l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts"

Transcription

1 L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires l observatoire Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts 01 NOVembre 2013 Ce qu il faut retenir Les filières agroalimentaires subissent le contrecoup d un marché français contraint par un pouvoir d achat morose : la hausse de chiffre d affaires enregistrée par la plupart des filières est le reflet de la hausse des cours des matières premières et ne se traduit pas dans la rentabilité, qui au contraire, est affectée par une pression sur les marges. Néanmoins, les filières Lait et Vins & Spiritueux qui développent leurs activités à l international, et la filière Sucre qui bénéficie de quotas européens et d une forte demande, voient leur chiffre d affaires et leur rentabilité s accroitre. Grâce à des gains de productivité, la plupart des filières parviennent néanmoins à maintenir leur rentabilité d exploitation. Toutefois, la situation de la filière Viandes mérite attention : environ un quart des entreprises sont en perte. La santé financière des filières est globalement correcte (capacité de désendettement < 5 années). Cependant, les disparités sont fortes, y compris au sein d un même métier, et un tiers des entreprises présente un ratio très dégradé (> 10 ans ou CAF négative), interdisant toute possibilité d investissement. Ce constat est à nuancer pour la filière Vins & Spiritueux qui porte des stocks importants, du fait de la montée en gamme des produits. Le chiffre d affaires des Industries Agricoles et Agroalimentaires (IAA) est relativement concentré : les 100 premières entreprises sur un total de réalisent 8 du chiffre d affaires ; un quart du chiffre d affaires est réalisé par des entreprises de la région Grand-Ouest. SOMMAIRE Consolidé IAA Analyse des paramètres financiers Activité Rentabilité Structure Financière Rentabilité des capitaux investis Focus PAR filières Santé Financière Synthèse par métier Chiffres clés Glossaire ANALYSE P. 2 LAIT P. 11 Viandes P. 17 vins P. 23 MÉTHODOLOGIE D ANALYSE L échantillon se compose d entreprises et groupes des Industries Agroalimentaires dont le chiffre d affaires est supérieur à 2 M, hors tabac, boissons non alcoolisées et entreprises exclusivement de négoce. Les données analysées sont issues des bilans. L échantillon totalise 159 Md de chiffre d affaires. Les entreprises contrôlées par une coopérative ou une union de coopératives représentent un tiers de l effectif étudié. Compte tenu de leur organisation spécifique, elles ne font pas l objet d une étude comparative avec les entreprises du secteur privé. Les entreprises ont été segmentées par : taille : - 4 segments selon le chiffre d affaires : 2-10 M (petites) M (moyennes) M (grandes) > 500 M (leaders) filière : - Les Céréales. Collecte et Stockage de céréales, y compris Organismes stockeurs polyvalents, incluant toutes leurs activités d aval, Boulangerie, Pâtisserie. - Les Fruits & Légumes. Frais et Transformés - Le Lait. Fromagers, Produits de Grande Consommation hors fromage (PGC) ; Multi-produits ; Spécialistes. - Le Sucre. Production de sucre, incluant toutes les activités connexes. - Les Viandes. Abattage, Découpe ; Charcuterie-salaisons ; Volailles - Les Vins & Spiritueux. Champagne ; Vins Effervescents ; Vins Tranquilles ; Spiritueux. L Observatoire - 01 L observatoire financier - Novembre 2013

2 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Activité L impact de l international sur les prix et les marchés Pour la seconde année consécutive, le chiffre d affaires des IAA augmente de manière sensible : + 8, En, pour la seconde année consécutive, le chiffre d affaires (CA) des IAA augmente de manière sensible : + 8,. Trois facteurs principaux expliquent ce taux de croissance en valeur : a un niveau élevé des cours des matières premières : céréales, lait, sucre... L augmentation importante du CA Sucre (+ 17,7 %), Lait (+ 10,3 %) et Céréales (+ 9,), traduit le maintien des prix à des niveaux élevés, après la flambée de Par effet de répercussion, elle entraîne la hausse du CA Viandes (+ 5 %). Les filières moins exposées à la volatilité des cours mondiaux enregistrent des évolutions mesurées : Fruits & Légumes (F&L) + 3,9 %, Vins & Spiritueux + 5 %. b une recherche de relais de croissance à l étranger, sur des marchés profitant d une reprise d activité post-crise économique de c une politique de croissance externe menée par quelques leaders, en France ou à l étranger. Les entreprises CA > 500 M, qui réalisent 7 des ventes des IAA, ont une progression plus soutenue (+ 10,3 %) que les entreprises de taille inférieure (+ 3,). Près de 6 de l augmentation du chiffre d affaires IAA sont imputables à seulement 7 entreprises, qui ont pour la plupart réalisé des opérations de croissance externe ou développé des filiales à l étranger. A contrario, les petites entreprises (CA < 10 M ) sont en recul ( 2,7 %), dans toutes les filières à l exception du Lait où les petits fromagers résistent grâce à la bonne valorisation de produits de terroir. La même difficulté se constate dans la catégorie des M de CA dans les secteurs du Lait ( 5,) et des Viandes ( 12,3 %) où la question de la taille critique se pose. Le chiffre d affaires des IAA est relativement concentré : les 100 premières entreprises agroalimentaires réalisent 8 du chiffre d affaires du secteur. Cette tendance est notamment marquée sur les filières Lait et Viande où les 10 premières entreprises représentent respectivement 88 % et 7 du CA. Part de CA des IAA pour les 10 premières entreprises, par filière % du CA 88 % 7 58 % Lait Viandes Céréales Autres 38 % INTERNATIONAL La filière Lait réalise 5 de l augmentation de l activité internationale entre 2011 et La recherche de développement et de relais de croissance En, le chiffre d affaires à l international des IAA a augmenté de 12,3 %. Il représente 3 du chiffre d affaires total. La filière Lait réalise 5 de l augmentation de l activité internationale entre 2011 et. L internationalisation de la filière Lait, tant par croissance interne qu externe, s est accélérée en : à 5, la part du CA hors France dans le CA total progresse de 4,7 points. Les produits laitiers, dont 7 sont à destination de l'union Européenne, ont bénéficié d une demande soutenue et sont tirés par les leaders. respectivement 4 (+ 2,5 points) et 8 (stable). En vins tranquilles les Bordeaux et Bourgognes sont les plus demandés. Globalement, la filière est très exportatrice : les deux-tiers des entreprises ont une activité avec l étranger. La filière Sucre présente un taux d internationalisation très élevé (61 %, + 1,5 point). La filière Viandes a une activité réduite à l exportation (13 %), concentrée sur un petit nombre d opérateurs (10). La filière est en position défensive, face à la concurrence croissante de viandes étrangères - notamment en Volaille (un quart de la consommation). La filière Céréales présente un taux d internationalisation global de 25 %. Toutefois, le négoce de céréales stricto sensu reste fortement exportateur avec plus de 5 de son activité destinée aux marchés étrangers. La fin de l embargot Russe décidé en 2010 pour des raisons climatiques, a entrainé une baisse des volumes de céréales exportées par la France. Malgré ce contexte, certains leaders ont réalisé de bonnes performances commerciales. La filière Vins & Spiritueux a engagé une démarche volontariste : en le chiffre d affaires réalisé hors des frontières s est accru de 8,. En Champagne et Spiritueux, sous l impulsion des leaders, la part à l international atteint Les Fruits & Légumes (F&L) Frais réalisent environ 25 % de leur activité à l international : En F&L Transformés, l essentiel du chiffre d affaires à l étranger repose sur quelques leaders qui réalisent plus de 6 de leur CA hors des frontières. Les leaders réalise 85 % de l activité internationale, pour qui elle représente un débouché de plus en plus essentiel (+ 3,5 points en 2 ans, à 42,5 %). Les Vins et le Lait sont les seules filières où l exportation occupe une place significative et croissante chez les entreprises CA < 500 M : respectivement 3 (+ 2,5 points en 2 ans) et 19 % (+ 1,3 point). 2

3 Agroalimentaire L Observatoire - 01 La filière Céréales réalise 7 de l augmentation du CA France entre 2011 et FRANCE Les effets de la crise sur la consommation En, le chiffre d affaires des IAA en France a augmenté de : l effet-prix compense la morosité d un marché saturé et un pouvoir d achat réduit. La filière Céréales réalise 7 de l augmentation du CA France entre 2011 et. Dans un contexte de forte volatilité et de hausse du prix des matières premières qui ont pu bénéficier à certaines activités, les opérations de croissance externe et de rapprochements conduites par quelques leaders ont également tiré la filière. La filière Lait stagne (+ 0,7 %) en raison notamment d une guerre des prix sur le lait de consommation et les produits frais. Les entreprises de la filière Viandes ont enregistré une augmentation de leur CA (+ ) totalement imputable à la répercution du renchérissement du coût des animaux, alors que les volumes ont baissé. La filière Vins & Spiritueux marque une pause en France : les ventes de Champagne reculent de 3,7 %, les Vins Tranquilles stagnent (+ 0,). La progression des Vins Effervescents (+ 3,5 %) résulte d un report de la demande d autres evolution du chiffre d affaires, France et international produits, soulignant la sensibilité du consommateur aux prix. La progression des Spiritueux (+ 9 %) est liée à une hausse de la demande pour ce type de produits. La filière F&L enregistre une hausse de CA (+ 4,8 % en Frais, + 2,1 % en Transformé) qui reste inférieure à celle des prix à la production (pomme + 15 %, carotte et tomate + 18 %). Ceux-ci traduisent la faiblesse de l offre liée à des causes climatiques (pomme 25 % en volume) et, plus structurellement, la réduction des surfaces. La filière Sucre qui bénéficie de quotas dont la disparition n est pas attendue avant 2017 a connu une progression à deux chiffres (+ 13,), en raison d une récolte 2011 exceptionnelle (+ 15 % environ) conjuguée à des cours du sucre élevés. Les leaders dominent le marché français, avec 65 % des ventes, et ont renforcé leur position en (+ 1 point). Cette tendance est particulièrement marquée en Lait (8) et Viandes (7) notamment en Volaille (88 %, + 5 point) et Abattage (83 %, + ). Les entreprises moyennes (10-50 M ) de ces métiers sont fragilisées par la concurrence d opérateurs de taille supérieure et par les produits importés. Evolution de la part à l international, par taille % International 35,1 % 36,3 % 32,5 % 32,7 % 32,7 % France International CA export / CA 2-10 M M M > 500 M Total ,3 % 21, 20, 37,9 % 32,5 % , 20,3 % 17, 38,8 % 32,7 % ,3 % 20,9 % 17,8 % 39, 32,7 % ,5 % 20,7 % 18, 41,5 % 35,1 % 14,7 % 23, 17,8 % 42, 36,3 % Rentabilité Les gains de productivité limitent l impact de l érosion des marges La rentabilité d exploitation des IAA a peu varié ces 5 dernières années. Le taux de marge brute s est stabilisé à un point bas (30,3 %, 27,5 % hors Spiritueux et Champagne), alors que l érosion est constante depuis 2 ans ( 2,8 points). Elle est subie par la totalité des filières et métiers, à l exception des Spiritueux, Champagne et Fromagers. Cette tendance est marquée en Viandes ( 1 point en, 2,6 points en 2 ans) et Vins Effervescents ( 1,8 point en 2 ans). De surcroit, en cérélaes ( 4 points en 3 ans) le taux de marge brute est structurellement faible en raison du poids de l activité négoce chez un certain nombre d entreprises. Evolution du taux de marge brute, par filière Evolution du taux de marge brute, par taille Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux 38 % % M M M > 500 M 3

4 Agroalimentaire L Observatoire - 01 La détérioration est plus significative chez les grandes entreprises hors Spiritueux et Champagne (27,, 3,6 points), sous la pression de la distribution et des produits importés. La valeur ajoutée globale est restée stable par rapport à Les charges extérieures (dont les principaux postes sont l intérim, énergie et transport) ont été réduites : 78 % de la valeur ajoutée, 5 points en 2 ans. Les charges de personnel sont stabilisées autour de 6 VA depuis 3 ans. Ces gains de productivité ont été effectués dans la plupart des métiers, indépendamment de la taille de l entreprise. Ils permettent une légère reprise de la rentabilité d exploitation. Evolution du taux EBITDA/CA, par filière EBITDA/CA Céréales Fruits & L. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux Total ,9 % 5, 5,3 % 8,9 % 3, 10,7 % 22,8 % 6,5 % ,9 % 5,1 % 7,1 % 10,5 % 3, 8,5 % 24, 6,9 % , 4, 6,1 % 13,7 % 3, 8,5 % 24, 7, ,5 % 3,9 % 6,1 % 14, 2,7 % 9, 25,5 % 6,7 % 3, 4, 6,7 % 16,5 % 2, 9,8 % 26,7 % 6,9 % Evolution du taux EBITDA/CA, par taille EBITDA/CA 2-10 M M M > 500 M Total ,9 % 6, 5, 7, 6,5 % , 4,9 % 4,7 % 7,8 % 6,9 % ,3 % 4, 4,3 % 8, 7, ,7 % 5, 4,5 % 7,3 % 6,7 % 6, 5,5 % 4, 7,7 % 6,9 % Ainsi l EBITDA reste stable, à 6,9 % du CA. Ce ratio masque néanmoins de très fortes disparités : - Les performances élevées des Spiritueux (26,7 %), Champagne (16,7 %) et Sucre (16,5 %). - La détérioration, significative et continue, en Viandes (à 2,, 0,8 points en 2 ans), Céréales (à 3,, 1 point en 2 ans), et F&L (à, 0,4 point en 2 ans). - L inflexion n est vraiment positive qu en Vins & Spiritueux - où les niveaux de rentabilisé d avant-crise ne sont néanmoins pas restaurés - et en Fromages. Ces différences traduisent notamment la capacité des entreprises - selon les filières - à répercuter la volatilité des prix des matières premières à leurs clients, en fonction de la configuration de leurs marchés. - La faiblesse de la rentabilité d exploitation des grandes entreprises dont le CA = M à 4,. Elles sont mises en concurrence entre elles et/ou avec des produits importés. La question de la taille critique se pose clairement pour ce segment. Evolution de la capacité d autofinancement, par filière Evolution de la capacité d autofinancement, par taille 2 18 % % Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux 7 % 5 % 3 % 1 % 2-10 M M M > 500 M Détail et évolution du besoin en fonds de roulement, par filière (exprimé en jours de chiffre d affaires) En jours de CA Céréales Fruits & L. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux Total Stocks / Clients / Fournisseurs / Besoin en fonds de roulement / La capacité d autofinancement souligne également la capacité de certains métiers à créer de la valeur (Spiritueux 17 %, Champagne, 13,3 % ; Sucre 12,7 %) et les difficultés de plusieurs autres (Abattage 1,3 %, céréales 2,7 %). Après un pic à 67 jours en pleine crise (2009), le BFR moyen est stabilisé à 57 jours de CA (idem 2011). Cette évolution est imputable à des stocks moins lourds (67 jours vs 73 jours en 2009) alors que les délais de règlement clients et fournisseurs sont stables (54 et 46 jours). Néanmoins les contraintes de stockage sont propres à chaque métier : 10 jours dans les métiers de l ultra frais, jusqu à 440 jours en Champagne. De même, les usages en terme de règlement sont également à l image du cycle d exploitation : jours dans l ultra-frais, jours pour la plupart des IAA, jusqu à 90 jours (Champagne). 4

5 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Evolution du cash-flow d exploitation, par taille (exprimé en jours de chiffre d affaires) Le cash-flow moyen des entreprises IAA représente 20 jours de CA. Il est faible (< 9 jours de CA) en Céréales, Viandes et F&L Frais - confirmant ainsi la faible rentabilité de ces métiers - et dépasse un mois pour les métiers les plus profitables, Fromage (61 jours), Spiritueux (57 jours), et Sucre (56 jours). Le Champagne est par ailleurs pénalisé en par l augmentation des stocks M M M > 500 M Evolution de la rentabilité des capitaux investis (ROCE), par filière Evolution de la rentabilité des capitaux investis (ROCE), par taille 11 % 1 9 % 8 % 7 % 5 % 3 % % 8 % 7 % 5 % 3 % 1 % Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux 2-10 M M M > 500 M Définition : rentabilité industrielle et commerciale des moyens mis en œuvre. Calcul : ROCE = Résultat opérationnel courant-is / actif immobilisé net + besoin en fonds de roulement. Après une baisse continue de la rentabilité moyenne des capitaux employés (ROCE) des IAA depuis 5 ans dans toutes les filières à l exception des Spiritueux, du Lait et du Sucre, marque une amélioration : 7,3 % vs 6, avec toujours une grande dispersion au sein de chacune des filières. Elle est tirée par les leaders (8,3%, + 1,2 point en 2 ans), tandis que les grandes entreprises voient leur rentabilité des capitaux investis fléchir à 4, ( 0,3 point), confirmant les difficultés de ce segment. Structure Financière Un endettement lourd pour bon nombre d entreprises Globalement, les IAA sont correctement capitalisées, avec un ratio de fonds propres moyen de 4 En les investissements se sont ralentis (+ 4,8 %). Les opérations de croissance externe qui avaient contribué à des taux d investissement de 1 les deux années précédentes - principalement dans le Lait - ont été de moindre ampleur. Elles ont été essentiellement portées par les Spiritueux, le Sucre et les Céréales. Les immobilisations corporelles sont amorties à hauteur de 6 (52 à 6 selon les filières), indépendamment de la taille des entreprises. Globalement, les IAA sont correctement capitalisées, avec un ratio de fonds propres moyen de 4. Elles présentent un endettement raisonnable, à 3 du bilan. Le recours à l endettement est mécaniquement plus important en Spiritueux (3) et Champagne (3), en raison de stocks de vieillissement inhérents à l activité. La capacité de désendettement est plutôt élevée : 5,2 années de CAF ratio ramené à 3,1 années pour les seules dettes à moyen terme. Toutefois, pour les entreprises CA M, le ratio moyen atteint 7,3 années (6,4 à Moyen Terme). Il est dégradé (> 10 ans ou CAF négative) pour 35 % d entre elles, notamment en Viandes (3). Pour cette dernière, les ratios d endettement peuvent paradoxalement rester convenables faute d être en capacité d investir. En tendance, les filières et métiers les plus profitables améliorent depuis 5 ans leur capacité de désendettement (Sucre, Fromager, Spiritueux) alors que d autres voient leur situation se dégrader de façon continue (Céréales, Fruits & Légumes, Viandes, Champagne). 5

6 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Nécessité & capacité à renouveler l outil, par filière 7 65 % 6 55 % 5 Taux d amort. des immo. corporelles 45 % Dettes bancaires et financières brutes/caf en années Nécessité & capacité à renouveler l outil, par taille 7 65 % 6 55 % 5 Taux d amort. des immo. corporelles 45 % Dettes bancaires et financières brutes/caf en années Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux Moyenne IAA 2-10 M M M > 500 M Moyenne IAA Axe vertical : vieillissement de l outil de production, représenté par le taux d amortissement des immobilisations corporelles. Ainsi, plus un point est situé en haut de l axe, plus la question de renouveler l outil se pose. Axe horizontal : durée théorique de remboursement de la dette financière. Ainsi, plus un point est situé à droite sur l axe, plus la capacité à s endetter est réduite. Calcul : total dettes bancaires et financières brutes / capacité d autofinancement. Santé Financière Un profil de risque correct 48 % des entreprises présentent un risque «moyen» Les entreprises IAA présentent le profil de risque crédit suivant : 37 % d entre elles présentent un risque «faible», 48 % d entre elles présentent un risque «moyen», 1 d entre elles présentent un risque «fort», c est-à-dire comportant un risque de défaut dans les 12 mois. Les taux de risque «fort» sont concentrés sur les petites entreprises du secteur Vins, pénalisées par des stocks lourds, Fruits & Légumes et Viandes. Profil de risque, par filière Profil de risque, par taille 11 % 4 45 % 1 48 % 38 % 1 38 % % 39 % 4 19 % 53 % 28 % 18 % 49 % 33 % 1 53 % 33 % % 2 69 % Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins 2-10 M M M > 500 M Fort Moyen Faible Fort Moyen Faible Définition : par catégorie de risque, nombre d entreprises exprimé en %. Présentation : données en histogramme empilé, base

7 Agroalimentaire L Observatoire - 01 SYNTHÈSE PAR FILIÈRE Le profil de «l entreprise moyenne» Agroalimentaire est le suivant : Une évolution du chiffre d affaires de 8, Une valeur ajoutée de 17, Une capacité d autofinancement de 5,1 % Une rentabilité sur capitaux investis de 7,3 % Une dette financière totale correspondant à 5,2 années de CAF Un besoin en fonds de roulement élevé, à 57 jours de CA Les Céréales Les 20 premières entreprises réalisent 7 du CA. En, les ventes des céréales se sont maintenues à un haut niveau, principalement sous l effet de la bonne tenue des cours mondiaux (fin de l embargo russe, demande internationale soutenue). La rentabilité est en repli, à un niveau bas : 3, EBITDA (vs 4, en 2010). Très capitalistique, notamment chez les Coopératives Polyvalentes, cette filière a continué à investir en. La capacité de désendettement s élève à 6,6 années ramenée à 4,3 années pour la seule dette à moyen terme, attestant d un endettement élevé. Les fruits et légumes Les F&L Frais comptent un grand nombre d entreprises, lié à la diversité des produits et des terroirs : les 10 premières entreprises ne réalisent que 3 des ventes. La filière est relativement peu exportatrice. En, le CA Frais a progressé de, et la rentabilité d exploitation est restée stable, avec un EBITDA/CA = 2,5 %. L endettement est important à 5 années de CAF. Les F&L Transformés sont, a contrario, très concentrés : 8 du CA sont réalisés par 5 entreprises. Ces leaders réalisent également l essentiel des exportations, qui représentent environ la moitié de leurs ventes. En, le renchérissement des approvisionnements, conjugué à une baisse de productivité industrielle faute de volumes, ont entamé la rentabilité de la majorité des entreprises. La rentabilité d exploitation globale de la filière (EBITDA/CA = ) est tirée par les marchés hors Europe de quelques opérateurs. Le Lait La filière est concentrée : 5 % des entreprises réalisent 8 des ventes en France et les 3 premières en concentrent 5 Néanmoins, de nombreuses petites et moyennes entreprises conservent une place significative sur des marchés de niche et/ou régionaux. La dynamique de filière est tirée par les leaders, devenus des acteurs mondiaux. Le CA a progressé de 1, bénéficiant d une demande tirée par l international où des opérateurs ont accru leur présence. La moitié du CA est désormais réalisée sur des marchés étrangers, qui contribuent à la rentabilité de la filière et compensent un marché domestique morose. La rentabilité des capitaux investis de la filière Lait figure dans la moyenne des IAA (7,8 %),malgré la pression sur les prix exercée sur les produits dits commodities (poudre standard, beurre ) et les produits frais standard (lait UHT, yaourt ). Très capitalistique, la filière est endettée à hauteur de 3 du bilan en moyenne, avec une capacité de désendettement de 4,1 années de CAF. Cette filière est en cours de restructuration avec des leaders qui constituent des socles aux rapprochements. Le Sucre La filière est très concentrée en France et en Europe, et bénéficie d une organisation de l offre par un mécanisme de quotas, dont la fin est programmée pour Sur les marchés hors Union européenne, la filière est confrontée à la concurrence avec des opérateurs de pays émergents disposant d atouts compétitifs : Brésil, Thaïlande. La rentabilité d exploitation de la filière est l une des meilleures des IAA (EBITDA/CA = 16,5 %), découlant de la bonne tenue des cours mondiaux et européens, du fait d un déficit de production mondiale (notamment au Brésil). La bonne rentabilité de la filière permet une forte amélioration de la capacité de désendettement à moyen terme (Dettes / CAF = 2,7 vs 6,5 en 2008). Les Viandes A l exception de la Découpe, la filière est très concentrée : les 5 premières entreprises réalisent 70 à 85 % du CA, selon les métiers. La filière connait une situation difficile, notamment en Abattage. La pression sur les marges est continue et s est poursuivie. La plupart des entreprises ont subi un effet de ciseau entre, d une part le coût de leurs approvisionnements en augmentation depuis deux ans, et d autre part la difficulté à répercuter ces coûts à la distribution. La rentabilité d exploitation est la plus faible des IAA (EBITDA/ CA = 2,), le cash-flow de 3 jours de chiffre d affaires seulement. Pour la grande majorité des entreprises de l échantillon (CA < 500 M de CA) la capacité de désendettement se dégrade lourdement. Globalement, la filière Viandes connaît une aggravation marquée de sa situation ; néanmoins quelques leaders dégagent un bon niveau de rentabilité. Une restructuration est inévitable. 7

8 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Les Vins & Spiritueux Les Vins (Tranquilles, Effervescents, Champagne) sont assez peu concentrés : les 20 premières entreprises réalisent 7 du CA en Champagne et seulement 45 % en Vins tranquilles. Les Vins ont reconstitué leur rentabilité en augmentant leurs prix unitaires, principalement à l exportation, afin de compenser la baisse des volumes dans un contexte d équilibre du marché mondial. Pour les deux-tiers des entreprises, l activité comporte une ouverture sur l étranger. La filière restaure progressivement sa rentabilité, mise à mal par la crise économique de Le redressement perceptible en est en partie lié à l accroissement des exportations (+ 1,5 point) tirées par les Bordeaux et Champagnes, alors que le marché français connaît une baisse structurelle en volume. Des gains de productivité ont été réalisés, perceptibles dans tous les métiers. La rentabilité d exploitation est bonne (EBITDA/CA = 1) ; elle permet le portage de stocks lourds (235 jours en moyenne) lié au vieillissement des vins qui entraine un endettement élevé (capacité de désendettement de 6 années de CAF). Les Spiritueux profitent du dynamisme de la demande mondiale, notamment en Asie : Leurs ventes augmentent de près de 1, et s accompagnent d une rentabilité d exploitation en progression constante. L EBITDA/CA est 4 fois supérieur à celui de la moyenne des entreprises agroalimentaires. La filière Vins & Spiritueux est un atout incontesté du commerce extérieur. CHIFFRES CLÉS Céréales Fruits & L. Lait Sucre Viandes Vins & spiritueux Total Activité & rentabilité Part à l international 25 % % 13 % 5 3 VA/CA 11, 15,7 % 19,1 % 24,1 % 16,7 % 28, 17, EBITDA/CA 3, 4,1 % 6,7 % 16,5 % 2,8 % 16, 6,9 % CAF/CA 2, 2,9 % 5,1 % 12,7 % 2, 11, 5,1 % ROCE 4,3 % 4,5 % 7,8 % 10, 2, 8, 7,3 % STRUCTURE FINANCIÈRE Actif immobilisé/va 1,9 1,4 1,9 3,2 0,8 3,6 2,3 Taux amort immos corp % 5 59 % Fonds propres/bilan % 38 % Dettes fin totales/caf 6,6 5,8 4,1 3,6 3,0 5,9 5,2 BFR (en j CA) Actif courant/passif courant 1,1 1,2 1,3 1,0 1,1 1,6 1, M M M > 500 M Total Activité & rentabilité Part à l international 15 % 2 18 % 43 % 3 VA/CA 18, 14, 12,8 % 18, 17, EBITDA/CA 6, 5,5 % 4, 7,7 % 6,9 % CAF/CA 4, 3,7 % 3,1 % 5,8 % 5,1 % ROCE 3,3 % 5,7 % 3,8 % 8,3 % 7,3 % 2-10 M M M > 500 M Total STRUCTURE FINANCIÈRE Actif immobilisé/va 1,9 1,5 1,9 2,4 2,3 Taux amort immos corp 61 % 59 % 59 % 59 % 59 % Fonds propres/bilan 4 38 % 38 % 4 4 Dettes fin totales/caf 8,0 6,2 8,0 4,7 5,2 BFR (en j CA) Actif courant/passif courant 1,2 1,2 1,2 1,4 1,3 8

9 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Glossaire Part à l international Calcul. Chiffre d affaires réalisé hors de France / chiffre d affaires. Inclut les exportations depuis la France ainsi que les ventes réalisées par les filiales du groupe établies hors de France. Marge brute Calcul. Chiffre d affaires hors taxes achats de marchandises et matières premières variation des stocks. Valeur ajoutée Calcul : Marge brute charges externes. La valeur ajoutée traduit le supplément de valeur donné par l'entreprise, dans son activité, aux biens et aux services en provenance des tiers. Rentabilité d exploitation (EBITDA) Calcul : Valeur ajoutée Charges de personnel impôts et taxes. L EBITDA est le solde entre les produits d'exploitation et les charges d'exploitation qui ont été consommées pour obtenir ces produits. Il correspond donc au résultat du processus d'exploitation, et diffère du résultat d'exploitation dans la mesure où il ne prend pas en compte les dotations aux amortissements et provisions pour dépréciation d'actif. Besoin en fonds de roulement Calcul : Stocks + clients + autres créances exploitation et hors exploitation Fournisseurs - autres dettes d exploitation et hors exploitation. Le besoin en fonds de roulement (BFR) d'une entreprise est la somme de son BFR d'exploitation et de son BFR hors exploitation. Le BFR d'exploitation représente le solde des emplois et des ressources d'exploitation (soit en simplifiant : stocks + clients - fournisseurs). Il correspond aux ressources mobilisées par l'entreprise pour financer son cycle d'exploitation (ou généré par celui-ci lorsque ce BFR est négatif). Rentabilité des capitaux employés (ROCE) Calcul. Résultat opérationnel courant impôt sur les sociétés /actif immobilisé net + besoin en fonds de roulement. C est le rapport entre l'accroissement de richesse et les capitaux investis, qui évalue si l entreprise est en mesure de créer de la valeur. Il indique la rentabilité comptable des actifs mobilisés. Capacité d autofinancement Calcul. Résultat net +/- dotations récurrentes nettes aux amortissements et provisions immos +/- gains et pertes latents liés aux variations de juste valeur +/- autres produits/charges nets calculés (plus-values, quote-part ). La capacité d'autofinancement après frais financiers et impôts mesure l'ensemble des ressources internes générées par l'entreprise. Sans impact pour la trésorerie. Cash-flow (ou flux net de trésorerie généré par l activité) Calcul. Capacité d autofinancement avant coût de l endettement financier - variation du besoin en fonds de roulement. Ce sont les flux de liquidités générés par l activité, après déduction de toutes les charges réellement décaissées. Le cash-flow constitue un bon indicateur de la solvabilité de l'entreprise. Capacité de désendettement Calcul. Total dettes bancaires et financières brutes / capacité d autofinancement. Durée théorique de remboursement de la dette financière, quelle qu en soit l échéance : elle indique la capacité de remboursement des dettes contractées. L OBSERVATOIRE - 01 L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires - Novembre 2013 Directeur de la publication : François MOURY Rédacteur en chef : Philippe CHAPUIS Rédaction réalisée par : les experts du Pôle Agriculture et Agroalimentaire de Crédit Agricole S.A. Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A., à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification, Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. 9

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010

Performance économique et financière des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque. Septembre 2010 des entreprises du secteur agro-alimentaire du Pays Basque Septembre 2010 INTRODUCTION Au Pays Basque, le secteur agro-alimentaire regroupe une centaine d entreprises industrielles et compte avec l agriculture

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012

AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 AUCHAN et CASINO se paient CARREFOUR en 2012 La grande distribution alimentaire bouge au niveau mondial et en France. Pour les acteurs français, la famille Mulliez et Naouri taillent des croupières à Arnault

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers

Les entreprises en France en 2012 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Les entreprises en France en 212 : dégradation des performances mais consolidation des équilibres financiers Dominique LEFILLIATRE et Lionel RHEIN Direction des Entreprises Observatoire des entreprises

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 31 MARS 2015. 5 mai 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 31 MARS 2015. 5 mai 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE 5 mai 2015 FAITS SAILLANTS La Société a connu un trimestre difficile. Pour le T1 2015, les produits, principalement touchés par des prix défavorables,

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Communiqué de presse S1 2014-2015

Communiqué de presse S1 2014-2015 Communiqué de presse 27 novembre 2014 Huizingen, Belgique Communiqué de presse S1 2014-2015 (Résultats pour le premier semestre clôturé le 30 septembre 2014) Le chiffre d affaires semestriel a connu une

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 Chiffre d affaires de 48,5 Mds, en progression organique de + 4,7 % En France : - Fin du cycle de repositionnement tarifaire des enseignes discount (Géant et Leader Price) - Développement

Plus en détail

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012.

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012. Communiqué de presse Lille, le 29 juin 2012 Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014 Pour le semestre clos au 31 mars 2012. L Entreprise organise une conférence téléphonique

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières

Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières > ÉDITION avril 2015 Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières Résultats 2013 LES ÉTUDES DE Présentation de l'étude 4 Objectifs de l'étude Méthode Échantillon Echantillon

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011

Dossier de presse. SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 19 octobre 2010 Dossier de presse SIAL 2010 : Groupama Assurance-Crédit présente la nouvelle plaquette Défaillances d entreprises 2010-2011 «Les bilans des entreprises gardent les stigmates de la crise»

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

Analyse nancière : quelques ratios

Analyse nancière : quelques ratios Analyse nancière : quelques ratios Eric Vansteenberghe 18 février 2014 Une application aux achats dans le secteur spatial Table des matières 1 Introduction 2 2 La solvabilité de l'entreprise 2 2.1 Ratio

Plus en détail

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration

Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Paris, le 20 février 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats 2014 du groupe ERAMET en amélioration Un renforcement substantiel des gains de productivité et une nette progression des résultats en 2014 par rapport

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Mobile : 15% de part de marché, 3 ans seulement après le lancement

Mobile : 15% de part de marché, 3 ans seulement après le lancement RESULTATS ANNUELS 2014 Paris, le 12 mars 2015 16 millions d abonnés (fixes et mobiles) Mobile : 15% de part de marché, 3 ans seulement après le lancement Chiffre d affaires dépassant pour la première fois

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse

Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Nanterre, le 24 juillet 2015 Faurecia : un premier semestre 2015 en très forte progression ; guidance annuelle révisée à la hausse Chiffre d affaires total en hausse de 12,6% à 10,51 milliards d euros

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France

La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France La méthode des scores, particulièrement de la Banque de France Devant la multiplication des défaillances d entreprises au cours des années 80 et début des années 90, la Banque de France a produit des travaux

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Trois catégories d établissements de crédit 1 sont implantées dans les collectivités d outremer du Pacifique : les banques

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 30 JUIN 2015. 5 août 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 30 JUIN 2015. 5 août 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE 5 août 2015 FAITS SAILLANTS La Société a connu un trimestre difficile. Pour le T2 2015, les produits, ayant subi les répercussions de la volatilité

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

Communiqué de presse FY 2014-2015

Communiqué de presse FY 2014-2015 Communiqué de presse du 29 mai 2015 Huizingen, Belgique Confidentiel jusqu au 29 mai 2015 Communiqué de presse FY 2014-2015 (Résultats pour l exercice clôturé le 31 mars 2015) 1,8 de croissance du chiffre

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Résultats du premier semestre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Résultats du premier semestre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du premier semestre 2014 25 juillet 2014 Croissance du chiffre d affaires de +2,2% [2] au premier semestre et de +2,3% [2] au deuxième trimestre 2014 Marge opérationnelle

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA Sommaire Partie 1 : Analyse des documents de synthèse Cours 1 - Soldes Intermédiaires de Gestion... 3 Cas 1-1 : Marie (SIG sans retraitement)...

Plus en détail