Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois"

Transcription

1 Les coûts de la chaleur issue d une chaudière collective au gaz et d un réseau de chaleur au bois La question des charges récupérables et non récupérables dans les logements collectifs CIBE Commission n 6 Septembre 21 CIBE Commission n 6 Montage de Projets (MOP) Mise en forme : Serge Defaye, Guillaume Lefrançois 1

2 Schéma de principe (filière gaz et filière bois énergie) Filière Gaz combustible / Chaleur Gazoduc Frontière du territoire Transport GRDF Distribution publique GDF Distribution intérieure Gisement gaz naturel Stockage Filière Bois combustible / Réseau de chaleur Livraison énergie pied d immeuble (gaz) Conversion gaz en chaleur Chaleur sortie chaudière Conditionnement et stockage sur plate-forme Chaufferie centrale bois / gaz Distribution publique Autorité organisatrice du service Distribution intérieure Ressource Combustible Chaleur primaire Chaleur secondaire Livraison combustible bois (transport routier) et gaz Livraison énergie pied d immeuble (chaleur) Chaleur sortie échangeur 2

3 Comparaison chaleur gaz et chaleur bois : rappel de quelques principes Dans les deux cas, les logements du bailleur sont raccordés à un service public de distribution d énergie (gaz et chauffage urbain). Obligation d effectuer la comparaison en intégrant les aides publiques et toutes taxes comprises car les usagers finaux ne récupèrent pas la TVA et celle-ci est différente dans la situation gaz (19,6 % sur le combustible) et la solution bois (5,5 % sur l énergie calorifique et l abonnement au réseau). Compte tenu des différentes structures de coûts, la seule possibilité est de raisonner en coût global «sortie chaudière gaz» ou «sortie sous-station d échange» (ou au niveau du corps de chauffe). Pour le logement collectif, on doit examiner la ventilation des charges récupérables sur les locataires et celles non récupérables restant à la charge du bailleur, pour la situation de référence gaz et pour le réseau chaleur bois avant et après 3 l arrêt de la Cour de Cassation de novembre 29.

4 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Un exemple pour illustrer la comparaison Groupe de 18 logements Surface moyenne par logement : 7 m 2 environ Année de construction : 1969 Nombre de bâtiments : 6 Localisation : zone climatique H1 Besoins thermiques : 1 73 MWh utiles/an (données réelles 29 pour DJU = 2 3 Cj) Situation «de référence» : chaufferie collective au gaz naturel en pied d immeuble 2 Chaudières gaz de 1985 (93 et 55 kw), dont une équipée d un condenseur Production de chauffage seul (ballons électriques individuels pour ECS) Tarif du gaz naturel B2S de niveau 1 en juillet 21 Réseau de chaleur au bois Puissance souscrite par les 18 logements : 78 kw Chaufferie centrale bois (4,3 MW) / gaz et réseau de 4 km (longueur de tranchées) Energie totale délivrée par le réseau : 15 5 MWhutiles / an Mise en service : janvier 28 Aides publiques : 5 % de l investissement total HT Prix du combustible bois : 15,5 HT / MWh PCI Tarifs de la chaleur décembre 29 ajusté en valeur juillet 21 4

5 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 TTC / lgt / an Coût de la chaleur de référence gaz naturel en TTC /logement /an Distribution publique GDF : 25 % Stockage GRDF : 7 % Transport Provisions : 67 % Financement : 46 % Commercialisation : 8 % Part GRDF fixe : (abonnement) Part variable 1 % : : Entretien courant : 36 % Provisions : 18 % Combustible gaz rendu frontière : 5 % Entretien courant : 33 % Distribution intérieure Conversion Achat d énergie livrée en pied d immeuble (gaz naturel) Part fixe (abonnement) : 5 Part variable : 585 Distribution dans l'immeuble Conversion gaz en chaleur Achat d'énergie (gaz) livrée en pied d'immeuble Entretien courant Provisions pour renouvellement et grosses réparations Financement chaudière Combustible NB : Au sein de la facture d achat d énergie en pied d immeuble (gaz), les postes de charge liés à l entretien courant, aux grosses réparations et au financement des installations de transport, de stockage et de distribution publique ne sont pas détaillés. Source : CRE / Biomasse Normandie 5

