10/08/09 PRENOM NADIA NOM ATROUN. Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA Adresse Date de Tél. 0771 13 63 29 17 Avenue de pékin EL MOURADIA naissance ALGER Civilité (M., Mme, Fax Mlle) Code postal et ville 16000 ALGER E-mail nadiaatroun@hotmail.com Pays ALGERIE Expériences professionnelles

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

La création de deux baccalauréats professionnels

La création de deux baccalauréats professionnels Rénovation du baccalauréat professionnel Restauration 17 ème CPC La création de deux baccalauréats professionnels Cuisine Commercialisation et services en restauration Deux nouveaux baccalauréats professionnels

Plus en détail

CENTRALE D ACHAT DU GRAND DIJON

CENTRALE D ACHAT DU GRAND DIJON CENTRALE D ACHAT DU GRAND DIJON Location de fontaines à eau, et exploitation de distributeurs automatiques de denrées alimentaires sucrées et salées, boissons fraiches et/ou chaudes Cahier des Clauses

Plus en détail

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs,

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs, JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008 INFO RÉGLEMENTATION info L étiquetage des denrées alimentaires L information des consommateurs, focus sur le règlement européen INCO L e règlement européen n 1169/2011 (ci-après

Plus en détail