Trajectoires laitières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Trajectoires laitières"

Transcription

1 Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés 15 % LACTALIS 9 % DISCHAMP 15 % Autres 100% fromages (50% en AOP) Réseau d élevage Auvergne-Lozère 25 fermes laitières suivies dans le Cantal INOSYS 8 cas types décrits

2 Trajectoires exploitations laitières : Partenaire du CASDAR Flexi-sécurité : piloter l exploitation laitière dans un contexte ouvert (fin des quota laitiers). Travaux des réseaux d élevage Auvergne-Lozère : produire plus de lait : limites et opportunités? Donner des outils, des repères, des éléments d aide à la décision pour raisonner les projets laitiers dans un contexte nouveau (fin des quota, volatilité des prix du lait et des matières premières, aléas climatiques répétés, ) Le guide de la flexi-sécurité : La flexibilité du système d exploitation est l aptitude à adapter le volume à la demande ( flexibilité opérationnelle et flexibilité structurelle). Sécuriser au mieux le revenu en développant la capacité à ajuster le système d exploitation à la volatilité des prix.

3 Construire un projet flexi-sécurisé en 7 étapes Etape 1 : définir ses objectifs en tant qu éleveur Revenu disponible, quantité de travail et qualité de vie, prise de risques et investissement Etape 2 : imaginer les futurs possibles notamment en terme de volume (produire moins, produire à l identique, produire plus, ) Intégrer des éléments propres à la laiterie: Quels sont ses valorisation et ses débouchés : produits frais, PGC, poudre de lait Quelle est sa politique pour l après 2015 : encadrement strict des volumes, double quota/double prix, saisonnalité, «Nous avons la nécessité de produire plus, pour que nous puissions répondre à la demande de plus en plus forte de lait dans le monde et pour se faire un objectif majeur : une meilleure productivité de la main d œuvre sur nos ateliers et la meilleure maîtrise de nos coûts de production» Didier BOUSSAROQUE Pst VOLCALIS Etape 3 : définir la flexibilité structurelle de son atelier à travers sa capacité productive avec CAPACILAIT

4 CAPACILAIT Un outil informatique nouveau élaboré dans le cadre du CASDAR Flexisécurité Un outil pour répondre : Combien de lait puis je produire avec les moyens existants de mon exploitation (sans surcapacité ni saturation) Combien de lait pourrai je produire en adaptant l outil de production (sans investissement majeur) Une approche segmentée sur 7 facteurs de production : main d œuvre, distribution alimentation, logement des animaux, traite, fourrages, environnement, cahier des charges. Rechercher le ou les facteurs limitants Pré-paramétrage de l outil avec des normes zootechniques : répartition des vêlages, taux d occupation auges et logettes, temps de traite, Cantal Conseil Elevage 16 octobre 2013 Y.PECHUZAL Recherche du facteur limitant : 7 domaines d investigation Couchage des vaches laitières Distribution des fourrages et concentré Cahier des charges Installation de traite Main d œuvre et travail Règlt Envir. + Production fourragère Cantal Conseil Elevage 16 octobre 2013 Y.PECHUZAL

5 Racleur + délégation labours et épandages VL Agrandissement stabulation 17 places cornadis 18 logettes Rajout de 3 postes + Augmentation temps traite -5ha céréales +5 ha herbe/maïs +0.1 UGB/ha SFP Fosse saturée VL +18 VL +19 VL +19 VL +13 VL Potentiel après adaptation: 84 VL Facteur limitant : environnement (fosse) VL 80 VL VL VL VL VL VL Potentiel initial : 74 VL Facteurs limitants : traite, logement, fourrages 104 travail distribution logement traite fourrages environnement Cahier des charges Litrage produit Racleur + délégation labours et épandages Kl 685 Kl Agrandissement stabulation 17 places cornadis 18 logettes Kl Kl 681 Kl 635 Kl Rajout de 3 postes + Augmentation temps traite Kl 636 Kl +96 kl 634 Kl -5ha céréales +5 ha herbe/maïs +0.1 UGB/ha SFP 720 Kl 891 Kl Fosse saturée Potentiel après adaptation: litres Facteur limitant : environnement (fosse) Potentiel initial : litres Facteurs limitants : traite, logement, fourrages travail distribution logement traite fourrages environnement Cahier des charges

6 Résultats de l enquête sur les capacités productives des exploitations laitières (CASDAR Flexi sécurité 100 exploitations enquêtées - France entière ) Facteurs de production Situation initiale Situation potentielle Travail 33 % 13 % Distribution des fourrages et des concentrés 19 % 7 % Couchage des vaches laitières 30 % 13 % Installation de traite 27 % 7 % Production fourragère 44 % 7 % Réglementation environnementale 28 % 28 % Proportion d élevages pour lesquels le facteur enquêté est limitant Etape 4 : avant de décider de produire plus analyser les performances du système actuel Notions d efficacité économique, de volume de lait et de rémunération Travailler plus pour gagner plus?

7 Trésorerie permise en SMIC/UMOf Source Réseau d élevage Auvergne-Lozère, Sud Ouest 2013 Lait vendu / UMOf La rémunération de la main d œuvre familiale : une question d efficacité économique et d endettement. /1000 l Prix de base : Aides 68 Céréales 18 Viande 46 Lait CO 177 CS 124 Annuités 43 EBE / PB = 38% EBE hors MO et foncier = 47% (masque les disparités fiscales, sociétaires, foncières et salariales) Trésorerie permise SMIC/UMOf 359 EBE Disponible Source réseaux d élevage cas type BL Approche schématisée de l économie du système laitier spécialisé BL50

8 Disponible total Source Réseau d élevage Auvergne-Lozère 2013 EBE hors MO et foncier /PB EBE hors MO et foncier < 45% : chercher à faire mieux avant de faire plus (Elevages spécialisés sinon : marge brute laitière) En deçà de 45% d EBE hors MO et Foncier /PB penser optimisation avant volume supplémentaire : - Qualité du lait et prix du lait : 70 /1000 litre de prix du lait (source CCE 2013) - Concentrés : surconsommation de 30 g de concentré par litre sur litres = - 3% d EBE hors MO et foncier/pb = de disponible équivalent à litres de lait - Autonomie fourragère et alimentaire (céréale), - Fertilisation, - Mécanisation prix du lait /1000 l EBE Hors MO et Foncier 47% 44% 42% Ecart de disponible 0% -12% -23% Equivalent 1000 l 0% l l

9 Etape 5 : étudier les différents leviers de production pour votre exploitation Je cherche une solution pour produire plus. Vous pouvez m aider, ça vous concerne aussi.. Voie fourrages + de VL Fourrages plus énergétiques Maïs à la place de l herbe Achat de maïs (FO) Intensifier la surface fourragère En augmentant la fertilisation Produire plus de lait + de Lait/VL + de VL En augmentant les coupes précoces (ensilage, enrubannage, séchage en grange) Voie animale (UGB constant) Voie concentrés Concentré de production(fo) Densité protéique de la ration (FO) + de Lait/VL Moins d UGB génisses et plus de VL Avancer l âge au vêlage des génisses + de VL Plus de SFP à SAU constante En augmentant la SFP (herbe, maïs) au détriment des céréales AC ou de cultures de ventes Plus de SFP en agrandissant l exploitation Acheter le renouvellement Déléguer l élevage des génisses Abandonner les vaches allaitantes pour plus de vaches laitières Génétique + de VL Certains leviers sont cumulables (pas l un ou l autre)

10 La flexibilité opérationnelle Leviers pour moduler la production de lait à court terme sur une durée réduite (quelques mois) en réactivité (prix du lait et débouchés, quota B, ) Flexibilté opérationnelle Flexibilité structurelle 8 leviers «conduite du troupeau», 4 leviers «alimentation» et 2 leviers «traite» pour moduler les livraisons de lait à court et moyen terme

11 Pour obtenir les fiches leviers: Site Internet: Filière bovins lait Dossier Flexi-sécurité Etape 6 : mesurer les impacts sur votre exploitation Elle est à combien la vache laitière? au moins 350 par 10 tonnes! Ils annoncent 360 en prix de base. Ca doit valoir le coup. Mets m en 10 tonnes! Quelques chiffrages sur cas types

12 Prix du lait : Quelques conventions communes à toutes les simulations Prix de base 2013 : 334 /1000 L / prix payé : 359 /1000 l Charges approvisionnement : Conjoncture 2013/2012 VL18 : 349 /T Soja : 483 /T Céréale AC : 180 /T un :0.95 Paille : 90 /T Véto et frais d élevage : référentiel élevage 2011 Coût du stockage du lait produit en plus: 4 /1000 L (pas de changement de tank) Investissements : Cheptel : 1300 /UGB année 1 Bâtiment : 5000 /place neuve VL 2500 /place aménagement VL 2500 /place génisse 150 /TMS stockée Financement 100% par prêt Logement : 1 UGB lait : /an 72 /1000 l Base : 75% VL/UGB 7500 l/vl Main d œuvre : Cheptel en plus : 35h/UGB Surface en plus : 8h/ha Main d œuvre salariée : 111 /journée (8h) MO salariée : 1 UGB lait : 35 h astreinte seulement 485 /an 86 /1000 l Nous donner à boire, à manger, nous sortir, nous traire Parfois j ai honte d exploiter les humains! Ca veut dire quoi travailler?

13 Présentation des résultats des simulations Evolution du revenu disponible en % Main d œuvre salarié (cheptel ou surface +) Annuités Annuités début Annuités (cheptel, bâtiment stockage +) Annuités croisière Annuités/capital = 5%environ années En système maïs accroître le rendement laitier avec du concentré de production Pas de lait, pas de croquette! Moi j aurais bien repris des croquettes?

14 Conventions efficacité marginale du concentré de production Réponse à l apport d un kilo de concentré de production en plus par jour Kg de concentré quotidiens < 4 kg/j 4 à 6 kg/j > 6 kg/j Fourrage à volonté et/ou > L/VL Ration herbe et < 7000 L/VL Fourrage limitant Lait TP Kg MS ingérés Lait TP Kg MS ingérés Système lait Châtaigneraie : 1 couple, l ; 45 ha ; 7 ha maïs; 6 ha céréale; 43 VL à 7200 l + 66 g de concentré par litre (+500 kg/vl) kg MS consommée /VL (130 /TMS) Levier de flexibilité opérationnelle à très court terme et réversible Neutre sur les investissements et la main d oeuvre Efficacité très dépendante du niveau initial, du type de ration de base Globalement inférieure à 1 litre pour 1 kg au-delà de 4kg/jr/VL l / VL (TP+) et l /exploitation

15 Les notions de prix d équilibre, coût marginal et prix marginal. Le prix d équilibre : dans une simulation c est le prix auquel il faut vendre le lait pour maintenir le même revenu. Le coût marginal de production est le coût supplémentaire induit par la dernière unité produite. Quel est le coût des derniers litres de laits produits? Raisonnement typique de l intérêt à produire un volume supplémentaire sur une période courte, mettant en œuvre essentiellement des charges opérationnelles : Ex : la rallonge de fin de campagne, demain le quota B? Le prix marginal: dans une simulation c est le prix auquel il faut vendre le lait supplémentaire pour maintenir le même revenu. Prix du concentré< 80% du prix du lait (feed ratio) Lot Consel Elevage mars 2014 Y.PECHUZAL Achat de fourrage énergétique : plus de vaches et plus de lait/vl Système herbager : GAEC 2 UMO, l ; 72 ha PP; ensilage + foin 52 VL à 6600 l Achat : 46 TMS maïs (210 /TMS) / 5 kg MS / VL hiver + 8 UGB et + 6 VL l / VL (+ 0,3TP) et l /exploitation (20%) Annuités +16 /1000 l - MO : + 11 / 1000 l Evolution disponible % Avec un maïs acheté à 210 TMS prix d équilibre du lait : Raisonnement aléas climatique? 372 /1000 l 355 /1000 l 359 /1000 l An.déb An.crois. MO + -12% -4% MO - -4% 4%

16 Intensification fourragère : plus de vaches à SFP égale (autonome) Système lait Châtaigneraie : 1 couple, l ; 45 ha ; 7 ha maïs; 6 ha céréale; 43 VL à 7200 l + 0,3 UGB/ha SFP / +3,5 ha maïs (27%) / Ens H+ et stock + / +26 N + 12 UGB et + 9 VL l / VL et l /exploitation (22%) Annuités +20 /1000 l - MO : + 16 / 1000 l Evolution disponible % 359 /1000 l An.déb An.crois. prix d équilibre du lait : 362 /1000 l 338 /1000 l MO + -2% 7% MO - 9% 18% Augmenter la SFP au détriment des céréales (autoconsommées ou vendues) Système lait Châtaigneraie : 1 couple, l ; 45 ha ; 7 ha maïs; 6 ha céréale; 43 VL à 7200 l - 6 ha blé / +1 ha maïs et + 5 ha herbe + 9 UGB et + 6 VL l /exploitation (15%) Annuités +17 /1000 l - MO : + 13 / 1000 l Evolution disponible % 359 /1000 l An.déb An.crois. prix d équilibre du lait Avec céréale à 180 /t 380 /1000 l 360 /1000 l MO + -16% -9% MO - -8% -1%

17 Augmenter la SFP en agrandissant l exploitation Système lait Châtaigneraie : 1 couple, l ; 45 ha ; 7 ha maïs; 6 ha céréale; 43 VL à 7200 l +13 ha SAU (assolement proportionnel) + 17 UGB et + 13 VL Fermage : 204 /ha DPU : 230 /ha l /exploitation (30%) Annuités +31 /1000 l - MO : + 25 / 1000 l Evolution disponible % 359 /1000 l An.déb An.crois. prix d équilibre du lait 379 /1000 l 341 /1000 l MO + -17% -2% MO - 1% 16% Voie «animale» A chargement constant augmenter le nombre de vaches laitières en diminuant les UGB renouvellement par : - réduction de l âge au vêlage - achat du renouvellement et croisement - délégation de l élevage du renouvellement A chargement constant augmenter le nombre de vaches en se spécialisant en lait (double troupeau )

18 Augmenter le nombre de vaches à UGB constant en délégant l élevage du renouvellement Système lait Châtaigneraie : 1 couple, l ; 45 ha ; 7 ha maïs; 6 ha céréale; 43 VL à 7200 l 14 UGB : - 18 génisses / + 13 VL / + 2ha maïs ensilage l /exploitation (32%) Annuités +16 /1000 l - MO : + 0 / 1000 l Coût pension : 1300 / génisse (vêlage 2 ans) Critères structurels prépondérant ex :% surface accessible pâture VL Evolution disponible % 359 /1000 l MO + An.déb An.crois. prix d équilibre du lait 337 /1000 l MO - 5% 13% Augmenter le nombre de vaches en achetant le renouvellement (croisement total en Montbéliard) Système herbager altitude : GAEC à 2, l ; 90 ha PP; 57 VL à 5600 l - 24 UGB génisses / + 12 VL / L (+21%) Annuités + 16 /1000 l - MO : + 0 / 1000 l Prix d achat génisse Mo PAV : 1600 Evolution disponible % Critères structurels prépondérant ex :% surface accessible pâture VL 359 /1000 l MO + An.déb An.crois. prix d équilibre du lait 343 /1000 l MO - 1% 7%

19 Augmenter le nombre de vaches laitières en réduisant l âge au premier vêlage de 2/3 des génisses (UGB constant) Système herbager : GAEC 2 UMO, l ; 72 ha PP; ensilage + foin 52 VL à 6600 l + 6 VL à UGB constant / +477 kg concentré/génisse élevée l /exploitation (13%) Annuités +8 /1000 l - MO : + 0 / 1000 l Notion d UGB productives/improductives et lait/jour de vie Evolution disponible % 376 /1000 l An.déb An.crois. MO + prix d équilibre du lait : 343 /1000 l MO - 9% 13% En double troupeau spécialiser son exploitation en lait Système mixte herbager Montbéliard/Aubrac : GAEC à 2, l 40 VA (18 TVV) ha dont 5 ha céréale - 42 VA / + 37 VL / L (112%) Conjoncture viande : 2,36 /kg vif vendu Annuités + 47 /1000 l - MO : + 26 / 1000 l Réforme de la PAC? PMTVA? Conjonctures lait et viande, critères structurels, évolution de MO, mixité prix d équilibre du lait 374 /1000 l 330 /1000 l Evolution disponible % 359 /1000 l An.déb An.crois. MO + -10% 5% MO - 4% 19%

20 Conclusion Voie concentré Achat de fourrage Substitution céréale/sfp Intensification fourragère Culture du maïs Délégation, rajeunissement vêlage Agrandissement Spécialisation Achat du renouvellement Etape 7 : sécuriser vos choix et vos projets Le poste main d œuvre peut souvent faire pencher la balance mais ne pas la compter pour rendre un résultat favorable serait dangereux. Ex : BL50 avec agrandissement + 13ha (30%) Evolution disponible % An.déb An.crois. MO + -17% -2% MO - 1% 16% Solutions techniques et économiques pour transférer du temps de travail et produire plus de lait : délégation distribution, épandages, travaux culturaux, récoltes

21 Le montant des investissements également déterminant :! Logement 1 UGB lait supplémentaire : annuité 72 /1000 l hors stockage fourrage et distribution Relogement de l ensemble du troupeau Ex : BL50 avec agrandissement + 13ha (30%) et + 13 VL l Evolution disponible % An.déb An.crois. Investissements 17 UGB /13 VL 1% 16% Investissements 55 VL -28% -1% Simulations réalisées dans des conjonctures données :! ex : spécialisation double troupeau dépendante des 2 conjonctures ex : plus de lait avec plus de concentré : intérêt proche de la neutralité en 2013, très défavorable en 2012 très favorable en 2014??? Chiffrages en budget partiel notamment pour les leviers de flexibilité opérationnelle (concentré de production, densité protéique, achat de génisses PAV, )

22 Matrices de gain pour de la flexibilité structurelle (moyen et long terme): Ex : BL50 avec agrandissement + 13ha (30%) et + 13 VL l Prix du lait /1000 l Disponible /UMO Enchaînement de conjonctures / Epargne de précaution L épargne de précaution : elle correspond à une somme d argent économisée et mobilisable dans le but de pouvoir faire face à une conjoncture défavorable (ou aléas) Ex : BL50 avec agrandissement + 13ha (30%) et + 13 VL l Année conjoncture moyenne : 359 /1000 l Année conjoncture défavorable : 319 /1000 l

23 Autres éléments de flexibilité notamment opérationnelle (3 à 4 mois) Trésorerie nécessaire à l activation des leviers de production : achat de fourrages, achat de génisses ou vaches en lait, décalage des réformes, Ex : système herbager : GAEC 2 UMO, l ; 72 ha PP; ensilage + foin 52 VL à 6600 l Achat de 42 TMS maïs et 6 vaches laitières litres Trésorerie nécessaire : Cheptel mobilisable : clé de la flexibilité en élevage laitier (génisses disponibles, réformes différables, ) Fourrages disponibles : stocks nécessaires aux accroissements d animaux, surfaces accessibles en pâture Des raisons d être optimistes

24 Merci pour votre attention

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

Journée des partenaires de la filière laitière

Journée des partenaires de la filière laitière Journée des partenaires de la filière laitière Grands troupeaux : comment accompagner les éleveurs? Réseau bovins lait Poitou-Charentes 23 Juin 2015 Programme Grands troupeaux : état des lieux en Poitou-Charentes

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE DES RÉFÉRENCES POUR LE CONSEIL NORD-PAS-DE-CALAIS, PICARDIE ET NORMANDIE

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Références systèmes INOSYS Bovins viande des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire Cas-types limousins INOSYS Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Chambres d'agriculture - EDE -

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 Nous allons vous présenter notre voyage filière qui a été réalisé à la fin de notre bac professionnel conduite et gestion d'une exploitation agricole. Nous avons souhaité

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique

Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique INRA Prod. Anim., 2012, 25 (1), 67-76 Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique B. LELYON 1, V. CHATELLIER 2, K. DANIEL 2,3

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Un projet soutenu par : Avec la participation de : Quelques

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes

DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes DECiDE, un outil pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et les consommations énergétiques des exploitations agricoles wallonnes 14 ème journée d étude des productions porcines et avicoles,

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort

Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine. Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Capr Inov 27 Novembre 2014 - Niort Du Code Mutuel de Bonnes Pratiques à la démarche RSE de la filière caprine Le Code Mutuel de

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

Vivre du lait. Le plan CAPR 1

Vivre du lait. Le plan CAPR 1 l édito N otre métier d'éleveurs laitiers (bovins et caprins) sera toujours passionnant et attrayant vu le nombre de sujets traités (production de lait, sanitaire, environnement, territoire...). Mais pour

Plus en détail

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010

Une offre de taureaux toujours en augmentation sur GENIVAL. Nombre de taureaux inscrits sur GENIVAL. novembre. mars 2011 mai 2011 2010 Le GIE Elevage envoie aux partenaires GENIVAL une lettre d information sur l évolution de l outil et l offre en taureaux d élevage. Merci de la diffuser auprès de tous les techniciens et éleveurs de votre

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique Réalisé par Anne - Sophie DELASSUS et Anna BORDES Chambres d Agriculture des Pays de la Loire Cas concret Cas CONVERSION VERS concret L AGRICULTURE BIOLOGIQUE EN ELEVAGE PORCIN : exercice technico économique

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A)

DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A) Mise à jour 01 décembre 2011 DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A) Cette demande d aide une fois complétée constitue, avec les justificatifs joints par vos soins,

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Aire paillée intégrale

Aire paillée intégrale Fiche 1 Fiche 1 Mode d emploi : Ce type de bâtimt est plutôt réservé à des petits troupeaux une alimtation sèche et des périodes de stabulation plutôt courtes. Ce système dispse du et la possibilité du

Plus en détail

Produire des veaux bio de qualité

Produire des veaux bio de qualité LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 gab-44@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 La filière veaux bio est à la recherche d une certaine

Plus en détail

AIDES A LA CONSTRUCTION, LA RENOVATION ET A L AMENAGEMENT

AIDES A LA CONSTRUCTION, LA RENOVATION ET A L AMENAGEMENT N En cours AIDES A LA CONSTRUCTION, LA RENOVATION ET A L AMENAGEMENT DES BATIMENTS D ELEVAGE FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE Sous-mesure 4.1 A du Programme de Développement Rural de la Région Franche-Comté

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Résultats Technico-Economiques des Fromageries Fermières en Poitou Charentes

Résultats Technico-Economiques des Fromageries Fermières en Poitou Charentes Résultats Technico-Economiques des Fromageries Fermières en Poitou Charentes 1 Etude financée par : Cette étude a été menée par la Fresyca (Fédération Régionale des Syndicats Caprins), en Région Poitou

Plus en détail

PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015

PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015 PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015 1 1 I. Les aides du premier pilier 1. L'aide JA 2. Les paiements découplés 3. Nouvelle transparence GAEC 4. Aides couplées

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française

Les 5 à 7 du SYRPA. Photographie et évolution de la population agricole professionnelle française Les 5 à 7 du SYRPA Photographie et évolution de la population Quels enseignements en tirer pour vos actions de communication? Christophe SEMONT 1. Hyltel en quelques mots 2. Les concepts du recensement

Plus en détail

Produire du lait bio en montagne (2)

Produire du lait bio en montagne (2) collection l essentiel Produire du lait bio en montagne (2) Construire une action de développement à partir de l expérience de huit projets locaux Le développement de l agriculture biologique constitue

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Modèle document national Version du 17/03/2015 PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Cadre réservé à l'administration Date de dépôt du dossier : / / 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT Identification Nom / Prénom : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air

Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Débat national sur la transition énergétique Cahier de participation Fiche action : Unité de méthanisation Métha Bel Air Objectifs Produire de l énergie verte à partir de sous-produits agricoles pour une

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants

Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants collection l essentiel Concevoir un libre-service à fourrages en bâtiment pour bovins allaitants Fiche technique bâtiment d élevage n 2 Depuis quarante ans, le monde de l élevage voit sa main d œuvre disponible

Plus en détail

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Dépôt des dossiers de candidature : au plus tard le 30 juin 2015 1 Sommaire 1. PREAMBULE... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Biogaz et méthanisation

Biogaz et méthanisation Note pour les comités opérationnels 10 (Energies renouvelables) et 15 (agriculture) COMITE DE LIAISON ENERGIES RENOUVELABLES (CLER) Contact: Christian Couturier, christian.couturier@solagro.asso.fr 05

Plus en détail

Indice de sélection pour les fermes laitières biologiques en Ontario. Paola Rozzi, Ph. D.

Indice de sélection pour les fermes laitières biologiques en Ontario. Paola Rozzi, Ph. D. Indice de sélection pour les fermes laitières biologiques en Ontario Paola Rozzi, Ph. D. 1. Production laitière dans les fermes biologiques ontariennes...2 1.1 Moyennes en régie biologique et à l échelle

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Les réformes de la PAC

Les réformes de la PAC www.supagro.fr Les réformes de la PAC Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques La PAC d aujourd hui (2006 2014) En 2014, comment sont attribuées

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1

LES CONTRATS EN AVICULTURE. Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 LES CONTRATS EN AVICULTURE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 1 CONTEXTE, OBJECTIFS ET MÉTHODE Comité Volailles FranceAgriMer, 31 janvier 2013 2 CONTEXTE Déficit de compétitivité français

Plus en détail

UN DOCUMENT ELABORE PAR :

UN DOCUMENT ELABORE PAR : UN DOCUMENT ELABORE PAR : Un document réalisé par les Chambres d agriculture de la Charente, la Charente- Maritime et des Deux-Sèvres L équipe du projet : - Christophe BEALU, Conseiller bâtiment et caprin,

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020. Mars 2015

Réforme de la PAC 2015-2020. Mars 2015 Réforme de la PAC 2015-2020 Mars 2015 1 Septembre 2013 Les éléments figurant dans ce diaporama sont ceux connus à la date de présentation et peuvent encore évoluer pour certains en fonction des arbitrages

Plus en détail

BOVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources

BOVINE VIANDE PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA EN CIRCUITS COURTS. C entre et de R essources PRODUIRE ET COMMERCIALISER DE LA VIANDE BOVINE EN CIRCUITS COURTS Projet Lauréat CASDAR 2010 «Elaboration d un référentiel pour évaluer la performance technique, économique, sociale et environnementale

Plus en détail

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins Fourrages (2008) 195, 357-372 Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins R. Giovanni 1, J.-P. Dulphy 2 Bien

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

PLAN DEVELOPPEMENT EXPLOITATION - DESCRIPTION DE L EXPLOITATION REPRISE - 1 Caractéristiques globales LES FACTEURS DE PRODUCTION Productions SAU FONCIER Mécanisé (en %) Irrigué (O/N) Autres Observations

Plus en détail

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Direction départementale des territoires Direction départementale des territoires et de la mer Direction de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 ORIENTATIONS pour l'agriculture un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 Juillet 2011 Agriculture et Agroalimentaire, un patrimoine essentiel à l'économie normande Pour de nombreuses productions,

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L élevage, comme l agriculture dans son ensemble, a connu d importantes mutations depuis le début du XXème siècle. De structures familiales, ce secteur est passé

Plus en détail