l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l observatoire L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts"

Transcription

1 L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires l observatoire Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts 01 NOVembre 2013 Ce qu il faut retenir Les filières agroalimentaires subissent le contrecoup d un marché français contraint par un pouvoir d achat morose : la hausse de chiffre d affaires enregistrée par la plupart des filières est le reflet de la hausse des cours des matières premières et ne se traduit pas dans la rentabilité, qui au contraire, est affectée par une pression sur les marges. Néanmoins, les filières Lait et Vins & Spiritueux qui développent leurs activités à l international, et la filière Sucre qui bénéficie de quotas européens et d une forte demande, voient leur chiffre d affaires et leur rentabilité s accroitre. Grâce à des gains de productivité, la plupart des filières parviennent néanmoins à maintenir leur rentabilité d exploitation. Toutefois, la situation de la filière Viandes mérite attention : environ un quart des entreprises sont en perte. La santé financière des filières est globalement correcte (capacité de désendettement < 5 années). Cependant, les disparités sont fortes, y compris au sein d un même métier, et un tiers des entreprises présente un ratio très dégradé (> 10 ans ou CAF négative), interdisant toute possibilité d investissement. Ce constat est à nuancer pour la filière Vins & Spiritueux qui porte des stocks importants, du fait de la montée en gamme des produits. Le chiffre d affaires des Industries Agricoles et Agroalimentaires (IAA) est relativement concentré : les 100 premières entreprises sur un total de réalisent 8 du chiffre d affaires ; un quart du chiffre d affaires est réalisé par des entreprises de la région Grand-Ouest. SOMMAIRE Consolidé IAA Analyse des paramètres financiers Activité Rentabilité Structure Financière Rentabilité des capitaux investis Focus PAR filières Santé Financière Synthèse par métier Chiffres clés Glossaire ANALYSE P. 2 LAIT P. 11 Viandes P. 17 vins P. 23 MÉTHODOLOGIE D ANALYSE L échantillon se compose d entreprises et groupes des Industries Agroalimentaires dont le chiffre d affaires est supérieur à 2 M, hors tabac, boissons non alcoolisées et entreprises exclusivement de négoce. Les données analysées sont issues des bilans. L échantillon totalise 159 Md de chiffre d affaires. Les entreprises contrôlées par une coopérative ou une union de coopératives représentent un tiers de l effectif étudié. Compte tenu de leur organisation spécifique, elles ne font pas l objet d une étude comparative avec les entreprises du secteur privé. Les entreprises ont été segmentées par : taille : - 4 segments selon le chiffre d affaires : 2-10 M (petites) M (moyennes) M (grandes) > 500 M (leaders) filière : - Les Céréales. Collecte et Stockage de céréales, y compris Organismes stockeurs polyvalents, incluant toutes leurs activités d aval, Boulangerie, Pâtisserie. - Les Fruits & Légumes. Frais et Transformés - Le Lait. Fromagers, Produits de Grande Consommation hors fromage (PGC) ; Multi-produits ; Spécialistes. - Le Sucre. Production de sucre, incluant toutes les activités connexes. - Les Viandes. Abattage, Découpe ; Charcuterie-salaisons ; Volailles - Les Vins & Spiritueux. Champagne ; Vins Effervescents ; Vins Tranquilles ; Spiritueux. L Observatoire - 01 L observatoire financier - Novembre 2013

2 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Activité L impact de l international sur les prix et les marchés Pour la seconde année consécutive, le chiffre d affaires des IAA augmente de manière sensible : + 8, En, pour la seconde année consécutive, le chiffre d affaires (CA) des IAA augmente de manière sensible : + 8,. Trois facteurs principaux expliquent ce taux de croissance en valeur : a un niveau élevé des cours des matières premières : céréales, lait, sucre... L augmentation importante du CA Sucre (+ 17,7 %), Lait (+ 10,3 %) et Céréales (+ 9,), traduit le maintien des prix à des niveaux élevés, après la flambée de Par effet de répercussion, elle entraîne la hausse du CA Viandes (+ 5 %). Les filières moins exposées à la volatilité des cours mondiaux enregistrent des évolutions mesurées : Fruits & Légumes (F&L) + 3,9 %, Vins & Spiritueux + 5 %. b une recherche de relais de croissance à l étranger, sur des marchés profitant d une reprise d activité post-crise économique de c une politique de croissance externe menée par quelques leaders, en France ou à l étranger. Les entreprises CA > 500 M, qui réalisent 7 des ventes des IAA, ont une progression plus soutenue (+ 10,3 %) que les entreprises de taille inférieure (+ 3,). Près de 6 de l augmentation du chiffre d affaires IAA sont imputables à seulement 7 entreprises, qui ont pour la plupart réalisé des opérations de croissance externe ou développé des filiales à l étranger. A contrario, les petites entreprises (CA < 10 M ) sont en recul ( 2,7 %), dans toutes les filières à l exception du Lait où les petits fromagers résistent grâce à la bonne valorisation de produits de terroir. La même difficulté se constate dans la catégorie des M de CA dans les secteurs du Lait ( 5,) et des Viandes ( 12,3 %) où la question de la taille critique se pose. Le chiffre d affaires des IAA est relativement concentré : les 100 premières entreprises agroalimentaires réalisent 8 du chiffre d affaires du secteur. Cette tendance est notamment marquée sur les filières Lait et Viande où les 10 premières entreprises représentent respectivement 88 % et 7 du CA. Part de CA des IAA pour les 10 premières entreprises, par filière % du CA 88 % 7 58 % Lait Viandes Céréales Autres 38 % INTERNATIONAL La filière Lait réalise 5 de l augmentation de l activité internationale entre 2011 et La recherche de développement et de relais de croissance En, le chiffre d affaires à l international des IAA a augmenté de 12,3 %. Il représente 3 du chiffre d affaires total. La filière Lait réalise 5 de l augmentation de l activité internationale entre 2011 et. L internationalisation de la filière Lait, tant par croissance interne qu externe, s est accélérée en : à 5, la part du CA hors France dans le CA total progresse de 4,7 points. Les produits laitiers, dont 7 sont à destination de l'union Européenne, ont bénéficié d une demande soutenue et sont tirés par les leaders. respectivement 4 (+ 2,5 points) et 8 (stable). En vins tranquilles les Bordeaux et Bourgognes sont les plus demandés. Globalement, la filière est très exportatrice : les deux-tiers des entreprises ont une activité avec l étranger. La filière Sucre présente un taux d internationalisation très élevé (61 %, + 1,5 point). La filière Viandes a une activité réduite à l exportation (13 %), concentrée sur un petit nombre d opérateurs (10). La filière est en position défensive, face à la concurrence croissante de viandes étrangères - notamment en Volaille (un quart de la consommation). La filière Céréales présente un taux d internationalisation global de 25 %. Toutefois, le négoce de céréales stricto sensu reste fortement exportateur avec plus de 5 de son activité destinée aux marchés étrangers. La fin de l embargot Russe décidé en 2010 pour des raisons climatiques, a entrainé une baisse des volumes de céréales exportées par la France. Malgré ce contexte, certains leaders ont réalisé de bonnes performances commerciales. La filière Vins & Spiritueux a engagé une démarche volontariste : en le chiffre d affaires réalisé hors des frontières s est accru de 8,. En Champagne et Spiritueux, sous l impulsion des leaders, la part à l international atteint Les Fruits & Légumes (F&L) Frais réalisent environ 25 % de leur activité à l international : En F&L Transformés, l essentiel du chiffre d affaires à l étranger repose sur quelques leaders qui réalisent plus de 6 de leur CA hors des frontières. Les leaders réalise 85 % de l activité internationale, pour qui elle représente un débouché de plus en plus essentiel (+ 3,5 points en 2 ans, à 42,5 %). Les Vins et le Lait sont les seules filières où l exportation occupe une place significative et croissante chez les entreprises CA < 500 M : respectivement 3 (+ 2,5 points en 2 ans) et 19 % (+ 1,3 point). 2

3 Agroalimentaire L Observatoire - 01 La filière Céréales réalise 7 de l augmentation du CA France entre 2011 et FRANCE Les effets de la crise sur la consommation En, le chiffre d affaires des IAA en France a augmenté de : l effet-prix compense la morosité d un marché saturé et un pouvoir d achat réduit. La filière Céréales réalise 7 de l augmentation du CA France entre 2011 et. Dans un contexte de forte volatilité et de hausse du prix des matières premières qui ont pu bénéficier à certaines activités, les opérations de croissance externe et de rapprochements conduites par quelques leaders ont également tiré la filière. La filière Lait stagne (+ 0,7 %) en raison notamment d une guerre des prix sur le lait de consommation et les produits frais. Les entreprises de la filière Viandes ont enregistré une augmentation de leur CA (+ ) totalement imputable à la répercution du renchérissement du coût des animaux, alors que les volumes ont baissé. La filière Vins & Spiritueux marque une pause en France : les ventes de Champagne reculent de 3,7 %, les Vins Tranquilles stagnent (+ 0,). La progression des Vins Effervescents (+ 3,5 %) résulte d un report de la demande d autres evolution du chiffre d affaires, France et international produits, soulignant la sensibilité du consommateur aux prix. La progression des Spiritueux (+ 9 %) est liée à une hausse de la demande pour ce type de produits. La filière F&L enregistre une hausse de CA (+ 4,8 % en Frais, + 2,1 % en Transformé) qui reste inférieure à celle des prix à la production (pomme + 15 %, carotte et tomate + 18 %). Ceux-ci traduisent la faiblesse de l offre liée à des causes climatiques (pomme 25 % en volume) et, plus structurellement, la réduction des surfaces. La filière Sucre qui bénéficie de quotas dont la disparition n est pas attendue avant 2017 a connu une progression à deux chiffres (+ 13,), en raison d une récolte 2011 exceptionnelle (+ 15 % environ) conjuguée à des cours du sucre élevés. Les leaders dominent le marché français, avec 65 % des ventes, et ont renforcé leur position en (+ 1 point). Cette tendance est particulièrement marquée en Lait (8) et Viandes (7) notamment en Volaille (88 %, + 5 point) et Abattage (83 %, + ). Les entreprises moyennes (10-50 M ) de ces métiers sont fragilisées par la concurrence d opérateurs de taille supérieure et par les produits importés. Evolution de la part à l international, par taille % International 35,1 % 36,3 % 32,5 % 32,7 % 32,7 % France International CA export / CA 2-10 M M M > 500 M Total ,3 % 21, 20, 37,9 % 32,5 % , 20,3 % 17, 38,8 % 32,7 % ,3 % 20,9 % 17,8 % 39, 32,7 % ,5 % 20,7 % 18, 41,5 % 35,1 % 14,7 % 23, 17,8 % 42, 36,3 % Rentabilité Les gains de productivité limitent l impact de l érosion des marges La rentabilité d exploitation des IAA a peu varié ces 5 dernières années. Le taux de marge brute s est stabilisé à un point bas (30,3 %, 27,5 % hors Spiritueux et Champagne), alors que l érosion est constante depuis 2 ans ( 2,8 points). Elle est subie par la totalité des filières et métiers, à l exception des Spiritueux, Champagne et Fromagers. Cette tendance est marquée en Viandes ( 1 point en, 2,6 points en 2 ans) et Vins Effervescents ( 1,8 point en 2 ans). De surcroit, en cérélaes ( 4 points en 3 ans) le taux de marge brute est structurellement faible en raison du poids de l activité négoce chez un certain nombre d entreprises. Evolution du taux de marge brute, par filière Evolution du taux de marge brute, par taille Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux 38 % % M M M > 500 M 3

4 Agroalimentaire L Observatoire - 01 La détérioration est plus significative chez les grandes entreprises hors Spiritueux et Champagne (27,, 3,6 points), sous la pression de la distribution et des produits importés. La valeur ajoutée globale est restée stable par rapport à Les charges extérieures (dont les principaux postes sont l intérim, énergie et transport) ont été réduites : 78 % de la valeur ajoutée, 5 points en 2 ans. Les charges de personnel sont stabilisées autour de 6 VA depuis 3 ans. Ces gains de productivité ont été effectués dans la plupart des métiers, indépendamment de la taille de l entreprise. Ils permettent une légère reprise de la rentabilité d exploitation. Evolution du taux EBITDA/CA, par filière EBITDA/CA Céréales Fruits & L. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux Total ,9 % 5, 5,3 % 8,9 % 3, 10,7 % 22,8 % 6,5 % ,9 % 5,1 % 7,1 % 10,5 % 3, 8,5 % 24, 6,9 % , 4, 6,1 % 13,7 % 3, 8,5 % 24, 7, ,5 % 3,9 % 6,1 % 14, 2,7 % 9, 25,5 % 6,7 % 3, 4, 6,7 % 16,5 % 2, 9,8 % 26,7 % 6,9 % Evolution du taux EBITDA/CA, par taille EBITDA/CA 2-10 M M M > 500 M Total ,9 % 6, 5, 7, 6,5 % , 4,9 % 4,7 % 7,8 % 6,9 % ,3 % 4, 4,3 % 8, 7, ,7 % 5, 4,5 % 7,3 % 6,7 % 6, 5,5 % 4, 7,7 % 6,9 % Ainsi l EBITDA reste stable, à 6,9 % du CA. Ce ratio masque néanmoins de très fortes disparités : - Les performances élevées des Spiritueux (26,7 %), Champagne (16,7 %) et Sucre (16,5 %). - La détérioration, significative et continue, en Viandes (à 2,, 0,8 points en 2 ans), Céréales (à 3,, 1 point en 2 ans), et F&L (à, 0,4 point en 2 ans). - L inflexion n est vraiment positive qu en Vins & Spiritueux - où les niveaux de rentabilisé d avant-crise ne sont néanmoins pas restaurés - et en Fromages. Ces différences traduisent notamment la capacité des entreprises - selon les filières - à répercuter la volatilité des prix des matières premières à leurs clients, en fonction de la configuration de leurs marchés. - La faiblesse de la rentabilité d exploitation des grandes entreprises dont le CA = M à 4,. Elles sont mises en concurrence entre elles et/ou avec des produits importés. La question de la taille critique se pose clairement pour ce segment. Evolution de la capacité d autofinancement, par filière Evolution de la capacité d autofinancement, par taille 2 18 % % Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux 7 % 5 % 3 % 1 % 2-10 M M M > 500 M Détail et évolution du besoin en fonds de roulement, par filière (exprimé en jours de chiffre d affaires) En jours de CA Céréales Fruits & L. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux Total Stocks / Clients / Fournisseurs / Besoin en fonds de roulement / La capacité d autofinancement souligne également la capacité de certains métiers à créer de la valeur (Spiritueux 17 %, Champagne, 13,3 % ; Sucre 12,7 %) et les difficultés de plusieurs autres (Abattage 1,3 %, céréales 2,7 %). Après un pic à 67 jours en pleine crise (2009), le BFR moyen est stabilisé à 57 jours de CA (idem 2011). Cette évolution est imputable à des stocks moins lourds (67 jours vs 73 jours en 2009) alors que les délais de règlement clients et fournisseurs sont stables (54 et 46 jours). Néanmoins les contraintes de stockage sont propres à chaque métier : 10 jours dans les métiers de l ultra frais, jusqu à 440 jours en Champagne. De même, les usages en terme de règlement sont également à l image du cycle d exploitation : jours dans l ultra-frais, jours pour la plupart des IAA, jusqu à 90 jours (Champagne). 4

5 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Evolution du cash-flow d exploitation, par taille (exprimé en jours de chiffre d affaires) Le cash-flow moyen des entreprises IAA représente 20 jours de CA. Il est faible (< 9 jours de CA) en Céréales, Viandes et F&L Frais - confirmant ainsi la faible rentabilité de ces métiers - et dépasse un mois pour les métiers les plus profitables, Fromage (61 jours), Spiritueux (57 jours), et Sucre (56 jours). Le Champagne est par ailleurs pénalisé en par l augmentation des stocks M M M > 500 M Evolution de la rentabilité des capitaux investis (ROCE), par filière Evolution de la rentabilité des capitaux investis (ROCE), par taille 11 % 1 9 % 8 % 7 % 5 % 3 % % 8 % 7 % 5 % 3 % 1 % Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux 2-10 M M M > 500 M Définition : rentabilité industrielle et commerciale des moyens mis en œuvre. Calcul : ROCE = Résultat opérationnel courant-is / actif immobilisé net + besoin en fonds de roulement. Après une baisse continue de la rentabilité moyenne des capitaux employés (ROCE) des IAA depuis 5 ans dans toutes les filières à l exception des Spiritueux, du Lait et du Sucre, marque une amélioration : 7,3 % vs 6, avec toujours une grande dispersion au sein de chacune des filières. Elle est tirée par les leaders (8,3%, + 1,2 point en 2 ans), tandis que les grandes entreprises voient leur rentabilité des capitaux investis fléchir à 4, ( 0,3 point), confirmant les difficultés de ce segment. Structure Financière Un endettement lourd pour bon nombre d entreprises Globalement, les IAA sont correctement capitalisées, avec un ratio de fonds propres moyen de 4 En les investissements se sont ralentis (+ 4,8 %). Les opérations de croissance externe qui avaient contribué à des taux d investissement de 1 les deux années précédentes - principalement dans le Lait - ont été de moindre ampleur. Elles ont été essentiellement portées par les Spiritueux, le Sucre et les Céréales. Les immobilisations corporelles sont amorties à hauteur de 6 (52 à 6 selon les filières), indépendamment de la taille des entreprises. Globalement, les IAA sont correctement capitalisées, avec un ratio de fonds propres moyen de 4. Elles présentent un endettement raisonnable, à 3 du bilan. Le recours à l endettement est mécaniquement plus important en Spiritueux (3) et Champagne (3), en raison de stocks de vieillissement inhérents à l activité. La capacité de désendettement est plutôt élevée : 5,2 années de CAF ratio ramené à 3,1 années pour les seules dettes à moyen terme. Toutefois, pour les entreprises CA M, le ratio moyen atteint 7,3 années (6,4 à Moyen Terme). Il est dégradé (> 10 ans ou CAF négative) pour 35 % d entre elles, notamment en Viandes (3). Pour cette dernière, les ratios d endettement peuvent paradoxalement rester convenables faute d être en capacité d investir. En tendance, les filières et métiers les plus profitables améliorent depuis 5 ans leur capacité de désendettement (Sucre, Fromager, Spiritueux) alors que d autres voient leur situation se dégrader de façon continue (Céréales, Fruits & Légumes, Viandes, Champagne). 5

6 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Nécessité & capacité à renouveler l outil, par filière 7 65 % 6 55 % 5 Taux d amort. des immo. corporelles 45 % Dettes bancaires et financières brutes/caf en années Nécessité & capacité à renouveler l outil, par taille 7 65 % 6 55 % 5 Taux d amort. des immo. corporelles 45 % Dettes bancaires et financières brutes/caf en années Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins Spiritueux Moyenne IAA 2-10 M M M > 500 M Moyenne IAA Axe vertical : vieillissement de l outil de production, représenté par le taux d amortissement des immobilisations corporelles. Ainsi, plus un point est situé en haut de l axe, plus la question de renouveler l outil se pose. Axe horizontal : durée théorique de remboursement de la dette financière. Ainsi, plus un point est situé à droite sur l axe, plus la capacité à s endetter est réduite. Calcul : total dettes bancaires et financières brutes / capacité d autofinancement. Santé Financière Un profil de risque correct 48 % des entreprises présentent un risque «moyen» Les entreprises IAA présentent le profil de risque crédit suivant : 37 % d entre elles présentent un risque «faible», 48 % d entre elles présentent un risque «moyen», 1 d entre elles présentent un risque «fort», c est-à-dire comportant un risque de défaut dans les 12 mois. Les taux de risque «fort» sont concentrés sur les petites entreprises du secteur Vins, pénalisées par des stocks lourds, Fruits & Légumes et Viandes. Profil de risque, par filière Profil de risque, par taille 11 % 4 45 % 1 48 % 38 % 1 38 % % 39 % 4 19 % 53 % 28 % 18 % 49 % 33 % 1 53 % 33 % % 2 69 % Céréales Fruits & Lég. Lait Sucre Viandes Vins 2-10 M M M > 500 M Fort Moyen Faible Fort Moyen Faible Définition : par catégorie de risque, nombre d entreprises exprimé en %. Présentation : données en histogramme empilé, base

7 Agroalimentaire L Observatoire - 01 SYNTHÈSE PAR FILIÈRE Le profil de «l entreprise moyenne» Agroalimentaire est le suivant : Une évolution du chiffre d affaires de 8, Une valeur ajoutée de 17, Une capacité d autofinancement de 5,1 % Une rentabilité sur capitaux investis de 7,3 % Une dette financière totale correspondant à 5,2 années de CAF Un besoin en fonds de roulement élevé, à 57 jours de CA Les Céréales Les 20 premières entreprises réalisent 7 du CA. En, les ventes des céréales se sont maintenues à un haut niveau, principalement sous l effet de la bonne tenue des cours mondiaux (fin de l embargo russe, demande internationale soutenue). La rentabilité est en repli, à un niveau bas : 3, EBITDA (vs 4, en 2010). Très capitalistique, notamment chez les Coopératives Polyvalentes, cette filière a continué à investir en. La capacité de désendettement s élève à 6,6 années ramenée à 4,3 années pour la seule dette à moyen terme, attestant d un endettement élevé. Les fruits et légumes Les F&L Frais comptent un grand nombre d entreprises, lié à la diversité des produits et des terroirs : les 10 premières entreprises ne réalisent que 3 des ventes. La filière est relativement peu exportatrice. En, le CA Frais a progressé de, et la rentabilité d exploitation est restée stable, avec un EBITDA/CA = 2,5 %. L endettement est important à 5 années de CAF. Les F&L Transformés sont, a contrario, très concentrés : 8 du CA sont réalisés par 5 entreprises. Ces leaders réalisent également l essentiel des exportations, qui représentent environ la moitié de leurs ventes. En, le renchérissement des approvisionnements, conjugué à une baisse de productivité industrielle faute de volumes, ont entamé la rentabilité de la majorité des entreprises. La rentabilité d exploitation globale de la filière (EBITDA/CA = ) est tirée par les marchés hors Europe de quelques opérateurs. Le Lait La filière est concentrée : 5 % des entreprises réalisent 8 des ventes en France et les 3 premières en concentrent 5 Néanmoins, de nombreuses petites et moyennes entreprises conservent une place significative sur des marchés de niche et/ou régionaux. La dynamique de filière est tirée par les leaders, devenus des acteurs mondiaux. Le CA a progressé de 1, bénéficiant d une demande tirée par l international où des opérateurs ont accru leur présence. La moitié du CA est désormais réalisée sur des marchés étrangers, qui contribuent à la rentabilité de la filière et compensent un marché domestique morose. La rentabilité des capitaux investis de la filière Lait figure dans la moyenne des IAA (7,8 %),malgré la pression sur les prix exercée sur les produits dits commodities (poudre standard, beurre ) et les produits frais standard (lait UHT, yaourt ). Très capitalistique, la filière est endettée à hauteur de 3 du bilan en moyenne, avec une capacité de désendettement de 4,1 années de CAF. Cette filière est en cours de restructuration avec des leaders qui constituent des socles aux rapprochements. Le Sucre La filière est très concentrée en France et en Europe, et bénéficie d une organisation de l offre par un mécanisme de quotas, dont la fin est programmée pour Sur les marchés hors Union européenne, la filière est confrontée à la concurrence avec des opérateurs de pays émergents disposant d atouts compétitifs : Brésil, Thaïlande. La rentabilité d exploitation de la filière est l une des meilleures des IAA (EBITDA/CA = 16,5 %), découlant de la bonne tenue des cours mondiaux et européens, du fait d un déficit de production mondiale (notamment au Brésil). La bonne rentabilité de la filière permet une forte amélioration de la capacité de désendettement à moyen terme (Dettes / CAF = 2,7 vs 6,5 en 2008). Les Viandes A l exception de la Découpe, la filière est très concentrée : les 5 premières entreprises réalisent 70 à 85 % du CA, selon les métiers. La filière connait une situation difficile, notamment en Abattage. La pression sur les marges est continue et s est poursuivie. La plupart des entreprises ont subi un effet de ciseau entre, d une part le coût de leurs approvisionnements en augmentation depuis deux ans, et d autre part la difficulté à répercuter ces coûts à la distribution. La rentabilité d exploitation est la plus faible des IAA (EBITDA/ CA = 2,), le cash-flow de 3 jours de chiffre d affaires seulement. Pour la grande majorité des entreprises de l échantillon (CA < 500 M de CA) la capacité de désendettement se dégrade lourdement. Globalement, la filière Viandes connaît une aggravation marquée de sa situation ; néanmoins quelques leaders dégagent un bon niveau de rentabilité. Une restructuration est inévitable. 7

8 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Les Vins & Spiritueux Les Vins (Tranquilles, Effervescents, Champagne) sont assez peu concentrés : les 20 premières entreprises réalisent 7 du CA en Champagne et seulement 45 % en Vins tranquilles. Les Vins ont reconstitué leur rentabilité en augmentant leurs prix unitaires, principalement à l exportation, afin de compenser la baisse des volumes dans un contexte d équilibre du marché mondial. Pour les deux-tiers des entreprises, l activité comporte une ouverture sur l étranger. La filière restaure progressivement sa rentabilité, mise à mal par la crise économique de Le redressement perceptible en est en partie lié à l accroissement des exportations (+ 1,5 point) tirées par les Bordeaux et Champagnes, alors que le marché français connaît une baisse structurelle en volume. Des gains de productivité ont été réalisés, perceptibles dans tous les métiers. La rentabilité d exploitation est bonne (EBITDA/CA = 1) ; elle permet le portage de stocks lourds (235 jours en moyenne) lié au vieillissement des vins qui entraine un endettement élevé (capacité de désendettement de 6 années de CAF). Les Spiritueux profitent du dynamisme de la demande mondiale, notamment en Asie : Leurs ventes augmentent de près de 1, et s accompagnent d une rentabilité d exploitation en progression constante. L EBITDA/CA est 4 fois supérieur à celui de la moyenne des entreprises agroalimentaires. La filière Vins & Spiritueux est un atout incontesté du commerce extérieur. CHIFFRES CLÉS Céréales Fruits & L. Lait Sucre Viandes Vins & spiritueux Total Activité & rentabilité Part à l international 25 % % 13 % 5 3 VA/CA 11, 15,7 % 19,1 % 24,1 % 16,7 % 28, 17, EBITDA/CA 3, 4,1 % 6,7 % 16,5 % 2,8 % 16, 6,9 % CAF/CA 2, 2,9 % 5,1 % 12,7 % 2, 11, 5,1 % ROCE 4,3 % 4,5 % 7,8 % 10, 2, 8, 7,3 % STRUCTURE FINANCIÈRE Actif immobilisé/va 1,9 1,4 1,9 3,2 0,8 3,6 2,3 Taux amort immos corp % 5 59 % Fonds propres/bilan % 38 % Dettes fin totales/caf 6,6 5,8 4,1 3,6 3,0 5,9 5,2 BFR (en j CA) Actif courant/passif courant 1,1 1,2 1,3 1,0 1,1 1,6 1, M M M > 500 M Total Activité & rentabilité Part à l international 15 % 2 18 % 43 % 3 VA/CA 18, 14, 12,8 % 18, 17, EBITDA/CA 6, 5,5 % 4, 7,7 % 6,9 % CAF/CA 4, 3,7 % 3,1 % 5,8 % 5,1 % ROCE 3,3 % 5,7 % 3,8 % 8,3 % 7,3 % 2-10 M M M > 500 M Total STRUCTURE FINANCIÈRE Actif immobilisé/va 1,9 1,5 1,9 2,4 2,3 Taux amort immos corp 61 % 59 % 59 % 59 % 59 % Fonds propres/bilan 4 38 % 38 % 4 4 Dettes fin totales/caf 8,0 6,2 8,0 4,7 5,2 BFR (en j CA) Actif courant/passif courant 1,2 1,2 1,2 1,4 1,3 8

9 Agroalimentaire L Observatoire - 01 Glossaire Part à l international Calcul. Chiffre d affaires réalisé hors de France / chiffre d affaires. Inclut les exportations depuis la France ainsi que les ventes réalisées par les filiales du groupe établies hors de France. Marge brute Calcul. Chiffre d affaires hors taxes achats de marchandises et matières premières variation des stocks. Valeur ajoutée Calcul : Marge brute charges externes. La valeur ajoutée traduit le supplément de valeur donné par l'entreprise, dans son activité, aux biens et aux services en provenance des tiers. Rentabilité d exploitation (EBITDA) Calcul : Valeur ajoutée Charges de personnel impôts et taxes. L EBITDA est le solde entre les produits d'exploitation et les charges d'exploitation qui ont été consommées pour obtenir ces produits. Il correspond donc au résultat du processus d'exploitation, et diffère du résultat d'exploitation dans la mesure où il ne prend pas en compte les dotations aux amortissements et provisions pour dépréciation d'actif. Besoin en fonds de roulement Calcul : Stocks + clients + autres créances exploitation et hors exploitation Fournisseurs - autres dettes d exploitation et hors exploitation. Le besoin en fonds de roulement (BFR) d'une entreprise est la somme de son BFR d'exploitation et de son BFR hors exploitation. Le BFR d'exploitation représente le solde des emplois et des ressources d'exploitation (soit en simplifiant : stocks + clients - fournisseurs). Il correspond aux ressources mobilisées par l'entreprise pour financer son cycle d'exploitation (ou généré par celui-ci lorsque ce BFR est négatif). Rentabilité des capitaux employés (ROCE) Calcul. Résultat opérationnel courant impôt sur les sociétés /actif immobilisé net + besoin en fonds de roulement. C est le rapport entre l'accroissement de richesse et les capitaux investis, qui évalue si l entreprise est en mesure de créer de la valeur. Il indique la rentabilité comptable des actifs mobilisés. Capacité d autofinancement Calcul. Résultat net +/- dotations récurrentes nettes aux amortissements et provisions immos +/- gains et pertes latents liés aux variations de juste valeur +/- autres produits/charges nets calculés (plus-values, quote-part ). La capacité d'autofinancement après frais financiers et impôts mesure l'ensemble des ressources internes générées par l'entreprise. Sans impact pour la trésorerie. Cash-flow (ou flux net de trésorerie généré par l activité) Calcul. Capacité d autofinancement avant coût de l endettement financier - variation du besoin en fonds de roulement. Ce sont les flux de liquidités générés par l activité, après déduction de toutes les charges réellement décaissées. Le cash-flow constitue un bon indicateur de la solvabilité de l'entreprise. Capacité de désendettement Calcul. Total dettes bancaires et financières brutes / capacité d autofinancement. Durée théorique de remboursement de la dette financière, quelle qu en soit l échéance : elle indique la capacité de remboursement des dettes contractées. L OBSERVATOIRE - 01 L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires - Novembre 2013 Directeur de la publication : François MOURY Rédacteur en chef : Philippe CHAPUIS Rédaction réalisée par : les experts du Pôle Agriculture et Agroalimentaire de Crédit Agricole S.A. Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A., à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeurs extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification, Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. 9

L OBSERVATOIRE LA FILIÈRE LAIT

L OBSERVATOIRE LA FILIÈRE LAIT L Observatoire financier des Entreprises Agroalimentaires L OBSERVATOIRE Agriculture et Agroalimentaire, une affaire d experts 05 NOVEMBRE 2015 L Observatoire financier des entreprises agroalimentaires

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PAYS DE LOIRE AOÛT 9 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Pays de la Loire Tendances régionales Août 9 Page 1 sur 8 Vue d

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes

ENTREPRISES. Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Finances des entreprises martiniquaises Qui s enrichit paye ses dettes Après la mauvaise passe du début des années 90, la situation financière des entreprises de la Martinique s est améliorée, mais pas

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS ÉNONCÉS PROSPECTIFS Certaines déclarations comprises dans cette présentation peuvent

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012 Numéro 1 / 14 novembre 2012 Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges Contributeurs : Julie Blanchot, Philippe Boyer Les travaux de l observatoire de la

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013

LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE. Résultats 2012/2013. Novembre 2013 LES DISPOSITIFS MEDICAUX DE L HOPITAL AU DOMICILE Résultats 2012/2013 Novembre 2013 1 Résultats annuels 2012/2013 Profil Les faits marquants 2012/13 Des résultats en fort redressement Une nouvelle dynamique

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE PONTON Fanny Blossier Analyste Financier 16 rue Victor Hugo BP 54000 Nancy Tél : 06 65 66 87 42 E-mail : fanny.blossier@pretup.fr 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE Fiche

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013

EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS RCS PARIS 383 699 048 EXPOSE SOMMAIRE DE L ACTIVITE 2013 Mesdames, Messieurs les Actionnaires,

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21

Sommaire. Introduction 3. Aller toujours plus loin 21 Vos ratios en poche Sommaire Introduction 3 Les bases pour comprendre les ratios 4 Les ratios de rentabilité 8 Les ratios de valeur ajoutée 11 Les ratios de liquidité 14 Les ratios de solvabilité 17 Aller

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA

GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA GROUPE ZWAHLEN & MAYR SA RAPPORT SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2005 A nos actionnaires et partenaires financiers (chiffres clés en milliers de CHF) INTRODUCTION Malgré les difficultés conjoncturelles principalement

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas!

Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Apériodique n 13/24 19 mars 2013 Endettement des sociétés non financières françaises : ne nous alarmons pas! Le taux d endettement des sociétés non financières (SNF), défini comme l endettement rapporté

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS. 30 mars 2015

RESULTATS ANNUELS. 30 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 30 mars 2015 1 Sommaire Chiffres clés et faits marquants Résultats financiers 2014 Prévisions de marchés et perspectives du groupe 2 Chiffres Clés 2014 M 2014 2013 Chiffre d Affaires

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Enquête industrie Agroalimentaire

Enquête industrie Agroalimentaire [Texte] Enquête industrie Agroalimentaire La CCI de la Vendée a mené, courant 2013, une enquête auprès des entreprises industrielles vendéennes afin d analyser la structuration et l organisation de ces

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014

NOTE DE CONJONCTURE. Suivez l activité. des entreprises de Rhône-Alpes UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE. 1 er trimestre 2014 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE 1 er trimestre UN NOUVEAU RECUL DE L ACTIVITE Après un relatif maintien fin, l ensemble des indicateurs économiques reculent en ce début

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement

Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Chapitre 17 Les soldes intermédiaires de gestion et la capacité d'autofinancement Introduction L'objectif de ce chapitre est de faire comprendre aux élèves qu'une analyse pertinente du compte de résultat

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission AGENCE DE PAPEETE Janvier 2007 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 10 000 000 - SIRET 78 430 111 100 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598 Paris cedex 12 Tél. : 33+1

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 31 MARS 2015. 5 mai 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE TRIMESTRE CLOS LE 31 MARS 2015. 5 mai 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS POUR LE 5 mai 2015 FAITS SAILLANTS La Société a connu un trimestre difficile. Pour le T1 2015, les produits, principalement touchés par des prix défavorables,

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange

Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros. Signature d un contrat d itinérance 2G / 3G avec Orange RESULTATS ANNUELS 2010 Paris, le 9 mars 2011 Chiffre d affaires à plus de 2 milliards d euros Marge d EBITDA Groupe à plus de 39% Hausse de 78% du résultat net record à 313 millions d euros Signature d

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012.

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012. Communiqué de presse Lille, le 29 juin 2012 Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014 Pour le semestre clos au 31 mars 2012. L Entreprise organise une conférence téléphonique

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

La diversité des modes d organisation des enseignes

La diversité des modes d organisation des enseignes Numéro 4 / février 2014 L évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012 Contributeurs : Philippe Boyer, Amandine Hourt Les travaux de l observatoire

Plus en détail

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION

COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION CENTRE LORRAIN DE GESTION Des Métiers et Professions Indépendantes COMPRENDRE SON DOSSIER DE GESTION Siège : 1, Avenue Foch 57000 METZ Tel : 03.87.74.20.51 - Fax : 03.87.36.52.73 * Site Internet : www.cglor.fr

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE LA PERIODE Le 1 er semestre de la société a été l occasion d un changement de direction de la société Anevia avec la nomination de Laurent Lafarge

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 août 2014 19 h 15 L EXPÉRIENCE DE LA LOCATION OPÉRATIONNELLE Chiffre d affaires semestriel 2014 : 167,4 millions d euros (+4,4 %) Résultat net part du Groupe : -4,5 millions

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Tereos Europe 500 000 000 Senior Notes à 6 3/8 % à échéance 2014

Tereos Europe 500 000 000 Senior Notes à 6 3/8 % à échéance 2014 Communiqué de presse Lille, 17 février 2012 Tereos Europe 500 000 000 Senior Notes à 6 3/8 % à échéance 2014 Pour le trimestre clos le 31 décembre 2011 Tour Lilleurope 11, parvis de Rotterdam - F - 59777

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY

SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY SEANCE 1 : GARAGE DU CHESNAY 1. ETATS FINANCIERS Bilan au 01/09/N Actif immobilisé Fonds commercial 1 Bâtiment Equipement Actif Actif circulant Stocks voitures neuves Stocks voitures d occasion Stock essence,

Plus en détail

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile

RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile RESULTATS DU PREMIER SEMESTRE 2002 : JCDecaux maintient sa rentabilité malgré un marché publicitaire difficile - Maintien de l EBITDA à 200,2 millions d euros (199,6 millions d euros) - Résultat net part

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

Résultats semestriels 2012. Réunion SFAF du 6 septembre 2012

Résultats semestriels 2012. Réunion SFAF du 6 septembre 2012 Résultats semestriels 2012 Réunion SFAF du 6 septembre 2012 Sommaire I Faits marquants du semestre pages 3 à 5 II Comptes semestriels 2012 pages 6 à 11 III Perspectives Plan OPUS VINI 2015 pages 12 à 22

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers :

La rentabilité de l entreprise trouve sa source d information dans le compte de résultat. Elle peut-être appréciée à travers : Pour évaluer la performance financière, l analyste devrait poser trois questions : - Comment évolue la rentabilité de l entreprise. - L entreprise est-elle solvable. - La structure financière de l entreprise

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé

ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé MARCHE DES PROFESSIONNELS ANALYSE FINANCIERE APPLIQUEE Cas d application ENTREPRISE BESSEY Charpente couverture Eléments de corrigé Nom du client : André BESSEY Activité: Couverture Charpente Duréee de

Plus en détail

Zone euro : panorama conjoncturel

Zone euro : panorama conjoncturel Prévisions Mensuel n 1/1 27 janvier 21 Zone euro : panorama conjoncturel Le cycle des économies avancées s est renforcé en fin d année 214 et la production industrielle dans la zone euro est annoncée en

Plus en détail

Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs

Rapport annuel L'industrie Hôtelière Française de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Levallois Perret, le 18 octobre 2005 Rapport annuel "L'industrie Hôtelière Française" de KPMG Entreprises-Stratégies Management / Tourisme-Hôtellerie-Loisirs Amorce de reprise de l activité hôtelière en

Plus en détail

CAF dans le fonctionnement

CAF dans le fonctionnement NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS Chaque année, les services du CNEAP vous demandent de leur transmettre vos données comptables. Votre participation en 2012 a été remarquable puisque

Plus en détail

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité Communiqué de presse La Fouillouse, le lundi 9 décembre 2013 Résultats de l exercice clos au 31 Août 2013 (Période du 1 er Septembre 2012 au 31 Août 2013) Résultat net pénalisé par la faiblesse de l activité

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015

COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 COMMUNICATION FINANCIERE Du 13/04/2015 Chiffres clés 2014 comparés à 2013 La Production CA Global Progression de (+2%) Progression de(+ 2%) CA Local CA Export Diminution (-1%) Progression de(+ 8%) Résultat

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014

RÉSULTATS ANNUELS 2014 RÉSULTATS ANNUELS 2014 Chiffre d affaires de 48,5 Mds, en progression organique de + 4,7 % En France : - Fin du cycle de repositionnement tarifaire des enseignes discount (Géant et Leader Price) - Développement

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Résultats de l exercice 2009-2010. Mardi 1 er juin 2010

Résultats de l exercice 2009-2010. Mardi 1 er juin 2010 Résultats de l exercice 2009-2010 Mardi 1 er juin 2010 Agenda 1. Retour de la croissance 2. Amélioration des résultats au second semestre 3. De solides atouts pour bénéficier de la reprise 2 Principales

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Actionnaires,

Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Achèvement des travaux de rénovation des chambres et résultat brut en augmentation de 15.6%. Les perspectives s annoncent positives pour le second semestre. Mesdames et Messieurs les Actionnaires, Voici

Plus en détail

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES

LE SYSTÈME BANCAIRE COM DU PACIFIQUE ET FINANCIER DANS LES IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 LE SYSTÈME BANCAIRE ET FINANCIER DANS LES COM DU PACIFIQUE Trois catégories d établissements de crédit 1 sont implantées dans les collectivités d outremer du Pacifique : les banques

Plus en détail