6 Situation de référence : chauffage collectif au gaz Poids très important de la facture de combustible gaz TTC. Abonnement réduit ne reflétant pas les charges fixes du distributeur de gaz (mutualisation/péréquation des prix). Coûts de la conversion du gaz en chaleur et de la distribution interne à l immeuble faible (respectivement 8 et 4 %). Forte volatilité des prix de la chaleur en raison du poids de la «molécule gaz rendue frontière» dans le coût global (44 %). 6

7 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 TTC / lgt / an Coût de la chaleur alternative : réseau de chaleur au bois + appoint gaz en TTC/logement/an 8 Distribution dans l'immeuble 7 6 Provisions : 67 % Entretien courant : 33 % Distribution intérieure 65 3 Conversion Achat d'énergie (chaleur) livrée en pied d'immeuble 5 4 Pas de conversion (énergie prête à l emploi). La gestion de l échangeur de chaleur primaire / secondaire est intégrée à la prestation du gestionnaire de réseau Part fixe (abonnement) : 335 Combustible bois Energie gaz Entretien courant et électricité Financement : 23 % Provisions : 5 % Entretien courant et électricité : 3 % Combustible bois : 36 % Energie gaz : 6 % Achat d énergie livrée en pied d immeuble (chaleur) Part variable : 24 Provisions pour renouvellement et grosses réparations Financement NB : La matière première n est qu une part constitutive du poste de charges «Combustible bois», qui comprend également sa transformation, son conditionnement et son transport. Elle représente moins de 1 % du coût global de l énergie Source : Biomasse Normandie 7

8 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Situation alternative réseau bois + appoint gaz Poids apparent très important des charges d amortissement / renouvellement / exploitation (6 %), malgré les subventions publiques abaissant la part relative de l amortissement chaufferie et réseau. Abonnement au réseau de chaleur (R2) élevé, reflétant la totalité des charges fixes du réseau. Pas de conversion d énergie en pied d immeuble : l échange primaire/secondaire est assuré par le gestionnaire du réseau. Stabilité des prix de la chaleur liée à la structure de son coût et au faible poids de la matière première ligneuse (bois sur pied ou déchet brut) dans le coût global de la chaleur (< 1 %). 8

9 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 TTC / lgt / an 8 Comparaison en coût global de la situation de référence gaz naturel et de la situation alternative réseau bois en TTC/logement/an Part fixe 5-7 TTC / an / lgt (-1 %) 65 3 Distribution dans l'immeuble 4 3 Part variable 585 Part fixe 335 Conversion gaz en chaleur Achat d'énergie livrée en pied d'immeuble 2 1 Part variable 24 - Chaufferie collective gaz naturel Raccordement au réseau bois 9

10 Le décret du 26 août 1987 fixe la liste des charges de chauffage récupérables auprès des locataires Article 1 : «la liste des charges récupérables [ ] : Eau froide, eau chaude et chauffage collectif des locaux privatifs et des parties communes Dépenses relatives à l eau froide et chaude [ ], à l eau nécessaire à l entretien courant des parties communes [ ], à l eau nécessaire à l entretien courant des espaces extérieurs [ ], aux produits nécessaires à l exploitation, à l entretien et au traitement de l eau, à l électricité, au combustible ou à la fourniture d énergie, quelle que soit sa nature. Dépenses d exploitation, d entretien courant et de menues réparations [ ]» 1

11 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 le raccordement à un réseau de chaleur au bois génère une réduction de charges modeste pour le locataire (-5 %), mais une plus grande stabilité sur le long terme TTC / lgt / an 8 Evolution des charges locatives constatées Juillet 21 : économie de 5 % Evolution prospective en prolongeant les évolutions constatées sur 1 ans Prix à la consommation Chaufferie gaz Réseau bois Indice des prix à la consommation (base 1 en juillet 27)

12 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Commentaires sur l évolution des charges dans le temps Difficultés de faire de la prospective, compte tenu de la volatilité des prix du gaz. Une rétrospective sur dix ans montre une évolution beaucoup plus rapide des charges locatives gaz par rapport à celles de la chaleur bois (stable en constants, car évolution au même rythme que l indice des prix à la consommation). Grosses difficultés pour raccorder des logements avant 26 (compte tenu du très faible prix du gaz). Equilibre économique approché en coût global en et fin 29-début 21. Décrochage au profit du bois fin 28-début 29 et depuis mi-21. Fort avantage en faveur de la chaleur bois à l horizon 22, si les prix de la chaleur gaz et de la chaleur bois évoluent de la même façon que depuis 1 ans. 12

13 L arrêt de la Cour de Cassation du 1 novembre 29 Les factures émises par la CPCU présentent une tarification «binôme» composée d une «partie variable dite R1, proportionnelle à la consommation effective de l usager» [ ] et d une partie fixe, dite R2, liée à la puissance garantie, [ ] s exprimant en «euro / kw souscrit et représentative de la redevance annuelle d abonnement». La cour d appel a retenu : qu une telle définition de la partie fixe laissait apparaître que celle-ci incluait les dépenses de financement et de remboursement du prix des installations de chauffage urbain auxquelles est raccordé l immeuble qu elle ne comportait aucune ventilation permettant de distinguer les dépenses incombant au bailleur de celles incombant au locataire, en a déduit que les sommes correspondant à la «prime fixe dite R2» seraient exclues des charges récupérables. 13

14 TTC / lgt / an Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Répartition des charges récupérables et non récupérables, avant et après l arrêt de la Cour de Cassation de novembre 29 en TTC/logement/an 8 7 Situation avant l arrêt de la Cour de Cassation Situation suite à l arrêt de la Cour de Cassation Décote de 35 (-5 %) 355 Transfert de charges du locataire vers le bailleur Distribution dans l'immeuble Décote de 37 (-6%) 25 Coût multiplié par 6,5 55 Conversion gaz en chaleur Achat d'énergie en pied d'immeuble - Chaufferie Raccordement collective gaz à un réseau bois Récupérable auprès du locataire Chaufferie Raccordement collective gaz à un réseau bois A la charge du bailleur Chaufferie Raccordement collective gaz à un réseau bois Récupérable auprès du locataire Chaufferie Raccordement collective gaz à un réseau bois A la charge du bailleur 14

15 Commentaires sur l établissement des tarifs d un réseau de chaleur bois et sur leur évolution Dans le cadre de la Loi Sapin, le contrat de concession est établi entre la collectivité et le délégataire du service public, sur la base de documents financiers (compte de résultat prévisionnel annexé au contrat) arrêtés après négociation entre les parties et validés par le contrôle de légalité. Les tarifs de base sont décomposés de façon précise selon plusieurs termes et figurent dans le contrat de concession : R1 bois + R1 gaz r21 (électricité), r22 (exploitation), r23 (renouvellement), r24 (financement) Ces tarifs sont indexés à partir d indices INSEE figurant dans le contrat, ce qui permet au bureau de contrôle de vérifier l évolution des prix de la chaleur année après année. La procédure est donc parfaitement transparente et les données financières disponibles très détaillées (beaucoup plus qu une facture de gaz par exemple). Voir précision annexe 4 15

16 Une confusion regrettable de la Cour de Cassation Le décret concernant les charges ne concerne que la partie privative gérée par le bailleur. Il est clairement indiqué que les charges récupérables portent aussi bien sur le combustible que sur la fourniture d énergie (autrement de la chaleur «prête à l emploi»). La Cour de Cassation a établi une confusion regrettable entre le domaine privé du bailleur et le domaine public. L énergie facturée au bailleur par le service public n a pas lieu d être répartie entre le bailleur et le locataire (pas plus pour le combustible gaz que pour la chaleur de réseau). 16

17 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Commentaires sur le coût global de la chaleur et la répartition des charges entre locataire et bailleur En coût global, avantage au bois (- 1 %) lié : Aux subventions publiques à l investissement, À une TVA à taux réduit, À la remontée du prix du gaz naturel en avril et juillet 21. Répartition des charges habituellement pratiquée : Avantage pour le locataire : - 35 TTC /lgt/an, soit -5 %, Atout pour le bailleur : absence d entretien et de remplacement des chaudières en pied d immeuble. Répartition des charges telles qu elles ressortent d une application de l arrêt de la Cour de Cassation : Très forte décote théorique pour le locataire : - 37 TTC / lgt / an, soit -6 %), Transfert de charges très important au bailleur (x 6,5 par rapport à la situation antérieure, soit + 54 /an environ dans l exemple considéré). 17

18 Conséquence de la situation créée par l arrêt de la Cour de Cassation Aucun projet de réseau de chaleur bois alimentant des logements collectifs ne pourra se concrétiser, si les bailleurs sociaux ou les copropriétés ne signent pas de police d abonnement, vu le transfert de charges que cela entraîne et qu ils n ont pas (ou peu) la possibilité de répercuter sur les loyers de leur parc. 18

19 Remarques sur les atouts et handicaps des réseaux de chaleur bois Atouts Ressources en combustibles bois disponibles en abondance. Technologies chaudières/réseaux matures. Exploitation chaufferie/réseau maîtrisée. Ingénierie technique économique et financière des BET au rendez-vous. Équilibre économique possible à atteindre, en l absence d écotaxe significative comme en Scandinavie, grâce aux subventions publiques aux investissements (Fonds Chaleur). Principaux handicaps Obstacles de nature politique, juridique et administrative nombreux, dont la question des charges récupérables et non récupérables évoquée dans ce dossier ne constitue qu un aspect parmi beaucoup d autres difficultés rencontrées. 19

20 Annexes 1. Gaz naturel : récupération des charges auprès du locataire 2. Réseau bois : récupération des charges, (domaine privé géré par le bailleur) 3. Réseau bois : récupération des charges, (du domaine privé du bailleur et pour partie du domaine public de distribution d énergie calorifique) 4. Tarification de la chaleur d un réseau bois et clauses d indexation des tarifs 2

21 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Le décret du 26 août 1987 : Illustration dans le cas du chauffage collectif au gaz naturel Charges récupérables (locataire) Charges non récupérables (bailleur) TTC / lgt / an Distribution dans l'immeuble Conversion gaz en chaleur Part fixe (abonnement) : 5 35 Achat d'énergie (gaz) livrée en pied d'immeuble Entretien courant Part variable : 585 Provisions pour renouvellement et grosses réparations Financement chaudière 1 Combustible Part variable : Illustration D1 21

22 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 Le décret du 26 août 1987 : Illustration dans le cas du raccordement à un réseau de chaleur au bois Charges récupérables (locataire) Charges non récupérables (bailleur) TTC / lgt / an Distribution dans l'immeuble Conversion Pas de conversion (énergie prête à l emploi) 3 Part fixe (abonnement) : 33 Pas de conversion (énergie prête à l emploi) Achat d'énergie (chaleur) livrée en pied d'immeuble Combustible bois Energie gaz Entretien courant et électricité 2 Part variable : Provisions pour renouvellement et grosses réparations 1 24 Financement Illustration D1 22

23 Chauffage de 18 logements collectifs juillet 21 L arrêt de la Cour de Cassation de novembre 29 : Le cas du raccordement à un réseau de chaleur au bois Charges récupérables (locataire) Charges non récupérables (bailleur) TTC / lgt / an Distribution dans l'immeuble Conversion gaz en chaleur Pas de conversion (énergie prête à l emploi) 3 Part fixe (abonnement) : Pas de conversion (énergie prête à l emploi) Achat d'énergie (gaz) livrée en pied d'immeuble Combustible bois Energie gaz Entretien courant et électricité 2 1 Part variable : 24 Provisions pour renouvellement et grosses réparations Financement Illustration D13 L illustration tient compte d une interprétation de l arrêt de la Cour de Cassation concernant les charges d électricité et d entretien courant du terme «R2», considérés ici intégré aux charges récupérables 23

24 Termes facture Tarification d un réseau de chaleur bois et clauses d indexation (ex 18 logements collectifs juillet 21) Valeur en date de signature du contrat R1gaz R1gaz = 54,6 HT / MWh utile R1bois r21 r22 r23 R1bois = 19,5 HT / MWh utile r21 = 7,1 HT / kw souscrit r22 = 28 HT / kw souscrit r23 = 6,2 HT / kw souscrit Formule d indexation G R1gaz R1gaz G ICHT IME R1bois R1bois,1,15,4 ICHT IME E r21 r21 E ICHT IME FSD2 r22 r22,2,45,35 ICHT IME FSD2 ICHT IME BT 4 r23 r23,2,15,65 ICHT IME BT 4 r24 r24 = 29 HT / kw souscrit Le r24 n est pas indexé Coût global en MWh = R1 x MWh + R2 x kw Nb MWh livrés ACTDA ACTDA,3 IC IC FODC4,5 FODC 4 - G est le tarif du gaz naturel à la date de facturation (B2S niveau 1, 8 % des consommations en période hivernale) - ICHT-IME est l indice du travail horaire tout salarié des industries mécaniques et électriques - ACTDA est l indice du transport avec chauffeur et carburant - IC est l indice des prix à la consommation (418 E) - FODC4 est le tarif du fioul domestique (indice DIMAH) - E est l indice du coût de l électricité moyenne tension, tarif vert (3512) - FSD2 est l indice des frais et services divers - BT4 est l indice du bâtiment correspondant au chauffage central (hors chauffage électrique) 24

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers Nantes-métropole Gestion Equipements/ exercice 2011 1 SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE URBAIN QU EST-CE QUE LE CHAUFFAGE URBAIN? Tout simplement un chauffage central, mais à l échelle d un quartier! La chaufferie urbaine de Nemours assure la production et la

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la!

guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! guide de l usager Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! Le mot du Président Madame, Monsieur Le Grenelle de l environnement a fixé des objectifs ambitieux

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

COMPTE RENDU 13/12/12

COMPTE RENDU 13/12/12 LE PRESENT COMPTE-RENDU, REDIGE PAR LE BUREAU SETEC NOVAE, REND COMPTE DES ECHANGES PRINCIPAUX TENUS LORS DE LA RENCONTRE SANS AVOIR LA PRETENTION DE LE FAIRE DE MANIERE EXHAUSTIVE Rédacteur : LH Visa

Plus en détail

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2009. Série Economique RCE 10. Octobre 2010. Réalisé avec le soutien financier de :

ENQUÊTE. Le prix de vente de la chaleur. en 2009. Série Economique RCE 10. Octobre 2010. Réalisé avec le soutien financier de : ENQUÊTE Le prix de vente de la chaleur en 2009 Série Economique Réalisé avec le soutien financier de : RCE 10 Octobre 2010 AMORCE/ADEME Prix de vente de la chaleur en 2009 - RCE10 Oct. 2010 (actualisation

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

GUIDE DE L USAGER. Tout savoir. sur le réseau de chauffage urbain. L énergie est notre avenir, économisons-la!

GUIDE DE L USAGER. Tout savoir. sur le réseau de chauffage urbain. L énergie est notre avenir, économisons-la! GUIDE DE L USAGER Tout savoir sur le réseau de chauffage urbain L énergie est notre avenir, économisons-la! Le mot du président de la Compagnie de Chauffage et du vice-président transition énergétique

Plus en détail

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013 ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 15 Février 2013 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE -

CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - CENTRE HOSPITALIER DE PERIGUEUX CHAUFFERIE BIOMASSE - Définition des enjeux - Disposer à la fin des grosses opérations de construction en cours (Tranche 1 et 2 du Plan Directeur MCO-Plateau Technique/Pôle

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita.

FideloConso. Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller. FideloConso. www.gdfsuez-dolcevita. GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fi xe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC CHAUFFAGE URBAIN DE BELLEVUE NANTES-SAINT HERBLAIN AVENANT N 8 ENTRE LES SOUSSIGNES La Métropole, Dénommée «Nantes Métropole»Dont le siège est situé 2 Cour du

Plus en détail

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie

Base de données PEGASE www.industrie.gouv.fr/energie Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE 600 550 500 450 400 350 300 En euros constants indice base 100 en 1973 PRIX DES ÉNERGIES Prix du pétrole

Plus en détail

Mission d Observation de la Biomasse

Mission d Observation de la Biomasse Les synthèses de l AREC Mission d Observation de la Biomasse ENQUETE REGIONALE SUR LES CHAUFFERIES COLLECTIVES A BOIS DECHIQUETE (Saison de chauffe 2008-2009) 2009) Chiffres clés 114 chaufferies collectives

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05.

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012. Série Économique RCE 19 & ENE 05. ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2012 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 19 & ENE 05 Février 2014 AMORCE/ADEME Comparatif modes

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

Chauffage à distance Cernier/Fontainemelon

Chauffage à distance Cernier/Fontainemelon Chauffage à distance Cernier/Fontainemelon Séance d information aux propriétaires 13 novembre 23 Contren SA, Quai Max-Petitpierre 4, 20 Neuchâtel, www.contren.ch 1 Déroulement de la soirée 1. Introduction/présentations

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

Bien comprendre votre décompte de charges

Bien comprendre votre décompte de charges Bien comprendre votre décompte de charges Les charges locatives L utilisation de votre logement nécessite un certain nombre de dépenses pour la fourniture de services (eau, électricité, chauffage, ) et

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES Fiche explicative n FE01 Chaudières à combustible (type basse température àcondensation) Fiches d opérations standardisées concernées: Bâtiments résidentiels : BAR-TH-06 : Chaudière individuelle à condensation

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

600 HT DU 15 AVRIL AU 30 JUIN 2012 FIOUL FINANCEMENT AUX CONDITIONS AVANTAGEUSES AVEC NOTRE PARTENAIRE

600 HT DU 15 AVRIL AU 30 JUIN 2012 FIOUL FINANCEMENT AUX CONDITIONS AVANTAGEUSES AVEC NOTRE PARTENAIRE DU 15 AVRIL AU 30 JUIN 2012 Avec les chaudières fioul sol à condensation et Wingo FIOUL 600 HT DE REMISE POUR L ACHAT D UNE CHAUDIÈRE FIOUL SOL À CONDENSATION * FINANCEMENT AUX CONDITIONS AVANTAGEUSES

Plus en détail

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs

Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Septembre 2012 Les répartiteurs de frais de chauffage dans les immeubles collectifs Immeubles collectifs (gérance et copropriété) Depuis une ordonnance n 2011-504 du 9 mai 2011, l article L 241-9 du Code

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques

La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques La gestion de la demande avec les accumulateurs thermiques AGPI (avril 2007) Alain Moreau, ing., M.Sc.A. Chercheur, chargé de projet Institut de recherche d Hydro-Québec Jean Lemay, ing. Gestionnaire de

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 CHAUDIERE A CONDENSATION A COMBUSTIBLES GAZEUX OU LIQUIDES POUR CHAUFFAGE ET ECS I/ PRINCIPE GENERAL Une chaudière à

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

ÉTUDE. Compréhension de la chaîne de facturation du chauffage d un logement raccordé à un réseau de chaleur: du Délégataire à l usager final

ÉTUDE. Compréhension de la chaîne de facturation du chauffage d un logement raccordé à un réseau de chaleur: du Délégataire à l usager final ÉTUDE Compréhension de la chaîne de facturation du chauffage d un logement raccordé à un réseau de chaleur: du Délégataire à l usager final et comparaison avec les autres modes de chauffage Série Économique

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal

CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal CAHIER DES CHARGES Audit énergétique du groupe scolaire et du foyer communal et Etude de faisabilité d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur Commune de St Etienne du Bois Page- 1 - Contenu 1 Audit

Plus en détail

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012

Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 Fiche explicative pour la saisie des équipements du génie climatique dans la RT2012 SYSTÈMES SOLAIRES COMBINÉS (SSC) I/ PRINCIPE GENERAL Cette fiche d intégration décrit les données d entrées, les paramètres

Plus en détail

Actualités. La vie du CIBE. Appels à projets BCIAT. Colloque Fonds Chaleur. Nouvel appel d'offres «biomasse» (CRE 4)

Actualités. La vie du CIBE. Appels à projets BCIAT. Colloque Fonds Chaleur. Nouvel appel d'offres «biomasse» (CRE 4) N 6 - Octobre 2010 LA LETTRE DU CIBE Editorial Charges récupérables : merci aux Sénateurs (trices) Comme le montre l enquête SNCU / AMORCE, les coûts pour un logement du chauffage au gaz naturel et de

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014

Économies d énergie et énergies renouvelables. Le crédit d impôt. en 2014 Économies d énergie et énergies renouvelables Le crédit d impôt en 2014 Limitons les effets du changement climatique! Le changement climatique est une réalité. Mais savez-vous que vous pouvez, vous aussi,

Plus en détail

Chauffage à distance Le Landeron

Chauffage à distance Le Landeron Chauffage à distance Le Landeron Séance d information 20 avril 2015 Contren SA, Quai Max-Petitpierre 4, 2001 Neuchâtel, www.contren.ch 1 Déroulement de la soirée 1. Introduction/présentations 2. Pourquoi

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

Un système de CAD est composé de trois éléments :

Un système de CAD est composé de trois éléments : Chauffage à distance Un système de CAD est composé de trois éléments : une (ou plusieurs) centrale de production de chaleur ; un réseau de distribution ; des consommateurs L avantage est de permettre la

Plus en détail

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente

Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Remplacement de chaudières: Ecole Pierre Loubière et Salle polyvalente Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Table des matières

Plus en détail

Tout savoir. sur lechauffage

Tout savoir. sur lechauffage Tout savoir sur lechauffage Tout savoir sur lechauffage guide? Pourquoi un Sous les rues de Choisy et Vitry, déjà 37,5 km de canalisations souterraines desservent en chaleur 22 000 équivalents logements

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires

Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les projets collectifs et tertiaires Pourquoi? Faire connaître le chauffage aux granulés, Pour les particuliers, Pour les projets collectifs et tertiaires Etre un outil de communication pour l ensemble de la filière granulés Objectifs Apporter

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith Le monitoring Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith André Servais, Stadtwerke St-Vith SITUATION DE DEPART 5 biens fonciers: o Puissance totale installée: o Consommation annuelle: 4.950 kw / 12 chaudières

Plus en détail

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

a. Particuliers 1. Chaudière «bois déchiqueté» individuelle ou collective chez les particuliers

a. Particuliers 1. Chaudière «bois déchiqueté» individuelle ou collective chez les particuliers FORMULAIRE DE DEMANDE D UNE AIDE DEPARTEMENTALE A L INVESTISSEMENT Programme : Opération : POLITIQUE ENERGIE - 2013 BOIS ENERGIE Chaudière et Réseau de chaleur Particulier Cette aide n est pas cumulable

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

Chaudière à condensation collective

Chaudière à condensation collective Chaudière à condensation collective Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version 5.0.20 du 27/05/2013 Présentation La procédure suivante décrit la saisie et la prise en compte

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES

ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES PCEHT Séance 3 Gilles Debizet Université de Grenoble 1 UMR PACTE (CNRS, IEP, UPMF, UJF) 16/04/13 DEBIZET PCEHT

Plus en détail

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING

PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING PARTENAIRE VERS UNE GESTION DURABLE ET PERFORMANTE DE VOTRE ÉNERGIE EQUIPEMENT DE MONITORING Formation Réseau De Chaleur - ACTIVITE DE CORETEC Notre principal objectif est de réduire la facture énergétique

Plus en détail

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes)

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) Table des matières (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) SOMMAIRE... 1390 INTRODUCTION... 1392 TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) SECTION 1 : LES CHARGES LOCATIVES

Plus en détail

Le bois énergie : Economie

Le bois énergie : Economie Le bois énergie Le bois énergie : Economie Pour les maîtres d ouvrages: Une décote d au moins 5% du coût de la chaleur Une facture plus stable Des projets bientôt rentabilisés : Vendresse, Sécheval, Atelier

Plus en détail

C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE

C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE Comité interprofessionnel du bois énergie Formule de révision du prix du combustible bois Commission n 1 6 décembre 2011 C E D E N CABINET D ÉTUDES SUR LES DÉCHETS ET L ÉNERGIE S.A.R.L. au capital de 53

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE COMMUNAUTE URBAINE A ADAPTER POUR CHAQUE IMMEUBLE COLLECTIF D HABITATION

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments climat d innovation Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières à disposition des ménages Edition 2012 Essayons d y voir plus clair 2/3 Les décisions du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

Contrat d'exploitation d'installation de chauffage et climatisation. Le contrat de chauffage

Contrat d'exploitation d'installation de chauffage et climatisation. Le contrat de chauffage Contrat d'exploitation d'installation de chauffage et climatisation Le contrat de chauffage L exploitation des installations de chauffage comprend les prestations suivantes : - P1 = fourniture de combustible

Plus en détail

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement

FORMULES d INDEXATION des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement NOTE TECHNQUE du CBE FORMULES d NDEXATON des prix du combustible en chaufferie dans les contrats d approvisionnement Depuis 2010, l interprofession du bois énergie s est mobilisée pour refondre et adapter

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail