Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire"

Transcription

1 Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel / Fax

2 Enquête réalisée auprès des bénéficiaires des AMC Marocaines de la Microfinance Evaluation des besoins des produits financiers & non financiers

3 Objectifs de l étude: Introduction Evaluer les besoins des bénéficiaires du microcrédit en termes de besoins financiers et non financiers Adéquation entre l offre et la demande de produits microcrédit, Connaitre les principales activités financées par le secteur marocain de la Microfinance, Déterminer les besoins financiers favorisant ou entravant les opportunités de développement des M.E. Relever les Attentes et les Besoins des Bénéficiaires en matière d accompagnement (Assistance technique, formation, orientation, et autres..);

4 Echantillon 1500 questionnaires ont été administrés auprès des bénéficiaires du secteur du micro crédit : Les 12 associations de microcrédit «AMC» marocaines ont été approchées. Seules 6 ont répondu dans les délais. 3 grandes : 2 moyennes : 1 petite Seule 1138 questionnaires ont été validés Echantillon suffisamment représentatif pour une première approche de la réalité du terrain.

5 I. Informations sur les bénéficiaires

6 Tranches d âge 20,0% 18,0% 19,1% 16,8% 17,9% 16,0% 14,0% 13,0% 12,0% 10,0% 8,0% 6,0% 4,0% 4,5% 8,3% 10,0% 6,3% 4,2% 2,0% 0,0% [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[ Le secteur finance essentiellement la population jeune : 54% entre 28 et 42 ans

7 Etat matrimonial 4,6% 6,4% 20,7% 68,2% Marié (e) Divorcé (e) Veuf (ve) Célibataire La population servie est peu Volatile : Il s agit essentiellement des responsables de famille (79%)

8 Répartition par sexe Féminin Masculin La répartition par sexe illustre la prédominance des femmes comme c est le cas un peu partout dans le monde 52% contre 48%

9 Niveau d instruction 0 Niv universitaire Niv Bac Niv secondaire Niv primaire Ecole coranique Aucun 4,0 6,3 9,1 19,3 27,4 33,9,0 10,0 20,0 30,0 40,0 Plus d un quart de la population questionnée est analphabète / 13% ont un niveau bac ou plus / 72.6% sont alphabétisés.

10 Logement 60,0% Propriété Type de logemment 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 49,6% 27,6% 22,8% 0,8% Maison 77,4% 1,8% appart 20,0% 10,0% 0,0% Propriétaire Locataire Habite chez les parents L échantillon représentant les clients des AMC a fait ressortir que 50% parmi eux sont propriétaires et habitent pour les 3/4 dans des maisons traditionnelles. Ce qui confirme la sédentarité des bénéficiaires.

11 Travail du conjoint Métier du conjoint qui travail 15,0% 9,0% 22,8% 18,7% 34,5% Salariat Commerce Services Métiers Manuels Autres 55% des conjoints des bénéficiaires (Hommes/Femmes) travaillent. La répartition par secteurs d activités est représentée dans le graphique

12 Travail du conjoint (Suite) Travail du conjoint du bénéficiaire du MC Benef F 100,0% 86,1% 66,9% Benef H 80,0% 60,0% 40,0% 20,0% 33,1% 13,9% 0,0% Ne trav pas travaille Quand le bénéficiaire est une femme, dans les 2/3 des cas le conjoint travail;

13 Répartition par tranches d ages des conjoints qui travail Le conjoint est un homme CJ H Non Cj H trav Sur les 67% des hommes conjoints qui travaillent (378 personnes), 55% ont entre 28 et 42 ans et 32% entre 43 et 57 ans.

14 Répartition par tranches d ages des conjoints qui travail Le conjoint est une femme CJ F Non Cj F trav [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[ Sur les 33% des femmes conjoints qui travaillent, 83% ont entre 28 et 47 ans.

15 Montant de contribution du conjoint aux dépenses du ménage 25,0% 20,0% 15,0% 15,6% 16,0% 21,3% 22,4% 20,50% 10,0% 5,0% 4,2% 0,0% < 100dhs < 1000 dhs < 1500 dhs < 2000 dhs < 3000 dhs Plus de 3000 dhs 43% des conjoints participent pour plus de 2000 dhs, 37% pour 1500 dhs et 20% pour moins de 1000dhs

16 II. Activités financées par le micro crédit

17 Activité principale exercée Activité financée par le secteur Autres Agriculture Elevage Textile Bijouterie_ Services Commerce 0,0% 20,0% 40,0% 60,0% Le commerce avec 55% et les services avec 21% dominent les activités. On constate une émergence de l agriculture et l élevage à hauteur de 6,5%

18 Activités principales chez les femmes Textiles; 7,8% Services; 15,0% Autres; 4,8% Agri=Elev; 4,1% Bijout; 8,0% L activité la plus dominante chez les femmes est le commerce qui représente plus de 60% Commerce; 60,4% Types d'activités commerciales chez les femmes Le textile et l habillement représente à lui seul 71% de l activité commercial contre 17% pour la parfumerie et 12% pour la coiffure Coiffeur 12% Parfumerie 17% Tex habilt 71%

19 La pyramide des âges chez les femmes commerçants Distribution du Commerce (60,4%) chez les femmes 16,0% 14,0% 16% 15% 17% 16% 12,0% 12% 10,0% 8,0% 6,0% 8% 8% 4,0% 4% 5% 2,0% 0,0% [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[ 76% des femmes exerçant le commerce comme activité principale ont entre 28 et 52 ans.

20 Répartition des activités principales chez les hommes Textiles 2,5% Services 25,6% Autres 10,4% Agri=Elev 8,5% Commerce 44,7% Bijout 8,3% Autant que chez les femmes l activité principale chez les hommes est aussi le commerce qui représente 44,7% de l échantillon questionné Types d'activités commerciales chez les hommes 62% de l activité commerciale chez les hommes est orientée vers le textile et l habillement (21%) et l épicerie, vente de fruits et légumes (41%) Autres 38% Tex habilt 21% Epicerie/fruits 41%

21 La pyramide des âges chez les hommes commerçants Distribution du commerce (45%) chez les hommes bénéficiaires 20,0% 18,0% 18% 19% 19% 16,0% 14,0% 12,0% 10,0% 8,0% 9% 11% 9% 6,0% 6% 5% 4,0% 2,0% 3% 0,0% [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[ 67% des hommes exerçant le commerce comme activité principale ont entre 28 et 47 ans.

22 Ancienneté dans l activité 70,0% 60,0% 59,5% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% 20,8% 14,9% 4,7% Moins d'un an De 1 à 3 ans De 3 à 5 ans Plus de 5 ans A 80% les micro entrepreneurs exercent l activité financée depuis au mois 3 ans. Le secteur finance très peu de création d activité.

23 Formalisation de l activité Non; 72,20 % Oui; 27,80 % 72% des personnes questionnées se disent exercer dans l informel, contre seulement 28% de formel Activité formelle et informelle par sexe Les femmes représentent 59% d informel contre 36% de formel. Contrairement aux hommes où la tendance est inversée, puisque 64% sont formels et 41% sont informel Formelle: 36% Informelle: 59% Formelle: 64% Informelle: 41% 0 Féminin Masculin

24 Formalisation de l activité en fonction du montant du prêt Formelle 90% Nn Form 80% 70% 60% 50% 40% 83% 82% 81% 32% 68% 55% 45% 65% 35% 30% 20% 17% 18% 19% 10% 0% [ DHS] [ DHS] [ DHS] [ DHS] [ DHS] [Plus de DHS[ L analyse démontre que plus le montant des prêts plus élevé plus les AMC ont à faire à des activités formelles: 65% ( dhs) contre 17% (3000 dhs)

25 Autre modes de financement de l activité Autre (A préciser) : 2% Fournisseur 19% Usurier 1% Banque 6% Amis/famille 30% Epargne 0% 20% 40% 55,6% recourent à un financement complémentaire pour faire face aux besoins de leur micro entreprise

26 Contraintes de développement de l activité principale Autres Circuits de distribution Fournisseur(s) Pbs climatiques (sécheresse, Approvisionnements en matières 1eres 2% 3% 3% 2% 2% Concurrence 25% Trop de charges 10% Financement 0% 10% 20% 30% 40% 50% Le développement des activités dépend principalement du financement (54%)

27 Activité annexe ou secondaire Agriculture & élevage Couture & broderie commerce Chauffeurs Commerce couture Agriculture Elevage Broderie Coiffure ménage 25,6% des bénéficiaires exercent une activité annexe. Répartition dans le graphique

28 Contribution de l activité principale au payement des charges plus de 100%; 27% > 80% & < 100%; 13% <= 20%; 14% > 50% & < 80%; 23% >20% et < à 50%; 23% 40% des clients vivent entièrement de leur activité principale

29 III. Besoins financiers des clients a. microcrédit

30 Nombre de micro crédits contractés [3-4]; 23% [5-6]; 13% [+ 6[; 15% [1-2]; 49% L analyse des bénéficiaires du microcrédit fait ressortir que seuls 28% ont contractés 5 prêts et plus alors que 49% sont des nouveaux bénéficiaires

31 Nature du dernier prêt Solidaire 73,40% 73% Individuel 27% Les trois quarts des prêts sont des prêts solidaires (73,40 %) contre (27%) pour le solidaire, la tendance s inverse dès qu il s agit de l encours

32 Délai pour avoir le dernier prêt [4 à 7 jours]; 53% [2 à 3 jours]; 20% ]- 2 jours]; 9% [+7 jours[; 18% Délais trop courts pour instruire les dossiers 29% des prêts sont débloqués en moins de 4 jours

33 Durée du dernier prêt accordé [+ 5 ans[ [De 4 à 5 [De 3 à 4 [ De 2 à 3 [De 1 an à 2 12 mois 9 mois 6 mois 3 mois 1% 1% 1% 3% 2% 6% 13% 35% 39% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% Les trois quarts des prêts ont une durée de un à deux ans 48% des crédits dépassent l année

34 Montant du 1 er et dernier prêt [Plus de DHS[ 1% [Plus de DHS[ 2% [ DHS] 1% [ DHS] 8% [ DHS] 7% [ DHS] 23% [ DHS] 17% [ DHS] 41% [ DHS] 27% [ DHS] 15% 47% [ DHS] [ DHS] 11% 0% 10% 20% 30% 40% -5% 5% 15% 25% 35% 45% 75% des clients commencent avec des prêts inférieurs à dhs 26% seulement sont à moins de 5000 dhs Grande concentration entre & dhs (64%)

35 Utilisation des prêts 1er prêt. Dernier prêt. Autres 3% Autres 4% Garder argent 4% Garder argent 6% Depenses Imprévues 4% Depenses Imprévues 5% Consommation 2% Consommation 3% Aménagt Domicile 6% Aménagt Domicile 7% FR 44% FR Investissement 37% Investissement 25% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 0% 10% 20% 30% 40% 50% Le 1er prêt est à 81% consacré à l entreprise (Investissement & FR). Le reste va vers l aménagement du domicile et la consommation. Ce taux tombe à 75% pour le dernier prêt

36 Endettement croisé Non : 61,2% Oui : 38,8% 38,8% avouent avoir pris des prêts chez plusieurs AMC. Les 3/5 sont des femmes (59,4%). Profil de ceux qui font appel à d'autres AMC par sexe et âge 58% F H 60,0% 50,0% 40,0% 30% 45% 40% 46% 25% 42% 39% 40% 44% 36% 35% 33% 36% 38% 30,0% 20,0% 17% 15% 20% 10,0% 0,0% [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[ - Chez les femmes, le recours à une autre AMC se fait quelque soit la tranche d âge. - Chez les hommes, le phénomène est fréquent à partir de 38 ans.

37 Montant cumulé des prêts plus de % De 30 à % De 20 à % De 15 à % De 10 à % De 5 à Moins de % 28% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 10% des clients ont des besoins de plus de dhs Alors que 55% ont plutôt besoin d un appoint < dhs.

38 Adéquation entre les offres de financement et les besoins des clients Non; 25,6% Oui; 74,4% Les trois quart des clients (74%) avouent que les prêts obtenus correspondent bien à leurs besoins. 26% Clients pensent le contraire Raisons de l inadéquation Autres Souplesse des garanties Tarification Facilité d'obtention d'un crédit individuel Flexibilité des procédures Différé de remboursement Périodicité de remboursemnt Duree de prêt Montant 24% 21% 22% 43% 42% 39% 51% 63% 92% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

39 Le produit de microcrédit obtenu répond t il à la totalité des besoins financiers des bénéficiaires? Non; 45,6% Oui; 54,4% 55,4% des clients questionnés pensent avoir eu réponse à tous leurs besoins financiers, contre 45,6 que ne le pensent pas!

40 Différentes causes de non réponse aux besoins Différents causes de non réponse aux besoins No n Parmi les raisons les plus évoquées, le montant du prêt suivi de la durée et de la périodicité de remboursement. La tarification arrive en quatrième position

41 Réponse aux besoins en fonction du nombre de prêts 90,0% 80,0% 73,7% 67,5% 81,9% 72,1% 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% NON OUI 10,0% 0,0% [1-2] [3-4] [5-6] [+ 6[ Les prêts répondent généralement aux besoins des clients que ce soit entre 1 et 2 prêts (73,7%) ou plus de 6 (72,1%)

42 Changements constatés après le(s) microcrédit(s) Non; 7,1% Oui; 92,9% 93% des bénéficiaires ont constaté des changements après avoir pu bénéficié du microcrédit Aspects ou le Changement est positif Autres (A préciser) Achat de biens de consommation (TV, Scolarisation des enfants Instructions de moi-même Construction d'un logement Aménagement du logement Formalisation de l'activité Développement de l'activité Auto-emploi Amélioration du niveau de vie (meilleure Augmentation des revenus 3% 10% 9% 4% 5% 18% 14% 17% 58% 62% 79% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%

43 III. Besoins financiers des clients b. Autres produits financiers

44 Produits financiers souhaités Besoins d autres produits financiers Autres (A préciser) Produits alternatifs Mobile banking 7% 6% 11% Cartes de retrait et de paiement 26% Transfert d'argent 33% Micro-leasing 12% Micro-épargne 54% Micro-assurance 61% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% L analyse des besoins les plus sollicités par les clients questionnés en termes de produits financiers fait ressortir: 61% Micro assurance, 54% micro-épargne, 33% transfert d argent, et 26%cartes de paiement

45 Possession d un compte bancaire L échantillon analysé, fait ressortir que plus de la moitié (56%) des bénéficiaires sont bancarisés contre 44% qui ne le sont pas Non; 44,30% Oui; 55,70% Cpte épargne; 40,60% Cpte Dans le même chèque; 59,40% échantillon 40,6% ont un compte épargne et 59,4% détiennent un compte chèque

46 Détention d un compte bancaire chez les femmes Oui Non [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[

47 Détention d un compte bancaire chez les femmes H Oui H Non [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[

48 Répartition par Type de compte chez les Hommes Cpt épargne Cpt chq [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[

49 Répartition par Type de compte chez les Femmes Cpt épargne Cpt chq [De 18 à 22 [De 23 à 27 [De 28 à 32 [De 33 à 37 [De 38 à 42 [De 43 à 47 [De 48 ans à 52] [53 à 57 [> 57 ans[

50 Appel à un autre type de financement Oui; 15,20% Non; 84,80% 85% de l échantillon na pas fait appel à un autre type de financement (ste financement), seule 15% l ont fait

51 IV. Besoins non financiers des clients a. produits non financiers

52 Produits non financiers Autres? (A préciser) 5% Des formations? 49% Des orientations? 37% Des conseils? 58% De l'accompagnement? 41% -10% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% L analyse a démontrée que les bénéficiaires ont besoin en plus du financement d être formés, conseillés et accompagnés dans la réalisation de leurs projets

53 IV. Besoins non financiers des clients b. Disponibilité pour une Formation

54 Disponibilité pour une formation Suffisamment de temps pour une formation: Oui 672 (65%) Non 368 (35%) Combien d heures par semaine peut on consacrer aux formations: 2 Heures 434 (59%) 4 Heures 226 (31%) 6 Heures 78 (11%)

55 Jour de la semaine préféré Dimanche 195 Samedi 157 Vendredi Jeudi Mercredi Mardi 141 Lundi Vendredi est le jour préféré suivi du dimanche suivis à égalité par le samedi et lundi

56 Tranche horaire de préférence Autre (à préciser) 43 [18h-20h] 90 [16h-18h] 97 [14h-16h] [10h-12h] 181 [8h-10h] La tranche 14-18H reste la tranche préférée suivie de la tranche 10H-12H.

57 IV. Besoins non financiers des clients c. Contenu de la formation souhaitée

58 Attente en matière de formation Peu d'intérêt 37 Attentes managériales 138 Attentes théoriques (relation de la clientèle ) 548 Attentes techniques Beaucoup de bénéficiaires ont fait part de leur intérêt pour la formation et l accompagnement

59 Type de formation Autres (A préciser) 33 Formation-métier 487 Formation managériale Toutes les formations sont les bienvenues avec un léger avantage pour les formations métier.

60 Contribution financière 200 DHS 3% 100 DHS 5% 50 DHS 21% 20 DHS 33% 10 DHS 37% 0% 10% 20% 30% 40% 505 clients (55,6%) acceptent une contribution pour la formation. Cette contribution est au maximum à 20 dhs pour 70% des clients et 8% pour 100 dhs et plus.

61 Merci de Votre attention

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma

Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs. www.cm6-microfinance.ma Le CMS : Acteur majeur de soutien & d accompagnement des Microentrepreneurs au Maroc www.cm6-microfinance.ma Plan de l intervention Deux grands axes : Axe 1 : Vue d ensemble sur l offre actuelle des produits

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Sondage sur l endettement chez les jeunes

Sondage sur l endettement chez les jeunes chez les jeunes Rapport préliminaire Présenté à Madame Caroline Toupin Agente de développement et des communications 13 octobre 2009 Réf. : 1666_200910/MO/jc (514) 282-0333 1-800-474-9493 www.observateur.qc.ca

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE. I - Méthodologie de l étude... 2

ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE. I - Méthodologie de l étude... 2 ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE Page I - Méthodologie de l étude.... 2 II - Caractéristiques et attentes de la population du Microcrédit. 4 III - Thème

Plus en détail

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils?

Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? Un autre regard sur l emprunteur. Résidence principale, primo-accédants et secundo-accédants : qui sont-ils, qu achètent-ils? 09/02/2015 1 Introduction L emprunteur immobilier «type» n existe pas, il est

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 1 Echantillonnage 2 But de cette étude www.gamifi.org Cette étude de satisfaction préliminaire a été menée sur les clients

Plus en détail

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT

ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRÈS DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Synthèse de l'institut CSA - N 1101469 Octobre 2011 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ENFANCE - FAMILLES

QUESTIONNAIRE ENFANCE - FAMILLES QUESTIONNAIRE ENFANCE - FAMILLES La nouvelle Communauté de communes du Sud Artois souhaite mieux connaître vos besoins et vos habitudes en matière d accueil et de loisirs pour vos enfants de 0 à 13 ans,

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation

Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO. Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Panorama du Crédit à la Consommation de SOFINCO Les Jeunes & le Crédit à la Consommation Étude de SOFINCO Novembre 2008 Synthèse Avec 14 millions d individus, les 18-34 ans représentent 28% de la population

Plus en détail

Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting Mars 2012

Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting Mars 2012 Observatoire de l opinion des Français sur la microfinance 3ème vague Une enquête Ipsos/Logica Business Consulting 2012 Ipsos. Fiche technique Sondage effectué pour : Convergences 2015 Échantillon : 1006

Plus en détail

"Les Femmes européennes et le crédit"

Les Femmes européennes et le crédit "Les Femmes européennes et le crédit" 7 mars 2005 Introduction A l occasion de la journée de la femme, la Fédération Bancaire Française s est interrogée avec l Ifop, sur la relation que les Femmes européennes

Plus en détail

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives UNIVERSITE HASSAN II JOURNEES D ETUDES Faculté des Sciences Juridiques, 20 Mars 2015 Economiques, et Sociales Casablanca Contribution de la Microfinance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives

Plus en détail

ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT

ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT ETUDE EMPRUNTIS SUR LE CREDIT A l'attention de Mael Rasch et Alain Cornu MARKET AUDIT 78 bd Leclerc Les Paraboles II BP 30515-59059 ROUBAIX cedex 1 Tél : 03 595 695 00 - Fax : 03 595 695 09 E-mail : Contact@Marketaudit.fr

Plus en détail

Les Français ais et à la consommation

Les Français ais et à la consommation Les Français ais et le crédit à la consommation Introduction Crédit Agricole Consumer Finance, acteur majeur du crédit à la consommation en Europe, publie un sondage réalisé par Opinionway sur les Français

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Lucie Bertille MOTUIN IPDSR, UCAD Symposium international de l IPDSR, 18-20 novembre 2009 Dakar, Sénégal

Plus en détail

Etude de marché pour GAMIFI

Etude de marché pour GAMIFI Etude de marché pour GAMIFI 0ctobre- Décembre 2008 Sommaire A. Résumé exécutif B. Cadre méthodologique C. Caractéristiques des microentrepreneurs D. L orientation de la demande de crédit E. Demande de

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

* fermeture le lendemain

* fermeture le lendemain MOIS DE JANVIER 2011 Samedi 1 01h35 08h43 14h09 21h14 Dimanche 2 02h41 09h42 15h15 22h09 Lundi 3 03h38 10h32 16h10 22h56 Mardi 4 04h26 11h15 16h57 23h37 Mercredi 5 05h07 11h54 17h37 *00h14 Jeudi 6 05h45

Plus en détail

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015 Responsabilité sociale et protection des clients Casablanca 16 Septembre 2015 1 Affirmer la mission sociale du secteur. Mission: Mission sociale de la microfinance Combiner création d activités, lutte

Plus en détail

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011

Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Analyse de l Enquête Nationale d Activité des Sophrologues 2010 /2011 Laetitia Heslouis Membre de l ONS, Responsable de l Enquête Directrice de Czazen DU Paris V : Stress & Risques Psychosociaux Certifiée

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Tableau 1 : Répartition des entreprises recensées par année de création. Tableau 2 : Répartition des entreprises recensées par branche d activité

Tableau 1 : Répartition des entreprises recensées par année de création. Tableau 2 : Répartition des entreprises recensées par branche d activité Tableau 1 : Répartition des entreprises recensées par année de création Année de création Effectif Pourcentage Avant 1990 813 2,6 1990-2000 4048 13,2 2001-2003 2238 7,3 2004-2014 22592 73,4 Non déclaré

Plus en détail

Les jeunes en Provence-Alpes-Côte d Azur. et leur implication dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

Les jeunes en Provence-Alpes-Côte d Azur. et leur implication dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Les jeunes en Provence-Alpes-Côte d Azur et leur implication dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Parents ou futurs parents... Satisfaits ou non de votre de mode de garde actuel... Votre avis nous intéresse!

Parents ou futurs parents... Satisfaits ou non de votre de mode de garde actuel... Votre avis nous intéresse! Bonjour, La commune de Saint Berthevin engage une réflexion autour de la création d'un service d'accueil pour les jeunes enfants en associant les entreprises du territoire. Nous vous invitons à compléter

Plus en détail

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL

Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL Questionnaire sur la conciliation famille TRAVAIL BLOC 1 : LA FAMILLE ET LES CHARGES FAMILIALES 1. Avez vous des enfants à votre charge au quotidien?, avec moi en garde à temps plein, en garde partagée,

Plus en détail

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009 ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Sondage de l'institut CSA - N 0900198 Mars 2009 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Groupe Crédit Agricole du Maroc

Groupe Crédit Agricole du Maroc Groupe Crédit Agricole du Maroc Opération de Réhabilitation Financière des Agriculteurs LE CONTEXTE : 1- Hautes Instructions Royales contenues dans la lettre adressée aux participants des 4 èmes assises

Plus en détail

La place en crèche d entreprise :

La place en crèche d entreprise : La place en crèche d entreprise : Comment facilite-t-elle la conciliation vie familiale et vie professionnelle des salariés-parents? Direction Marketing Communication Etudes www.babilou.com Note méthodologique

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Connaissance du dispositif Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Affiche dans un centre d aide sociale Affiche dans une agence bancaire Panneau

Plus en détail

chos Tourisme Métiers d Art en Champagne-Ardenne La filière Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 138 - Janvier 2015

chos Tourisme Métiers d Art en Champagne-Ardenne La filière Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne N 138 - Janvier 2015 N 138 - Janvier 2015 chos Tourisme Bulletin de l Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne La filière Métiers d Art en Champagne-Ardenne Photo : Calligraphie Crédit Photo : Sommaire La filière

Plus en détail

MON JOURNAL HEBDOMADAIRE

MON JOURNAL HEBDOMADAIRE LUNDI DATE : vous avez présentés vous avez exercées MARDI DATE : vous avez présentés vous avez exercées MERCREDI DATE : vous avez présentés vous avez exercées JEUDI DATE : vous avez présentés vous avez

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI RAPPORT JUILLET 2013 Données collectées du 15 au 29 mai 2013 1 SOMMAIRE I.

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE PRET

DOSSIER DE DEMANDE DE PRET DOSSIER DE DEMANDE DE PRET Organisme d où est issue la demande : Nom et coordonnées de la personne de contact : Date de la demande : Objet de la demande : Micro-crédit (P.P. 15.000 ) Fonds d amorçage (P.M.

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE RECENSEMENT DES BESOINS EN MODES DE GARDE POUR LA PETITE ENFANCE COMMUNE DE L ILE-ROUSSE

QUESTIONNAIRE DE RECENSEMENT DES BESOINS EN MODES DE GARDE POUR LA PETITE ENFANCE COMMUNE DE L ILE-ROUSSE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-CORSE MAIRIE DE L ILE-ROUSSE QUESTIONNAIRE DE RECENSEMENT DES BESOINS EN MODES DE GARDE POUR LA PETITE ENFANCE COMMUNE DE L ILE-ROUSSE Dans le cadre de sa politique

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

CAP BANQUE. EPI : Techniques bancaires de base

CAP BANQUE. EPI : Techniques bancaires de base CAP BANQUE EPI : Techniques bancaires de base - Documents autorisés : Néant - Matériel autorisé : «Le matériel autorisé comprend toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne garantie de l Etat... p. 2 prime de construction... p. 4 prime d Epargne... p. 7 complément de prime pour frais d architecte et ingénieur-conseil... p. 8 subvention d intérêt... p. 9 bonification d intérêt...

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013

Centre Communal d Action Sociale. Rapport d activités 2013 Centre Communal d Action Sociale Rapport d activités 2013 L action sociale du C.C.A.S. Les missions Intervention sociale auprès des personnes Accueillir, informer, orienter et accompagner le public présentant

Plus en détail

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises»

«Les aides financières à la création et au développement d entreprises» «Les aides financières à la création et au développement d entreprises» par Dominique DETHY Responsable PME-Service Union des Classes Moyennes 1 Les aides financières à la préparation du projet Les aides

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE SOMMAIRE I. PRÉSENTATION DU PORTEUR DE PROJET. PAGE 3 I.1- Présentation générale I.2- Situation familiale I.3- Scolarité et formation professionnelle II.

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE DEMANDE DE PRÊT D HONNEUR PROJET DE CROISSANCE D ENTREPRISE ENTREPRISE :.. CREATEUR :.. NOTE D INFORMATION PREALABLE A LA REDACTION DU DOSSIER DE CANDIDATURE Vous envisagez

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

Identification des besoins d information des utilisateurs pour le développement des échanges dans la sous région OA. Rapport du SIMA/Niger

Identification des besoins d information des utilisateurs pour le développement des échanges dans la sous région OA. Rapport du SIMA/Niger Identification des besoins d information des utilisateurs pour le développement des échanges dans la sous région OA Rapport du SIMA/Niger mars 2008 1 SOMMAIRE Sommaire... 2 Introduction...3 1 Identification

Plus en détail

Bourses de soutien financier aux études Hiver 2015

Bourses de soutien financier aux études Hiver 2015 Bourses de soutien financier aux études Hiver 2015 La Fondation du Collège Ahuntsic, en collaboration avec Aramark, les Caisses Desjardins, la Librairie Coop Ahuntsic, le Syndicat du personnel de soutien

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Le coût d un crédit. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mars 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES

Le coût d un crédit. www.lesclesdelabanque.com. Nouvelle édition Mars 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES 026 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le coût d un crédit LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Nouvelle édition

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

Enquête Migrations, Famille et Vieillissement, 2010

Enquête Migrations, Famille et Vieillissement, 2010 Enquête Migrations, Famille et Vieillissement, 2010 DOSSIER : Les solidarités intergénérationnelles à La Réunion Sommaire : A. LES AIDES REÇUES : L ENTRAIDE FAMILIALE EST IMPORTANTE SURTOUT POUR LES PLUS

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles

Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Sondage d opinion auprès des Canadiens FONDATION ÉMERGENCE ÉTUDE OMNIBUS PAN CANADIENNE Perception et opinion des Canadiens à l égard des personnes homosexuelles Mai 2007 Dossier : 12717-010 507, place

Plus en détail

p e r s o n n e l solidaire

p e r s o n n e l solidaire Le m i c r o c r é d i t p e r s o n n e l solidaire du Fonds Social Juif Unifié Dossier de demande de prêt Cachet de la structure accompagnante : FSJU Comm - Illustration : Hephez Nom et prénom de l accompagnant(e)

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens

Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens Nous donnons les moyens d entreprendre à ceux qui n ont pas les moyens Le micro-crédit ou la finance autrement : de M. YUNUS à M. N0WAK La naissance du micro-crédit : des pays émergents vers les pays développés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Crédit, rachat de crédit : que pensent les internautes? Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.

DOSSIER DE PRESSE. Crédit, rachat de crédit : que pensent les internautes? Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58. DOSSIER DE PRESSE Crédit, rachat de crédit : que pensent les internautes? Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 Empruntis.com en partenariat avec Market Audit a mené une étude auprès

Plus en détail

Finance durable et microfinance

Finance durable et microfinance Finance durable et microfinance Résultats du sondage fait auprès d investisseurs professionnels de Suisse Romande Janvier 2014 Copyright Symbiotics 2014 1 Table des matières 1. Présentation 3. 2. Messages

Plus en détail

CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX

CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX CARREFOUR HYPERMARCHES SAS ZAE Saint Guénault 1, rue Jean Mermoz B.P. 75 91002 EVRY CEDEX NOM / PRENOM du salarié(e) :. MAGASIN :... *** DOSSIER A RETOURNER A L ADRESSE SUIVANTE : CARREFOUR HYPERMARCHES

Plus en détail

APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires»

APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires» APPEL D'OFFRE «Caution Agro-alimentaires» Société Dénomination Sociale : Forme Juridique : Adresse du siège social : Capital social: euros Répartition du capital (principaux associés et % de participation)

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

La micro finance au Brésil

La micro finance au Brésil Le micro crédit : une politique sociale visant à renforcer les capacités des microentrepreneurs des favelas. Analyse de l'expérience de Viva Cred à Rio de Janeiro Laure Jaunaux La micro finance au Brésil

Plus en détail