REPONSE AU RAPPORT DE L UCSCOP SARCELLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPONSE AU RAPPORT DE L UCSCOP SARCELLES"

Transcription

1 Chauffage urbain du Grand Ensemble de Sarcelles Contrat privé de production, transport et distribution d énergie calorifique REPONSE AU RAPPORT DE L UCSCOP SARCELLES Dalkia Ile de France Direction de la Communication JUILLET 2007 Siège social : 2, allée des Moulineaux ISSY LES MOULINEAUX SA au capital de uros - RCS NANTERRE B

2 PREAMBULE La société Sarcelles-Energie, filiale de Dalkia, a repris depuis le 26 juin 2006 la gestion du chauffage urbain de Sarcelles, dont elle a acquis les différents éléments d actifs auprès de leur précédent propriétaire, le Groupe ICADE. L Union des Conseils Syndicaux des Copropriétés de Sarcelles (UCSCOP), conteste depuis leur origine la reprise par le groupe Dalkia des actifs immobiliers du réseau et les nouvelles modalités d abonnement proposées par Sarcelles-Energie. A l occasion d une réunion publique tenue à Sarcelles en mars dernier à l initiative de Monsieur le Maire de Sarcelles, en vue de clarifier ces points de contestation, Sarcelles-Energie a proposé, pour assurer une meilleure clarté des débats, que les motifs de contestation de l UCSCOP et les réponses qui y sont apportées fassent l objet d un compte-rendu écrit, afin que chaque abonné ou futur abonné puisse disposer d une information tangible et structurée pour éclairer ses choix. Dans ce cadre, l UCSCOP a transmis à Sarcelles-Energie un rapport écrit et exhaustif sur ses différentes observations et réclamations, auquel Sarcelles-Energie apporte ici ses réponses, et dont elle souhaite assurer, conformément à ses engagements pris en réunion, la diffusion auprès de tous les copropriétaires ou abonnés intéressés. Le présent document a donc pour objectif d apporter à chacun, de la manière la plus factuelle possible, et sans esprit polémique, un niveau d information à la fois nécessaire et suffisant sur le sujet du chauffage urbain à Sarcelles. Il a fait l objet d une relecture conjointe avec l UCSCOP le 07 août Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 1

3 NOTE POUR LA LECTURE DU DOCUMENT Pour la bonne lisibilité du document, les principes d organisation suivants ont été adoptés : les références du contrat d abonnement proposé sont rappelées en marge (police grasse) ; les éléments du rapport de l UCSCOP Sarcelles figurent en noir italique, sous la rubrique «REMARQUE UCSCOP». Les observations du rapport UCSCOP ont été reprises dans leur intégralité, sans aucune altération de leur contenu. les éléments de réponses apportés par Sarcelles Energie sont en caractère bleu, sous la rubrique. le texte intégral du contrat d abonnement, remis à tous les gestionnaires d immeuble raccordés au chauffage urbain à Sarcelles, est disponible sur simple demande par mail ou par courrier auprès de Sarcelles Energie (coordonnées ci-dessou) ; il est également accessible directement à partir du site internet sarcelles-énergie.fr, rubrique téléchargement. Un document powerpoint de présentation de Sarcelles-Energie et du contrat d abonnement est également disponible par les mêmes voies. Une copie du présent document a été remis : à l UCSCOP ; à Monsieur le Maire de Sarcelles en sa qualité de censeur aux comptes de la société Sarcelles-Energie. Pour toute question ou précision concernant le présent document, il est possible de nous contacter : Par mail : Par courrier : SARCELLES-ENERGIE C/O Dalkia Ile de France Direction de la Communication 2, allée des Moulineaux Issy les Moulineaux Cedex Par téléphone : auprès de M. Jean-Pierre Vaucquelin Responsable Clientèle Sarcelles Energie Tel Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 2

4 REPONSES DE SARCELLES-ENERGIE AU RAPPORT DE L UCSCOP SARCELLES TITRE 1: Conditions Générales Définitions : 1 - REMARQUE UCSCOP Le Propriétaire : La société «SARCELLES INVESTISSEMENT» (filiale de DALKIA) aurait acheté à la société «ICADE», la chaufferie et le réseau de chauffage du Grand Ensemble de Sarcelles Lochères (G. E) Nous contestons par voie judiciaire cette vente - en effet la société ICADE n'existait pas à l'origine de la création du G.E - Elle a acquise la société «C.I.R.P» en 2004 ou Or la CIRP était le mandataire commun à l'ensemble des propriétaires et des syndicats de copropriété - La CIRP agissait donc comme un syndic et nous facturait des honoraires - Elle ne pouvait donc ne pas détenir dans ses immobilisations les installations de chauffage. Du fait de la vente de la C.LR.P à ICADE, cette dernière est devenu le mandataire du G.E. Elle ne pouvait donc vendre les installations de chauffage sans l'accord de ses mandants. Cette première remarque appelle deux séries d observations, les premières d ordre juridique, les autres plus générales sur les enjeux liés au chauffage urbain du Grand Ensemble : A. du point de vue juridique : Il est exact que par acte notarié en date du 26/06/06, la société Sarcelles Investissement a acquis d' ICADE Patrimoine un ensemble immobilier composé de divers éléments constituant le réseau de chauffage situé sur la commune de Sarcelles. Quelle que puisse être l'issue de la procédure par laquelle l'ucscop a contesté cette vente, et dans l'attente d'une décision de justice devenue définitive, la Société Sarcelles Investissement dispose seule de la qualité de propriétaire du réseau; de même, la Société Sarcelles Investissement est seule titulaire des droits et obligations qui découlent de sa qualité de propriétaire. Ainsi, par contrat privé de production, transport, et distribution d énergie calorifique conclu dans le respect de la loi n du 29 octobre 1974, la société Sarcelles Investissement confié l exploitation de ce réseau privé de chauffage urbain à la société Sarcelles Énergie. Une procédure étant actuellement en cours (à laquelle Sarcelles Energie n est pas partie), il ne nous appartient pas de porter une quelconque appréciation sur celle-ci, ou de se prononcer sur son bien-fondé. En revanche, nous pensons qu il entre pleinement dans la mission de Sarcelles Energie d informer ses abonnés que la conséquence juridique de ce qui précède est qu en l absence de jugement devenu définitif remettant en cause la propriété du réseau, tout refus délibéré de règlement des livraisons de chaleur effectuées par Sarcelles-Energie n a aucune chance de prospérer devant les juridictions compétentes, et ne peut qu exposer ses auteurs à des dommages intérêts, intérêts de retard, suspension des prestations et paiement des frais liés aux procédures engagées. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 3

5 Il apparaît donc clairement que cette option de contestation n est pas appropriée à la défense des intérêts des syndicats de copropriété raccordés au chauffage urbain, et surtout qu elle n est d aucune efficacité dans le processus de contestation judiciaire auquel elles ont choisi d adhérer et que nous respectons. Au contraire, Sarcelles-Energie souhaite souligner que la régularisation d une convention d abonnement, ou le simple règlement des prestations, n équivaut en aucun cas à une reconnaissance de propriété du réseau à Sarcelles Investissement et ne prive les syndicats de copropriétaires concernés d aucun droit de recours sur ce sujet. Nous invitons donc les syndicats de copropriétaires actuellement débiteurs à reconsidérer leur position quant au blocage du règlement de leur charges de chauffage et à s assurer auprès de leur gestionnaire de l étendue des mandats qu elles ont pu confier à des tiers pour les représenter dans cette contestation. Il ne parait pas inutile de rappeler ici que les conséquences financières de ces blocages seront, en définitive, supportées par les syndicats de copropriétaires débiteurs et par eux seuls. Ces différents aspects juridiques préliminairement exposés, il va de soi que la volonté de Sarcelles-Energie n est pas d imposer mais de convaincre. C est en ce sens que nous avons souhaité engager un dialogue avec l UCSCOP. B. d un point de vue plus général : Au-delà de la stricte approche juridique, les contestations de propriété soulevées par l UCSCOP ne doivent pas, sur le fond, occulter la réalité de la situation du chauffage urbain du Grand Ensemble de Sarcelles, qui sont autant de conditions de départ dans lesquelles s inscrit la mission de Sarcelles- Energie. A ce titre, plusieurs éléments fondamentaux méritent d être rappelés : 1. La reprise du chauffage urbain s est effectuée avec en toile de fond la nécessité urgente et absolue de mettre en conformité les installations de production de chaleur avant l hiver Cette mise aux normes correspond à une obligation légale, sanctionnable en cas de nonrespect dans un délai fixé par la fermeture pure et simple de la chaufferie (suppression de l autorisation d exploiter). Sans l engagement pris par Sarcelles-Energie de réaliser l ensemble de ces travaux impératifs dans les délais prescrits (délais extrêmement réduits compte tenu des délais d instruction administratifs des dossiers), on peut légitimement se poser les questions suivantes : quelle serait à ce jour la situation des abonnés en termes de garantie de pérennité de leur mode de chauffage? Qui, selon l UCSCOP, aurait été légitime à décider de l avenir des installations? Suivant quel titre juridique? Selon quelle(s) procédure(s)? Qui devrait en supporter la charge financière et selon quelles modalités? 2. Parallèlement, l état général des installations commandait sans attendre la mise en œuvre d un important programme de travaux en vue de remettre à niveau et moderniser les différents éléments de l installation. Il n est pas concevable que cette installation, qui dessert un ensemble immobilier parmi les plus denses de France, reste encore durablement confrontée à des difficultés permanentes de disponibilité de son service de chaleur. Les habitants raccordés au réseau ont droit a un service de chauffage efficace, moderne, et sûr. C est pourquoi, dès avant la réalisation de la nouvelle chaufferie projetée pour 2008, Sarcelles-Energie a déjà procédé dans l urgence pendant l hiver à l installation d une chaudière de secours. C est pourquoi cette première chaudière sera doublée dès la fin de l été 2007 par une 2ème chaudière de secours afin d assurer convenablement la production de chaleur cet hiver. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 4

6 C est pourquoi nous réalisons dès cet été et sans attendre d importants travaux de confortation du réseau de distribution, de rénovation des sous-stations primaires d échange, et de modernisation des postes de livraisons des abonnés qui nous ont accordé leur confiance. Les investissements nécessaires à la pérennité du réseau urbain à Sarcelles s établiront ainsi, à la mise en service de la future chaufferie, à 24 millions d euros dans les projections actualisées les plus récentes. Ici encore, sans préjuger de la validité juridique de la contestation de l UCSCOP concernant la propriété de l installation, il y a lieu de s interroger sur le souhait réél des copropriétés d avoir à supporter eux-mêmes le financement de ces travaux au regard des coûts exposés, et dont personne ne conteste la nécessité. 3. Enfin, l objectif que s est fixé Sarcelles-Energie est d offrir aux abonnés du réseau une solution de chauffage qui soit à la fois : Economique : nous proposons, malgré l importance des investissements engagés, un tarif inférieur à celui précédemment pratiqué (3% en phase 1, 8% en phase 2) ; Durable : Sarcelles-Energie s engage à travers un tarif dont les termes ne sont soumis qu à une révision indiciaire transparente, avec un prix garanti dans la durée ; Sécurisante : notre engagement de fourniture est garanti au minimum pour les 30 prochaines années ; Environnementale : Les travaux engagés réduiront fortement les émissions polluantes et permettront à terme que 2 MWh sur 3 fournis par le réseau proviennent d énergies fatales ou renouvelables. Au delà de l aspect citoyen, cela a un impact financier réél sur la facture future de l abonné en terme d application de la TVA réduite et de parafiscalité applicable aux quotas de gaz à effet de serre. Choisie : il n existe aucune obligation pour les abonnés de demeurer raccordés au réseau. Leur abonnement résulte d un choix. Participative : nous souhaitons instaurer une Commission Consultative de la Clientèle susceptible d intervenir sur certains sujets intéressant la gestion du service. Dans ces conditions, nous pensons que la contestation sur la propriété des installations (sur laquelle, encore une fois, nous n avons pas à nous prononcer), ne doit pas avoir pour conséquence les situations de blocage actuellement rencontrées et dont les copropriétés qui y participent seront les premières à faire les frais. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 5

7 2 - REMARQUE UCSCOP «Le Distributeur: Le propriétaire ci-dessus désigné a confié l exploitation du chauffage du G.E à la société filiale de «DALKIA» Nous constatons que la loi S.R.U n'a pas été respectée : Aucun appel d'offre pour le contrat d exploitation, aucune mise en concurrence. Le contrat proposé par cette société aux abonnés a été négocié entre le distributeur et la Mairie et les bailleurs. Nous vous rappelons que Monsieur le Maire ne détenait aucun mandat de représentativité des abonnés. Par contre les négociateurs ont refusé de faire participer à l'élaboration des contrats les syndicats de copropriété qui avaient donné mandat à l' «Union des Conseils Syndicaux» (U.C.S) pour les représenter.» Cette remarque n a pas de fondement juridique et procède d une confusion entre plusieurs sujets distincts : 1. Les dispositions de la loi Solidarité et Renouvellement Urbain du 13 décembre 2000 dite loi SRU intéressant le droit de la copropriété ne trouvent pas à s appliquer aux contrats intervenus entre ICADE, Sarcelles Investissement et Sarcelles Energie : le contrat de vente passé entre ICADE (vendeur) et Sarcelles Investissement (acquéreur) concernait uniquement la cession d un actif immobilier entre deux sociétés commerciales de droit privé, ne relevant à aucun titre de la loi SRU ; Le contrat d exploitation passé entre Sarcelles Investissement (propriétaire) et Sarcelles Energie (gestionnaire du réseau), est également un contrat d exploitation de droit privé conclu entre deux sociétés commerciales privées, lequel n entre pas dans le champ d application de la loi SRU. 2. En revanche : Les contrats d abonnement conclus entre Sarcelles Energie et les différentes copropriétés desservies par le réseau sont, pour leur part, susceptible d entrer dans le champ d application de la loi SRU et doivent à ce titre être soumis à l assemblée générale de chaque copropriété, qui statue en toute indépendance sur : le maintien de son alimentation au chauffage urbain aux conditions proposées par le Distributeur (contrat d abonnement longue durée, ou fourniture sans engagement de durée, suivant les 2 options tarifaires proposées) ; ou le choix d une solution de chauffage alternative, le raccordement au réseau de Sarcelles Energie n ayant aucun caractère obligatoire. Il convient de rappeler à ce titre que les propositions d abonnement soumises aux gestionnaires de copropriété prévoyaient un délai d option de 12 mois jusqu au 30 juin 2007, en vue de laisser aux copropriétés concernées le temps nécessaire et suffisant à leur prise de décision, ainsi que la possibilité de souscrire un tarif «sans engagement de durée» pour le temps nécessaire à la mise en place d un mode de chauffage alternatif, si telle était la décision de leur Assemblée Générale. A ce jour, Sarcelles Energie n a été saisie d aucune demande de déraccordement ; 85% des abonnés ont renouvelé ou sont en cours de signature de leur contrat d abonnement ; Plus de 50% des copropriétés ont régulièrement renouvelé leur abonnement; Pour les copropriétés n ayant matériellement pu tenir leur Assemblée, un délai complémentaire a été consenti à chaque demande motivée. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 6

8 3. Nous profitons de cette réponse pour préciser que les termes du contrat de cession n ont pas été négociés avec la société ICADE prise en sa qualité de bailleur, mais en sa seule qualité de propriétaire d un actif immobilier. En conséquence, aucun abonné du réseau n a, à notre connaissance, été directement partie à cette négociation, ou n a donné mandat à quelque personne que ce soit pour le représenter. Chacun comprendra qu il n appartenait évidemment pas à Sarcelles Energie de désigner ou agréer ses interlocuteurs pour cette vente. Monsieur le Maire de Sarcelles est intervenu, à sa demande, auprès d ICADE, pour s assurer que les dispositions urgentes à prendre pour pérenniser l installation seraient régulièrement mises en œuvre (conformités notamment, voir point 1.B.) et que le coût résultant du chauffage resterait compatible, malgré l importance des investissements à engager, avec le coût antérieurement pratiqué.(ce qui est le cas, voir document de présentation Sarcelles Energie diffusé fin 2006). Enfin, et contrairement à ce qui a pu être écrit ou suggéré plus récemment par l UCSCOP, il n existe à ce jour et depuis l origine de nos fournitures, aucune différence tarifaire entre les abonnés privés, public, ou para-publics desservis par notre réseau. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 7

9 3 - REMARQUE UCSCOP Les Installations Primaires : Vous énumérez les installations qui appartiendraient, selon les dires du distribu1eur, au réseau primaire, - Les ouvrages de production d énergie calorifique.«chaufferie» - Les ouvrages de transport et de distribution comportant : a) Le réseau de distribution, (y compris génie civil et sous-stations primaires) Cela concerne le réseau haute et basse pression b) Les postes relais, c) Le branchement du réseau de distribution au poste d'échange ou de mélange dans les sous-stations d) Le poste d échange ou de mélange (Sous-station) Mentionné dans c) - si par contre il s'agit non pas de la sous-station mais du poste de livraison (Poste de recyclage), l'échangeur pour sa partie primaire sera entretenu par le distributeur. Pour ce qui concerne la partie secondaire elle sera de la responsabilité de la société qui aura été choisie pa l'abonné pour entretenir son installation secondaire. e) Le dispositif de production el de stockage de J'eau chaude sanitaire. Le dispositif de production et de stockage de E.C.S n'appartient pas au réseau primaire mais au réseau secondaire déjà compris dans les contrats secondaires. A SUPPRIMER f) Le dispositif de comptage de l'énergie calorifique livrée Ce dispositif n'appartenait pas à ICADE mais à la S.E.M Sarcelles Chaleurs qui la fait payer aux abonnées. VOUS DEVEZ DONC NOUS LE RACHETER a) s agissant du dispositif de production et de stockage d eau chaude sanitaire : Votre remarque est exacte, il s agit d une erreur de rédaction : les dispositifs de production et de stockage d eau chaude sanitaire en pied d immeuble et leurs périphériques appartiennent bien à l Abonné et relèvent de sa responsabilité. Ce point vous a déjà été confirmé par courrier. A noter que cette erreur se retrouve en différents points du contrat d abonnement et fait l objet de plusieurs des remarques de l UCSCOP figurant pages suivantes. b) s agissant du dispositif de comptage de l énergie calorifique livrée : Les compteurs sont toujours, par nature, propriété du distributeur dans la mesure où ils servent à la facturation. Nous n avons pas d éléments permettant d apprécier leur régime de propriété antérieur. Mais en pratique, la question de leur propriété se trouve réglée d elle même dans la mesure où nous procédons actuellement à une campagne de remplacement systématique des anciens compteurs mécaniques par des compteurs neufs plus fiables. Les compteurs remplacés seront régulièrement étalonnés et vérifiés par des organismes spécialisés. Leur entretien et leur remplacement est à la charge de Sarcelles Energie. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 8

10 4 - REMARQUE UCSCOP Les Installations secondaires : désignent les installations d'utilisation ou de répartition de l'énergie calorifique ne faisant pas partie des ouvrages de chauffage urbain. Nous supposons que vous entendez par la «Toute installation se situant à l'intérieur du poste de livraison (local de recyclage). Sauf, une fois racheté~ le compteur de calorie et une fois installé par vos soins l'échangeur - pour sa partie primaire, VOTRE FORMULATION N'EST PAS CLAIRE. On peut apporter les précisions suivantes : En l état (avant rénovation) : les installations en charge de Sarcelles Energie dans le local de livraison sont le compteur d énergie et la bouteille d équilibre, quand elle existe. Dans le futur (après rénovation) : les installations en charge de Sarcelles Energie seront le compteur d énergie et la partie primaire de l échangeur. L échangeur sera propriété de Sarcelles Energie qui en a la responsabilité jusqu à la bride aval de l échangeur côté abonné. En revanche, le fluide secondaire circulant à l intérieur de l échangeur est de la responsabilité de l Abonné. 5 - REMARQUE UCSCOP Le Poste de Livraison : ( ex Poste de recyclage) appartient au réseau secondaire, et appartient à l'abonné. Il est entretenu par la société chargée de l'entretien du dît réseau. Dans le poste de livraison les installations de production et de stockage de. l'e.c.s n'appartiennent pas au réseau primaire mais au réseau secondaire Le Branchement : est l ouvrage par lequel les installations d'un abonné sont raccordées à une installation de canalisation de distribution Font partie du branchement le tuyau d'arrivée de la chaleur jusqu à l échangeur en passant par le compteur. Le reste fait partie du secondaire. Sur le poste de livraison : Le local abritant le poste de livraison (ou ex poste de recyclage dans votre formulation) est propriété de l Abonné. La propriété et la responsabilité des installations situées à l intérieur de ce local sont réparties comme il est dit au point précédent. Sur le branchement : Pas de remarque : c est bien cela. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 9

11 CHAPITRE 1 - DISPOSITIONS GENERALES 6 - REMARQUE UCSCOP Article 1: Principe généraux du service «Le Distributeur peut contrôler sur plan et sur place, la réalisation de toutes les installations secondaires en contact avec le fluide délivré par les installations primaires». Nous supposons que cela concerne la partie branchement à savoir, le compteur et l'échangeur et non pas la totalité du poste de livraison. D'autre part le distributeur ne pourra pénétrer dans le poste de livraison qu en présence de l'exploitant du réseau secondaire. Il s agit là de conditions générales d exécution du service, dont la pratique est classique sur tous les réseaux urbains. Ces dispositions sont dictées par des impératifs de conformité et de sécurité des installations, comme le mentionne d ailleurs la deuxième partie du même alinéa, non reprise dans votre remarque. A noter que cette disposition est exigée par tous les opérateurs de réseau : il est impossible notamment de se raccorder au réseau électrique ou gazier sans un certificat de conformité. S agissant de la dernière remarque, chaque abonné dispose évidemment de la faculté de se faire représenter lors de ces visites par la personne de son choix. CHAPITRE Il - CONDITIONS DE LIVRAISON DE L'ENERGIE CALORIFIQUE Article 2 - Conditions Techniques de Livraison de l'energie Calorifique 2.1 Installations primaires 7 - REMARQUE UCSCOP 3emc alinéas : les installations de production, d eau chaude sanitaire définies cela est faux les installations de production d'e.c.s appartiennent au réseau secondaire et ne sont donc pas du ressort du «Distributeur» Cette remarque est fondée. Il s agit de la même erreur de rédaction que celle relevée dans la remarque n 3. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 10

12 2.2 Installations Secondaires 8 - REMARQUE UCSCOP 3eme Alinéas : En cas danger, le DISTRIBUTEUR peut intervenir De quel danger s'agit il? La seule raison pour laquelle le distributeur pourrait intervenir d'urgence serait dans le cas ou le réseau secondaire viendrait à perturber le réseau primaire. Or compte tenu de l'installation d'un échangeur pour séparer les 2 réseaux, il n'y a plus de raison d avoir un danger de ce genre Avant réalisation du programme de rénovation des postes de livraison, il n existe pas d échangeurs placés en sous-station. Ces derniers seront mis en place progressivement pour tous les clients signataires de leur contrat d abonnement. La mise en place de ces échangeurs réduira effectivement le risque de perturbation du réseau primaire (coté Sarcelles Energie) par le réseau secondaire (côté abonné), puisque ces échangeurs thermiques ont précisément pour objet de créer une séparation physique entre les fluides caloporteurs primaires et secondaire. Ceci étant, s agissant globalement d installation sous pression, le premier impératif que se fixe le Distributeur est d assurer la sécurité des personnes et des installations. C est pourquoi nos opérateurs doivent être habilités à prendre des mesures d urgence si les circonstances l exigent. Ici encore, cette clause est extrêmement classique et s applique sur la totalité des réseaux urbains. 9 - REMARQUE UCSCOP 4eme Alinéas: L'ABONNE déclare avoir souscrit une police d'assurance Ceci n'a pas lieu d'être car il appartient à l'entreprise qui a en charges l'entretien et la garantie totale du réseau secondaire. Attention : Il s agit ici de la police d assurance générale de l immeuble. Cette police recense normalement dans ses conditions particulières les installations de l immeuble, et doit nécessairement couvrir les utilités de distribution de chaleur et d eau chaude sanitaire. Légalement, la souscription d un contrat d assurance couvrant la copropriété n est pas obligatoire. Elle est cependant indispensable. La plupart des règlements de copropriété imposent d ailleurs au syndicat des copropriétaires de souscrire une telle assurance. A défaut, en cas de sinistre endommageant ou détruisant l immeuble, ou en cas d accident imputable à celui-ci et engageant de ce fait la responsabilité du syndicat des copropriétaires, ces derniers devraient en supporter la charge financière. Les sommes à débourser pouvant être considérables, il est de leur intérêt bien compris de veiller à ce que la copropriété soit assurée. Il est exact que l exploitant des installations secondaires dispose également d une assurance responsabilité civile, contre laquelle l assurance de la copropriété pourra, le cas échéant, se retourner en cas de sinistre imputable à l exploitant. Il arrive néanmoins que certains abonnés n aient pas souscrit de contrat d exploitation couvrant leurs installations secondaires. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 11

13 10 - REMARQUE UCSCOP 6eme Alinéas: Indépendamment des stipulations ci-dessus «Si le nettoyage ou le remplacement des faisceaux d'échange. Non DALKIA ne peut intervenir, texte à supprimer, l'intervention dépend du réseau secondaire. «Si les installations secondaires d'eau chaude Entièrement d'accord cela dépend du secondaire - Texte à supprimer Nous sommes d accord : cette remarque est encore dans la continuité de la remarque n 3, que nous partageons. Sarcelles Energie n a pas à intervenir sur le nettoyage ou le remplacement des faisceaux d échange des installations de production d eau chaude sanitaire. En revanche cette remarque est générale et vise également les échangeurs de chaleur primaire/secondaire. L article n est donc pas à supprimer mais à amender en supprimant les mots «lorsqu il y a fourniture d eau chaude sanitaire» Limites de Fournitures 11 - REMARQUE UCSCOP «Electricité: Les travaux de raccordements électriques des installations Pas d'accord pour que l'abonné paye les besoins électriques pour le réseau primaire» Il ne s agit pas des besoins électriques du réseau primaire, mais bien des besoins concernant la sousstation de chaque abonné. La formulation est claire : s il s agit d installations spécifiques à l abonné, ce dernier en a la charge financière. Si l électricité n est pas dédiée aux besoins de l abonné, elle est à la charge financière du distributeur REMARQUE UCSCOP Production d'eau Chaude : Les équipements y compris jusqu'au brides. Faux le réseau d'eau chaude sanitaire appartient intégralement au réseau secondaire C est exact et il s agit encore de la remarque visée au point 3 : le paragraphe «production d eau chaude» est à supprimer. Nous circulariserons un avenant sur ce point courant septembre. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 12

14 Article 3- CONDITIONS GENERALES OU SERVICE Travaux d'entretien courant, de gros entretien, de renouvellement et d'extension 13 - REMARQUE UCSCOP Le DISTRIBUTEUR veille à ce que ces travaux... Qu'entend le Distributeur par perturbations mineures? Pourquoi ne pas comme dans le paragraphe 3.3 ne pas fixé la durée de la gène qui pourrait en résulter? Quel moyens avons nous pour prouver la gène subit? Par perturbation mineure, il faut, pour une lecture homogène du document, comprendre celles dont le résultat en termes de gêne pour le service se situe en deçà de l insuffisance ou de l interruption de fourniture (ex : une coupure d une heure n a pas d impact en pratique sur la température intérieure d un logement, compte tenu notamment de l inertie des bâtiments). A notre sens, il convient plutôt de s attacher au sens général de cet article, dont l objet est de dire que le Distributeur doit faire en sorte d organiser sa maintenance avec l objectif de gêner le moins possible la continuité du service Insuffisance de Fourniture 14 - REMARQUE UCSCOP Le Distributeur n'indique pas quels sont les moyens que les Abonnés ont pour apporter la preuve de ces insuffisance. L abonné peut, s il le souhaite et notamment en cas de litige, utiliser la procédure prévue à l article 9 (essais contradictoires). De son côté, le distributeur disposera à terme côté production (après les travaux de rénovation), d un enregistrement en continu des puissances délivrées. A noter enfin que Dalkia étudie actuellement la possibilité d organiser pour l abonné la consultation en temps réél par internet de ses paramètres de fournitures. Ce développement devrait être disponible sur nos réseaux d ici 24 mois. Ces données pourront faire l objet d un archivage Interruption de fourniture 15 - REMARQUE UCSCOP Idem 3-3 Même réponse que pour la remarque précédente. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 13

15 3.5 - Calcul des pénalités 16 - REMARQUE UCSCOP Pénalités pendant la période de chauffage 1er et 2eme Alinéas : «Sauf cas de force majeure ou fait du tiers dûment identifié.. Qu'appelez vous un cas de force majeure? «Fait du tiers dûment identifié et dont la responsabilité est établie» Dans ce cas la nous ne bénéficions pas d'une pénalité, Pourquoi ne pas faire payer le responsable? Vous basez les pénalités sur le montant du R2, et qu'en est il pour le RI chauffage ou eau chaude sanitaire? a. Sur la force majeure : La force majeure est une notion issue du code civil que l on retrouve notamment à l article 1148 «Il n y a lieu à aucuns dommages et intérêts lorsque, par suite d une force majeure ou d un cas fortuit, le débiteur a été empêché de donner ou de faire ce à quoi il était obligé ou a fait ce qui lui était interdit». La définition de la force majeure a fait l objet d une délimitation par la jurisprudence, reconnaissant le caractère de force majeure aux événements imprévisibles, irrésistibles et extérieurs. Le principe est donc que l évènement doit être une circonstance exceptionnelle étrangère au Distributeur et qui a pour résultat de l empêcher d'exécuter ses prestations. b. sur le fait d un tiers dûment identifié dont le responsabilité est établie : nous vous rejoignons sur le principe ; l abonné se joint dans ce cas à la réclamation du Distributeur auprès du tiers incriminé. Mais il est à noter toutefois que la responsabilité de certains tiers se trouve limitée par leurs propres conditions contractuelles. C est le cas notamment des fournisseurs d énergie primaire comme EDF ou GDF, pour lesquels le principe est que l abonné ne peut avoir envers le Distributeur plus de droits que celui-ci n en a vis-à-vis de ses propres fournisseurs. c. Sur les pénalités R1 : Par définition, en cas d insuffisance ou d interruption de fourniture, le «produit» R1-consommation, facturé au compteur, n est pas délivré ou n est délivré qu à hauteur des fournitures réellement enregistrées. Il n est donc pas vendu et Sarcelles Energie est pénalisée de facto par l absence de recette d énergie. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 14

16 Article 4 - CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE Autres cas d'interruption de fourniture 17 - REMARQUE UCSCOP 3eme Alinéas: En cas de danger, le DISTRIBUTEUR intervient.. Dans le cas d'un danger situé sur la partie primaire du réseau et non sur la partie secondaire. Il s agit ici d une disposition intéressant la sécurité des personnes et des biens. Dans ce contexte, la distinction entre installation primaire ou secondaire est secondaire : en cas de constatation d un danger imminent dans un local mixte primaire/secondaire, l opérateur du Distributeur est autorisé à prendre toute mesure de sauvegarde appropriée, notamment pour assurer sa propre sécurité ou celle des installations. Article 6 - MESURES ET CONTROLES 18 - REMARQUE UCSCOP l er Alinéas: Les compteurs de facturation et appareils de mesure.. Les compteurs installés actuellement dans les postes de livraison ont été payés par les abonnés à la S.E.M Sarcelles Chaleur. DALKIA ne les a pas rachetés et donc ne peut s'en déclarer propriétaire. Même réponse que pour la remarque n 3 point b : Sarcelles Energie est en cours de remplacement de l intégralité des compteurs dans les postes de livraison. Ces nouveaux compteurs sont la propriété de Sarcelles Energie qui assurera la charge de leur étalonnage, de leur entretien, et de leur remplacement dans le futur, sans frais supplémentaires pour l abonné. CHAPITRE III - ABONNEMENTS ET RACCORDEMENTS Article 13 - TARIFICATION 19 - REMARQUE UCSCOP B. Une part fixe: La redevance R2 représente les charges fixes liées à l'exploitation du réseau de chaleur Faux le R2 est composé de R2 - Petit entretien (chaufferie et réseau primaire) R'1 - Energie nécessaire au fonctionnement du réseau primaire (E.D.F) R3 - Garantie totale - Gros entretien (Renouvellement du matériel Primaire) Le poste R2 intègre l ensemble des coûts fixes liés à l exploitation et à la mise à disposition de la chaleur. A ce titre, il comprend notamment tous les coûts d entretien, de maintenance, de renouvellement, de gestion courante des équipements dont le distributeur a la charge, exprimé sous la forme d un forfait unitaire R2. Les termes R2,R 1 et R3 auxquels l UCSCOP fait référence n apparaissent nulle part dans le contrat et résultent peut-être de contrats antérieurs. Dans le cadre du contrat Sarcelles-Energie, l ensemble des coûts fixes est regroupé dans un forfait unique. En pratique, cette formulation tarifaire présente plusieurs avantages : Caractère forfaitaire des prix : le forfait «partie fixe» est garanti et n évolue qu en fonction de la révision indiciaire prévue au contrat d abonnement. C est l intégralité des coûts rassemblés dans le poste R2 «unique» qui se trouve éligible à la TVA réduite au taux de 5,5% ; Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 15

17 20 - REMARQUE UCSCOP 2eme Alinéas : L'unité de facturation de la part fixe est le mètre carré chauffé. Faux : ceux sont les mètres carrés chauffables qui doivent être retenus. Il faut entendre par chauffable tous les locaux desservis par l'installation (CA de Paris du ) cela pourrait concerner, entre autre, les commerces et les bureaux. La position de Sarcelles Energie sur ce point, qui semble être central pour L UCSCOP, n est pas un sujet de désaccord. Nous réitérons donc cette position qui n a pas varié depuis l origine : a. la partie fixe («abonnement») de la tarification de chaleur nécessite une unité de facturation commune à tous les abonnés ; b. Cette unité de facturation, variable selon les réseaux, peut être une unité surfacique, volumique, ou encore liée à un facteur de puissance les systèmes sont nombreux ; c. En tout état de cause, cette unité sert à répartir entre les abonnés une masse globale de charges fixes qui est déterminée à l origine du contrat ; d. Sarcelles Energie est ouvert à mettre en œuvre dans la tarification toute nouvelle unité de facturation du R2, sous les 3 réserves suivantes : 1. que l unité retenue soit en rapport direct avec l objet de la facturation ; 2. que cette unité soit agréée par tous, ce qui suppose une unanimité des abonnés sur le sujet ; 3. que le total des nouvelles unités de répartition multiplié par leur prix unitaire aboutisse au même total de recettes R2 que dans la facturation actuelle, et permette donc de couvrir les charges fixes de la même façon. e. Sarcelles Energie a reconduit le système de facturation pratiqué par l ancien distributeur en totale ignorance d une contestation antérieure pouvant exister sur ce système. C est pourquoi, compte tenu de ce qui précède, nous avons proposé que ce sujet soit l un des premiers sujets porté aux débats de la Commission Consultative Clientèle que nous souhaitons créer, afin de rechercher un consensus parmi tous les abonnés, étant entendu que : - Sarcelles Energie peut fournir le cadre de ce débat mais il ne lui appartient pas d y prendre parti en faveur de telle ou telle solution; - Cette question, qui intéresse l ensemble des abonnés, doit convier le plus grand nombre d entre eux et non se restreindre à un nombre limité d acteurs, comme il a été suggéré par l UCSCOP ; - Il apparaît que l ancien distributeur avait pris en charge, en son temps, une mission auprès d un géomètre expert pour effectuer un relevé actualisé des surfaces. Si des compléments d étude sont nécessaires, Sarcelles Energie examinera favorablement leur prise en charge. En résumé, nous pouvons proposer, comme cela a déjà été suggéré : - d inscrire ce sujet en priorité dans les travaux de la future Commission Consultative Clientèle, avec un objectif de traitement d ici fin En cas d accord unanime des abonnés sur l évolution du mode de facturation, et sous les conditions énoncées ci-dessus, nous appliquerions la base de facturation retenue avec effet rétroactif à la date de prise en réseau par Sarcelles Energie, soit le 1 er juillet Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 16

18 21 - REMARQUE UCSCOP 7eme Alinéas: Les tarifs de vente sont mentionnés dans le tableau ci-dessous.. Nous ne sommes pas d'accord sur les prix que nous impose le Distributeur. Ces prix ont été négocié entre lui même et la Maire de Sarcelles qui n'avait reçu aucun mandat des syndicats de copropriété. Nous avons demandé une renégociation entre le Distributeur et les syndicats concernant les prix compte tenu des faits suivants: Désaccord sur les superficies cotre et m2 et non m2 Le Distributeur inclus dans ses prix la facturation des travaux qu'il souhaite entreprendre sans que nous puissions avoir un droit de contrôle et alors qu'il nous facture dans le R2 la garantie totale R3. Désaccord sur les formule de révision du R1 Vapeur Renégociation auprès de DALKIA, demeurée à ce jour sans effet. Cette remarque appelle plusieurs observations : 1. D une manière générale, le tarif de chaleur proposé par Sarcelles Energie est inférieur au tarif pratiqué par l ancien distributeur : légèrement inférieur dans la première phase (avant travaux), plus largement inférieur après mise en service des futures installations. Ceci est un fait qui n est contesté par personne, et qui du reste n est pas remis en cause dans le rapport de l UCSCOP. Les éléments concernant les comparatifs de prix entre ancien et nouveau distributeur ont été envoyés à l ensemble des gestionnaires d immeuble et présentés lors de 3 réunions auxquelles l UCSCOP a participé. (nota : ces éléments sont disponibles dans le support de présentation Sarcelles Energie téléchargeable sur le site sarcelles-énergie.fr, avec comparatif de facturation à l appui). 2. Au-delà du caractère plus compétitif du nouveau tarif par rapport à l ancien, il est surtout important de noter que le tarif de Sarcelles Energie inclut la rénovation complète des installations de production de chaleur, des sous-stations primaires du réseau et la création de sous-station d échanges ; Ce point est absolument fondamental pour la bonne appréciation du tarif : d un côté, la facturation antérieure ne correspondait qu à la gestion courante de l installation; de l autre, le tarif de Sarcelles-energie intègre un investissement «fatal» de 24 millions d euros pour la mise en conformité et la modernisation des installations, avec garantie de prix sur la durée. Sur les superficies : voir notre réponse à la remarque précédente. A noter toutefois que cette question impacte la répartition des coûts fixes, et non le prix proprement dit REMARQUE UCSCOP 11eme Alinéas :Le non respect de celle obligation par le Distributeur Ce qui signifie que dans le cas ou l'u.i.o.m ne nous fournirait pas de vapeur elle ne subirait aucune pénalité et nous paieront le R1 au prix fort. Nous ne pouvons accepter une telle clause - nous demandons que cette partie soit revue Nous vous rejoignons sur ce principe : nous nous efforçons de négocier avec le fournisseur de la vapeur issue de l usine d incinération des pénalités incitatives en cas de non respect de ses engagements de fourniture. Voir sur ce point notre réponse à la remarque n 16. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 17

19 23 - REMARQUE UCSCOP «13eme Alinéas : A l'effet de contrôler la bonne exécution de cet engagement par le Distributeur» Le Distributeur dans le cadre des négociations, avec la Mairie de Sarcelles, sur l établissement du projet de contrat ont décidé de désigner comme censeur (contrôleur) le Maire de Sarcelles. Nous ne sommes pas d'accord ce contrôle ne peut être effectué que par des représentants désignés par les syndicats de copropriété et les organisme de défense des locataires. La fonction, (facultative mais acceptée par le distributeur) de censeur aux comptes faisait partie intégrante des conditions de cession arrêtées avec le Cédant. elle a pour objet qu un tiers s assure de ce que les dispositions du contrat, notamment celles ayant trait à la pérennité du réseau et à la tarification de la chaleur, sont bien mises en application, et ce pour l ensemble des abonnés du réseau. Cette fonction est exercée à titre gratuit ; compte tenu du nombre de foyers desservis par le réseau de Sarcelles, qu il s agisse du secteur locatif, très majoritaire, ou de copropriétés, et compte tenu également de l existence de nombreux bâtiments publics communaux parmi les abonnés, il n est pas aberrant que cette charge ait été confiée au premier magistrat de la Ville, son maire en exercice. Ceci étant, Sarcelles Energie est tout à fait favorable à ce que la conformité de la prestation délivrée au contrat d abonnement soit vérifiée. C est encore une fois dans cet esprit qu est proposé la création d un Commission Consultative de la Clientèle, dont nous souhaitons qu elle puisse rapidement désigner des représentants. Nous vous confirmons à ce sujet que cette Commission devra notamment pouvoir procéder périodiquement : - à la vérification des proportions de mixité des combustibles reprises dans nos facturations, - à la vérification des causes d interruption ou de diminution des fournitures d énergies issues de l usine d incinération, Sarcelles Energie mettant à sa disposition les moyens et données nécessaires à l exercice de ce contrôle. Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 18

20 Article 14 - REVISION DES TARIFS ET REDEVANCES Elément tarifaire proportionnel 24 - REMARQUE UCSCOP 2eme Alinéas: Toutefois, pendant la phase 2, si la quantité de chaleur Vous dites que si l'u.i.o.m venait à vous fournir plus de MWH/an, le prix unitaire du R1 serait calculé sur la base maximale de MWH. Autrement dit si demain l'usine d'incinération venait à vous fournir MWH. Vous nous facturerez la différence de MWH au prix du gaz et non de la vapeur - soit plus cher que vous ne l'aurez payé. Nous ne sommes pas d'accord. Cette lecture est inexacte pour deux raisons : D abord parce que la clause évoquée (article 14.1, 2eme alinéa) dit très exactement «si la quantité de chaleur en provenance de l Usine d Incinération (UIOM) est supérieure à MWh/an, le prix unitaire r1 est fixé de façon intangible à celui calculé sur la base de MWh». Cela signifie qu au-delà du e MWh issu de l UIOM, le prix de chaleur facturé à l abonné ne l est pas, cotrairement àce que vous suggérez, sur la base du prix du MWh gaz, mais du prix mixé UIOM/Gaz, c'est-à-dire un prix final constitué à 70% du prix UIOM et à 30% seulement du prix gaz. En d autres termes, vous êtes facturés sur la base de la meilleure mixité théorique entre UIOM et gaz. D autre part il convient d observer que cette clause n est que la contrepartie d équilibre d une clause figurant à l article 13 in fine, qui prévoit que «si l engagement d enlèvement auprès de l UIOM d une quantité de chaleur minimale de MWh par an n est pas respecté par le Distributeur (Sarcelles Energie), le prix unitaire r1 de la chaleur sera calculé sur la base d une quantité de chaleur en provenance de l UIOM de MWh». Donc, en résumé : - en dessous de MWh issus UIOM (hors cas du défaut de fourniture imputable à l usine, voir remarque 22), l abonné se voit appliqué la meilleure mixité théorique (le risque «prix» est donc pris en charge par Sarcelles-Energie); - au dessus de MWh, le prix de chaleur résultant est plafonné à la meilleure mixité théorique entre les deux énergies primaires du réseau (Sarcelles Energie est intéressée à favoriser la production issue de l usine d incinération). L ensemble a globalement un effet de compensation. Ou, pour reprendre votre formulation : - en dessous de MWh, vous payez l énergie moins cher que nous ne l avons payée (vous payez le prix applicable à MWh) - au dessus de MWh, vous payez effectivement un peu plus cher que nous ne l aurons payé, mais pas du tout dans les proportions que vous suggérez (puisque vous payez toujours le prix applicable à MWh). Réponse au rapport de l UCSCOP SARCELLES sur le contrat d abonnement au chauffage urbain juillet 2007 Page 19

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU SERVICE PUBLIC DE DISTRIBUTION DE L EAU POTABLE DE LILLE METROPOLE COMMUNAUTE URBAINE A ADAPTER POUR CHAQUE IMMEUBLE COLLECTIF D HABITATION

Plus en détail

CONVENTION DE FOURNITURE DE CHALEUR

CONVENTION DE FOURNITURE DE CHALEUR CONVENTION DE FOURNITURE DE CHALEUR Projet V2 du 25 septembre 2008 SOMMAIRE ARTICLE 1 - Objet ARTICLE 2 - Engagements de la Commune 2.1. Construction des installations 2.2. Fourniture de chaleur ARTICLE

Plus en détail

Charte des fournisseurs de gaz naturel

Charte des fournisseurs de gaz naturel Charte des fournisseurs de gaz naturel dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

Charte des fournisseurs d électricité

Charte des fournisseurs d électricité Charte des fournisseurs d électricité dans le cadre de leur relation avec une clientèle professionnelle Depuis le 1er juillet 2004, tous les clients professionnels peuvent choisir librement leur fournisseur

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013

Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 Direction Générale des Ressources / Direction des Achats et de la Commande Publique Question n 064 DACP REF : DACP2013013 Signataire : OL/ED Séance du Conseil Municipal du 21/02/2013 RAPPORTEUR : Jean

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS

CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS CONVENTION POUR L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU EN IMMEUBLE COLLECTIF OU DANS UN ENSEMBLE IMMOBILIER DE LOGEMENTS ENTRE Le Syndicat Intercommunal d Eau potable de l Ouest Toulousain,

Plus en détail

fiche descriptive de l offre tarif bleu de fourniture d électricité

fiche descriptive de l offre tarif bleu de fourniture d électricité fiche descriptive de l offre tarif bleu de fourniture d électricité Offre pour les clients particuliers Cette fiche, réalisée à la demande des associations de consommateurs, doit vous permettre de comparer

Plus en détail

Guide du consommateur d'électricité et de gaz naturel à l usage des clients professionnels

Guide du consommateur d'électricité et de gaz naturel à l usage des clients professionnels La Commission de régulation de l'énergie (CRE) est une autorité administrative indépendante qui concourt, au bénéfice des consommateurs finals, au bon fonctionnement des marchés de l électricité et du

Plus en détail

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

F - DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG 2007 GT1 Version V2 du 7 novemvre 2008 PROCEDURE CLIENT CONSOMMANT SANS FOURNISSEUR Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les principes retenus pour traiter la situation où le GRD constate qu

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE»

EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» EN SAVOIR PLUS SUR LA CAMPAGNE «GAZ MOINS CHER ENSEMBLE» Pourquoi l UFC-QUE CHOISIR lance de nouveau la campagne «Gaz moins cher ensemble»?... 2 En quoi la transmission à l ensemble des fournisseurs de

Plus en détail

fiche descriptive de l offre mon contrat électricité de fourniture d électricité.

fiche descriptive de l offre mon contrat électricité de fourniture d électricité. Offre pour les clients particuliers fiche descriptive de l offre mon contrat électricité de fourniture d électricité. Cette fiche, réalisée à la demande des associations de consommateurs, doit vous permettre

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante

Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante Mesure n 7 : rendre possible la diminution des loyers au profit des locataires si l information sur la surface louée est fausse ou manquante D étendre l obligation d information sur les surfaces louées

Plus en détail

CONVENTION. Ayant pour objet :

CONVENTION. Ayant pour objet : CADRE RESERVE A L UGAP Date d arrivée du document à l UGAP : N d inscription au répertoire des conventions : Code client UGAP : CONVENTION Ayant pour objet : la mise à disposition d un (de) marché(s) de

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES VILLE DU MANS ET LE MANS METROPOLE AVEC EXECUTION PAR LE COORDONNATEUR La Ville du Mans, représentée par Monsieur Patrick DELPECH, Adjoint au Maire en

Plus en détail

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s)

A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) Contrôles de comptes : les prestations proposées I. Analyse de comptes et de gestion A. Contrôle général d un (ou plusieurs) exercice(s) complet(s) a. Définition de la prestation Pour un exercice donné,

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente AccepTV 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente détaillent les droits et obligations de la société AccepTV et de son client (ci-après le «Client») dans le

Plus en détail

CGV du fournisseur POWEO gaz naturel. Identification de la clause Analyse des points d amélioration Proposition d évolution

CGV du fournisseur POWEO gaz naturel. Identification de la clause Analyse des points d amélioration Proposition d évolution CGV du fournisseur POWEO gaz naturel Conditions générales de fourniture de gaz naturel de POWEO pour les clients particuliers applicables à partir du 10 avril 2012. Les principales propositions que nous

Plus en détail

Offre valable au 1 er juillet 2012

Offre valable au 1 er juillet 2012 Fiche descriptive de l offre de fourniture de gaz naturel au tarif réglementé, pour les clients : - PARTICULIERS, desservis par le GRD «Gascogne Energies Services» (Communes d Aire sur l Adour et Barcelonne

Plus en détail

Procédure de préparation de la mise en service des raccordements groupés. Sommaire 1. PHASE 1 : SIGNATURE DE LA CONVENTION 3

Procédure de préparation de la mise en service des raccordements groupés. Sommaire 1. PHASE 1 : SIGNATURE DE LA CONVENTION 3 Direction Raccordements Procédure de préparation de la mise en service Identification : ERDF-PRO-RAC-02E Version : V.1.0 Nombre de pages : 10 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0

Plus en détail

- EXPOSE PREALABLE - Les parties se sont en conséquence rapprochées et, ont arrêté et convenu ce qui suit.

- EXPOSE PREALABLE - Les parties se sont en conséquence rapprochées et, ont arrêté et convenu ce qui suit. ENTRE LES SOUSSIGNES Raison sociale.. Dont le siège social est.... N SIRET : Représentée par... Agissant en qualité de... Tél :.Fax :... E-mail :.. Ci-après désignée «Le mandant» D UNE PART ET MÉDÈS INTERMÉDIAIRE

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 octobre 2012 N de pourvoi: 11-23521 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Blondel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement

Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Filets paragrêle usagés Conditions d enlèvement Préparation : filets roulés, sans mandrin Le CAT SUD - 68 cours Albert Thomas 69371 LYON CEDEX 08-04 72 68 93 80 1 Minimum de 2,5 tonnes Comment calculer

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Philippe de LADOUCETTE, président, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN, Yann PADOVA, Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 18 juin 2015 portant avis sur le projet d arrêté relatif aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel en distribution publique

Plus en détail

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux

Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux Changement de taux de TVA au 1 er janvier 2014 Répercussion sur les marchés de travaux L article 68 de la troisième loi de finances rectificative pour 2012 (n 2012-1510 du 29 décembre 2012, JO du 4 janvier

Plus en détail

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location.

Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Conditions générales de prestation de services, de vente et de location. Article 1. Généralité. 1.1. Sauf dérogation expresse écrite convenue entre parties, les relations entre la Sprl SON EXCENTRIQUE,

Plus en détail

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl

Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Conditions générales d achat du Groupe Carl Stahl 1 Généralités champ d application 1. Seules nos conditions générales d achat sont applicables ; nous ne reconnaissons pas de conditions du fournisseur

Plus en détail

1. OBJET ET DEFINITIONS

1. OBJET ET DEFINITIONS 1. OBJET ET DEFINITIONS : Les présentes régissent les droits et obligations des parties à tout contrat de sauvegarde externalisée entre la Société et le Client. Le terme "SOCIETE" désigne la Société SERIANS.

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011

COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 COMMUNE DE CHAMBORÊT COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 18 NOVEMBRE 2011 Objet : Demande de subvention Chaufferie bois Conseil Régional du Limousin FEDER DETR Le Maire expose au Conseil Municipal qu'il

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC)

CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) CAHIER DES CHARGES Le présent document vaut également Règlement de Consultation (RC) Objet de la Consultation : PROCÉDURE ADAPTÉE (art. 28 du Code des Marchés Publics) Fourniture de gaz naturel et services

Plus en détail

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger».

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger». GUIDE D APPLICATION DE L ACCORD DE BRANCHE DU 13 AVRIL 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD DE CLASSIFICATIONS DU 5 MAI 1992 ET A L ACCORD ARTT DU 14 DECEMBRE 2001 SUR : - SALAIRES, - TEMPS DE TRAVAIL, DANS

Plus en détail

Contrat de Mandat ELECTRICITE Eclairage public Obtenez gratuitement un prix plafond du kwh et fixe de l abonnement pour trois à dix ans.

Contrat de Mandat ELECTRICITE Eclairage public Obtenez gratuitement un prix plafond du kwh et fixe de l abonnement pour trois à dix ans. ENTRE LES SOUSSIGNES L organisme/la collectivité. Dont l adresse est.... N SIRET : Représentée par... Agissant en qualité de... Tél :.Fax :... E-mail :.. Ci-après désignée «Le mandant» D UNE PART ET MÉDÈS

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES

DOCUMENTS DE REFERENCE ET DOCUMENTS ASSOCIES GTG 2007 GT1 Version n 0.8 du 10 février 2009 PROCEDURE DEFAILLANCE D UN FOURNISSEUR Page : 1/5 A - OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes qui suivent la déclaration par le ministre chargé

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 25 avril 2013 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire de GrDF au 1 er juillet 2013 Participaient à la

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE

CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE CONDITIONS PARTICULIERES DE VENTE Office de Tourisme de Bayonne Place des basques BP 819 64108 Bayonne Cedex Tél. 0820 42 64 64 / Fax 33 (0) 5 59 59 37 55 resa@bayonne tourisme.com www.bayonne tourisme.com

Plus en détail

Guide pour les consommateurs d électricité bénéficiant d une puissance souscrite supérieure à 36 kva

Guide pour les consommateurs d électricité bénéficiant d une puissance souscrite supérieure à 36 kva Fin des tarifs réglementés de vente : consommateurs, anticipez! Guide pour les consommateurs d électricité bénéficiant d une puissance souscrite supérieure à 36 kva L'ouverture à la concurrence des marchés

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

Groupement de Commandes ELECTRICITE. Présentation du Marché

Groupement de Commandes ELECTRICITE. Présentation du Marché Groupement de Commandes ELECTRICITE Présentation du Marché Contexte du Groupement de commandes ÉLECTRICITÉ Depuis le 1 er juillet 2007, le marché de l électricité est ouvert à la concurrence. L ensemble

Plus en détail

VILLE DE DANNEMARIE. Département du Haut-Rhin MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FOURNITURE ET ACHEMINEMENT D ELECTRICITE

VILLE DE DANNEMARIE. Département du Haut-Rhin MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FOURNITURE ET ACHEMINEMENT D ELECTRICITE VILLE DE DANNEMARIE Département du Haut-Rhin MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES FOURNITURE ET ACHEMINEMENT D ELECTRICITE CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES (C.C.A.P.) Personne

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) RENOVATION PLOMBERIE/SANITAIRE/CHAUFFAGE DES BATIMENTS COUR VAUTHIER.

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) RENOVATION PLOMBERIE/SANITAIRE/CHAUFFAGE DES BATIMENTS COUR VAUTHIER. CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P.) RENOVATION PLOMBERIE/SANITAIRE/CHAUFFAGE DES BATIMENTS COUR VAUTHIER. PERSONNE PUBLIQUE : MAIRIE D HAILLICOURT OBJET DU MARCHE : Rénovation Plomberie/Sanitaire/Chauffage

Plus en détail

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers

Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers S U I V I D E X P L O I T A T I O N Le réseau de chaleur Bellevue SAISON 2011 (du 01/01/2011 au 31/12/2011) Commission des usagers Nantes-métropole Gestion Equipements/ exercice 2011 1 SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT

COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT COMPRENDRE LE COMMERCE DU GAZ NATUREL & L INTERET D UN GROUPEMENT D ACHAT DOCUMENT 1/3 Ce document a pour but d expliquer le fonctionnement du marché du gaz. Il s agit d une introduction permettant de

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT D'ÉLECTRICITÉ Approuvée le Par délibération du... en date du : Préambule : Depuis le 1er juillet 2004, le marché de l énergie est ouvert à la concurrence. Cette

Plus en détail

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC

La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies. Mardi 23 septembre 2014 ARC La fin des tarifs réglementés du gaz et de l électricité : comment faire des économies Mardi 23 septembre 2014 ARC 1 Ville de Saint-Mandé: les actions en direction des copropriétés Constat : 80% du parc

Plus en détail

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015

Rénovation en copropriété. Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Rénovation en copropriété Le contrat d exploitation 1 er décembre 2015 Conseils gratuits et indépendants Info Energie Maitrise de l énergie, efficacité énergétique et énergies renouvelables ADIL 31 Juridiques

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

MANDAT MULTIPLE "Open" Mandat de vente en exclusivité multi-diffusée avec faculté de présentation d un acquéreur par le Mandant

MANDAT MULTIPLE Open Mandat de vente en exclusivité multi-diffusée avec faculté de présentation d un acquéreur par le Mandant N d ordre : N de registre : MANDAT MULTIPLE "Open" Mandat de vente en exclusivité multi-diffusée avec faculté de présentation d un acquéreur par le Mandant LE MANDANT : M. Mme Mlle Nom :...Prénom :...

Plus en détail

PROCEDURE DE CORRECTION DE MISE HORS SERVICE SUITE A UNE ERREUR DE PCE

PROCEDURE DE CORRECTION DE MISE HORS SERVICE SUITE A UNE ERREUR DE PCE GTG Version V1 du 4 juillet 2008 PROCEDURE DE CORRECTION DE MISE HORS SERVICE SUITE A UNE ERREUR DE PCE Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les différentes étapes à suivre pour traiter la correction

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

CONDITONS GENERALES DE LOCATION

CONDITONS GENERALES DE LOCATION CONDITONS GENERALES DE LOCATION Toute commande passée à COLOS implique de la part du locataire, et ce sans restriction aucune, l acceptation de nos conditions générales de location qui prévalent sur tout

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Le contrat «tout sauf»

Le contrat «tout sauf» Le contrat «tout sauf» de l ARC et de l UFC-Que-Choisir Les deux fiches de renseignement Le contrat «tout sauf» 1 1. fiche d identité de la copropriété Il est important que le syndic connaisse avec précisions

Plus en détail

Sommaire. Cahier des Clauses Particulières. Contenu

Sommaire. Cahier des Clauses Particulières. Contenu Cahier des Clauses Particulières Sommaire Contenu Article 1. Désignation des parties... 2 Article 2. Contenu du marché... 2 2.1 Objet du marché... 2 2.2 Durée du marché... 2 2.3 Décomposition en postes...

Plus en détail

Texte conventionnel. La Commission paritaire nationale (CPN), créée et organisée par les articles 59 et 60 de la convention :

Texte conventionnel. La Commission paritaire nationale (CPN), créée et organisée par les articles 59 et 60 de la convention : Texte conventionnel ANNEXE II-3 de la convention nationale organisant les rapports entre les pharmaciens titulaires d officine et l assurance maladie : de la formation continue conventionnelle A N N E

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES COMMUNE DE SAINT GEORGES SUR BAULCHE 37 GRANDE RUE 89000 SAINT GEORGES SUR BAULCHE MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES Fourniture et acheminement de gaz naturel et de services associés Date et heure limites de réception des offres : 13 avril 2015 à 12 heures REGLEMENT

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance

Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels. Centre de documentation et d information de l assurance 3/03/06 17:07 Page 9 DEP 428 FEV. 2006 DEP 428-4 volets Accident de la circulation : l indemnisation des dommages matériels Centre de documentation et d information de l assurance FEV. 26, bd Haussmann

Plus en détail

ERDF PARIS GUIDE RACCORDEMENT CLIENT

ERDF PARIS GUIDE RACCORDEMENT CLIENT PARIS GUIDE PARIS Autorisation d Urbanisme 0 Inférieur à kva Avec/sans intervention sur le domaine public Missions d Contacts Délais des raccordements à Paris Supérieur ou égal à kva et inférieur à 0 kva

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit :

CONTRAT DE SYNDIC D UNE PART D AUTRE PART. Il a été convenu et arrêté ce qui suit : CONTRAT DE SYNDIC «Le Syndicat des Copropriétaires» de La Résidence «PATRICIA» sise Bld Paul Cezanne, rue Georges Braque et rue Paul Gauguin 78280 GUYANCOURT, représenté par la personne spécialement mandatée

Plus en détail

CGV M VACANCES VIA LASTATIONDESKI.COM Applicables au 15 octobre 2014

CGV M VACANCES VIA LASTATIONDESKI.COM Applicables au 15 octobre 2014 CGV M VACANCES VIA LASTATIONDESKI.COM Applicables au 15 octobre 2014 PREAMBULE Les présentes Conditions Générales de Vente lient : M VACANCES N de TVA intracommunautaire : FR 73 444 526 156, immatriculée

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national.

SYNDIC. - Création d une immatriculation obligatoire de toutes les copropriétés au sein d un registre national. SYNDIC 1- Immatriculation de la copropriété 2- Gestion de la copropriété 3- Transparence et prévention des difficultés 1- Immatriculation de la copropriété Portée - Création d une immatriculation obligatoire

Plus en détail

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE

CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE CONVENTION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC RELATIVE A L EXPLOITATION ET A L ENTRETIEN DU RESEAU DE CHAUFFAGE URBAIN DU MIRAIL VILLE DE TOULOUSE Modèle de Police d Abonnement annexe 1 au Règlement de Service

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES TECHNIQUES ET FINANCIERES DE FOURNITURE DE CHALEUR

CONDITIONS GENERALES TECHNIQUES ET FINANCIERES DE FOURNITURE DE CHALEUR DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DE CHAUFFAGE URBAIN DE MASSY-ANTONY ANTONY CONDITIONS GENERALES TECHNIQUES ET FINANCIERES DE FOURNITURE DE CHALEUR Chauffage URbain de Massy - Antony (CURMA) ZI de la Bonde

Plus en détail

Contrat Syndic de Droit

Contrat Syndic de Droit Pour le Syndicat des copropriétaires de la Résidence.. Contrat Syndic de Droit XX février 2015 Office public de l habitat des communes de l Oise 4 rue du Général Leclerc CS 10105-60106 Creil Cedex 1 T.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26)

CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) ERG_CAP_CG-15-02-2011 CONDITIONS GENERALES Bon de capitalisation (branche 26) TABLE DES MATIERES 1. DEFINITIONS... 3 2. PORTEE GENERALE DU CONTRAT... 3 2.1 OBJET DU CONTRAT... 3 2.2 ENTREE EN VIGUEUR ET

Plus en détail

Le Conseil communal de la Ville de Neuchâtel, arrête :

Le Conseil communal de la Ville de Neuchâtel, arrête : REGLEMENT D APPLICATION fixant les conditions générales des Services industriels de Neuchâtel (Du 23 juin 2004) Le Conseil communal de la Ville de Neuchâtel, Vu le règlement général des Services industriels

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

Caractérisation technique du service

Caractérisation technique du service rapport sur le prix et la qualité du service public de l assainissement non collectif 2012 3 Caractérisation technique du service Présentation du territoire desservi Le service est géré au niveau communal

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DES MACHINES ET EQUIPEMENTS A SOUDER ACE

CONTRAT DE LOCATION DES MACHINES ET EQUIPEMENTS A SOUDER ACE Membre des associations : Association des Réseaux de Tuyauteries en Polybutène Association des Collectivités territoriales et des professionnels pour les réseaux de chaleur et la valorisation des déchets

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement

MODELE DE CONVENTION ERDF / <Fournisseur> relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Direction Technique MODELE DE CONVENTION ERDF / relative à la dématérialisation fiscale des factures d acheminement Identification : ERDF-FOR-CF_42E Version : 1 Nombre de pages : 10 Version

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BAIL D HABITATION DIAGNOSTIC OBLIGATOIRE - TRANSACTION Depuis le 1 er juillet 2007, un DPE doit être annexé au contrat de location

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; -

Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - Disparition des tarifs réglementés de vente pour les clients non domestiques - ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité ; - ayant une consommation supérieure à 30 000 kwh par an

Plus en détail

ANNEXE 6 LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU PAS-DE-CALAIS

ANNEXE 6 LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU PAS-DE-CALAIS ANNEXE 6 LICENCE DE RÉUTILISATION D'INFORMATIONS PUBLIQUES DÉTENUES PAR LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DU PAS-DE-CALAIS LICENCE DE RÉUTILISATION NON COMMERCIALE D'INFORMATIONS PUBLIQUES AVEC DIFFUSION PUBLIQUE

Plus en détail

GUIDE POUR LA PASSATION DES MARCHÉS PUBLICS DE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ET DE SERVICES ASSOCIÉS. Janvier 2014. Chapitre 4 : Annexes

GUIDE POUR LA PASSATION DES MARCHÉS PUBLICS DE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ET DE SERVICES ASSOCIÉS. Janvier 2014. Chapitre 4 : Annexes GUIDE POUR LA PASSATION DES MARCHÉS PUBLICS DE FOURNITURE DE GAZ NATUREL ET DE SERVICES ASSOCIÉS Janvier 2014 Chapitre 4 : Annexes SOMMAIRE I. LES RÔLES DES DIFFÉRENTS OPÉRATEURS... 3 1.1 - Interventions

Plus en détail

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement

Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 1115 du Code général des impôts Les activités immobilières du marchand de biens : Aspects pratiques au regard de la TVA et des droits d enregistrement Juin

Plus en détail