L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013"

Transcription

1 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE

2 L agriculture traverse actuellement, au Luxembourg comme dans l Union Européenne, une période difficile. Les différentes crises qui touchent l ensemble des économies (crise financière, économique, énergétique, ) ont des répercussions sur les marchés des produits agricoles de base et partant sur les prix perçus par les producteurs agricoles pour leurs produits, mettant de nombreuses exploitations agricoles à rude épreuve. En ce qui concerne la gestion des exploitations agricoles, les questions relatives au choix des productions et de l orientation de l exploitation se posent actuellement de manière plus directe qu en temps de conjoncture normale. Les entreprises du secteur agroalimentaire, qui transforment et commercialisent les produits agricoles, sont également confrontées à des choix stratégiques qui les engageront sur une longue période. Pour répondre aux nombreuses questions qui se posent en matière de gestion des entreprises, il convient d avoir une vue exacte non seulement de la situation économique et technique de l entreprise elle-même, mais également du secteur dans lequel l entreprise est active, à savoir le secteur agricole. C est la raison pour laquelle la Division des statistiques agricoles, des marchés agricoles et des relations extérieures du Service d Economie rurale, l Administration du Ministère de l Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural en charge des questions économiques en rapport avec l agriculture, a élaboré la présente brochure qui traite du secteur agricole au Luxembourg. Le secteur est présenté dans sa globalité au moyen de données chiffrées sur les structures de production, la production agricole, les prix des produits agricoles et la situation économique des exploitations agricoles. La brochure s adresse également aux représentants des organisations de conseil en agriculture, aux membres des organisations professionnelles agricoles, des administrations en charge de l agriculture et de l enseignement agricole ainsi qu au public intéressé en général. Le Ministre de l Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural Romain Schneider

3 Sommaire 1. Milieu naturel Données géographiques Les conditions météorologiques et géologiques Utilisation du sol 2. Population 3. L agriculture et le secteur agroalimentaire 4. Structures agricoles Nombre d exploitations agricoles Utilisation de la surface agricole utilisée Taille des exploitations agricoles Orientation technico-économique des exploitations agricoles Les exploitations laitières selon l âge du producteur et selon le quota laitier détenu Cheptel Exploitations agricoles et surface agricole utilisée selon le mode de production 5. Main-d oeuvre agricole 6. La production agricole Part des différentes productions dans la valeur de la production agricole Valeur de la production agricole au prix de base, coût de production, valeur ajoutée brute, revenu des facteurs Les quantités produites en grandes cultures et en cultures fourragères Quantité de vin récoltée par cépage La production de fruits et légumes La production d animaux La production de lait 7. Prix agricoles Indices des prix agricoles Les prix nets payés au producteur 8. Situation économique des exploitations agricoles Evolution du revenu agricole et du revenu de référence Evolution du revenu par UTAn selon l OTE Evolution du prix du lait et des indicateurs économiques dans les exploitations laitières spécialisées

4 1. MILIEU NATUREL Données géographiques Situé entre la Belgique à l ouest et au nord (longueur de frontière 148 km), l Allemagne à l est (longueur de frontière 135 km) et la France au sud (longueur de frontière 73 km), le Luxembourg a une étendue ouest-est maximale de 57 km et une étendue nord-sud maximale de 82 km. La surface totale est de km2. Les deux régions naturelles du Luxembourg sont au nord l Oesling et au sud le Bon pays. L Oesling fait partie des Ardennes ou du massif schisteux rhénan et forme un haut-plateau étendu entrecoupé par des vallées étroites aux versants abrupts. L Oesling a une étendue de 828 km2 (32% de la surface totale). Le Bon pays présente une grande variation pédologique. Les sols du Bon pays sont issus en majeure partie des formations géologiques du Lias et du Trias. L étendue du Bon pays est de km2 (68% de la surface totale). L altitude varie entre un maximum de 560 m (près de Wilwerdange) et un mimimum de 130 m (à Wasserbillig). Luxembourg- Ville est située à 300 m d altitude.

5 Les conditions météorologiques et géologiques Précipitations annuelles en mm Températures moyennes en C Carte géologique schématique source: ASTA source: ASTA source: Ministère des Travaux publics, Service de Géologie

6 Utilisation du sol (2007) Forêts et surfaces seminaturelles 37,7% Zones humides 0,1% Eaux 0,4% Surfaces bâties et artificielles 11,0% Surfaces agricoles 50,8% source: Ministère du Développement durable et des Infrastructures

7 2. Population unité Population totale* 1000 pers. 384,4 439,5 461,2 502,1 511,8 524,9 dont: hommes 1000 pers. 188,3 216,5 228,2 249,4 254,6 261,8 femmes 1000 pers. 196,1 223,0 233,1 252,7 257,2 263,0 Luxembourgeois 1000 pers. 271,4 277,2 277,5 285,7 290,5 295,0 Non-Luxembourgeois 1000 pers. 113,0 162,3 183,7 216,4 221,3 229,9 Population d'après l'âge* âge actif (15-64 ans) (%) 68,4 67,2 67,0 68,3 68,7 68,9 enfants (0-14 ans) (%) 17,3 18,9 18,7 17,7 17,3 17,1 3e âge (65 ans et plus) (%) 14,3 13,9 14,3 14,0 14,0 14,0 source: STATEC * situation au 1er janvier 1 recensement général de la population 2 évaluation sur base du dernier recensement général de la population et des soldes naturel et migratoire, données du guide 2010 "Le Luxembourg en chiffres" (Statec)

8 3. L'AGRICULTURE ET LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE Importance de l'agriculture dans l'économie luxembourgeoise Valeur ajoutée brute aux prix de base en mio : -de l'agriculture, chasse et sylviculture; pêche et aquaculture 140,6 134,3 120,7 97,0 109,6 130,3 -totale (y compris SIFIM 1 ) , , , , , ,3 Part de l'agriculture dans la v.a.b. au prix de base en % 1,0 0,7 0,4 0,3 0,3 0,3 Population active agricole (milliers UTA) 4,9 4,3 4,0 3,6 3,7 3,7 Emploi total (concept intérieur) (milliers de personnes) 215,5 263,8 307,8 352,2 358,6 368,4 Part de la population active agricole dans l'emploi total* 2,3 1,6 1,3 1,0 1,0 1,0 Formation brute de capital fixe en agriculture (mio ) 50,9 73,8 96,7 123,7 129,9 129,9 Formation brute de capital fixe dans l'économie (mio ) 2 999, , , , , ,2 Part de l'agriculture dans la f.b.c.f. de l'économie en % 1,7 1,6 1,6 1,8 1,8 1,6 sources: STATEC, Service d'economie Rurale * la population active agricole est exprimée en UTA, alors que l'emploi total est exprimé en personnes, une comparaison exacte des deux populations n'est donc pas possible Importance des industries agricoles et alimentaires dans l'ensemble de l'économie unité Valeur ajoutée brute aux prix de base de la branche "produits des industries agricoles et alimentaires" mio Euro 167,5 189,5 254,1 257,1 252,5 287,8 de l'économie totale ( y compris SIFIM 1 ) mio Euro , , , , , ,3 Part des industries agricoles et alimentaires dans la VAB de l'économie totale % 1,2 1,0 0,9 0,8 0,7 0,7 Emploi salarié dans les industries agricoles et alimentaires 1000 pers. 3,9 4,2 4,6 4,8 5,0 5,1 dans l'économie totale 1000 pers. 197,5 244,4 287,8 331,9 337,8 347,7 Part des industries agricoles et alimentaires dans l'emploi salarié total % 2,0 1,7 1,6 1,4 1,5 1,5 sources: STATEC (comptabilité nationale) 1 SIFIM = services d'intermédiation financière indirectement mesurés)

9 Nombre d'exploitations agricoles 4. STRUCTURES AGRICOLES nombre total d'exploitations agricoles nombre d'exploitations agricoles selon leur personnalité juridique: exploitations familiales* exploitations en groupement** exploitations appartenant à une personne morale nombre d'exploitations familiales et exploitations en groupement selon l'activité principale/secondaire du chef d'exploitation: exploitations à titre principal*** exploitations à titre secondaire source: recensement agricole annuel (STATEC) * exploitation familiale: la responsabilité juridique et économique de l'exploitation est assumée par une personne physique qui exploite une exploitation indépendante ** exploitation en groupement: association d'exploitations agricoles avec gestion unique des moyens de production mis à disposition de l'association par les exploitations membres du groupement *** exploitation à titre principal: exploitation familiale ou exploitation en groupement (depuis 2003) où le(s) chef(s) d'exploitation travaille(nt) plus de 50% de son/leur temps de travail sur l'exploitation agricole et n'a/n'ont pas d'autre activité lucrative

10 Utilisation de la surface agricole utilisée Unité: ha Surface agricole utilisée Terres arables Prairies et pâturages Autres terres de culture Céréales Froment et épeautre Seigle Orge Avoine et céréales secondaires en mélange Mais-grain Triticale Autres céréales Légumes secs cultivés pour la graine Plantes racines Pommes de terre Betteraves fourragères et autres plantes racines Plantes industrielles Plantes fourragères Trèfles Maïs Autres plantes fourragères Autres cultures Jachères* Prairies et pâturages Horticulture Cultures permanentes Vignobles Vergers Pépinières Autres cultures permanentes * ce terme ne prend pas en compte le colza et le maïs utilisés en tant que cultures énergétiques. source: STATEC (recensement agricole annuel du 15 mai)

11 Nombre d'exploitations agricoles par classe de surface agricole utilisée Exploitations recensées Surface agricole moyenne par exploitation (ha/expl.) 33,2 46,8 52,7 59,6 60,4 61,5 Nombre d'exploitations inférieures à 2 ha de SAU Nombre d'exploitations de 2 à 4,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 5 à 9,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 10 à 19,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 20 à 29,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 30 à 49,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 50 à 69,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 70 à 99,9 ha de SAU Nombre d'exploitations de 100 ha et plus de SAU source: STATEC (recensement agricole annuel du 15 mai) Nombre d'exploitations agricoles selon leur orientation technico-économique Exploitations recensées Expl. spécialisées en grandes cultures Expl. horticoles spécialisées Expl. spécialisées en cultures permanentes dont Expl. spécialisées en viticulture Expl. spécialisées herbivores dont Expl. bovines spécialisées - lait* dont Expl. bovines spécialisées - élevage et viande* dont Expl. bovines spécialisées - lait, élevage et viande combinés* Expl. spécialisées en production animale hors sol Expl. de polyculture Expl. de polyélevage Expl. mixtes culture - élevage Expl. non classifiables *changement de méthode à partir de 2010 source: STATEC (recensement agricole annuel du 15 mai)

12 Les exploitations avec production laitière réparties selon l'âge du producteur (1) (situation au 1 avril 2012) < 25 ans ans catégorie d'âge du producteur (1) ans ans ans ans ans > 64 ans ensemble des expl. laitières Quota laitier total par catégorie d'âge en 1000 kg en % du quota national 6,72 26,54 29,89 16,23 12,94 6,39 1,10 0,19 Nombre d'exploitations nombre absolu en % 5,69 21,16 27,78 17,72 15,48 9,52 1,98 0,66 Quota moyen par exploitation (kg/expl.) source: SER (1) producteur = le plus jeune membre de la famille ( en cas d'exploitation familiale) ou associé (en cas de groupement) occupé à titre principal sur l'exploitation Les exploitations avec production laitière réparties selon le quota laitier détenu (situation au 15 juin 2012) classe de grandeur selon le quota laitier détenu par exploitation (1000 kg) > ensemble des expl. laitières Quota laitier détenu en 1000 kg en % 0,08 0,45 1,92 5,04 8,23 9,66 17,59 14,63 42, Nombre d'exploitations nombre absolu en % 0,93 2,12 5,82 10,85 13,76 13,36 19,31 12,43 21, Quota moyen par exploitation (kg/expl.) source: SER

13 Effectif du cheptel détenu par les exploitations agricoles (en têtes) Chevaux Bovins au total Bovins de moins d'un an Veaux pour l'abattage autres veaux Bovins d'un an à moins de deux ans Mâles Femelles Bovins de deux ans et plus Mâles Génisses Vaches laitières Vaches allaitantes Autres vaches Porcins au total Porcelets de moins de 20 kg* Porcs de 20 à 50 kg* Porcs à l'engrais Porcelets de moins de 8 kg Porcs de 8 à 30 kg Porcs > 30 kg Porcs reproducteurs Ovins Caprins Poules et poulets source: STATEC ( recensement agricole annuel du 15 mai) *changement concernant les limites de catégories chez les porcelets à partir de 2003: moins de 10 kg au lieu de moins de 20 kg et de 10 à 50 kg au lieu de 20 à 50 kg.

14 Exploitations agricoles et surface agricole utilisée selon le mode de production Nombre d'exploitations Mode de production conventionnel Mode de production biologique (1) Total Surface agricole utilisée (ha) Mode de production conventionnel Mode de production biologique (1) Total sources: STATEC (1) exploitations converties ou en voie de conversion reconnues par l'asta dans le cadre du règlement (CE) 834/2007 et faisant partie du champ d'enquête du STATEC

15 5. MAIN-D'ŒUVRE AGRICOLE* en personnes Main-d'œuvre familiale Hommes à temps complet à temps partiel < 25% % % > 75% Femmes à temps complet à temps partiel < 25% % % >75% Main-d'œuvre non familiale Ouvriers agricoles Journaliers: journées travaillées en unités de travail annuel (UTA) Main d'œuvre familiale Main d'œuvre non familiale Salariés Journaliers Main d'œuvre agricole totale source: STATEC ( recensement agricole annuel au 15 mai) * Depuis 2002, les exploitants des fusions d'entreprise ne sont plus considérés comme ouvriers agricoles, mais comme main-d'œuvre familiale 1 Une UTA correspond à une personne travaillant à temps plein pendant un an. Cette base est de 2200 heures (275 journées de travail de 8 heures).

