Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle"

Transcription

1 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité accrue, la propriété industrielle constitue un outil stratégique au service des entreprises, à la fois offensif et défensif, qui permet de valoriser leurs innovations mais aussi de lutter contre la contrefaçon. Certaines, notamment les plus grandes d entre elles, l ont intégrée comme composante essentielle de leur politique. Cet état de fait se concrétise dans les statistiques par une augmentation du nombre de dépôts de titres de propriété industrielle d origine française effectués en 2004 par les voies nationales et européennes 1. Mais cet effort doit encore être renforcé pour rattraper le déficit de protection des innovations françaises par rapport aux autres grands pôles économiques. Qu en est il des PME-PMI? La propriété industrielle est-elle pour celles-ci suffisamment connue et pratiquée? Comment utilisent-elles les divers droits de propriété industrielle : brevets d invention, marques, dessins ou modèles? C est ce que l Institut de Recherche en Propriété Intellectuelle (IRPI) de la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris (CCIP) a souhaité connaître et mesurer au travers d une enquête, en les interrogeant sur leur propension à protéger leurs innovations par un dépôt de brevet, de marque ou de dessin ou modèle, tant sur le territoire national qu à l étranger. Les des PME-PMI interrogées à ces premières sollicitations, ont permis, en outre, de mettre en évidence et d apprécier les motivations qui les ont incitées à déposer, à l inverse les causes qui les en ont dissuadées. 1 En 2004, le nombre de dépôts de brevets effectués par des déposants français auprès de l INPI a augmenté de 5,3 %, par des déposants d origine française auprès de l OEB de 6,5 %. Les dépôts de marques publiés en France (hors renouvellement), réalisés par des français ont augmenté de 6,7 %, ceux de marques communautaires auprès de l OHMI, en provenance de France, de 6,1 %. Le nombre de dessins ou modèles d origine française, déposés en France selon la procédure normale, a augmenté de 7,9 %. Les dépôts de dessins ou modèles communautaires d origine française effectués auprès de l OHMI ont cru de 31 % en Sources : INPI, OEB, OHMI

2 Cette enquête s inscrit dans le programme des cinquièmes Rencontres Internationales de la Propriété Industrielle organisées par la Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle (CNCPI) en partenariat avec la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris (CCIP), les 24 et 25 octobre 2005 sur le thème "La Propriété Industrielle : levier de croissance pour les entreprises". Préambule : présentation de l enquête L enquête, réalisée par l IRPI, a été menée auprès d un échantillon représentatif 2 de 2500 PME-PMI réparties sur trois secteurs, l industrie, le commerce et les services (déterminés par le code APE) et tirées de façon aléatoire à partir du fichier Téléfirm des entreprises françaises inscrites au Registre National du Commerce et des Sociétés. Les PME-PMI ciblées ont été définies par le nombre de leurs salariés : de 10 à 49 pour les petites entreprises, de 50 à 499 pour les moyennes entreprises. La définition des petites et moyennes entreprises recommandée par l Union européenne, qui stipule notamment un seuil maximum de moins de 250 personnes, n a pu être adoptée pour cette enquête compte tenu des critères de sélection du fichier Téléfirm. Un questionnaire court d une page 3, a été adressé par courrier, au début du mois de juin 2005, aux entreprises sélectionnées avec mention de le retourner une fois complété par fax à l IRPI. Compte tenu du faible nombre de spontanées 4, une vague de relances téléphoniques a été entreprise dans la première quinzaine du mois de juillet, sur la base du questionnaire. 255 nous sont parvenues, soit un taux de réponse de 10 %. 2 Des entreprises françaises enregistrées au fichier SIRENE de l INSEE, au 1 er janvier 2003, selon leur répartition en fonction du nombre de salariés et de l activité 3 Ci-joint en annexe 4 Ceci s explique par le fait que les entreprises sont de plus en plus souvent sollicitées pour de nombreuses enquêtes officielles ou non, portant sur des thèmes plus ou moins variés, et n y répondent pas systématiquement. 2 / 16

3 Observations préliminaires : Les PME-PMI interrogées ont été sélectionnées par tirage aléatoire. Cela signifie donc, qu a priori, on ne pouvait savoir si elles étaient familiarisées ou non avec les droits de propriété industrielle. A cet égard, cette enquête se distingue de celles réalisées par d autres organismes à partir d échantillons composés d entreprises déposantes, déposantes de brevets exclusivement et pas forcément de marques ou de dessins ou modèles. Les PME-PMI interrogées, à l occasion de cette enquête, ont été sollicitées sur les trois titres de protection, marques de produits ou services, brevets d invention, dessins ou modèles industriels, tant sur les dépôts effectués en France qu à l étranger. Les PME-PMI interrogées peuvent être considérées comme représentatives car issues des trois grands secteurs d activité : commerce, industrie et services. Ce ne sont donc pas uniquement des entreprises industrielles qui ont été enquêtées. Il va sans dire que le faible taux de retour des questionnaires, associé à la taille de l échantillon, ne nous ont pas permis d analyser l ensemble des selon plusieurs modalités croisées en fonction des critères requis (secteur d activité et titre de propriété industrielle et pays de dépôt). En outre, on a constaté un plus grand nombre de retours spontanés de questionnaires de PME-PMI du secteur de l industrie (notamment par rapport aux entreprises du commerce), ce qui a introduit un léger biais dans l exploitation des résultats. Nous n avons volontairement pas corrigé ce biais, précisément pour donner une image d ensemble de la propriété industrielle dans les PME-PMI. déposantes C est pourquoi, seules les grandes tendances mises en évidence par l enquête sont présentées dans cette note. Il serait peu pertinent d en extrapoler les résultats à l ensemble de la population française des PME- PMI. Sommaire : 1 ère partie : les motivations des PME-PMI pour déposer un ou plusieurs titres de propriété industrielle...p 4 I - Les titres de propriété industrielle déposés par les PME-PMI...p 4 II - Les motivations des PME-PMI pour déposer...p 8 2 ème partie : les motifs de non-dépôts de titre de propriété industrielle par les PME-PMI...p 12 Résumé...p 14 3 / 16

4 1 ère partie : les motivations des PME-PMI à déposer un ou plusieurs titres de propriété industrielle 43% des PME-PMI françaises qui ont répondu à l enquête, soit 110 entreprises sur 255, ont déposé ces dernières années au moins un titre de propriété industrielle, qu'il s'agisse d'un ou plusieurs brevets, d'une ou plusieurs marques ou d'un ou plusieurs dessins ou modèles industriels, sur au moins un marché, en France ou à l'étranger (tableau n 1). Tableau n 1 : les entreprises qui ont déposé et celles qui n ont pas déposé Les entreprises En % du Nombre de Nombre total nombre total de de Ayant déposé un titre de propriété industrielle % 255 N ayant pas déposé un titre de propriété industrielle % 255 I - Les titres de propriété industrielle déposés par les PME-PMI Plus de marques que de brevets et de dessins ou modèles Lorsqu une PME-PMI a déclaré avoir déposé un titre de propriété industrielle, il s agit : le plus souvent, dans près des trois quarts (74 %) des cas, d une ou plusieurs marques de produits ou de services, dans 42 % des cas, d un ou plusieurs brevets d invention, et dans plus d un quart (28 %) des cas, d un ou plusieurs dessins ou modèles industriels (tableau n 2). Tableau n 2 : les titres déposés Les titres déposés Nombre de En % du nombre total de Nombre total de une ou plusieurs marques % 110 un ou plusieurs brevets % 110 un ou plusieurs dessins ou modèles % 110 Plus d un titre déposé Plus d une PME-PMI sur deux a effectué au moins deux dépôts ou plus, que ce soit deux titres différents ou plus (par exemple un brevet et une marque ou une marque et un dessin ou modèle) ou deux dépôts ou plus pour 4 / 16

5 protéger une innovation sur des marchés géographiques différents 5 (tableau n 3). Lorsqu une entreprise a déclaré avoir déposé un titre de propriété industrielle, il s agit le plus souvent (dans les trois quarts des cas) d une marque de produit ou de service. Lorsque le dépôt concerne un brevet, il n est pas effectué seulement en France mais également dans d autres pays. Tableau n 3 : le nombre de titres déposés Le nombre de titres déposés Nombre de En % du nombre total de Nombre total de Un seul titre % 110 Deux titres ou plus % 110 En France tout d abord La France est le territoire privilégié du lancement de l innovation et de sa protection. Ainsi, la quasi-totalité des PME-PMI qui ont déposé un titre de propriété industrielle, que ce soit une marque, un brevet ou un dessin ou modèle, l ont fait systématiquement et de manière prioritaire en France (tableau n 4, graphique n 1). On a toutefois relevé deux demandes, l une d une marque, l autre d un brevet simultanément avec un dessin ou modèle, déposées directement au niveau européen sans avoir été au préalable déposées en France, ce qui reste exceptionnel. Par contre, les PME-PMI sont moins nombreuses à étendre la protection audelà du territoire national ; le nombre de dépôts effectués diminue en fonction de l éloignement de la zone géographique désignée pour la protection. En Europe Les dépôts de titres européens sont revendiqués : par plus d une PME-PMI sur trois qui a notamment déposé une marque communautaire, une sur deux qui a déposé un brevet au niveau européen, une sur deux, également qui a déposé un dessin ou modèle communautaire. Dans les autres pays La protection sur les marchés américain, asiatique et autres, comme pour le marché européen, ne semble intéresser les PME-PMI que lorsqu un droit sur un brevet est en jeu. En effet, une entreprise sur trois a déposé un brevet 5 Il n a pas été demandé dans le questionnaire le nombre exact de dépôts effectués par titre de propriété industrielle, seuls la nature des titres et les marchés géographiques couverts par les dépôts ont été mentionnés. De plus, lorsqu un titre est demandé dans plusieurs pays, on ne peut savoir si cela concerne ou non le même objet. 5 / 16

6 aux États-Unis et en Asie, une sur cinq dans d autres pays du monde 6. Alors que pour les marques et les dessins ou modèles, la protection sur les marchés autres que nationaux et européens ne concerne plus qu environ une PME-PMI sur six. Tableau n 4 : la zone géographique des dépôts Les pays de dépôt Nombre de En % du nombre Nombre total de total de France % 110 Europe % 110 USA % 110 Asie % 110 Autres pays % % Graphique n 1 : La propriété industrielle dans les PME-PMI Les entreprises ayant déposé, par zone géographique, en % 50% Marques Brevets 25% Dessins ou modèles 0% France Union Européenne Etats-Unis Asie Autres pays On notera que, parmi les, deux PME-PMI participantes à l enquête, l une fabricant des emballages en matière plastique et l autre des médicaments, ont déclaré avoir protégé leurs innovations non seulement par la marque mais également par le brevet et le dessin ou modèle, en déposant leurs titres sur l ensemble des marchés nationaux, européens et mondiaux. 6 Certains entretiens téléphoniques ont révélé que l étendue de la protection par le brevet dans certains pays spécifiques du monde est dépendante du processus ou produit fabriqué, comme nous l ont révélé certains. Ainsi, une PME-PMI spécialisée dans la champagnisation nous a précisé avoir eu recours à la protection par brevet en Afrique du Sud. Toutefois, il a été difficile d approfondir l analyse compte tenu du format de l enquête. 6 / 16

7 Des titres de protection pour des produits "innovants" La propension à déposer un titre de propriété industrielle est un peu plus élevée pour les PME-PMI innovantes, celles qui ont indiqué avoir développé de nouveaux produits, procédés ou services "innovants" au cours de ces dernières années, soit 58 % des entreprises déposantes (tableau n 5, graphique n 2). Elle s accroît, ce qui est logique, lorsque la protection concerne une innovation technique ou un nouveau design. En effet, plus des trois quarts des entreprises qui ont déposé soit un ou plusieurs brevets, soit un ou plusieurs dessins ou modèles ont déclaré avoir développé ou utilisé des produits "innovants". Les PME-PMI, qui ont répondu ne pas avoir innover au cours des dernières années, ont eu recours moins fréquemment à ces deux types de protection. Toutefois, 42 % d entre elles déposent, mais tout particulièrement des marques commerciales, la marque étant considérée comme un actif intangible de l'entreprise, beaucoup moins liée à l'innovation que le brevet ou le dessin ou modèle. Tableau n 5 : les entreprises ayant développé ou non des produits "innovants" les entreprises ayant développé des produits "innovants" Nombre de En % du nombre total de OUI % NON % Nombre total de % 45% 40% 35% 30% Graphique n 2 : La propriété industrielle dans les PME-PMI Les entreprises ayant déposé, par produits "innovants", en % 25% 20% 15% 10% 5% 0% Produits "innovants" Produits "non innovants" Marques Brevets Dessins ou modèles 7 / 16

8 Dans l industrie plutôt Plus de 60 % des PME-PMI ayant déposé un titre de propriété industrielle, quel que soit ce titre, sont issues de l industrie, plus d un quart du secteur des services et les 11 % restant du commerce, plus particulièrement du commerce de gros (tableau n 6). Tableau n 6 : les secteurs dans lesquels ont été effectués les dépôts Les secteurs Nombre de En % du nombre Nombre total total de de Industrie % 110 Commerce % 110 Services % 110 Quel que soit le secteur d activité auquel elles appartiennent, les PME-PMI privilégient la marque comme titre de propriété industrielle. Elle représente 60 % des dépôts effectués par les entreprises industrielles, près de 90 % des dépôts des entreprises de services, en particulier celles spécialisées dans les activités informatiques et les agences conseils en publicité, et la totalité des dépôts du commerce de gros. Le brevet est surtout utilisé dans l industrie (ce qui n est pas surprenant) pour protéger les innovations techniques des entreprises du secteur, un peu plus fréquemment par celles œuvrant dans l industrie du caoutchouc et des plastiques ainsi que dans le travail des métaux 7. Plus d une PME-PMI industrielle sur deux est concernée. Les dessins ou modèles sont également utilisés comme protection par les industriels mais avec une intensité plus faible. Plus d une entreprise sur trois adopte cette forme de protection, en particulier dans les secteurs du caoutchouc et des plastiques ainsi que dans le textile. II - Les motivations des PME-PMI pour déposer Plusieurs motivations ont été proposées aux entreprises interrogées (tableau n 7, graphique n 3). Les ont pu être regroupées selon trois grands thèmes 8 : la défense de l innovation, la valeur économique du produit ou de l entreprise, les raisons d ordre commercial. la défense de l innovation Les raisons invoquées par les deux tiers des PME-PMI, qui ont déposé au moins un titre de propriété industrielle au cours de ces dernières années, concernent principalement la défense de leurs produits ou services. Il s agit pour elles aussi bien de se positionner face à la concurrence, qu elle soit 7 Du moins en ce qui concerne les résultats de cette enquête. 8 Les entreprises pouvaient opter entre plusieurs motivations. 8 / 16

9 locale, nationale ou étrangère mais également de lutter contre les risques de contrefaçon. Les entreprises, qui ont déposé plus particulièrement un ou plusieurs dessins ou modèles, également un ou plusieurs brevets mais dans une moindre mesure, semblent plus particulièrement concernées par la protection de leurs innovations. On notera, que lors des entretiens téléphoniques complémentaires, le problème des quotas sur les importations de textile en provenance de Chine et destinées au marché européen, a été abordé à plusieurs reprises. Il convient d ajouter que ces questions avaient, à l époque du recueil des données 9, fait l objet d une couverture médiatique importante. Ce qui a peutêtre influé sur les à l enquête. la valeur économique du produit ou de l entreprise La valorisation économique du produit ou du service attendue par le dépôt apparaît comme une motivation importante pour un peu plus d un tiers des PME-PMI qui ont déposé un titre de propriété industrielle. Préserver l avancée technique de l entreprise tout comme protéger l investissement engagé en recherche et développement apparaissent, pour ces dernières, comme des motivations importantes à déposer notamment un ou plusieurs brevets. En outre, au cours d un entretien téléphonique complémentaire, il nous a été dit que, s agissant d une marque, le dépôt d une marque pour un produit "phare" avait eu des répercussions non négligeables sur l image de marque de l entreprise. les raisons d ordre commercial L aspect commercial, bien que présent à l esprit des PME-PMI, n apparaît cependant pas comme leur préoccupation principale pour déposer. Il semble que, selon certaines, attirer des investisseurs potentiels ou nouer des partenariats demeure l apanage de grandes sociétés plus présentes et réactives sur les marchés nationaux et internationaux. Par ailleurs, on a noté un intérêt limité pour la vente de licences : seules neuf entreprises ont donné cette raison pour déposer en particulier des brevets. 9 Juin / 16

10 Tableau n 7 : les motivations des PME-PMI pour déposer Les motivations D ordre défensif Vous protéger contre la concurrence Vous protéger contre la contrefaçon Nombre de En % du nombre total de Nombre total de % % 110 D ordre économique Valoriser les produits ou services de votre entreprise Protéger votre investissement R&D Préserver vos parts de marché Préserver votre avancée technique % % % % 110 D ordre commercial Conquérir de nouveaux marchés % 110 Attirer des investisseurs potentiels % 110 Nouer des partenariats % 110 Acquérir des revenus par des licences et droits d exploitation 9 8 % / 16

11 Graphique n 3 : La propriété industrielle dans les PME-PMI Les motivations des entreprises pour déposer un titre de propriété, en % Vous protéger contre la concurrence Vous protéger contre la contrefaçon Valoriser les services ou produits de votre entreprise Protéger vos investissements R&D Préserver vos parts de marché Préserver votre avancée technique Conquérir de nouveaux marchés Nouer des partenariats Attirer des investisseurs potentiels Acquérir des revenus par des licences et droits d'exploitation 0% 25% 50% 75% 11 / 16

12 2 ème partie : les motifs de non dépôts de titre de propriété industrielle par les PME-PMI 57 % des PME-PMI participantes à notre enquête, soit 145 entreprises, ont indiqué ne pas avoir déposé de titre de propriété industrielle au cours de ces dernières années (supra tableau n 1). Graphique n 4 : La propriété industrielle dans les PME-PMI Les motifs des entreprises à ne pas déposer de titre de propriété industrielle, en % Activité en aval de la PI 24% Désintérêt de la PI 56% Motifs identifiés 14% Appartenance à un groupe 5% Motifs non explicités 1% Un manque d intérêt à l égard de la propriété industrielle Plus de la moitié des PME-PMI qui ont déclaré ne pas avoir déposé de titres de propriété industrielle (56 %, soit 81 entreprises), considère en fait que la propriété industrielle ne concerne pas le type d activité qu elles exercent en raison de leurs caractères spécifiques. Pour elles, la propriété industrielle "ne leur sert pas" compte tenu de la spécificité de leurs activités. Manque d intérêt ou manque de connaissance? La question est posée. Une activité "en aval de l innovation" Plus d un quart des PME-PMI ayant déclaré ne pas avoir effectué de dépôts au cours des dernières années, soit 35 entreprises, considèrent que leurs activités se situent "en aval de l innovation" 10 parce qu elles sont fabricants, sous-traitants, revendeurs ou simples prestataires (tableau n 8). Les sous-traitants aussi bien que les fabricants interrogés nous ont indiqué qu ils élaboraient des produits à partir de demandes spécifiques. Ils se positionnent essentiellement comme détenteurs d un savoir-faire, d une technicité poussée mais non brevetable. 10 Selon l expression utilisée par un chef d entreprise interrogé. 12 / 16

13 Les revendeurs ou les prestataires qui ont répondu ne se sentent pas concernés par la propriété industrielle qu ils limitent le plus souvent au dépôt de brevet d invention. On peut également se poser la question de savoir ici si ces ne relèvent pas d une méconnaissance des droits de propriété industrielle. Tableau n 8 : l activité en aval de la propriété industrielle Activité Nombre de Sous-traitants 15 Fabricants 9 Revendeurs 6 Prestataires 3 Autres 11 2 D autres motifs identifiés Près de 15 % des PME-PMI qui n ont pas déposé de titre de propriété industrielle, soit 21 entreprises (tableau n 9), ont invoqué des motifs : Soit d ordre fonctionnel (manque de temps, de personnel ou de ressources financières), Aux termes des entretiens oraux complémentaires, on a l impression que les entreprises interrogées n ont pas de contact avec des spécialistes extérieurs qui pourraient non seulement les conseiller mais leur servir également d interface. soit d ordre juridique (méconnaissance, complexité de la matière ou absence d information), soit d ordre pécuniaire (coûts des dépôts, de la protection ou de l externalisation). On notera toutefois qu aucune réponse au questionnaire n a mentionné la volonté de garder secret leur procédé ou une expérience peu concluante. 11 Installateur, société de maintenance. 13 / 16

14 Tableau n 9 : les motifs identifiés des non-dépôts Motifs identifiés Nombre de D ordre fonctionnel Manque de temps 9 Manque de personnel 4 Manque de ressources financières 5 D ordre juridique : Méconnaissance des droits 8 Procédures de protection trop complexes 8 Insuffisance d information sur les droits de propriété industrielle 5 D ordre pécuniaire Coût du dépôt trop élevé 6 Coût des litiges trop élevé 4 Difficultés à être indemnisé en cas de contrefaçon 5 Coût des intermédiaires trop élevé 1 Volonté de garder secret le procédé innovant 0 Expérience peu concluante 0 L appartenance à un groupe Un petit nombre de PME-PMI (seulement 7) ayant répondu à l enquête, ont déclaré ne pas avoir déposé de titre de propriété industrielle, du fait de leur appartenance à de grands groupes français ou étrangers. En effet, le siège social de ces groupes dispose bien souvent d un service spécialisé qui se charge, pour l ensemble des sociétés du groupe, de la gestion de la propriété industrielle et en particulier de l activité de dépôts de titres 12. Résumé Les PME-PMI, qui se sont déclarées lors de l enquête déposantes d un titre de propriété industrielle, déposent plus de marques de produits ou de services (74 %) que de brevets d invention (42 %) et de dessins ou modèles industriels (28 %). Plus de la moitié d entre elles déposent plus d un titre de propriété industrielle que ce soit deux titres différents ou plus (par exemple un brevet et une marque ou une marque et un dessin ou modèle) ou deux dépôts ou plus pour protéger une innovation sur des marchés géographiques différents. 12 Deux sociétés d origine étrangère ont laissé la prérogative à leurs filiales françaises de déposer sur le marché national les titres concernant leurs activités. 14 / 16

15 Quel que soit le titre de propriété industrielle, la protection est posée prioritairement sur le marché français et s élargit aux marchés européens pour plus d une PME-PMI sur trois qui a déposé une marque, une sur deux en ce qui concerne le brevet et le dessin ou modèle. La protection sur les marchés américain, asiatique et mondiaux s avère plus favorable au brevet qu à la marque et au dessin ou modèle. La propension à déposer est plus élevée pour les entreprises innovantes, pour plus d une PME-PMI sur deux qui a déposé un brevet ou un dessin ou modèle. Plus de 60 % des PME-PMI ayant déposé un titre de propriété industrielle, quel que soit ce titre, sont issues de l industrie, plus d un quart du secteur des services et les 11 % restant du commerce, plus particulièrement du commerce de gros. Les motivations qui ont incité les PME-PMI ayant répondu à l enquête à déposer un titre de propriété industrielle sont avant tout d ordre défensif (76 %), pour se positionner face à la concurrence et lutter contre les risques de contrefaçon. Les autres motivations d ordre économique ou commercial entrent moins en compte. Plus d une PME-PMI sur deux qui n a pas déposé de titre de propriété industrielle, ne se sent pas concernée par la propriété industrielle. Peu d entre elles ont justifié leurs motifs de non-dépôts. La plupart font mention de leur activité en "aval de l innovation", soit de fabricant, de sous-traitant, revendeur ou prestataire ou bien de leur appartenance à un grand groupe, pour motiver leur manque de recours à la protection par un dépôt d un titre de propriété industrielle. Enquête réalisée par : Catherine QUATRAVAUX Economiste-statisticienne IRPI Institut de Recherche en Propriété Intellectuelle Henri-Desbois Bourse de Commerce, 2, rue de Viarmes Paris cedex 01 Site : 15 / 16

16 Annexe : questionnaire La Propriété Industrielle : levier de croissance pour les PME-PMI ENQUÊTE D OPINION AUPRES DES CHEFS D ENTREPRISE A l occasion des prochaines Rencontres Internationales de la Propriété Industrielle organisées par la Compagnie Nationale des Conseils en Propriété Industrielle (CNCPI), l Institut de Recherche en Propriété Intellectuelle (IRPI) de la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris souhaite connaître l opinion des chefs d entreprise de PME-PMI sur leur appréciation de la propriété industrielle. 1. Au cours de ces dernières années, votre entreprise a t-elle développé de nouveaux Oui Non produits, procédés ou services innovants? 2. Si oui, dans quel domaine d activité? Votre entreprise a-t-elle déposé des : En France En Europe Brevets d invention Marques de produits ou services Dessins ou modèles industriels Aux USA En Asie Autres pays 4. Quelles ont été vos motivations? (cochez une ou plusieurs ) Valoriser les produits ou services de votre Acquérir des revenus par des licences et entreprise droits d exploitation Préserver votre avancée technique Conquérir de nouveaux marchés Protéger votre investissement R&D Attirer des investisseurs potentiels Vous protéger contre la contrefaçon Nouer des partenariats Vous protéger contre la concurrence Préserver vos parts de marché Autres motivations, précisez : Si votre entreprise n a pas déposé de titre de propriété industrielle, pourquoi? (cochez une ou plusieurs ) Méconnaissance des droits Coût du dépôt trop élevé Procédures de protection trop complexes Coût des litiges trop élevé Insuffisance d information sur les droits de Difficultés à être indemnisé en cas de propriété industrielle contrefaçon Manque de temps Coût des intermédiaires trop élevé Manque de personnel compétent Volonté de garder secret le procédé innovant Manque de ressources financières Expérience peu concluante Autres motifs, précisez :... Accepteriez-vous d être contacté par téléphone pour compléter ce questionnaire? Oui Non Merci de nous préciser vos coordonnées : Nom / Prénom :... Entreprise / Fonction :... Tél. : Vos disponibilités, jours :... heures :... La loi n du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers et aux libertés, s applique aux faites à la présente enquête. Elle garantit aux personnes concernées un droit d accès et de rectification pour les données les concernant. Ce droit peut-être exercé auprès de l IRPI.

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation»

Résultats de l enquête Atlant-Kis. l innovation» Résultats de l enquête Atlant-Kis «Innovation et services à l innovation» Le diagnostic du projet Atlant Kis Méthodologie proposée par la Navarre, coordinateur du projet Adaptable aux contextes régionaux

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ?

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? CHAPITRE 4 : Les droits de propriété industrielle, instruments juridiques de la concurrence. Après avoir défini la

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle!

Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Boostez votre croissance grâce à la Propriété Intellectuelle! Partageons des bonnes pratiques 1 l L innovation, la créativité, le savoir-faire sont les moteurs et la richesse de toute entité économique

Plus en détail

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION

1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION 1. QU'EST-CE QUE L'INNOVATION L'innovation, étymologiquement, signifie «renouveler». L'innovation caractérise l'acte de déploiement du potentiel économique d'un résultat produit dans le champ de la connaissance

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

sommaire L enveloppe Soleau Votre enveloppe Soleau : quelle vie après le dépôt? Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau

sommaire L enveloppe Soleau Votre enveloppe Soleau : quelle vie après le dépôt? Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau L enveloppe Soleau REPèREs Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau titre chapitre L enveloppe Soleau Tout ce qu il faut savoir avant de déposer une enveloppe Soleau sommaire Pourquoi

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes

Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL Enquête sur l apprentissage auprès des dirigeants d entreprises franciliennes Rapport d étude Viavoice pour la Région Île-de-France INSTITUT VIAVOICE Juin 2014 Contacts

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC

Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03-EC Cahier des charges de l appel d offres n 2013-03- Baromètre des PME régionales innovantes 2013 Appui à la réalisation du terrain de l enquête et accompagnement pour le traitement statistique des données.

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé

Etude sur l équipement des TPE / PME. en complémentaire santé Département Évaluation des Politiques Sociales Etude sur l équipement des TPE / PME en complémentaire santé Synthèse des résultats Léopold GILLES Pauline JAUNEAU Juillet 2012 1 Contexte et objectifs Dans

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise

La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise La grande enquête sur les besoins en recrutement et en formation des PME du Val d Oise Cette enquête du réseau FormaClub95 est destinée à engager notre action sur les besoins en recrutement et formation

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle la Propriété Industrielle & l entreprise La propriété intellectuelle recouvre la propriété industrielle, la propriété littéraire et artistique (le droit d auteur et les droits voisins) ainsi que la protection

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?»

Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Nombre de réponses Principaux résultats du questionnaire «Les Villes-Santé : quels enjeux pour les politiques urbaines?» Erwan Le Goff Doctorant en Géographie aménagement de l espace UMR 9 CNRS Espaces

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour PREMIER BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME Les PME disent tout sur leur financement et leur état d esprit -Vague 1 - Mars 2009 - Note méthodologique 1ère vague du baromètre

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ENQUETE SUR LES BESOINS INFORMATIQUES DES STRUCTURES DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE URL d origine du document : http://talcod.net/?q=node/59 Juillet 2011 - version 1.0 Licence Creative Commons BY-SA

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle

Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Les salariés et la réforme de la formation professionnelle Sondage Ifop pour Théâtre à la Carte Contacts Ifop : Anne-Sophie VAUTREY - Directrice d études Département Opinion et Stratégies d Entreprise

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse

Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Résultats de l enquête de satisfaction de la revue de presse Réalisée quotidiennement par la CCI de Quimper Cornouaille, la revue de presse a pour objectif de présenter l essentiel de l actualité économique

Plus en détail

Enquête Chaînes d activité mondiales

Enquête Chaînes d activité mondiales Enquête Chaînes d activité mondiales SIREN : < xxx xxx xxx > < RAISON SOCIALE DE LA SOCIETE > < Adresse de la société interrogée ligne 1 > < Adresse de la société interrogée ligne 2 > < Adresse de la société

Plus en détail

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011

Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Résultats de l enquête, réalisée mi 2013, relative aux doctorants dont la Cifre s est arrêtée en 2011 Remarque préliminaire : les dates d arrêt de la Cifre s étalent sur toute l année 2011, ce qui entraîne

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Les artisans et leur banque

Les artisans et leur banque Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les artisans et leur banque Analyse des relations entre les artisans et leur banquier Enquête réalisée en août et septembre 2013 Octobre

Plus en détail

PERSPECTIVES. Hedge funds. Approche en matière d ESG

PERSPECTIVES. Hedge funds. Approche en matière d ESG PERSPECTIVES Adoption des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance par les gérants de hedge funds et de private assets : une enquête d Unigestion Avril 2015 Il est de plus en plus admis que

Plus en détail

- Formulaire de candidature 2009 pour le prix Gestion des compétences -

- Formulaire de candidature 2009 pour le prix Gestion des compétences - Valorisez votre engagement pour la «Gestion des compétences» - Formulaire de candidature 2009 pour le prix Gestion des compétences - Avant de constituer votre dossier de candidature, pensez à lire le règlement

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE»

APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» APPEL A PROJETS du Conseil Régional de Lorraine «TECHNOLOGIES NUMERIQUES POUR LES NOUVEAUX USAGES DE L IMAGE» INTRODUCTION Pourquoi un appel à projets «Technologies numériques pour les nouveaux usages

Plus en détail

Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires

Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires Les Jeudis de l économie Chambre de Commerce et d Industrie Territoriale d Alençon Innover plus et mieux Maintenir et développer les activités industrielles sur nos territoires Olivier GAUSSENS Chef projet

Plus en détail

Protégez et valorisez vos inventions. Un soutien sectoriel gratuit en matière de propriété intellectuelle à la mesure de votre entreprise

Protégez et valorisez vos inventions. Un soutien sectoriel gratuit en matière de propriété intellectuelle à la mesure de votre entreprise Les CeLLuLes Brevets Protégez et valorisez vos inventions Un soutien sectoriel gratuit en matière de propriété intellectuelle à la mesure de votre entreprise Les Cellules Brevets Protégez et valorisez

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/13/INF/8 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER MAI 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Treizième session Genève, 19 23 mai 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LE RÔLE DES BREVETS

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE

ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE ENQUÊTE SUR LA GESTION DES ACTIFS IMMATÉRIELS PUBLICS : SYNTHÈSE LE CONTEXTE L Agence du patrimoine immatériel de l État (APIE) promeut depuis sa création en 2007 une meilleure prise en compte du patrimoine

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

L innovation en Guyane. Six entreprises de 10 salariés et plus sur dix ont innové entre 2010 et 2012

L innovation en Guyane. Six entreprises de 10 salariés et plus sur dix ont innové entre 2010 et 2012 L innovation en Guyane Six entreprises de 10 salariés et plus sur dix ont innové entre 2010 et 2012 Sommaire 1ère Partie Présentation de l enquête Community Innovation Survey (CIS) 2012 2ème Partie Les

Plus en détail

L image des banques auprès des TPE/PME

L image des banques auprès des TPE/PME Shanghai Paris Toronto Buenos Aires www.ifop.com L image des banques auprès des TPE/PME 1002 entreprises ont été interrogées en février 2008 : 377 micro-entreprises (0 à 5 salariés) 261 TPE (6 à 19 salariés)

Plus en détail

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département

Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Recruter et animer un réseau d agents commerciaux dans l Union Européenne Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie Guide Guide pratique pratique des pour aides à la les propriété études de intellectuelle faisabilité en Wallonie SOMMAIRE 1. L innovation technologique... 2 2. Le cadre légal des aides... 2 2.1. Recherche

Plus en détail

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel

Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles. I. Les conditions de licéité des traitements de données à caractère personnel Fiche pratique n 22: la protection des données personnelles Savoir protéger vos données personnelles dans le monde d aujourd hui est primordial. Sachez que la loi vous offre des droits spécifiques que

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

Les Français et le transport partagé

Les Français et le transport partagé Les Français et le transport partagé Institut CSA pour Uber Novembre 2014 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus Constitution de l échantillon

Plus en détail

Entreprises de La filière numérique

Entreprises de La filière numérique Observatoire économique Entreprises de La filière numérique Bilan 2013 et anticipations 2014 L Espace Économie Emploi du Bergeracois a pour mission de développer des actions en faveur de l économie et

Plus en détail

SYNTHESE D INSPECTIONS

SYNTHESE D INSPECTIONS Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des dispositifs médicaux SYNTHESE D INSPECTIONS THEME : Prothèses Dentaires Il importe de souligner

Plus en détail

Brevets. Une longue tradition : 1474, la ville de Venise établit la première loi connue sur les brevets.

Brevets. Une longue tradition : 1474, la ville de Venise établit la première loi connue sur les brevets. Les brevets Brevets Une longue tradition : 1474, la ville de Venise établit la première loi connue sur les brevets. Deux fonctions : Se protéger d une exploitation abusive du produit au plan commercial

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :..

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :.. ANNEXE 4 RAPPORT DÉTAILLÉ PRÉSENTÉ PAR L ÉTUDIANT À L ÉTABLISSEMENT 2009-2010 Stage en entreprise Erasmus Remarque à l attention de l étudiant : le présent rapport destiné à relater votre expérience fournira

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

DESSINS ET MODELES / MARQUES TRIDIMENSIONNELLES : ENNEMIS OU COMPLICES?

DESSINS ET MODELES / MARQUES TRIDIMENSIONNELLES : ENNEMIS OU COMPLICES? DESSINS ET MODELES / MARQUES TRIDIMENSIONNELLES : ENNEMIS OU COMPLICES? Par Malaurie Pantalacci Conseil en Prorpriété Industrielle Le CPI définit la marque tridimensionnelle comme «un signe susceptible

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC

REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC Toute demande devra s inscrire dans l un des domaines d intervention de la Fondation : 1. Insertion sociale et professionnelle des jeunes avec

Plus en détail

CVrifi@ble. Recruter en donnant toutes leurs chances aux compétences.

CVrifi@ble. Recruter en donnant toutes leurs chances aux compétences. CVrifi@ble Recruter en donnant toutes leurs chances aux compétences. CVrifi@ble Des solutions de recrutement en ligne efficaces, éthiques, adaptables. Feature DDC lutte pour l'égalité des chances à l'embauche

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Contrat d Appui Entreprise Pré-dossier

Contrat d Appui Entreprise Pré-dossier Contrat d Appui Entreprise Pré-dossier FICHE D IDENTIFICATION DU PROJET Votre entreprise est à un stade majeur de son développement : création, innovation, développement ou transmission. Afin de mettre

Plus en détail

Dossier de candidature PME/PMI

Dossier de candidature PME/PMI Dossier de candidature PME/PMI Dossier de candidature PME PMI 1. Carte d identité de votre entreprise (Les parties 1 et 2 de ce document vont nous être utiles pour mieux vous connaître) Nom de l entreprise

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées

Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Recommandation AMF n 2012-05 Les assemblées générales d actionnaires de sociétés cotées Textes de référence : articles L.225-38, L.225-39, L.225-40, L.225-96, L.225-98, L.225-100, L.225-102-1 L.225-105,

Plus en détail

Evènements en entreprise : pratiques & perspectives

Evènements en entreprise : pratiques & perspectives Contacts CSA - Pôle Opinion-Corporate Yves-Marie CANN Directeur d études / yves-marie.cann@csa.eu Christophe PIAR Chargé d études / christophe.piar@csa.eu Contact Presse - Agence Hopscotch Mathilde Danquechin

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing

Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing % entreprise Communiqué de presse Montrouge, le 28/10/2013 Scholè Marketing publie les résultats du Baromètre du Cloud Computing L essor des services informatiques hébergés constitue une évolution majeure

Plus en détail

Protéger ses inventions par brevet

Protéger ses inventions par brevet Protéger ses inventions par brevet 1 - Que peut-on protéger par brevet? L objet de la protection Les conditions de brevetabilité Les exclusions à la brevetabilité 2 - Comment protéger votre invention?

Plus en détail

L Institut National de la Propriété Industrielle

L Institut National de la Propriété Industrielle L Institut National de la Propriété Industrielle Rôle de la propriété industrielle Récompenser l effort des innovateurs en leur donnant des droits pour diffuser leurs créations et les faire fructifier

Plus en détail

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION

REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION REGARDS CROISES ELITES / GRAND PUBLIC SUR LA FRANCE DANS LA MONDIALISATION Juillet 2008 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 59 10 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/31/8 REV.4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 23 MARS 2015 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trente et unième session Genève, 17 21

Plus en détail

Dombits BV Protection des données personnelles 21/09/15. Protection des données personnelles

Dombits BV Protection des données personnelles 21/09/15. Protection des données personnelles Protection des données personnelles Sommaire analytique Informations légales... 2 Accès et contenu... Erreur! Signet non défini. Protection des données... Erreur! Signet non défini. Propriété intellectuelle...

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit»

Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit» REPUBLIQUE FRANCAISE Date de notification de l acte : Convention d'adhésion au dispositif «Chèque Energies - Audit» Entre : La Région Haute-Normandie, Hôtel de Région, 5 rue Schuman, CS 21129, 76174 Rouen

Plus en détail

La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015

La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015 La visioconfé réncé dans lés PME Brétonnés én 2015 La visioconférence est un nouveau moyen de communication de plus en plus utilisé dans le monde professionnel. Les entreprises peuvent organiser des réunions

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP

Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Résultats du 11 e Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Étude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises 1 Deux enquêtes téléphoniques auprès de : Méthodologie

Plus en détail