En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe"

Transcription

1 Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne densité d'élevage Localisation Zone herbagère Zone mixte Nbre exploit Caractéristiques > 1,5 unité de main-d œuvre : 1 couple ou 1 chef exploitation et 1 salarié à temps partiel > 5 ha SAU > 5 ha de prairies > 275 litres de quota > 5 vaches prim holstein à 57 l/vl > 55 l quota/ha SAU l quota/ha SFP > 1 % d herbe/sfp - 1,6 UGB/ha SFP > Plage de variation : 3 à 7 ha SAU, 15 à 35 litres de lait Fréquence du système (% du système par département) Nord Pas-de-Calais Aisne Oise Somme Eure Seine-Maritime 9 % 1 % 1 % 2 % % 3,5 % 2,5 % Ce système est présent en Thiérache du Nord et de l Aisne ainsi que de façon plus limitée dans le Pays de Bray en Seine maritime et dans l Oise, dans le Marais vernier dans l Eure et dans le Boulonnais dans le Pas-de-Calais. Les fréquences pour l Aisne et le Nord prennent en compte les systèmes herbagers avec de la viande dont le fonctionnement est proche de celui du système spécialisé. Trajectoires et perspectives d évolution Exploitation familiale qui a maintenu la logique de production herbagère tout en augmentant la taille de l exploitation. Suivant les régions, le quota/ha SFP peut varier de 45 à 75 litres ce qui entraîne quelques modifications de conduite. Le système est économe dans son fonctionnement : peu d intrants, peu de mécanisation. Certains ont introduit un peu de maïs (< 1 % de la SAU), et recherchent une meilleure productivité laitière en valorisant le mieux possible les prairies. Les plus jeunes générations ont modernisé l outil de travail : salle de traite, silo d herbe, mécanisation de la distribution, mise aux normes. Chez les moins jeunes, on constate peu d évolutions techniques. Les plus petites structures (< 1 litres sur 2 ha) ont tendance à disparaître et sont reprises par des exploitations modernisées. L'utilisation des surfaces SFP : 5 ha - 1 % SAU n Prairies Les rendements > Fauches précoces/enrubannage : 3,7 t MSU/ha > Foin 1 re coupe : 4,5 t MSU/ha > Forces du système : Système autonome, bonne maîtrise des charges, activité centrée sur l élevage, bilan environnemental très favorable : bonne couverture des sols, quasi-absence d utilisation de produits phytosanitaires, rôle de préservation des haies, de la biodiversité et du paysage en régions bocagères. > Faiblesses du système : Sensibilité aux variations de prix de vente, sensibilité aux aléas climatiques, dépendance en matière de paille et de concentrés.

2 Le cheptel UGB Le troupeau laitier 17 génisses pleines 5 vaches à 5 69 l 46 veaux vivants 19 génisses < 1 an 18 génisses 1-2 ans 18 génisses > 2 ans Les ventes : 275 l de lait 15,5 réformes 27 veaux 1 perte 1 génisse vide Les indicateurs de conduite du troupeau > Vaches laitières 5 69 l/vl Plage de variation 5 à 6 5 l/vl TB = 41 g/l - TP = 32,5 g/l 1 27 kg de concentrés /VL soit 223 g/l 2, t MS stocks/vl (hors pulpe sèche) Vêlages d octobre à mars assez étalés permettant une bonne valorisation du pâturage > Génisses laitières Vêlages à mois 26 kg de concentrés /génisse 2,8 t MS stocks /génisse Taux de renouvellement = 34% Taux de conservation = 38% Repères concentrés VL (g/litre) avec pulpe sèche Les conduites alimentaires inf. à 2 2 à à 25 Sup. à 25 Conduite alimentaire des vaches laitières 3 ha sont pâturés par les vaches dont 12 ha fauchés au printemps. Une partie des surfaces sont déprimées en début de saison de pâture. Les deux tiers des vêlages ont lieu avant le 1 er janvier. Ceci nécessite un apport de concentrés assez important l hiver. En période de pâturage, le concentré n est pas nécessaire (cf. fiches modulaires pâturage n 6 et alimentation hivernale n 8 avec pulpe sèche).,5 kg céréales 1,5 kg céréales,8 kg soja, 2 kg orge, 1 kg VL 18 6 u d'azote/ha 5 kg foin Pulpe sèche 3 kg brut 45 ares/vl 6 ares/vl 35 ares/vl 6 ares/vl Foin 6 kg MS Ensilage d herbe 4,4 kg Ms 1 er avril 1 er mai 3 juin 1 er oct. 1 er nov. Conduite alimentaire des génisses laitières 4 u d'azote/ha 3 ares/ugb 55 ares/ugb Foin 1 avril 3 juin 1 er nov. L alimentation des génisses repose sur le foin durant les 3 périodes hivernales. Un appoint de paille est nécessaire en dernière année. Peu de concentré est nécessaire en vêlages 3 ans (cf. fiche modulaire génisses n 3). Environ 3,8 ha sont exclusivement fauchés pour un rendement de 7,5 t MSU par ha en 2 coupes.

3 Les indicateurs du système fourrager ,62 UGB/ha SFP Le bilan fourrager > Vaches > Génisses Total Besoins (t MS) Foin 66 t Ens Herbe 35 t Foin 46 t Paille 4 t 151 tonnes MS soit 1,9 t MS /UGB Récoltes/achats (t MS) Ens Herbe : 1 ha x 3,7 t = 37 t Foin : 9,3 ha x 4,5 t = 42 t Foin : 3,8 ha x 7,5 t = 29 t Paille : 4 t Mi-Foin : 26 ha x 1,5 t = 39 t 151 tonnes MS Le bilan fourrager est tendu et tout juste équilibré par des achats de paille et de coproduits (pulpe sèche comptabilisée en concentré) ce qui explique la sensibilité du système aux aléas climatiques. Le coût alimentaire Le coût alimentaire vache laitière est de 45 /1 l et le coût alimentaire du troupeau (VL + élèves) de 56 /1 l. Sa maîtrise passe par la capacité à obtenir une très bonne qualité des fourrages distribués. Ce point est indispensable à l efficacité du système. Repères coût alimentaire VL ( /1 l) Repères coût alimentaire VL + élèves ( /1 l) inf. à 4 4 à 5 5 à 6 Sup. à 6 inf. à 5 5 à 6 6 à 75 Sup. à 75 L autonomie alimentaire Ce système sans culture est tributaire à 1% des achats en concentrés. Néanmoins, le fonctionnement herbager le rend très autonome en protéines (83% de la MAT). Son autonomie en énergie est correcte (81% des UFL). L autonomie alimentaire du système repose sur la bonne gestion de l herbe. La conduite des surfaces Nature des surfaces Prairies Pâturée Fauche+pâture Fauche exclusive Surface (ha) 26,2 19,3 3,8 Fertilisation minérale (Unité/ha) Azote (N) Phosphore (P2O5) Potasse (K2O) Fertilisation organique Fumier 17 ha à 2 t /ha Lisier 23 ha à 3 m 3 /ha Environ 4 ha de prairies reçoivent des engrais de ferme chaque année : la totalité des prairies de fauche, les prairies élèves et près de la moitié des pâtures des vaches. Cette bonne répartition des fumiers et lisiers permet de limiter fortement les apports en engrais P et K. Le coût de fertilisation N/P/K est de 36 /ha SAU. Repères coût de fertilisation*/ha SAU ( ) inf. à 3 3 à 4 4 à 5 Sup. à 5 * Hors coût des amendements calcaires

4 L environnement (unités/ha SAU) Entrées Sorties Entrées Sorties Entrées Sorties ( (( N P2O5 K2O Bilan apparent des minéraux (hors fixation légumineux) Le travail Nb Jours TS Sept Oct Nov Déc janv Fév TS Élevage Les bâtiments TA/j Entrées : Engrais Aliments Sorties : Animaux Végétaux Nb heure TA/j 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1,, Mars Avril Mai Juin Juillet Août Indicateurs environnementaux > 49 u d azote minéral /ha SAU > 129 u d azote organique / Ha SD17 > % de sol nu Ce système à dominance élevage présente des bilans avec peu de sorties de minéraux. Le solde du bilan apparent pour l azote de 51 unités par ha SAU est influencé par la densité laitière. Le bilan P et K traduit la bonne gestion des engrais de ferme permettant de limiter les apports minéraux. Travail d astreinte (TA) > 243 h de TA total /an soit 48 h/vl/an (3 h/ugb) Repères travail astreinte/vl/an (heures) Travail de saison (TS) > 55 jours de TS total /an dont 35 j pour la SFP (,7 j/ha), 11 j pour l entretien des clôtures et des haies. > Le Temps Disponible Calculé est de 1 25 h par personne/an (2 PCB) Vaches : logettes paillées dos-à-dos ; couloir d alimentation raclé ; salle de traite épi 2 x 5 postes Élèves : aire paillée intégrale, litière accumulée Stockage foin/paille : 45 m 2 Stockage effluents : fumière 12 m 2, fosse 585 m 3 Bas Inf à 38 Moyen 48 Sup. à 58 Le matériel > Traction 1 x 9 CV 4 RM 1 x 6 CV 2 RM > Travail sol, semis Herse à pâture émousseuse > Traitement, fertilisation Distributeur à engrais 8 l * Épandeur 1 t * Tonne à lisier 1 m 2 * Brasseur de lisier * > Récolte Faucheuse rotative 2,5 m disc Faneur Andaineur 3 m Round baller 1,8 m > Distribution fourrages Hydro-fourche Dérouleuse de BR > Transport Plateau 8 m Benne 8 t Cage contention Tonne à eau 15 l Camionnette > Entreprise ou CUMA > Autres équipements Bétaillère 5-6 têtes * Taille haie * Petit matériel d atelier Ordinateur * matériel en copropriété

5 Cas type HL 1 Les résultats économiques (conjoncture 25) %/PB Les produits = % Produits animaux = % Lait = lait vendu 275 l à 289,8 /1 l 14 % Viande = Réforme 15,5 à 29 kg à 2,15 Veaux 27 à % Aides totales (modulation 3% déduite) %/PB Les charges = ,1 % Proportionnelles = ,7 % Animales = dont concentrés 11 5 dont frais d élevage ,4 % Surfaces fourragères = ,8% Charges de structure = hors amortissement et frais financiers dont foncier 8 75 dont salaires & cotisations sociales 7 7 L excédent brut d exploitation Les annuités (en croisière) Revenu disponible pour vivre et autofinancer Les amortissements Les frais financiers Le résultat courant Dans ce système à dominance élevage, le lait représente près de 8% des produits. Malgré un niveau de produit par hectare moyen pour un système laitier spécialisé, l excédent brut d exploitation est bon ce qui s explique par la bonne efficacité économique (EBE/produit de 4%). Cette efficacité s explique par la logique économe du système, générant une bonne maîtrise des charges opérationnelles. Notons également l assez faible dépendance du système vis-à-vis des aides. Repères % EBE avant main-d œuvre*/produit Brut Très efficace Efficace Efficacité moyenne Très peu efficace Sup. à à à 42 Inf à 42 * Charges sociales exploitants et salaires Les indicateurs économiques Produit brut /ha SAU = 2 86 Produit brut/uta = Produit brut/uta familiale = % charges proportionnelles /PB = 3,1 % Marge brute herbivore /ha SFP = 1 34 Marge brute herbivore/tonne de lait = 237 Charges Concentrés + coproduits + fourrage achat/ugb = 142 % Fertilisation/PB = 2,3 % % Phytosanitaires/PB =,1 % % charges structure H amort & ff /PB = 29,8 % % Annuités + foncier + salaires + cotisations sociales/pb = 29,1 % % EBE/PB = 4,1 % EBE /Ha SAU = 835 % EBE avant main-d œuvre/pb = 46,8 % % Annuités /PB = 14, % % Annuités /EBE = 34,9 % % Revenu disponible/pb = 26, % Aides /EBE = 19,6 % Disponible /UTA familiale = 18 11

6 Les facteurs de variations du revenu disponible Incidence sur le revenu disponible (en % et en ) Variation du prix du lait ± 5 /1 => - 3,5% ,5% Variations concentrés VL + 5 g/l = > - 7,5% Meilleure gestion du pâturage VL de 35/6 à 3/55 ares/vl = > ,6% Moins 1 kg pulpe sèche/vl/j avec meilleur fourrage l hiver = > ,9% Rajeunir 8 génisses et désintensification des pâtures = > ,% Un tracteur 11 CV au lieu d un 9 CV avec prêt = > - 3,8 % Les clés de la réussite du système Ce système 1% élevage est très sensible à la conjoncture des produits lait et viande ainsi qu a l obtention de bons prix au travers des critères qualité. Une variation de 1,7% du prix du lait, entraîne une variation de 3,5% du disponible. Au niveau des charges, la bonne valorisation de l herbe permettant une optimisation des concentrés est l élément clé. Au niveau des surfaces fourragères, il reste toujours plus efficace de chercher à faire pâturer au lieu de récolter, une fois la sécurité fourragère assurée. L installation Le capital d exploitation (hors foncier) Valeur patrimoniale Valeur patrimoniale Valeur économique à la reprise à neuf à la reprise ou valeur de «reprenabilité» Bâtiment Matériel Cheptel Stocks Total Ce système à forte spécialisation laitière est caractérisé par un niveau d actif important aussi bien à l hectare (11 2 ) que par unité de main-d œuvre (374 1 ). Avec un niveau de prélèvements privés annuels de 22 5 et une sécurité pour autofinancement d emprunts nouveaux de 4 2 (1% de l EBE), la capacité d emprunt correspond à 1,3 prêt JA à 3,8% sur 12 ans, soit 143. Cette valeur dite de «reprenabilité» ne représente qu un tiers de la valeur patrimoniale à la reprise ce qui démontre la difficulté pour s installer sur ce système. L apport personnel nécessaire pour s installer dans les conditions décrites s élève à soit 164 par UTA. L installation dans un cadre familial sera facilitée par une négociation entre cédant et repreneur aboutissant à privilégier la valeur de «reprenabilité» au détriment de la valeur patrimoniale. Hors cadre familial, le cédant devra également faire des concessions en matière de valeur de reprise et le banquier devra prévoir un allongement de la durée des prêts pour favoriser l installation. L accès à des mesures agri-environnementales est également un élément pouvant faciliter l installation sur ce système à forte vocation herbagère.

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Trajectoires laitières

Trajectoires laitières Trajectoires laitières Yannick PECHUZAL Lot Conseil Elevage 13 mars 2014 Cantal 2100 producteurs de lait 1000 élevages mixtes 420 ML 5 AOP fromagères Filière Collecte : 360 Ml 60% SODIAAL et assimilés

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE

LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉFÉRENCES LE TRAVAIL EN ÉLEVAGE BOVIN LAIT, BOVIN VIANDE ET OVIN VIANDE DES RÉFÉRENCES POUR LE CONSEIL NORD-PAS-DE-CALAIS, PICARDIE ET NORMANDIE

Plus en détail

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL

Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Journée d information Capacités de stockage des effluents d élevage Pré-Dexel et DeXeL Le dimensionnement des ouvrages de stockage Règles de base au dimensionnement Les effectifs LE NBRE D ANIMAUX < AU

Plus en détail

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois

Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Haute-Loire Elevage de chevaux de trait Comtois spécialisé en circuit de vente directe Vente de poulains finis 8 à 12 mois Cet élevage de trait Comtois

Plus en détail

DAIRYMAN aux Pays-Bas

DAIRYMAN aux Pays-Bas DAIRYMAN aux Pays-Bas Frans Aarts, Wageningen-UR 15 October 2013 Le secteur laitiers Néerlandais: Une place importante Une production intensive 65% des surfaces agricoles dédiées à la production laitière

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014

INOSYS. des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire. Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Références systèmes INOSYS Bovins viande des réseaux d'élevage Cantal, Lozère, Aveyron et Haute Loire Cas-types limousins INOSYS Actualisation 2013 édition: 29 avril 2014 Chambres d'agriculture - EDE -

Plus en détail

Les systèmes équins du Grand Ouest

Les systèmes équins du Grand Ouest Les systèmes s du Grand Ouest Repères techniques et économiques 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... PRÉSENTATION... 3 LE DISPOSITIF RÉFÉRENCES ET DE RÉSEAU ÉQUIN... 3 CONTEXTE 0 ET CONJONCTURE... 3 TYPOLOGIE NATIONALE

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe

Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Organisation des bâtiments dans les grands troupeaux 5 exemples d organisation spatiale en Europe Avril 2009 FICHES TECHNIQUES Auteur : Jacques CHARLERY Pôle Herbivores Chambres d agriculture de Bretagne

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central

Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central Pôle Agriculture Biologique Massif Central Association de coordination de la recherche en agriculture biologique sur le Massif Central BIO MASSIF Bulletin du Pôle AB Massif Central, Février 2011, N 10

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

L essentiel de l AgriManager

L essentiel de l AgriManager L essentiel de l AgriManager www.ca-agrimanager.com Bloc notes 2 8 8 Carte de l exploitation 4 10 ha 30 ha 20 ha 3 1 2 20 ha 6 20 ha 9 5 7 10 20 ha 15 ha 15 ha 1 frigo à pommes de terre : stock pommes

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013

GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques. Janvier 2013 GESTION DES EFFLUENTS D'ELEVAGE BOVINS Guide des bonnes pratiques Janvier 2013 1 Les thèmes abordés Les différents types de déjection Les capacités de stockage Le plan de fumure et le cahier d épandage

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier

Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Les consommations d énergie en bâtiments d élevage laitier Quelques repères sur les consommations énergétiques dans les bâtiments d élevages laitiers bourguignons Années de références 2007-2008 Une action

Plus en détail

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments)

Merci de retourner ce document complété par courrier, fax ou mail (Joindre un plan de situation des bâtiments) 15, rue Gustave Eiffel, ZI Jarny-Giraumont 54800 JARNY Votre référence / Intervenant: N : Diagnostic MENAO N : Notre référence / Intervenant: M. / Mme : M. / Mme : Téléphone : Téléphone : 03 82 20 39 70

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014

Réforme de la PAC 2015. Réunion d information Septembre 2014 Réforme de la PAC 2015 Réunion d information Septembre 2014 DE NOMBREUX DEFIS POUR LA PAC : LES PROPOS DE D. CIOLOS Juillet 2010 Le contexte : -> fin de la programmation 2007-2013 -> contexte de crise

Plus en détail

Calcul de la marge brute en production laitière

Calcul de la marge brute en production laitière Mode d emploi : Calcul de la marge brute en production laitière Calculez la marge brute en production laitière sur votre exploitation et comparez-la avec celle d autres exploitations du même type. Utilisation

Plus en détail

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE SPECIAL FINANCEMENT DE L AGRICULTURE L installation, la mise aux normes, le renouvellement d un matériel, ou tout autre investissement sont autant de situations ou d évènements qui nécessitent des besoins

Plus en détail

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment?

TUTORIEL. Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône. Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Pré Dexel TUTORIEL Version 1 du 30/06/15, éditée par la DDT du Rhône Comment calculer les capacités de stockages pour mon propre système de bâtiment? Le Pré-Dexel est un outil gratuit mis à disposition

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS

1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS 1-AIDE A L INVESTISSEMENT DES JEUNES AGRICULTEURS Objectifs Bénéficiaires Conditions d attribution Montant de la subvention Modalités d instruction de la demande de subvention Modalités de versement de

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

Journée des partenaires de la filière laitière

Journée des partenaires de la filière laitière Journée des partenaires de la filière laitière Grands troupeaux : comment accompagner les éleveurs? Réseau bovins lait Poitou-Charentes 23 Juin 2015 Programme Grands troupeaux : état des lieux en Poitou-Charentes

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle

VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle VALOR un logiciel pour l'optimalisation des engrais de ferme à l'échelle de l'exploitation et de la parcelle Manuel d'utilisation / quelques explications pour la prise de données Le questionnaire Il s'agit

Plus en détail

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE

PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Modèle document national Version du 17/03/2015 PLAN D'ENTREPRISE - PCAE Cadre réservé à l'administration Date de dépôt du dossier : / / 1. RENSEIGNEMENTS SUR LE CANDIDAT Identification Nom / Prénom : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements

BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS. Bâtiments et équipements BÂTIMENTS ET EQUIPEMENTS Sommaire Evaluer les besoins...1 Les bâtiments...2 La salle de traite et la laiterie...5 Les autres équipements...9 La gestion des effluents... 10 Pour en savoir plus... 11 EVALUER

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

EXAMEN PROFESSIONNEL (article R* 813-19 du code rural) SESSION 2007 Section : SCIENCES ET TECHNIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVE D ECONOMIE

EXAMEN PROFESSIONNEL (article R* 813-19 du code rural) SESSION 2007 Section : SCIENCES ET TECHNIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVE D ECONOMIE EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. Elle comprend deux parties notées chacune sur 10 points. Le candidat doit

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63

La nutrition simple et rentable. Catalogue FORMATIONS. N Formateur : 83 63 04246 63 La nutrition simple et rentable Catalogue FORMATIONS N Formateur : 83 63 04246 63 Introduction FORMATIONS Vous tenez dans vos mains le catalogue de formations BDM. Leader français du Conseil Indépendant

Plus en détail

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013

L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 L agriculture luxembourgeoise en chiffres 2013 (données disponibles au 1 ier avril 2013) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE LA VITICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL SERVICE D ECONOMIE RURALE L agriculture

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

AIDES A LA CONSTRUCTION, LA RENOVATION ET A L AMENAGEMENT

AIDES A LA CONSTRUCTION, LA RENOVATION ET A L AMENAGEMENT N En cours AIDES A LA CONSTRUCTION, LA RENOVATION ET A L AMENAGEMENT DES BATIMENTS D ELEVAGE FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE Sous-mesure 4.1 A du Programme de Développement Rural de la Région Franche-Comté

Plus en détail

PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015

PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015 PAC 2015-2020 : quels changements pour votre exploitation? Janvier- Février 2015 1 1 I. Les aides du premier pilier 1. L'aide JA 2. Les paiements découplés 3. Nouvelle transparence GAEC 4. Aides couplées

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A)

DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A) Mise à jour 01 décembre 2011 DEMANDE DE SUBVENTION 2012 PLAN DE MODERNISATION DES BATIMENTS D ELEVAGE (121 A) Cette demande d aide une fois complétée constitue, avec les justificatifs joints par vos soins,

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

ÉCONOMIQUES OU PAS LES FOURRAGES, FAUDRAIT SAVOIR!

ÉCONOMIQUES OU PAS LES FOURRAGES, FAUDRAIT SAVOIR! ÉCONOMIQUES OU PAS LES FOURRAGES, FAUDRAIT SAVOIR! CONFÉRENCIER Doris Pellerin COLLABORATEURS Guy Allard Charles Bachand Raymond Levallois Diane Gilbert Philippe Savoie La rumeur veut que les fourrages

Plus en détail

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736

CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 D. NAUD 1 INSTRUCTIONS COMPLÈTES CONCEPTION (DIMENSIONNEMENT) D UN OUVRAGE DE STOCKAGE DE FUMIER 20736 2007 11 La Direction de l'environnement et du développement durable du ministère de l'agriculture,

Plus en détail

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13

VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 VOYAGE EN NORMANDIE TERM PRO 2012-13 Nous allons vous présenter notre voyage filière qui a été réalisé à la fin de notre bac professionnel conduite et gestion d'une exploitation agricole. Nous avons souhaité

Plus en détail

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins

Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins Fourrages (2008) 195, 357-372 Présentation de références Corpen simplifiées pour l évaluation des rejets et des pressions d azote et de phosphore des troupeaux bovins R. Giovanni 1, J.-P. Dulphy 2 Bien

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES

LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES LA CHARTE REGIONALE D ACCES AUX AIDES AGRICOLES Version A Aide sollicitée auprès du Conseil Régional de Picardie au titre de (cocher l aide sollicitée) : o L investissement en agriculture biologique o

Plus en détail

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011

CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 CLIMAGRI : Guide méthodologique et guide des facteurs d émissions et références utilisées Facteurs Juin 2011 Guide réalisé par : Sylvain Doublet, SOLAGRO (sylvain.doublet@solagro.asso.fr) Contact ADEME

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE.

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE. 2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE Numéro SIRET Déclare que la comptabilité de : IDENTIFICATION DU DECLARANT

Plus en détail

Aire paillée intégrale

Aire paillée intégrale Fiche 1 Fiche 1 Mode d emploi : Ce type de bâtimt est plutôt réservé à des petits troupeaux une alimtation sèche et des périodes de stabulation plutôt courtes. Ce système dispse du et la possibilité du

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique

Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique INRA Prod. Anim., 2012, 25 (1), 67-76 Fin des quotas laitiers, contractualisation et stratégies productives : enseignements d une modélisation bioéconomique B. LELYON 1, V. CHATELLIER 2, K. DANIEL 2,3

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE

MINISTERE DE LA REGION WALLONNE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE Direction générale des Ressources naturelles et de l Environnement Direction générale de l Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine Décret du 11 mars 1999

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Matériels et méthodes Résultats

Matériels et méthodes Résultats Réseau PRO, référencement des Produits Résiduaires Organiques dans un système d information mutualisé Bell Alix 1, Michaud Aurélia 1, Schaub Anne 2, Trochard Robert 3, Sagot Stéphanie 4, Dumont Solène

Plus en détail

Pour une meilleure santé

Pour une meilleure santé Pour une meilleure santé LA CONSOMMATION QUOTIDIENNE DE VIANDE APPORTE DES GRAISSES SATURÉES. => AUGMENTATION TAUX DE CHOLESTÉROL ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES. => RISQUE DE SURPOIDS ET D'OBÉSITÉ. LES

Plus en détail

Le traitement des effluents liquides peu chargés : une alternative au stockage et à l épandage

Le traitement des effluents liquides peu chargés : une alternative au stockage et à l épandage Fiche 14 Traitement des effluents peu chargés Bâtiment d élevage - Détails de réalisation Le traitement des effluents liquides peu chargés : une alternative au stockage et à l épandage Les systèmes de

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

Notice d emploi et guide méthodologique

Notice d emploi et guide méthodologique Notice d emploi et guide méthodologique Elise Lorinquer, Paul Ponchant et Pascal Levasseur Février 2014 PLAN : Notice d emploi 1. Généralités p 2 2. Feuille de présentation générale p 2 3. Partie porc

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail