POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR"

Transcription

1

2

3 POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre à leurs adhérents de se repérer, de mettre en avant les marges de progrès et choisir parmi différentes orientations stratégiques. Un seul objectif : Accompagner les éleveurs pour qu ils parviennent à bien vivre de leur métier. SOMMAIRE EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE VOUS PROPOSE : COMPRENDRE Un monde qui bouge 1 - La production laitière dans le monde 2 - Le marché mondial 3 - Des exploitations différentes Bien vivre de son métier UN RÉSEAU DE RÉFÉRENCES TECHNICO-ÉCONOMIQUES issu des élevages suivis par Clasel et Eilyps. Chacun peut se situer par rapport à des élevages comparables (systèmes fourragers, races, équipements ). SE REPÉRER Analyses et adaptations 1 - Prix d équilibre et de revient deux notions complémentaires 2 - Coût marginal du litre de lait 3 - Charges de structures 4 - Marge brute de l atelier lait DES OUTILS WEB simples à utiliser (marge brute, prix d équilibre, calcul d annuités, cours des marchés des matières premières agricoles) en accès gratuit sur nos sites extranet. SE PROJETER ET CHOISIR Projet Stratégie Groupe DES EXPERTS compétents dans les domaines de la stratégie, de l analyse globale, de la ré- interviennent en individuel ou en groupe et s appuient sur 130 conseillers d élevage qui vous accompagnent dans la mise en œuvre des plans d actions. 1

4 1 COMPRENDRE UN MONDE QUI BOUGE La production laitière dans le monde La production laitière mondiale atteint 710 millions de tonnes, réparties entre les principaux bassins laitiers que sont l Asie, l UE et l Amérique. Tous les ans, la production augmente de 1,5 % soit 10 à 12 millions de tonnes et 60 % de cette augmentation a lieu en Asie. En Europe, le principal producteur est l Allemagne (29 millions de tonnes), suivi par la France (24 millions) et l Angleterre (13 millions). RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DE LA PRODUCTION MONDIALE EN 2010 (MILLIONS DE TONNES) Europe Asie 95 > 13% 217 > 31% 257 > 36% Amérique Centrale 16 > 2% Amérique du Sud Afrique Océanie 61 > 9% 37 > 5% 26 > 4% FORTE RESTRUCTURATION EN FRANCE COMPRENDRE UN MONDE QUI BOUGE Au cours des 15 dernières années, la production laitière s est fortement restructurée en France. Le nombre de sites de production a été divisé par deux et la référence laitière par exploitation avoisine les l. Cette forte restructuration a permis d augmenter et d accroître la productivité. Le rendement laitier a ainsi progressé de près de 100 kg/an en 15 ans pour atteindre kg en Nombre d exploitations laitières ,1% ( ) % ( ) ,1% ( ) ,4% ( ) -3,8% ( ) -4,1% ( ) ,8% ( ) Évolution constatée enquêtes structures Projection base réf Projection base réf Projection base réf Dans un monde en mouvement perpétuel, le véritable - Une production et une consommation mondiales croissantes - Un contexte de volatilité des prix - Une évolution de la PAC avec pour objectifs : Les acteurs devront : - Rééquilibrer les pouvoirs de marché (transparence ; partage de la valeur) - Encourager les investissements et systèmes innovants - Communiquer pour rapprocher davantage l agriculture de la société. LA PRODUCTION LAITIÈRE PAR BASSIN LAITIER EFFECTIF DE LIVREURS PAR BASSIN plus de de à de à moins de Grand Ouest 30,7 % 14,0 % Centre 1,6 % Sud-Ouest 8,4 % 14,0 % Charentes 4,2 % Auvergne Limousin 8,2 % Grand Est 14,1 % Sud-Est 9,3 % LE GRAND OUEST : DES ATOUTS Avec 31 % des producteurs laitiers et un tiers des livraisons, le Grand Ouest représente le plus important des 9 bassins français. La référence laitière correspond à l et varie de l en Mayenne à près de l dans le Finistère. L Ouest laitier a de nombreux atouts à faire valoir. Outre un contexte pédo-climatique favorable à la production de fourrages, la forte densité de collecte permet la réduction des coûts d approvisionnement et apporte un réel élan à l industrie laitière. Le dynamisme technique et la diversité des modèles de production jouent aussi en faveur de la compétitivité des éleveurs de l Ouest. Ces atouts viennent renforcer les perspectives et les projets de développement. Source : Agrimer 2 3

5 1 COMPRENDRE UN MONDE QUI BOUGE Le marché mondial UNE DEMANDE SOUTENUE Avec une population mondiale qui s accroît et l évolution du niveau de vie, la demande en produits laitiers reste très soutenue. Ainsi, le continent asiatique augmente ses importations de près de 3,9 % par an, offrant des opportunités aux leaders mondiaux du secteur. IMPORTATIONS ASIATIQUES DE PRODUITS LAITIERS Millions de tonnes équivalent lait ,9% DES ÉCHANGES LIMITÉS, MAIS IMPORTANTS POUR LE NIVEAU DES PRIX Les échanges mondiaux de produits laitiers se limitent à 6 % de la production mondiale, mais contribuent l Union Européenne. Les moindres aléas climatiques dans ces zones sont sources d instabilité et de volatilité des prix. DES PRIX PLUS VOLATILS La réforme de la politique agricole de 2003 a engendré une baisse du prix d intervention du beurre et du lait en poudre sur les 5 années suivantes. Cette période a été sécurisée pendant les 3 premières années par la suite, cette aide a été découplée de la production et a du lait européen est en corrélation avec le prix mondial. variations plus importantes de revenu et de trésorerie. EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE POPULATION MONDIALE Milliards d habitants Pays développés Pays en développement 1,1 % millions de T 6 % de la production mondiale * Hors échanges intra UE /tonne FDB Source : USDA ÉCHANGES MONDIAUX DE PRODUITS LAITIERS (EN ÉQUIVALENT LAIT LIQUIDE - MÉTHODE FAO) Principaux pays fournisseurs (%) 56 % Union Européenne 23 Australie 7 76 % Biélorussie 5 Argentine 4 ÉVOLUTION DES PRIX DEPUIS VOTRE PARTENAIRE - COMMENT ÉVOLUER DANS UN MONDE INCERTAIN? Beurre Lait écrémé en poudre Poudre grasse Des exploitations différentes Bien vivre de son métier Les situations géographiques, les conditions pédo-climatiques, les restructurations et la main-d œuvre disponible, sont NOTION DE DIVERSITÉ FOURRAGÈRE Système herbe - 10 % Système maïs - 50 % + de 50 % Système intermédiaire - 40 % + ou - 35 % La diversité des exploitations se remarque également au travers des moyens humains, des équipements (en particulier la robotisation de la traite) l agriculture agrobiologique. L approche technico-économique, qu elle soit globale ou à l atelier, proposée par «Visiolys» prend en compte d accompagner chaque éleveur. Des logiques de productions et des objectifs techniques différents doivent conduire à une Bien vivre de son métier. NOTION DE SPÉCIALISATION BIEN VIVRE DE SON MÉTIER LE SECTEUR LAITIER SELON LE STATUT JURIDIQUE (FRANCE) Répartition des effectifs par forme juridique 27 % 27 % Source : Agreste Répartition de la réf. totale par forme juridique EARL Exploitation individuelle GAEC SCEA Autres l EBE est primordiale. Elle est conditionnée par différents facteurs propres à chaque exploitation. L EXCÉDENT BRUT D EXPLOITATION (E.B.E.) 42 % L EBE est une donnée indispensable à l évaluation des exploitations. - De produits bien valorisés - De charges opérationnelles maîtrisées - De charges de structures optimisées. 1 % 3 % Bovins lait - 36 % Hors-sol - 22 % 14 % Bovins viande - 8 % Grandes cultures - 8 % Bovins mixtes - 7 % Divers - 5 % Les expertises technico-économiques et les analyses techniques ont 41 % 28 % 26 % 1 % 4 % Source : France Agrimer «Dans ce contexte de prix du lait moins garanti pour sécuriser la réussite des projets, il est important de disposer d outils de pilotage et d être accompagné. Cette démarche permet de mieux appréhender les technologies innovantes et de s adapter à de nouveaux systèmes ou nouvelles structures». Michel BETTON Consultant Visiolys atteindre Réaliser des prélèvements privés souhaités 45 % Faire face aux annuités et 45 % Conserver une marge de sécurité et générer 10 % 4 Visiolys «STRATÉGIE» cible les attentes des différents élevages et répond aux demandes précises d évolution ou de sécurisation. 5

6 2 SE REPÉRER ANALYSES ET ADAPTATIONS Prix d équilibre et de revient deux notions complémentaires. proposent des prestations basées sur la connaissance du prix d équilibre, du prix de revient ou du coût marginal. LE PRIX D ÉQUILIBRE, un repère à l échelle de l exploitation INTÉRÊTS 2 SE REPÉRER ANALYSES ET ADAPTATIONS tient compte de l ensemble des activités de l exploitation. Cas concret : l et 35 ha de cultures Annuités et FF CT Marge de sécurité 5000 = EBE Charges de structure Salaires = BESOIN EN MARGE BRUTE TOTALE Marges brutes autres activités (culture par exemple) Charges vétérinaires d élevages et diverses = BESOIN EN PRODUIT LAIT SITUATION 1 : 319 /1 000 l = Marge de sécurité générée et/ou Amélioration de la trésorerie SITUATION 2 : 319 /1 000 l = Détérioration de la trésorerie LE PRIX DE REVIENT un repère à l échelle de l atelier lait prévisionnelle de trésorerie d un résultat comptable d un nouvel investissement LIMITES les exploitations peu spécialisées lait groupes ou systèmes différents La maîtrise technico-économique de l atelier laitier est gage de pérennité pour les exploitations laitières. Le prix de revient correspond à l ensemble des coûts de production de l atelier, moins les produits viande et les aides. EXEMPLE D INVESTISSEMENT : L après quota sera signe d une plus grande volatilité La stratégie de votre exploitation et les outils utilisés dans le cadre de Visiolys sont nombreux. L expert préoccupations. permanente et de plus en plus rapide «du monde qui bouge». Quel est l impact d un investisse- ment robot? Laurence MULLER Consultante Visiolys réponse de l expert: L investissement dans un robot de traite va générer un impact sur le prix de revient. Les charges de bâtiment et de structures varient ainsi que les charges de concentrés. Selon les conduites adoptées, les charges fourragères et de foncier peuvent diminuer. De plus le montant de la rémunération du travail peut être adapté. Le prix de revient simulé, doit être comparé si l atelier laitier est en mesure de prendre en charge la totalité de ce nouvel investissement. 6 Visiolys «PROJET» et Visiolys «GROUPE» étudient l impact d une évolution de stratégie sur votre exploitation 7

7 2 SE REPÉRER ANALYSES ET ADAPTATIONS Coût marginal du litre de lait Marge brute de l atelier lait La sortie des quotas va offrir des opportunités de réellement une opportunité économique pour l éleveur? des litres supplémentaires produits. Ce coût est à comparer au prix de vente du lait. Selon le contexte de l exploitation et les objectifs de l éleveur, produire plus de lait entraînera une évolution des charges opérationnelles et éventuellement des charges de structure (s il y a des impacts sur les bâtiments, les équipements ou la main-d œuvre). Le coût marginal utilisé dans le cadre de Visiolys «PROJET» vous accompagne dans la prise de décision. Charges de structure En général, les premiers litrages produits permettent de diluer les charges de structure et s avèrent souvent le coût des derniers litres produits. Tant que le coût de production marginal est inférieur au prix du litre de lait, l éleveur à intérêt à produire plus. Dans le cas d augmentation importante, au-delà des charges nouvelles, il est important d intégrer l impact, sur la main-d œuvre et sur les marges des autres productions. L analyse de la marge brute et la comparaison à un groupe de référence (composé de systèmes identiques), avec l éleveur des plans d actions techniques. INTÉRÊTS de l atelier laitier techniques -dans le même système -entre systèmes -entre ateliers LIMITES structure EXEMPLE Marge brute des élevages du groupe «Prim Holstein à kg lait». Dans ce groupe, le quart inférieur présente une différence de marge brute de par un prix supérieur de la tonne d aliment (+ 12 % d écart). PRIM HOLSTEIN 45 Vente lait en /1 000 l NORMANDE Vente viande en /1 000 l 374 MONTBÉLIARDE Source : Chiffres clés (Clasel-Eilyps) Marge brute /1 000 l 1/4 248 supérieur 1/4 179 inférieur Écart 69 POIDS DES CHARGES DE STRUCTURE DES EXPLOITATIONS LAITIÈRES DE L OUEST DE LA FRANCE Mécanisation - 29 % Bâtiment - 21 % Charges sociales - 17 % Frais divers - 15 % Foncier - 9 % La mécanisation représente le premier poste des charges de structure. Son niveau plus ou moins élevé, le choix de la CUMA ou de l entreprise qui réalisera les travaux de récolte, de semis ou de travail du sol peut s avérer tout à fait cohérent. Cette délégation, permet d alléger les annuités qui sont souvent très importantes. LES PRODUITS PRODUIRE SA RÉFÉRENCE AVEC UN LAIT DE QUALITÉ Le produit de l atelier lait étant majoritairement constitué de la vente de lait, son optimisation passe principalement par la réalisation de la totalité du droit à produire, les éventuelles allocations provisoires mais aussi la maîtrise de la qualité du lait. LES CHARGES COÛT ALIMENTAIRE ANTICIPER POUR MIEUX RÉAGIR Le coût alimentaire représente les deux tiers des charges opérationnelles de l atelier lait. Connaître son évolution sur l année et sa composition permet technico-économique. OBJECTIFS ZOOM SUR LA MÉCANISATION FOURRAGES 35 /1 000 L Choix variétal assolement Coût unitaire potentiel Bilan fourrager gestion des stocks Distribution rationnement Le type de matériel de distribution de la ration est un poste important dans la mécanisation. Son choix peut s avérer complexe et dépend de plusieurs facteurs, comme le nombre d animaux, le temps disponible, le type de bâtiment, le type de rations et le nombre de jours de distribution. De plus, il faut tenir compte des moyens de traction déjà disponibles sur l exploitation. CONCENTRÉS 70 /1 000 L Choix du type d aliment Prix... approvisionnement Nutrition énergétique, azotée, vitaminique Source : Chiffres clés (Clasel-Eilyps) Le coût de renouvellement en exploitation laitière L optimisation du coût de renouvellement dans les troupeaux laitiers est un levier important dans la maîtrise des charges de l exploitation. Hors charges de structure, le coût de production d une génisse oscille entre 400 et 800. Il varie de façon importante entre les élevages (en fonction de l âge au vêlage, du type de régime alimentaire, du mois de naissance). Le coût alimentaire représente 85 % des charges opérationnelles (dont 29 % pour le fourrage, 40 % pour les concentrés et 16 % pour la phase lactée). 8 Visiolys «STRATÉGIE» Visiolys «STRATÉGIE» vous aide au quotidien avec des outils simples, directement accessibles sur le site WEB 9

8 3 SE PROJETER ET CHOISIR Visiolys vous propose 3 domaines d accompagnement : SATURER DÉVELOPPER Visiolys «STRATÉGIE» Visiolys «PROJET» Visiolys «PROJET» Visiolys «PROJET» Visiolys «GROUPE» 1 Projet 3 SE PROJETER ET CHOISIR Le potentiel de production de nos régions est important. En témoigne, le développement des exploitations par regroupement ou agrandissement. Une exploitation est une unité de production avec parfois plusieurs ateliers et plusieurs unités de main-d œuvre. La cohérence de ces «hommes» et de ces ateliers nécessite de la souplesse et de la réactivité pour s adapter au marché. Visiolys vous accompagne dans l analyse globale de votre exploitation : - Visiolys «PROJET» vous accompagne dans votre développement, votre agrandissement ou le choix de vos équipements, - Visiolys «STRATÉGIEtier au sein de votre exploitation, - Visiolys «GROUPE» vous permet de développer vos connaissances grâce au partage d expérience. Cette nouvelle approche vous garantit un accompagnement pointu qui mesure les opportunités et les menaces de vos projets. Les prestations Visiolys seront disponibles dès l automne La gamme sera, par la suite, étoffée pour toujours mieux vous accompagner. Visiolys Projet, c est quoi? techniques, économiques, environnementaux et humains pour prendre mes décisions en toute sérénité. Quel est le but de Visiolys Projet? - Mesurer l impact technique, économique et humain de l évolution de la taille ou du fonctionnement de mon exploitation - Saturer mon outil de production - Être accompagné dans ma prise de décision Mon consultant évalue la faisabilité de mes projets en tenant compte du potentiel de mon exploitation et de mes objectifs Comment fonctionne Visiolys Projet? - Où en est mon projet? parcellaire, main-d œuvre, environnement, économie Le temps d intervention est à déterminer en fonction de l ampleur du projet. Un devis est proposé avant chaque intervention. PROJET C est aussi un accompagnement sur les thèmes suivants : - Regroupement de l exploitation - Choix de l équipement de traite «Êtes-vous robot ou roto compatible?» - Opportunités de produire plus après Sécuriser l installation d un futur associé - Choix de l équipement d alimentation - Conversion en agriculture biologique - Création d un nouvel atelier Témoignage d éleveurs M. Laurent LELIEVRE GAEC DE LA BROUILLERE LA CHAPELLE- ANTHENAISE (53) 3 associés Quota : litres S.A.U. : 117 ha «Suite à mon installation et aux différentes attributions laitières, le G.A.E.C s est retrouvé dans l obligation de faire évoluer ses bâtiments (mise aux normes, stabulation vaches). à différents projets, mais aucun ne nous conseiller CLASEL qui nous a proposé de Sa visite sur l exploitation a été un moment privilégié qui a permis de faire ressortir nos objectifs techniques, économiques et humains à plus ou moins long terme. Ce regard extérieur sur nos objectifs nous a aidés à orienter le projet et prendre des décisions adéquates»

9 3 SE PROJETER ET CHOISIR 2 Stratégie Visiolys Stratégie, c est quoi? exploitation. Je suis accompagné dans mes prises de décisions et sur les opportunités temporaires. Quel est le but de Visiolys Stratégie? Je fais les bons choix au bon moment et je mesure l impact d un changement de système sur la rentabilité de mon exploitation. Avec l aide d outils, j analyse la cohérence globale de mon exploitation pour prendre les bonnes décisions. Comment fonctionne Visiolys Stratégie? - Je dispose d un prévisionnel de production (quota A, quota B ) - Je suis informé des cours des marchés et des matières premières - J analyse la marge brute (diagnostic de la situation actuelle, évaluation du manque à gagner potentiel, marge de manœuvre à court terme, conseil et plan d action) - Je dispose d une analyse du prix d équilibre (calcul, interprétation, plan d action). TOUTES NOS PRESTATIONS DÉBOUCHENT SUR UN PLAN D ACTION TECHNIQUE À METTRE EN ŒUVRE AVEC VOTRE CONSEILLER D ÉLEVAGE STRATÉGIE C est aussi un accompagnement sur les thèmes suivants : - Calcul et interprétation du prix d équilibre - Mesure de la progression technicoéconomique - Mesure de la pertinence d un changement technique technique Témoignage d éleveurs Mme Annabelle COTTIN GAEC COTTIN à DINGÉ (35) Quota : l 3 UTH «Face aux variations du prix du lait, j avais besoin de repères pour connaître la résistance de mon exploitation. Comme j ai également un atelier de veaux de boucherie, je souhaitais prix d équilibre de fonctionnement. J envisage d acheter un repousse fourrage robotisé. Mon consultant a calculé cette nouvelle annuité et je suis plus sereine et 3 Groupe Visiolys Groupe, c est quoi? Je souhaite acquérir des connaissances à partir du partage d expérience et de l analyse des documents technico-économiques. Quel est le but de Visiolys Groupe? atelier. GROUPE c est aussi des groupes d éleveurs sur d autres thèmes : - par zone géographique - par système d alimentation - par race, niveau de production - par système fourrager - par technologie de traite Témoignage d éleveurs EARL BRUNEAU à CROSMIERES (72) 12 Comment fonctionnent ces groupes? - À partir des résultats technico-économiques de la campagne laitière, des visites d exploitation sont organisées la campagne laitière - Travail sur des indicateurs innovants - D autres réunions techniques sont organisées en fonction des besoins l 197 ha 3.5 UTH «Je participe depuis plusieurs années à des groupes d échange entre éleveurs. J apprécie particulièrement le groupe sur les résultats technico-économiques mis en place par. À partir des chiffres clés de notre groupe, l animateur-conseiller nous fait témoigner sur nos pratiques. Ce partage de savoir-faire m a permis d accentuer mon 2 à 3 fois dans l année pour aborder des thèmes techniques».

10

Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix?

Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix? jmseronie@50.cerfrance.fr Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix? Jean-Marie Séronie Responsable Veille Economique du réseau CER FRANCE Directeur Général

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable

Élevage laitier. Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ. Misez sur l efficacité durable Élevage laitier Conseils Références OBJECTIF RENTABILITÉ Misez sur l efficacité durable CONSEILS & RÉFÉRENCES Élevages L aitiers Sommaire PRÉSENTATION SYNERGIE DES EXPERTISES Pour un conseil global EBE

Plus en détail

FIN DES QUOTAS LAITIERS

FIN DES QUOTAS LAITIERS RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA FIN DES QUOTAS LAITIERS Quel intérêt de produire plus de lait dans les systèmes de polyculture élevage avec du maïs et des taurillons?

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Quelles perspectives pour la production laitière en France et dans l UE? Vincent Chatellier INRA-LERECO, Nantes

Quelles perspectives pour la production laitière en France et dans l UE? Vincent Chatellier INRA-LERECO, Nantes Quelles perspectives pour la production laitière en France et dans l UE? Vincent Chatellier INRA-LERECO, Nantes Image Le cours mondial du beurre et de la poudre de lait Les facteurs explicatifs de la

Plus en détail

le groupe soufflet s engage...

le groupe soufflet s engage... maîtrise des risques matières premières le groupe soufflet s engage... www.soufflet.com Face à la grande fragilité de l équilibre entre l offre et la demande mondiale de céréales? Valorisation des productions

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

Le coût de la production laitière en France

Le coût de la production laitière en France Le coût de la production laitière en France France 0,45 Éditeur: European Milk Board ASBL Rue du Commerce 124 1000 Bruxelles Belgique 2014 Tous les droits de reproduction, même partielle, sont réservés

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable Agriculteurs, comptez sur votre Analyser un prix de revient, établir un budget, un plan de financement permet d aider au choix et à la mise en place d un statut social, juridique, de conseiller sur le

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Domaine Elevage bovins

Domaine Elevage bovins Domaine Elevage bovins 22 Autonomie alimentaire pour les vaches laitières et allaitantes Panorama des solutions développées sur la ferme expérimentale de Thorigné d Anjou. Objectifs : obtenir des références

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Associer nos savoir-faire

Associer nos savoir-faire MAC-ERCI International, cabinet spécialisé en recrutement, évaluation et gestion des compétences, a été créé début 2007. En croissance depuis notre création, nous n avons de cesse de nous remettre en question

Plus en détail

La filière laitière dans le contexte européen

La filière laitière dans le contexte européen La filière laitière dans le contexte européen Gérard You Mardi 15 octobre 2013 L Europe du Nord concentre l essentiel de la production laitière 2 Les pays du Nord, principaux producteurs européens 30 000

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales

Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Compétitivité internationale des industries françaises des filières animales Carl Gaigné Directeur de Recherche INRA RMT Economie des filières animales Compétitivité des filières animales françaises 10/12/13

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Si vous poursuivez la démarche d installation,

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique - mai 2012 mai 2012 Pays de la Agreste L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique Avec 516 000 vaches laitières en 2010, la région Pays de la compte près

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

Page 1 13 mars 2015. Innover 1

Page 1 13 mars 2015. Innover 1 Page 1 13 mars 2015 Innover 1 en mécanique Institut technologique de mécanique Piloté par les industriels mécaniciens sous la tutelle de l État Un acteur régional, national, international Le Centre d expertise

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011

10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 10. Production et commerce mondial en céréales en 2010/2011 Ph. Burny 1 2 1 Production céréalière mondiale...2 1.1 Production mondiale de céréales en 2010/2011... 2 1.2 Production mondiale de froment en

Plus en détail

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC

Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Plan de Professionnalisation Personnalisé AUTODIAGNOSTIC Nom : Prénom :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Il sera transmis aux organismes

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR

APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR APPROCHE DE LA BANQUE PAR LE CREATEUR / REPRENEUR 1 PLAN 1 Faire valider son projet personnel Votre personnalité Vos compétences et votre savoir-faire Vos motivations 2 Faire valider son projet économique

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Le montant des aides versées

Le montant des aides versées 259 Agreste Primeur Numéro 259 - avril 2011 Le bilan de santé de la Pac Une redistribution des aides en faveur des élevages d herbivores En 2010, la réforme issue du bilan de santé de la Pac est mise en

Plus en détail

Des solutions adaptées à vos besoins. l agroalimentaire

Des solutions adaptées à vos besoins. l agroalimentaire Des solutions adaptées à vos besoins l agroalimentaire Accroître ses chances de succès à l international Les acteurs majeurs de l agroalimentaire sont soumis aux mêmes contraintes : rentabilité, fiabilité

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

Filière laitière : Quels enjeux? Quels outils dans la future PAC?

Filière laitière : Quels enjeux? Quels outils dans la future PAC? FOCUS Filière laitière : Quels enjeux? Quels outils dans la future PAC? Focus coordonné par Victor PEREIRA Avec la contribution de Maud ANJUERE, Didier CARAES, Viviane PONS, Thierry POUCH, Aurélie TROUILLIER

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

Conseil opérationnel en transformation des organisations

Conseil opérationnel en transformation des organisations Conseil opérationnel en transformation des organisations STRICTEMENT CONFIDENTIEL Toute reproduction ou utilisation de ces informations sans autorisation préalable de Calliopa est interdite Un cabinet

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture

Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture particuliers PROFESSIONNELS entreprises Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture Generali.fr L APPROCHE NOVATRICE ET GLOBALE DE GENERALI Votre

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Investissements et productivité du travail Christophe Perrot département Economie de l Institut

Plus en détail

Données économiques Coûts de production du lait 9.6.1

Données économiques Coûts de production du lait 9.6.1 Données économiques Coûts de production du lait 9.6.1 L intérêt de l analyse économique Le contexte politico-économique dans lequel évolue une exploitation agricole est en constante mutation. Afin de pouvoir

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8

Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8 Lyon, le 13 mars 2013 Nouvelle Version! FIDUCIAL Vulcain 5.8 L outil informatique doit tirer le meilleur parti des ressources humaines et matérielles, afin de répondre aux attentes des clients et aux objectifs

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Bilan économique de la méthanisation

Bilan économique de la méthanisation Quelle place pour la méthanisation? Bilan économique de la méthanisation Roland ZIMMERMANN Conseiller en entreprises Conseiller spécialisé en Energies Renouvelables 23 Avril 2015 CERFRANCE Yonne 220 collaborateurs

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT

COÛT DE PRODUCTION DU LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA COÛT DE PRODUCTION DU LAIT Des repères pour la gestion de mon atelier en Nord-Pas-de-Calais-Picardie Le coût de production du lait est

Plus en détail

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Evaluer ses possibilités d investissements Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Ne pas partir à l aveuglette Avoir une connaissance précise de la situation de départ. Choisir le type de financement.

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

MONTER SON BUSINESS PLAN

MONTER SON BUSINESS PLAN MONTER SON BUSINESS PLAN Le plan de développement («business plan» en anglais) est la description quantitative et qualitative du projet de votre entreprise à moyen terme. C est donc un document fondamental

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

- Tous les dirigeants ressortissants AGEFICE, et en particulier les dirigeants de jeunes entreprises ou confrontés à la mutation économique actuelle

- Tous les dirigeants ressortissants AGEFICE, et en particulier les dirigeants de jeunes entreprises ou confrontés à la mutation économique actuelle PARTICIPANTS - Tous les dirigeants ressortissants AGEFICE, et en particulier les dirigeants de jeunes entreprises ou confrontés à la mutation économique actuelle CONDITION D INSCRIPTION - Etre à jour de

Plus en détail

Generali Performance Globale PME

Generali Performance Globale PME Entreprises Generali Performance Globale PME Une démarche innovante pour sécuriser votre entreprise Programme Processus Qualité Progrès Document non contractuel à caractère publicitaire. Pour connaître

Plus en détail