16 6. LA PRODUCTION AGRICOLE Part des différentes productions dans la valeur de la production agricole au prix de base en 2012 produits animaux 22,8% lait 21,7% œufs 1,1% autres produits animaux 0,0% services agricoles et activités non agricoles non séparables 6,3% céréales 7,9% plantes industrielles 1,9% plantes fourragères 32,1% produits maraîchers et horticoles 1,4% pommes de terre 1,4% fruits 0,6% vin 4,6% autres prod. végétaux 0,1% production végétale 49,8% source: SER animaux 21,1% bovins 14,1% porcins 6,5% autres animaux 0,4% source: Service d'economie Rurale

17 Valeur de la production agricole au prix de base, coût de production, valeur ajoutée brute, revenu des facteurs de l'agriculture (1000, hors TVA) /11 (%) Production végétale (valeur au prix de base) ,0 Céréales (y compris semences) ,1 Plantes industrielles ,3 Plantes fourragères ,8 Produits maraîchers et horticoles ,1 Pommes de terre (y compris plants) ,0 Fruits ,4 Vin ,7 Autres produits végétaux ,7 Production animale (valeur au prix de base) ,0 Animaux ,2 Bovins ,5 Porcins ,6 Autres animaux ,2 Produits animaux ,0 Lait ,4 Oeufs ,6 Autres produits animaux ,7 Services agricoles + activités secondaires non agricoles non séparables ,7 Production de la branche agricole ,4 Consommations intermédiaires ,9 Valeur ajoutée brute aux prix de base ,6 Consommation de capital fixe ,6 Valeur ajoutée nette aux prix de base ,4 Autres impôts sur la production ,0 Autres subventions sur la production ,9 Revenu des facteurs ,7 source: Service d'economie Rurale

18 Les quantités produites en grandes cultures et en cultures fourragères Production (en tonnes) Blé et épautre Blé d'hiver Blé d'été Epautre (jusqu'en 99: cf blé hiver) Seigle Orge Orge d'hiver Orge d'été Orge de brasserie Avoine Mélanges de céréales et autres Mélanges de céréales Autres Maïs grain Triticale TOTAL CEREALES Légumineuses sèches Pois Féveroles Pommes de terre Colza Colza pour aliments Colza industriel Plantes fourragères (MS) Maïs ensilage (MS) Prairies temporaires (MS) Semences d'herbes Prairies et paturages (MS) source: Service d'economie Rurale MS = Matière sèche

19 Quantité de vin récoltée par cépage (en hl) Cépage Elbling Rivaner Auxerrois Chardonnay Pinot blanc Pinot gris Pinot noir Riesling Gewürztraminer Autres TOTAL source: IVV Surface cultivée par cépage (en ha) Cépage Elbling 235,98 162,06 128,60 105,10 99,00 96,20 Rivaner 570,90 443,94 376,02 336,70 328,10 323,20 Auxerrois 149,90 162,23 171,42 175,90 177,80 179,00 Chardonnay - 7,94 12,29 16,20 17,00 17,20 Pinot blanc 81,04 133,77 134,09 138,30 143,00 147,30 Pinot gris 82,70 153,32 163,51 174,40 176,70 177,40 Pinot noir - 62,36 82,26 93,60 96,70 100,10 Riesling 160,39 172,93 155,97 153,10 153,60 153,20 Gewürztraminer 7,77 11,11 13,96 18,90 19,90 19,60 Autres 9,18 2,77 2,50 7,70 8,00 9,40 TOTAL 1 297, , , , , ,50 source: IVV

20 La production de fruits et légumes au Luxembourg Récolte totale (en tonnes) p TOTAL FRUITS Fruits à pepins Pommes dont pommes de table Poires Fruits à noyau Cerises Prunes Fruits à coques Noix Fraises Baies TOTAL LEGUMES Choux blancs Laitues Chicorées frisées Tomates Courgettes Carottes Oignons Céleri rave Légumes à cosse Autres légumes source: ASTA

21 La production d'animaux Abattage et exportation de gros bovins Abattage de veaux Exportation de veaux vivants (têtes) Abattage et exportation de porcs Abattage de porcelets (têtes)* Exportation de porcelets vivants (têtes) Ovins et caprins Volaille pour toutes les productions: y compris la consommation dans le ménage de l'exploitant (=autoconsommation) *exportation de porcelets vivants incluse jusqu'en en tonnes poids carcasse Abattage et exportations de gros bovins et de porcs poids carcasse (tonnes) Gros bovins Porcs source: Service d'economie Rurale

22 La production de lait La production et le prix du lait 0,40 0,35 production (en 1000 tonnes) ,30 0,25 0,20 0,15 0,10 0,05 prix effectif (en /kg) ,00 nombre Nombre de vaches laitières et rendement laitier rendement (kg/vache/année) source: Service d'economie Rurale

23 La production totale de lait Production Teneur en Teneur en Nombre Année de lait* matière matière de vaches (1000 tonnes) grasse (%) protéique (%) laitières ,1 3,91 n.d ,7 4,09 3, ,5 4,19 3, ,7 4,19 3, ,7 4,21 3, ,9 4,18 3, ,3 4,18 3, ,2 4,15 3, ,4 4,16 3, *y compris collecte des laiteries, vente directe, autoconsommation et alimentation de veaux Rendement laitier (kg/vache/année) La production de lait biologique (en tonnes) Production Part du lait bio. dans la production , , , , ,3 0,22% 0,66% 0,66% 0,70% 0,76% Production totale de lait biologique (en tonnes) source: Service d'economie Rurale

24 7. PRIX AGRICOLES Indices des prix agricoles annuels (base 2005=100) Description CÉRÉALES (y compris semences) 116,8 100,0 144,1 176,3 220,6 PLANTES INDUSTRIELLES 95,6 100,0 160,2 204,7 239,7 PRODUITS MARAÎCHERS ET HORTICOLES 37,6 100,0 103,5 101,9 101,9 POMMES DE TERRE (y compris semences) 61,6 100,0 130,4 133,8 141,8 FRUITS 53,9 100,0 119,3 121,5 139,7 VINS (y compris moût) 97,8 100,0 105,0 106,4 115,8 AUTRES PRODUITS VÉGÉTAUX - 100,0 166,2 205,3 246,1 PRODUCTION VÉGÉTALE 93,1 100,0 119,9 130,9 149,8 ANIMAUX 97,1 100,0 106,7 113,2 126,4 Bovins 90,9 100,0 107,5 114,2 125,6 Porcins 114,8 100,0 105,2 111,8 130,9 Ovins et caprins - 100,0 113,5 115,1 107,5 Volailles 97,8 100,0 74,3 79,4 90,0 PRODUITS ANIMAUX 104,0 100,0 99,1 109,7 103,5 Lait 104,5 100,0 98,7 109,6 103,0 Oeufs 84,8 100,0 114,1 114,9 123,4 PRODUCTION ANIMALE 101,1 100,0 102,3 111,2 113,3 PRODUCTION DE BIENS AGRICOLES (OUTPUT) 98,9 100,0 107,2 116,6 123,3 BIENS ET SERVICES HABITUELLEMENT CONSOMMÉS DANS L AGRICULTURE (INPUT 1) 87,8 100,0 118,1 131,8 139,5 SEMENCES ET PLANTS 87,3 100,0 113,4 126,2 125,4 ÉNERGIE; LUBRIFIANTS 75,3 100,0 126,4 141,8 154,2 ENGRAIS ET AMENDEMENTS 79,3 100,0 133,5 175,1 176,7 PRODUITS DE PROTECTION DES CULTURES ET ANTIPARASITAIRES 86,5 100,0 119,6 118,6 121,8 DÉPENSES VÉTÉRINAIRES 89,7 100,0 96,4 95,7 95,3 ALIMENTS POUR ANIMAUX 105,6 100,0 124,1 143,5 164,1 ENTRETIEN DU MATÉRIEL 91,3 100,0 109,1 117,6 116,4 ENTRETIEN DES BÂTIMENTS 90,1 100,0 110,8 113,2 115,3 AUTRES BIENS ET SERVICES 75,1 100,0 113,7 120,2 124,8 BIENS ET SERVICES CONTRIBUANT AUX INVESTISSEMENTS AGRICOLES (INPUT 2) 90,8 100,0 114,7 117,0 120,0 MATÉRIEL 94,2 100,0 119,5 121,1 123,6 CONSTRUCTIONS 89,8 100,0 111,2 114,4 118,0 AUTRES 82,6 100,0 110,5 111,7 114,2 INPUT TOTAL (INPUT 1 + INPUT 2) 89,2 100,0 116,6 125,1 130,6 Termes de l'échange 110,9 100,0 91,9 93,2 94,4 source: Service d'economie Rurale

25 +12,0% +9,0% +6,0% +3,0% +0,0% -3,0% -6,0% -9,0% -12,0% -15,0% -18,0% Variation annuelle de l'indice des prix à la production (output) Variation annuelle de l'indice des prix des moyens de production (input) +12,0% +10,0% +8,0% +6,0% +4,0% +2,0% +0,0% -2,0% -4,0% -6,0% Évolution annuelle des indices output et input (base 2005=100) source: Service d'economie Rurale output input terms of trade

26 Les prix nets au producteur départ ferme hors TVA des produits agricoles Froment panifiable /100kg 17,65 13,10 12,49 17,27 18,72 24,00 Froment fourrager /100kg 14,50 10,13 9,14 13,00 17,00 21,25 Epeautre /100kg - 10,91 8,00 13,50 16,50 20,00 Seigle panifiable /100kg 16,24 9,54 8,63 14,25 15,75 17,00 Seigle fourrager /100kg - - 6,75 12,75 15,50 17,00 Orge fourragère /100kg 14,50 9,48 8,25 12,50 16,00 20,00 Orge de brasserie /100kg 17,60 11,53 9,25 12,75 16,82 20,25 Avoine /100kg 14,01 10,16 7,50 9,50 15,25 18,00 Maïs grain /100kg - 11,90 8,50 16,22 18,24 22,00 Triticale /100kg 14,50 9,05 8,00 12,75 16,50 20,50 Colza alimentaire /100kg 37,56 17,60 18,90 30,50 39,00 45,50 Colza industriel (=non alimentaire) /100kg - 15,87 19,00 30,50 39,00 45,50 Pois /100kg 24,05 11,16 10,30 13,00 16,00 22,00 Féveroles /100kg 21,81 11,16 10,30 13,00 16,00 21,00 Pommes de terre de consommation /100kg 16,73 16,11 29,09 45,81 41,44 57,83 Viande bovine /kg abattu 3,11 2,47 2,61 2,79 3,01 3,37 Viande de veau /kg abattu 5,98 5,35 5,74 5,59 5,66 5,73 Veaux de 15 jours exportés vivants /tête 220,63 148,29 144,19 99,37 136,27 182,78 Viande porcine /kg abattu 1,72 1,43 1,20 1,26 1,33 1,63 Porcelets /tête (abattu) 52,06 35,23 32,80 42,29 36,87 49,28 Lait à 3,7% m.g. et 3,3% m.p.* /kg 0,3582 0,3041 0,2884 0,2847 0,3160 0,2971 Lait au taux effectif de m.g. et m.g.* /kg 0,3654 0,3197 0,3054 0,2995 0,3299 0,3119 source: Service d'economie Rurale * m.g. = matière grasse du lait; m.p. = matière protéique du lait

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES ANNEE 2012

PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES ANNEE 2012 MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGRO-ALIMENTAIRE ET DE LA FORET (articles L361 1 à 21 et D361 1 à R361 37 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES DE RECOLTE SUR LES POMMES A COUTEAU ET LES POMMES

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012

Agri-stabilité GUIDE DE DÉCLARATION DES UNITÉS PRODUCTIVES 2012 Ce guide contient toutes les informations nécessaires pour déclarer vos unités productives pour l année de participation 2012. Guide de déclaration des unités productives...p. 3 Liste des unités productives...p.

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements PREFET DE LA REGION LIMOUSIN Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements A remplir par tous les demandeurs sauf les JA et les CUMA/ASA DEMANDEUR Numéro OSIRIS :...

Plus en détail

Statistique Agricole. Mémento. L essentiel sur : le territoire. le contexte européen. le contexte européen. les structures. les productions animales

Statistique Agricole. Mémento. L essentiel sur : le territoire. le contexte européen. le contexte européen. les structures. les productions animales Mémento Décembre 2014 Statistique Agricole L essentiel sur : le contexte européen le contexte européen le territoire FRANCE - Édition 2014 les productions animales les structures les données économiques

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Analyse d outils de gestion des risques agricoles en Région wallonne. Rapport final

Analyse d outils de gestion des risques agricoles en Région wallonne. Rapport final Université catholique de Louvain Faculté d'ingénierie biologique, agronomique et environnementale Unité d économie rurale Analyse d outils de gestion des risques agricoles en Région wallonne Rapport final

Plus en détail

CALAMITES AGRICOLES GEL PRINTEMPS 2012

CALAMITES AGRICOLES GEL PRINTEMPS 2012 PRÉFET DE LA SEINE-MARITIME Direction départementale des Territoires et de la Mer Service d'economie Agricole Rouen, le 8 janvier 2013 Affaire suivie par Laurence MOUTIER Tél. : 02 32 18 94 71 Fax : 02

Plus en détail

SECHERESSE PRINTEMPS 2014 N 13681*03

SECHERESSE PRINTEMPS 2014 N 13681*03 SECHERESSE PRINTEMPS 2014 N 13681*03 PROCÉDURE DES CALAMITÉS AGRICOLES DEMANDE D'INDEMNISATION DES PERTES Le régime des calamités agricoles a pour but d indemniser des pertes de récolte et/ou des pertes

Plus en détail

6 NOVEMBRE 2003. - Arrêté du Gouvernement wallon relatif à l'octroi d'aides à l'agriculture Biologique

6 NOVEMBRE 2003. - Arrêté du Gouvernement wallon relatif à l'octroi d'aides à l'agriculture Biologique 6 NOVEMBRE 2003. - Arrêté du Gouvernement wallon relatif à l'octroi d'aides à l'agriculture Biologique Le Gouvernement wallon, Vu la loi du 28 mars 1975 relative au commerce des produits de l'agriculture,

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Rq : pour les agriculteurs : laisser la possibilité de coller l étiquette d identification pré-remplie basée sur le S1

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Rq : pour les agriculteurs : laisser la possibilité de coller l étiquette d identification pré-remplie basée sur le S1 n 13 681*02 MINISTÈRE DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique

L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique L'agriculture française depuis cinquante ans : des petites exploitations familiales aux droits à paiement unique Maurice Desriers* Depuis cinquante ans, la part de l'agriculture dans l'économie nationale

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

CHAPITRE III - LES CONSOMMATIONS INTERMÉDIAIRES

CHAPITRE III - LES CONSOMMATIONS INTERMÉDIAIRES CHAPITRE III - LES CONSOMMATIONS INTERMÉDIAIRES 1. Présentation générale... 91 2. Les consommations intermédiaires hors TVA... 91 3. Les consommations intermédiaires hors TVA déductible... 102 4. Sources

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

une belle entreprise pour la Somme

une belle entreprise pour la Somme Janvier 2013 L Agriculture, une belle entreprise pour la Somme La Ferme Somme en quelques chiffres L agriculture, une belle entreprise pour la Somme 1 2 L agriculture, une belle entreprise pour la Somme

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Indice de Confiance agricole Crelan 2015

Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Indice de Confiance agricole Crelan 2015 Résultats marquants La confiance des agriculteurs est à la baisse en Belgique et surtout dans le secteur laitier L appréciation du résultat financier recule en

Plus en détail

Bédarrides. Le Pontet. Vedène. Avignon. Morièreslès-Avignon. Châteaurenard

Bédarrides. Le Pontet. Vedène. Avignon. Morièreslès-Avignon. Châteaurenard CA du Grand PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 10 Tél. : 04 91 17 57 57 Fax : 04 91 17 59 59 http://www.insee.fr Territoire Cartographie de la zone 13 communes, 4 chefs-lieux

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Ak k a Ai t El Mekki. E c o l e n a t i o n a l e d A g r i c u l t u r e d e M e k n e s

Ak k a Ai t El Mekki. E c o l e n a t i o n a l e d A g r i c u l t u r e d e M e k n e s Les Monographies du CIHEAM Edition 2008 L agriculture, l agro-alimentaire, la pêche et le développement rural Ak k a Ai t El Mekki E c o l e n a t i o n a l e d A g r i c u l t u r e d e M e k n e s Cette

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014

FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014 N FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION 2014 PLAN DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DIAGNOSTIC SEUL DISPOSITIF N 121 C1 DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL DE LA RÉGION NORD PAS DE CALAIS Cette demande

Plus en détail

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile

Information destinée aux patients et aux proches. Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Information destinée aux patients et aux proches Comment s alimenter après une diverticulite? Conseils nutritionnels pour le retour à domicile Qu est-ce que la diverticulite? Cette brochure vous informe

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides

Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides Hiérarchisation des substances actives pour la surveillance des expositions alimentaires Alexandre Nougadère Direction de l Evaluation

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Rapport National de BELGIQUE

Rapport National de BELGIQUE Rapport National de BELGIQUE à inclure dans le deuxième rapport sur l état des ressources phytogénétiques pour l alimentation et l agriculture dans le monde en préparation par L Organisation des Nations

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 Cette lettre du service d'économie agricole (SEA) de la DDT de l'essonne est gratuite. Elle peut librement être recopiée

Plus en détail

Mieux connaitre votre enfant

Mieux connaitre votre enfant Mieux connaitre votre enfant Ce questionnaire me permettra de mieux connaitre votre enfant et ainsi de favoriser son intégration au service de garde. Il m aidera également à m assurer de répondre adéquatement

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL: anglais DATE: 18 septembre 2014 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES Genève F LOGICIELS ÉCHANGEABLES Document adopté par le Conseil à sa quarante-huitième session

Plus en détail

Gestion des risques de prix et de revenu en production porcine : diversité et intérêt des programmes canadiens

Gestion des risques de prix et de revenu en production porcine : diversité et intérêt des programmes canadiens Spécial Gestion des risques de prix et de revenu en production porcine : diversité et intérêt des programmes canadiens Spéciale Au Canada, la gestion des risques de l entreprise est un des piliers du Cadre

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Au Crédit Agricole, l agriculture & l agroalimentaire sont une affaire. d Experts

Au Crédit Agricole, l agriculture & l agroalimentaire sont une affaire. d Experts Au Crédit Agricole, l agriculture & l agroalimentaire sont une affaire d Experts d Experts Le Crédit Agricole, partenaire majeur de l agriculture et de l agroalimentaire français Le Crédit Agricole est

Plus en détail

CHAPITRE IV - LES AUTRES POSTES COMPTABLES

CHAPITRE IV - LES AUTRES POSTES COMPTABLES CHAPITRE IV - LES AUTRES POSTES COMPTABLES 1. Les subventions d exploitation... 107 2. Les autres impôts sur la production... 109 3. La rémunération des salariés... 112 4. Les intérêts... 114 5. Les charges

Plus en détail

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Modèle document national Version du 17/03/2015 PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Cadre réservé à l'administration Date de dépôt du dossier : / / 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT Identification Nom / Prénom : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

La présence de conditions intégrales (CI) et/ou de conditions sectorielles (CS) est mentionnée en regard des rubriques concernées.

La présence de conditions intégrales (CI) et/ou de conditions sectorielles (CS) est mentionnée en regard des rubriques concernées. Dans une exploitation agricole, peuvent se rencontrer : Chapitre 1 : des activités d élevage Chapitre 2 : des activités agricoles autres que l élevage Chapitre 3 : des activités autres qu agricoles Chaque

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.

CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES. CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail. CONSERVATION DU PATRIMOINE VIVANT DU MARAIS POITEVIN ENJEUX ET PERSPECTIVES CREGENE: 2 rue de l église 79510 COULON 05 49 35 15 40 cregene@gmail.com Espèces locales et territoire, un destin commun? Pâturage

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Les réformes de la PAC

Les réformes de la PAC www.supagro.fr Les réformes de la PAC Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques La PAC d aujourd hui (2006 2014) En 2014, comment sont attribuées

Plus en détail

EDITION LISTE DES COMPTES COMPTABLES ET EXTRACOMPTABLES Plan comptable

EDITION LISTE DES COMPTES COMPTABLES ET EXTRACOMPTABLES Plan comptable EDITION LISTE DES COMPTES COMPTABLES ET EXTRACOMPTABLES Plan comptable Sous-thème : Bilan-Capital et réserves 0101000 Capital C Monétaire 0101100 Capital individuel C Monétaire 0101200 Var. capital individuel

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles

Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Les émissions de GES au quotidien et les gains possibles Un Français émet environ 2,2 tonnes équivalent carbone par an tous gaz à effet de serre confondus (et en tenant compte des puits de carbone que

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES Cette notice présente les principaux points de la réglementation. Lisez-la avant de remplir la demande.

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

La Population des Exploitants agricoles en 2011

La Population des Exploitants agricoles en 2011 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques Etude juin 2012 La Population des Exploitants agricoles en 2011 www.msa.fr JUIN 2012 LA POPULATION DES EXPLOITANTS AGRICOLES EN 2011 DIRECTION DES

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE

SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE LE CONSEIL AGRICOLE : UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE SERVICE POUR LES AGRICULTEURS DOSSIER ROYAUME DU MAROC SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE N 9 Novembre 2011 SITUATION DE L AGRICULTURE MAROCAINE N 9 Novembre

Plus en détail

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin

Fiche de renseignements accompagnant la demande de permis de construire en zone agricole dans le Haut-Rhin Nom - Prénom (ou Nom de la société) : Adresse permanente : Téléphone : Email : Date de naissance: Statut juridique : s exploitation individuelle s GAEC s EARL s Autre (à préciser) Nom et Prénom du Chef

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014

L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 L industrie agricole et agroalimentaire canadienne et l économie mondiale en 2013-2014 Introduction L économie canadienne est tributaire des exportations, en particulier dans les secteurs agricoles et

Plus en détail

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond Social : La protection sociale 1- L affiliation au régime non salarié agricole J exerce une activité agricole < 5 ha J assure la direction de l entreprise (ou 1/8 SMI) J en tire des revenus professionnels

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques

MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques MYCOTOXINES : changements règlementaires et analytiques E. MARENGUE ( LDA22 ) et S. HULOT ( IDAC ) PLAN 1) La problématique 2) Les évolutions règlementaires 3) L échantillonnage : étape clé 4) Les techniques

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre

Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Prix et coûts de production de six grandes cultures : blé, maïs, colza, tournesol, betterave et pomme de terre Dominique Desbois, Bernard Legris* Les prix à la production des principaux produits agricoles

Plus en détail

Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires

Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires > ÉDITION avril 2015 RAPPORT AU PARLEMENT FranceAgriMer 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil cedex www.franceagrimer.fr https://observatoire-prixmarges.franceagrimer.fr MINISTÈRE DE L

Plus en détail

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Le commerce extérieur de l Allemagne et de la France en 2012 Aspect global et gros plan sur l agro-alimentaire

Le commerce extérieur de l Allemagne et de la France en 2012 Aspect global et gros plan sur l agro-alimentaire Le commerce extérieur de l Allemagne et de la France en 2012 Aspect global et gros plan sur l agro-alimentaire Michel Ferret FranceAgriMer/MEP Première partie : Généralités I-Méthodologie Méthodologie

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent

Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent Portrait du marché du travail du secteur de la production agricole Région du Bas-Saint-Laurent Le 15 août 2013 ISBN : 978-2-922731-61-3 (imprimé) ISBN : 978-2-911731-62-0 (PDF) Dépôt légal, 3 e trimestre

Plus en détail