L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015"

Transcription

1 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015

2 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque de rupture d approvisionnement 7 4. Scénario en cas d épisode caniculaire 8 5. Situation européenne Dispositif d ajustement de l offre et de la demande d électricité en temps réel Démarche méthodologique 12 2

3 RTE, Réseau de Transport d Electricité, est une entreprise de service. Notre mission fondamentale est d assurer à tous nos clients l accès à une alimentation électrique économique, sûre et propre. RTE connecte ses clients par une infrastructure adaptée et leur fournit tous les outils et services qui leur permettent d en tirer parti pour répondre à leurs besoins, dans un souci d efficacité économique, de respect de l environnement et de sécurité d approvisionnement en énergie. À cet effet, RTE exploite, maintient et développe le réseau à haute et très haute tension. Il est le garant du bon fonctionnement et de la sûreté du système électrique. RTE achemine l électricité entre les fournisseurs d électricité (français et européens) et les consommateurs, qu ils soient distributeurs d électricité ou industriels directement raccordés au réseau de transport km de lignes comprises entre et volts et 48 lignes transfrontalières connectent le réseau français à 33 pays européens, offrant ainsi des opportunités d échanges d électricité essentiels pour l'optimisation économique du système électrique. RTE emploie salariés. 3

4 ANALYSE GLOBALE L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 La situation prévisionnelle de l équilibre entre l offre et la demande d électricité en France continentale ne présente pas de risque particulier pour l ensemble de l été Les investissements importants réalisés par RTE pour renforcer son réseau, au moyen notamment de batteries de condensateurs pour la gestion des tensions ou le filet de sécurité PACA pour renforcer la sécurité d approvisionnement de cette région, augmentent la fiabilité d approvisionnement du système électrique français à moindre coût. Cette évaluation résulte de perspectives stables de la consommation estivale par rapport à l été 2014, compte-tenu des indicateurs économiques prévisionnels disponibles, et d une disponibilité moyenne de l ensemble du parc de production en hausse de près de MW, dont MW d effacement supplémentaires disponibles à la suite de l appel d offres lancé par RTE fin La pointe estivale de consommation journalière à 13h pourrait être comprise entre MW, la semaine du 15 août, et MW en cas d épisode caniculaire. Le minima de consommation estivale serait de l ordre de MW la semaine du 15 août. Les variations de consommation ainsi que celle des productions intermittentes d origine renouvelables nécessiteront la mobilisation de moyens de production ou d effacement flexibles. La hausse de la disponibilité des moyens de production est établie sur la base des éléments les plus récents transmis par les acteurs du système électrique. Elle intègre les arrêts estivaux de groupes au fioul et de cycles combinés au gaz ainsi que les retraits définitifs d exploitation de groupes au charbon les plus anciens, représentant une puissance totale de MW. Le développement des productions éolienne et photovoltaïque augmente la disponibilité moyenne de ces filières à la pointe estivale de 13h, respectivement de 200 MW et 500 MW par rapport à l été En cas d épisode de canicule caractérisé par des températures supérieures de 7 C aux températures moyennes pendant plusieurs jours, l analyse de RTE montre qu aucun recours à un approvisionnement en provenance des pays voisins ne serait nécessaire cet été pour couvrir la demande d électricité en France continentale. Le système électrique français disposerait même de marges de capacité utilisables à l exportation durant un tel événement. Ce résultat ne présage néanmoins pas des choix de mobilisation des capacités européennes qui seront fait par les acteurs selon la compétitivité des différents moyens disponibles. Cette analyse est confirmée par les gestionnaires de réseau de transport européens réunis au sein d ENSTO-E et publiée dans le Summer Outlook Elle n exclut cependant pas des risques localisés liés à des conditions particulières (orages, incendies, ) qui pourraient conduire à des suspensions momentanées et localisées de l alimentation électrique. Pour en savoir plus (1) 4

5 1. Prévision de consommation S agissant de la consommation, RTE a pris en compte le ralentissement de l activité économique observé depuis la fin de l année 2011 et l effet des mesures de maîtrise de la demande en énergie. En effet, les actions de maîtrise de la consommation d électricité permettent, tout au long de l année, et y compris en été de limiter l augmentation de la consommation et le recours à des moyens de production supplémentaires. A conditions climatiques normales, la prévision de consommation pour l été 2015 est ainsi stable par rapport à l électricité consommée durant l été 2014 (figure 1). Pour mémoire la consommation est moindre en été qu en hiver. C est la raison pour laquelle l été est une période propice aux travaux de maintenance dans beaucoup de centrales de production. Par ailleurs la consommation est moins variable en été qu en hiver et présente un palier de consommation entre 9h et 15h et non un pic à 19h comme en hiver (figure 2). L été est aussi une période plus propice aux creux de consommation, très marqués la semaine du 15 août et durant les weekends. Les écarts constatés entre pointes et creux nécessitent une modulation importante des moyens de production. 5

6 Puissance (MW) Figure 1 : Prévisions de consommation d électricité à la pointe de 13h en France continentale Semaines /Mois Juin Juillet Août Septembre 2014 Réalisé ramené à conditions normales 2015 Prévision de consommation à conditions normales MAX Figure 2 : Exemple de courbe de charge estivale CONSOMMATION DU MATIN 09:00 À 15:00 MAX Figure 3 : Exemple de courbe de charge hivernale CONSOMMATION DU MATIN 08:00 À 14:00 POINTE DU SOIR MIN 01:00 04:00 07:00 10:00 13:00 16:00 19:00 22:00 MIN 01:00 04:00 07:00 10:00 13:00 16:00 19:00 22:00 Figure 4 : Courbe de consommation réalisée le 17 août 2014 MAX MIN 01:00 04:00 07:00 10:00 13:00 16:00 19:00 22:00 6

7 2. Disponibilité du parc de production Sur la base des éléments transmis par les producteurs au printemps 2015, la disponibilité prévisionnelle du parc de production français est en légère hausse par rapport à la vision prévisionnelle de l été 2014, avec une plus grande disponibilité du parc nucléaire. La réduction du parc de production thermique classique de MW résulte principalement de retraits définitifs d exploitation des plus anciens groupes au charbon. Comme l année dernière de nombreux groupes au fioul et de cycles combinés au gaz seront arrêtés l été pour raison économique. 3. Étude du risque de rupture d approvisionnement Avec une disponibilité du parc de production supérieure à l été dernier et une prévision de consommation 2015 stable par rapport à 2014, les marges estimées pour garantir la sûreté sont plus favorables pour cet été. Ainsi, sur toute la période étudiée, les capacités prévisionnelles de production devraient permettre non seulement d alimenter la consommation en France continentale, mais également de donner aux acteurs français la possibilité d exporter sur les marchés européens. Selon les conditions rencontrées, les capacités d exportation mises à disposition des acteurs du marché peuvent varier. Figure 5 : Valeurs prévisionnelles de capacités d export et d import pour l été 2015 en MW GRANDE-BRETAGNE Export Import TOTAL FRANCE Export / Import / BELGIQUE Export / Import 800 / ALLEMAGNE Export / Import / SUISSE Export Import La France devrait disposer au minimum de MW de marges de production, un niveau plus élevé qu'à l'été Cela s'explique notamment par une meilleure disponibilité du parc nucléaire et le développement des énergies renouvelables. ESPAGNE Export 250 / Import 0 / ITALIE Export Import

8 4. Scénario en cas d épisode caniculaire Pour évaluer les conséquences d un épisode caniculaire, RTE a construit un scénario «Canicule» affectant la consommation et les moyens de production de façon comparable à ce qui s est produit en août 2003 et en juillet Ce scénario est bâti à partir des éléments transmis par l ensemble des producteurs. Il identifie les sites touchés par des baisses de production liées au respect des arrêtés relatifs aux températures des cours d eaux permettant le refroidissement des centrales (exigences environnementales). La suite du document présente un zoom sur les résultats obtenus dans le cadre de l étude de ce scénario caractérisé par les éléments suivants : consommation estimée pour des températures supérieures de 7 C aux températures de référence ; baisses de production sur les sites nucléaires et thermiques classiques pour respecter les exigences environnementales ; réduction de la puissance disponible sur les groupes hydrauliques (sécheresse) et réduction de la production éolienne. IMPACT SUR LA CONSOMMATION Du fait de la dépendance de la consommation électrique aux températures (impact des usages de la ventilation et de la climatisation), les épisodes caniculaires conduisent à un surcroît de la consommation d électricité. Ainsi, à la pointe de consommation journalière vers 13h00, 1 C supplémentaire de température induit une augmentation de la consommation d environ 400 MW (cette valeur gradient est estimée sur la base des réalisations des étés passés). La valeur du gradient est en diminution par rapport à celle constatée pour l été Elle s explique par un ralentissement de l activité tertiaire majoritairement sédentaire couplée à la progression des mesures d efficacité énergétique. Les effacements de consommation constituent quant à eux un levier intéressant en cas de contrainte sur l équilibre offre-demande d électricité, notamment à la pointe de consommation. Le graphique suivant présente les prévisions de consommation à la pointe hebdomadaire pour l été 2015 à conditions normales et à +7 C par rapport aux températures de référence, correspondant au scénario «Canicule» : Puissance (MW) Figure 6 : Consommation d électricité en France continentale à la pointe hebdomadaire Semaines /Mois Juin Juillet Août Septembre Prévision à conditions normales Prévision à + 7 C 8

9 IMPACT SUR LA PRODUCTION En cas d épisode caniculaire, la production de certaines centrales thermiques peut être réduite pour respecter les exigences environnementales locales en vigueur. De même, la production hydraulique et la production éolienne peuvent être affectées respectivement en cas de sécheresse et de conditions anticycloniques. RTE a ainsi construit des hypothèses de baisse de production sur la base des risques fournis par les producteurs sur leurs différents sites. IMPACT SUR LES MARGES Le graphique suivant illustre les résultats obtenus dans le cadre de l étude déterministe pour ce scénario «Canicule». Les marges en cas de scenario caniculaire sont positives, et permettent d assurer l équilibre entre l offre et la demande à l échelle de la France continentale. Il n est donc pas nécessaire d importer de la puissance sur l ensemble de la période estivale pour satisfaire les critères sûreté. En moyenne, les baisses de production dans le scénario «Canicule» sont estimées à MW. Exportations (MW) Figure 7 : Marges en cas de scénario caniculaire Semaines /Mois Juin Juillet Août Septembre 9

10 5. Situation européenne Le système électrique européen étant interconnecté, l équilibre offre-demande doit être analysé non seulement au niveau de chaque pays, mais aussi à l échelle européenne. En effet, la mutualisation de l offre grâce aux interconnexions électriques constitue un atout important pour couvrir la demande à une échelle plus large que celle de chaque pays. Un travail similaire à la présente analyse est donc effectué au niveau européen par l ensemble des gestionnaires de réseau. Au travers du «Summer Outlook Report», RTE et ses homologues européens informent l ensemble des acteurs du marché européen de l électricité de l analyse prévisionnelle de l équilibre offre-demande pour l été à venir. installée des énergies renouvelables (ENR) a augmenté de 15 GW depuis l été dernier, sur la même période la puissance thermique installée en Europe a diminué de 12 GW. En cas d épisodes marqués de canicule et de sécheresse, la situation resterait maîtrisée. Une telle situation serait en revanche délicate pour la Belgique qui serait alors dépendante des imports. En particulier, en cas de situation caniculaire en septembre, le recours par la Belgique aux imports pourrait s avérer insuffisant pour couvrir la demande. Les résultats de cette étude sont publiés par ENTSO-E («Summer Outlook Report» 2 ). Cet été 2015, hors situation caniculaire, l équilibre offredemande d électricité est respecté en Europe. La capacité (2) 10

11 6. Dispositif d ajustement de l offre et de la demande d électricité en temps réel En complément, RTE a ouvert la possibilité pour les consommateurs de proposer sur le mécanisme d ajustement des offres d effacement de la consommation de leurs sites et ainsi de tirer partie des souplesses possibles. Dans ce domaine, RTE avait lancé en 2008 une consultation expérimentale auprès des consommateurs industriels raccordés au réseau public de transport afin de garantir la mise à disposition d un volume de puissance effaçable. Cette expérimentation a été renouvelée en 2009 et RTE a proposé aux acteurs de marché de pérenniser cette démarche en lançant des appels d offre annuels. Conformément à la délibération de la CRE du 20 octobre 2011, RTE a lancé le 28 octobre 2011 une consultation pour la contractualisation de capacités d'effacement activables sur le Mécanisme d'ajustement auprès de sites de soutirage raccordés au RPT et au RPD. En cas d aléas sur la consommation ou sur la production à court terme, RTE utilise le mécanisme d ajustement. RTE peut solliciter des offres afin d assurer à tout instant l équilibre entre l offre et la demande d électricité et reconstituer les marges de sécurité d exploitation du système électrique. Depuis son démarrage en avril 2003, le mécanisme d ajustement, dont les règles sont approuvées par la Commission de Régulation de l Énergie, a démontré son efficacité. Conformément aux dispositions législatives, la puissance disponible sur les moyens de production techniquement opérationnels, et non utilisée par les producteurs pour leurs besoins propres, doit être mise à la disposition de RTE via le mécanisme d ajustement. De nouveaux contrats ont été mis en place fin 2014 à la suite de l appel d offres effacements. Le volume total d effacements disponibles via ce mécanisme est d environ MW pour la période du 1er janvier au 31 décembre Enfin, le mécanisme d ajustement français est ouvert aux offres en provenance de pays frontaliers. Après la Suisse, l Allemagne et le Royaume-Uni, cette possibilité s est ouverte en juin 2014 pour des offres issues d Espagne, ce qui renforce le potentiel que RTE peut solliciter en cas de besoin. 11

12 7. Démarche méthodologique La gestion en temps réel de l équilibre offre demande d électricité en France continentale est confiée à RTE, opérateur du réseau de transport d électricité français. Sur la base des informations transmises par les acteurs du système électrique français et en application du Plan Canicule établi par les pouvoirs publics, RTE réalise une étude prévisionnelle sur l équilibre offre - demande en période estivale pour anticiper les éventuelles difficultés d exploitation du système électrique français. Pour cela RTE estime les marges d exploitation prévisionnelles du système électrique français, sur la période allant de mi-juin à fin septembre en étudiant le risque physique d insuffisance d offre au regard de la demande en électricité. La couverture de ce risque physique est estimée en matière de puissance, avec un calcul à la pointe de consommation pour chaque semaine de l été. RTE utilise les informations transmises par l ensemble des acteurs français (disponibilité des centrales de production, effacements de la consommation contractualisés par les fournisseurs sur leurs portefeuilles de clients) et les confronte aux prévisions de consommation, établies en se basant sur des modèles statistiques. Dans un premier temps, RTE évalue de façon probabiliste le risque physique d insuffisance d offre au regard de la demande sur le système électrique français. RTE calcule ainsi sur l été les marges qui nécessiteraient le recours aux moyens dit «exceptionnels» dans 1% des situations. Ces moyens exceptionnels sont les suivants, activés par ordre de priorité décroissant : offres exceptionnelles du mécanisme d ajustement, augmentation très rapide (voire surcharge temporaire) de la puissance produite par certains groupes de production (à combustible fossile et hydraulique), baisses de tension de 5 % pendant les pointes, et, en tout dernier lieu des délestages de la consommation. Les marges prévisionnelles sont évaluées de manière probabiliste sur la base de plusieurs milliers de scénarios, couplant des situations différenciées à la fois sur le parc de production (taux d indisponibilité des différents groupes de production, historique des stocks hydrauliques) et sur la consommation (sur la base de scénarii de températures). 12

13 A chaque pointe hebdomadaire de consommation, la marge ainsi calculée permet de déterminer le potentiel d échanges «maximal» aux frontières qui garantit 1 chance sur 100 de solliciter les moyens exceptionnels : si le différentiel est positif ou nul, cela signifie que l offre moyenne disponible en France est suffisante pour faire face à des aléas tout en conservant des possibilités d exports, lorsque le différentiel est négatif, cela indique que l offre disponible en France doit être complétée par des importations. On s assure alors que les capacités d imports calculées aux frontières sont compatibles avec les besoins d imports nécessaires. Dans une seconde étape, RTE évalue au travers d un scénario climatique les conséquences d un épisode caniculaire, caractérisé par une période durable de forte chaleur. Dans le cadre de cette étude, RTE évalue dans une telle situation l impact sur le niveau de consommation (croissance en raison de l utilisation intensive de la climatisation), et aussi sur l offre d électricité (diminution en raison des limitations sur certains sites de production nucléaires et thermiques classiques pour respecter les exigences environnementales, baisse de la production hydraulique et éolienne). RTE détermine alors, à chaque pointe de consommation hebdomadaire de la période étudiée, les marges permettant de satisfaire les critères de sûreté. 13

14 Tour Initiale 1, terrasse Bellini TSA Paris la Défense cedex

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité

Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité 1 Mission de RTE et enjeux du réseau de transport d électricité RTE est le responsable du réseau de transport d électricité français. Opérateur de service public, il a pour mission l exploitation, la maintenance

Plus en détail

Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012

Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012 Mercredi 9 novembre 2011 Analyse de l équilibre entre l offre et la demande d électricité pour l hiver 2011-2012 Le risque de rupture d approvisionnement est modéré. Une situation globalement comparable

Plus en détail

Réseau de Transport d Electricité Quel rôle aujourd hui et demain?

Réseau de Transport d Electricité Quel rôle aujourd hui et demain? Gestionnaire du Réseau de Transport d'electricité Réseau de Transport d Electricité Quel rôle aujourd hui et demain? 2 Le menu Quelques caractéristiques de l électricité Le réseau de transport européen

Plus en détail

Part dans la production électrique 2014

Part dans la production électrique 2014 CONTRIBUTION D ISABELLE VISENTIN SECTEUR DE L ENERGIE (ELECTRICITE ET GAZ) REPERCUSSION DE LA SITUATION CONJONCTURELLE REGIONALE SUR LE SECTEUR DE L ENERGIE (ELECTRICITE) Consommation française d électricité

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

La sécurité d approvisionnement en gaz

La sécurité d approvisionnement en gaz La sécurité d approvisionnement en gaz Direction générale de l énergie et du climat Ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie Convention AFG 18 mars 2014 Sophie Rémont Sous-directrice

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Documentation Technique de Référence. HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.0 Création 01/10/2012

Documentation Technique de Référence. HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.0 Création 01/10/2012 EXIGENCES DU GESTIONNAIRE DU RESEAU DE DISTRIBUTION EN MATIERE DE TRANSIT D ENERGIE REACTIVE A L INTERFACE ENTRE LE RPD ET LE POSTE DE LIVRAISON D UN PRODUCTEUR RACCORDE EN HTA HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice

Plus en détail

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet

3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet 3CB La Centrale à Cycle Combiné de Bayet Table des matières 07 3CB : une centrale nouvelle génération développée et exploitée par Alpiq 09 Historique du projet 11 Le cycle combiné : une technologie moderne,

Plus en détail

Communication de la Commission de régulation de l énergie (CRE) sur le pic de prix de l électricité du 19 octobre 2009

Communication de la Commission de régulation de l énergie (CRE) sur le pic de prix de l électricité du 19 octobre 2009 Délibération Paris le 20 novembre 2009 Communication de la Commission de régulation de l énergie (CRE) sur le pic de prix de l électricité du 19 octobre 2009 Le prix de l électricité sur le marché spot

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail

Winter Outlook 2015-2016 Perspectives du système gaz au cours de l hiver Conférence de presse GRTgaz. 19 novembre 2015

Winter Outlook 2015-2016 Perspectives du système gaz au cours de l hiver Conférence de presse GRTgaz. 19 novembre 2015 Winter Outlook 2015-2016 Perspectives du système gaz au cours de l hiver Conférence de presse GRTgaz 19 novembre 2015 Rappel des fondamentaux du Winter Outlook Le Winter Outlook est une initiative volontaire

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2014

ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2014 ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2014 JUIN 2014 Analyse prévisionnelle de l équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2014 La consommation électrique française devrait être stable durant l été

Plus en détail

Communication du 18 novembre 2013 relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014

Communication du 18 novembre 2013 relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014 Communication Communication du 18 novembre 2013 relative aux charges de service public de l électricité et à la contribution unitaire pour 2014 - Les charges se service public continuent d augmenter à

Plus en détail

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.99 CONFÉRENCE DE PRESSE Bruxelles - le 5 avril 2002 COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION

Plus en détail

ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2013

ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2013 ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2013 MAI 2013 Analyse prévisionnelle de l équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2013 A conditions météorologiques normales, et sans préjuger de risques localisés

Plus en détail

Demand Response, une brique importante du Smart Grid

Demand Response, une brique importante du Smart Grid Emplacement Co-branding Demand Response, une brique importante du Smart Grid Colloque OSE, 29/09/2011 SAS au capital de 854 000 euros Un modèle qui a fait ses preuves Energy Pool, Agrégateur de capacités

Plus en détail

Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 2011. SRER, 14 mars 2011

Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 2011. SRER, 14 mars 2011 Note relative aux arrêtés tarifaires sur l électricité photovoltaïque du 4 mars 20. SRER, 4 mars 20 Contexte Malgré les baisses successives des tarifs d achat de janvier et septembre 200, le rythme de

Plus en détail

Tendances 2014 Tendances 2014

Tendances 2014 Tendances 2014 1 Pour plus d informations : oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Tendances 2014 Tendances 2014 Consommation

Plus en détail

ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2012

ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2012 ANALYSE PREVISIONNELLE ETE 2012 MAI 2012 Analyse prévisionnelle de l équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2012 A conditions météorologiques normales, et sans préjuger de risques localisés

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

Le véhicule électrique, chantier de la conception des réseaux de distribution d'électricité du futur.

Le véhicule électrique, chantier de la conception des réseaux de distribution d'électricité du futur. Le véhicule électrique, chantier de la conception des réseaux de distribution d'électricité du futur. Journée GDR ISIS/MACS/SEEDS «Smart Grids : Enjeux Scientifiques» 7 Octobre 2011 Deux thèmes sont développés

Plus en détail

Quelle évolution de la tarification des réseaux pour envoyer les bons signaux économiques? Signaux de localisation de la production

Quelle évolution de la tarification des réseaux pour envoyer les bons signaux économiques? Signaux de localisation de la production Quelle évolution de la tarification des réseaux pour envoyer les bons signaux économiques? Signaux de localisation de la production 1 28 janvier 2015 - Conférence AEE Sommaire 1. Précision des objectifs

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

BILAN PRÉVISIONNEL de l équilibre offre-demande d électricité en France

BILAN PRÉVISIONNEL de l équilibre offre-demande d électricité en France BILAN PRÉVISIONNEL de l équilibre offre-demande d électricité en France SYNTHÈSE ÉDITION 215 La responsabilité de RTE Réseau de transport d électricité ne saurait être engagée pour les dommages de toute

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Cahier des charges relatif aux droits et obligations du producteur d électricité

Cahier des charges relatif aux droits et obligations du producteur d électricité Cahier des charges relatif aux droits et obligations du producteur d électricité Article 1 er. En application du décret exécutif n 06-429 du 5 Dhou El Kaada 1427 correspondant au 26 novembre 2006, le présent

Plus en détail

Les chemins commerciaux de l Electricité

Les chemins commerciaux de l Electricité Les chemins commerciaux de l Electricité L Electricité est Un produit à la fois comme un autre Il fait l objet d une concurrence entre fournisseurs Il nécessite des moyens de productions et des réseaux

Plus en détail

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050.

Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. Notre avenir est renouvelable! L électricité de demain 2012 2050. La production d électricité, aujourd hui et demain. Des défis pour ewz. Sortie du nucléaire, objectifs en matière de climat, libéralisation

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 15 mai 2014 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique?

Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Quel marché de capacité pour maîtriser la pointe électrique? Zoom On Electricité Le 8 février 2012, la consommation électrique de pointe de la France a atteint un niveau record de 102

Plus en détail

Gestion du réseau électrique et. stockage massif de l énergie. Dominique Maillard Président du directoire de RTE 31 janvier 2013

Gestion du réseau électrique et. stockage massif de l énergie. Dominique Maillard Président du directoire de RTE 31 janvier 2013 Gestion du réseau électrique et stockage massif de l énergie Dominique Maillard Président du directoire de RTE 31 janvier 2013 Plan de la présentation 1. Les évolutions à l œuvre tant du côté de la consommation

Plus en détail

Migration d un logiciel de gestion

Migration d un logiciel de gestion Auteur : David PERRET Publication : 01/11/2015 Toute société utilisatrice de logiciel de gestion est inéluctablement confrontée à des migrations de données. Ces migrations représentent des risques et un

Plus en détail

La maîtrise de l énergie par les TIC

La maîtrise de l énergie par les TIC La maîtrise de l énergie par les TIC Les Technologies de l Information et de la Communication au cœur de la production électrique national et de son ajustement en temps réel. Sommaire 1. Notre offre de

Plus en détail

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires

Leçon 9. Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires CANEGE Leçon 9 Systèmes de gestion dépôt central / magasins secondaires Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : comprendre le fonctionnement d une organisation dépôt central

Plus en détail

PROJET DE LOI RELATIF AU SECTEUR DE L ENERGIE

PROJET DE LOI RELATIF AU SECTEUR DE L ENERGIE PROJET DE LOI RELATIF AU SECTEUR DE L ENERGIE POSITION DE LA CGPME CONSTAT Selon l étude internationale sur le prix de l électricité réalisée par Nus Consulting en 2006 1, les prix de l électricité ont

Plus en détail

Leçon 6. Systèmes de gestion à recomplétement apériodique

Leçon 6. Systèmes de gestion à recomplétement apériodique CANEGE Leçon 6 Systèmes de gestion à recomplétement apériodique Objectifs : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : dresser un budget de réapprovisionnement dans le cadre d une méthode

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

Conférence Régionale de l Energie

Conférence Régionale de l Energie Conférence Régionale de l Energie 19/11/2014 En Guyane, la Transition Energétique est en marche GENERG- Groupement des Entreprises en Energies Renouvelables et Efficacité Energétique de Guyane www.generg.fr

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE. Figure 1 : schéma des réseaux d alimentation électrique externes et interne des réacteurs

NOTE TECHNIQUE. Figure 1 : schéma des réseaux d alimentation électrique externes et interne des réacteurs REPUBLIQUE FRANCAISE Paris, le 17 février 2010 NOTE TECHNIQUE Le rôle pour la sûreté des groupes électrogènes de secours à moteur diesel des réacteurs de 900 MWe et la problématique de l usure prématurée

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

Le Mécanisme de Capacité «certification» 02/04/2015

Le Mécanisme de Capacité «certification» 02/04/2015 Le Mécanisme de Capacité «certification» 02/04/2015 SOMMAIRE 1. CONCEPT GÉNÉRAL 2. LES ACTEURS DU MECANISME 3. A QUOI ENGAGE LA CERTIFICATION? 4. PARTICIPATION DES EFFACEMENTS 2 LE MÉCANISME DE CAPACITÉ

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Les composantes de la tarification. novembre 2013

Les composantes de la tarification. novembre 2013 Les composantes de la tarification novembre 2013 Le service de fourniture de gaz EN BREF Service de fourniture de gaz naturel Le service de fourniture de gaz naturel correspond à la fourniture du gaz naturel

Plus en détail

Evolution du marché de l électricité : Divergences et compatibilités des modèles français et allemand?

Evolution du marché de l électricité : Divergences et compatibilités des modèles français et allemand? Evolution du marché de l électricité : Divergences et compatibilités des modèles français et allemand? Sécurité d approvisionnement en électricité : Regards croisés France-Allemagne Conférence organisée

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

Pose de fibres optiques Les différentes technologies et les avantages liés à l utilisation du réseau de transport d électricité de RTE

Pose de fibres optiques Les différentes technologies et les avantages liés à l utilisation du réseau de transport d électricité de RTE Pose de fibres optiques Les différentes technologies et les avantages liés à l utilisation du réseau de transport d électricité de RTE Les deux technologies utilisées Pour installer des câbles à fibres

Plus en détail

Page 1 sur 13. Bilan du Mécanisme d Ajustement : novembre 2015

Page 1 sur 13. Bilan du Mécanisme d Ajustement : novembre 2015 Page 1 sur 13 Bilan du Mécanisme d Ajustement : novembre 2015 Page 2 sur 13 Bilan du Mécanisme d Ajustement : novembre 2015 Page 3 sur 13 Bilan du Mécanisme d Ajustement : novembre 2015 Page 4 sur 13 Bilan

Plus en détail

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO

UNESCO BFM/TRS 31/8/2015 QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO 1 Table des matières QUESTIONS FREQUEMMENT POSÉES... 1 LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE À L UNESCO... 1 1. Qu est-ce que le risque de

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 151-14 11 février 9 - n 44 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Janvier 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au quatrième

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO.

Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. Management intelligent de flux de chaleur. by TEKO. 02 Les ressources en énergie se réduisent, les couts énergétiques augmentent. Pour ces raisons, l Energie est une valeur importante dans nos sociétés.

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

o Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT o Groupe de travail MAITRISE DE L ENERGIE DANS LES ENTREPRISES

o Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT o Groupe de travail MAITRISE DE L ENERGIE DANS LES ENTREPRISES Propose... des mesures et techniques pour faire progresser la maîtrise de l énergie dans le respect de l environnement Association Loi 1901 - à but non lucratif o Groupe de travail ENERGIE ET ENVIRONNEMENT

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Par Emmanuel Guillaume, Avocat, et Simon Daboussy, Associé du cabinet Baker & McKenzie Publié dans Concurrences, n 3 2014

Par Emmanuel Guillaume, Avocat, et Simon Daboussy, Associé du cabinet Baker & McKenzie Publié dans Concurrences, n 3 2014 Gaz Audit Tarifs Réglementés de Vente : La Commission de régulation de l énergie a effectué un audit des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement servant de base au calcul de l évolution des

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Le kern adopte le plan Wathelet

Le kern adopte le plan Wathelet Staatssecretaris voor Leefmilieu, Energie, Mobiliteit en Staatshervorming Secrétaire d Etat à l'environnement, à l'energie, à la Mobilité et aux Réformes institutionnelles Melchior Wathelet Le kern adopte

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

SCHEMA REGIONAL de RACCORDEMENT au RESEAU des ENERGIES RENOUVELABLES (S3REnR)

SCHEMA REGIONAL de RACCORDEMENT au RESEAU des ENERGIES RENOUVELABLES (S3REnR) Avis CCI de région PACA SCHEMA REGIONAL de RACCORDEMENT au RESEAU des ENERGIES RENOUVELABLES (S3REnR) Suite à la validation du Schéma régional Climat Air Energie (SRCAE) en juillet 2013, les ambitions

Plus en détail

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES

Lyon. eco 6. Solutions de compensation d énergie réactive. Ensemble nous pouvons faire la différence. eco 6 TECHNOLOGIES FABRIQUÉ Lyon EN FRANCE eco 6 Solutions de compensation d énergie réactive Ensemble nous pouvons faire la différence eco 6 TECHNOLOGIES Vous cherchez à réduire votre facture d électricité sans changer

Plus en détail

Le Stockage d électricité. Etat des lieux et potentiel du stockage d électricité en France et Europe

Le Stockage d électricité. Etat des lieux et potentiel du stockage d électricité en France et Europe Le Stockage d électricité Etat des lieux et potentiel du stockage d électricité en France et Europe 1 LE MARCHÉ DU STOCKAGE SERA CELUI DE LA FLEXIBILITÉ DES SYSTÈMES ÉLECTRIQUES 2 CONCOMITANCE DE LA PRODUCTION

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Bilan des Energies et des Fluides 2011

Bilan des Energies et des Fluides 2011 Bilan des Energies et des Fluides 2011 Rapport de synthèse Unibat, Service des Bâtiments et Travaux Georges Berweiler, Efficience, Energie & Habitat Lausanne, le 2 juillet 2012 Introduction Dans le cadre

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.6 L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Sommaire 1. Production et consommation d électricité dans le Monde 2. Production et consommation d électricité en France 3. Les

Plus en détail

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité.

- 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE. Principes de détermination du seuil de rentabilité. - 11 - LE SEUIL DE RENTABILITE Objectif(s) : o Pré requis : o o Modalités : o o o o Principes de détermination du seuil de rentabilité. Méthode des coûts variables, Représentation linéaire. Principes,

Plus en détail

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects

Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Les moyens de production d électricité 11/07 1 Répondre à la demande énergétique en conciliant 3 aspects Économique à des coûts acceptables dans des marchés de plus en plus ouverts Environnemental Social

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités

Fiche explicative directive secteurs 1. Marchés concernant plusieurs activités Orig. FR Fiche explicative directive secteurs 1 Marchés concernant plusieurs activités 1. QUELS CAS SONT VISES? 1. L article 9 et le considérant 29 de la nouvelle directive secteurs - directive 2004/17/CE

Plus en détail

Les marchés européens de l électricité

Les marchés européens de l électricité N 10 Les marchés européens de l électricité La baisse des prix de l électricité sur les marchés de gros en Europe se poursuit. Plusieurs réformes de fond sont engagées pour restaurer des signaux économiques

Plus en détail

Services industriels de la commune de Monthey

Services industriels de la commune de Monthey Services industriels de la commune de Monthey COMMUNE DE MONTHEY Annexe : B Directive communale concernant : Définitions et détails de la grille tarifaire Le conseil municipal - Vu le règlement communal

Plus en détail

L électricité en France à l horizon 2030 : Quels scénarios? Colloque Energie: quels choix pour demain CCE d EDF SA

L électricité en France à l horizon 2030 : Quels scénarios? Colloque Energie: quels choix pour demain CCE d EDF SA L électricité en France à l horizon 2030 : Quels scénarios? Colloque Energie: quels choix pour demain CCE d EDF SA Construire/déconstruire les scénarios IED Colloque Energie du 11 décembre 2012 CCE EDF

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

L électricité. La consommation. La production. Le solde des échanges. A o û t 2 0 0 3. par Sylvie Scherrer

L électricité. La consommation. La production. Le solde des échanges. A o û t 2 0 0 3. par Sylvie Scherrer F a i t s e t c h i f f r e s p o u r 2 0 0 3 L électricité par Sylvie Scherrer Observatoire de l Energie, DGEMP, Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie La consommation La consommation

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables

Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Etude tendancielle de la SaarLB sur les énergies renouvelables Sommaire Etude tendancielle de la SaarLB 1. Principales données du sondage 2. Évaluation générale des énergies renouvelables : opportunités

Plus en détail

Méthodologie de la notation des fonds d Épargne Salariale

Méthodologie de la notation des fonds d Épargne Salariale Méthodologie de la notation des fonds d Épargne Salariale Contenu Introduction... 3 Résumé de la méthodologie... 3 Définition de la population... 4 Exclusions permanentes... 4 Exclusions provisoires...

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Avantages sociaux 2011 FAQ

Avantages sociaux 2011 FAQ Le présent document fait suite à certains commentaires d employés de MMC que nous avons reçus récemment au sujet des hausses de primes pour l année 2011. Assurance vie facultative et assurance vie facultative

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Accès au réseau: des tarifs objectifs, transparents et régulés

Accès au réseau: des tarifs objectifs, transparents et régulés Accès Accès au réseau: des tarifs objectifs, transparents et régulés Les services d accès au réseau fournis par Elia englobent la mise disposition d infrastructures de réseau, la gestion du système électrique

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail