ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1"

Transcription

1 ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 La publication du CECEI-Banque de France 2 à partir du FIB, recense pour les deux régions guichets permanents contre agences pour la base du laboratoire C.R.E.T.E.I.L en Cet écart est essentiellement du aux choix méthodologiques de la recherche qui privilégie la notion d établissement physique accessible à une clientèle. Plus précisément, les différences s établissent sur : 1) le type d établissement financier La base du laboratoire C.R.E.T.E.I.L. comprend les entreprises financières ayant des agences appartenant à des : - banques commerciales, mutualistes et coopératives ; - caisses d épargne et caisses de crédit municipal ; - banques étrangères implantées en France, quand il ne s agit pas de bureau de représentation ; - banques «à distance» lorsqu elles possèdent un réseau d au moins une agence bancaire (Boursorama) ; - banques privées ou de gestion de patrimoine, si elles proposent une tenue de compte à vue et de moyens de paiement (sous son propre nom ou en partenariat avec un tiers) et qu elles possèdent un réseau d au moins un agence différente du siège social. Par contre, elle ne comprend pas les : - bureaux de représentation et les sièges sociaux des établissements français ou étrangers ; - banques privées, de financement ou de gestion de patrimoine quand elles ne proposent pas de tenue de compte à vue et de moyens de paiement (sous son propre nom ou en partenariat avec un tiers) ; - établissements de crédits qui ne proposent pas de tenue de compte à vue (Etablissement spécialisés dans le prêt immobilier : Crédit Foncier, UCB, le prêt à l équipement, le prêt à la consommation : Sofinco ou Cetelem) ; - sociétés d assurances qui proposent des services bancaires ; - bureaux de change (Travellex) ou de transfert d argent (Western Union) ; - sociétés de courtage. 2) la définition de l agence Tous les types d agences sont pris en compte, que les agences soient inscrites au FIB (la majorité) ou non (ex : LCL Banque Privée, BNP Banque Privée). Le fait que la base C.R.E.T.E.I.L. retienne en tant qu agence celles dont les horaires d ouverture sont limités augmente les effectifs contrairement au FIB qui ne prend en compte que les guichets permanents. Par ailleurs, si plusieurs guichets (sens code de domiciliation) sont enregistrés à la même adresse, un seul est comptabilisé. 3) les dates La base C.R.E.T.E.I.L.décrit la situation au 31/12/2006 inclus, alors que le CECEI ne prend en compte que les agences ouvertes avant cette date. D autre part, les données relatives à La Banque Postale proviennent d un fichier donné au laboratoire C.R.E.T.E.I.L qui correspond à la situation au 01/06/2006. De ce fait, il ne tient pas compte des changements de statut qui ont pu se faire pendant les sept mois qui la sépare de la fin de l année. Enfin, les enquêtes ont permis de constater qu il existe des décalages entre les dates issues des déclarations d ouverture ou de fermetures effectuées par les banques et reprises par le FIB et la date effective de réalisation. Les données sur les agences bancaires présentent dans ce rapport sont le résultat d un ensemble de traitements et de recoupements entre les différentes sources. 1 Rédigé par Fabien PLAZANET. 2 CECEI, 2007, Rapport annuel du Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement, Exercice 2006, Paris, Banque de France, 312 p

2 Les sources Le fichier des implantations bancaires répertorie les guichets bancaires déclarés par les établissements eux-mêmes. Tous ceux qui ne sont pas ouvert au public cinq jours par semaine ne font pas l objet de déclaration auprès de la Banque de France, en principe 1. Les guichets des Caisses d Epargne ne sont pas répertoriés dans le fichier des implantations bancaires, pour des raisons historiques. La Banque de France a aussi intégrée de nouveaux établissements et écartés certains autres de ses statistiques : «à partir de 1984, la catégorie des banques inclut la Banque française du commerce extérieur ainsi que le Crédit foncier et communal d Alsace et de Lorraine, mais elle ne comprend plus les Sicomi, Sofergie et sociétés de financement des télécommunications (classées sociétés financières), ni le Crédit d équipement des petites et moyennes entreprises CEPME (classé institution financière spécialisée). Le nombre de guichets permanents des banques comprend, à partir de 1990, les réseaux de Cetelem et de la Banque hypothécaire européenne (101 guichets).» 2 Pour construire la base de données, toutes les agences franciliennes ouvertes au public (particuliers et/ou professionnels) ont été répertoriées. Elles doivent proposer des services bancaires de type : tenue de compte, et fournir des moyens de paiement : chéquiers et carte de crédit. Ces services doivent être accessible à la clientèle sur le site de l agence (l architecture de certain réseau informatique renvoie la tenue du compte à un agence centrale, mais dans les faits le compte est géré par l agence, c est l exemple du CA Picardie ou bien de certaines agences du Crédit Mutuel). Méthode La démarche méthodologique afin d obtenir la situation de la géographie des agences bancaires au 31/12/2006 inclus, puis aux dates antérieures, se divisent en trois étapes distinctes. La première correspond à la construction d une base de données de référence. Cette base devait répondre à un objectif : se rapprocher le plus possible de l exhaustivité. Cela demandait de recenser toutes les agences présentes sur le territoire et d exclure les guichets qui ne répondaient pas aux critères de recherche. Pour entreprendre cette démarche, les sources devaient être multiples afin de procéder à la vérification des données par recoupement. Nous devions être en capacité de vérifier l information par un déplacement sur le terrain dans le cas où les recoupements ne permettaient de valider la donnée. Aussi cette base de référence recense les agences bancaires franciliennes au 31/12/2006. Compte tenu des vérifications effectuées sur l ensemble des données, nous avons pu nous appuyer sur cette base pour procéder à la 2 ème étape : l extraction des données aux dates antérieures. En effet, notre connaissance des types d anomalies développées lors de la première étape, a permis d anticiper et d affiner notre méthodologie pour extraire les données aux dates antérieures, en sachant que nous ne pourrions pas effectuer de vérifications sur le terrain. Dans une troisième étape nous avons procédé à l étude des mouvements de fermetures, d ouvertures et de extraction résulte d une série de traitement. En effet, les objectifs d exploitation du fichier FIB et nos attentes au cours cette recherche ne sont pas les mêmes. Ainsi, les fermetures et les ouvertures physiques d agences bancaires ne correspondaient pas toujours aux fermetures et ouvertures de code de domiciliation enregistrées par le FIB La base de référence (situation francilienne 2006) Toutes les agences bancaires possèdent un code de domiciliation, composé d un code guichet et d un code établissement, qui lui est propre. La construction de cette base s appuie sur ce code de domiciliation issu du FIB pour recenser l ensemble des agences bancaires franciliennes. Les informations autres que le code établissement, le code guichet, la raison sociale et les adresses des agences proviennent du fichier SIRENE. Les informations ont été recoupées entre ces deux sources à partir de la raison sociale de l établissement et de l adresse de chaque agence. Les 1 Plusieurs agences notamment en zone rurale sont inscrites au FIB et sont ouvertes moins de 5 jours par semaine. 2 CECEI, 2005, Rapport Annuel, Annexe 3 Statistiques concernant les établissements, p

3 agences bancaires, précédemment définies, sont identifiées dans la base de données par le code nature «1» et le code «3» 1. Les agences répertoriées par le FIB, qui n apparaissaient pas dans le fichier SIRENE, on été ajouté à la base de données après avoir vérifié leur existence sur les sites Internet des établissements bancaires et dans certains cas sur le site des PagesJaunes. Les adresses présentes dans le fichier SIRENE, mais qui n avaient pas d équivalent dans le FIB, ont été isolées dans une base de données annexe. Il peut s agir d un manque d actualisation de la part du fichier SIRENE, dans d autres cas, de services internes d établissements bancaires : back-offices, middle-offices. Cette base recense 4400 agences bancaires 2 orientées grand public ou professionnelles et 34 sites spécialisés dans un segment de clientèle sans code de domiciliation, identifiés par le fichier SIRENE et les sites Internet des établissements financiers. Le Banque de France, à partir du FIB recense 5034 agences en 2005, soit 14.4% de plus (chiffre 2006 en attente). Cette différence s explique par la méthodologie. En effet, il semble que la Banque de France inclue dans ces statistiques les sièges sociaux d établissements financiers (type société de gestion) et des établissements que nous avons écarté de notre base de données, comme les établissements de crédit : Crédit Foncier, Cetelem. Notre base de données pour les agences de code «1» et «3» est construite à 92% à partir des agences du fichier SIRENE et validées par le FIB, ainsi 8% des agences bancaires ont été ajoutées à partir des informations du FIB, soit 355 agences. Parallèlement, nous avons modifiés l adresse de 69 agences issues du fichier SIRENE Bases 1996, 1999, 2002, 2004 et Ile-de-France Les informations du fichier global numérisé du FIB permettent de procéder à des extractions à dates antérieures en ajustant les paramètres des dates d ouvertures et de fermetures des agences bancaires. Les dates d ouvertures d agence sont enregistrées depuis le 01/01/1974, a contrario les dates de fermetures ont été numérisées à partir du 31/12/1996. Ces contraintes restreignent une extraction de la situation uniquement à cette dernière date. Aussi l analyse diachronique des agences bancaires dans ces deux régions a pour point de départ le 31/12/1996. Face à cette contrainte, l évolution des implantations des agences bancaires dans ces deux régions peut être analysée sur une période de dix ans. Trois autres dates ont été retenues afin d affiner l étude des implantations des agences bancaires : 1999, 2002 et La première correspond au dernier recensement entrepris par l INSEE sur l ensemble des communes franciliennes et picardes et permet de caler la situation des agences bancaires à la situation socioéconomique de ces territoires. Les dates suivantes ont été retenues afin d obtenir des périodes égales de deux ans entre 2002 et Ce fichier comporte à nouveau l ensemble des établissements à caractère financier possédant un code de domiciliation. Afin de ne conserver que les établissements financiers répondant à nos critères de recherche, le premier traitement consiste à extraire de cette base les établissements financiers recensés dans la base de référence ainsi que tous les établissements rachetés par ces derniers depuis L information traduisant la reprise ou le rachat d un établissement financier par l un de ses confrères ou la fusion de deux établissements ou de caisses régionales peut se traduire par un changement de code de domiciliation. Ce changement est repris dans la base FIB sous le champ «code établissement repreneur» et «code guichet repreneur». Le traitement de cette information permet de retrouver l ensemble des agences bancaires aux dates antérieures malgré un changement de code de domiciliation. Avant le recoupement avec la base de référence, le fichier FIB proposait sur les cinq dates retenues 1217 codes établissement, puis après traitement seuls 81 répondaient aux attentes de la recherche. En terme de code de domiciliation bancaire cela se traduit par un effectif de 7610 avant recoupement, puis 4818 après recoupement 3. Ce traitement a permis d extraire le nombre d agences franciliennes présentes dans le fichier FIB 4 aux cinq dates. 1 Ces codes sont issus du fichier FIB, ils permettent de différencier la nature du guichet. Les codes 1 et 3 correspondent au guichet ouvert au public, avec tenue de compte sur le site pour le code «1» et avec une tenue de compte hors site pour les codes «3». 2 Hors La Banque Postale, ce chiffre correspond à une première estimation. 3 Ces chiffres ne prennent en compte que les guichets bancaires de code nature «1» et «3» 4 Tous les établissements bancaires hormis les Caisses d Epargne et La Banque Postale

4 Picardie L extraction des bases pour la région Picardie s est effectuée selon la même méthode de traitement, à la différence qu il n existait pas en amont de base de référence pour cette région. Aussi avant de lancer l analyse en fonction des dates d ouvertures et de fermetures des agences bancaires, les établissements financiers ont été testés pour vérifier que leur offre de service correspondait aux critères de services bancaires. Comparativement à la région Ile-de-France, le territoire picard ne possède que très peu d établissement financier et majoritairement des établissements classiques dont l activité est facilement identifiable. Avant le traitement, le fichier FIB proposait sur les cinq dates retenues 47 codes établissements, puis après traitement seuls 24 répondaient aux attentes de la recherche. En terme de code de domiciliation, cela se traduit par un effectif de 672 avant recoupement, puis 615 après recoupement. Ce traitement a permis d extraire le nombre d agences picardes répondant à nos critères de recherche aux cinq dates Les spécialisations Une partie des agences bancaires détectées ont une spécialisation de leur activité suivant un segment de clientèle. Cette particularité ressort parfois dans le nom de l agence. On peut déterminer 6 catégories : - Les agences dédiées aux entreprises : Ces agences peuvent prendre différentes formes selon les établissements bancaires et le type d entreprises gérées. Le modèle classique est celui du Centre d Affaires. C est un pôle qui se compose d une équipe de chargé d affaire en contact avec la clientèle, qui s appuie sur un ensemble de spécialistes des métiers financiers (juristes, analystes, expert-comptable). Les professionnels et les TPE sont de manière générale gérer dans le réseau d agence classique. - Les agences dédiées à la clientèle patrimoniale : ce type d agences est spécialisé dans la gestion de la clientèle haut de gamme, d un établissement à l autre la gestion de cette clientèle prend le nom de gestion privée ou patrimoniale. Le plancher pour qu un client soit considéré comme tel varie aussi d un établissement à l autre, de à euros d actifs. Ce type d agence se retrouve en agglomérations ou dans les villes de rayonnement départemental. Dans les zones peu peuplées le chargé d affaire gestion privée s appuie sur le réseau classique pour les contacts avec le client. - Les agences réservées au personnel : Dédiés au personnel de l établissement bancaire, ces agences sont localisées sur les sites qui accueil plusieurs centaines et plus d employés. - Les agences internationales : elles sont spécialisées dans l accueil et la gestion des la clientèle étrangère. - Les agences Immobilier : ce type d agences regroupe des spécialistes du financement de l habitat qui reçoivent la clientèle du réseau classique ou des prospects. Les agences spécialisées ne sont pas toutes référencées dans le FIB, nous avons procédé à un recensement pour l ensemble des établissements bancaires via leur site Internet ou des sources de la presse spécialisées. Les agences spécialisées peuvent être localisées sur le même site qu une agence classique ou bien sur le site d une autre agence spécialisée. 2.3 Fermetures ouvertures relocalisations Les ouvertures - fermetures Dans le fichier FIB, une ouverture ou une fermeture correspondent la création ou à la disparition d un code de domiciliation. Il peut s agir d une implantation ou d une fermeture physique, ou bien, d un simple changement de code de domiciliation suite à un évènement propre à l établissement financier, du type fusion - acquisition. De ce fait, les ouvertures et les fermetures enregistrées par le FIB ont fait l objet d un traitement afin de séparer les mouvements physiques, des simples modifications de code. En principe le FIB enregistre les rachats font l objet d une modification de code sans fermeture, ce changement est renseigné sous les champs code repreneur et guichet repreneur. Hors dans certain cas et suivant la forme que prend ce type de rapprochement une fermeture peut être enregistrée alors qu il s agit d une absorbation. Trois cas détecter CDN / Banque Lenoir, Banco Popular et Banque BCP, Central Hispano et BSCH. Dans d autres cas, les mouvements de fermetures et d ouvertures physiques ne sont pas mentionnés par le FIB. Il s agit de fermeture - ouverture par transfert. Ce cas se traduit par une fermeture du guichet en un lieu A, puis sa réouverture - 4 -

5 en un lieu B, sans changement de code de domiciliation. A priori, ce type de mouvement correspond à un transfert, dans la réalité une agence peut être transférée à plusieurs dizaines de kilomètres. A titre d exemple, le guichet du Crédit Agricole code de domiciliation était implanté au Thillay dans le 95 jusqu en 2000 avant d être fermé, puis il a réouvert à Sucy-en-Brie dans le 94. Etant donné la distance qui sépare les deux lieux, nous pouvons supposer que le portefeuille client du Thillay n a pas été transféré à Sucy-en-Brie. Il peut s agir d un recyclage du code de domiciliation suite à la fermeture du site du Thillay. Face à ce type cas, nous avons enregistré tous les transferts hors du territoire communal comme un mouvement de fermeture - ouverture. La méthodologie appliquée pour détecter ces mouvements s appuie sur la comparaison des adresses des agences aux cinq dates retenues. D autres types d ouvertures/fermetures ne sont clairement explicités dans le fichier FIB, il s agit de passage d un guichet bancaire de code nature «1» (guichet ouvert au public) au code nature «2» (guichet de routage). Ce changement de code marque une fermeture ou une ouverture dans le cas inverse. Il s agit dans la majeure partie des cas de guichets bancaires spécialisés dans la gestion de compte d entreprise, qui suivant l évolution de la stratégie organisationnelle de l établissement financier sont ouverts au public, puis fermés, tout en conservant la tenue de compte. La relation clientèle est alors transférée dans les agences classiques, ou bien se traduit par des rendez-vous extérieurs Les relocalisations Les relocalisations correspondent au transfert d une agence dans un autre lieu de même ou une autre commune. Elles ont été détectées selon la même méthodologie que les fermetures - ouvertures par transfert. Après avoir traité ces mouvements et dans le but de valider les informations que comportent les différentes bases et notamment entre l évolution du nombre d agences et les ouvertures et fermetures, une comparaison des soldes et ouvertures et fermetures dans chaque commune a été opérée. Limites des sources Le fichier du FIB est construit à partir des codes de domiciliation et son objectif est de centraliser l ensemble des utilisateurs de code de domiciliation. Cette entrée «code de domiciliation» représente la principale limite de cette source. En effet, l évolution de l utilisation par les acteurs eux-mêmes de ces codes de domiciliation au fil des mouvements de fusion - acquisition et de redistribution géographique du réseau, ainsi que de l affluence de l utilisation de code de domiciliation de routage, rend de plus en plus difficile le traçage de l implantation physiques des agences. Les codes de domiciliation se détachent de plus en plus de l agence physique. Le risque est que dans les années à venir, ce travail demandera encore davantage de traitement pour se rapprocher de la réalité. Au delà des limites du fichier, l évolution du business modèle de la distribution des produits bancaires et la stratégie des réseaux face au canal agence, produit de nouvelles entités. Des lieux d échange sous la marque du réseau bancaire se créent et ne sont plus recensés par le FIB, parce que le code de domiciliation du compte ne correspond plus au lieu de la relation clientèle. Cette complexification se traduit aujourd hui par la création de réseau spécialisé sur un segment de clientèle dont les agences ne sont plus enregistrées au FIB parce qu il s agit de site de relation de clientèle. On peut citer la récente création du réseau LCL banque privée implanté en agglomération dont aucune des agences n apparaît au FIB, du fait de l organisation de la structure interne des tenues de compte au niveau informatique. La même situation vient de se créer avec le récent rachat de la Caixa Bank par Boursorama qui a conservé une partie du réseau, mais a mis en place un code de domiciliation unique pour l ensemble des agences. Une autre limite du FIB est les dates enregistrées pour rendre compte de la date réelle des mouvements d ouverture, fermeture et de relocalisation. La date de décision renseigne en principe cette information puisqu elle correspond à la date à partir de laquelle s effectue l évènement. En réalité cette date ne correspond pas forcément à la date de l évènement sur le terrain. A titre d exemple le Crédit Agricole projette d ouvrir une agence place Monge dans le 5 ème arrondissement. Elle déclare à la Banque de France cette ouverture qui se traduit par la création d un code de domiciliation. La date de décision (2006) ne reflète pas la réalité puisque les travaux étaient en cours lors de notre vérification sur le terrain

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION

NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION NOTE DE SYNTHESE L INVESTISSEMENT LOCATIF PRIVE EN ILE-DE- FRANCE : ESSAI D EVALUATION Mai 2008 Hélène Fouquet ADIL 75 Etude réalisée par l ADIL 75 pour la DRE. Mieux connaître l investissement locatif

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

RAPPORT DU COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET DES ENTREPRISES D INVESTISSEMENT EXERCICE 2005 COMMUNIQUÉ DE PRESSE

RAPPORT DU COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET DES ENTREPRISES D INVESTISSEMENT EXERCICE 2005 COMMUNIQUÉ DE PRESSE PARIS, le 19 juillet 2006 RAPPORT DU COMITÉ DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET DES ENTREPRISES D INVESTISSEMENT EXERCICE 2005 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le rapport du Comité des Établissements de Crédit et des

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale 4.0 Sources et méthodes Le périmètre a été établi en collaboration avec l INSEE et les méthodologies de traitement sont harmonisées au sein du réseau national des observatoires des Chambres Régionales

Plus en détail

Présentation pour Salon international des innovations financières Paris 04 Mars 2010

Présentation pour Salon international des innovations financières Paris 04 Mars 2010 Présentation pour Salon international des innovations financières Paris 04 Mars 2010 Présentation du Groupe Attijariwafa Bank Couverture géographique de plus en plus large Attijariwafa bank, banque née

Plus en détail

SOFI GESTION+ V5.4 SP5 MARKETING DIRECT

SOFI GESTION+ V5.4 SP5 MARKETING DIRECT SOFI Gestion+ SOFI Informatique SOFI GESTION+ V5.4 SP5 MARKETING DIRECT Support de formation concernant la gestion du marketing directe sous Sofi gestion+. Afin d avoir une information exhaustive sur le

Plus en détail

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT

PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE DÉFAUT ET OPTIMISER VOTRE FILIERE RECOUVREMENT DANS UN ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE MARQUÉ PAR UNE FORTE MONTÉE DES RISQUES, LA CAPACITÉ À ANTICIPER ET À «METTRE SOUS TENSION» L ENSEMBLE

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Note méthodologique LA LOGIQUE DU CADRE NATIONAL D UTILISATION DE L ABATTEMENT TFPB

Note méthodologique LA LOGIQUE DU CADRE NATIONAL D UTILISATION DE L ABATTEMENT TFPB Direction des politiques urbaines et sociales Note méthodologique ABATTEMENT DE LA TFPB DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES DE LA POLITIQUE DE LA VILLE : CONSTITUTION DES INDICATEURS DES MOYENS DE GESTION

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

RÉPERTOIRE DES ENTREPRISES CONTRÔLÉES MAJORITAIREMENT PAR L'ÉTAT (RECME) pour les années 1994 à 2004

RÉPERTOIRE DES ENTREPRISES CONTRÔLÉES MAJORITAIREMENT PAR L'ÉTAT (RECME) pour les années 1994 à 2004 RÉPERTOIRE DES ENTREPRISES CONTRÔLÉES MAJORITAIREMENT PAR L'ÉTAT (RECME) pour les années 1994 à 2004 Deux enquêtes annuelles Le décret n 84-966 du 22 octobre 1984 paru au journal officiel n 263 du 28 octobre

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Direction Départementale des Finances Publiques des Hautes-Alpes. Tableau de bord économique et financier

Direction Départementale des Finances Publiques des Hautes-Alpes. Tableau de bord économique et financier Direction Départementale des Finances Publiques des Hautes-Alpes Tableau de bord économique et financier Octobre - & Décembre Réalisation : 17/02/2015 Note : Pour mémoire, les déclarations de chiffre d'affaires

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN GUYANE EN 2013

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN GUYANE EN 2013 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN GUYANE EN 2013 Juin 2014 Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Amadou BA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN FRANCHE-COMTÉ EN 2013 Juin 2014 Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Amadou BA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le Crédit Mutuel Arkéa annonce son intention de rejoindre Paylib, aux côtés de BNP Paribas, La Banque Postale et Société Générale. De gauche à droite : Frédéric COLLARDEAU (Directeur

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

MINISTERE DES FINANCES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Note Méthodologique de Première Application du Système Comptable Financier Table des matières I. INTRODUCTION.... 3 A. S organiser pour mettre en place le SCF.... 3 B. Gestion des changements induits par

Plus en détail

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne

INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne INFOECO77 Portail de l information économique en Seine-et-Marne octobre 2008 Aujourd hui, la CCI Seine-et-Marne, fortement impliquée dans l observation des entreprises et du développement économique de

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique.

Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. Les défaillances en France : suivi mensuel, difficultés statistiques et impact économique. 7 ème journée d études sur les faillites Université Paris Ouest Nanterre Jean-Luc CAYSSIALS Cécile GOLFIER Ludovic

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN LANGUEDOC-ROUSSILLON EN 2010 Septembre 2011 Cécile BAZIN Marie DUROS Henitsoa RAHARIMANANA Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans

Plus en détail

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France

Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Les actions de la Caisse des dépôts en faveur du développement économique en Ile de France Anne de Richecour Directeur Interrégional Adjoint CDC Ile de France 8 juin 2010 - Nanterre 1 Le développement

Plus en détail

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés

L empreinte carbone des banques françaises. Résultats commentés L empreinte carbone des banques françaises Résultats commentés Le cabinet de conseil Utopies et l association Les Amis de la Terre publient le 22 novembre 2010 l empreinte carbone des groupes bancaires

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Mai 2015 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 3 1.1 Motivations...3 1.2 Champ d application...3 1.3 Confidentialité...3 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010)

France. Création d'entreprises* de 2000 à 2010. 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) France Création d'entreprises* de 2000 à 2010 1) La création d'entreprises durant les cinq dernières années (2006-2010) Nombre de créations annuelles Indicateurs annuels 2006 2007 2008 2009 2010 Taux de

Plus en détail

EDUCATIONS FINANCIÈRE ET MAITRISE DES RISQUES «Damane Assakane»

EDUCATIONS FINANCIÈRE ET MAITRISE DES RISQUES «Damane Assakane» LE FONDS D ASSURANCE HYPOTHÉCAIRE DAMANE ASSAKANE : RETOUR D EXPERIENCE ET PERSPECTIVES FUTURES EDUCATIONS FINANCIÈRE ET MAITRISE DES RISQUES «Damane Assakane» SOMMAIRE I. HISTORIQUE II. DAMANE ASSAKANE

Plus en détail

BTS BANQUE ÉPREUVE E4 : GESTION DE CLIENTÈLE ET COMMUNICATION PROFESSIONNELLE

BTS BANQUE ÉPREUVE E4 : GESTION DE CLIENTÈLE ET COMMUNICATION PROFESSIONNELLE BTS BANQUE ÉPREUVE E4 : GESTION DE CLIENTÈLE ET COMMUNICATION PROFESSIONNELLE SESSION 2014 Durée : 2 heures Coefficient: 1,5 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices

Plus en détail

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière

CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière CM10-CIC Le groupe mutualiste poursuit son développement et confirme sa solidité financière Le développement commercial s est poursuivi en 2011 avec, comme objectif concrétisé, le financement de l économie

Plus en détail

Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU. Contexte. Objectif. Conditions de l enquête

Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU. Contexte. Objectif. Conditions de l enquête Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU Rédaction FIBRA - Mai 2011 Contexte La construction bois et plus particulièrement la maison bois connaît un véritable essor depuis quelques

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables

Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables UNIVERSITÉ DE GAND FACULTÉ D ÉCONOMIE ET D AFFAIRES ACADÉMIQUE 2010 2011 Rapport d enquête: Les stratégies de diversification des cabinets comptables Frederik Verplancke sous la supervision de Prof. dr.

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN BOURGOGNE EN 2011 Septembre 2012 Cécile BAZIN Marie DUROS Noël TADJINE Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie sociale en

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CORSE EN 2014

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CORSE EN 2014 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CORSE EN 2014 Juin 2015 Mélanie BAZOGE Cécile BAZIN Marie DUROS Guillaume PREVOSTAT Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi dans l économie

Plus en détail

Prêts hypothécaires INFORMATIONS GÉNÉRALES RÉSUMÉ MÉTHODOLOGIQUE

Prêts hypothécaires INFORMATIONS GÉNÉRALES RÉSUMÉ MÉTHODOLOGIQUE Prêts hypothécaires INFORMATIONS GÉNÉRALES Statistiques voisines Périodicité Ponctualité Propriété Ce fichier reprend les informations concernant les prêts hypothécaires accordés par la SWCS aux personnes

Plus en détail

Base de données sociales

Base de données sociales Base de données sociales Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque AFB et groupes mutualistes : > Effectifs de la profession

Plus en détail

PREDIVIE TRANSMISSION

PREDIVIE TRANSMISSION ASSURANCE VIE PREDIVIE TRANSMISSION L ASSURANCE VIE DÉDIÉE À LA TRANSMISSION DU CAPITAL À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous conseillons nos clients pour leur apporter une réponse adaptée à chacun

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr Dossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 SOMMAIRE Qu est-ce qu une banque en ligne? 3 Les avantages

Plus en détail

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012

L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012 L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN CHAMPAGNE-ARDENNE ARDENNE EN 2012 Juin 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Jacques MALET Une observation continue Ce bilan régional de l emploi

Plus en détail

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT

FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT FISCALITÉ DES REVENUS DE PLACEMENT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes sources de revenus de placement et leur imposition; De connaître des stratégies afin de réduire

Plus en détail

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur

Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-130 du 10 septembre 2013 relative à la prise de contrôle exclusif de Foncière Paris France par Cofitem-Cofimur L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

INSTRUCTION. N 02-101-B1-P2-A3 du 23 décembre 2002 NOR : BUD R 02 00101 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 02-101-B1-P2-A3 du 23 décembre 2002 NOR : BUD R 02 00101 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 02-101-B1-P2-A3 du 23 décembre 2002 NOR : BUD R 02 00101 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique ORGANISMES HABILITÉS À OFFRIR LEUR GARANTIE AUPRÈS DES COMPTABLES

Plus en détail

COMMENT ADAPTER ET RENFORCER VOS IMPLANTATIONS COMMERCIALES?

COMMENT ADAPTER ET RENFORCER VOS IMPLANTATIONS COMMERCIALES? COMMENT ADAPTER ET RENFORCER VOS IMPLANTATIONS COMMERCIALES? ENJEUX ET QUESTIONS CLÉS : Plan d ouvertures ou simple ajustement du réseau existant, comment occuper le terrain avec pertinence en sécurisant

Plus en détail

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 -

La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - La Banque Postale, une banque unique et singulière - 1 - LA BANQUE POSTALE, UNE BANQUE UNIQUE ET SINGULIERE Un peu d histoire Groupe La Banque Postale UNIQUE POUR RELEVER DES DEFIS MULTIPLES Activités

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L ANI

LES CONSEQUENCES DE L ANI LES CONSEQUENCES DE L ANI Chantier : connaissance des conséquences de l ANI sur les mutuelles Les conséquences de l ANI sur chaque mutuelle seront différentes selon son marché ou son positionnement. Il

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise

Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise FIXAGE Passage entre la valeur des capitaux propres et la valeur économique d une entreprise Matinale de la SFEV du Vendredi Emmanuel TASSIN Actuaire qualifié & Associé de FIXAGE 11, avenue Myron Herrick

Plus en détail

L essentiel d Elys PC

L essentiel d Elys PC L essentiel d Elys PC HSBC France Société Anonyme au capital de 337 189 135 euros SIREN 775 670 284 RCS Paris Siège social : 103, avenue des Champs-Elysées - 75419 Paris Cedex 08 - Tél. : 01 40 70 70 40

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS

LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS LA RECONNAISSANCE DES CLIENTS DANS LE MILIEU BANCAIRE ETAT DES LIEUX ET RECOMMANDATIONS Page 1/7 Stanwell Consulting SAS 2015, ne pas diffuser sans autorisation écrite Contexte de l étude Les comportements

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Annexe A MARCHE À SUIVRE POUR VÉRIFIER ET COMPLÉTER LA LISTE EXCEL ET LA SOUMETTRE AU MINISTÈRE

Annexe A MARCHE À SUIVRE POUR VÉRIFIER ET COMPLÉTER LA LISTE EXCEL ET LA SOUMETTRE AU MINISTÈRE Annexe A INTRODUCTION En vue de recueillir des renseignements sur tous vos terrains et édifices, nous avons commencé par extraire les renseignements, ci-joints, de la base de données du Système d inventaire

Plus en détail

Présentation de BTP Banque

Présentation de BTP Banque Sommaire Présentation de BTP Banque Gouvernance de BTP Banque BTP Banque en quelques chiffres L offre aux entreprises du BTP Un partenariat fort avec les acteurs de la Profession Conclusion Présentation

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC

Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-128 du 30 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Sodelem par le CIC L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé complet

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Caroline Weill caroline.weill@lambassade.agency 01 47 04 12 52 Audrey Peauger audrey.peauger@lambassade.agency

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Fil conducteur du protocole de réalisation

Fil conducteur du protocole de réalisation OUTIL D OBSERVATION REGIONAL DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES (O O R I A) Fil conducteur du protocole de réalisation Les travaux du Groupe Domaine du Plan Régional de Développement des Formations consacré aux

Plus en détail

Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du

Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du développement des PME» Le Groupe Crédit du Maroc 1 Le Groupe Crédit

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB N 3/G/96 DU 30 JANVIER 1996 RELATIVE AUX BONS DES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT

CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB N 3/G/96 DU 30 JANVIER 1996 RELATIVE AUX BONS DES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB N 3/G/96 DU 30 JANVIER 1996 RELATIVE AUX BONS DES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT La présente circulaire a pour objet de rappeler certaines dispositions de la loi n

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d évaluation Master Droit de l entreprise Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Évaluation réalisée en 2014-2015 Présentation de

Plus en détail