PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE"

Transcription

1 ÉTUDE DE FAISABILITÉ PORTANT SUR L ÉTABLISSEMENT D UNE PÉPINIÈRE DE CHEVRETTES AU QUÉBEC PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE remis à Société des éleveurs de chèvres laitières de race du Québec Ministère de l Agriculture des Pêcheries et de l Alimentation du Québec Valacta, Centre d expertise en production laitière Novembre 2010 L étude de faisabilité portant sur l établissement d une pépinière de chevrettes a été réalisée avec l appui financier du ministère de l Agriculture des Pêcheries et de l Alimentation du Québec dans le cadre du Programme d appui financier aux regroupements et associations de producteurs désignés. 1

2

3 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIF ET DESCRIPTION SOMMAIRE DU PROJET STRUCTURE JURIDIQUE DE PROPRIETE ET IDENTIFICATION DES PROMOTEURS ET DES PARTENAIRES MODE DE GESTION DESCRIPTION DES PRODUITS ET SERVICES OFFERTS ANALYSE DU MARCHE (POTENTIEL DE MARCHE, CONCURRENCE REELLE OU EVENTUELLE, TERRITOIRE CIBLE, ETC.) STRATEGIE POUR INTERESSER LES ELEVEURS (PROMOTION) POLITIQUE DE PRIX RELATION AVEC LES ELEVEURS INSTALLATIONS PHYSIQUES REQUISES LOCALISATION PLAN DE PRODUCTION ET DÉROULEMENT DES OPERATIONS MAIN D ŒUVRE CONTRAINTES REGLEMENTAIRES COUTS DES INVESTISSEMENTS ET FINANCEMENT DU PROJET FONDS DE ROULEMENT BUDGETS D EXPLOITATION, BUDGETS DE CAISSE ET BILANS PRO FORMA (3 ANS) CONSTATS ET CONDITIONS DE RENTABILITE

4 - 3 -

5 ÉTUDE DE FAISABILITÉ PORTANT SUR L ÉTABLISSEMENT D UNE PÉPINIÈRE DE CHEVRETTES AU QUÉBEC PLAN D AFFAIRES SOMMAIRE 1. OBJECTIF ET DESCRIPTION SOMMAIRE DU PROJET La demande, de même que la production de lait de chèvre sont en augmentation au Québec depuis une quinzaine d années. Pourtant, les producteurs n arrivent qu à combler qu une partie des besoins des transformateurs. Des efforts sont faits pour augmenter le nombre et la taille des fermes, ce qui crée une forte pression sur l approvisionnement en chèvres laitières. Il semble difficile pour les nouveaux producteurs et ceux en expansion de se procurer des animaux de bonne qualité. Plusieurs déplorent la faible productivité des chèvres et la forte prévalence d arthrite encéphalique caprine (AEC) dans les troupeaux québécois. La mise sur pied d une structure spécialisée dans l élevage des chevrettes, respectant un protocole rigoureux visant à optimiser la croissance et à réfréner le développement des maladies, apparaît comme un moyen d améliorer les élevages caprins québécois. La pépinière offrira aux nouveaux éleveurs et aux producteurs établis l opportunité d acquérir des chevrettes de qualité, élevées dans de bonnes conditions sanitaires et, si possible, exemptes d AEC. Elle sera aussi un moyen de valoriser le surplus de chevrettes issues de troupeaux établis et reconnus pour être capables d offrir des sujets de qualité aux nouveaux éleveurs et à ceux qui souhaitent améliorer leur élevage. La pépinière visera à mettre en élevage et à commercialiser entre 270 et 300 chevrettes dès la première année. Ce chiffre nous semble prudent compte tenu du volume d affaires potentiel estimé dans l étude de faisabilité et des risques qu une telle entreprise comporte. Ce nombre pourra augmenter par la suite en fonction de la demande des producteurs. La production et la commercialisation de 600 chevrettes par année sur un horizon de cinq ans nous semblent un objectif réalisable. Le projet vise à fournir aux éleveurs actuels et surtout aux nouveaux éleveurs, des chevrettes disposant d un bon potentiel génétique et élevées dans des conditions optimales. Ces chevrettes devront présenter également un faible risque de présence d AEC. Les chevrettes seront ramassées en très bas âge (plus ou moins une semaine) chez des éleveurs fournisseurs sélectionnés qui devront respecter rigoureusement un cahier de charge prédéfini comprenant l enregistrement des animaux, le contrôle laitier, l adoption des mesures de prévention recommandées pour éviter la propagation de l AEC, etc. Les chevrettes suivront un programme de croissance leur permettant d atteindre le poids de 32 à 35 kg, selon la race, à l âge de 7 mois, au moment de la première saillie. Selon les besoins exprimés par les clients, les chevrettes seront vendues au stade «prête à saillir» ou comme chevrettes gestantes. La pépinière offrira aussi un service d élevage à forfait pour répondre aux besoins des éleveurs désireux d impartir cette activité

6 2. STRUCTURE JURIDIQUE DE PROPRIÉTÉ ET IDENTIFICATION DES PROMOTEURS ET DES PARTENAIRES La pépinière de chevrette sera un organisme sans but lucratif (OSBL) constitué en vertu de la partie III de la Loi sur les compagnies du Québec. Les membres de la structure pépinière seront de trois ordres : Des organisations représentants des producteurs caprins Des partenaires de l industrie caprine, tels le MAPAQ, Valacta, le CRSAD Des partenaires du secteur privé : transformateurs de lait de chèvre, fournisseurs de moulée et autres intrants, etc. 3. MODE DE GESTION La gestion de la pépinière relèvera d un conseil d administration composé de représentants des membres. La direction et la gestion administrative se seront assumées par un employé contractuel qui accomplira également les tâches reliées à l achat et la commercialisation des chevrettes. 4. DESCRIPTION DES PRODUITS ET SERVICES OFFERTS Les produits offerts aux éleveurs seront les suivants : Des lots de bonnes chevrettes prêtes à la saillie Des lots de chevrettes gestantes Des chevrettes d âges variables selon les besoins définis par contrat avec les clients La pépinière offrira aussi un service d élevage à forfait pour répondre aux besoins des éleveurs désireux de confier l élevage de leurs chevrettes à la pépinière. 5. ANALYSE DU MARCHÉ (POTENTIEL DE MARCHÉ, CONCURRENCE RÉELLE OU ÉVENTUELLE, TERRITOIRE CIBLÉ, ETC.) Le cheptel caprin québécois compte environ chèvres laitières adultes. Les besoins annuels pour le remplacement des chèvres laitières réformées et la croissance du troupeau sont estimés à chevrettes, plus ou moins 10 % dépendant du taux de remplacement. Compte tenu des intentions exprimées par les producteurs à l égard du projet lors d un sondage réalisé dans le cadre de l étude de faisabilité, on a évalué que le volume d affaires potentiel d une pépinière de chevrettes pourrait se situer entre 135 et 760 chevrettes par année. Il n existe pas, à notre connaissance, d éleveurs spécialisés dans l élevage de chevrettes de remplacement destinées au marché québécois. La concurrence dans ce marché provient des éleveurs eux-mêmes qui choisissent de faire leur propre élevage et de ceux qui ont des surplus importants de chevrettes à écouler. Quelques producteurs de - 5 -

7 grande taille sont en effet en mesure d offrir des lots de chevrettes suffisamment importants pour intéresser un nouvel éleveur ou un éleveur qui recherche un approvisionnement d une source unique. Ces éleveurs fournisseurs pourraient cependant être intéressés à livrer des lots de chevrettes naissantes ou très jeunes à une pépinière, libérant ainsi de l espace dans leurs bâtiments en plus de réduire leurs besoins de main-d'œuvre. Pour débuter, la pépinière approvisionnera essentiellement le marché du Québec. Il est probable que la clientèle sera fortement concentrée dans les principales régions productrices situées dans le triangle Québec, Sherbrooke et Montréal. Plus tard, une fois sa crédibilité et sa notoriété bien établies, la pépinière pourra tenter de pénétrer d autres marchés extérieurs au Québec. 6. STRATÉGIE POUR INTÉRESSER LES ÉLEVEURS (PROMOTION) La stratégie pour intéresser les éleveurs s appuiera sur les quatre éléments de base du marketing : Un produit et un service de qualité Les chevrettes commercialisées par la pépinière proviendront de troupeaux sélectionnés pour leur capacité à fournir des sujets en santé et présentant un bon potentiel génétique. Ces troupeaux devront respecter un certain nombre de conditions déterminées par le conseil d administration de la pépinière, parmi lesquelles on devrait retrouver : L inscription du troupeau à un contrôle laitier depuis au moins 2 ans L enregistrement des sujets au livre généalogique de la Société canadienne d enregistrement des animaux L application des mesures de prévention recommandées pour éviter la propagation de l AEC. Les chevrettes commercialisées auront un faible risque de présence du virus de l AEC. Les activités de la pépinière seront conduites par des personnes dont les compétences et la crédibilité seront reconnues par les éleveurs. Le plan d élevage des chevrettes sera connu des éleveurs et tout sera mis en œuvre pour que les animaux suivent une courbe de croissance optimale et soient livrés en bonne santé. Un prix compétitif Les prix seront compétitifs par rapport aux autres options offertes aux éleveurs. Les clients devront avoir la conviction d obtenir une meilleure valeur en achetant des chevrettes à la pépinière. Un plan de communication et de promotion Le plan de communication et de promotion sera axé sur la plus-value des chevrettes élevées en pépinière et la rentabilité recherchée par les éleveurs. Une accessibilité facile au produit La pépinière choisira la meilleure option disponible pour livrer les chevrettes aux clients éleveurs

8 7. POLITIQUE DE PRIX Le prix de vente tiendra compte de l âge des chevrettes et de leur potentiel génétique. Une grille de prix à l achat des jeunes chevrettes et une grille de prix à la vente seront élaborées. Ces grilles de prix seront connues des éleveurs au moment de leur commande et de la signature du contrat d achat ou du contrat de vente. Ces prix tiendront compte à la fois des conditions du marché et des coûts d élevage en pépinière. Les prix d achat devront être suffisamment élevés pour convaincre les fournisseurs sélectionnés de laisser aller des lots importants de chevrettes en leur offrant une bonne valeur pour leurs animaux. Par ailleurs, les prix de vente devront être attrayants pour les clients potentiels, tout en permettant à la pépinière d être rentable. 8. RELATION AVEC LES ÉLEVEURS La pépinière entretiendra des relations à la fois avec sa clientèle (acheteurs intéressés et éleveurs désireux d utiliser les services d élevage à forfait) et avec ses fournisseurs (éleveurs sélectionnés pour fournir les chevrettes reproductrices). Les relations avec les éleveurs se concrétiseront par des ententes contractuelles décrites ci-dessous. a) Mise sous contrat de commandes fermes de chevrettes (réservation) Avant d entrer des animaux en pépinière, des commandes fermes (réservation) sont confirmées par contrat avec les acheteurs intéressés. Ces contrats de réservation/vente contiennent plusieurs spécifications, dont : le nombre d animaux réservés, la race, le potentiel génétique (indication sur les critères de sélection des animaux et la valeur génétique du troupeau d origine), l âge prévu à la livraison (minimum maximum), le poids à la livraison (minimum maximum), l état de l animal à la livraison (sans corne, état de santé ), les conditions d élevage (alimentation, logement, santé), les documents qui doivent accompagner l animal (ex. : papiers d enregistrement) la date de livraison souhaitée, le prix et les conditions de paiement (une grille de prix modulés en fonction de l âge et de critères mesurant le potentiel génétique peut être incluse au contrat). b) Sélection et achat des jeunes sujets qualifiés Selon les commandes qu elle a reçues, la pépinière procédera ensuite à la sélection et à l achat de jeunes sujets auprès d éleveurs fournisseurs. Les principales spécifications inscrites au contrat d achat entre la pépinière et l éleveur sont : Date du ramassage Nombre de têtes - 7 -

9 Âge au ramassage Potentiel génétique selon la performance des troupeaux d origine Condition des animaux (sans tares apparentes, vigueur, vaccination, bilan sanitaire négatif, etc.) Préparation des animaux (désinfection du nombril et alimentation au colostrum thermisé dès la naissance, pesée de l animal, écornage, s il y a lieu; tatouage réalisé et demande d enregistrement complétée) Limitation des engagements (en cas d apparition de maladies contagieuses dans le troupeau, par exemple) Prix (grille de prix modulée selon l âge et le potentiel génétique) et conditions de paiement Les éleveurs fournisseurs devront suivre le protocole recommandé pour réduire l incidence de l AEC. Les éleveurs devront également s engager à livrer des animaux sains et la pépinière se réservera le droit de visiter l élevage régulièrement pour déceler d éventuels problèmes de santé. 9. INSTALLATIONS PHYSIQUES REQUISES Selon l étude de faisabilité, la production et la commercialisation de 270 à 300 chevrettes par année, nécessite un bâtiment d environ 330 m2. Le bâtiment comprendra une pouponnière aménagée pour accueillir les jeunes chevrettes âgées d aussi peu que quelques jours et jusqu à l âge de 2 mois. La pouponnière devra être aménagée pour regrouper et isoler les chevrettes provenant d un même éleveur. Le bâtiment comprendra aussi une section divisée en parcs pour recevoir les chevrettes de plus de 2 mois. Il comprendra enfin un espace pour loger quelques boucs, des aires de service et un bureau. Il faut prévoir un bâtiment pour entreposer le foin et la paille. La capacité de l entrepôt pour une autonomie d une année complète devra être de l ordre de 900 à mètres cubes, soit un bâtiment de 12 m x 16 m x 4,8 m. À moins qu il y ait possibilité de faire des amas aux champs à proximité, il faut prévoir une fosse à fumier d une capacité évaluée à 270 m3 environ. Le projet nécessite la disponibilité des équipements suivants : Louve pour la pouponnière Silo à moulée Génératrice (30 kw) Laveuse à pression Petit tracteur (usagé) pour l écurage des parcs Il est aussi prévu de faire l achat d une camionnette aménagée pour faire le ramassage et le transport des chevrettes

10 10. LOCALISATION L option privilégiée est d aménager la pépinière sur le site du Centre de recherche en sciences animales de Deschambault (CRSAD). Le CRSAD possède déjà un troupeau de chèvres et dispose donc d une main-d'œuvre qualifiée dans l élevage caprin. Le centre a mis en place des protocoles pour obtenir le statut de troupeau à «à faible risque d être infecté par le virus de l arthrite-encéphalite caprine» et, par conséquent, éviter la propagation de cette maladie. Le choix de ce site assurerait la crédibilité de la pépinière dès ses débuts. Par ailleurs, le CRSAD pourrait utiliser la pépinière pour mener des activités de recherches profitables à l ensemble du secteur. Un bâtiment transformé en clapier au début des années 2000 est présentement vacant. Ce bâtiment pourrait être réaménagé pour répondre aux besoins de la pépinière. Une évaluation sommaire par l ingénieur Jocelyn Marceau du MAPAQ indique cependant que ce réaménagement impliquerait des travaux très importants dont les coûts se rapprocheraient de ceux d un bâtiment neuf. 11. PLAN DE PRODUCTION ET DÉROULEMENT DES OPÉRATIONS Les chevrettes seront ramassées chez les éleveurs naisseurs idéalement à l âge de moins d une semaine. Il faudra donc prévoir une tournée des éleveurs fournisseurs toutes les semaines, du moins durant les périodes de forte intensité des mises bas (de janvier à mai et d août à octobre). Les chevrettes seront transportées à la pépinière et placées en pouponnière. Elles demeureront regroupées par lot selon leur provenance jusqu au sevrage. Des traitements antibiotiques et autres seront administrés pour prévenir notamment les infections pulmonaires suite au transport et au changement d ambiance. Les animaux recevront une alimentation adaptée à leur âge : Substitut laitier jusqu au sevrage (2 mois environ) Moulée, fourrages par la suite Des pesées seront prises régulièrement pour vérifier la croissance. L âge à la sortie dépendra des ententes avec les acquéreurs. La pépinière livrera principalement : des chevrettes prêtes à saillir âgées de 7 mois environ et ayant atteint le poids minimum pour être saillies; des chevrettes gestantes livrées à plus ou moins un mois avant la mise bas. Les locaux sont désinfectés avant de recevoir un nouvel élevage. Achat revente Le mode de fonctionnement «Achat-revente» semble celui préféré par les éleveurs interrogés lors de l étude de faisabilité. Donc, de manière générale, la pépinière achètera et prendra possession des animaux dans les jours ou les semaines suivant la naissance et les vendra au terme de la période d élevage. Le transfert de - 9 -

11 propriété se fera au chargement des animaux lors du ramassage. Le transport des animaux vers le site d élevage des chevrettes sera à la charge de la pépinière. Les animaux demeureront la propriété de la pépinière jusqu à la livraison à l acquéreur. Le transfert de propriété et de risques sera réalisé au chargement des animaux. L acquéreur sera responsable du transport de la pépinière à son entreprise. Consignation Le placement d animaux en consignation pourra être une option offerte aux quelques éleveurs qui désirent profiter de la force de vente et des services d élevage en pépinière tout en conservant la propriété des chevrettes. Dans ce cas, le produit de la vente ira au propriétaire, après soustraction des coûts d élevage et d une commission pour la vente de l animal. Élevage à forfait Ce service sera offert aux éleveurs qui désirent impartir l élevage de leurs chevrettes de remplacement à la pépinière. Dans ce cas, les animaux retourneront dans l élevage d origine et les coûts d élevage et de transport seront facturés à l éleveur. 12. MAIN D ŒUVRE La main d œuvre requise pour l opération de la pépinière se divise en deux grandes catégories : La main d œuvre dévouée aux relations avec les éleveurs, aux activités commerciales et à l administration La main d œuvre affectée au transport des animaux et à la conduite de l élevage (alimentation et autres soins). Relations avec les éleveurs, activités commerciales et administration Les opérations prévues dans cette catégorie sont : Promotion et information auprès des clients potentiels Prise des commandes et signature des contrats de réservation et de vente avec les éleveurs clients Recrutement et sélection des éleveurs fournisseurs Réservation et achat de lots de chevrettes en fonction des besoins et des réservations faites par les clients Établissement et suivi d un calendrier de collecte en fonction des disponibilités de chevrettes et des ventes prévues (arrimage) Établissement et suivi d un calendrier de livraison en fonction des commandes et des chevrettes placées en élevage Suivi des documents de circulation et autres (papiers d enregistrement, traçabilité, etc.) Gestion des contrats, facturation, suivi des comptes clients et fournisseurs, comptabilité Rapports au conseil d administration Ces opérations seront la responsabilité de la structure pépinière (OSBL). Il faut prévoir l embauche d une personne ayant des compétences dans la vente et l administration. Nous estimons que ces opérations exigeront une quarantaine de journées de travail par année

12 Transport des animaux et à la conduite de l élevage (alimentation et autres soins) Les opérations à prévoir dans cette catégorie sont : Ramassage des animaux chez les éleveurs fournisseurs et transport à la pépinière (hebdomadaire) Alimentation et soins quotidiens Pesée régulière (à la réception, à 2 mois, à 4 mois, à 7 mois) Traitements antibiotiques et autres Nettoyage des parcs et désinfections Préparation des lots de chevrettes à être livrés Ces opérations seront prévues au contrat de service conclu entre l OSBL et le CRSAD, le cas échéant. Le travail devra être partagé entre deux personnes qui assureront une présence quotidienne, 7 jours par semaine durant toute l année. La somme de travail requis par ces opérations est estimée à heures par année pour un élevage de 300 chevrettes (voir étude de faisabilité). 13. CONTRAINTES RÉGLEMENTAIRES Le projet respectera les lois et règlements en vigueur. Le projet devra être conforme au Règlement sur les exploitations agricoles. Compte tenu de la taille prévue de l élevage (production de moins de kg de phosphore), le dépôt d un avis de projet devrait suffire en lieu et place d une demande de certificat d autorisation. De plus, les amas aux champs pourraient être autorisés pourvu que la pépinière ait accès à des champs pouvant recevoir le fumier dans des conditions respectant la réglementation. Une demande sera adressée à la municipalité ou à la MRC, le cas échéant, pour l obtention d un permis d affaires, une autorisation ou un certificat de conformité aux règlements de zonage ou autres en vigueur. Au CRSAD, tous les projets impliquant l utilisation d animaux doivent être soumis pour approbation au Comité de protection des animaux. 14. COÛTS DES INVESTISSEMENTS ET FINANCEMENT DU PROJET L étude de faisabilité évalue à $ l investissement nécessaire pour démarrer une pépinière d une production de 270 à 300 chevrettes par année. Le scénario examiné dans ce plan d affaires prévoit la location des installations fournies par le CRSAD, ce qui ne nécessiterait pas d investissement par la pépinière. Le CRSAD devra investir dans la transformation d un bâtiment existant ou la construction d un nouveau bâtiment répondant aux besoins de la pépinière. Les coûts et les conditions de financement de ces investissements, de même que les aides gouvernementales obtenues par le CRSAD détermineront le coût de location chargé à la pépinière

13 Ne connaissant pas encore le coût de location que le CRDAD pourrait charger pour ses installations, nous avons utilisé dans les budgets les coûts liés à la possession et au financement des bâtiments et des équipements tels qu estimés dans l étude de faisabilité, soit $ par année. 15. FONDS DE ROULEMENT Selon l étude de faisabilité, la mise en place du projet nécessite un fonds de roulement d au moins $. Il est prévu de financer le fonds de roulement de la façon suivante : Mise de fonds des partenaires et subventions : $ Marge de crédit : $ $ 16. BUDGETS D EXPLOITATION, BUDGETS DE CAISSE ET BILANS PRO FORMA (3 ANS) Dans les pages suivantes, nous présentons les budgets d exploitation, l évolution mensuelle de la trésorerie et les bilans pro forma pour les trois premières années du projet. Les budgets sont repris de l étude de faisabilité à l exception des éléments suivants : Taux horaire de la main d œuvre : 26 $/h au lieu de 20 $ (pour tenir compte des coûts de maind'œuvre plus élevés au CRSAD). Les coûts associés à la possession, l entretien et au financement des investissements (taxes, assurances, amortissements et intérêts) ont été remplacés par un coût de location équivalent ( $). Les intérêts sur la marge de crédit tiennent compte de la mise de fonds des partenaires et subventions, ainsi que du budget de caisse (budget mensuel de trésorerie). Le prix moyen de vente des chevrettes a été majoré pour tenir compte des coûts plus élevés de main-d'œuvre. Par ailleurs, les budgets tiennent compte de la phase d implantation (An 1) pendant laquelle la pépinière construira son inventaire avant de commencer à tirer des revenus de l exploitation. La phase d implantation débuterait en juillet, de manière à permettre à la pépinière de prendre son expérience avec des plus petits lots de chevrettes

14 BUDGET D EXPLOITATION PRO FORMA PÉPINIÈRE DE CHEVRETTES An 1 An 2 An 3 Référence 1 Nombre de chevrettes vendues Prix par chevrette 607 $ 607 $ 607 $ 582 $ Produits Vente de chevrettes $ $ $ $ moins coût des chevrettes (30000) $ (30000) $ (30000) $ (30000) $ plus inventaire fin $ $ $ moins inventaire début - $ (80033) $ (80033) $ $ $ $ $ Coûts d'exploitation Alimentation Substitut laitier $ $ $ $ Concentrés 2819 $ 9555 $ 9555 $ 9555 $ Foin 3202 $ $ $ $ Vétérinaire, médicaments 1804 $ 4050 $ 4050 $ 4050 $ Litière 714 $ 1640 $ 1640 $ 1640 $ Approvisionnement divers 120 $ 270 $ 270 $ 270 $ Évacuation du fumier 312 $ 700 $ 700 $ 700 $ Carburant tracteur et camion 4000 $ 4000 $ 4000 $ 4000 $ Assurances animaux (80%) 450 $ 450 $ 450 $ 450 $ Frais professionnels 1800 $ 1800 $ 1800 $ 1800 $ Électricité téléphone 2700 $ 2700 $ 2700 $ 2700 $ Main d'œuvre opération $ $ $ $ M-O commercialisation & administration $ $ $ $ Location bâtiments et équipements $ $ $ $ Intérêt marge de crédit 2428 $ 6269 $ 6256 $ 9200 $ $ $ $ $ Bénéfice net (37 165) $ 161 $ 175 $ 80 $ 1 Budget présenté dans l étude faisabilité

15 BUDGET MENSUEL DE TRÉSORERIE AN 1 Année Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Encaisse début - $ - $ $ $ 6224 $ (4640) $ (14802) $ (23896) $ (35147) $ (47765) $ (59800) $ (68479) $ (74545) $ Produits d'exploitation $ - $ - $ - $ - $ - $ - $ - $ 1322 $ 3075 $ 5314 $ 6441 $ 8444 $ Mise de fonds et subventions $ $ Vente d'actifs Emprunts long terme Autres entrées de fonds TOTAL DES ENTREES DE FONDS $ $ - $ - $ - $ - $ - $ - $ 1322 $ 3075 $ 5314 $ 6441 $ 8444 $ Charges Achat des chevrettes $ 900 $ 1800 $ 2700 $ 2400 $ 1800 $ 900 $ 2400 $ 4200 $ 4800 $ 3900 $ 2700 $ 1500 $ Alimentation Substitut laitier $ 333 $ 666 $ 999 $ 888 $ 666 $ 333 $ 888 $ 1554 $ 1776 $ 1443 $ 999 $ 555 $ Concentrés 2819 $ 14 $ 41 $ 76 $ 111 $ 171 $ 268 $ 388 $ 500 $ 593 $ 657 $ Foin 3202 $ 3202 $ Vétérinaire, médicaments 1804 $ 10 $ 30 $ 60 $ 88 $ 108 $ 118 $ 145 $ 189 $ 235 $ 265 $ 279 $ 279 $ Litière 714 $ 714 $ Approvisionnement divers 120 $ 1 $ 2 $ 4 $ 6 $ 7 $ 8 $ 10 $ 13 $ 16 $ 18 $ 19 $ 19 $ Évacuation du fumier 312 $ 17 $ 54 $ 98 $ 142 $ Carburant tracteur et camion 4000 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ Assurances animaux (80%) 450 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ Frais professionnels 1800 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ Électricité téléphone 2700 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ Main d'œuvre opération $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ Main d'œuvre commercialisation & administration $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ Location bâtiments & équipements $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ Total des coûts d'exploitations $ $ 9939 $ $ $ $ 8965 $ $ $ $ $ $ $ Remboursement de la dette Achat d'immobilisation Retraits et autres sorties de fonds TOTAL DES SORTIES DE FONDS $ $ 9939 $ $ $ $ 8965 $ $ $ $ $ $ $ MARGE TRÉSORERIE (74770) $ $ (9939) $ (11950) $ (10864) $ (10098) $ (8965) $ (11055) $ (12343) $ (11678) $ (8253) $ (5591) $ (2149) $ Intérêt court terme (8%) 2428 $ - $ - $ - $ - $ 65 $ 129 $ 196 $ 275 $ 357 $ 426 $ 475 $ 504 $ Encaisse fin (77198) $ $ $ 6224 $ (4640) $ (14802) $ (23896) $ (35147) $ (47765) $ (59800) $ (68479) $ (74545) $ (77198) $

16 BUDGET MENSUEL DE TRÉSORERIE AN 2 Année Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Encaisse début (77198) $ (77198) $ (88916) $ (87807) $ (87751) $ (85260) $ (83071) $ (76936) $ (71080) $ (68989) $ (70049) $ (71961) $ (74546) $ Produits d'exploitation $ 9294 $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ 8444 $ Mise de fonds et subventions - $ Vente d'actifs Emprunts long terme Autres entrées de fonds TOTAL DES ENTRÉES DE FONDS $ 9294 $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ 8444 $ Charges Achat des chevrettes $ 900 $ 1800 $ 2700 $ 2400 $ 1800 $ 900 $ 2400 $ 4200 $ 4800 $ 3900 $ 2700 $ 1500 $ Alimentation Substitut laitier $ 333 $ 666 $ 999 $ 888 $ 666 $ 333 $ 888 $ 1554 $ 1776 $ 1443 $ 999 $ 555 $ Concentrés 9555 $ 517 $ 733 $ 906 $ 971 $ 897 $ 980 $ 1005 $ 890 $ 794 $ 729 $ 616 $ 517 $ Foin $ $ Vétérinaire, médicaments 4050 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ Litière 1640 $ 1640 $ Approvisionnement divers 270 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ Évacuation du fumier 700 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ Carburant tracteur et camion 4000 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ Assurances animaux (80%) 450 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ Frais professionnels 1800 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ Électricité téléphone 2700 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ Main d'œuvre opération $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ Main d'œuvre commercialisation & administration $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ Location bâtiments & équipements $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ Total des coûts d'exploitations $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ Remboursement de la dette Achat d'immobilisation Retraits et autres sorties de fonds TOTAL DES SORTIES DE FONDS $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ MARGE TRÉSORERIE 6430 $ (11166) $ 1696 $ 639 $ 3066 $ 2748 $ 6667 $ 6347 $ 2557 $ (598) $ (1441) $ (2098) $ (1987) $ Intérêt court terme (8%) 6269 $ 552 $ 587 $ 583 $ 575 $ 559 $ 532 $ 492 $ 465 $ 462 $ 472 $ 487 $ 504 $ Encaisse fin (77037) $ (88916) $ (87807) $ (87751) $ (85260) $ (83071) $ (76936) $ (71080) $ (68989) $ (70049) $ (71961) $ (74546) $ (77037) $

17 BUDGET MENSUEL DE TRÉSORERIE AN 3 Année Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février Mars Avril Mai Juin Encaisse début (77037) $ (77037) $ (88753) $ (87644) $ (87588) $ (85095) $ (82905) $ (76769) $ (70912) $ (68819) $ (69878) $ (71789) $ (74372) $ Produits d'exploitation $ 9294 $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ 8444 $ Mise de fonds et subventions - $ Vente d'actifs Emprunts long terme Autres entrées de fonds TOTAL DES ENTRÉES DE FONDS $ 9294 $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ 8444 $ Charges Achat des chevrettes $ 900 $ 1800 $ 2700 $ 2400 $ 1800 $ 900 $ 2400 $ 4200 $ 4800 $ 3900 $ 2700 $ 1500 $ Alimentation Substitut laitier $ 333 $ 666 $ 999 $ 888 $ 666 $ 333 $ 888 $ 1554 $ 1776 $ 1443 $ 999 $ 555 $ Concentrés 9555 $ 517 $ 733 $ 906 $ 971 $ 897 $ 980 $ 1005 $ 890 $ 794 $ 729 $ 616 $ 517 $ Foin $ $ Vétérinaire, médicaments 4050 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ 338 $ Litière 1640 $ 1640 $ Approvisionnement divers 270 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ 23 $ Évacuation du fumier 700 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ 58 $ Carburant tracteur et camion 4000 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ 333 $ Assurances animaux (80%) 450 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ 38 $ Frais professionnels 1800 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ 150 $ Électricité téléphone 2700 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ 225 $ Main d'œuvre opération $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ 3467 $ Main d'œuvre commercialisation & administration $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ 1000 $ Location bâtiments & équipements $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ 2229 $ Total des coûts d'exploitations $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ Remboursement de la dette Achat d'immobilisation Retraits et autres sorties de fonds TOTAL DES SORTIES DE FONDS $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ MARGE TRÉSORERIE 6430 $ (11166) $ 1695 $ 639 $ 3066 $ 2748 $ 6667 $ 6347 $ 2557 $ (598) $ (1441) $ (2098) $ (1987) $ Intérêt court terme (8%) 6256 $ 551 $ 586 $ 582 $ 574 $ 558 $ 530 $ 491 $ 464 $ 461 $ 471 $ 486 $ 502 $ Encaisse fin (76862) $ (88753) $ (87644) $ (87588) $ (85095) $ (82905) $ (76769) $ (70912) $ (68819) $ (69878) $ (71789) $ (74372) $ (76862) $

18 BILAN PRO FORMA à la fin de An 1 An 2 An 3 ACTIF Encaisse - $ - $ - $ Stocks $ $ $ Immobilisation - $ - $ - $ $ $ $ PASSIF Marge de crédit $ $ $ Emprunt moyen et long terme - $ - $ - $ AVOIR-NET Mise de fonds & subventions $ Bénéfice net (37165) $ 161 $ 175 $ 2835 $ 2997 $ 3171 $ $ $ $ 17. CONSTATS ET CONDITIONS DE RENTABILITÉ Pour atteindre l équilibre financier, le prix moyen des chevrettes devrait se situer à plus de 600 $ par tête. Ce prix excède beaucoup les prix actuels du marché. En effet, les chevrettes non gestantes à faible risque pour l AEC et de potentiel connu peuvent se vendre présentement à un prix se situant en moyenne entre 400 et 450 $ par tête 1, tandis que des chevrettes gestantes à faible risque pour l AEC et de potentiel connu peuvent sans doute se vendre plus cher (probablement une centaine de dollars de plus par tête). En supposant une pondération entre les chevrettes non gestantes et les chevrettes gestantes, le prix moyen de vente espéré se situerait aux alentours de 500 $ par chevrette. Pour rencontrer les prix de marché et assurer une certaine marge bénéficiaire, il faudrait donc réduire les coûts de production d au moins 100 $ par chevrette. Certains postes budgétaires pourraient être examinés plus attentivement et possiblement revus à la baisse : Une mise de fonds plus importante des promoteurs ou une aide gouvernementale accrue permettrait de financer une plus grande partie du fonds de roulement et de réduire le montant prévu pour les intérêts sur la marge de crédit (près de 25 $ par chevrette). Le loyer des installations d élevage (bâtiments et équipements) coûte à lui seul près de 100 $ par tête. Serait-il possible de réduire ce coût? Enfin, la main d œuvre représente le plus important poste budgétaire ( $ ou près de 200 $ par chevrette). Y a-t-il des possibilités d économie à ce chapitre? S il n est pas possible de réduire les coûts de manière significative, il faudra envisager d autres options permettant d élever et d offrir des chevrettes de qualité en nombre suffisant pour répondre aux besoins des éleveurs. 1 Selon une compilation des prix de vente d une centaine de chevrettes vendues par soumission par le CRSAD

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS de l exercice terminé le 31 mars 2002 19 TABLE DES MATIÈRES Rapport de la direction 21 Rapport du vérificateur 22 États financiers Résultats 23 Excédent 23 Bilan 24 Flux de

Plus en détail

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Mars 2012 Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des

Plus en détail

6 financement du projet

6 financement du projet 6 financement du projet Le montage financier d un projet de transfert diffère d une entreprise à une autre. Contrairement à la croyance populaire, il n y a pas de produit financier universel en transfert

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

Plan d affaires. 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000

Plan d affaires. 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000 Plan d affaires 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000 info@cldavignon.com - www.cldavignon.com Ce document est disponible en version

Plus en détail

L AGENT OU L AGENTE DOIT REMETTRE DEUX COPIES DE CE FORMULAIRE À LA PERSONNE REQUÉRANTE. Évaluation de l exploitation d une ferme

L AGENT OU L AGENTE DOIT REMETTRE DEUX COPIES DE CE FORMULAIRE À LA PERSONNE REQUÉRANTE. Évaluation de l exploitation d une ferme L AGENT OU L AGENTE DOIT REMETTRE DEUX COPIES DE CE FORMULAIRE À LA PERSONNE REQUÉRANTE. Évaluation de l exploitation d une ferme Numéro du dossier INTRODUCTION Le formulaire Évaluation de l exploitation

Plus en détail

MODELE PLAN D AFFAIRES

MODELE PLAN D AFFAIRES MODELE PLAN D AFFAIRES NOM DE L ENTREPRISE : MUNICIPALITÉ : TÉLÉPHONE : TÉLÉCOPIEUR : COURRIER ELECTRONIQUE : TABLE DES MATIÈRES Module 1 : Projet d entreprise Module 2 : Promoteur(s) & gestion Module

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes

Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Place aux chevrettes Les fiches techniques caprines Sud-Ouest Fiche n 1 L élevage des chevrettes constitue une phase importante. Ces jeunes animaux, choisis selon des critères précis, vont faire l objet de soins et d attention

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2000

HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2000 HÉMA-QUÉBEC ÉTATS FINANCIERS DE L EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS 2000 15 RAPPORT DE LA DIRECTION TABLE DES MATIÈRES Les états financiers d HÉMA-QUÉBEC ont été dressés par la direction, qui est responsable

Plus en détail

Rédaction d un Plan d affaires

Rédaction d un Plan d affaires Rédaction d un Plan d affaires Catherine Raymond 2001 INTRODUCTION Raisons qui ont motivé la rédaction du plan d affaires Personnes ou organismes qui ont collaboré à l élaboration du plan d affaires Sommaire

Plus en détail

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008 Nom du projet De la terre à la table volet mise en marché FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection Territoire du projet MRC de Coaticook Région touristique des Cantons de l Est Durée 3 ans

Plus en détail

La politique de gestion contractuelle a préséance sur la présente politique d achat.

La politique de gestion contractuelle a préséance sur la présente politique d achat. POLITIQUE D ACHAT Date d émission : 4 octobre 2011 Date d entrée en vigueur : 4 octobre 2011 Service émetteur : Service de la trésorerie Numéro de référence : 01.221 / J-77-2C INTRODUCTION En 1995, la

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Mars 2008 ISBN 978-2-550-52630-8 (3 e édition Mars 2008) ISBN 978-2-550-51867-9 (1 ère édition Janvier 2008) Les particularités comptables de la

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Fiche 1 Le résumé du projet

Fiche 1 Le résumé du projet Fiche 1 Le résumé du projet Le résumé présente les grandes lignes du plan en un seul coup d oeil. Aussi, il doit être concis et s énoncer dans peu de pages. Deux pages c est bien, mais une page, c est

Plus en détail

MODULE 4 - Exploitation

MODULE 4 - Exploitation - Introduction 54 Résultats visés... 54 Compétences en recherche 55 Notes à l intention du formateur 56 Production 57 Stocks... 57 Planification 59 Frais d administration. 59 Ressources humaines.. 60 Distribution

Plus en détail

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES

MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES MODÈLE DE PRÉSENTATION PLAN D AFFAIRES (Nom de l entreprise) PRÉPARÉ PAR : (Nom du ou des promoteurs) EN COLLABORATION AVEC : CDEC ROSEMONT PETITE-PATRIE (Mois et année) POURQUOI UN PLAN D AFFAIRES? Le

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM)

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Préambule La politique d investissement du CLD de la Matawinie repose sur deux (2) bases fondamentales : La première base, celle

Plus en détail

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE

COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE PLAN D AFFAIRES Création d une nouvelle entreprise COMMENT REMPLIR CE FORMULAIRE Ce document vous permettra de produire un plan d affaires synthétisé répondant aux besoins de La Financière agricole (FADQ)

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine

Version 2015. Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Version 2015 Producteurs et entreprises laitières s engagent dans une démarche RSE pour l avenir de la filière caprine Responsabilité Sociétale et Env Responsabilité Sociétale et Environnementale de la

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia

Glossaire de rédaction de plan de gestion Scotia Achat de marchandises ou de stock Montant payé pour l achat de matières premières, de produits semi-finis et de produits finis en vue de les vendre ultérieurement. Achats Prix versé à des fournisseurs

Plus en détail

CAS DE COMPTABILITÉ présenté par Français

CAS DE COMPTABILITÉ présenté par Français CAS DE COMPTABILITÉ présenté par Français Cas comptabilité Jeux du commerce TD Meloche Monnex 2007 1 Cas comptabilité Jeux du commerce TD Meloche Monnex 2007 2 Cas comptabilité Jeux du commerce TD Meloche

Plus en détail

CAHIER DE CHARGES APPROUVÉ PAR LA SOCIÉTÉ DES ÉLEVEURS DE MOUTONS DE RACE PURE DU QUÉBEC (SEMRPQ) ÉLEVAGE OVIN DE RACE PURE

CAHIER DE CHARGES APPROUVÉ PAR LA SOCIÉTÉ DES ÉLEVEURS DE MOUTONS DE RACE PURE DU QUÉBEC (SEMRPQ) ÉLEVAGE OVIN DE RACE PURE Projet pilote : Cahier de charges Élevage ovin de race pure avril 2014 Éric Labonté MAPAQ Marc Lajoie MAPAQ ÉLEVAGE OVIN DE RACE PURE CAHIER DE CHARGES Éric Labonté MAPAQ Cathy Michaud, SEMRPQ Marc Lajoie

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) TABLE DES MATIÈRES 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT POUR LE FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT... 3 2. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES... 3 3.

Plus en détail

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA

OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA OFFICE CANADIEN DE COMMERCIALISATION DES ŒUFS EXPLOITÉ SOUS LA RAISON SOCIALE DE LES PRODUCTEURS D ŒUFS DU CANADA États financiers Le 20 février 2015 Rapport de l auditeur indépendant Aux membres de l

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins

Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 5 et 6 octobre 2006 - Parc Expo Rennes Aéroport - Bruz Plan de trésorerie : savoir évaluer, gérer et financer ses besoins Animé par : Valérie

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Exercice 2.22. Problèmes et solutions. Question 1

Exercice 2.22. Problèmes et solutions. Question 1 Date : Août 004 Exercice. Question Jean Sétout, votre beau-frère, est l unique actionnaire d une entreprise de distribution de matériel informatique nommée Informatique Expert inc. Mordu d informatique

Plus en détail

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers au 31décembre 2012 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 1 Résultats... 2 Évolution des actifs nets... 3 Bilan...

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE

GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES POUR LES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE Octobre 2007 Table des matières Préambule 4 Sommaire exécutif 5 1. La présentation de l organisme 6 1.1 L historique de l

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012

PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES. POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 PROGRAMME D'ASSURANCE STABILISATION DES REVENUS AGRICOLES POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION INDEXÉ JANVIER À DÉCEMBRE 2012 Page 1 Page 2 POMMES DE TERRE (modèle 2009) COÛT DE PRODUCTION

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

ALCOOL NB LIQUOR PROGRAMME DE MAGASINS DE FRANCHISE

ALCOOL NB LIQUOR PROGRAMME DE MAGASINS DE FRANCHISE ALCOOL NB LIQUOR PROGRAMME DE MAGASINS DE FRANCHISE OCTOBER 2012 PROGRAMME DE MAGASINS DE FRANCHISE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. APERÇU..4 2. OBJECTIFS DU PROGRAMME.....5 3. APPUI DE LA COMMUNAUTÉ 5 4. APPEL

Plus en détail

Comment vont vos chevrettes?

Comment vont vos chevrettes? Comment vont vos chevrettes? Projet d élevage des chevrettes présenté par Geneviève Maher Partenaires: SECRLQ, MAPAQ, Valacta Objectifs du projet 4. 3. 2. 1. Déterminer Valider Établir un les programme

Plus en détail

Analyse de la demande L'entreprise qui désire obtenir un financement de la SODEC doit déposer un plan d'affaires.

Analyse de la demande L'entreprise qui désire obtenir un financement de la SODEC doit déposer un plan d'affaires. APPROCHE D AFFAIRES En matière de financement des entreprises, l'intervention de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) s effectue dans les différents domaines du secteur de la

Plus en détail

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com

Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75. alexandre.tellier@a-t-consulting.com L évaluation Alexandre Tellier Expert-Comptable 35, Allée Vivaldi 75012 Paris 01 40 26 35 75 alexandre.tellier@a-t-consulting.com L'évaluation Alexandre Tellier 1 L évaluation La démarche globale de reprise

Plus en détail

Déterminer et financer le cycle d exploitation

Déterminer et financer le cycle d exploitation 14-15 octobre 2010 - Parc Expo RENNES Aéroport - Bruz Déterminer et financer le cycle d exploitation Animé par : Didier RENAULT, Expert-Comptable Déterminer et financer le cycle d exploitation Pourquoi

Plus en détail

Exercice 2.3. Conception J.A. inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.3. Conception J.A. inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.3 Conception J.A. inc Le 2 janvier 2001, Jérôme Anderson démarre sa propre entreprise Conception J.A. inc. Jérôme est un informaticien ayant accumulé plus de dix années d expérience

Plus en détail

Regroupement des Éleveurs de Chiens Champions du Québec

Regroupement des Éleveurs de Chiens Champions du Québec Regroupement des Éleveurs de Chiens Champions du Québec CAPERN 1-029M C.P. P.L. 54 Amélioration de la situation juridique de l animal Le 22 septembre 2015 Madame Nicole Léger, Présidente Commission de

Plus en détail

a) «Conseil» : désigne le Conseil d'administration de la Société ; c) «Gouvernement» : désigne le gouvernement du Québec ;

a) «Conseil» : désigne le Conseil d'administration de la Société ; c) «Gouvernement» : désigne le gouvernement du Québec ; RÈGLEMENT CONCERNANT LES FONCTIONS ET LES POUVOIRS DU PRÉSIDENT ET DU VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION AINSI QUE DES DIRIGEANTS ET D'AUTRES CADRES D'HYDRO-QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 731 MODIFIÉ

Plus en détail

Rapport du producteur

Rapport du producteur Faire du lait en grand! Étude de performances technico-économiques et financières d entreprises laitières de grande taille (100 vaches et plus) du Québec et de l Ontario Rapport du producteur Résultats

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date)

PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) PLAN D AFFAIRES CONFIDENTIEL DE (nom de l entreprise) (date) Ce plan d affaires contient des renseignements confidentiels et exclusifs et ne peut être copié ou diffusé sans l autorisation écrite de Monsieur

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE GESTION DU MONT-AVALANCHE RAPPORT FINANCIER ANNUEL

SOCIÉTÉ DE GESTION DU MONT-AVALANCHE RAPPORT FINANCIER ANNUEL SOCIÉTÉ DE GESTION DU MONT-AVALANCHE RAPPORT FINANCIER ANNUEL Exercice terminé le 30 avril 2012 TABLE DES MATIÈRES Exercice terminé le 30 avril 2012 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT 1 ÉTATS FINANCIERS

Plus en détail

États financiers 2008-2009

États financiers 2008-2009 États financiers 2008-2009 Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec États financiers Le 16 septembre 2009 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT COMMUNE FLI/FLS. CLD de la MRC de Charlevoix Est

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT COMMUNE FLI/FLS. CLD de la MRC de Charlevoix Est POLITIQUE D'INVESTISSEMENT COMMUNE FLI/FLS CLD de la MRC de Charlevoix Est ADOPTÉE LE 7 DÉCEMBRE 2011 1 Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 3 1.1 Mission des fonds... 3 1.2 Principe...

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de

PLAN D AFFAIRES. Contenu. Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de PLAN D AFFAIRES Contenu Un plan d affaires, c est un guide, la preuve que le promoteur sait où il va, et un outil de conviction pour les financiers, à condition qu il contienne six éléments essentiels

Plus en détail

Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement

Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement Webinaire trimestriel ICCA/RBC: Tendances conjoncturelles - Options de financement de biens d'équipement Sondage ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles T1 2012 Aperçu des résultats économiques Le niveau

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

GUIDE TECHNICO- ÉCONOMIQUE DU DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE LAITIÈRE CAPRINE AU QUÉBEC

GUIDE TECHNICO- ÉCONOMIQUE DU DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE LAITIÈRE CAPRINE AU QUÉBEC GUIDE TECHNICO- ÉCONOMIQUE DU DÉMARRAGE DE L ENTREPRISE LAITIÈRE CAPRINE AU QUÉBEC Nous remercions les entreprises qui ont participé bénévolement à l enquête en partageant les données économiques et qualitatives

Plus en détail

GUIDE DE RÉDACTION PLAN D AFFAIRES

GUIDE DE RÉDACTION PLAN D AFFAIRES GUIDE DE RÉDACTION PLAN D AFFAIRES (nom de l entreprise) (nom du promoteur) (numéro de téléphone) Révisé en mars 2005 Pourquoi rédiger un plan d affaires? Certains entrepreneurs rédigeront un plan d affaires

Plus en détail

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014

États financiers de La Fondation du Grand Montréal. 31 décembre 2014 États financiers de La Fondation du Grand Montréal Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats et de l évolution des soldes de fonds... 3 État de la situation financière... 4 État des flux

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

États financiers consolidés. Trimestre terminé le 31 mars 2003. EnCana Corporation

États financiers consolidés. Trimestre terminé le 31 mars 2003. EnCana Corporation États financiers consolidés Trimestre terminé le 2003 EnCana Corporation Rapport intermédiaire Trimestre terminé le 2003 EnCana Corporation RÉSULTATS CONSOLIDÉS Trimestres terminés les (sans vérification)

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10

LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10 LES ACHATS ET LOUAGE DE BIENS ET SERVICES Numéro : 1 Date : 2011-05-31 Page : 1 de 10 CHAPITRE I OBJET ET APPLICATION CHAPITRE II DÉFINITIONS 1) L objectif de la présente procédure est d établir les processus

Plus en détail

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires,

MESSAGE AUX ACTIONNAIRES. Chers actionnaires, MESSAGE AUX ACTIONNAIRES Chers actionnaires, Le chiffre d affaires pour le premier trimestre clos le 27 avril 2013 a diminué de 1,5 % pour s établir à 56,9 millions de dollars, contre 57,8 millions de

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers au 30 juin 2015

Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers au 30 juin 2015 Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Résultats 4 Évolution de l'actif net 5 Flux de trésorerie 6 Situation financière 7 Notes

Plus en détail

CHAPITRE 5 - PRÉVISIONS FINANCIÈRES... 2

CHAPITRE 5 - PRÉVISIONS FINANCIÈRES... 2 CHAPITRE 5 - PRÉVISIONS FINANCIÈRES... 2 5.1 Les prévisions des ventes... 3 5.2 Les prévisions de décaissements (déboursés)... 5 5.2.1 Les décaissements d opération... 6 5.2.2 Les décaissements de démarrage...

Plus en détail

Club de Golf de Saint-Hyacinthe Limitée. États financiers. au 31 octobre 2007

Club de Golf de Saint-Hyacinthe Limitée. États financiers. au 31 octobre 2007 États financiers au 31 octobre 2007 Rapport des vérificateurs 2 États financiers Produits et charges 3 Évolution des actifs nets et surplus d'apport 4 Flux de trésorerie 5 Bilan 6 Notes complémentaires

Plus en détail

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1).

S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). S.V.P. imprimez 2 exemplaires du document plus bas, imprimant à partir de la PAGE (1). Complétez les deux copies et faites les parvenir à l éleveuse de qui vous adoptez votre chiot. Si vous adopté un chiot

Plus en détail

Politique de gestion de la dette à long terme

Politique de gestion de la dette à long terme Politique de gestion de la dette à long terme Ville de Waterloo Mise en vigueur 16 septembre 2013 1 POLITIQUE D UNE SAINE GESTION DE LA DETTE PRÉAMBULE : Le conseil municipal, le comité des finances et

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

CORPORATION DATACOM WIRELESS

CORPORATION DATACOM WIRELESS États financiers de CORPORATION DATACOM WIRELESS pour les périodes de trois mois arrêtées les 31 mars 2008 et 2007 États financiers États financiers Bilans... 1 États des résultats et du résultat étendu...

Plus en détail

Document d accompagnement du référentiel de formation

Document d accompagnement du référentiel de formation Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme : BTSA DARC Module : M 53 Gestion économique et financière de l entreprise agricole Objectif général

Plus en détail

Règlement no 144-2014 02 décembre 2014

Règlement no 144-2014 02 décembre 2014 Règlement no 144-2014 02 décembre 2014 Règlement 144-2014 décrétant les règles de contrôle et de suivi budgétaire et la délégation d autorisation de dépenses 2015 ATTENDU QU en vertu du deuxième alinéa

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Politique de gestion financière et d approvisionnement

Politique de gestion financière et d approvisionnement Politique de gestion financière et d approvisionnement Modifiée lors du C.A. du 13 juin 2012 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 1 Dispositions générales... 2 1. Objet... 2 Règles de gestion financière...

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION PREMIER TRIMESTRE EXERCICE 2014

RAPPORT DE GESTION PREMIER TRIMESTRE EXERCICE 2014 RAPPORT DE GESTION Immunotec Inc. («Immunotec» ou la «société») s emploie à améliorer le style et la qualité de vie des gens au quotidien en offrant, par l intermédiaire de son réseau de consultants indépendants

Plus en détail

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04

CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA04 RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION REFERENCES CAS TYPE CAP FROM SPÉ-PACA4 CAPRIN FROMAGER HORS SOL 2 UMO,.5 ha, 35 chèvres, 28 l de lait, gamme diversifiée, circuits courts

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE D INVESTISSEMENT DIRECTION GENERALE DI CANEVAS ETUDE DE FAISABILITE DE PROJET

SOCIETE NATIONALE D INVESTISSEMENT DIRECTION GENERALE DI CANEVAS ETUDE DE FAISABILITE DE PROJET SOCIETE NATIONAE D INVESTISSEMENT DIRECTION GENERAE DI CANEVAS ETUDE DE FAISABIITE DE PROJET Version grand public Mars 2006 1 investisseur qui souhaite réaliser un projet en partenariat avec la SNI devra

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Recommandations avant inscription à AC JumpStart

Recommandations avant inscription à AC JumpStart Recommandations avant inscription à AC JumpStart Qu est-ce qu AC JumpStart? AC JumpStart est un programme innovateur d incubation et d encadrement soutenant l implantation d entreprises en démarrage à

Plus en détail

Procédure 060 - Page 1 de 23

Procédure 060 - Page 1 de 23 Procédure 060 - Page 1 de 23 PROCÉDURE D APPLICATION DE LA LOI SUR L ADMINISTRATION FINANCIÈRE DESTINÉE AUX CÉGEPS À LA SUITE DE L ADOPTION DE LA LOI MODIFIANT LA LOI SUR L ADMINISTRATION FINANCIÈRE ET

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme!

ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION 2007 Comparez votre ferme! SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL RENTABILITÉ SPÉCIAL ÉCONOMIE ÉTUDE DES COÛTS DE PRODUCTION Comparez votre ferme! Pour une quatrième année consécutive, la FPPQ publie son étude sur les coûts de production.

Plus en détail

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET

ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET ANNEXE 10 CONTRAT TYPE D UN CHARGÉ DE PROJET CONTRAT DE SERVICE CHARGÉ DE PROJET Entente entre le centre de la petite enfance [nom du CPE] [adresse] et [Nom de la personne assumant les responsabilités

Plus en détail

À l intention des centres de la petite enfance, des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial et des garderies subventionnées

À l intention des centres de la petite enfance, des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial et des garderies subventionnées À l intention des centres de la petite enfance, des bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial et des garderies subventionnées Avril 2011 Le présent guide s adresse aux centres de la petite

Plus en détail

Intégration et contractualisation en agriculture au Québec. Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie

Intégration et contractualisation en agriculture au Québec. Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie Intégration et contractualisation en agriculture au Québec Consultation 2013 7-9 et 17 octobre Fédération de l UPA de la Montérégie Déroulement de la rencontre Ouverture Première partie : La démarche de

Plus en détail