LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP"

Transcription

1 LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

2 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée des contrats 2

3 Généralités Les dépenses de chauffage représentent souvent plus de 50% des charges d un bâtiment. Maîtriser leur évolution devient une priorité absolue! Les impératifs à respecter sont : assurer aux occupants la continuité du service, économiser l énergie, maintenir les installations en parfait état. 3

4 Généralités Un bâtiment est par définition statique, alors que son installation de chauffage renferme des éléments tels que des fluides ou des organes en mouvement. Cette installation est une machine qui s use et qui consomme de l énergie. Il faut donc l approvisionner, la conduire, la conserver en bon état. Des connaissances, matériels, et outillages spécifiques sont nécessaires à ces différentes tâches, qui doivent être effectuées par des entreprises spécialisées. Ce sont : Les exploitants de chauffage 4

5 Généralités Pour satisfaire aux critères d efficacité, d économie et de longévité, le gestionnaire traite en général un contrat avec un exploitant de chauffage. L exploitant peut prévoir ou non les éléments suivants : la fourniture de combustible, la conduite et la surveillance de l installation, l entretien courant, l engagement sur des résultats, l amortissement du matériel, le partage des économies réalisées, les grosses réparations, le plan de financement de grosses modifications, un forfait sur les montants de dépenses. 5

6 Terminologie L EXPLOITATION LA MAINTENANCE CONDUITE ENTRETIEN GESTION Mise en route Surveillance Application des consignes Maintenir les performances Éviter les pannes Éviter l usure prématurée Éviter les consommations anormales Remplacer les pièces normalement usées Des énergies ou combustibles Des stocks de consommables Des pièces de rechange Des contrats spécifiques Du suivi règlementaire REPARATION En dépannage Suite à un incident RENOVATION Partielle Totale Issu d un document du SNEC 6

7 Les solutions pour le client Contrats de moyens Contrats de résultats Contrats d entretien Contrats d exploitation Régie directe Régie indirecte Marchés d exploitation Quel choix pour le client? 7

8 Les solutions pour le client Obligation de moyens OU Obligation de résultats Plutôt un contrat d entretien? OU Plutôt un contrat d exploitation? 8

9 Les solutions pour le client Contrat d entretien ou contrat d exploitation? Les contrats d entretien : Ce sont des contrats de moyens. Ils ne comportent pas pour l exploitant d engagement contractuel sur les températures, les consommations ou tout autre paramètre. Les contrats d exploitation : Ce sont des contrats de résultats. Ils comportent de la part de l exploitant une obligation contractuelle sur les températures, les consommations, la durée de vie des appareils ou tout autre paramètre. 9

10 Les solutions pour le client Quels critères, concernant l entreprise, permettent de faire le choix? La taille du patrimoine La qualité des services techniques L organisation (intervention en dépannage par exemple) Les perspectives d évolution La technicité des installations et de la garantie à obtenir Le coût global de chaque solution 10

11 Les marchés d exploitation les Marchés forfaitaires MF MT Forfait combustible marché Température les Marchés au Comptage MC Marché au Compteur les marchés de Prestations PF CP Prestations Forfaitaires Combustibles Prestations 11

12 Les marchés forfaitaires MF Principe : Après que les paramètres suivant aient été définis : - température intérieure des locaux - durée de la saison de chauffe - quantité de combustible L exploitant facture un montant forfaitaire annuel pour le combustible ou l énergie auquel s ajoutera les prestations. Exemple : Bases contractuelles : L de fioul pour 182 jours de chauffage Période du 15/09 au 15/04 Formule de révision : P1 = P0 X 0 X 1 Facturation : Saison 2004/ jours Nombre de litres réellement consommé x prix du fioul La révision pourra s effectuer sur le prix du combustible et/ou sur le nombre de jours. 12

13 Les marchés forfaitaires MT Principe : Après que les paramètres suivant aient été définis - Nombre de Dju de la station climatique de référence L exploitant facture un montant forfaitaire annuel pour le combustible en fonction d un calcul de révision. Exemple : Bases contractuelles: L de fioul pour 2499 DJu Formule de révision: P1 = P0 DJu réels DJu contrat Facturation: Saison 2004/2005 = 2632 DJu P1 = x = l de fioul 13

14 Les marchés forfaitaires (MF ou MT) Avantages : L exploitant prend en charge les aléas climatiques (cas du MF) La facturation de l énergie reflète la réalité climatique (cas du MT) L exploitant a la maîtrise des améliorations techniques de l installation L exploitant est intéressé par la consommation de combustible et par une conduite rationnelle de la chaufferie Les procédures de paiement sont simplifiées Le calcul des prévisions budgétaires est facilité Inconvénients : Les occupants ne sont pas incités à économiser la chaleur Durée du contrat généralement élevée (5 à 8 ans) L exploitant est seul à profiter des économies 14

15 Les marchés de prestations (PF ou CP) Principe : - L exploitant est exclusivement en charge des prestations de conduite et d entretien (PF) - Selon les contrats (CP), il peut être également chargé des livraisons de combustible en régie (en fonction de la quantité réellement fournie) Exemple 1: CP Il n y a aucun engagement sur les volumes de combustibles consommés et les prestations de conduite et de petit entretien peuvent être assurés par une autre entreprise. Exemple 2: PF L exploitant n assure que les prestations de conduite et de petit entretien. La fourniture de combustible peut être assurée par une autre entreprise. 15

16 Les marchés de prestations (PF ou CP) Avantages : La durée du contrat peut être courte (1 an) La facturation de combustible représente la quantité réelle consommée Le contrat est transparent Inconvénients : L exploitant n a pas un intérêt direct à économiser le combustible Le gestionnaire doit assurer lui-même le contrôle de la conduite de l exploitation 16

17 Les marchés comptage MC Principe : - L exploitant règle les factures de combustible (GdF, EdF, fioul, etc.) - La consommation UTILE de chaleur est refacturée au client (compteur de calories) Exemple : - Bases contractuelles : fioul domestique : 85 kg /MWh sur PCI fioul lourd : 100 kg /MWh sur PCI gaz naturel : 100 m 3 (n) /MWh sur PCI - Facturation : P1 = N x X N = nombre de MWh mesurés au compteur X = prix du MWh 17

18 Les marchés comptage MC Avantages : Le client ne paye que la consommation réelle de chaleur qu il utilise Le client a intérêt à économiser la chaleur Le gestionnaire peut répartir les charges de chauffage s il existe plusieurs compteurs Le gestionnaire connaît la consommation réelle de chaleur La facturation de l énergie reflète la réalité climatique Inconvénients : L implantation du compteur de calories n est pas toujours facile Vérification périodique des compteurs (un appareil en plus) Difficulté de calculer un coût du kwh à refacturer Peut apparaître comme le contrat idéal 18

19 Variantes des trois formes de marchés Marchés dits «à intéressement» MFi MTi MCi PFi CPi i comme intéressement 19

20 Variantes des trois formes de marchés Marchés dits «à intéressement» Dans ce type de marchés, les économies réalisées par rapport aux prévisions forfaitaires ou contractuelles seront redistribuées entre l exploitant et le client selon des règles de répartition pré-établies. Ces règles sont variables et complexes et ne seront pas abordées ici. 20

21 La prestation Les différentes tâches assurées par le prestataire de services sont regroupées en plusieurs postes tarifaires. P1 P1 (sans caractère officiel) P2 P3 P4 (sans caractère officiel) P5 (sans caractère officiel) 21

22 Poste P1 Approvisionnement en combustibles (fioul, gaz, etc.) Suivi des consommations Analyse des écarts Suivi de stocks Approvisionnements réguliers Suivi de la qualité des combustibles Nettoyage des installations de stockage et de transfert Etc. 22

23 Poste P1 Auxiliaires Électricité et abonnement nécessaire au fonctionnement de la chaufferie. Quantité de combustible nécessaire à la production d ECS Etc. 23

24 Poste P2 Conduite et «petit entretien» des chaufferies Surveillance Contrôle Conduite Relevé des différents paramètres Réglages nécessaires Petit entretien Dépannage (selon contrat) Le poste P2 n inclue pas le remplacement de matériel (hors consommables) qui sera donc facturé en sus. 24

25 Poste P3 «Garantie totale» (grosses réparations) Grosses réparations incluant main d œuvre et fourniture Remplacement des organes (brûleurs,.) Etc. Le poste P3 couvre toutes les prestations du P2 et comprend, en plus, le remplacement de matériel quel qu'il soit. 25

