Etude. SBF 250, quelle stratégie achat? La vision des directions générales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude. SBF 250, quelle stratégie achat? La vision des directions générales"

Transcription

1 Etude SBF 250, quelle stratégie achat? La vision des directions générales

2 En quelques mots MAZARS Mazars est une organisation internationale spécialisée dans l audit, l'expertise comptable, la fiscalité et le conseil aux entreprises. Le partnership intégré de Mazars rassemble professionnels dans 42 pays en Europe, en Asie, en Afrique, aux Etats-Unis et en Amérique Latine. De plus, via l'alliance internationale Praxity dont il est membre fondateur, le groupe a accès aux compétences de professionnels présents dans 23 autres pays, tous unis par la même exigence de qualité et une détermination commune à aller au-delà des standards techniques et éthiques en vigueur. Mazars est un véritable challenger international capable de proposer, grâce à son organisation multiculturelle et sa gamme complète de services, des solutions souples et sur mesure aux grandes sociétés internationales et aux PME qu il accompagne dans leur développement, ainsi qu aux particuliers à patrimoine élevé. BUY.O Société de conseil internationale entièrement dédiée aux achats, Buy.O a pour principal objectif l'amélioration de la performance au travers de l'excellence achat. Son offre de services répartie autour de 3 pôles : stratégie achat, transformation des organisations achat, conduite de projets opérationnels, permet d'accompagner ses clients dans la création, le développement et la transformation de leur fonction achat et supply chain. Ses missions couvrent une grande diversité de secteurs industriels et s'adressent à des clients provenant de grands groupes internationaux, de PME ou d'entreprises du secteur public. Sa présence internationale permet d'accompagner ses clients partout dans le monde (Asie, Etats-Unis, Afrique, Europe).

3 Édito Au cours des deux dernières décennies, la fonction achat a connu de nombreuses mutations : professionnalisation, diversification des missions et contribution accrue à la stratégie d entreprise. Forts de ce contexte de transformation, Mazars, groupe international d audit et de conseil aux entreprises, et Buy.O, société de conseil internationale en stratégie achat et supply chain, ont choisi de mener conjointement la toute première étude consacrée à la fonction achat, allant de son rôle actuel à ses perspectives d évolutions, tels que vus par les directions générales des entreprises du SBF 250. Partenaires privilégiés des entreprises qu ils conseillent sur le long terme et accompagnent dans leur développement, il était naturel que Mazars et Buy.O soient à l initiative de cette étude qui vise à apporter un éclairage sur plusieurs éléments majeurs de la compétitivité et de la pérennité des groupes cotés, dans une économie mondialisée et dans un environnement de plus en plus concurrentiel. L amélioration de la rentabilité et l innovation, pour lesquels les fournisseurs et les achats sont vus comme des contributeurs importants, comptent en effet parmi les enjeux essentiels identifiés par les entreprises. Nous sommes convaincus que les résultats mis en lumière intéressent un grand nombre d acteurs économiques : les dirigeants d entreprises, auxquels ils donnent une vision plus globale des stratégies achat pratiquées dans les groupes cotés ; les directeurs achat, pour lesquels les conclusions de l étude dressent les contours d une fonction moderne et performante ; et les fournisseurs, qui bénéficient de pistes de réflexion sur les attentes de leurs clients. Nous vous souhaitons une excellente lecture. Philippe Castagnac Directeur Général, Mazars Marc Debets Président, Buy.O

4 Méthodologie et structure de l échantillon L administration des questionnaires, déléguée à un institut de sondage a été réalisée entre le 25 juillet et le 17 septembre 2007, par téléphone. Au total, 74 dirigeants représentants 67 entreprises du SBF 250 ont répondu à notre questionnaire. Au sein du SBF 250, les sociétés ayant répondu sont cotées pour : 18% sur le CAC 40 33% sur le SBF 120, hors CAC 40 49% le SBF 250, hors SBF 120 et CAC 40 Elles représentent respectivement : 30% des sociétés du CAC 40 28% des sociétés du SBF 120, hors CAC % des sociétés du SBF 250, hors SBF 120 et CAC 40 La répartition des répondants par fonction s établit ainsi : Présidents et PDG : 11% Directions générales : 40% Directions administratives et financières : 38% Autres fonctions de direction : 11% La répartition des répondants par secteur est représentative des secteurs d activité des sociétés du SBF 250. Elle est ventilée comme suit : Services : 59% Industrie : 34% Autres : 7% Marché de cotation des sociétés répondantes au sein du SFB 250 Fonction des répondants Secteur d activité des sociétés répondantes Le taux de réponse élevé témoigne de l importance que revêt la fonction achat aux yeux des directions générales. En effet, le montant des achats représente entre 50 et 70% du chiffre d affaires des entreprises. Les stratégies achat sont à ce titre primordiales pour les directions générales et financières des entreprises. Ce résultat corrobore d autres études menées récemment qui placent le sujet du global sourcing en seconde position dans l agenda des dirigeants. 2 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

5 Objectifs de l étude L étude s appuie sur un questionnaire portant sur les enjeux stratégiques et les risques majeurs encourus par les entreprises, la contribution actuelle et à venir de leurs fournisseurs, le rôle de la fonction achat et son évolution. Ce questionnaire a permis de mettre en lumière leurs attentes vis-à-vis de leurs prestataires internes ou externes. Elle a également permis de lever le voile sur certains aspects de la stratégie mise en œuvre par les groupes cotés pour les années à venir. Sommaire PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS ENJEUX ET RISQUES : DES ENTREPRISES EN QUÊTE D UNE RENTABILITÉ ACCRUE, DANS UN ENVIRONNEMENT PORTEUR DE MENACES La rentabilité comme enjeu stratégique prioritaire 6 La pression concurrentielle et les contraintes réglementaires perçues comme risques majeurs 7 LES CONTRIBUTIONS ATTENDUES DES FOURNISSEURS : FAIRE MOINS CHER, MIEUX ET DIFFÉREMMENT Des fournisseurs impliqués dans la stratégie de l entreprise 8 Des leviers de contribution clairement identifiés 10 LES FONCTIONS ACHAT, DE LA GESTION DE LA RELATION FOURNISSEURS ÀL INNOVATION PRODUITS ET SERVICES Des entreprises globalement satisfaites de leur stratégie achat 12 Une contribution achat aujourd hui centrée sur la gestion de la relation fournisseurs et la réduction des coûts 13 Une évolution souhaitée vers une contribution plus marquée à l innovation et à l optimisation des processus internes 14 Un mode d organisation des fonctions achat en phase avec les évolutions attendues 16 VERBATIM, LA FONCTION ACHAT À TROIS ANS,VUE PAR LES DIRIGEANTS TÉMOIGNAGE

6 Principaux enseignements Une approche synthétique des grandes tendances de l étude permet de dégager trois éléments majeurs : >> Dans un contexte de forte concurrence et d amélioration de la rentabilité, les directions générales et financières attendent de leur fonction achat et de leurs fournisseurs une contribution active à la réduction des coûts. Les leviers de contribution des achats à la stratégie de l entreprise les plus fréquemment cités sont la gestion des relations fournisseurs, avec un note moyenne de 7,1 sur une échelle de 1 à 10, et la réduction des coûts, avec une note moyenne de 6,9. Pour les fournisseurs, la contribution à la diminution des coûts apparaît également au premier rang des attentes des entreprises. Elle est citée par plus de 20% des répondants quelle que soit la catégorie de prestataires concernés. Deux particularités peuvent cependant être relevées : pour les fournisseurs de frais généraux, la réduction des coûts est citée dans 62% des cas comme la première contribution attendue, très loin devant les autres ; pour les sociétés de prestations intellectuelles, à l inverse, elle n arrive qu en troisième position, avec 21% des réponses, derrière l innovation et l accès à des savoir-faire différenciants. 4 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

7 >> Les directions générales semblent globalement satisfaites de leur stratégie achat et du niveau de professionnalisme de leur fonction achat. Les entreprises interrogées s estiment en effet à 83% «très» ou «plutôt» satisfaites du niveau de compétence de leur fonction achat. Cette opinion très positive est renforcée par le fait que les répondants témoignent également à plus de 75% d une satisfaction, pleine ou plus modérée, à l égard de leur stratégie achat. A noter qu aucune des entreprises sondées ne se déclare «pas du tout satisfaite» de sa stratégie achat. >> A l avenir, les fonctions achat devront contribuer plus fortement à l innovation, à l amélioration des process internes et au développement international. La contribution à la réduction des coûts deviendra dans les années à venir la priorité numéro une de la fonction achat, juste devant la gestion de la relation fournisseur. Pour autant, les répondants dessinent également les contours d une fonction achat dont les contributions à la stratégie de l entreprise seront beaucoup plus diversifiées qu elles ne le sont aujourd hui : l innovation apparaît au premier rang des axes d amélioration envisagés. Elle est suivie de la capacité à contribuer à l amélioration des process internes et de l appui au développement international. 5

8 Enjeux et risques : des entreprises en quête d une rentabilité accrue, dans un environnement porteur de menaces La rentabilité comme enjeu stratégique prioritaire Pour 62% des entreprises interrogées, l amélioration de la rentabilité est l un des enjeux prioritaires à l horizon des 3 prochaines années. 47% d entre elles citent même la rentabilité comme leur enjeu majeur, loin devant la croissance externe (cité en premier par 23%, et en premier ou en second par 47% des répondants), et l innovation (cité en premier par 15% des entreprises). La ventilation par secteur d activité ne fait apparaître aucune variation sensible entre les entreprises industrielles et les entreprises de services. L amélioration de la rentabilité est, à court terme, le principal challenge identifié par la majorité des grands groupes cotés en France. Quels sont les enjeux majeurs de votre entreprise à trois ans? 6 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

9 La pression concurrentielle et les contraintes réglementaires perçues comme risques majeurs Interrogées sur les risques qu elles perçoivent comme les plus importants, les entreprises du SBF 250 citent d abord la pression concurrentielle (à 66%), puis les contraintes réglementaires et environnementales (à 54%), que nous qualifierons de risques liés à «l environnement». On distingue en second lieu, deux autres points saillants également perçus comme des menaces fortes : la difficulté à recruter (45%) et la raréfaction des matières premières et énergétiques (26 % au total, mais citée en premier ou en second par 52% des entreprises industrielles). Ces deux éléments composent un second sous-groupe que nous qualifierons de «ressources». A contrario, les mutations technologiques ne sont citées que par 26% des répondants, et seuls 5% les classent en risque majeur. Il semble donc que les entreprises aient le sentiment de les avoir correctement intégrées ou anticipées. Au même titre que l instabilité politique et l accès aux capitaux, les mutations technologiques ne sont pas ou plus considérées comme un risque pour la pérennité et la croissance des grands groupes français. Quels sont les principaux risques pour votre entreprise à trois ans? 7

10 Les contributions attendues des fournisseurs : faire moins cher, mieux et différemment Des fournisseurs impliqués dans la stratégie de l entreprise Attendez-vous de vos fournisseurs qu ils contribuent à la mise en œuvre de votre stratégie? Plus de 75% des dirigeants déclarent attendre de leurs fournisseurs qu ils contribuent à la mise en œuvre de la stratégie de l entreprise. 34% d entre eux considèrent même cette contribution comme prioritaire. Si l on entend l entreprise au sens large, l exécution de la stratégie ne se limite pas à sa frontière juridique. Elle est aussi assurée par des ressources externes (prestataires et fournisseurs de services), qui doivent être considérées comme parties prenantes dans la poursuite des objectifs. Les ressources externes de l entreprise doivent donc faire l objet d un management aussi attentif que les ressources internes. 85% des entreprises interrogées estiment ainsi que leurs soustraitants et fournisseurs de sous-ensembles constituent des partenaires stratégiques. Cette proportion atteint 100% pour les entreprises industrielles. Vus comme stratégiques par 70% des dirigeants, les fournisseurs de prestations intellectuelles arrivent au second rang. Cependant, la différence de perception est significative entre les entreprises de services, qui les considèrent à 75% comme porteurs d enjeux stratégiques, et les entreprises industrielles, pour lesquelles seuls 48% des fournisseurs de prestations intellectuelles sont des partenaires stratégiques. Les pourcentages, tant globaux que ventilés par secteurs d activité des entreprises, sont sensiblement identiques pour les fournisseurs de services techniques. Au-delà de la performance financière, à laquelle ils doivent contribuer, on attend également des prestataires de services qu ils participent à la performance globale de l entreprise, voire à sa transformation par l apport d innovations et de savoir-faire différenciants. Les entreprises ont pris de nombreuses initiatives. Mais l utilisation des compétences des prestataires doit faire l objet d une stratégie plus globale. 8 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

11 La place croissante des prestataires, qu ils fournissent des services techniques ou des prestations intellectuelles, leur confère la même importance stratégique que les fournisseurs traditionnels pour l industrie. Les fournisseurs de matières premières et d énergie sont vus comme porteurs d enjeux stratégiques par 60% des entreprises interrogées. Ce pourcentage atteint plus de 95% pour les entreprises industrielles, alors qu il est inférieur à 50% pour les sociétés de services. Dans un environnement de hausse des cours des matières premières et de l énergie, l objectif de réduction des coûts ne peut être atteint qu en diminuant la consommation de ces ressources, et en s orientant vers des énergies alternatives. Dans ce contexte, les entreprises attendent des fournisseurs qu ils adoptent une attitude proactive pour les aider à faire face ensemble à ce défi. Enfin, les fournisseurs de frais généraux constituent l unique catégorie à n être majoritairement pas perçue comme stratégique, ni par les industriels, ni par les entreprises de services. Quelles sont les catégories de fournisseurs les plus porteuses d enjeux stratégiques? 9

12 Les contributions attendues des fournisseurs : faire moins cher, mieux et différemment Des leviers de contribution clairement identifiés La réduction des coûts est, de manière globale, le premier levier de contribution identifié, quelle que soit la catégorie de fournisseurs concernée. Seule exception, les fournisseurs de prestations intellectuelles, pour lesquels les entreprises attendent en priorité une contribution à l innovation (pour 29% des répondants) et un accès à des savoirfaire différenciants (pour 24% des répondants). Quels sont les principaux leviers qui permettent à vos fournisseurs de contribuer à votre stratégie? On peut noter qu au second rang général des leviers de contribution identifiés figure l amélioration de la qualité, particulièrement attendue des sous-traitants et des fournisseurs de sous-ensembles, pour 26% des répondants. 10 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

13 Viennent ensuite la garantie d approvisionnement, l accès à de nouveaux savoir-faire et l innovation. L enjeu pour les entreprises réside dans leur capacité à accroître leur niveau d exigence vis-à-vis de leurs fournisseurs, sur des critères de performance économique et industrielle, tout en s ouvrant et en étant plus réceptives à leurs innovations et aux modes de fonctionnements différenciants qu ils proposent. L évolution de la gestion de la relation fournisseurs doit donc être au cœur des préoccupations actuelles. Le graphique ci-contre met également en lumière la question de la mesure de la performance achat et fournisseurs, qui doit bien entendu aller au-delà de la simple mesure des économies, qui constituent seulement 21 à 29% des enjeux déclarés, et prendre en compte d autres contributions, telles que l innovation par exemple. Ni la contribution au développement international, ni la prise en charge partielle ou intégrale de processus internes ne semblent constituer, aux yeux des entreprises, des leviers significatifs. L externalisation n est pas identifiée comme un enjeu stratégique en soi, mais est considérée comme un moyen de réduire les coûts, d augmenter son niveau de qualité et d accéder à des savoir-faire différenciants. 11

14 Les fonctions achat, de la gestion de la relation fournisseurs à l innovation produits et services Des entreprises globalement satisfaites de leur stratégie achat Les entreprises interrogées se déclarent très majoritairement (à 77%) «plutôt» ou «très» satisfaites de leur stratégie achat. A noter que, parmi celles qui émettent une opinion contraire, aucune ne se déclare «pas du tout satisfaite». Les répondants se montrent également satisfaits du niveau de professionnalisme de la fonction achat. Plus de 80% des entreprises interrogées estiment en effet que la compétence de la fonction achat est «plutôt» ou «tout à fait» satisfaisante. Etes-vous satisfait de la stratégie achat à moyen terme de votre entreprise? Etes-vous satisfait du niveau de compétence de votre fonction achat? Les investissements effectués depuis près de vingt ans pour la professionnalisation de la fonction achat portent leurs fruits, avec 77 % des directions générales satisfaites de l exécution de leur stratégie achat. A noter toutefois qu un dirigeant sur cinq estime ne pas détenir un niveau d information suffisant concernant ses fournisseurs stratégiques. 12 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

15 Une contribution achat aujourd hui centrée sur la gestion de la relation fournisseurs et la réduction des coûts Les entreprises du SBF 250 reconnaissent que leurs fonctions achat contribuent majoritairement à la gestion de la relation fournisseurs et à la réduction des coûts. Derrière ces deux points, se dégage une série de contributions qui correspondent à des missions «classiquement» dévolues aux fonctions achat : gestion des partenariats stratégiques, gestion des risques et optimisation du BFR. Sur une échelle de 1 à 10, ces trois items recueillent des notes moyennes situées entre 5,9 et 5,5. On peut également noter que l innovation et l appui au développement international ne semblent pas aujourd hui perçus comme des domaines dans lesquels la fonction achat joue un rôle majeur. Sur une échelle de 1 à 10 notez la contribution actuelle de votre fonction achat 13

16 Les fonctions achat, de la gestion de la relation fournisseurs à l innovation produits et services Une évolution souhaitée vers une contribution plus marquée à l innovation et à l optimisation des processus internes A court et moyen terme, la gestion de la relation fournisseurs et la réduction des coûts restent les contributions les plus attendues de la fonction achat. Toutefois, leur ordre de priorité s inverse. Avec une note moyenne de 7,4 contre 6,9 aujourd hui, la réduction des coûts devance la gestion des fournisseurs (6,7 contre 7,1 aujourd hui) et devient la priorité numéro une de la fonction achat. Les évolutions les plus marquées concernent tout d abord la contribution à l innovation produits et services (6,3 contre 5,1 aujourd hui, soit un différentiel de 1,2 point) et l optimisation des process internes (6,4 contre 5,3 aujourd hui). La fonction achat sera également amenée à être un acteur plus significatif du développement international des entreprises (5,5 contre 4,7). Le double message délivré par les directions générales est clair, les fournisseurs et les prestataires doivent : participer à la création de valeur à travers l effort de maîtrise des coûts ; intervenir plus activement dans la mise en place d innovations et de nouveaux savoir-faire, de même que dans la transformation des processus internes, et à un moindre niveau dans le développement international. 14 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

17 Sur une échelle de 1 à 10 notez la contribution attendue de votre fonction achat dans les années à venir Si l on ne retient que les contributions recueillant une note supérieure à 6, on voit se dessiner le profil de la fonction achat de demain, qui devra être capable : de réduire les coûts et de gérer les risques, de mettre en place et de piloter la relation avec les fournisseurs et les partenaires stratégiques, d être un acteur majeur dans l innovation et la transformation des processus internes de l entreprise. 15

18 Les fonctions achat, de la gestion de la relation fournisseurs à l innovation produits et services Un mode d organisation des fonctions achat en phase avec les évolutions attendues Il est intéressant de noter que ces évolutions attendues de la fonction achat n entraîneront a priori que peu de changements dans son organisation. Les entreprises interrogées ne semblent pas souhaiter modifier le rattachement de leur fonction achat. En effet, 62% de ces fonctions sont aujourd hui rattachées au comité exécutif de l entreprise. Parmi les 38% restants, seuls 11% considèrent qu un rattachement au comité exécutif doit être envisagé. Enfin, la quasi-totalité des entreprises dans lesquelles la fonction achat est centralisée (soit 64% des répondants) souhaite qu elle le reste. Les entreprises dans lesquelles les achats sont aujourd hui décentralisés se déclarent, quant à elles, à 22% favorables à une centralisation de leur fonction. La fonction achat se modernise et met en place des outils qui accroissent sa productivité (e-sourcing, e-procurement, dématérialisation...). En outre, une partie des activités dévolues aux fonctions achat sont aujourd hui externalisées. L enquête montre que ces efforts de productivité n appellent pas pour autant une baisse des effectifs puisque qu une large majorité des entreprises interrogées prévoit de maintenir ses effectifs. 25% des entreprises sont même prêtes à les augmenter. Cette tendance illustre la volonté des dirigeants d accroître les moyens globaux de la fonction achat, afin de lui permettre de remplir ses nouvelles missions. 16 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

19 Actuellement votre fonction achat est-elle rattachée au comité exécutif? Dans le futur souhaitez-vous qu elle soit rattachée au comité exécutif? Base : 74 répondants Base : 28 répondants ayant une fonction achat non rattachée au Comité Exécutif Actuellement votre fonction achat est-elle centralisée? Dans le futur souhaitez-vous qu elle soit centralisée? Base : 47 répondants ayant une fonction achat centralisée Base : 74 répondants Base : 27 répondants ayant une fonction achat décentralisée 17

20 Verbatim, la fonction achat à trois ans, vue par les dirigeants «Des gens qui ont une multi-compétence ; qui ont compris le business de la société, et qui sont capables d intégrer les contraintes techniques et financières lors des négociations avec les fournisseurs, qu ils soient nouveaux» ou plus anciens. «Elle doit savoir créer des relations de partenariat avec les fournisseurs sur le long terme, mais aussi détecter de nouveaux fournisseurs et des produits innovants.» «Une fonction beaucoup plus ouverte sur le marché extérieur.» «Une fonction achat qui est plus au service des progrès de productivité de l ensemble du groupe et qui est capable finalement d être plus active dans la capacité à remettre en cause les modes de fonctionnement qui existent» aujourd hui. «Une fonction achat à l affût de tous les moyens qui permettent l innovation, conjuguée à la réduction des coûts.» 18 SFB 250, QUELLE STRATÉGIE ACHAT? La vision des directions générales

21 «Témoignage 75% des dirigeants interrogés considèrent leurs fournisseurs comme des partenaires stratégiques. Cela appelle-t-il un commentaire de votre part? A mon sens, cela est du à deux phénomènes qui ont marqué les dix dernières années. Le premier est relatif au contexte de globalisation, entraînant les entreprises à rechercher la taille critique. Or, la croissance externe pure s est souvent avérée insuffisante ou imparfaite. Les stratégies de croissance sont, de ce fait, aussi passées par des alliances stratégiques ou des partenariats avec des fournisseurs, qui dès lors, ont endossé une importance stratégique forte. La démarche de partenariat de services est utilisée comme levier pour transformer l entreprise en profondeur et augmenter ses performances. Le second phénomène tient au fait que les entreprises se sont recentrées sur leur cœur de métier. Elles ont dû faire appel à des «prestatairespartenaires» à haute valeur ajoutée, qui leur ont apporté les compétences critiques dont elles avaient besoin. Réduction des coûts, amélioration de la qualité et innovation sont les attentes les plus souvent exprimées par les dirigeants vis-à-vis de leurs fournisseurs. Vous inspirent-elles une réaction particulière? La réduction des coûts est effectivement une priorité, comme le souligne bien l étude. Mentionnée telle quelle, elle ne permet malheureusement pas de mettre en valeur la collaboration entre partenaires. Forts de ce constat, de plus en plus de prestataires et clients travaillent ensemble sur la notion de coûts complets.ainsi l intégralité de la chaîne de valeur peut être revisitée et des actions ciblées de maîtrise des coûts peuvent être mises en place dans une optique gagnant gagnant. Concernant l amélioration de la qualité, l attente exprimée par les entreprises est conforme à ce que nous observons. Enfin, sur la contribution attendue en termes d innovations et de savoir-faire : c est une excellente nouvelle, notamment pour les prestataires de services techniques et les fournisseurs de prestations intellectuelles. L étude montre que la contribution des achats, aujourd hui vue comme «classique», est largement amenée à s enrichir dans le futur. Cela est-il conforme à vos observations? A l évidence, la fonction achat connaît une forte évolution à tous les niveaux. Le métier est en train d acquérir une véritable identité et une dimension professionnelle forte. Au cours des prochaines années, la fonction achat devra relever quatre grands défis. Celui du leadership tout d abord : l acheteur doit s imposer comme le CRO (Chief Resource Officer) en charge de la gestion des ressources externes de l entreprise. Il devra compter sur ses qualités de fédérateur et de communicant aussi bien vis-à-vis de sa direction générale que des directions fonctionnelles. Celui du recours à l externalisation également, car l acheteur est le mieux placé pour maîtriser cette démarche, traduire les besoins, contractualiser la relation et suivre la performance économique du prestataire. Celui de l esourcing ensuite, qui lui permettra de se recentrer sur sa réelle valeur ajoutée en réduisant le temps qu il consacre aux appels d offres et aux négociations. Enfin,celui de l éthique, car dans un contexte de globalisation des ressources, l acheteur devra être capable de prendre en compte l impact de ses pratiques sur l entreprise, ses clients, ses collaborateurs et l environnement. Patrick Miliotis, Vice-Président, Institut Esprit Service (IES)» 19

22 Ont collaboré à cette étude : Catherine Bergaud, Philippe Castagnac, Xavier Charton, Marc Debets, Patrick Miliotis et Chantal Coupri, Jean-Philippe Daniel, Agnès Dorizon-Salfray, Valérie Lacour, Christine Lascombe, Jean-Baptiste Lendrin, Julie Luc. Impression éco-responsable sur papier 50% recyclé et 50% provenant de forêts gérées durablement, électricité issue de sources 100% renouvelables, 100% des déchets solides et liquides traités et/ou recyclés, livraison assurée par un camion respectueux de l environnement (Gaz Naturel des Véhicules). Les renseignements fournis dans la présente publication sont donnés uniquement à titre d information et n ont pas pour objet de donner des conseils. Propriété des sociétés Buy.O et Mazars - Tous droits réservés. Décembre 2007

23

24 Mazars 61 rue Henri Regnault Paris-La Défense Cedex Tél : + 33 (0) Fax : + 33 (0) Buy.O 103 Boulevard Haussmann Paris Tél : + 33 (0) Fax : + 33 (0) Conception : Mazars, Communication France - Broch 16 12/07 - Certification Imprim Vert

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds.

Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Troisième édition du Global Private Equity Report de Grant Thornton : le Private Equity s adapte aux nouvelles pratiques de la levée de fonds. Paris, le 4 novembre 2013 Un regain d optimisme à l échelle

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Synthèse Petit-déjeuner «Démat-finance» Octobre 2012 SOMMAIRE I. LA PERFORMANCE DU PROCESSUS ACHATS FOURNISSEURS 2 II. GRANDS ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures

L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures L image de la presse professionnelle auprès des actifs de catégories moyennes et supérieures Sondage Ifop pour la Fédération nationale de la presse spécialisée Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Guillaume

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom.

Tour Franklin, 100-101 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 01 49 03 25 00 Fax. : 01 49 03 25 01 www.solucom. Tour Franklin, 00-0 Terrasse Boieldieu, La Défense 8 92042 Paris La Défense Cedex Tél. : 0 49 03 25 00 Fax. : 0 49 03 25 0 www.solucom.fr Tous droits réservés - crédits photos : Fotolia - ISBN 978-2-98872-00-9

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS

USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS USAGE ET PERCEPTION DE L ADMINISTRATION ELECTRONIQUE EN LIGNE PAR LES PROFESSIONNELS - Sondage de l'institut CSA - N 0501353 Novembre 22, rue du 4 Septembre BP 6571 75065 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés

Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés COMMUNIQUE DE PRESSE Les lieux de travail d hier, d aujourd hui et de demain, vus par les salariés Sondage Harris Interactive pour Gecina Enquête réalisée en ligne du 5 au 11 mai 2011. Echantillon représentatif

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises

Performances de Sage ERP X3. étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Performances de Sage ERP X3 étude réalisée par Ernst & Young Advisory auprès de moyennes et grandes entreprises Edito En tant qu acteur majeur du marché du conseil, nous nous devons de tenir informés nos

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Besoins et attentes des habitants en Haute-Normandie en matière d équipements publics

Besoins et attentes des habitants en Haute-Normandie en matière d équipements publics mars 2010 Besoins et attentes des habitants en Haute-Normandie en matière d équipements publics Enquête BVA réalisée entre le 10 et le 21 février auprès d un échantillon de 197 habitants de Haute-Normandie

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines?

Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Quel contexte pour la gestion des ressources humaines? Dans le contexte actuel, les PME-PMI subissent de nombreuses contraintes : la mondialisation et la concurrence internationale, la nécessité d être

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Sommaire Etude tendancielle de la SaarLB 1. Principales données du sondage 2. Évaluation générale des énergies renouvelables : opportunités

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition)

Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) Etude Afci Andrh Inergie sur la communication managériale (3 ème édition) L appropriation de la stratégie et sa démultiplication par les managers Juillet 2011 Contact Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé

Plus en détail

Comment améliorer la performance de la paie?

Comment améliorer la performance de la paie? Comment améliorer la performance de la paie? La performance est aujourd hui un enjeu majeur des cabinets Le 67 e Congrès de l ordre des experts-comptables, qui s est tenu à Paris début octobre, a mis en

Plus en détail

Les Entreprises du Libre. Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL

Les Entreprises du Libre. Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL Les Entreprises du Libre Cartographie des Entreprises du Logiciel Libre du CNLL Page 2 AVANT PROPOS «Le Conseil National du Logiciel Libre a été créé en février 2010, par les grandes associations du Logiciel

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1

«Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 «Expatriates in France : Tell us about your life» - Vague 1 Enquête réalisée par www.paris21.tv en partenariat avec la Société de Banque et d Expansion et de Paris Développement 17 Septembre 2014 www.netsbe.fr

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012

ÉTUDE IT FOCUS. Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI. En partenariat avec DÉCEMBRE 2012 DÉCEMBRE 2012 ÉTUDE IT FOCUS Enjeux et perspectives 2013 pour la DSI En partenariat avec SOMMAIRE INTRODUCTION IT FOCUS...4 MÉTHODOLOGIE...4 BUDGETS ET ORIENTATIONS...5 Disposez-vous d un budget qui vous

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

LA GESTION DES SERVICES INFORMATIQUES À L'ÉPREUVE DU TERRAIN

LA GESTION DES SERVICES INFORMATIQUES À L'ÉPREUVE DU TERRAIN ÉTUDE ITIL ITIL/ITSM ITSM Novice ou expert? LA GESTION DES SERVICES INFORMATIQUES À L'ÉPREUVE DU TERRAIN Sondage réalisé auprès de 93 entreprises pour le compte d'ibm conception graphique et réalisation

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Éditorial. des ministres

Éditorial. des ministres PROJET STRATÉGIQUE Éditorial des ministres Nous avons souhaité fin 2012 que la douane établisse un projet stratégique à horizon 2018 afin qu elle poursuive son processus d évolution... Les principaux secteurs

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

Les préoccupations des enseignants en 2014

Les préoccupations des enseignants en 2014 Les préoccupations des enseignants en 204 Une profession en quête de valorisation Date Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001

SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001 SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001 Retours d expériences d organismes certifiés par AFNOR Certification Étude Certification ISO 50001 Octobre 2014 Trois ans après la publication de la norme

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Introduction & «raison d être» de l étude

Introduction & «raison d être» de l étude 1 Introduction & «raison d être» de l étude Le RTB (Real Time Bidding) est un nouveau mode d achat média programmatique, arrivé sur le marché de la publicité digitale depuis 2010. Basé sur l achat d espaces

Plus en détail

La certification dans les Organismes de Protection Sociale

La certification dans les Organismes de Protection Sociale La certification dans les Organismes de Protection Sociale Quelles certifications sont représentées dans le secteur? Quelles initiatives sont actuellement menées? Comment appréhende-t-on les certifications

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Les achats tendent vers la maturité

Les achats tendent vers la maturité Métier ::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::: Enquête Pour la seconde année consécutive, une enquête exclusive réalisée par Demos, en partenariat avec Décision Achats,

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS

SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS SOLUTIONS E-PROCUREMENT : PRIORITES ET LEVIERS D ACTION DES DIRECTIONS ACHATS «L e-procurement est un outil au service de la stratégie achats des grandes entreprises. Automatiser intégralement le processus

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique

PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Communiqué de presse du lundi 12 mars 2012 PHOENIX Pharma France affirme sa position de challenger sur le marché français de la distribution pharmaceutique Créteil, lundi 12 mars 2012 - A l heure des profonds

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 Enquête de satisfaction pour le Syndicat 10 1 milliards Les courtiers grossistes souscripteurs en assurance : une force économique + de milliards 2 d euros de primes collectées

Plus en détail

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo

LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES. Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo LA FILIERE ENERGIES RENOUVELABLES Du 16 au 19 octobre 2012 Fiche mémo 1 Etat des lieux : les énergies renouvelables, une mine d activités en devenir Dans un contexte de lutte contre le changement climatique,

Plus en détail

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur

Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Capgemini BPO conçoit à vos côtés des solutions créatrices de valeur Avec vous, nous nous engageons pour construire vos solutions de gestion Face à la globalisation des marchés, au développement des systèmes

Plus en détail

Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants

Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants [ Le marché du conseil : tendances et [facteurs déterminants U N E É T U D E E N F R A N C E E T D A N S L E M O N D E U N E É T U D E E N F R A N C E E T D A N S L E M O N D E sommaire Page 2 3 3 3 4

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

Le rôle sociétal du café en entreprise

Le rôle sociétal du café en entreprise Le rôle sociétal du café en entreprise Fort de son expertise café, Nespresso Business Solutions a conduit avec l organisme IFOP une étude sur la place et le rôle du café en entreprise, et en dévoile les

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2014 Perception du risque et comportement d investissement 3 décembre 2014 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale? Parce

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail