CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne"

Transcription

1 CONVENTION Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne 1

2 Préambule La filière viande bovine subit depuis plusieurs années des crises successives, mettant beaucoup d élevages en grande difficulté financière. La section viande bovine de la FNSEA 86, les Jeunes Agriculteurs, et la Chambre d Agriculture de la Vienne, ont souhaité mettre en place un dispositif pour répondre aux situations d urgence des éleveurs. Ainsi, le 14 juin dernier, le CAF (Conseil agricole départemental) a validé la création d une «cellule de crise viande bovine» avec les différentes organisations professionnelles de l élevage bovin allaitant, sur le principe «CAP Agriculture 2013» ; l organisation technique de la cellule de crise est confiée à la Chambre d Agriculture. La professionnels référents de ce pôle sont : - Michel CAILLE et Dominique ALBERT FNSEA86 responsables section bovins viandes FNSEA 86 / JA - Mathieu MORIN et Albéric MATHIEU référent JA et responsables section bovin viande FNSEA 86 / JA Ce dispositif doit permettre la coordination de tous les moyens nécessaires à l accueil et l accompagnement des éleveurs confrontés, suite à la crise, à des difficultés financières sur leur exploitation. L accompagnement peut relever de plusieurs axes : - Mise en place de prêts bancaires (trésorerie et consolidation) - allègements des charges fiscales et sociales ; - plan d apurement des dettes fiscales et sociales ; - garantie d approvisionnement ; - réalisations d audit et d études de faisabilité permettant d évaluer les capacités de l exploitation à s adapter ; - formations. 2

3 La présente convention réunit : - Monsieur le Préfet de la Vienne - Monsieur le Président du Conseil Général. - Monsieur le Président de la Chambre d Agriculture, - Monsieur le Président de la FNSEA 86 de la Vienne - Monsieur le Président des Jeunes Agriculteurs de la Vienne - Monsieur le Président du Comité Vivéa de la Vienne - Monsieur le Directeur Régional des Finances Publiques - Monsieur le Président de la Mutualité Sociale Agricole - Monsieur le Président de CER France - Monsieur le Président d AS AGC Vienne - Monsieur le Président du Gamex - Monsieur le Président de l Association des Assureurs AAEXA - Monsieur le Président de Groupama - Monsieur le Président de la Caisse Régionale du Crédit Agricole Touraine Poitou, - Monsieur le Président du Crédit Mutuel - Monsieur le Président de la Banque Populaire - Monsieur le Président de la BNP - Monsieur le Président de la Fédération Régionale des Coopératives - Monsieur le Président de Terrena Poitou, - Monsieur le Président de Coréa Poitou-Charentes - Monsieur le Président de COC - Monsieur le Président de l ADEBV - Monsieur le Président de CORALI - Monsieur le Président de CAVEB - Monsieur le Président du GLBV - Monsieur le Président de la CELMAR - Monsieur le Président de Bovin Croissance - Monsieur le Président du Syndicat des Eleveurs Limousins de la Vienne - Monsieur le Président du Syndicat des Eleveurs Charolais de la Vienne Article 1 : Objectifs Dans une ambiance de morosité générale, la volonté des partenaires de la présente convention est de mobiliser les énergies pour porter un message positif. Il s agit de montrer aux éleveurs que les acteurs professionnels comme les Pouvoirs Publics sont sensibles à leurs difficultés et cherchent à agir de façon concertée et pertinente pour les accompagner. Article 2 : Engagements de l Etat La Direction Départementale des Territoires (DDT) participera activement à toutes les réunions de la cellule de crise viande bovine et suivra avec attention le déroulement de toutes les opérations relatives au dispositif d'aide mis en place par la Chambre d'agriculture de la Vienne. De plus, elle développera, en liaison avec la profession agricole, une politique en faveur de l'installation des jeunes agriculteurs, notamment dans le secteur bovin viande, en examinant avec attention les dossiers d'installation les plus sensibles (attribution des aides et des droits à primes vaches allaitantes). Par ailleurs, le dispositif de suivi des déclarations d'aides PAC animale mis en place au titre de la campagne 2011 sera reconduit lors des prochaines campagnes afin de s'assurer de l'exhaustivité des déclarations au titre de la PMTVA. 3

4 Article 3 : Engagements du Conseil Général Le Conseil Général de la Vienne s engage en accompagnant financièrement : - la réalisation de diagnostics approfondis et plans de restructuration permettant d évaluer les capacités de l exploitation à s adapter. - la réalisation de formations visant à rechercher des solutions technico-économiques et des stratégies d avenir sur les exploitations. Le financement du Conseil Général s inscrit dans l enveloppe déjà accordée à la Chambre d Agriculture dans le cadre du dispositif CAP Agriculture 2013 et Fertil. Article 4 : Plan d apurement des dettes sociales La Mutualité Sociale Agricole explore toutes les solutions dont elle peut disposer dans le cadre des budgets locaux et nationaux : Au niveau départemental, sur les fonds propres de la caisse des aides exceptionnelles, dans le cadre du budget d action sanitaire et sociale, peuvent être envisagées en faveur des familles d exploitants agricoles touchées par les crises. Au niveau national, la MSA peut utiliser différentes enveloppes financières : o Enveloppe FSCA (Fonds de Solidarité des Crises Agricoles), consentie par la Caisse Centrale de MSA, elle permet le financement d échéanciers de cotisations sociales. o Enveloppe attribuée au titre de l article L du code rural autorisant le financement sur les crédits de l action sanitaire et sociale d aides aux assurés en difficulté. o Aides financières conjoncturelles et ponctuelles décidées par les pouvoirs publics. Le Groupement des Assureurs Maladie des Exploitants Agricoles (GAMEX) - au niveau départemental, des échéanciers peuvent être accordés en faveur des assurés en difficulté. - au niveau national, le Gamex peut utiliser différentes enveloppes financières pour des allègements de charges sociales : o Enveloppe attribuée au titre de l article L du Code Rural autorisant le financement sur les crédits de l action sanitaire et sociale d aides aux assurés en difficulté. L Association des Assureurs AAEXA - au niveau départemental, des échéanciers peuvent être accordés en faveur des assurés en difficulté. - au niveau national, l Association des assureurs AAEXA peut utiliser différentes enveloppes financières pour des allègements de charges sociales : o Enveloppe attribuée au titre de l article L du Code Rural autorisant le financement sur les crédits de l action sanitaire et sociale d aides aux assurés en difficulté. Article 5 : Plan d apurement des dettes fiscales (convention CAP Agriculture 2013) La Direction Régionale des Finances Publiques (DRFIP)*, dans le cadre de la commission des chefs des services financiers et des représentants des organismes de sécurité sociale et de l assurance chômage (CCSF) examinera les demandes de délais de paiement des dettes fiscales et sociales. Cette commission, composée de représentants de la DRFIP*, des douanes et droits indirects, de l'unité territoriale de la DIRECCTE, de l URSAFF ou de la MSA et de l Assedic, est présidée par le Directeur Régional des Finances Publiques, dont les services assurent le secrétariat et le suivi des plans. Les dossiers qui seront transmis au secrétariat de la commission feront l objet d une décision en CCSF et d une notification à l agriculteur. * Jusqu'à la création de la DRFIP de la Vienne et de la région Poitou-Charentes, la Trésorerie Générale de la Vienne et de la région Poitou-Charentes et la Direction des Services Fiscaux de la Vienne, participent à la CCSF, le Trésorier-Payeur Général en assurant la Présidence. 4

5 Article 6 : Banques et Assurances La Caisse Régionale du Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou, fidèle à ses valeurs, s engage à : - rencontrer tous les exploitants qui en exprimeront le souhait, - examiner chaque situation avec diligence, - apporter une réponse personnalisée, - proposer des conditions financières adaptées. Le Crédit Mutuel est disponible pour rencontrer chaque agriculteur s interrogeant sur sa situation financière et s engage à apporter une réponse adaptée aux spécificités de son exploitation. Les solutions proposées, à adapter à chaque cas particulier, sont les suivantes : - activation de la modulation pour les prêts modulables en cours de remboursement, - post-financement d investissements autofinancés, - prorogation d échéances de prêts, - report d échéances en fin de tableau d amortissement, - prêt de consolidation / restructuration des financements. La Banque Populaire Val de France, fidèle à ses valeurs de proximité et de solidarité, s'engage à accompagner dans cette période difficile, les exploitants agricoles qui en feront la demande en leur proposant, après étude de leur situation et sous réserve d'acceptation de leur dossier, des offres de financement de trésorerie à conditions préférentielles et en étudiant des reports d'échéances de crédits en cours. BNP Paribas de la Vienne s engage à étudier rapidement toutes les situations de ses clients agriculteurs et à répondre, dans la mesure du possible et de façon personnalisée, à leurs demandes de concours additionnels ou de restructuration de leurs dettes Groupama Centre Atlantique : Soucieux des difficultés que rencontre la profession, Groupama Centre Atlantique a mis en place des mesures spécifiques visant à échelonner le paiement des cotisations sans appliquer de majoration; s'engage à rencontrer tous les agriculteurs qui en feront la demande pour analyser avec eux la situation et rechercher ensemble les garanties et les prix les mieux adaptés. Article 7 : Engagements des organismes de collecte et d approvisionnement La Coopérative Coréa étudiera les dossiers dans le cadre d un réaménagement du passif par l ensemble des créanciers. Après étude personnalisée, Coréa proposera une convention d étalement de la dette du coopérateur sur plusieurs campagnes à un taux d intérêt ramené à 8% l an au lieu de 11,76% l an tel que prévu par les statuts et règlement intérieur de la Coopérative. La durée du plan d apurement ne pourra excéder 5 ans. La Coopérative Terrena-Poitou s'engage : 1 Pour l'année culturale à effectuer des reports d'échéance pour une partie des approvisionnements grandes cultures (sous certaines conditions). Toutefois ces dispositions demeurent en conformité avec les dispositions de dérogation de la loi L.M.E du 4 août 2008 amendée par le décret (JO du 03/10/09) article A procéder sur demande de l'adhérent, à une étude personnelle de son dossier. A aménager un plan de remboursement des dettes en cours (re-calcul d'intérêts débiteurs), après examen détaillé et une perspective positive de la pérennité de son entreprise, sous réserve de l'acceptation du dossier par le conseil d Administration. 3 - A accompagner techniquement les producteurs qui le souhaitent. La Coopérative Centre Ouest Céréales a rapidement pris en compte les conséquences économiques sur les exploitations de ses adhérents de la sécheresse qu a connue notre région et a décidé de payer des acomptes dès le début du mois de juillet à ses adhérents engagés. De plus, sur demande de l adhérent, le Conseil d Administration s engage à étudier tout aménagement de dette qui est due à la coopérative afin d aider certaines exploitations dont la pérennité n est pas remise en cause. 5

6 L ADEBV (Association des éleveurs bovins de la Vienne) s engagent à apporter un appui technique aux éleveurs qui en expriment la demande. Le GLBV (Groupement Limousin Bovin Viande) s engage à : - Accompagner techniquement les éleveurs qui le souhaitent, - Mettre en place des avances de trésorerie à taux zéro remboursable fin Prendre en charge à 2% sur financement de mise en place de broutards à l engraissement. CORALI s engage à : - Accompagner techniquement les éleveurs adhérents qui le souhaitent dans le cadre de ses formules d appui technique. - Etudier avec les éleveurs adhérents le financement des animaux fournis par CORALI pour l engraissement (avances de trésorerie et accompagnements bancaires) sur les bases définies par le conseil d administration. CAVEB s engage à : - Apporter un accompagnement technique aux éleveurs qui en expriment la demande. Dans le cadre du parcours de formation mis en œuvre par la cellule de crise viande bovine, le groupement s engage également à intervenir sur les aspects techniques et commerciaux.» CELMAR : - Concernant la sécheresse, a décidé d accorder un délai de paiement «à taux 0» à ses adhérents pour l achat aliments pour leurs animaux, et ce jusqu à la livraison des animaux en question. - Réalise, au cas par cas, des «avances sur livraison» aux adhérents. - Pour le moyen terme, développera toutes les solutions qui renforceront l autonomie alimentaire (céréales et protéagineux), afin de limiter les effets des fluctuations du prix des aliments (substitution partielle de la paille par les plaquettes de bois ) Article 8 : Engagement des organismes de sélection Bovins croissance de la Vienne s'engage à apporter un appui technique et génétique aux éleveurs de la Vienne. Le Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne et le Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne s'engage à accompagner les éleveurs qui souhaitent une aide en matière de choix génétique. Article 9 : Formation des agriculteurs : Engagements de Vivéa Vivéa, le fonds d assurance formation des exploitants agricoles non salariés, représenté par ses membres élus et son équipe technique, apportera son appui à l émergence, et la mise en œuvre de toute action de formation visant le public d agriculteurs entrant dans le cadre de cette convention. Il pourra apporter un appui à l analyse des besoins en compétences, la construction globale de dispositifs de formation et l évaluation éventuelle de ceux-ci. Il pourra contribuer au financement de ces actions, dans le respect de ses orientations et priorités de financement, ainsi que des règles d éligibilité du fonds de formation.» Article 10 : Engagements et fonctionnement des Organisations Professionnelles Agricoles Afin de permettre aux agriculteurs de pouvoir bénéficier des informations concernant l accès aux différents dispositifs d aides, et à l action de l ensemble des partenaires sans avoir à les solliciter individuellement, la Chambre d Agriculture a mis en place un guichet unique avec un numéro d appel unique: Ce guichet est le lieu de centralisation de l ensemble des demandes des éleveurs bovins viande de la Vienne et peut servir de relais vers les différents partenaires de la convention CELLULE DE CRISE VIANDE BOVINE. 6

7 Etablissement du premier contact avec les éleveurs : - Des contacts individuels seront assurés par les différentes structures accompagnatrices (JA, FNSEA 86, Chambre d Agriculture, CER France, AS AGC Vienne, Groupements de producteurs) pour : * présenter le dispositif, * proposer un éventuel soutien au remplissage des dossiers de demande d aide (calamités, Conseil Régional ) Ce premier niveau d accompagnement n appelle aucune facturation, et ne mobilise, à ce jour, aucun financement. La répartition des contacts à réaliser sera cordonnée par la cellule de crise qui affectera prioritairement les contacts aux structures ayant réalisé les dossiers DACS Agri en 2010 ou les PDE (pour les JA installés depuis moins de 5 ans). Accompagnement collectif Pour tous les éleveurs s adressant à la cellule de crise bovin viande, un accompagnement collectif (formations) sera proposé. Ces formations financées par VIVEA seront assurées par les conseillers d entreprise des structures partenaires : Chambre d Agriculture, CER France, AS AGC Vienne (ou son partenaire du réseau AS CLCL COGEDIS FIDEOR mandaté par ASAGC VIENNE pour intervenir dans les programmes de formations), et des conseillers techniques bovin viande. L objectif est d impulser une nouvelle dynamique de progrès et d adaptation des exploitations aux crises récurrentes que nous traversons. Ce processus qui s inscrit dans la durée, s adresse à tous les éleveurs, car la dynamique s obtient en associant les plus performants avec ceux qui sont aujourd hui dans les plus grandes difficultés. L ensemble des partenaires de cette convention s engage à promotionner auprès des éleveurs l inscription à ces formations. Accompagnement individuel Pour les éleveurs dont la situation économique et financière est particulièrement dégradée, un accompagnement individuel sera proposé dans le cadre des financements du dispositif Fertil, du Conseil Général, et sur les financements propres des structures accompagnatrices. L accompagnement individuel comprend notamment : - Des audits approfondis réalisés par des conseillers d entreprise de la Chambre d Agriculture. - Des études de faisabilité réalisées par des conseillers d entreprise du CER France, Chambre d Agriculture et AS AGC Vienne. - Allègements et plan d apurement de charges fiscales, sociales, financières et d approvisionnements (Mutualité Sociale Agricole, coopératives, négoces, banques ). - Orientation vers le service d Action Sanitaire et Social de la MSA en présence de difficultés économiques importantes mettant en cause les prélèvements privés destinés à faire vivre la famille ou en présence de problèmes de santé. - Soutien technique assuré par la Chambre d Agriculture ou l organisation de producteurs à laquelle l éleveur est adhérent. 7

8 La FNSEA 86 et Jeunes Agriculteurs s'engagent notamment : - Aménager un échéancier des cotisations pour ses adhérents pour 2011 / 2012 (pour la FNSEA 86 uniquement), - Apporter son expertise concernant les aspects sociaux des entreprises employeurs de main d œuvre (Gestion des ressources humaines, audit social ), - A procéder sur demande de l'adhérent, à un rendez vous personnel avec un responsable professionnel de la section viande bovine à son domicile ou dans les locaux de la FNSEA 86 et des JA, - A étudier toute demande de PMTVA, qui serait portée à la connaissance de la section viande bovine FNSEA 86 / JA, - A apporter un appui spécifique aux nouveaux installés en production bovine, au travers les responsables bovins des Jeunes Agriculteurs. Article 11 : Facturation des prestations Les règles de tarification et de prise en charge des prestations seront étudiées par le comité de pilotage «CELLULE DE CRISE BOVIN VIANDE». Dans le cadre de la procédure «Fertil» : aucune facturation à l agriculteur. La prise en charge de l accompagnement est assurée par les fonds départementaux Fertil, Etat, Conseil Général et Fond Social Européen (FSE). Article 12 : Suivi et évaluation Le comité de pilotage «CELLULE DE CRISE BOVIN VIANDE» se réunira autant que de besoin pour faire des points d étapes sur l avancement des différents engagements pris. Article 13 : Communication Les partenaires signataires de la présente convention s engagent à mobiliser les dispositifs qui y sont mentionnés sous l intitulé CELLULE DE CRISE BOVIN VIANDE et à en réaliser la promotion par tous les moyens à leur disposition. 8

9 Organismes Signature Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du Conseil Général, Monsieur le Président de la Chambre d Agriculture, Monsieur le Président de la FNSEA86, Monsieur le Président des Jeunes Agriculteurs, Monsieur le Président du Comité Vivéa de la Vienne, Monsieur le Directeur Régional des Finances Publiques, Monsieur le Président de la Mutualité Sociale Agricole, Monsieur le Président de CER France, Monsieur le Président d AS AGC Vienne, Monsieur le Président du Gamex Monsieur le Président de l Association des Assureurs AAEXA, 9

10 Monsieur le Président de Groupama, Monsieur le Président du Caisse Régionale du Crédit Agricole Touraine Poitou, Monsieur le Président du Crédit Mutuel, Monsieur le Président de la Banque Populaire, Monsieur le Président de la BNP, Monsieur le Président de la Fédération Régionale des Coopératives, Monsieur le Président de Terrena Poitou, Monsieur le Président de COREA Poitou-Charentes, Monsieur le Président de COC Monsieur le Président de l ADEBV, Monsieur le Président de CAVEB, Monsieur le Président de CORALI, Monsieur le Président de CELMAR, 10

11 Monsieur le Président de Bovins Croissance, Monsieur le Président du Syndicat des Eleveurs Limousins de la Vienne, Monsieur le Président du Syndicat des Eleveurs Charollais de la Vienne Le 11

12 Annexe 1 Liste des conseillers référents «Cellule de Crise Viande Bovine» Alain GUILLON Marie-Pierre GUILLON Nicolas CAMPALANI Guillaume LAJUDIE David ROUSSELOT Karine METAIS (Mirebeau) Jean-Michel METAYER (Savigné)

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries

Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries Communiqué de Presse vendredi 9 août 2013 Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries L'ensemble des organisations professionnelles agricoles, le Conseil général et les services

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Collecte et gestion de l information zootechnique

Collecte et gestion de l information zootechnique Collecte et gestion de l information zootechnique Erik Rehben (Responsable Systèmes d Information & Traçabilité Animale - Institut de l Elevage) Points abordés Seulement les ruminants, ni les porcins ni

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014 La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance

Plus en détail

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Direction départementale des territoires Direction départementale des territoires et de la mer Direction de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Un accompagnement historique! * Création ou reprise d entreprises agricoles Voyage de presse installation-transmission - 4 avril

Plus en détail

COMPTE RENDU D'AUDITION DU PLAN RÉGIONAL DE L'AGRICULTURE DURABLE

COMPTE RENDU D'AUDITION DU PLAN RÉGIONAL DE L'AGRICULTURE DURABLE PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes Service régional de l'économie agricole, de la forêt et de l environnement

Plus en détail

ANNEXE 2. Dossier de candidature. Appel à projet. Assistance technique Régionalisée. Année 2015. Structure :

ANNEXE 2. Dossier de candidature. Appel à projet. Assistance technique Régionalisée. Année 2015. Structure : Préfet de la région Poitou-Charentes Direction Régionale de l Alimentation, de l'agriculture et de la Forêt Région : POITOU-CHARENTES ANNEXE 2 Appel à Assistance technique Régionalisée Structure : Page

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD

I. PRINCIPALES MISSIONS DES SERVICES DU TRÉSOR TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE. Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD TRÉSORERIE GÉNÉRALE DE LA RÉGION BOURGOGNE Trésorier-Payeur Général : Mme Jacqueline ESCARD Adresse : 1 bis place de la Banque 21042 DIJON CEDEX Tél : 03 80 59 26 00 Fax : 03 80 50 14 75 Mail : tg21.contact@cp.finances.gouv.fr

Plus en détail

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français

Communiqué de presse. Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Communiqué de presse Paris le 1 er juin 2015 Fonds Stratégique de Participations : un nouvel investissement de long terme dans le capital d un fleuron industriel français Le Fonds Stratégique de Participations

Plus en détail

ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES

ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES HOMMES ET LES FEMMES Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

«2.2. Couverture facultative

«2.2. Couverture facultative MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective départementale IDCC : 9811. EXPLOITATIONS AGRICOLES (Tarn) (6 mai 2002) (Etendue par arrêté

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

ANNEXES A LA DELIBERATION

ANNEXES A LA DELIBERATION CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 3 CP 11-830 ANNEXES A LA DELIBERATION @BCL@6C0E61A0 27/09/11 09:09:00 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 4 CP 11-830 1. Etat récapitulatif des subventions @BCL@6C0E61A0 27/09/11

Plus en détail

Direction générale des entreprises

Direction générale des entreprises Direction générale des entreprises Service de l'action territoriale, européenne et internationale S-D de la réindustrialisation et des restructurations d'entreprises MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général SASFL Sous-direction du travail et de la protection sociale BOPSA 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Instruction technique SG/SASFL/SDTPS/2014-720 08/09/2014

Plus en détail

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise»

«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» CHEFS D ENTREPRISES «Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» PROGRAMME ACTION PRÉVENTION REPI ENTREPRENEURIAT Emmanuel Imberton, Imberton, Président Président la de CCI la de CCI Lyon de Lyon 02

Plus en détail

ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES

ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES ACCORD SUR LES AVANTAGES SUR LES CONTRATS D ASSURANCE DES SALARIES ENTRE la Caisse Régionale d'assurances Mutuelles Agricoles d'oc, également dénommée Groupama d'oc, SIREN n 391 851 557 ayant son siège

Plus en détail

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE Le fonds National de Garantie a été institué par la loi n 100 du 31 décembre 1981 portant loi de Finances pour la gestion 1982, article 73 tel que modifié par l article 66

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

FONDS D AIDE FINANCIERE INDIVIDUELLE

FONDS D AIDE FINANCIERE INDIVIDUELLE Date de la demande :. PROCEDURE D URGENCE : Oui Non Date du dépôt de la demande : (à compléter par le service) (FE) FONDS D AIDE FINANCIERE INDIVIDUELLE Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) Accès

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

CRISE DES HYDROCARBURES

CRISE DES HYDROCARBURES CRISE DES HYDROCARBURES -RETEX- DIRECCTE de Zone de Défense Ouest MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE -11/10 au 15/10 DIRECCTE de Zone

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes

La filière de l élevage du cheval de trait dans son. contexte français et européen. Evolution et attentes 1 La filière de l élevage du cheval de trait dans son contexte français et européen. Evolution et attentes Septembre 2011 I. Contexte et structuration de la filière du cheval de trait en France a. Quelques

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements PREFET DE LA REGION LIMOUSIN Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements A remplir par tous les demandeurs sauf les JA et les CUMA/ASA DEMANDEUR Numéro OSIRIS :...

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

[ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée. [ L informatique se met à la portée des créateurs. [ Une action au coût limité

[ Adie Contact : un lien avec le créateur sur la durée. [ L informatique se met à la portée des créateurs. [ Une action au coût limité Le pôle accompagnement : L offre d accompagnement de l Adie est accessible aux créateurs pendant toute la durée de remboursement de leur prêt et à pour but de les aider à pérenniser et à développer leur

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES

COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES COMMENT OBTENIR DES SUBVENTIONS EUROPEENNES L environnement, la recherche, l éducation, la santé, sont des domaines d intervention privilégiés pour les collectivités locales. Leur développement peut donner

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE

APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE APPEL A MANIFESTATION D INTERET CAHIER DES CHARGES DE SELECTION DU GESTIONNAIRE Prêt PRCTA Prêt à 0% du Programme Régional à la Création et à la Transmission en Agriculture Date de remise des manifestations

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.

Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance. «QUELS RÔLES RESPECTIFS POUR LES DIFFERENTS ASSUREURS DE SANTE EN FRANCE?» Robert LAUNOIS (1-2) (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.com

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE

ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE 1. AVANCE DE TRESORERIE 1. AVANCE DE TRESORERIE Votre demande : Vous souhaitez bénéficier d une avance de trésorerie

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise?

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise? Vous êtes chef d entreprise, profession libérale, professionnel, expert comptable, Directeur Administratif et Financier. L harmonisation de Moyens de Paiement vous concerne Le prélèvement SEPA Quels impacts

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

CMP-Banque, une banque municipale et sociale

CMP-Banque, une banque municipale et sociale CMP-Banque, une banque municipale et sociale Un acteur de la politique sociale CMP-Banque, la banque du Crédit Municipal de Paris, est une institution bancaire ancienne et singulière où la responsabilité

Plus en détail

SOMMAIRE. Quelles questions se poser afin de faire mûrir votre projet? p 2 Comment bâtir votre plan de développement? p 3

SOMMAIRE. Quelles questions se poser afin de faire mûrir votre projet? p 2 Comment bâtir votre plan de développement? p 3 SOMMAIRE BÂTIR VOTRE PROJET Quelles questions se poser afin de faire mûrir votre projet? p 2 Comment bâtir votre plan de développement? p 3 Comment estimer la rentabilité de votre projet? Comment établir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014

et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Châteauroux Jeudi 26 juin 2014 1 Une volonté gouvernementale réaffirmée é «Quevontfaireleschefsd entreprise de ce soutien qui n est pas une mesure ponctuelle mais

Plus en détail

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE

CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE PRÉFECTURE DE LA LOZERE CCAPEX FORMULAIRE DE SAISINE Date de la saisine : Organisme à l'origine de la saisine : Nature de la saisine : Origine de la saisine : Bailleur Organisme payeur aides au logement

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 16 DECEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 16 DECEMBRE 2013 DEPARTEMENT DES VOSGES Arrondissement de NEUFCHATEAU Canton de CHATENOIS Mairie de CHATENOIS 1 Rue de Lorraine BP 40 88 170 CHATENOIS : 03.29.94.51.09 Fax : 03.29.94.59.40 E-Mail : ville-chatenois88@wanadoo.fr

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES CONVENTION DU MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES, DE LA MEDIATION DU CREDIT ET DES ASSUREURS-CREDIT POUR PARTICIPER AU SOUTIEN DE L'ACTIVITE ECONOMIQUE ET AU RENFORCEMENT DE LA TRESORERIE DES ENTREPRISES

Plus en détail

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit!

Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi. Unique et inédit! Conférence de presse du 30 novembre 2011 Session budgétaire de la Région Auvergne* Un Budget 2012 en hausse pour la jeunesse et l emploi Unique et inédit! L Auvergne : 1 ère Région de France à lancer une

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

Le coût prévisionnel TTC et le financement de l opération sont les suivants :

Le coût prévisionnel TTC et le financement de l opération sont les suivants : Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 17 mars 2000 ----------------- Rapporteur : Mme LE DOUARIN ----------------- N 22 GARANTIE D EMPRUNT

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique

Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique Note d information et d analyse FNAB Paris, le 10 avril 2014 Mode d emploi du dispositif CI-Bio pour les exercices 2011 à 2014 (pour les déclarations

Plus en détail

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes

par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Inauguration de la SCOP SARL Chizé confection par Ségolène Royal Présidente de la Région Poitou-Charentes Contact presse : Attachée de presse de la Région Poitou-Charentes Valérie Courrech 05 49 55 77

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR Pour les exploitations agricoles, les entreprises de travaux agricoles, les CUMA de Franche-Comté et les coopératives fruitières de l Ain du Doubs et du Jura relevant de l

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013

Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013 Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013 1 Présentation de l Apur 2 1.1 Création, missions 2 1.2 Statuts et membres 2 1.3 Fonctionnement 2 2 Contexte général de la mission 3 3 Prestation

Plus en détail

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT PREMIER MINISTRE CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT conclue entre l'état, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL. CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013

SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL. CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013 SEMINAIRE SOCIAL DU GIRACAL CHARLEVILLE MEZIERES Les 15 et 16 novembre 2013 Le service social 2 Pour qui? Les adhérents d'un contrat individuel MNSPF santé ou prévoyance : - Les Sapeurs-Pompiers inscrits

Plus en détail

Objet : Application du dispositif d'aide à l'acquisition d'un contrat de couverture complémentaire santé.

Objet : Application du dispositif d'aide à l'acquisition d'un contrat de couverture complémentaire santé. CIRCULAIRE : 143/2002 Date : 25/10/2002 Objet : Application du dispositif d'aide à l'acquisition d'un contrat de couverture complémentaire santé. Affaire suivie par : Mme Bernadette MOREAU!01 42 79 34

Plus en détail

Le Code de la Mutualité. Jean-Philippe HUCHET, Secrétaire Général de la Mutualité Française, Octobre 2010

Le Code de la Mutualité. Jean-Philippe HUCHET, Secrétaire Général de la Mutualité Française, Octobre 2010 Le Code de la Mutualité Jean-Philippe HUCHET, Secrétaire Général de la Mutualité Française, Octobre 2010 Un cadre légal propre aux mutualistes : le code de la Mutualité Une refonte importante du code de

Plus en détail

Convention d entreprise n 86

Convention d entreprise n 86 relative au régime de remboursement de frais de santé collectif et obligatoire du personnel de la société des Entre la Société, représentée par M. Josiane Costantino, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PREAMBULE Le Plan Santé Sécurité au Travail (PSST) de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) de la Guadeloupe

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015

Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Orléans, le 5 octobre 2012 Schéma Régional d Intelligence Economique (SRIE) de la région CENTRE 2012-2015 Introduction L intelligence économique, c est le dispositif par lequel tout acteur économique assure

Plus en détail

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE.

CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. CONVENTION DE PORTAGE FONCIER AGENCE FONCIÈRE DE LOIRE-ATLANTIQUE COMMUNE / EPCI DE. 1 / 10 ENTRE : L AGENCE FONCIERE DE LOIRE-ATLANTIQUE, Etablissement Public à caractère industriel et commercial dont

Plus en détail