PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après"

Transcription

1 Étude Sept PRDI* : retour d expérience des entreprises un an après Enquête 2012 *Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation financée par

2 Mentions légales : «PRDI : retour d expérience des entreprises un an après» Copyright Bretagne Développement Innovation 2012 Directeur de publication : Frédéric Rode Rédacteurs de l étude : Jonathan Gouessan - Emilie Faucheux Comité éditorial : Pôle Ingénierie Pôle Innovation Droits de reproduction sous réserve d accord et de mention de la source p. 2

3 Sommaire Introduction... 4 Les évaluations précédentes de la PRDT et PRDI... 5 Objectifs de l enquête... 5 Déroulement de l enquête... 6 Synthèse des résultats... 7 Résultats de l enquête... 8 Partie 1 L aide financière PRDI... 8 Partie 2 Evaluation du résultat de la prestation Les bénéfices tirés de ce projet Le dépôt de brevet L entrée dans un nouveau marché L augmentation de la part de marché Les difficultés liées à ce projet Partie 3 La suite du projet La collaboration avec le prestataire Partie 4 Le réseau breton de l innovation (RBI) Conclusion Pour aller plus loin Sources Annexe p. 3

4 Introduction Le Réseau Breton de l Innovation, anciennement appelé Réseau de développement technologique (RDT), a vocation à «aider les entreprises à faire émerger et à formaliser leurs besoins en matière de développement de projets innovants 1». Le RBI compte actuellement 149 membres, disposant de compétences généralistes ou spécialisées, issus de 56 structures œuvrant dans l accompagnement et le développement économique des entreprises 2. Pour mener à bien leur mission, les conseillers du RBI disposent d un outil financier : la Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation (PRDI). La PRDI (Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation) 3 est un des outils mis à disposition des conseillers du Réseau Breton de l Innovation pour soutenir les PME-PMI bretonnes dans leurs démarches d innovation et leur permettre de franchir la «première marche». Elle est financée à part égale par le Conseil Régional de Bretagne et Oséo et gérée par Bretagne Développement Innovation. Comment ça marche? La PRDI est prescrite aux entreprises par les conseillers du RBI afin de faire avancer des projets qui nécessitent l intervention d un prestataire spécialisé (structure publique ou privée, expert indépendant ). Quelles entreprises peuvent en bénéficier? Les PME-PMI, prioritairement de moins de 50 salariés, dans le secteur de l industrie, du service ou de l artisanat, pas ou peu familiarisées avec le partenariat technologique et l innovation. Quel en est le montant? Le montant maximum de cette subvention est de Elle est limitée à 50% du montant global HT du projet et 80% du montant global HT de la prestation subventionnée. 1 Bretagne Développement Innovation, «Zoom sur les centres d innovations technologiques bretons», septembre 2011, 39 pages. 2 Portail de l innovation Bretagne : 3 Anciennement appelée Prestation Régionale de Développement Technologique (PRDT) p. 4

5 DEMARCHE D EVALUATION PERMANENTE DE LA PRDI Le processus d attribution d une PRDI à une PME inclut systématiquement une évaluation «à chaud» qui permet de connaitre le degré de satisfaction du bénéficiaire quant à la prestation réalisée ainsi que les suites qu il réserve à son projet. De plus, une enquête annuelle d évaluation «un an après» est conduite systématiquement depuis Cela constitue l objet de l étude présente. Cette démarche permet d obtenir des informations plus précises sur les bénéfices que l entreprise a retirés de son projet à plus long terme (impact CA, création d emploi, projets connexes, ouvertures de nouveaux marchés ). Ainsi, les deux dernières enquêtes ont permis de faire ressortir plusieur éléments clés : 56% des projets n auraient pu être concrétisés sans l apport de la PRDI Dans 1 cas sur 2, le projet a abouti au lancement d un nouveau produit 1 entreprise sur 2 déclare avoir acquis de nouvelles compétences Près des 2/3 des entreprises ont poursuivi leur collaboration avec le prestataire de leur PRDI OBJECTIFS DE L ENQUETE L objectif principal de cette démarche est d assurer un suivi du projet de l entreprise un an après avoir reçu l aide. Plus précisément, à travers cette enquête, nous souhaitons évaluer : Le financement par la PRDI o Identifier à quel moment l aide est intervenue dans le processus d innovation o Déterminer si l aide a été indispensable au projet Le résultat de la prestation o Identifier ce que l entreprise peut capitaliser à partir du résultat o Mettre en évidence les points bloquants du projet La suite du projet o A-t-il continué après la prestation? o A-t-il bénéficié d autres aides? Les relations avec le RBI et les prestataires 4 La première d entre elles, a été réalisée en 2010, auprès de 92 entreprises ayant bénéficié d une PRDT en 2008 et La seconde, menée en 2011, concernait 43 entreprises bénéficiaires d une PRDI entre 2009 et p. 5

6 DEROULEMENT DE L ENQUETE Les entreprises interrogées sont toutes les entreprises ayant bénéficié d une PRDI clôturée depuis au moins un an (sélection du 1 er octobre 2010 au 31 mai 2011) : Dont la PRDI n a pas été annulée 5 N ayant pas reçu la précédente enquête 38 entreprises étaient dans ce cas au lancement de l enquête. Cela correspond à notre population de référence. L enquête a été envoyée le 12 juin Nous avons recueilli 33 réponses, soit un taux de retour de 87%. Ces 33 réponses constituent notre échantillon. 5 Une PRDI peut être annulée en cas de défaillance du prestataire ou de l entreprise. L entreprise peut également décider d arrêter le projet pour des raisons diverses (changement de stratégie, projet non viable). Dans le cas où le prestataire cesse son activité, le dossier de PRDI est retraité généralement avec un autre prestataire. p. 6

7 Synthèse des résultats Deux tiers des prestations financées dans le cadre d une Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation n auraient pas été réalisés sans cette aide financière. Les bénéfices de la PRDI sont nombreux : - Lancement de nouveaux produits pour 42% des entreprises - Amélioration de l image de marque : 42% des entreprises - Acquisition de nouvelles compétences chez 52% des répondants - Création de nouveaux partenariats : 58% des entreprises Propriété Industrielle et PRDI : - 21% des projets subventionnés donnent ensuite lieu à un dépôt de brevet. Les entreprises rencontrent aussi des difficultés : - La difficulté d atteindre le marché ciblé (52%) - Le manque de capacité d investissement (42%) - Le manque de temps (36%) Une porte d entrée à l innovation : - 70% des projets innovants se sont poursuivis suite à la prestation. - 61% des entreprises ont bénéficié de conseils techniques et règlementaires par les conseillers du RBI. Les entreprises ont une opinion positive de la PRDI, qui a pu être observée aussi bien lors de cette enquête que dans les fiches Qualité. p. 7

8 Résultats de l enquête Le questionnaire étant le même que pour l enquête précédente, une comparaison a été faite pour certaines questions. PARTIE 1 L AIDE FINANCIERE PRDI 64% des projets n auraient pas été concrétisés sans l apport de la PRDI : 15 des 22 projets financés sur la phase initiale, soit 67%, n auraient pas été réalisés s il n y avait pas eu ce financement. Quant aux projets financés en totalité, aucun des 4 n aurait été réalisé. 27% des prestations financées par la PRDI concernaient des études en Propriété Industrielle (recherche documentaire, brevetabilité) ou la rédaction d une demande de dépôt de brevet. En seconde place (21%), se trouvent les prestations en vue de la réalisation d études. Enfin, 18% correspondaient à des prestations de conception et de réalisation de prototypes, ainsi qu à des études, essais, tests ou contrôles. p. 8

9 Par rapport à l enquête précédente, les quatre premières places sont occupées par les mêmes types de prestations mais leur ordre était différent : 1. Modélisation, calculs, prototypage (27%) 2. Propriété industrielle (24%) 3. Essais, tests, contrôles (18%) 4. Etudes (12%) 64% des prestations financées ont reçu une subvention de plus de HT dont 11 sur les 33 qui ont reçu la somme maximum possible. Par ailleurs, les valeurs moyenne, médiane et minimum restent semblables à celles de l enquête Deux secteurs, principalement, bénéficient le plus des PRDI. Il s agit de l agro-alimentaire et des produits grands publics, qui figuraient déjà respectivement à la deuxième et troisième place lors de la dernière enquête. Par ailleurs, ces deux mêmes secteurs regroupent 50% des prestations supérieures à Par rapport à l enquête précédente, un nombre moindre de projets se situe dans le secteur de la mécanique-machine-outil : 6 projets l an dernier contre un seul cette année (Etude sur l'usinabilité de pièces en carbure). p. 9

10 PARTIE 2 EVALUATION DU RESULTAT DE LA PRESTATION Les bénéfices tirés de ce projet Toutes les entreprises répondantes ont cité au moins un bénéfice. De nombreux effets positifs sont cités par les entreprises, le plus fréquemment aux niveaux : 1. technologique : 91% des entreprises attestent d un effet positif à ce sujet 2. commercial : 70% d entre elles y perçoivent une retombée 3. économique : 64% des entreprises indiquent un bénéfice à ce niveau Question 3 : Quels bénéfices votre entreprise a-t-elle retiré de ce projet? (plusieurs réponses possibles) Pour ces trois niveaux, le nombre d entreprises citant au moins un bénéfice est beaucoup moins élevé que lors de l enquête précédente. En effet, en moyenne, 74% des entreprises citent un bénéfice pour chacun de ces niveaux tandis que ce chiffre était de 90% en p. 10

11 Parmi les résultats les plus significatifs : Le chiffre d affaires reste le premier bénéfice cité par les entreprises malgré une part moins importante (30% contre 44% en 2011) La part des brevets déposés est moins importante : près de la moitié de dépôts en moins. (7 contre 13 en 2011) L image est un bénéfice particulièrement important pour les entreprises même si une légère baisse est constatée par rapport à l année passée (42% en 2012 contre 59% en 2011) Les entreprises s en sortent toutefois aussi bien qu en 2011 au niveau commercial. Elles sont 19 sur 33 (soit 58%) à avoir élargi leur clientèle (contre 53% en 2011), à savoir qu elles ont soit pénétré un nouveau marché, soit élargi leur produit à de nouveaux segments de consommateurs, soit augmenté leur part de marché. 76% des répondants indiquent avoir bénéficié d un avantage organisationnel, qu il soit interne ou externe, suite à ce projet. Ils étaient 79% dans l enquête 2011 et 77% en La préoccupation des entreprises de leur impact sur l environnement semble de plus en plus importante. En effet, on constate entre l enquête 2011 et 2012 une augmentation de 40% du nombre d entreprises dont le projet, financé en partie par la PRDI, a permis de réduire, soit les déchets, soit la consommation d énergie. Principalement, la PRDI a permis de : 1. Générer de nouveaux partenariats (commerciaux, de production ou technologiques) pour 58% des entreprises 2. Acquérir de nouvelles compétences pour près de la moitié des entreprises 3. Améliorer leur notoriété et leur image de marque dans 42% des cas 4. Lancer un nouveau produit pour 42% des répondants Ces quatre bénéfices étaient également les plus cités dans l enquête précédente. p. 11

12 Le dépôt de brevet A l issue de la prestation, 21% des entreprises (soit 7 sur 33) ont déposé un brevet (contre 38% dans l enquête 2011 et 12% dans l enquête 2010). Le nombre de dépôt de brevet était donc plus important dans l enquête Ce fait peut s expliquer de deux manières : Dans la présente enquête, les sept entreprises déposantes de brevet l ont uniquement fait suite à l obtention d une PRDI «Propriété industrielle, brevet». Or, dans l enquête 2011, des dépôts de brevets avaient également été effectués suite à des PRDI autres que «Propriété industrielle, brevet». Par ailleurs, 78% des entreprises ayant bénéficié d une PRDI «Propriété industrielle, brevet» ont déposé un brevet alors que ce résultat était de 100% dans l enquête précédente. Une entreprise a également fait un dépôt au niveau européen. De même, une seule entreprise a par la suite décidé d étendre le champ d application de son brevet. Cette même entreprise fait par ailleurs partie des deux entreprises à avoir engagé d autres démarches de protection industrielle depuis. A titre indicatif, l étude portant les entreprises primo-déposantes de brevet entre 2005 et indiquait que : - un tiers d entre elles étendaient leur brevet - près des deux-tiers engageaient une autre démarche de protection par la suite En guise de comparaison avec l enquête précédente, les montants moyen et médian des prestations ayant permis de déposer un brevet sont plus faibles cette année (-36% pour la moyenne et -24% pour la médiane). En revanche, la valeur minimum est 26% supérieure à celle de l année dernière. 6 Bretagne Développement Innovation, Enquête auprès des entreprises ayant fait une première demande de brevet entre 2005 et 2009, Septembre 2012 p. 12

13 Cela confirme l impression donnée par le tableau, à savoir un niveau de prestation «Propriété industrielle, brevet» faible (inférieur à 5000 dans tous les cas) et homogène (entre 2704 et 5000 ). L entrée dans un nouveau marché 30% des entreprises ont pénétré un nouveau marché à l issue de la PRDI. Pour sept d entre elles, il s agissait uniquement du marché national. L augmentation de la part de marché 24% des entreprises ont accru leur part de marché. Les parts de marché supplémentaires acquises par les entreprises se concentrent principalement en France (88% des entreprises ayant augmenté leur part de marché). L entreprise ayant augmenté ses parts de marché au niveau international l a également fait au niveau français. Par rapport à l année dernière, les entreprises bénéficiaires d une PRDI ont davantage augmenté leur part de marché (24% cette année contre 18% en 2011) mais elles ont été, à l inverse, moins nombreuses à entrer sur de nouveaux marchés (30% contre 44% dans l enquête précédente). p. 13

14 Les difficultés liées à ce projet Question 4 : Quelles difficultés avez-vous rencontré lors de la réalisation de votre projet? (Plusieurs réponses possibles) 85% des entreprises citent au moins une difficulté (contre 77% dans la dernière enquête). Classées par ordre d importance, les entreprises rencontrent principalement des difficultés : 1. au niveau stratégique et économique : 55% d entre elles 2. au niveau commercial : chez 55% des entreprises 3. au niveau organisationnel : pour 49% d entre elles 4. d un point de vue financier : 42% des cas (Autres : marché sinistré du photovoltaïque, abandon du projet, déficit de production initial) (Autres : difficulté dans le dépôt du nom commercial du fait d un grand nombre de dépôts déjà effectués par la concurrence, abandon de la mise en place d une démarche de protection afin de ne pas éveiller la concurrence) Dans cette enquête, les entreprises ont davantage cité la non-rentabilité de leur projet comme difficulté (21% contre 9% l année dernière). La même tendance peut être observée quant à la difficulté d atteindre le marché ciblé (52% contre 35% dans l enquête précédente) ainsi que dans la réalisation d une démarche de protection (24% contre 6% en 2011). p. 14

15 (Autre : difficulté liée aux fournisseurs) Au regard de l enquête précédente, les entreprises rencontrent également davantage de difficultés au niveau organisationnel, notamment du fait d un manque de temps (36% contre 18% en 2011). Les entraves à la finalisation des projets sont principalement dues : 1. A la difficulté d atteindre le marché ciblé (52%) 2. A un manque de capacité d investissement (42%) 3. A un manque de temps (36%) 4. A un marché encore trop restreint (33%) Ces difficultés rencontrées par les entreprises sont les mêmes que celles indiquées lors de l enquête précédente. A l inverse, peu d entreprises (18%) connaissent des difficultés technologiques mais ce résultat est néanmoins en augmentation par rapport à l année dernière (9%). Il apparait également que plus d une entreprise sur quatre combinent un manque de capacité d investissement avec des difficultés à atteindre le marché ciblé. p. 15

16 PARTIE 3 LA SUITE DU PROJET (Autre : Crédit Impôt Recherche) Suite à la prestation, 70% (contre 88% l année dernière) des projets ont continué. Parmi ces projets, 13% (3 entreprises sur 23) ont bénéficié d une autre aide pour la finalisation. Elles étaient 27% dans l enquête précédente. Une entreprise a notamment bénéficié à la fois d une aide d Oséo et d un Crédit Impôt Recherche (CIR) 7. En revanche, aucune entreprise n a bénéficié d aide de la part de l Union Européenne. 7 «Le crédit d'impôt recherche a pour but de baisser pour les entreprises le coût de leurs opérations de recherchedéveloppement. Il soutient leur effort de recherche-développement afin d'accroître leur compétitivité.» [Source : Site Internet du Ministère du Redressement Productif : p. 16

17 La collaboration avec le prestataire 70% des entreprises continuent à collaborer avec le prestataire ayant réalisé la prestation dans le cadre d une PRDI. Ce résultat est en augmentation, comparé à celui observé dans l enquête précédente (65%). Les dix entreprises ne collaborant plus avec leur prestataire l expliquent essentiellement (pour la moitié d entre elles) par le fait qu elles n ont pas eu de nouveaux projets depuis. Néanmoins, cinq de ces dix entreprises envisagent une nouvelle collaboration, ce qui est une progression par rapport à l enquête précédente où une seule entreprise l envisageait. p. 17

18 PARTIE 4 LE RESEAU BRETON DE L INNOVATION (RBI) (Autre : INPI, contact connu) Pour 52% des entreprises, la rencontre avec le conseiller prescripteur s est faite par une mise en relation (par une personne extérieure, une autre structure, un fournisseur, un prestataire, etc.). Ce résultat est similaire à celui de l enquête précédente (50%). C est principalement sur des aspects techniques et réglementaires que l appui des conseillers a été apprécié. Cela est plus marqué cette année, en comparaison de la dernière enquête où ce chiffre s élevait à 53%. Par ailleurs, et plus globalement, 76% des répondants indiquent l apport de conseils comme principal bénéfice de la visite du conseiller. Pour moins d un tiers des entreprises, la prescription d une PRDI a permis de découvrir de nouveaux réseaux et structures (Actilait, Cabinet Michel Poupon, Cap Tronic, CREATIV, Conseil général, Oséo, Valorial). Enfin, 61% des entreprises gardent un contact avec leur conseiller prescripteur, ce qui permet de maintenir un lien direct avec le Réseau Breton de l Innovation. Ces deux derniers résultats demeurent proches de ceux observés dans l enquête précédente. p. 18

19 Conclusion Retour sur les fiches Qualité Ainsi que nous l avons expliqué en introduction de cette étude, chaque entreprise bénéficiaire d une PRDI doit, après obtention de l aide, compléter une fiche qualité qui permet au dirigeant d indiquer sa satisfaction quant au dispositif mais aussi la (les) suite(s) qu il souhaite apporter à son projet. Ces fiches, complétées pour la plupart des entreprises il y a plus d un an, ont été comparées aux réponses apportées lors de cette étude concernant les bénéfices du projet. Il en ressort principalement deux éléments : 55% des entreprises ont réalisé au moins une des suites envisagées 18% ont réalisé une suite similaire à celle envisagée (ex : Une entreprise souhaitait intégrer un nouveau procédé, elle a finalement amélioré le procédé existant) Globalement, ce sont donc plus de 75% des entreprises qui ont effectivement matérialisé leur ambition initiale. Synthèse des comparaisons avec les enquêtes précédentes Le renouvellement annuel de cette enquête nous permet aujourd hui de procéder à des comparaisons entre les différents résultats obtenus. Ainsi, la première partie du questionnaire, qui concerne la phase du projet qui a été financée, son montant et sa description, ne fait pas apparaitre de différence notable avec l enquête précédente. Concernant les points positifs tirés de ce projet, nous constatons un nombre global de bénéfices inférieur à celui de l année dernière à tous les niveaux excepté au niveau environnemental. Néanmoins, cette description générale éclipse quelques particularités. Par exemple, les entreprises sont plus nombreuses cette année à avoir élargi leur clientèle ou à avoir réduit leurs coûts de production. Par ailleurs, davantage d entreprises mettent en avant des difficultés liées au projet subventionné. Cela est notamment très marqué au niveau de la protection industrielle et au niveau organisationnel. Nous notons également qu un nombre moindre d entreprises a continué le projet suite à la prestation, cela pouvant s expliquer par un taux plus faible d obtention d une aide financière complémentaire. En effet, dans cette enquête, seules 9% des entreprises ont bénéficié d une aide complémentaire à la PRDI, contre 28% en 2010 et 24% en Par rapport à la dernière enquête, nous retrouvons, en revanche, une même proportion d entreprises qui continuent leur collaboration avec le prestataire. Enfin, l apport principal des conseillers du RBI réside davantage dans cette enquête dans le fait d amener des conseils techniques et règlementaires. p. 19

20 Bilan de cette enquête A l aune des résultats de cette enquête, nous pouvons dégager plusieurs éléments : Deux tiers de ces projets n auraient pas été réalisés sans l apport de cette aide financière. Toutes les entreprises ayant bénéficié d une PRDI en retirent au moins un bénéfice, le plus souvent au niveau technologique. Près de 85% des entreprises ont également connu au moins une difficulté, cette fois-ci plus fréquemment aux niveaux commercial et stratégique. 31 entreprises sur 33 indiquent au moins un apport de la part de leur conseillerprescripteur, et la majorité d entre elles restent en relation avec ce dernier. Il ressort, de l ensemble de ces éléments, une appréciation positive de cette PRDI, qui vient confirmer les résultats déjà observés lors des enquêtes précédentes. p. 20

21 Pour aller plus loin Si vous souhaitez obtenir davantage d informations sur cette enquête, merci de vous adresser à : Bretagne Développement Innovation Pôle Ingénierie 1 bis route de Fougères Cesson-Sévigné Pour obtenir davantage d informations sur le Réseau Breton de l Innovation et sur la Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation : Informations sur le rôle et la composition du RBI : Le carnet de l innovateur 2012 : Enquête auprès des entreprises ayant fait une première demande de dépôt de brevet entre 2005 et 2009 : p. 21

22 Sources Sites Internet Portail de l Innovation en Bretagne : Site Internet du Ministère du Redressement Productif : Portail Intranet du Réseau Breton de l Innovation (RBI) : Données bibliographiques et documentaires Bretagne Développement Innovation, «PRDI : retour d expérience des entreprises un an après», Enquête 2011, 26 pages Bretagne Développement Innovation, «Enquête auprès des entreprises ayant fait une première demande de dépôt de brevet entre 2005 et 2009», Enquête 2012, 26 pages Bretagne Développement Innovation, «Zoom sur les centres d innovations technologiques bretons», septembre 2011, 39 pages p. 22

23 Annexe Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation : Questionnaire d évaluation Caractéristiques des entreprises de l échantillon p. 23

24 Prestation Régionale de Diffusion de l Innovation QUESTIONNAIRE D EVALUATION La PRDI (anciennement PRDT Prestation du Réseau de Développement Technologique) s inscrit dans le dispositif d accompagnement de l innovation que le Réseau Breton de l Innovation met en œuvre auprès des PME régionales. Le questionnaire ci-dessous vise à connaître les suites données à votre projet d innovation. Merci de nous en faire retour au plus tard pour le : Vendredi 06 Juillet 2012 Rappel du projet ayant bénéficié de la PRDI n Entreprise bénéficiaire : Intitulé de la prestation : Prestataire : Montant de l aide : Conseiller prescripteur : Partie 1 L aide financière PRDI Question 1 : La PRDI a permis de financer : la totalité du projet la phase initiale d un projet plus important la phase intermédiaire la phase finale Question 2 : Auriez-vous réalisé ce projet sans l aide de la PRDI? Oui Non Partie 2 - Evaluation du résultat de la prestation Question 3 : Quels bénéfices votre entreprise a-t-elle retiré de ce projet (plusieurs réponses possibles)? Au niveau économique et financier, ce projet vous a permis de : Augmenter votre chiffre d affaires Augmenter vos ventes à l export Créer des emplois Céder ou exploiter des brevets Réduire vos coûts ou délais de production Créer une nouvelle entreprise Autre(s) :... Au niveau technologique, ce projet vous a permis de : Lancer sur le marché un nouveau produit Améliorer significativement un produit existant Intégrer un nouveau procédé / nouvelle technologie Améliorer significativement un procédé existant Déposer un brevet Si oui, à quel niveau le dépôt a-t-il été effectué : Français Européen International Y-a-t-il eu des extensions depuis : Européennes Internationales Avez-vous engagé d autre(s) démarche(s) de Propriété Industrielle depuis : Oui Non Autre(s) :... Au niveau marketing/commercial, ce projet vous a permis de : Améliorer la notoriété/l image de marque Entrer dans un nouveau marché : Français Européen International Entrer sur de nouveaux segments de consommateurs Augmenter votre part de marché : Française Européenne Internationale Autre(s) :... Page 1 sur 5

25 Au niveau organisationnel, ce projet vous a permis de : En interne : Améliorer l organisation Acquérir de nouvelles compétences Enclencher une démarche Qualité : Sécurité Environnement En externe : générer de nouveaux partenariats Commerciaux Technologiques De production (industriels, sous-traitance ) Autre(s) :... Au niveau environnemental, ce projet vous a permis de : Réduire les déchets Réduire la consommation énergétique Autre(s) :... Commentaires : Question 4 : Quelles difficultés avez-vous rencontré lors de la réalisation de votre projet? (Plusieurs réponses possibles) Au niveau stratégique / économique : Marché encore trop restreint Projet non rentable Changement de stratégie Contexte normatif / réglementaire défavorable Autre(s) :... Au niveau commercial : Difficulté à atteindre le marché ciblé / à vendre Intensité de la concurrence Autre(s) :... Au niveau de la protection industrielle et intellectuelle : Démarche de protection non réalisée Brevet déjà déposé par un concurrent Autre(s) :... Au niveau financier : Manque de capacité d investissement Autre(s) :... Au niveau technologique : Blocage technologique sur une phase ultérieure du programme Autre(s) :... Au niveau organisationnel : Manque de compétences en interne Manque de temps Autre(s) :... Commentaires : Partie 3 La suite du projet Question 5 : Suite à la prestation, le projet a-t-il continué? Oui Non Question 6 : Avez-vous bénéficié d autre(s) aide(s) suite à ce projet ou pour le finaliser (après la PRDI)? Oui : de la part de OSEO du Conseil Régional de l Europe d un pôle de compétitivité autre(s) :... Non Page 2 sur 5

26 Question 7 : Continuez-vous à collaborer avec votre prestataire? Oui Non Si non, pourquoi?. Envisagez-vous de le faire? Oui Non Partie 4 Le Réseau Breton de l Innovation (RBI) Question 8 : Comment avez-vous connu le conseiller qui est intervenu dans le cadre de cette PRDI? Mise en relation Démarche directe du conseiller Demande de votre part Presse Internet Autre :... Question 9 : Quels ont été les principaux apports de la visite du conseiller? Conseils techniques ou réglementaires Conseils stratégiques Mise en relation avec un fournisseur, un prestataire ou un centre de compétences Autre(s) :... Question 10 : Est-ce que cette mise en relation vous a permis de découvrir d autres réseaux, d autres structures d accompagnement? Oui Non Si oui, lesquels?... Question 11 : Depuis la fin de la PRDI, avez-vous été en contact avec le conseiller-prescripteur? Oui Non Partie 5 Espace libre : commentaires, remarques, Merci pour votre contribution Questionnaire à retourner à : Bretagne Développement Innovation Jonathan Gouessan 1 bis, route de Fougères Cesson-Sévigné Tél Fax Le traitement des données est effectué par Emilie Faucheux, Bretagne Développement Innovation. Les informations recueillies font l objet d un traitement informatique. Les destinataires des données sont : Bretagne Développement Innovation, la région Bretagne et Oseo. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d un droit d accès et de rectification des informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à Bretagne Développement Innovation, service veille et appui stratégique, 1 bis route de Fougères, Cesson-Sévigné. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Page 3 sur 5

27 CARACTERISTIQUES DES ENTREPRISES DE L ECHANTILLON Répartition géographique des entreprises : FINISTERE 23,7% COTES D ARMOR 15,8% MORBIHAN 28,9% ILLE-ET-VILAINE 31,6% Les PRDI sont prescrites majoritairement dans deux secteurs, l agro-alimentaire et les produits grand public. Page 4 sur 5

28 Il n existe pas de différence dans le classement des prestations par ordre d importance entre les entreprises de notre échantillon (33 entreprises) et l ensemble des entreprises de notre population (38 entreprises). Montant des PRDI accordées par type de prestation : (en HT) Parmi les 38 PRDI, les plus élevées (plus de 5000 ) sont essentiellement accordées pour des prestations d études (8 PRDI supérieures à 5000 ) et d essais, tests, contrôles (5 PRDI supérieures à 5000 ). Page 5 sur 5

29 p. 24

30 Contact étude : Emilie Faucheux bis route de Fougères Cesson-Sévigné p. 25

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Bretagne dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition

CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Bretagne dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition CHARTE D ENGAGEMENT QUALITE Référencement de l offre de formation en Bretagne dans la cadre du projet «Mutations économiques et Transition Energétique dans le Bâtiment» ENGAGEMENTS DE CONSTRUCTYS BRETAGNE

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

ANNEXES POUR LES PARTICIPANTS FRANÇAIS

ANNEXES POUR LES PARTICIPANTS FRANÇAIS ANNEXES POUR LES PARTICIPANTS FRANÇAIS 1. CRITERES D ELIGIBILITE POUR LES PARTENAIRES FRANÇAIS 1) Les dossiers de soumission (voir texte de l appel à projet), doivent être déposés dans les délais, au format

Plus en détail

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002

ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI. Contribuer à la performance de l entreprise. Novembre 1999. GT015-rev octobre 2002 GT015-rev octobre 2002 ENQUETE QUALITE AUPRES DES DIRIGEANTS PME / PMI Enquête IPSOS Novembre 1999 Contribuer à la performance de l entreprise 153 rue de Courcelles 75817 Paris cedex 17 Tél. 01 44 15 60

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

La Profession Comptable

La Profession Comptable Cahier spécial La Profession Comptable www.laprofessioncomptable.com I. Méthodologie de l étude 1. Approche utilisée 2 2. Le profil des cabinets interrogés 2 3. Les éléments constitutifs du prix de revient

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

FINANCEMENT DE L INNOVATION

FINANCEMENT DE L INNOVATION 2014 FINANCEMENT DE L INNOVATION EXPERTISE & ACCOMPAGNEMENT FABRICANT D ECONOMIES Sommaire Page 3 Page 6 Page 7 Page 9 Page 10 Page 16 Page 18 Page 19 Notre cabinet Pôle Financement de l Innovation Le

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012"

Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France. Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012 Focus sur les pratiques de consolidation des groupes en France Restitution de l étude ESCP-Fidanza 2012" SOMMAIRE 1 Structure de l échan0llon p. 3 4 2 Acteurs comptables p. 5 6 3 Organisa0on et ou0ls de

Plus en détail

LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE

LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE PRÉSENTATION DU PROJET LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE Banque Populaire des Alpes / SNMSF / SOCAMMES CATÉGORIE «PROJET» Le porteur de projet Nom : Prénom : Âge : Date de

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013)

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Le présent questionnaire de souscription [ci-après le Questionnaire]

Plus en détail

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin.

Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Evolution de l équipement technologique des ménages Bretons entre 2008 et 2012 : Chiffres clés Emilie Huiban et Adrien Souquet, OPSIS, M@rsouin. Les principaux points à retenir La fracture numérique de

Plus en détail

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP

Bac BEP CAP. Certification. Tertiaire. Sanitaire et social alidation. Parti. Parcours. Réussite VAE. Titre professionnel. Diplôme. Durée parco BEP CAP ac Parcours Sanitaire et social alidation des personnes ayant passé un jury au cours de l année 2009 en Bretagne MARS 2012 Certification Bac Réussite Sanitaire et social Validation Parcours Certification

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Le Crédit d impôt recherche - Objectif? Le CIR, élément clé de la compétitivité, doit stimuler l investissement en R&D - Quelles entreprises sont concernées?

Plus en détail

Les fonds d investissement

Les fonds d investissement Un objectif commun la croissance des PME Les fonds d investissement Le manque de maturité de certaines entreprises, les techniques de pointe qu elles développent, rendent difficile l appréciation de leur

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014

Nord-Pas de Calais. 19 % des entreprises envisagent de recruter en 2014 Nord-Pas de Calais N 180 JUILLET 2014 Sommaire 02 Le recrutement 03 La gestion des ressources humaines 04 Le recours à la formation continue 07 L alternance La place des RESSOURCES HUMAINES et les pratiques

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001

SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001 SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001 Retours d expériences d organismes certifiés par AFNOR Certification Étude Certification ISO 50001 Octobre 2014 Trois ans après la publication de la norme

Plus en détail

Les outils pour gérer et évaluer la formation

Les outils pour gérer et évaluer la formation Les outils pour gérer et évaluer la formation Identifier Exprimer Sélectionner Destiné aux managers et aux services des Ressources Humaines évaluer réalisé avec le soutien de pour quoi faire? comment ça

Plus en détail

Sondage de l institut CSA

Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina édition hors-série Journée de la femme digitale Sondage de l institut CSA En partenariat avec l SOUS EMBARGO JUSQU AU VENDREDI 8 MARS 2013 1 Fiche technique du sondage L

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Appel à Projets MEITO CYBER

Appel à Projets MEITO CYBER Appel à Projet 2014 2015 RÈGLEMENT Appel à Projets MEITO CYBER Soumission des propositions Contacts Les dossiers de candidature sont téléchargeables sur le site de la MEITO : www.meito.com Les dossiers

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel.

Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de l entreprise ainsi qu un avantage concurentiel. un rapport des services d analyse de harvard business review L agilité de l entreprise dans le Cloud Une nouvelle enquête montre un lien entre l utilisation du Cloud Computing et une agilité accrue de

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE

OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011. Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE OSEO EXCELLENCE SONDAGE JUILLET 2011 BERTRAND ROZE COMMUNITY MANAGER OSEO EXCELLENCE Thème : CONJONCTURE ECONOMIQUE EXTENSION & REBRANDING OSEO CAPITAL PME ECONOMIE : FRANCE ALLEMAGNE Antoine COULOMBEAUX

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

Baromètre MARKESS International des Prestataires du Cloud Computing 7 ème édition 2013

Baromètre MARKESS International des Prestataires du Cloud Computing 7 ème édition 2013 Baromètre MARKESS International des Prestataires du Cloud Computing 7 ème édition 2013 Version présentée lors des Etats Généraux d EuroCloud Sylvie Chauvin Président MARKESS International POUR OBTENIR

Plus en détail

Développement durable et PME. Introduction à la démarche

Développement durable et PME. Introduction à la démarche Développement durable et PME Introduction à la démarche 1. INTRODUCTION Les TPE, PME et PMI le savent aujourd hui : elles doivent s employer à limiter leur impact sur l environnement, mais également intégrer

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX

POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX POURQUOI INSTALLER DE NOUVEAUX AGRICULTEURS? ELEMENTS DE CONTEXTE L ENJEU DU RENOUVELLEMENT DE LA POPULATION ACTIVE AGRICOLE Les installations ne permettent pas aujourd hui de compenser les départs en

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France

6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France 6ème édition du Baromètre des investissements informatiques en France Objectifs Baromètre des investissements informatiques en France avec pour objectifs : de suivre l évolution de l opinion des responsables

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Le rôle croissant de la mobilité au travail

Le rôle croissant de la mobilité au travail Un profil du choix de technologie personnalisée commandé par Cisco Systems Février 2012 Les initiatives liées à la mobilité des entreprises se développent Les employés sont de plus en plus mobiles et une

Plus en détail

LES SITES D INFORMATION

LES SITES D INFORMATION LES SITES D INFORMATION http://www.actinbusiness.com p. 2 http://www.actoria.fr p. 4 http://www.caravanedesentrepreneurs.com p. 6 http://www.coachinvest.com p. 8 http://www.mbcapital.com p. 10 http://www.netpme.fr

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 16 ème édition avril 2012 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

L innovation. Facteur clé de développement rentable. Document Confidentiel Toute reproduction est interdite sans l autorisation de FOOD DEVELOPMENT

L innovation. Facteur clé de développement rentable. Document Confidentiel Toute reproduction est interdite sans l autorisation de FOOD DEVELOPMENT L innovation Facteur clé de développement rentable Document Confidentiel Toute reproduction est interdite sans l autorisation de FOOD DEVELOPMENT Sept. 2013 Par Vincent LAFAYE NOTRE POSITIONNEMENT FOOD

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Le suivi de l activité des établissements ayant une activité d accueil de jour et

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012

panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 panorama des mobilités professionnelles des cadres édition 2012 DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 28 JUIN 2012 A 0H01 Les études de l emploi cadre juin 2012 Bilan de la mobilité des cadres en 2011 Perspectives

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX

Cahier des charges. Décembre 2012 MAPA 2013-001. Parc naturel régional du Haut-Jura. Maison du Parc du Haut-Jura. 29, le village 39 310 LAJOUX Accompagnement dans l élaboration de la stratégie de communication du Parc naturel régional du Haut-Jura Marché de Prestation de Service Marché A Procédure Adaptée MAPA 2013-001 Cahier des charges Décembre

Plus en détail

LE MARCHE DE L EXTERNALISATION SAISIE COMPTABLE PAIE. Etude réalisée en JUILLET 2008

LE MARCHE DE L EXTERNALISATION SAISIE COMPTABLE PAIE. Etude réalisée en JUILLET 2008 LE MARCHE DE L EXTERNALISATION SAISIE COMPTABLE PAIE Etude réalisée en JUILLET 2008 ETUDE RCA-BPO SERVICES FRANCE-2008 1 INTRODUCTION Nous avons interrogé près de 500 Experts-Comptables qui sont pour 495

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

Les Français ais et l assurance l

Les Français ais et l assurance l Mai 2013 Contacts: 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français ais et l assurance l santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU :

Les bénéficiaires de la CMU : D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 29 Isabelle GIRARD - Jocelyne MERLIÈRE LES DÉPENSES DE SANTÉ DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU Au cours des 5 premiers mois de l année

Plus en détail

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES FORMALISATION ET CAPITALISATION DES CONNAISSANCES DANS L ECOSYSTEME DE L INNOVATION 1 Le constat 1.1 L apparition des écosystèmes Depuis une trentaine d années, des écosystèmes dédiés à l innovation se

Plus en détail

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise

FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise FM/BS N 110157 Contact Ifop: Frédéric Micheau / Bénédicte Simon Département Opinion et Stratégies d'entreprise 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39 pour Les Français

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Janvier 2015

PASSEPORT INNOVATION Guide de présentation des demandes Janvier 2015 PASSEPORT Guide de présentation des demandes Janvier 2015 Le présent document a été produit par le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations Coordination et rédaction Direction du soutien

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION

POLES DE COMPETITIVITE. et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION POLES DE COMPETITIVITE et CENTRES D INNOVATION TECHNOLOGIQUES : OBJECTIF INNOVATION Plan - Qu est-ce qu un pôle de compétitivité? - Qu est-ce qu un centre d innovation technologique? - Zoom sur Valorial

Plus en détail

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2015 (pour les dépenses de R&D 2014)

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2015 (pour les dépenses de R&D 2014) Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2015 (pour les dépenses de R&D 2014) Le présent questionnaire de souscription [ci-après le Questionnaire]

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Les internautes et les comparateurs de prix

Les internautes et les comparateurs de prix FM N 19410 Contact L Atelier : Sandra Edouard Baraud Tél : 01 43 16 90 22 sandra.edouardbaraud@atelier.net, Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les internautes

Plus en détail

Regards croisés sur l intérim

Regards croisés sur l intérim octobre 2012 Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi Regards croisés sur l intérim Regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail