COMPTE RENDU 13/12/12

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE RENDU 13/12/12"

Transcription

1 LE PRESENT COMPTE-RENDU, REDIGE PAR LE BUREAU SETEC NOVAE, REND COMPTE DES ECHANGES PRINCIPAUX TENUS LORS DE LA RENCONTRE SANS AVOIR LA PRETENTION DE LE FAIRE DE MANIERE EXHAUSTIVE Rédacteur : LH Visa : OM ORDRE DU JOUR 0. OBJET DE LA REUNION 1. PRESENTATION DU PROJET 2. ECHANGES AVEC LES COPROPRIETES 3. DIVERS 0. OBJET DE LA REUNION Cette réunion doit permettre : de présenter le cadre du renouvellement de la gestion du réseau de chaleur de la Ville (planning, objectifs clés, etc.), d obtenir les retours des abonnées du réseau de chaleur sur des points précis concernant le contrat existant : - Relations exploitant/abonnés, - Relations Ville/Abonnés/Usagers, - Compréhension de la facturation, - Réduction des consommations, - Accès au chauffage urbain, - Communication et transparence. 1. PRESENTATION DU PROJET setec novae 1/1

2 Le réseau équivalent-logements (extension centre-ville en cours, périmètre étendu) - Puissance souscrite : 109 MW (76 % pour le logement) - Consommation de chaleur 2011 : MWh, dont 74 % pour le chauffage L exploitation du réseau - En contrat de délégation avec SECV depuis 1966, - Durée initiale de 30 ans, - Ajout de 26 avenants au contrat, - Fin du contrat au La ville a engagé une Assistance à Maîtrise d Ouvrage, menée par, pour la réalisation des études de préparation et d accompagnement à la future exploitation. - Solution technique - Solution financière Cabinet Andarta - Solution économique Cabinet Seban&Associés Les objectifs affichés sont : - Maîtrise du coût de la chaleur, - Efficacité du réseau et fiabilité du service - Transparence du réseau. Plusieurs leviers sont cités en exemple afin de lancer les discussions. 2. ECHANGES AVEC LES COPROPRIETES Relations exploitant/abonnés Retour expérience de la copropriété du Soyouz : Température arrivée réseau variable et assez basse (entre 29 et 50 C). La situation (en bout de résea u) de la copropriété du Soyouz expliquerait ces constatations. Cependant, l exploitant est supposé fournir de l eau chaude à tous les abonnés à une température suffisante. L exploitant devrait communiquer sur le service rendu. Se pose la question du contrôle du délégataire et du service rendu. Relations usagers/délégataire Des rencontres physiques régulières sont souhaitables, importantes et efficaces. setec novae 2/2

3 Il existe un outil (l outil «DECLIC») proposé par Dalkia pour les contrats du secondaire : cet outil n est a priori pas très connu et ne marche pas très bien. Il semble qu il soit actuellement en cours d amélioration. Nécessité de communiquer sur les outils de transparence existants, Il faut systématiser les rencontres exploitant-abonnés, et les organiser de façon à ce qu elles soient claires et synthétiques. Il y a de grosses différences entre les en termes de : - relationnel avec le délégataire, - instrumentation utilisée (mesures des débits et des températures, etc.) en sous-stations, - état des installations. Il est envisageable d aller sur le côté incitatif par le réseau : travail sur la police d abonnement afin de favoriser la cohérence et l homogénéité pour tous. Propriétés des équipements Il faut définir très clairement les limites de propriétés et donc de responsabilité : échangeurs, ballons d Eau Chaude Sanitaire, capteurs, pompes, etc. Il faut que les limites soient connues de tous les abonnés. On note toutefois une complexité de la limite de fourniture, notamment sur la régulation qui est réalisée en parallèle sur le primaire et sur le secondaire. Il semble par ailleurs nécessaire aux représentants des de clarifier aussi le mode de fourniture : le délégataire doit-il fournir une puissance? un débit (m 3 )? une quantité d énergie (Wh)? Le choix du mode de fourniture permettra de définir les moyens de contrôle et mesure adaptés. Pénalités Les représentants des indiquent ne pas connaître les modalités de pénalité prévues. Sur quels critères sont-elles définies? A qui sont-elles payées? à quoi sert l argent récupéré? Il semble nécessaire de renforcer la fluidité des procédures et l engagement du délégataire pour la prise en charge des pannes et réparations. Il apparaît nécessaire de responsabiliser d avantage l exploitant et de favoriser le dialogue dans la vie quotidienne. Exploitation du secondaire La question se pose de l interaction primaire/secondaire. Faut-il interdire à l exploitant du primaire d être aussi exploitant du secondaire? Il semble qu il y ait une contradiction des objectifs (réseau primaire : vendre plus de chaleur, secondaire : en consommer le moins possible). Au contraire faut-il l imposer? un interlocuteur unique et identifié, une meilleure réactivité due à la présence des agents sur le secteur de Vénissieux, etc. setec novae 3/3

4 Les deux avis sont émis par les représentants des. Relations Ville/Abonnés/Usagers Relations entre usagers Comme le montre une expérience datant de plusieurs années, le regroupement d usagers peut permettre un partage d expérience peut être très utile. Cela peut aussi permettre de parler en un nom commun au délégataire. Cependant, il semble qu il s agisse principalement de l exploitation du réseau secondaire. Réunions qui doivent être organisées par les abonnés ou usagers, Peut-être à coupler avec les échanges réguliers à propos du réseau primaire, Les discussions devraient notamment porter sur l isolation, la régulation, l équilibrage du secondaire : il faut inciter les réductions de consommations. Il semble nécessaire de définir une limite claire entre les responsabilités du primaire et du secondaire. Pourtant, les habitants ressentent le réseau uniquement via le secondaire la Ville doit pouvoir en parler, elle doit avoir connaissance de l état du secondaire et de sa gestion. Compréhension de la facturation ECS Comment est mesuré le m 3 d eau chaude? Selon certains représentants de, il n y a pas de compteur. En outre la quantité d énergie par m 3 d eau chaude est une donnée moyenne qui ne correspond pas à la quantité d énergie effectivement livrée (dépendante du positionnement de la sous-station sur le réseau). Les représentants de copropriété indiquent qu il parait évident qu il faut passer à un système unique de facturation au MWh. Tarif Prix du gaz : quelle augmentation dans 3 ans? il y a à l heure actuelle aucune garantie ni de prévision sur le prix du gaz. Il semble toutefois que la tendance soit à la hausse. Objectif de la ville : limiter la hausse en réduisant la dépendance aux énergies fossiles. Mais le recours à des énergies EnR&R implique des investissements qui entraînent une augmentation de la part abonnement. Il y a un équilibre à trouver. Part abonnement setec novae 4/4

5 Paradoxe du système : si moins d énergie est consommée, le prix unitaire total augmente en apparence (car la part abonnement est fixe). Cela n incite pas aux réductions de consommation. La part abonnement semble assez élevée. Peut-être faut-il revoir la définition du tarif abonnement (calculé non plus sur la puissance souscrite mais sur un autre indicateur). Réduction des consommations Régulation de la chaleur Sous station 337 : «modèle» : c est une sous-station qui marche très bien. Il y a une bonne régulation sur le secondaire. C est un contrat complet P3, ce qui est «pratique», selon son représentant. La sous-station est bien entretenue. Souvent, il n y a pas de régulation véritable et «fine» sur le secondaire. La régulation se fait uniquement avec celle du réseau primaire. Par ailleurs, il y a un vrai problème concernant l obsolescence des réseaux secondaires (technologie archaïque du monotuble, dépôt de tartre important, etc.). L entretien des réseaux secondaires n est pas automatiquement réalisé. Faut-il donner des responsabilités de conseil à l exploitant? des obligations de propositions? Faut-il ajouter un rôle de mise en place de mécanismes de «bon usage» du réseau, en plus de son rôle de vendre efficacement? faut-il imposer/proposer la mise en place d équipements qui permettent une meilleure utilisation du réseau secondaire (soupape sèche). Réduction des consommations C est un vrai débat : comment le délégataire peut-il vouloir diminuer les consommations? cela va à l inverse de sa rentabilité, qui est fonction de la quantité de chaleur vendue. Température de consigne Réglementation : 19 C, Bailleurs : 21 C, Copros : autour de 20 C. Il existe un problème d équilibrage récurrent dans certains immeubles. L exploitant a-t-il un devoir de conseil aux réseaux secondaires? Doit-il prêter des instruments de mesure? setec novae 5/5

6 Energie solaire (thermique) L ajout de certaines nouvelles ressources renouvelables de petite envergure telles que le solaire thermique, peut être réalisée à la fois sur le réseau primaire ou le réseau secondaire. Le bureau SETEC partage l exemple de Montpellier qui montre que la mise en place de capteur solaire thermique alimentant directement le réseau primaire n est pas concluante : cela représente une très faible part de la production énergétique totale. L étude sera néanmoins réaliser par le bureau d étude pour le cas de Vénissieux. Remarque sur le réseau actuel : Avoir un prix de l ECS facturé en m 3 n incite pas aux autres énergies sur le réseau secondaire car on va consommer toujours le même m 3 d eau mais pas en puiser la même énergie (dépendante de la température). Attention, il ne s agit pas de subventionner le solaire. Nota : existence d un projet d économie d énergie porté par l association PACT Arim : l étude sera réalisée courant 2013, financement de l Etat (via l ANAH) mais le projet n est pas encore acté. Autre Raccordement avec la future centrale de Surville : à l étude, tout comme le raccordement à la Station d épuration de Saint-Fons. Ces deux hypothèses feront l objet de scénarios étudiés par l Assistance à Maîtrise d Ouvrage. Accès au chauffage urbain Non évoqué Communication et transparence Transparence Jusqu où doit aller la Ville? Doit-elle avoir un droit de regard sur les polices d abonnement des usagers? Communication Les représentants des indiquent qu il leur est nécessaire ce savoir vers qui se tourner pour avoir les informations dont ils ont besoin (interlocuteur défini et local pour le réseau primaire et pour le réseau secondaire). S est par ailleurs poser la question de «comment» doit venir l information : doit-elle être disponible en direct et en permanence sur le net? uniquement sur demande? par courrier ou mail de manière régulière et fixe? Enfin, la question de «par qui» doit venir l information a aussi été évoqué : Ville, délégataire ou exploitant du secondaire? Actuellement, les appels sont dirigés vers un centre téléphonique à Orléans : loin des réalités locales. setec novae 6/6

7 Quelques copropriétaires ont apparemment une télé-relève de leur compteur. Qui surveille? pourquoi il n y a pas de retour? Il faut au moins qu il y ait une cohérence entre les discours de la ville, du délégataire et des exploitants du secondaire. La ville doit arrêter d envoyer des prospectus promettant une baisse des tarifs, qui n est pas constatée par les usagers. La ville rappelle que l objectif n est pas une baisse mais une limitation de la hausse. Autres Garantie totale La garantie totale arrive à échéance avec la fin de la délégation. Selon certains représentants de, le prochain exploitant ne va pas vouloir payer le renouvellement des installations vieillissantes. 3. DIVERS Projet PIG Energie : aide la Ville sur 7 ans pour améliorer le Label énergétique o sous MOA Ville = ne peut concerner que les, o sous MOA Grand Lyon : encore soumis à 1 vote, inclurait la mais réalisation dépendante de la subvention ANAH setec novae 7/7

Démarche de définition de la future gestion du réseau de chauffage urbain

Démarche de définition de la future gestion du réseau de chauffage urbain concevoir maîtriser CONSEIL DE SURVEILLANCE ET DE TRANSPARENCE DU RESEAU DE CHALEUR DU 6 DECEMBRE 2012 Démarche de définition de la future gestion du réseau de chauffage urbain transports et infrastructures

Plus en détail

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Quels sont mes avantages si je me raccorde au réseau CAD?

Quels sont mes avantages si je me raccorde au réseau CAD? Qu est-ce que le Chauffage à Distance? Le Chauffage à Distance (CAD) est un réseau énergétique urbain qui a pour objectif de fournir de la chaleur d une façon centralisée à tous les consommateurs de chaleur

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

MARCHÉ DU CHAUFFAGE URBAIN LES ULIS

MARCHÉ DU CHAUFFAGE URBAIN LES ULIS 1 MARCHÉ DU CHAUFFAGE URBAIN 11/09/2013 LES ULIS Le calendrier de mise en 2 place de la DSP 4 octobre 2011 Consultation pour avis du CTP (Comité Technique Paritaire). 6 octobre 2011 Consultation pour avis

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE Modèle de Police d Abonnement annexe 1 au Règlement de Service

Plus en détail

13-14 - 15 novembre 2013. Yann GIBORY : EDF Optimal Solutions Didier-Benoît DELAGE : Dalkia Nord

13-14 - 15 novembre 2013. Yann GIBORY : EDF Optimal Solutions Didier-Benoît DELAGE : Dalkia Nord 13-14 - 15 novembre 2013 Yann GIBORY : EDF Optimal Solutions Didier-Benoît DELAGE : Dalkia Nord L Association Syndicale Libre du Réseau de la Divette Objet : Gestion et entretien du réseau de chaleur Composition

Plus en détail

Exemple d une résidence située dans les Yvelines

Exemple d une résidence située dans les Yvelines Exemple d une résidence située dans les Yvelines 4 bâtiments de R+4 étages 97 lots Date de construction : 1969 Chauffage au sol raccordé au chauffage urbain de la ville (Délégation de Service Public )

Plus en détail

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe Avant-propos Le Grenelle de l Environnement et la loi sur la Transition Energétique pour la croissance verte ont confirmé le caractère incontournable des réseaux de chaleur. Un objectif de quintuplement

Plus en détail

Réduire rapidement ses consommations d'énergie sans gros travaux

Réduire rapidement ses consommations d'énergie sans gros travaux Réduire rapidement ses consommations d'énergie sans gros travaux Saint-Mandé Cycle de formations mai-juin : Comment réaliser des économies d'énergie dans votre copropriété? VILLE DE SAINT-MANDE: LES ACTIONS

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU CHAUFFAGE URBAIN DE MONTREYNAUD SAINT-ETIENNE ( LOIRE ) SALON BOIS-ENERGIE SAINT-ETIENNE 13 MARS 2014-1 -

DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU CHAUFFAGE URBAIN DE MONTREYNAUD SAINT-ETIENNE ( LOIRE ) SALON BOIS-ENERGIE SAINT-ETIENNE 13 MARS 2014-1 - DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DU CHAUFFAGE URBAIN DE MONTREYNAUD SAINT-ETIENNE ( LOIRE ) SALON BOIS-ENERGIE SAINT-ETIENNE 13 MARS 2014-1 - Contexte de la précédente D.S.P! 2001-2013 : fonctionnement sous

Plus en détail

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie

Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Bilan de l opération de Cogénération de 1999 Les Nouveaux Contrats d Energie Historique de l opération cogénération Le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Montpellier est un établissement

Plus en détail

Modules thermiques individuels. La performance au service du confort thermique INGENIERIE

Modules thermiques individuels. La performance au service du confort thermique INGENIERIE Modules thermiques individuels La performance au service du confort thermique INGENIERIE Réseau primaire chauffage urbain Tubes pré-isolés Solutions thermiques au service du chauffage collectif EFFICAL

Plus en détail

Révolution dans le domaine du chauffage et de la régulation

Révolution dans le domaine du chauffage et de la régulation MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Révolution dans le domaine du chauffage et de la régulation Gamme de modules d appartements Danfoss EvoFlat. Le chauffage en pleine évolution. 10 fois plus vite Avec les raccords

Plus en détail

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie

Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Vous accompagner vers un habitat plus économe en énergie Les Services d Efficacité Energétique et Environnementale Leader européen des services en efficacité énergétique et environnementale, Cofely conçoit,

Plus en détail

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique.

ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. ROTEX E-SolarUnit : Accumulateur d eau chaude sanitaire avec option solaire et générateur de chaleur électrique. ROTEX E-SolarUnit - Chaleur du soleil et courant électrique. E-SolarUnit - Chaleur du soleil

Plus en détail

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita.

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fi xe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

AMORCE ADEME. Note sur les réseaux de froid et la production de froid à partir de réseaux de chaleur

AMORCE ADEME. Note sur les réseaux de froid et la production de froid à partir de réseaux de chaleur AMORCE ADEME Note sur les réseaux de froid et la production de froid à partir de réseaux de chaleur Avril 2008 SOMMAIRE 1. Préambule... 3 2. Technologies pour la production et la distribution de froid

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. à l appui

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. à l appui VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l appui d une demande de crédit de Fr. 172 000.- pour l assainissement des bâtiments du groupe Nord du CAD Numa-Droz (du 7 mai 2003) AU CONSEIL

Plus en détail

R A P P O R T. Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs,

R A P P O R T. Madame la Présidente, Mesdames, Messieurs, Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 54 000.00, pour le remplacement de la production de chaleur du bâtiment de

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux

La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux La copropriété et les économies d'énergie : de l'audit aux travaux L Association des Responsables de Copropriété 14 000 copropriétés adhérentes Une association indépendante Une association représentative

Plus en détail

Panneaux solaires thermiques

Panneaux solaires thermiques NOUVEAU Panneaux solaires thermiques Une solution chauffage 100 % fiable pour économiser l énergie. Ne choisissez plus entre confort et performance énergétique. Avec les solutions de capteurs solaires

Plus en détail

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements «l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements 14 / 34 Comment fonctionne l éco-prêt à taux zéro? Le programme de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à

Plus en détail

La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif

La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif Charles-Emile HUBERT GDF SUEZ - Direction de la Recherche et de l'innovation - CRIGEN Février 2011 Cogénération, mini-cogénération,

Plus en détail

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif 20 FÉVRIER 2013 : EUREXPO SALON DES ENR François GIBERT directeur EKLOR Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant 1 2 2 3 3 Les fonctions d

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

Le secteur hospitalier en France

Le secteur hospitalier en France Jeudi 12 juin 2008 - Région Basse-Normandie Le chauffage au bois dans les hôpitaux Témoignage Marie-France Clave, Biomasse Normandie Le secteur hospitalier en France Nombre d établissements (2 856) Nombre

Plus en détail

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS

Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire GROUPE THOAS Rénovation du système de production et de distribution d eau chaude sanitaire Installation ECS existante Production d eau chaude: Trois cumulus de 1500 l dans chaque sous-station: Deux cumulus HS dans

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Club Chaleur renouvelable. Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable

Club Chaleur renouvelable. Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable Comité opérationnel énergies renouvelables 1 Club Chaleur renouvelable Les propositions pour le développement de la chaleur renouvelable ASSOCIATION DES MAITRES D OUVRAGE EN GEOTHERMIE AGEMO Préambule

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

::: Le Crédit d impôt développement durable (CIDD)

::: Le Crédit d impôt développement durable (CIDD) n 29 Novembre 2013 BTP Ille-et-Vilaine ::: CRÉDIT D IMPOT DEVELOPPEMENT DURABLE (CIDD) ET ECO-PTZ : les changements attendus pour ::: Le Crédit d impôt développement durable (CIDD) Le projet de loi de

Plus en détail

RESEAUX D EAU SANITAIRE

RESEAUX D EAU SANITAIRE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INSTANTANEE AVEC STOCKAGE PRIMAIRE RESEAUX D EAU SANITAIRE La présente fiche, destinée aux professionnels doit être adaptée suivant chaque application. L utilisation du

Plus en détail

Rénovation et Transition Energétique

Rénovation et Transition Energétique 1 Rénovation et Transition Energétique Phase Exploitation: Leçons d une année d instrumentation PLAN 2 1. Présentation d AMOES 2. Présentation de l opération 3. Instrumentation et présentation des résultats

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 28 février 2013 relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers Nantes-métropole Gestion Equipements/ exercice 2011 1 SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015

VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE. Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 VALORISATION DES REJETS THERMIQUES D UNE STEP : LE RÔLE DES PAC DANS L AVENIR ÉNERGÉTIQUE DE LA SUISSE Guillaume Kusza Lausanne, le 04 mars 2015 1 2 UNE VISION D AVENIR Journée Professionnelle de la Pompe

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

Le chauffage pour les maisons basse énergie

Le chauffage pour les maisons basse énergie Chauffer une habitation basse énergie Texte de Van Marcke: Une habitation basse énergie consomme peu d énergie. D une part, les déperditions thermiques y sont limitées, notamment grâce à l isolation et

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Travaux : Les aides financières Allégez le coût total de vos projets! Savez-vous que l anah, les collectivités territoriales, l Etat, les agences du logement et même votre banque peuvent alléger le poids

Plus en détail

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A.

CHAUFFAGE URBAIN CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR SCDC. VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. CHAUFFAGE URBAIN SOCIETE CHAMBERIENNE DE DISTRIBUTION DE CHALEUR SCDC CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR LE RACCORDEMENT AU RESEAU DE CHALEUR VERSION C du 03/07/2013 Rédaction : A. SIEBENBOUR SOMMAIRE

Plus en détail

Le réseau de chaleur de Strasbourg Energie, innovation technologique et respect de l environnement

Le réseau de chaleur de Strasbourg Energie, innovation technologique et respect de l environnement Le réseau de chaleur de Strasbourg Energie, innovation technologique et respect de l environnement Innovation technologique La cogénération Un peu d histoire Le 17 novembre 1998, la Communauté Urbaine

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE Romain et RIBES Johann, étudiants de l ENTPE

Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE Romain et RIBES Johann, étudiants de l ENTPE Elaboration d une méthode d évaluation du développement de réseaux de chaleur : l usage de l outil cartographique dans la définition des axes de développement Travail réalisé par : GHOUL Joseph, MILVILLE

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 064 DACP REF : DACP2013013 Signataire : OL/ED Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 RAPPORTEUR : Jean

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

Mise à niveau d une copropriété. 21 octobre 2014 Saint Mandé

Mise à niveau d une copropriété. 21 octobre 2014 Saint Mandé Mise à niveau d une copropriété 21 octobre 2014 Saint Mandé Ville de Saint-Mandé: les actions en direction des copropriétés Constat : 80% du parc immobilier de Saint-Mandé est composé d immeubles collectifs

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

E N Q U E T E. Le prix de vente de la chaleur en 2006 R E S E A U D E C H A L E U R

E N Q U E T E. Le prix de vente de la chaleur en 2006 R E S E A U D E C H A L E U R R E S E A U E N Q U E T E D E C H A L E U R Le prix de vente de la chaleur en 2006 Série Technique RCT n 21 Décembre 2007 SOMMAIRE 1. Introduction...2 2. Généralités...3 2.1 Les chiffres clés de l enquête...3

Plus en détail

BILAN ENERGIE FONCIA

BILAN ENERGIE FONCIA BILAN ENERGIE FONCIA (Immeuble collectif) Ce document vous présente le résultat du bilan énergie réalisé sur votre immeuble. Il a pour objectif de vous faire connaître simplement le comportement énergétique

Plus en détail

Élaboration du. Schéma directeur. d un réseau de chaleur. Série Technique RCT 30. Octobre 2009

Élaboration du. Schéma directeur. d un réseau de chaleur. Série Technique RCT 30. Octobre 2009 GUIDE Élaboration du Schéma directeur d un réseau de chaleur Série Technique RCT 30 Octobre 2009 AMORCE/ADEME Schéma directeur d un réseau de chaleur 1/14 SOMMAIRE Préambule... 3 1. Etapes de la démarche...

Plus en détail

«Efficacité Energétique» Agir maintenant, pourquoi!

«Efficacité Energétique» Agir maintenant, pourquoi! «Efficacité Energétique» Agir maintenant, pourquoi! Vos enjeux Valoriser le patrimoine Rechercher un équilibre budgétaire Respecter le Grenelle Les obligations des copropriétés dans le cadre du Grenelle

Plus en détail

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7

SOMMAIRE SECTEURS SCHEMA DIRECTEUR PRESENTATION DU PRODUIT AVANTAGES CONCURRENTIELS. Secteurs p. 7 Le livre bla nc d e la eàc mp po haleur SOMMAIRE PRESENTATION DU PRODUIT Présentation du produit...p. 1 AVANTAGES CONCURRENTIELS Tansfert d énergie p. 5 Une plage de fonctionnement tout terrain p. 5 Une

Plus en détail

«Les 3 jours de la Copropriété» - 3ème édition du salon de l ARC

«Les 3 jours de la Copropriété» - 3ème édition du salon de l ARC Contrat d entretien et de maintenance en copropriété Faire baisser les charges =>En 2011-2012 l ARC met en place une aide spéciale à la renégociation des contrats =>Le guide gratuit diffusé au Salon fait

Plus en détail

GUIDE DE L USAGER. Tout savoir. sur le réseau de chauffage urbain. L énergie est notre avenir, économisons-la!

GUIDE DE L USAGER. Tout savoir. sur le réseau de chauffage urbain. L énergie est notre avenir, économisons-la! GUIDE DE L USAGER Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! Le mot du président de la Compagnie de Chauffage et du vice-président transition énergétique

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

DE CHALEUR 2010 & DE FROID EN UTILISANT UNE ENERGIE RENOUVELABLE

DE CHALEUR 2010 & DE FROID EN UTILISANT UNE ENERGIE RENOUVELABLE Sur la base d une étude lancer par le SIAV sur son territoire qui aboutira en juin/juillet 2010 sur la récupération d énergie dans les tuyaux d assainissement Avec pour OBJECTIF de CRÉER des RESEAUX DE

Plus en détail

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant

Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Durée : 5 jours Audit énergétique des Installations Thermiques Industrielles Pour Ingénieur Exploitant Réf : (Energ.01) Montrer aux participants comment procéder à un audit énergétique et le rôle d un

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

En copropriété l économie d énergie c est possible!

En copropriété l économie d énergie c est possible! En copropriété l économie d énergie c est possible! Nos partenaires : Avec le soutien de : 1 C est à vous d agir! Dans votre copropriété vous avez trois solutions : Ne rien faire : A.G., calme assuré Faire

Plus en détail

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2009. Série Economique RCE 10. Octobre 2010. Réalisé avec le soutien financier de :

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2009. Série Economique RCE 10. Octobre 2010. Réalisé avec le soutien financier de : ENQUÊTE Le prix de vente de la chaleur en 2009 Série Economique Réalisé avec le soutien financier de : RCE 10 Octobre 2010 AMORCE/ADEME Prix de vente de la chaleur en 2009 - RCE10 Oct. 2010 (actualisation

Plus en détail

Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles

Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Mardi 26 novembre 2013 Thierry Palisson Ludovic Soleansky - Copyright Bureau Veritas Principe de fonctionnement

Plus en détail

Aides financières en copropriété. Atelier ADIL 31 / EIE 15 mai 2014

Aides financières en copropriété. Atelier ADIL 31 / EIE 15 mai 2014 Aides financières en copropriété Atelier ADIL 31 / EIE 15 mai 2014 Conseils gratuits et indépendants Info Energie Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables ADIL 31 Juridiques

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la!

guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! Le mot du Président Madame, Monsieur Le Grenelle de l environnement a fixé des objectifs ambitieux

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CONTENU DE L EXAMEN DE CERTIFICATION DES PERSONNES HABILITEES A ETABLIR:

CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CONTENU DE L EXAMEN DE CERTIFICATION DES PERSONNES HABILITEES A ETABLIR: CAHIER DES CHARGES RELATIF AU CONTENU DE L EXAMEN DE CERTIFICATION DES PERSONNES HABILITEES A ETABLIR: 1-DES DIAGNOSTICS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE EN GUADELOUPE ( DPEG) 2-DES ATTESTATIONS DE CONFORMITE

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

Délibération n 2013/6 Mode de gestion du réseau de chauffage urbain.

Délibération n 2013/6 Mode de gestion du réseau de chauffage urbain. Extrait de registre des délibérations République Française Conseil Municipal Séance publique du 17/06/13 Délibération n 2013/6 Mode de gestion du réseau de chauffage urbain. Nombre de conseillers municipaux

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE

LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE COMITE INTERPROFESSIONNEL DU BOIS-ENERGIE contact@cibe.fr www.cibe.fr LES RÉSEAUX DE CHALEUR BOIS-ENERGIE Atouts et spécificités des réseaux de chaleur Bois-Energie Spécificités Qu est-ce qu un réseau

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire 3 ***

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire 3 *** SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Zena CHAUDIÈRE MURALE GAZ BASSE TEMPÉRATURE EASYLIFE Le confort à budget mini! >> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Eau chaude sanitaire

Plus en détail

ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE

ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIERS DU DEVELOPPEMENT DURABLE THEME : 3 EME «CLUB COPRO» 20 mai 2015 Salle des Mariages Contact Catherine LAFEUILLE, directrice de l Agenda 21 local Mairie de Massy 1, av. du Général De Gaulle BP 20101-91305

Plus en détail

Solneo solution combinée condensation gaz et solaire

Solneo solution combinée condensation gaz et solaire solai re bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Solneo solution combinée condensation gaz et solaire EASYLIFE Combiner les énergies en toute simplicité >> Une solution gain de place >> 50% d'ecs

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Présentation Avantages de la combinaison pompe à chaleur et chaleur solaire

Plus en détail

ÉTUDE. Solutions techniques pour optimiser. les réseaux de chaleur dans un. contexte de développement de. bâtiments basse consommation

ÉTUDE. Solutions techniques pour optimiser. les réseaux de chaleur dans un. contexte de développement de. bâtiments basse consommation ÉTUDE Solutions techniques pour optimiser les réseaux de chaleur dans un contexte de développement de bâtiments basse consommation Série Technique RCT 34 Mai 2011 Cette étude a été réalisée par INDDIGO

Plus en détail

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique

Le Solaire Thermique à son Optimum. Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Le Chauffe-eau solaire individuel à drainage gravitaire et circuit hermétique Le Solaire Thermique à son Optimum Réaliser une économie de 60 à 90% sur votre facture d

Plus en détail

Le logement social. Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse. Fabrice BOUZEREAU

Le logement social. Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse. Fabrice BOUZEREAU Le logement social et le bois énergie Colloque du CIBE le 9 octobre 2012 à Toulouse Fabrice BOUZEREAU Sommaire 1. Le groupe SNI 2. Bases juridiques 3. Les montages juridiques envisageables 4. Les propositions

Plus en détail

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Modernisation d installations de chauffage

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Modernisation d installations de chauffage Innovation + Qualité Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Modernisation d installations de chauffage Gamme de produits Introduction Modules: Calcul de la charge calorifique Equilibrage hydraulique Ballon

Plus en détail