26 Poste P4 Annuités de remboursement Annuités de remboursement payées à l exploitant lorsqu il finance les installations. L exploitant doit : Posséder une excellente connaissance des installations Employer une main d œuvre hautement qualifiée Attacher une grande importance aux contrôles techniques Être capable de préconiser et de réaliser des travaux d amélioration (diminution du P1) 26

27 Poste P5 Attachements Travaux à l attachement Travaux sur devis 27

28 Évaluation du Poste P1 P1 = Consommation x Prix unitaire de l énergie x Marge de l entreprise Exemple: 72 logements de 63 m² des années 60 au G = 1,7 situés en région à 2650 DJU Évaluation théorique de la consommation : C = B x V x 24 x i x DJU / rend. / 1000 C = (1,70 x 0,90) x (72 x 63 x 2,5) x 24 x 0,90 x 2650 / 0,82 / 1000 C = kwh/an Prix unitaire de l énergie : Abonnement + Consommation 0,021 / kwh PCI Marge de l entreprise : 1,04 à 1,06 P1 = x 0,021 x 1,05 = 26702,55 HT / an 28

29 Évaluation du Poste P2 Les opérations de conduites ou d entretien sont périodiques et sont décomposées en heures. A = Annuel S = Semestriel T = Trimestriel M = Mensuel Q = Quinzaine S.B. = Si Besoin (Dans cet exemple, seules quelques opérations de maintenance sont prises en compte) Tâche Désignation Périodicité Nb / an Temps unitaire (h) Temps total (h) Entretien Vérification de l étanchéité des chaudières A 1 x 2 0,5 1 Conduite Contrôle des températures départ et retour chaudières Q 14 0,1 1,4 Entretien Entretien courant des pompes de charges chaudière S Conduite Contrôle des températures d échange A 1 0,2 0,2 Entretien Démarrage satisfaisant des brûleurs par l aquastat Q 14 x 2 0,1 2,8 Conduite Contrôle de l équilibrage hydraulique et thermique A Entretien Vérification du fonctionnement de la régulation M 7 0,2 1,4 Conduite Dispositif d expansion fermé S Entretien Tenue du cahier de chaufferie A chaque visite 14 0,25 3,5 Entretien Nettoyage des locaux S.B Etc Nombre d heures total annuel d une personne 21,3 Taux horaire:.40 HT soit..40 x 21,3 = 852 HT / an 29

30 Évaluation du Poste P3 Il est important de connaître ou d évaluer : La liste précise des matériels et installations garanties. Les limites exactes des garanties. L obsolescence pour les parties ou installations anciennes. La durée de vie des matériels à garantir et en juger l état de vétusté. 30

31 Évaluation du Poste P3 Exemples sur un récupérateur à condensation 1 er cas 15 ans ans 0 (neuf) Durée de vie estimée du matériel Prix du matériel fourni/posé au jour du contrat Durée du contrat Age du matériel 2 ème cas 15 ans ans 5 ans 5000 x 44% / 12 = 184 HT / an 1 ère annuité de P3 en fonction de la table annexe 5000 x 100% / 12 = 416 HT / an Attention, si le contrat est trop court, les offres seront délicates à juger 5000 x 0 / 5 ans = 0 HT / an 31

32 Annexe: Contrat de garantie totale P3 Pourcentages à provisionner entrant dans le calcul d un contrat de garantie totale (partiel) Durée du contrat + Age du matériel Etc. Durée de vie du matériel 5ans 10 ans 15 ans 20 ans 30 ans 40 ans 50 ans Cas n = ans % Etc.. Durées du contrat + age du matériel Durée de vie du matériel Pourcentage à prendre en compte 32

33 Annexe: Contrat de garantie totale P3 Pourcentages à provisionner entrant dans le calcul d un contrat de garantie totale (partiel) Durée du contrat + Age du matériel Etc. Durée de vie du matériel 5ans 10 ans 15 ans 20 ans 30 ans 40 ans 50 ans Cas n = ans % Etc.. Durées du contrat + age du matériel Durée de vie du matériel Pourcentage à prendre en compte 33

34 Les entreprises Les critères de qualité d une entreprise adaptée Critères Techniques : Aptitude technique du personnel Rapidité d intervention Permanence de nuit et de week-end Critères Financiers : Garantie financière Critères Commerciaux : Disponibilité des cadres dirigeants Confiance réciproque 34

35 Le Syndicat: LE SNEC Syndicat National des Entreprises de gestion d Equipements thermiques et de Climatisation 10, rue AUBER PARIS Qui est-il? Organisme crée en 1941, il regroupe : entreprises spécialisées dans la gestion d équipements techniques professionnels dont ingénieurs et cadres. - Une puissance exploitée de plus de Mégawatts. Quel est son rôle? - La défense des intérêts généraux de la profession. - Le développement de la profession. - Mission d information auprès des entreprises. - Mission de conseil. 35

36 La qualification: OPQCB Organisme Professionnel de Qualification et de classification du Bâtiment et des activités annexes Qualifications spécifiques «Exploitation» : - 541: Exploitation et maintenance des installations de génie climatique de haute technicité et de toute importance (P > 5000 kw) - 542: Exploitation des installations de génie climatique de technicité et d importance moyenne (500 kw < P < 5000 kw) - 543: Exploitation des installations thermiques de technicité moyenne et de faible ou moyenne puissance (P < 500 kw) - 544: Exploitation temporaire d installation thermiques Qualifications annexes: - 513: Fumisterie «Ramonage et nettoyage» - 514: Fumisterie «Chemisage et tubage» - 52 : Installations thermiques de génie climatique - 53 : Installations aérauliques et de conditionnement d air 36

37 Durée des contrats Type de contrat Durée limite MF: Contrat à prix global et forfaitaire dont le montant est indépendant des conditions climatiques MT: Contrat à prix global et forfaitaire ajusté à la température extérieure (DJu) 8 ans 5 ans PF: Contrat de petit entretien et de conduite (P2) 5 ans MC: Contrat à prix ajusté à la quantité de chaleur produite et mesurée par un compteur CP: Contrat ajusté à la quantité de combustible 5 ans 5 ans MTi PFi CPi Contrats d exploitation avec intéressement 5 ans P 3 Contrat en garantie totale 16 ans 37

- La puissance thermique nominale de la chaudière est > 70 kw et 400 kw :

- La puissance thermique nominale de la chaudière est > 70 kw et 400 kw : Certificats d économies d énergie Opération n BAR-TH-107-SE Chaudière collective haute performance énergétique avec contrat assurant la conduite de l installation 1. Secteur d application Appartements

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES. VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES VILLE DE COUILLY PONT AUX DAMES Hôtel de Ville 46 rue Eugène Léger 77860 COUILLY PONT AUX DAMES ENTRETIEN DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION

Plus en détail

SERGIE SOCIÉTÉ D ÉTUDE ET D UTILISATION RATIONNELLE DE L ÉNERGIE. Contractualisation de la performance énergétique Montpellier 15 octobre 2013

SERGIE SOCIÉTÉ D ÉTUDE ET D UTILISATION RATIONNELLE DE L ÉNERGIE. Contractualisation de la performance énergétique Montpellier 15 octobre 2013 Contractualisation de la performance énergétique Montpellier 15 octobre 2013 Les contrats de chauffage P1 P2 P3 «historiques» Les contrats de chauffage se décomposent en trois postes principaux dont la

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; -

Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; - 1 2 3 Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; - Veille réglementaire ; - Vérification du respect

Plus en détail

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Rénovation en copropriété Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Conseils gratuits et indépendants Info Energie Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables ADIL 31 Juridiques

Plus en détail

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires

Jean Pascal Chirat. Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Jean Pascal Chirat Vice Président de la Fédération Française des Négociants en Appareils Sanitaires Intervention Fnas Plan de l intervention Etat énergétique du parc des logements français selon les: Etiquettes

Plus en détail

FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel

FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel Certificats d économies d énergie Fiche explicative n FE 30 FICHE EXPLICATIVE Rééquilibrage d une installation collective de chauffage à eau chaude du secteur résidentiel Fiche d opérations standardisée

Plus en détail

Dossier chauffage. Etudes et rédactions

Dossier chauffage. Etudes et rédactions Dossier chauffage La société Consultant ESE a réalisé à la demande de la copropriété RASPAIL à IVRY un document d appel d offre au vu d obtenir des économies d énergie. Etudes et rédactions Il a été étudié

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

MARCHE TYPE MTI MAI 2015

MARCHE TYPE MTI MAI 2015 MARCHE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES POUR LA FOURNITURE DU COMBUSTIBLE (P1) ET POUR LA CONDUITE ET L ENTRETIEN (P2) DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE DU LYCEE

Plus en détail

Réduire rapidement ses consommations d'énergie sans gros travaux

Réduire rapidement ses consommations d'énergie sans gros travaux Réduire rapidement ses consommations d'énergie sans gros travaux Saint-Mandé Cycle de formations mai-juin : Comment réaliser des économies d'énergie dans votre copropriété? VILLE DE SAINT-MANDE: LES ACTIONS

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers Nantes-métropole Gestion Equipements/ exercice 2011 1 SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT 1 2 3 4 5 DEFINITION DES EQUIPEMENTS AQUATIQUES Cet espace aqualudique sports-loisirs

Plus en détail

Contrat de Performance Energétique de la Région Alsace

Contrat de Performance Energétique de la Région Alsace Contrat de Performance Energétique de la Région Alsace Premier Contrat de Partenariat de Performance Energétique en France. Philippe Gross, Ingénieur Etude, COFELY Services, Agence Alsace Karine Le Bourg,

Plus en détail

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains 1 Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains Juliette PROMELLE (GDF SUEZ) 2 ème Congrès Français des Pompes à Chaleur 10 installations instrumentées 2 Objectif : mesurer la performance de pompes

Plus en détail

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR Sommaire CHAUDIÈRES DOMESTIQUES ET POÊLES VOUS SOUHAITEZ INSTALLER UNE CHAUDIÈRE OU UN POÊLE Choisir,

Plus en détail

CONSULTATION SIMPLIFIEE

CONSULTATION SIMPLIFIEE Centre d Orléans S.D.A.R. Le CONSULTATION SIMPLIFIEE CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT DE MAINTENANCE & DEPANNAGE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION DE "CHAUD" DU CENTRE DE RECHERCHE INRA D ORLEANS Le D.S.A.

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Quels sont mes avantages si je me raccorde au réseau CAD?

Quels sont mes avantages si je me raccorde au réseau CAD? Qu est-ce que le Chauffage à Distance? Le Chauffage à Distance (CAD) est un réseau énergétique urbain qui a pour objectif de fournir de la chaleur d une façon centralisée à tous les consommateurs de chaleur

Plus en détail

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel

Sommaire. Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Bienvenue Sommaire Présentation du patrimoine bâti du Conseil Général de l Hérault et suivi énergétique Présentation de nos modes d achat de gaz naturel Choix d un fonctionnement Au travers du P1 des marchés

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

P est la puissance thermique nominale de la chaudière installée.

P est la puissance thermique nominale de la chaudière installée. Certificats d économies d énergie Opération n BAT-TH-102 Chaudière collective haute performance énergétique 1. Secteur d application Locaux du secteur tertiaire existants réservés à une utilisation professionnelle

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

Campagne d information Gaz & éléctricité OSEZ COMPARER

Campagne d information Gaz & éléctricité OSEZ COMPARER Campagne d information Gaz & éléctricité OSEZ COMPARER FAQ Simulateur CWaPE FAQ SIMULATEUR «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

Bellevue. Le réseau de chaleur SAISON 2009. (du 01/01/2009 au 31/12/2009) BET bérim / exercice 2009 1

Bellevue. Le réseau de chaleur SAISON 2009. (du 01/01/2009 au 31/12/2009) BET bérim / exercice 2009 1 S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2009 (du 01/01/2009 au 31/12/2009) Commission des services urbains Agence Bretagne, Pays de la Loire Département Energie et Environnement

Plus en détail

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil

Juin 2013 Présentation et Mise en application de l outil Présentation et Mise en application de l outil Robert PELZER Bureaux d études BETEC Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise en application de l outil Sommaire 1 / Présentation de l outil 2 / Mise

Plus en détail

Individualisation des frais de chauffage

Individualisation des frais de chauffage Individualisation des frais de chauffage Gérer l eau et l énergie en copropriété D après une étude menée conjointement par l Ademe, le Syndicat de la Mesure et le COSTIC, l individualisation des frais

Plus en détail

Contrat de Maintenance d'installation de Climatisation

Contrat de Maintenance d'installation de Climatisation Contrat de Maintenance d'installation de Climatisation Entre les soussignés d'une part d'autre part, Nom ou raison sociale l Entreprise : Adresse : n d'inscription au registre préfectoral (2) Qualifiée

Plus en détail

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété Les Certificats d Economies d Energie Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Introduction au dispositif Méconnu du grand public

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 064 DACP REF : DACP2013013 Signataire : OL/ED Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 RAPPORTEUR : Jean

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

Hybris Power CHAUDIÈRE MURALE GAZ À ÉCOGÉNÉRATION

Hybris Power CHAUDIÈRE MURALE GAZ À ÉCOGÉNÉRATION SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Hybris Power CHAUDIÈRE MURALE GAZ À ÉCOGÉNÉRATION ADVANCE L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité Facture d énergie globale réduite

Plus en détail

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement José NAVETEUR (1), Christian BRUSS (2) (1) EDF Département EnerBat - BP 46-77818 Moret-sur-Loing

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs

AUDIT ENERGETIQUE. Immeuble logement collectif - Copropriété. Notre démarche Notre étude Notre rapport. Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs AUDIT ENERGETIQUE Immeuble logement collectif - Copropriété Vos Bâtiments Vos Besoins Vos Objectifs Notre démarche Notre étude Notre rapport ECIC : depuis 1991 2 agences : ITTEVILLE (91) & BORDEAUX (33)

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP

MARCHE DE PRESTATION. CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES SATELLITES CCTP ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX REPUBLIQUE FRANCAISE MAIRIE DE CESTAS Tél. : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 MARCHE DE PRESTATION CONTRAT D ENTRETIEN et MAINTENANCE MATERIEL DE LA CUISINE CENTRALE ET DES

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie 1. Un dispositif photovoltaïque à destination des particuliers Afin de répondre à la demande des particuliers souhaitant produire une partie de leur énergie électrique, les propriétaires titulaires d une

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

La solution économique et performante

La solution économique et performante Pompes à chaleur air/air pour le résidentiel YUTAKI S80 produit de l eau chaude très haute température pour remplacer votre chaudière et conserver vos radiateurs. Mural Summit La solution économique et

Plus en détail

Réussir son projet en solaire thermique collectif. Maximilien ENDLER

Réussir son projet en solaire thermique collectif. Maximilien ENDLER Réussir son projet en solaire thermique collectif Maximilien ENDLER 5 mai 2015 Constat Le plus souvent, les Maîtres d Ouvrage ne suivent pas les performances de leurs installations solaires thermiques.

Plus en détail

Cas 6 - Association du Nord Recto. Page 1

Cas 6 - Association du Nord Recto. Page 1 Recto 1 Page 1 2 3 4 5 6 Recto Page 2 1 EDF Coordonnées postales de l'entité d'edf qui assure la gestion de votre contrat. 2 Votre contact Coordonnées du Service Clients qui assure la gestion de ce contrat,

Plus en détail

16 novembre 2013. Tout savoir sur la tarification et les contrats de fourniture en énergie

16 novembre 2013. Tout savoir sur la tarification et les contrats de fourniture en énergie 16 novembre 2013 Tout savoir sur la tarification et les contrats de fourniture en énergie Déroulement de la séance Energies soumises à tarification Ouverture des marchés gaz naturel et électricité à la

Plus en détail

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE MAINTENANCE

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE MAINTENANCE PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE MAINTENANCE Formation Réseau De Chaleur - ACTIVITE DE CORETEC Notre principal objectif est de réduire la facture énergétique de nos 450

Plus en détail

Annexe 1. Classes de propreté

Annexe 1. Classes de propreté Annexes Sommaire Annexe 1. Classes de propreté... 3 Annexe 2. Propositions du parking... 4 Annexe 3. Maintenance... 6 Annexe 4. Résumé de l ancien guide maintenance... 9 Annexe 5. Préparation des documents

Plus en détail

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC

TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC 24 Juin 2015 TRAVAUX DE RÉNOVATION ENERGÉTIQUE DE LA RESIDENCE VIADUC Afin de répondre aux attentes des locataires et aux enjeux de l environnement, en collaboration avec les membres du Conseil de Concertation

Plus en détail

Bien comprendre votre décompte de charges

Bien comprendre votre décompte de charges Bien comprendre votre décompte de charges Les charges locatives L utilisation de votre logement nécessite un certain nombre de dépenses pour la fourniture de services (eau, électricité, chauffage, ) et

Plus en détail

RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT

RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT Imprimé sur papier composé de 60 % de fibres recyclées, 40 % de fibres vierge RÉCUPÉRATION DE LA CHALEUR DES RÉSEAUX D ASSAINISSEMENT AU CŒUR DES VILLES, UN CHAUFFAGE ÉCOLOGIQUE À PARTIR DU RÉSEAU D ASSAINISSEMENT,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Pour INtégrer de l Enr dans un projet, il ne suffit pas de peindre les murs en vert! Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Lago Récupérer l énergie de la cuisine pour chauffer

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Modes de fonctionnement des pompes à chaleur

Modes de fonctionnement des pompes à chaleur Modes de fonctionnement des pompes à chaleur Pour le d un bâtiment, il existe quatre modes de fonctionnement. Ceux-ci se différencient par le «système» de production de chaleur prévu pour couvrir les besoins

Plus en détail

COMPRENDRE. Les tarifs sociaux du gaz naturel et de l électricité. Qui peut bénéficier du TSS et/ou du TPN?

COMPRENDRE. Les tarifs sociaux du gaz naturel et de l électricité. Qui peut bénéficier du TSS et/ou du TPN? COMPRENDRE Les tarifs sociaux du gaz naturel et de l électricité Pour accompagner les personnes en difficulté, trois types d aides (voir zoom) existent pour le paiement des factures d énergie. Attribués

Plus en détail

3- La chaufferie bois et/ou le réseau de chaleur au bois

3- La chaufferie bois et/ou le réseau de chaleur au bois 3- La chaufferie bois et/ou le réseau de chaleur au bois La chaufferie à bois déchiqueté Le réseau de chaleur 3- La chaufferie bois et/ou le réseau de chaleur au bois Les étapes clés d un projet de chaufferie

Plus en détail

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009

Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Application de la loi SRU à partir 1 er janvier 2009 Loi SRU (2000-1208) signifie loi Solidarité et Renouvellement Urbains. Cette loi est issue d un débat national lancé en 1999 ayant pour thème «habiter,

Plus en détail

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Benoît Pfister AGENDA 1. Optimisation énergétique des installations CVC 2. Solution de monitoring énergétique 3. Modernisation du système

Plus en détail

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes La dynamique Grenelle et les outils incitatifs Les aides financières (TVA à taux réduit) (Crédit d impôt développement durable) Eco PTZ, FEDER TVA à 5,5 % Travaux d isolation, changement de fenêtres Installation

Plus en détail

Contrat de maintenance

Contrat de maintenance Contrat de maintenance Conditions particulières Remplir les vides et cocher les cadres requis EGF.BTP Octobre 2008 ENTREPRISES GENERALES DE FRANCE.BTP 9, rue La Pérouse, 75784 PARIS CEDEX 16 Tél : 01.40.69.52.78

Plus en détail

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation

électrique Gialix offre la solution de chauffage central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation électrique Gialix offre la solution de central ple et la plus souple pour le neuf ou la rénovation Retour Aquastat de sécurité circuit radiateur MODULANTE ET SILENCIEUSE Gialix est la seule chaudière électrique

Plus en détail

Information sur les tarifs d électricité

Information sur les tarifs d électricité Information sur les tarifs d électricité Valable à partir du 1 er janvier 2014 (sous réserve de modification des autorités) Selon les prix indiqués dans les ordonnances sur l énergie, le réseau et les

Plus en détail

» La ville de GRASSE gère 220 bâtiments communaux:

» La ville de GRASSE gère 220 bâtiments communaux: CoTITA Méditerranée Journée du 14 novembre 2013 Nouvelles solutions économiques et performantes Dans un contexte budgétaire contraint, l efficacité énergétique en bâtiment Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDE

Plus en détail

CAPTEURS THERMOSOLAIRE

CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CATEGORIE Constructions neuves Les capteurs thermosolaires sont destinés à transformer le rayonnement solaire pour chauffer un fluide caloporteur. La chaleur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Interclima 2013. Saunier Duval : le n 1 de la condensation propose une offre RT 2012 «Made in France»

DOSSIER DE PRESSE Interclima 2013. Saunier Duval : le n 1 de la condensation propose une offre RT 2012 «Made in France» DOSSIER DE PRESSE Interclima 2013 Saunier Duval : le n 1 de la condensation propose une offre RT 2012 «Made in France» Novembre 2013 Pour la 3 ème année consécutive, Saunier Duval occupe la place de n

Plus en détail

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre!

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre! GUIDE 2015 PROFESSIONNELS L ÉTIQUETTE ENERGIE DES CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES À ACCUMULATION ET DES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES Les informations clés pour tout comprendre! 1 Dès le 26 septembre 2015, un nouveau

Plus en détail

Les systèmes de chauffage domestique

Les systèmes de chauffage domestique Les systèmes de chauffage domestique Les objectifs d'apprentissage : Comprendre la différence entre chauffage autonome et chauffage central, Pouvoir identifier les différents types de systèmes de distribution

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

télégestion audit sens-e SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

télégestion audit sens-e SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE télégestion SIMPLIFIER LA GESTION DE VOS ÉNERGIES audit sens-e SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE SOLUTIONS D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE La télégestion, clé d une stratégie énergétique de pointe En tant que

Plus en détail

Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011

Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011 Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011 Contexte Augmentation des besoins énergétiques Incertitudes sur l approvisionnement

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies Mardi 23 septembre 2014 ARC 1 Ville de Saint-Mandé: les actions en direction des copropriétés Constat : 80% du parc

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Production solaire thermique pour logements individuels et collectifs (< 10 unités) Gregory NEUBOURG APERe Objectif(s) de la présentation Connaitre

Plus en détail

REGLES REGISSANT LA DISTRIBUTION DE DONNEES ARCHIVEES ET DE PRODUITS ET DE LOGICIELS DU CEPMMT

REGLES REGISSANT LA DISTRIBUTION DE DONNEES ARCHIVEES ET DE PRODUITS ET DE LOGICIELS DU CEPMMT REGLES REGISSANT LA DISTRIBUTION DE DONNEES ARCHIVEES ET DE PRODUITS ET DE LOGICIELS DU CEPMMT Adoptées par le Conseil du CEPMMT lors de sa 51 e session en décembre 1995 (ECMWF/C/51/M(01)1 paragraphe 124

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; -

Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; - 1 2 3 Le BERIM a pour mission de contrôler l exploitation du réseau de chaleur de la Ville de Vénissieux : - Vérification des paramètres techniques ; - Veille réglementaire ; - Vérification du respect

Plus en détail

Djibouti. Structure du tarif de l électricité

Djibouti. Structure du tarif de l électricité Structure du tarif de l électricité Arrêté n 2007-0629/PR/MERN du 16 juillet 2007 [NB - Arrêté n 2007-0629/PR/MERN du 16 juillet 2007 portant modification des tarifs de vente d énergie électrique et des

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX. Les fluides frigorigènes. et leur impact environnemental

LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX. Les fluides frigorigènes. et leur impact environnemental LA CLIMATISATION : LES ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX Les fluides frigorigènes et leur impact environnemental 31 MARS 2005 Les différents aspects environnementaux la couche d ozone l effet de serre : les émissions

Plus en détail

VILLE DE L ISLE D ESPAGNAC. Acte d engagement

VILLE DE L ISLE D ESPAGNAC. Acte d engagement VILLE DE L ISLE D ESPAGNAC MARCHE DE FOURNITURE DE GAZ NATUREL, D EXPLOITATION ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS THERMIQUES AVEC GROS ENTRETIEN Acte d engagement Maître d Ouvrage Assistant Maître d Ouvrage

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES Qualité du rapport exigé : - Clarté et lisibilité : présentation d une synthèse pour la prise de décision - Remise en mains propres

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

Délibération. 1. Contexte

Délibération. 1. Contexte Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 24 janvier 2013 portant vérification de la conformité du barème des tarifs réglementés de vente de gaz proposé par GDF Suez au 1

Plus en détail

Fiche de présentation de l'offre Enercoop

Fiche de présentation de l'offre Enercoop Fiche de présentation de l'offre Enercoop offre valable jusq'au 1er août 2008 - offre unique d'électricité 100% renouvelable sans engagement de durée Important : L'offre d'enercoop étant une offre de marché,

Plus en détail

Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit sans autorisation.

Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit sans autorisation. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Clermont- Ferrand pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit,

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Commune D ESVRES-SUR-INDRE ----- Mairie d ESVRES-SIR-INDRE Rue Nationale 37320 Esvres-sur-Indre FOURNITURE D ELECTRICITE DE LA COMMUNE D ESVRES-SUR-INDRE

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail